Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Première partie. Le Mai des territoires. Départements ruraux et centres industriels

Mai 68 à Bordeaux

Hervé Chauvin

Volltext

  • 1 A. Laabar, Mai 68 à Bordeaux 30 ans après. Les femmes et les hommes politiques face aux événements (...)
  • 2 Pierre Guillaume (dir.), Histoire des Bordelais, t. ii, Une modernité arrachée au passé (1815-2002 (...)
  • 3 Il existe quelques pages consacrées au Mai 68 étudiant à Bordeaux dans les ouvrages suivants : Ber (...)
  • 4 Les principaux travaux sont le mémoire de maîtrise dirigé par André-Jean Tudesq en 1986, ainsi que (...)

1Lors d’un entretien portant sur les événements de Mai 68 réalisé trente ans plus tard1, le maire de Bordeaux Jacques Chaban-Delmas déclarait que les Bordelais, par nature sceptiques, s’étaient tenus à l’écart du mouvement de contestation, et qu’il n’y avait pas eu de Mai 68 bordelais, tout juste « des épisodes n’ayant pas laissé beaucoup de traces ». Ce faisant, le « duc d’Aquitaine » qui n’était pas dans sa région au moment des faits, alimentait la réputation bordelaise de ville tranquille, dépassionnée, un peu hors du temps… La capitale de l’Aquitaine a pourtant connu en mai-juin 1968 divers mouvements de contestation touchant l’université, la fonction publique, les usines privées, à l’image des événements qui se sont produits à Paris et un peu partout en France. Après la Seconde Guerre mondiale, Bordeaux a perdu son rôle de grand port de l’outre-mer. Ville de négoce et capitale régionale, elle n’a jamais été une grande ville industrielle, bien qu’elle ait profité des différentes vagues de déconcentration industrielle et de l’industrialisation des Trente Glorieuses, qui se sont traduites par l’implantation d’un semis d’usines – principalement métallurgiques, aéronautiques et chimiques – dans ses communes limitrophes : Le Bouscat, Mérignac, Pessac, Talence, Bègles. À la fin des années 1960, Bordeaux apparaît plutôt comme une ville en perte de dynamisme, à la population vieillissante et peu agitée2. Cependant, son centre universitaire draine de nombreux étudiants en provenance de l’Aquitaine, et même au-delà, puisque les Aquitains représentent en tout 74 % des inscrits. À la rentrée 1967, on inaugure le nouveau campus universitaire « à l’américaine » qui s’étend à la périphérie sud-ouest de la ville, sur les communes de Pessac et Talence, et qui accueille la moitié des 29 000 étudiants inscrits cette année-là3. Les événements de mai-juin 1968 à Bordeaux ont fait l’objet de quelques travaux et publications, pour la plupart anciens, ou réalisés lors des décennies « anniversaires » du phénomène4. L’ensemble de cette littérature peut désormais être complété par des fonds nouvellement accessibles. Pour des questions de délai de consultation, nous avons eu la possibilité de traiter plusieurs dossiers, assez maigres aux Archives municipales, mais plus conséquents aux Archives départementales de la Gironde, avec la consultation de la série W – 1419 AW 36 à 38 – contenant les synthèses de la gendarmerie et des Renseignements généraux.

2Que s’est-il passé à Bordeaux aux mois de mai-juin 1968 ? Que ne s’y est-il pas passé ? Si l’on peut aisément rejeter l’affirmation de Jacques Chaban-Delmas mentionnée ci-dessus, il convient de se pencher sur les modalités et la temporalité des événements, grèves et manifestations, pour en distinguer les particularismes ou au contraire, la non-originalité par rapport à ce qui s’est produit à Paris et dans les autres villes françaises. Selon l’angle d’approche privilégié, la mémoire des événements est très partagée : pour certains, ce fut une imitation des événements parisiens, alors que d’autres insistent sur les particularités locales.

Les « événements » à Bordeaux

  • 5 Association générale des étudiants bordelais.

