Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Troisième partie. Les caractéristiques et l’évolution des structures associatives en faveur des jeunes en difficulté

Chapitre VIII. Le personnel des établissements privés

Texte intégral

1Le constat d’un sous-encadrement dans les établissements privés habilités par l’Éducation surveillée après la Seconde Guerre mondiale est une réalité dans les premières années de fonctionnement. La faiblesse des moyens financiers des associations gestionnaires, mais également le nombre insuffisant de candidats pour remplir cette mission, expliquent principalement cette carence en éducateurs. Il n’est pas rare en effet que des directeurs se retrouvent seuls avec leur femme à la tête de leur établissement ou que les salaires peinent à être versés. Car dans un premier temps, les conditions d’exercice de cette profession sont relativement précaires et n’encouragent pas les vocations dans un domaine où le droit du travail et les conventions collectives n’ont pas encore été adoptés. De fait, le métier d’éducateur est un métier jeune, aux missions et aux contours plutôt flous qui nécessitent d’être régulièrement redéfinis, à la fois dans une quête de sens, mais aussi de reconnaissance. Les premiers éducateurs en activité après la Libération sont principalement issus des mouvements d’éducation populaire et du scoutisme : pour certains, s’engager dans ce métier correspond à une suite logique dans leur parcours professionnel ; pour d’autres, cette expérience est déterminante dans le mode de recrutement. Cette situation n’est pas sans conséquence puisque ces premiers éducateurs vont être influencés par ce vécu, à des degrés certes, dans les méthodes qu’ils appliqueront au sein des internats de rééducation ou des foyers de semi-liberté. Le manque de formation des éducateurs est aussi un problème régulièrement soulevé par les directeurs d’établissement, qui reconnaissent indubitablement la bonne volonté de leur personnel, mais qui se trouvent souvent gênés dans la conduite de leur mission de rééducation par leurs maladresses et leur manque de connaissances des mineurs en difficulté. Les avancées menées dans le domaine de la formation seront donc déterminantes dans l’évolution des méthodes appliquées au sein des institutions et dans les modalités de travail, privilégiant de plus en plus les équipes pluridisciplinaires où les conflits d’intérêts sont parfois difficiles à dépasser.

2Ainsi, le rôle et l’influence des premiers directeurs pèsent de tout leur poids sur l’orientation prise par les établissements privés, tant à cause de leur personnalité, que des missions qui leur sont confiées. Ils sont assistés pour cela par des éducateurs dont le statut et la formation, établis après de nombreuses négociations et par étapes successives à partir de la fin des années 1950, ne règlent pas les doutes qui étreignent la profession de manière chronique. D’autant qu’elle doit aménager un espace toujours plus important pour accueillir d’autres spécialistes de l’enfance inadaptée, que sont les psychiatres et les psychologues qui investissent les structures sur fonds d’enjeux de pouvoirs.

« Esprit et méthode » des directeurs d’établissement

3Même si les établissements doivent se conformer à un certain nombre d’obligations en matière financière et pédagogique, leur mode de fonctionnement est tributaire de la personnalité et des valeurs du directeur. Cet élément d’appréciation est particulièrement déterminant pour les pionniers de l’après-guerre qui s’investissent véritablement dans leur mission jusqu’à confondre activité professionnelle et vie privée.

Le rôle déterminant du directeur

  • 1 Règlement intérieur provisoire, Foyer de Trigauville, s. d., 9 p., dact., DASEC (Archives privées)
  • 2 « VIe congrès de l’UNAR. Montpellier. Octobre 1954. Le personnel des organismes de sauvegarde de l (...)
  • 3 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.

4Le directeur d’établissement est nommé par le conseil d’administration devant lequel il est responsable de la gestion du foyer ou de l’internat de rééducation au point de vue administratif, pédagogique et financier. Il ne peut prendre de décisions ou engager des frais importants sans en référer à cette instance. Il soumet chaque année à son approbation les devis et travaux d’entretien des bâtiments, du matériel et du mobilier. Enfin, il doit rendre compte du fonctionnement de l’établissement dans un rapport annuel d’activité dont il donne lecture au cours des assemblées générales1. Malgré ces différentes obligations, le directeur dispose de pouvoirs importants : « C’est lui qui est à la source de l’esprit et de l’atmosphère générale de la maison2 », comme le souligne le VIe congrès de l’UNAR en octobre 1954 portant sur « Le personnel des organismes de sauvegarde de l’enfance ». Les tâches administratives tiennent une place notable dans sa mission puisqu’il doit effectuer les achats courants, contacter les familles et les patrons, et informer les organismes de tutelle du fonctionnement de son institution et de l’évolution des pensionnaires dont il a la charge sous forme de courrier et de rapports. Il est en contact permanent avec les juges des enfants auxquels il fournit des comptes rendus réguliers sur le mineur pris en charge pointant son évolution et ses perspectives d’avenir3. Il est tenu d’ailleurs d’avertir les autorités compétentes et d’accomplir toutes les démarches nécessaires en cas de fugue.

  • 4 Ibid.
  • 5 Entretien avec Jacques Leclair, le 30 mars 2004.

5De plus, le directeur est responsable de l’état sanitaire mais aussi de l’organisation de l’établissement – emploi du temps, activités associées, etc. –, tout en gardant un contact permanent avec les pensionnaires entre autres par l’intermédiaire des entretiens individuels dans son bureau ou des conversations informelles au détour d’un couloir ou dans la cour4. À mesure que les effectifs s’étoffent dans les institutions, se généralise d’ailleurs la pratique hebdomadaire des réunions de travail où peuvent échanger les éducateurs, les psychologues et les psychiatres, à propos des pensionnaires, de la vie quotidienne au sein du foyer et des méthodes éducatives5.

  • 6 Registre des entrées et sorties du personnel du Val d’Aubette, 1949-2002, 7 fo, ms., VA (Archives (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Entretien avec Robert Barcq, le 31 août 2002.
  • 9 Mathias Gardet, Vincent Peyre, Françoise Tétard (dir.), Elles ont épousé l’Éducation spécialisée. (...)

6Le choix du directeur est donc déterminant, d’autant qu’à l’ouverture d’un établissement, il est parfois le seul adulte responsable présent sur place en continu. Il en est ainsi du premier directeur du Val d’Aubette, Henri Delboulle, qui dirige le foyer du 1er juillet 1949 au 17 juillet 1968, date de son décès suite à une crise cardiaque. Lorsqu’il entre en fonction, nanti d’une certaine expérience dans l’éducation populaire6, il est âgé de trente et un ans. Jusqu’en 1952, date de l’ouverture du second foyer, Henri Delboulle est le seul éducateur auquel ont affaire les mineurs qu’il prend en charge7. Logeant sur place avec sa femme qui, pour l’occasion, prend le poste d’économe, il doit assumer un rôle multiforme, aidé ponctuellement par quelques étudiants, pour exercer essentiellement une surveillance des pensionnaires et s’assurer du bon ordre de l’établissement. Il sait imposer la « loi du foyer » qui interdit tout règlement de compte en son sein : « Si vous devez vous bagarrer, c’est dehors8 ! » Par conséquent, il n’est pas possible d’élaborer un quelconque projet éducatif faute de moyens financiers et humains, ni même de proposer des activités aux pensionnaires. De fait, Henri Delboulle soutient rarement les pensionnaires dans leurs démarches pour trouver du travail, pourtant principal objectif de la prise en charge, sauf si ces derniers en font la demande. Même si au Val d’Aubette, la situation est plutôt exceptionnelle, le manque de personnel se fait souvent cruellement sentir dans les premières années qui suivent l’ouverture des établissements privés après-guerre, ne permettant pas un véritable encadrement, mais renforçant ainsi le rôle et l’implication des directeurs qui, rappelons-le, logent sur place avec leur famille, comme certains éducateurs d’ailleurs. Ce mode de vie avec les contraintes qu’il suppose, est toutefois clairement assumé par les intéressés : « Ces jeunes ménages ne vivent pas cette situation comme transitoire, ils s’installent, ils s’approprient les lieux. Ils y vivent et les font vivre9. » Cette promiscuité entre vie privée et professionnelle tend à apporter un caractère familial à l’institution, à présenter le directeur comme le père de substitution des pensionnaires et à conférer à sa femme la place en quelque sorte de maîtresse de maison :

  • 10 Ibid., p. 182-183.

« Leur présence et leur rôle, loin d’être ignorés ou sous-estimés par leur mari, sont au contraire valorisés, revendiqués comme “un plus” par ces derniers. Guy Berland, directeur du Centre de Beuzevillette écrit ainsi dans un article intitulé “Internat et esprit de famille” :
“Ma femme et moi avons cinq enfants. D’un moment à l’autre, le sixième sera là. […] Mon foyer occupe au rez-de-chaussée quatre pièces, donnant chacune sur une entrée où j’ai dû installer mon bureau. C’est dire que la cohabitation est grande entre nos propres enfants et nos enfants d’adoption. […] Du lever au coucher, on vient me demander, soit au bureau, soit chez moi. Si je n’y suis pas, et c’est fréquent, ma femme répond, donne la clé, le renseignement, le soin, l’outil désiré et s’efforce de me remplacer10.” »

  • 11 Registre des entrées et sorties du personnel du Val d’Aubette, op. cit.
  • 12 Entretien avec Raymond Kervarrec, op. cit.

7Ce rôle est d’ailleurs souvent officialisé en confiant les fonctions d’économe à l’épouse du directeur, telle la femme de Benjamin Emo11 ou de Raymond Kervarrec12. Ainsi, lorsque ce dernier est amené à diriger seul pendant un an le Foyer Les Terrasses en 1952, Jeanne Kervarrec quitte sa place d’enseignante au Centre d’observation L’Éclaircie à Rouen pour l’aider. Elle connaît bien les mineurs dont s’occupe son mari car le couple a un appartement dans le foyer et elle reçoit régulièrement la visite de certains d’entre eux notamment pour leur apprendre à lire.

