Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Première partie. Le Mai des territoires. Départements ruraux et centres industriels

Le moment 1968 en Bretagne

Christian Bougeard

Texte intégral

  • 1 Voir la problématique du séminaire de recherche de l’IHTP et Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Fran (...)
  • 2 L’analyse porte surtout sur le Finistère, les Côtes-du-Nord et la Loire-Atlantique.

1Dans l’optique d’une analyse comparative de Mai 1968 dans les régions françaises, l’objectif est de dresser un état des lieux des acquis d’une recherche qui s’est enrichie ces dernières années mais qui nécessitera des approfondissements et des relectures. L’accent est mis sur « le moment 68 » et non sur l’ensemble des « années 681 » comme révélateur des transformations dans les années 1960 d’une société encore marquée par la ruralité et du malaise engendré par une modernisation qui bouleverse les équilibres économiques, sociaux, culturels et religieux. Ainsi le temps court des mobilisations de mai et juin 1968 s’inscrit dans un temps plus long qui renvoie aux mutations à l’œuvre depuis la Libération. Sans négliger le rôle mobilisateur des étudiants, à Nantes, à Rennes et à Brest, nous allons insister sur des aspects moins connus du mouvement social, sur l’intervention des salariés et des agriculteurs, encore bien encadrés par leurs organisations syndicales, en particulier dans les petites villes et les départements n’ayant pas d’université2. À la faveur de la crise nationale de Mai 1968, on voit émerger des formes de mobilisation novatrices qui vont irriguer le « Mai breton » dans les luttes du début des années 1970. Mais en Bretagne, l’un des facteurs déclencheurs des événements, loin des facultés parisiennes, tient à la perception d’une mise à l’écart des évolutions nationales, voire d’un déclin inéluctable, ce qui mobilise les notables, les syndicats et la population lors d’une grande démonstration de force le 8 mai 1968. Cette mobilisation inédite s’accompagne d’un renouveau identitaire et culturel breton dont les militants issus de Mai 1968 vont s’emparer dans les années suivantes.

Vers la grande manifestation régionale du 8 mai 1968 : « L’Ouest veut vivre »

  • 3 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Éd. Ouest-France, 1989, 2e et 3e (...)

2Région encore rurale (54 % de la population en 1962, 43,1 % en 1968), la Bretagne a subi de plein fouet des transformations démographiques, économiques et sociales qui se sont accélérées depuis le début des années 1960. Société imprégnée par le catholicisme soumis aux novations de Vatican II, la région connaît une natalité dynamique mais guère supérieure à la moyenne nationale et en recul de 1962 à 1968, et une croissance démographique qui est perçue comme posant la question des débouchés professionnels des jeunes3. En effet, les jeunes doivent quitter la région pour trouver du travail. L’exode rural est particulièrement fort et ancien dans le centre Bretagne rural (2/3 des communes bretonnes ont connu un déclin continu de 1936 à 1962), soit vers les villes de la région en forte croissance, soit en dehors de Bretagne. L’émigration saigne la Bretagne qui de 1946 à 1962 a perdu 246 960 habitants (près de la moitié installés en Région parisienne), ce qui est perçu comme une hémorragie mortelle. Certes le phénomène se ralentit de 1962 à 1968 (23 160 départs) et va s’inverser après mais on l’ignore encore. Ce n’est pas un hasard si les trois départements de l’ouest breton les plus touchés par cet exode sont ceux qui se mobilisent le plus le 8 mai 1968. Ce déracinement secoue les tutelles politiques et sociales traditionnelles. L’émigration bretonne frappe les jeunes actifs, surtout les classes d’âge de 20 à 29 ans : ouvriers et femmes de ménage mais aussi fonctionnaires, cadres et techniciens doivent partir. Or, la politique de décentralisation industrielle impulsée par l’État (77 entreprises en 1968 dont la moitié en Ille-et-Vilaine, moins de 20 000 emplois) et basée sur une main-d’œuvre d’origine rurale, jeune, mal payée, non ou peu syndiquée, ne compense pas les départs, même si des pôles industriels urbains se développent dans le bassin rennais ou dans le Trégor (la téléphonie à partir du CNET).

  • 4 Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les an (...)

3De fait, le secteur secondaire augmente peu, passant de 29,6 % de la population active en 1962 à 31,4 % en 1968. C’est donc le secteur tertiaire qui bénéficie du recul massif de la paysannerie. Mais une nouvelle génération d’ouvriers, en général OS, arrive sur le marché du travail et participe à des mobilisations plus dures dans les années 1966-1967. Il s’agit souvent de luttes défensives concernant des branches ou des entreprises menacées. Grèves et manifestations sont nombreuses de 1965 à 1968. Celles de toute la région lorientaise n’ont pas empêché la fermeture des Forges d’Hennebont (Morbihan) en 19664. À Fougères (Ille-et-Vilaine), l’industrie de la chaussure est durement touchée en 1967 (900 suppressions d’emplois, 200 créations). Le 26 janvier 1968, avec l’appui de la population et à l’appel de tous les syndicats, 6 000 personnes défilent dans une ville morte. La CFDT est majoritaire mais de jeunes ouvriers d’origine rurale débordent son service d’ordre et veulent prendre la sous-préfecture. Les méthodes d’action violente des agriculteurs sont reprises par des fractions ouvrières qui remettent en question les formes de lutte traditionnelles de leurs syndicats CGT et CFDT (débrayages, grèves de 24 heures). Ainsi à Quimper, à la CAPIC, une entreprise de matériel de cuisson (106 salariés), les ouvriers s’opposent à un patron répressif : le 24 janvier 1968, le licenciement d’un ouvrier de 20 ans déclenche un conflit victorieux de 42 jours avec débrayages quotidiens et un comité de soutien intersyndical qui organise la solidarité.

