Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Première partie. Le Mai des territoires. Départements ruraux et centres industriels

Béthune et sa région en mai 68

Jean Vavasseur-Desperriers

Texte intégral

  • 1 L’Insee a enregistré en 1982 seulement cette agglomération, qui a formé par la suite, au plan admi (...)
  • 2 L’arrondissement de Béthune correspond à notre espace. Jusqu’en 1962, il regroupa la totalité de l (...)
  • 3 La tertiarisation intégrale du centre ville ne s’est produite que durant les deux décennies suivan (...)
  • 4 Cette réalité a pu guider ultérieurement les statisticiens de l’Insee.

1Il convient de donner préalablement quelques données sur l’espace étudié, différent des banlieues ou même des bassins industriels clairement identifiés, qui ont été évoqués par ailleurs dans ce colloque. Béthune est une petite ville de 28 000 habitants environ, située dans une conurbation de 250 000 habitants1 qui se présente en fait davantage sous la forme d’une nébuleuse urbanisée en continu que d’un système véritablement structuré. Dans cet espace hétérogène, on trouve au nord un plat pays et ses petites localités rurales, lointaine extrémité des terres flamandes ; au sud de la ville, l’extrême ouest du bassin minier du Pas-de-Calais, avec le groupe Bruay-Auchel, pays d’urbanisation minière. Au centre, la ville de Béthune monopolise les fonctions du tertiaire supérieur, administratives (la sous-préfecture)2 et judiciaires. Dans le domaine de l’enseignement, ses lycées classiques (garçons et filles) drainent nombre des meilleurs élèves du secteur. Dominée par son beffroi du XIVe siècle, elle présente les traits d’une « ville bourgeoise » avec ses gens de justice (notaires, avocats), ses cliniques et ses médecins spécialistes, ses agents et courtiers divers, ses commerces de qualité qui la distinguent nettement de la multitude de petites villes composant la conurbation. Elle n’est pas dénuée d’industries, les unes encore implantées dans la ville même3, les autres installées le long du canal d’Aire à La Bassée qui court au nord de la ville. 37 % des emplois de la commune sont alors industriels. Le paysage urbain du sud de l’arrondissement présente un visage bien différent. Une multitude de petites villes, issues du développement houiller, sont d’anciens villages, ceinturées par des cités minières, isolées les unes des autres. Parmi elles, émergent les villes de Bruay (28 000 habitants) et d’Auchel (14 000), sièges de l’extraction minière en déclin. En 1968, seulement trois des 25 sièges en activité vingt ans plus tôt fonctionnaient encore ; 12 500 personnes y sont encore employées. Un grand nombre de petites entreprises métallurgiques ou textiles achèvent de camper un paysage encore très industriel. Aujourd’hui encore, la faible structuration du réseau urbain n’exclut pas une influence de Béthune comme sous-centre régional, dans les domaines scolaire, commercial, tertiaire. La conurbation est parcourue quotidiennement par des flux de populations, perceptibles dans la carte des Autobus artésiens, qui, mieux encore que les limites administratives de l’arrondissement, rend parfaitement compte de sa réalité géographique4. Elle correspond également à la diffusion des journaux locaux, les éditions locales de Bruay et Béthune de La Voix du Nord et de Nord-Matin, de même que celle de L’Avenir de l’Artois, feuille d’informations locales largement diffusée dans la région dans tous les milieux, en raison de son intérêt pratique.

  • 5 On peut y rajouter le SAZIRAL (syndicat d’aménagement des zones industrielles de la région d’Auche (...)

2Cet espace connaît, dans les années 1960, une profonde évolution. Il fut clairement annoncé, dès le début de ces années, que la fermeture des puits de houille était inévitable. Aussi, le problème de la reconversion devint-il la préoccupation permanente du pays. L’État, à l’époque impliqué dans les opérations d’aménagement, s’appuyait sur les agents locaux, les élus, les chambres de commerce comme sur les Houillères pour inciter à la création de zones industrielles. Dans cette opération, les syndicats intercommunaux ont joué un rôle majeur. Le SAZIB (syndicat d’aménagement des zones industrielles de Béthune) était à l’origine, depuis 1961, d’implantations à Béthune, dans des zones industrielles nouvellement créées, d’usines comme Firestone, Tolartois ou Benoto. Le SAZIAB (syndicat d’aménagement des zones industrielles de Bruay) comptait à son actif l’aménagement du secteur de Ruitz, avec des industries comme Ripolin ou Rosy (textile de confection)5. La main-d’œuvre de ces industries nouvelles était souvent plus féminine et plus jeune que celle que l’on pouvait trouver dans les mines. Elle comportait davantage d’éléments qualifiés (techniciens, ingénieurs et cadres).

  • 6 Maurice Andrieux, ancien instituteur puis journaliste et rédacteur en chef de la Tribune des mineu (...)
  • 7 La liste élue en 1965, dite du « Grand Béthune » (H. Pad, à la tête du SAZIB, se montrait un maire (...)

3Dans l’analyse du contexte politique, on retrouve la dualité signalée plus haut. Dans les mines, la gauche régnait sans partage, mais une compétition sévère opposait depuis des années le parti communiste et le parti socialiste SFIO. Dans la 10e circonscription du Pas-de-Calais (Bruay-Auchel), le député communiste Maurice Andrieux, ancien rédacteur en chef de La Tribune des mineurs, s’opposait aux socialistes Marcel Wacheux, maire de Bruay, et Raymond Derancy, président du SAZIAB. Les résultats des élections législatives de 1967 avaient été favorables au parti communiste, M. Andrieux devenant député de la 10e circonscription à la place de R. Derancy6. Les multiples localités du pays minier étaient administrées par des élus de ces deux formations. Au nord de Béthune, dans le plat pays, la droite prédominait dans des localités plus agricoles qu’industrielles. La ville même de Béthune présentait un cas particulier : sa municipalité était composite, avec un noyau central unissant des conseillers de sensibilité démocrate chrétienne, des représentants de la droite libérale et des socialistes, placée sous la houlette du notaire Henri Pad, radical et président du SAZIB7. Cette municipalité de type « Troisième Force » avait été renforcée par quelques personnalités se réclamant du gaullisme. La seule opposition venait du PCF, dont un représentant, l’ancien cheminot Édouard Carlier, était devenu député de la 9e circonscription en 1967. La présence d’un radical est d’ailleurs une constante de l’histoire politique de la ville depuis le début du XXe siècle.

  • 8 Il s’agit-là d’un radicalisme récent (Troisième République finissante). En remontant plus haut, on (...)

