Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Première partie. Le Mai des territoires. Départements ruraux et centres industriels

Mai-juin 1968 à Bourg-en-Bresse et dans l’Ain, le poids de la « centralité ouvrière » dans un département récemment industrialisé

Sylvain Belin

Texte intégral

1La crise de mai 68 va toucher dans l’Ain un département en pleine mutation. En effet, toute la décennie 1960 fait souffler sur le département un vent de modernité. L’évolution de ce département encore très rural s’observe de façon spectaculaire : tout d’abord la proportion d’ouvriers dans la population active dépasse celle des agriculteurs pour la première fois en 1962. L’exode rural connaît également un essor très important, la préfecture, Bourg-en-Bresse, gagne par exemple en moyenne mille habitants par an, dépassant en 1968 le seuil des 45 000 habitants. Un ambitieux projet urbaniste en découle d’ailleurs, avec de nombreuses rénovations d’écoles primaires et secondaires, mais aussi un dispositif de logements sociaux à la pointe de la modernité. Ce développement urbain se fait toutefois de façon assez surprenante, ne se concentrant pas uniquement sur la préfecture, mais se répartissant également dans quatre autres pôles urbains. On peut citer par exemple le cas de la ville d’Oyonnax qui connaît un essor important avec le développement des industries plastiques. Cette dispersion géographique, on le verra, aura une importance notable dans le déroulement du mouvement.

2Du fait de son absence d’universités, les événements de Mai 68 dans le département de l’Ain débutent véritablement avec les manifestations nationales du 13 mai. La chronologie locale est sensiblement parallèle aux grandes tendances nationales, aussi il ne semble que peu opportun de s’y attarder. L’étude des différents aspects du mouvement local, au travers de ses différents acteurs mérite en revanche une attention plus particulière. Trois groupes se distinguent : les ouvriers, qui forment le gros des troupes des grévistes du département, les enseignants et les lycéens qui constituent l’écho principal aux idéaux étudiants et enfin le monde paysan, qui, malgré son poids démographique fort, reste en quelque sorte le parent pauvre du mouvement.

Le mouvement ouvrier

L’éveil de la classe ouvrière

3La classe ouvrière du département de l’Ain, nouvellement formée en tant que telle, va avoir avec le mouvement de grève de mai-juin 68, l’occasion de faire entendre sa voix et d’affirmer tout son poids. Elle ne forme toutefois pas un ensemble très homogène, héritier d’une longue tradition de lutte syndicale. Le mouvement de Mai 68 est pour beaucoup une première expérience de la grève.

  • 1 Entretien avec Maurice Preto, ouvrier chez Berliet à Bourg-en-Bresse en Mai 68. Tous les entretien (...)
  • 2 Entretien avec Jean Molard, prêtre-ouvrier en Mai 68, et responsable des archives de l’UD-CGT de l (...)

4Du fait de la composition et de la répartition géographique des ouvriers, les syndicats vont tenter de jouer un rôle de coordination du mouvement. Ils parviennent dans une assez grande mesure à jouer le rôle de catalyseur, puis d’organisateur du mouvement. Les représentants syndicaux dans les entreprises vont se charger de lancer la grève et de convaincre les indécis1. Le mouvement de grève ayant souvent à sa source de jeunes ouvriers, au statut assez précaire et sans expérience de la lutte, les délégués syndicaux vont tenter de coordonner l’action. Partout dans les entreprises en grève sans représentation syndicale, de nouvelles sections se créent. Le nombre d’adhérents aux différentes organisations explose durant la période de grève2.

5Ce qui ressort également de l’action des syndicats de l’Ain en mai-juin 68 est une grande unité. Cette unité intersyndicale a été favorisée par le secrétaire de l’UD-CGT : Robert Turrel. Il va mettre en place la collaboration particulièrement avec l’UD-CFDT, dont le secrétaire Georges Buis n’est en place que depuis un mois et demi.

  • 3 Michel Branciard, membre du bureau de l’UD-CFDT en mai 1968, Le Progrès, 20 mai 1998.