4Les campagnes connaissent de profondes transformations, le secteur primaire passant de 48 % de la population active en 1954 à 31,3 % en 1968. Des milliers de petites exploitations agricoles disparaissent. Le phénomène est accéléré par l’intégration de l’économie française à la CEE, la mise en place de la PAC et les lois d’orientation agricoles de 1960 et 1962. Une nouvelle génération d’agriculteurs modernistes issue de la JAC (Jeunesse agricole chrétienne) trouve d’ailleurs les évolutions trop lentes : le 8 juin 1961, pour faire sauter le verrou des négociants de choux-fleurs et d’artichauts de la région de Saint-Pol-de-Léon qui imposent leur loi sur le marché, Jean-Marie Saillour, formé à la guerre subversive en Algérie, Alexis Gourvennec et Marcel Léon organisent une spectaculaire – les médias parisiens ont été avertis – prise de la sous-préfecture de Morlaix (Finistère). Les deux derniers sont arrêtés, jugés le 22 juin et relaxés. En soutien, les campagnes bretonnes s’embrasent ouvrant un cycle de manifestations violentes, ce qui ne les empêchera pas de voter massivement gaulliste et à droite en 1962. Ces militants du CDJA (Centre départemental des jeunes agriculteurs), formés dans le creuset de la JAC, bousculent les dirigeants traditionnels et de droite des FDSEA (Fédérations départementales des syndicats d’exploitants agricoles) qui comptent près de 100 000 adhérents en Bretagne. Ils en prennent même le contrôle : Marcel Léon est élu secrétaire général de la FDSEA du Finistère en 1958 et Louis Chopier de celle d’Ille-et-Vilaine en 1961. Au milieu des années 1960, les cinq FDSEA entrent en opposition avec la FNSEA : les éleveurs bretons (spécialisation en plein essor) s’opposent aux céréaliers. En outre, un rapprochement s’opère avec les FDSEA des Pays de Loire en 1966, en particulier au sein de la FRSEAO (Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles de l’ouest, neuf départements) dirigée par Bernard Lambert, un exploitant de Loire-Atlantique, ex-député MRP de Châteaubriant (1958-1962), qui milite au PSU (1966).

  • 5 Gilles Carrière, Les événements de mai-juin 1968 à Quimper, maîtrise d’histoire, UBO, Brest, 1994.

5En 1967, les campagnes réagissent car le lobby céréalier a obtenu de Bruxelles de fortes hausses des prix du blé alors que le lait, le porc, l’aviculture, les principales productions régionales, ont été oubliées. De grandes manifestations paysannes se déroulent à partir de celle de Redon (Ille-et-Vilaine) le 26 juin 1967 (10 000 agriculteurs, blocage de voies ferrées, affrontement avec les forces de l’ordre, 60 blessés). C’est la naissance du « comité de Redon » qui regroupe les FDSEA les plus contestataires. Pour répondre au mécontentement qui monte chez les paysans, la FNSEA doit lâcher du lest en programmant une journée nationale d’action le 2 octobre 1967 avec deux manifestations en Bretagne : à Redon et à Quimper (Finistère). 12 000 à 15 000 personnes convergent vers Quimper, de jeunes vicaires y participent. Des élus et parlementaires du centre et de droite qui dominent la région prennent la parole, mais les dirigeants du CDJA notamment celui des Côtes-du-Nord tiennent des discours engagés : sans remettre en cause l’Europe, un orateur affirme : « Nous ne voulons pas d’une Europe libérale où le profit serait capitaliste » ; un autre ajoute : « La Bretagne ne veut pas mourir5. » Les manifestants refusent de se disperser et la manifestation tourne à l’émeute. La permanence du député récemment élu Marc Bécam (UNR-UD Ve), suppléant du ministre d’État Edmond Michelet (Fonction publique), est saccagée. Devant la préfecture, les gardes mobiles sont débordés et les CRS qui chargent doivent se replier. On dépave les rues, des vitrines sont brisées, on arrache les poteaux indicateurs et on brûle la voiture d’un notable, puis deux fourgons ; la maison du gardien de la préfecture s’enflamme alors que les grenades lacrymogènes pleuvent. En deux heures d’affrontements, selon la presse il y a 279 blessés (179 pour les forces de l’ordre, et un manifestant dans le coma). Dans la soirée, les dirigeants des trois FDSEA de l’ouest breton obtiennent du préfet la libération des paysans arrêtés et reprennent leurs troupes en main. Les paysans bretons ont anticipé les manifestations étudiantes parisiennes. Le conseil général du Finistère, présidé par le sénateur centriste André Colin (centre démocrate) comprend « l’inquiétude légitime » du monde agricole. À la veille du 8 mai 1968, tous les responsables politiques, syndicaux, administratifs craignent de nouveaux dérapages.

  • 6 En Loire-Atlantique, Rialland, le président de la FDSEA au début des années 1960 est un ancien ouv (...)
  • 7 Une première manifestation commune intersyndicale a eu lieu à Saint-Nazaire le 20 juin 1961 pour l (...)

6Nouveauté depuis quelques années, les syndicats agricoles de la région (FRSEAO, CDJA, certaines FDSEA) ont pris contact avec les syndicats ouvriers, surtout la CFTC devenue CFDT. Militants ouvriers et paysans ont souvent été formés dans le creuset des mouvements d’action catholique (JAC, JOC)6. À Nantes, le 19 février 1964 (70 000 personnes), puis à Saint-Nazaire, ouvriers et paysans avaient défilé sous la banderole : « La Loire-Alantique veut vivre7. » En 1966 et 1967, les contacts se multiplient dans les différents départements entre la FRSEAO, le CDJA et la CFDT et la CGT d’abord, puis avec FO, l’UNEF et la FEN débouchant le 6 novembre 1967 sur une rencontre régionale (des deux régions) et un « programme d’action » signé par les quatre premières organisations (les autres n’étant qu’observatrices). Ce faisant, la FRSEAO et la FDSEA de Loire-Atlantique qui jouent un rôle moteur s’opposent à la FNSEA. Cette dynamique débouche sur la grande manifestation régionale du 8 mai 1968 décidée le 14 mars (initialement prévue le 13 mai) avant les événements parisiens.