4Une forte emprise organisationnelle caractérisait le pays minier où une présence syndicale massive allait de pair avec une constante rivalité mettant aux prises les socialistes et les communistes, les autres familles politiques ne jouant ici qu’un rôle réduit. Dans la ville même de Béthune, prédominait une tradition consensuelle, dans la lignée du radicalisme : en 1935 déjà, le maire, élu à la tête d’une municipalité de Front populaire, était un avocat radicalisant8. D’autre part, comme on le verra par la suite, des comportements défensifs de région menacée par les mutations de l’économie contribuaient à susciter, dans une certaine mesure, des manifestations d’« union sacrée ».

Une culture de la protestation

  • 9 Nord-Matin, 23 mai 1968, Édition de Bruay.
  • 10 Sans doute débordés, les organisateurs de la manifestation (dont l’objet était d’obtenir la libéra (...)

5Sur le plan de la culture politique, ce secteur, dont on va voir qu’il a connu en 1968 un très fort mouvement social, était riche d’une tradition de conflits qui s’étaient superposés au cours des générations. Certes, le souvenir de 1936 et de sa grève générale commençait à s’estomper, mais le témoignage d’« anciens » Bruaysiens au moment des rassemblements de 1968 est attesté : en assistant au meeting tenu le 22 mai au siège de la fosse no 6 à Bruay, tel vieux militant qui avait connu 1936 et même 1919, affirmait n’avoir jamais connu un mouvement d’une telle ampleur9. Plus proche, le souvenir de 1948 : 6 000 manifestants venant du pays minier à l’appel de la CGT et du PCF, conduits par le secrétaire départemental de la CGT, avaient alors envahi la sous-préfecture de Béthune et maltraité publiquement le sous-préfet10. Ce dernier épisode paraît très révélateur, à trois points de vue : le caractère parodique de la « violence », destinée avant tout à ridiculiser ; l’invasion de la ville « bourgeoise » par les foules du pays minier ; enfin, l’attitude d’un groupe vivant en isolat, peu soucieux de respecter les autorités constituées, perçues comme lointaines, étrangères et hostiles. À cet égard, le mouvement de 1968, dont on verra qu’il s’est déroulé localement dans un calme relatif, ne relève pas de la violence « révolutionnaire » de 1948. Il est significatif que, dans le témoignage cité, 1948 ne soit pas évoqué, mais peut-être émane-t-il d’un socialiste.

  • 11 Fils d’un notaire de Béthune, imprimeur et directeur de l’Avenir de l’Artois, président fondateur (...)
  • 12 Cette situation n’était pas dénuée d’ambiguïté, comme le montre un incident lors d’une réunion ten (...)
  • 13 La Voix du Nord, 1er novembre 1966.

6En effet, à ces souvenirs de guerre civile froide, se superposait celui de la grande grève défensive de 1963, visant à faire reculer le gouvernement sur sa politique de liquidation des mines : au contraire, ici, dominait le souvenir du consensus avec son intersyndicale et le soutien massif de la population tout entière. Les commerçants et d’autres catégories indirectement impliquées par la fermeture des mines s’étaient associés aux ouvriers ; les représentants des divers cultes étaient intervenus. Cet état d’esprit n’avait pas disparu avec l’échec de la grève. Dans l’ouest du bassin du Pas-de-Calais, comme on l’a vu plus haut, des groupes de pression réunissaient les représentants des diverses forces sociales et politiques. Parmi elles, se distinguait le Comité d’aménagement et d’expansion de l’ouest du pays minier (CATEX), issu de la Jeune Chambre économique de Béthune (créée au début des années 1960) et animé par un représentant de la droite locale, Léonce Deprez, propriétaire de l’Avenir de l’Artois11. Orienté vers les opérations de « lobbying » au niveau national – le président du CATEX rencontra plusieurs fois le tout-puissant Jérôme Monod –, le CATEX tentait de réaliser l’unité des forces sociales et politiques du secteur. Mais il se présentait comme une force apolitique, les personnalités adhérentes ne le faisant qu’à titre personnel ou comme représentant de leur mairie ou de leur syndicat : parmi les vice-présidents, on comptait Raymond Derancy et Marcel Wacheux, mais aussi le maire communiste de Calonne-Ricouart12. L’organisation ne dédaignait pas les manifestations de masse, comme celle organisée à Béthune en octobre 1966. 5 000 personnes participèrent alors à une marche sur Béthune à partir de Bruay et de localités voisines. Mais la « marche » (signe des temps) se fit en automobile – plusieurs centaines avaient été mobilisées. Les observateurs notèrent le caractère socialement mélangé des manifestants – mineurs, employés, commerçants, membres du clergé13. On se trouvait là devant un autre type de revendication, différente de celle de l’opposition sociale classique entre patrons et ouvriers : celle de la protestation à l’égard de l’État, garant des équilibres sociaux et prié d’intervenir pour les sauvegarder.

  • 14 Doit être aussi mentionnée la présence de l’Association populaire des familles, du Centre des jeun (...)
  • 15 La Voix du Nord, 12 et 13 mai 1968.

7Quand commence le mois de mai 1968, c’est cette préoccupation qui est prédominante. Durant la première quinzaine de mai, alors que le mouvement étudiant s’est développé à Lille en écho à celui de Paris dès les premiers jours du mois, une grande manifestation, forte de 30 000 personnes, prévue depuis plusieurs semaines, bien avant les « événements », se déroule dans la capitale des Flandres le samedi 11 mai, à l’initiative des syndicats – CFDT, CGT, FEN – en présence des élus et responsables de gauche – 19 députés socialistes et communistes ; le maire de Lille, Augustin Laurent, et ses adjoints, même ceux appartenant au Centre démocrate ; les secrétaires fédéraux des partis SFIO et communiste ; de nombreux maires et conseillers généraux14. Des délégations étaient venues des deux départements, notamment de l’arrondissement de Béthune. Le thème de la manifestation : « contre le chômage, pour la défense et la promotion de l’emploi » mettait l’accent sur la nécessité de favoriser l’implantation de nouvelles industries. Cette protestation se situait donc dans la ligne de celles des années précédentes. Les mots d’ordre étudiants, cependant, ne furent pas absents de la journée. Les étudiants étaient en effet massivement présents, avec leur mot d’ordre – « libérez nos camarades » –, mais leur service d’ordre (UNEF et AGEL : Association générale des étudiants Lillois) sut contenir quelques éléments radicaux qui tentèrent de créer des incidents lors du passage devant les locaux de l’ORTF. De son côté, le secrétaire départemental de la CGT déclara « la solidarité des travailleurs » avec les étudiants « en lutte pour leurs légitimes revendications », et qui étaient victimes de la « répression policière ». Mais, malgré cette concession faite au mouvement étudiant, l’orateur insista principalement sur le pouvoir d’achat et l’emploi15.

