Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Deuxième partie. Rencontre avec les pensionnaires des établissements spécialisés

Chapitre VI. Les jeunes face au placement

Texte intégral

  • 1 Jacques Fresco, Les bagnes d’enfants, Dieu merci, ça n’existe plus !, Paris, Maspero, 1974, p. 53.
  • 2 Âgé de trente ans et ayant connu plusieurs placements dans des établissements spécialisés, Daniel (...)
  • 3 Christian Hennion, « La faillite du contrôle social », Libération, 14 mai 1976.

1« Le placement est le résultat de la rencontre d’une demande d’aide individuelle et de la pression sociale. Il intervient comme un moyen de remplacement face à la carence de l’institution familiale1. » Mineurs délinquants ou en danger se retrouvent ainsi pris en charge par des établissements spécialisés qui se substituent à leur milieu familial considéré comme défaillant dans le but de les rééduquer et de les réinsérer dans la société. Certains ne font certes que passer brièvement, mais d’autres alternent les mesures et les retours chez leurs parents ou sont envoyés d’institution en institution – testant au passage les différents modes de prise en charge – jusqu’à leur majorité ou le départ pour le service militaire. Cette accumulation de placements divers donne la mesure de ce que peut représenter pour des jeunes « le placement » et laisse entrevoir pour certains d’entre eux comme une suite de faux-pas dont le cheminement, inexorablement, les mène vers une voie sans issue. Dès lors, l’idée de filière délinquantielle voire criminelle a tôt fait de germer dans les esprits dénonçant au passage « la faillite du contrôle social » et s’appuyant sur des exemples troublants à l’image de Daniel Thomas2, « à 14 ans en rééducation, à 23 ans en flagrants délits, à 30 ans aux assises ». D’après un article du 14 mai 1976 du journal Libération, « il est la victime de l’idéologie du système rééducatif qui l’a mené des consultations médico-pédagogiques à la prison en passant par l’armée3 ».

2À partir du parcours de mineurs pris en charge dans différents établissements spécialisés, assimilés très souvent aux maisons de correction ou de redressement, se fait donc sentir le poids d’une telle mesure sur les jeunes en question. L’évaluation de la durée de leur séjour et des conditions de départ des institutions permettent d’affiner notre regard sur la manière dont les pensionnaires s’accommodent ou non de cette mesure qui s’inscrit dans leur parcours comme une souffrance de plus ou comme un espoir de progrès dans leur situation. La manière dont le séjour se sera déroulé et surtout la conclusion de celui-ci déterminent les liens que le jeune entretiendra par la suite avec le foyer et ses possibilités de réintégration à la « vie normale ».

Le placement : un séjour qui laisse des traces

3Le placement d’un mineur qu’il soit en danger ou délinquant se justifie lorsque le milieu familial est jugé contraire au bon épanouissement de l’enfant ou de l’adolescent. Toutefois, cette mesure n’est pas sans susciter des réticences car les établissements spécialisés sont souvent perçus comme maisons de correction. Le séjour dans ces structures marque ainsi de son empreinte le jeune surtout quand il est pris en charge très tôt et change de structures à plusieurs reprises.

La mauvaise réputation des établissements spécialisés

  • 4 Rapport d’accueil, 14 mai 1960, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact, DASEC (Archives priv (...)

4Conçu initialement pour les aider et leur permettre de s’en sortir, le placement peut représenter pour les pensionnaires une décision difficilement acceptable. Le fait d’être pris en charge par les services sociaux ou par le juge des enfants et de séjourner dans un établissement spécialisé n’est pas souvent bien vécu par le jeune concerné, surtout que l’image qu’il se fait a priori de l’institution n’est pas toujours très positive. Lorsque Gilles, seize ans, arrive au Foyer fraternel de Beuzevillette en février 1960, il n’est pas très rassuré. En conflit avec son père, ancien maître d’équipage, très malade – sa mère est décédée –, il est placé au titre de l’ordonnance du 23 décembre 1958 après avoir notamment fugué et commis plusieurs vols. Enfant du quartier où se situe le Foyer de Trigauville, « il a beaucoup entendu parler de “la maison de redressement de Beuzevillette où l’on mâte les durs qui sont punis”4 ». Cette remarque ne semble pas justifiée puisque Guy Berland, qui aime à souligner le caractère familial de son institution, ajoute dans son rapport :

  • 5 Ibid.

