Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Première partie. Le Mai des territoires. Départements ruraux et centres industriels

Au cœur de la « France profonde » ? Mai-juin 1968 en Creuse. Mouvements sociaux et permanences politiques

Fabien Conord

Texte intégral

  • 1 André Chandernagor, La liberté en héritage, Paris, Pygmalion, 2004, p. 206.

1Département français le plus agricole au recensement général de la population de 1968, la Creuse compte peu d’industrie et pas d’université. La seule concentration de jeunes gens est l’École normale de Guéret, dans ses deux composantes, masculine et féminine. Les CES, les lycées et les Écoles normales comptent au total 130 enseignants. La Creuse offre donc un angle d’observation particulièrement décentré par rapport aux événements parisiens, même s’il convient d’emblée de noter la présence de liens entre Paris et la province, par le biais des parlementaires notamment. Selon l’un d’eux, André Chandernagor, la Creuse, « ce vieux pays, à l’écart des grands courants de communication, ne subit l’influence des mouvements d’opinion qu’avec un décalage propice à la réflexion1 ». Si la dernière partie de son propos, empreinte d’un jugement de valeur, n’est pas de mise ici, l’objet de cette communication est bien de mesurer l’ampleur et la nature du décalage ressenti à l’occasion des événements de mai-juin 1968, ainsi que leur influence à court terme. L’opinion publique creusoise est informée des événements parisiens et régionaux par l’ORTF de Limoges, qui s’installe dans la grève le 20 mai, mais aussi par une presse écrite variée, et publiée tout au long des événements. Elle est composée de trois quotidiens, tous plus ou moins ancrés à gauche : L’Écho du Centre (communiste) et Le Populaire du Centre (socialiste) sont édités à Limoges, où ils émanent des fédérations de la Haute-Vienne de leurs partis respectifs ; La Montagne, journal édité à Clermont-Ferrand où il fut fondé dans la première moitié du siècle par le socialiste Alexandre Varenne, est plus distancié par rapport aux partis politiques. Chacun de ces quotidiens dispose d’une édition départementale pour la Creuse. Depuis 1965, un hebdomadaire gaulliste appuie les débuts politiques des jeunes loups lancés par Georges Pompidou à la conquête de l’ouest du Massif central : L’Essor du Limousin. La lecture de ces sources met en lumière trois phases clairement discernables dans le déroulement du mouvement de mai-juin 1968 en Creuse : un début tâtonnant, l’acmé de la mobilisation sociale et enfin le retour du politique dans son acception classique avec la campagne des élections législatives.

Les trois premières semaines de mai : des débuts tâtonnants

  • 2 Le Populaire du Centre, 3 mai 1968.
  • 3 Le Populaire du Centre, 4-5 mai 1968.
  • 4 Le Populaire du Centre, 7 mai 1968.

2Durant les premières semaines de mai, c’est principalement à travers la presse que l’on peut observer les réactions des élites locales, et notamment partisanes, à l’égard du mouvement. Le Populaire du Centre souligne la vigueur des affrontements entre les factions, et en attribue une large part de responsabilité à la FNEF2, et à Occident3. Le journal met ensuite l’accent sur la violence de la répression policière, qui « a été terrible4 ». Le quotidien socialiste ne se limite pas au résumé des faits, et tente de proposer une analyse de la situation. Communistes et gaullistes font de même, jouant à fronts renversés, avant de se livrer à un chassé-croisé.

  • 5 Le Populaire du Centre, 8 mai 1968.

3Dans une tribune libre, intitulée « L’Université : en question ou en danger ? », Claude Lombois, premier doyen de la faculté de droit de Limoges, reconnaît son incompréhension du mouvement et juge les étudiants affectés d’une « psychose de la sécurité », affolés par la question des débouchés. Il remarque, « au passage, que des techniques de combat et une phraséologie révolutionnaire peuvent habiller des sentiments petit-bourgeois5 ». Au nom de la rédaction du quotidien socialiste, Jean Pacot écrit que les étudiants,

  • 6 Le Populaire du Centre, 11 mai 1968.

« s’ils peuvent considérer qu’ils ont remporté une victoire morale en forçant les partis de gauche et les centrales syndicales à prendre position et à défendre les étudiants contre la répression policière, ont aussi quelques sujets d’amertume, dans la mesure où leur action peut être détournée au profit notamment du parti communiste6 ».

  • 7 L’Écho du Centre, 4 mai 1968.
  • 8 L’Écho du Centre, 5 mai 1968.
  • 9 L’Écho du Centre, 9 mai 1968.

