Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Deuxième partie. Le Mai des métiers. Des militaires aux cheminots

Les gardiens de la paix parisiens confrontés aux « évènements »

Gareth Bordelais

Texte intégral

1Avant toute considération sur les policiers de Paris, il faut saisir ce que représente la préfecture de police de Paris (PP) en 1968, en termes d’autorité territoriale et de désignation. La PP avait la charge du département de la Seine, mais la loi de 1964 avait fini par amener sa subdivision en quatre nouveaux départements, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et Paris. La gestion de la police dans ces départements aurait dû être confiée aux maires et aux préfets. Pourtant, en 1968, la PP en a encore la charge. De même, la création de la Police nationale en 1966 devait mettre fin à l’autonomie de la préfecture de police, intégrée dans cette Police nationale nouvellement créée. Mais, en 1968, elle continue à être soumise à un régime particulier. Cette persistance de la particularité de la PP explique qu’on ne parle pas de Police nationale en 1968, mais de Police municipale de Paris, subdivision administrative qui inclut notamment les gardiens de la paix en uniforme qui sont tous fonctionnaires d’État.

  • 1 Dans notre étude, ce terme désigne la police.
  • 2 Voir dans le présent volume le texte de Christian Chevandier qui aborde la question des blessés da (...)

2C’est dans ce cadre qu’évoluent les fonctionnaires de police au sein de la capitale durant les événements du printemps 1968. Car les policiers de Paris font partie des corps de métiers qui vivent Mai dans la confrontation physique et violente. Il s’agit là du premier élément qui s’impose quand on aborde les événements au sein de ce que les policiers appellent la « Maison1 », leur institution. Ainsi, on en arrive rapidement et presque naturellement à des conversations tournant autour de la violence des deux côtés au sujet des policiers lors des opérations de maintien de l’ordre au Quartier latin. Néanmoins, des questions telles celle du nombre de blessés n’apportent le plus souvent que des réponses vagues et imprécises, loin des chiffres précis que peuvent livrer les archives hospitalières2.

3C’est en tenant compte de ce constat que nous nous efforcerons d’apporter un certain nombre d’éclaircissements concernant les policiers confrontés à Mai 1968. Mais, avant d’aller plus loin, il faut indiquer qu’avec le thème des blessés notre propos n’est pas la violence, mais les conséquences matérielles de ces confrontations physiques sur les hommes des forces de police, sans mettre de côté ce que ressentent les policiers confrontés aux événements. Ces perceptions sont difficiles à cerner par les cadres de la profession et dans le peu de traces écrites laissées par les gardiens de la paix et les brigadiers qui sont au centre de notre réflexion.

  • 3 Note du recteur de l’université de Paris, datée du 3 mai 1968 et conservée dans le carton FA/mai-j (...)