3Bordeaux connaît aux mois de mai et juin 1968 un phénomène de contestation étudiante, dépassée par une crise sociale, dont le paroxysme semble atteint à la fin du mois de mai. Les contemporains ont surtout retenu l’agitation étudiante des soirées du 23, 24 et 25 mai, marquées par l’occupation temporaire du Grand Théâtre et la « nuit des barricades ». La contestation étudiante s’inscrit dans un contexte de malaise qui est visible depuis le début de l’année 1968, notamment chez les étudiants installés sur le nouveau campus universitaire, coupés de la ville et du monde social. Comme dans plusieurs autres villes, certains étudiants protestent au début de l’année contre leurs conditions de vie, notamment en ce qui concerne les restaurants universitaires (janvier) et le règlement des cités universitaires (février). À l’instar de ce qui se passe à Montpellier, Besançon, Nice, ou encore Paris, des groupes de résidents envahissent les locaux réservés aux étudiantes. En mai, le mouvement étudiant semble essentiellement prendre forme en réaction aux événements se produisant dans la capitale. En effet, le 6 mai, à l’appel de l’UNEF, l’AGEB5 décide d’organiser le lendemain une manifestation de soutien. D’autres organisations étudiantes s’abstiennent d’y participer, craignant manifestement les débordements à quelques semaines des examens. Le mot d’ordre de grève illimitée n’est pas adopté. Le 7 mai, ce sont 4 000 étudiants qui manifestent dans une grande discipline, sans débordements, de la place Saint-Projet à la place de la Victoire, scandant des slogans faisant clairement référence aux événements parisiens, comme « halte à la répression » ou encore « libérez nos camarades ». Le 10 mai, alors que la situation se dégrade de manière significative à Paris, les cours de la faculté de lettres, de droit et de médecine sont perturbés. Cependant la faculté de lettres, qui est la plus perturbée, n’est occupée qu’à partir du 17 mai. Dans l’ensemble, les étudiants bordelais restent plutôt calmes, attendant la manifestation du 13 mai, journée d’action nationale des syndicats ouvriers et étudiants.

  • 6 Archives départementales de la Gironde (ADG), 1419 W, liasse 36, Rapport no 518 du 14 mai 1968.
  • 7 Sud-Ouest, 15 mai 1968.
  • 8 Chiffres de la CIREGEND (Circonscription régionale de la gendarmerie d’Aquitaine) ADG, 1419 W, lia (...)

4À partir du 13 mai, la crise sociale semble prendre le pas sur les manifestations étudiantes. À l’appel de plusieurs syndicats (CGT, CFDT, FO, UNEF, FEN, SNESup), une grève de 24 heures et une manifestation unitaire sont organisées pour les dix ans du régime. On compte 80 % de grévistes dans le primaire et le supérieur, 70 % dans le secondaire, entre 70 et 90 % dans les administrations, 80 % encore dans l’industrie métallurgique et les usines d’aviation – Dassault, Sud-Aviation, et Bréguet. Les dockers paralysent le port, des piquets de grève sont organisés aux PTT de Bordeaux, des coupures tournantes mises en place à l’EDF. La manifestation unitaire qui part de la place de République en direction de la place de la Victoire se déroule dans une atmosphère joyeuse – il fait beau temps – dans laquelle slogans étudiants et ouvriers se retrouvent mêlés. La participation est forte, comme en témoigne la longueur du cortège – près d’un kilomètre : si les Renseignements généraux ne comptent que 9 000 personnes dont 2 500 lycéens6, la presse souligne le caractère spectaculaire et exceptionnel de la manifestation. Il y aurait eu de 15 000 à 20 000 personnes selon Sud-Ouest7, 50 000 personnes selon L’Humanité, alors que La France titre le 15 mai : « Une des manifestations les plus importantes qui aient eu lieu depuis la libération : 25 000 personnes. » Si l’on se fie aux chiffres avancés par la presse, il y aurait donc eu à Bordeaux une manifestation aussi importante que celles qui se déroulent le même jour à Toulouse et Lyon. La grève générale se met lentement en place dans la capitale girondine entre le 17 mai – apparition des premiers piquets de grève – et le 22 mai. Le 17 mai, le dépôt SNCF de Bordeaux est fermé. Le lendemain, aucun train ne circule plus à la gare Saint-Jean qui est fermée, tout comme le centre de tri postal. Le 19 mai, la CGFTE – Compagnie des transports urbains – débraye. Le 20, le mouvement s’étend aux banques et chèques postaux, au port de Bordeaux, aux sites girondins de Dassault ainsi que dans 14 usines – notamment chez SAFT, Renault, Petromer, Sud-Aviation. La grève générale débute le 22 mai, avec la fermeture des écoles et des mairies et la multiplication des fermetures d’établissements et des occupations d’usines. Selon les rapports de la gendarmerie d’Aquitaine, le pic de la mobilisation est atteint durant les derniers jours du mois – 29, 30, 31 mai – avec près de 330 usines en grève en Gironde, et plus de 85 000 grévistes effectifs. Un tiers des établissements en grève sont occupés par les ouvriers8.

