Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Deuxième partie. Le Mai des métiers. Des militaires aux cheminots

L’hôpital à la poursuite de son mois de Mai

Christian Chevandier

Texte intégral

  • 1 Christian Chevandier, L’hôpital dans la France du XXe siècle, Paris, Perrin, 2009, p. 288-289.

1« Trop de mémoire de ce mois de Mai » nous a-t-on dit. S’il est toutefois un thème dont il est rarement question lorsque journalistes ou chercheurs évoquent Mai ou mai-juin 1968, à tel point qu’aucun article n’y a été à ce jour consacré, c’est celui de l’hôpital. Secteur en pleine croissance ces années-là, occupant 1,6 % de la population active alors que ce taux était dix ans plus tôt inférieur à 1 % et sera dix ans plus tard de 2,7 %, sa transformation est d’autant plus remarquable qu’elle prend en compte l’augmentation considérable du niveau de qualification d’une bonne partie des personnes qui y travaillent : les élèves-infirmières de 1963 étaient détentrices du BEPC, la plupart de celles de 1973 seront bachelières1. Cette dynamique, qui correspond de manière exacerbée à ce que l’on constate dans la société, a rencontré le moment 68 et c’est bien ce rapport qu’il convient de mettre en perspective pour appréhender d’éventuelles spécificités du Mai hospitalier.

  • 2 Bénédicte Vergez-Chaignon, Le monde des médecins au XXe siècle, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 87-9 (...)

2Je m’intéresserai ici surtout aux hôpitaux généraux, laissant de côté le secteur psychiatrique. Au demeurant, l’impact de Mai 1968 sur la psychiatrie a été largement étudié, le Mai médical n’a jusqu’à présent fait l’objet que d’une approche rapide2 tandis que le Mai hospitalier demeure encore dans l’ombre. Le premier résultat de cette recherche est donc l’absence de résultat au sein de la bibliographie, et conditionne quelque peu son questionnement : pourquoi, dans ce milieu où la réflexion a pu être si forte, où l’influence des penseurs semble loin d’être négligeable, peut-on se demander ce qui s’est passé lors du printemps 1968 dans les hôpitaux ? L’hôpital a-t-il vécu ces semaines agitées comme un contexte d’une activité aux modifications exogènes, liées notamment à ce qui se passe dans l’ensemble de la société, ou a-t-il été partie prenante du mouvement social en cours, voire a attendu quelques années avant de s’y lancer ?

L’hôpital, décor de Mai : le landau de poupée

Les blessés de Mai

  • 3 Témoignage de Michelle Reure, Télérama, numéro spécial Oui, Mai…, mai 1998, p. 14.
  • 4 Sur cette nuit-là, voir Christian Chevandier, La fabrique d’une génération. Georges Valero, postie (...)
  • 5 « Photographies sur les événements de mai-juin », archives de la préfecture de police de Paris (dé (...)
  • 6 Jean Imbert, (dir.), L’histoire des hôpitaux en France, Toulouse, Privat, 1982, p. 420-421.
  • 7 Les SAMU ont été créés au début des années 1970.

3Une jeune étudiante de la faculté de médecine de Lyon décide d’aller « au front » ce soir-là, pour soigner les blessés « et puis pour veiller sur [s] on fiancé, qui se prend pour Che Guevara3 ». Ce 24 mai, nuit lyonnaise des barricades4, elle est à quelques pas du pont Lafayette : « Un camion traverse le pont. Hurlements, cris. » Elle n’apprend que le lendemain ce qui s’est passé et la mort d’un commissaire de police. Plus que sa jeune consœur, perdue dans les nuages lacrymogènes, c’est l’interne des urgences de l’hôpital Édouard Herriot qui s’est véritablement trouvé confronté à cette tragédie. Lorsque arrive le policier blessé, il pratique un massage cardiaque inopérant mais assez vigoureux pour briser plusieurs côtes. C’est son témoignage aux Assises qui permet l’acquittement des deux hommes accusés de l’avoir tué. L’iconographie de Mai, des clichés de Gilles Caron à ceux de photographes policiers5, nous a habitués à la présence en première ligne de médecins et secouristes. Même les photographies illustrant en 1982 l’Histoire des hôpitaux sont des clichés d’étudiants manifestant boulevard Saint-Michel ou matraqués aux abords de la Sorbonne, sans véritable rapport avec le secteur hospitalier6. Ces images ne doivent pas faire oublier que c’est dans les hôpitaux que l’activité médicale rendue nécessaire par les violences de la rue a été vraiment importante, quand bien même les blessés y ont été amenés par certains de ces secouristes, mais aussi par les pompiers, par des policiers et gendarmes ou des amis des blessés7.

  • 8 Alain Delale et Gilles Ragache, La France de 68, Paris, Seuil, 1978, p. 230-233.
  • 9 Il y a ainsi un journaliste hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière pour une fracture de la jambe.

4Un bilan tiré dix années plus tard évoque 1798 blessés hospitalisés entre le 3 mai et le 30 juillet, dont 53 % en région parisienne et 61 % entre le 3 et le 26 mai8. Ainsi présentée, la violence donne l’impression d’avoir été précoce et parisienne. L’étude des morts amène aux conclusions inverses : la moitié des blessés hospitalisés l’a été avant le premier décès. Un autre élément incite à la prudence dans la prise en compte des effectifs des blessés. Quand bien même les hôpitaux ne prennent pas leur identité, pensant éviter d’être fichés voire arrêtés, les manifestants ont tendance à se faire soigner dans des structures qui ne les déclarent pas tandis que les policiers, dans la logique de tout travailleur victime d’un accident, prennent la précaution de le faire savoir, quitte à ne pas interrompre leur service, bonne volonté notée dans leur dossier et qui peut les faire bien voir de leur hiérarchie. Ainsi, sur les 1912 blessés parmi les forces de l’ordre annoncés pour mai et juin par la préfecture de police, 86 sont hospitalisés dans les départements de la région parisienne entre le 3 mai et le 12 juin. Ces différents modes de comptages permettent à la presse de présenter des effectifs de blessés presque égaux tandis que la réalité est bien plus déséquilibrée. France-Soir annonce en une le 8 mai « 460 blessés parmi les manifestants [et] 345 dans les forces de l’ordre » tandis que l’administration hospitalière, dans une note du directeur général de l’AP, dénombre 466 étudiants blessés et 73 membres du service d’ordre (ainsi que 68 « autres » sur lesquels nous aimerions en savoir plus9).

  • 10 « État précisant les causes des blessures des membres du service d’ordre […] », courrier du direct (...)
  • 11 Mais un étudiant en 5e année peut bien avoir, élève de première, manifesté en février 1962 vers la (...)
  • 12 UNEF/SNESup, Ils accusent, Paris, Seuil, 1968, p. 113-122.
  • 13 Le dernier mort d’une manifestation dans Paris intra-muros, en 1986, a été tué par un matraquage.
  • 14 Fabien Jobard, « Matraques, gaz et boucliers : la police en action », dans Philippe Artières et Mi (...)

