Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Première partie. Le Mai des territoires. Départements ruraux et centres industriels

Les banlieues lyonnaises en mai-juin 1968

Bruno Benoit

Texte intégral

  • 1 Voir l’article d’Annie Fourcaut, « Pour en finir avec la banlieue », dans Revue de géographie de L (...)

1Le mot banlieue a des significations multiples et a vu son sens évoluer sous la poussée de l’urbanisation et de l’industrialisation. Étymologiquement, le mot banlieue revêt une signification juridique depuis le XIIe siècle : il correspond au territoire d’environ une lieue autour d’une ville et sur lequel s’étendent sa juridiction et son droit de ban. De ce fait la banlieue est depuis ses origines l’espace habité qui entoure une ville et qui est ainsi dans sa dépendance1.

  • 2 On peut parler de ville-centre pour l’ensemble Lyon-Villeurbanne, car en 1968, ces deux communes p (...)

2L’espace urbanisé lyonnais s’est agrandi en 1852 par l’absorption des faubourgs de Vaise, de la Croix-Rousse et de la Guillotière. De ce fait, il est possible de considérer, aujourd’hui, le terme « banlieues lyonnaises » comme l’ensemble des communes qui entourent Lyon et qui lui sont donc étroitement associées, tant sur les plans économique que social et culturel. Se pose alors la question de Villeurbanne. Cette commune, la seconde du département par la population et abritant de nombreuses entreprises, ne peut être classée comme une véritable banlieue. Elle est associée dans cette étude à Lyon2.

  • 3 Le tableau en annexe I présente les communes évoquées.

3En 1968, la banlieue n’est nullement synonyme de problèmes sociaux, de zones de non droit, de lieux de violence. Si la loi de 1958, face à l’augmentation de la population consécutive au baby-boom, à l’immigration et à l’exode rural, a créé les ZUP afin d’apporter une réponse au manque de logements sociaux et donne ainsi le coup d’envoi à la construction de grands ensembles, les banlieues lyonnaises sont encore, en 1968, au début de leur développement urbanistique et démographique. Il faut cependant différencier les banlieues est et sud, marquées par l’industrialisation et une urbanisation sous forme de grands ensembles à caractère populaire, des banlieues ouest qui, elles aussi, connaissent un boom immobilier, mais celui-ci est de caractère plus résidentiel. L’explication tient aux vents d’ouest dominants qui créent une dualité spatiale, source de ségrégation sociale. Quant aux banlieues sud, l’existence du couloir de la chimie est un facteur déterminant dans la nature des logements construits. Pour ce qui est du nord, il faut, là aussi, différencier l’ouest et l’est3.

4Pour illustrer notre propos, la commune de Bron, située à l’est de la ville-centre, a vu se construire, au début des années 1960, les immeubles de Parilly, grand ensemble de 2 650 logements sociaux, et en 1968, est en train de s’achever l’ensemble de Bron-Terraillon avec plus de 5 500 logements. À Vénissieux, aussi à l’est, les tours des Minguettes s’élèvent à partir de 1965. Rillieux, au nord-est, qui vient d’entrer dans le département du Rhône, est dotée d’une ZUP qui fait exploser sa population entre les recensements de 1968 et de 1975. À Vaulx-en-Velin, encore à l’est, La Grapinière sort de terre en 1968, il est va de même pour le quartier des Vernes à Givors, ville située au sud. Les communes de Tassin, Écully, Sainte-Foy, à l’ouest de la ville-centre, voient également se réaliser des programmes immobiliers d’accession à la propriété conséquents. Dans cette dynamique constructive, l’ensemble ville-centre se dote également, durant les années 1960, des grands ensembles populaires, les quartiers de la Duchère au nord-ouest et de Mermoz au sud-est de Lyon ; quant à Villeurbanne, ce sont les quartiers de Saint-Jean et des Buers à l’est de la commune.

  • 4 Idem.

5La croissance des banlieues lyonnaises est donc postérieure à 19684 et se fait au détriment de la ville-centre, puisque l’ensemble Lyon-Villeurbanne ne pèse plus que 40,1 % de la population du département au lieu de près de 49 %. Ce sont les banlieues populaires et ouvrières qui, de 1968 à 1975, connaissent la plus forte croissance, puisque les communes des banlieues est et sud retenues dans le tableau de l’annexe I enregistrent une croissance de 50,26 % pour seulement 32,25 % pour les banlieues ouest et nord. Si en 1968, les banlieues est et sud pèsent 15,8 % de la population du département du Rhône, elles atteignent 22,1 % en 1975 ; les chiffres sont respectivement de 7,6 et 9,3 % pour les banlieues ouest et nord. Les problèmes dits des banlieues se développent donc en liaison avec cette croissance démographique forte regroupée dans des grands ensembles à densité élevée d’occupation, mais aussi avec la montée du chômage, fils des dérèglements économiques des années 1970.

  • 5 La source principale est la presse locale, et en particulier Le Progrès et L’Écho la Liberté, même (...)

6Si les banlieues ne sont pas en mai-juin 1968 le lieu des défilés d’étudiants ou de salariés, ce que connaît de son côté la ville-centre entre le 9 mai et le 11 juin, les banlieues participent cependant aux événements de mai 1968. À partir de ce constat, la démarche s’organise autour de deux idées. La première est que les banlieues lyonnaises sont des actrices de mai-juin 1968 en faisant grève et la seconde consiste à insister sur le fait que les banlieues sont des espaces de solidarité5.