  • 16 Qui représentait chacun une famille politique, à l’exception du PCF.
  • 17 Nord-Matin, 16 mai 1968 ; l’Avenir de l’Artois, 15 et 18 mai 1968.

8Le phénomène constaté à Lille, la persistance de conflits classiques sur lesquels échoue une greffe maladroite se retrouve à Béthune quelques jours plus tard. Le 15 mai, alors que le conflit prenait au plan national une dimension nouvelle, une importante manifestation, comptant plusieurs centaines de personnes, défila dans la ville. Il s’agissait du personnel de l’entreprise de fabrication de matériel de travaux publics et de forage BENOTO, implantée à Béthune depuis 1962 sur une des zones industrielles créées dans le cadre du SAZIB, et menacée d’une vague de licenciements à la suite d’un dépôt de bilan survenu en 1966. La manifestation était organisée par les sections des quatre organisations CGT, CFDT, FO, CGC. Le défilé, d’une « remarquable dignité » selon L’Avenir de l’Artois, se termina par la remise d’une motion au maire Henri Pad, qui reçut la délégation flanqué de ses cinq adjoints16 avant que celle-ci ne fût reçue par le sous-préfet Roger David qui avait été un acteur majeur des opérations de réaménagement. Caractère intersyndical, défilé sans incident des ouvriers et de leurs machines tractées, bénéficiant du soutien de l’Union commerciale et du CATEX, remise aux autorités d’une motion revêtant un caractère très officiel : tout cela n’avait rien que de très classique. En vain, quelques étudiants tentèrent-ils de se mêler au cortège : « Ils en furent rapidement dissuadés par la ferme attitude des délégués syndicaux17. »

  • 18 L’Institut universitaire de technologie de Béthune n’a été créé que quelques mois plus tard. L’uni (...)

9Il existe donc bien une culture de la protestation dans le secteur étudié. Mais cette culture possède des traits bien particuliers, constitués les années précédentes. Il s’agit tout d’abord d’une protestation réglée, qui s’accomplit auprès des autorités élues, porteuses de la légitimité populaire et souvent issues elles-mêmes du « mouvement ouvrier ». Ces dernières sont chargées par les organisations professionnelles de rappeler l’État à ses devoirs. Il s’agit ensuite d’une protestation consensuelle, mettant en cause l’ensemble des forces sociales et politiques du secteur. Si tout cela n’effaçait pas les clivages classiques (gauches contre droites, socialistes contre communistes, salariat contre patronat), qui restaient très vifs, ni les actions vigoureuses (grèves, manifestations), il n’en reste pas moins que ces pratiques tendaient à rejeter tout modèle radical, dans un secteur où l’encadrement syndical conservait une très grande force. À cela s’ajoute un élément majeur : l’absence de mouvement étudiant dans un secteur dénué d’implantation universitaire18. Cela n’exclut pas une circulation des individus, comme semble le montrer la présence d’étudiants dans la ville le 15 mai, notamment d’étudiants inscrits à Lille mais originaires du secteur. Il n’en reste pas moins que la « première phase », au sens canonique du terme, de Mai 68 n’a pas de réalité à Béthune et dans sa région, ce qui n’exclut pas la persistance des protestations en cours.

  • 19 Les employés de BENOTO ne cessèrent pas le travail, étant donné la situation, mais manifestèrent l (...)
  • 20 Nord-Matin, 14 mai 1968.

10La grève du 13 mai, lancée par les syndicats, fut très largement suivie dans la région de Béthune-Bruay. Massive dans les Mines (86 % de grévistes, 10 000 sur 12 000), à EDF-GDF (85 %), dans l’enseignement, elle se révéla moins forte chez les fonctionnaires des finances, de la sous-préfecture et des communes (environ 50 %) et faible à la SNCF (27 %). Dans le secteur privé, le plus remarquable fut l’arrêt presque total dans certaines entreprises issues de la politique de reconversion : 77 % dans l’entreprise de confection Rosy, 84 % chez Firestone, implanté dans une des zones béthunoises19. Des délégations des unions locales des cinq syndicats FO, FEN, CGC, CFDT et CGT, menées par leur secrétaire, se rendirent à la sous-préfecture pour déposer une motion qui, tout en condamnant les « brutalités policières » et en exigeant l’amnistie pour les manifestants étudiants, insistaient sur la revalorisation des salaires et la défense de l’emploi20. Tout cela s’inscrivait bien dans la continuité.

Naissance et propagation du mouvement social

  • 21 Nord-Matin, 19-20 mai 1968. Les grévistes prévinrent les destinataires des produits périssables, e (...)
  • 22 Nord-Matin, 19-20 mai 1968. Il s’agit d’un extrait d’un reportage de cet organe (proche de la gauc (...)
  • 23 Diversement suivie à Béthune, la grève des « municipaux » est massive dans le sud de l’arrondissem (...)
  • 24 Communiqué des bateliers dans La Voix du Nord du 26-27 mai 1968. En 1936 déjà, la batellerie avait (...)

11Le mouvement social proprement dit se déclencha le lundi 20 mai, mais des signes avant-coureurs avaient fait leur apparition à la fin de la semaine précédente. Le vendredi 17 au soir, les trains sont arrêtés en gare de Béthune, un piquet de grève mis en place, la gare est fermée au public, les voyageurs sont informés par un communiqué d’une intersyndicale CGT-FO-CFDT21. Dans les mines, les responsables circulent sur les puits : les mineurs interrogés ne se déclarent pas hostiles à la grève, à condition qu’elle soit limitée et que soient intégrées dans les revendications la nécessité de créer de nouvelles usines dans la région « afin de favoriser le plein-emploi des jeunes22 ». Ainsi, la protestation de type nouveau se trouvait-elle intégrée dans le mouvement revendicatif. Le lundi 20 mai, commence vraiment le mouvement social. Les 12 500 mineurs des trois sièges (no 6 d’Haillicourt, 5 de Bruay, 2bis d’Auchel), très vite rejoints par les employés des bureaux centraux des mines à Bruay, EDF et GDF cessent leur activité (les coupures de courant restent toutefois limitées). Le mardi 21, les Autobus artésiens (250 employés seulement, mais dont la fonction revêt une réelle importance stratégique), les enseignants du primaire et du secondaire, les services municipaux23 se joignent au mouvement, pendant que les bateliers décident un barrage de péniches sur le canal24. Parallèlement, de très nombreuses entreprises petites et moyennes du secteur se mettent progressivement en grève, dans la métallurgie puis dans le textile, enfin dans le bâtiment. Les entreprises récemment installées sur les zones industrielles nouvellement créées (telle la zone industrielle A de Béthune, en bordure du canal d’Aire à La Bassée), comme Firestone (pneumatiques) ou Benoto (matériel industriel), entrent dans le conflit, non sans difficultés, comme on va le voir, dès le lundi 20. D’autres fabriques situées dans la ville même de Béthune, comme SOBEAL (margarine), Les Pigeons voyageurs (confection) ou AEQUITAS (matériel de pesage) fonctionnent jusqu’à la fin de la semaine du 20.

