Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Première partie. Le Mai des territoires. Départements ruraux et centres industriels

Temps et territoires de Mai dans la Drôme : jeux d’échelles

Gilles Vergnon

Texte intégral

  • 1 Données statistiques dans Philippe Bouchardeau, « La Drôme de 1968. Portrait démographique, économ (...)
  • 2 19 municipalités qui rassemblent 3,6 % des Drômois, Alain Chaffel, Les communistes de la Drôme de (...)

1La Drôme en 1968, c’est un département de 342 891 habitants, sans étudiants, comme l’Ardèche sa voisine, mais avec des lycéens en nombre et bien doté en industries : 5 600 entreprises industrielles avec 45 000 salariés, dont des fleurons comme Crouzet à Valence (près de 3 000 salariés), le CEA à Pierrelatte (près de 4 000 salariés) ou les chaussures Charles Jourdan à Romans. Les activités industrielles (41,7 % des actifs) et de services (38,5 %) occupent plus des deux/tiers des actifs1. L’essentiel des habitants (80 %) et des industries sont concentrés sur 30 % du territoire, la vallée du Rhône, l’agglomération romanaise, Montélimar et le Tricastin. À l’inverse, le département comprend de vastes zones montagneuses et rurales dont le Vercors et l’ensemble Diois-Baronnies, la « Pampa » pour les locaux, où 10 % de la population s’étale sur 40 % du territoire. La représentation politique est à gauche, une gauche modérée où la SFIO qui contrôle, avec Maurice Pic, le conseil général et des municipalités importantes (Bourg-lès-Valence, Die, Montélimar) prolonge le radicalisme d’avant 1940, nouant des alliances avec ses derniers représentants. Le parti communiste, puissant, est par contre dépourvu en élus locaux2.

  • 3 Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel, « Les rencontres improbables dans les années 68 », Vin (...)

2Cette communication s’attache à trois objets. D’abord la chronologie des événements, où l’on s’interrogera sur les articulations entre le tempo national et les rythmes locaux. Puis les différentes temporalités de la séquence mai-juin 68 dans le département : temps du monde rural, temps des entreprises en grève, temps des « métissages sociaux » et des « rencontres improbables » entre milieux sociaux différents3, temps des politiques, en particulier des élus locaux. Enfin, on envisagera les contrecoups politiques et syndicaux les années suivantes.

Chronologie : le national et le local

  • 4 Ainsi, le 1er mai, pas de défilé de rue, mais un meeting CGT-FEN dans les locaux de la Bourse du t (...)

3Le mouvement social dans la Drôme s’étale du 13 mai au 17 juin, date de la reprise des deux dernières entreprises en grève, la SVAT de Valence et l’Électromécanique d’Andancette, soit un calendrier homogène, pour le début de la séquence, aux départements dépourvus de centre universitaire et, pour la queue de comète, au plan national. Jusqu’au 13 mai, la presse locale rend largement compte des événements parisiens, accompagnés, particulièrement dans la presse hebdomadaire cantonale, de nombreux commentaires sur la crise de la jeunesse, elle-même révélatrice du « mal du siècle ». Mais il semble y avoir complète discordance entre la scène parisienne et universitaire, et l’échelon départemental où la vie politique et sociale n’est pas perturbée par les événements des premières4.

  • 5 Note manuscrite sur le 13 mai, fonds de l’UD CFDT, dossier « mai 68 », archives départementales de (...)
  • 6 Note manuscrite sur le 13 mai, ibidem.
  • 7 Circulaire du CDAL Drôme, 22 mars 1968, ADD 10 J 21, fonds de la Fédération des œuvres laïques (FO (...)
  • 8 Le Dauphiné libéré, 12 mai 1968.
  • 9 DGSN, rapports journaliers d’activité, 11 et 13 mai, ADD 626 W 49.

4La manifestation du 13 mai joue pleinement son rôle de catalyseur, souligné par les autorités. D’ampleur massive, 6 000 à 7 000 manifestants selon la CFDT, 3 500 selon la gendarmerie5, elle constitue en tout cas la plus importante manifestation de rue depuis la Libération. Toutes les sources signalent que les cortèges intègrent une forte présence de jeunes, la gendarmerie informant d’une « majorité importante de jeunes », les Renseignements généraux de « 3 000 personnes dont 2 500 lycéens », l’observateur de la CFDT, plus mesuré, décomptant « 30 % d’étudiants et 70 % d’adultes » mais insistant sur le débrayage dans les lycées privés et l’importance de la présence des jeunes, un élément dont « pour l’avenir », il faut tenir compte, ajoute-t-il6. Comme c’est le cas ailleurs, la journée du 13 mai intègre dans une dynamique nationale des intrigues locales qui la surdéterminent et contribuent à en accentuer l’ampleur. Ainsi elle est précédée par un rassemblement du CDAL (Comité départemental d’action laïque) le dimanche 12 mai, prévu depuis mars7, qui regroupe plusieurs centaines de personnes, en présence du dirigeant de la FEN Louis Astre « descendu » de Paris qui appelle à « participer massivement aux manifestations du lundi » auxquelles les communiqués syndicaux invitent le même jour8. Un rapport de police signale la distribution aux élèves, le 11 mai, par le président de l’Association des parents d’élèves (APE) du lycée Emile Loubet, d’un tract « SOS l’avenir des jeunes Français est en péril » et la présence dans le cortège du dimanche de « diverses pancartes intitulées Union enseignants-étudiants-ouvriers9 ».