Les banlieues participent au mouvement de mai-juin 1968 par la grève

  • 6 Il est intéressant de noter que les manifestations massives sont lyonno-lyonnaises, associant peu (...)
  • 7 À ce propos, lire Christian Chevandier, Les tourments d’une génération, Georges Valero (1937-1990)(...)
  • 8 Depuis début janvier 1968, la direction de Gendron, entreprise de construction mécanique, faute de (...)

7Si le week-end des 11 et 12 mai 1968 semble être représentatif d’un mois de mai ordinaire avec sa fête du sou des écoles à Vaulx-en-Velin, celle des fleurs à Bron, l’ouverture de la quinzaine commerciale à Décines et des manifestations sportives un peu partout autour de la ville-centre, le lundi 13 mai entre 35 000 et 60 000 personnes – étudiants, enseignants, travailleurs – défilent à Lyon de la Bourse du travail aux Terreaux6, ce qui représente le plus important rassemblement depuis l’après-guerre. La présence des ouvriers à une manifestation, dominée jusqu’alors par le conflit étudiant, s’explique par une mémoire ouvrière conflictuelle due aux conflits récents à l’usine Rhodiaceta7 de Vaise, chez Berliet à Vénissieux, voire chez Gendron à Villeurbanne8.

8Le mardi 14 mai, le député-maire de Vénissieux, le communiste Marcel Houël, condamne avec force les brutalités policières à l’encontre des étudiants et, par son discours, fait entrer la banlieue dans les événements de mai 1968 par la porte politique :

  • 9 Le Progrès, 15 mai 1968.

« [je] demande la levée des condamnations, la réouverture des universités, la refonte de l’Université et appelle tous les travailleurs, intellectuels et manuels, tous les démocrates et la population laborieuse à soutenir la lutte des étudiants pour faire reculer le pouvoir gaulliste et préparer les changements pour une véritable démocratie9. »

9Excepté quelques manifestations à Feyzin et à Saint-Fons pour la défense de la Sécurité sociale à la suite des ordonnances d’août 1967 qui la mutilent selon les syndicats et la gauche, le début de la semaine est calme alors que les occupations d’usines ont commencé à Nantes et surtout chez Renault à Cléon dès le 15 mai.

  • 10 Boris Gobille, Mai 68, La Découverte, 2008, affirme avec raison, p. 50, qu’un « mai ouvrier a bien (...)
  • 11 Voir illustration en annexe III.
  • 12 Idem.
  • 13 Cette énumération n’est pas exhaustive, car il y a aussi les entreprises Teppaz, Schindler, Gallet (...)

10Les choses s’accélèrent à partir du jeudi 16 mai, véritable point de départ du mai lyonnais ouvrier10, avec le déclenchement d’un débrayage au dépôt ferroviaire de Balan au Sud de Lyon à l’appel de la CGT, après le licenciement de deux jeunes auxiliaires. Le vendredi 17 mai, le mouvement de grèves s’enfle à partir de l’entreprise Richard Continental à Villeurbanne à laquelle s’ajoutent Berliet Vénissieux et Lyon-Monplaisir, Rhodiaceta à Lyon-Vaise et Saint-Fons, la Spécia à Saint-Fons11, la SNAV à Vénissieux12, Rhône-Poulenc à Saint-Fons, Fives-Lille à Givors, Normacem à Décines, Ugilor à Pierre-Bénite et l’usine textile CTA à Vaulx-en-Velin13. Plus de 28 000 grévistes sont recensés, dont 18 000 métallos et 10 000 dans la chimie. Il est loisible de s’interroger pour savoir si ces débrayages ont lieu à l’image de Fives-lille à Givors pour les salaires ou par solidarité avec le mouvement étudiant ?

11Le mouvement est tout de suite contrôlé par les syndicats qui s’expriment, le samedi 18 mai, par la voix de leurs secrétaires départementaux. Georges Churlet, secrétaire de l’UD CGT déclare :

« Ce mouvement n’est pas seulement une suite du mouvement des étudiants, il s’agit d’une explosion et d’une situation nouvelle créée par un mécontentement qui s’est accumulé depuis 10 ans. La lutte de la classe ouvrière contre le régime ne date pas de la semaine dernière, mais depuis 1958. Nous saluons la lutte des étudiants pour la réforme démocratique de l’enseignement, tout en formulant des réserves sur certains aspects de cette lutte, mais la classe ouvrière a, maintenant, à régler ses propres problèmes. Le mouvement étudiant a été le détonateur, nous sommes la bombe. »

12Tout est dit :

  • L’opposition au régime gaulliste.
  • La méfiance vis-à-vis du mouvement étudiant.
  • La lutte, la vraie, ne peut être qu’ouvrière.
  • La banlieue par le fait qu’elle est ouvrière est donc le lieu privilégié de la lutte sociale et politique.

13La lutte porte pour la CGT donc sur l’abrogation des ordonnances relatives à la Sécurité sociale, sur la suppression des syndicats d’entreprises et des primes anti-grèves, sur une campagne de nationalisations, sur le remplacement du pouvoir gaulliste par un gouvernement populaire.