4Celui-ci ne se montre pourtant pas très amène envers les débuts du mouvement. Le 4 mai, L’Écho du Centre reproduit en dernière page la déclaration du conseil municipal de Nanterre, qui dénonce l’action de « certains groupuscules (anarchistes, trotskistes, maoïstes, etc.), composés en général de fils de grands bourgeois et dirigés par l’anarchiste allemand Cohn-Bendit », tout en stigmatisant également le « mouvement fasciste Occident, dont le gouvernement a toujours refusé l’interdiction7 ». Le lendemain, le journal communiste dénonce toutefois la répression exercée contre les étudiants8. Le 9 mai, il consacre une page spéciale aux jeunes, qui sonne un peu faux : la jeunesse y est symbolisée par Éric Charden et James Dean ; si le second pourrait incarner les aspirations de sa génération, la qualification du journal à son endroit (« le rebelle sans cause ») traduit une réserve certaine9.

5Les gaullistes limousins semblent mieux prendre la mesure du phénomène. Trois articles en témoignent. Deux sont dus à l’énigmatique « Grindesel », pseudonyme évident. L’auteur reconnaît l’existence d’un « grave malaise » à l’Université, dont il dénonce la « conception routinière ». Il distingue la masse des étudiants de quelques « noyaux anarchistes et révolutionnaires » :

  • 10 L’Essor du Limousin, 11 mai 1968.

« Il est souhaitable que les étudiants mettent de l’ordre chez eux, faisant ainsi la preuve qu’ils sont politiquement adultes. Ils y gagneront toute l’autorité souhaitable pour discuter de leurs problèmes et pour en hâter la solution. Car ce que l’adulte souhaite finalement c’est d’avoir en face de lui un interlocuteur lucide, même s’il se révèle exigeant, et nous pensons bien pour notre part que la jeunesse a le droit de manifester ses exigences avec fermeté. C’est bien ainsi que doit se comprendre le dialogue, tant il est vrai que s’il faut parler à la jeunesse, il faut principalement l’entendre. Quels que soient ses excès, nous avons beaucoup à apprendre d’elle10. »

  • 11 L’Essor du Limousin, 11 mai 1968.

6Dans le même numéro du journal, un article anonyme illustre les divergences d’analyse qui existent au sein de la mouvance gaulliste. Intitulé « Le culte de l’anarchie », il dénonce « les incidents graves qui viennent de se dérouler sur notre sol », et compare les conditions d’existence des étudiants français à celles de leurs semblables d’autres pays : « Lorsque l’un de ces meneurs, dans une interview, compare Paris à Madrid ou à Varsovie, on serait tenté de lui conseiller vivement d’aller poursuivre ses études dans l’une de ces deux villes. Il lui apparaîtrait rapidement que la France demeure dans le monde la patrie de la Liberté11. »

  • 12 L’Essor du Limousin, 18 mai 1968.
  • 13 L’Essor du Limousin, 18 mai 1968.

7Le 18 mai, l’éditorial de Jean Charbonnel, « Une politique révolutionnaire pour l’Université », propose une voie moyenne, en affirmant que « le grave problème de l’Université française doit recevoir des solutions dignes du gaullisme12 ». Les gaullistes notent également, par la plume de « Grindesel », le décalage entre le PCF et les jeunes13. Observable dans les premiers articles du quotidien communiste, ce décalage est en voie d’atténuation, grâce à la grande manifestation du 13 mai, qui permet l’adoption d’un discours protestataire de large ampleur.

  • 14 L’Écho du Centre, 13 mai 1968.
  • 15 Le Populaire du Centre, 13 mai 1968.

8C’est en effet à compter du 13 mai que le PCF tente de récupérer le mouvement opposé au régime. André Dexet, responsable fédéral, affirme que « depuis 10 ans, dès le premier jour, et trop longtemps seuls, nous avons dénoncé sa malfaisance, réfuté ses mensonges […] Permettez-moi, lecteurs, de crier par ce court billet toute la fierté de notre journal qui s’est dressé le premier et n’a cessé, un seul instant, le combat14 ». De nombreuses organisations appellent, comme le PCF, à manifester le 13 mai. C’est le cas de la CGT, de la CGT-FO, de la CFDT et de la FEN, qui publient un communiqué commun pour appeler à la grève, mais aussi de la FOL (Fédération des œuvres laïques) et de la FGDS. Plus opportuniste, la CIR (Convention des Institutions Républicaines), réunie à Guéret le 9 mai 1968, dénonce « le caractère anachronique » de l’Université, « salue » l’union des syndicats et « appelle les socialistes démocrates creusois à rejoindre les rangs de la CIR départementale ; ils travailleront ainsi à l’union de la gauche au sein de la Fédération départementale de la gauche démocrate et socialiste15 ».

  • 16 Le Populaire du Centre, 15 mai 1968.

