Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Première partie. Le Mai des territoires. Départements ruraux et centres industriels

Marseille, la longue durée et les Belles de Mai1

Robert Mencherini

Texte intégral

  • 1 Dans le quartier populaire de la Belle de Mai se trouvait notamment la manufacture des tabacs.
  • 2 Les publications ont été beaucoup moins abondantes pour Marseille et la Provence. Voir sur ce poin (...)

1Pour évoquer les « événements » de mai-juin 1968 à Marseille et dans sa proche région et apprécier leur importance, sans doute faut-il d’abord, avec le recul, relativiser leurs effets : contrairement au vécu de la plupart des acteurs-témoins, ces journées de fièvre ne sont pas la cause première des mutations que connaît la Provence dans les années 1960-1970. Ces semaines qui, nationalement, ont fait couler beaucoup d’encre2 sont encadrées par deux « événements » d’un autre type mais déterminants. Il s’agit, d’une part, au début des années 1960, de l’arrivée massive des Français rapatriés d’Algérie, de l’autre, en décembre 1968, du lancement officiel de la première tranche des travaux de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer. Tous deux sont la cause de flux migratoires et de modifications sociales et politiques profondes. En mai-juin 1968, celles-ci ne sont peut-être pas directement perceptibles, mais, à terme, leurs conséquences sont indéniables. Le premier correspond aux apports d’une population nouvelle, dont les préoccupations et la sensibilité sont en décalage avec celles des métropolitains, le second tente de pallier le déclin du « système marseillais » et d’une industrie traditionnelle en perte de vitesse.

  • 3 Voir la communication d’Emmanuel Arvois pour la corporation particulièrement emblématique des dock (...)

2Pourtant, comme à l’échelle nationale, les journées de mai-juin 1968 jouent leur rôle. Sans sacrifier la moyenne durée, il importe donc d’en tenter l’analyse, d’en évoquer les différentes phases, les acteurs et les conséquences. Ici, comme ailleurs, l’élément déclenchant est la contestation étudiante. Est-elle de même nature qu’à Paris ? Par ailleurs, il n’est pas étonnant que Marseille, qui a une longue tradition en la matière, connaisse une grève ouvrière massive. Mais, sans nous y attarder puisque ce thème est abordé par ailleurs de manière détaillée3, il est nécessaire de s’interroger sur ses modalités. C’est à ces questions que nous allons essayer de répondre, après avoir dressé l’état des lieux immédiatement avant la tempête.

État des lieux en 1968 : une ville et un département ouvriers et ancrés à gauche

3Du point de vue politique, à l’échelle du siècle, Marseille et son département se caractérisent par leur ancrage à gauche. La consultation électorale nationale immédiatement antérieure aux événements, les élections législatives des 5 et 12 mars 1967, en apportent une nouvelle confirmation : les Bouches-du-Rhône comptent, pour les onze circonscriptions législatives, cinq députés communistes et six de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS) dont cinq SFIO.

  • 4 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (AD BdR) 135 W 1, dossier des services de la préfect (...)
  • 5 AD BdR 135 W 1, dossier des services de la préfecture sur la « Répartition des partis politiques » (...)

4La municipalité de Marseille et le conseil général sont sous la houlette socialiste, depuis les années 1930 pour l’assemblée départementale et depuis 1953 pour la cité phocéenne. À compter de cette date, celle-ci est gérée par une coalition entre le Mouvement républicain populaire (MRP), puis le Centre démocrate, et le Centre national des indépendants (CNI), sous la direction de l’homme fort de la Fédé ration SFIO des Bouches-du-Rhône, Gaston Defferre. Celui-ci préside également aux destinées du quotidien Le Provençal (176 500 exemplaires pour le département) complété par son supplément vespéral Le Soir4. En mars 1967, la FGDS obtient, à Marseille, au premier tour des législatives, plus de 22 % des suffrages exprimés5.