14De son côté, M. Philibert, délégué CFDT, tient les propos suivants :

« Les revendications des étudiants concernent les travailleurs comme celles des travailleurs concernent les étudiants. La CFDT tient à affirmer l’unité des luttes des travailleurs et des étudiants… Ces luttes ne sont pas engagées pour des salaires et des congés, mais pour le droit syndical, la démocratie dans l’entreprise, le droit du travail. »

15Le ton est ici différent :

  • La lutte se veut fraternelle entre ouvriers et étudiants.
  • Si les objectifs sont moins matériels, ils sont tout aussi politiques.

16La CFDT revendique la remise en cause de la société actuelle de profit et de consommation, l’instauration d’un régime socialiste démocratique, la gestion des entreprises par les travailleurs.

  • 14 Consulter pour mieux connaître les événements lyonnais de mai 1968, Bruno Benoit, « Louis Pradel e (...)
  • 15 La libération d’Henri Perrier donne lieu à une manifestation à la Croix-Rousse le samedi 1er juin, (...)
  • 16 La Voix du Rhône du 30 mai 1968 parle de 80 000 manifestants.

17À partir du 20 mai, sur fond d’économie locale bloquée, les meetings se multiplient. Le mouvement ne cesse de prendre de l’ampleur pour toucher plus d’une centaine d’entreprises industrielles, soit plus de 80 000 grévistes à la fin du mois de mai, sans compter les services. Les événements de la nuit du 24 mai avec la mort du commissaire Lacroix sur le pont Lafayette permettent aux autorités de dénoncer les émeutiers et leur incivisme14. Si la ville-centre est le lieu de violences, les occupations d’usines se passent, elles, sans heurts, excepté aux établissements Occulta-gaines Scandale à la Croix-Rousse où le fils du directeur, Henri Perrier, enfonce le 1er juin la porte de l’usine occupée et la renverse sur une ouvrière, Michèle Sarrola, qui a le bassin fracturé15. Le mercredi 29 mai, une grande manifestation unitaire16 – ouvriers, étudiants, fonctionnaires – défile de Bellecour aux Brotteaux en criant qu’ils sont en lutte pour remettre en cause toute la politique gaulliste, gérant actuel du capitalisme !

  • 17 En bref Lyon, le 30 mai 1968.
  • 18 Dans le dossier des ADR 4296W 200, un tract ronéotypé des ouvriers de Gendron, certes non daté, ma (...)
  • 19 Horizon lyonnais, 31 mai 1968.

18Les négociations de Grenelle ne modifient pas vraiment le paysage gréviste des banlieues lyonnaises et En bref Lyon17 note même un durcissement de la grève à la fin mai avec des revendications portant sur la diminution de la durée de travail, l’abaissement de l’âge de la retraite, l’abrogation des ordonnances anti-sociales et le paiement des journées de grève18. La Voix du Rhône du 4 juin 1968 titre : « Renforcement de la grève pour obtenir satisfaction… Il n’y aura pas de laissés pour compte. » Ces propos ont-ils pour but d’entretenir le moral des grévistes qui commence à baisser ou pour stopper la reprise du travail qui commence à avoir lieu à partir de fin mai, comme aux usines Teppaz et Danone à Pierre-Bénite19 ?

  • 20 La direction des archives de France ne m’a pas accordé la dérogation pour consulter aux archives d (...)
  • 21 Voir illustration en annexe III.
  • 22 Le Journal du Rhône, 28 mai 1968.
  • 23 Un article du Journal du Rhône du 4 juin 1968 intitulé « Popol la Terreur » nous informe « (qu’) h (...)

19Pour mieux éclairer ce lien entre banlieues et grèves, éclairons le conflit le plus long et le plus symbolique, celui des usines Berliet20. Cette entreprise, comme en 1936, occupe le devant de la scène revendicative. Les drapeaux rouges et tricolores flottent au-dessus des portes de l’usine Berliet de Vénissieux dès le lundi 20 mai. Les métallos, en souvenir de « 36 » et de la Libération, rebaptisent leur usine « Liberté », anagramme de Berliet21 ! Les militants syndicaux distribuent des tracts et à l’intérieur des bâtiments, des poids lourds sont placés devant les portes pour éviter toute entrée indésirable. Sur une banderole qui flotte au-dessus de l’entrée est écrit « Gouvernement populaire ». Au-delà des mots et des symboles, pas de manifestations culturelles dans l’usine comme chez Renault à Boulogne-Billancourt, seulement un orchestre qui joue toute la nuit. Le lundi 27 mai, la CFDT et la CGT expliquent à 6 000 travailleurs le contenu des négociations nationales22. La grève se durcissant, la direction de Berliet, qui a quitté l’usine dès le premier jour de grève, soit le 17 mai, déclare le jeudi 6 juin avoir perdu 75 millions de francs auxquels il faut ajouter 40 millions de francs pour les sous-traitants. Après Grenelle, des négociations, rompues depuis longtemps23, reprennent entre syndicats et direction :

