Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Troisième partie. Les caractéristiques et l’évolution des structures associatives en faveur des jeunes en difficulté

Chapitre IX. Les modes d’action du secteur associatif : entre expérimentation et remise en question

Texte intégral

1Les établissements privés qui accueillent des mineurs en difficulté ont la délicate mission de les rééduquer afin de les réadapter à la société. Ces structures se concentrent essentiellement sur la réinsertion professionnelle de leurs pensionnaires qui souffrent de lacunes scolaires souvent importantes ou d’échecs professionnels multiples. Le rôle du Foyer fraternel de Beuzevillette est ici primordial puisqu’il propose une formation adaptée aux difficultés des mineurs en rupture avec l’enseignement classique. Les autres carences perceptibles chez les pensionnaires viennent de leur famille, soit parce que les rapports sont tendus, soit parce que celle-ci est considérée comme « pathogène ». Or, malgré une prise de conscience de la nécessité de normaliser leurs rapports avec les parents, les éducateurs disposent de moyens relativement limités et parfois les problèmes sont tels que la collaboration peine à s’établir.

2Les activités sportives et ludiques constituent un autre axe de l’action éducative. Le Logis Saint-François intègre véritablement cette dimension dans son emploi du temps quotidien, mais aussi en organisant des camps de vacances dont les bienfaits et les retombées positives sont vantés régulièrement dans les rapports de fonctionnement de l’établissement. Des films tournés par les enfants et le personnel du Logis Saint-François dans les années 1950 et 1960 donnent ainsi à découvrir un peu plus la vie et les activités des pensionnaires. Les loisirs sont l’occasion de faire un détour par la prévention spécialisée, et en particulier par l’Association rouennaise d’éducation de la jeunesse. Son action s’appuie essentiellement sur ce type d’activités, principalement parce qu’elles constituent un moyen efficace pour établir un premier contact avec les jeunes des quartiers populaires qu’elle n’hésite pas par ailleurs à emmener en vacances, comme en témoignent également les films de l’association datant des années 1960 aux années 1990.

3Enfin, au-delà des expérimentations dans les modes d’action du secteur associatif, les établissements privés subissent à partir des années 1970 une certaine remise en question, au niveau de leurs méthodes mais aussi du point de vue de leur utilité et de leur gestion. Si pour certaines structures cette période est source de fragilisation, elle est pour d’autres une étape nécessaire dans la modernisation de leurs modes d’action.

Les supports de la rééducation des mineurs inadaptés

4La rééducation des mineurs délinquants et en danger consiste à les réinsérer dans la société en leurs donnant de bonnes habitudes et des outils d’intégration. Cette prise en charge repose principalement sur leur insertion professionnelle et sur la normalisation des rapports avec leur famille – bien que cette dimension soit pendant longtemps peu valorisée. La place des activités sportives et des loisirs est également prise en compte, à des degrés divers selon le type d’établissement, car ils constituent un support indéniable de socialisation.

Le rôle primordial de la formation et du travail

  • 1 Entretien avec Benjamin Emo, le 29 septembre 2004.
  • 2 Ibid.
  • 3 Assemblée générale du 19 décembre 1975, Association du Val d’Aubette, p. 4, dact., VA (Archives pr (...)
  • 4 Entretien avec Max Pichon, le 30 mai 2006.

5Si la réinsertion des mineurs inadaptés dans les foyers de semi-liberté s’appuie essentiellement sur le travail, force est de constater que ces établissements ne fournissent aucune formation : ils encouragent en fait les pensionnaires à suivre un apprentissage à l’extérieur ou à trouver du travail. Pour ce faire, les directeurs disposent d’une liste d’entreprises avec lesquelles ils ont l’habitude de collaborer1. Ce système fonctionne d’ailleurs sans aucun problème jusqu’à la massification du chômage à partir des années 1970. Si les logiques de réinsertion par le travail sont individualisées, la prise en charge des pensionnaires dans ce type de structures se fait sur la base du groupe. Le mode d’organisation du Foyer Les Terrasses est d’ailleurs identique à celui du Foyer du Val d’Aubette, puisque le directeur de ce dernier, Benjamin Emo, s’est inspiré de ce qu’avait mis en place Raymond Kervarrec en 19652. Les pensionnaires sont ainsi répartis en trois groupes : le groupe d’accueil, le groupe de semi-liberté (au nombre d’un ou deux) et le groupe des sortants. Chacun d’entre eux comprend douze à quinze adolescents et répond à une étape bien précise dans le processus de rééducation du mineur visant à l’amener à l’autonomie3. Tout d’abord, le groupe d’accueil permet à la fois aux nouveaux arrivants de s’habituer au fonctionnement de l’établissement, et aux éducateurs d’évaluer leurs difficultés et leurs capacités. L’observation, qui dure deux à trois mois, se veut pédagogique, et porte en particulier sur le milieu familial, l’orientation professionnelle, les soins éventuellement à administrer, etc. Ensuite, un ou deux groupes fonctionnent véritablement en semi-liberté. Les pensionnaires concernés vivent selon un objectif prioritaire : l’autonomie du mineur qui est sous-tendue par le travail ou la formation professionnelle. Enfin, le groupe des sortants est réservé aux « sujets stabilisés ». L’objectif recherché est d’accentuer cette autonomie du jeune dans les semaines ou les mois qui précèdent sa sortie, afin de le préparer à se retrouver seul dans une chambre en ville et à affronter la « vie normale »4. Le rôle des éducateurs consiste également à transmettre aux pensionnaires le goût du travail, à savoir gérer leur budget et à suivre un rythme quotidien régulier facilitant une insertion professionnelle et sociale.

  • 5 Cf. notamment Chantal Nicout-Drancourt, Laurence Roulleau-Berger, Les jeunes et le travail 1950-20 (...)
  • 6 Guy Berland, « Une expérience de formation professionnelle dans un centre de rééducation », Sauveg (...)

6Les mineurs placés ont pour une grande majorité d’entre eux des lacunes scolaires très importantes et n’ont pas forcément obtenu les diplômes leur permettant d’engager les démarches nécessaires pour réussir à développer un projet précis et à trouver un métier qualifié5. Ainsi, l’internat de rééducation de Beuzevillette met en place très tôt une formation adaptée au profil des jeunes en difficulté en tenant compte notamment de leur phobie des études. Comme le précise Guy Berland qui est chargé de mener cette expérience, l’âge, les troubles du caractère et le niveau intellectuel de ses pensionnaires sont autant d’écueils qui freinent l’accès à un enseignement technique classique6. C’est pourquoi il est hors de question pour ces garçons ayant déjà connu plusieurs échecs scolaires d’envisager des études sur deux ou trois ans. Le choix de l’établissement se porte donc sur la formation professionnelle pour adultes (FPA) dispensée par l’Association nationale interprofessionnelle pour la Formation rationnelle de la main d’œuvre (ANIFRMO). Le cadre proposé par cet organisme impose au moniteur un nombre de stagiaires qui ne dépasse pas la quinzaine et une durée de stage qui n’excède pas les six mois. Si les candidats réussissent l’examen, ils obtiennent un certificat de formation professionnelle reconnu. La spécialité sélectionnée par Guy Berland est la maçonnerie-briquetage car, outre le fait que la formation dans ce domaine soit relativement simple, le matériau est très répandu dans la région laissant présager, en période de reconstruction, des débouchés réels.

  • 7 Ibid., p. 782.
  • 8 Ibid.

7Le premier stage organisé de mars à novembre 1952 est un demi-échec car, sur neuf stagiaires, seuls quatre sont reçus. La raison est à chercher dans les locaux qui ne sont pas adaptés : l’atelier est installé dans un hangar monté par les pensionnaires, éloigné du bâtiment principal où se trouvent les toilettes ; les cours se déroulent dans la salle à manger et par conséquent, il est difficile de surveiller les allées et venues des jeunes gens. Par ailleurs, la sélection n’avait pas permis de retenir les plus motivés qui se sont trouvés isolés des autres pensionnaires. L’organisation de la formation a donc été totalement revue en y appliquant le système progressif des groupes et ce, dans un souci d’implication du jeune. Ainsi, les nouveaux arrivants font partie de la section « carrefour » pendant sept mois. Cette étape est utilisée pour faire une remise à niveau : leur sont enseignées des notions de calculs, d’orthographe, de lecture, d’écriture, etc. Parallèlement, une initiation au travail dans l’atelier est menée pour leur inculquer « des habitudes de travail7 ». Il est à noter au passage que l’on privilégie le bois et l’horticulture durant le séjour dans cette section. Pendant ce temps, les éducateurs, le moniteur, l’instituteur détaché et le psychiatre évaluent ensemble les chances de réussite du jeune. Cette phase se termine par l’examen psychotechnique permettant de déterminer si le candidat possède les capacités suffisantes pour suivre la formation et dans quelle branche professionnelle celle-ci doit s’exercer. Si le résultat est positif, il accède alors à la « section de mérite ». De juillet 1953 à janvier 1954, le Foyer de Beuzevillette tente ainsi une nouvelle expérience avec douze garçons. Les résultats très encourageants incitent à poursuivre cette action et à prévoir de nouvelles sessions de stage les années suivantes. En 1956, une seconde section est même ouverte8, toujours dans la même spécialité.

  • 9 Lettre du 16 mars 1984 de Joëlle Banchini-Mallet, directrice du Foyer fraternel de Beuzevillette, (...)

8Ce choix d’une formation courte explique la nécessité d’ouvrir un foyer de semi-liberté en lien avec le Foyer fraternel de Beuzevillette car, une fois le certificat obtenu, les pensionnaires doivent laisser la place à d’autres candidats. Or, Guy Berland remarque qu’une période de six à huit mois n’est pas suffisante pour envisager une véritable rééducation et il constate que plusieurs d’entre eux, alors qu’ils avaient été embauchés rapidement, se sont trouvés en difficulté, n’ont pas su se stabiliser et garder leur emploi. Dès lors, le parcours d’un mineur entrant au Foyer fraternel répond théoriquement à un ordre soigneusement pensé : section « carrefour », section de mérite et, après l’obtention du diplôme, séjour au Foyer de Trigauville. L’offre des formations dispensées au Foyer fraternel de Beuzevillette se diversifie très lentement alors que le marché évolue de manière notable, ce qui peut limiter aussi les chances de réussite. Après quelques tentatives d’adaptation en 1984, la structure ouvre quatre ateliers de formation spécialisés dans la métallerie, la peinture en bâtiment, la menuiserie et la cuisine9.

9Dès lors, l’insertion professionnelle devient l’un des axes prioritaires de la rééducation dans les établissements spécialisés. Le pari est certes périlleux quand on pense à la majorité des mineurs concernés qui possèdent ni qualification, ni expérience professionnelle. De plus, aux lacunes scolaires s’ajoutent les difficultés personnelles, complexes et importantes, qui peuvent gêner leur orientation et leur stabilité dans le travail. Cette situation est souvent la conséquence d’un milieu familial fortement perturbé ayant motivé d’ailleurs le placement dans ce type de structures qui, à la fois se présentent dans un premier temps comme un substitut à la famille puis, progressivement, comme le lieu où des spécialistes tentent de normaliser les rapports entre le jeune et ses parents.