5De son côté, le parti communiste a développé son implantation depuis le Front populaire, avec des hauts et des bas. Il constitue, depuis la Libération, une force politique de premier plan. Marseille est le fief, depuis les années 1930, de François Billoux, membre du comité central et du bureau politique du PCF. Aux législatives de mars 1967, le PCF recueille plus de 30 % des suffrages exprimés. Son journal La Marseillaise, tire dans le département à 14 500 exemplaires. Il exerce surtout une influence hégémonique au sein de la CGT, très implantée dans les « bastions » de la construction et de la réparation navale, des industries chimiques et alimentaires, des transports et du port. Le courant communiste, dirige également, au travers de la tendance « Unité et action » (anciennement courant « Bouches-du-Rhône ») la Fédération de l’Éducation nationale (FEN).

6Les autres confédérations syndicales ont du mal à faire entendre leurs voix : la CFDT qui commence à se développer depuis sa naissance en 1964, n’a pas encore reçu le très important appoint des métallurgistes de la zone de Fos – par exemple des sidérurgistes de la SOLMER, en provenance de Lorraine. Le courant Force ouvrière (CGT-FO) – qui garde des souvenirs vifs et amers de la rupture de 1948 – a ses points forts surtout dans les secteurs non-productifs comme les municipaux, mais aussi dans le bassin minier de Gardanne – zone de vieille implantation SFIO – où la CFTC conserve également une certaine influence.

7Il est à noter que, vers le milieu des années 1960, s’amorce une alliance entre la CGT, la CFDT et la FEN à laquelle se joint l’Association générale des étudiants de Marseille (AGEM), affiliée à l’UNEF. Celle-ci apparaît nettement à l’occasion des manifestations des Premiers Mai en 1967 et 1968.

8À droite, la force principale est, depuis les débuts de la Ve République, le courant gaulliste et l’UDR dirigée par Joseph Comiti. Pour Marseille, il recueille aux législatives de mars 1967, 25,7 % des suffrages exprimés.

9Deux autres formations de droite gouvernent la cité phocéenne en lien avec la SFIO. Il s’agit, d’une part du CNI (Centre national des indépendants), avec le sénateur Jacques Rastoin, sénateur, 1er adjoint au maire de Marseille et de l’autre d’un petit « centre démocrate » qui rassemble environ 8 % des suffrages exprimés. Tous ces courants s’expriment dans le quotidien Le Méridional-La France (67 000 exemplaires pour les Bouches-du-Rhône). Celui-ci accueille aussi les courants d’extrême droite « Algérie française » qui ne recueillent guère plus de 3 % des suffrages exprimés à Marseille en mars 1967, mais dont l’influence, en régression, n’est pas négligeable dans certains secteurs.

10On ne peut déployer en totalité cet éventail politique sans évoquer des groupes qui jouent un rôle important dans le déclenchement du mouvement étudiant. On y rencontre un PSU assez composite où se sont investis des militants chrétiens. L’extrême gauche elle-même est très minoritaire. Elle comprend une petite mouvance anarchiste et syndicaliste révolutionnaire comme la tendance École Émancipée, au sein de la FEN. Les autres groupes sont, pour l’essentiel, des dissidents du PCF. Le parti communiste marxiste-léniniste (PCMLF, prochinois) s’appuie sur une petite implantation ouvrière. Plusieurs groupes sont nés de la crise de l’Union des étudiants communistes (UEC) comme les trotskistes de la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR), essentiellement à Aix ou le « groupe 66 » à Marseille. Ce dernier, proche de la JCR, mais sensible aux thèses prochinoises, refuse de la rejoindre. Il refuse l’héritage d’un « trotskisme » estimé passéiste et dogmatique. L’ensemble représente quelques dizaines de militants.

11Quelle est l’action de ces diverses forces lors des événements de mai-juin 1968 ? La chronologie marseillaise en elle-même n’est pas très originale et s’aligne sur la chronologie nationale. On y retrouve les diverses phases qui conduisent du mouvement étudiant à la grève ouvrière, puis à la reprise du travail et aux élections législatives de juin 1968.

Le mouvement étudiant et lycéen

12L’épicentre du mouvement étudiant marseillais est, à deux pas de la gare SNCF, la faculté des sciences Saint-Charles. Celle-ci est relativement coupée de la faculté des lettres d’Aix pendant toute cette période, pour des raisons pratiques. Les facultés de médecine (à Marseille) et de droit (à Aix) où l’influence de la droite et de l’extrême droite est importante, demeurent, dans l’ensemble, à l’écart du mouvement, sinon, à certains moments, pour cristalliser l’opposition à ce dernier.