« [Gilles], malingre, blême est très inquiet d’être confié à la fameuse maison… et s’attend au pire. Il est très surpris de trouver des camarades du Havre assez détendus et dans les éducateurs, des adultes exigeants, bien sûr, mais sympathiques et désireux d’aider et non de brimer5. »

  • 6 Rapport de l’examen psychologique, 19 décembre 1962, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).
  • 7 Lettre de Guy Berland au juge des enfants, s. d., p. 1, dact., DASEC (Archives privées).
  • 8 Feuille de suivi, Foyer fraternel de Beuzevillette, 2 p., ms., DASEC (Archives privées).

5En effet, certains établissements spécialisés ne bénéficient pas d’une très bonne réputation, à l’instar des institutions publiques d’Éducation surveillée (IPES) dont la discipline est présentée comme étant plus stricte que dans les structures privées. Le compte rendu psychologique de Fernand, dix-sept ans, dont les rapports avec ses parents « ne sont pas excellents », précise avant son placement en janvier 1963 au Havre que « ce départ de la famille semble être l’objectif numéro un pour lequel il accepterait tout sauf Belle-Île. Il envisage avec le sourire Trigauville ou une pension6 ». « Tout sauf Belle-Île » semble aussi être le sens des lettres échangées en 1952 entre le directeur du Foyer fraternel de Beuzevillette et la mère de Jean-Louis, seize ans, qui a peur de la discipline trop sévère de cet établissement. Les nouvelles envoyées ensuite par le jeune homme précisent toutefois que le règlement est certes plus strict mais que le séjour se déroule sans problème notable. Il n’en est pas de même pour Bruno qui, au même âge, est fort mécontent d’être placé à Aniane après un séjour de quatre mois en 1954 au Foyer fraternel de Beuzevillette d’où il est renvoyé après avoir fugué et commis quelques vols. D’ailleurs, avant son départ, Guy Berland est également réservé face à cette décision et confie au juge des enfants ses réticences : « L’IPES et sa discipline nous font peur pour cette affectivité gravement perturbée7. » Les pensionnaires eux-mêmes colportent parfois des récits sur leur séjour qui contribuent à entretenir une mauvaise image des établissements pour mineurs inadaptés. Pour certains, il s’agit de faire croire qu’ils ne sont pas bien traités pour revenir dans leur foyer d’origine, comme Eugène, dix-sept ans. Orphelin, il est placé en septembre 1959 au Foyer fraternel de Beuzevillette pour entreprendre une formation lui permettant de trouver un travail stable. Mais le jeune homme n’a qu’une seule envie : retourner chez sa nourrice. Ainsi, au cours d’une visite, il cache ses chaussures pour lui faire croire qu’il est venu pieds nus et lui raconte quelques mensonges sur les mauvais traitements dont il ferait l’objet. Celle-ci, furieuse, s’empresse d’écrire au directeur qui dément ces accusations avec vigueur8. Pour d’autres pensionnaires, il s’agit de s’inventer un passé de garçons difficiles placés dans les structures les plus sévères les unes que les autres. Lucien a quinze ans lorsqu’il est admis en 1959 au Foyer fraternel de Beuzevillette. Ses parents sont décédés, il a été élevé par sa grand-mère qui a fait une demande de correction paternelle car elle est impuissante face à son comportement – il aime notamment jouer avec un parabellum et un couteau. Depuis son placement au Centre d’observation de Rennes en 1957, il se fait remarquer par ses fugues et sa participation à des vols et des cambriolages. Il est ensuite condamné à plusieurs mois de prison avec sursis et passe par le foyer de semi-liberté de Lèves, près de Chartres, d’où il s’enfuit au bout d’un an pour être à nouveau interpellé au Havre :

  • 9 Rapport d’accueil, 5 décembre 1959, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archives (...)