8De fait, ces premiers directeurs d’établissements privés de la seconde moitié du XXe siècle sont animés d’une réelle volonté d’assumer leur mission de rééducation auprès des enfants, s’appuyant, faute de diplôme, sur leur expérience des mouvements de jeunesse et sur un dynamisme certain, n’excluant pas les tâtonnements et les excès parfois. Cet investissement de tous les instants des pionniers de l’après-guerre, mais aussi leur personnalité souvent très marquée, ne sont pas sans influencer les générations suivantes qui se réfèrent à ces modèles sans pour autant oublier de porter un regard critique sur leurs pratiques. Jacques Leclair est très représentatif de cette génération qui oscille entre admiration et remise en question de leurs aînés, d’autant qu’il a lui-même vécu en tant que pensionnaire les limites des méthodes largement inspirées du scoutisme appliquées par Madeleine Sicot au Logis Saint-François :

  • 13 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

« Madeleine Sicot, là pour le coup, on était en désaccord, ça c’est évident. Mais, par contre, il y a des fondements sur lesquels j’étais fatalement imprégné. La notion de chef, par exemple, j’ai supprimé ça. La dimension religieuse, je l’ai supprimée tout de suite. Très rapidement, la notion d’équipe, je l’ai supprimée. Je n’étais vraiment pas d’accord sur des choses comme ça. Et puis, bien sûr, la dimension de travail avec les parents, c’était extrêmement important. Par contre, ce que je gardais, c’était une forme d’humanité dans la dimension institutionnelle, c’est-à-dire que je me suis toujours employé à ce qu’il y ait de la chaleur, que ce ne soit pas un lieu comme ça, froid13. »

9Ainsi, chacun d’entre eux a insufflé une orientation propre à leur établissement en puisant dans leur vécu personnel et en se référant à un système de valeurs empreint de religion ou d’opposition à celle-ci. Certains de ces directeurs ont de plus participé plus largement à la structuration du secteur privé de la prise en charge de l’enfance inadaptée en Seine-Maritime.

La tendance catholique et scoute : Madeleine Sicot et Guy Berland

  • 14 L’espace d’une vie au Logis Saint-François, s. d., p. 4, dact., LSF (Archives privées).

10L’engagement de Madeleine Sicot auprès des enfants en difficulté est né au cours de la Seconde Guerre mondiale. Alors qu’elle vient de perdre son frère, mort au combat, cette ancienne cheftaine des louveteaux se rend à Paris pour s’engager dans l’armée. Mais elle démissionne rapidement pour s’adresser au ministère de la Famille afin d’obtenir un poste d’éducatrice dans un établissement pour orphelins ou jeunes délinquants. Envoyée à Caen auprès du directeur de la Famille et de la Santé, celui-ci lui propose de s’occuper des mineurs errant notamment avec les soldats allemands et met à sa disposition en 1941 une maison en très mauvais état à Saint-Georges-d’Aunay dans le Calvados14. Il s’agit là, comme nous l’avons vu précédemment, de l’acte de naissance du Logis Saint-François, dont elle va s’occuper seule pendant un an grâce à des dons de la Croix-Rouge. En 1942, elle est rejointe par Georgette Dussart, son assistante aux louveteaux – qui épousera d’ailleurs ensuite le cuisinier allemand de Thiétreville Kurt Horstman –, puis par une institutrice envoyée par l’Éducation nationale – que nous retrouvons également aux côtés de Madeleine Sicot dans l’établissement mis en place par l’abbé Daubeuf –, un moniteur et quelques chefs scouts. Suite aux bombardements du 6 juin 1944, elle renvoie le personnel chez lui et engage alors l’évacuation des enfants en compagnie de Georgette Dussart jusqu’à la dissolution du centre au printemps 1945. Le témoignage de Madeleine Sicot nous éclaire sur le poids de cette expérience dans sa manière de diriger ensuite le Logis Saint-François à Thiétreville :

  • 15 Ibid., p. 6, dact.

« Du 6 juin au 23 juillet, nous vécûmes comme des bêtes traquées dans les fossés et les tranchées. Les garçons excités par le danger ne songeaient qu’à se précipiter dans les chars abandonnés essayant de trouver à manger, les débris d’avions, les armes, les projectiles abandonnés dans les fossés leur faisaient perdre la tête. C’est un miracle qu’aucun ne se soit tué ou blessé. Pour manger, nous allions traire les vaches à travers champs et de temps en temps lorsqu’une bête se trouvait tuée, on nous offrait un morceau de viande que nous faisions cuire hâtivement sur un feu de bois en plein air. C’était là notre nourriture avec du pain noir. Il nous arrivait aussi de passer des journées sans rien avaler. Les gens nous plaignaient, mais préféraient nous maintenir à l’écart par crainte que le comportement des garçons n’attirât des histoires au village15. »

  • 16 Henri Joubrel, Le scoutisme dans l’éducation et la rééducation des jeunes, Paris, PUF, 1951, 127 p
  • 17 Françoise Tétard, « Le métier d’éducateur : scout’s connection », in Mathias Gardet, Françoise Tét (...)
  • 18 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.
  • 19 Ibid.

11L’œuvre reconstituée en 1946 à Thiétreville grâce à l’action conjuguée de l’abbé Bernard Daubeuf et de l’assistante sociale Geneviève Lamy, est dirigée d’une main de fer par « cheftaine » Sicot jusqu’au début des années 1970. Toutefois, autant celle-ci ne souhaite pas s’embarrasser des questions administratives et financières – ce qui précipitera entre autres son départ –, autant la vie quotidienne au Logis Saint-François répond à une discipline très stricte. En effet, la directrice s’est inspirée de l’organisation des troupes scoutes pour la calquer sur celle de l’établissement. Henri Joubrel insiste d’ailleurs sur les liens qui unissent la sauvegarde de l’enfance et le scoutisme, dont beaucoup de cadres se sont inspirés pour l’élaboration des méthodes appliquées dans les établissements de rééducation16. Françoise Tétard relève à ce propos le fait que beaucoup d’éducateurs de la première génération ont connu une expérience dans ce mouvement17. Ainsi, au Logis Saint-François, les enfants sont répartis en fonction de leur âge au sein d’une équipe portant le nom d’un animal – les faons pour les plus petits par exemple18. Elle constitue la cellule de base pour toutes les activités communes – repas, ménage, sport, etc. L’intérêt est de susciter entre les équipes une certaine émulation, représentée par un tableau où chaque équipe, symbolisée par un écureuil, gravit ou non un barreau de l’échelle en fonction de l’attitude des pensionnaires, alors que tous les enfants sont réunis19. Madeleine Sicot insiste régulièrement dans les rapports de fonctionnement sur les avantages que présente ce système pour l’établissement :

  • 20 Esprit et méthode éducative du Logis Saint-François, 2 juillet 1951, p. 1, dact. (Archives privées (...)

« Utilisant le système d’équipe, il en exploite les richesses éducatives, en évitant de tomber dans les écueils que ce système présente, quand il doit s’appliquer tous les jours de l’année. C’est-à-dire que l’équipe est parfaite dans la mesure où elle développe en chacun de ses éléments, l’esprit de solidarité, le sens du groupe, le don de soi, l’obéissance à un camarade de même âge, le sens des responsabilités20. »

  • 21 Rapport moral pour l’année 1955, Le Logis Saint-François, s. d., p. 3, dact. (Archives privées).
  • 22 Compte rendu du CA du 18 mai 1971, Association de Thiétreville, p. 1, dact., LT (Archives privées)
  • 23 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

12Les enfants, sous le regard de l’adulte cependant, se gèrent en quelque sorte eux-mêmes, rompus à une organisation dépendante des cadres intermédiaires que sont les chefs et les sous-chefs d’équipe, pensionnaires promus à ce titre grâce aux mérites dont ils ont su faire preuve. Ainsi, au Logis Saint-François, ce sont les enfants qui sont censés infléchir la ligne de conduite de la maison dans un cadre toutefois imposé par l’adulte21. L’éducation des enfants qui lui sont confiés est fondée sur des valeurs morales et religieuses très prégnantes auxquelles Madeleine Sicot est très attachée22 et dont témoigne Jacques Leclair qui se rappelle notamment de la prière du matin et du soir, des bénédicités, des grâces et de la messe le dimanche23. Ce souvenir d’un ancien pensionnaire permet de mesurer la place de la religion, des valeurs issues du scoutisme et du rôle incarné par « cheftaine » Sicot au cours de ces séances de prières organisées au pied de l’escalier, chaque matin, selon un rituel immuable. Ce cérémonial se renouvelle d’ailleurs le soir avant le coucher, assorti d’un moment où Madeleine Sicot reprend quelques notions de morale et sermonne les garçons qui ont commis quelques bêtises :

  • 24 L’espace d’une vie au Logis Saint-François, op. cit., p. 18-19, dact.