  • Le vendredi 7 juin 1968, après un début de discussion, les négociations sont rompues à la demande de la direction pour les motifs suivants : 1) utilisation tendancieuse par les organisations syndicales de documents pris par les grévistes sur le bureau du PDG et du directeur du personnel ; 2) transfert par les grévistes à l’intérieur de l’usine de Vénissieux de plusieurs véhicules terminés et entreposés dans l’usine de Saint-Priest ; 3) séquestration dans son bureau du directeur du service des transports. À cela, la CGT et la CFDT répondent : 1) que le vol des documents n’a pas eu lieu ; 2) que les camions ont été remisés par mesure de sécurité ; 3) que le terme de séquestration est contesté, car les grévistes ont invité le chef du service qui se trouvait à Berliet Europe à rester dans son bureau et à ne pas s’opposer à l’enlèvement des camions. Pour la CGT et la CFDT, le refus de négociation est une manœuvre patronale.
  • Le lundi 10 juin 1968, sur fond de reprises qui se multiplient en ce début de semaine (Normacem, Richard Continental, Péchiney, Norev…), un meeting, pour appuyer les syndicats qui ont repris les négociations dans l’après midi du dimanche, est organisé à 7 h 15 devant la porte B de l’usine de Vénissieux. Il réunit plus de 4 000 travailleurs. Le secrétaire de la CGT, M. Rivat déclare qu’il n’y aura pas de manifestation sur la voie publique, tant qu’il n’y aura pas de provocation de la police, pour éviter des incidents comme à Flins. L’application des accords de Grenelle bute sur les salaires proposés par la direction – 750 francs pour 45 h, plus 10 % en 1968, plus 10 % de primes, plus un jour de congé en plus, plus des retraites anticipées, plus une mensualisation accélérée –, mais aussi sur le statut social qui doit être le même pour tous et enfin sur le refus de la direction de remettre en cause le pouvoir patronal. Le parti communiste déclare que le mouvement est plus solide que jamais et qu’il est entouré d’une puissante solidarité24.
  • Le mercredi 12 juin 1968, les syndicats dénoncent, sur fond de reprise aux usines Berliet de Bourg, Saint-Priest et Monplaisir, la pression patronale pour la reprise avec visites au domicile des ouvriers, mais aussi les provocations patronales, tels ces clous jetés sur la chaussée. La CGT appelle, par solidarité avec les ouvriers qui continuent la grève et contre la répression gouvernementale, à des débrayages dans les services publics qui ont repris le travail (EDF, PTT, OTL25).
  • Le vendredi 14 juin 1968 au soir, alors que 40 000 métallos sur 80 000 restent en grève et que soixante-dix entreprises sont toujours arrêtées, une nouvelle rupture dans les négociations a lieu chez Berliet. La direction renouvelle ses propositions et accuse les syndicats de blocage. Quant aux syndicats, ils dénoncent l’insuffisance des propositions et réclament le paiement des jours de grèves.
  • Le lundi 17 juin 1968, c’est l’impasse chez Berliet, alors que la question du 1er tour des législatives occupe de plus en plus l’opinion et les médias. Le secrétaire de la CGT déclare : « Comme en 36 nous avons obtenu une réduction du temps de travail sans que les salaires en souffrent26. »
  • Le mardi 18 juin 1968, les choses changent avec un vote soumis aux ouvriers pour la reprise du travail. Le panier des négociations contient une série d’acquis comprenant une augmentation de 8 % des salaires, une mensualisation pour mille ouvriers, quatre semaines de congés payés, une diminution de la durée de travail, une plus grande liberté syndicale et une indemnisation à 50 % des journées de grève avec deux jours fériés payés à 100 % est proposée au vote des ouvriers. Malgré une CFDT qui s’abstient, 56 % des métallos de chez Berliet votent pour la reprise. La CGT, quant à elle, maintient l’occupation, une façon de dire qu’elle garde le contrôle de ses troupes !
  • Le mercredi 19 juin. Après 35 jours de grève, à 14 h 33, après un meeting, les leaders de la CGT lancent le mot d’ordre de reprise du travail. Les ouvriers reprennent le chemin des ateliers chez Berliet Vénissieux en chantant La Marseillaise, après avoir défilé avec le drapeau rouge et avoir entonné L’Internationale. Le sentiment partagé est celui d’avoir gagné. Selon le leader syndical cégétiste : « Nous avons plus obtenu que dans n’importe quelle grève depuis la Libération », quant au leader de la CFDT, il déclare : « Nous avons acquis des avantages supérieurs à ceux accordés chez Renault27. » À cette date, il reste encore 10 000 métallos en grève dans le Rhône, dont l’usine Sigma à Vénissieux ou Fives-Lille à Givors.

20Il est intéressant de noter que cette escalade verbale syndicale permet de justifier la longueur de la lutte, mais aussi de montrer qu’en province, on sait lutter sur le front social aussi bien qu’à Paris.

21Fin juin 1968, les banlieues lyonnaises ont retrouvé le chemin du travail après que les électeurs, au sortir des urnes, ont apporté leur soutien au général de Gaulle pour un retour à l’ordre face à la menace « rouge ». Il n’en reste pas moins que si ces grèves, sans exagérer les acquis obtenus, ont été bénéfiques pour les travailleurs, elles ont surtout révélé et une grande solidarité dans les banlieues et un réel intérêt pour les événements de mai.

Les banlieues sont solidaires et à l’écoute

22Cette solidarité et cette écoute s’expriment par le biais de deux canaux, les conseils municipaux et les associations.

Les conseils municipaux

23Lorsque les grèves durent et pèsent sur les budgets des ménages, des conseils municipaux apportent leur soutien aux grévistes et à leurs familles par le biais des élus, mais aussi du personnel municipal qui n’hésitent pas à faire des déclarations :

  • 28 Ma source étant la presse, il est bon de rappeler que le déclenchement des grèves est presque conc (...)
  • 29 Le salaire horaire chez Berliet au 1er juin 1968 est de 4,66 francs.