Reconstruire les liens familiaux : des prémices bien timides

  • 10 Entretien avec Jacques Leclair, le 30 mars 2004.

10Alors que le milieu familial est scrupuleusement décrit dans les rapports des spécialistes, les parents sont très peu associés à la prise en charge éducative de leur enfant durant les premières années de fonctionnement des établissements privés. Jacques Leclair, souligne à ce propos une certaine appropriation de la part du Logis Saint-François où des pensionnaires peuvent rester de l’âge de six à quatorze ans, ce qui lui fait dire : « Je crois que notre enfance a été un peu brûlée quelque part10. » Toutefois, la famille n’est pas totalement absente de leur action, puisqu’elle a la possibilité tout d’abord de rendre visite au mineur – mais cela est très rare –, de correspondre et de le recevoir de temps en temps, sauf interdiction de justice ou si le jeune s’est fait remarquer défavorablement. De même, lorsque les parents demandent l’autorisation de faire venir leur fils, ils redoublent de précaution et multiplient les marques de politesse à l’égard du directeur pour obtenir son accord. Ce dernier peut alors être perçu non seulement comme le responsable de leur enfant, mais aussi comme une personne à qui il est possible de se confier et à laquelle on se remet entièrement, telle la mère de Jean-Louis qui écrit en 1959 une lettre angoissée au directeur du Val d’Aubette car son fils a coupé tout contact avec elle :

  • 11 Lettre du 22 juillet 1959 de la mère de [Jean-Louis] à Henri Delboulle, p. 1, ms., VA (Archives pr (...)

« Je ne peux pas espérer recevoir des nouvelles de mon fils, car voyez-vous les circonstances, les vicissitudes de la vie, m’ont séparées souvent de mes enfants et à cause de cela mon fils ne m’aime pas. Toutefois moi, M. le Directeur, je l’aime beaucoup et je souffre énormément de sa mauvaise conduite. Pouvez-vous me donner des nouvelles de [Jean-Louis] une fois par mois sans le prévenir11 ? »

  • 12 Rapport d’accueil, 25 septembre 1980, Foyer fraternel de Beuzevillette, 8 p., dact., DASEC (Archiv (...)

11La collaboration semble parfois très efficace avec les parents. Certains, véritablement désarmés face à l’attitude de leur fils, demandent au directeur des détails sur l’évolution de son comportement et des conseils quant à la conduite à tenir vis-à-vis de celui-ci. Ainsi, le père de Franck, quinze ans, placé en 1980 au Foyer fraternel de Beuzevillette, correspond régulièrement avec le directeur. Sa femme a quitté le domicile familial et son fils a été placé car il fugue très souvent et fait l’école buissonnière au lieu de se rendre au collège – il est d’ailleurs analphabète. Franck craint énormément son père et souffre d’énurésie seulement lorsqu’il est chez lui12. Ce dernier demande souvent des conseils à l’établissement, car il ne semble pas comprendre son fils qui a la tête rasée et est couvert de tatouages. Toutes ces questions ne sont pas uniquement sous-tendues par l’inquiétude, car en fait, il souhaiterait simplement que son fils soit pris uniquement en charge par le foyer jusqu’à ne plus en avoir la responsabilité, comme le précisent ses dernières lettres.

12À l’inverse, le placement peut se traduire par une incompréhension des parents, jusqu’à considérer celui-ci comme une atteinte à leurs droits. Certains n’hésitent pas à critiquer ouvertement l’établissement et son personnel, voire à donner des conseils comme la mère du jeune Hervé, placé à dix-huit ans pour troubles du comportement et vols divers. Elle écrit donc au directeur du Foyer André Colleu, pour lui exprimer vertement son mécontentement. Ces deux extraits montrent les difficultés surgissant parfois dans les relations avec les parents et la fermeté dont les directeurs doivent parfois faire preuve.

  • 13 Lettre du 17 septembre 1968 de la mère de [Hervé] au directeur du Foyer André Colleu, 2 p., ms., D (...)

« Monsieur,
Je vient de recevoir votre note en ce qui concerne mon fils [Jean]. Vous me faites savoir qu’il a quitté son emploie pour lui qui a son BEP CAP tant que vous ne lui trouverer pas un emploi qui correspond a ses capacités vous n’en ferais absolument rien. Je crois que vous êtes incapables de lui en trouver un d’abord. […] D’autre part. Pouvez vous me faire savoir pourqu’oi mon fils n’est pas venu me voir depuis le 4 septembre est ce qu’il est séquistrer.
Si vous êtes père de famille, pensée un peu à moi.
Je tient a vous prévenir ille va falloir que cela change ?…
Je ne vous donne pas d’autre détail13. »

13La réponse du directeur ne se fait pas attendre et va permettre d’envisager leur collaboration sous un jour plus serein :

  • 14 Lettre du 18 septembre 1968 du directeur du Foyer André Colleu à la mère de [Hervé], 1 p., dact., (...)

« Madame,
Nous ne nous permettons jamais de menacer les parents des enfants qui nous sont confiés, mais soyez certaine que nous n’accepterons pas non plus un ultimatum de votre part.
Êtes-vous décidée à nous aider ou à garder votre fils oisif14. »

14Cette réticence de se voir déposséder de leurs droits parentaux peut se manifester aussi par un rejet du foyer jusqu’à refuser le placement de leur fils et ce, malgré la décision du juge des enfants. Régulièrement les directeurs sont obligés de rappeler à la famille que leur enfant est soumis à une décision de justice et qu’il est hors de question que celui-ci reste chez lui au lieu de retourner à l’internat ou au foyer de semi-liberté après quelques jours de vacances. D’autres s’opposent non seulement au placement qui leur renvoie en quelque sorte leurs éventuelles défaillances éducatives, mais rejettent aussi leur fils qui collabore avec le personnel et trahit les secrets de familles. Ainsi, Bertrand est placé au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1979 alors qu’il est âgé de quatorze ans. Son comportement pose de nombreux problèmes. De plus, le milieu familial est « plus que pathogène » pour reprendre les termes des rapports d’observation : toute la famille, notamment les frères, qualifiés de « gros bras », fraye avec la délinquance. Alors que la mère apprend que son fils s’est confié aux éducateurs suite à son incarcération pour vol, sa réaction est extrêmement violente comme le montre ce court extrait d’une lettre qu’elle lui envoie :

  • 15 Lettre du 31 juillet 1980 de la mère de [Bertrand] à son fils, 4 p., ms., DASEC (Archives privées)

« Merci pour toutes les crasses que tu nous as fait tu es un sal dégoûtant un prétentieux qui n’a ni cœur ni âme. Tu seras puni car personne ne te donnera ce que moi je t’ai donné. Il ne suffit pas de parler de sa mère et de la salir partout15. »

15Les directeurs d’établissement n’hésitent pas d’ailleurs à censurer ce type de courrier et à écrire aux parents pour leur demander de changer de ton pour le bien de leur enfant. De même, la directrice du Logis Saint-François, se plaint régulièrement au cours des conseils d’administration et des assemblées générales de l’Association de Thiétreville, des relations parfois difficiles entre les parents et leurs enfants :

  • 16 Rapport moral pour l’année 1961, Le Logis Sainte-François, p. 6-7, dact. (Archives privées).

« Il faut encore signaler celles [les difficultés] provenant de rapports irréguliers et peu affectueux qu’ont certains parents avec leur enfant : peu ou pas de visite, correspondance pleine de reproches et parfois douteuses dans certains cas : heureusement très rares. Dans ces rapports parents-enfants, à remarquer une fois de plus, le danger des vacances en famille, que nous aimerions pourtant faciliter, mais qui nous ramènent souvent des enfants aussi perturbés que lors de leur entrée au Logis. Ceci dégage la nécessité qu’il y aurait de pouvoir entretenir avec les familles des rapports directs et nombreux, nous permettant de situer l’enfant dans le cadre familial, et d’aider les parents à le reprendre16. »

16Se dessine dans ce témoignage les prémices d’une volonté de collaborer davantage avec les familles. Mais nous retrouvons également les difficultés du milieu familial de beaucoup de pensionnaires, qui sont à l’origine de leur placement dans un établissement spécialisé : rapports « peu affectueux », relations ambivalentes, apprentissage de mauvaises habitudes, etc. C’est pourquoi les directeurs hésitent parfois à favoriser les relations parents-enfants. Ainsi, peu de temps après l’arrivée en 1961 au Foyer fraternel de Beuzevillette de Philippe, quinze ans, qui a commis de multiples vols au sein d’une bande à Fécamp, sa mère vient lui rendre visite avec ses grands-parents :

  • 17 Note d’accueil de [Philippe], Foyer fraternel de Beuzevillette, 1 p., dact., DASEC (Archives privé (...)

« [Philippe] arrive enchanté à Beuzevillette. […] La mère ne tarde pas à venir le voir avec les grands-parents : pleurs, effusions… On visite l’établissement et en passant à la cuisine la famille chaparde du pâté et du pain et les met dans ses poches17 ! »

  • 18 Ibid.

17D’après l’éducateur, « la famille est envahissante, bornée, d’honnêteté douteuse ». Dès lors, le vol est chez Philippe, « même s’il est gentil », quelque chose de naturel et la seule chose qui l’embête, ce sont les ennuis qui en découlent18. Les carences du milieu familial et le manque parfois de coopération de certains parents ne facilitent pas la collaboration avec l’établissement. Toutefois, une évolution est à noter dans la démarche des institutions privées dans les tentatives de normalisation des rapports entre les mineurs et leurs proches. En effet, pour anticiper au mieux le départ des pensionnaires se développe, dans les foyers de semi-liberté notamment, une forme de préparation à la sortie. Ainsi, à partir des années 1960, les éducateurs se rendent dans les familles pour évaluer ensemble ses chances de réinsertion. L’action des structures reste toutefois concentrée en priorité sur la gestion du quotidien et, en particulier, sur la formation et le travail. Les loisirs ont aussi leur place dans la prise en charge des jeunes pour rendre leur séjour certes moins pesant, mais également pour l’inscrire dans une démarche éducative bien précise.

Les activités sportives et ludiques : supports de la socialisation

  • 19 Rapport moral pour l’année 1966, Foyer André Colleu, p. 3, dact., DASEC (Archives privées).
  • 20 Entretien avec Max Pichon, op. cit.

18Ce type d’activité est très limité dans les foyers de semi-liberté car, dans le but de les réinsérer progressivement et de les ouvrir sur l’extérieur, les pensionnaires sont encouragés à s’inscrire dans les clubs sportifs et centres de loisirs en dehors de l’établissement19. Sur place, les loisirs sont essentiellement tournés vers les jeux de société, le ping-pong, le baby-foot, la lecture, la radio, puis la télévision. Même s’il y a souvent un terrain de sport dans ces structures, les activités sportives sont peu encadrées par les éducateurs et n’ont pas de caractère obligatoire. Parfois, on trouve également un petit atelier aménagé pour réparer les vélos et les cyclomoteurs comme au Foyer André Colleu. Quelques jeunes pratiquent aussi la musique, mais il s’agit davantage d’une démarche personnelle que d’une volonté de l’établissement20.