« [Lucien] a été arrêté au Havre avec un camarade de 13 ans ½ qu’il a entraîné. [Lucien] est soupçonné (à tort affirme-t-il évidemment) d’un vol de scooter, a été malmené et il a fui craignant les pires châtiments, car c’est un habitué des sévices pratiqués dans les bagnes d’enfants ! Il convient cependant volontiers qu’il a commis quelques délits, fait plusieurs fugues et un séjour au CO de Rennes9… »

  • 10 Ibid.

6Lucien a en fait connu très peu d’établissements – deux au total –, mais aime à se faire passer pour un « habitué des sévices pratiqués dans les bagnes d’enfants », pour se mettre en valeur auprès des autres pensionnaires. Ainsi, dès son arrivée au Foyer fraternel de Beuzevillette, « [Lucien] est tout de suite accepté par le groupe qu’il conquiert par son sourire sympathique et les récits plus ou moins imaginaires de ses fugues et divers exploits dans les centres où il est passé sans jamais rester10 ».

  • 11 Lettre du 27 mai 1958 de Guy Berland à une jeune voisine, 1 p., dact., DASEC (Archives privées).

7La réputation réelle ou supposée des établissements spécialisés les précède donc, d’autant qu’ils restent pour l’opinion publique des « maisons de redressement pour jeunes voyous ». De fait, ces institutions entretiennent parfois des relations difficiles avec le voisinage qui se plaint régulièrement de ces « délinquants » dont la proximité est gênante. Quelques incidents sont en effet à relever, certains pensionnaires n’hésitant pas à « emprunter » la voiture ou la mobylette d’un riverain. D’autres s’amusent à prodiguer des insultes voire à frapper les passants à l’instar de Marcel qui s’est déjà fait remarquer avec Patrick en se faisant interdire d’embarquement sur un navire. Suite à cet incident, il est placé au Foyer de Trigauville en juillet 1957, mais son comportement ne semble pas s’améliorer puisque le directeur du foyer reçoit des lettres d’une jeune fille souhaitant que celui-ci cesse de l’insulter dans la rue11. Ces méfaits, certes isolés, contribuent à donner une mauvaise image des établissements spécialisés et de leurs pensionnaires qu’ils soient délinquants ou mineurs en danger. Le regard sur ces jeunes gens est en effet souvent empli de préjugés et ne les aide pas à accepter leur situation. Les directeurs se montrent certes à l’écoute mais souvent inflexibles face à leurs récriminations comme Guy Berland qui envoie le message suivant aux voisins en guise de réponse à une lettre anonyme se plaignant des pensionnaires du récent Foyer de Trigauville en 1957 :

  • 12 Lettre du 12 juillet 1957 de Guy Berland, directeur du Foyer fraternel de Beuzevillette, aux voisi (...)

« Chers Voisins qui n’avez pas plus d’orthographe que de courage et qui vous intitulez “Gens de l’Observatoire”.
Puisque vous ne signez pas, je vous réponds comme je peux ! Je connais déjà pourtant pas mal de voisins et ils me parlent quand ils ont quelque chose à me dire. Il ne leur vient pas à l’idée d’écrire sans signer comme des lâches.
Votre lettre contient beaucoup d’inexactitude. Les voisins un peu sérieux sont venus m’exposer leurs doléances et nous avons vu ensemble comment y remédier… Vous, vous n’osez pas vous montrer ; c’est tellement plus facile d’écrire une lettre anonyme. Une autre fois, pourtant, croyez-moi, changez d’écriture.
Excusez-moi si je ne fais la loi… Je ne suis ni député, ni ministre… Je fais simplement de mon mieux mon travail de responsable d’un nombre assez important de jeunes vivants, dynamiques, travailleurs et que beaucoup d’entre vous estiment déjà bien qu’ils les trouvent bruyants… […]
Notre porte est ouverte, nos portes sont ouvertes jour et nuit. Un renseignement ne coûte rien.
Entrez… Entrez et vous verrez… l’homme qui ne fait pas la loi mais qui vous écoutera volontiers et moi, je signe12. »