  • 10 Télégramme des RG de Valence, 13 mai, 16 h 30, ADD 680 WP 66.
  • 11 DGSN, rapport journalier d’activité, 18 mai, ADD 626 W 49.
  • 12 Rapport du chef d’escadrons de gendarmerie, 19 juin, ADD 680 WP 66.
  • 13 Antoine Prost, « Les grèves de mai-juin 1968 », dans Autour du Front populaire. Aspects du mouveme (...)
  • 14 Protocole d’accord entre la société Crouzet et les syndicats CFDT-CGT et indépendant, ADD 42 J 153
  • 15 Christian Mortier, « Mai 68 chez Crouzet », Cahier de l’Institut Marius Moutet, op. cit, p. 115-11 (...)

5La grève semble en revanche plus diversement suivie, à la différence de ce que l’on constate dans d’autres départements : très massivement dans l’enseignement primaire (90 % de grévistes selon les Renseignements généraux) et les communaux (82 %), massivement à EDF-GDF (69,8 %) et dans le secondaire (65 %), moyennement à la SNCF (44 %) plus faiblement, voire très faiblement, dans le secteur privé (15,8 % dans la métallurgie, 18 % dans le textile, 1 % dans le bâtiment), le personnel hospitalier (10 grévistes sur 953 salariés) et l’important CEA de Pierrelatte (57 grévistes sur 3 643 salariés)10. Les premiers arrêts de travail interviennent vendredi 17 mai à la SNCF où la police signale dans la soirée l’installation d’un piquet devant la gare de Valence11. Les premiers communiqués des comités de grève des PTT et de la SNCF paraissent dans le Dauphiné libéré lundi 20 mai, avant l’interruption de sa parution jusqu’au samedi 8 juin. Le 20 mai, quatorze usines regroupant près de 6 000 salariés entrent dans la grève, celle-ci touchant à la fin du mois, selon la gendarmerie 60 % des ouvriers du département, dont l’ensemble de la branche chaussures, et tout le secteur public12. Selon les informations disponibles, le déclenchement s’opère majoritairement dans le cadre syndical, plus rarement selon le mode « spontané-syndical13 ». Dans la plus importante entreprise du département, Crouzet, la grève démarre le 21 mai après un appel commun CGT-CFDT mais, après un accord avec la direction et le syndicat « indépendant » majoritaire affilié à la CFT, l’entreprise est fermée du 21 au 24 mai, sauf pour quelques salariés chargés d’exécuter les commandes en cours, avec paiement des jours chômés et surveillance des locaux par les syndicats14. La grève reprend du lundi 27 au 4 juin, avec une clause d’exception pour exécution des commandes en cours15.

Les temps de Mai

Les temps de la grève dans le monde rural

  • 16 Message téléphoné du sous-préfet de Nyons, 25 mai, 16h30, ADD 680 WP 66.
  • 17 La Tribune de Montélimar, 17 mai.
  • 18 Journal de grève de l’UD-CFDT, ADD 42 J 153.
  • 19 Idem, mardi 28 mai.
  • 20 Le sous-préfet de Die au préfet de la Drôme, 4 juin 1968, ADD 680 WP 5.

6Il faut d’abord signaler le rôle essentiel du monde de l’école (syndicats enseignants, associations de parents d’élèves) dans le déclenchement de la grève dans les zones périphériques du département. Dans le canton de Séderon, limitrophe des Basses-Alpes, le sous-préfet signale que les « tracts invitant les travailleurs à une grève générale » sont distribués par un instituteur « accompagné de M. G… conducteur de travaux et trésorier de l’APE16 ». Dans le canton de Dieulefit, c’est une motion de l’APE du 13 mai dénonçant « la répression policière d’une sauvagerie inouïe et l’emploi d’armes prohibées par la Ligue des droits de l’homme » et demandant « la démission des responsables de cet inadmissible carnage » qui est la première trace écrite des événements17. À Die, selon le journal de grève de l’UD-CFDT, c’est une « manifestation d’étudiants » le 20 mai (en fait de lycéens) qui invite les salariés de l’hôpital, principal employeur de la ville, à la grève et provoque la création d’un « comité de grève », en fait un comité de mobilisation18. À Crest, le responsable local du SGEN rapporte que « des gars de diverses entreprises viennent le voir pour qu’on les fasse se mettre en grève, ils ne savent pas comment faire pour cela. Il serait bon qu’on tire un tract “aux travailleurs de Crest”19 ». La grève semble néanmoins bien suivie dans ces secteurs. Dans l’arrondissement de Die, où la grève du 13 mai avait été diversement suivie, le sous-préfet signale fin mai 745 grévistes pour 1 046 employés dans le secteur public (soit un taux de 71 %) et 620 grévistes sur 1 365 dans le secteur privé (45 %), en tenant compte de l’arrêt forcé d’entreprises faute de matières premières ou de commandes, comme à la cave coopérative de Die, où le patron accorde une semaine de repos à valoir sur les congés annuels20. Le comité de grève du Diois, qui se réunit quotidiennement rassemble 300 personnes le 27 mai et 400 à 500 le 31 mai.

  • 21 Le sous-préfet de Nyons au préfet de la Drôme, 20 mai 1968, ADD 680 WP 37.
  • 22 Le sous-préfet de Nyons au préfet de la Drôme, 1er juin 1968, ibidem.
  • 23 Le sous-préfet de Nyons au préfet, 1er juillet 1968, ibidem ; témoignage d’Elso Ferrero, colloque (...)