  • 21 Sophie Victorien, « La place de la santé et du sport dans la rééducation des jeunes en difficulté  (...)
  • 22 Rapport moral pour l’année 1955, Le Logis Saint-François, s. d., p. 10, dact. (Archives privées).

19Par contre, au Logis Saint-François21, les garçons pratiquent l’éducation physique chaque jour et les danses rythmiques chaque semaine car non seulement elles « assouplissent les membres, disciplinent les mouvements, mais sont en fait de vrais cours d’endurance, d’énergie, d’exercice de la volonté et de la confiance en soi22 ». Ces activités occupent une place très importante dans l’emploi du temps des enfants où les périodes de classe, repas et activités manuelles et sportives se succèdent.

  • 23 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

20Ainsi, les enfants se lèvent à 6 heures 45 et commencent tous les matins quel le soit le temps, par un « dérouillage » torse nu et pieds nus consistant à faire le tour en courant du terrain de sport23 qui a été aménagé près du château. Le nombre de tours de piste est d’ailleurs tributaire des « accidents » survenus dans la nuit, se souvient un ancien qui a été au Logis Saint-François dans les années 1960 :

  • 24 L’espace d’une vie au Logis Saint-François, s. d., p. 17, dact., LSF (Archives privées).

« Chaque équipe était appelée à tour de rôle et devait dévaler les escaliers vite fait pour sortir dehors afin de faire le tour de piste. Au passage de l’équipe, le chef récupérait les « Pissous » [draps souillés] puis, lorsque tout le monde était passé, autant de pissous que de tours de piste avec leurs draps sous le bras. Ces « pissous » comptaient une dizaine d’enfants. Des fois la nuit, certains d’entre eux se levaient pour faire sécher leurs draps autour de l’énorme poêle à charbon qui se trouvait au rez-de-chaussée près de l’escalier afin d’échapper aux tours de piste du lendemain24. »

La gymnastique matinale à Thiétreville.
Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).

21Parfois, les enfants font ensuite quelques exercices de gymnastique rythmés par le son du sifflet de l’éducateur qui surveille les étirements, les abdominaux et les pompes.

22Cette pratique du « dérouillage » se retrouve également dans des établissements publics de l’Éducation surveillée dont le Centre d’observation de Savigny-sur-Orge où les consignes à l’usage des éducateurs précisent :

  • 25 Jean-Pierre Jurmand, « Le corps dans l’observation des mineurs. Le cas des centres d’observation à (...)

« Une demi-heure après le réveil, chaque pupille se tiendra au pied de son lit. Dérouillage, 15’de dérouillage : courses, sauts, cris, mouvements respiratoires, marche avec chant précèderont le déjeuner. Pendant tout ce temps, les changements d’exercice seront annoncés au sifflet25. »

  • 26 Rapport moral pour l’année 1955, Le Logis Saint-François, op. cit., p. 9.

23Après une matinée de classe de 9 heures à 11 heures, un temps est à nouveau consacré, jusqu’à l’heure du repas, à la gymnastique ou aux travaux manuels – rotin, raphia, tissage mais aussi poterie et céramique26. Cette séance d’éducation physique se fait en groupe réduit mais toujours sous la conduite d’un éducateur. Elle est l’occasion de proposer des exercices plus particuliers, voire périlleux, à l’aide par exemple du cheval-d’arçons.

Séance de cheval-d’arçons à Thiétreville.
Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).

Apprendre à maîtriser son corps et son équilibre.
Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).

  • 27 Georges Durand, L’éducation physique dans la rééducation des jeunes, Paris, Cujas, 1968, p. 45.

24George Durand explique ainsi que la gymnastique est nécessaire pour apprendre à maîtriser son corps car « la maîtrise du corps est la base nécessaire aux formes non intellectuelles ou verbales d’affirmation du MOI, formes qui sont les plus accessibles au sous-éduqué qu’est le délinquant27 ».

  • 28 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

25Après être retournés en classe de 14 à 16 heures, les enfants sont en récréation à l’extérieur pendant quarante-cinq minutes avant l’étude puis, de 17 heures 45 à 19 heures, les pensionnaires font à nouveau de l’éducation physique ou des travaux manuels. Les activités sportives sont relativement variées au château de Thiétreville : basket-ball, volley-ball et surtout le football sont pratiqués de manière assidue, d’autant que pendant les quinze premières années du Logis Saint-François, le cuisinier est un ancien international de football de l’équipe d’Allemagne28. En 1968, l’établissement a d’ailleurs sa propre équipe qui participe à des championnats régionaux.

26L’intérêt de ces sports collectifs n’a pas échappé aux spécialistes de l’enfance pour qui l’apprentissage des règles et l’esprit d’équipe permettent l’acceptation et l’assimilation des règles de la vie sociale tout en favorisant l’intégration de l’enfant au sein de l’établissement. Ces activités sont présentées comme un facteur de socialisation des jeunes inadaptés et d’apprentissage d’une certaine morale. Les docteurs Guilbert et Vullien, présents au IVe congrès de l’UNAR de 1952, expliquent ainsi :

  • 29 Extraits des rapports du IVe congrès de l’UNAR (Dijon, octobre 1952), Sauvegarde de l’Enfance, 8e (...)

« L’adolescent, sur le terrain, prend le précieux esprit d’équipe ; il transpose aisément sur le groupe ses besoins de supériorité et de distinction. De plus, il y a des règles, il y a une discipline, il y a une morale sportive, auxquels le sujet se plie d’autant plus complaisamment qu’il est intéressé, qu’il est pris dans l’ambiance. Il nous est arrivé maintes fois de constater que des garçons habituellement grossiers et brutaux savaient sur le terrain se contraindre d’eux-mêmes à la courtoisie29. »

  • 30 Ibid.
  • 31 Nathalie Pantaléon, « Socialisation par les activités sportives et jeunes en difficultés sociales  (...)

27Ils concluent leur intervention en affirmant en outre que les sports de compétition doivent être encouragés car ils concentrent tous les éléments des « bonnes relations sociales30 ». Les bienfaits de telles activités sont peut-être efficients, mais certains spécialistes contredisent l’« idéalisation » de ce genre de pratique sportive pouvant générer une évolution de l’individu vers une « morale de type égocentrique » et vers une certaine agressivité, « la fin justifiant les moyens31 ». Ce type de réaction est d’ailleurs particulièrement remarquable dans un jeu que les pensionnaires du Logis Saint-François semblent affectionner pour des raisons très éloignées de la courtoisie :

  • 32 L’espace d’une vie au Logis Saint-François, s. d., p. 25, dact., LSF (Archives privées).

« Nous réglions également nos comptes à la “barrut”. Ce jeu se déroulait sur un terrain avec deux équipes qui s’affrontaient avec un ballon bourré de chiffons. Pour marquer les points, il fallait déposer ce ballon derrière la ligne adverse comme au rugby. Il n’y avait pas de fautes, ni de touche ou de sorties, mais tout était permis sur le porteur du ballon et sur ses co-équipiers. Lorsqu’une mêlée se créait, il y avait tout un agglutinement de garçons les uns par-dessus les autres et chacun essayait de se dégager du mieux qu’il pouvait. Pour récupérer le ballon qui se trouvait en dessous, les coups de poings et de pieds fusaient dans tous les sens. Les uns et les autres se faisaient éjecter de cette mêlée mais revenaient avec plus de force pour récupérer le ballon. Le jeu terminé, beaucoup avaient réglé leurs comptes. Ce n’était plus qu’hématomes, œil au beurre noir, peau écorchée, joue enflée32… »

  • 33 Ibid.

28Les pensionnaires aiment beaucoup les jeux dans les bois alentours et les jeux de piste, mais ils sont moins enthousiastes quand les chefs les emmènent pour de longues marches parfois de plus de dix kilomètres33.

29Cette pratique régulière du sport au sein du Logis Saint-François est complétée par l’organisation chaque année de camps de vacances à la mer ou à la montagne pour satisfaire entre autres le « besoin d’évasion des enfants ». Ces camps durent cinq à sept semaines et séparent parfois les grands qui dorment sous tentes et les petits dans une maison à côté du cantonnement que les enfants installent eux-mêmes. Les pensionnaires de Thiétreville ont ainsi visité l’Allemagne, l’Italie, l’Alsace, la Provence et la Corse. Hormis les sorties culturelles, les activités de plein air sont privilégiées comme la natation et la marche qui sont autant de prétextes pour que les enfants se dépensent et découvrent leurs limites au contact de la nature.

L’apprentissage de la natation.
Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).

Une activité incontournable : la marche.
Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).

  • 34 Extraits des rapports du IVe congrès de l’UNAR (Dijon, octobre 1952), op. cit., p. 467.

30Les congressistes de Dijon sont également unanimes en 1952 pour louer les bienfaits de ces vacances qui permettent à l’enfant de s’évader, d’apprendre à se débrouiller et encore une fois de renforcer « le précieux esprit d’équipe34 ». De même, une circulaire de l’Éducation surveillée du 2 février 1962 encourage la pratique des camps en plein air dans les établissements en soulignant ses effets bénéfiques dans la rééducation des jeunes pris en charge et la nécessité de développer cette pratique :

  • 35 Circulaire du 2 février 1962 du garde des Sceaux, ministre de la Justice, à Messieurs les directeu (...)

« Plusieurs expériences ont démontré l’intérêt que présentent pour les mineurs le camping et les techniques de plein air. Le camping est une rupture avec le cadre et le rythme de la vie de l’internat. Il offre des possibilités de découvertes multiples, dont l’apport sur le plan culturel et social peut être considérable pour peu que l’encadrement soit capable de susciter, d’orienter et d’entretenir la curiosité des jeunes. Chaque campeur s’y trouve dans l’obligation d’assumer une part des responsabilités et tâches matérielles, ce qui peut être le point de départ d’une éducation civique et morale efficace. En bref, l’expérience déjà acquise montre qu’après une période de camp les améliorations de comportement sont fréquentes tant sur le plan individuel que collectif35. »

Les pensionnaires du Logis Saint-François organisent leur campement.
Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).

  • 36 Mathias Gardet, Françoise Tétard (dir.), Le scoutisme et la rééducation dans l’immédiat après-guer (...)

31Toutefois, les camps organisés par le Logis Saint-François reposent sur une relative liberté qui tranche avec l’emploi du temps très organisé du quotidien à Thiétreville. Ils répondent également à la nécessité de « viriliser » les pensionnaires. Les méthodes sont directement issues là encore du scoutisme36. Vie en plein air, découverte de la nature, participation aux diverses tâches quotidiennes – montage du camp, préparation des repas, lessive, etc. – et organisation de camps volants rythment principalement ces vacances.

