Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Conclusion générale

Texte intégral

1La Libération est marquée par une réelle inquiétude des pouvoirs publics face à la délinquance juvénile et plus largement face à la jeunesse en difficulté, mettant en avant les fortes perturbations, voire les traumatismes subis au cours de la Seconde Guerre mondiale et entraînant une forme de « crise morale ». Cette prise de conscience se traduit par un appareil législatif affirmant la primauté des conceptions éducatives sur les principes répressifs que symbolise l’ordonnance du 2 février 1945 sur l’enfance délinquante. Ainsi, faute de moyens financiers notamment, l’État s’appuie au niveau national sur le secteur privé disposant traditionnellement d’une certaine expérience dans le domaine et de réseaux prompts à soutenir ces œuvres.

  • 1 Nadine-Josette Chaline, Des Catholiques normands sous la Troisième République : crises, combats, r (...)
  • 2 Ingrid Stalin-Caron, De l’assistance à l’aide aux familles nombreuses à Rouen pendant l’entre-deux (...)
  • 3 Nadine-Josette Chaline, op. cit., p. 124.

2Or, la Seine-Inférieure, fortement ébranlée par les séquelles de la guerre, souffre, de surcroît, d’un équipement très insuffisant pour affronter les besoins en matière de prise en charge des mineurs délinquants et en danger. Alors que le XIXe siècle se caractérise par plusieurs expériences tournées vers l’enfance en difficulté telle la Colonie pénitentiaire de Petit-Quevilly de 1843 à 1865 ou l’Atelier-Refuge de Darnétal pour jeunes filles de 1850 à 1912, l’entre-deux-guerres ne voit survivre que les institutions du Bon Pasteur destinées aux jeunes filles. Les comités de défense des mineurs traduits en justice du Havre et de Rouen s’appuyant essentiellement sur les placements familiaux et les patronages parisiens, ne permettent pas dans la première moitié du XXe siècle de pallier la fermeture de ces établissements. À cette orientation s’ajoute l’influence des associations familialistes représentées par le docteur Cauchois davantage soucieux de démographie et d’hygiène sociale, en particulier des conditions de vie et de logements des familles ouvrières et pauvres. Cette conception se retrouve d’ailleurs dans les patronages catholiques du Havre et de Rouen. Ceux-ci se sont multipliés dans les quartiers populaires dès la fin du XIXe siècle, le plus connu étant celui des Philippins fondé en 18931, dont plusieurs membres, au sein de la Jeune République, se soucient de lutter contre l’alcoolisme et les problèmes de logement. Ils produisent entre autres des enquêtes dont les résultats sont présentés notamment en 1925 lors de l’exposition « Rouen-taudis » contredisant l’image de « Rouen-Ville Musée2 ». Ces patronages catholiques sont conçus comme des œuvres « d’éducation populaire3 » proposant à la fois une initiation et des exercices liturgiques, des cercles d’études, des activités culturelles et sportives mais aussi des colonies de vacances pour les enfants des quartiers populaires. L’acte de naissance de l’Association du Val d’Aubette en 1929 sous la direction du chanoine René Le Picard se situe d’ailleurs dans la lignée des patronages catholiques et des mouvements de jeunesse qui représentent par conséquent les prémices des fondations de l’après-guerre en faveur des jeunes inadaptés en Seine-Maritime :

  • 4 Ibid., p. 128-129.

« Moyen d’apostolat auprès des jeunes, [le patronage] peut être considéré comme un prélude positif au mouvement d’Action Catholique qui se développera dans l’entre-deux-guerres, et sans aucun doute comme une pépinière de cadres pour les œuvres catholiques ou certains groupements politiques de l’avenir. Bien des orientations prises plus tard par l’Église ont leur origine dans ces années décidément très fécondes qui précédèrent la première guerre mondiale4. »

3Le département est certes en retard, mais il n’est pas complètement sans tradition dans ce domaine, d’autant que face à un secteur public qui peine à se mettre en place jusque dans les années 1960, le milieu associatif réussit à se mobiliser rapidement, sur fond de concurrence entre protestants et catholiques, ces derniers ne souffrant pas de se voir distancés dans ce domaine. Le rôle des personnalités locales est déterminant dans la mise en place de ce réseau d’établissements privés, notamment celui de l’abbé Bernard Daubeuf. Il devient le personnage incontournable du secteur associatif de l’enfance inadaptée en Seine-Maritime par les créations d’établissements qu’il a suscitées ou les aides ponctuelles qu’il a apportées aux autres structures. L’abbé Bernard Daubeuf réussit donc, via l’Entraide Sainte-Marie, à fédérer autour de lui les notables rouennais – industriels, magistrats principalement – dont les convictions religieuses autant que les relations sont mises à profit au sein des conseils d’administration des associations gestionnaires.

