Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Première partie. Le Mai des territoires. Départements ruraux et centres industriels

Mai sans étudiants : singularité et exemplarité du Vivarais

Michel Boyer

Texte intégral

1Territoire sans université et sans grande ville, à l’image rurale et passéiste malgré une solide tradition industrielle et la présence de nombreuses entreprises, le département de l’Ardèche est traversé comme la France entière par la vague de Mai 68. S’il reste donc à l’écart du mouvement étudiant (même si les lycéens s’agitent par solidarité), ce département est directement concerné par la révolte ouvrière à partir du 13 mai. Or ces grèves n’éclatent pas dans un ciel serein. Il va donc s’agir, dans cette étude nécessairement limitée, de présenter les racines de la contestation, de voir comment et avec quelles particularités se manifeste la révolte ouvrière, avant d’esquisser un bilan provisoire de ce Mai ardéchois.

2Cinq sortes de sources sont utilisables à cette fin, la presse, les témoignages des acteurs, les archives et les travaux déjà effectués sur le sujet.

  • 1 Je remercie Serge Der Loughian de les avoir mis à ma disposition dans les locaux de l’Institut d’h (...)

3Les journaux régionaux, Le Dauphiné libéré, Le Progrès, La Tribune de l’Ardèche, se trouvent en grève, depuis le 20 mai jusqu’au 7 juin. Aucun reportage n’a donc été fait sur le terrain, les informations que les correspondants locaux auraient pu transmettre ne sont pas publiées et, lors de la reprise, les articles rétrospectifs édités dans les pages régionales et locales sont vagues et marqués par le contexte du recul de l’action sociale et par l’actualité politique de juin : on ne revient pas sur les éventuels incidents du mois écoulé. La presse locale ne fonctionne ici pas différemment de la presse nationale. Par contre, les périodes anniversaires de Mai, notamment mai 2008, sont l’occasion de publier des témoignages et des souvenirs d’acteurs, qu’il faut s’efforcer, avec les précautions d’usage, de replacer dans le contexte du temps. Cette source vivante complète les archives d’organisations syndicales comme l’UD-CGT, précieuses mais univoques. L’UD-CGT de l’Ardèche a en effet conservé le compte rendu de son comité général d’octobre 1968 ainsi que les archives du comité intersyndical de Tournon1. Enfin, le syndicat des instituteurs (SNI) de l’Ardèche publie un bulletin, L’Émancipation, dont les numéros de juin et octobre 1968 fournissent de nombreuses indications sur le mouvement.

  • 2 Courrier envoyé à l’auteur par la direction des archives de France, 26 août 2009.
  • 3 Les notes 94 (8 avril) et 176-179 (17 au 19 juin).
  • 4 1476 W 4, Archives départementales de l’Ardèche (ADA).

4En ce qui concerne les archives départementales, la politique de dérogation aux règles de communicabilité apparaît curieuse : lorsque la préfecture refuse la communication des versements du cabinet du préfet contenant notamment les notes d’information et les notes de synthèse des Renseignements généraux, au motif que « ces dossiers contiennent des informations sur la vie politique et sociale du département et que celles-ci sont trop récentes pour être communiquées par dérogation2 », le service des Renseignements généraux accepte quant à lui la communication des archives de police. Mais le dépouillement de ces notes s’est avéré moins intéressant que le secret de cette source le laissait imaginer… Pour des raisons de protection de la vie privée, certains documents ont été exclus et n’ont pas été communiqués, mais ils sont très peu nombreux3 ; 396 notes ont été rédigées au cours de l’année 1968 et près de 390 consultées. Des silences étonnent : rien sur le 30 mai, rien sur la paralysie des transports, peu de chose sur la situation dans les lycées ; par contre ces notes suivent minutieusement les élections professionnelles dans les établissements industriels et commerciaux, les élections partielles, la fête annuelle du PCF… Des réponses à des demandes d’enquête de Paris révèlent un décalage caractéristique entre le Vivarais et les préoccupations parisiennes. Ainsi, le 19 juillet, signale-t-on au service régional des RG pour la 8e Région (Lyon) qu’« aucune implantation ni activité des mouvements trotskystes et pro-chinois au sein des principales entreprises de l’Ardèche n’ont été décelées4 »…

  • 5 « Mai et juin 1968 en Ardèche, une histoire à découvrir », non éditée, mais consultable sur le sit (...)

5Aucune des deux revues historiques ardéchoises, les Cahiers de Mémoire d’Ardèche et Temps présent et la Revue du Vivarais, ne s’est encore vraiment intéressée à Mai 68. Mémoire d’Ardèche et Temps présent, plus tournée vers l’actualité et l’histoire récente, a publié un certain nombre de cahiers spéciaux sur l’histoire politique et sociale des deux derniers siècles. À ce jour, une seule étude5 a été réalisée sur Mai 68 en Ardèche, par Pierre Bonnaud, qui a méthodiquement dépouillé les sources disponibles, et dont il s’est avéré, en définitive, difficile de dépasser le niveau d’information, tant que les archives de la série W ne seront pas entièrement consultables.

Singularité du Vivarais ?

6L’Ardèche apparaît comme un département particulièrement laissé à l’écart dans la région Rhône-Alpes récemment créée. Dans un contexte de mutations agricoles douloureuses, la pénibilité des conditions de travail et le retard salarial aggravent les effets que les faiblesses structurelles dans l’éducation et les transports font porter sur les conditions de vie, et expliquent en grande partie que le département se soit coulé dans les expressions dominantes du mécontentement social, que la multiplication des conflits dans les entreprises depuis 1965 annonçait.