32Ces camps font appel à la « débrouillardise » des enfants jusqu’à les mettre parfois à l’épreuve, sans que la directrice n’en soit effrayée, comme le montre cet extrait du rapport moral en 1957 :

  • 37 Rapport moral de l’année 1957, Logis Saint-François, p. 5, dact., ESM (Archives privées).

« Nous avions fixé notre camp à 1 070 mètres d’altitude au pied du Honneck, coin des Vosges magnifique avec ses immenses forêts de sapins peuplées de gibier extrêmement varié. L’accès en était très difficile et durant plusieurs jours, nous fûmes obligés de nous transformer en cantonniers, aplanir, mettre des pierres que nous allions chercher avec le fourgon à quelques kilomètres de là. Après chaque pluie, nous devions recommencer ce travail. Il nous est même arrivé de déraper et de glisser dans l’ornière. La débrouillardise et l’ingéniosité des garçons étaient ainsi mises à l’épreuve. Il fallait les voir à l’œuvre. Après force discussion sur la façon de s’en sortir, on distribuait les tâches, les petits apportaient des pierres, d’autres déblayaient la boue, les plus grands utilisaient le cric avec beaucoup d’habileté et dirigeaient la manœuvre avec intelligence.
Le camp volant fit faire à pied à une trentaine de garçons la route des crêtes. Ils rentrèrent fourbus, mais ravis du spectacle grandiose qu’ils avaient contemplé, de l’effort qu’ils avaient fourni et de l’accueil des gens, qui leur offraient l’hospitalité le long de la route37. »

33Les méthodes appliquées par Madeleine Sicot et surtout la liberté allouée aux garçons, ne sont pas forcément appréciées par les inspecteurs de la Jeunesse et des Sports. Les rapports de fonctionnement reviennent à plusieurs reprises sur ces difficultés afin d’expliquer que les camps du Logis Saint-François n’ont rien à voir avec les colonies ordinaires. Selon la directrice, la liberté n’est pas à confondre avec un défaut de surveillance, mais s’appuie sur une relation de confiance et une connaissance certaine des enfants :

  • 38 Rapport moral de l’année 1952, Logis Saint-François, p. 6, dact., ESM (Archives privées).

« En réalité, nos garçons mènent toute l’année une vie régulière et confortable à la campagne. De plus ils ne sont pas pour nous des inconnus. Nous les gardons des années. Il n’y a donc pas de raisons qu’ils soient privés pendant leurs vacances, des libertés individuelles ou de groupe que nous leur laissons volontairement et à dessein, toute l’année. La période des vacances, est au contraire le moment attendu par nous, d’essayer en pleine vie, les habitudes que nous leur inculquons, les autres mois de l’années. Nous pouvons nous permettre avec eux, des disciplines de vacances plus viriles, sportives et individualisées et toutes différentes en tous les cas, des disciplines d’une colonie d’ordinaire, organisée avec des éléments inconnus. Les vacances sont pour nous et avant tout, un moyen d’éducation. Il est nécessaire que cette période ait un caractère différent du reste de l’année38. »

  • 39 Rapport moral pour l’année 1960, Logis Saint-François, p. 5-6, dact. (Archives privées).

34Malgré les avis très réservés émis régulièrement par l’inspecteur de la Jeunesse et des Sports, Madeleine Sicot ne change pas sa façon de concevoir les vacances avec les enfants du Logis Saint-François car celles-ci les encouragent à s’ouvrir sur l’extérieur, à rencontrer d’autres personnes et à découvrir des lieux différents39. Ces camps constituent une véritable rupture avec leur rythme quotidien et permettent aux enfants de s’extérioriser et de découvrir de nouvelles activités comme le canoë et de tester leur endurance notamment au cours des camps volants.

  • 40 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.

35Les établissements pour adolescents plus âgés organisent également des vacances pour des mineurs qui n’ont pas la possibilité d’aller dans leur famille, mais cette pratique est beaucoup moins systématique que pour les jeunes de Thiétreville, sachant que résident principalement dans ces foyers des pensionnaires salariés qui ont peu de congés et qui mobilisent la présence d’éducateurs sur place, ne facilitant pas de fait l’organisation de camps. Faute de personnel disponible ou volontaire, Raymond Kervarrec se souvient qu’une année, il a dû emmener quelques pensionnaires en Bretagne, avec sa femme et sa fille, aidé d’un stagiaire extérieur à l’établissement. Les jeunes en vélo, sa famille en voiture avec une caravane, ils ont ainsi réalisé plusieurs étapes à travers la Normandie et la Bretagne en pratiquant le camping sauvage40.

  • 41 Vincent Peyre, Françoise Tétard, Des éducateurs dans la rue. Histoire de la prévention spécialisée (...)
  • 42 Ibid., p. 127. Sur la prévention spécialisée voir également : Berlioz Gilbert, La prévention dans (...)

36Parallèlement, une démarche relativement similaire guide les clubs de prévention, animés quant à eux par le principe de libre adhésion, où les activités sportives et les loisirs en général sont davantage un prétexte, un moyen de « les accrocher41 », de les sortir de l’oisiveté et un biais par lequel le travail éducatif peut se mettre en place42.

Le cas particulier de la prévention spécialisée

37Les Emo sont fortement implantés dans le quartier de la Croix-de-Pierre où ils jouent un rôle très important auprès des jeunes. Plusieurs membres de cette famille sont devenus éducateurs ou s’occupent d’association d’aide à l’enfance, comme nous avons pu le développer précédemment à travers le parcours de Benjamin Emo qui a travaillé au Foyer Les Terrasses pour diriger ensuite le Foyer du Val d’Aubette. Un de ses frères est, quant à lui, plus connu pour avoir permis à la prévention spécialisée de s’épanouir à Rouen. Sa démarche éducative vis-à-vis de la jeunesse en difficulté se présente à la fois en opposition et en complément avec les établissements spécialisés.

La mise en place de la prévention spécialisée depuis Rouen : du comité de patronage près le tribunal pour enfants de Rouen à l’Association rouennaise d’éducation de la jeunesse (AREJ)

  • 43 Vincent Peyre, Françoise Tétard, op. cit., p. 70.
  • 44 Entretien avec Bernard et Thérèse Emo, le 15 septembre 2004.
  • 45 Le club de prévention du quartier Martainville à Rouen, 1963, p. 3, dact., AREJ (Archives privées)

38Bernard Emo, alors ouvrier d’une vingtaine d’années, militant syndical et animateur du club de boxe de la Croix-de-Pierre est, avec l’aide de sa femme, à l’origine de la prévention spécialisée à Rouen43. Il a en effet organisé très tôt des activités pour les jeunes avec les gens du quartier : un club de football, un club de boxe et des vacances en camping en dehors de toute organisation officielle. En 1954, il est contacté par un juge des enfants qui a eu connaissance de son action44. Le 24 novembre 1954, est ainsi créé le comité de patronage près le tribunal pour enfants de Rouen destiné à animer une activité de prévention dans le quartier de la Croix-de-Pierre45. Cette action est financée par les dons de particuliers, d’entreprises et du Secours populaire et bénéficie de l’aide de l’abbé Bernard Daubeuf, originaire du quartier. Seul, puis avec quelques bénévoles, Bernard Emo « va faire le trottoir jour et nuit », selon son expression, pour rencontrer les meneurs, les adolescents et les adultes parfois très liés à la délinquance. Il s’appuie également sur le club de boxe, qui devient le point de ralliement, mais l’essentiel de son action se passe dans la rue où ses interventions sont diverses :

  • 46 Ibid.

« Il est difficile de décrire les interventions quotidiennes, diurnes et nocturnes, que comportait une telle action de normalisation de la vie publique locale : ramener chez lui, avant l’incident, l’adolescent en fugue, désarmer tel autre qui se précipitait en brandissant un couteau, discuter amicalement avec le chômeur en quête d’un “coup”… Il fallait être présent partout46. »

39Il s’agit donc de régler les conflits dans les lieux publics et les familles, de prendre contact avec les jeunes et de les conseiller mais aussi d’organiser des activités. Ainsi, le 7 février 1956, un baraquement en bois est reconstruit rue Eau-de-Robec avec l’aide d’une main-d’œuvre fournie par la prison et des jeunes. C’est l’acte de naissance de la Baraque où s’installent Bernard et Thérèse Emo. Ce nouvel équipement implanté au cœur de ce quartier à la mauvaise réputation, propose des jeux (billards, baby-foot, jeux de société, télévision), du sport (football, boxe, natation) et des initiations diverses (bricolage, peinture, couture, cuisine).

  • 47 Ibid., p. 5.

40Toutefois, la Baraque, qui voit passer plus de deux cents jeunes – filles et garçons –, devient rapidement trop exiguë et vétuste. Une nouvelle construction est alors entreprise en 1961. Le local ouvert en 1962 devient le lieu incontournable des jeunes difficiles de la Croix-de-Pierre et plus largement du quartier Martainville. Au rez-de-chaussée se trouve une grande salle de réunion et d’activité, une salle de sport, des douches, des sanitaires, le bureau du responsable et une petite pièce pour les activités calmes47. Au premier étage, il y a une pièce de réception destinée plus particulièrement aux adultes et l’appartement de type F3 pour Bernard Emo et sa famille. Le terrain libéré de la baraque originelle est utilisé pour les activités de plein air. Tout est organisé pour éviter les conflits sur place et permettre à tous de profiter des activités de la Baraque. Dès lors, le jeudi et les autres jours jusqu’à dix-huit heures, le local est le domaine des scolaires de sept à douze ans. Le soir, les adolescents prennent possession des lieux, mais les moins de quatorze ans doivent rentrer chez eux pour vingt-deux heures.

  • 48 Entretien avec Bernard et Thérèse Emo, op. cit.
  • 49 Rapport moral et d’activité, AREJ, 1964, p. 1, dact., AREJ (Archives privées).
  • 50 Ibid., p. 4.
  • 51 « Itinéraire d’un boxeur », Paris-Normandie, 18 décembre 2002.

41Bernard Emo est aidé non seulement par les habitants du quartier, mais surtout par sa femme, qui au début conserve son travail dans la confection pour leur assurer un revenu minimum48. L’équipe éducative s’étoffe très lentement avec l’arrivée de Jean Bazelle, puis de René Boucher en 1965. Les éducateurs s’occupent des activités sportives et culturelles des adolescents tandis que Thérèse Emo est chargée plus particulièrement de l’enseignement ménager et socio-culturel des jeunes filles49. Une dizaine d’étudiants viennent également leur prêter main-forte pour donner des cours particuliers de rattrapage scolaire ou pour encadrer des sorties en forêt, à la piscine ou animer des ateliers d’activités manuelles50. Bernard Emo n’hésite pas non plus à recruter des jeunes du quartier de la Croix-de-Pierre qui avaient posé quelques problèmes auparavant, tel René Fromont. Ce docker né en 1937, « avait commencé ses premiers combats dans la rue51 », mais sa carrière de boxeur, prise en main par Bernard Emo, sera couronnée par plusieurs titres de champion entre 1956 et 1959.