  • 8 Christian Bougeard, René Pleven. Un Français libre en politique, Rennes, Presses universitaires de (...)

7Luttes ouvrières et paysannes rencontrent l’inquiétude des élus locaux qui se sont organisés depuis 1951 au sein du CELIB (le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons), un organisme transpartisan présidé par René Pleven, alors député UDSR des Côtes-du-Nord, qui se bat pour le développement de la Bretagne. Proposant un programme d’action régionale spécifique, Pleven et le CELIB se sont heurtés à une fin de non-recevoir du général de Gaulle et de Michel Debré, puis de Georges Pompidou, poussant de nombreux élus centristes (ex-MRP) dans une semi-opposition au pouvoir gaulliste8. D’ailleurs, en mars 1967, face aux 14 députés UNR gaullistes et six républicains indépendants (RI), les centristes conservent huit députés (PDM) et la gauche reprend quelques couleurs passant de deux élus en 1962 à cinq : trois FGDS à Nantes, Saint-Nazaire et Lorient et deux PSU dont Yves Le Foll à Saint-Brieuc et Roger Prat à Morlaix. Conscients des difficultés économiques, des responsables du Finistère créent le 9 mars 1968 le CABRO, le comité d’action de la Bretagne occidentale, (FDSEA et sociétés d’expansion du nord et du sud Finistère), dirigé par Alexis Gourvennec et Georges Lombard, député-maire de Brest (PDM), pour obtenir le développement du port de Brest, l’industrialisation et le désenclavement de l’ouest breton : un ultimatum fixé au 15 avril est alors adressé au gouvernement.

  • 9 Annie Jeffroy, Chronique des événements de Mai 1968 à Brest d’après Le Télégramme et Ouest-France, (...)

8En 1968, les étudiants sont encore peu nombreux en Bretagne : aux universités rennaise et nantaise (créée en 1962) se sont ajoutés à partir de 1959 à Brest deux collèges universitaires et différentes écoles (3 979 étudiants à la rentrée 1967)9. Pourtant, comme à Nanterre, dans ces trois villes « un vent de fronde » souffle pour réclamer la libre circulation dans les cités universitaires. À Nantes, dirigée par des militants proches des situationnistes, l’UNEF qui a manifesté le 13 décembre avec la CGT et la CFDT sur l’emploi, organise les jours suivants des occupations de cités universitaires. Dans cette ville, les manifestations sont émaillées d’incidents et d’interventions musclées des gardes mobiles et des CRS comme le 14 février 1968 quand 1 500 étudiants occupent le rectorat sur la question des bourses (45 interpellations). À Brest, le 15 février, les filles occupent la cité des garçons (une heure), les garçons investissent celle des filles le lendemain. Les Rennais ne sont pas en reste. Ces mouvements accélèrent la politisation de masse des étudiants. Ce 15 février, un millier d’agriculteurs réclame à Quimper une expansion agricole en liaison avec une industrialisation. Des réunions étudiants-enseignants se tiennent sur les problèmes de l’université, le refus de « la réforme Fouchet » du 1er cycle et les débouchés (peur du chômage). À Brest le 28 mars, une assemblée générale appelle à la grève du 8 mai. De toute part montent des mécontentements qui vont converger le 8 mai et après le 13 mai.

Démarrage et essor du mouvement de Mai 68 en Bretagne

9Après les traditionnels cortèges du 1er mai qui se déroulent dans le calme, les événements parisiens se répercutent en Bretagne à partir du lundi 6 mai : à Rennes, 500 étudiants manifestent leur solidarité. Le même jour, dans un tract, l’AGEB, l’association générale des étudiants brestois appelle à la grève pour le lendemain, grève suivie à 95 % ; un meeting rassemble 600 étudiants à la sortie du restaurant universitaire. Le SNESUP et le SGEN-CFDT dénoncent l’intervention de la police à la Sorbonne.

  • 10 Anne Bondu, Les mouvements ouvriers dans le Finistère de 1960 à 1980, M2, UBO, Brest, 2008. Archiv (...)
  • 11 Des incidents violents ont cependant lieu à Redon et à Fougères.
  • 12 Christian Bougeard, « Mai 1968 dans les Côtes-du-Nord », L’Ouest et le politique, textes réunis pa (...)