5Les hôpitaux généraux sont un peu sollicités par les autorités pour leurs agents et 14 membres du service d’ordre sont hospitalisés dans un établissement de l’Assistance publique dans la semaine qui précède le 15 mai. La plupart en sont partis pour le week-end suivant, rentrés chez eux ou transférés à la Maison de santé des gardiens de la paix ou dans des hôpitaux militaires. Deux d’entre eux demeurent longtemps dans un établissement « civil ». Parmi les blessures, les traumatismes crâniens sont les plus graves alors que plus de la moitié des policiers et gendarmes blessés l’ont été par jets de pavé10. Les étudiants, qui pour les plus jeunes11 n’ont jamais été confrontés à cette dimension du gouvernement de la cité, sont très impressionnés par les violences policières. Lorsque la commission « Témoignages et assurance juridique » de l’UNEF et du SNESup publie un second Livre noir sur les brutalités policières, elle commente le chapitre « Matraquage des blessés, refus d’assistance et obstruction aux soins médicaux » en ces termes : « Il aura été […] impossible de trouver une qualification juridique pour certains faits, tellement inhabituels et exorbitants qu’aucune catégorie particulière n’a été prévue par le Code pénal français en vue de les réprimer12. » Un tract distribué le 7 mai au Quartier latin parle de 1 000 blessés et 3 morts par les « gaz de combat ». En réalité, le gaz et le canon à eau impressionnent largement par leur nouveauté, du moins avec une telle intensité d’emploi. Ils s’attaquent aux sens et sont censés ne pas causer des dégâts corporels semblables à ceux des bâtons13. Une nouvelle doctrine de maintien de l’ordre est mise en œuvre à Paris ce printemps-là, substitution de la « méthode du repoussoir à celle de l’assommoir » qui réduit considérablement les dommages par rapport aux manifestations des années 1950 et 196014.

  • 15 « Manifestations d’étudiants de la semaine », 15 mai 1968, Archives de l’Assistance publique-Hôpit (...)
  • 16 Trois étudiants sont cependant soignés à Saint-Antoine et un policier hospitalisé à Lariboisière.
  • 17 17 blessés y sont hospitalisés ; les anciens locaux de Beaujon, dans le 8e arrondissement, sont al (...)
  • 18 Voir le témoignage de Madeleine Burtin, dans Vincent Rousset et Yvette Spadoni (dir.), Des femmes, (...)
  • 19 Sans compter les 4 blessés hospitalisés à la Maison de santé des gardiens de la paix et ceux qui l (...)
  • 20 Liaisons, no 151, septembre 1968, p. 25.

6À Paris, les blessés n’en affluent pas moins dans les hôpitaux pendant la nuit des barricades du 10 au 11 mai. Lors de cette semaine, ce sont 607 blessés (dont 73 policiers ou gendarmes) qui sont soignés à l’Assistance publique, parmi lesquels 150 (dont 14 policiers ou gendarmes) sont hospitalisés15. Des 11 établissements concernés, ceux qui en reçoivent le plus grand nombre sont situés dans Paris intra-muros et seules 4 personnes sont accueillies dans des établissements parisiens de la rive gauche de la Seine16 ainsi que 32 autres à l’hôpital Beaujon, à Clichy17. Deux critères déterminent l’accueil des blessés : l’existence d’une spécialité en rapport avec le type de blessure et la proximité du lieu où a été recueilli le blessé, en ce cas le Quartier latin. Comme souvent (et comme ce fut le cas lors de l’insurrection d’août 1944), le fleuve marque une frontière. Avec l’Hôtel-Dieu, qui à proximité de la caserne de la Cité reçoit près des deux tiers des policiers blessés et un quart des étudiants, et Necker (9 % des blessés), Laënnec soigne dans son service d’ophtalmologie 39 victimes des gaz (dont un policier), dont 10 sont hospitalisées, cinq dans un état sérieux qui nécessite un séjour assez long (4 sont dirigées à l’hôpital des Quinze-Vingt spécialisé dans ces affections). Mais c’est l’hôpital Cochin, situé vers Port-Royal, qui est le plus concerné et accueille 243 blessés (dont plus de 40 % des étudiants soignés ou hospitalisés), en garde 47 dont 14 y sont encore cinq jours plus tard. Le service de traumatologie, au deuxième étage est évacué et tous les équipements sont consacrés à ces blessés. La description qu’en donne des décennies plus tard les infirmières présentes ces jours et (surtout) ces nuits-là peut sembler apocalyptique18. Le 15 mai, il ne reste dans les hôpitaux parisiens19 que 37 personnes hospitalisées, dont 4 sont gravement atteintes, parmi lesquelles un commandant de CRS victime d’un enfoncement de la boîte crânienne et un brigadier blessé après l’attaque à coup de pavé d’un car de police-secours le 3 mai, lors des premiers affrontements, et qui sort hémiplégique de 12 jours de comas20. Six d’entre eux le sont dans des services d’ophtalmologie, ce qui tend à relativiser les effets de la tactique d’agression des sens et non des corps.

  • 21 En comptant la nuit suivant chacune de ces journées.

7Les chiffres parisiens ne doivent cependant pas donner l’impression que tout s’est passé ainsi dans le pays. Les nouvelles techniques de la violence d’État se sont modérément diffusées en province et les affrontements ont été bien plus rudes dans les régions ouvrières. Les morts du mois de juin, à Flins et Sochaux, sont significatifs d’une violence plus forte à l’encontre du monde ouvrier tout comme du retard à prescrire hors de Paris les nouvelles tactiques de maintien ou de rétablissement de l’ordre. Ce qui signifie que les hôpitaux accueillent dans ce cas des traumatisés bien plus atteints que la plupart des Parisiens. Cela avait déjà été le cas à la suite des affrontements de Caen au début de l’année. Dès lors, à partir du 24 mai (à l’exception du 10 juin), la plupart des blessés hospitalisés le sont en province, en effectifs plus considérables que lorsque seuls étaient concernés les Parisiens. Il y avait eu moins de 200 hospitalisations le 621 et le 11 mai, il y en a presque 400 le 23 mai, presque 300 le 11 juin. Même les décès de ces événements sont mal évalués, et comment pourrait-il en être autrement ? À la liste des cinq morts généralement avancée, il faudrait ajouter le nom de Marc Lanvin, ouvrier communiste de 18 ans tué par un commando de droite en juin alors qu’il colle des affiches en faveur du candidat de la FGDS. Quant à l’assassinat le 7 juin d’un tenancier de bar, responsable du SAC de Grenoble, est-il politique ou relève-t-il d’un règlement de compte au sein du milieu ? Les disputes familiales dues à des divergences d’opinion tournent d’autant plus mal que les événements sont pressants, et deux au moins, le 26 mai entre deux frères et le 24 juin entre un père et son fils, se terminent par un décès.

8Le reste de l’activité hospitalière est quelque peu affecté par les événements, avec une réduction partielle et temporaire. Les témoignages reviennent souvent sur ces services qui fonctionnent au ralenti, seules les urgences et l’indispensable étant assurés. Les interventions non urgentes sont repoussées, il y a beaucoup moins d’accidents du travail et le nombre d’accidents de la route baisse considérablement pendant quelques jours. Il est également possible que les suicides se raréfient, mais la brièveté des événements ne permet pas de réduire significativement l’activité hospitalière : les lits de long et moyens séjour ne connaissent pas une variation d’occupation significative et les grands trend ne sont pas infléchis. Les accidents consécutifs au week-end de Pentecôte après la réouverture des stations services n’expliquent pas à eux seuls que la mortalité routière de 1968 (presque 40 décès par jour) s’inscrive dans l’accroissement qui porte le nombre de décès à son maximum en 1972. En tous ces cas, activité habituelle ou conséquences des événements, c’est à une recherche longue et pointilleuse qu’il faudrait se livrer, en détaillant les bilans (notamment les comptes moraux) des différents établissements, des différents services.

La grève des autres

  • 22 Vincent Rousset et Yvette Spadoni (dir.), op. cit., p. 29-32.

9Se rendre ces semaines-là à l’hôpital pour y travailler ou y faire grève, c’est aussi composer avec les grèves des autres secteurs. Les récits sont nombreux de ces trajets effectués avec la bicyclette descendue du grenier, de ces amis qui ont encore un peu d’essence et qui convoient une petite troupe, voire des nuits passées chez des collègues ou dans des homes d’infirmières puisque certains établissements disposent encore de parc de chambres pour leur personnel féminin (et si possible diplômé), situées intra muros valetudinarii, vestige du temps d’avant la Grande Guerre où le personnel était logé sur place. Tous et toutes se débrouillent comme ils le peuvent, c’est là une soignante que son mari amène en moto chaque matin de la grève des transports en commun. Une autre fait du stop, utilise des camions militaires et, à la fin du mois, des cars sont affrétés pour le personnel de certains hôpitaux (comme, à Paris, Cochin ou Saint-Vincent-de-Paul)22.