  • 52 Entretien avec René et Rolande Fromont, le 12 juin 2007.
  • 53 Ibid.
  • 54 Entretien avec Max Pichon, le 30 mai 2006.

42La boxe occupe d’ailleurs une place importante au sein de l’action de ce club de prévention car elle permet, comme le souligne René Fromont, de canaliser la violence52. Il devient animateur du club de boxe à l’Association rouennaise d’éducation de la jeunesse (AREJ) qui avait succédé en 1966 au comité de patronage près le tribunal pour enfants de Rouen, association recevant désormais des subventions de la Caisse d’allocations familiales et de la Ville de Rouen. En 1968, il suit une formation à l’association d’éducation populaire, Peuple et Culture53 – comme beaucoup d’éducateurs de rue d’ailleurs tel Max Pichon, l’actuel directeur54. René Fromont s’installe alors à la Baraque avec sa femme tandis que Bernard et Thérèse Emo emménagent dans le quartier des Sapins où un accueil de l’AREJ est mis en place, l’association essaimant progressivement dans les quartiers difficiles de Rouen et de l’agglomération notamment au Châtelet en 1976. Chaque antenne reproduit le modèle de la Baraque de la Croix-de-Pierre et comporte un espace réservé aux activités avec les jeunes et un autre pour les adultes.

Les modes d’action de la prévention spécialisée

  • 55 Réunion organisée par l’AREJ à Rouen, le 26 septembre 1970, p. 2, dact., AREJ (Archives privées).
  • 56 Entretien avec Jacques Leclair, le 9 décembre 2003.
  • 57 Entretien avec Didier Doray, le 20 novembre 2006.
  • 58 Ibid.

43La prévention spécialisée se veut une action globale qui n’est pas uniquement centrée sur le jeune, mais aussi sur son milieu social : la famille, le quartier et le travail55. Il ne s’agit donc pas de prendre en charge individuellement des cas confiés par un mandat56, comme cela se fait pour l’Action éducative en milieu ouvert (AEMO), mais de mener une action éducative collective, selon le principe de la libre adhésion. Les éducateurs de rue s’appuient par conséquent sur « le milieu naturel » des jeunes mais, en cas de nécessité, ils peuvent les diriger vers un établissement spécialisé d’autant, comme le souligne Didier Doray, qu’il existe des liens particuliers entre l’AREJ et le Val d’Aubette dont les approches différentes n’empêchent pas d’avoir un « esprit commun57 ». Ancien éducateur puis directeur à l’AREJ, Didier Doray décompose ainsi leur action en plusieurs étapes58. Tout d’abord, le « vivre avec », dans la rue ou à l’accueil, se présente comme un temps d’échanges et de contact « gratuit », un préalable indispensable avant de pouvoir engager une action plus approfondie. Ensuite, il distingue le « faire avec », constitué par les activités collectives – manuelles, sportives, camps de vacances – à des moments déterminés et le « marcher avec » où l’éducateur entre dans des processus d’aides plus individualisées avec l’individu ou la famille notamment pour les guider dans les démarches administratives, voire pour les tâches ménagères.

44Les vacances représentent des moments très particuliers dans le mode d’approche de l’AREJ car elles permettent d’approfondir les processus mis en place au quotidien et de créer des liens parfois très forts avec les habitants du quartier. Le club de prévention dispose ainsi depuis 1963 d’un équipement permanent de camping et de matériel de couchage qui lui a permis d’organiser au cours de l’été de cette même année quatre camps de vacances, sur un terrain prêté par un fermier à Veulettes-sur-Mer : un premier pour les enfants, un second pour les adolescents, un troisième pour les adolescentes et un quatrième pour les familles.

45Il s’agit ici notamment de réussir à sortir les habitants de leur quartier et de les aider également à envisager les vacances autrement. Le camp consiste donc dans un premier temps à les initier à la pratique de diverses activités, comme le souligne le compte rendu suivant :

  • 59 Une expérience de camps de jeunes et de vacances familiales en milieu urbain socialement inadapté,(...)

« Le repos annuel hors du cadre habituel de vie est maintenant passé dans les mœurs de presque toutes les couches de la société moderne. Dans les quartiers populeux et plus spécialement dans les foyers que nous suivons, les congés payés sont au contraire la période pendant laquelle on ne fait “ rien”…
Même la promenade de l’après-midi ou le pique-nique familial constituent de véritables exploits bien au-dessus de leurs possibilités.
Pour quelques-uns, l’activité-vacances consiste en une collation prise dans un bar champêtre de la banlieue la plus proche. Les résultats sont très souvent néfastes, les bouteilles de cidre bouché, le vin, le café alcoolisé arrosent abondamment ces sorties qui sont suivies de scènes familiales déplorables59. »

Les préparatifs du « Fort Croix-de-Pierre », Île d’Yeu (1975).
Source : Archives privées.

46Au cours de cette première expérience de camp familial, les organisateurs ont dû s’adapter aux besoins de chacun : pour quelques familles, il s’agissait simplement de leur donner des conseils sur l’utilisation du matériel, leur indiquer les commerces où s’approvisionner, etc. ; d’autres parents avaient besoin d’une assistance quasi permanente pour les aider à monter les tentes ou à faire la cuisine. Enfin, certains nécessitaient une prise en charge presque totale reposant sur un soutien moral et une aide matérielle même pour les tâches les plus élémentaires comme la préparation d’un biberon, la toilette des enfants, etc.

  • 60 Ibid., p. 4.

47Les camps de vacances sont ici donc envisagés comme un moyen de favoriser et de renforcer les contacts. « En prévention, l’organisation des loisirs n’est pas un but mais un moyen60. » René et Rolande Fromont ont participé plusieurs fois chaque année, été comme hiver, à des camps de vacances destinés uniquement à des adolescents ou à des familles du quartier de la Croix-de-Pierre. Ces moments constituent le prolongement de leur action au quotidien depuis la Baraque, mais exigent une présence et une surveillance constantes, sachant que les jeunes qu’ils emmenaient avec eux pouvaient parfois poser quelques problèmes d’où la nécessité d’organiser également des activités variées. Ainsi, au cours d’un séjour à l’Île d’Yeu en 1975, ils ont tourné un petit film mettant en scène des corsaires prenant d’assaut le « Fort Croix-de-Pierre » où l’on peut suivre une intrigue jouée par des jeunes maquillés et déguisés participant de manière très enthousiaste.

48De même, ils ont imaginé, un jour de mauvais temps, les « Olympiades de l’Île d’Yeu » permettant aux adultes – dont des avocats en dernière année d’études et Bernard Emo notamment – comme aux plus jeunes de se confronter au cours de compétitions de boxe, de lutte, de sauts en longueur et en hauteur, de lancer de poids, etc.

Les « Olympiades de l’Île d’Yeu » (1975).
Source : Archives privées.

René Fromont au milieu des jeunes de la Croix-de-Pierre, Île d’Yeu (1975).
Source : Archives privées.

49Le rôle de l’éducateur au cours de ces moments partagés, n’est pas simplement de se poser en animateur. Il s’agit également, sous son regard vigilant, de susciter autour des activités collectives le rapprochement de personnes, parfois peu habituées à se côtoyer, de les amener à s’extérioriser, voire à se dépasser tout en réajustant au besoin leur comportement.

  • 61 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.
  • 62 Entretien avec Didier Doray, op. cit.
  • 63 Ibid.

50L’AREJ se présente donc comme la première expérience de prévention de rue en Normandie. Elle inspirera d’autres initiatives du même ordre encadrées pour certaines par le CREAIHN, comme à Dieppe où Jacques Leclair a débuté en 1965 à la demande de Guy Berland pour s’occuper plus particulièrement des jeunes61. Toutefois, malgré la présence à sa tête de très fortes personnalités, l’AREJ sera fortement ébranlée, notamment à partir milieu des années 1970 car, comme l’explique Didier Doray, la crise économique s’accompagne d’une crise idéologique62. Dans la lignée des événements de 1968, les éducateurs remettent ainsi en question le travail éducatif en même temps que l’organisation sociale du travail. Refusant d’être les « alliés des capitalistes qui exploitent les ouvriers63 » en reproduisant le processus de normalisation qui consiste à aider un jeune à s’insérer professionnellement, ils se sont opposés notamment par des grèves à la direction de l’association qui a failli arrêter définitivement ses activités. Malgré cette expérience qui a compliqué momentanément les rapports de l’AREJ avec la Ville de Rouen, dont le maire préside traditionnellement le conseil d’administration, la direction réussit après bien des difficultés à redresser la situation et permet ainsi à l’association de poursuivre sa mission. Ces tensions se retrouvent d’ailleurs à la même époque dans les établissements spécialisés qui sont traversés non seulement par ce souffle d’après 1968, mais aussi par une remise en question très forte de leur rôle au sein de la rééducation des jeunes inadaptés face à de nouvelles pratiques privilégiant le milieu ouvert.

L’évolution des établissements dans les années 1970 et 1980

51Les établissements spécialisés mis en place après la Seconde Guerre mondiale se présentent, malgré le manque de moyens financiers et humains, comme des structures modernes en rupture avec les anciennes maisons de correction. Or, à partir des années 1970, ceux-ci sont remis en question au niveau de leurs méthodes et de leur propre utilité au sein du système de rééducation des mineurs en difficulté.

La remise en question des méthodes : pédagogie ou pédoplégie ?

  • 64 Entretien avec Christian Guéroult, le 2 décembre 2004.

52Les années 1970 constituent une période relativement difficile pour les premiers établissements privés nés après la Seconde Guerre mondiale, car les méthodes traditionnelles sont fortement contestées par les nouveaux éducateurs. Portés notamment par les contrecoups de mai 1968, ils ont, de plus, bénéficié d’une formation ouverte sur les autres disciplines et certains ont été très marqués par les écrits notamment de Lacan, Bettelheim, et surtout l’ouvrage de Neill64, Libres enfants de Summerhill, qui rencontre un très grand succès à sa sortie en France. Christian Guéroult insiste sur cette période de remise en question pour les établissements :

  • 65 Ibid.

« Effectivement, il y a eu une espèce de rupture, comme dans beaucoup d’institutions, plus importante encore pour le Logis Saint-François, au moment de 1968 où à mon avis, Cheftaine Sicot a eu du mal à prendre ce virage de la remise en cause d’un certain nombre de conceptions en éducation65. »

  • 66 Lettre du 30 septembre 1974 du président de l’Association Thiétreville au directeur départemental (...)
  • 67 Conclusions de Me Dubosc, Avocat, concernant l’affaire opposant l’Association de Thiétreville à Ma (...)
  • 68 Compte rendu du CA du 18 mai 1971, Association de Thiétreville, 2 p., dact., LT (Archives privées)
  • 69 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.