12Il convient de bien caractériser ce mouvement.

  • 25 Ainsi, l’entreprise « les Pigeons voyageurs » est dirigée par Émile Dumont, un notable local qui d (...)
  • 26 « Beaucoup ont attendu les cars qui ne sont pas passés », note un reporter de Nord-Matin le lundi (...)

131 – La rapidité de son extension pose la question des facteurs qui l’ont déterminée. À l’origine se situe l’action massive et déterminante des grandes entreprises dont l’emprise dépasse la région, la SNCF, EDF, les Houillères. Dans le dense réseau des moyennes entreprises, les situations sont très variées. Si les unités récemment implantées sur les zones industrielles sont touchées par la grève assez tôt, il est remarquable que les entreprises « retardataires » (SOBEAL, les Pigeons voyageurs, AEQUITAS, OUTREBON) soient situées dans la ville de Béthune ou dans sa proximité immédiate : ce sont des entreprises installées de longue date, dont les capitaux sont d’origine locale et qui semblent marquées par un certain paternalisme25. Dans ce contexte, il faut reconnaître que les données techniques ont joué un grand rôle. L’arrêt des transports, celui de la SNCF, puis des Autobus Artésiens, dont le rôle dans la circulation des actifs était vital dans ce secteur26, fut encore aggravé par le barrage des péniches. Le chômage technique, surtout pour nombre de PME, semble avoir été décisif.

  • 27 Nord-Matin, 22 mai 1968.
  • 28 Ainsi l’entreprise textile Rosy, sur la zone de Ruitz, ou la fonderie Hibon.
  • 29 Le communiqué de la CGT et de la CFDT est diffusé dans la presse du 21 mai (Nord-Matin du 22 mai 1 (...)
  • 30 Nord-Matin, 22, 23 et 28 mai.

142 – Les interventions des grévistes à l’encontre des hésitants ont également contribué à l’extension de la grève. Il concerne peu les grandes organisations implantées dans les grandes entreprises qui mettent aussitôt sur pied, comme dans les mines, des piquets de grève efficaces, actifs surtout devant l’entrée des bureaux centraux et des laboratoires27. Tout au plus, pour vaincre certaines réticences de leurs collègues, les instituteurs grévistes organisèrent le mercredi 22 des visites pour convaincre les « irréductibles » de rejoindre le mouvement. Les difficultés majeures surgirent plutôt dans certaines petites entreprises, dont le personnel ne débraya qu’après une visite des responsables des unions locales28. Sur la zone industrielle A de Béthune, la confusion était à son comble dans deux des entreprises phares dont la situation était très différente, l’une très mal en point, l’autre très prospère. À BENOTO (l’entreprise mal en point, dont l’existence même était menacée), un refus de la grève avait été voté la semaine précédant le mouvement, dans l’attente du retour de délégués envoyés au ministère. Sans attendre le résultat, les sections CGT et CFDT lancent le mot d’ordre de grève avec occupation le lundi soir 20 mai, contre l’avis de la CGC et de FO29. À Firestone, le directeur général, venu négocier avec les délégués du personnel, est séquestré par les grévistes et l’occupation est imposée, malgré l’opposition des délégués, à la suite d’interventions extérieures de la CGT et de la CFDT. Des incidents opposèrent les piquets de grève à des cadres qui ne souhaitaient pas se joindre au mouvement, tandis que d’autres cadres se solidarisaient avec les grévistes30. Il est significatif que ces incidents se produisirent dans des unités d’implantation récente, où l’émiettement syndical, conséquence de l’absence de traditions anciennes aussi bien que du caractère « moderne » de ces usines, constituait un frein à une action unitaire, et expliquait la violence (surtout symbolique) dont les dirigeants furent l’objet.

  • 31 Il s’agit d’une des très rares interventions mentionnées d’un étudiant, dans un secteur qui en éta (...)
  • 32 Motion publiée dans la presse du 29 mai.

153 – Ce mouvement se doubla d’un mouvement lycéen. Sans grande ampleur à Béthune (sauf au lycée technique), il se déclencha le 20 mai au lycée de Bruay : les lycéens formèrent un comité et plusieurs commissions, puis appelèrent leurs camarades à cesser de suivre les cours ; le lendemain, un cortège de 500 lycéens traversa la ville et se rendit à la salle des fêtes où ils tinrent réunion en présence du proviseur, du censeur, de Marcel Wacheux, le maire socialiste, lui-même ancien enseignant, et des représentants des parents d’élèves de la FCPE. Leur motion exprimait le refus de la sélection à l’entrée du supérieur, le souhait de voir la suppression de l’enseignement privé, source d’inégalité, un rôle plus grand donné à l’orientation, un souci de mettre l’enseignement technique à égalité de dignité avec l’enseignement classique (par la transformation, notamment, du brevet de technicien en baccalauréat), une participation des élèves à tous les conseils du lycée, enfin, l’introduction d’une vie sociale véritable au lycée. Les lycéens de Bruay avaient le souci d’insérer leur mouvement dans un cadre plus large : un étudiant lillois intervint dans la réunion, contre la sélection à l’entrée de l’université31. Ils contactèrent les lycées d’Auchel et Lillers. Ils exprimèrent le souhait d’une assemblée interprofessionnelle et intersyndicale ouverte à l’ensemble des travailleurs et lycéens de la région. Ils participèrent activement aux diverses manifestations qui se déroulèrent les jours suivants. Rien de tel à Béthune où il fallut attendre la semaine suivante, le mardi 28, pour qu’une réunion entre lycéens et parents d’élèves du lycée Louis-Blaringhem (le lycée classique) aboutisse à la publication d’une motion32, qui portait essentiellement sur les modalités du baccalauréat et contre la sélection en faculté. Elle admettait cependant que les brevets commerciaux et techniques prennent le nom de baccalauréat technique. On a vu plus haut que le lycée classique de Béthune drainait les élites scolaires du secteur.