9La manifestation du 13 mai peut être considérée comme un succès à Guéret, où elle rassemble, selon la presse, 1 500 personnes, en partie grâce à la présence de délégations ouvrières venues du reste du département. Le Populaire du Centre se félicite que « le service d’ordre particulièrement discret » ait réglé « au mieux la circulation et l’écoulement des manifestants ». Le journal indique en première page que « les employés de la bijouterie Fix ont fait grève pour la première fois depuis quarante ans », ce qui signifie qu’ils ne l’avaient pas fait en 1936. Le rédacteur de l’article prend appui sur cet exemple pour souligner l’ampleur de la mobilisation16. Celle-ci connaît un saut qualitatif et quantitatif à partir du 20 mai.

Du 20 au 31 mai : l’acmé du mouvement

  • 17 Le Populaire du Centre, 22 mai 1968.
  • 18 Le Populaire du Centre, 28 mai 1968.
  • 19 Le Populaire du Centre, 21 mai 1968.
  • 20 Centre des archives contemporaines, 0019770115/7 : fichier municipal 1971-1977 (Côtes-du-Nord et C (...)
  • 21 Le Populaire du Centre, 22 mai 1968. En 1936, ces deux villes avaient été concernées par les grève (...)
  • 22 Le Populaire du Centre, 22 mai 1968.
  • 23 Fabien Conord, « Mobilisation paysanne et relais politiques : le Comité de Guéret (1953-1974) », d (...)
  • 24 CAC, 0019770115/7, fichier municipal 1971-1977 (Creuse), et Jean-Louis Marie, Luttes paysannes et (...)
  • 25 CAC, 0019770115/7, fichier municipal 1971-1977 (Creuse).
  • 26 Le Populaire du Centre, 25 mai 1968.
  • 27 La Creuse agricole, 14 juin 1968.

10La grève est votée le 20 mai à l’ORTF de Limoges. À cette date, les employés de la SNCF sont grévistes, ainsi que 60 % des salariés d’EDF-GDF17 ; ils sont rejoints par les employés des Impôts18. Plusieurs entreprises implantées à Guéret participent au mouvement : Monoprix, les salariés de Gibard (qui envisagent une ou deux heures de cessation de travail par jour19) ; « l’entreprise Dudeffant (transports routiers) est occupée par les employés pour une durée illimitée ». Une grève affecte même l’enseignement catholique le 22 mai. Hormis les employés des Hangars métalliques à Boussac et ceux de Confortub à Bourganeuf, et les mairies communistes de Grand-Bourg et Fresselines20, qui sont fermées, la grève concerne d’ailleurs surtout Guéret. En effet, à Aubusson et La Souterraine, deuxième et troisième villes du département, aucune entreprise n’est en grève21. De même, la grève concerne 100 % des facteurs à Guéret, mais seulement 20 % dans le reste du département. Il est à noter également que si les personnels de l’enseignement secondaire sont grévistes, ceux de l’enseignement primaire ne le sont que de manière ponctuelle. Or, ils composent la quasi-totalité des enseignants ruraux. Les fonctionnaires ruraux – facteurs et enseignants – semblent donc moins mobilisés que leurs collègues du chef-lieu. Le 22 mai, Le Populaire du Centre note que, « plus agricole qu’industriel, le département de la Creuse a été plus long que les autres à se mettre au diapason des ordres de grève22 ». Pourtant, les agriculteurs eux-mêmes entrent dans le mouvement, engagement qu’explique en partie la physionomie du syndicalisme agricole départemental, dirigé par des élus de gauche. Depuis 1953, une structure souple joue un rôle de coordination des actions paysannes dans l’ouest du Massif central : il s’agit du Comité d’action du Centre, dit Comité de Guéret23. Son président, Raymond Labouesse, préside la FGDS départementale depuis 1966, et a été élu conseiller général (canton de Chambon-sur-Voueize) en 1967. Roger Mazure, vice-président de la chambre d’agriculture et du Comité de Guéret, est maire socialiste de Saint-Maixant depuis 195924. Le président de la chambre d’agriculture lui-même, Gaston Fougeroux, devient maire socialiste de Saint-Germain Beaupré en 197125. Il n’est donc pas surprenant de les voir s’engager dans le mouvement. Le 21 mai, la FDSEA produit un communiqué où elle estime que le secteur agricole a, « lui aussi, fait les frais d’une soi-disant politique économique de stabilisation », et « déclare que le monde paysan […] veut être partie prenante dans ce qui pourrait être un projet de société nouvelle ». Le 24 mai, la manifestation organisée à Guéret voit la convergence entre paysans et ouvriers, dont les salariés de l’Union des coopérateurs du Centre, qui rejoignent eux aussi le cortège26. Le même jour pourtant, les présidents des syndicats locaux de la FDSEA, sans doute moins politisés que leurs dirigeants départementaux, « déclarent qu’ils sont fermement attachés aux institutions démocratiques et à la République », témoignant ainsi d’une certaine méfiance vis-à-vis de la forme prise par la contestation27.