« Le Chef criait alors “Péo-Péo” (c’était le cri de ralliement du Logis) et chaque équipe accourait sur le palier du 1er étage à son emplacement et se mettait en colonne, chaque garçon à la même place.
Le chef d’équipe nous faisait aligner en nous faisant tendre le bras droit sur l’épaule de celui qui se trouvait devant nous et le premier garçon levait la main à la manière de la “Promesse scoute”. On ne devait voir qu’une seule tête, les pieds joints et nous devions rester figés. Une fois alignés, le chef d’équipe nous mettait au repos. C’est-à-dire mains derrière le dos, jambes écartées. Il profitait de la même occasion pour nous inspecter sur notre tenue.
Lorsque l’ensemble était fin prêt, Cheftaine [Sicot] arrivait en descendant l’escalier du 2e étage. Elle s’arrêtait à 3 ou 4 marches afin qu’elle puisse nous voir tous (Cheftaine était de très petite taille). Elle nous disait “Bonjour les enfants” et nous lui répondions “ Bonjour cheftaine”.
Alors elle commençait la prière en se signant d’abord comme nous tous. Des fois, elle choisissait un enfant qui lançait la prière et nous la reprenions. Nous étions très fervents à cette prière et des fois elle se chantait et nous y mettions toute notre voix24. »

  • 25 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.
  • 26 « Les petits gars de Thiétreville chantent leur joie de vivre comme les scouts », Journal d’Elbeuf (...)
  • 27 « Ce soir, le logis des enfants de Thiétreville sera vide », article de journal, s. d., 1 p., LT ( (...)

13Le chant fait partie en effet de la vie quotidienne à Thiétreville et même si Jacques Leclair en garde quelques « souvenirs cuisants25 », « les petits gars de Thiétreville [qui] chantent leur joie de vivre comme les scouts26 » suscitent l’admiration des spectateurs. La chorale du Logis Saint-François se produit ainsi régulièrement à l’extérieur au cours de différentes manifestations, kermesses ou soirées organisées en faveur de l’enfance inadaptée27. Jusqu’au départ de Madeleine Sicot, âme du Logis Saint-François, le fonctionnement de l’établissement reste quasiment inchangé et s’applique à respecter les valeurs catholiques et scoutes auxquelles elle est extrêmement attachée.

  • 28 Le parcours de Guy Berland a pu être complété en grande partie grâce à l’aimable collaboration de (...)

14Ces notions, quoique celles-ci soient un peu moins manifestes, se retrouvent également au Foyer fraternel de Beuzevillette et au Foyer de Trigauville en la personne de Guy Berland, successeur plus heureux de Henry van Etten. En effet, les deux institutions s’adressent à des jeunes gens plus âgés et leur organisation ne permet pas de reproduire aussi fidèlement le modèle scout, bien que dans les premières années, les éducateurs soient toujours appelés « chef » comme à Thiétreville. Cette habitude tient certainement à la personnalité du directeur soucieux de morale et de discipline mais davantage ouvert dans son inspiration aux méthodes plus modernes. Né en 1914 à Dijon, Guy Berland a tout d’abord enseigné avant de diriger l’Institut Boyer à Dijon. Il a suivi diverses formations à l’université de Lyon où il a obtenu deux certificats de psychologie et de pédagogie, option adolescence et option enfance inadaptée, et un diplôme général d’études de pédagogie et de psychologie28. Il est par ailleurs visiteur des prisons depuis 1945. Père de famille nombreuse, il vit sur place avec sa femme, infirmière diplômée d’État, qui élève leurs sept enfants, dont une fille est née à Beuzevillette en 1953 et une autre en 1958 alors qu’ils logent au Foyer de Trigauville. À l’ouverture de ce foyer de semi-liberté, il assure la direction simultanée des deux établissements tout en représentant l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie (ARSEAN) dans la région Le Havre-Fécamp. Sa volonté de faire progresser le secteur privé de l’enfance inadaptée se traduit en 1966 par sa nomination en tant que directeur du Centre régional pour l’enfance et l’adolescence de Haute-Normandie (CREAIHN), poste qu’il occupe jusqu’à son départ en retraite en 1979. En récompense du travail accompli au cours de sa carrière, il reçoit en 1961 la médaille de l’Éducation surveillée puis, en 1963, il est fait chevalier de la Santé publique.

  • 29 Ces livrets sont classés dans les dossiers personnels des pensionnaires.

15Sous la direction de Guy Berland, les garçons placés au Foyer fraternel de Beuzevillette se voient remettre, un petit livret d’accueil29 où est précisé l’emploi du temps de l’établissement, mais aussi une sorte de contrat moral que les jeunes s’engagent à respecter en le signant, et le code d’honneur récité tous les matins à 8 h 25 :

« Fiers de notre Foyer
Désireux de s’instruire
Chics avec nos camarades
Confiants en nos éducateurs et nos techniciens
Ardents au travail comme au sport
Joyeux, honnêtes, propres et francs
Carrefours, Maçons, Horticulteurs
Nous serons un jour des Compagnons
Capables, courageux et droits
Fierté et soutien de nos femmes
Et de nos Enfants »

16Nous retrouvons ici les valeurs qui doivent guider les jeunes gens tout au long de leur rééducation dans l’institution – ardeur au travail, bon camarade, confiance dans les cadres – et dans leur projet d’avenir, à savoir devenir un père de famille dont les membres sont fiers.

17Profondément catholique mais ne faisant pas apparemment de prosélytisme auprès de ses pensionnaires, Guy Berland n’oublie pas toutefois de prononcer chaque soir à 20 h 30 un petit discours de morale à ses pensionnaires avant l’extinction des feux. De même, dans un courrier adressé à l’abbé Daubeuf en 1973, il tient à le remercier pour son œuvre et saluer l’action de l’Église :

  • 30 Lettre du 23 janvier 1973 de Guy Berland, directeur du CREAIHN, à l’abbé Daubeuf, p. 2, dact., ESM (...)

« Ici, c’est le catholique aussi bien l’éducateur qui s’exprime : l’Œuvre entreprise par l’Église depuis tant d’années, en dépit des difficultés et des craintes de certains, voit se confirmer sa Vocation. […]
Je ne fais ici que traduire la pensée de beaucoup de mes collègues du CREAIHN, chrétiens ou non, peu importe, et vous redis, Père, un très profond merci30. »

18Les valeurs catholiques sont donc très prégnantes parmi les premiers directeurs d’établissement donnant parfois l’image qu’ils remplissent une mission auprès des jeunes dont ils ont la charge. Ces références ne sont pourtant pas partagées par tous, notamment par Raymond Kervarrec qui se place davantage, selon ses propos, dans une dynamique propre à la période de la Reconstruction.

La tendance laïque : Raymond Kervarrec

  • 31 Lettre du 18 novembre 1969 de l’abbé Daubeuf au président de l’Association Les Terrasses, 2 p., da (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Dossier de Raymond Kervarrec, LT (Archives privées).
  • 34 Entretien avec Raymond Kervarrec, op. cit.
  • 35 Lettre du 1er mars 1967 de Benjamin Emo au GET, 1 p., dact., LT (Archives privées).
  • 36 Quatre conférences de perfectionnement, GET, 1968, 42 p., dact., LT (Archives privées).

19Né en 1927 dans le Morbihan, Raymond Kervarrec n’est pas le premier directeur du Foyer Les Terrasses, à Bois-Guillaume, mais il en a la charge dès 1952 alors qu’il n’est âgé que de vingt-cinq ans. De l’enseignement religieux qu’il a eu dans son enfance et de sa personnalité farouchement indépendante, est née une certaine méfiance vis-à-vis des catholiques. Cette position ne l’empêche pas toutefois de sympathiser avec l’abbé Bernard Daubeuf, aumônier de l’armée, qu’il rencontre à la caserne Pélissier à Rouen31 alors qu’il remplit ses obligations militaires qui l’avaient emmené auparavant en Tunisie et en Algérie. L’abbé Daubeuf lui confie très vite la responsabilité du foyer de l’armée où il a « su apprécier son sens des autres et ses qualités d’animateur32 ». Après un bref retour en 1948 en Bretagne et des soucis de santé, Raymond Kervarrec s’installe à Rouen où, à la demande de l’abbé Daubeuf, il devient éducateur au Foyer Les Terrasses. Fort de ses deux années de philosophie et de son expérience de deux mois comme moniteur de « colonies de vacances populaires » en 195033, il n’a en fait reçu aucune formation dans le domaine de l’éducation spécialisée. Or, alors que le CREAIHN peine à mettre en place une formation pour les éducateurs en Haute-Normandie, il est contacté rapidement par celui-ci pour s’en charger34. Ainsi naît en 1963 le GET (Groupe d’études techniques pour l’éducation spécialisée) qui fonctionne dans les locaux du foyer jusqu’en 1969 et qui est destiné notamment aux directeurs d’établissement35. Il organise dans ce cadre des sessions de perfectionnement où il invite plusieurs spécialistes pour donner des conférences, tel Hubert Flavigny qui intervient en 1968 sur « la place du psychiatre dans la médecine et la société36 ».

  • 37 Entretien avec Benjamin Emo, le 29 septembre 2004.
  • 38 Lettre du 31 juillet 1968 de Jean Demarest, directeur départemental de l’Action sanitaire et socia (...)
  • 39 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.
  • 40 Remarques du président du CA de l’Association Les Terrasses sur le travail de Raymond Kervarrec, s (...)
  • 41 Lettre du 30 janvier 1973 de Jacques Lecœur, président de l’Entraide Sainte-Marie, à Jean Demarest (...)