4Afin de mieux saisir notre questionnement sur les blessés parmi les forces de police à Paris, il nous faut prendre connaissance de l’effectif global à disposition de la préfecture de police. Cette dernière comptait 17 280 gardiens de la paix et brigadiers. Il faut en soustraire les formations spéciales et les servitudes incompressibles. Ce qui ramène à un effectif de 5 424 policiers de base mis à contribution pour les interventions durant les événements. En comparaison, la PP n’a pas plus de 3 500 gardiens des compagnies républicaines de sécurité (CRS) à disposition en mai-juin 1968. À ces policiers viennent s’adjoindre des militaires, ceux des escadrons de la Gendarmerie mobile. Les effectifs de cette formation mobilisés durant les événements se montent à 52 escadrons sous réquisition dont 9 absorbés en servitude permanente. Les 43 escadrons restant laissent donc disponibles 3 225 gendarmes. Pour les CRS, les relèves ne débutent que le 6 mai. A contrario de ce que pensent beaucoup, les compagnies républicaines de sécurité ne sont pas présentes le 3 mai et n’apparaissent pas dans les données de ce jour à la PP. L’évacuation de la Sorbonne est donc à l’origine une affaire municipale. En effet, le recteur de l’académie de Paris, président du conseil de l’université, a fait appel aux forces de police uniquement pour rétablir l’ordre à l’intérieur de la Sorbonne en expulsant les perturbateurs3. Les gendarmes qui arrivent en fin d’opération appartiennent au « dispositif Nanterre » qui avait été mis en place dans la matinée, et qui est appelé en renfort vers 16 heures. Concernant les blessés, les services de la préfecture de police de Paris en relèvent 155 pour les CRS et 779 pour la police municipale, lors des opérations d’interventions, entre le 3 mai et le 12 juin 1968. Il faut aussi signaler les 434 gendarmes blessés durant cette même période selon la Préfecture de police de Paris. Néanmoins notre propos concernant les policiers, il paraît judicieux de se concentrer sur les formations des CRS et de la PP. Rapporté à l’effectif global, c’est un pourcentage de 4,5 pour chacune des deux formations qui est obtenu. Nous passons à 14 % pour la police si on ne considère que les effectifs disponibles pour les interventions de maintien de l’ordre durant les événements. Ces chiffres semblent donc relativement faibles. Ils sont loin de l’idée qui plane au sein de la « Maison », selon laquelle le nombre de blessés aurait été très important au sein des forces de l’ordre. Néanmoins, il est compréhensible que ces chiffres aient été considérés comme très élevés par les policiers durant les événements. En valeur absolue, ils le sont effectivement ; ce n’est que considérés de manière relative qu’ils se révèlent moins importants. De plus, c’est le 6 mai que la police municipale (PM), qui rassemble les troupes en tenue de la PP, enregistre son plus grand nombre de blessés : 206 hommes déclarés comme tels. Les CRS atteignent leur chiffre le plus élevé lors de la journée le 10 mai : 114 blessés. Ainsi, les blessés du 6 mai représentent près de 26 % du total relevé par la Préfecture de police entre le 3 mai et le 12 juin pour la PM. Ce taux monte à 74 % pour les CRS, lorsqu’on met le nombre de blessés relevé le 10 mai avec le total enregistré entre le 3 mai et le 12 juin. Donc, durant les 10 premières journées, c’est-à-dire celles où les effectifs sont le moins bien préparés, les policiers de la PP enregistrent plus du quart de leurs blessés et les CRS plus des trois quarts.

5Au-delà de ce point, il paraît nécessaire de s’attarder sur les conditions dans lesquelles les gardiens de la paix et les brigadiers de la Préfecture de police assurent leurs missions quotidiennes. Au Quartier latin par exemple, il est difficile de gérer la circulation sans être insulté voire agressé comme l’illustre le nombre important des rapports pour outrage à agents présents dans les cartons de la Préfecture de police. Certains jours, la crainte des violences pousse la PP à prendre des mesures exceptionnelles qui ont des incidences sur le nombre de fonctionnaires et les missions des postes de police ainsi que sur leur ouverture. Pour exemple, le télégramme numéro 1 du 24 mai, adressé à tous les services de la Police municipale, ordonne la fermeture de toutes les vigies et la suppression de la police secours des 9 districts, de 6 h 30 à 19 h. L’importance des événements amène également une modification des habitudes lors des interventions : le port du calot et du casque étant par exemple rendu obligatoire à l’intérieur des cars même durant les déplacements, ce qui n’était pas le cas auparavant. Cette directive prend en compte le risque qu’un car se fasse « intercepter » comme cela put être le cas dans la nuit du 10 au 11 mai 1968, aussi appelée « première nuit des barricades ». La tenue pose aussi problème, les hommes ayant l’habitude de faire les trajets entre le service et leur domicile en uniforme. Les prises et les fins de services peuvent s’avérer difficiles, comme le montre un rapport du 14 mai 1968 où le gardien de la paix M. signale qu’il a dû sortir son arme pour tenir en respect ses agresseurs.