7Le contexte démographique est le même que dans le reste du pays. Avec une population de 249 079 habitants recensés en 1968, l’Ardèche amorce une reprise démographique après un siècle de déclin. Les effectifs du secondaire sont sous la pression des classes d’âge du bébé boum ainsi que des nouveaux besoins en formation. Or, du fait de l’importance des établissements confessionnels, qui scolarisent 40 % des élèves, le département compte peu d’établissements scolaires publics dans le second cycle long : à côté des deux écoles normales de formation des instituteurs (l’une pour les garçons, l’autre pour les filles), à Privas, quatre lycées publics sont situés à Privas, Tournon, Aubenas et Annonay (celui-ci vient d’ouvrir au début des années soixante et ne compte pas encore de section de « maths élém » [future section C]) ; aucun d’eux n’a de classe préparatoire. Comme ailleurs, les classes sont surchargées (40 à 45 élèves), la mixité exclue, les règlements tatillons, d’autant plus que les lycées publics sont en concurrence aiguë avec l’enseignement diocésain privé. L’encadrement des collèges publics est assuré par d’anciens instituteurs et, dans l’enseignement technique court, les CET qui ont succédé aux anciens centres d’apprentissage n’assurent qu’une formation limitée. La réforme Fouchet, qui entend renforcer la sélection, soulève de vives oppositions. La minorité de lycéens qui entre dans l’enseignement supérieur est dispersée entre Grenoble, Lyon, Montpellier ou Aix-en-Provence, à plusieurs heures de transport, et se retrouve contrainte par les problèmes de logement dans les cités U…

  • 6 26,94 % avec 25 460 personnes.
  • 7 Michel Debatisse, La révolution silencieuse : le combat des paysans, Paris, 1963.

8L’exode rural séculaire se poursuit mais l’agriculture, essentiellement constituée de petites exploitations, concerne encore près de 27 % des actifs6. La modernisation des structures souhaitée par le CNJA, mise en œuvre par Edgar Pisani par les lois de 1962 et 1964 est en cours et commence à bouleverser la société paysanne traditionnelle. On voit se juxtaposer des petits paysans à l’ancienne, dont la survie est menacée, avec parfois maintien d’une activité mixte (permettant de conserver la propriété), et des agriculteurs qui se sont lancés dans la « révolution silencieuse7 » de la modernisation, des aides et des crédits, dans « l’agriculture du surmenage et de l’angoisse ». Ils développent des coopératives de commercialisation (ainsi la Vivacoop à Saint-Sernin pour les produits de l’arboriculture et surtout l’UCOVA, Union des caves coopératives vinicoles de l’Ardèche, qui vient d’être créée à Ruoms en 1968).

9Derrière son image rurale, le département est pourtant une vieille terre d’industrie, « terre bénie de la révolution industrielle » selon la formule d’Yves Lequin dans sa thèse sur les ouvriers de la région lyonnaise aux XIXe et XXe siècles. Dans les années soixante, le quart des actifs est occupé dans l’industrie, dont les effectifs sont en progression (évalués entre 25 000 et 27 000 salariés). L’activité est concentrée dans la vallée du Rhône, dans la région d’Annonay et dans le bassin d’Aubenas. Depuis le XIXe siècle, de grosses entreprises s’y sont développées, maintenant intégrées dans de grands groupes. On dénombre à Annonay 3 000 salariés à la Saviem (groupe RVI), 1 300 chez le papetier Canson-Montgolfier, 600 dans les tanneries Combes-Meyssonnier. Dans la vallée du Rhône, à La Voulte, l’usine CTA (groupe Rhodiaceta) emploie plus de 1 000 salariés. Plus au sud, les sociétés Ciment français et Lafarge (Cruas, Le Teil et Viviers) en comptent 500, de même que Villeroy & Bosch à Bourg-Saint-Andéol. En déclin structurel de longue période, le secteur textile connaît des difficultés aigües et emploie principalement une main-d’œuvre féminine : près de 1 000 salariées réparties sur trois sites, Satillieu-Annonay au nord, Ardoix dans la vallée du Rhône, puis Vals à côté d’Aubenas. Enfin les PME sont nombreuses.

10La majorité de la population active (48 %) se trouve dans les services, comprenant de nombreux salariés de la fonction publique, le plus souvent petits fonctionnaires (PTT, enseignement, fonctionnaires des Impôts…). Ainsi, plusieurs centraux téléphoniques se trouvent en Ardèche, à Aubenas et Annonay notamment. Comme ces « demoiselles du téléphone », les cheminots des dépôts de la vallée du Rhône ainsi que les cantonniers des Ponts et Chaussées sont assimilables par leur revenu à la classe ouvrière. Enfin, les grandes surfaces et la grande distribution étant encore inconnues dans le département, les petits commerces de tout type abondent dans les villages.

  • 8 Lettre du 13 juin pour l’assemblée générale du SNI, publiée dans L’Émancipation, octobre 1968.
  • 9 Inflation déduite, 1 F 1968 = 1,08 € 2009, mais sans correction PPP.
  • 10 Jean-François Eck, Histoire de l’économie française depuis 1945, Paris, A. Colin, 1989, p. 40-41.
  • 11 Daniel Souvignet, Le réveil, 2 mai 2008.