20De fait, Raymond Kervarrec se charge également de la formation des éducateurs qui travaillent dans son propre foyer, les incitant à suivre des stages entre autres à l’école d’Épinay-sur-Seine. C’est ainsi que douze d’entre eux sont devenus par la suite directeurs d’établissement, tel Benjamin Emo37 qu’il recommande au moment du décès de Henri Delboulle en 1968 et qu’il soutient pour prendre la direction du Foyer du Val d’Aubette après avoir assuré lui-même la période de transition à la demande de Jean Demarest, directeur départemental de l’Action sanitaire et sociale à l’époque38. Il est de la même manière sollicité à plusieurs reprises au cours de sa carrière, tout en gardant ses fonctions au Foyer Les Terrasses. On se tourne vers lui pour prendre conseil au moment de l’ouverture de nouvelles structures, comme en 1970 pour le foyer de semi-liberté Les Marronniers à Fécamp39, ou encore lorsque des établissements se retrouvent en difficulté. C’est le cas du Logis Saint-François où il est nommé directeur intérimaire en octobre 1970, puis conseiller technique, alors que la situation s’est considérablement dégradée et que la directrice est en congé maladie40. L’aide apportée par Raymond Kervarrec aux structures gravitant dans le champ d’action de l’Entraide Sainte-Marie est telle que les administrateurs envisagent un moment d’officialiser sa fonction en le nommant conseiller technique permanent41. Toutefois, cette implication n’est pas du goût de tout le monde puisqu’en 1972, déjà, un inspecteur de la direction départementale de l’Action sanitaire et sociale remet en question la régularité de la promotion de Raymond Kervarrec, dont la carrière est certes brillante mais en violation, selon lui, avec les principes de la convention collective. Il précise ainsi :

  • 42 Rapport de R. Aubague, inspecteur principal de la direction départementale de l’Action sanitaire e (...)

« Il s’agit encore une fois d’un exemple de l’application généreuse et abusive de la convention collective de la part d’une association privée qui veut récompenser son directeur alors que le salaire est supporté par les collectivités publiques42. »

  • 43 Lettre du 1er juillet 1972 de Jacques Lecœur, président de l’Entraide Sainte-Marie, à Jean Demares (...)
  • 44 Lettre du 9 juillet 1970 de J. Ledoux, Ministère de la Justice, au président de l’Association Les (...)

21Face à la violence des accusations, la réponse outrée du président de l’Association, Jacques Lecœur43, rappelle à Jean Demarest les services et les démarches que Raymond Kervarrec, décoré par ailleurs de la médaille de l’Éducation surveillée44, a notamment rendu à sa demande, ce qui participe à régler rapidement l’affaire. Quoi qu’il en soit, ce problème de la reconnaissance de la carrière se pose régulièrement pour les premiers directeurs et éducateurs, surtout au moment du départ à la retraite, car ils ont souvent débuté dans le métier sans être diplômé malgré les formations devenues obligatoires. Celles-ci ont d’ailleurs contribué à structurer la profession et à améliorer progressivement l’encadrement dans les établissements privés.

Les progrès de l’encadrement dans les établissements privés

22À mesure que les établissements de rééducation se mettent en place, l’encadrement des pensionnaires s’étoffe et se perfectionne par le biais de la formation mais également par l’ouverture progressive à d’autres spécialistes en lien avec l’enfance inadaptée, issus en premier lieu de la psychologie et la psychanalyse.

Des éducateurs en quête d’identité

23Tout au long de la période étudiée se fait sentir régulièrement le besoin de définir précisément ce qu’est un éducateur, dans un souci entre autres de reconnaissance officielle de ce métier relativement récent. Ainsi, le congrès de l’Union nationale des associations régionales de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (UNAR) qui se tient en 1951, adopte la définition suivante :

  • 45 Définition citée dans Paul Fustier, Identité de l’éducateur spécialisé, Paris, Éditions universita (...)

« Travailleur social chargé de l’éducation des enfants et des adolescents présentant des déficiences physiques ou psychiques, des troubles du caractère ou du comportement, délinquants ou en danger, confiés par les autorités judiciaires ou administratives ou par les familles, à des établissements d’éducation ou de rééducation. L’éducateur remplace implicitement les père et mère de famille momentanément ou définitivement absents45. »

  • 46 « VIe congrès de l’UNAR. Montpellier. Octobre 1954. Le personnel des organismes de sauvegarde de l (...)
  • 47 Pierre Voirin, « La formation des éducateurs de jeunes inadaptés », Sauvegarde de l’Enfance, 9e an (...)
  • 48 Ibid., p. 733

24Cette première définition n’est pas satisfaisante car, comme le souligne Paul Fustier, elle peut s’appliquer à d’autres professionnels travaillant dans les mêmes établissements, notamment les enseignants et les instituteurs qui sont chargés également de l’éducation des enfants. C’est pourquoi, au VIe congrès de l’UNAR organisé en 1954 à Montpellier, une précision est ajoutée pour circonscrire davantage le champ d’action des éducateurs spécialisés qui sont chargés de la mission précédemment citée mais « en dehors des heures de classe ou d’atelier46 ». Généralement, ces tentatives de définition sont assorties d’une énumération de tâches qui leur sont confiées, dont le caractère théorique semble, de plus, quelque peu éloigné de la réalité, en particulier de celle des premières institutions de l’après-guerre. Or, à la lecture de ces missions, le flou semble encore s’épaissir car il est opéré une distinction en fonction des types établissements. Ainsi, selon Pierre Voirin, directeur du Centre d’observation Louis Sadoul à Nancy47, l’éducateur en centre d’observation ne doit s’occuper ni de thérapie ni de rééducation dans la majorité des cas, mais observer objectivement les enfants et faire preuve de qualités d’analyse et de synthèse. En foyer de semi-liberté, celui-ci est davantage tourné vers le monde du travail. Il doit s’attacher à réinsérer socialement les jeunes dont il a la charge en les accompagnant et se présentant comme un modèle en matière de comportement. De plus, « il doit être ouvert à la psychologie des métiers, informé de la législation du travail, de la réalité ouvrière, des possibilités culturelles et des loisirs pour les jeunes48 ». Quant à l’éducateur en internat de rééducation pour jeunes caractériels, son rôle est davantage tourné vers l’application de thérapies individualisées en collaboration avec le médecin et le psychologue, et moins vers la recherche de diagnostic. Enfin, si nous nous penchons par exemple sur le règlement intérieur du Foyer de Trigauville élaboré par Guy Berland à partir des consignes délivrées par l’Éducation surveillée, cette différenciation ne semble pas si aisée d’autant qu’au sein de son établissement se généralise la répartition des pensionnaires par groupe :

  • 49 Règlement intérieur provisoire. Foyer de Trigauville, s. d., p. 4, dact., DASEC (Archives privées)

« Les éducateurs sont responsables d’un groupe : groupe d’accueil, groupe de semi-liberté :
– Groupe d’accueil : les éducateurs sont responsables des garçons du groupe tout au long de la journée. Ils en étudient le comportement dans le cours des actes de la vie courante et le notent sur des cahiers d’observation.
– Groupe de semi-liberté : les éducateurs sont responsables en dehors des heures de travail à l’extérieur. Ils pourront être appelés à leur chercher du travail et à les visiter sur les chantiers. Ils organisent, contrôle, dirigent les loisirs49. »

  • 50 Ibid., p. 5.

25Dès lors, au sein d’un même établissement, selon que l’éducateur est chargé du groupe d’accueil ou de semi-liberté, son rôle n’est pas tout à fait le même : le premier se rapproche davantage de celui exerçant en centre d’observation et ne s’occupe pas entre autres, des démarches pour trouver du travail aux pensionnaires. Le règlement ajoute classiquement dans son article 20 que les éducateurs doivent être des guides pour les adolescents dans tous les domaines de la vie, par leur comportement irréprochable et en veillant à la bonne tenue morale et matérielle, ainsi qu’à l’hygiène des jeunes gens qu’ils ont sous leurs responsabilités50.

26De plus, à mesure que la profession se complexifie en perfectionnant ses méthodes et en multipliant les lieux d’action, il est nécessaire de réactualiser les missions de l’éducateur spécialisé. À partir des années 1960, il n’est plus désormais question pour lui de « remplacer les père et mère momentanément » mais de se présenter en tant que « praticien des relations humaines », comme il est précisé au cours du XIVe congrès de l’UNAR qui a lieu à Lyon en 1962 :

  • 51 Position de l’ANEJI au sujet du diplôme d’État d’éducateur spécialisé et des récents textes des mi (...)

« L’éducateur spécialisé de jeunes inadaptés est un travailleur social, praticien des relations humaines qui contribue – en collaboration constante avec les autres techniciens du service ou de l’établissement – au soutien, à la restructuration et à l’épanouissement de la personnalité ainsi qu’à la normalisation des rapports sociaux des jeunes qui lui sont confiés, notamment en utilisant la relation individuelle et les inter-relations de groupe, à travers les actes de la vie quotidienne et diverses activités dirigées ou spontanées51. »

  • 52 ANEJI, Éducateur de jeunes inadaptés, brochure, juillet 1970, p. 2, dact., CAMT : 2 C 117 ANEJI.

27La brochure de l’Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés (ANEJI) éditée en 197052, reprend à peu près cette définition où la place de l’épanouissement de la personnalité du jeune est désormais centrale, tout en soulignant les différents cadres où l’éducateur peut être amené à travailler : milieu naturel, foyer, externat, internat.

28Cette difficulté à enserrer véritablement dans une définition précise l’éducateur spécialisé et la diversité des pratiques contribue à entretenir un malaise dans cette profession qui souffre d’un manque de reconnaissance :

  • 53 Paul Fustier, op. cit., p. 7.

« Toute profession dont l’apparition est récente, se laisse difficilement définir. Ceux qui l’exercent ont toujours à justifier leur existence, à inventer leur fonction, et à tracer les limites du territoire de leurs interventions. Tel est bien le cas des éducateurs spécialisés qui ont pour objectif de s’occuper des enfants inadaptés. Mais celui qui travaille en collaboration étroite avec eux soupçonne rapidement que la question de l’identité est un problème central qui se pose d’une façon particulière, avec une tonalité originale. Que la profession d’éducateur soit nouvelle n’en est pas une explication suffisante. On doit faire l’hypothèse, et ce travail en est justement la discussion, que la position de l’éducateur, telle qu’elle apparaît, tant dans sa pratique qu’à la lumière de ses origines, rend spécialement difficile la réponse à la question du “Qui suis-je ?”53. »

  • 54 Sauvegarde de l’Enfance, 33e année, octobre-décembre 1978, no 4/5 p. 485.