4De plus, ces bonnes volontés sont majoritairement regroupées au sein de l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie (ARSEAN) créée en 1947. En effet, les principaux établissements spécialisés sont affiliés ou administrés directement par cet organisme surtout en Seine-Inférieure. Lieu de rencontres, d’animation et de gestion, l’ARSEAN, qui est certes la dernière de ces associations semi-publiques, bénéficie néanmoins de la présence d’un homme influent et apprécié par les autres administrateurs, en la personne du Dr Pierre Bianquis, directeur départemental de la Santé. Occupant les fonctions de président de l’ARSEAN puis du Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées de Haute-Normandie (CREAIHN) jusqu’en 1977, il témoigne de la collaboration relativement efficace en Seine-Maritime entre le secteur privé et les représentants des ministères de la Santé, de la Population et de la Justice, situation de bonne entente que l’on ne retrouve pas forcément dans d’autres régions. Siégeant également au sein des conseils d’administration des principales associations gestionnaires tournées vers l’enfance en difficulté, il impulse une dynamique certaine en s’appuyant sur son expérience dans ce domaine, notamment en Bretagne. Cette influence est soulignée entre autres par la création du Centre d’observation L’Éclaircie à Rouen, qui n’est pas sans laisser penser à une inspiration venant d’une création antérieure à savoir, le Centre d’observation de la Prévalaye. Le Dr Pierre Bianquis est également à l’initiative du foyer de semi-liberté de Trigauville qui complète judicieusement à partir de 1957 le dispositif en place dans la région du Havre, en accueillant prioritairement les pensionnaires du Foyer fraternel de Beuzevillette après leur formation. L’ARSEAN semble par conséquent avoir joué un rôle efficace dans l’équilibrage du maillage régional concernant l’équipement destiné à l’enfance inadaptée et en particulier de la Seine-Maritime, cet organisme faisant office également d’association départementale.

  • 5 Françoise Tétard et Vincent Peyre précisent cependant que Bernard Emo suivra ensuite une formation (...)

5Alors qu’à la Libération le département ne disposait d’aucune structure capable de répondre véritablement aux besoins pour les garçons, sont présents dès les années 1950 en Seine-Maritime : un centre d’observation, des internats de rééducation et des foyers de semi-liberté. Ils sont complétés par des dispositifs particuliers comme la prévention spécialisée mise en place à Rouen par Bernard Emo alors qu’il n’avait aucune formation5. Son rôle ne se cantonnera pas d’ailleurs à cette ville puisqu’il occupera les fonctions de directeur départemental puis régional de l’Éducation surveillée à la fin des années 1980. Seule ombre au tableau, les établissements pour jeunes filles qui peinent à se renouveler car laissés entre les mains des institutions du Bon Pasteur et que de multiples tentatives arrivent difficilement à remplacer à partir de la fin des années 1960. Ces innovations dans le domaine de la prise en charge de l’enfance sont donc le fait d’initiatives privées dont la souplesse représente un avantage pour l’État qui ne dispose pas encore des moyens financiers et humains nécessaires pour passer outre ces structures.

  • 6 Jean-Louis Costa, « Plan de réforme des services de l’Éducation surveillée et des institutions pro (...)

