Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Confronter mai-juin 1968

Bruno Benoit, Christian Chevandier, Gilles Morin, Gilles Richard et Gilles Vergnon

Texte intégral

  • 1 Colloque tenu du 25 au 27 mars 2009 à Lyon, sous l’intitulé « Les identités confrontées à mai-juin (...)
  • 2 Le Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’université Paris I, l’IEP de Lyon, le Laboratoire (...)
  • 3 Au premier chef, les deux grands ouvrages collectifs publiés en 2008 : Dominique Damamme, Boris Go (...)
  • 4 Voir, dans ce volume, la communication introductive de Françoise Blum, « À propos d’une commémorat (...)
  • 5 René Mouriaux, Annick Percheron, Antoine Prost et Danielle Tartakowsky (dir.), Exploration du Mai (...)

1À l’origine de ce colloque, organisé à Lyon en mars 20091 et devenu aujourd’hui un ouvrage collectif, il y eut une volonté : celle d’un travail productif, organisé par cinq historiens de plusieurs institutions bien distinctes2 dont les démarches scientifiques sont loin d’être semblables, gage de pluralités méthodologique et problématique au sein d’une discipline fort riche – dans le domaine scientifique également, la coopération vaut bien mieux que la mise en concurrence, et un travail véritablement collectif est source d’efficacité ; et il y eut un pari qui semblait un peu osé. Il s’agissait en effet de traiter d’un sujet en plein renouvellement. De solides ouvrages sur mai-juin 1968 sont ainsi désormais à notre disposition et ils ont singulièrement enrichi nos connaissances, aiguisé nos questionnements3. D’où notre choix d’un tempo délibérément en décalage avec la vague commémoratrice de l’année 2008 : faire en 2009 un colloque sur mai-juin 1968 revenait donc à apprécier – certes à chaud encore – les apports de la saison commémorative précédente. Le printemps 2008 a vu en effet des manifestations de toutes natures se multiplier, au point qu’un site Internet leur a été dédié : éditions et rééditions bien sûr, expositions classiques ou virtuelles, conférences, films, etc. ; initiatives s’apparentant parfois à une récupération commerciale dont on ne s’étonnera pas, même concernant mai-juin 19684. Se sont tenus encore des colloques importants, vingt ans après celui organisé en 1988 par le Centre de recherches d’histoire des mouvements sociaux et du syndicalisme (CHRMSS, actuellement Centre d’histoire sociale du XXe siècle) et dix ans après ceux organisés par l’IHTP5.

2Il est toujours présomptueux de préconiser des méthodes nouvelles, tant celles que nous croyons de demain peuvent ne ressembler qu’aux pratiques d’hier sans nous dispenser de nos fondamentaux. La critique des sources, cœur du métier de l’historien, reste ainsi essentielle. Le recours à celles produites sur le moment donne leur juste place à des légendes tenaces fondées sur les témoignages. Ainsi, l’étude du monde hospitalier laisse peu de prise à des mémoires où il est question de 300 lits de fer livrés en urgence à la Sorbonne pour les grands blessés. De même, rien ne conforte un témoignage à propos des jets de réfrigérateurs sur les forces de l’ordre rue Gay-Lussac dans la nuit du 10 au 11 mai : est-ce une réalité, bien limitée ? Elle ne tient pas compte de la taille et du poids de cet équipement ménager en 1968, ni de sa valeur d’alors : 72 % des foyers en étaient bien pourvus cette année-là et ce taux avait doublé en six ans, mais il restait précieux et difficile à lancer… Certes, ce topos « démontre » la réalité d’un soutien populaire aux étudiants, face aux brutalités policières. Une fois de plus, et surtout en ce contexte épique où la reconstruction a tant fait pour que la réalité soit embellie (ou enlaidie, c’est semblable), les sources orales doivent être soumises à la même sagacité que toutes les autres sources, et le travail sur les représentations de 1968 est bien un objet historique. Les a priori s’ajoutent aux légendes, comme celle bien tenace d’un Georges Marchais antisémite alors que dans L’Humanité du 3 mai, il présentait Daniel Cohn-Bendit comme un « anarchiste allemand », ce qui n’était déjà pas anodin, mais non comme un « juif allemand », comme beaucoup le croient encore. On doit s’interroger aussi, au-delà d’évocations redondantes à l’origine confuse, sur ce cri supputé « Cohn-Bendit à Dachau ! », dans une manifestation qui se réclamait du général de Gaulle, tenue sur les lieux mêmes du cortège du 26 août 1944 : comme les CRS étaient des SS, les opposants à 1968 deviennent des pro-nazis.

3Mais entrer dans cette voie, c’était, nous semble-t-il, demeurer encore trop centrés sur le théâtre parisien que d’autres ont déjà étudié bien mieux que nous.