10Au-delà de savoir-faire individuels, l’initiative collective est prolixe. Des crèches sont organisées dans quelques hôpitaux, souvent dans des locaux ou services qui ne sont pas à proximité des personnes hospitalisées (c’est ainsi le cas des lingeries propres), mais la plupart des pères et mères continuent à solliciter leurs parents ou des nourrices. Pour approvisionner l’hôpital, le personnel ouvrier se rend en camion afin de prendre livraison de la nourriture. Parfois, les cantines sont gratuites, d’autant que les tickets sont en rupture de stock. Autre petit problème, celui de la paye à un moment où elle se fait encore peu par virement sur un compte bancaire. Or, la fin du mois survient au milieu de la deuxième semaine de grève. Alors que dans d’autres secteurs ce sont les grévistes qui organisent la remise de la paye, l’administration hospitalière garde cette initiative quitte à ce que, comme à l’hôpital Rothschild, le directeur de l’hôpital retire des billets à la Banque de France et mette à contribution pour payer certains agents le service qui encaisse les payements des malades.

  • 23 Témoignage de Mychèle Dupuis, Télérama, op. cit., p. 61.
  • 24 Isabelle von Bueltzingsloewen (dir.), « Morts d’inanition ». Famines et exclusions en France sous (...)
  • 25 Dossier ronéoté 15 jours de grève au Centre hospitalier de Blois.

11Les personnes hospitalisées peuvent également souffrir des pénuries qui touchent l’ensemble de la population. C’est ainsi qu’une jeune mère doit se résoudre à ne pas recevoir le landau et les grenouillères commandés un peu trop tard : « Nous habillerons notre petite fille de lainages drapés, de fines chemises de linon brodé et de couches hors d’usage exhumés des greniers. Elle voit le soleil de ce printemps-là du fond d’un landau de poupée23. » Surtout, un quart de siècle après la Seconde Guerre mondiale où la surmortalité du fait de la malnutrition a été considérable dans les hôpitaux comme dans la plupart des institutions accueillant des personnes fragilisées24, les grévistes peuvent être soupçonnés de prélever leur dîme, ce qui amène certains d’entre eux à distribuer un tract à la population quatre jours après le début de leur grève : « Il est aussi à préciser que, malgré les bruits qui courent, aucune nourriture n’a été prélevée au centre hospitalier pour les repas des grévistes. Les repas du personnel nourri par l’Hôpital (religieuses, internes, etc.) sont normalement assurés25. »

  • 26 La Vie ouvrière, 5 juin 1968.

12Débrouillardise nécessaire, mais aussi plaisir de pratiques inhabituelles, cette atmosphère conviviale des conflits sociaux français, qui court de 1936 à 1995 en attendant le prochain, se retrouve dans les témoignages sur Mai du personnel hospitalier mais aussi dans ceux de malades : « C’est parfait et surtout ce qu’il y a de nouveau et de bien agréable, c’est l’ambiance26… »

L’hôpital, acteur de Mai : « Ces grévistes qui travaillent pour vous… »

Faire grève

  • 27 Sur l’importance de la création de cette école dans l’histoire du métier d’infirmière, voir Christ (...)
  • 28 Journal d’information des élèves infirmières et infirmiers, 27 juin 1968, AAP-HP, 70W3, fonds du c (...)

13Faire grève, c’est d’abord en décider. C’est à la Salpêtrière, dans la plus ancienne école d’infirmières du pays27, qu’elle se déclenche, dans la deuxième semaine de mai, avec deux moments forts, le lundi 13 et le vendredi 17 mai. Des centaines d’élèves infirmières, après une assemblée générale à la Faculté de Médecine, se réunissent pour voter la grève et la constitution de « commissions de travail » toujours actives cinq semaines plus tard28. Mais c’est le lundi 20 que la grève se généralise. Elle dure ensuite jusqu’au mercredi 5 juin, soit deux semaines et demie. Quelques rares établissements peinent à revenir à l’activité habituelle, mais le protocole d’accord passé le 31 mai avec le ministère des Affaires sociales amène la plupart des grévistes à reprendre le travail en moins d’une semaine.

  • 29 Dossier ronéoté 15 jours de grève au centre hospitalier de Blois.

14Alors que d’autres parties du secteur public ont des pratiques plus uniformes, c’est la variété qui domine dans le monde hospitalier. Dans beaucoup de petits établissements, l’appel à la grève du lundi 13 n’est pas suivi, tant les agents s’y sentent à mille lieues des étudiants du Quartier latin lorsqu’ils n’estiment pas que ces derniers n’ont eu que ce qu’ils cherchaient. En revanche, à Grenoble, les travailleurs de l’hôpital de La Tronche, après avoir fait grève sans préavis le 13, débrayent à partir du mercredi 22 pour ne reprendre que le mardi 4. À Lyon, la grève a lieu un jour sur deux du 20 au 30 ; dans un centre hospitalier de la Creuse, le personnel débraye chaque jour pendant une heure. Chaque hôpital ou groupe d’hôpitaux a son histoire. Ainsi, à Blois où la CFDT joue un rôle important29, la première réunion a lieu le lundi 20 mai à 13 h 30 dans une salle d’un des établissements. Les 130 présents confient à une commission de 20 membres l’étude des modalités d’une grève au centre hospitalier. Le lendemain, 150 travailleurs hospitaliers se rendent à une réunion d’information et réfléchissent à la mise en place de commissions de travail (hospitalisation publique-médecine plein temps ; conditions de travail, hygiène et sécurité ; promotion professionnelle-recyclage). Le 21 mai, à partir de 17 heures jusqu’au lendemain à 9 heures, une consultation permet d’obtenir un nombre conséquent de bulletins dont les trois quarts sont pour la grève. La première assemblée générale se tient une heure plus tard dans la cour d’honneur de l’Hôtel-Dieu. Lors d’une entrevue avec le préfet, celui-ci « précise qu’il ne demande pas aux grévistes de libérer les locaux, et il est favorable à l’entretien demandé par les grévistes avec la Commission administrative ». Après le protocole du vendredi 31 mai, les opposants à la reprise sont nombreux. Une urne est alors installée le mercredi 5 juin dans la cour d’honneur de l’Hôtel-Dieu. Le personnel est appelé à voter entre 10 et 15 heures tandis que des syndicalistes et un membre du personnel de direction vérifient la régularité de l’opération. Sur 371 votants, 210 sont partisans de la reprise du travail tandis que 154 sont pour la poursuite de la grève. « Les grévistes, en assemblée générale, procèdent à la remise en ordre des locaux occupés et demandent au personnel de direction de venir constater l’état des lieux avant de les quitter. »

15Au niveau national, dès le week-end du 18 et 19 mai, les fédérations CGT et CFDT essayent de diffuser l’ordre de grève mais, jusqu’au mercredi 22 mai, la Fédération CGT continue à assurer son activité habituelle (par exemple sa correspondance sur des questions ordinaires). Le 21 mai, alors que la grève s’étend, la Fédération CGT écrit au ministre des Affaires sociales pour obtenir des négociations. Depuis la veille, plus de 200 000 hospitaliers publics (sur près de 320 000) entrent peu à peu dans la grève, notamment dans 40 centres hospitaliers de province (CHU ou CHR) qui font grève pendant au moins 4 jours. C’est le cas de presque tous les établissements des sept départements de la région parisienne, dont bien sûr ceux de l’Assistance publique de Paris. Si pour le pays c’est bien mai-juin qu’il faut évoquer, mai suffit presque pour les hôpitaux puisque le travail y reprend à partir du 31.