8Les directeurs des établissements spécialisés doivent ainsi faire face aux critiques des voisins qui voient leur institution et leurs pensionnaires d’un mauvais œil. Sans que ne soient excusés leurs actes, il transparaît un souci de protéger les jeunes dont ils ont la charge contre l’attitude agacée voire agressive des voisins.

  • 13 Sur la honte sociale cf. Jean-Claude Vimont, « La honte sociale et l’historien », Histoire@Politiq (...)

9Le regard sur ces institutions et leurs pensionnaires ne facilite guère l’acceptation du placement par le jeune et son entourage. L’adolescent peut ressentir une certaine honte à être pris en charge de la sorte même lorsqu’il s’agit d’une mesure d’assistance éducative13. Ce sentiment est d’ailleurs encore perceptible plusieurs années après, puisqu’il nous a été extrêmement difficile de rassembler des témoignages d’anciens pensionnaires. Le placement d’un jeune n’est pas un acte anodin : il lui imprime sa marque car il signale son inadaptation à la société. De plus, pour certains pensionnaires, la prise en charge est précoce et leur parcours est jonché par divers placements au cours desquels ils connaissent des expériences parfois malheureuses.

Parcours de placés : « Ce n’est pas le chemin qui est difficile, c’est le difficile qui est le chemin14 »

  • 14 Sören Kierkegaard.
  • 15 Sur l’idée d’un « engrenage délictuel » cf. Jean-Claude Vimont, « La jeunesse des relégués (1942-1 (...)
  • 16 Rapport de comportement, décembre 1956, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Arch (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 Lettre d’octobre 1958 de Guy Berland au juge des enfants, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).
  • 19 Lettre de décembre 1963 de René Hébert à [Jean-Luc], p. 1, dact., Foyer de Trigauville, DASEC (Arc (...)

10Plusieurs pensionnaires admis en internat de rééducation ou en foyer de semi-liberté, n’en sont pas à leur première prise en charge. Certains ont connu une kyrielle de placements, témoignant d’un parcours déjà chaotique. Leurs dossiers individuels présentent alors une pile de rapports d’établissements qui se sont accumulés au cours du temps. Ces informations croisées permettent de retracer leur trajectoire personnelle qui parfois semble inéluctablement se diriger vers la prison au gré des placements et de circonstances souvent malheureuses15. Jean-Luc, dix-sept ans, est décrit dans le rapport d’accueil du Foyer fraternel de Beuzevillette en 1956 comme un « adolescent perturbé sur le plan affectif et en complet désarroi16 ». Il est également précisé que « l’inconnu l’effraie et il réagit à cet effroi par la fugue17 ». De fait, cet enfant du quartier de la Croix-de-Pierre a été placé à l’âge de treize ans par mesure de correction paternelle au Logis Saint-François où il reste sept mois avant de retourner dans sa famille. Deux ans plus tard, il est arrêté pour vols et admis au Foyer Les Terrasses. Au bout de neuf mois, il s’enfuit de l’établissement, avant d’être accueilli au Foyer fraternel de Beuzevillette pour suivre une formation. Mais comme il fugue à nouveau, il ne peut terminer son stage de maçonnerie et est envoyé au Foyer de Trigauville pour trouver du travail. À dix-sept ans, Jean-Luc part pour la grande pêche – celle des terre-neuvas –, revient enchanté mais alors qu’il doit repartir en mer, il reste à terre. Retrouvé errant quinze jours plus tard entre Rouen et Le Havre, il avoue avoir eu un « coup de cafard ». Ne désirant plus naviguer, il retrouve du travail dans un entrepôt, souhaitant à nouveau partir. Le foyer pense même à le placer dans un cirque comme il a fait pour d’autres pensionnaires qui avaient du mal à rester en place, mais il est arrêté pour vols en septembre 1957. Il a ramassé 30 000 francs tombés de la sacoche d’un livreur puis dérobé 4 000 francs à un collègue de chantier. Incarcéré jusqu’en octobre, date à laquelle il est remis à ses parents sous le régime de la liberté surveillée, il est à nouveau inculpé de vol de vespa en janvier 1958 et condamné à quatre mois de prison. Alors que le Foyer de Trigauville doit le reprendre à sa sortie de la maison d’arrêt, il est arrêté en flagrant délit de cambriolage avec deux anciens de l’établissement. Dans une lettre au juge des enfants, Guy Berland précise que selon lui « ses chances de réinsertion sont hélas réduites18 ». Les dernières nouvelles de Jean-Luc ne sont pas meilleures car en 1963, il est à nouveau emprisonné et alors qu’il demande de l’aide à René Hébert, nouveau directeur de Trigauville, celui-ci lui répond par la négative car il a désormais vingt-quatre ans19, les établissements prenant en effet en charge les jeunes uniquement jusqu’à leur majorité.

