Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Deuxième partie. Le Mai des métiers. Des militaires aux cheminots

Mai 68 devant les barricades : le regard des gendarmes mobiles

Thierry Forest

Texte intégral

1En 1968, les personnels de la gendarmerie mobile, comme les autres militaires de l’armée française, sont d’abord marqués par les opérations en Algérie, véritable épreuve du feu pour la majorité d’entre eux. Les événements de mai-juin vont provoquer une réelle surprise dans les rangs d’une troupe rustique et aguerrie mais mal préparée à cette contestation. Deux mondes qui s’ignorent vont s’affronter pendant un mois et demi, lors de soirées longues et éprouvantes pour des gendarmes qui resteront cependant maîtres du terrain. Les responsables sauront en tirer les leçons et, plus que les mentalités, ce sont les techniques et les équipements qui seront remis en cause.

La surprise des gendarmes mobiles

  • 1 Général (CR) Georges Segura, lieutenant à l’EGM 7/17 de Sarreguemines dans Thierry Forest, La gend (...)
  • 2 Général (CR) Georges Philippot, Mai-juin 1968 réflexions et témoignages, table ronde organisée par (...)
  • 3 Compte rendu du commissaire principal Cerf (xixe ardt.) du 25/08/68, PP, série FA/MJ, carton 9.

2En majorité de sensibilité gaulliste depuis l’Algérie, la gendarmerie mobile constitue une troupe aguerrie dont la valeur morale et la cohésion ont permis, de l’avis général, d’éviter le pire malgré la fatigue, les difficultés rencontrées et l’inadaptation des moyens matériels, même si depuis quelque temps, sa formation au maintien de l’ordre a été plutôt négligée1. Les escadrons qui rejoignent Paris début mai, le font dans une certaine fébrilité et sans ordres précis. Les interventions vont se faire au coup par coup et le principal souci de l’encadrement est de maintenir la cohésion alors que les autorités civiles et le commandement paraissent quelque peu désorientés. Le premier contact provoque chez les gendarmes de l’incompréhension et de la perplexité car la disproportion entre les motifs du mécontentement et l’ampleur de la crise que ces jeunes ont déclenchée leur paraissent absurdes2. Ces hommes, nombre d’observateurs les qualifient de meilleurs, de plus expérimentés et de plus calmes parmi les forces de l’ordre car les manifestations paysannes et ouvrières leur ont appris le sang-froid. Dans un compte rendu, un commissaire de police3 les en félicite à l’occasion des difficiles opérations accomplies en commun. Il souligne le parfait esprit d’équipe et le grand courage qu’ils n’ont cessé de manifester lors de leurs multiples interventions.

  • 4 Général (CR) Jean Malabre, lieutenant-colonel chef d’état-major du Commandement régional de la gen (...)
  • 5 Message no 5024/2-III du 10/05/68, SHGN, CGRP, 023121.

3Le personnel, d’origine provinciale et de recrutement en grande partie rural, considère son adversaire comme un petit-bourgeois qui ne songe qu’à casser du flic et à détruire par jeu, déclare un officier de gendarmerie4. Il ne comprend pas ce mouvement car la majorité n’a pas d’enfant inscrit à l’université. Certains sont tristes et surpris de voir ces manifestants, qui pourraient être leurs fils ou leurs frères, détruire les symboles du savoir. Ils sont désolés d’être insultés, lapidés et frappés mais ils sont bien décidés à faire remplir leur mission. Un tract leur est distribué le 10 mai par les étudiants les appelant à une fraternisation illusoire et évoquant les enfants de policiers5. Cette adresse, si elle peut concerner certains militaires de la garde républicaine et les unités de la région parisienne dont les fils et filles ont peut-être plus facilement accès aux études supérieures, est peu susceptible d’éveiller la sympathie des escadrons de province qui considèrent en effet les étudiants comme des privilégiés. Ce mouvement, qui semble avant tout un défi à l’autorité, a un côté parfois ludique. Or, le 23 janvier 1968, les gendarmes ont violemment affronté les ouvriers en grève chez Saviem, à Caen et, trois jours plus tard, à Fougères, cité de la chaussure et du textile, des heurts brutaux les ont opposés à des jeunes gens. Plus que Mai 68, ces deux manifestations ont durablement marqué la mémoire des gendarmes. Pendant ces affrontements limités dans le temps et dans l’espace, les forces de l’ordre sont toujours restées maîtresses du terrain. Il n’y a donc aucune raison de douter de leur capacité à ramener les récalcitrants de Paris à de meilleurs sentiments en une ou deux journées. Dans l’Ouest, les gendarmes mobiles ont eu à faire face à un adversaire classique envers lequel ils éprouvent traditionnellement du respect car il défend ses conditions de vie et son outil de travail, certes avec violence, mais sans haine à leur endroit et, surtout, avec le respect du matériel.