  • 28 Le Populaire du Centre, 29 mai 1968.
  • 29 La Montagne, 3 juin 1968.
  • 30 Le Populaire du Centre, 24 mai 1968.
  • 31 Le Populaire du Centre, 28 mai 1968.
  • 32 Le Populaire du Centre, 31 mai 1968.
  • 33 Le Populaire du Centre, 28 mai 1968.
  • 34 La Montagne, 29 mai 1968.
  • 35 La Montagne, 1er juin 1968.
  • 36 Le Populaire du Centre, 31 mai 1968, et La Montagne, 2 juin 1968.
  • 37 La Montagne, 29 mai 1968.
  • 38 Le Populaire du Centre, 28 mai 1968.
  • 39 La Montagne, 29 mai 1968.
  • 40 La Montagne, 1er juin 1968.

11Les assemblées locales apportent pourtant leur appui aux acteurs du mouvement. Le 28 mai 1968, le conseil municipal de Guéret tient une séance extraordinaire pour venir en aide aux grévistes28. Le 31 mai, le Conseil général vote 50 000 F pour les « grévistes nécessiteux ». Le 1er juin, le conseil municipal d’Aubusson, dont le maire est Paul Pauly, vote un crédit de 5 000 F pour les grévistes ; une collecte est même organisée, sur la suggestion d’un conseiller, pendant la séance, et récolte 520 F29. Les organisations de gauche appuient naturellement les manifestants. Le Club Marc-Antoine Huguet (membre de la FGDS) réuni le 21 mai félicite les étudiants et travailleurs et se prononce pour un régime nouveau30. Le PSU fait publier un communiqué contre de Gaulle31. Le comité exécutif de la FGDS de la Creuse se réunit le 30 mai32, et appelle à voter non au référendum, comme la CIR33. La JEC (Jeunesse Étudiante Chrétienne) affirme pour sa part qu’elle « n’est pas indifférente aux secousses qui agitent le monde scolaire et universitaire », mais « désavoue les scènes d’émeute et de violence » et invite les adultes à aider les jeunes34. Le 30 mai, des commerçants guérétois ferment leur magasin pendant la manifestation, ce dont la CGT les remercie35. Les salariés, qui manifestent également à La Souterraine le 30 mai36, demeurent encore largement mobilisés : les enseignants des lycées, CES et Écoles normales font grève à 80 %37. Ils bénéficient d’un communiqué de soutien émanant de la FCPE38. Le 27 mai, le personnel hospitalier syndiqué à la CGT et à la CGT-FO vote une motion dans laquelle il assure les grévistes de sa solidarité, même s’il assure sa mission39. Le 29 mai, les employés du centre hospitalier d’Ajain décident deux heures d’arrêt de travail par jour40.

  • 41 Le Populaire du Centre, 22 mai 1968, et La Montagne, 22 mai 1968.
  • 42 La Montagne, 30 mai 1968.
  • 43 La Montagne, 27 mai 1968.

12Les effets de la grève commencent toutefois à se faire sentir dans la vie quotidienne et agissent sur les esprits : les ménagères font « d’abondantes provisions » et les journaux observent un « rush » des automobilistes « vers les pompes à essence41 ». La chambre de commerce et d’industrie de Guéret met en œuvre une stratégie de contournement de la grève en se chargeant de la collecte du courrier commercial42. La direction du journal La Montagne adopte un regard de moins en moins amène sur le mouvement. Elle indique dans ses colonnes que les abonnés « ne seront nullement lésés » par la grève des postiers, car « leur abonnement sera prolongé d’autant de jours que le service aura cessé ». Le quotidien prend soin d’interrompre également « la publication des bandes dessinées, afin que nos lecteurs abonnés qui n’auraient pas le journal régulièrement ne perdent pas le fil de l’intrigue » ! La rédaction signale que « dès que les circonstances seront redevenues normales – ce que nous souhaitons pour bientôt », les abonnés pourront retrouver leur journal. En attendant ce moment, « La Montagne les remercie de leur confiance et leur dit à des jours meilleurs43 ». L’hebdomadaire gaulliste signale incidemment que

  • 44 L’Essor du Limousin, 25 mai 1968.

« les fervents de la petite reine seront évidemment très déçus par la nouvelle de l’annulation de la grande nocturne prévue à Boussac, pour la première fois, le samedi 25 mai. Cette décision a été prise en raison des événements qui agitent actuellement notre pays44 ».