11Les salaires sont bas et semblent inférieurs à la situation générale, au moins pour l’industrie textile. Au niveau national, le retard cumulatif du SMIG sur la progression générale des salaires est connu : de 1958 à 1967, le pouvoir d’achat du SMIG n’augmente que de 6 % contre 32 % pour le salaire moyen. En ce qui concerne la situation locale, difficile à connaître, une indication précieuse est fournie par René Frappat, secrétaire de l’UD-CGT, qui, faisant le bilan de la lutte, donne des exemples comparatifs8. Il rappelle que dans des entreprises textiles (comme Trigano à Lamastre), le salaire horaire était, avant les grèves de mai, de 1,78 F9 (et il passe à 3,10 F le 1er juin) ou dans des moulinages (à Saint-Sauveur-de-Montagut) le salaire mensuel était de 330 F (passant à 520 F le 1er juin). Avec 57 % dans le premier cas et 63 % dans le second, on est bien au-dessus des pourcentages nationaux d’augmentation des salaires obtenus au niveau national lors des accords de Grenelle (de 9 à 35 % selon les catégories10), que les accords de branche et les accords d’entreprise ont pu, comme on le voit, « améliorer ». Les conditions de travail sont par ailleurs au moins aussi difficiles que dans le reste du pays. Le témoignage11 d’un ancien de la Saviem d’Annonay le montre bien.

12C’était le temps des cadences infernales, 45 heures par semaine, des paies minuscules. On avait l’impression que le mois finissait le 15. C’étaient des brimades répétées d’une hiérarchie qui se permettait beaucoup de choses. C’était : « Travaille et tais-toi ! »

13Au malaise paysan et aux difficultés des ouvriers s’ajoutent en outre des raisons plus diffuses de mécontentement : les problèmes d’expatriation pour ceux qui veulent continuer des études sont compliqués par la fermeture progressive des lignes ferroviaires de voyageurs (fermeture du dépôt du Teil en 1966, fermeture des chemins de fer départementaux « Vivarais Lozère » annoncée en 1967, menaces sur la ligne Le Teil-Alès, fermée en 1969). Les protestations des salariés et des usagers, relayées par leurs élus, n’y changent rien.

Des prémices ? Montée de la résistance sociale

  • 12 Voir aussi la chronologie des mouvements sociaux dans Cahier de Mémoire d’Ardèche et Temps présent(...)

14À côté des mouvements nationaux qui, opposés à la politique gouvernementale, provoquent des manifestations et des grèves à Privas, Pierre Bonnaud constate que l’agitation12 s’accroît après 1965 : février 1965, conflit dans l’usine TSR (textile) de Munas-Ardoix ; novembre-décembre 1965, grèves à la CTA de La Voulte ; décembre 1965, manifestation des instituteurs devant l’Inspection académique ; novembre 1967, création d’un Comité de défense des chemins de fer départementaux ; novembre-décembre 1967, grève de huit jours aux tanneries Herth, du Cheylard ; février 1968, manifestation de défense de l’école publique à Privas.

15Les revendications portent sur les salaires, les conditions de vie, le rôle de la hiérarchie, les patrons, l’école publique, le gouvernement et le régime…

16La CGT dispose depuis la Libération d’une union départementale, située au Teil, alors que la CFDT et FO, faiblement représentées, dépendent d’unions interdépartementales qui se trouvent à Valence. Les grosses entreprises ont leur section syndicale CGT, à la différence des PME et d’un grand nombre d’entreprises textiles. Avant la vague d’adhésion qui suit les journées de Mai, l’union départementale de la CGT annonce 18 794 adhérents (dont 2 200 retraités) : même si ce chiffre est optimiste et inclut sans doute les militants du SNI et de la FEN, si on le rapportait à l’effectif de 25 000 salariés dans l’industrie, cela donnerait un taux de syndicalisation tout à fait remarquable : 66 % ! Une situation de quasi-monopole donc pour la CGT.

  • 13 Voir « Élie Reynier », Cahier de Mémoire d’Ardèche et Temps présent, no 61 (2 vol., février 1999) (...)
  • 14 Le secrétaire général du SNI-PEGC est Jean Coulomb, professeur au collège de Privas ; le secrétair (...)

17En Ardèche, une histoire commune et l’action d’Élie Reynier rapprochent la CGT et le syndicalisme enseignant. Dès le début du siècle, le syndicalisme enseignant ardéchois trouve ses origines dans le syndicalisme révolutionnaire de « l’École émancipée ». Or l’un de ces syndicalistes, Élie Reynier13, professeur à l’École normale de Privas, est aussi l’un des fondateurs ardéchois de la CGT puis de la CGTU. Lors de la scission de 1948 entre la CGT et FO, la fédération CGT de l’enseignement choisit l’autonomie et crée la FEN, que rallie « l’École émancipée ». Ce courant cède en 1954 la direction départementale du SNI aux partisans du retour dans la CGT (tendance « Unité et action »). C’est cette tendance « Unité et action » qui est en 1968 majoritaire en Ardèche, tant dans le SNI qu’au SNES et au SNEP, tous membres de la FEN de l’Ardèche. Ce syndicalisme enseignant qui trouve sa source à l’École normale, où la section PC est active, est combatif et bien organisé14. La CGT a conservé un syndicat dans l’enseignement technique court, le SNEPT-CGT, dont Jean Cholvy, membre de la commission exécutive départementale de la CGT, est un des principaux responsables.

18Alors qu’au niveau national, le SNI et la FEN écartent toute unité d’action avec la CGT, le climat unitaire qui caractérise les relations entre ces syndicats est donc une forte particularité ardéchoise.