4D’où notre souci de sortir de la capitale et de ses mythes. Si l’occupation de l’Odéon en 1968 est un des éléments emblématiques de ce printemps, les autres théâtres français n’ont généralement rien connu de tel. Et c’est valable dans tous les domaines. Quitter le Quartier latin, venir à Lyon pour évoquer les autres « théâtres de Mai », c’était forcément prendre de la distance. Cela se fit sans peine, tant se révélait instructif et fructueux le trajet en « région » profonde, terme d’ailleurs guère employé alors : on parlait encore de « province » et André Malraux disait, dix-huit mois avant de défiler sur les Champs-Élysées, à quel point le mot lui semblait hideux. Vingt-deux ans plus tard, une œuvre de fiction, le film de Louis Malle Milou en mai, nous montrait une famille que le hasard d’un décès mène en une campagne lointaine. Elle y est rattrapée par la vague contestatrice qu’elle fuit. Y avait-il en France un endroit où ces « braves gens », bientôt « majorité silencieuse », auraient été à l’abri ? Nous pouvons en douter. Si les communions solennelles ont été maintenues (mais elles avaient lieu le plus souvent en juin), il a fallu en revanche surseoir à nombre de concours de pétanques, concerts et compétitions sportives. Nous nous demandions si, par-delà la fiction, Mai 68 avait été partout perceptible, s’il s’était partout passé quelque chose. Nous savons maintenant que ce fut le cas, y compris dans les bastions de la « ruralité », de l’Ardèche à la Creuse, sous des formes toujours originales mais qui s’inscrivirent dans le tempo de l’événement national.

5L’histoire nationale n’en est pas moins aussi, malgré son nom, une juxtaposition d’intrigues locales, de groupes sociaux et politiques, que l’on ne peut réduire à des jeux d’échelles. Les lieux et les milieux imposent leurs lectures propres. L’on ne comprend pas la grève des dockers de Marseille si l’on n’y voit pas quelque peu la revanche de celle de 1950, tout comme il convient de ne pas oublier la journée de manifestations « L’Ouest vivra » du 8 mai dans les départements bretons et angevins. Ces jeux d’échelles et ces mises en perspective jouent dans tous les sens, se déploient sur tous les chemins. Prenons garde notamment aux symboles : défiler derrière un drapeau tricolore n’a pas la même signification quand ce sont les chocolatières de Donzère qui le font le premier jour de la grève, ou lorsque c’est le fait des employés du centre de tri postal de Lyon-gare le jour de la reprise. Et l’on peut applaudir les camions de parachutistes pour des raisons opposées dans les campagnes alsaciennes et dans la banlieue ouvrière de Lyon. Cette histoire des lieux et des milieux se complique encore lorsque la chronologie et l’échelle du temps moyen interviennent : le gaullisme des gendarmes mobiles et l’antigaullisme d’une partie de l’encadrement de l’armée se comprennent par la guerre d’Algérie tandis que des répertoires d’action antérieurs (1953, 1947, voire 1936 et la Libération) animent les grévistes du printemps 1968.

6Le temps aussi fait des clins d’œil. S’il faut par principe se garder de l’anachronisme, l’observation des pratiques sociales n’en est pas moins signifiante. L’on entend dans les manifestations du début du XXIe siècle, sur l’air du « Petit navire », des chansons où il est question d’« un petit ministre qui n’avait ja-ja-jamais » et la tentation est grande de reprendre au refrain, comme en 1967 : « Ohé-Ohé Pompidou ! Pompidou navigue sur nos sous. » Il ne s’agit là en rien de pratiques secondaires. Tout mouvement se situe dans un continuum et ce sont bien les différents registres de temporalité qui doivent ici être pris en compte.

7Il y a d’abord le temps court, celui de ce que l’on a très vite appelé « les événements ». Notons que la périphrase est datée : déjà employée pour évoquer la guerre d’Algérie, elle inscrit ce temps court dans une référence qui l’est moins. Une chronologie très fine s’impose pourtant. Ainsi, la reprise du travail dans un hôpital si elle a lieu le vendredi 31 mai n’a pas la même signification que si elle se passe le lundi 3 juin, plus encore le jeudi 6 juin. Et si l’on n’est pas capable de mettre en relation la grève à la SNCF de ce printemps-là avec celles des années précédentes et plus encore des suivantes, l’on pourrait bien se laisser piéger par la complexité du phénomène, prendre pour du corporatisme l’inscription plus large au sein du monde du travail d’un groupe social dont les travaux des historiens ont montré à quel point il est extraverti.

  • 6 Maurice Grimaud, Je ne suis pas né en Mai 68. Souvenirs et carnets 1934-1972, Paris, Tallandier, 2 (...)

