Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Troisième partie. Les caractéristiques et l’évolution des structures associatives en faveur des jeunes en difficulté

Conclusion

Texte intégral

1Alors qu’ils représentent après la Seconde Guerre mondiale, un appui essentiel de la politique nationale de prise en charge des mineurs en difficulté, les établissements spécialisés privés subissent une lourde remise en question portant sur plusieurs points essentiels à partir des années 1970. Les pionniers qui ont défendu ces institutions, parfois même érigées en exemple, se retrouvent contestés dans leurs modes d’action qui n’ont pas pu résister à l’évolution de la société. Ce sont tout d’abord les méthodes inspirées fortement du scoutisme et des mouvements de jeunesse constituant un socle en matière d’expériences éducatives. Or, cet encadrement très strict ne correspond plus aux aspirations de la nouvelle génération des éducateurs qui s’est nourrie de lectures, de psychiatrie, de psychologie et d’expériences alternatives au modèle classique de l’institution, s’appuyant à la fois sur une organisation très précise et sur une liberté limitée des pensionnaires. Ainsi, 1968 a représenté pour ces directeurs « un virage » important que certains n’ont pas su anticiper ou négocier car trop attachés, voire trop crispés sur ces valeurs traditionnelles qui étaient alors bousculées à l’instar de Madeleine Sicot, directrice et fondatrice du Logis Saint-François. Cette nécessité de revoir les méthodes est à relier aux attaques que subissent ces institutions elles-mêmes et en particulier les foyers de semi-liberté auxquels on préfère désormais, dans la mesure du possible, le maintien du mineur dans son milieu familial. Cette structure innovante à la Libération doit faire face à l’évolution de la conception du rôle de l’enfant et de la famille, et des difficultés des jeunes dont l’insertion professionnelle ne présente pas les mêmes facilités par rapport à la période de quasi plein emploi qui a caractérisé leurs débuts.

2Dans un contexte de baisse des crédits alloués à ce secteur et de contrôles de plus en plus vigilants, les établissements privés sont fortement fragilisés de plus par la baisse de leurs effectifs traduisant cette désaffection à leurs égards, voire un manque de soutien des administrations concernées et plus largement de l’État. Alors que Raymond Kervarrec, directeur du Foyer Les Terrasses, a permis, en tant que conseiller technique, de redresser la situation de plusieurs institutions en difficulté, comme le Val d’Aubette ou Le Logis Saint-François, il ne réussit pas à sauver son propre établissement qui devient en 1981 une maison de retraite. Les structures qui résistent sont celles qui parviennent à se renouveler en élaborant un nouveau projet pédagogique répondant davantage aux besoins et en recrutant un personnel qualifié pour le mener à bien. Cette période difficile dans un contexte annonçant la décentralisation est ainsi l’occasion pour les établissements privés d’affiner et d’approfondir des mesures tentées auparavant – le Foyer André Colleu et l’AEMO – ou de proposer des méthodes nouvelles – le Foyer du Val d’Aubette et notamment la structure d’accueil d’urgence. Par ailleurs, l’évolution du profil des pensionnaires a obligé les institutions à collaborer davantage avec les autres spécialistes de l’enfance, à intégrer de nouvelles méthodes en travaillant notamment sur le problème de la violence et à revoir leur mode de fonctionnement en s’ouvrant sur l’extérieur.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540