  • 30 Un mois de mai très occupé, Paris, VO Éditions/Le Temps des cerises, 1998, p. 87.
  • 31 Rapport du XIXe congrès de la Fédération CFDT Santé-Sociaux, Tours, mai 1969, « Action revendicati (...)

16Décidée par les assemblées générales, la grève peut être menée par des comités qui en sont l’émanation ou se réduisent à une intersyndicale. Comme dans la plupart des usines ou établissements du pays, des assemblées sont organisées tous les jours, souvent même deux fois par jour (à 9 heures et à 15 heures) et le point y est fait sur le mouvement. À Marseille, les trois syndicats de l’Assistance publique se regroupent dans un « comité de coordination », relayé dans chaque établissement par des « comités de liaison et d’action » qui établissent une liste de revendications et déterminent les modalités de l’action. Des piquets de grèves sont organisés à l’entrée de nombre d’hôpitaux et remplacent parfois les gardiens de l’établissement, s’installent dans la loge à l’entrée. Le personnel se retrouve à l’hôpital pour se rendre aux manifestations en traversant le quartier. En province, ces formes d’action sont peu coutumières du monde des hospitaliers. À l’hôpital d’Oyonnax, quand une jeune infirmière propose de barrer la rue, elle n’attire que rires et quolibets. Mais elle insiste : « Pourquoi pas comme à Paris, pour faire connaître nos revendications à la population ? » Les grévistes sont convaincus et la rue barrée30. Mais s’il est question un an plus tard lors du congrès de la Fédération CFDT de « nombreuses actions de style révolutionnaire », le texte reste vague, sans précision31.

  • 32 Compte rendu de la réunion du bureau fédéral, 20 mai 1968, archives de Fédération CGT des services (...)
  • 33 Perspectives (Fédération CGT), no 140, décembre 2008.
  • 34 AAP-HP, 70W3, fonds du cabinet du directeur général.

17Une autre question est celle de la composition de ces instances. En dépit des consignes de la Fédération CGT de « ne pas intégrer le corps médical aux comités de grève32 », ces instances peuvent comprendre des médecins, comme à l’hôpital d’Auch un représentant des médecins-chefs et un des internes33. La prévention est cependant assez générale et à la Pitié-Salpêtrière, c’est un texte commun de la CGT, de la CFDT et de FO, « Vigilance ! ! », qui, contre « une toute petite partie du corps médical », met en garde le personnel : « Des éléments irresponsables se répandent actuellement dans les services hospitaliers afin d’entraîner le personnel à définir des revendications qui ne sont pas les siennes34. » Dès le mois de juin, la Fédération CFDT porte un œil moins critique sur ce phénomène :

  • 35 Pages syndicales (Fédération CFDT), no 142, juin 1968.

« Un autre événement est sans doute le sursaut des étudiants et des médecins, qui viennent de découvrir le personnel en lui proposant une discussion, des structures nouvelles, la collégialité, la démocratie. Les jeunes infirmières sont tentées ; mais le reste du personnel est stupéfait et inquiet, lui qui depuis tant d’années essaye de se faire entendre du corps médical en cherchant vainement à lui faire comprendre qu’il n’est pas le prolongement de son personnel de maison. Ceci a suscité des incompréhensions, d’autant que les jeunes étudiants et médecins ont souvent rejeté le syndicalisme ouvrier. Malgré cela, les militants CFDT maintiennent le contact, ils sont conscients de l’importance de cette évolution qui devrait intégrer le personnel médical dans l’ensemble de l’équipe hospitalière et dans l’ensemble de la société sans en faire une classe privilégiée. C’est peut-être aussi l’amorce d’une nouvelle conception de la médecine où le malade ne serait plus source de profit pour personne35. »

Débats

  • 36 Maurice Grimaud, Je ne suis pas né en mai 68. Souvenirs et carnets 1934-1992, Paris, Tallandier, 2 (...)
  • 37 Le Monde, 22 mai 1968.
  • 38 Le Monde, 24 mai 1968.

18L’on a oublié l’intransigeance des étudiants en médecine, qui fit de l’évacuation de leur faculté une opération pour laquelle les autorités avaient envisagé qu’ils « se défendent avec des produits toxiques36 ». Leurs textes sont une critique assez classique de leurs mandarins qui ici cumulent les tares du mandarinat universitaire et celles du mandarinat hospitalier. Ils rencontrent pourtant un réel écho dans le milieu médical et professoral. À Paris, le doyen de la faculté de médecine « affirme son accord » et demande celui de tous les membres du corps enseignant sur plusieurs points, dont la « reconnaissance du pouvoir étudiant réel et efficace dans toutes les structures hospitalo-universitaires » ainsi que la « suppression de la chaire magistrale et [la] constitution de départements à direction collégiale37 ». Cette contestation s’inscrit au demeurant dans la continuité des oppositions professionnelles et des rivalités individuelles traditionnelles en ces milieux. Mais si certains médecins sont enthousiastes, d’autres le sont moins. Le jeudi 23 mai au matin, après une nuit d’occupation et de débats à la Domus Medica, siège de l’Ordre des médecins, ce sont les membres de son conseil national, prudemment « accompagnés de policiers » et menés par son président qui s’en prennent aux occupants. « Plusieurs membres du comité d’occupation ont été jetés dans les escaliers » et, selon Le Monde, « des scènes de brutalité se sont déroulées38 ».

  • 39 « La chute d’un mandarin : la destitution du professeur Soulié », Alain Schnapp et Pierre Vidal-Na (...)
  • 40 Le Monde, 21 août, 26 septembre et 17 octobre 1968.

19Au sein du monde hospitalo-universitaire réaménagé par la réforme Debré de 1958 qui modifie fondamentalement les études médicales, organise les centres hospitalo-universitaires (CHU) et instaure un temps-plein hospitalier, les oppositions sont frontales. À Paris, à l’hôpital Broussais où avaient été soignés et hospitalisés quelques blessés de la nuit du 10 au 11 mai, Pierre Vernant, médecin des hôpitaux, maître de conférences et agrégé, fait signer une pétition contre la répression. Mal lui en prend car le professeur Pierre Soulié, dont il est l’assistant depuis 16 ans, le prend à partie quelques jours plus tard et lui retire sa consultation, ce qui revient à le priver d’activité. Dans une lettre du jeudi 16, Vernant demande des excuses à Soulié et énumère des revendications de démocratie au travail : « Abolir cette hiérarchisation extrême du service en acceptant des réunions régulières de tous les éléments actifs : médecins, étudiants, infirmières, secrétaires, où chacun pourra discuter librement des innombrables aspects de la vie d’un service39. » L’assemblée générale des étudiants en médecine de Paris vote le 17 mai la destitution de la chaire de clinique cardio-vasculaire, « dans le cadre de la réforme hospitalo-universitaire, dont les modalités restent à préciser ». Soulié, informé, obtempère : « Pas d’opposition […]. J’espère que vous obtiendrez l’organisation dont vous rêvez. » Dès que l’ordre est rétabli, il revient à des pratiques plus traditionnelles et fait évincer 11 chercheurs et praticiens40 ; c’est ainsi que Pierre Vernant devient à l’hôpital Mondor ouvert en 1969 un des grands noms de la cardiologie.

  • 41 Un mois de mai, op. cit., 1998, p. 180-181.
  • 42 Entretien avec l’auteur, 2009.