19Ce décalage entre les échelons national et local se retrouve dans les relations locales avec la CFDT. Si, depuis janvier 1966 un accord national « d’unité et d’action » a été passé entre Georges Séguy et Eugène Descamps pour leurs centrales respectives (ce qui a permis le succès de la journée de grève générale du 17 mai 1967 pour la défense de la Sécurité sociale), en Ardèche, le passé confessionnel de la CFDT reste un obstacle : lors de son assemblée générale du 13 juin 1968 à Privas, le SNI invite la CGT, FO, la FOL et des organisations laïques, pas la CFDT…

Exemplarité du Mai ardéchois

Dans son déroulement

  • 15 Témoignage de D. Souvignet, op. cit.
  • 16 Témoignage de J. Privat, responsable départemental de la fédération postale CGT, La Tribune, 22 ma (...)

20Dès le 1er mai, le climat social paraît tendu : les manifestations sont davantage suivies ; il y a ainsi à Annonay deux fois plus de manifestants que l’année précédente15. Dès le 6 mai, les postiers sont en grève16.

  • 17 Des conséquences de la révocation de l’Édit de Nantes à la « querelle » des inventaires qui suit l (...)

21La grève générale du 13 mai, selon tous les témoignages, marque le début du mouvement en Ardèche. La phase étudiante de la crise ne concerne le département que de façon secondaire. Mais s’il n’y a pas d’université ou de formation post-bac (sinon l’École normale), cela n’empêche pas la sympathie et la solidarité dans les familles dont les enfants sont dans les universités voisines du département, dans lesquelles l’agitation gagne. Cette sympathie est d’autant plus vive que la répression policière est mal perçue, peu d’années après la dramatique conclusion de la guerre d’Algérie, dans un département dont les souvenirs collectifs17 peuvent nourrir une méfiance vis-à-vis de l’usage fait par l’État de ses forces de l’ordre.

22Le 13 mai, l’appel national est relayé rapidement ; dès le samedi 11 mai à 11 h 15, le communiqué de la CGT avait été téléphoné à l’UD et la mobilisation s’était effectuée dans l’urgence et les coups de fil. Les unions départementales CGT, CFDT et FEN lancent un appel commun conclu par l’exclamation « Vive l’union des travailleurs et des étudiants ». La protestation principale vise la répression policière, mais, outre le mécontentement social latent, la date anniversaire du 13 mai alimente les expressions politiques de rejet du pouvoir. Les points de ralliement sont multiples, même dans les bourgs et les villages, sans qu’il y ait de manifestation centralisée. La mobilisation est importante, avec une forte proportion de jeunes comme dans la Drôme : 1 000 personnes manifestent à Aubenas, agglomération qui ne dépasse pas 9 000 habitants. Cette caractéristique (l’éparpillement des manifestations) sera ensuite renforcée par la pénurie de carburant. Enfin, la grève du 13 mai est massive, notamment dans les gros établissements (à Annonay, « toutes les boîtes ont débrayé ») et dans la fonction publique.

  • 18 Témoignage de D. Souvignet, op. cit.
  • 19 « Les grèves dans l’Ardèche », Le Dauphiné libéré, 8 juin 1968, p. 4.
  • 20 Ibid.

23Cette confiance dans les possibilités de la lutte explique le passage à l’occupation des usines. Celle-ci commence le 17 mai à la Saviem18, dans la nuit du 18 au 19 mai en même temps que l’occupation de la gare SNCF du Teil19 ; dès le 20 mai, le mouvement a changé de dimension. Significativement, la presse régionale entre d’ailleurs en grève à cette date. À Privas, chef-lieu plutôt conservateur, l’usine de marrons Clément Faugier est occupée, ainsi que les principaux services de l’administration et la Sécurité sociale. L’école, la poste et les agences bancaires cessent de fonctionner dans le département. La Préfecture elle-même entre dans la grève le 28 mai20.

24Les manifestations locales vont être nombreuses. On en a connaissance grâce au bulletin du syndicat des enseignants, L’Émancipation, qui s’en fait l’écho, et grâce aux rapports qui arrivent à l’UD de Tournon, où siège sans discontinuer le comité intersyndical (CGT, FEN, CFDT, FO), en présence de 200 à 400 personnes. Le 21 mai, 600 salariés se rassemblent à Tournon, organisent les piquets de grève et décident de réunions intersyndicales quotidiennes. Le 22 mai, on compte 2 100 grévistes à Tain-Tournon. Le 24 mai, 2 000 à 3 000 personnes se réunissent à Annonay à l’appel de la CGT, de la CFDT, de FO et de la FEN. Des agriculteurs sont présents, silencieux. Le meeting du 24 à Privas regroupe 1 000 personnes. Au Teil, tous les jours, 400 à 500 personnes se rassemblent…

25La fièvre sociale et la paralysie concernent aussi les bourgs et les villages. Les commerçants de Vallon (moins de 2 000 habitants), le 30 mai, ferment une demi-journée par solidarité. Enseignants, postiers, employés de la perception sont en grève, rejoints par les ouvriers de la distillerie. Ils constituent un comité intersyndical. Les solidarités anciennes fonctionnent : la boulangère du village fait crédit ; un porte à porte permet de recueillir 3 000 F et la municipalité vote 500 F de bons d’achat. Inversement, ailleurs, l’instituteur est parfois le seul gréviste…

Que se passe-t-il dans les écoles et les lycées ?

  • 21 Selon Le Dauphiné libéré du 15 mai.