  • 9 « Une manifestation d’étudiants partie de Saint Michel se termine au Grand Théâtre », Sud-Ouest, 2 (...)
  • 10 Note de la gendarmerie, datée du 26 mai (ADG, NR 4010/2-3).

5Lorsque Daniel Cohn-Bendit se voit interdit de séjour en France, la fièvre parisienne semble gagner Bordeaux. Le 23 mai, 2 000 étudiants rassemblés pour protester contre cette décision partent de la place Saint-Michel, passent devant la mairie dont ils secouent les grilles, avant de se rendre au Grand Théâtre, symbole de l’establishment bordelais. Le bâtiment est alors occupé pendant deux heures par plusieurs centaines d’étudiants : suite à l’intervention personnelle et courageuse du préfet Delaunay, la majorité des occupants quitte les lieux de plein gré. Un peu plus tard, les CRS doivent tout de même évacuer par la force une centaine de personnes9. Le lendemain, les étudiants qui se rassemblent pour une nouvelle manifestation se trouvent confrontés à un fort dispositif policier autour du Grand Théâtre. Quelques affrontements sans gravité – des dégâts matériels mais pas de blessés – se produisent dans la soirée, et se terminent vers deux heures du matin. Le paroxysme est atteint dans la nuit du 25 au 26 mai. Le samedi 25, une nouvelle manifestation étudiante, comptant entre 3 000 et 5 000 personnes part de la place Saint-Michel. Fait significatif, les commerçants ont baissé leurs rideaux. Tout se déroule dans le calme jusqu’à 18 heures, au moment où les manifestants passent devant la mairie. Alors que des banderoles sont attachées aux grilles, les forces de l’ordre interviennent pour dégager le bâtiment, face à ce qu’ils perçoivent comme une « tentative pour enlever la mairie10 ». La charge des CRS disperse la manifestation, mais un certain nombre d’étudiants refluent vers la Faculté de Lettres et érigent des barricades dans quatre rues. S’ensuit une nuit d’affrontements – des « contacts nombreux et sérieux » – entre les forces de l’ordre et les manifestants, estimés à un millier, mais renforcés par des « éléments douteux incontrôlés » – 300 individus – non identifiés. C’est la « nuit des barricades », qui se termine vers 2 h 30. Hormis les dégâts matériels assez importants, on compte une centaine de blessés : 56 CRS, dont six hospitalisés, et 40 étudiants blessés hospitalisés. Sud-Ouest rapporte le lendemain que les forces de l’ordre ont procédé à 73 arrestations, dont 38 étudiants et 19 repris de justice. Cette soirée marque profondément les mémoires : alors que la police a décidé de laisser en place les barricades pour que les Bordelais puissent les voir le lendemain, la presse locale tend à transformer la nuit en apocalypse. Alors même que les autorités s’attendent à une poursuite de l’agitation, le calme revient. Une manifestation de l’UNEF, prévue le 27 mai est annulée, et les forces de police effectuent des contrôles dans les quartiers des nuits chaudes.