24– Le 7 juin 196828, le conseil municipal d’Oullins vote 10 000 francs29 pour soutenir les grévistes, tout en appelant au dialogue social et en dénonçant la spéculation de quelques commerçants sur les produits de première nécessité, difficiles à trouver. Il fait appel, pour les prix, au civisme des Oullinois.

25– Le 11 juin 1968, le conseil municipal de Saint-Priest distribue des secours aux enfants des grévistes sur présentation d’un certificat de grève. Le repas à la cantine est aussi gratuit pour les enfants de grévistes.

26Dans les banlieues ouest, la solidarité existe également, comme le confirme le conseil municipal de Tassin qui soutient le comité d’entraide, constitué de bonnes volontés, qui a servi 1 575 repas gratuits aux enfants de chômeurs.

27– Le 12 juin 1968, le conseil municipal de Saint-Germain-au-Mont-d’Or, banlieue nord-ouest, aide les grévistes en versant au bureau d’aide sociale de quoi payer pendant quatre jours les repas aux enfants de 4 à 14 ans.

28– Le 13 juin 1968, la mairie de Vaulx-en-Velin annonce que les bons de solidarité seront remboursés rapidement aux commerçants.

29La mairie de Sainte-Foy vote une aide de 50 000 francs aux familles des travailleurs nécessiteux.

30– Le vendredi 14 juin, le personnel municipal de Vaulx-en-Velin « exprime avec force son indignation devant l’attitude du gouvernement qui, aux revendications des travailleurs, oppose en réponse une brutale répression policière, ce qui suscite des violences dont la responsabilité incombe au gouvernement. Il demande que les forces de police soient retirées des lieux de travail afin de laisser les travailleurs et le patronat négocier. Il se déclare solidaire du mouvement ouvrier dont le mouvement revendicatif à l’échelon national a démontré son insatisfaction ».

31Le même jour, le conseil municipal de Feyzin, « constatant que le conflit qui dure depuis un mois a perturbé la vie de la totalité des Français, a pris des mesures afin de venir en aide aux enfants des grévistes afin que la jeune génération souffre le moins possible. Parmi ces mesures, il y a l’ouverture d’un centre aéré avec cantine le midi afin de sortir les enfants de leur milieu habituel où règne une atmosphère tendue qui risque de les traumatiser, mais aussi la distribution de bons d’alimentation de 15 francs par semaine et par enfant et la gratuité des soins médicaux et pharmaceutiques ».

32– Le mardi 18 juin 1968, le conseil municipal de Saint-Fons souligne que sa forte population ouvrière participe grandement aux grèves. Il vote en sa faveur un crédit de 150 000 francs, délivre, chaque semaine, des bons de produits alimentaires de 15 francs par enfant à charge à tout chef de famille en grève et remercie les bénévoles, les instituteurs, les commerçants qui ont fait l’avance aux familles de grévistes et leur ont ainsi apporté un soutien financier.

33La mairie de Saint-Genis-Laval, banlieue sud-ouest, délivre des secours aux familles nécessiteuses de grévistes.

34– Le mercredi 19 juin 1968, le conseil municipal de Givors fait savoir qu’une troisième distribution de légumes secs de 500 grammes par part aura lieu le 21 juin à la Bourse du travail sur présentation de sa carte de solidarité distribuée aux grévistes.

35Cette liste d’engagements des conseils municipaux offre des différences entre les banlieues, selon leur appartenance géo-sociale. Les plus engagées sont les mairies de gauche, voire communistes – Givors, Vaulx-en-Velin – qui, outre l’aide aux grévistes, commentent l’actualité et critiquent le gouvernement. En revanche, les mairies des banlieues ouest prennent, voire soutiennent, des initiatives limitées en faveur des familles de grévistes, ce qui illustre la dimension politique de l’aide municipale, car les grèves – il n’y a pas seulement les entreprises industrielles qui sont arrêtées – touchent la plupart des populations, qu’elles soient à l’est ou à l’ouest.

Les associations et les syndicats30

  • 30 La Voix du Lyonnais du 24 mai 1968 titre : « Autour des grévistes, partout la solidarité. L’Union (...)

36L’action associative n’est pas seulement sociale, mais porte également sur l’organisation de débats sur les événements. Certes, les exemples qui suivent ne sont que des épis glanés dans la presse et non la totalité de la moisson des solidarités qui ont pu avoir lieu.