13Tout commence, dans la première semaine de mai 1968, par une agitation menée par les groupes d’extrême gauche et l’AGEM – où ils ont une forte influence – en solidarité avec les étudiants parisiens. Si la protestation contre les violences policières est bien accueillie par les étudiants en sciences, elle n’implique pas pour autant, comme allant de soi, la mise en mouvement de la faculté elle-même.

  • 6 Voir par exemple Le Provençal, 19 mai 1968. AD BdR 135 W 351.

14L’un des premiers débats au cours des assemblées générales houleuses qui se succèdent dans les amphithéâtres porte sur la question de la grève et du maintien ou non des examens. Il oppose les étudiants de la Fédération nationale des étudiants de France (FNEF) à ceux de l’AGEM et se termine par la défaite des premiers. L’extrême gauche s’est organisée, un peu sur le modèle du « 22 Mars » nanterrois, en « mouvement du 11 mai » (en référence aux barricades parisiennes) autour du « groupe 66 » dirigé par Samuel Joshua. Elle pousse à la radicalisation du mouvement. Elle fait adopter, le 18 mai, la mise en place d’une « assemblée constituante » composée d’enseignants, d’agents et d’étudiants, chargée de réfléchir à une profonde modification du système universitaire6.

  • 7 Le personnel de ce centre et les professeurs de l’école font connaître, le même jour, leur solidar (...)

15Mais l’agitation ne se cantonne pas dans les murs de la faculté. Celle-ci est d’ailleurs située dans un centre-ville ordinaire : elle n’est pas isolée sur un campus et il n’existe pas non plus de Quartier latin marseillais. Et le siège de l’AGEM, dans la partie haute de la Canebière, sert aussi de quartier général aux contestataires. Leur territoire s’étend bientôt jusqu’au sommet de l’avenue avec, le 20 mai, l’occupation du « kiosque à musique », siège du « centre dramatique national du Sud-Est et de l’Action culturelle du Sud-Est7 », à deux pas du lieu traditionnel de rassemblement des manifestations (le monument dit des « Mobiles »). Ce kiosque est immédiatement transformé en vitrine de la contestation (avec panneaux, sonorisation, etc.) et forum permanent de discussion. Le mouvement étudiant n’est donc pas coupé d’une ville dont le centre est, à ce moment-là, très populaire. Ce lien existe sans doute dans d’autres villes de province.

16Il est conforté par une autre caractéristique marseillaise, que l’on peut certainement retrouver ailleurs, la mobilisation précoce, à partir du 9 mai, des lycéens et des élèves des centres d’enseignement techniques (CET). À l’issue de leurs manifestations, ces derniers rejoignent la faculté Saint-Charles pour leurs propres assemblées générales et forment des comités d’action lycéens (CAL).

Grève dans les entreprises et deuxième souffle du mouvement étudiant

  • 8 Chronologie établie, sauf mention contraire, d’après la presse régionale et les télégrammes du pré (...)
  • 9 Voir Paul Cambioni, Françis Aghedu, Cheminots à Marseille. Notre journal de lutte en mai-juin 1968(...)

17Les arrêts de travail dans les entreprises commencent quelques jours après la manifestation du 13 mai8 et s’étendent jusqu’à la fin du mois. Le vendredi soir 17 mai, tous les établissements ferroviaires de Marseille sont paralysés par la grève à la suite d’un appel intersyndical CGT-CFDT-FO9. Dans la nuit, le tri de Marseille-gare est également occupé par les postiers grévistes. L’Union départementale CGT réunit une CA élargie le 18 mai et appelle à l’extension du mouvement. Les consignes sont identiques pour la CFDT tandis que FO insiste pour maintenir le mouvement dans un cadre strictement revendicatif.