  • 20 Rapport d’observation, Toulouse, 24 février 1952, p. 1., dact., VA (Archives privées).

11D’autres pensionnaires font un véritable tour des établissements spécialisés à travers la France. Ainsi, Alexandre, dix-huit ans, est placé en 1959 au Foyer du Val d’Aubette par mesure éducative, précisément avec le motif « à remettre au travail ». Son père, alcoolique, a fait de la prison et sa mère se « conduit mal ». Ils ont huit enfants : l’aîné a également séjourné en maison d’arrêt, la deuxième se prostitue et Alexandre, comme le reste de la fratrie, était encouragé à voler20. En fait, depuis 1948, ses parents sont déchus de leur droit de garde. La liste de ses placements est impressionnante. Dès 1944 – soit à quatre ans –, il réside pendant cinq mois dans un centre d’accueil à Duclair, puis il est confié à une famille avant de retourner de 1947 à juillet 1948 chez ses parents qui habitent à Petit-Quevilly. Il reste ensuite un an à l’Orphelinat du Sacré-Cœur de Gommerville – à une vingtaine de kilomètres du Havre –, puis six mois au Logis Saint-François à Thiétreville. Il part alors de la région à l’âge de dix ans pour intégrer l’Institut pédotechnique de Toulouse pendant un an, puis le Foyer de Sourdun durant quatre années, le centre de Saint-Germain-Laxis toujours en Seine-et-Marne, et l’institut Antoine Kœnigswarter à Gillevoisin dans l’Essonne de quinze à dix-huit ans. Durant quinze années – dont neuf passées en dehors de sa région d’origine –, il fait l’objet de onze placements successifs avant de revenir en fin de compte, après un séjour d’un mois au Val d’Aubette, chez ses parents qu’il n’a pas revus depuis onze ans.

12Il est donc peu étonnant que des pensionnaires se montrent très opposants vis-à-vis du placement et entretiennent une certaine rancune à l’égard des administrations. Le rapport d’incident établi en juillet 1954 par Henri Delboulle, premier directeur du Val d’Aubette, mettant en cause Maurice, dix-sept ans, illustre cette difficulté d’accepter leur situation et le manque de repères inhérents à leur histoire familiale mais également à leur prise en charge ultérieure :

  • 21 Rapport d’incident, 3 juillet 1954, Foyer du Val d’Aubette, 1 p., ms., VA (Archives privées).