20Les photographies d’assemblées générales, comme celle de Lariboisière le 21 mai41, présentent le spectacle de personnels administratifs, ouvriers, soignants (de différents niveaux de qualification), mais aussi de médecins docteurs et élèves (internes et externes) rassemblés. C’est plus qu’inhabituel en un tel milieu et d’autant plus remarquable que le phénomène est général. Rares sont les établissements où, comme à Bobigny, « meetings improvisés, […] harangues inopinées et […] réunions du personnel en présence de délégués syndicaux et de patrons attentifs aux problèmes posés par la situation préoccupante » ne sont pas devenus le lot quotidien. Ces échanges et discussions ont parfois lieu en des conditions inhabituelles. Ainsi, à Cochin, les étudiants blessés mettent un drapeau rouge dans le service et Hélène Duberos, alors jeune infirmière de nuit et militante à la CGT, se souvient des conversations passionnées menées avec des garçons et des filles de son âge : « Les étudiants étaient sur la table, on les soignait, on discutait, on s’engueulait42. » Le débat survit même à la grève : un peu partout, des commissions continuent à plancher sur des thèmes en rapport avec l’activité hospitalière, comme au Centre hospitalier d’Aix ou à Nice où les organisations syndicales participent à égalité avec les internes et les médecins à l’élaboration d’un projet de réforme universitaire en vue de la création du CHU.

  • 43 Paris, Verdier, 1993 ; voir aussi Partisans, no 56, novembre-décembre 1970.
  • 44 Madeleine Riffaud, Les linges de la nuit, Paris, Julliard, 1974, et entretien avec l’auteur, 2003.

21Sans difficulté pour un monde médical au capital culturel alors assez fort, la prise de parole nécessite souvent une médiation pour le personnel soignant tandis que les ouvriers et administratifs y participent moins. C’est ainsi que le dramaturge Armand Gatti et des soignantes grévistes s’associent pour l’écriture d’une pièce, La journée d’une infirmière. Ou pourquoi les animaux domestiques43 ? Cinq ans plus tard, c’est la journaliste communiste Madeleine Riffaud qui se fait embaucher comme fille de salle à Broussais et à Saint-Joseph pour en tirer un témoignage écrit à la première personne, Les Linges de la nuit44. Cette parole, portée d’abord par des intellectuels proches du peuple (et ancien résistants), Gatti et Riffaud, le personnel hospitalier tentera ensuite de l’assumer seul.

Assurer les soins

22Faire la grève à l’hôpital est un exercice un peu particulier. Il ne s’agit pas, du moins dans les hôpitaux publics, de construire un rapport de force avec le patron en s’attaquant à ses profits : ne pas travailler ne lui coûte rien (et permet même aux directions d’avoir des comptes positifs dans le cadre du financement des établissements par le prix de journée). La principale question est morale, déclinée sous diverses formes depuis qu’il est question d’action syndicale dans les services de soins, au début du siècle. Depuis la Libération cependant, plusieurs grands mouvements de grève ont eu des conséquences loin d’être négligeables, comme la création d’un corps d’aides-soignants à la fin des années 1940 ou la préservation des conditions d’accès à la retraite à l’été 1953.

  • 45 Compte rendu de la réunion du bureau fédéral, 20 mai 1968, AFCGT.
  • 46 Communiqué fédéral du 25 mai 1968.

23Le 6 juin 1968, la Confédération CGT publie un numéro exceptionnel de La Vie ouvrière sur « la plus grande grève ». Parmi ses seize pages, deux sont consacrées à « ces grévistes qui travaillent pour vous… », les travailleurs des services publics qui continuent d’assurer le service de la population. Il y est question des employés des services (alors municipaux) des Eaux, des employés communaux et de ceux des hôpitaux : « Soins gratuits, urgences assurées » est-il titré. C’est que, très vite, la Fédération CGT se rend compte que c’est la bataille de l’opinion qui, dans ce secteur, est décisive. Son bureau fédéral réuni le 20 mai décide de « tout mettre en œuvre pour éviter l’impopularité du mouvement dans nos hôpitaux et communes » et, « pour les hôpitaux […] assurer le service de sécurité45 ». Le même jour, la Fédération CFDT « demande à ses organisations d’appliquer les mesures nécessaires pour assurer les soins aux malades » ; cinq jours plus tard, elle se félicite « des services assurés régulièrement avec toutes les conditions de sécurité nécessaire dans tous les établissements en grève46. » Quelques témoignages évoquent des badges ou des brassards proclamant « Je suis en grève mais je soigne les malades » sans qu’aucun document contemporain ne l’atteste ; il est probable que la mémoire en ait été construite lors des mouvements sociaux ultérieurs.

24Localement, les grévistes sont fort sensibles à cette dimension. Ils n’abandonnent pas les malades et le font savoir. Le 26 mai, « en réponse à des bruits recueillis en ville concernant le fait que les malades ne recevaient pas au centre hospitalier de Blois les soins nécessaires », un tract à destination de la population est rédigé par le personnel dans lequel, après la liste des revendications, il est précisé que les « soins sont assurés pour tous quelle que soit l’urgence, les communications téléphoniques avec les familles sont normalement assurées, les visites aux malades continuent comme par le passé […]. D’autre part, le personnel gréviste a pris les dispositions nécessaires avec les éboueurs grévistes pour assurer l’enlèvement des ordures ménagères ». Le rapport avec la population passe largement par celui qui est entretenu avec les familles des patients. Dans de nombreux hôpitaux, les horaires de visite sont considérablement élargis, permettant ainsi aux proches d’assurer certaines tâches dévolues d’ordinaire au personnel (les toilettes en pédiatrie, l’aide au repas dans beaucoup de cas). Dans les hôpitaux marseillais, la question est discutée dans la structure de coordination des syndicats. Force ouvrière estime que les visites des familles aux malades ne font pas partie de l’indispensable et propose de les supprimer tandis que la CGT négocie une simple restriction des horaires ; il s’agit du seul exemple d’aggravation des conditions d’hospitalisation assumée par les grévistes.

25Dans un milieu où le glissement des tâches est constant, notamment du fait d’équipes trop restreintes pour que soient respectées des dispositions réglementaires et légales très strictes, les effectifs réduits amplifient ce phénomène. Mais alors qu’il correspond généralement à l’insuffisance de qualification du personnel présent (avec par exemple une aide-soignante qui effectue une tâche d’infirmière), il s’agit plutôt en ce mois de mai d’un partage des tâches peu valorisantes, lorsque dans certains services des infirmières font le ménage comme les agents de service. En phase avec la dimension antihiérarchique du mouvement, ce comportement ne passe cependant pas la barrière médicale et aucun témoignage n’évoque un médecin s’essayant au balai. En une pratique festive qui rappelle les grèves du printemps 1936, de grandes corvées collectives de pluche font participer chacun (ou presque) à la préparation des repas, à la vaisselle. Mais les vieilles postures de déférence demeurent et, çà et là, la lecture de comptes rendus peut prêter à sourire comme lorsque, à l’hôpital Lesvellec, il est question des fréquentes assemblées « auxquelles assistaient également Messieurs les Médecins-chefs qui nous ont soutenus dans nos revendications ».

L’hôpital, avenir de Mai : « Ni nonnes, ni bonnes, ni connes »

Sorties de grève

  • 47 Antoine Prost, « Les négociations de Grenelle », dans Alain Beltran et Gilles Le Beguec (dir.), op (...)
  • 48 Pages syndicales, no 142, juin 1968.
  • 49 Note manuscrite, dossier « Mai 1968. Actions dans les syndicats de la Fédé Santé », AFCFDT.