6Malgré les négociations de Grenelle, les syndicats (CGT, FO, CFDT) appellent à poursuivre la lutte car ils estiment les résultats insuffisants. Le 29 mai, une manifestation de la CGT réunit 5 000 personnes. Il faut attendre le remaniement ministériel et la fixation des élections législatives pour voir le reflux s’amorcer. Le 31 mai, les forces de police interviennent pour la réouverture du dépôt d’essence Total de Blaye, et évacuent les piquets de grève des PTT. Le 4 juin, c’est au tour du bureau régional de l’ORTF d’être évacué sur ordre du préfet. Après un entre-deux indécis (31 mai-4 juin), c’est la reprise générale : de 157 usines occupées et 60 000 grévistes, on passe le 6 juin à 33 établissements et 22 000 personnes. La vie reprend son cours normal, avec la réouverture des PTT, de la Sécurité sociale, des établissements travaillant pour l’armée, des mines, des banques, et de la gare de Bordeaux. La reprise est cependant plus tardive dans certains secteurs, comme la métallurgie, les usines d’aviation ou encore le port de Bordeaux et les chantiers navals de la Gironde qui restent bloqués jusqu’à la mi-juin.

Spécificités et originalité bordelaises

7Contestation étudiante, manifestations répétées et grève générale dans le monde du travail paralysant en partie la vie quotidienne, Bordeaux rassemble tous les éléments du « modèle parisien », avec en plus des mouvements dans les périphéries rurales proches. S’agit-il d’une imitation, d’une réplique du mouvement national ou observe-t-on des caractéristiques plus locales ?

  • 11 Archives municipales de Bordeaux (AMB), dossier « Événements de mai-juin 1968 : tracts et propagan (...)
  • 12 Idem.

8Le mouvement étudiant bordelais en mai-juin 1968 est plutôt caractérisé par la désunion, la faiblesse numérique et une démobilisation rapide. De plus, l’ensemble des éléments d’appréciation laisse à penser qu’il s’agit d’un mouvement essentiellement à l’écoute de la contestation parisienne, au diapason des mobilisations nationales. En effet, le mot d’ordre de solidarité avec les étudiants parisiens, contre les brutalités policières, revient régulièrement, notamment autour du sort fait à Daniel Cohn-Bendit. Cela dit, la solidarité avec le monde du travail n’est pas négligée, même si elle vient dans un second temps. Un tract de l’AGEB appelant à la manifestation le 23 mai illustre ce propos : « Suivant nos camarades parisiens, nous descendrons dans la rue pour manifester notre solidarité avec nos camarades ouvriers qui en occupant leurs usines mettent en échec le régime11. » Le mouvement étudiant bordelais n’est pas non plus très uni : alors que la Faculté de Lettres connaît une grande agitation, avec notamment le remplacement du doyen, le géographe Louis Papy, le 17 mai par un étudiant de 23 ans, les assemblées générales de la faculté de droit discutent principalement des modalités des examens de fin d’année. Notons que la configuration géographique, séparant les étudiants du centre-ville et du campus universitaire, contribue d’autant plus à la division du mouvement. Au total, les manifestations sont numériquement limitées, oscillant entre 2 000 et 4 000 étudiants pour un effectif de 29 000 inscrits, alors que dans d’autres villes françaises, toutes proportions gardées, les manifestations sont plus fournies. L’influence des événements parisiens est déterminante dans la mobilisation des étudiants bordelais : Paris donne les impulsions, les mots d’ordre, les consignes. On écoute la radio pour se tenir au courant de ce qui se produit, on lit des lettres envoyées depuis Paris pour comprendre la réalité de la situation, comme celle d’une étudiante de la Sorbonne, datée du 15 mai 1968, critiquant le saccage de la faculté par les révolutionnaires12… Ceci explique en partie le décalage observable entre la mobilisation bordelaise et les événements parisiens : la première manifestation intervient le 7 mai, soit plus de cinq jours après la fermeture de la faculté de Nanterre, la faculté de lettres n’est occupée de manière permanente qu’à partir du 17 mai, et il faut attendre les nuits des 24 et 25 mai pour assister aux premiers incidents sérieux avec les forces de l’ordre. Il est intéressant de noter qu’après ces « débordements », le mouvement perd de sa force, comme si les étudiants avaient eu l’impression d’être allés trop loin.

  • 13 Sud-Ouest, 26 mai 1968, p. 11. Le choix de ce type de témoignage rejetant la « violence des étudia (...)
  • 14 A. Laabar, Mai 68 à Bordeaux 30 ans après, op. cit., témoignage de Claude Degeilh. Peut-être faut- (...)