7Dans l’arrondissement de Nyons, en dehors du district urbain du Tricastin, le mouvement affecte principalement les agriculteurs qui pâtissent du manque d’essence et des difficultés d’approvisionnement. Le sous-préfet évoque le 20 mai des « sentiments favorables » au mouvement étudiant qu’il met en rapport avec « des erreurs monumentales commises par certains services de l’administration… ainsi que des enquêtes inopportunes de la partie du service des contributions indirectes auprès des viticulteurs qui auraient « largement facilité l’évolution d’une opinion fortement « travaillée » par des élus locaux en majeure partie dans le sillage de l’opposition »21. Le 1er juin par contre, il signale « un mécontentement certain vis-à-vis des grévistes, non pas sur le plan politique, mais sur le plan économique, les intéressés étant touchés dans l’exercice de leurs fonctions »22. On ne peut parler cependant de « grande peur » rurale devant les « partageux » des villes, même si on relève quelques indices de radicalisation contre Mai 68 : chefs d’entreprise qui « travailleraient le fusil de chasse à la bretelle » dans le canton viticole de Taulignan, « échos » de la remise en état d’armes de guerre et de dépôts de la Résistance par d’« anciens combattants bien décidés à ne pas se laisser faire », témoignage de ce syndicaliste du SNI pris à partie lors de s sa tournée des grévistes les 22-23 mai23. La dominante semble être cependant un attentisme, progressivement ponctué d’inquiétude.

Le temps des entreprises

  • 24 Le préfet de la Drôme aux ministres de l’Intérieur, des Affaires sociales et au Premier ministre, (...)
  • 25 Tracts CGT, ADD 42 J 153.
  • 26 Journal de grève de l’UD-CFDT, ADD 42 J 153.
  • 27 Le journal de grève du SGEN rapporte le même jour que la nuit précédente, il y eut « trois morts e (...)

8Le bilan préfectoral du 20 juin dénombre 14 usines regroupant 5 600 salariés arrêtées au 20 mai et « pour la plupart » occupées. À la fin de la semaine, samedi 25 mai, c’est « la presque totalité des entreprises occupant plus de trente personnes » soit la moitié de l’effectif salarié du département qui a cessé le travail24. Le préfet ajoute que les débrayages ont pris un caractère « souvent spontané entériné après coup par les syndicats » et qu’il est apparu « dans certaines usines une masse un peu anarchisante, mais disposée à suivre les consignes syndicales et difficile à manier… dont l’importance est inversement proportionnelle à l’âge du personnel et à son degré de qualification ». Il distingue trois moments de reprise du travail, Pentecôte (le 3 juin), les 10 et 17 juin, « l’intervention de l’administration devenant de plus en plus nette et déterminante la dernière semaine ». La CGT donne des chiffres supérieurs (45 000 grévistes au 25 mai, 30 000 début juin25) mais d’un ordre de grandeur proche. Les taux de grévistes vont décroissant selon un grossier « gradient de ruralité », comme on l’a vu dans l’arrondissement de Die. Mais l’analyse d’un mouvement social ne saurait se réduire à l’addition de chiffres. De ce point de vue, la consultation du journal de grève de l’UD-CFDT, un cahier manuscrit dont l’écriture fiévreuse, le plus souvent au crayon de bois, porte la trace de la tension de l’événement, indique que la conduite du mouvement n’a rien d’un fleuve tranquille et que les chiffres masquent les angoisses et les incertitudes des militants. Mercredi 23 mai, la « question du lundi », c’est-à-dire la reprise du travail dès le 28 mai, est évoquée par sept intervenants (dont le représentant des cheminots) sur 22 entreprises ou localités présentes. Les responsables indiquent que la solution est « politique », soit que le gouvernement « persuade le CNPF de discuter » soit qu’il « discute » lui-même26. Samedi 25, devant 34 entreprises représentées, s’exprime encore la peur de ne pouvoir continuer la semaine qui suit, redoublée par la peur d’une « situation anarchique dans les jours suivants », ce à quoi les responsables répondent : « Si les confédés [sic] tiennent leurs gars et ne souhaitent pas l’anarchie, peu de risques27. » Mercredi 29, le journal enregistre un « flottement », en particulier dans les petites entreprises sans implantation syndicale : « Jusqu’où peut-on aller ? On débouche sur le politique. » Quelqu’un rétorque : « Au politique de faire son boulot » et ajoute : « Avons-nous le droit de saborder ce mouvement ? » Lundi 2 juin, le journal note : « On sent qu’on va vers une reprise dans les secteurs où l’on a obtenu quelque chose » et s’interroge encore : « Comment est-on passé du professionnel au politique ? », sans d’ailleurs qu’une réponse soit apportée à cette question…

Le temps des « métissages » sociaux

  • 28 Idem.
  • 29 Tract du CDJA, sd, ADD 125 J 153.
  • 30 Le Crestois, 3544, 1er juin 1968.
  • 31 La Tribune de Montélimar, 31 mai.

9La principale rencontre improbable, peut-être la moins improbable, celle des agriculteurs syndicalistes et des salariés s’organise autour d’un axe CDJA/CFDT. Le CDJA rencontre la CFDT le 23 mai et propose à la fois de fournir une aide alimentaire aux familles des grévistes et, pour la semaine suivante, une vente directe aux consommateurs à organiser avec les comités de grève28. Un tract du CDJA informe quelques jours plus tard d’une « vente directe d’œufs, volailles et salaisons » organisée à Portes-les-Valence, Valence et Romans, après « prise de contact avec FO, CGT, CFDT et FEN29 ». À Crest, l’association des commerçants et artisans conseille à ses adhérents « qui ont l’intention d’apporter leur aide aux grévistes » de verser au bureau d’aide sociale et adopte une motion pour « une profonde refonte du système fiscal actuel dans le sens de la modération et de la simplification30 ». À Montélimar, les commerçants ferment boutique pendant deux heures vendredi 31 mai31. L’engagement des cadres dans la grève est souvent signalé, non sans difficultés, comme dans la chaussure à Romans où les cadres créent leur propre comité d’action.

  • 32 La Tribune de Montélimar, 8 juin 1968.
  • 33 Archives communales de Romans, fonds Charlotte Chaze.
  • 34 La Tribune de Montélimar, 31 mai 1968.
  • 35 Tract, ADD 42 J 153.
  • 36 L’Impartial, 1er juin 1968. Ce versement est annoncé à l’assistance, en ouverture de la soirée, pa (...)