« Nos rapport avec la CGT ont été grandement facilités par la présence de cet homme qui avait le sens de l’unité d’action3. »

6La quasi-totalité des meetings et des manifestations dans le département est organisée conjointement par les deux organisations auxquels se joignent très fréquemment la FEN et parfois, l’UNEF. La coopération est étroite :

  • 4 Georges Buis, secrétaire de l’UD-CFDT en mai 1968, ibidem.

« Avant chaque meeting important, on s’entendait entre nous sur le contenu de nos interventions, même si on n’était pas toujours d’accord sur tout évidemment4. »

  • 5 Archives départementales de l’Ain (ADA), CFDT Actions 63-73, 37J5, compte rendu actions revendicat (...)

7Cette vision de parfaite symbiose a été quelque peu idéalisée a posteriori par les acteurs. Les comptes rendus de la CFDT parlent de rapports « corrects » avec la CGT au niveau des entreprises. Les rapports entre les deux organisations, cordiaux au départ, ont tendance à se détériorer au fil du mouvement, notamment lors de la phase politique où la CGT défendait l’idée d’un gouvernement populaire, mais aussi pour l’organisation du comité de soutien5.

  • 6 Entretien avec Maurice Preto.

8L’unité ouvrière est pourtant loin d’être effective. Les grévistes ont tendance à rester centrés sur leur usine, les contacts entre entreprises sont presque inexistants6. Les syndicats font tout leur possible pour donner une cohésion au mouvement. L’UD-CGT publie ainsi quotidiennement dès le 21 mai un bulletin, La Voix des travailleurs, où le secrétaire expose les positions locales et nationales du syndicat, mais aussi, dans une rubrique spéciale, la propagation du mouvement de grève.

  • 7 Entretien avec André Girard.

9La solidarité entre les grévistes s’exprime également autour du soutien apporté aux ouvriers qui n’ont pas réussi à obtenir le paiement de leurs jours de grèves. Là encore, les syndicats ouvrent la voie en mettant en place au début du mouvement un comité de soutien qui récolte des fonds et les redistribue aux ouvriers. On note également certaines initiatives plus ponctuelles. Par exemple les grévistes cheminots, dont l’intégralité du salaire est reversée, acceptent spontanément de donner une journée de salaire pour venir en aide aux ouvriers de la tréfilerie TCB, qui ne parviennent pas à négocier le paiement de leurs jours de grève7. La solidarité s’exprime enfin au travers d’associations non ouvrières, en particulier l’association des FRANCAS (Francs et Franches camarades) qui organise des centres aérés exceptionnels, pour prendre en charge les enfants des grévistes, afin que ceux-ci puissent se consacrer pleinement à la grève.

Les usines occupées

10Les grèves ouvrières dans l’Ain sont marquées, et ce dès le début du mouvement, comme partout ailleurs en France, par les occupations des usines. Ces occupations débutent dans un grand enthousiasme, une ambiance presque festive. Les occupants doivent vite faire face à des problèmes d’intendance et d’organisation de l’occupation. Pour l’entreprise Berliet, celle-ci est d’autant plus malaisée à organiser que l’usine et ses parkings de stockage ne couvrent pas moins de 130 hectares, avec plusieurs entrées à garder. Des équipes de surveillance sont mises en place avec un système de rotation et forment un véritable service d’ordre.

  • 8 Entretien avec Maurice Preto.
  • 9 Jean Molard, « Mai 1968 : l’intendance suivait chez Berliet-Bourg », Cahier d’histoire sociale Rhô (...)
  • 10 Ibidem.
  • 11 Entretien avec Maurice Preto.