26La section de l’Ardèche du SNI est à la tête du mouvement dès le 20 mai et décide une grève illimitée pour la défense de l’école laïque, contre la réforme Fouchet. La grève, largement soutenue, tiendra jusqu’au 7 juin. Les lycées, dont les enseignants sont majoritairement grévistes, renvoient leurs internes chez eux mais cela n’empêche pas la participation enthousiaste des lycéens externes, qui participent aux défilés en faisant l’apprentissage de la liberté durant 3 semaines… Les lycées privés, sous pression, renvoient les élèves chez eux (comme par exemple le lycée du Sacré-Cœur à Privas). Un sentiment de solidarité propre à la culture « jeune » se dessine entre les uns et les autres, en dehors des mots d’ordre politiques puisqu’à Aubenas21, le 13 mai, les élèves « des écoles secondaires privées ont réagi au cours du meeting et du défilé qui suivait [en formant un cortège séparé] au cri de « pas de politique » afin de répondre à un tract, assure-t-on, des Jeunesses communistes ».

  • 22 IHS UD-CGT, Privas. Noter que 1 NF (nouveau franc) de 1968 vaut 1,08 € de 2009, en monnaie constan (...)
  • 23 Comité intersyndical du 25 mai.

27Le problème de la solidarité est vite posé : des subventions sont demandées. Visiblement les conseils municipaux, pas seulement dans les mairies de centre et de gauche, répondent favorablement si la commune est concernée sur son territoire, comme le montrent un certain nombre d’exemples. Le conseil général, en réponse à la demande de la CGT, de la CFDT et de la FEN, vote 150 000 F22 : 90 000 F doivent être répartis par le bureau d’aide sociale de la Préfecture sur dossier envoyé par les grévistes, et 60 000 F le seront par les UD qui les répartiront à des comités de solidarité composés de syndicalistes ; s’y ajoutent des quêtes pour les caisses de grève, en argent ou en bons d’achat… Le conseil municipal de Privas, pourtant politiquement modéré, vote 8 500 F de subvention « pour les familles des grévistes et les vieux ». Celui de Vallon vote 500 F. Des collectes sont organisées, comme auprès des pharmaciens et des docteurs, à qui on demande la gratuité des interventions23. Le 27 mai, la collecte a permis de recueillir 7 000 F (la somme atteint 10 000 F le 30 mai) et 4 000 F de bons d’achat des commerçants de Tournon. La répartition de ces aides n’est sûrement pas facile à organiser d’autant que le moment de leur versement n’est pas connu. Il est prévu le 27 que la répartition des collectes et des bons d’achat se fasse par le biais des comités d’entreprise et de permanences en mairie. Mais le 31 mai, la mairie de Tain (qui se trouve sur la rive gauche du Rhône, drômoise, en face de Tournon) refuse d’organiser la distribution sous couvert du comité de solidarité. Les positions changent aussi avec la chronologie des événements et le retournement s’annonce.

  • 24 « À Labégude, les verriers ont décidé une grève de deux heures par roulement et par poste parce qu (...)

28Quelle a été l’ampleur du mouvement ? Combien de grévistes ? Le comité intersyndical du 23 mai dénombre 11 650 grévistes (sans compter les enseignants). Le rapport du secrétaire de l’UD, René Miller, au comité général de l’UD-CGT le 10 octobre donne le chiffre total de 28 000 grévistes pour l’ensemble des journées de mai. L’interprétation de ces chiffres est difficile. Il ne s’agit pas des jours de grève mais d’une estimation globale, et le mouvement n’a pas été uniforme24 : les salariés de Herth, au Cheylard (qui avaient déjà fait une grève dure contre les licenciements prévus dans leur tannerie en difficulté en 1967), participent au mouvement en faisant deux heures de grève par jour ; des patrons « modernes » (en termes de management) arrivent, comme dans l’entreprise de pharmacie Chauvin Blache à Aubenas, à éviter la grève, d’autres s’opposent durement au mouvement et régleront leurs comptes par des licenciements en juillet (fabrique de chaussures Soric à Tournon).

29L’ampleur de l’effort de solidarité est ici à souligner : si l’on pense que, en fonction des accords de branche qui ont suivi les accords de Grenelle (par exemple pour la Cie des autocars Charrière), les grévistes ont été dédommagés, que les grévistes des PTT n’ont pas subi de prélèvements pour fait de grève (par décision du ministre des Postes, André Bettencourt), l’effort de solidarité est important : 200 000 F pour 20 000 grévistes ? Sur combien de jours ? Une étude beaucoup plus fine est évidemment nécessaire.

  • 25 « Malgré les difficultés créées par les groupes gauchistes dont le but principal était de créer le (...)
  • 26 Mort du commissaire Lacroix.
  • 27 Témoignage d’André Audouard, dirigeant de l’entreprise Céréal, à Annonay, Le Réveil, 2 mai 2008.