9La mobilisation du monde du travail, et plus particulièrement du monde ouvrier, s’inscrit, quant à elle, dans un contexte de luttes largement antérieur à la crise du printemps, et doit être appréhendée dans une dimension chronologique différente. En effet, le Bordelais a connu durant l’année 1967 et le premier trimestre 1968 de nombreux débrayages, grèves et manifestations, liés à une conjoncture économique assez déprimée depuis les années 1965-1966, dont la traduction est un chômage réel de 10 000 personnes. Le conflit chez Dassault – qui dispose d’usines à Talence et à Mérignac – illustre bien la situation : depuis décembre 1966, les ouvriers se battent pour que leurs salaires, de 25 % inférieurs à ceux des usines parisiennes de la même firme, soient revus à la hausse. Début 1968, des grèves se succèdent dans de nombreux secteurs, à la Direction générale des impôts, dans le monde du livre, chez les dockers de Bordeaux suite à un refus d’augmentation de la prime de fin d’année, ou encore aux PTT qui connaissent des grèves tournantes du 26 avril au 10 mai au sein des différents services. La grève générale qui éclate dans la seconde moitié de mai apparaît davantage comme la résultante de ce contexte national et local de protestation et de revendication, que comme une hypothétique suite donnée au mouvement étudiant. En effet, il y a alors une distinction très nette entre deux mondes sociologiquement très différents, qui ne mélangent pas. À Bordeaux, les relations entre les ouvriers et les étudiants sont distantes, difficiles, et parfois même hostiles. Il n’existe pas de complicité comme on peut l’observer dans le cas nantais. Les organisations syndicales s’avèrent assez méfiantes vis-à-vis des étudiants et de leurs organisations, notamment à la CGT, où l’on juge la direction de l’AGEB pas stable et pas rigoureuse. De son côté, la CFDT manifeste tout de même plus de sympathie envers le combat des étudiants. La journée du 13 mai est d’ailleurs la seule manifestation commune entre ouvriers et étudiants, dont les relations ont été refroidies par un communiqué commun CFDT-CGT du 10 mai. Cette méfiance ouvrière est double : elle est suscitée par l’extrémisme et la violence des étudiants – ici essentiellement parisiens – mais elle traduit aussi le fait que beaucoup d’ouvriers perçoivent les étudiants comme des privilégiés. Dans le courrier des lecteurs de Sud-Ouest, au moment des plus fortes manifestations étudiantes de mai, on peut lire ce témoignage : « Je ne suis qu’un modeste travailleur mais je vous donne mon avis sur les violences des étudiants : c’est de la fumisterie et de la bêtise. Leurs facs sont splendides et leurs restaurants mieux que nos cantines13. » Il y a bien sûr des contacts entre les étudiants et les ouvriers, que nous rapportent certains témoignages : Claude Degeilh, cheminot CGT de Bordeaux-Bastide, membre du comité fédéral du PCF, évoque ainsi le rôle des étudiants qui furent l’étincelle mettant le feu aux poudres, mais avec qui les relations ne furent pas simples. Plus instruits, ils pensaient apporter la parole aux ouvriers, « ils donnaient des conseils comme si on ne savait pas s’y prendre14 ».

L’interprétation du Mai 68 bordelais

10La plupart des acteurs – hommes politiques, délégués syndicaux, étudiants – et des témoins voient dans les événements qui se sont produits à Bordeaux aux mois de mai et de juin 1968 une réplique des événements parisiens, un mouvement suiveur. Les points de désaccords portent plutôt sur la responsabilité des troubles, et notamment des débordements de la « nuit des barricades », qui conserve un caractère exceptionnel à l’échelle de la capitale girondine.

  • 15 AMB, tract de l’AGEB, 27 mai.
  • 16 « Samedi, 8 heures de tumulte dans la Quartier latin bordelais », Sud-Ouest, 27 mai 1968.