10Dans les villes moyennes et les bourgades, on relève des phénomènes de mimétisme par rapport à la « commune étudiante » parisienne. À Montélimar, le chroniqueur local note sous le titre « Notre Odéon » que le théâtre municipal accueille chaque soir à 18 heures une assemblée composée « de moins de 20 ans et d’adultes de tous milieux » et parle d’un « certain snobisme qui poussait quelques-uns à faire comme à la Sorbonne ou comme à l’Odéon32 ». À Romans, plusieurs forums sont organisés à la MJC, comme celui qui réunit 250 personnes le 22 mai en présence d’orateurs CFDT, CGT, FCPE, SNES et d’un lycéen du CAL. Charlotte Chaze, directrice de la MJC, parle de la rencontre de « gens nouveaux, gens engagés, militants chevronnés, jeunes, gens qui ont tout découvert en trois jours33 » ; la crise sociale et politique provoque aussi des phénomènes de rattrapage ou d’instrumentation du mouvement, comme cette démarche de l’ANFANOMA, principale association de rapatriés d’Afrique du Nord, qui, reçue le 28 mai par le préfet, lui signale « l’intention des rapatriés de suivre l’exemple des étudiants et des travailleurs si leurs justes revendications n’étaient pas satisfaites34 ». À une échelle beaucoup plus réduite, mais significative, on relève l’engagement dans la grève, par anti-gaullisme, d’un activiste de l’Algérie française signataire, au lycée E. Loubet de Valence, d’un communiqué de l’assemblée générale des grévistes35. Enfin, dans un autre registre, mais qui relève aussi de ces « décloisonnements » de l’espace social qu’explore l’historiographie récente, on relève des infléchissements du cadre de cérémonies au cadre particulièrement codifié, comme ce « brillant concert » classique du 29 mai à Romans où, « pour marquer le caractère exceptionnel de cette soirée », une partie de la recette est versée au bureau d’aide sociale36

Le temps des politiques

  • 37 Tract ADD 125 J 68.
  • 38 Tract FGDS, fonds Charlotte Chaze, AC Romans. Le premier forum, le 11 juin, invite à suivre, de 20 (...)

11Il faut nettement différencier les formations partisanes et les assemblées d’élus, conseil général et municipalités, dont l’activité et les prises de position, longtemps sous-estimées, rappellent l’importance et le caractère de pilier institutionnel de la France républicaine. Du côté des premières, on observe à gauche, sans surprise, l’activisme du PCF et, à son échelle, du PSU qui contraste avec l’évanescence de la SFIO/FGDS qui signe cependant le 22 mai un communiqué commun avec le PCF et le PSU « pour un gouvernement populaire d’union démocratique37 ». Mais on doit signaler le très net contraste entre la physionomie de la campagne législative des candidats SFIO, Maurice Pic et Gérard Gaud, qui mobilisent des ressources politiques de type notabiliaire et celle du conventionnel Georges Fillioud, un proche de François Mitterrand élu à Romans en 1967, qui tente de s’inscrire dans le répertoire de Mai. Un tract de la FGDS Romans appelle ainsi à un « forum politique permanent » à partir du 11 juin à l’hôtel Touvard : « Chaque soir en toute liberté venez exprimer vos désirs et volontés. Vous pouvez tout. Il suffit de le vouloir et de participer38. » Le 21 juin, à la veille du premier tour, se tiennent des « États généraux de Romans » où sont présentés des « cahiers de doléances de 97 communes du nord de la Drôme analysés par des équipes de sociologues des universités de Lyon et de Grenoble ».

  • 39 Rapport du chef d’escadrons, 19 juin 1968, ADD 680 WP 66.
  • 40 Tract, fonds CFDT. Le tract est signé « Les comités de la Drôme pour la défense de la République » (...)

12À droite, les comités de défense de la République (CDR) manifestent le 31 mai à Montélimar et le samedi 1er juin à Valence, rassemblant 750 personnes à Montélimar et 6 000 à Valence selon le préfet, 3 000 « vivement applaudies par une nombreuse assistance » selon la gendarmerie39. Nous n’avons aucune image de ces démonstrations, et peu de traces de manière générale, sauf le tract d’appel manuscrit et dupliqué, témoignage d’un faible degré d’organisation, qui invite « patriotes, anciens combattants » à une manifestation « digne et silencieuse » terminée par un dépôt de gerbe au monument aux morts40.

  • 41 ADD, 626 W 45, interventions parlementaires.

13Aucune intervention parlementaire n’est à signaler, alors que deux députés sur trois sont de la FGDS, sauf une question de Georges Fillioud le 28 mai à propos de l’interdiction faite aux radios d’utiliser les fréquences courtes dans la nuit du 23 mai et de Maurice Pic les 14 et 21 mai sur les pensions d’invalidité des veufs et l’amélioration du fonctionnement des préfectures41.

  • 42 Compte rendu des sessions du conseil général, ADD.
  • 43 Ibidem. La somme équivaut à « 25 millions d’anciens francs », comme le note un tract CFDT, soit pl (...)

14Le conseil général se réunit en session extraordinaire le 28 mai, au plus fort de la grève, et adopte à l’unanimité des présents (dont les élus UDR et MRP) un vœu rappelant son « attachement indéfectible à la démocratie fondée sur la participation de tous sans exclusive aux responsabilités », sa condamnation des « réformes centralisatrices imposées par le pouvoir sans consultation des élus locaux » et sa volonté d’un « règlement rapide de la crise actuelle par la satisfaction des revendications légitimes des travailleurs en grève, des enseignants et des étudiants42 ». Il conclut en constatant que « cet état de grève met l’agriculture en face de graves difficultés pour l’écoulement de ses produits périssables qui sont pour beaucoup le revenu de toute une année » et demande en conséquence que « la grève actuelle soit comprise parmi les calamités agricoles à retenir au titre des calamités non assurables » et vote un crédit de 250 000 francs en aide « à tous ceux qui sont atteints dans leur existence matérielle quotidienne par les événements en cours43 ». Des motions de même type votées par les municipalités socialistes (Montélimar, Die, Saint-Vallier) ou gérées par des alliances de type « troisième force » (Valence, Crest).