  • Le dimanche 19 mai 1968, l’Association populaire familiale de Saint-Fons, réunie en une journée d’études, termine ses travaux en saluant les travailleurs qui luttent contre les injustices du système actuel et pour obtenir des droits syndicaux dans l’entreprise.
  • Le 23 mai 1968, 110 commerçants de Vénissieux ont déjà signé une pétition dénonçant dix années de politique gaulliste qui ont durement frappé le petit commerce et l’artisanat. Elle souligne la solidarité qui existe entre les intérêts de la classe ouvrière et ceux des couches sociales moyennes. L’association des Vaillants et Vaillantes appelle tous ses moniteurs et grands Vaillants à participer activement aux actions menées par la CGT et le PCF pour l’accueil des enfants de militants au foyer Marcel Sembat le dimanche 26 mai31.
  • Le jeudi 6 juin 1968, à la salle municipale de Tassin, le Groupement de recherche et d’action municipale (GRAM) organise, pour des échanges entre personnes de divers horizons, une soirée d’analyse politique et économique sur les événements qui ont lieu où sont mis en avant les causes et raisons de la crise étudiante, le pourquoi des grèves, seul moyen de contestation possible face à un pouvoir sans contrôle, la valeur des couples de mots ordre/désordre, liberté/démocratie, violences/contestation. Le Progrès du 7 juin confirme cet intérêt pour les événements de mai en publiant qu’à Tassin, dans cette petite cité restée à l’écart des manifestations violentes, la population ne s’est pas désintéressée des grands problèmes comme les grèves qui touchent les familles tassulinoises.
  • Le mercredi 12 juin 1968, les amis du foyer de Bron distribuent, aux vieillards en difficulté, une tonne de marchandises avec l’aide bénévole des chauffeurs de taxis.
  • Le vendredi 14 juin 1968, l’assemblée syndicale des familles de Vénissieux et l’assemblée populaire des familles de Saint-Fons organisent une mobilisation des femmes de grévistes. Celles-ci déclarent ne pas vouloir rester en dehors de la lutte de nos maris et elles se rendent rue Molière à Lyon, siège de la chambre patronale, pour porter une lettre dans laquelle « est condamnée la répression policière, est demandé un dialogue constructif et sont dénoncées l’exploitation du travail féminin et l’instabilité de l’emploi32 ».
  • À la mi-juin, l’Association populaire familiale de Feyzin qui a organisé depuis le début des événements, pour répondre aux questions que tous les gens se posent à propos du mouvement actuel, des réunions d’information avec des cadres syndicaux, des étudiants de l’UNEF/AGEL33 et des patrons et des agriculteurs, déclare que, malgré la reprise du travail, des familles ouvrières restent touchées par les grèves. Cette association déclare que les familles ouvrières doivent rester unies et que la solidarité entre les familles ouvrières doit rester efficace.

37Les syndicats ne sont pas seulement des partenaires sociaux qui négocient avec les organisations patronales, ils sont aussi des acteurs de la solidarité des banlieues. L’UD CGT et les unions locales de la CGT collectent des fonds et les répartissent entre les grévistes. La cantine est gratuite chez Berliet, un colis de ravitaillement est distribué à ceux qui occupent l’usine et le comité d’établissement déclare que tous les enfants inscrits partiront en colonies de vacances et que le solde qui reste à payer n’est pas exigé. Le syndicat de Berliet Vénissieux organise le dimanche 16 juin après-midi, en pleine tension dans les négociations, une grande fête des familles avec chants, danses folkloriques et variétés musicales sur le stade de Berliet en face de la fameuse porte B.

38La reprise du travail fait cesser les actions de solidarité, mais les réseaux sont en place et sont prêts à d’autres actions de solidarité.

39Les banlieues lyonnaises n’ont pas été muettes durant les événements de mai 1968. Si elles n’ont pas été des lieux de violences, d’affrontements avec les forces de l’ordre, elles se sont affirmées comme des espaces de revendications et de solidarité. Le cas de Berliet a certes été mis en avant, mais la Rhodiaceta et plus de cent autres entreprises ont été occupées, ont servi de plateformes revendicatives et ne sont rentrées que lentement dans la normalité du travail.

40Les banlieues ont révélé, sans que cela soit original, leur dualité dans la mobilisation. Ce sont celles qui abritent des entreprises, essentiellement métallurgiques, chimiques ou textiles qui se sont le plus mobilisées. L’est a vécu fortement 68, tandis que l’ouest a davantage observé, même si la mobilité de la main-d’œuvre fait qu’il y a des grévistes même là où il y a peu d’entreprises !

  • 34 Dans cette approche, le cas de Villeurbanne pose problème, car Villeurbanne s’est aussi construite (...)

41En revanche, les banlieues de l’est et de l’ouest lyonnais, ont discuté des événements, ont vu leur calendrier festif et sportif perturbé, ont dû organiser des conseils municipaux extraordinaires, bref les événements de mai-juin 1968 n’ont pas laissé les banlieues en dehors. Tout en répétant parfois « 36 », les banlieues, surtout celles de l’Est et du Sud, sont entrées avec « 68 » dans leur modernité sociale, économique et politique. Celle-ci est fondée sur l’acquisition d’une identité construite sur l’opposition à la ville-centre34, sur la concentration de la population dans des grands ensembles, sur une évolution industrielle qui va leur être peu favorable avec la concurrence japonaise et des économies émergentes. Les grèves de 1968 sont des grèves d’hier, des grèves d’un pays en croissance, de salariés pas trop préoccupés par le chômage. 1968, pour les banlieues, est donc une date d’accouchement.

  • 35 L’Echo la Liberté, 20 juin 1968.

42Terminons par quelques clins d’œil que nous livre la presse de l’époque. En juin 1968, le cinéma de Saint-Fons passe sur ses écrans : « 5 rafales pour Ringo », « La poudre parle », « La vie libre » et celui de Saint-Priest : « La police est sur la ville » ! Les hold-up se multiplient dans les banlieues à partir de la mi-juin quand, comme le souligne le journaliste, « les gangsters ont repris de l’activité depuis que la Banque de France a repris la sienne35 ».

Annexes

ANNEXE I. Tableau comparatif des communes des banlieues lyonnaises entre 1968 et 1975

VC : ville centre ; BE : banlieue est ; BO : banlieue ouest ; BN : banlieue nord ; BS : banlieue sud ; BNO : banlieue nord-ouest ; BNE : banlieue nord-est ; BSO : banlieue sud-ouest.
* Rillieux a aussi annexé la commune de Crépieux-la-Pape.