  • 33 Récit le plus complet dans Nord-Matin, 28 mai 1968.
  • 34 Communiqué du 19 mai. Nord-Matin, 21 mai 1968.
  • 35 Communiqué du 24 mai. L’Avenir de l’Artois, 29 mai 1968.

164 – Extérieurement, le mouvement donnait l’impression d’une grande unité. Des manifestations pacifiques, destinées à célébrer l’unité des travailleurs et des lycéens, eurent lieu à la fin de la première semaine de grève, dont l’une à Béthune le samedi 25 – 2 500 personnes, à l’appel de l’ensemble des syndicats, au sein desquels la FEN avait joué un rôle décisif. Cette démonstration avait été réclamée par les instituteurs depuis trois jours, mais les événements de Paris le 24 mai contribuèrent à remobiliser. L’autre eut lieu à Bruay le même jour et regroupa 5 000 personnes. Les orateurs de FO, de la CGC, de la FEN, des lycées en grève, de la CFDT, de la CGT exposèrent les points de vue de leurs organisations, mais ne se trouvèrent d’accord que pour continuer la grève33. Une organisation non présente à la manifestation avait marqué sa différence, la CFTC, au demeurant très minoritaire dans le secteur. Dès le début du mouvement, la CFTC d’Auchel-Bruay, tout en reconnaissant la réalité du malaise social, appelait ses adhérents à ne participer qu’à des mouvements limités au plan professionnel et à refuser les occupations des locaux ou les violences sur les personnes34. Cinq jours plus tard, l’Union locale CFTC de Béthune condamnait les interventions d’éléments extérieurs aux entreprises et les occupations des locaux35.

  • 36 Communiqué du 22 mai. Nord-Matin, 23 mai 1968. « Les événements que nous vivons ne pourront incons (...)
  • 37 Communiqué du 22 mai. Nord-Matin, 23 mai 1968. Le 25, son secrétaire exalta en termes lyriques le (...)

17Bien différentes furent les prises de position de la CGC et de FO, au moins dans le pays minier. Le syndicat CGC-ETAM du groupe Auchel-Bruay déclara, disant « engager la seule responsabilité de la section », avoir, en se ralliant à la grève, préservé l’outil de travail, le bien commun de tous les personnels et la source de revenus pour les familles. La section terminait son communiqué par un appel à la négociation36. Ces importantes restrictions mentales furent reprises par le représentant de la CGC au meeting de Bruay le 25 mai. La section FO de Bruay, de son côté, tout en félicitant les travailleurs pour leur participation à la grève, les appela « à tout faire pour éviter la politisation du mouvement37 ». Le souci de maintien d’une unité de façade, dans un milieu dominé par une unité organique, ancienne et constitutive d’une identité, n’existait pas, en revanche, dans les industries nouvelles, comme on l’a vu pour les usines BENOTO et Firestone, où les dissensions l’emportèrent largement sur le consensus.

  • 38 « Souhaitons ardemment que le trouble s’apaise très bientôt dans la satisfaction sociale de tous » (...)

18Pour les habitants qui ne prenaient pas part au mouvement (comme d’ailleurs pour les autres), les signes de crise se manifestèrent dès le début de la semaine du 20 mai : essence rationnée ; achats compulsifs, de sucre ou d’huile notamment ; retraits bancaires inhabituels ; manque de tabac (la « Gauloise » se fit rare) ; encombrements de déchets ménagers, effet de la grève des éboueurs. En fin de semaine, le climat de tension donne naissance à une angoisse sourde, voire irrationnelle : les piquets de grève, prévenus que des individus se promènent nuitamment, renforcent leur surveillance. Les fêtes sont reportées, mais à Béthune le maire maintient la Fête des mères, célébrée le dimanche 2638.

Apogée et déclin du mouvement

19Le mouvement ne ralentit pas avec les accords de Grenelle. Il s’amplifia au contraire le 28, avec l’entrée en grève d’une dernière vague de PME jusque-là épargnées. Les observateurs remarquent l’amplification du mouvement. « En général, les commentaires sont pessimistes », lit-on dans La Voix du Nord du 28 mai, Nord-Matin faisant la même constatation. Le mouvement semble encore largement majoritaire le 29 mai. Pourtant, des signes d’essoufflement sont déjà perceptibles les jours suivants. Des reprises du travail sont déjà annoncées, notamment à Béthune : Firestone, Tolartois, Outrebon, mais aussi dans les services administratifs des mines de Bruay. Toutefois, le 31, les organisations n’avaient pas encore donné le mot d’ordre officiel de reprise, qui se déroula la semaine suivante, à partir du 1er juin, jusqu’au 6 juin pour la plus grande partie de l’activité, jusqu’au 12 pour les enseignants du secondaire.

20Il convient de dégager les principaux traits de cette période complexe.

  • 39 Nord-Matin, 29 mai 1968.
  • 40 À propos de l’entreprise dite du Pigeons voyageurs de Béthune (600 employés), il y a une distincti (...)
  • 41 Nord-Matin, 29 mai 1968.

211 – L’intensification du mouvement après les accords de Grenelle semble bien une caractéristique de la situation de l’arrondissement de Béthune. Mais ce phénomène relevait de raisons complexes. Il était annoncé le 28 qu’une nouvelle vague de PME entrait dans le mouvement. Il s’agissait d’une quinzaine d’entreprises de quelques dizaines d’ouvriers chacune, représentant au total plus de 1 000 employés39. L’arrêt de l’activité était parfois le fait des patrons eux-mêmes, soucieux d’éviter les troubles dans le climat d’extrême tension des 28-30 mai. On ne peut d’autre part, mesurer exactement les effets des difficultés techniques, qui s’aggravaient avec le temps40. Après les accords nationaux, un délai était nécessaire pour les concrétiser au plan local, ce qui donnait parfois lieu à des procédures intéressantes. Ainsi, le 28 mai, des délégués des petites entreprises métallurgiques de la région de Bruay se réunissent-ils pour élaborer un cahier de revendications commun41. Plus significatif encore est le cas des entreprises de confection de la zone de Ruitz, Rosy, Lemaire et Bailleul, dont la main d’œuvre est très majoritairement féminine. Les responsables des unions locales CGT et CFDT les incitent à rédiger des cahiers de revendications, à organiser des délégations, et, bien sûr, à se syndiquer.

  • 42 La Voix du Nord, 28 mai 1968.
  • 43 Compte rendu de la réunion du « 5 » à Divion, le 28 mai. Nord-Matin, 30 mai 1968. 250 mineurs prés (...)