  • 44 Archives municipales de Valence.
  • 45 Journal du Diois, 1er juin 1968.
  • 46 Archives municipales de Bourg-lès-Valence. Le conseil est convoqué le 27 mai, soit la veille de la (...)
  • 47 La Tribune de Montélimar, 31 mai 1968.
  • 48 « Mai 68 à Montélimar », La Tribune, 22 mai 2008.
  • 49 Bulletin de la CGT, 4, juin 1968, ADD 42 J 153.
  • 50 Tract du comité de liaison, s. d., ibidem.
  • 51 Le Crestois, 8 juin 1968.
  • 52 La Tribune, 7 juin 1968.
  • 53 AC Romans, archives municipales de Bourg-de-Péage.

15À Valence, le 31 mai, le conseil convoqué le 28 mai en urgence et présidé par le radical Jean Perdrix vote à l’unanimité une motion rappelant dans les mêmes termes son « attachement indéfectible à la démocratie », sa protestation contre « la grave limitation des moyens financiers des communes », la volonté d’un « règlement rapide de la crise actuelle et d’un retour de la paix sociale » par « des accords quant aux revendications des travailleurs, des enseignants et des étudiants » et vote un crédit de 90 000 francs « qui sera réparti entre le bureau d’aide sociale pour 2/3 et le comité intersyndical de solidarité de Valence pour 1/344 ». À Die, le même jour, le conseil municipal présidé par le sénateur-maire SFIO Maurice Vérillon vote une aide de 4 000 francs à répartir par le bureau d’aide sociale (BAS) de la ville « afin de subvenir à des besoins urgents provenant de la grève45 ». La séance est placée « sous le signe de la solidarité avec les travailleurs tant manuels qu’intellectuels dans la défense de la liberté et de leurs droits ». À Bourg-lès-Valence, dont le maire, le socialiste Gérard Gaud, est aussi un fidèle de Maurice Pic, le conseil réuni le 1er juin adopte la même motion, accompagnée de l’alinéa sur l’agriculture, et un crédit de 12 000 francs à répartir pour deux-tiers par le BAS et pour un tiers par le même bureau élargi aux organisations syndicales et aux assistances sociales des entreprises en grève46. Les secours sont attribués sous forme de bons d’achat de denrées alimentaires « à l’exclusion d’alcool et de produits de luxe ». À Montélimar, la municipalité crée elle-même un « comité de solidarité et d’entraide » présidé par le député-maire Maurice Pic, incluant des délégués des organisations syndicales, mais aussi de la Chambre de commerce, des commerçants de la ville, des principales confessions religieuses, de la SNCF, de la Caisse d’Epargne et des assistantes sociales47. Celui-ci, un « vrai comité de crise », lance une souscription pour venir en aide aux grévistes et aux familles en difficulté48. Les municipalités SFIO de Saint-Vallier et Saint-Rambert votent une aide de 30 F par gréviste, plus 10 par enfant à charge49. Le « comité de liaison et de soutien des grévistes de Saint-Vallier et de la région » créé le 22 mai siège d’ailleurs en mairie où il imprime un « bulletin d’information journalier » déposé dans les boulangeries et tabacs-presse50. À Crest, administrée par le radical Charles Armorin, le scénario est un peu différent. C’est le Comité intersyndical de solidarité (FEN, SNI, CGT, CFDT) qui demande une aide aux grévistes, à laquelle le conseil répond positivement le 31 mai, par une subvention de 5 000 francs à répartir par le BAS « en relation avec le comité intersyndical de solidarité51 ». À Saint-Paul-Trois-Châteaux, le maire Marcel Gony, ex-MRP, fait placarder le 31 mai un « appel à la population » qui affirme son soutien à « toutes les revendications légitimes des travailleurs, des enseignants, des étudiants et des agriculteurs » mais avertit que la « prolongation illimitée de la grève est préjudiciable à la nation tout entière », et appelle à « reprendre rapidement le travail sans pour autant abandonner les négociations en cours » et à « attendre avec confiance les prochaines élections législatives52 ». Enfin, dans les deux principales communes dirigées par la droite, Romans et Bourg-de-Péage, le conseil municipal ne se réunit pas pendant les « événements » : pas de session à Romans entre le 9 mars et le 9 août, alors que le député-maire, l’apparenté gaulliste Pierre Didier avait voté la motion du conseil général, de même à Bourg-de-Péage, dirigée depuis 1953 par l’apparenté CNI, Henri Durand, entre le 29 avril et le 28 août53.

Contrecoups

  • 54 Dominique Andolfatto, « Les Drômois et les élections de 1968 », Cahier de l’Institut Marius Moutet(...)

16Sur le terrain politique, le scrutin de juin 1968 est conforme aux tendances nationales, avec l’élection de deux députés UDR sur trois, au lieu de deux FGDS sur trois en 1967, Georges Fillioud étant nettement battu à Romans et Maurice Pic sauvant de justesse son siège à Montélimar, malgré la puissance de son implantation54. Pour autant, mis en perspective, le scrutin indique des éléments de recomposition qui se révèlent en pleine lumière les années suivantes.

  • 55 Roger Ribadeau-Dumas, élu député UNR en 1962, réélu jusqu’en 1973, conquiert en 1971 la mairie de (...)
  • 56 Voir notre contribution « De la SFIO au nouveau parti socialiste : quelques cas “Rhônalpins” (Drôm (...)
  • 57 2 172 adhérents en 1967, 2 180 en 1968, 2 072 en 1971, 2 146 en 1972, A. Chaffel, Les communistes (...)
  • 58 À l’exception de quelques militants de la FER et de l’OCI originaires de la Drôme, étudiants à Gre (...)