30Dans l’ensemble, il est remarquable de voir que les incidents ont été fort peu nombreux : la presse n’en relate pas lorsqu’elle recommence à paraître, les témoignages oraux collectés rappellent une période de consensus, les comptes rendus de l’UD-CGT louent le calme et le sens de la discipline des grévistes, qui évitent les provocations des entrepreneurs violemment opposés au mouvement25. Le département n’a pas connu d’événements dramatiques comme ceux de Lyon, le 24 mai26 ou du 12 juin à Montbéliard (mort de deux ouvriers à la suite d’une charge policière). Il faut souligner, et ce n’est pas négligeable, que les patrons sont invités par le préfet lui-même à éviter les dérapages, car « il ne restait plus beaucoup de gendarmes dans le département. La plupart étaient mobilisés à Paris et il craignait pour la sécurité, en cas de coup dur27 ». La CRS 47, basée à Montélimar, est montée à Lyon : comment maintenir l’ordre ? Il faut savoir négocier…

La fin du mouvement

31Elle ne présente rien d’original en Vivarais. D’abord, « on commence à y croire ». Le 29 mai, dans son journal des événements, le délégué cantonal du SNI note : « L’optimisme est grand, de Gaulle va partir. » Le 30 mai, le changement de climat est net, l’inquiétude gagne ; les participants du conseil syndical du SNI écoutent la seconde diffusion du discours du Général en direct, et l’éventualité d’une intervention de l’armée est évoquée, le 2 décembre revient des limbes. La réunion intersyndicale du 31 mai, à Privas, s’élargit aux partis de gauche, PCF, FGDS et PSU (FO refusant de participer). Mais l’absence de perspectives au niveau national empêche d’aller plus loin. Sur le plan politique, on peut noter que les élus locaux sont alors absents des comptes rendus syndicaux. Une seule mention apparaît dans les archives personnelles de M. Fouraison, celle du contact pris avec le député Roche-Defrance le 13 mai, mais sans indication sur la suite.

  • 28 Archives IHS UD CGT, Privas.
  • 29 M. Fouraison, délégué du SNI.

32À partir du 3 juin, la reprise du travail commence, de façon dispersée au fur et à mesure de la signature de protocoles d’accord, les plus durs étant les ouvriers de la Saviem à Annonay et les mineurs de la Pennaroya à Largentière, mais il faut retenir aussi les ouvrières de Scandale, à Tournon, qui ne reprennent que le 10 juin après avoir obtenu de la maison mère de Lyon, longtemps réticente, une convention enfin satisfaisante pour elles (quadruplement de la prime de vacances, congé de maternité, comité d’entreprise, pas de mesure de rétorsion pour fait de grève). Un débat révélateur a lieu lors du comité intersyndical28 du 4 juin sur ces reprises partielles, regrettées par ceux qui voudraient reprendre le travail dans l’unanimité. Le souci des syndicalistes est l’encadrement du mouvement contre toute dérive, sans que celle-ci soit clairement définie… La vieille méfiance anarcho-syndicaliste vis-à-vis de l’action politique n’est jamais loin : lorsque certains demandent le renforcement du comité pour la préparation des élections, la réponse est nette : « Le comité n’a pas à se substituer aux centrales29. »

  • 30 Rapport du délégué CGT de la Saviem au comité général d’octobre 1968 (IHS CGT, Privas).

33Les accords de Grenelle sont donc largement améliorés dans les entreprises où les salariés se sont montrés les plus combatifs : la Saviem ne reprend le travail que le 17 juin, un accord d’entreprise, signé le 17 juillet, accorde en sus des engagements gouvernementaux de Grenelle, la mensualisation du personnel horaire, des congés supplémentaires et des primes30.

34Il reste à apprécier l’attitude du monde rural au cours de ce mois de mai.

La peur rurale

35Le monde agricole n’a pas bougé en tant que tel, ce que confirment les rapports des Renseignements généraux. La présence d’agriculteurs est mentionnée dans des manifestations ou des meetings par des comptes rendus de l’UD-CGT, mais sans qu’apparaissent de revendications propres. Les rapports des RG ne mentionnent pas d’action paysanne, sinon une allusion à un incident à Vallon, sans doute dans le milieu viticole. Attentiste, peu compréhensif vis-à-vis des étudiants, sans doute considérés comme des privilégiés, mais solidaire des ouvriers souvent proches de lui, le monde rural et ses syndicats ne comprennent pas pour autant le mouvement parisien et national.

36C’est le temps des cerises à Paris… mais c’est aux champs celui des travaux de printemps plus que des chansons. Les mécanismes de la peur vont être progressivement actionnés par les reportages sur les barricades parisiennes, les désordres et les violences dans la rue, que diffusent les radios et la télévision. C’est autour de la pénurie, qui gagne petit à petit, que se construit la réaction rurale, pénurie dont les grévistes sont progressivement rendus responsables.

37Deux témoignages permettent de sentir ce climat. Le premier est celui de Guy Boyer, responsable de l’UCOVA, à Ruoms, que relate Le Dauphiné libéré du 13 mai 2008.

  • 31 Gas-oil détaxé, teinté en rouge, d’usage limité aux engins agricoles et interdit dans les autres v (...)

« Grève des services durant un mois. Pas de téléphone : les courtiers se déplaçaient avec de modestes moyens, la demande était importante. Le téléphone était manuel, à manivelle, le standard d’Aubenas était en grève. On devait se rendre à Montélimar où fonctionnait l’automatique. Pas de poste : absence de courrier donc confirmation de commande sur parole. Pas de virements postaux, pas d’argent (mandats). Transports : la SNCF ne fonctionnait pas. Absence de wagons citernes. Les transports routiers bénéficiaient de bons de gas-oil pour livrer les grands centres tels que Paris. Pompes à essence : rationnement total, sauf les services d’urgence et médicaux. Je me souviens m’être déplacé chez un négociant en vins à Beaucaire, avec un collègue, à bord d’une 404 diesel alimentée avec du gas-oil agricole (toléré31). Rationnement alimentaire : les ménagères faisaient des provisions dans les épiceries (sucre, pâtes, farines, sel chocolat, huile, etc.). On survivait dans l’espérance… »

  • 32 Témoignage de Mme Lucienne E., recueilli par l’auteur.