10Le 8 mai, sur le thème de « l’Ouest veut vivre » près de 100 000 personnes descendent dans la rue dans les neuf départements de l’Ouest. Selon les chiffres officiels, ils sont 78 000 en Bretagne dont 10 000 à Nantes et 11 400 dans les autres départements des Pays de Loire10. Dans les petites et les grandes villes, les chiffres sont impressionnants, très élevés dans l’ouest de la Bretagne : 45 000 dans le Finistère, 9 000 dans le Morbihan et 4 500 dans les Côtes-du-Nord. À Brest, avec l’arsenal (6 300 grévistes sur 6 600), les métallos et le bâtiment qui ont débrayé dans les jours précédents, plus les salariés du public et du privé, ils sont 25 000, 10 000 à Quimper, 5 000 à Morlaix et 4 000 à Carhaix. Des élus de l’opposition participent aux cortèges qui se déroulent dans le calme11 : maires et conseillers généraux communistes, députés PSU et élus socialistes mais aussi des centristes (le député Paul Ihuel à Lorient, le député-maire de Guingamp Edouard Ollivro à Saint-Brieuc) souvent à la tête de leur municipalité. On s’adresse au gouvernement, on ne le rejette pas encore. Les responsables syndicaux ouvriers, paysans, enseignants et étudiants prennent la parole. Sauf en Loire-Atlantique et à Saint-Brieuc, FO et la CFTC ont refusé de participer. En signe de solidarité, des commerçants ont baissé leur rideau sauf le centre Leclerc de Brest car Edouard Leclerc, le dirigeant de la centrale d’achat, a condamné cette journée d’action ; des manifestants organisent un sit-in devant son magasin. Même les milieux patronaux sont représentés. À Quimper, sous l’impulsion de jeunes curés, l’Église catholique a apporté son appui (texte lu dans les églises le 5 mai) et certains qui manifestent à Saint-Brieuc ont adressé une lettre collective aux deux quotidiens régionaux dénonçant « la situation de plus en plus difficile du département12 ». De 70 à 90 % des fonctionnaires et des entreprises publiques ont fait grève ainsi que la métallurgie et le bâtiment. Le succès de cette journée d’action de 24 heures n’a pas de liens directs avec les événements parisiens et s’inscrit encore dans une culture politique et syndicale classique. Le seul bémol de taille est qu’à Rennes, les usines Citroën (12 000 salariés) contrôlées par le « syndicat-maison » CFT vont rester totalement à l’écart des grèves. Fort de son succès finistérien, le 11 mai, le CABRO exige de Raymond Marcellin, élu du Morbihan et ministre de l’Aménagement du Territoire (RI), le vote de la loi-programme refusée par le gouvernement. Faute de quoi, les maires du Finistère déclencheraient une grève administrative et des manifestations.

  • 13 Alain Prigent, Des salles de classe aux luttes sociales : mai-juin 1968 dans les Côtes-du-Nord, s. (...)
  • 14 Le premier chiffre provient du préfet, le second de la presse (Ouest-France et Le Télégramme).
  • 15 Place publique, op. cit., p. 9.

11Le télescopage avec le mouvement étudiant qui s’étend se produit alors. À Brest, le 9 mai, l’AGEB et le SNESUP appellent à cesser les cours, ce qui est effectif en Lettres, en Sciences et à l’ENIB : 2 500 étudiants assistent à un meeting et manifestent en ville (motion à la sous-préfecture) ; le 11, la faculté des sciences est occupée. À Nantes, le 9 mai l’UNEF, la CGT et la CFDT se sont rencontrées. À Rennes, l’AGER-UNEF mobilise et occupe la faculté des Lettres. À Saint-Brieuc où il y a quelques classes préparatoires, un comité local du mouvement du 22 mars apparaît le 11 mai ; sa banderole est déchirée par le service d’ordre de la CGT le 13 mai, ce qui conduit Yves Le Foll à quitter le cortège en signe de protestation. À l’appel des syndicats ouvriers, de la FEN, de l’UNEF, des associations corporatives étudiantes, en solidarité avec les étudiants parisiens et contre la répression policière, la grève générale du 13 mai 1968 donne le coup d’envoi de l’élargissement de la contestation aux salariés13. FO et la CGC se joignent parfois au mouvement. Dans les Côtes-du-Nord, le PCF a distribué 50 000 tracts la veille. De nombreuses villes de Bretagne connaissent des manifestations souvent jamais vues : plus de 20 000 à Nantes ; 12 000 le matin, 15 000 l’après-midi à Brest ; 12 000 à Rennes et à Saint-Nazaire ; 10 000 à Lorient. À Quimper (5 000 personnes), sur le thème : « Vive l’union des travailleurs et des étudiants », les syndicalistes dont le CDJA ont improvisé la mobilisation par tracts dans la nuit du 12 au 13 mai. À Brest où une délégation du CDJA est présente, cette grève est très suivie à l’arsenal, chez les métallos et dans le bâtiment. Dans les Côtes-du-Nord, la mobilisation est plus faible à Saint-Brieuc (1 500 à 2 000 personnes, la moitié de lycéens), Guingamp (800 à 1 000), Lannion (400 à 800), Dinan (350 à 600)14. Car la grève touche surtout l’enseignement, les entreprises publiques (EDF-GDF, la SNCF) mais beaucoup moins le secteur privé que le 8 mai. Partout, les slogans « libérez nos camarades ! Peyrefitte démission ! » répondent aux « Dix ans, ça suffit ». À Lannion (Côtes-du-Nord) voisinent des pancartes : « Du travail pour tous » et déjà « CRS, assassins ». À l’initiative de Gilbert Denis, militant CGT et contrôleur des PTT, l’un des rares militants du PCMLF de la région, ce parti pro-chinois créé en décembre 1967 par Jacques Jurquet, une centaine de jeunes et quelques enseignants établissent trois barrages avec des voitures (une heure, sans incident). À Nantes, en soirée de sévères affrontements se déroulent autour de la préfecture investie par des étudiants ; le préfet J.-E. Vié demande au ministère de l’Intérieur l’autorisation d’ouvrir le feu, ce qui lui est refusé15.

12À partir du 14 mai, les grèves ouvrières avec occupation des locaux et parfois séquestration des cadres démarrent. Initiant un processus national, ce jour-là à Sud-Aviation à Bouguenais près de Nantes les ouvriers retiennent le directeur Pierre Duvochel à l’instigation de militants trotskistes et anarcho-syndicalistes. En Basse-Loire, l’influence d’Alexandre Hébert, le leader de l’UD CGT-FO (5 000 adhérents à Nantes) est forte. Le lendemain, un millier d’étudiants se rend pour la nuit dans l’usine occupée. À partir du 18 mai, de nombreuses usines et administrations sont occupées en Bretagne dont les Chantiers de l’Atlantique à Nantes le 19 mai, jour où Daniel Cohn-Bendit vient tenir un meeting sur la plage de Saint-Nazaire, la ville où son frère Gaby est professeur d’allemand. La dynamique parisienne croise la mobilisation en Bretagne où depuis plus d’une semaine les étudiants discutent en commissions avec leurs enseignants de la réforme de l’université. Mais à Brest, les cours reprennent à la faculté des sciences et à l’École d’ingénieurs (ENIB) le 17 mai (pour deux jours).