11Cependant, les volontaires, nombreux au départ, se font de plus en plus rares à mesure que la grève se prolonge. De l’aide est alors apportée par des délégués syndicaux venant du siège central à Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise. De petites astuces, comme le soudage des portes, sont employées afin de faciliter la surveillance8. Ces contraintes de surveillance, auxquelles se rajoute la tenue des réunions syndicales, effacent tout aspect ludique à l’occupation de l’usine. De la même façon, le site est la cible des tentatives de reprise de possession par la direction, les ouvriers opposés au blocage ou encore les forces de l’ordre. Les grévistes disposent donc à des points stratégiques de gros engins obstruant les entrées, mais aussi quelques camions de pompiers, achevés pour l’occasion, la lance à incendie prête à faire reculer d’éventuels assaillants9. De telles extrémités n’ont toutefois pas été nécessaires. Des intrusions n’ont cependant pas pu être évitées. Ainsi, certains cadres particulièrement remontés parviennent à s’infiltrer dans l’usine en découpant le grillage, ce qui marque d’ailleurs la seule dégradation de matériel de toute la période d’occupation10. Les occupants ont également à faire à d’autres types de manœuvres d’intimidation, des voitures rôdant aux alentours, quelques pétards lancés pour effrayer les ouvriers11.

12Du fait de l’occupation de l’usine les ouvriers ont eu à recréer une organisation de l’entreprise. Les grévistes ayant à cœur de ne pas être assimilés aux « trublions du Quartier latin », l’occupation de l’usine est marquée par leur grande responsabilité. Ils remettent en marche la cantine, mais mettent en place un système de ticket repas, afin que tout soit comptabilisé et payé. De la même façon, pour faire face au problème du ravitaillement en essence, les grévistes utilisent les distributeurs d’essence de l’usine, là encore, un système de bons est mis en place, avec relevé régulier des compteurs, afin que tout ce qui est pris à l’entreprise soit payé. Cette tendance à la responsabilité a pu être observée partout en France, dans la tradition des occupations de 1936, les grévistes ne voulant pas donner aux patrons l’opportunité de retrouver leur usine dévastée et de les en blâmer.

Les échos de la révolte étudiante

13Le département ne possédant aucune université, le mouvement de Mai 68 dans l’Ain va peu avoir affaire directement avec les aspirations estudiantines. Deux catégories tentent cependant de les relayer pour le département : les enseignants et les lycéens.

Les enseignants

  • 12 Entretien avec Guy Bertrand, enseignant en primaire dans l’Ain en 1968.

14Il existe parmi les enseignants de l’Ain à la fin des années 60 tout un vivier de militants qui n’attendait qu’une étincelle pour exprimer au grand jour leurs idées. Jusqu’à présent, toutes les actions menées par les syndicats avaient été ponctuelles, des grèves revendicatives, le plus souvent salariales. Mai 68 va être pour eux la première expérience d’une grève reconductible. L’assimilation aux événements parisiens est immédiate, les étudiants agissent pour ces enseignants comme des révélateurs « des tendances qu’ils portaient sans savoir les exprimer12 ».

  • 13 L’effort syndical (FEN), octobre-novembre 68.

15On retrouve dans les idéaux de certains enseignants, les plus engagés, la même flamme que chez les étudiants manifestants. Les aspirations sont assez vagues, mais tendent vers un changement brutal et en profondeur de l’ensemble de la société. Cette partie du corps enseignant qui correspond sensiblement à ses éléments les plus actifs syndicalement et idéalistes va se mettre en grève à la suite des manifestations du 13 mai, bien avant le déclenchement de la grève générale le 22. Ils se considèrent donc comme les précurseurs du mouvement de l’Ain, précédant les ouvriers. Pour eux, à partir du moment où le mouvement ouvrier est devenu dominant, les revendications ont été corrompues. Cette dénaturation du mouvement de départ serait le fait de l’entrée en jeu des syndicats ouvriers et de la place prise par les préoccupations salariales dans les cahiers de revendication des ouvriers grévistes. Les enseignants ne se mettent pas pour autant en marge du mouvement ouvrier. La FEN organise ses manifestations les plus importantes conjointement avec la CGT et la CFDT. Les garderies organisées pour les enfants de grévistes par les FRANCAS sont un également un bon exemple du soutien des enseignants au mouvement ouvrier : 61 instituteurs se portent volontaires pour s’occuper des enfants13. La FEN participe également à la mise en place du fonds de soutien aux ouvriers grévistes.

  • 14 Entretien avec Christiane Morier, enseignante en primaire dans l’Ain en 68.