  • 6 L’Essor de la Gendarmerie nationale, no 4 du 16/02/68 et no 15 du 01/08/68.
  • 7 Compte rendu no 488/2 du 25/05/68 du capitaine Moulin, SHGN, EGM 2/2 de Maisons-Alfort, 1953 W 359
  • 8 Adrien Dansette, Mai 68, Paris, Payot et Rivages, 1998, p. 296.

4Le « mobile » pourrait cependant avoir quelques motifs de se plaindre. Ainsi, dans la rubrique « La voix de la mobile », un lecteur anonyme de L’Essor de la Gendarmerie Nationale évoque un problème récurent que les événements vont accentuer. Il s’agit du repos hebdomadaire de 24 heures dont le personnel a beaucoup de mal à bénéficier au retour d’un déplacement du fait de son emploi intensif. Après un séjour à Paris d’une durée de quatre semaines, les gendarmes ne peuvent prétendre qu’à quatre jours de repos au retour à la résidence, repos souvent différé. Un autre lecteur fait l’amer constat d’un retard par rapport à la police nationale et souligne la disparité des primes octroyées lors des déplacements entre CRS et GM. Ainsi, les heures supplémentaires effectuées par le policier lui sont soit payées, soit transformées en jour de repos. Sa tenue est gratuite alors que le gendarme paie une vareuse et un pantalon de 400 à 500 francs. Or la prime d’entretien annuelle n’est que de 280,80 francs6. Heureusement, les frais de déplacement seront sensiblement augmentés en juin 1968 dans le cadre d’une revalorisation des salaires que le mécontentement de la police a suscitée dès la mi-mai. Mais ce n’est que le 8 juin que, pour ménager les hommes, le commandement autorise la relève nombre pour nombre des personnels fatigués ou présentant un cas social avéré. La question du repos devient cruciale pour conserver un moral souvent qualifié d’excellent et éviter de dégarnir les rangs. Durant la première semaine de mai, des unités de gendarmerie ont été employées tous les jours et il arrive que, certains jours, plusieurs unités restent en maintien de l’ordre jusqu’à 17 heures de suite, voire 36 heures dans le cas d’un escadron de l’est de la France. Fin mai, un capitaine7 rédige un compte rendu sur l’état de fatigue de ses hommes qui, depuis le 27 avril, n’ont bénéficié que d’un seul jour de repos. Dans la semaine du 5 au 11 mai, l’escadron a effectué 85 heures et a compté douze blessés. Après les affrontements du 24 mai, un autre officier de gendarmerie aurait déclaré à un député gaulliste que ses hommes étaient excédés par les longues attentes sans réagir et prêts de se déchaîner. Il craignait qu’ils ne tirent8.

  • 9 Antoinette Le Bourhis, fille d’un gendarme de l’EGM 2/8 de Vitré dans Thierry Forest, op. cit.

5Du côté des familles, ces dernières ont vu partir les pères et maris fin avril ou début mai vers la Bretagne pour quelques jours. Le détournement des unités sur Paris les a surprises tout autant que les gendarmes, les laissant dans les premiers temps sans nouvelles. Puis les liaisons radios et le courrier, avant la grève de la seconde quinzaine de mai, ont pu rétablir le contact. Les épouses ont dû, avec l’aide des personnels restés à la résidence, organiser la vie quotidienne mais elles ont vécu dans l’inquiétude. La fille d’un gendarme de l’escadron de Vitré se souvient, par exemple, avoir entendu que l’escadron avait chargé dur9. Le quotidien a commencé à sérieusement se compliquer quand l’argent est venu à manquer mais le commandement a rapidement pris des mesures pour permettre aux épouses de percevoir une avance sur solde. Les gendarmes engagés à Paris ont eux aussi bénéficié de cette mesure pour pouvoir subvenir à leurs besoins de base.