18À partir du 20 mai, la grève fait rapidement tache d’huile, gagne le port où une assemblée générale des dockers décide la grève et où les marins occupent les navires. Les entreprises des quartiers nord et est de la ville (métallurgie, chimie, secteur alimentaire…) sont également touchées, mais aussi les hôpitaux, les cafés-restaurants, les banques, les services et les administrations… De manière très significative, le 21 mai, les employés de la Préfecture votent, à bulletin secret, à 60 % en faveur de la grève. La FEN appelle à arrêter le travail dans tous les secteurs de l’enseignement à partir du 22 mai. Le lycée Thiers (lycée historique de Marseille, ancien lycée impérial, au centre-ville, à deux pas de l’AGEM et de la Canebière) est occupé par les comités d’action lycéens le 23 mai et rebaptisé « Commune de Paris ». Les facultés des lettres et sciences sont également occupées en permanence, celle d’Aix à partir du 23 mai, celle de Saint-Charles deux jours plus tard. Le vendredi 24 mai, le mouvement s’étend aux taxis, aux municipaux de Marseille. Le Mouvement de défense sociale, proche du parti communiste, appelle les commerçants et artisans à fermer commerces et ateliers.

19Tandis que le préfet fait état de la « déception » assez générale après le discours du chef de l’État du vendredi 24 mai, la grève s’installe. L’approvisionnement en carburant devient de plus en plus difficile à la suite du blocage des raffineries de l’Étang de Berre par les grévistes. Le 27 mai, alors que se termine la rencontre de Grenelle, paraît un communiqué de l’UD CGT - élaboré la veille – appelant à renforcer le mouvement : « La grève générale reste le puissant levier indispensable à l’aboutissement des revendications générales et particulières pour lesquelles tous les travailleurs de tous les secteurs et de toutes les professions sont solidaires dans la lutte. » On trouve la même tonalité à la CFDT et à la FEN.

  • 10 Communiqué du 27 mai 1968.
  • 11 Le Méridional, 29 mai 1968.

20De leur côté, ce jour-là, le Mouvement du 11 mai, l’AGEM et les CAL appellent à une manifestation sur la Canebière à 17 heures. Celle-ci est désavouée par le parti communiste, La Marseillaise met en garde et annonce l’arrivée à Marseille de 50 voitures de provocateurs. La manifestation, importante mais menée dans une atmosphère lourde, se clôt par un meeting sur la Canebière, sans incidents. L’UD CGT intervient le soir même auprès de la rédaction du journal Le Soir qui annonce que les accords sont signés à Paris et que le travail va reprendre : le quotidien se voit contraint de démentir par une nouvelle édition. Deux jours après, une nouvelle manifestation, unitaire celle-ci (CGT CFDT UNEF FEN) rassemble 16 000 participants, au centre de Marseille. Les services préfectoraux guettent les moindres signes de reprise qui, dans l’ensemble, sont assez maigres. La crise est alors profonde et chacun l’analyse à sa manière : la chambre de commerce de Marseille y voit l’effet des abus d’une « technocratie abstraite et souveraine (et) d’une centralisation dogmatique et paralysante10 ». Jean Fraissinet diagnostique dans Le Méridional la « désagrégation » de la Nation11.

21La situation se modifie avec le discours du général de Gaulle qui annonce, le 30 mai, la dissolution de l’Assemblée et de nouvelles élections. Et surtout avec la manifestation sur la Canebière du Comité de Défense de la République du 31 mai, « la plus importante manifestation de masse depuis le début des événements de mai 1968 » selon les services de police.

22On assiste alors, progressivement, au fil des jours, à des reprises partielles du travail qui s’amplifient un peu dans tous les secteurs. La remise en marche des raffineries permet de nouveau d’approvisionner les stations-service. Pourtant les « bastions » (métallurgie, dockers, SNCF, chimie, traminots, etc.) tiennent. La reprise est difficile aux PTT où, à la direction générale, on compte encore le 6 juin, 1 510 grévistes sur 2 231. Le 12 juin, le décès d’un ouvrier de Peugeot relance un arrêt de travail général d’une heure. Mais la métallurgie reprend le travail dans les jours suivants. Ce sont les dockers qui restent le plus longtemps dans l’action.

  • 12 AD BdR 349, rapport des Renseignements généraux, 12 juin 1968 et témoignages.

23Au cours de cette quinzaine, tandis que les organisations de gauche voient dans les élections un débouché politique à la crise, le désarroi du mouvement étudiant est particulièrement notable. Ainsi, le 12 juin – après l’interdiction des organisations d’extrême gauche – un meeting à la faculté Saint-Charles se clôt en soirée par une manifestation « considérée comme un échec12 ». La faculté elle-même, progressivement désertée par ses occupants, n’est évacuée qu’en juillet.