16Si les idéaux des enseignants ont du mal à trouver leur place dans les revendications ouvrières, l’écho en est encore plus faible auprès du reste de la population. Le véritable adversaire du mouvement enseignant dans le département est en effet les parents d’élèves. Ceux-ci se contentent en effet de subir la grève, ils n’expriment après l’appel à la grève ni adhésion, ni rejet. Des réunions sont organisées régulièrement avec eux pour leur expliquer les raisons profondes du mouvement, mais leur unique préoccupation reste la reprise. Malgré ces difficultés, le syndicalisme enseignant du département se montre plus uni et dynamique que jamais. Même dans les sections les plus déterminées, on a conscience du peu d’impact que peuvent avoir ces préoccupations sur la population de petit-bourgeois et commerçants burgiens : « C’est pas en chantant l’Internationale dans les rues de Bourg que l’on va changer quelque chose14. »

  • 15 L’effort syndical (FEN), octobre-novembre 68.

17Le mouvement de grève connaît une dynamique très importante dans le corps enseignant du département. Une culture de la revendication se développe. Les différentes organisations syndicales se rapprochent après la grève. Une « unité spirituelle durable » va émerger de ce mouvement15. Le succès n’est pourtant pas total. Les enseignants ont du faire face à une faction tout aussi déterminée : les parents d’élèves. Ces derniers relativement compréhensifs aux premières heures de la grève, n’ont bientôt plus qu’une seule chose en tête : la reprise et la bonne tenue des examens. Dans les établissements les plus reculés, les pressions sur les grévistes sont très fortes, d’autant que les communes se joignent parfois aux parents.

Les lycéens

18S’il ne trouve pas beaucoup de soutien chez les parents, c’est chez les lycéens que le mouvement enseignant trouvera le plus d’écho. Les événements parisiens vont avoir un impact encore plus fort qu’ailleurs dans les cours des lycées. Les lycéens discutent beaucoup des idées développées par les étudiants parisiens. Elles rencontrent un écho d’autant plus fort qu’elles révèlent des ressentiments jamais encore vraiment formulés. Ces idées de changement ont déjà eu l’occasion de s’exprimer à l’occasion des mouvements contre la guerre du Vietnam. Les lycéens à leur niveau ressentent également cette « aspiration à vivre mieux ».

  • 16 Entretien avec Pierre Bernadac, élève de première au lycée Carriat de Bourg-en-Bresse en 1968.
  • 17 Idem.

19C’est dans cet état d’esprit que les lycéens abordent le lundi 13 mai. Des petits groupes se forment devant les lycées, certains s’improvisent leaders et mobilisent autour d’eux leurs camarades. Un groupe part notamment du lycée Carriat, le plus excentré mais aussi celui à la réputation la moins « bourgeoise » du fait de ses filières technologiques. Ce groupe remonte ainsi vers le centre-ville en s’arrêtant à chaque lycée sur le chemin : Saint-Joseph, Lalande, Quinet, etc., appelant les autres lycéens regroupés là à les suivre16. Ils convergent ainsi vers la place de la Grenette. Sans savoir précisément pourquoi, mais avec une forte volonté de participer au mouvement en marche, ils se retrouvent ainsi au milieu du meeting syndical qui se tenait dans la Salle des fêtes, avec « l’impression que rien ne pouvait leur résister17 ».

  • 18 Idem.
  • 19 Entretien avec Jacques Genin, bachelier à l’École normale de Bourg-en-Bresse en 1968.

20Les lycéens vivent ces journées de grève comme une immense bouffée d’oxygène. Les lycées sont vides, on peut circuler partout d’un seul coup. Des scènes inimaginables sont observables, comme par exemple le proviseur de Carriat, personnage assez âgé généralement très distant voire inconnu des élèves, en train d’éponger une fuite d’eau pieds nus dans un couloir18. Certains élèves se sentent des vocations révolutionnaires, de jeunes normaliens parviennent par exemple à faire flotter le drapeau rouge sur le toit de l’École normale19. Il ne restera toutefois pas longtemps. Le directeur de l’École normale et professeur d’histoire-géographie réussit à convaincre ses élèves de le retirer. Le mouvement des lycéens du département de l’Ain se caractérise très vite par cet accompagnement des professeurs. De nombreux forums de discussions sont organisés, dirigés par des professeurs le plus souvent militants communistes ou au moins syndicalistes. Ces professeurs aident les lycéens à développer leurs idées, leur apportent des éléments au fur et à mesure mais leur enseignent également à rester mesurés et ne pas tomber dans la provocation. Ces enseignements auront probablement fait leur effet puisque les lycéens grévistes sont très responsables, aucune dégradation n’est à déplorer même dans les salles de lycée occupées.