13Les opposants au mouvement n’hésitent plus à prendre publiquement position, ce que font des enseignants du chef-lieu dans un communiqué :

  • 45 Le Populaire du Centre, 28 mai 1968.

« Des enseignants non grévistes des lycées, CES et Écoles normales de Guéret tiennent à faire connaître qu’ils réprouvent :
– le climat de désordre qui règne actuellement dans la vie scolaire.
– la situation de fait que connaissent leurs établissements.
Que cette situation est préjudiciable aussi bien à l’intérêt immédiat des élèves qu’à la réalisation des réformes nécessaires sur lesquelles les enseignants entendent d’ailleurs être consultés45. »

  • 46 L’hebdomadaire n’accorde plus de place à « Grindesel » à partir du milieu du mois de mai.
  • 47 L’Essor du Limousin, 25 mai 1968.

14L’opposition se structure, les gaullistes s’appuyant sur un CDR (Comité de Défense de la République), qui a distribué des tracts dès le 17 mai. Son manifeste revendique la « justice sociale », exalte le travail et la valeur personnelle des individus, souligne la nécessité de disposer d’interlocuteurs établis. Le 25 mai, l’éditorial (collectif) de L’Essor du Limousin46, « À l’heure du destin », prend la défense des institutions, suggère de « faire droit » aux « légitimes revendications » des classes populaires, mais « sans entraîner la Nation dans le désastre budgétaire, donc dans le désastre économique47 ». Ces quelques orientations livrent les grandes lignes de l’argumentaire gaulliste lors de la campagne des élections législatives, qui dominent le mois de juin.

Le mois de juin ou le retour des appareils partisans

  • 48 La Montagne, 4 juin 1968.
  • 49 La Montagne, 5 juin 1968.
  • 50 La Montagne, 6 juin 1968.
  • 51 La Montagne, 8 juin 1968.
  • 52 Le Populaire du Centre, 29 mai 1968.
  • 53 La Montagne, 6 juin 1968.

15Le 3 juin, lundi de Pentecôte, les syndicats se rassemblent à Guéret48. La grève vit alors ses dernières heures. Les postiers de Guéret49, puis les employés des Impôts50 et les enseignants des Écoles normales51, reprennent en effet le travail début juin. Pourtant, cette reprise ne signifie pas nécessairement la fin du mouvement. La mobilisation peut trouver des prolongements dans la mise en place de syndicats. Dès la fin du mois de mai, se sont constitués un syndicat de laitiers à Auzances, et deux syndicats dans des entreprises de Guéret52. Durant la première semaine de juin, 12 syndicats se créent et s’affilient à la CGT (un à Aubusson, deux à Auzances, quatre à la Souterraine et cinq à Guéret)53.

  • 54 André Chandernagor, La liberté en héritage, Paris, Pygmalion, 2004, p. 211-216.
  • 55 Ibidem.
  • 56 Les deux sénateurs sont pareillement partagés entre les courants issus de la gauche française : l’ (...)

16La presse leur attribue toutefois moins de place qu’à la campagne électorale provoquée par la dissolution de l’Assemblée nationale. Dans ses mémoires, André Chandernagor consacre cinq pages à l’évocation des événements de mai 1968 à Paris, tant au Quartier latin qu’à l’Assemblée Nationale, mais pas une ligne au département de la Creuse, dont il est l’élu54. Il narre, en revanche, la campagne législative de juin 196855. Cela traduit son absence lors des événements, qu’il vit à Paris, tandis que son retour en Creuse signe le changement de nature du combat, qui devient plus strictement politique et davantage centré autour des affrontements partisans. Les deux députés sont, du fait de la dissolution, soumis à renouvellement. Ils sont en place depuis 1958. Dans la première circonscription, celle de Guéret, il s’agit du baron Olivier Harty de Pierrebourg, ancien radical rallié au gaullisme ; le socialiste André Chandernagor représente la deuxième circonscription, dont la ville principale est Aubusson56.

  • 57 OURS, Fonds FGDS, 2 APO 6, lettres du 4 octobre 1967.

17Initialement bien implanté dans le département, le PSU est absent des élections. En effet, privé de ses quatre conseillers généraux, qui ont rejoint la FGDS en octobre 196757, le parti, dirigé par un enseignant, est réduit à la portion congrue d’une petite section implantée à Guéret. C’est précisément l’un de ses anciens représentants, Pierre Ferrand, qui porte les couleurs de la FGDS dans la première circonscription. Pierre Ferrand, alors membre du PSU, avait déjà été soutenu par la FGDS en 1967. Adhérent à cette fédération depuis l’automne 1967, il est logiquement investi en 1968. Il a pour suppléant Pierre Blanchet, adjoint au maire de Guéret, et fils d’un ancien député socialiste de la IIIe République. Ils affrontent la concurrence d’Auguste Tourtaud, conseiller général et conseiller municipal de Guéret, ancien député communiste de la Creuse sous la IVe République, suppléé par Rémy Villefourceix, secrétaire fédéral du PCF. La droite soutient Olivier Harty de Pierrebourg, député sortant, qui a pour suppléant Jean Mazet, conseiller général et maire de Felletin. Le médecin guérétois Jean Uro, suppléé par un agriculteur de Soumans, joue les trouble-fête.