17Au centre et à droite, les résultats révèlent le déclin des candidatures de troisième force, issues du MRP ou du radicalisme, au profit d’un gaullisme en pleine progression depuis 196255. À gauche, on observe la concurrence du PC par les éléments les plus dynamiques de la FGDS, mais aussi le déclin d’une « culture politique locale » marquée par le poids du système Pic, secoué dès avant 1968 par l’implantation réussie de Georges Fillioud et la création, à Romans (février 1968) puis à Valence (1969), de groupes d’action municipale (GAM) inspirés du modèle grenoblois56. Du côté des formations politiques, l’activisme du PSU et du PCF dans les événements n’a pas de contrepartie électorale ni même en adhésions. Le PCF, qui stagne de 1967 à 1972, à contretemps de la tendance nationale57. doit attendre les années du programme commun pour connaître un bref été de la Saint-Martin, de 1973 à 1978. L’élection municipale de 1971 marque, dès avant Epinay, l’affirmation d’un socialisme renouvelé, qui attire dans son orbite un PSU incapable de capitalisation électorale, alors même qu’un de ses dirigeants nationaux Gilles Martinet tente de s’implanter depuis 1967 L’extrême gauche, absente en 196858, sauf sous la forme de la tendance École émancipée de la FEN, ne s’implante pas en profondeur dans les années suivantes, sinon par le biais d’étudiants grenoblois originaires de la Drôme. Jusqu’à Olivier Besancenot, la LCR n’y a pas d’implantation pérenne, pas plus que les maoïstes des années 1970.

  • 59 Le secrétaire du SNI depuis 1964, Elso Ferrero, est communiste. Mais la section bascule dès 1961 q (...)
  • 60 Le Crestois, 22 juin 1968.
  • 61 L’état des timbres commandés au 31 juillet est de 53 093 en 1968, 61 517 en 1969, 67 900 en 1970 ; (...)

18Sur le plan syndical, pas de contrecoup majeur. La tendance « unitaire » dirige les sections départementales du SNI et de la FEN depuis respectivement 1964 et 1967, des militants du PSU ayant joué, parfois à leur corps défendant, un rôle important dans ce basculement59. Mais, si la CGT reste la première force syndicale dans le département, la CFDT enregistre une très forte progression, déjà amorcée les années précédentes. Le rapport présenté au conseil de l’UD du 14 juin 1969 signale une progression de 73 % au 31 mai 1969 par rapport à l’année précédente. Il est vrai que le chiffre porte sur les timbres commandés (50 741 contre 29 155 au 31 mai 1968), la progression étant plus faible sur les timbres payés (26 177 contre 15 144 au 31 mai 1968). La progression, qui s’incarne aussi par la création de nouvelles sections syndicales et d’une Union locale à Crest dès juin 196860, continue sur un mode ralenti les années suivantes61.

  • 62 Police urbaine de Valence, rapports annuels de sécurité publique 1966-1971, ADD 679 WP 119. Le mai (...)
  • 63 Le rapport de gendarmerie relève qu’« à aucun moment, au cours de ces réunions, manifestations ou (...)
  • 64 Le préfet au ministre de l’Intérieur, 20 juin 1968, ADD 680 WP 4.
  • 65 Le préfet au ministre de l’Intérieur, 28 novembre 1968, ibidem. Le commissariat de Valence doit po (...)
  • 66 Le sous-préfet de Nyons au préfet, 29 juillet 1968, ADD 680 WP 37.
  • 67 Echange de correspondance, juillet 1968, ADD 680 WP 8.

19Pour ce qui est de l’État et de sa conduite, les mois et les années consécutifs à mai-juin 1968 voient monter la préoccupation du maintien de l’ordre qui s’inscrit dans une lente poussée de la conflictualité. Le rapport annuel de sécurité publique de la police urbaine de Valence recense treize opérations de maintien de l’ordre en 1966 (dont trois seulement nécessitent des renforts extérieurs au service) 17 en 1967 (dont huit nécessitent des renforts), 18 seulement en 1968 (dont six avec renforts), 17 en 1969 (dont dix nécessitent des renforts importants : cinq escadrons de gendarmerie et 22 sections de CRS), mais 27 en 1970 (dont 13 avec recours extérieurs) et 35 en 1971 (dont 16 avec recours extérieurs)62. Si la Drôme ne connaît pas d’incidents en 196863, le préfet constate néanmoins une « nette insuffisance des forces de l’ordre » qui eût rendu difficile « une intervention efficace si les abords de la préfecture s’étaient trouvés menacés64 ». Il en conclut en novembre qu’il faut maintenir « une petite force de police disponible en permanence pour intervenir en cas de troubles ou de manifestations imprévues », soit une centaine de policiers et gendarmes sur le terrain dans des délais de quinze minutes minimum et deux heures maximum65. Dès le mois de juillet, le maire de Donzère avait proposé au sous-préfet de mettre « trente appartements HLM vacants » à la disposition de la gendarmerie « pour assurer la protection du CEA en cas de troubles », l’élu, apparemment féru de maintien de l’ordre, ajoutant que l’implantation de ces forces à Donzère est préférable à celle initialement prévue à Bourg-Saint-Andéol, sur l’autre rive du Rhône où « en cas de troubles… l’escadron pourrait être immobilisé… par l’occupation et peut-être même la destruction des ponts enjambant le Rhône66 ». L’obsession du gauchiste envahit aussi l’Éducation nationale, comme en témoignent les mésaventures de ces étudiants de l’Institut de géographie de Paris, recommandés par Jean Dresch au proviseur du lycée de Die pour leur hébergement et qui essuient un refus, après intervention de l’Inspecteur d’académie et enquête de gendarmerie67.