53En effet, ce « virage » correspond à la fin de la carrière de Madeleine Sicot, le conseil d’administration ayant jugé nécessaire de s’en séparer au printemps 197166. Son attitude par rapport aux contraintes administratives et financières67, mais aussi sa volonté de ne pas changer ses méthodes, l’ont isolée vis-à-vis de l’équipe éducative dont les membres les plus anciens ont démissionné à tour de rôle68 pour laisser place à des personnes inexpérimentées ou animées par des méthodes très libres69.

54Cette nécessité de revoir les méthodes éducatives s’impose à tous les établissements tel le Foyer André Colleu qui, dans son rapport d’activité en 1977, aborde cette question d’une manière un peu plus nuancée qu’au début de la décennie :

  • 70 Rapport moral d’activité du SAEC, année 1977, p. 4, dact., DASEC (Archives privées).

« Conscients des méthodes éducatives traditionnelles qui ne sont surtout pas à évincer d’une façon systématique, conscients également des expériences pseudo-libertaires ou autres passant par des actions pédagogiques avancées dites évolutives pouvant aller aux extrêmes des seuils de la permissivité et de tolérance et tentées en certains endroits ; le Service d’Action éducative Colleu propose de fixer des objectifs simples, réalistes et adaptés au vu des moyens et de techniques dont l’ossature avec ses règles indispensables doit permettre des actions très diversifiées mais convergentes vers un même but, pouvant être menées en toute sécurité, pour aboutir aux mêmes finalités70. »

55Même si les méthodes évoluent progressivement, faisant exploser certains carcans autoritaires et tenant compte davantage de la parole de l’enfant, un problème reste difficile à résoudre, à savoir, la violence de certains éducateurs. Officiellement, ils n’ont pas le droit de frapper les pensionnaires, mais plusieurs témoignages ou indices font état ponctuellement de pratiques de ce type. Cette violence semble s’expliquer dans un premier temps par un problème de sélection des cadres éducatifs, qu’il faut replacer également dans un contexte où les châtiments corporels étaient généralement admis, comme le souligne Jacques Leclair :

  • 71 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

« Le châtiment corporel, il existait. Il existait partout, il existait dans les familles, il existait dans les institutions, il existait à l’école, il existait partout, c’est comme ça, ça faisait partie des modes d’éducation, c’est évident71. »

56L’habitude de punir physiquement semble chez certains se prolonger bien après 1968. Toutefois, ces pratiques sortent très peu du secret des établissements, hormis dans les témoignages des anciens ou lorsque des scandales secouent les institutions. De même, la concentration dans un espace limité de jeunes en difficulté, s’opposant le plus souvent à leur placement, les contraintes pesant sur leur liberté, les obligations de la vie en collectivité, la proximité, auxquels s’ajoutent des problèmes d’encadrement éducatif inhérents à un sous-effectif chronique, favorisent des poussées de violence que les éducateurs ont parfois bien du mal à contenir. Ce climat fait que certains d’entre eux se sentent véritablement désarmés face à cette violence jusqu’à entrer dans la spirale des coups.

  • 72 Alain André (en collaboration), Le Livre du Logis, De la violence à la responsabilité : histoire e (...)
  • 73 Michel Polac, Mes dossiers sont les vôtres, Paris, Balland, 1986, p. 91.
  • 74 Compte rendu du CA du 28 avril 1986, Association de Thiétreville, s. d., p. 1, dact., LSF (Archive (...)

57Le Logis Saint-François a ainsi publié un ouvrage72 où il tente d’expliquer cette escalade de la violence qui a surgi également dans l’histoire de l’établissement au cours des années 1970 et 1980. Ce problème a été placé d’ailleurs sur le devant de la scène suite à la diffusion le 6 octobre 1984 de Droit de Réponse de Michel Polac. Au cours de cette émission, des membres du personnel de l’établissement de Thiétreville dénoncent les violences institutionnelles commises sur les pensionnaires. Les pensionnaires seraient quotidiennement soumis par la force recevant des coups de pieds, de poing avec la complicité du directeur qui isolerait les enfants pour les battre sans témoin. Cette annonce est reprise notamment dans la presse locale et amène à Thiétreville un défilé de journalistes, d’enquêteurs et d’inspecteurs perturbant fortement le personnel, les enfants et la vie dans l’établissement. Ces derniers réagissent par des fugues et des attitudes violentes nécessitant un encadrement renforcé. Plusieurs personnes se mobilisent alors pour soutenir le Logis Saint-François : des parents, des anciens pensionnaires, des voisins qui organisent une pétition, des juges des enfants du Havre, Marinette Girard, directrice de l’Action sanitaire et sociale, et Georgina Dufoix. La ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale envoie d’ailleurs une lettre protestant contre ces affirmations, dont des extraits ont été lus par Michel Polac au cours de l’émission suivante. Malgré les démentis, il publie ce « dossier » deux ans plus tard dans un ouvrage où il consacre quatre pages à cette histoire73. Dans un souci d’apaisement, l’Association décide cependant de ne pas porter plainte74.

  • 75 Alain André, op. cit., p. 22.
  • 76 Ibid., p. 23.

58Cette période de tensions a abouti à une réflexion sur les méthodes et à un nouveau projet pédagogique. En effet, même si un des témoins a été condamné pour diffamation, il était nécessaire de revoir les méthodes car les jeunes « explosaient, frappaient, cassaient75 » et « la violence des adultes se développait de manière symétrique76 », jusqu’à ce que les coups soient interdits par Yves Poupet, le directeur. Mais l’intégration des nouvelles règles ne s’est pas faite sans difficulté, comme le précise une éducatrice :

  • 77 Ibid., p. 22.

« Ça n’a vraiment changé qu’en 1983. Avant, c’est vrai que des coups étaient donnés. Il était à peu près impossible de faire autrement. Même pour les sécuriser, ou les coucher le soir, la parole ne suffisait pas. Il fallait absolument que quelqu’un vienne, se montre menaçant. Dans les chambres, certains soirs, ça puait littéralement l’angoisse, la peur des mômes. C’était une odeur palpable77… »

  • 78 Ibid., p. 25.

59Cette violence symétrique n’était plus supportable pour le personnel. Un éducateur témoigne : « Le pire, c’est ce jour où j’ai enlevé la veste et la chemise pour me battre avec un ado. Un vrai combat de rue78… » Le point positif de cette affaire est que le Logis Saint-François a bénéficié d’une vague de soutien telle, qu’en pleine période de restrictions financières et de remise en question de ces structures, il a su démontrer son utilité et sa capacité à évoluer alors que d’autres établissements ont été fortement ébranlés à la même époque.

Des structures devenues obsolètes ?

60Les années 1970 correspondent donc à une remise en question générale des structures classiques de prise en charge des mineurs inadaptés. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ses interrogations concernant leur utilité et la nécessité de revoir leur fonctionnement notamment pour les foyers de semi-liberté comme le remarque le rapport d’activité du Foyer André Colleu en 1976 :

  • 79 Rapport moral d’activités pour l’année 1976, Foyer André Colleu, s. d., p. 2, dact., DASEC (Archiv (...)

« Que devient la semi-liberté aujourd’hui, quelle est exactement sa raison d’être, à quelle “clientèle” doit-elle s’adresser, sous quelles formes possibles et reconnues doit-elle exister ?
Vivant dans une Société dite moderne où tout va très vite, il devient extrêmement difficile de concrétiser journellement des actions devant être différentes pour chaque cas.
En clair, si la semi-liberté traditionnelle a toujours sa raison d’être pour une catégorie de jeunes, elle doit aussi avoir des moyens complémentaires aux structures éducatives existantes reconnues, pour pouvoir être efficace79. »

  • 80 Séance du 29 avril 1975 du conseil général de la Seine-Maritime, p. 220, ADSM : 6 AI 171, Conseil (...)

61Pour remplir les missions de rééducation et de réinsertion des mineurs qui leur sont confiés, les foyers de semi-liberté s’appuient traditionnellement et principalement sur le travail. Or, la crise économique enraye ce système d’autant que les jeunes sont les premiers touchés par le chômage. Ainsi, au cours d’une séance du conseil général de la Seine-Maritime en 1975, une motion d’urgence est déposée par le groupe socialiste pour alerter le gouvernement de la dégradation de la situation de l’emploi. Elle souligne que 17 090 demandes d’emplois non pas été satisfaites en décembre 1974 et, en janvier 1975, celles-ci s’élèvent à 18 472. En un an, le nombre de chômeurs en Seine-Maritime a augmenté de 30 % et plus de la moitié d’entre eux est âgée de moins de vingt-cinq ans80. Cette situation se ressent très durement dans les foyers qui observent parallèlement les conséquences de l’abaissement de la majorité civile à dix-huit ans par la loi du 5 juillet 1974 entraînant une chute importante des effectifs que l’ouverture à des pensionnaires plus jeunes, soit dès quatorze ans, tente de combler. Les directeurs sont impuissants à trouver du travail pour leurs pensionnaires et ils tentent tant bien que mal de les occuper.

  • 81 Compte rendu de l’AG du 24 octobre 1975, Association Les Terrasses, p. 3, dact., LT (Archives priv (...)

62La présence permanente de pensionnaires au chômage sur place déstabilise les foyers de semi-liberté qui multiplient les initiatives pour les occuper à défaut de pouvoir leur trouver du travail. Au Foyer Les Terrasses, sont organisées diverses activités sur place – rattrapage scolaire, préparation à l’entrée en FPA, ateliers, entretien des locaux – mais aussi à l’extérieur – sports, sorties, chantiers dans les campagnes alentours – pour occuper leurs journées et tenter de les valoriser81. Les pensionnaires au chômage du Val d’Aubette doivent quant à eux aider obligatoirement à l’entretien de l’établissement : tondre la pelouse, couper du bois, etc. Au Foyer André Colleu, la démarche est identique et vise à ne pas laisser l’adolescent oisif :

  • 82 Rapport moral d’activité pour l’année 1978, SAEC, p. 12, dact., DASEC (Archives privées).

« En cas de chômage, avec son éducateur ou seul suivant les cas, il doit dès le matin rechercher un emploi et réintégrer le Foyer au plus tard pour 10 h. À partir de ce moment, il se mettra à la disposition de l’éducateur pour travailler dans le Foyer. Sauf exception, il en sera de même l’après-midi, car ce sera sa façon à lui, sans emploi, de contribuer à la vie du Foyer par rapport à ceux qui travaillent à l’extérieur et paient une pension. Cette prise en charge devra toujours être adaptée au niveau éducatif82. »

  • 83 Henri Michard, La délinquance des jeunes en France, Paris, La Documentation française, 1978, p. 13 (...)
  • 84 Th. Saint-Aubiac, « De la mesure de surveillance éducative à l’ordonnance de 1958 : du travailleur (...)
  • 85 Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de (...)
  • 86 Entretien avec Raymond Kervarrec, op. cit.
  • 87 Direction de l’Éducation surveillée, op. cit., p. 8.