6Pour ces œuvres, le temps n’est plus de vivre de la générosité publique – même si quelques fondations les aident ponctuellement – ou du produit du travail de leurs pensionnaires6. Financés par des prix de journée versés par le ministère de la Justice et les services départementaux de l’Action sociale et bénéficiant de subventions accordées principalement par les caisses d’allocations familiales, ces établissements gérés par des associations ne sont plus tout à fait privés d’autant qu’ils remplissent, de plus, une forme de service public que soulignent les directives et les contrôles des ministères concernés. Puisque l’État délègue une partie de ses prérogatives dans le domaine de l’enfance inadaptée et finance intégralement les frais de fonctionnement, il se doit en effet de vérifier si les établissements remplissent correctement cette mission, en délivrant en amont une habilitation, mais aussi en organisant des inspections régulières et en vérifiant les budgets prévisionnels au moment de l’élaboration des prix de journée, source très souvent de tensions avec les établissements. Jacqueline Roca, se référant à l’exemple de Marseille, évoque ainsi « un service public paradoxal » :

  • 7 Jacqueline Roca, « La structuration du champ de l’enfance et de l’adolescence inadaptées et handic (...)

« Ainsi, s’est finalement mis en place un service public paradoxal, assuré par des établissements privés, financé par des fonds publics au sein d’une coordination technique et financière rigoureuse. Ce mode de financement était plus léger pour l’État qu’une intervention directe7. »

7Ces associations s’appuient également sur un investissement des directeurs des établissements dont la personnalité permet aux institutions de garder une certaine liberté dans leur fonctionnement pédagogique. Comme le souligne Christian Guéroult, actuel directeur du Foyer du Val d’Aubette, ces personnes constituent le socle sur lequel repose encore actuellement le secteur privé de l’enfance inadaptée. Ils ont notamment mis en place les bases de la profession et, à l’instar de Raymond Kervarrec, ils ont formé plusieurs générations d’éducateurs. Certains ont pris leur succession à la fois en s’inspirant de leur expérience et en l’adaptant à l’évolution de la société et des besoins des jeunes. Ces premiers directeurs se caractérisent souvent par leur esprit frondeur vis-à-vis de l’administration. Ils ne veulent pas être de simples sous-traitants des organismes de tutelle et sont animés de fait, pour beaucoup d’entre eux, par la volonté de se renouveler sans cesse et de faire évoluer leurs méthodes, même si, pour quelques établissements, comme le Logis Saint-François dans les premières années, celles-ci tendent à inculquer davantage des valeurs morales et religieuses. Or, l’amélioration du statut de cette profession par les accords UNAR/ANEJI signés en 1958, puis la convention collective de 1966, et surtout les progrès de la formation des éducateurs qui aboutissent au diplôme d’État d’éducateur spécialisé en 1967, donnent la possibilité aux établissements privés de perfectionner progressivement leurs méthodes et leur encadrement. Ces avancées leur permettent également de s’ouvrir davantage aux autres spécialistes de l’enfance comme les psychiatres et les psychologues qui apportent un nouveau souffle aux structures rééducatives.

  • 8 Laurent Mucchielli, « Les “centres éducatifs fermés” : rupture ou continuité dans le traitement de (...)
  • 9 Jacques Bourquin, « Le fantôme des maisons de redressement », Le Monde diplomatique, juin 2002.

8Cette volonté de réformer les méthodes est particulièrement visible à partir des années 1970 où, dans un contexte d’austérité et de restriction budgétaire, les établissements privés s’engagent dans une prise en charge plus large des mineurs en s’appuyant sur des équipes pluridisciplinaires et dans l’élaboration de projets pédagogiques aboutissant à une plus grande variété de l’offre – structures de suivi, accueil d’urgence, etc. Cette remise en question provisoire des établissements de rééducation est concomitante au coup d’arrêt des centres fermés – centres spéciaux d’observation de l’Éducation surveillée (CSOES) dans les prisons, centres d’observation de Sécurité (COS)8 – qui avaient signifié de 1958 à 1979 « un retour partiel aux conceptions sécuritaires9 », à la suite d’une reprise de l’augmentation de la délinquance juvénile et de l’épisode des Blousons noirs. Parallèlement, se développent les mesures privilégiant le maintien des mineurs dans leur milieu familial comme l’Assistance éducative en milieu ouvert (AEMO), encouragée depuis l’ordonnance du 23 décembre 1958. Ces questionnements émanant également du personnel leur ont permis ainsi, pour la majorité d’entre eux, de se renouveler et de proposer un ensemble plus cohérent de prise en charge des mineurs délinquants et en danger. Ces changements s’accompagnent d’une ouverture progressive des institutions vers l’extérieur, en particulier vers les familles, alors que le rapport Bianco-Lamy, qui a fortement ébranlé les établissements spécialisés en 1980, souligne notamment le retard dans ce domaine et les inconvénients des structures trop fermées. De plus, il est indéniable que cette période de tâtonnements, de construction du secteur – dont les questionnements quant à l’identité des éducateurs et à leur rôle témoignent – mais aussi d’innovations, soit également marquée par des ratés, des échecs, voire des excès. Les problèmes de violences qui ont pu surgir et ont agité certains établissements tel le Logis Saint-François, les ont obligés, de fait, à revoir entièrement leurs méthodes, en concertation avec les psychologues et les psychiatres, pour que les éducateurs ajustent leur comportement auprès des pensionnaires et ne tombent pas dans la spirale des coups.