« Rentré ivre. Crie qu’on lui a fait des crasses dans le temps, qu’on lui sert à manger avec de la margarine. Qu’on ne devrait pas le laisser au centre. “Je l’avais dit à la mère Peltier [assistante sociale]. Les inspecteurs ils pensent me remettre au centre, après 18 ans je serai tout seul. […] Si d’autres n’avaient pas fait des c… je serais travailleur là-bas [dans une entreprise de maçonnerie]. J’suis pas un c… L’Assistance m’a fait des crasses. Vous pouvez m’enfermez pendant 3 jours (sic). Je reviendrai demain et peut-être même cette nuit. J’ai déjà cassé la g… à d’autres. Pour la bagarre peut-être cette nuit. Et je dirai tout à l’Assistance.” Conclusion : saoul21. »

  • 22 Ibid.
  • 23 Françoise Tétard, « Le phénomène blouson noir en France. Fin des années 50-début des années 60 », (...)

13Ces propos incohérents sont révélateurs du mal-être que ressentent certains mineurs placés. Leur détresse se manifeste dans des éclats où ils s’en prennent aux institutions chargées de leur réinsertion. Maurice a en effet été abandonné par sa mère pendant la captivité de son père qui, à son retour, s’est mis en ménage avec une femme qui lui infligeait des mauvais traitements. Il est confié ensuite à la direction départementale de la Population, par délégation volontaire des droits de puissance paternelle, à la suite d’un incendie dont il a été rendu coupable. Confié jusqu’à l’âge de quatorze ans au Logis Saint-François, il fait ensuite un apprentissage en pâtisserie, mais il est renvoyé pour vols et placé au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1953. Il s’attache d’ailleurs à Guy Berland – un père de substitution en quelque sorte22 – qui ne peut cependant le garder après qu’il ait obtenu son CAP en maçonnerie – le Foyer de Trigauville n’est pas encore mis en place – et l’amène lui-même au Val d’Aubette en 1954. Ne réussissant ni à supporter un nouveau placement, ni à se stabiliser dans un métier, il devance l’appel sous les drapeaux pour s’engager ensuite dans l’armée. Le service militaire signifie d’ailleurs la fin du placement des jeunes délinquants ou des mineurs en danger après des séjours dont la durée peut être relativement longue. Le départ de l’établissement dans ces conditions ne se fait pas sans appréhension, à l’instar des Blousons noirs, futurs appelés de la guerre d’Algérie23, même si certains partent avant ce « rite de passage » parce que leur situation s’est améliorée ou au contraire parce qu’il n’est plus possible pour eux de rester.

Le départ de l’établissement

14Le départ du foyer concentre tous les espoirs des pensionnaires d’autant que certains ont fait très tôt l’objet de mesures de placement. Ils sont cependant contraints de s’en remettre à la décision des services sociaux ou du juge des enfants, motivée par l’avis de l’établissement. L’étude de la durée des séjours et des motifs de sortie nous indiquent toutefois qu’il n’est pas toujours aisé de partir des établissements spécialisés.

La durée des séjours des pensionnaires

15La durée du séjour dépend des motifs qui ont amené le placement du mineur, mais aussi de sa collaboration – et celle de sa famille – avec l’établissement, des progrès dont il fait preuve aux yeux des éducateurs et des perspectives pour lui de retourner à une vie « normale ». L’âge est également un critère important puisque les établissements spécialisés accueillent uniquement les pensionnaires jusqu’à leur majorité civile, soit vingt et un ans, puis à partir de 1974, jusqu’à dix-huit ans avec toutefois la possibilité, à la demande du jeune majeur, de prolonger la mesure de protection judiciaire jusqu’à vingt et un ans. Hormis le Foyer fraternel de Beuzevillette qui admet les mineurs jusqu’à dix-neuf ans – limite imposée par la formation qu’il dispense –, tous les établissements de notre champ d’étude prennent en charge, en théorie, des adolescents âgés entre quatorze et vingt et un ans, la moyenne d’âge à l’entrée dans l’établissement se situant autour de seize à dix-sept ans.