63À cet enrayement du système s’ajoute une remise en cause des structures traditionnelles de prise en charge des mineurs inadaptés, qui représentent non seulement un « moyen de défense des structures sociales » traditionnelles que certains éducateurs eux-mêmes, dans l’esprit de mai 1968, combattent au sein des établissements83, mais sont accusées aussi de négliger trop les familles et les pensionnaires eux-mêmes. Ainsi, les administrations privilégient désormais davantage les mesures permettant le maintien des enfants dans leur milieu d’origine. En application de l’ordonnance du 23 décembre 1958 sur l’enfance en danger se sont développées en effet les mesures d’action éducative en milieu ouvert (AEMO). Le but ici est de rééduquer le jeune au sein de sa famille, dans son milieu de vie naturel par une action simultanée non seulement sur le mineur, mais également sur son entourage. Cette mesure associant entre autres des éducateurs et des assistantes sociales tend à redonner à la famille l’entière responsabilité d’elle-même et son autonomie84. Le rapport Bianco-Lamy en 1980 souligne à ce propos les lacunes de la prise en charge par l’Aide sociale à l’Enfance – et par conséquent des établissements privés qui relèvent également de cette administration – en insistant sur la nécessité de favoriser le maintien des mineurs chez eux et d’impliquer davantage les parents aux mesures de rééducation dont bénéficient leur enfant. De même, dans son rapport annuel en 198485, la direction de l’Éducation surveillée évoque les « alternatives à l’hébergement institutionnel », dont le placement familial, mis en place de manière officieuse dès les années 1960 dans les établissements privés à destination des garçons rétifs à la prise en charge en institution ou pour les aider à mieux vivre leur retour à la « vie normale »86. Par conséquent, le placement familial, selon l’Éducation surveillée, « représente une forme intéressante de réponse aux besoins d’hébergement des jeunes particulièrement carencés sur le plan affectif et déstructurés sur le plan social même si son utilisation pose a priori des questions d’ordre pédagogique, administratif, juridique et financier87 ».

  • 88 Fonctionnement actuel du Foyer Les Terrasses, s. d., 2 p., dact. LT (Archives privées).

64Cette véritable crise qui traverse les établissements se traduit donc par une baisse très importante des effectifs des pensionnaires qui met à mal les finances des structures fonctionnant à partir des prix de journée. Ainsi, le Foyer Les Terrasses qui comptabilisait 16 960 journées en 1967, n’en enregistre plus que 8 300 en 198088. Alors que l’établissement compte en moyenne quarante à cinquante mineurs entre 1965 et 1975, Raymond Kervarrec est obligé de fermer un pavillon en 1976 et seuls vingt garçons sont encore présents au 1er janvier 1981. Ce constat amène l’Association à contacter le service de l’Aide sociale à l’enfance et les juges des enfants pour trouver une solution. Après consultation du directeur départemental de l’Action sanitaire et sociale, l’Association accepte en mai 1981 le principe de transformer le foyer en maison de retraite pour personnes âgées valides qui correspondrait davantage aux besoins immédiats du département.

65Le Foyer du Val d’Aubette a lui aussi été fortement déstabilisé par cette période, jusqu’à envisager de transformer l’établissement en structure d’hébergement pour personnes handicapées. Mais Benjamin Emo et ses éducateurs, soutenus par les administrateurs, multiplient les réunions dès la fin des années 1970 pour élaborer un nouveau projet pédagogique afin de sauver l’établissement :

« Après discussion avec les Juges il est à craindre que le nombre d’enfants placés n’augmente pas dans les prochains mois.
Cette crainte est accentuée par la diminution constante et régulière des placements depuis le début de 1980.
Devant cet état de fait nous pouvons :

  1. Regretter amèrement l’absence de politique des Administrations concernées.
  2. Alerter l’ensemble des parties prenantes si aucune amélioration ne devait être constatée avant le début de mai 1981.
  3. Prendre de concert avec les éducateurs, des mesures rapides pour permettre la survie de l’Association. Il est à préciser que des mesures sont possibles mais que l’absence d’un accord Éducateurs-Administrateurs rendrait vaines toutes les volontés et toutes les mesures prises89. »
  • 90 Ibid.
  • 91 Entretien avec Christian Guéroult, op. cit.
  • 92 Rapport moral d’activité pour l’année 1977, SAEC, p. 5, dact., DASEC (Archives privées).

66La situation financière est en effet très problématique car l’établissement qui déclarait en 1972, 11 889 journées, atteint péniblement au premier semestre de 1981, 1 946 journées90. Après avoir enfin réussi à contacter les juges des enfants et la direction départementale de l’Action sanitaire et sociale, le Foyer du Val d’Aubette est complètement réorganisé pour faire face à la crise qui l’agite et son avenir n’est plus en jeu. Benjamin Emo, qui avait fait appel dès 1978 à Christian Guéroult alors au sein de la direction collégiale du Logis Saint-François91, réussit à imposer aux administrations de tutelles l’encadrement de chaque groupe de quinze pensionnaires par quatre éducateurs. Mieux encore, cette remise en question est également l’occasion de rebondir en mettant en place un service d’accueil d’urgence pour les jeunes en situation de crise. Cette structure est à l’époque une des seules en France à proposer ce service qui se présente comme une alternative à l’incarcération et, par conséquent, connaît un certain succès auprès des juges des enfants et des services sociaux. Le Foyer de Trigauville, quant à lui, développe plutôt des mesures d’AEMO, et son projet pédagogique en 1977 lui permet d’officialiser et d’organiser une action commune entre le foyer de semi-liberté et la structure de suivi mise en place dès les années 1960. Son action se partage désormais entre les pensionnaires, les préparations à la « mise en ville » et les prises en charge extérieures au sein du service d’Action éducative Colleu (SAEC)92. Mais le Foyer de Trigauville ainsi que le Foyer fraternel de Beuzevillette doivent à nouveau faire face à un changement important puisque le Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées de Haute-Normandie doit cesser de gérer ces deux établissements.

  • 93 Sur la cession des établissements du CREAI de Bretagne, cf. Mathias Gardet, Alain Vilbrod, L’éduca (...)
  • 94 Note de service no 84-1 du 13 janvier 1984 relative au statut des centres régionaux pour l’enfance (...)
  • 95 Ibid.
  • 96 PV de la réunion de l’AG du 22 juin 1981, CREAIHN, s. d., p. 4, dact., DASEC (Archives privées).
  • 97 PV de l’AG extraordinaire du 22 octobre 1953, Association du Foyer Fraternel, 3 p., dact., DASEC ( (...)
  • 98 Extrait du Journal officiel du 8 juillet 1984, 1 p., DASEC (Archives privées).

67En effet, parallèlement, la réévaluation des prérogatives des centres régionaux pour l’enfance et l’adolescence inadaptées qui était en discussion depuis plusieurs années devient effective93. Ainsi, par la circulaire du 13 janvier 1984 du ministère des Affaires sociales et de la Solidarité nationale – Pierre Bérégovoy – et du ministère de la Justice – Robert Badinter – relative aux statuts des centres régionaux pour l’enfance et l’adolescence inadaptées, le transfert de la gestion des établissements et services par d’autres organismes est fixée avant la fin de l’année 1984. Désormais les CREAI sont uniquement « des lieux de repérage et d’analyse des besoins et d’étude des réponses à y apporter, des lieux de rencontre et de réflexion entre les élus, les représentants des forces sociales et ceux des administrations concernées, de fournir des analyses et des avis techniques aux décideurs ainsi qu’aux gestionnaires des établissements et services94 ». Les activités de gestion des établissements et services, considérées comme une « entrave à l’accomplissement de leur mission principale95 » doivent être transférées à d’autres organismes. Cette décision ne pose pas de problème pour les établissements simplement affiliés qui disposent d’associations gestionnaires dont certaines – Association de Thiétreville, Association Les Terrasses – sont regroupées au sein de l’Entraide Sainte-Marie. Comme le souligne en 1981 Jacques Lecœur, président de cette association, « ce système fédératif est très souple et donne satisfaction96 ». La situation est plus délicate pour les établissements gérés directement par le CREAIHN – principalement les établissements du Havre – car il est nécessaire de trouver une solution rapidement. Alors qu’en 1953, l’assemblée générale de l’Association du Foyer fraternel avait dû se résoudre à voter la dissolution de celle-ci en faveur de l’ARSEAN97, trente ans après, il est nécessaire de fonder à nouveau une association pour gérer et administrer non seulement le Foyer fraternel de Beuzevillette, mais également le Foyer de Trigauville. L’Association de la région havraise pour l’enfance et l’adolescence en difficulté est donc déclarée à la Préfecture dès le 14 juin 198498.

  • 99 Sur les conséquences de la décentralisation sur le CREAI de Bretagne, cf. Mathias Gardet, Alain Vi (...)
  • 100 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.
  • 101 Direction de l’Éducation surveillée, op. cit., p. 44.
  • 102 Ibid., p. 45.
  • 103 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.
  • 104 Direction de l’Éducation surveillée, op. cit., p. 46.

68Le début des années 1980 n’accorde pas de répit aux établissements privés puisque la décentralisation, en vertu de la loi du 22 juillet 1983 transférant nombre de compétences sociales aux départements – au conseil général – dont celles de l’Aide sociale à l’Enfance, entre en application le 1er janvier 198499. L’élaboration de la loi, qui a suscité une certaine méfiance dans les structures associatives100, s’est faite en collaboration avec l’Éducation surveillée pour éviter que le transfert de l’Aide sociale à l’Enfance (ASE) ne modifie trop profondément l’application des textes sur l’assistance éducative, l’enfance délinquante et la protection judiciaire des jeunes majeurs101. Celle-ci s’accompagne d’une déconcentration des tâches de la direction de l’Éducation surveillée envers les directeurs régionaux en matière financière et de contrôle des établissements privés102. À noter également que ce transfert de compétences au conseil général se traduit par un contrôle plus important des dépenses alors que le budget dont disposent les départements est beaucoup plus réduit103. Il en est de même pour la direction de l’Éducation surveillée qui annonce dans son rapport en 1984 des « mesures de redressement financier indispensables pour faire face à la situation préoccupante créée par l’insuffisance des crédits104 ». Des rappels ont donc été faits auprès des magistrats par rapport à la surconsommation des crédits pour le secteur associatif. Ainsi, les dépenses sont davantage contrôlées, dans un climat souvent qualifié d’austère, dont la signification est véritablement tangible pour les établissements qui doivent en plus s’adapter à l’évolution des besoins et des directives des administrations de tutelle.

Notes

1 Entretien avec Benjamin Emo, le 29 septembre 2004.

2 Ibid.

3 Assemblée générale du 19 décembre 1975, Association du Val d’Aubette, p. 4, dact., VA (Archives privées).

4 Entretien avec Max Pichon, le 30 mai 2006.

5 Cf. notamment Chantal Nicout-Drancourt, Laurence Roulleau-Berger, Les jeunes et le travail 1950-2000, Paris, PUF, 2001, p. 88-89.