29Malgré l’action de l’ANEJI créée dès 1947, ces questionnements quant à l’identité de l’éducateur spécialisé se doublent d’une période relativement longue durant laquelle l’éducateur ne dispose pas d’un véritable statut unifié au niveau national, ni d’une formation reconnue sanctionnée par un diplôme d’État. À l’inverse, son homologue du secteur public bénéficie quant à lui du statut de fonctionnaire après obtention d’un concours national. Toutefois, les avancées dans le domaine de la formation et des conditions de travail, amorcées dans la seconde moitié des années 1950, ne semblent pas avoir solutionné le problème de définition du métier d’éducateur spécialisé puisque Guy Dréano, président du comité d’entente des écoles et des centres de formation d’éducateurs spécialisés, souligne en 1978 que « ce “personnage social” […], trente ans après son apparition cherche plus que jamais son identité54 ».

Les éducateurs : en marche vers la professionnalisation

  • 55 Sur le statut du personnel de l’Éducation surveillée, cf. Jacques Bourquin, « Un statut qui précèd (...)
  • 56 Alain Vilbrod, « La convention collective de 1966 : chronique d’un rendez-vous impossible entre le (...)
  • 57 Lettre du 3 janvier 1954 de Raymond Kervarrec, directeur du Foyer Les Terrasses, à P. Lecerf, 1 p. (...)
  • 58 Ibid.
  • 59 Sur le questionnaire d’admission et le service de placement, cf. Mathias Gardet, Vincent Peyre, Fr (...)
  • 60 Ces questionnaires sont classés dans les dossiers du personnel du Foyer Les Terrasses et accompagn (...)
  • 61 Jacques Bourquin, « Sur les traces des premiers éducateurs », s. n., juillet 1981, p. 37-38.

30Même si le premier concours d’éducateur de l’Éducation surveillée n’est organisé qu’en 1951 faute de moyens financiers, n’excluant pas toutefois la tenue de sessions de formation à Savigny-sur-Orge ou à Marly-le-Roi, les éducateurs du secteur public sont des fonctionnaires appartenant à un corps statutaire en vertu du décret du 10 avril 194555. Or, dans le secteur privé, la structuration est beaucoup plus lente, entraînant non seulement des doutes quant à la profession, mais aussi une grande diversité de situations et de qualifications. Pour Alain Vilbrod, « on a affaire à deux sphères, à deux logiques […] à deux champs distincts qui, bien sûr, entretiennent des liens, mais qui n’en demeurent pas moins enserrés, chacun dans sa dynamique propre56 ». Ainsi, en 1954, quand un candidat à un poste d’éducateur souhaite connaître les conditions d’admission, Raymond Kervarrec répond que les institutions associatives n’exigent aucun diplôme mais qu’elles tiennent comptent « de la valeur humaine du candidat57 ». Toutefois, quelques règles sont établies d’emblée : l’éducateur peut être logé, les repas pris en service sont gratuits et les salaires sont fixés par l’ANEJI58. Le service de placement de cette association centralise d’ailleurs les annonces d’emplois disponibles dans les établissements privés et fournit aux personnes intéressées un questionnaire d’admission59 qu’elles doivent envoyer, accompagné d’un curriculum vitae au directeur de l’institution60. Ce document est d’ailleurs relativement similaire à celui fourni en 1945 par François Dhalenne, directeur de Saint-Hilaire61.

  • 62 Ibid., p. 38.

31On y retrouve les mêmes questions portant sur le degré d’instruction, les spécialités permettant de diriger une activité éducative – éducation physique, musique, modelage, etc. –, le travail auprès des enfants ou la participation à un mouvement de jeunesse. Ce dernier élément tend à mettre en valeur l’expérience auprès des enfants et des adolescents au sein d’un système organisé ; de fait, le scoutisme, « référence privilégiée » par François Dhalenne62, mais également les divers mouvements d’éducation populaire, reviennent régulièrement dans les réponses des candidats. D’ailleurs, quand les directeurs ont des difficultés à trouver des éducateurs, ils s’adressent parfois aux responsables de ces organisations, et en particulier, à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC). Enfin, contrairement au questionnaire présenté par Jacques Bourquin, il n’est nullement question dans le document de l’ANEJI, de capacités d’observation, de notions de droit, de sciences pénales, de psychologie, de pédagogie, etc., ou de CAP de l’enseignement des arriérés, mais uniquement du certificat d’aptitude professionnelle sans autre précision. De même, il est demandé aux candidats s’ils possèdent une expérience professionnelle sans qu’il soit exigé d’en spécifier le domaine.

  • 63 Entretien avec Raymond Kervarrec, op. cit.
  • 64 Dossier de Benjamin Emo, LT (Archives privées).

32Ainsi, parmi les premières personnes que Raymond Kervarrec a embauchées, il y a un ancien serrurier ayant appartenu à la JOC et un mécanicien ayant travaillé à la régie Renault, boxeur professionnel, qui n’est autre que Benjamin Emo, futur directeur du Val d’Aubette63. Outre le fait d’avoir fait partie du patronage du quartier Saint-Vivien jusqu’à l’âge de quatorze ans et de la JOC, ce jeune homme de vingt-quatre ans a une certaine expérience dans le domaine de l’enfance en difficulté. En effet, il a été délégué bénévole à la liberté surveillée et a aidé son frère à animer le club de prévention de la Croix-de-Pierre en donnant notamment des cours de boxe, mais aussi en participant à des camps et à des sorties avec les jeunes du quartier. De plus, sous l’impulsion du directeur du Foyer Les Terrasses, il suit plusieurs formations dont un stage de perfectionnement organisé en 1960 par l’ANEJI dans la région d’Angers, et surtout en 1961, au centre de formation d’Épinay-sur-Seine, qui lui permet d’obtenir le certificat d’aptitude à la fonction d’éducateur de jeunes inadaptés64 dans le cadre de la formation complémentaire devenue obligatoire.

  • 65 Jean-Paul Tricart, « Initiative privée et étatisation parallèle. Le secteur dit de l’enfance inada (...)
  • 66 Historique fait par Marc Ehrhard, décembre 1984, p. 6, CAMT : 2 C 1.
  • 67 M. Bégorre, « Le secteur privé de l’enfance inadaptée », Revue pénitentiaire et de droit pénal, se (...)

33Les progrès dans ce domaine et la mise en place progressive des accords de travail amènent la profession à s’organiser en plusieurs étapes, comme le souligne Jean-Paul Tricart65. Après quatre années de négociations, les accords UNAR/ANEJI sont enfin signés en 1958 entre le Pr Lafon, le président de l’UNAR et le président de l’ANEJI, M. Pinaud, en présence de MM. Lutz et Ceccaldi, représentant le ministère de la Justice, et MM. Rain et Moulonguet, pour le ministère de la Santé publique et de la Population66. Dès lors, les éducateurs en fonction depuis plus de cinq ans au 1er octobre 1958, sont « homologués » ; ceux en activité depuis moins de cinq ans et depuis plus de deux ans, doivent passer devant une commission ; enfin les personnes en service depuis moins de deux ans doivent suivre un stage de formation à l’instar de Benjamin Emo. Sont aussi fixées les conditions relatives aux salaires, aux congés et aux horaires de travail. En fait, ces accords prévoient « qu’à qualification égale, les éducateurs du secteur privé bénéficient des mêmes traitements que ceux de l’Éducation surveillée67 ». Marc Ehrhard, président de l’ANEJI de 1971 à 1978, souligne qu’il s’agit là d’une « amorce sérieuse » vers l’élaboration d’une convention collective.

  • 68 Alain Vilbrod, op. cit.
  • 69 Revue de l’ANEJI Haute-Normandie, no 1, février 1966, p. 2, CAMT : 3 C 164 ANEJI Normandie 1959-19 (...)
  • 70 Compte rendu de l’assemblée régionale du 19 mars 1966, ANEJI région Haute-Normandie, p. 2, dact., (...)
  • 71 Revue de l’ANEJI, op. cit., p. 7.
  • 72 Lettre du 16 janvier 1967 de Guy Berland, directeur du CREAIHN, à Raymond Kervarrec, secrétaire du (...)
  • 73 Lettre du 8 avril 1967 de Joseph Mousset, directeur général du groupe d’études des directeurs de H (...)

34Si l’influence de l’ANEJI, alors seule association représentant les éducateurs, a été ici déterminante au niveau national malgré les premières divisions, elle est écartée68 rapidement des négociations qui conduisent à la signature de la convention collective de l’enfance inadaptée en 1966 entre syndicats d’employeurs et de salariés. En Haute-Normandie, région « lourde à animer69 », elle est d’ailleurs représentée à cette époque principalement par les directeurs d’établissement, les éducateurs occupant peu de fonctions en son sein70, comme il est précisé au cours de l’assemblée régionale qui se tient en 1966 dans les locaux du Foyer Les Terrasses. Évaluant approximativement le nombre d’éducateurs en Seine-Maritime à deux cent soixante-dix et dans l’Eure à soixante-dix-huit, Joseph Mousset, délégué régional de l’ANEJI et directeur de l’IMP d’Etennemare à Limésy, ne comptabilise que cinquante et un inscrits dans le premier département et quatorze dans le second, soit 18 % du total71. Toutefois, comme nous l’avons remarqué auparavant, cette association, dont les membres sont en fait ceux du GET72, permettra de peser de tout son poids pour faire fléchir les administrations qui ne souhaitent pas prendre en compte l’augmentation des salaires des éducateurs dans l’élaboration du prix de journée73.