38Le second témoignage concerne une épicerie d’un village alors entièrement agricole, Lussas, dans laquelle, encore en 1973, il fallait vérifier la date de péremption des conserves vendues : « Pensez donc, ils ont cru que ç’allait être comme pendant la guerre et ils ont fait des stocks32. »

Les implications de Mai sur la vie politique du département

39L’efficacité de l’action provoque un afflux vers les syndicats. Le 12 juin, René Frappat estime pour la CGT les adhésions nouvelles à « près de 3 200 », chiffre confirmé au comité général d’octobre, avec 47 sections syndicales locales nouvelles. Mais la plupart de ces formations ne survivront pas plus de quelques semaines, par manque d’expérience militante et d’encadrement.

  • 33 Voir leurs biographies dans le Maitron.
  • 34 Voir Michel Appourchaux, Didier Picheral, « Les comportements électoraux des pays protestants en A (...)

40Dans les années 1960, l’Ardèche n’est pas une terre de gauche, mais n’est pas gaulliste pour autant. En 1958 pourtant, la gauche tient deux circonscriptions sur trois. Ses députés33, Jean Palméro, socialiste, et Roger Roucaute, communiste, refusent les pleins pouvoirs au général de Gaulle en juin 1958 ; la loi électorale, mettant fin à la proportionnelle, ne permet pas leur réélection. Malgré une approbation massive de la nouvelle constitution en septembre 1958 et une forte poussée à droite aux Législatives, le département n’a jamais été une terre gaulliste durant les dix premières années de la Ve République34 et le parti communiste y est solidement installé, notamment dans la circonscription de Privas. Les élections de 1962 voient ainsi la défaite des candidats de la majorité (André Charreyre [URA, Privas, contre Henri Chaze, PCF] et Albert Liogier [UNR, Largentière, contre Jean Moulin, « Action sociale et familiale », ex-MRP]).

41Mais la droite classique ou modérée reste majoritaire jusqu’en juin 1968 :

  • classique : Louis Roche-Defrance, maire de Tournon, étiquette « Union républicaine ardéchoise » – ex-Centre républicain – est élu député en 1958, puis réélu en 1962 et 1967, contre Michel Guigal, FGDS ;
  • modérée : Jean Moulin35, vétérinaire de vieille famille ardéchoise, nouveau venu à la politique, mais sous étiquette MRP, est élu en 1962 dans la 3e circonscription36 contre Albert Liogier, député sortant UNR (qui subit le vote sanction postérieur à la dissolution de 1962) ; il est réélu en 1967, devenant vice-président du groupe « Progrès et démocratie moderne », conduit par Jacques Duhamel) et reste majoritaire jusqu’en juin 1968.
  • 37 Voir Roger Pierre et Pierre Bonnaud, « Henri Chaze », Mémoire d’Ardèche et Temps présent, no 89, f (...)

42La force d’opposition du parti communiste est toujours importante, comme le montre l’élection du communiste Henri Chaze37 dans la circonscription de Privas de 1962 (à la suite d’une triangulaire) à 1967.

43Dans les « années de Gaulle », celle de la première décennie de la Ve République, le gaullisme dans son expression politique ne peut donc obtenir, sur les trois circonscriptions du département, qu’un siège de député en 1958 avec l’élection d’Albert Liogier (3e), qui est battu en 1962, puis un autre en 1967 avec l’élection de Pierre Cornet, qui bat Henri Chaze (1re).

44Tout change en juin 1968. Comme dans la Creuse, Mai entraîne en Vivarais la pénétration du gaullisme politique. Il est amusant, même si l’on sait quelle illusion véhicule cette image derrière les élections de la peur de juin 1968, d’y voir une adhésion, tardive alors, de la « France des profondeurs »… L’issue électorale est aussi apparemment paradoxale en Vivarais qu’au plan national : l’Ardèche envoie à la Chambre « bleu CRS » trois gaullistes : Henri Torre (Tournon), qui bat Louis Roche-Defrance et va entamer une longue carrière politique, comme député et président du Conseil général ; Albert Liogier, qui prend sa revanche sur Jean Moulin ; Pierre Cornet (Privas), qui, réélu, va entamer une longue carrière législative. Les gaullistes ont pris le département, mais ils sont loin du gaullisme de René Capitant, ministre de la Justice, qui proposait le 7 juin que soit créée dans chaque entreprise une coopérative ouvrière, copropriétaire aux côtés d’une société de capitaux regroupant les actionnaires, sous une direction commune et avec un partage des bénéfices ! Le succès gaulliste de juin 1968 n’est pas celui des gaullistes de gauche, ce que confirmera le référendum malheureux de 1969… Les ambiguïtés de Mai vont résonner longtemps.

*

45Une spécificité ardéchoise existe, celle de sa situation et de ses héritages. Elle explique la rapidité de la crise sociale, mais le temps du Mai ardéchois n’est pas différent du temps national. L’agitation lycéenne reste bon enfant, et les manifestations ne dégénèrent pas. Derrière cette image teintée d’irénisme, des tensions affleurent et des incidents sont rapportés, notamment à Vallon. Mais sans articles de presse, sans pouvoir consulter la totalité des rapports de police ni les rapports de synthèse rédigés pour le cabinet du Préfet par les Renseignements généraux, il est difficile de dépasser une image un peu trop lisse, parfois inconsciemment reconstruite à partir des expériences ou des analyses ultérieures lorsque l’on recherche les témoignages individuels dont les divers points de vue peuvent masquer les mouvements collectifs.