6 Guy Berland, « Une expérience de formation professionnelle dans un centre de rééducation », Sauvegarde de l’Enfance, 12e année, juin-juillet-août 1957, p. 779.

7 Ibid., p. 782.

8 Ibid.

9 Lettre du 16 mars 1984 de Joëlle Banchini-Mallet, directrice du Foyer fraternel de Beuzevillette, à M. Rémy, inspecteur de l’Enseignement de l’académie de Rouen, 2 p., dact., DASEC (Archives privées).

10 Entretien avec Jacques Leclair, le 30 mars 2004.

11 Lettre du 22 juillet 1959 de la mère de [Jean-Louis] à Henri Delboulle, p. 1, ms., VA (Archives privées).

12 Rapport d’accueil, 25 septembre 1980, Foyer fraternel de Beuzevillette, 8 p., dact., DASEC (Archives privées).

13 Lettre du 17 septembre 1968 de la mère de [Hervé] au directeur du Foyer André Colleu, 2 p., ms., DASEC (Archives privées).

14 Lettre du 18 septembre 1968 du directeur du Foyer André Colleu à la mère de [Hervé], 1 p., dact., DASEC (Archives privées).

15 Lettre du 31 juillet 1980 de la mère de [Bertrand] à son fils, 4 p., ms., DASEC (Archives privées).

16 Rapport moral pour l’année 1961, Le Logis Sainte-François, p. 6-7, dact. (Archives privées).

17 Note d’accueil de [Philippe], Foyer fraternel de Beuzevillette, 1 p., dact., DASEC (Archives privées).

18 Ibid.

19 Rapport moral pour l’année 1966, Foyer André Colleu, p. 3, dact., DASEC (Archives privées).

20 Entretien avec Max Pichon, op. cit.

21 Sophie Victorien, « La place de la santé et du sport dans la rééducation des jeunes en difficulté : l’exemple du Logis Saint-François dans les années cinquante et soixante », La promotion de la santé au travers des images véhiculées par les institutions sanitaires et sociales. Actes du Colloque sur l’histoire de la protection sociale, Arles, 18/19 avril 2007, Organisé dans le cadre du 132e congrès national des Sociétés historiques et scientifiques « Images et Imagerie », Paris, Comité d’Histoire de la Sécurité sociale, 2008, p. 79-92.

22 Rapport moral pour l’année 1955, Le Logis Saint-François, s. d., p. 10, dact. (Archives privées).

23 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

24 L’espace d’une vie au Logis Saint-François, s. d., p. 17, dact., LSF (Archives privées).

25 Jean-Pierre Jurmand, « Le corps dans l’observation des mineurs. Le cas des centres d’observation à l’Éducation surveillée entre 1946 et 1956 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Le Temps de l’Histoire, no 8, décembre 2006, p. 88.

26 Rapport moral pour l’année 1955, Le Logis Saint-François, op. cit., p. 9.

27 Georges Durand, L’éducation physique dans la rééducation des jeunes, Paris, Cujas, 1968, p. 45.

28 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

29 Extraits des rapports du IVe congrès de l’UNAR (Dijon, octobre 1952), Sauvegarde de l’Enfance, 8e année, mai-juin 1953, no 5/6, p. 466.

30 Ibid.

31 Nathalie Pantaléon, « Socialisation par les activités sportives et jeunes en difficultés sociales », Empan, 2003, no 51, p. 52.

32 L’espace d’une vie au Logis Saint-François, s. d., p. 25, dact., LSF (Archives privées).

33 Ibid.

34 Extraits des rapports du IVe congrès de l’UNAR (Dijon, octobre 1952), op. cit., p. 467.

35 Circulaire du 2 février 1962 du garde des Sceaux, ministre de la Justice, à Messieurs les directeurs des services extérieurs de l’Éducation surveillée, citée par Georges Durand, op. cit., p. 228.

36 Mathias Gardet, Françoise Tétard (dir.), Le scoutisme et la rééducation dans l’immédiat après-guerre : lune de miel sans lendemain ? Actes du colloque organisé conjointement avec le CNFE-PJJ et le CRIV en mars 1994, Paris, Documents de l’INJEP, no 21, juin 1995, 209 p.

37 Rapport moral de l’année 1957, Logis Saint-François, p. 5, dact., ESM (Archives privées).

38 Rapport moral de l’année 1952, Logis Saint-François, p. 6, dact., ESM (Archives privées).

39 Rapport moral pour l’année 1960, Logis Saint-François, p. 5-6, dact. (Archives privées).

40 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.

41 Vincent Peyre, Françoise Tétard, Des éducateurs dans la rue. Histoire de la prévention spécialisée, Paris, La Découverte, 2006, p. 75.

42 Ibid., p. 127. Sur la prévention spécialisée voir également : Berlioz Gilbert, La prévention dans tous ses états. Histoire critique des éducateurs de rue, Paris, L’Harmattan, 2002, 163 p.

43 Vincent Peyre, Françoise Tétard, op. cit., p. 70.

44 Entretien avec Bernard et Thérèse Emo, le 15 septembre 2004.

45 Le club de prévention du quartier Martainville à Rouen, 1963, p. 3, dact., AREJ (Archives privées).

46 Ibid.

47 Ibid., p. 5.

48 Entretien avec Bernard et Thérèse Emo, op. cit.

49 Rapport moral et d’activité, AREJ, 1964, p. 1, dact., AREJ (Archives privées).

50 Ibid., p. 4.

51 « Itinéraire d’un boxeur », Paris-Normandie, 18 décembre 2002.

52 Entretien avec René et Rolande Fromont, le 12 juin 2007.

53 Ibid.

54 Entretien avec Max Pichon, le 30 mai 2006.

55 Réunion organisée par l’AREJ à Rouen, le 26 septembre 1970, p. 2, dact., AREJ (Archives privées).

56 Entretien avec Jacques Leclair, le 9 décembre 2003.

57 Entretien avec Didier Doray, le 20 novembre 2006.

58 Ibid.

59 Une expérience de camps de jeunes et de vacances familiales en milieu urbain socialement inadapté, op. cit., p. 8, dact., AREJ (Archives privées).

60 Ibid., p. 4.

61 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

62 Entretien avec Didier Doray, op. cit.

63 Ibid.

64 Entretien avec Christian Guéroult, le 2 décembre 2004.

65 Ibid.

66 Lettre du 30 septembre 1974 du président de l’Association Thiétreville au directeur départemental de l’Action sanitaire et sociale, 2 p., dact., LT (Archives privées).

67 Conclusions de Me Dubosc, Avocat, concernant l’affaire opposant l’Association de Thiétreville à Madeleine Sicot, 2 p., dact., LT (Archives privées).

68 Compte rendu du CA du 18 mai 1971, Association de Thiétreville, 2 p., dact., LT (Archives privées).

69 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.

70 Rapport moral d’activité du SAEC, année 1977, p. 4, dact., DASEC (Archives privées).

71 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

72 Alain André (en collaboration), Le Livre du Logis, De la violence à la responsabilité : histoire et projets d’un institut de rééducation, Aubenas, Impr. Lienhart, 1996, 201 p.

73 Michel Polac, Mes dossiers sont les vôtres, Paris, Balland, 1986, p. 91.

74 Compte rendu du CA du 28 avril 1986, Association de Thiétreville, s. d., p. 1, dact., LSF (Archives privées).

75 Alain André, op. cit., p. 22.

76 Ibid., p. 23.

77 Ibid., p. 22.

78 Ibid., p. 25.

79 Rapport moral d’activités pour l’année 1976, Foyer André Colleu, s. d., p. 2, dact., DASEC (Archives privées).

80 Séance du 29 avril 1975 du conseil général de la Seine-Maritime, p. 220, ADSM : 6 AI 171, Conseil général.

81 Compte rendu de l’AG du 24 octobre 1975, Association Les Terrasses, p. 3, dact., LT (Archives privées).

82 Rapport moral d’activité pour l’année 1978, SAEC, p. 12, dact., DASEC (Archives privées).

83 Henri Michard, La délinquance des jeunes en France, Paris, La Documentation française, 1978, p. 138.

84 Th. Saint-Aubiac, « De la mesure de surveillance éducative à l’ordonnance de 1958 : du travailleur social unique à l’équipe », Sauvegarde de l’Enfance, 22e année, mai-juin 1967, no 5/6, p. 230.

85 Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de la Justice, 1984, p. 8.

86 Entretien avec Raymond Kervarrec, op. cit.

87 Direction de l’Éducation surveillée, op. cit., p. 8.

88 Fonctionnement actuel du Foyer Les Terrasses, s. d., 2 p., dact. LT (Archives privées).

89 Réunion du CA du 6 avril 1981, Association du Val d’Aubette, p. 2, ms., VA (Archives privées).

90 Ibid.

91 Entretien avec Christian Guéroult, op. cit.

92 Rapport moral d’activité pour l’année 1977, SAEC, p. 5, dact., DASEC (Archives privées).

93 Sur la cession des établissements du CREAI de Bretagne, cf. Mathias Gardet, Alain Vilbrod, L’éducation spécialisée en Bretagne, 1944-1984 : les coordinations bretonnes pour l’enfance et l’adolescence inadaptées, Rennes, PUR, 2007, p. 259.

94 Note de service no 84-1 du 13 janvier 1984 relative au statut des centres régionaux pour l’enfance et l’adolescence inadaptée, Bulletin régional d’informations du CREAI de Haute-Normandie, 1983, no 4, p. 1.

95 Ibid.

96 PV de la réunion de l’AG du 22 juin 1981, CREAIHN, s. d., p. 4, dact., DASEC (Archives privées).

97 PV de l’AG extraordinaire du 22 octobre 1953, Association du Foyer Fraternel, 3 p., dact., DASEC (Archives privées).

98 Extrait du Journal officiel du 8 juillet 1984, 1 p., DASEC (Archives privées).

99 Sur les conséquences de la décentralisation sur le CREAI de Bretagne, cf. Mathias Gardet, Alain Vilbrod, op. cit., p. 269.

100 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

101 Direction de l’Éducation surveillée, op. cit., p. 44.

102 Ibid., p. 45.

103 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

104 Direction de l’Éducation surveillée, op. cit., p. 46.

Table des illustrations

Légende La gymnastique matinale à Thiétreville.Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Séance de cheval-d’arçons à Thiétreville.Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Apprendre à maîtriser son corps et son équilibre.Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106551/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende L’apprentissage de la natation.Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106551/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Une activité incontournable : la marche.Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106551/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Les pensionnaires du Logis Saint-François organisent leur campement.Source : Film du Logis Saint-François, s. d. (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106551/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Les préparatifs du « Fort Croix-de-Pierre », Île d’Yeu (1975).Source : Archives privées.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106551/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Les « Olympiades de l’Île d’Yeu » (1975).Source : Archives privées.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106551/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende René Fromont au milieu des jeunes de la Croix-de-Pierre, Île d’Yeu (1975).Source : Archives privées.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106551/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540