9L’évolution des modes de prise en charge est également rendue nécessaire face aux changements intervenus dans le profil des pensionnaires confrontés à des difficultés croissantes d’insertion professionnelle et par conséquent, au phénomène de l’exclusion. Accueillant dans les premières années des enfants de la guerre, les établissements spécialisés voient leurs pensionnaires évoluer, malgré une classification au sein de la notion d’enfance inadaptée, très pratique certes pour les spécialistes, mais qui tend à les figer au sein de catégories qui ne permettent pas de rendre compte des changements opérés. Ainsi, un J3 au sortir de la Seconde Guerre mondiale a peu de choses à voir avec un Blouson noir de la fin des années 1950 et encore moins avec un Loubard confronté aux difficultés économiques des années 1970 et dont les chances de réinsertion professionnelles se trouvent bloquées face à la massification du chômage. Toutefois, si nous affinons le profil des pensionnaires des établissements spécialisés, une constante règne tout au long de la période étudiée : les difficultés du milieu familial, qui justifient leur placement et expliquent la présence majoritaire de mineurs en danger dans ces structures privées recevant également des jeunes délinquants. Pour certains d’entre eux, cette prise en charge peut couvrir une grande partie, voire l’ensemble de leur enfance et de leur adolescence, et les conséquences de ce parcours à travers divers établissements se traduire par une réadaptation parfois problématique à la vie « normale ». Cependant, cette expérience du placement, quelles que soient les conditions où celle-ci s’est opérée, laisse indéniablement des traces durables dont les anciens pensionnaires ne peuvent se défaire facilement.

10Ainsi, les établissements privés symbolisaient dans les premières années de fonctionnement une alternative moderne aux anciennes maisons de correction. Soutenus et encouragés par l’État, tout au moins financièrement, ils ont pendant longtemps constitué une des seules alternatives à la prison. Or, ces établissements, et en particulier les foyers de semi-liberté, ne font plus l’unanimité trente ans après, jusqu’à être présentés comme des structures vieillissantes dont les conséquences pour les experts semblent plus néfastes que le maintien du jeune dans sa famille. S’amorcent alors dans une période de restriction financière et de contestation de l’hébergement institutionnel, des rapports plus tendus entre les associations et les représentants des organismes de tutelle aux exigences plus fortes. Les nouveaux interlocuteurs issus de la décentralisation, signifient cependant une volonté de reprise en main de l’État dans ce secteur où les établissements privés bénéficiaient auparavant d’une certaine confiance et d’une relative liberté, au sein d’un cadre néanmoins défini.

  • 10 Avis du comité d’entreprise du CREAIHN, s. d., 2 p., dact., inséré dans le PV de la réunion de l’A (...)
  • 11 PV de la réunion de l’Assemblée générale du 16 juin 1980, CREAIHN, 28 juin 1980, p. 5, dact., DASE (...)
  • 12 PV de la réunion de l’assemblée générale du 22 juin 1981, CREAIHN, p. 4, dact., DASEC (Archives pr (...)
  • 13 Extrait du Journal Officiel du 8 juillet 1984, 1 p., DASEC (Archives privées).
  • 14 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, L’éducation spécialisée en Bretagne, 1944-1984 : les coordinations (...)