  • 16 Ce conflit exemplaire a été étudié par Vincent Porhel, op. cit., chap. ii.

13Ce qui frappe, c’est la rapidité de l’extension des grèves qui paralysent le pays. Dans le Finistère, les cheminots CGT-CFDT déclenchent la grève illimitée à Brest (gare occupée) et à Quimper les 17-18 mai contre le pouvoir gaulliste et la société capitaliste. Le 20, le mouvement gagne EDF et le personnel municipal à Quimper et les usines de Brest où la CSF, une usine décentralisée (1963) de radars, déclenche après trois jours de préparation de la section CFDT l’occupation qui va durer un mois jusqu’au 21 juin (1 100 employés)16. Le lendemain l’arsenal suit. Le 22 mai, les chantiers de l’Ile Longue (base des sous-marins nucléaires) s’arrêtent. Le 23, les grévistes de la CSF qui créent le lendemain des commissions ouvrières rencontrent les étudiants brestois. Le 24 au cours d’un meeting intersyndical, les mots d’ordre se radicalisent. Le secrétaire CFDT de l’arsenal reconnaît que : « les étudiants ont ouvert la brèche. Ce sont tous les travailleurs qui prennent la relève ». À partir du 22 mai, la grève se généralise dans le Finistère. Partout, se souvenant des pénuries de la guerre, la population a commencé à stocker (sucre, conserves, essence…), à retirer de l’argent provoquant chez certains une vive inquiétude dont ne se soucient guère les grévistes qui vivent dans un climat festif.

14Dans les Côtes-du-Nord, le mouvement lycéen s’étend le lundi 20 mai, touche les établissements privés (Dinan, Saint-Brieuc) qui sont fermés le 22. Les élèves internes sont renvoyés dans leur foyer. Dans les usines, aux débrayages commencés le 17 mai succèdent les grèves ouvrières avec piquets et comités les 20 et 21 mai. En trois jours le mouvement se transforme en grèves illimitées : à Saint-Brieuc chez Sambre-et-Meuse, à Chaffoteaux, dans les PTT, les banques, les garages, les transports et le 22 mai au Joint-Français. À Lannion, le 21 mai, 1 500 personnes du CNET et des usines de téléphonie manifestent ; la grève est générale à Guingamp et quasi-totale à Dinan le 22 où même la CFTC appelle à un meeting. Dans ces petites villes de 5 000 à 10 000 habitants, plusieurs manifestations rassemblent de 3 000 (Dinan) à 5 000 ou 7 000 personnes (à Lannion, à Guingamp) selon les sources. À Fougères, l’usine de chaussures Réhault est occupée.

15Signe de la crise politique, le 22 mai 12 députés bretons votent la censure du gouvernement : les cinq socialistes et sept centristes sur huit. Seul René Pleven soutient Georges Pompidou, engageant son rapprochement avec la majorité qui en fera son ministre de la Justice en 1969.

  • 17 Idem, p. 76-92.
  • 18 Alexandre Bouin, Les luttes paysannes dans le Finistère en mai 1968, M1, UBO, Brest, 2009.

16Le 24 mai, jour de l’intervention ratée du général de Gaulle à la télévision, un nouveau palier est franchi. À l’appel des syndicats, meetings et manifestations rassemblent des milliers de grévistes. À la CSF à Brest, la CFDT annonce que « les travailleurs ont discuté de l’autogestion », ce qui va faire naître le mythe d’une usine autogérée véhiculée par la presse régionale et repris par Le Monde17. Surtout, des paysans sont entrés dans la lutte malgré certaines FDSEA qui tentent de tenir leurs troupes à l’écart. Les légumiers et les éleveurs s’estiment lésés par la PAC (baisse des prix du porc en 1967) qui favorise surtout les céréaliers. La surproduction de beurre pose problème et le prix du lait et de la viande sont jugés insuffisants. La FNSEA tente donc de détourner le mécontentement vers Bruxelles où doivent se tenir des négociations le 27 mai, pour éviter la jonction avec les luttes des salariés. Le 22 avril, une réunion régionale des producteurs de lait de la FRSEAO à Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) avait mis en garde contre ce mécontentement qui s’est exprimé le 8 mai18.

17Dans la nuit du 21 au 22 mai, des rondes de tracteurs (50 à 100) sillonnent Saint-Brieuc, Guingamp et Loudéac. Des meetings de la FDSEA et du CDJA se tiennent dans plusieurs villes. Le 22 mai, la FDSEA du Finistère a réuni ses cadres au Faou pour éviter les violences le 24 mai. À Quimper, dans une ville aux rideaux baissés, ils sont 3 000 à 4 000 en meeting avec des délégués des syndicats ouvriers le 24. Michel Hémery, le leader de la FDSEA affirme que le pouvoir n’a plus la confiance populaire et Pierre Salaun, le président du CDJA, se dit « solidaire des ouvriers ». Les petites villes du Centre Bretagne sont très mobilisées : Loudéac, Rostrenen, Callac ; la population est réveillée au son du tocsin (Merdrignac, Gouarec). Dans cette localité, la RN 164 est coupée. À Carhaix, 200 tracteurs bloquent la cité où manifestent 5 000 personnes dont 800 paysans. Dans cette région bretonnante où le PCF est bien implanté, le MODEF a mobilisé (4 000 manifestants à Callac) sans la présence de la FDSEA. Paysans, salariés et lycéens défilent à Guingamp (7 000) avec des barrages sur la RN 12 et à Lannion (5 000). C’est le CDJA qui organise les actions les plus spectaculaires. On réclame le départ de de Gaulle. Dans le Trégor et le Centre du Finistère, les autorités craignent la radicalisation et le recours à la violence car les leaders syndicaux de la FDSEA semblent débordés. À Nantes se déroule une grande manifestation paysanne avec le soutien des autres forces sociales. Dans la soirée, des affrontements violents opposent les jeunes à la police devant la préfecture où se déclare un incendie.