  • 10 Adjudant-chef (ER) Pierre Bringout et lieutenant-colonel (ER) Gabriel Ramain, maréchal-des-logis-c (...)
  • 11 Adjudant-chef (ER) Valentin Brochier, gendarme à l’EGM 8/17 de Baccarat dans Thierry Forest, op. c (...)
  • 12 Capitaine (ER) Daniel Forest, gendarme à l’EGM 3/19 de Reims dans Thierry Forest, op. cit., et SHG (...)

6Mais les escadrons ont un autre souci : l’état du cantonnement en région parisienne. Le logement au fort de Vincennes leur impose des conditions de vie infectes, témoigne un ancien gradé10, même s’il est qualifié de très correct pour l’époque par un officier de la même unité. Des gendarmes, entre autre exemple, sont logés à 82 dans une salle avec trois WC et deux lavabos. En fait, les conditions de vie résultent de l’urgence de la situation et montrent pour le moins l’absence d’anticipation des événements par les responsables. Les relèves des escadrons à toute heure rendent la récupération physique difficile. Mais ces hommes ont l’habitude de se côtoyer et il règne, en général, une bonne ambiance parmi eux. D’autres sont semble-t-il plus favorisés comme ceux qui, au fort de Charenton, ont « la chance » de n’être que 30 par chambre. Mais pour l’ensemble de l’unité, ils n’ont qu’un seul point d’eau11. Le quotidien est donc assez pénible même pour des hommes certes habitués à des conditions souvent rustiques, à la fatigue et au danger. En province, durant ce mois de mai, le logement est tout aussi sommaire. Ainsi, à Rennes le 23 mai, l’escadron de Reims est cantonné dans un hangar à hélicoptères avec une autre unité soit 170 personnes. L’endroit regroupe sous un même toit sans même une cloison le dortoir, le bar, la salle à manger… et un terrain de volley-ball. Ces deux unités ne disposent que d’un seul robinet et d’un seul WC12. Par chance, le temps est aussi beau qu’à Paris et la lessive peut sécher en plein air. Le personnel a pu toucher une avance de solde (100 francs par militaire le 21 mai) et résoudre le problème du courrier grâce aux bons offices de l’armée de l’air qui effectue des liaisons aériennes avec la base de Reims. Ce geste est fort apprécié car les familles ignorent toujours où se trouve l’escadron.

  • 13 Adjudant-chef (ER) Georges Martinet et gendarme (ER) Daniel Ravailler, maréchal-des-logis-chef et (...)
  • 14 Rapport no 749/2 du 18/05/68 du capitaine Gourves, SHGN, EGM 5/6 de Creil, 38952.

7Heureusement, il y a le gérant d’ordinaire qui doit assurer au gendarme sur le terrain un repas bien souvent froid et qui se heurte à de nombreux obstacles pour effectuer ses achats. Parfois, ce gradé en charge de la popote revêt une combinaison bleue et gratte le sigle gendarmerie sur la plaque d’immatriculation avant de faire entre 50 et 80 km pour se ravitailler. Car, sur Paris, des manifestants font pression sur les grossistes et les commerçants. Il arrive aussi que certains s’en prennent directement au ravitaillement13. Ce genre de mésaventure ne peut évidemment pas rendre le combat des étudiants sympathique aux yeux des gendarmes. Ils supportent du mieux qu’ils le peuvent le rythme qui leur est imposé mais ils tiennent quand même à bénéficier d’un repas chaud par jour14.

  • 15 Jean-Pierre Sabatut, gendarme à l’EGM 8/22 de Digne dans Thierry Forest, op. cit.

8Pour ne rien arranger, les équipements sont totalement inadaptés et les matériels sont dépassés. La tenue des gendarmes mobiles de 1968 (vareuse, pantalon, brodequins et baudrier) est aussi peu adaptée que possible au nouveau maintien de l’ordre, car elle est une gêne pour les mouvements et permet la préhension par l’adversaire. La protection des personnels préoccupe beaucoup le commandement. C’est la première doléance, parce que la vulnérabilité des corps est directement ressentie par les personnels. Visière et bouclier font cruellement défaut. Certains pallient l’absence de boucliers en se munissant de couvercles de poubelles15. Mais pour la plupart, assaillis des heures durant, ils ne peuvent ni se protéger, ni lutter efficacement. Les jets massifs et continus de pierres durant plusieurs jours émoussent la résistance des plus endurcis. Durant les affrontements, la gendarmerie mobile a aussi le désavantage, par rapport aux CRS, de ne pas être équipée de fusils lance-grenades qui permettent de pouvoir tenir les manifestants à distance et, en l’absence de toute protection individuelle ou collective, de protéger le personnel et d’effectuer des tirs sur les toits. Pour pallier ces manques, des tromblons artisanaux sont mis au point et on assiste même à des échanges de procédés entre escadrons. Des tireurs sont désignés et une technique d’emploi empirique est élaborée. Enfin, les lunettes antigaz, qui, avec un mouchoir tenu devant la bouche et le nez, tiennent lieu de masque à gaz, sont trop rapidement opaques et elles obligent le personnel à les nettoyer toutes les 15 à 20 secondes. Le champ de vision est donc restreint et le manque d’étanchéité ne lui épargne pas les gaz.