ANNEXE II. Proposition de cahier de revendications chez Gendron

(ADR 4296W 200)

• Salaire minimum garanti de 800 francs par mois hiérarchisé pour 173 h 33.

• Abrogation des ordonnances.

• La retraite à 60 ans, 55 ans pour les femmes.

• Une véritable convention collective.

• Tous les jours fériés payés sans close36 restrictive.

• Prime de vacances de 300 francs pour tout le personnel.

• Mensualisation des professionnels.

• 5e semaine de congés payés pour les jeunes de moins de 21 ans.

• Suppression des contrats temporaires.

• Reconnaissance d’une section syndicale.

• 30 h par mois pour le secrétaire du syndicat horaire, pour le secrétaire de la section syndicale mensuelle, pour le secrétaire du comité d’établissement, 2 h par mois payées au personnel pour les comptes rendus de mandats, une demi-heure par semaine de réduction d’horaire pour les femmes sans perte de salaire. Réforme du système des primes.

• 16 semaines de congés maternité au salaire réel.

• Étude d’une prime pour les indirects horaires et mensuels. Celle-ci est examinée depuis plusieurs mois.

• Réforme du système des primes.

• Révision du protocole d’accord pour le comité d’entreprise.

• Octroi de la qualification P1 aux jeunes sortant de l’école munis d’un CAP.

• Chaussures de sécurité pour tous.

• Deux paires de bleus pour les tôliers.

• Remise en état de la cantine.

• Remplacement gratuit des verres de lunettes lorsqu’ils sont abîmés pour cause professionnelle.

• Pour les mensuels, augmentation de la valeur du point.

• Révision des classifications ETDAM dans chaque service tous les 3 mois.

• Assimilés cadre à partir du coefficient 270.

• Caisse de retraite RCPAM à partir de 247.

• 13e mois payé à tous les mensuels.

• Retour aux avantages acquis pour les congés supplémentaires.

• 4 h et ½ d’absence par mois payées à tous les mensuels.

• Pour les mensuels ne pointant pas, suppression de la signature à l’entrée.

Ce tract, au-delà de quelques formulations absconses et très techniques, est un véritable cahier de doléances du monde ouvrier associant des revendications, dont les plus nombreuses portent sur les conditions de travail – salaire minimum, durée, retraite, avantages salariaux, traitement différencié pour les jeunes, les femmes, les mensuels, dotations en matériel – et d’autres, plus rares, traitant de questions plus politiques, telles l’abrogation des ordonnances ou la reconnaissance d’une section syndicale.

ANNEXE III. Documents photographiques tirés de La Voix du Lyonnais du 23 mai 1968

Figure 1. – Les grilles de l’usine SNAV de Vénissieux.

Figure 2. – L’usine Spécia à Saint-Fons.

Figure 3. – L’anagramme de Berliet/Liberté.

Notes

1 Voir l’article d’Annie Fourcaut, « Pour en finir avec la banlieue », dans Revue de géographie de Lyon, no 75, 2000, p. 101-105.

2 On peut parler de ville-centre pour l’ensemble Lyon-Villeurbanne, car en 1968, ces deux communes pèsent 48,8 % de la population du département. Il est évident que ces deux communes ne sont pas en dehors du mouvement de 1968, car elles abritent de nombreuses entreprises industrielles et servicielles qui seront en grève. Cependant, l’accent est volontairement mis sur les communes périphériques à l’ensemble Lyon-Villeurbanne qui, lui, est le théâtre des grands défilés et des événements violents.

3 Le tableau en annexe I présente les communes évoquées.

4 Idem.

5 La source principale est la presse locale, et en particulier Le Progrès et L’Écho la Liberté, même si du 21 mai au 7 juin aucun journal ne paraît. Cependant, toute une presse nouvelle apparaît ou continue de paraître :
– Le Journal du Rhône, dont le premier numéro au prix de 0,50 franc sort le 24 mai 1968 sur les imprimeries de l’AGEL (Association générale des étudiants lyonnais). Il est rédigé par des militants PSU et CFDT qui déclarent que « devant la non-parution de la presse, une équipe de militants a décidé de publier ce journal contenant des informations vraies pour parler de la lutte engagée dans nos usines, nos chantiers, nos bureaux, nos facultés et nos quartiers… et pour bâtir une société socialiste ».
– Une brochure ronéotypée Horizon lyonnais, rédigée par G. Drevon, paraît à partir du 22 mai 1968 au prix de 0,60 franc, tire à 20 000 exemplaires et se donne pour mission d’informer les Lyonnais jusqu’au retour de la presse.
– En bref Lyon, feuille d’information du Cercle Tocqueville et de la Convention des Institutions républicaines, qui continue à paraître.
– La Voix du Lyonnais, devenue à la fin mai 1968 La Voix du Rhône, organe de presse du parti communiste qui continue à paraître.
Toute cette presse est contenue dans le dossier 4296W 142 des archives départementales du Rhône (ADR) et accessible après dérogation. Ce dossier est le versement de la direction zonale de défense sud-est des Renseignements généraux.

6 Il est intéressant de noter que les manifestations massives sont lyonno-lyonnaises, associant peu Villeurbanne dans l’itinéraire. En revanche, le jeune campus de la Doua, à Villeurbanne, a servi de creuset à la contestation étudiante.