26Dès la première semaine de grève, les fédérations de salariés sont en contact avec le ministre des Affaires sociales, Jean-Marcel Jeanneney. Mais c’est au milieu de la semaine suivante, le mardi 28, après la conclusion des négociations de Grenelle, que des discussions s’engagent dans la fonction publique hospitalière. Alors que Jeanneney avait été un des principaux acteurs de la négociation interprofessionnelle47, c’est son directeur de cabinet, Bernard Guitton, qui le représente. Outre les organisations syndicales de salariés (des fédérations des confédérations CGT-FO, CGT, CFDT et CFTC, mais aussi la Fédération autonome des personnels des services de santé et des services sociaux), est présente la Fédération hospitalière de France, créée à la fin de la Grande Guerre et qui regroupe des centaines d’établissements, coordonne les directions locales alors que les réformes de 1941 puis 1958 ont donné un rôle croissant aux directeurs. La CFDT n’apprécie pas vraiment cette présence : « L’interlocuteur “patronal” s’est révélé être beaucoup plus du côté de la fédération hospitalière que du côté du ministère, celui-ci étant toujours prêt à suivre les avis de cette organisation que de discuter réellement les principes ou demandes émises par les organisations syndicales des personnels48. » Un des négociateurs syndicaux note sur une feuille de papier : « Si FHF fait du cinéma. FHF pas indispensable dans négociations, s’ils veulent partir, nous ne les retenons pas. Nous ne considérons pas la FHF comme notre interlocuteur valable. Celui-ci ne peut être que le ministère49. » Les principales fédérations de salariés sont dans un premier temps en désaccord à propos de l’ordre du jour. La CFDT veut notamment que le droit syndical soit évoqué en premier tandis que la CGT considère la réduction du temps de travail comme l’élément le plus important et finit par obtenir raison.

  • 50 Voir sa notice biographique dans Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique, mouvement ouv (...)
  • 51 Entretien avec l’auteur, 2003.
  • 52 Le projet de protocole en date du 30 mai est le même texte que le protocole du lendemain.

27Yvette Bellamy, alors secrétaire générale de la branche santé de la Fédération des services publics et de Santé50, est là pour la CGT et elle signe le protocole d’accord. Quarante ans plus tard, lorsqu’elle relate les négociations qui ont lieu le 30 mai, elle se rappelle le changement d’ambiance suscité par l’allocution présidentielle : « Le directeur de la santé me tenait par les épaules au début des négociations […] ; après le discours de de Gaulle, c’était fini, on ne nous voyait plus, on ne nous parlait plus. » Elle explique que, dès lors, les points abordés pour l’élaboration du protocole deviennent plus flous et que presque plus rien n’est obtenu51. Il n’en reste pas moins que le projet prévu le soir du 30 mai est adopté le lendemain52, signé (dans l’ordre du protocole) par le directeur du cabinet du ministre des Affaires sociales, la Fédération hospitalière de France, et les fédérations syndicales FO, CGT, CFTC et autonome (ces deux dernières étant très peu représentatives). La Fédération CFDT, estimant qu’il n’est en rien démocratique de signer un tel texte sans l’avis des syndicats départementaux (qui sont ses organisations locales de base) entame une large consultation. Le 4 juin, l’ensemble de ses syndicats a mandaté le secrétariat fédéral pour ratifier ce texte, ce qui est fait.

  • 53 Jean Imbert (dir.), op. cit., p. 453.

28Le protocole détaille tout ce qui est obtenu. Le plus important (en premier dans le texte) concerne la durée du travail puisque, alors que la plupart des établissements avaient encore 44 heures de travail hebdomadaire, elle est portée à 42 heures dès le lendemain, 41 heures au premier janvier suivant puis 40 heures dans un délai non fixé, ce qui permet un réaménagement des roulements, notamment dans les services de soins. Dans nombre d’établissements, des agents qui ne disposaient que d’un dimanche de congé par mois en ont désormais deux. Les salaires, les plus bas surtout, sont augmentés substantiellement, ce qui est d’autant plus appréciable que le personnel hospitalier est mal payé. Le droit syndical est renforcé, notamment dans le cadre du fonctionnement des organismes statutaires. Une attention particulière est portée à la formation professionnelle et à la promotion sociale, ce qui est d’autant plus apprécié que, depuis une vingtaine d’années, l’exercice des métiers des services de soins est lié à la possession d’un diplôme. La question des effectifs, appelée à devenir récurrente, est également posée, et comme les grandes réductions du temps de travail précédentes en milieu hospitalier (au début du XXe siècle, en 1919, en 1936), des recrutements conséquents évitent une aggravation des conditions de travail. Ainsi, dans la plupart des établissements, la durée hebdomadaire est réduite à très bref délai de 44 à 40 heures, « soit une diminution de 10 % entraînant une augmentation équivalente des effectifs53 ». Toutes les revendications initiales ne sont cependant pas satisfaites. Ainsi, « l’abrogation des ordonnances gouvernementales démantelant la Sécurité sociale » reçoit dès le début une fin de non-recevoir du pouvoir, tandis que d’autres thèmes (la 5e semaine de congés payés, l’intégration de l’indemnité de résidence au salaire de base, etc.) sont laissés de côté.

  • 54 Dossier « Mai 1968. Actions dans les syndicats de la Fédé Santé », AFCFDT.
  • 55 « Situation rapide des actions actuelles dans l’ensemble de la France », 22 mai 1968, ibid.
  • 56 Compte rendu de la réunion du secrétariat fédéral, 24 juin 1968, AFCGT.

29Essentiels également, les acquis locaux sont de toute nature. Impossibles à énumérer ici, ils s’ancrent dans la vie quotidienne dont ils révèlent les difficultés. Ainsi, à Aix-en-Provence, outre la rapide mise en place de la semaine de 40 heures en 5 jours, 43 postes sont créés, une crèche-garderie pérenne est mise en place et 10 logements en HLM sont réservés au personnel54. Souvent, les directions locales négocient et anticipent les acquis nationaux. Deux jours après le début de la grève, 9 hôpitaux ont déjà obtenu l’application immédiate des 40 heures dont un avec embauche correspondante55. Comme dans d’autres secteurs professionnels, les secrétaires fédéraux de la CGT s’efforcent ensuite de convaincre les indécis, partant de Paris pour 16 villes ou départements, mieux accueillis ailleurs que dans les grandes villes pourvues de CHU : ainsi, les hospitaliers de Montpellier ne sont « pas convaincus de la valeur des résultats » tandis que ceux du Pas-de-Calais manifestent leur « satisfaction dans l’ensemble sur les avantages acquis56 ».

  • 57 Lettre au ministre, 14 juin 1968, AFCGT.
  • 58 Lettre au ministre, 20 août 1968, AFCGT.

30Lors des négociations, le ministère s’est engagé « à ce que ces journées de grève ne fassent l’objet d’aucune retenue sur salaire ou récupération […] après avoir fait l’éloge de la haute conscience professionnelle observée par le personnel hospitalier lors de la grève57 ». Les syndicats veillent notamment à ce que soit tenu cet engagement, la Fédération CGT intervenant ainsi auprès de l’hôpital de Belfort pour que soit payée une aide-soignante qui pendant 18 jours n’était pas allée à son travail faute de transports58. Le fait qu’il n’y ait pas de retenue sur salaires permet au personnel hospitalier de souscrire à des caisses de grève d’autres secteurs (par exemple de la métallurgie pour les Marseillais). La mémoire de la grève peut être ainsi celle d’une certaine fierté. Les hospitaliers ont fait grève, et le calendrier du conflit fait que dans bien des petites villes où l’industrie ne s’est lancée que plus tard dans le mouvement, ils ont l’impression d’avoir été exemplaire (« Créer l’événement » dit l’un d’entre eux).

  • 59 Assemblée nationale, 3e législature, texte no 661 du 5 avril 1968. Un carton des AFCFDT (22L65) et (...)
  • 60 Daniel Benamouzig, La santé au miroir de l’économie, Paris, Presses universitaires de France, 2005
  • 61 Tract CGT-CFDT-FO, 6 juin 1968, AAP-HP, 70. W3.