8Dans ce temps court, il serait fertile de pister les revendications tard venues, celles qui ont émané des assemblées générales dans les jours d’avant la reprise. À propos des forces de l’ordre, que ce volume aborde à travers des contributions substantielles, et, nous semble-t-il, novatrices, les distinctions entre les corps et l’inscription de leur action dans le temps et dans l’espace sont encore plus indispensables. Nous pouvons distinguer le comportement des CRS et des gendarmes mobiles, plus professionnel en ce domaine du « maintien de l’ordre » que celui des corps urbains (mais c’était déjà le cas à Paris en février 1934 puis lors des manifestations sanglantes d’octobre 1961 et de février 1962, et cela ne changea pas vraiment lors des années Marcellin). Un changement eut toutefois lieu lors de ce printemps, au cours la nuit du 10 au 11 mai, et les manières n’étaient pas tout à fait les mêmes en fin d’après-midi le 10 ou le lendemain matin vers 3 heures. Maurice Grimaud lui-même en vint rapidement à n’être plus si bien disposé que cela envers les trublions, comme cela apparaît à la lecture de ses carnets publiés en 2007. Étonné et apparemment satisfait le 14 mai du « singulier destin que de vivre cette révolution dans le poste du préfet de police », il se dit « exaspéré » le 9 juin et « rêve d’opérations à la hussarde contre ces agités6 ». Du côté des manifestants également, des ruptures apparurent, comme chez ces paysans pour lesquels l’appel au meurtre du président de la République sembla devenir moins grave.

  • 7 Christian Chevandier, La fabrique d’une génération. Georges Valero, postier, militant et écrivain, (...)

9Le registre du temps moyen est particulièrement pertinent sur ce sujet. Puisque le colloque a eu lieu à Lyon, rappelons que Mai 68 s’étendit localement en amont, avec les grèves antérieures de Berliet et de la Rhodiacéta, mais aussi en aval, dans l’usine de Pennaroya en 1972 et au centre de tri de Perrache à l’automne 1974. Les mêmes acteurs peuvent se percevoir différemment dans des mouvements proches : dans ce centre de tri, le syndicaliste et romancier Georges Valero, né en 1937, dit « nous » lorsqu’il aborde la place des jeunes postiers en 1968 mais « eux » lorsqu’il en parle six ans plus tard7. Dans l’université aussi, c’est dans le cadre plus large d’une mutation du milieu, alors que les pratiques mandarinales s’atténuaient, que le mouvement se déroula. Quant à l’enseignement secondaire, les élections professionnelles des lendemains tumultueux de ce printemps agité virent des résultats en régression pour les syndicats les plus favorables au mouvement et une progression de ceux qui y étaient opposés.

10L’observation du temps moyen réserve aussi des surprises. Ainsi, sur le terrain politique, les deux forces au centre des événements, vécurent ici leur apogée avant de connaître dans la décennie qui suivit, pour les communistes entraînant en partie dans leur sillage la CGT, une crise d’identité puis un déclin rapide, et pour les gaullistes, une reconversion fulgurante en parti plus classiquement conservateur après 1974. Les forces « gauchistes » qui incarnent le mouvement connurent, après une ascension certaine, une chute rapide dès les années 1970, visible dès 1972 pour les « maoïstes », après 1978 et le ressac consécutif à l’échec électoral des gauches pour la plupart des autres groupes. En revanche, les « marginaux » de 1968, qu’ils aient été conspués ou, plus souvent, simplement ignorés par les manifestants, la gauche « non communiste » de la SFIO et des amis de François Mitterrand (la Convention des institutions républicaines, aujourd’hui bien oubliée), les centristes restés dans l’opposition ou ralliés, et les « giscardiens », se révélèrent dans les années qui suivirent « les événements » être les forces les mieux capables de « récupérer » le mouvement et certains de ses animateurs, en vue ou « de base ».

11En définitive, c’est le temps long qui se révèle le plus pertinent pour l’historien. La puissance du mouvement fut considérable et demeure inégalée : seule grève générale totale, lorsque le printemps 1936 fut surtout le fait des salariés du privé, ouvriers et employés, et que l’hiver 1995 concerna avant tout le secteur public – la « grève par procuration ». Il ne serait guère raisonnable de mettre le mouvement en perspective avec les grèves de l’été 1944, trop marquées par leurs caractères insurrectionnel et patriotique. Non que la référence à la Libération ne soit pas pertinente. Son souvenir, vieux de moins de vingt-cinq ans, fut omniprésent ; celui des déchirements de la guerre d’Algérie aussi. Par-delà l’apparent éclatement des milieux que notre démarche semble révéler, il est des permanences fortes que l’on doit citer. En premier lieu, le refus d’aller au bout de l’affrontement, de risquer de basculer dans une guerre civile. L’omniprésence de la symbolique durant les événements a probablement aussi à voir avec cela. Et avec l’attachement à la République, enracinée depuis près d’un siècle.