  • 74 Projet de Lettre de J. Guyomarc’h au ministre des Affaires sociales, s. d., 1 p., dact., CAMT : 2C (...)

35De même, hormis quelques membres invités à titre personnel, l’ANEJI n’est pas représentée, malgré ses protestations74, aux discussions portant sur la mise en place du diplôme d’État d’éducateur spécialisé qui voit le jour, après moult tentatives, en 1967. Certes, des écoles d’éducateurs existent déjà, mais leurs diplômes ne sont pas habilités par l’État, et leur formation est parfois considérée comme insuffisante aux yeux de certains, mettant en avant le manque d’expériences et de pratiques. Ainsi, Jean Pétillot, directeur du Centre d’observation L’Éclaircie, s’inquiète en 1958 de cette situation :

  • 75 Centre d’observation L’Éclaircie, Rapport de fonctionnement pour l’année 1958, p. 17-18, CAMT : Ce (...)

« Enfin il existe un problème de formation des éducateurs qui n’est pas résolu par les écoles, c’est celui de la formation humaine, de leur culture et de la transposition de ce qu’ils ont appris à ce qu’ils vont effectuer. C’est un des problèmes que nous avons abordés dans de récentes réunions de Directeurs à propos de la Formation complémentaire pour les éducateurs en fonction entre 2 et 5 ans.
Beaucoup de notions sont apprises intellectuellement et ne reposent pas sur des expériences vécues. Elles ne sont donc pas intégrées et ne peuvent servir quand les expériences se présentent.
On désirerait donc dans ce cas un stage ou un travail de base plus long avant l’admission dans une école : deux à trois ans minimum suivant la mâturité de l’éducateur. Mais devant les besoins on a été obligé d’aller plus vite et certains entrent encore dans les écoles après un stage très insuffisant et sortent diplômés trop tôt. […]
Par ailleurs un enseignement théorique nous apparaît indispensable à la formation complémentaire des éducateurs en fonction depuis 2 ou 5 ans pour les mêmes raisons que ci-dessus, afin que les expériences vécues soient explicitées par cet enseignement et assimilées. Au demeurant il nous paraît que ce sont ceux qui bénéficieront de ce dernier système qui seront favorisés sur le plan de la formation profonde car il n’est pas de formation humaine sans observation directe, il n’est pas d’enseignement médical ou psychologique sans clinique. L’École idéale serait sans doute celle qui unirait les deux formules pendant les deux années de formation mais aussi celle qui ne recevrait que des éducateurs ayant déjà exercé entre 2 et 5 ans. Il y aurait alors à envisager la question du nombre des écoles et leur répartition sur le territoire75. »

  • 76 « L’action de la direction générale de la Population et de l’Action sociale en faveur des écoles d (...)
  • 77 Jean Ughetto, « Élèves-éducateurs à l’usine, stages en milieu naturel », Sauvegarde de l’Enfance, (...)

36En effet, l’insuffisance du nombre d’éducateur et de leur formation est en partie liée à la faible présence d’écoles sur le territoire. Ainsi, en 1960, dix-sept d’entre elles sont en activité dont aucune en Normandie. De 1961 à 1965, huit nouveaux centres de formation sont créés dont un près de Caen76. Il s’agit de l’Institut Henri Wallon créé en 1963 et dirigé par Jean Ughetto77, anciennement directeur du Centre familial des jeunes de Vitry-sur-Seine ouvert en juillet 1950, sous l’impulsion entre autres de Jean Chazal. Après sélection des candidats pendant trois jours, la formation dispensée dans cette école, qui déménagera par la suite à Canteleu près de Rouen, comprend du droit, de la psychiatrie, de la psychologie, de la sociologie, de la philosophie, de la biologie mais aussi des ateliers techniques et des stages.

  • 78 Article 2 du décret du 22 février 1967 instituant un diplôme d’État d’éducateur spécialisé, cf. te (...)
  • 79 Ibid.

37La mise en place d’un diplôme d’État permet de préciser les conditions de sélection et de formation des candidats. Ces derniers doivent désormais justifier de trois années dans un institut universitaire ou dans une école, toujours de statut de droit privé mais agréée conjointement par les ministères de la Justice, de l’Éducation nationale et des Affaires sociales78. La formation doit comprendre « obligatoirement un enseignement théorique et technique et des stages effectués dans les établissements ou services choisis selon des modalités fixées par arrêté interministériel79 ». Le diplôme donne par conséquent la possibilité aux éducateurs du secteur privé d’accéder à une certaine légitimité :

  • 80 Jean-Paul Tricart, op. cit., p. 594.

« 1967 marque la création du diplôme d’État d’éducateur spécialisé (DEES) sanctionnant les débats relatifs à la formation des personnels, formation devenue d’autant plus importante que le métier devient fortement attractif et que les professionnels entendent affirmer leur technicité face à ceux qui – à l’Éducation nationale, à l’Éducation surveillée ou dans les autres professions libérales – les perçoivent comme des « saints laïcs » ou des « nouveaux clercs » usant essentiellement de leur charisme et de leur dévouement80. »

  • 81 Sur les femmes dans l’éducation spécialisée, cf. Mathias Gardet, Vincent Peyre, Françoise Tétard ( (...)
  • 82 Registre des entrées et sorties du personnel du Val d’Aubette, 1er juillet 1949-2002, 7 fo, ms., V (...)
  • 83 Réunion du conseil d’administration du 23 juin 1970, p. 2, dact., VA (Archives privées).
  • 84 Entretien avec Benjamin Emo, op. cit.

38Un autre changement est à noter dans l’évolution du personnel éducatif recruté dans les internats de rééducation et les foyers de semi-liberté pour adolescents : l’arrivée – tardive – des femmes81. À titre d’exemple, au Foyer du Val d’Aubette, la première éducatrice est embauchée en 1970 : elle ne reste d’ailleurs qu’une année82. Cette situation s’explique entre autres, par la sous-représentation des femmes qui caractérise longtemps certaines branches professionnelles et la division sexuée des rôles qui fait qu’elles se retrouvent davantage dans les structures destinées aux jeunes filles – comme les institutions du Bon Pasteur – ou aux enfants – tel le Logis Saint-François. Ajoutons que les conditions de vie et de travail sont parfois très difficiles, voire violentes dans les structures spécialisées. Les directeurs privilégient donc très souvent les hommes dans leur équipe éducative notamment pour faire face aux situations de crise. L’évolution de la société et du marché du travail ainsi que les nouvelles conditions de recrutement des éducateurs permettent désormais aux femmes de trouver progressivement leur place dans ces établissements. Pour Benjamin Emo, ayant observé que les pensionnaires avaient tendance à rechercher une présence féminine auprès du personnel de service, les éducatrices représentent un atout certain83 qui facilite parfois la démarche pédagogique auprès des pensionnaires pour envisager les relations sur un mode moins « viril84 » :

  • 85 Ibid.

« C’était une volonté de ma part, je sentais qu’il manquait quelque chose, les gars recherchaient le contact avec les femmes de service, avec la cuisinière. […]
Elles ont trouvé leur place et ont apporté une autre réponse que l’affrontement physique. Les gars acceptaient plus facilement ce qu’elles demandaient alors que parfois leur exigence était plus importante85. »

  • 86 Historique fait par Marc Ehrhard, op. cit., p. 5.

39Le métier d’éducateur spécialisé se structure donc progressivement par l’institutionnalisation de son statut et les progrès de la formation qui ne se sont pas faits sans débats ni sans heurts au sein de la profession et vis-à-vis des ministères impliqués dans la prise en charge de l’enfance inadaptée. Cette évolution à la fois souhaitée et redoutée, par peur entre autres de perdre le souffle qui a inspiré les pionniers86, permet également d’améliorer sensiblement l’encadrement des pensionnaires des établissements, alors que ceux-ci s’ouvrent davantage à d’autres « praticiens des relations humaines ».

Vers une approche pluridisciplinaire des pensionnaires : agir sur le corps et l’esprit

40Les éducateurs ne sont pas les seuls professionnels à travailler auprès des mineurs pris en charge par les établissements de rééducation privés. Différents spécialistes sont amenés à intervenir auprès de ces derniers dans une approche pluridisciplinaire de la rééducation des mineurs inadaptés où le comportement, mais aussi le corps et l’esprit font l’objet d’une vigilance de plus en plus scrupuleuse.

41Les médecins généralistes jouent un rôle non négligeable dans cette organisation car ils ont la charge de faire passer une visite médicale aux nouveaux pensionnaires et de les suivre régulièrement. Ce souci de la santé de l’enfant est très prégnant dans les années d’après-guerre, car la situation sanitaire du fait des problèmes de logement, des restrictions et des difficultés d’approvisionnement, est pendant longtemps inquiétante. Les enfants de la guerre ont souffert en grande majorité de la sous-nutrition dont les conséquences sont visibles sur le développement infantile, comme le souligne Thérèse Brosse dans son rapport sur les effets de la guerre :

  • 87 Ibid., p. 60.

« On sait que le poids souffre le premier de la sous-alimentation et du manque de soins, mais que la croissance se ralentit aussi après de longues privations ; ceci explique que dans les pays belligérants les enfants aient diminué de poids et de stature par rapport aux normes d’avant-guerre. Ces observations sont confirmées par les études du docteur Marie Meierhofer, de Zurich, consultante au village d’enfants Pestalozzi, en Suisse : sur les quatre-vingt-quinze orphelins de guerre représentant six pays différents, douze seulement ont la taille des enfants suisse au même âge87. »

  • 88 Gilles Ragache, Les enfants de la guerre. Vivre, survivre et jouer en France 1939-1949, Paris, Per (...)