Les diverses analyses et stratégies des forces politiques à Marseille pendant le mouvement

  • 13 AD BdR 135 W 349 rapport RG 23 mai 1968.

24Comme les autorités, les forces de droite sont surprises par le mouvement et son ampleur. La FNEF se retrouve en première ligne, mais est impuissante à l’enrayer. Elle se replie alors sur les pôles d’opposition que constituent les facultés de droit (à Aix) et médecine à Marseille. Le Centre démocrate du Sud-Est propose des réformes pour l’université. Puis l’opposition s’organise. Un meeting des comités de défense de la République (CDR) rassemble le 22 mai 600 personnes au château des Fleurs le 22 mai13. Les services de police constatent également une mobilisation de l’extrême droite qui s’appuie sur des réseaux Algérie française réactivités et renoue avec la droite gaulliste.

25À gauche, les grandes forces politiques adoptent des positions très différentes en ce qui concerne le mouvement étudiant et les solutions politiques envisagées. Dans un premier temps, Gaston Defferre et la FGDS apportent leur soutien au mouvement. Le 11 mai, le maire de Marseille reçoit les enseignants et va à la rencontre des étudiants à l’AGEM. La toile de fonds est la dénonciation du gaullisme. Mais évidemment sans cautionner la violence dont la responsabilité est attribuée au pouvoir.

26Le parti communiste et l’Union des étudiants communistes adoptent au départ une attitude très « temporisatrice ». En milieu scolarisé, ils essaient d’endiguer le mouvement et la méfiance est extrême par rapport aux « provocateurs ». Dans les derniers jours de mai, le parti communiste essaie d’apporter une réponse politique – et de faire pression sur la FGDS – en lançant des « comités pour un gouvernement populaire et d’union démocratique ».

  • 14 En particulier Jean Espana, militant communiste depuis la Résistance, dirigeant du Mouvement de la (...)

27L’extrême gauche ne dispose d’aucune perspective claire à moyen terme. Au-delà de la protestation contre la répression et la dénonciation du pouvoir établi, ses divers courants prêchent la « Révolution » sans en définir les modalités. Notons au passage que le mouvement à Marseille ne comporte, de la part du mouvement étudiant, aucune violence. Plusieurs témoignages attestent non seulement qu’elles auraient été incomprises, mais que les dirigeants d’extrême gauche n’y étaient pas favorables. La tension est évidemment très forte avec le PCF. N’oublions pas que beaucoup de leaders du mouvement étudiant en ont été exclus il y a peu. Certains communistes essaient toutefois de maintenir un contact. En particulier, un petit noyau des dirigeants du Mouvement de la Paix qui avaient noué des liens avec les Comités Vietnam14.

  • 15 AD BdR 135 W 153-154, divers rapports.

28De son côté, l’extrême gauche essaie de nouer des liens avec les ouvriers en grève, en particulier par la création de « comités d’action étudiants-ouvriers » qui n’ont que peu de succès. Il est à noter toutefois que les liens informels qui peuvent exister inquiètent fort les services de police. Ils s’emploient par exemple à dresser la liste de militants ouvriers radicalisés, qui n’ont d’ailleurs rien de « gauchistes » organisés, mais correspondent assez bien à la radicalité ouvrière de la région. Leur attention est attirée principalement par les maoïstes du PCMLF15.

En guise de conclusion : les élections de juin 1968 et après

29Les élections législatives des 23 et 30 juin 1968 se traduisent par une spectaculaire victoire du courant gaulliste. Au premier tour, l’UDR obtient 35,3 % des suffrages exprimés pour la ville, soit un gain de 19,66 % et de 27 500 voix. En revanche le parti communiste ne recueille que 28,5 % des suffrages exprimés (perte de 2,45 % et 9 500 voix) et la FGDS 20,3 % (perte de 2,32 % et 8 500 voix). Il est à noter que le Centre démocrate enregistre une perte importante (de 6,74 % et 6 100 voix) ainsi que l’extrême droite (Alliance républicaine pour les libertés et le progrès) – de 3,39 % à 1 % à Marseille. Le département compte désormais sur 11 députés, quatre PCF, quatre FGDS, deux UDR, un Républicain indépendant.

  • 16 AD BdR 135 W 1, dossier des services de la préfecture, vraisemblablement 4e trimestre 1968.