  • 58 CAC, 0019780654, article 66, professions de foi des candidats aux élections législatives de 1968.
  • 59 L’Essor du Limousin, 15 juin 1968.
  • 60 L’Essor du Limousin, 15 juin 1968.
  • 61 L’Essor du Limousin, 15 juin 1968.

18Dans la deuxième circonscription, André Chandernagor sollicite le renouvellement de son mandat, avec l’appui de Fernand Gory, conseiller général. La droite présente « le plus jeune tandem de France », puisque le candidat titulaire, Michel Pinton, a 31 ans et son suppléant 27. Polytechnicien, Michel Pinton affronte sa première élection. Raymond Labrousse, instituteur, conseiller municipal de Saint-Vaury, est investi par le parti communiste. La campagne est plus vive dans cette circonscription que dans celle de Guéret, où Pierre Ferrand accorde une large place aux questions rurales (retour des indexations agricoles, création d’un office de la viande, remembrement). André Chandernagor développe un discours très sévère envers le pouvoir gaulliste58, tandis que Michel Pinton fustige les « politiciens de gauche qui exploitent sans scrupules une situation sociale difficile59 ». La tactique gaulliste vise à englober dans un même rejet PCF et FGDS, entre lesquels « il n’y a pas de différences60 ». Face à cette gauche présentée comme un bloc, l’accent est porté sur l’union des droites. Or, les gaullistes avaient présenté un candidat contre Olivier Harty de Pierrebourg en 1967. La rédaction de L’Essor du Limousin tente de minorer ce fait, estimant qu’en 1967 les gaullistes avaient « voulu proposer un homme jeune qui était moins un adversaire qu’un héritier en quelque sorte. Les urnes ont décidé et voulu que la confiance acquise soit plus solide que l’espoir accordé… » Le parti gaulliste avait soutenu Olivier Harty de Pierrebourg au second tour, et décide, en 1968, de l’appuyer sans hésiter61.

19Les gaullistes développent aussi un discours politique riche en symbolique. Selon eux, « la bataille des drapeaux est le combat de la République française », et ils brandissent le drapeau tricolore face au drapeau rouge et au drapeau noir. La campagne est l’occasion d’affirmer une définition de la République et de ses fondements :

« La République vient du peuple, elle apparut au peuple qui décide à chaque fois de son destin, par le suffrage universel. Contester ce suffrage, contester ce droit au suffrage, c’est contester la République. La seule possibilité d’intervention de la Nation dans les affaires publiques, c’est le bulletin de vote. Y renoncer, c’est ouvrir les portes à la dictature, quel que soit le nom qu’on lui donne. »

  • 62 L’Essor du Limousin, 8 juin 1968.

20Le journal gaulliste reproduit les communiqués de Rhin et Danube, de l’UNC (Union Nationale des Combattants), des FFL (Forces françaises libres), du comité d’action civique des anciens combattants, de France combattante et des SAS62. Dans une région limousine marquée par la Résistance, les combats de la Libération et les massacres de Tulle et d’Oradour-sur-Glane, la liste de ces associations revêt elle aussi une dimension symbolique.

21Au moment du vote, L’Essor du Limousin titre : « La République vous appelle avec ses défenseurs », et propose une première page en trichromie (bleu-blanc-rouge), comme la « Mode électorale » du jour :

  • 63 L’Essor du Limousin, 22 juin 1968.

« Électrices, le Comité de défense de la République vous suggère cette toilette, pour le dimanche 23 juin : veste ou blazer bleu-roi ; corsage blanc et jupe rouge. Vous serez, le jour des élections, les courageuses “Marianne” de la République. Voilà ce qu’elle attend de vous ! Un ensemble bleu blanc rouge est du meilleur effet63. »

  • 64 L’Essor du Limousin, 29 juin 1968.
  • 65 La Montagne, 25 juin 1968.
  • 66 La Montagne, 27 juin 1968.