  • 24 Rapport d’éducation en milieu ouvert, 2 mars 1978, 6 p., dact., DASEC (Archives privées).

16Toutefois, quelques exceptions sont à relever à la lecture des registres des entrées et des sorties des pensionnaires. Un jeune homme de vingt-trois ans, ancien pupille de l’Assistance publique et militaire de carrière, est admis au Val d’Aubette durant sa permission de deux mois car il ne sait pas où aller. Plus notable est la présence de trente-huit pensionnaires en dessous de l’âge requis et donc légal : neuf mineurs (0,4 %) entrent dans l’institution à douze ans et vingt-neuf à treize ans (1,2 %). Il s’agit d’accueillir en urgence des enfants qui, faute de place, n’ont pas pu être admis dans des structures plus adaptées à leur âge. Certains sont réorientés rapidement mais pour d’autres, le placement signifie le début d’un long séjour dans le foyer ou l’internat à l’instar de Jérôme dont les conditions de vie sont telles – absentéisme scolaire, manque d’hygiène dans la famille où règnent les poux et la gale24–, qu’il est placé en 1978 au Foyer fraternel de Beuzevillette à l’âge de treize ans pour en ressortir seulement à dix-huit ans avec, de surcroît, une mesure de protection de jeune majeur. La durée du placement est cependant très variable et oscille entre quelques jours et plusieurs années comme l’indique le diagramme de la page précédente.

Durée du séjour

Nombre de pensionnaires

Pourcentage

Quelques jours

225

9,8 %

Moins de 6 mois

676

29,3 %

6 mois-1 an

516

22,4 %

1 à 2 ans

492

21,4 %

2 à 3 ans

216

9,4 %

3 à 4 ans

102

4,4 %

4 à 5 ans

28

1,2 %

Plus de 5 ans

17

0,7 %

Non précisée

33

1,4 %

2 305

100 %

Répartition des pensionnaires en fonction de la durée des séjours (1949-1985).
Source : Base de données des pensionnaires (1949-1985).

17La majorité des séjours durent toutefois moins de deux ans (82,9 % soit 1 909 pensionnaires). Un petit nombre de pensionnaires (225 soit 9,8 %) ne restent seulement que quelques jours. Il peut s’agir de jeunes ayant fugué et que l’établissement ne souhaite pas reprendre, de mineurs « en transit » attendant qu’une place se libère dans un autre établissement, ou enfin « d’erreurs d’aiguillage » – pour reprendre les termes utilisés dans les registres –, trois cas témoignant à la fois d’un problème d’organisation et de l’urgence des situations à traiter par les administrations – enfants trop jeunes ou placement déjà prévu ailleurs. La forte proportion de mineurs séjournant seulement six mois (676 soit 29,3 %) est notamment liée à la durée de la formation dispensée par le Foyer fraternel de Beuzevillette. En effet, la réussite aux épreuves du CAP ou du CFP signifie le départ du jeune de l’établissement.

18Au-delà de deux années, la proportion est seulement de 15,7 % (363 mineurs), les séjours dépassant quatre ans relevant d’une infime minorité (1,9 % soit 45 adolescents). Soulignons toutefois la présence de 28 pensionnaires (1,2 %) pris en charge par le même établissement durant quatre à cinq années et dix-sept autres (0,7 %) pendant plus de cinq années. Ces situations, bien qu’exceptionnelles, sont liées à l’absence de parents ou de milieu familial propice à l’épanouissement du mineur. L’établissement garde ce dernier le plus longtemps possible quand il ne présente pas les garanties nécessaires pour vivre seul, principalement une stabilité dans le travail et un comportement relativement apaisé. De fait, l’étude des motifs de sortie nous permet de mieux comprendre les conditions de départ des pensionnaires.