  • 19 L’arrivée de quatre tracteurs chargés de pommes de terre témoigne en plein meeting de la solidarit (...)
  • 20 Anne Bondu, op. cit., p. 40.
  • 21 Se séparant de l’université de Rennes, le centre littéraire universitaire se proclame faculté des (...)

18Le 25 mai, lors du début des négociations de Grenelle, dans plusieurs villes la grève atteint son apogée (51 entreprises à Brest dont six occupées) avec des manifestations de masse dans le calme à Rennes et Lorient. L’annonce du référendum par le général de Gaulle a durci le discours et amplifié la mobilisation (10 000 à 15 000 à Brest). On entonne de plus en plus L’Internationale dans les cortèges où flottent des drapeaux rouges. À Brest, le service d’ordre de la CGT empêche un groupe de jeunes d’entrer dans la sous-préfecture. Le lundi 27 mai, le jour de Charléty, les syndicats cherchent à pousser leur avantage alors que les négociations de Grenelle viennent de s’achever à l’aube. Plus de 15 000 personnes se rassemblent à Brest19, 5 000 à Quimper, à Quimperlé ; 30 000 à 40 000 personnes défilent à Nantes où ils sont encore à peu près autant le 31 mai. Le préfet du Finistère signale « l’ambiance assez inquiétante » et « l’aspect révolutionnaire » du mouvement20. À Brest, meetings et défilés se succèdent le 28, le 30, le 31 mai21, et le 1er juin deux imposantes manifestations parcourent la ville en évitant de se rencontrer : celle des grévistes et celle des pro-gaullistes. Les premiers sont encore nombreux le 4 juin mais le climat a changé. À Saint-Brieuc, 3 000 personnes réclament alors « la gauche au pouvoir ».

19À la veille du week-end de la Pentecôte, le comité de grève de Nantes a fait distribuer de l’essence plus largement. Le non-ramassage des ordures dans les villes commence à poser problème et des commerces sont fermés. La ferme riposte du général de Gaulle le 30 mai a sonné l’heure du reflux. Il n’y a plus que 2 000 personnes dans les rues de Quimper le 31 mai.

De l’émergence de nouvelles pratiques de lutte au reflux du mouvement

  • 22 Le 14 mai, les élèves de terminales on fait un sit-in pour obtenir le report de 24 h du bac blanc, (...)

20Dans une région où les noyaux ouvriers urbains étaient bien encadrés par la CGT et la CFDT, on avait recours à des actions syndicales traditionnelles : débrayage, journées d’action, grèves de 24 heures. À la fin des années 1960, sous l’impulsion de jeunes ouvriers et d’étudiants, des évolutions des pratiques sont notables : assemblées générales (AG) et meetings dans les facultés, prises de parole et contact avec les salariés en grève. À Saint-Brieuc, ville non universitaire où l’UNEF est représentée par un élève de classe préparatoire du lycée technique du Vau Meno, les lycéens improvisent dès le 13 mai un sit-in, de même que des manifestants sur les ponts de l’Odet à Quimper (une heure). À Saint-Brieuc, les lycéens côtoient les parents d’élèves des organisations laïques de la FCPE-fédération Cornec et du CDAL. Quand à partir du 14 mai, l’agitation gagne les lycées et que des comités d’action lycéens (CAL) se forment, les mêmes associations s’inquiètent : le 16 mai, au lycée Rabelais à Saint-Brieuc elles dénoncent : « l’action subversive de quelques éléments »22 avant de se rallier au soutien des revendications lycéennes à partir du 22 mai, après la formation d’un comité central des lycéens des Côtes-du-Nord en liaison avec les syndicats enseignants. C’est aussi le cas à Brest. À partir du 20 mai, la pratique des AG touche l’enseignement secondaire avant la fermeture des établissements ; elle se poursuit partout après, avec des syndicalistes et des salariés dans des salles publiques (maisons du peuple, salles des fêtes…). À Saint-Brieuc, comme à l’Odéon à Paris, le vieux théâtre occupé sur lequel flotte le drapeau rouge devient un forum permanent.

  • 23 Yannick Guin, La Commune de Nantes, Paris, François Maspéro, 1969.

21Ce sont des AG avec vote à bulletin secret et parfois occupation qui décident des conflits ouvriers. Des responsables patronaux peuvent être pris à partie comme le directeur de Sud-Aviation à Nantes séquestré pendant 15 jours (14-29 mai). Nouveauté dans la région, des comités centraux de grève se forment. L’exemple nantais est connu : le 24 mai, un comité central de grève s’installe à la mairie. Il met en place une administration parallèle qui va gérer la vente de bons d’essence et la distribution de produits alimentaires. Embryon d’un pouvoir ouvrier pour certains, c’est ce que l’on appellera « la Commune de Nantes23 ». Mais ce mode de fonctionnement se retrouve dans d’autres lieux : des comités qui siègent en continu s’installent dans les locaux municipaux à Guingamp, à Lannion, de même qu’un comité cantonal à Paimpol.