42Au cours de la guerre et après la Libération, on assiste en effet à une croissance de la mortalité infantile88, au développement ou à la résurgence de maladies comme la tuberculose, causées par la malnutrition qui a fragilisé les organismes, et à des problèmes d’hygiène importants. Gilles Ragache insiste d’ailleurs sur ces questions sanitaires et leurs conséquences dans la période d’après-guerre :

  • 89 Ibid., p. 244.

« Après plusieurs années de guerre et de privations, l’état sanitaire du pays s’est beaucoup dégradé pour les adultes comme pour les enfants. En témoigne le nombre de cas de gale, maladie de peau, très contagieuse redoutée dans les écoles, enregistrés à l’hôpital Saint-Louis à Paris89. »

43Toutefois, quelle que soit la période, ces faiblesses physiques et ces maladies se retrouvent dans des familles défavorisées et signalent les difficultés du milieu où est élevé le jeune. Cette préoccupation vis-à-vis de la santé des pensionnaires fait partie intégrante de la prise en charge globale des mineurs, car celle-ci est parfois déficiente faute de soins réguliers et d’une hygiène convenable dans la famille. Dès lors, l’état sanitaire des pensionnaires des établissements spécialisés, est évalué au cours d’une visite médicale qui a lieu dès les premiers jours de leur arrivée. Le compte rendu de cet examen révèle très souvent des problèmes d’hygiène et d’alimentation, et dresse le bilan des soins médicaux à apporter faute de suivi régulier. Par ces contrôles fréquents, il s’agit enfin de ne pas exposer la collectivité à une quelconque épidémie. Ce suivi médical des pensionnaires, placé sous le contrôle de médecins généralistes est complété par des visites chez le dentiste et l’oculiste.

  • 90 Jean-Paul Tricart, op. cit., p. 584.

44La santé est donc une préoccupation constante, ce que confirment plusieurs documents abordant l’état de santé des pensionnaires : les rapports de fonctionnement des établissements ; les rapports d’accueil, de comportement et d’observation ; les comptes rendus des experts de l’enfance qui contiennent tous un chapitre consacré à l’examen physique des jeunes inadaptés. D’ailleurs, selon Jean-Paul Tricart, les neuropsychiatres et les pédopsychiatres acquièrent ainsi une certaine légitimité grâce à l’enfance inadaptée, « à la fois objet de savoir et support de pouvoir90 ».

  • 91 Ludivine Bantigny, « Sciences du psychisme et centres d’observation en France dans les années cinq (...)

45Les psychiatres interviennent cependant plus ou moins régulièrement selon les institutions, et ce malgré l’action de l’ARSEAN puis du CREAIHN ayant associé à leur mission le Dr Mignot, puis à partir du milieu des années 1950, les Drs Bertier et Duranton. Alors qu’ils sont intégrés dès la création des centres d’observation à la démarche de l’établissement en participant à l’observation et au diagnostic des mineurs en attendant leur placement dans une structure adaptée à leurs difficultés, leur insertion dans les internats de rééducation et les foyers de semi-liberté est moins évidente. Cela tient en partie à la méfiance des éducateurs, comme le remarque Ludivine Bantigny à propos des experts des centres d’observation, dont le langage peut susciter l’incompréhension et les méthodes, le rejet91.

46De même, tout en faisant intervenir un spécialiste de l’hôpital psychiatrique une fois par semaine dès la création du Logis Saint-François, Madeleine Sicot est très prudente quant à l’usage trop répandu des « drogues » médicales. En refusant les « médecines systématiques » et en prônant des méthodes plus « naturelles », la directrice met en avant la nécessité de responsabiliser l’enfant pour qu’il soit véritablement un acteur de sa rééducation.

  • 92 Rapport moral pour l’année 1962, Le Logis Saint-François, s. d., 13 p., dact. (Archives privées).

« Il a été exposé dans les rapports précédents, comme dans le chapitre médical de celui-ci, en réunions du conseil d’administration comme en réunions de directeurs de maisons ou d’éducateurs, que nous attachons dans notre action éducative, à mettre les enfants qui nous sont confiés dans les meilleures conditions de vie, surtout sur le plan affectif, en ayant le moins possible recours aux “drogues” médicales. […] Nous voudrions pouvoir nous tenir à ce principe d’éducation qui nous semble après de nombreuses années d’épreuves le meilleur en tout cas le plus naturel. Il nous semble en effet difficile de “nous installer en hôpital” avec distribution de pilules, poudres, ampoules, piqûres, et de demander ensuite à un enfant se sachant en traitement médical de faire un effort dans son comportement. Il attendra tout de la médecine, des soins : “Je suis malade. Je prends des médicaments. Je ne peux rien sur mon état.” Il va sans dire que nous ne refusons pas systématiquement les médecines, et admettons qu’elles peuvent aider à aplanir certaines difficultés ; mais nous demandons que ce soit fait avec beaucoup de prudence92. »

  • 93 Ibid., p. 3.

47Dans les premières années de fonctionnement, les psychiatres puis les psychologues doivent se rendre en théorie dans les établissements une à deux fois par mois, puis chaque semaine. Mais ces spécialistes, trop peu nombreux, sont débordés par l’ampleur du travail à accomplir et ne peuvent alors assurer leur mission de manière continue. Ponctuellement, le Logis Saint-François se plaint par exemple de l’irrégularité de ces visites due aussi aux contraintes géographiques, en particulier à la distance à parcourir pour rejoindre cet internat situé au milieu de la campagne93. Il faut attendre les années 1970 pour que les établissements puissent enfin salarier ou recruter sous forme de vacations, des psychiatres et/ou des psychologues appartenant désormais véritablement à l’équipe éducative.

  • 94 Entretien avec Benjamin Emo, op. cit.
  • 95 Charles Benque, Le psychiatre à l’éducation surveillée : à propos du rapport de consultation, univ (...)
  • 96 Jean-Pierre Bouvet, Réflexions critiques sur l’intervention de psychiatres dans une institution de (...)
  • 97 PV de la réunion du CA du 1er mars 1982, CREAIHN, s. d., p. 2, dact., DASEC (Archives privées).

48Leur rôle consiste non seulement à agir individuellement auprès des pensionnaires mais aussi à soutenir les éducateurs dans leur travail. Ils permettent de « rectifier les erreurs » et de « réguler la marche du groupe, aux gosses en difficulté de se situer socialement, d’éviter les faux-pas94 ». Peu à peu, ils s’intègrent aux équipes des établissements où le travail mené au cours des réunions de synthèse devient véritablement pluridisciplinaire. Dès lors, à une « mosaïque d’éléments disparates, de spécialistes divers juxtaposés qui examinaient chacun leur tour le jeune et son entourage, s’est substitué un travail en équipe95 ». L’attention du psychiatre ne se porte donc plus uniquement sur le jeune, mais aussi sur les éducateurs qui trouvent ici un soutien possible pour mieux comprendre leur mission et adapter leur comportement même si cette « supervision peut être vécue comme une intrusion du pouvoir psychiatrique au sein de l’institution96 ». En effet, comme le souligne M. Charamon, directeur du Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées de Haute-Normandie, au cours du conseil d’administration en 1982, chacun au sein des établissements est partisan certes du travail pluridisciplinaire qui a progressé, mais dans la réalité, chacun a du mal à accepter l’apport des autres travailleurs sociaux et du milieu médical, freinant la mise en place d’une véritable collaboration et entraînant parfois même une confusion des rôles97. Si la cohabitation au sein d’une équipe de représentants de diverses disciplines spécialisées dans l’enfance inadaptée peut ainsi être à l’origine de conflits dans les établissements, elle a permis malgré tout d’affiner les méthodes et de varier les supports de rééducation des pensionnaires.

Notes

1 Règlement intérieur provisoire, Foyer de Trigauville, s. d., 9 p., dact., DASEC (Archives privées).

2 « VIe congrès de l’UNAR. Montpellier. Octobre 1954. Le personnel des organismes de sauvegarde de l’enfance : activités et normes », Sauvegarde de l’Enfance, 10e année, janvier-février-mars 1955, no 1/2/3, p. 37.

3 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.

4 Ibid.

5 Entretien avec Jacques Leclair, le 30 mars 2004.

6 Registre des entrées et sorties du personnel du Val d’Aubette, 1949-2002, 7 fo, ms., VA (Archives privées).

7 Ibid.

8 Entretien avec Robert Barcq, le 31 août 2002.

9 Mathias Gardet, Vincent Peyre, Françoise Tétard (dir.), Elles ont épousé l’Éducation spécialisée. Éducatrices et femmes d’éducateurs il y a cinquante ans, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 180.

10 Ibid., p. 182-183.

11 Registre des entrées et sorties du personnel du Val d’Aubette, op. cit.

12 Entretien avec Raymond Kervarrec, op. cit.

13 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

14 L’espace d’une vie au Logis Saint-François, s. d., p. 4, dact., LSF (Archives privées).

15 Ibid., p. 6, dact.

16 Henri Joubrel, Le scoutisme dans l’éducation et la rééducation des jeunes, Paris, PUF, 1951, 127 p.

17 Françoise Tétard, « Le métier d’éducateur : scout’s connection », in Mathias Gardet, Françoise Tétard (dir.), Le scoutisme et la rééducation dans l’immédiat après-guerre : lune de miel sans lendemain ? Actes du colloque organisé conjointement avec le CNFE-PJJ et le CRIV en mars 1994, Paris, Documents de l’INJEP, no 21, juin 1995, p. 71-82.