Le choc de deux mondes

  • 16 Laurent Joffrin, Mai 68, histoire des événements, Paris, Éditions du Seuil, 1988, p. 26.
  • 17 André Gaveau, De l’autre côté des barricades, il y a dix ans, Mai 68, Paris, Éditions Jean-Claude (...)

9À Paris, les flottements et les incertitudes des autorités politiques et administratives sont retrouvés dans le comportement des forces de l’ordre. Le 3 mai, contrairement à son habitude, l’adversaire veut en découdre. Les coups sont rendus et les policiers sont bousculés. Les forces de l’ordre sont plutôt décontenancées, à l’exemple du brigadier de police Demurrier16 qui, devant la dixième chambre correctionnelle où comparaissent des manifestants arrêtés, raconte qu’il a vu des garçons fous furieux dressant des barricades et se livrant à des détériorations de toutes sortes, faisant fondre le goudron pour dépaver la chaussée. Il a pensé que ces gens agissaient dans l’ensemble spontanément, par plaisir de détruire. Le 6 mai, le ministre de l’Intérieur, craignant l’effusion de sang, donne à ses troupes des consignes d’abnégation et, par conséquent, les retient en avant des barricades. Mais là encore, les pavés volent dru en direction des unités de police et de gendarmerie, faisant de nombreux blessés. Le commissaire divisionnaire Gaveau17, qui se trouve avec ses formations au carrefour de la rue des Écoles et de la rue Saint-Jacques, est stupéfait de l’ardeur des étudiants dont ils subissent les assauts. Dans les rangs, des protestations s’élèvent. La troupe s’énerve sans pouvoir répliquer et le ressentiment s’accumule. Devant cette apparente inertie, certains manifestants font preuve d’audace et n’hésitent pas à se porter au-devant des barrages. Une certaine organisation dans l’arrachage des pavés et le ravitaillement des éléments en première ligne laissent à penser que, en face, l’affaire semble prise en mains par des gens entraînés. Les unités qui ne reçoivent toujours pas l’ordre de charger, rongent leur frein sous les insultes et les projectiles en comptant les camarades touchés. Parfois, sous les assauts, il leur faut même reculer. Quand ils peuvent répliquer, d’immenses barricades s’élèvent à l’aide de voitures que l’on retourne sur la chaussée, renforcées par les grilles des arbres que l’on arrache. La reconquête du terrain est laborieuse car les unités de maintien de l’ordre, en majorité composées de provinciaux, ne connaissent pas bien Paris.

  • 18 Laurent Joffrin, op. cit., p. 120.
  • 19 Major (ER) Pierre Barbier, adjudant-chef à l’EGM 6/17 de Longeville-lès-Saint-Avold dans Thierry F (...)
  • 20 Thierry Forest, op. cit., p. 76-80.