22L’occupation des entreprises n’est pas générale : six sur 51 entreprises à Brest le 25 mai, dans l’électronique (CSF), la métallurgie (Carnaud), deux chantiers navals, plus deux papeteries du sud Finistère (Bolloré à Scaër et de Mauduit à Quimperlé). La grève se poursuivant, des formes de solidarité se développent entre le 24 et le 27 avec l’appui inattendu des collectivités locales. Le 24 mai à Brest, on décide de servir des repas dans quatre cantines scolaires aux enfants des grévistes, dans neuf le lendemain (900 repas, puis 2 200) avec l’appui de la municipalité Lombard (centre et droite). La FEN et le secours populaire prennent en charge un comité de solidarité intersyndical constitué le 26 mai qui reçoit des dons et des produits agricoles du CDJA. Le 27 mai, les agriculteurs du Finistère offrent 10 000 litres de lait aux grévistes de Brest et de Quimper. Le même jour, la municipalité de centre gauche de Quimper sert des repas gratuits aux élèves. Partout le personnel gréviste et les enseignants assurent le service. Une cantine pour les grévistes ouvre à Lannion et une garderie pour enfants à Saint-Brieuc. Des municipalités de gauche (Saint-Brieuc, PSU-PCF-SFIO) et du centre versent des aides (Côtes-du-Nord). Des collectes ont lieu sur la voie publique et même dans les églises (Saint-Brieuc, Finistère). Des syndicalistes agricoles proposent de vendre à bas prix des pommes de terre primeurs bloquées du fait de la paralysie des transports (à Paimpol) et des commerçants cèdent leurs surplus aux comités de solidarité supervisés par les syndicats. Spectacles et galas de soutien s’improvisent faisant émerger une génération de chanteurs bretons engagés que l’on va trouver dans toutes les luttes sociales des années suivantes. Dans ce climat particulier, un combat identitaire clairement enraciné à gauche pour la langue et la culture bretonnes ose s’affirmer alors que les attentats du FLB (assimilés par certains à l’extrême droite collaborationniste) ont reposé la « question bretonne » depuis 1966.

  • 24 Paul Bois, Histoire de Nantes, s. d., Toulouse, Privat, 1977, p. 414-418.

23Parmi les acteurs du mouvement social, outre les syndicats et les partis de gauche qui n’ont pas la même analyse des événements ni les mêmes revendications, il faut souligner en Bretagne le rôle d’une fraction du clergé catholique qui y participe (aumôniers, vicaires, curés progressistes). C’est le cas dans les Côtes-du-Nord où la Communauté de Boquen, dirigée par Dom Bernard Besret, développe les logiques de Vatican II, et à Nantes où Mgr Vial exprime sa « vive sympathie » dans une lettre pastorale le 26 mai, puis le 1er juin à l’occasion de « cette Pentecôte 1968 », il affirme que « l’Esprit-Saint fait irruption dans l’histoire des hommes pour renouveler la face de la terre24 ». « Travaillé » par des militants de la JEC, l’archevêque de Rennes se montre compréhensif ; Mgr Barbu de Quimper organise une quête dans toutes les églises de son diocèse le 2 juin.

24La dimension symbolique est importante : le 31 mai à Brest, la place général Leclerc est rebaptisée place du Peuple comme l’a été la place Royale à Nantes à l’initiative des paysans. Mais le coup de « Baden-Baden » qui permet au général de Gaulle de reprendre la situation en main le 30 mai inverse la dynamique. En Bretagne comme ailleurs, les droites et les partisans du régime réagissent : des comités de défense de la République (CDR) apparaissent (communiqués de presse). À Nantes, le 1er juin, ils sont 20 000 dans la rue et même un millier à Loudéac (Côtes-du-Nord), le fief de Marie-Madeleine Dienesch, députée MRP ralliée au gaullisme en 1966 qui est nommée le 31 mai secrétaire d’État à l’Éducation nationale. À Brest, drapeaux tricolores au vent et maires ceints de leur écharpe dirigés par le futur député UDR Michel de Bennetot, 6 000 personnes défilent en chantant La Marseillaise et en évitant de croiser l’autre manifestation. Ils sont 1 500 à Crozon (Finistère) en face de Brest avec des étudiants et de jeunes ouvriers.

25Une certaine lassitude, le manque de débouchés politiques à gauche, l’annonce du protocole de Grenelle (non signé) et la reprise en main de de Gaulle produisent leurs effets. Le mouvement reflue en se durcissant. Les forces conservatrices osent s’exprimer : dans le Finistère, la FDSEA dénonce le 30 mai les manifestations communes ouvriers/paysans. Le 31 mai, en prévision d’élections décisives, Georges Pompidou reçoit une délégation du CELIB conduite par René Pleven et accepte un plan de modernisation jusqu’alors refusé. Dans cette région fidèle au gaullisme présidentiel gagnée par une forte contestation, il faut rassurer l’électorat conservateur et modéré en lâchant du lest.

26À partir du 31 mai, la reprise du travail se fait en ordre dispersé après des votes dans les entreprises (Olida à Loudéac, à Dinan, à Perros-Guirec, au CNET à Lannion…) et s’amplifie après le week-end de la Pentecôte le 4 juin (CAPIC et cheminots à Quimper le 6). Les arsenaux reprennent à Brest (7 000 employés) et à Lorient le 4 et 5 juin ; les PTT, EDF, la SNCF et le bâtiment à Brest le 6 ; les dockers, les employés communaux, les métallos entre le 8 et le 11 juin ; le 7 juin, il ne restait que six usines en grève dont trois occupées, et le 12 juin il n’y a plus que la CSF où les négociations sont difficiles. À Saint-Brieuc, les cheminots et Chaffoteaux sont rentrés le 6, mais Sambre-et-Meuse et le Joint-Français tiennent jusqu’au 14 et au 19 juin. À Nantes, la reprise est votée à Sud-Aviation le 13 juin, les Batignolles étant la dernière usine nantaise à cesser le mouvement. Le soir du 13, de graves affrontements avec les CRS se sont déroulés dans les rues de la ville. Les enseignants du secondaire ont repris les cours entre le 10 et le 12 juin. Dans le déclenchement comme dans la sortie de la grève, les Bretons ont épousé les rythmes nationaux mais dans les entreprises qui tiennent le plus longtemps se forgent une culture et des formes de lutte qui vont resurgir dans les années 1970.