6Les événements sont donc à l’origine d’un certain nombre d’aménagements qui dans d’autres professions auraient sans doute été à l’origine de bouleversements et de questionnements relativement plus visibles. Bien que la police de Paris ne soit pas une institution militaire, à la différence de la Gendarmerie mobile elle aussi mise à contribution durant les événements, elle possède des cadres et une organisation marqués par la rigueur. Ainsi, le rapport de police, exemple édifiant de cette rigueur, possède l’avantage d’être une documentation produite en masse par les gardiens de la paix et brigadiers. C’est presque l’unique document rédigé par ses hommes et rendant compte de leurs actions. Ces rapports doivent être considérés avec attention dans l’optique de notre sujet et, après avoir dépouillé les cartons de la Préfecture de police, on ne peut que constater le respect formel du cadre de ces textes au niveau des policiers de la base. Le cheminement en est un bon exemple : rédigé par le gardien de la paix, le brigadier ou l’officier de paix, le rapport est adressé au commissaire principal ou au commissaire divisionnaire en charge. Si nécessaire, ce dernier le transmet à un des neuf sous-directeurs chefs de district qui peut alors l’adresser en copie à la direction générale de la Police municipale. Parfois, les commissaires adressent directement leur rapport à la direction générale sous couvert des chefs de district. Toutefois, parti du bas de l’échelle, il n’atteint que rarement le dernier échelon, le cabinet du préfet de police, et s’il arrive jusque-là, ce n’est que sous la forme de référence à un ou des rapports de « gradés ».

7Ainsi, même par simple provocation aucun policier n’a adressé ou n’a osé adresser son rapport directement au directeur général.

8Par ailleurs, aucun brigadier ou gardien de la paix n’y exprime une quelconque opinion sur les événements en cours ou sur l’organisation de la préfecture et autres instances politiques face à la situation. Les propos demeurent directement en relation avec les situations immédiates évoquées au sein de ces écrits. Le cadre traditionnel du rapport de police dans le fond et dans la forme a donc été respectée. Par sa rigueur, il laisserait à penser que ces hommes ont vécu Mai 1968 au sein de leur profession sans le moindre effet visible. Ainsi, réactions et perceptions des policiers ne se trouvent qu’indirectement exprimées dans les sources à notre disposition.

  • 4 Une grande part des hommes qui composent les forces de l’ordre ont participé à la guerre d’Algérie (...)
  • 5 Ce malaise est provoqué par la situation durant les événements alors que les policiers servent de (...)

9Néanmoins, si l’on s’attarde sur les échelons supérieurs, relativement plus libres dans leur propos, se révèle alors plus clairement l’état d’esprit de ces hommes de la police par rapport aux événements du Quartier latin. Il faut préciser que, pour les opérations d’intervention, seuls les officiers en charge semblent rédiger des rapports, ce qui peut expliquer l’absence de réaction à chaud des policiers de base après les grandes nuits de maintien de l’ordre. Ainsi, malgré un respect évident de la hiérarchie4, les commissaires et les chefs de district font ressortir une gestion relativement difficile de leurs subordonnés à certains moments, notamment pendant la phase d’attente face à des manifestants qui montent des barricades lors de certaines journées et nuits et qui semble être particulièrement tendue. Le commissaire divisionnaire du VIe arrondissement n’hésite pas, à écrire, dans un rapport daté du 23 mai, adressé directement au directeur général de la police : « J’ai dû à plusieurs reprises intervenir personnellement ainsi que mon commandant et mes officiers pour les empêcher d’aller de l’avant et de riposter aux provocations. » Mais ce n’est qu’à partir du 10 mai que les remarques concernant le comportement des troupes prennent une place plus importante. Dès le 23, elles s’attardent de manière relativement libre sur la grogne dans les rangs. Nous pouvons supposer que ce sont, en partie, ces grandes nuits des barricades qui poussent les responsables à s’exprimer davantage sur les interventions au Quartier latin. Cependant, ils ne rendent pas compte, en détails, de la manière dont les policiers gèrent la situation. On ne peut donc qu’émettre des hypothèses sur ce point ; de l’aide aux étudiants évoqués dans les premiers rapports de gradés, on passe à un rapport d’un commissaire principal le 23 mai qui évoque des promeneurs exprimant leur désaccord avec les actions des manifestants. Ce retournement de situation est par ailleurs confirmé le 11 juin par les rapports des officiers en charge des interventions. Ceci laisse supposer que la réaction de la rue prendrait par son apaisement une place moins importante dans le « malaise policier5 ».