10Le 10 mai au soir, aux mêmes causes, les mêmes effets. Cette attente divise les responsables de l’ordre public qui craignent de voir le jour se lever sur une ville en partie couverte de barricades à l’exemple d’Alger en 196018. Mais le préfet joue toujours la montre car il est obsédé par un éventuel usage des armes à feu comme en février 1934. Peu après 0 heures le 11 mai, les renseignements qui remontent des unités font état de l’extrême énervement des hommes sur le terrain. Un commandant d’escadron19, véritablement excédé, menace d’employer les grenades offensives parce que son unité, aux ordres d’un commissaire un peu timoré, effectue d’incessants mouvements d’avant en arrière sous les projectiles. Quand l’ordre de charger parvient à 1 h 15, l’encadrement est soulagé car les hommes sont fatigués. Dès cet instant, la confrontation est inévitable car il serait illusoire de retenir plus longtemps la masse de gendarmes, de policiers et de CRS qui sont en service depuis le milieu de l’après-midi. La vague, si longtemps contenue, déferle sur les rues de Paris, malgré l’âpreté de la résistance. La charge peut se transformer en une course-poursuite ponctuelle, peut-être par manque de discipline pour certains mais souvent par l’effet de l’épuisante attente, des cris, des explosions et aussi de la concentration des gaz. L’affrontement a changé de dimension depuis le 6 mai et les gendarmes qui étaient en première ligne, s’en sont rapidement rendus compte. La construction des barricades témoigne, de fait, de réelles compétences. Certains auront tôt fait d’en tirer la conclusion que les étudiants sont manipulés par des forces étrangères cherchant à déstabiliser la France voire la conférence sur la paix au Vietnam. Ceux qui prennent leur premier service à Paris ce matin-là, sont devant un véritable spectacle de guerre et découvrent, effarés, le degré de violence atteint au cours de la nuit20.

  • 21 Ibid., p. 57.
  • 22 Gendarme (ER) Daniel Ravailler de l’EGM 6/17 de Longeville et gendarme (ER) Jean-Pierre Sabatut de (...)

11Les hésitations des autorités, réelles mais assumées, ne peuvent que brouiller le message auprès des personnels qui, sur le terrain, ont beaucoup de mal à comprendre pourquoi on laisse les barricades s’ériger impunément. La relative liberté d’action des étudiants conforte cette incompréhension et provoque par ailleurs la réaction des syndicats de police qui traduit le mécontentement des policiers. Et si la gendarmerie, tenue au devoir de réserve, ne fait pas entendre sa voix, elle est dans un état d’esprit assez proche. La violence des assauts et la poursuite des étudiants, si elles sont parfois difficiles à justifier, doivent être jugées à l’aune des conditions d’emploi des unités soumises pendant de longues heures aux projectiles et aux insultes. Les journaux du 7 mai, qui ne sont pas tendres envers les forces de l’ordre, décrivent des scènes de brutalités commises à l’encontre des manifestants mais aussi de passants et de curieux21. Du côté des forces de l’ordre, certains déplorent l’attitude de l’adversaire. Dans un premier temps, il faut supporter les crachats et les invectives sur les barrages sans réagir. Le jet de pavés vient ensuite, ce qui ne fait qu’exacerber l’impatience des personnels. La rumeur n’épargne d’ailleurs pas les rangs de la police, comme celle relatant la mort d’un motard tué d’une balle dans la tête avec sa propre arme par des manifestants. Et comment faire confiance quand les gendarmes interceptent une 2 CV avec des drapeaux de la Croix rouge et contenant des manches de pioches ou quand ils entendent courir des bruits sur les ambulances qui transportent des pavés22 ? Les photos qu’ils peuvent voir dans les journaux, les montrent souvent dans une position défavorable, ce qui les irrite et les conduit, parfois, à molester des journalistes. Cette attitude peut trouver son explication dans la rancœur accumulée depuis un mois et demi par des personnels fatigués et excédés par la réputation que certains leur ont faite. Il est vrai aussi qu’en fin de manifestation, quand les derniers irréductibles se dispersent dans les rues de Paris, les gendarmes, comme les autres membres des forces de l’ordre, recrus de fatigue mais encore énervés par les heures qu’ils viennent de vivre, leur font la chasse. Ceux qui sont appréhendés à ces heures-là et qui ont les mains sales, sont souvent giflés et bousculés. Le ressentiment domine à cet instant, chez ceux qui ont été continuellement la cible des projectiles dont certains ont blessé grièvement leurs camarades. On ne peut pas parler de haine mais plutôt d’une colère que l’incompréhension des motifs et de l’attitude destructrice des jeunes décuple à l’heure de la charge quand, après de longues heures en barrages sous les projectiles, l’ordre de l’assaut est enfin donné.

  • 23 Message no 5605/2-III du 23/05/68 à 12 heures, SHGN, CGRP, 023121.
  • 24 Laurent Joffrin, op. cit., p. 229.
  • 25 SHGN, EGM 3/6 de Chauny, R/2, 1274 W 95.
  • 26 Rapport no 973/2. I du 28/05/68 du colonel Grangé, SHGN, CGMRP, 31303.