7 À ce propos, lire Christian Chevandier, Les tourments d’une génération, Georges Valero (1937-1990), Aux lieux d’être, 2008, particulièrement le chapitre « Sur un long mai lyonnais » où il est fait référence au conflit à la Rhodia entamé en mars 1967. Lire également Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Presses universitaires de Rennes, 2007, mais aussi son article « Les usines lyonnaises en 1967-1968 », dans Intelligence d’une ville. Mai-juin 68 à Lyon, Bibliothèque municipale de Lyon, 2008.

8 Depuis début janvier 1968, la direction de Gendron, entreprise de construction mécanique, faute de commandes impose des réductions d’horaire, ce qui entraîne des baisses de salaire, d’où des débrayages nombreux, à l’appel de la CGT, au cours de la fin de l’hiver et du début du printemps de 1968, ADR, 4296W 200, dossier consulté avec dérogation.

9 Le Progrès, 15 mai 1968.

10 Boris Gobille, Mai 68, La Découverte, 2008, affirme avec raison, p. 50, qu’un « mai ouvrier a bien eu lieu ».

11 Voir illustration en annexe III.

12 Idem.

13 Cette énumération n’est pas exhaustive, car il y a aussi les entreprises Teppaz, Schindler, Gallet, Delle, la Société métallurgique d’Irigny…

14 Consulter pour mieux connaître les événements lyonnais de mai 1968, Bruno Benoit, « Louis Pradel en 1968 », p. 119-126, et Lilian Mathieu, « Les manifestations à Lyon », p. 47-52, dans Intelligence d’une ville. Mai-juin 68 à Lyon, Bibliothèque municipale de Lyon, 2008.

15 La libération d’Henri Perrier donne lieu à une manifestation à la Croix-Rousse le samedi 1er juin, rassemblant 2 000 personnes selon la Voix du Rhône du 3 juin 1968. On apprend que Mme Sarrola est devenue membre du PCF deux jours avant l’accident.

16 La Voix du Rhône du 30 mai 1968 parle de 80 000 manifestants.

17 En bref Lyon, le 30 mai 1968.

18 Dans le dossier des ADR 4296W 200, un tract ronéotypé des ouvriers de Gendron, certes non daté, mais classé dans la chemise à l’année 1968, est intéressant par le contenu des revendications. Voir annexe II.

19 Horizon lyonnais, 31 mai 1968.

20 La direction des archives de France ne m’a pas accordé la dérogation pour consulter aux archives départementales du Rhône le carton 4296X 183 relatif aux usines Berliet en 1968 au motif que la consultation de ce carton « pourrait porter gravement atteinte à la vie privée des personnes concernées ».

21 Voir illustration en annexe III.

22 Le Journal du Rhône, 28 mai 1968.

23 Un article du Journal du Rhône du 4 juin 1968 intitulé « Popol la Terreur » nous informe « (qu’) hier soir à 19 h, M. Paul Berliet avait convoqué les syndicats. Beaucoup croyaient que c’était pour répondre à la lettre qui lui avait été envoyée demandant l’ouverture de négociations. Il n’en était rien. C’était une fin de non-recevoir disant que serait appliqué l’accord national et demandant la reprise du travail pour le lendemain. Encore un qui n’a rien compris. Rien d’étonnant à cela d’autant que Berliet est sous la coupe de Citroën ».

24 La Voix du Rhône, 11 juin 1968.

25 Organisation des transports lyonnais.

26 En réalité, la réduction porte sur une demi-heure de travail en moins, mais payée qu’à 60 %.

27 Le Progrès, 20 juin 1968.

28 Ma source étant la presse, il est bon de rappeler que le déclenchement des grèves est presque concomitant à la période de non-parution de la presse entre le 21 mai et le 7 juin. Les données ici utilisées sont dans Le Progrès du 8 juin, date de reparution des journaux.

29 Le salaire horaire chez Berliet au 1er juin 1968 est de 4,66 francs.

30 La Voix du Lyonnais du 24 mai 1968 titre : « Autour des grévistes, partout la solidarité. L’Union des femmes françaises, le Secours populaire, les commerçants, les artisans, les intellectuels, les avocats, les architectes, tous prennent position. » Cette formulation semble concerner la commune de Vénissieux.

31 Idem.

32 Le Progrès, 15 juin 1968.

33 Association générale des étudiants lyonnais.

34 Dans cette approche, le cas de Villeurbanne pose problème, car Villeurbanne s’est aussi construite contre Lyon. De ce fait, l’amalgame Lyon-Villeurbanne dans l’ensemble ville-centre masque le fait que Villeurbanne appartient peut-être davantage à la banlieue qu’à la ville-centre.

35 L’Echo la Liberté, 20 juin 1968.

36 Orthographe respectée.

Table des illustrations

Légende VC : ville centre ; BE : banlieue est ; BO : banlieue ouest ; BN : banlieue nord ; BS : banlieue sud ; BNO : banlieue nord-ouest ; BNE : banlieue nord-est ; BSO : banlieue sud-ouest.* Rillieux a aussi annexé la commune de Crépieux-la-Pape.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Figure 1. – Les grilles de l’usine SNAV de Vénissieux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Figure 2. – L’usine Spécia à Saint-Fons.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 3. – L’anagramme de Berliet/Liberté.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106836/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540