10Un incident survenu le 13 mai semble être un point culminant. Il a lieu précisément sur le parcours de la grande manifestation de ce jour. Après la prise en charge d’un enfant et de son accompagnatrice, le car de police secours du XIIIe arrondissement tombe sur le cortège. Deux gardiens sont tirés hors du car, deux autres sortent leurs armes et tirent chacun un coup en l’air. L’effet de surprise leur permet de repartir. Il faut préciser que c’est le seul incident où des coups de feu sont tirés par des gardiens de la paix de la préfecture de police de Paris durant les événements. Nous ne nous y attarderons pas plus longtemps, mais c’est après ce 13 mai qu’est écrit le seul rapport concernant directement l’état d’esprit de ces hommes. La seule existence de ce rapport marque l’importance et l’impact de cet incident sur les agents. Rédigé le 14 mai 1968 par le chef du 7e district et adressé au directeur général de la PM, il fait état d’une rumeur au sujet de l’incident du car PS 13. Selon celle-ci, cet effectif aurait volontairement été envoyé à Denfert-Rochereau par l’état-major. Nous n’avons que peu d’éléments concertant cette rumeur ou le processus qui l’a vu naître, mais une mise au point sur les faits auprès du personnel est tout de même considérée comme prioritaire par le chef du 7e district. L’existence de cette rumeur et l’importance qu’accorde ce rapport au rétablissement de la vérité sont révélateurs de tensions au sein et en dehors de la « Maison ».

11C’est ainsi que trois éléments importants finissent par ressortir ; le rapport du chef du 7e district que nous venons de citer a le mérite de tous les souligner. Il identifie tout d’abord une indignation générale faxe à la « campagne de haine et de calomnie dirigée » contre la police. Ce point semble avoir été clairement exprimé par les hommes, mais il n’a laissé que peu de traces écrites à l’exception de ce rapport et de quelques communiqués syndicaux. Le terme de « calomnie » utilisé dans le rapport laisse supposer qu’aucun propos des instigateurs de cette campagne ne peut être tenu pour véridique. Il faut ajouter à cela le fait qu’aucun document interne des archives de la PP ne s’attarde sur les manques et les excès des policiers durant cette période. Seuls les syndicats, dans leurs communiqués, évoquent cet aspect des choses, en général pour admettre une violence inévitable et réfuter les accusations portant sur les excès. L’unique communiqué de la PP envisageant de manière relative que des exactions aient pu avoir lieu ne date que du 14 juin. Il faut préciser que les syndicats évoqués ici sont ceux dont les communiqués sont présents dans les archives ; ils ont en général des inclinaisons politiques à droite et sont proches des gradés. En outre, dans son rapport, le sous-directeur chef du 7e district présente comme « général » le sentiment d’insécurité ressenti par les hommes durant leur service mais aussi en dehors de celui-ci. Ce sont encore les syndicats policiers qui s’attardent le plus sur cette insécurité. On ne peut mettre de côté le nombre relativement important de rapports rendant compte d’agressions rédigés par les fonctionnaires de police. Cependant, c’est surtout une absence de documents concernant les mesures prises en conséquence qui surprend. Un des seuls cas présentant un suivi écrit que nous ayons pu identifier concerne une agression dans le parking d’une résidence à Gonesse le 25 mai dans la soirée. Toutefois, le car qui est demandé par des gardiens de la paix agressés n’a vraisemblablement pas été déployé.