12Petite lueur d’espoir pour tous, la manifestation étudiante de la nuit du 22 au 23 mai est condamnée par la population23. Cette réaction hostile aux manifestants, tous les responsables la souhaitaient depuis plusieurs jours. Au-delà de Paris, c’est la France entière qui prend peur et qui demande le retour à l’ordre. À 3 heures de matin, le 25 mai, la voix du ministre de l’Intérieur lance un appel à la radio24. Il y dénonce une pègre sortie des bas-fonds de la capitale, véritablement enragée, qui se dissimule derrière les étudiants. Ces jeunes incontrôlés, les responsables de la police les ont eux aussi remarqués. Dans la soirée du 24, la tactique des forces de l’ordre a bien changé. Elles ont désormais l’initiative. Une unité25 se trouve, à 1 heure 15, en barrage à l’extrémité du Pont-Neuf rive gauche. Elle charge par-delà une barricade en feu des manifestants qui se replient dans la rue Dauphine. Le personnel est incommodé par les gaz, mais le moral reste élevé et une excellente cohésion règne, rapporte le capitaine. Deux autres barricades sont prises dans la foulée. Un peu plus tard, alors que des manifestants tentent de construire un autre obstacle sur le quai Conti, l’escadron, relayant des policiers qui n’ont plus de grenades lacrymogènes, charge brutalement et fait fuir les émeutiers. Les manifestants emploient aussi des explosifs. Vers 1 heure du matin, ils ont poussé dans la rue, à partir d’une chicane qu’ils avaient aménagée, une voiture qu’ils ont tenté d’enflammer et qui s’est immobilisée contre un trottoir. Ensuite, un engin lancé de la barricade a bousculé une quinzaine d’hommes. L’explosion a blessé huit gendarmes mobiles qu’il a fallu hospitaliser. Cet engin ressemblait à une grenade offensive et des petits éclats de tôle ont été retrouvés dans les corps des blessés. Un gendarme a reçu entre le casque lourd et le casque léger un morceau métallique pouvant ressembler à un plomb hérissé de pointes et semblant provenir de l’explosif26.

  • 27 Thierry Forest, op. cit., p. 106-111.

13Désormais, les forces de l’ordre sont plus nombreuses, accompagnées de bulldozers et précédées d’une forte concentration de gaz lacrymogènes. Les barricades, aussitôt construites, sont prises d’assaut. Leur ardeur est supérieure à celle des manifestants qui semblent alors démoralisés27. Les relations avec la population du Quartier latin, voire de Paris, ont fluctué en fonction de la durée des manifestations et des dégâts qu’elles ont occasionnées. Le 11 mai au matin, l’opinion parisienne était en faveur des manifestants car les journaux et les radios ont particulièrement insisté sur les violences policières de la nuit et les riverains ont assisté en direct aux affrontements, voire ont aidé activement les émeutiers. Les gens ont visité les rues autour de la Sorbonne comme ils l’auraient fait d’un champ de bataille. L’accueil fait aux gendarmes n’a pas toujours été favorable y compris dans les commerces du Quartier latin. Ainsi, les fourgons-cars n’étant pas équipés de toilettes et les attentes pouvant se révéler très longues, les gendarmes se sont rendus dans les cafés alentour où, bien souvent, ils ont senti qu’ils n’étaient pas les bienvenus.

  • 28 Maurice Grimaud, En mai fais ce qu’il te plaît. Le préfet de police de Mai 68 parle, Paris, Stock, (...)
  • 29 Entretien du 29/12/2003 avec le général (CR) Louis Beaudonnet dans Thierry Forest, op. cit.
  • 30 Compte-rendu du 11/06/68 du commissaire principal Bailly, PP, série FA/MJ, carton 16.