12Il a été tout au long du colloque, et notamment dans la partie la plus politique, question de générations, de « passage de génération », voire de « guerre de 30 ans ». Ce moment 68 s’inscrit dans des biographies individuelles et collectives qui dépassent le temps court. En amont, on rappellera par exemple le cas de ces officiers qui entraînaient les Saint-Cyriens à la guérilla et qui étaient, pour certains, d’anciens maquisards. Mais aussi, en aval, Mai 68 a marqué considérablement les mouvements sociaux de la fin du XXe siècle. Les infirmières grévistes de 1988 et de 1991 étaient les anciennes lycéennes de l’après-68. Quant aux cheminots grévistes de 1986 et 1995, ils étaient pour certains d’entre eux entrés à la SNCF dans le contexte agité de 1968-1974. Ce sont ces générations qui ont imposé, peu à peu, l’assemblée générale comme l’instance suprême lors des mouvements sociaux.

13Enfin, si l’on prend plus encore de recul, et si l’on veut bien faire fi, pour l’exercice, du fait que le temps change avec le temps, nous sommes dans les années 2010 presque aussi éloignés de mai-juin 1968 que ces événements l’étaient de la Grande Guerre. Pour prendre pleinement en compte le rôle considérable des maires et de l’institution municipale qui montre ici toute sa force pérenne, soulignée à plusieurs reprises dans ce volume, il convient de se souvenir que la plupart des édiles du printemps 1968 étaient enfants ou adolescents lors de la Grande Guerre. Ces années-là, leurs prédécesseurs avaient tenu le rôle qui leur était dévolu d’annonciateurs de centaines de milliers d’abominables nouvelles à leurs concitoyens. Et tout autant que la rive gauche et la Sorbonne, nous pouvons quitter la rive droite et les deux manifestations à l’Arc de Triomphe en ce mois de mai, celle des étudiants contestataires puis celle des partisans du retour à l’ordre, pour percevoir l’histoire plus longue du siècle dans un pays au territoire fondamentalement bigarré.

Notes

1 Colloque tenu du 25 au 27 mars 2009 à Lyon, sous l’intitulé « Les identités confrontées à mai-juin 1968 » et dont les sessions eurent lieu à l’Hôtel de Ville, à l’École normale supérieure et à l’Institut d’études politiques, institutions que nous remercions pour leur accueil. Le colloque a été soutenu financièrement par la Ville de Lyon, les IEP de Lyon et de Rennes, les universités de Lyon 2 et de Paris 1, le Larhra, le CHS du XXe siècle et le CRAPE.

2 Le Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’université Paris I, l’IEP de Lyon, le Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes (LARHRA), le Centre de recherche sur l’action politique en Europe (CRAPE).

3 Au premier chef, les deux grands ouvrages collectifs publiés en 2008 : Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti, Bernard Pudal (dir.), Mai-juin 68, Paris, Éd. de l’Atelier, 2008, et Michelle Zancarini-Fournel, Philippe Artières (dir.), 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008. On dispose également de récentes et stimulantes synthèses : Jean-François Sirinelli, Mai 68. L’événement Janus, Paris, Fayard, 2008 ; Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68 : une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008 ; Gilles Richard, Mai 68… et après ? Une nouvelle donne politique, Bordeaux, CDRP d’Aquitaine (« Histoire de notre temps »), 2008. Et, en collection de poche, Boris Gobille, Mai 68, Paris, La Découverte, « Repères », 2008.

4 Voir, dans ce volume, la communication introductive de Françoise Blum, « À propos d’une commémoration : essai bibliographique ».

5 René Mouriaux, Annick Percheron, Antoine Prost et Danielle Tartakowsky (dir.), Exploration du Mai français, t. i, Terrains, t. ii, Acteurs, Paris, L’Harmattan, 1992 ; Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Les Années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe/IHTP, 2000.

6 Maurice Grimaud, Je ne suis pas né en Mai 68. Souvenirs et carnets 1934-1972, Paris, Tallandier, 2007, p. 323 et 344.

7 Christian Chevandier, La fabrique d’une génération. Georges Valero, postier, militant et écrivain, Paris, Les Belles Lettres, 2009.

Auteurs

Professeur des universités en histoire contemporaine à l’université du Havre – CHS (Centre d’histoire sociale du XXe siècle), Paris 1.
Docteur en histoire contemporaine, professeur d’histoire-géographie à la cité scolaire de Sceaux – CHS (Centre de recherche sociale du XXe siècle), Paris 1.
Professeur des universités en histoire contemporaine à Sciences-Po Rennes – CRAPE (Centre de recherche sur l’action politique en Europe).
Maître de conférences habilité en histoire contemporaine à Sciences-Po Lyon – GREPH (Groupe de recherches en épistémologie politique et historique).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540