12C’est sur ce thème d’une certaine absence de prise en compte de la situation des policiers par les responsables que se développe un autre sentiment, qui ne fait que transparaitre dans la plupart des documents. Il s’agit d’une réelle mise en cause des autorités à propos des difficultés et de la situation en cours. Il est quasiment absent des rapports des gardiens de la paix et brigadiers, et présent de manière très atténuée chez les commissaires et chefs de district ; seul des syndicats l’expriment clairement. Mais parmi les agents, cette mise en cause de la responsabilité des autorités ne se fait que par murmures ; le respect de la hiérarchie étant, comme nous l’avons déjà précisé, très important. Ainsi, l’expression de la revendication au sein de cette profession, même si elle existe, est loin d’être aussi naturelle que dans d’autres corps de métiers. Toutefois, il semble surtout s’agir d’une critique des autorités et de la hiérarchie hors de la « Maison ». Pour exemple, le sous-chef du 6e district remet en cause explicitement au moins une décision de l’état-major, voire des autorités politiques. Dans un rapport daté du 23 mai et adressé au directeur général de la police, il regrette que la décision d’interdire la progression du cortège vers le Palais Bourbon ait été prise si tard et après une décision exactement inverse. Néanmoins, la critique est mesurée et ne concerne pas la gestion générale des événements de mai 1968 ; on retrouve donc ici cet aspect du rapport de police qui reste directement soudé à la situation évoquée. Par ailleurs, le regret exprimé ne reflète pas forcément l’opinion des gardiens de la paix et des brigadiers présents. Les communiqués des syndicats de police semblent être plus proches des hommes. Un certain nombre de syndicats portent ainsi témoignage d’un sentiment d’abandon et de défiance. Et, coïncidence ou non, les premiers communiqués syndicaux datent du 13 mai, jour du fameux incident du car de police-secours, qui a donné lieu au rapport sur l’état d’esprit des policiers de base. À la lecture des communiqués des syndicats, on constate que l’allocution du Premier ministre le 11 mai à l’Assemblée nationale marque la profession. Ce discours est alors considéré comme un désaveu de l’action de la police, perception si importante que la hiérarchie en tient compte et prend des mesures : dès le 15 mai, le préfet de police, Maurice Grimaud, rédige des ordres du jour visant à féliciter les hommes à tous les échelons. C’est dans l’un de ces ordres du jour qu’il prend la peine de citer l’intervention du ministre de l’Intérieur du 8 mai et celle du Premier ministre le 14 mai devant le parlement rendant hommage au travail de la police. La préoccupation de la hiérarchie policière semble donc être d’éviter une rupture entre les policiers et le gouvernement. Ces ordres du jour finissent même par être sollicités par les syndicats pour rassurer les hommes. Néanmoins, l’absence de lettre de félicitations ou d’ordre du jour durant les dix premiers jours des événements laisse supposer que ce type de soutien aux forces de police est rare et exceptionnel. Rien, en effet, ne permet de penser que la hiérarchie avait l’habitude de s’intéresser à l’avis ou à l’état d’esprit des gardiens de la paix.

*

13Nous nous retrouvons donc en présence d’une profession qui ne s’exprime que relativement peu durant et même après les événements, une profession où la contestation et la critique de la hiérarchie de l’organisation posent immédiatement problème. Nous ressentons à travers nos sources, quoique rarement exprimées, tensions et interrogations qui au plus fort des événements vont amener la hiérarchie à prendre des mesures afin d’éviter que le malaise policier ne s’installe. Après Mai 1968 le questionnement va se focaliser sur la formation, le matériel et la déontologie… Des thèmes dont on parle beaucoup après, mais peu durant les événements.

Notes

1 Dans notre étude, ce terme désigne la police.

2 Voir dans le présent volume le texte de Christian Chevandier qui aborde la question des blessés dans les rangs des forces de l’ordre.

3 Note du recteur de l’université de Paris, datée du 3 mai 1968 et conservée dans le carton FA/mai-juin 68/1 des archives de la préfecture de police de Paris. Les 36 cartons de la série FA, sous série « mai-juin 68 » sont les principales sources de cette communication. Certains points sont développés dans notre mémoire de master 2 d’histoire contemporaine, Le fonctionnaire de police face aux événements de Mai 68 au sein de la préfecture de police de Paris, université d’Évry Val d’Essonne, 2006.

4 Une grande part des hommes qui composent les forces de l’ordre ont participé à la guerre d’Algérie. Ils ont donc eu l’habitude d’une organisation militaire où le respect de la hiérarchie domine et ont conservé ce respect en entrant dans la police.

5 Ce malaise est provoqué par la situation durant les événements alors que les policiers servent de tampons entre la rue et le gouvernement. Ce sentiment relève aussi d’une incompréhension. Les policiers, comme beaucoup d’autres, ne comprennent pas ce qui se passe et considèrent qu’ils sont eux aussi incompris.

Auteur

Titulaire d’un master en histoire contemporaine – université d’Évry.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540