14Le samedi 25 mai, Georges Pompidou28, employant un ton nouveau qui étonne, tient une conférence de presse et vient à la rescousse des unités engagées sur le terrain. Ce discours se veut le prélude à une reprise en main. Des instructions sont données aux forces de l’ordre pour que tout rassemblement soit immédiatement dispersé avec la plus grande énergie et que les mesures soient prises pour que ces consignes puissent être exécutées sans faiblesse ni retard. La situation a donc basculé en faveur des forces de l’ordre car les gens ne semblent plus très bien comprendre les motivations des étudiants et leur violence. Ce changement est de plus en plus perceptible par le personnel et la réaction du 30 mai va l’amplifier. En juin, les unités vont pouvoir évoluer dans Paris sans y rencontrer l’hostilité de ses habitants. Le retour du Général a grandement soulagé des gendarmes perturbés par sa disparition la veille et leurs officiers peuvent dès lors constater un regain de dynamisme. Car comme le dit l’un d’entre eux29, le discours prononcé par le chef de l’État était très clair pour eux : il s’agit de se retrousser les manches et d’y aller. Les paroles tant attendues par les gendarmes, vont avoir des répercussions sur leur action après le flou des derniers jours du mois. Les gendarmes, comme tous les Français, ont vécu cette période d’incertitude politique qui ne sera pas sans influence sur le comportement de certains responsables civils et militaires. En effet, il n’y a pas que la nature qui a horreur du vide et ceux qui ont en charge le maintien de l’ordre, à tous les niveaux, entrent dans une période d’hésitations très bien perçues par le personnel qui pourrait donner des signes de découragement. Le 28 mai, une réunion de tous les officiers a d’ailleurs été organisée à l’École militaire, ce qui n’est pas dans les habitudes du commandement. Les cadres n’ont posé aucune question sur la situation, mais ils n’en pensaient pas moins. Le succès de la manifestation sur les Champs-Élysées ne leur échappe pas. Sur le parcours du cortège appelant au soutien du chef de l’État, les gendarmes ont été acclamés par les participants. Ce revirement de l’opinion publique en faveur des forces de l’ordre est confirmé par la presse qui se fait l’écho de la véritable ovation qu’a reçue un peloton à cheval de la garde républicaine qui revenait d’un service d’honneur à Longchamp. Dans la soirée du 10 juin, alors que les gendarmes de l’escadron de Gap30 reçoivent des cocktails Molotov lancés à partir de l’Hôtel de France, rue de Vaugirard, les passants les encouragent. Enfin les derniers feux s’éteignent après la nuit d’émeute du 11 juin, sur la barricade de la rue des Saint-Pères. Pour les étudiants, c’est le chant du cygne. Pour les gendarmes, c’est la perspective du retour à la normale durant la deuxième quinzaine de juin.

*

  • 31 Philippe Alexandre et Raoul Tubiana, L’Élysée en péril (2-30 mai 1968), Paris, Le Livre de Poche, (...)

15Philippe Alexandre31 s’attarde sur les éléments qui ont joué sur le comportement des policiers et des gendarmes. Pour lui, ce sont bien les forces de l’ordre engagées durant le mois de mai qui ont été surprises par des manifestants qui connaissaient le terrain et par leur choix délibéré d’affronter la police :

« Les policiers (aussi bien personnels de la préfecture de police que CRS ou gendarmes mobiles) se sont trouvés devant un type de manifestations dites non classiques, qui ne ressemblaient pas à celles qu’ils avaient dû affronter pendant les années précédentes. Il ne s’agissait plus de cortèges qui fuient lorsqu’on les attaque ou qui se défendent avec les moyens du bord, mais très vite de manifestants qui surent organiser la riposte. »

  • 32 Patrick Bruneteaux, Maintenir l’ordre. Les transformations de la violence d’État en régime démocra (...)

16Dès lors les événements de mai-juin 1968 vont imposer au commandement de repenser l’équipement des unités et de revoir l’instruction et l’entraînement des personnels en fonction des nouvelles techniques d’action des manifestants. La principale innovation pour la gendarmerie mobile, outre la création d’un centre dédié au maintien de l’ordre à Saint-Astier en 1969, concerne le blouson, le bouclier, le casque avec visière adaptée et l’adoption généralisée de tromblons qui va grandement faciliter les interventions. La gendarmerie mobile fait elle aussi sa révolution et se prépare à affronter la contestation des années 1970, tout aussi violente, en bien meilleure posture tant du point de vue des techniques et des matériels que de la protection de ses personnels jusqu’alors exposés à tous les coups. Ainsi équipée, elle va permettre à ses unités de tenir le terrain en réduisant le risque pour elle-même et pour les manifestants maintenus désormais le plus longtemps possible à distance. En retardant au maximum le moment du contact, le commandement va y gagner en sérénité, tout comme le gendarme32.

Notes

1 Général (CR) Georges Segura, lieutenant à l’EGM 7/17 de Sarreguemines dans Thierry Forest, La gendarmerie mobile à l’épreuve de Mai 68, Vincennes, Service historique de la Défense, 2007.