*

  • 68 Le sous-préfet de Nyons au préfet, 20 juin 1968, ADD 680 WP 37 ; dossier « cérémonies du Vercors 1 (...)
  • 69 Georges Dragon, « Grève à la chocolaterie de Donzère », Cahier de l’Institut Marius Moutet, op. ci (...)
  • 70 Témoignage de C. V. (16 ans en 1968), Le Dauphiné libéré, 1er juin 2008.

20L’étude des « temps de Mai » dans la Drôme révèle une chronologie grossièrement homogène à la chronologie nationale et l’existence dans la plupart des villes et bourgades de ces « rencontres improbables », même si c’est de façon plus limitée que dans d’autres départements, du fait de l’absence d’acteurs importants décidés à s’y engager. Surtout, le temps de Mai est un moment déterminant dans la diffusion dans tous les espaces du département d’une culture agonistique sur une grande échelle, comme en témoignent aussi bien le ton de la campagne de Georges Fillioud, qui introduit une bipolarisation tranchée sur un registre nouveau que la perturbation de commémorations qui, jusque-là, « allaient de soi », comme les cérémonies du 18 juin, boycottées en 1968 par la municipalité socialiste de Nyons ou la commémoration annuelle du Vercors68. Le temps de Mai marque aussi l’entrée en mouvement de secteurs jusque-là dépourvus de tradition et de culture revendicatives et qui, du coup, de manière décalée, projettent en 1968 des pratiques liées à des périodes antérieures, 1936 ou la Libération. En témoigne cette grève de la chocolaterie de Donzère, unique dans l’histoire de l’entreprise, où quelques dizaines d’employées manifestent aux cris de « Pompidou, des sous » et brandissent un drapeau tricolore69. En témoignent aussi ces manifestations de « rébellion » à l’école de filles de l’Immaculée conception de Crest où un « groupe d’irréductibles » chante « afin de provoquer l’équipe enseignante » à tue-tête La Marseillaise et le Chant des Partisans70. C’est aussi en cela que Mai 68 fait la chaîne avec ce qui précède…

Notes

1 Données statistiques dans Philippe Bouchardeau, « La Drôme de 1968. Portrait démographique, économique et social », Mai 68 en Drôme, de la mémoire à l’histoire, Cahier de l’Institut Marius Moutet, 3, 1999, p. 5-34. Cette revue d’histoire locale avait organisé en avril 1998 un colloque sur « les événements » qui rassemble de précieuses contributions et témoignages.

2 19 municipalités qui rassemblent 3,6 % des Drômois, Alain Chaffel, Les communistes de la Drôme de la Libération au printemps 1981. De l’euphorie à la désillusion, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 189.

3 Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel, « Les rencontres improbables dans les années 68 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 101, janvier-mars 2009, p. 163-178.

4 Ainsi, le 1er mai, pas de défilé de rue, mais un meeting CGT-FEN dans les locaux de la Bourse du travail à Valence, suivi d’un « apéritif d’honneur » et le traditionnel concours de boule organisé par Force ouvrière à Bourg-les-Valence, Le Dauphiné libéré, 2 mai 1968.

5 Note manuscrite sur le 13 mai, fonds de l’UD CFDT, dossier « mai 68 », archives départementales de la Drôme (ADD) 42 J 153 ; rapport du chef d’escadrons de gendarmerie au préfet de la Drôme, 19 juin 1968, ADD 680 WP 66.

6 Note manuscrite sur le 13 mai, ibidem.

7 Circulaire du CDAL Drôme, 22 mars 1968, ADD 10 J 21, fonds de la Fédération des œuvres laïques (FOL). Le texte informe que la salle des fêtes de Valence a été retenue pour le dimanche 12 mai.

8 Le Dauphiné libéré, 12 mai 1968.

9 DGSN, rapports journaliers d’activité, 11 et 13 mai, ADD 626 W 49.

10 Télégramme des RG de Valence, 13 mai, 16 h 30, ADD 680 WP 66.

11 DGSN, rapport journalier d’activité, 18 mai, ADD 626 W 49.

12 Rapport du chef d’escadrons de gendarmerie, 19 juin, ADD 680 WP 66.

13 Antoine Prost, « Les grèves de mai-juin 1968 », dans Autour du Front populaire. Aspects du mouvement social au XXe siècle, Paris, Seuil, 2006, p. 238-239.

14 Protocole d’accord entre la société Crouzet et les syndicats CFDT-CGT et indépendant, ADD 42 J 153.

15 Christian Mortier, « Mai 68 chez Crouzet », Cahier de l’Institut Marius Moutet, op. cit, p. 115-118.

16 Message téléphoné du sous-préfet de Nyons, 25 mai, 16h30, ADD 680 WP 66.

17 La Tribune de Montélimar, 17 mai.

18 Journal de grève de l’UD-CFDT, ADD 42 J 153.

19 Idem, mardi 28 mai.

20 Le sous-préfet de Die au préfet de la Drôme, 4 juin 1968, ADD 680 WP 5.

21 Le sous-préfet de Nyons au préfet de la Drôme, 20 mai 1968, ADD 680 WP 37.

22 Le sous-préfet de Nyons au préfet de la Drôme, 1er juin 1968, ibidem.

23 Le sous-préfet de Nyons au préfet, 1er juillet 1968, ibidem ; témoignage d’Elso Ferrero, colloque « Mai 68 en Drôme », 25 avril 1998.

24 Le préfet de la Drôme aux ministres de l’Intérieur, des Affaires sociales et au Premier ministre, 20 juin 1968, ADD 680 WP 4.

25 Tracts CGT, ADD 42 J 153.

26 Journal de grève de l’UD-CFDT, ADD 42 J 153.

27 Le journal de grève du SGEN rapporte le même jour que la nuit précédente, il y eut « trois morts et 50 blessés » [sic] à Lyon.