*

27En Bretagne comme dans l’ensemble du pays, les élections législatives des 23 et 30 juin 1968 se soldent par une forte poussée des partis de droite : 20 députés gaullistes UDR (sept sur huit dans le Finistère, cinq sur six en Ille-et-Vilaine) et huit républicains indépendants (quatre sur six dans le Morbihan). Sauf dans les Côtes-du-Nord, les centristes du PDM sont les grands perdants (quatre élus) et la FGDS ne garde qu’un seul siège à Saint-Nazaire. La « majorité silencieuse » s’est exprimée dans les urnes. Pourtant, le « Mai breton » essentiellement urbain a atteint une puissance de mobilisation inédite, dans le calme sauf à Nantes, loin des barricades parisiennes. Ouvriers, employés et fonctionnaires ont fourni le gros des troupes. Dans une région réputée de droite, ce « moment 1968 » n’est pas apparu brutalement mais il a cristallisé un malaise général qui s’était exprimé lors de la journée du 8 mai, préparée depuis plusieurs mois par les contacts intersyndicaux et les mobilisations ponctuelles. Au-delà du rôle moteur des étudiants dans quelques grandes villes, le mouvement unitaire qui a fait converger les revendications a concerné toute la région. On a vu se développer des formes nouvelles d’action et d’organisation. L’unité ouvriers-paysans n’a pas été seulement un mythe car une fraction certes limitée du syndicalisme paysan a participé au mouvement et exprimé sa solidarité. Cette dynamique va se retrouver dans de nombreux conflits sociaux des années 1968 aux années 1976 (du Joint-Français à Saint-Brieuc en 1972 aux industries agro-alimentaires). Mai 68 fait évoluer les mentalités rurales. Le militantisme des syndicats et des partis de gauche, favorisant électoralement le PS à partir de 1973, en sort renforcé pour un temps avec une extrême gauche active. Tous les milieux sociaux et l’Église catholique ont été ébranlés ; les notables et les élus remis en cause. À travers Mai 1968, c’est aussi la réappropriation positive de l’identité bretonne qui s’est accélérée. Loin de Paris, et même en dehors du cas nantais, ces quelques semaines marquent un tournant sous-estimé dans l’histoire de la Bretagne.

Notes

1 Voir la problématique du séminaire de recherche de l’IHTP et Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Les années 1968. Le temps de la contestation, Bruxelles, IHTP-Complexe, 2000.

2 L’analyse porte surtout sur le Finistère, les Côtes-du-Nord et la Loire-Atlantique.

3 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Éd. Ouest-France, 1989, 2e et 3e parties, et Jean Ollivro, La Bretagne. 150 ans d’évolution démographique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 267-271.

4 Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 1968, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, chap. i.

5 Gilles Carrière, Les événements de mai-juin 1968 à Quimper, maîtrise d’histoire, UBO, Brest, 1994.

6 En Loire-Atlantique, Rialland, le président de la FDSEA au début des années 1960 est un ancien ouvrier du bâtiment, puis ouvrier agricole qui a été syndiqué à la CFTC.

7 Une première manifestation commune intersyndicale a eu lieu à Saint-Nazaire le 20 juin 1961 pour la libération des deux syndicalistes arrêtés à Morlaix. Voir le dossier « Mai 1968 : de la mémoire à l’histoire », Place pubique, no 9, mai-juin 2008, p. 2-69.

8 Christian Bougeard, René Pleven. Un Français libre en politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995, chap. xiv et xv.

9 Annie Jeffroy, Chronique des événements de Mai 1968 à Brest d’après Le Télégramme et Ouest-France, maîtrise d’histoire, UBO, Brest, 1987.

10 Anne Bondu, Les mouvements ouvriers dans le Finistère de 1960 à 1980, M2, UBO, Brest, 2008. Archives départementales du Finistère, 141 W 36. Ce sont des chiffres minimum : la presse régionale annonce 15 000 personnes à Lorient et 6 000 à Saint-Brieuc.

11 Des incidents violents ont cependant lieu à Redon et à Fougères.

12 Christian Bougeard, « Mai 1968 dans les Côtes-du-Nord », L’Ouest et le politique, textes réunis par Michel Lagrée et Jacqueline Sainclivier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995, p. 179-191.

13 Alain Prigent, Des salles de classe aux luttes sociales : mai-juin 1968 dans les Côtes-du-Nord, s. d., FSU 22, février 2009.

14 Le premier chiffre provient du préfet, le second de la presse (Ouest-France et Le Télégramme).

15 Place publique, op. cit., p. 9.

16 Ce conflit exemplaire a été étudié par Vincent Porhel, op. cit., chap. ii.

17 Idem, p. 76-92.

18 Alexandre Bouin, Les luttes paysannes dans le Finistère en mai 1968, M1, UBO, Brest, 2009.

19 L’arrivée de quatre tracteurs chargés de pommes de terre témoigne en plein meeting de la solidarité paysanne.

20 Anne Bondu, op. cit., p. 40.

21 Se séparant de l’université de Rennes, le centre littéraire universitaire se proclame faculté des Lettres et réclame une université de Bretagne occidentale (UBO) créée en 1969.

22 Le 14 mai, les élèves de terminales on fait un sit-in pour obtenir le report de 24 h du bac blanc, ce qui a été refusé.

23 Yannick Guin, La Commune de Nantes, Paris, François Maspéro, 1969.

24 Paul Bois, Histoire de Nantes, s. d., Toulouse, Privat, 1977, p. 414-418.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540