46L’efficacité de la lutte, puis le retournement politique et les effets de grande peur sociale sont quant à eux exemplaires de ce qu’a constitué l’expérience de Mai, et le Vivarais n’a rien ici de particulier par rapport à l’évolution nationale.

Notes

1 Je remercie Serge Der Loughian de les avoir mis à ma disposition dans les locaux de l’Institut d’histoire sociale CGT de l’Ardèche, à Privas.

2 Courrier envoyé à l’auteur par la direction des archives de France, 26 août 2009.

3 Les notes 94 (8 avril) et 176-179 (17 au 19 juin).

4 1476 W 4, Archives départementales de l’Ardèche (ADA).

5 « Mai et juin 1968 en Ardèche, une histoire à découvrir », non éditée, mais consultable sur le site de « Mémoire d’Ardèche et Temps Présent », memoire-ardeche.com.

6 26,94 % avec 25 460 personnes.

7 Michel Debatisse, La révolution silencieuse : le combat des paysans, Paris, 1963.

8 Lettre du 13 juin pour l’assemblée générale du SNI, publiée dans L’Émancipation, octobre 1968.

9 Inflation déduite, 1 F 1968 = 1,08 € 2009, mais sans correction PPP.

10 Jean-François Eck, Histoire de l’économie française depuis 1945, Paris, A. Colin, 1989, p. 40-41.

11 Daniel Souvignet, Le réveil, 2 mai 2008.

12 Voir aussi la chronologie des mouvements sociaux dans Cahier de Mémoire d’Ardèche et Temps présent, no 89, février 2006.

13 Voir « Élie Reynier », Cahier de Mémoire d’Ardèche et Temps présent, no 61 (2 vol., février 1999) et la biographie rédigée par Yves Lequin dans le Maitron.

14 Le secrétaire général du SNI-PEGC est Jean Coulomb, professeur au collège de Privas ; le secrétaire du SNES (S2) est Louis Gaullard, professeur au lycée de Tournon ; le secrétaire général de la FEN est Marcel Berge, professeur d’éducation physique à Aubenas.

15 Témoignage de D. Souvignet, op. cit.

16 Témoignage de J. Privat, responsable départemental de la fédération postale CGT, La Tribune, 22 mai 2008.

17 Des conséquences de la révocation de l’Édit de Nantes à la « querelle » des inventaires qui suit la loi de 1905 en passant par les événements de 1851. Voir les actes du colloque de Viviers sur la loi de 1905, Revue du Vivarais, t. cix, no 764, octobre-décembre 2005.

18 Témoignage de D. Souvignet, op. cit.

19 « Les grèves dans l’Ardèche », Le Dauphiné libéré, 8 juin 1968, p. 4.

20 Ibid.

21 Selon Le Dauphiné libéré du 15 mai.

22 IHS UD-CGT, Privas. Noter que 1 NF (nouveau franc) de 1968 vaut 1,08 € de 2009, en monnaie constante.

23 Comité intersyndical du 25 mai.

24 « À Labégude, les verriers ont décidé une grève de deux heures par roulement et par poste parce que si les deux fours s’arrêtent, il faudra des semaines pour les remettre en route. Ainsi les travailleurs font preuve d’une grande conscience professionnelle. » L’Humanité dimanche, 26 mai, supplément « À travers l’Ardèche ».

25 « Malgré les difficultés créées par les groupes gauchistes dont le but principal était de créer le désordre afin d’aider le gouvernement, la classe ouvrière s’est affirmée comme la force tranquille ; le calme, le sang-froid et la vigilance des travailleurs ont su éviter tout incident […]. » Rapport de René Miller, secrétaire de l’UD-CGT, au comité général d’octobre 1968, archives de l’IHS, Privas.

26 Mort du commissaire Lacroix.

27 Témoignage d’André Audouard, dirigeant de l’entreprise Céréal, à Annonay, Le Réveil, 2 mai 2008.

28 Archives IHS UD CGT, Privas.

29 M. Fouraison, délégué du SNI.

30 Rapport du délégué CGT de la Saviem au comité général d’octobre 1968 (IHS CGT, Privas).

31 Gas-oil détaxé, teinté en rouge, d’usage limité aux engins agricoles et interdit dans les autres véhicules.

32 Témoignage de Mme Lucienne E., recueilli par l’auteur.

33 Voir leurs biographies dans le Maitron.

34 Voir Michel Appourchaux, Didier Picheral, « Les comportements électoraux des pays protestants en Ardèche sous la Ve République », Cahiers de Mémoire d’Ardèche et Temps présent, no 94, mai 2007.

35 Voir Guy Delubac, « Itinéraire d’un homme politique ardéchois sous la Ve République », Cahiers de Mémoire d’Ardèche et Temps présent, ibid., p. 60-62.

36 Largentière (1re circonscription : Privas ; 2e circonscription : Tournon) ; son suppléant est Roger Champetier, de Ruoms, président de la Fédération des caves coopératives de l’Ardèche.

37 Voir Roger Pierre et Pierre Bonnaud, « Henri Chaze », Mémoire d’Ardèche et Temps présent, no 89, février 2006, p. 56-57 (notice du Maitron et compléments).

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à Sciences-Po Lyon – LARHA.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540