  • 20 La Voix de l’Ain, 31 mai 68.

21Ces réunions se tiennent principalement au lycée Lalande, qui est le seul à rester ouvert durant tout le mouvement, sans doute du fait de sa position centrale et de son statut particulier de « Lycée médaillé de la Résistance ». L’idée, pour les lycéens les plus impliqués, est de parvenir à regrouper et affiner leurs idées pour produire quelque chose de constructif à leur niveau. De très nombreux sujets sont abordés, ils correspondent aux thèmes développés par les étudiants : la société, l’autorité, la sexualité, etc. Le thème le plus en vue reste cependant naturellement la réforme de l’enseignement. Dans une salle ornée du slogan « il est interdit d’interdire », les élèves se répartissent en quatre groupes de travail : cogestion et vie intérieur de l’établissement, programmes et méthodes pédagogiques, contrôle des connaissances et examens, carte scolaire et orientation20. Les lycéens œuvrent ainsi studieusement sous l’œil de leurs professeurs, débattant parfois passionnément jusque tard dans la nuit. Une présentation de leurs travaux est faite ensuite devant une assemblée de professeurs.

22Ces groupes de travail, aussi sérieux et suivis qu’ils aient été, restent toutefois minoritaires. Leurs membres organisent ainsi un meeting pour exposer le contenu de leurs travaux au reste de leurs camarades, dont il ressort que la principale préoccupation des lycéens reste la tenue ou non des examens. Le mouvement lycéen s’est en effet essoufflé assez rapidement, dès la fermeture des établissements. Les internats étant fermés, les transports scolaires arrêtés mais aussi les familles réticentes faisant pression vont bloquer la plupart des jeunes chez eux réduits à la seule écoute de la radio. Seuls les lycéens restés à Bourg vont avoir l’occasion de s’investir dans le mouvement.

Les agriculteurs

23Pour compléter ce panorama du mouvement de Mai 68 dans le département de l’Ain, un dernier acteur reste à citer, le monde paysan. Le département étant encore très fortement marqué par sa ruralité, le monde paysan va s’efforcer de trouver et légitimer sa place dans le mouvement. La tâche n’est pas aisée dans la mesure où les agriculteurs forment une catégorie sociale encore moins regroupée et soudée que les ouvriers. Il existe bien des structures syndicales au niveau départemental, telles que la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) ou le Centre départemental des jeunes agriculteurs (CDJA), mais leur action et structuration n’est en rien comparable à celles des syndicats ouvriers. En observant les comptes rendus annuels de l’action de ces organisations, on s’aperçoit par exemple que l’événement majeur reste l’organisation des concours de labour et non par exemple de meetings sur les revendications et opportunités d’actions collectives. Pour pouvoir saisir cette opportunité de faire entendre leur voix et ne pas se contenter du rôle de quantité négligeable dans les négociations, les paysans vont devoir inventer une culture de la lutte et de la revendication. L’enjeu est également de parvenir à s’intégrer dans le mouvement global, démontrer la modernité du monde rural et la similitude de ses aspirations avec celles des étudiants et des travailleurs.