11Cet état de fait se retrouve également au niveau du Centre régional de l’enfance et de l’adolescence de Haute-Normandie qui subit aussi depuis les années 1970 une double contestation du rôle qui était le sien. Il s’agit, en premier lieu, du personnel des établissements dénonçant la résignation des membres du conseil d’administration vis-à-vis des directives ministérielles10 jusqu’à estimer que l’association entérinant la politique de dépenses minimum sans souci des questions pédagogiques se met en position de simple exécutant. Ces tensions ont lieu à un moment où les centres régionaux pour l’enfance et l’adolescence inadaptées, qui ont remplacé les ARSEA en 1964, sont aussi remis en question11 par les pouvoirs publics quant à leurs prérogatives et à leur rôle, tant la gestion semble avoir tendance à prendre le pas sur son rôle d’animation et de sensibilisation de la population. La circulaire du 13 janvier 1984 ne signe pas véritablement la fin des centres régionaux pour l’enfance et l’adolescence inadaptées. Mais elle affaiblit grandement leurs pouvoirs car en leur retirant désormais la capacité de gérer des établissements, elle les prive non seulement d’une partie de leurs ressources financières mais aussi de laboratoires d’expériences auxquels tenait notamment la majorité des administrateurs du Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées de Haute-Normandie12. Malgré ces réticences, le transfert de gestion est effectif le 1er janvier 1985 suite à la déclaration à la Préfecture dès le 14 juin 1984 de l’Association de la région havraise pour l’enfance et l’adolescence en difficulté (AHEAD) gérant à la fois le Foyer fraternel de Beuzevillette et le Foyer de Trigauville13. L’application de cette réforme est d’ailleurs curieusement plus rapide que dans d’autres régions qui avaient anticipé le décret, telle la Bretagne, où il faut attendre la fin de l’année 1985 pour que cette démarche soit validée : « L’un des premiers à avoir entamé la démarche de séparation de ses activités de gestion, le CREAI de Bretagne, sera ainsi l’un des derniers à l’avoir finalisée14. »

12Face à ces atteintes, le secteur privé en sort à la fois renforcé et affaibli, notamment par les baisses budgétaires auxquelles le Foyer fraternel de Beuzevillette, dont l’équipement coûte relativement cher, réussit cependant à résister un temps. Mais, en 1995, alors que l’association gestionnaire (AHEAD) a été placée en redressement judiciaire, l’établissement est obligé de fermer ses portes pour sauver le reste du dispositif havrais, et en particulier le Service d’action éducative Colleu (SAEC) regroupant à la fois le Foyer de semi-liberté de Trigauville et les prises en charge extérieures. Le Logis Saint-François, après des années de tâtonnements inhérentes aux difficultés de succéder à l’héritage de Madeleine Sicot, a su continuer son œuvre en élargissant le champ de ses compétences, en s’appuyant à la fois sur une prise en charge pédagogique et thérapeutique des pensionnaires. Le Val d’Aubette, devenu dispositif d’Action éducative, semble avoir relativement mieux survécu à cette période difficile, en continuant de proposer d’autres alternatives à l’hébergement classique pour l’accueil des jeunes les plus fragilisés. Habilité officiellement depuis 1983 au titre de l’ordonnance du 2 février 1945, il est constitué désormais d’une unité d’accueil d’urgence, seule structure de ce type dans le département, d’une unité « Foyer » et d’une unité de service extérieur. De même, l’établissement propose depuis 1991 un nouveau dispositif appelé EXIT-Action de dégagement. Cette mesure alternative à l’incarcération permet en cas de situation de crises un traitement individualisé d’un jeune encadré par deux éducateurs qui l’accompagnent dans un périple de quinze à vingt jours.

13L’exploitation des archives du secteur associatif destiné à l’enfance inadaptée – jusqu’alors inexplorées pour la Seine-Maritime – et le témoignage des acteurs de cette histoire – personnel et anciens placés – permettent de mieux cerner la place prépondérante qu’occupent encore actuellement les structures privées dans ce domaine, parallèlement au développement des établissements publics. La situation de la Seine-Maritime semble certes représentative de l’équipement national, mais la question est plus complexe. En effet, les réseaux dont le secteur a bénéficié pour rattraper son retard, mais aussi la rapidité avec laquelle les personnes impliquées ont su réagir face à l’urgence de la situation et au fil des difficultés, soulignent les particularités de ce département qui a profité de la présence favorable de personnages centraux.

  • 15 Paul Fustier, L’identité de l’éducateur spécialisé, Paris, Éditions universitaires, 1972, p. 47.