222 – Si ces facteurs ont joué, un autre semble l’emporter, signalé par le chroniqueur de La Voix du Nord42 : « L’ensemble des salariés attend maintenant les décisions des grandes centrales syndicales. » Dans un pays de protestation réglée, il ne pouvait en être autrement. Le plus important corps de métier en grève, les mineurs, donne le ton le 29. Les mineurs des fosses 5 et 6 refusent de reprendre le travail, au cours de réunions auxquelles assiste le député communiste Maurice Andrieux. Ils le font à l’appel du secrétaire de la CGT, au cours d’un vote à mains levées43. Devant les bureaux administratifs des Houillères, des piquets de grève interdisent l’accès des locaux aux employés et cadres qui souhaitent reprendre le travail. Un grand meeting (qui attire moins que la semaine précédente) tenu le 29 à Bruay confirme cette orientation : « la forêt de mains levées [en faveur de la poursuite de la grève] a été pour nous un réconfort », déclara le représentant de la CGT. Ailleurs, la situation restait contrastée. À Firestone, entreprise plus récente, les organisations syndicales sans exception participent à la remise en marche, après une discussion serrée : la CGT, la CFDT et FO sont ici sur la même ligne. Le travail reprend le matin du 30 mai (donc avant le discours du Général et la manifestation des Champs-Élysées). Dans d’autres entreprises, comme Outrebon, qui avait repris le travail, la reprise est perturbée par des éléments extérieurs.

  • 44 La Voix du Nord, 30 mai 1968. L’accord n’est pas total entre la CGC et FO, cette dernière ayant ex (...)
  • 45 Nord-Matin, 28 mai 1968. La proposition de FO est acceptée d’abord par la CFDT, puis par la CGC, l (...)

23Dans l’entreprise BENOTO, la confusion est à son comble. La division des forces syndicales n’a cessé de s’accentuer : le vendredi 24, la CGC et FO avaient fini par accepter la grève (déjà effective) imposée par le « comité d’action » formé par la CGT et la CFDT, sous la condition que le travail reprenne le lundi 27. La reprise n’ayant pas eu lieu, la direction ferme le 28 l’usine pour une semaine, mais sans prononcer le lock-out. Des éléments de FO « occupent » l’usine le 29 pour travailler, la CGC exprime aussi son souhait de reprise44. Les cédétistes se divisent, la CGT reste sur le mot d’ordre de poursuite de la grève. La direction décide de « rouvrir » l’usine le 30 au matin. Pour éviter les incidents, un système burlesque est institué : les grévistes pourront toujours de rassembler devant l’entrée principale, les non grévistes pourront entrer par une porte dérobée, située sur le parking. La situation ne deviendra normale qu’au début de la semaine suivante. Au-delà de cette guerre picrocholine, le cas de BENOTO soulève deux problèmes de fond. D’abord, la nature de certaines revendications exprimées le 27 mai. FO proposa alors, au cours d’un meeting tenu à l’usine, d’introduire de nouveaux principes de gestion, qui seraient fondés sur l’association des acteurs (élus et représentants du personnel)45. Le deuxième est celui du rôle des pouvoirs publics dont l’intervention est réclamée le même jour (27 mai) par une délégation à la sous-préfecture, porteuse de la proposition de nationalisation par capitalisation des créances des pouvoirs publics. Mais cette proposition, fruit d’une union passagère, acceptée du bout des lèvres par la CGT, et qui ne résista pas à la décision de fermeture de l’usine, resta sans lendemain. La première de ces propositions n’en introduit pas moins dans ce paysage « classique » un élément relevant plus spécifiquement du mouvement de 68.

  • 46 Nord-Matin, 28 mai 1968.
  • 47 Une réunion du 24 mai était allée dans ce sens. Sans évoquer un changement de gouvernement, R. Pla (...)

243 – Il faut donc prendre en compte le facteur politique pour expliquer la persistance du mouvement. Les mots d’ordre des centrales, que semblaient attendre les grévistes, ont dans une large mesure été déterminés par la situation politique générale à partir du lundi 27 mai. Un comité de liaison intersyndical est alors mis sur pied à Béthune sur l’initiative du syndicat des instituteurs, avec la participation de la CFDT, de la CGT et de FO46. Le SNI avait déjà joué la semaine précédente un rôle important dans le secteur de Béthune : Régis Plas, son secrétaire local, et Augustin Guisse, conseiller municipal de Béthune, avaient développé, dès le début du mouvement, des revendications dépassant les réclamations habituelles, exposant la nécessité d’un changement profond, indispensable à l’application intégrale du plan Langevin-Wallon47.

  • 48 Nord-Matin, 30 mai 1968. « La preuve est faite que chaque travailleur a pris conscience de ses res (...)
  • 49 Nord-Matin, 31 mai 1968.

25Il avait provoqué la manifestation unitaire du samedi 25, déjà évoquée. Le comité de liaison jouait un rôle pratique. À sa demande, des bons de repas furent distribués aux familles grévistes dans les cantines scolaires, et des enfants envoyés à la campagne, en liaison avec la Fédération des œuvres laïques. Le comité prit également l’initiative d’une manifestation le 29 mai sur la Grand-Place de Béthune, devant les banques et les magasins fermés. Le délégué de la FEN insista surtout sur une réforme démocratique de l’enseignement, tandis que le représentant de la CGT appela ouvertement à « un changement de régime48 ». Le 30 au matin, l’instituteur Augustin Guisse, faisant le bilan de l’action du comité, déplorait l’impossibilité de maintenir l’unité d’action des travailleurs, mais déclarait sa confiance dans un éventuel gouvernement de gauche49. Déclaration doublement significative par ce qu’elle révélait : l’impossibilité de l’unité d’action, qui découlait de la diversité des situations sociales, dans un secteur hétérogène ; en même temps, le poids du politique, accentué depuis le début de la semaine. La CGT, dans le durcissement qui suit Grenelle, s’insère dans un rapport de force politique : il s’agit de montrer la puissance de l’organisation liée au parti communiste, pour tenir toute sa place, quelle que soit l’issue de la crise. Surtout dans une situation locale où elle ne trouve pas en face d’elle d’équivalent organisationnel, la seule force d’importance étant le SNI, dont les liens avec la FGDS (ici représentée par la SFIO) ne faisait pas de doute. Cette insertion du politique explique que, sans la provoquer totalement, la réaction du pouvoir le 30 mai facilita considérablement la reprise de la semaine suivante, à des dates variées suivant des impératifs techniques.