22Dès le premier tour de scrutin, les gaullistes peuvent pavoiser. Ils affirment, un peu vite, que « le socialisme limousin, accommodé à la sauce communiste, a perdu sa dernière bataille », et tentent d’attirer à eux « les socialistes authentiques », qui « ne se reconnaissent plus dans cette politique du pire qui a tant servi depuis plusieurs années le parti communiste64 ». Les résultats montrent pourtant la bonne résistance d’André Chandernagor, qui obtient 34,39 % des suffrages exprimés, ce qui le place en bonne position, son adversaire UDR (38,54 %) ne pouvant espérer le report des voix communistes (27,06 %). Dans la première circonscription en revanche, les 45,19 % des suffrages exprimés obtenus par Olivier Harty de Pierrebourg lui ouvrent la voie du second tour, au cours duquel il affronte le candidat communiste, arrivé en tête de la gauche avec 28,22 % tandis que Pierre Ferrand (FGDS) en a recueilli 19,64 %. Le docteur Uro, qui a obtenu 6,94 % des suffrages exprimés, se retire sans se désister, mais en appelant de ses vœux « une nouvelle société plus juste, plus libérale, plus humaine65 ». Le sénateur socialiste Paul Pauly, président du conseil général, et 17 conseillers généraux de gauche signent un appel en faveur des candidats de la gauche au second tour66.

23Celui-ci aboutit à un équilibre politique, chacune des deux circonscriptions conservant son député sortant, Olivier Harty de Pierrebourg dans la première circonscription, et André Chandernagor dans la deuxième, où Michel Pinton obtient la majorité des suffrages exprimés à Aubusson (53,54 %) et Felletin (61,18 %), villes moins mobilisées que Guéret au moment des grèves. Ce sont les campagnes qui accordent l’avantage à André Chandernagor, qui l’explique ainsi :

  • 67 André Chandernagor, La liberté en héritage, Paris, Pygmalion, 2004, p. 217.

« J’étais distancé dans les villes et dans les chefs-lieux de cantons, et sauvé par les communes rurales. Était-ce l’effet du moindre développement, à l’époque, de la télévision dans les zones rurales ? Elles appréciaient plus sereinement les événements qui s’étaient déroulés à Paris67. »

  • 68 L’Essor du Limousin, 6 juillet 1968.

24Alors qu’elle avait pavoisé après le premier tour, la rédaction de L’Essor du Limousin est partagée entre joie et peine à l’issue du second. Le succès gaulliste coïncide en effet avec le décès, dans la nuit du second tour, de François Chirac, aux obsèques duquel le journal consacre un long reportage. Le résultat des élections fait toutefois l’objet de l’éditorial. Plus que l’ampleur numérique de la victoire gaulliste, c’est surtout sa dimension géographique qui est mise en avant, ainsi que l’atteste le titre, aux accents américains, « La nouvelle frontière » : cette expression ne revêt pas la même signification, mais signale que les gaullistes ont franchi le sud de la Loire, qui leur apparaissait depuis le début de la Ve République comme une terre de mission68.

*

25Tout au long des mois de mai et juin 1968, la presse creusoise observe une relative discrétion à l’égard des événements parisiens, essentiellement traités dans le quotidien communiste et l’hebdomadaire gaulliste. C’est principalement sur les grèves locales, et leurs conséquences pratiques, que portent les articles. La dissolution de l’Assemblée nationale entraîne un déplacement du regard vers les formations politiques. Les élections législatives se soldent localement par un statu quo partisan, avec la réélection des deux députés sortants, de part et d’autre de l’échiquier politique. En apparence, la Creuse sort donc peu bouleversée de la séquence de mai-juin 1968. Celle-ci provoque pourtant une mutation dans les entreprises creusoises, avec la naissance d’une syndicalisation dans des structures de petite ou moyenne taille, jusque-là restées à l’écart des mouvements sociaux. À ce titre, la Creuse n’a pas traversé le printemps 1968 sans conséquence, d’autant plus que les sources examinées ne permettent pas de mesurer les effets, certainement plus visibles à long terme, du mouvement sur ses acteurs, et notamment les plus jeunes.

