Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Deuxième partie. Rencontre avec les pensionnaires des établissements spécialisés

Conclusion

Texte intégral

1L’attention des spécialistes portée sur la définition de l’enfance inadaptée et la recherche des causes de cette inadaptation, donne la possibilité d’entrevoir qui sont les pensionnaires des établissements spécialisés. Leur milieu familial, souvent défavorisé et marqué par les carences économiques et éducatives, est souvent le même, qu’ils soient placés au titre de l’ordonnance du 2 février 1945 ou par mesure d’assistance éducative. Les caractéristiques communes de ces jeunes qui n’ont pas pu s’épanouir correctement, bien que chacun ait sa propre histoire, interrogent les observateurs et les invitent à dénoncer aussi bien l’attitude et le mauvais exemple des parents marqués souvent par l’alcoolisme et la misère, que les quartiers populaires, des taudis aux grands ensembles. Leur milieu d’origine constitue ainsi le point de départ d’un parcours souvent chaotique à travers les établissements spécialisés dont l’issue est très aléatoire et ce, malgré la prise en charge dont ils font l’objet.

2Dès lors, l’action éducative au sein de ces structures se trouve parfois limitée dans ses modes d’action face à des jeunes fortement fragilisés par leur vécu, pour lesquels le mal-être se traduit par une opposition à toute forme d’autorité ou par une fuite en avant de la réalité. Ces jeunes échappent alors à toute possibilité de prise en charge par les établissements qui déplorent leur incapacité à avoir une quelconque influence sur eux, mais également le fait que les mesures de placement interviennent quelquefois trop tard pour des mineurs déjà « trop marqués » par leur milieu, voire déjà par la prison.

3Toutefois, le placement très précoce est également montré du doigt, notamment pour les enfants de l’Assistance publique, qui arrivent à leur majorité « saturés d’établissements ». La réinsertion est d’autant plus problématique qu’ils ont vécu toute leur enfance et toute leur adolescence en collectivité, y compris au sein de l’armée, où ils sont soumis à un règlement qu’ils doivent respecter. Ainsi, se retrouver seul peut devenir source d’angoisse et de désillusions. Le foyer, même après le départ, peut encore représenter un point d’ancrage indispensable pour le jeune homme comme le souligne la correspondance retrouvée dans les dossiers personnels, où d’anciens pensionnaires racontent leur nouvelle vie pleine de joies ou de peines. Substitut à la famille pendant plusieurs années, les établissements spécialisés démontrent ainsi la place primordiale qu’ils occupent dans le devenir des jeunes inadaptés en leur proposant une rééducation fondée en grande partie sur la réinsertion professionnelle. Cependant, ces établissements vont progressivement tenter d’améliorer leur action auprès des mineurs placés en s’attachant à sélectionner davantage leur personnel d’encadrement et à diversifier leurs modes d’intervention.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540