Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Troisième partie. Les caractéristiques et l’évolution des structures associatives en faveur des jeunes en difficulté

Introduction

Texto completo

1Un nouvel élan traverse la France après la Seconde Guerre mondiale pour lutter contre la délinquance juvénile et plus largement, pour prendre en charge la jeunesse en difficulté. Tout un arsenal législatif est alors mis en place mais dans ce climat de réformes, l’État ne peut se passer du secteur privé dans ce domaine, pour rééduquer et réinsérer dans la société les mineurs inadaptés, faute de disposer des moyens nécessaires

2En Seine-Inférieure, ce réseau associatif est soutenu notamment par la bourgeoisie catholique locale gravitant en particulier autour de l’abbé Daubeuf. Intégrée dans les conseils d’administration des principales associations gestionnaires, elle participe avantageusement à leur développement par les relations dont elle bénéficie.

3Dans cette étude sur les caractéristiques des structures associatives, il est donc utile de s’arrêter dans un premier temps sur l’organisation des associations gestionnaires qui veillent au bon fonctionnement des cinq établissements pionniers de la Seine-Maritime, que sont le Logis Saint-François, le Foyer fraternel de Beuzevillette, le Foyer de Trigauville, le Foyer Les Terrasses et le Foyer du Val d’Aubette. Le rôle du conseil d’administration et le choix des personnalités intégrées au réseau associatif sont déterminants pour défendre les budgets auprès des administrations, car les ressources financières ne dépendent plus de dons de bienfaiteurs, mais d’un prix de journée versé par l’État. Pour compléter la précarité chronique des finances, notamment pour meubler et rénover les locaux, il faut trouver d’autres partenaires au titre desquels figurent en tête les caisses d’allocations familiales. Le financement public suppose parallèlement des obligations à respecter et des modalités de contrôle en matière administrative, financière mais aussi pédagogique.

4« Ni tout à fait privé, ni tout à fait public », le secteur associatif est aussi marqué par une dynamique propre à la personnalité des directeurs d’établissement, qui imposent un esprit et une méthode tout en s’inspirant de leur expérience personnelle. Si au sortir de la guerre, cette méthode est encore empreinte des mouvements de jeunesse et en particulier du scoutisme voire de religiosité, progressivement l’évolution de l’encadrement et de la formation fait évoluer les pratiques. Le métier d’éducateur cherche alors à prendre ses marques pour commencer une marche vers la professionnalisation et vers une approche pluridisciplinaire des pensionnaires. Agir sur le corps et l’esprit, telle est l’alchimie que l’on cherche à opérer dans des méthodes qui se veulent innovantes.

5Pour parvenir à la rééducation et à l’insertion des jeunes, différents modes d’action sont adoptés : l’accent est mis tout d’abord sur la formation et le travail, l’attention est portée ensuite sur la reconstruction des liens familiaux, les efforts sont faits enfin pour le développement des activités sportives et ludiques, supports de la socialisation. Parmi ces modes d’action, il en existe un en particulier, en marge certes de l’Éducation surveillée, mais toujours en interaction avec elle : c’est celui de la prévention spécialisée qui connaît à Rouen un développement important dans le quartier de la Croix-de-Pierre. Il faut enfin mesurer l’évolution des établissements concernés dans l’après 1968, période qui remet en question les méthodes utilisées jusqu’alors et que l’on juge désormais obsolètes.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540