Notes

1 André Chandernagor, La liberté en héritage, Paris, Pygmalion, 2004, p. 206.

2 Le Populaire du Centre, 3 mai 1968.

3 Le Populaire du Centre, 4-5 mai 1968.

4 Le Populaire du Centre, 7 mai 1968.

5 Le Populaire du Centre, 8 mai 1968.

6 Le Populaire du Centre, 11 mai 1968.

7 L’Écho du Centre, 4 mai 1968.

8 L’Écho du Centre, 5 mai 1968.

9 L’Écho du Centre, 9 mai 1968.

10 L’Essor du Limousin, 11 mai 1968.

11 L’Essor du Limousin, 11 mai 1968.

12 L’Essor du Limousin, 18 mai 1968.

13 L’Essor du Limousin, 18 mai 1968.

14 L’Écho du Centre, 13 mai 1968.

15 Le Populaire du Centre, 13 mai 1968.

16 Le Populaire du Centre, 15 mai 1968.

17 Le Populaire du Centre, 22 mai 1968.

18 Le Populaire du Centre, 28 mai 1968.

19 Le Populaire du Centre, 21 mai 1968.

20 Centre des archives contemporaines, 0019770115/7 : fichier municipal 1971-1977 (Côtes-du-Nord et Creuse).

21 Le Populaire du Centre, 22 mai 1968. En 1936, ces deux villes avaient été concernées par les grèves, mais de manière limitée ; les tapissiers d’Aubusson, notamment, n’avaient pas cessé le travail (Georges Dauger, Aux origines du Front populaire dans la Creuse. Contribution à une ethnohistoire des comportements politiques, Guéret, Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, 1986, préface d’Alain Corbin, postface de Laird Boswell, p. 176).

22 Le Populaire du Centre, 22 mai 1968.

23 Fabien Conord, « Mobilisation paysanne et relais politiques : le Comité de Guéret (1953-1974) », dans Annie Antoine, Julian Mischi (dir.), Sociabilité et politique en milieu rural, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 213-223.

24 CAC, 0019770115/7, fichier municipal 1971-1977 (Creuse), et Jean-Louis Marie, Luttes paysannes et déclin des sociétés rurales. Les paysans de la Creuse, Paris, Pedone, 1986, p. 149.

25 CAC, 0019770115/7, fichier municipal 1971-1977 (Creuse).

26 Le Populaire du Centre, 25 mai 1968.

27 La Creuse agricole, 14 juin 1968.

28 Le Populaire du Centre, 29 mai 1968.

29 La Montagne, 3 juin 1968.

30 Le Populaire du Centre, 24 mai 1968.

31 Le Populaire du Centre, 28 mai 1968.

32 Le Populaire du Centre, 31 mai 1968.

33 Le Populaire du Centre, 28 mai 1968.

34 La Montagne, 29 mai 1968.

35 La Montagne, 1er juin 1968.

36 Le Populaire du Centre, 31 mai 1968, et La Montagne, 2 juin 1968.

37 La Montagne, 29 mai 1968.

38 Le Populaire du Centre, 28 mai 1968.

39 La Montagne, 29 mai 1968.

40 La Montagne, 1er juin 1968.

41 Le Populaire du Centre, 22 mai 1968, et La Montagne, 22 mai 1968.

42 La Montagne, 30 mai 1968.

43 La Montagne, 27 mai 1968.

44 L’Essor du Limousin, 25 mai 1968.

45 Le Populaire du Centre, 28 mai 1968.

46 L’hebdomadaire n’accorde plus de place à « Grindesel » à partir du milieu du mois de mai.

47 L’Essor du Limousin, 25 mai 1968.

48 La Montagne, 4 juin 1968.

49 La Montagne, 5 juin 1968.

50 La Montagne, 6 juin 1968.

51 La Montagne, 8 juin 1968.

52 Le Populaire du Centre, 29 mai 1968.

53 La Montagne, 6 juin 1968.

54 André Chandernagor, La liberté en héritage, Paris, Pygmalion, 2004, p. 211-216.

55 Ibidem.

56 Les deux sénateurs sont pareillement partagés entre les courants issus de la gauche française : l’encore radical Eugène Romaine, élu en 1959, bénéficie du soutien des droites, et le socialiste Paul Pauly, élu depuis 1946, fait figure d’homme fort du département, dont il préside le conseil général depuis 1945. Ses relations avec André Chandernagor, alors secrétaire fédéral de la SFIO, ne sont pas empreintes d’une grande cordialité, les deux hommes s’opposant sur les modalités de la gestion départementale et sur la ligne politique du parti socialiste. Alors qu’André Chandernagor est notoirement anticommuniste, Paul Pauly se veut l’homme de l’union à gauche.

57 OURS, Fonds FGDS, 2 APO 6, lettres du 4 octobre 1967.

58 CAC, 0019780654, article 66, professions de foi des candidats aux élections législatives de 1968.

59 L’Essor du Limousin, 15 juin 1968.

60 L’Essor du Limousin, 15 juin 1968.

61 L’Essor du Limousin, 15 juin 1968.

62 L’Essor du Limousin, 8 juin 1968.

63 L’Essor du Limousin, 22 juin 1968.

64 L’Essor du Limousin, 29 juin 1968.

65 La Montagne, 25 juin 1968.

66 La Montagne, 27 juin 1968.

67 André Chandernagor, La liberté en héritage, Paris, Pygmalion, 2004, p. 217.

68 L’Essor du Limousin, 6 juillet 1968.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540