14En effet, la Seine-Maritime, département où tout était à construire est un exemple privilégié pour observer comment le secteur de l’enfance inadaptée s’est édifié progressivement pour répondre aux mesures inhérentes à l’évolution constante de la législation concernant les mineurs délinquants et en danger. La période couvrant la Libération aux années 1980 se caractérise par l’élaboration de nouveaux dispositifs de prise en charge et l’évolution non seulement des méthodes, mais aussi du métier d’éducateur. Ainsi, aux pionniers « se réclamant du modèle vocationnel » et présentés comme accomplissant un « idéal », succèdent les éducateurs se référant davantage aux compétences techniques15. Si cette professionnalisation du secteur a permis d’améliorer l’encadrement des pensionnaires, elle a été aussi l’occasion pour les éducateurs spécialisés d’obtenir une certaine reconnaissance de leur métier. Dès lors que ces derniers passent par une formation reconnue et qu’il est demandé aux associations de multiplier les services qu’elles proposent pour s’adapter à l’évolution des jeunes accueillis, le secteur privé a subi un changement important que traduisent les efforts menés en matière de projets pédagogiques alliant la variété des solutions proposées à celle des acteurs intervenant désormais dans les établissements. Ainsi, de l’après-guerre au milieu des années 1980, un premier cycle est accompli. Il se caractérise non seulement par une volonté d’ouverture de l’hébergement classique mais aussi par une transformation du secteur privé. Ce dernier se détache progressivement de la nature philanthropique qui l’a longtemps caractérisé, pour s’affirmer véritablement en tant que professionnel de l’enfance inadaptée sans toutefois renier complètement l’héritage des fondateurs.

Notes

1 Nadine-Josette Chaline, Des Catholiques normands sous la Troisième République : crises, combats, renouveaux, Roanne-Le Coteau, Horvath, 1985, p. 120.

2 Ingrid Stalin-Caron, De l’assistance à l’aide aux familles nombreuses à Rouen pendant l’entre-deux-guerres, préface de Yannick Marec, Mémoires de la protection sociale en Normandie, hors-série no 1, décembre 2008, p. 109.

3 Nadine-Josette Chaline, op. cit., p. 124.

4 Ibid., p. 128-129.

5 Françoise Tétard et Vincent Peyre précisent cependant que Bernard Emo suivra ensuite une formation à Vaucresson en 1961-1963. cf. Vincent Peyre, Françoise Tétard, Des éducateurs dans la rue. Histoire de la prévention spécialisée, Paris, La Découverte, 2006, p. 72.

6 Jean-Louis Costa, « Plan de réforme des services de l’Éducation surveillée et des institutions protectrices de l’enfance en danger moral », Revue de l’Éducation surveillée, 1re année, septembre-octobre 1946, no 4, p. 90.

7 Jacqueline Roca, « La structuration du champ de l’enfance et de l’adolescence inadaptées et handicapées depuis 1943 : l’exemple de Marseille », Le Mouvement social, 2004/4, no 209, p. 51.

8 Laurent Mucchielli, « Les “centres éducatifs fermés” : rupture ou continuité dans le traitement des mineurs délinquants ? », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 7, 2005, http://rhei.revues.org/index1038.html

9 Jacques Bourquin, « Le fantôme des maisons de redressement », Le Monde diplomatique, juin 2002.

10 Avis du comité d’entreprise du CREAIHN, s. d., 2 p., dact., inséré dans le PV de la réunion de l’AG du 29 octobre 1979, CREAIHN, DASEC (Archives privées).

11 PV de la réunion de l’Assemblée générale du 16 juin 1980, CREAIHN, 28 juin 1980, p. 5, dact., DASEC (Archives privées).

12 PV de la réunion de l’assemblée générale du 22 juin 1981, CREAIHN, p. 4, dact., DASEC (Archives privées).

13 Extrait du Journal Officiel du 8 juillet 1984, 1 p., DASEC (Archives privées).

14 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, L’éducation spécialisée en Bretagne, 1944-1984 : les coordinations bretonnes pour l’enfance et l’adolescence inadaptées, Rennes, PUR, 2007, p. 267.

15 Paul Fustier, L’identité de l’éducateur spécialisé, Paris, Éditions universitaires, 1972, p. 47.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540