*

26Le mouvement social de Mai 68 à Béthune et dans sa région revêt plusieurs aspects originaux. Il est original d’abord par la manière dont il s’insère dans un tissu social hétérogène. Il met en valeur les différences existant entre le pays minier, son encadrement, ses traditions, et les entreprises du nouveau tissu industriel, moins monolithiques, plus pragmatiques. Il s’inscrit au départ dans un mode de revendications (de type consensuel) tournées vers l’État, dont on attend une efficace action de reconversion. D’où l’absence, dans un pays fortement structuré par des organisations puissantes, de mouvement proprement « soixante-huitard », sauf à la marge, épisodiquement. Le mouvement lycéen de Bruay lui-même, avec ses modalités et ses revendications, se situait parfaitement dans ce contexte, celui d’une région populaire menacée par l’évolution économique. Enfin, si ce mouvement révèle localement des rythmes originaux, il n’échappe pas entièrement au rythme national. Si les conditions locales ont permis dans certains cas une reprise dès les 28-29 mai, la crise politique des 28-30 mai a fait sentir ses effets, dans la région de Béthune comme ailleurs. Il y a bien eu greffe du national sur un local très spécifique.

Notes

1 L’Insee a enregistré en 1982 seulement cette agglomération, qui a formé par la suite, au plan administratif, la Communauté de l’Artois.

2 L’arrondissement de Béthune correspond à notre espace. Jusqu’en 1962, il regroupa la totalité de l’ouest du pays minier. Mais, à cette date, la création de l’arrondissement de Lens l’amputa d’une bonne partie de son territoire.

3 La tertiarisation intégrale du centre ville ne s’est produite que durant les deux décennies suivantes. Les industries des zones industrielles périurbaines sont encore en place.

4 Cette réalité a pu guider ultérieurement les statisticiens de l’Insee.

5 On peut y rajouter le SAZIRAL (syndicat d’aménagement des zones industrielles de la région d’Auchel-Lillers). Ces organismes, malgré leur dynamisme et leur volonté de faire face aux problèmes posés par la reconversion du bassin minier, ne compensèrent que très partiellement la fermeture des puits. Bernard Frimat, « Emploi, conversion et avenir de l’ouest du bassin minier », dans Une région en mutation, le Nord-Pas-de-Calais, Cahiers du CIRSH, no 1, Publications de l’université de Lille III, 1975.

6 Maurice Andrieux, ancien instituteur puis journaliste et rédacteur en chef de la Tribune des mineurs (à Lens) de 1948 à 1951, secrétaire général de Ce soir de 1951 à 1953, était natif d’Hersin-Coupigny, petite ville minière située à quelques kilomètres de Bruay ; il était depuis 1959 maire de sa ville natale. En 1967, il avait devancé au premier tour le député socialiste sortant Raymond Derancy. Celui-ci, ancien mineur, également originaire d’Hersin, maire de Barlin (localité minière voisine) de 1947 à 1977, député SFIO de 1959 à 1967, était le président fondateur du SAZIAB. Marcel Wacheux, originaire de Bruay, professeur de l’enseignement secondaire, était maire SFIO de Bruay depuis 1965 ; il devait par la suite devenir député de la 10e circonscription de 1981 à 1986. Henri Adam, Yves-Marie Hilaire, André Legrand, Bernard Ménager, Robert Vandenbussche, Atlas de géographie électorale Nord-Pas-de-Calais, 1946-1972, Publications de l’université de Lille III, 1972. Bernard Ménager, Christian-Marie Wallon-Leducq, Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, 1973-1992, Presses universitaires de Lille, 1993.

7 La liste élue en 1965, dite du « Grand Béthune » (H. Pad, à la tête du SAZIB, se montrait un maire actif), comprenait 3 radicaux, 4 MRP, 5 « modérés », 5 gaullistes « indépendants », 9 socialistes SFIO. Le seul opposant, élu au cours d’une municipale partielle était le communiste Carlier, devenu ensuite député de la 9e circonscription, essentiellement grâce à son aura personnelle.

8 Il s’agit-là d’un radicalisme récent (Troisième République finissante). En remontant plus haut, on retrouvait un radicalisme de combat, incarné dans les années 1880 par le Dr Eugène Hainaut.

9 Nord-Matin, 23 mai 1968, Édition de Bruay.

10 Sans doute débordés, les organisateurs de la manifestation (dont l’objet était d’obtenir la libération de leurs camarades emprisonnés après une violente échauffourée survenue à Bruay) laissèrent tourner en ridicule le représentant de l’État. Profitant d’un retard de l’arrivée des forces de l’ordre, les manifestants envahirent la sous-préfecture et s’emparèrent du sous-préfet. « Un photographe de L’Humanité, juché sur des épaules, prend des clichés et conseille à un gréviste de “lui” faire faire une grimace. Une main s’avance et tire les cheveux de M. le sous-préfet », est-il précisé dans le rapport des Renseignements généraux (archives départementales du Pas-de-Calais, 1Z246) du 26 octobre 1948.

11 Fils d’un notaire de Béthune, imprimeur et directeur de l’Avenir de l’Artois, président fondateur de la jeune Chambre économique de Béthune en 1959, L. Deprez avait été conseiller municipal de Béthune (1959-1965) et joua un grand rôle dans la mise sur pied du groupe de pression assez efficace que fut, semble-t-il, le CATEX. À partir de 1965, il s’orienta vers Le Touquet et y poursuivit une carrière de député-maire. Mais pendant longtemps, il conserva la propriété de son journal, se réservant le droit d’y publier un éditorial hebdomadaire.

12 Cette situation n’était pas dénuée d’ambiguïté, comme le montre un incident lors d’une réunion tenue à Noeux-les-Mines à la veille de la manifestation d’octobre 1966. Les membres communistes du CATEX (maires communistes et délégués CGT) voulaient faire voter une motion condamnant la politique gouvernementale ; M. Wacheux et R. Derancy s’y opposèrent. À cette occasion, ce dernier précisa que les membres du CATEX ne l’étaient pas comme représentants de partis : « Ce serait contraire à l’esprit du CATEX. » On finit par adopter une motion « corrigée ». La Voix du Nord, 31 octobre 1966.

13 La Voix du Nord, 1er novembre 1966.

14 Doit être aussi mentionnée la présence de l’Association populaire des familles, du Centre des jeunes agriculteurs, de la JOC, des Jeunesses communistes et socialistes.

15 La Voix du Nord, 12 et 13 mai 1968.

16 Qui représentait chacun une famille politique, à l’exception du PCF.

17 Nord-Matin, 16 mai 1968 ; l’Avenir de l’Artois, 15 et 18 mai 1968.

18 L’Institut universitaire de technologie de Béthune n’a été créé que quelques mois plus tard. L’université d’Artois date des années 1990.