18 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

19 Ibid.

20 Esprit et méthode éducative du Logis Saint-François, 2 juillet 1951, p. 1, dact. (Archives privées).

21 Rapport moral pour l’année 1955, Le Logis Saint-François, s. d., p. 3, dact. (Archives privées).

22 Compte rendu du CA du 18 mai 1971, Association de Thiétreville, p. 1, dact., LT (Archives privées).

23 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

24 L’espace d’une vie au Logis Saint-François, op. cit., p. 18-19, dact.

25 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

26 « Les petits gars de Thiétreville chantent leur joie de vivre comme les scouts », Journal d’Elbeuf, 23 mars 1948, 1 p., LT (Archives privées).

27 « Ce soir, le logis des enfants de Thiétreville sera vide », article de journal, s. d., 1 p., LT (Archives privées).

28 Le parcours de Guy Berland a pu être complété en grande partie grâce à l’aimable collaboration de sa femme, Madeleine Berland, et de son petit-fils, Christophe Israël, à qui nous renouvelons nos remerciements.

29 Ces livrets sont classés dans les dossiers personnels des pensionnaires.

30 Lettre du 23 janvier 1973 de Guy Berland, directeur du CREAIHN, à l’abbé Daubeuf, p. 2, dact., ESM (Archives privées).

31 Lettre du 18 novembre 1969 de l’abbé Daubeuf au président de l’Association Les Terrasses, 2 p., dact., ESM (Archives privées).

32 Ibid.

33 Dossier de Raymond Kervarrec, LT (Archives privées).

34 Entretien avec Raymond Kervarrec, op. cit.

35 Lettre du 1er mars 1967 de Benjamin Emo au GET, 1 p., dact., LT (Archives privées).

36 Quatre conférences de perfectionnement, GET, 1968, 42 p., dact., LT (Archives privées).

37 Entretien avec Benjamin Emo, le 29 septembre 2004.

38 Lettre du 31 juillet 1968 de Jean Demarest, directeur départemental de l’Action sanitaire et sociale, au président de l’Association Les Terrasses, 1 p., dact., LT (Archives privées).

39 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

40 Remarques du président du CA de l’Association Les Terrasses sur le travail de Raymond Kervarrec, s. d., 1 p., dact., LT (Archives privées).

41 Lettre du 30 janvier 1973 de Jacques Lecœur, président de l’Entraide Sainte-Marie, à Jean Demarest, directeur départemental de l’Action sanitaire et sociale, 1 p., dact., LT (Archives privées).

42 Rapport de R. Aubague, inspecteur principal de la direction départementale de l’Action sanitaire et sociale, sur le budget primitif et le prix de journée de 1972 du Foyer Les Terrasses, 31 mai 1972, p. 3, dact., LT (Archives privées).

43 Lettre du 1er juillet 1972 de Jacques Lecœur, président de l’Entraide Sainte-Marie, à Jean Demarest, directeur départemental de l’Action sanitaire et sociale, 3 p., dact., LT (Archives privées).

44 Lettre du 9 juillet 1970 de J. Ledoux, Ministère de la Justice, au président de l’Association Les Terrasses, 1 p., dact., LT (Archives privées).

45 Définition citée dans Paul Fustier, Identité de l’éducateur spécialisé, Paris, Éditions universitaires, 1972, p. 7.

46 « VIe congrès de l’UNAR. Montpellier. Octobre 1954. Le personnel des organismes de sauvegarde de l’enfance : activités et normes », Sauvegarde de l’Enfance, 10e année, janvier-février-mars 1955, no 1/2/3, p. 39.

47 Pierre Voirin, « La formation des éducateurs de jeunes inadaptés », Sauvegarde de l’Enfance, 9e année, octobre 1954, no 8, p. 732.

48 Ibid., p. 733

49 Règlement intérieur provisoire. Foyer de Trigauville, s. d., p. 4, dact., DASEC (Archives privées).

50 Ibid., p. 5.

51 Position de l’ANEJI au sujet du diplôme d’État d’éducateur spécialisé et des récents textes des ministères concernant l’enfance inadaptée, p. 1, dact., CAMT : 2 C 279.

52 ANEJI, Éducateur de jeunes inadaptés, brochure, juillet 1970, p. 2, dact., CAMT : 2 C 117 ANEJI.

53 Paul Fustier, op. cit., p. 7.

54 Sauvegarde de l’Enfance, 33e année, octobre-décembre 1978, no 4/5 p. 485.

55 Sur le statut du personnel de l’Éducation surveillée, cf. Jacques Bourquin, « Un statut qui précède le métier », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 1, 1998, http://rhei.revues.org/index12.html.

56 Alain Vilbrod, « La convention collective de 1966 : chronique d’un rendez-vous impossible entre le privé et le public », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 1, 1998, http://rhei.revues.org/index17.html.

57 Lettre du 3 janvier 1954 de Raymond Kervarrec, directeur du Foyer Les Terrasses, à P. Lecerf, 1 p., dact., LT (Archives privées).

58 Ibid.

59 Sur le questionnaire d’admission et le service de placement, cf. Mathias Gardet, Vincent Peyre, Françoise Tétard (dir.), Elles ont épousé l’Éducation spécialisée, op. cit., p. 64-65.

60 Ces questionnaires sont classés dans les dossiers du personnel du Foyer Les Terrasses et accompagnent parfois les lettres des candidats adressées à Raymond Kervarrec.

61 Jacques Bourquin, « Sur les traces des premiers éducateurs », s. n., juillet 1981, p. 37-38.

62 Ibid., p. 38.

63 Entretien avec Raymond Kervarrec, op. cit.

64 Dossier de Benjamin Emo, LT (Archives privées).

65 Jean-Paul Tricart, « Initiative privée et étatisation parallèle. Le secteur dit de l’enfance inadaptée », Revue française de sociologie, 1981, vol. 22, no 2, p. 591.

66 Historique fait par Marc Ehrhard, décembre 1984, p. 6, CAMT : 2 C 1.

67 M. Bégorre, « Le secteur privé de l’enfance inadaptée », Revue pénitentiaire et de droit pénal, septembre 1968, p. 539.

68 Alain Vilbrod, op. cit.

69 Revue de l’ANEJI Haute-Normandie, no 1, février 1966, p. 2, CAMT : 3 C 164 ANEJI Normandie 1959-1966.

70 Compte rendu de l’assemblée régionale du 19 mars 1966, ANEJI région Haute-Normandie, p. 2, dact., CAMT : 2 C 436 ANEJI : région, 1965-1985.

71 Revue de l’ANEJI, op. cit., p. 7.

72 Lettre du 16 janvier 1967 de Guy Berland, directeur du CREAIHN, à Raymond Kervarrec, secrétaire du GET, 1 p., dact., LT (Archives privées).

73 Lettre du 8 avril 1967 de Joseph Mousset, directeur général du groupe d’études des directeurs de Haute-Normandie, aux Préfets de région, de Seine-Maritime et de l’Eure, 5 p., dact., LT (Archives privées).

74 Projet de Lettre de J. Guyomarc’h au ministre des Affaires sociales, s. d., 1 p., dact., CAMT : 2C281.

75 Centre d’observation L’Éclaircie, Rapport de fonctionnement pour l’année 1958, p. 17-18, CAMT : Centre de Vaucresson, Fonds 17 C – 2002078, carton 16, Sous-fonds Brisset (1902-1990).

76 « L’action de la direction générale de la Population et de l’Action sociale en faveur des écoles d’éducateurs pour la période 1962-1965 », Sauvegarde de l’Enfance, 21e année, avril 1966, no 4, p. 246.

77 Jean Ughetto, « Élèves-éducateurs à l’usine, stages en milieu naturel », Sauvegarde de l’Enfance, 21e année, septembre-octobre 1966, no 7/8, p. 429.

78 Article 2 du décret du 22 février 1967 instituant un diplôme d’État d’éducateur spécialisé, cf. textes instituant le diplôme d’État d’éducateur spécialisé, Liaisons, avril 1967, no 62, 44 p. [supplément], CAMT : 2 C 281.

79 Ibid.

80 Jean-Paul Tricart, op. cit., p. 594.

81 Sur les femmes dans l’éducation spécialisée, cf. Mathias Gardet, Vincent Peyre, Françoise Tétard (dir.), Elles ont épousé l’Éducation spécialisée, op. cit., 224 p.

82 Registre des entrées et sorties du personnel du Val d’Aubette, 1er juillet 1949-2002, 7 fo, ms., VA (Archives privées).

83 Réunion du conseil d’administration du 23 juin 1970, p. 2, dact., VA (Archives privées).

84 Entretien avec Benjamin Emo, op. cit.

85 Ibid.

86 Historique fait par Marc Ehrhard, op. cit., p. 5.

87 Ibid., p. 60.

88 Gilles Ragache, Les enfants de la guerre. Vivre, survivre et jouer en France 1939-1949, Paris, Perrin, 1997, p. 241.

89 Ibid., p. 244.

90 Jean-Paul Tricart, op. cit., p. 584.

91 Ludivine Bantigny, « Sciences du psychisme et centres d’observation en France dans les années cinquante », Le Temps de l’Histoire, no 6, octobre 2004, p. 116-117.

92 Rapport moral pour l’année 1962, Le Logis Saint-François, s. d., 13 p., dact. (Archives privées).

93 Ibid., p. 3.

94 Entretien avec Benjamin Emo, op. cit.

95 Charles Benque, Le psychiatre à l’éducation surveillée : à propos du rapport de consultation, université Paris VI, thèse de médecine, 1979, p. 10-11.

96 Jean-Pierre Bouvet, Réflexions critiques sur l’intervention de psychiatres dans une institution de l’éducation surveillée dans le cadre d’une pratique de secteur, université Paris VI, thèse de médecine, 1976, p. 59.

97 PV de la réunion du CA du 1er mars 1982, CREAIHN, s. d., p. 2, dact., DASEC (Archives privées).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540