11L’AGEB attribue la responsabilité des violences à la charge des CRS devant la mairie, utilisant coups de crosse, de matraques et gaz lacrymogènes, ce qui aurait poussé les étudiants à l’affrontement. Mais elle évoque aussi l’arrivée « d’individus provocateurs au style militaire » qui auraient alors cherché à faire dégénérer la manifestation15. Le PCF local voit de son côté en ces arracheurs de pavés la lie de Bordeaux, et préfère attribue la responsabilité des troubles aux gaullistes et à leurs hommes de main. Les autorités parlent d’une manifestation en partie dévoyée par des irresponsables et des repris de justice, thèse accréditée par les rapports de la gendarmerie indiquant que 300 individus non identifiés sont venus se greffer aux actions violentes sur les barricades, mais aussi par les arrestations consécutives aux violences. Le journal Sud-Ouest préfère quant à lui attribuer la violence à plusieurs facteurs, décrivant « les idéalistes et leur révolution, sportifs venus participer à un chahut dangereux, inconnus surgis du lointain et de l’ombre, les incontrôlables, ceux venus chercher un titre d’ancien combattant pour le prochain bal du samedi soir16 ».

  • 17 AMB, Extrait du supplément au journal La VeRépublique, 15 juin 1968.

12Durant la campagne des élections législatives de juin 1968, les événements récents servent d’argumentaire électoral dans un sens comme dans l’autre. Pour leur part, les gaullistes emploient des arguments chocs et efficaces, jouant sur la peur suscitée par les troubles des mois de mai et juin. Un tract de l’UDR, présentant une photographie de manifestants agitant des drapeaux devant le Palais Rohan, et intitulé « Ce que vous ne voulez plus revoir » mentionne ainsi : « À l’issue d’une nuit d’émeutes, Bordelaises et Bordelais ont vu dans nos rues le vrai visage de la guerre civile17. » La majorité UDR-RI remporte d’ailleurs largement les élections, dans une région où elle faisait un score inférieur à la moyenne nationale. Jacques Chaban-Delmas est réélu dans sa circonscription dès le premier tour avec 52,2 % des voix. La gauche, qui avait vu ses scores progresser en 1965 et 1967, se retrouve renvoyée à sa situation de 1962. Est-ce à dire que les Bordelais ont été effrayés par les événements de mai-juin 1968 ? Un sondage datant du 19 décembre 1968 effectué par Sud-Ouest auprès de ses lecteurs montre qu’ils sont 74,4 % à garder un mauvais souvenir de mai. Cependant, on peut s’interroger sur la représentativité de l’échantillon sondé, et l’extension d’une telle conclusion à l’ensemble des Bordelais, Sud-Ouest étant plutôt un journal modéré, de tradition libérale, qui est loin d’avoir témoigné de l’enthousiasme lors des événements de mai-juin 1968.

13Si les événements de Mai 1968 à Bordeaux ont pu faire l’objet d’interprétations contradictoires, il faut remarquer qu’acteurs, témoins et historiens tendent presque tous à les percevoir comme une réplique locale de ce qui s’est produit dans la capitale. Hormis Jacques Chaban-Delmas qui déniait en 1998 tout mouvement propre à Bordeaux, témoignages et analyses penchent en faveur d’un mouvement essentiellement suiveur de ce qui se passe à Paris : pour Jacques Valleix, secrétaire général adjoint de l’UDR, « cela a démarré avec huit jours de retard », Pierre-Émile Meyer, secrétaire fédéral du PSU, parle « d’imitation de Paris », et Claude Degeilh précise que le mouvement est venu de la capitale. Pour le sociologue François Dubet, ce fut « Paris en moins fort », des manifestations rejointes par des étudiants non politisés, sans leader, sans véritable meneur, un mouvement en fin de compte très émietté durant lequel les vies personnelles ont rapidement repris le dessus.

*

14Dans une perspective nationale, les événements bordelais sont plutôt caractérisés par un décalage chronologique vis-à-vis des événements parisiens, et une grande modération. Assez passifs, les Bordelais ont été relativement épargnés par les troubles. Le mouvement revendicatif fut moins violent, moins étudiant – il n’y a pas de leader surmédiatisé, pas de Geismar, de Sauvageot ou de Cohn-Bendit – et plus local, essentiellement le fait du monde agricole et industriel. La vie quotidienne n’a pas été réellement perturbée : pas de coupure longue de gaz, d’eau ou de courant électrique, l’approvisionnement n’étant interrompu que sur une courte période. Entre le 4 et le 6 juin, tout est rentré dans l’ordre et la plupart des services fonctionnement normalement. Enfin, il n’y a même pas de manifestation de soutien au général de Gaulle organisée à Bordeaux le 30 mai 1968, ce qui relativise peut-être la peur suscitée par les événements.