2 Général (CR) Georges Philippot, Mai-juin 1968 réflexions et témoignages, table ronde organisée par les Jeudis de la connaissance et la direction des archives départementales du Val-de-Marne, 5 novembre 1988.

3 Compte rendu du commissaire principal Cerf (xixe ardt.) du 25/08/68, PP, série FA/MJ, carton 9.

4 Général (CR) Jean Malabre, lieutenant-colonel chef d’état-major du Commandement régional de la gendarmerie (Paris et Région parisienne) dans Thierry Forest, op. cit.

5 Message no 5024/2-III du 10/05/68, SHGN, CGRP, 023121.

6 L’Essor de la Gendarmerie nationale, no 4 du 16/02/68 et no 15 du 01/08/68.

7 Compte rendu no 488/2 du 25/05/68 du capitaine Moulin, SHGN, EGM 2/2 de Maisons-Alfort, 1953 W 359.

8 Adrien Dansette, Mai 68, Paris, Payot et Rivages, 1998, p. 296.

9 Antoinette Le Bourhis, fille d’un gendarme de l’EGM 2/8 de Vitré dans Thierry Forest, op. cit.

10 Adjudant-chef (ER) Pierre Bringout et lieutenant-colonel (ER) Gabriel Ramain, maréchal-des-logis-chef et lieutenant à l’EGM 8/22 de Digne dans Thierry Forest, op. cit.

11 Adjudant-chef (ER) Valentin Brochier, gendarme à l’EGM 8/17 de Baccarat dans Thierry Forest, op. cit.

12 Capitaine (ER) Daniel Forest, gendarme à l’EGM 3/19 de Reims dans Thierry Forest, op. cit., et SHGN, EGM 3/19 de Reims, 1281 W 89.

13 Adjudant-chef (ER) Georges Martinet et gendarme (ER) Daniel Ravailler, maréchal-des-logis-chef et gendarme à l’EGM 6/17 de Longeville-lès-Saint-Avold dans Thierry Forest, op. cit.

14 Rapport no 749/2 du 18/05/68 du capitaine Gourves, SHGN, EGM 5/6 de Creil, 38952.

15 Jean-Pierre Sabatut, gendarme à l’EGM 8/22 de Digne dans Thierry Forest, op. cit.

16 Laurent Joffrin, Mai 68, histoire des événements, Paris, Éditions du Seuil, 1988, p. 26.

17 André Gaveau, De l’autre côté des barricades, il y a dix ans, Mai 68, Paris, Éditions Jean-Claude Simoën, 1978, p. 36.

18 Laurent Joffrin, op. cit., p. 120.

19 Major (ER) Pierre Barbier, adjudant-chef à l’EGM 6/17 de Longeville-lès-Saint-Avold dans Thierry Forest, op. cit.

20 Thierry Forest, op. cit., p. 76-80.

21 Ibid., p. 57.

22 Gendarme (ER) Daniel Ravailler de l’EGM 6/17 de Longeville et gendarme (ER) Jean-Pierre Sabatut de l’EGM 8/22 de Digne dans Thierry Forest, op. cit.

23 Message no 5605/2-III du 23/05/68 à 12 heures, SHGN, CGRP, 023121.

24 Laurent Joffrin, op. cit., p. 229.

25 SHGN, EGM 3/6 de Chauny, R/2, 1274 W 95.

26 Rapport no 973/2. I du 28/05/68 du colonel Grangé, SHGN, CGMRP, 31303.

27 Thierry Forest, op. cit., p. 106-111.

28 Maurice Grimaud, En mai fais ce qu’il te plaît. Le préfet de police de Mai 68 parle, Paris, Stock, 1977, p. 247.

29 Entretien du 29/12/2003 avec le général (CR) Louis Beaudonnet dans Thierry Forest, op. cit.

30 Compte-rendu du 11/06/68 du commissaire principal Bailly, PP, série FA/MJ, carton 16.

31 Philippe Alexandre et Raoul Tubiana, L’Élysée en péril (2-30 mai 1968), Paris, Le Livre de Poche, 1969, p. 95.

32 Patrick Bruneteaux, Maintenir l’ordre. Les transformations de la violence d’État en régime démocratique, Paris, Presses de Sciences-Po, 1996.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris IV.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540