31Pour les médecins et étudiants, les processus hospitaliers et universitaires ne se recoupent pas forcément. Ils revendiquaient une autonomisation des CHU que leur accorde en partie la loi Faure. Mais les syndicats de l’Assistance publique redoutaient l’éclatement de leur institution, préparé par le projet de loi portant réforme sanitaire et hospitalière présenté à la séance du 17 avril 1968 par Jean-Marcel Jeanneney59. S’il s’agissait surtout d’un texte technique insistant sur le « perfectionnement des méthodes selon lesquelles s’effectue le choix des investissements », dans la logique de la prise en charge par le Plan et des réflexions en économie de la Santé60, la crainte était forte du côté du personnel et les syndicats se réjouissent de « l’abrogation de projet de réforme sanitaire et hospitalière qui avait pour but de morceler notre administration et de faire perdre au personnel ses droits acquis61 ». Quant au refus de la séparation entre la médecine de ville et la médecine hospitalière, il est licite de penser que la généralisation des stages hospitaliers tout comme l’emploi de médecins attachés (voire comme vacataires de rééducateurs paramédicaux exerçant en ville l’après-midi) correspondent en partie à cette démarche.

Le destin d’une génération

  • 62 Rapport du XIXe congrès de la Fédération CFDT Santé-Sociaux, Tours, mai 1969.
  • 63 Entretien avec l’auteur, 2000.

32Alors que la CFDT Santé-Sociaux se félicite un an plus tard d’avoir « été la seule organisation syndicale à avoir marqué son accord avec l’essentiel des objectifs du mouvement étudiant62 », elle constate avec plaisir l’adhésion d’un groupe médical des hôpitaux publics et privés. Plus effarouchée par la contestation estudiantine, la CGT syndique également quelques médecins hospitaliers. Mais il est un autre groupe qui s’engage à cette occasion, Mai apparaissant plus comme un révélateur que comme la cause réelle. Cette population de travailleuses hospitalières très concernée par le mois de mai 1968 est celle des religieuses, qu’elles travaillent dans le cadre d’une qualification (notamment infirmière ou aides-soignantes) ou qu’elles soient membres d’une communauté de sœurs hospitalières. À l’hôpital d’Oyonnax, les sœurs sont dans la grève, l’une d’entre adhère à la CGT. Ailleurs, la CFDT, forte de sa tradition et présentant pour ces femmes l’intérêt de la déconfessionnalisation, en syndique plusieurs. L’une d’entre elle, alors gréviste dans un hôpital de Clermont-Ferrand, se souvient à quel point les religieuses grévistes ont dû subir, bien plus que les laïques, l’hostilité de la hiérarchie hospitalière et du corps médical dépités qu’elles ne se soient pas placées en dehors du groupe des travailleurs hospitaliers63. Des ruptures peuvent également être consommées à cette occasion, sans d’ailleurs que l’administration hospitalière montre quelque hostilité. Au moins quatre sœurs quittent lors des mois qui ont suivi Mai 1968 la communauté des Hospices civils de Lyon, dont une surveillante qui occupait cette fonction depuis 1954, reclassées comme agents titulaires par l’administration des HCL au sein du personnel laïc en conservant leur ancienneté.

  • 64 Compte rendu de la réunion du bureau fédéral, 2 juillet 1968, AFCGT.
  • 65 Blanc des Renseignements généraux, « Inquiétude de la CGT devant l’agitation chez les élèves infir (...)

33Dès les lendemains du conflit, la CGT compte bien engranger les bénéfices de la mobilisation et « utiliser à plein le potentiel de militants notamment jeunes et femmes qui se sont révélés au cours des grèves » tout en étant consciente de la nécessité d’« adopter un autre style de travail64 ». En réalité, l’évolution des structures de l’emploi hospitalier qui font se développer les effectifs des services de soins où la CFDT d’alors, revendicatrice et autogestionnaire, est plus en phase avec la population de jeunes femmes diplômées qui la compose présente quelque inconvénient pour la CGT65 dont les pratiques internes très autoritaires révulsent cette génération.

34Il faut parfois remonter à ce mois de mai pour comprendre certains comportements de syndicalistes. Aux hospices civils de Lyon, alors que le mouvement touche à son terme, la CFDT suggère d’inclure le temps de repas dans le temps de travail ; la CGT y perçoit une surenchère et accélère la reprise. Mais la question se pose ensuite à de nombreuses reprises, conflit classique à propos de la maîtrise par l’employeur d’un temps non travaillé mais pendant lequel les travailleurs sont à disposition et peuvent être appelés dans leur service. La CGT locale n’a alors de cesse de s’y opposer, quitte à mettre ses militants en porte-à-faux dans la mesure où il leur est difficile de plaider l’absence de légitimité de la revendication. Lorsqu’au printemps 1982 une lutte assez forte est menée à ce propos par les autres syndicats, la CGT qui s’y oppose apparaît alors avant tout comme le soutien inconditionnel d’un ministère alors attribué à un communiste. Il n’en reste pas moins que des pratiques auparavant peu habituelles dans les hôpitaux s’y répandent, touchant des groupes professionnels relativement épargnés par la contestation mais qui s’y essayent avec bonheur : c’est après la manifestation d’un demi-millier de directeurs devant le ministère de la Santé qu’un nouveau statut leur est octroyé en 1969.

  • 66 Didier Leschi, « Les coordinations, filles des années 1968 », Clio, histoire, femmes et sociétés, (...)

35Dans l’après-soixante-huit, pendant vingt ans, les conflits sociaux se révèlent communs dans le monde hospitalier, souvent éclatés, parfois victorieux en dépit de la division syndicale. Communément menés par des jeunes femmes qui ont été élèves-infirmières après être sorties des lycées agités de la première moitié des années 1970, elles se sont forgé une culture de lutte sociale qui explique la réussite des mouvements de 1988 et 1991, lorsqu’aux pratiques de manifestations, d’assemblées générales et de coordination dans la logique de ce mois de Mai, elles ont mis en avant des revendications d’émancipation et de dignité qui en relèvent66. « Ni nonnes, ni bonnes, ni connes » : il a fallu deux décennies pour que l’hôpital trouve véritablement son mois de Mai.

*

36Encore nombreux à l’hôpital, les ouvriers y ont fait en ce mois de mai une grève assez classique, bien encadrée par les syndicats (dont surtout la CGT) et somme toute assez courte puisque satisfaction a rapidement été obtenue. Cette grève s’est déroulée dans un contexte assez bouleversé, par la réduction de l’activité (sauf de rares jours en de rares endroits où ont afflué les blessés des affrontements) mais aussi par tout ce qui se passait au dehors. Le personnel soignant, auparavant souvent moins au fait de tels modes d’action, a pris une part importante au mouvement mais aussi aux discussions, assemblées générales quotidiennes et manifestations.

37Il est des secteurs, comme les prisons, où le mois de Mai 1968 fut calme et les années suivantes tumultueuses. Ce ne fut pas le cas de l’autre objet de Michel Foucault, puisque l’agitation qui a marqué le monde hospitalier pendant plus d’un quart de siècle se situe dans la continuité d’un printemps qui, sans être indifférent, fut somme toute bien tranquille, mais dont la remise en cause est venue d’une société chamboulée. Lycéennes dans l’après-soixante-huit, les jeunes infirmières des années soixante-dix ont permis à l’hôpital où elles n’étaient alors pas de parachever à l’automne, deux décennies plus tard, son mois de mai.

Notes

1 Christian Chevandier, L’hôpital dans la France du XXe siècle, Paris, Perrin, 2009, p. 288-289.

2 Bénédicte Vergez-Chaignon, Le monde des médecins au XXe siècle, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 87-98.