24Le monde agricole semble dans l’Ain se diviser autour de ces aspirations. On retrouve tout d’abord toute une partie de la population rurale qui s’élève contre les dérives de la société moderne au nom d’un traditionalisme et d’un conservatisme affiché. Cette partie de la population va toutefois rester en marge du mouvement et n’exprimer son mécontentement qu’en de rares occasions. L’autre moitié des agriculteurs du département essaye tant bien que mal de trouver sa place dans le mouvement local. Ils vont tout d’abord afficher leur soutien aux ouvriers grévistes. Des distributions de nourriture et de lait sont ainsi organisées lors de certaines manifestations, les agriculteurs participant également aux collectes organisées pour le soutien des grévistes. Les exploitants agricoles vont également manifester par eux-mêmes. Plusieurs manifestations formées par des défilés de voiture sont organisées, parfois conjointement avec des agriculteurs venus de Saône-et-Loire à la limite des deux départements.

25La participation du monde paysan au mouvement de mai 68 de l’Ain reste toutefois assez marginale. Bien qu’assez bien relayée par la presse, leurs quelques manifestations ne parviennent pas à occuper le devant de la scène. De plus, le blocage complet du département entraîne des difficultés financières importantes pour les agriculteurs, ce qui entraîne une participation beaucoup plus limitée qu’espérée. L’éparpillement géographique des exploitations sur le département et la pénurie d’essence ne contribue bien sûr pas à renforcer la cohésion.

*

  • 21 Bernard Pudal et Jean-Noël Retière, « Les grèves ouvrières de 68, un mouvement social sans lendema (...)

26Le mouvement de grève dans l’Ain illustre donc finalement assez bien l’aspect métissé des grèves de Mai 68. La parfaite rencontre entre le monde de l’usine, le monde étudiant et le monde de la terre reste toutefois plus un fantasme qu’une réalité21. La seule unité que l’on puisse vraiment observer reste le soutien apporté par l’ensemble des catégories de grévistes aux ouvriers en grève. La relation n’a toutefois clairement pas été réciproque. Les ouvriers, dominant le mouvement social par leur nombre et leur représentation ont eu tendance à rester centrés sur eux-mêmes, ne permettant pas de ce fait la création d’une véritable union de l’ensemble des grévistes.

Notes

1 Entretien avec Maurice Preto, ouvrier chez Berliet à Bourg-en-Bresse en Mai 68. Tous les entretiens ont été réalisés au printemps 2008 dans le cadre de la préparation à l’IEP de Lyon d’un mémoire de master : L’Ain en Mai 68. Petite « révolution silencieuse » ?

2 Entretien avec Jean Molard, prêtre-ouvrier en Mai 68, et responsable des archives de l’UD-CGT de l’Ain.

3 Michel Branciard, membre du bureau de l’UD-CFDT en mai 1968, Le Progrès, 20 mai 1998.

4 Georges Buis, secrétaire de l’UD-CFDT en mai 1968, ibidem.

5 Archives départementales de l’Ain (ADA), CFDT Actions 63-73, 37J5, compte rendu actions revendicatives 1968.

6 Entretien avec Maurice Preto.

7 Entretien avec André Girard.

8 Entretien avec Maurice Preto.

9 Jean Molard, « Mai 1968 : l’intendance suivait chez Berliet-Bourg », Cahier d’histoire sociale Rhône-Alpes, no 45, octobre 1998, p. 13.

10 Ibidem.

11 Entretien avec Maurice Preto.

12 Entretien avec Guy Bertrand, enseignant en primaire dans l’Ain en 1968.

13 L’effort syndical (FEN), octobre-novembre 68.

14 Entretien avec Christiane Morier, enseignante en primaire dans l’Ain en 68.

15 L’effort syndical (FEN), octobre-novembre 68.

16 Entretien avec Pierre Bernadac, élève de première au lycée Carriat de Bourg-en-Bresse en 1968.

17 Idem.

18 Idem.

19 Entretien avec Jacques Genin, bachelier à l’École normale de Bourg-en-Bresse en 1968.

20 La Voix de l’Ain, 31 mai 68.

21 Bernard Pudal et Jean-Noël Retière, « Les grèves ouvrières de 68, un mouvement social sans lendemain mémoriel », dans D. Dammame, B. Gobille, F. Matonti, B. Pudal (dir.), Mai-Juin 68, Paris, Éditions de l’Atelier, 2008, p. 213.

Auteur

Diplômé de l’IEP de Lyon.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540