28 Idem.

29 Tract du CDJA, sd, ADD 125 J 153.

30 Le Crestois, 3544, 1er juin 1968.

31 La Tribune de Montélimar, 31 mai.

32 La Tribune de Montélimar, 8 juin 1968.

33 Archives communales de Romans, fonds Charlotte Chaze.

34 La Tribune de Montélimar, 31 mai 1968.

35 Tract, ADD 42 J 153.

36 L’Impartial, 1er juin 1968. Ce versement est annoncé à l’assistance, en ouverture de la soirée, par le trésorier de la Société des concerts de Romans.

37 Tract ADD 125 J 68.

38 Tract FGDS, fonds Charlotte Chaze, AC Romans. Le premier forum, le 11 juin, invite à suivre, de 20 h 30 à 21 h, la campagne électorale à la télévision, puis à participer jusqu’à minuit à un « débat libre ».

39 Rapport du chef d’escadrons, 19 juin 1968, ADD 680 WP 66.

40 Tract, fonds CFDT. Le tract est signé « Les comités de la Drôme pour la défense de la République », l’UD-Ve n’apparaissant pas publiquement, alors q u’elle avait diffusé un tract les jours précédents.

41 ADD, 626 W 45, interventions parlementaires.

42 Compte rendu des sessions du conseil général, ADD.

43 Ibidem. La somme équivaut à « 25 millions d’anciens francs », comme le note un tract CFDT, soit plus de 90 000 euros actuels.

44 Archives municipales de Valence.

45 Journal du Diois, 1er juin 1968.

46 Archives municipales de Bourg-lès-Valence. Le conseil est convoqué le 27 mai, soit la veille de la séance du conseil général.

47 La Tribune de Montélimar, 31 mai 1968.

48 « Mai 68 à Montélimar », La Tribune, 22 mai 2008.

49 Bulletin de la CGT, 4, juin 1968, ADD 42 J 153.

50 Tract du comité de liaison, s. d., ibidem.

51 Le Crestois, 8 juin 1968.

52 La Tribune, 7 juin 1968.

53 AC Romans, archives municipales de Bourg-de-Péage.

54 Dominique Andolfatto, « Les Drômois et les élections de 1968 », Cahier de l’Institut Marius Moutet, p. 41-46.

55 Roger Ribadeau-Dumas, élu député UNR en 1962, réélu jusqu’en 1973, conquiert en 1971 la mairie de Valence sur le radical Jean Perdrix. Gérard Sibeud, conseiller général, est député de 1968 à 1973.

56 Voir notre contribution « De la SFIO au nouveau parti socialiste : quelques cas “Rhônalpins” (Drôme, Loire, Rhône) », dans Christian Bougeard (dir.), Un siècle de socialisme en Bretagne de la SFIO au PS (1905-2005), Rennes, PUR, 2008, p. 167-177.

57 2 172 adhérents en 1967, 2 180 en 1968, 2 072 en 1971, 2 146 en 1972, A. Chaffel, Les communistes de la Drôme…, op. cit, p. 310.

58 À l’exception de quelques militants de la FER et de l’OCI originaires de la Drôme, étudiants à Grenoble.

59 Le secrétaire du SNI depuis 1964, Elso Ferrero, est communiste. Mais la section bascule dès 1961 quand Charles Lanthaume, ex-SFIO et militant du PSU, en devient le secrétaire à la tête d’une liste d’union associant « unitaires » et « cégétistes ». Dans la FEN, Robert Allemand, responsable départemental de 1958 à 1967, lui aussi de l’UGS puis du PSU, cède la place aux unitaires.

60 Le Crestois, 22 juin 1968.

61 L’état des timbres commandés au 31 juillet est de 53 093 en 1968, 61 517 en 1969, 67 900 en 1970 ; celui des timbres payés de 25 741 en 1968, 37 384 en 1969, 33 615 en 1970 (conseil de l’UD, 26 septembre 1970), ADD 42 J 73.

62 Police urbaine de Valence, rapports annuels de sécurité publique 1966-1971, ADD 679 WP 119. Le maintien de l’ordre semble uniquement le fait de la police de Valence, chef-lieu du département, la police urbaine de Montélimar ne mentionnant aucune activité de ce type de 1966 à 1971.

63 Le rapport de gendarmerie relève qu’« à aucun moment, au cours de ces réunions, manifestations ou défilés, l’ordre n’a été troublé » et que « les trois PRGM, placés chaque fois en réserve à Valence… n’ont pas eu à intervenir », ADD WP 66.

64 Le préfet au ministre de l’Intérieur, 20 juin 1968, ADD 680 WP 4.

65 Le préfet au ministre de l’Intérieur, 28 novembre 1968, ibidem. Le commissariat de Valence doit pouvoir mobiliser de jour une section d’intervention de trente gardiens en quinze minutes et de 60 gardiens en une heure et de nuit une section de quinze gardiens « dans un délai de trente à soixante minutes » ; quant à la gendarmerie, elle doit mettre sur pied un peloton de 30 gendarmes dans un délai de deux heures trente de jour comme de nuit.

66 Le sous-préfet de Nyons au préfet, 29 juillet 1968, ADD 680 WP 37.

67 Echange de correspondance, juillet 1968, ADD 680 WP 8.

68 Le sous-préfet de Nyons au préfet, 20 juin 1968, ADD 680 WP 37 ; dossier « cérémonies du Vercors 1968-1969 » ADD 867 WP 3.

69 Georges Dragon, « Grève à la chocolaterie de Donzère », Cahier de l’Institut Marius Moutet, op. cit., p. 123-124.

70 Témoignage de C. V. (16 ans en 1968), Le Dauphiné libéré, 1er juin 2008.

Auteur

Maître de conférences habilité en histoire contemporaine à Sciences-Po Lyon – GREPH (Groupe de recherches en épistémologie politique et historique).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540