3 Témoignage de Michelle Reure, Télérama, numéro spécial Oui, Mai…, mai 1998, p. 14.

4 Sur cette nuit-là, voir Christian Chevandier, La fabrique d’une génération. Georges Valero, postier, militant et écrivain, Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 148-149.

5 « Photographies sur les événements de mai-juin », archives de la préfecture de police de Paris (dénommées APPP infra), sous série MJ, cartons FA26 et FA27.

6 Jean Imbert, (dir.), L’histoire des hôpitaux en France, Toulouse, Privat, 1982, p. 420-421.

7 Les SAMU ont été créés au début des années 1970.

8 Alain Delale et Gilles Ragache, La France de 68, Paris, Seuil, 1978, p. 230-233.

9 Il y a ainsi un journaliste hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière pour une fracture de la jambe.

10 « État précisant les causes des blessures des membres du service d’ordre […] », courrier du directeur général de la police municipale au directeur de cabinet du préfet, juin 1968, APPP, sous série MJ, cartons FA23.

11 Mais un étudiant en 5e année peut bien avoir, élève de première, manifesté en février 1962 vers la station de métro Charonne.

12 UNEF/SNESup, Ils accusent, Paris, Seuil, 1968, p. 113-122.

13 Le dernier mort d’une manifestation dans Paris intra-muros, en 1986, a été tué par un matraquage.

14 Fabien Jobard, « Matraques, gaz et boucliers : la police en action », dans Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel, 68, une histoire collective 1962-1981, Paris, La Découverte, 2008, p. 281-285.

15 « Manifestations d’étudiants de la semaine », 15 mai 1968, Archives de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (dénommées AAP-HP infra), 70W2.5, fonds du cabinet du directeur général.

16 Trois étudiants sont cependant soignés à Saint-Antoine et un policier hospitalisé à Lariboisière.

17 17 blessés y sont hospitalisés ; les anciens locaux de Beaujon, dans le 8e arrondissement, sont alors affectés à la préfecture de police.

18 Voir le témoignage de Madeleine Burtin, dans Vincent Rousset et Yvette Spadoni (dir.), Des femmes, des hommes, un hôpital. Le personnel de l’AP-HP témoigne, Paris, Doin, 1999, p. 31.

19 Sans compter les 4 blessés hospitalisés à la Maison de santé des gardiens de la paix et ceux qui le sont éventuellement au Val-de-Grâce, mais les membres du service d’ordre le plus sérieusement atteints sont pour l’un à la Pitié-Salpêtrière, pour l’autre à Lariboisière.

20 Liaisons, no 151, septembre 1968, p. 25.

21 En comptant la nuit suivant chacune de ces journées.

22 Vincent Rousset et Yvette Spadoni (dir.), op. cit., p. 29-32.

23 Témoignage de Mychèle Dupuis, Télérama, op. cit., p. 61.

24 Isabelle von Bueltzingsloewen (dir.), « Morts d’inanition ». Famines et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

25 Dossier ronéoté 15 jours de grève au Centre hospitalier de Blois.

26 La Vie ouvrière, 5 juin 1968.

27 Sur l’importance de la création de cette école dans l’histoire du métier d’infirmière, voir Christian Chevandier, Infirmières à Paris. Émergence d’une profession, 1900-1950, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

28 Journal d’information des élèves infirmières et infirmiers, 27 juin 1968, AAP-HP, 70W3, fonds du cabinet du directeur général et Émilie Caminade, Les écoles d’infirmières de l’Assistance publique de Paris dans l’après-Mai 1968, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, université Paris 1, 2001, p. 26.

29 Dossier ronéoté 15 jours de grève au centre hospitalier de Blois.

30 Un mois de mai très occupé, Paris, VO Éditions/Le Temps des cerises, 1998, p. 87.

31 Rapport du XIXe congrès de la Fédération CFDT Santé-Sociaux, Tours, mai 1969, « Action revendicative », p. 19-22, archives de la Fédération CFDT Santé-Sociaux, archives interfédérales (dénommées AFCFDT infra).

32 Compte rendu de la réunion du bureau fédéral, 20 mai 1968, archives de Fédération CGT des services publics et de la santé (stipulées AFCGT infra).

33 Perspectives (Fédération CGT), no 140, décembre 2008.

34 AAP-HP, 70W3, fonds du cabinet du directeur général.

35 Pages syndicales (Fédération CFDT), no 142, juin 1968.

36 Maurice Grimaud, Je ne suis pas né en mai 68. Souvenirs et carnets 1934-1992, Paris, Tallandier, 2008, p. 357 (jeudi 4 juillet).

37 Le Monde, 22 mai 1968.

38 Le Monde, 24 mai 1968.

39 « La chute d’un mandarin : la destitution du professeur Soulié », Alain Schnapp et Pierre Vidal-Naquet (prés.), Journal de la commune étudiante, textes et documents, novembre 1967-juin 1968, Paris, Le Seuil, 1969, p. 657-663 ; remarquons l’ordre hiérarchique dans lequel sont énoncés les différents niveaux de qualification.

40 Le Monde, 21 août, 26 septembre et 17 octobre 1968.

41 Un mois de mai, op. cit., 1998, p. 180-181.

42 Entretien avec l’auteur, 2009.

43 Paris, Verdier, 1993 ; voir aussi Partisans, no 56, novembre-décembre 1970.

44 Madeleine Riffaud, Les linges de la nuit, Paris, Julliard, 1974, et entretien avec l’auteur, 2003.

45 Compte rendu de la réunion du bureau fédéral, 20 mai 1968, AFCGT.

46 Communiqué fédéral du 25 mai 1968.

47 Antoine Prost, « Les négociations de Grenelle », dans Alain Beltran et Gilles Le Beguec (dir.), op. cit., p. 129-140.

48 Pages syndicales, no 142, juin 1968.

49 Note manuscrite, dossier « Mai 1968. Actions dans les syndicats de la Fédé Santé », AFCFDT.

50 Voir sa notice biographique dans Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier mouvement social, période 1940-1968, t. ii, Paris, Éditions de l’Atelier, 2006, p. 25.

51 Entretien avec l’auteur, 2003.

52 Le projet de protocole en date du 30 mai est le même texte que le protocole du lendemain.

53 Jean Imbert (dir.), op. cit., p. 453.

54 Dossier « Mai 1968. Actions dans les syndicats de la Fédé Santé », AFCFDT.

55 « Situation rapide des actions actuelles dans l’ensemble de la France », 22 mai 1968, ibid.

56 Compte rendu de la réunion du secrétariat fédéral, 24 juin 1968, AFCGT.

57 Lettre au ministre, 14 juin 1968, AFCGT.

58 Lettre au ministre, 20 août 1968, AFCGT.

59 Assemblée nationale, 3e législature, texte no 661 du 5 avril 1968. Un carton des AFCFDT (22L65) et un autre des AFCGT (non référencié) sont consacrés à cette réforme et aux modalités de la préparation de ce texte.

60 Daniel Benamouzig, La santé au miroir de l’économie, Paris, Presses universitaires de France, 2005.

61 Tract CGT-CFDT-FO, 6 juin 1968, AAP-HP, 70. W3.

62 Rapport du XIXe congrès de la Fédération CFDT Santé-Sociaux, Tours, mai 1969.

63 Entretien avec l’auteur, 2000.

64 Compte rendu de la réunion du bureau fédéral, 2 juillet 1968, AFCGT.

65 Blanc des Renseignements généraux, « Inquiétude de la CGT devant l’agitation chez les élèves infirmières », 1er juin 1974, APPP, dossier 42-156-0.

66 Didier Leschi, « Les coordinations, filles des années 1968 », Clio, histoire, femmes et sociétés, no 3, janvier-juin 1996, p. 163-181.

Auteur

Professeur des universités en histoire contemporaine à l’université du Havre – CHS (Centre d’histoire sociale du XXe siècle), Paris 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540