15S’en tenir à une perspective comparatiste avec la « référence » parisienne conduit à minimiser le sens et l’importance des événements du Mai 68 bordelais, ce qui est dommageable à leur compréhension. Manifestations, grève générale, et perturbations diverses constituent des éléments marquants pour beaucoup. Bordeaux a connu le 13 mai une très grosse manifestation, peut-être la plus importante depuis la Libération. Les nuits du 23, 24 et 25 mai, qui ont vu l’occupation du Grand Théâtre et l’érection de barricades ont frappé les esprits. Néanmoins, les gestionnaires locaux, notamment le doyen Louis Papy, et le préfet Gabriel Delaunay ont eu une certaine influence sur le cours des événements : ils ont fait preuve de modération et ont habilement tiré les leçons d’une semaine de décalage entre les événements parisiens et la crise locale pour éviter que les choses ne dégénèrent.

Anmerkungen

1 A. Laabar, Mai 68 à Bordeaux 30 ans après. Les femmes et les hommes politiques face aux événements, 1998. Entretiens réalisés sous la direction de Bernard Lachaise.

2 Pierre Guillaume (dir.), Histoire des Bordelais, t. ii, Une modernité arrachée au passé (1815-2002), Bordeaux, Mollat-FHSE, 2002, p. 48 à 101.

3 Il existe quelques pages consacrées au Mai 68 étudiant à Bordeaux dans les ouvrages suivants : Bernard Lachaise, François Cadilhon, Jean-Michel Lebigre, Histoire d’une université bordelaise : Michel de Montaigne, faculté des lettres, faculté des arts 1441-1999, Bordeaux, PUB, 1999, p. 127-130 ; M. Malherbe, La faculté de droit de Bordeaux, 1870-1970, PUB, 1996, p. 54-60.

4 Les principaux travaux sont le mémoire de maîtrise dirigé par André-Jean Tudesq en 1986, ainsi que la table ronde organisée en 1998 par l’Institut régional CGT d’histoire sociale et l’Institut aquitain d’études sociales, qui a donné lieu à une publication intitulée 1968, Trente ans après. À l’occasion du 40e anniversaire des événements, le journal Sud-Ouest a publié un numéro hors-série sur le sujet – Bordeaux 68, La vie à la fin des années 60 et toutes les images des événements de mai – contenant quelques témoignages et de nombreux clichés d’époque.

5 Association générale des étudiants bordelais.

6 Archives départementales de la Gironde (ADG), 1419 W, liasse 36, Rapport no 518 du 14 mai 1968.

7 Sud-Ouest, 15 mai 1968.

8 Chiffres de la CIREGEND (Circonscription régionale de la gendarmerie d’Aquitaine) ADG, 1419 W, liasse no 36.

9 « Une manifestation d’étudiants partie de Saint Michel se termine au Grand Théâtre », Sud-Ouest, 24 mai 1968.

10 Note de la gendarmerie, datée du 26 mai (ADG, NR 4010/2-3).

11 Archives municipales de Bordeaux (AMB), dossier « Événements de mai-juin 1968 : tracts et propagande électorale ».

12 Idem.

13 Sud-Ouest, 26 mai 1968, p. 11. Le choix de ce type de témoignage rejetant la « violence des étudiants » par la rédaction du journal n’est sûrement pas anodin.

14 A. Laabar, Mai 68 à Bordeaux 30 ans après, op. cit., témoignage de Claude Degeilh. Peut-être faut-il tenir compte d’une certaine recomposition du souvenir dans ce témoignage, tant le discours sur les étudiants « donneurs de leçons » est répandu dans le milieu syndical. Néanmoins, cela illustre bien la distance entre les deux mondes.

15 AMB, tract de l’AGEB, 27 mai.

16 « Samedi, 8 heures de tumulte dans la Quartier latin bordelais », Sud-Ouest, 27 mai 1968.

17 AMB, Extrait du supplément au journal La Ve République, 15 juin 1968.

Autor

Professeur d’histoire-géographie en lycée à Sarcelles, doctorant – CEMMC (Centre d’étude des mondes moderne et contemporain), Bordeaux 3.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540