30Les services de la préfecture estiment que le courant gaulliste « est désormais susceptible d’exercer une influence déterminante dans l’ensemble du département » et a entamé « les positions détenues traditionnellement par d’autres formations et ceci aussi bien dans les agglomérations urbaines qu’en milieu rural16 ».

31Pourtant, le 27 avril 1969 le Non est très majoritaire au référendum (par rapport aux inscrits, 29, 8 % de Oui, 45,6 % de Non). Pour les élections présidentielles qui le suivent, le courant gaulliste est le plus important, suivi par le parti communiste, Gaston Defferre est très distancé (les suffrages pour Marseille se répartissent ainsi, par rapport aux inscrits : 25 % pour Georges Pompidou, 21,2 % pour Jacques Duclos, 8,2 % pour Gaston Defferre)

32Mais il est difficile de voir dans ces résultats, comme dans l’évolution ultérieure des rapports de force politiques, le simple écho des « événements » de mai 1968. Et bien d’autres éléments nationaux et internationaux interfèrent au cours des mois et des années suivants. Sans compter, ainsi que je l’évoquais dans l’introduction, les transformations suscitées dans la région par la crise du système traditionnel marseillais et la création de la zone de Fos-sur-mer. Mais il a fallu du temps pour percevoir les effets de ces mutations dans toute leur ampleur. L’élément le plus spectaculaire et qui a contribué en partie à masquer ces phénomènes de plus longue durée, dans les années 1970, a été l’installation sur la scène politique du phénomène dit « gauchiste » qui, lui, se réclamait explicitement de la contestation de mai-juin 1968.

Notes

1 Dans le quartier populaire de la Belle de Mai se trouvait notamment la manufacture des tabacs.

2 Les publications ont été beaucoup moins abondantes pour Marseille et la Provence. Voir sur ce point Robert Mencherini, « Mai-juin 1968 à Marseille et dans la région : la grève (de la recherche historique) est-elle finie ? », Bulletin de Promemo, no 8, octobre 2008, p. 3-6.

3 Voir la communication d’Emmanuel Arvois pour la corporation particulièrement emblématique des dockers marseillais.

4 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (AD BdR) 135 W 1, dossier des services de la préfecture sur « la presse de la région Provence-Côte d’Azur, Corse », s. d., vraisemblablement fin 1968. Les chiffres des tirages des quotidiens infra proviennent de la même source. Par comparaison, le total des ventes journalières des cinq grands quotidiens nationaux s’élève à moins de 16 000 exemplaires.

5 AD BdR 135 W 1, dossier des services de la préfecture sur la « Répartition des partis politiques », s. d., vraisemblablement 4e trimestre 1968. Les chiffres des suffrages obtenus au premier tour des élections législatives à Marseille par les diverses formations politiques cités infra proviennent de la même source.

6 Voir par exemple Le Provençal, 19 mai 1968. AD BdR 135 W 351.

7 Le personnel de ce centre et les professeurs de l’école font connaître, le même jour, leur solidarité avec les ouvriers et les étudiants et décident d’occuper leurs locaux. Le Provençal, 21 mai 1968.

8 Chronologie établie, sauf mention contraire, d’après la presse régionale et les télégrammes du préfet au ministre de l’Intérieur (AD BdR 135 W 349-351).

9 Voir Paul Cambioni, Françis Aghedu, Cheminots à Marseille. Notre journal de lutte en mai-juin 1968, s. l., Institut d’histoire sociale de la fédération des cheminots CGT, 1996, 96 pages.

10 Communiqué du 27 mai 1968.

11 Le Méridional, 29 mai 1968.

12 AD BdR 349, rapport des Renseignements généraux, 12 juin 1968 et témoignages.

13 AD BdR 135 W 349 rapport RG 23 mai 1968.

14 En particulier Jean Espana, militant communiste depuis la Résistance, dirigeant du Mouvement de la Paix qui ouvrira ensuite la librairie Lire, sorte de petit Maspero local. Voir la biographie de Jean Espana dans la nouvelle série du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier mouvement social.

15 AD BdR 135 W 153-154, divers rapports.

16 AD BdR 135 W 1, dossier des services de la préfecture, vraisemblablement 4e trimestre 1968.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540