19 Les employés de BENOTO ne cessèrent pas le travail, étant donné la situation, mais manifestèrent leur solidarité.

20 Nord-Matin, 14 mai 1968.

21 Nord-Matin, 19-20 mai 1968. Les grévistes prévinrent les destinataires des produits périssables, et même les acquéreurs d’animaux domestiques (sereins, pékinois) transportés par le convoi.

22 Nord-Matin, 19-20 mai 1968. Il s’agit d’un extrait d’un reportage de cet organe (proche de la gauche non communiste) qui a suivi de près le mouvement.

23 Diversement suivie à Béthune, la grève des « municipaux » est massive dans le sud de l’arrondissement (Barlin, Divion, Bruay, Marles). Seul fonctionne le service de l’état-civil.

24 Communiqué des bateliers dans La Voix du Nord du 26-27 mai 1968. En 1936 déjà, la batellerie avait organisé l’obstruction des canaux. Les revendications de ces petits artisans portaient sur le respect d’un « tour de rôle » pour l’affrètement, l’établissement de commissions paritaires de fret, et diverses mesures tendant au maintien des unités de petite taille, de même que la suppression des « subventions » dont bénéficiait, selon eux, la SNCF.

25 Ainsi, l’entreprise « les Pigeons voyageurs » est dirigée par Émile Dumont, un notable local qui décéda au début de juin. À ses obsèques assistèrent de nombreuses « cousettes » tout comme les membres de l’oligarchie de la ville. L’Avenir de l’Artois, 15 juin 1968.

26 « Beaucoup ont attendu les cars qui ne sont pas passés », note un reporter de Nord-Matin le lundi 20 mai (la grève des autocars est annoncée le 20 au soir).

27 Nord-Matin, 22 mai 1968.

28 Ainsi l’entreprise textile Rosy, sur la zone de Ruitz, ou la fonderie Hibon.

29 Le communiqué de la CGT et de la CFDT est diffusé dans la presse du 21 mai (Nord-Matin du 22 mai 1968). Les deux organisations, à côté de revendications générales (alignement des salaires sur la région parisienne, abrogation des ordonnances sur la Sécurité sociale) demandent une participation réelle des travailleurs à la gestion de l’entreprise et une priorité accordée à l’entreprise par le secteur nationalisé pour l’achat de son matériel.

30 Nord-Matin, 22, 23 et 28 mai.

31 Il s’agit d’une des très rares interventions mentionnées d’un étudiant, dans un secteur qui en était dépourvu : un étudiant en lettres, est-il précisé. Sur ce meeting, Nord-Matin, 23 mai 1968, avec le communiqué des lycéens de Bruay. L’ambiance de consensus qui régnait sur ce sujet à Bruay faisait écrire au journaliste de Nord-Matin : « Cette réunion rappelle le meeting du cartel intersyndical de la grève de 1963. » Motion des lycéens d’Auchel, Bruay, Lillers publiée le 28 mai.

32 Motion publiée dans la presse du 29 mai.

33 Récit le plus complet dans Nord-Matin, 28 mai 1968.

34 Communiqué du 19 mai. Nord-Matin, 21 mai 1968.

35 Communiqué du 24 mai. L’Avenir de l’Artois, 29 mai 1968.

36 Communiqué du 22 mai. Nord-Matin, 23 mai 1968. « Les événements que nous vivons ne pourront inconsidérément se perpétuer, aussi nous demandons à tous de raisonner froidement en évitant les débats passionnels et nous espérons que la sagesse et la raison feront que, d’un bord à l’autre du même bateau sur lequel nous sommes tous embarqués, que ce soient les pouvoirs publics, les patrons d’entreprise ou les salariés, s’allume la flamme d’une volonté d’aboutir par d’autres moyens que la violence. » Au meeting du 25 mai, à Bruay, le délégué de la CGC, Masiuk, reprend ces termes, mot à mot, en ajoutant que les « événements » ne devaient « pas être utilisés à des fins autres que les revendications souhaitées par tous dans le calme et la dignité ».

37 Communiqué du 22 mai. Nord-Matin, 23 mai 1968. Le 25, son secrétaire exalta en termes lyriques le mouvement social (« nous voyons venir vers nous une vague d’espérance pour une humanité plus juste »), mais le lendemain, FO insista sur l’ouverture des négociations, en soulignant les points essentiels de la discussion qui allait s’ouvrir.

38 « Souhaitons ardemment que le trouble s’apaise très bientôt dans la satisfaction sociale de tous », déclara, très consensuel, maître Henri Pad.

39 Nord-Matin, 29 mai 1968.

40 À propos de l’entreprise dite du Pigeons voyageurs de Béthune (600 employés), il y a une distinction très claire entre le chômage technique le vendredi 24 et le débrayage proprement le lundi 27.

41 Nord-Matin, 29 mai 1968.

42 La Voix du Nord, 28 mai 1968.

43 Compte rendu de la réunion du « 5 » à Divion, le 28 mai. Nord-Matin, 30 mai 1968. 250 mineurs présents se prononcent contre la reprise contre seulement 3 favorables. Un permanent CFTC présent a été empêché de parler, mais on a autorisé un mineur CFTC du « 5 » à prendre la parole. Le délégué CGT parla de « revendications non satisfaites ».

44 La Voix du Nord, 30 mai 1968. L’accord n’est pas total entre la CGC et FO, cette dernière ayant exprimé le souhait que les pouvoirs publics nationalisent BENOTO, en transformant en actions les créances de l’État et des collectivités locales sur l’entreprise.

45 Nord-Matin, 28 mai 1968. La proposition de FO est acceptée d’abord par la CFDT, puis par la CGC, la CGT se ralliant la dernière.

46 Nord-Matin, 28 mai 1968.

47 Une réunion du 24 mai était allée dans ce sens. Sans évoquer un changement de gouvernement, R. Plas insinuait qu’une transformation profonde était nécessaire. Les jours précédents, l’inspecteur départemental Noël Josèphe, militant socialiste et futur président de la région (1981-1992), avait participé à ces réunions et s’était prononcé en faveur d’un durcissement du mouvement.

48 Nord-Matin, 30 mai 1968. « La preuve est faite que chaque travailleur a pris conscience de ses responsabilités et qu’une solution au problème revendicatif posé ne peut être amenée que par un changement de régime », déclare le représentant CGT Andriès, futur maire de Lillers.

49 Nord-Matin, 31 mai 1968.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540