Les motifs de sortie de l’établissement : un bilan difficile à établir

  • 25 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuse (...)

19Pour les jeunes incapables de se retrouver seuls car trop fragiles psychologiquement et professionnellement, relevant de fait plus de l’assistance éducative que de l’ordonnance du 2 février 1945, la seule porte de sortie de l’établissement et le seul moyen de rompre avec le système du placement est d’atteindre la majorité civile ou d’être appelé sous les drapeaux, faute d’un retour possible dans une famille. Dans le diagramme suivant qui présente les motifs de sortie des établissements, seuls trente et un pensionnaires (1,3 %) quittent ainsi le foyer à leur majorité, contre 224 (9,7 %) qui doivent remplir leurs obligations militaires. Certains d’entre eux, faute de perspectives professionnelles, devancent même l’appel, non sans angoisse, notamment au moment de la guerre d’Algérie25.

Motif

Nombre de pensionnaires

Pourcentage

Retour dans la famille/nourrice

538

23,3 %

Placé dans un autre établissement

356

15,4 %

A trouvé du travail : post-cure/chambre en ville

253

11 %

Fugue/Non retour

241

10,4 %

Service militaire

224

9,7 %

Renvoyé

135

5,9 %

Maison d’arrêt

76

3,3 %

Placement familial

32

1,4 %

Majorité

31

1,3 %

Hospitalisation

23

1 %

Divers

173

7,6 %

Non précisé

223

9,7 %

2 305

100 %

Motifs de sortie des établissements (1949-1985).
Source : Base de données des pensionnaires (1949-1985).

20Le départ du foyer ne peut se faire toutefois sans l’accord du juge des enfants ou des services sociaux responsables du mineur. Cette décision s’appuie sur les rapports fournis par les établissements et l’avis du directeur qui semble souvent déterminant, comme nous avons pu le constater dans la correspondance échangée dans ce sens. L’amélioration du comportement de l’adolescent et l’obtention d’un travail constituent les principaux critères d’évaluation pour consentir ou non à sa sortie. S’il est majeur ou en passe de l’être, le jeune homme est autorisé à prendre une chambre en ville, à loger dans un foyer de jeunes travailleurs ou chez son employeur. Cette décision concerne seulement 11 % des pensionnaires étudiés, alors que les retours dans la famille ou chez la nourrice s’élèvent à 23,3 %. Cependant, ce motif de sortie est à prendre avec circonspection car, pour l’établissement, il est parfois davantage un aveu d’impuissance, faute de pouvoir apporter une aide supplémentaire à l’adolescent, que la constatation d’une réelle amélioration du comportement du mineur ou de la situation familiale. Les limites de l’action des établissements se retrouvent aussi dans la proportion relativement importante de jeunes gens transférés dans une autre structure (15,4 %). Cette nouvelle étape dans un parcours au sein des institutions spécialisées se justifie également par la nécessité de placer l’adolescent dans un centre plus approprié au comportement ou à la formation souhaitée.

  • 26 Fugues et non retours pour 1980, Foyer fraternel de Beuzevillette, s. d., 2 p., dact., DASEC (Arch (...)

21Enfin, l’étude des motifs de sortie révèle discrètement les échecs a priori de l’action des institutions : l’incarcération de pensionnaires (3,3 %) et les renvois (5,9 %) sanctionnant les vols répétés, les problèmes de gestion du salaire, les licenciements multiples, le refus de travailler ou l’indiscipline. De fait, avec l’accord de sa famille, le jeune décide parfois de ne pas revenir au foyer ou de partir de lui-même, en toute illégalité (10,4 %). Les établissements sont en effet confrontés régulièrement aux fugues de leurs pensionnaires. À titre d’exemple, le Foyer fraternel de Beuzevillette dénombre en 1980, vingt-huit mineurs ayant fugué une à cinq fois dans l’année, et pour chaque fugue, entre une journée et un mois26. Dans son rapport d’activité du Logis Saint-François en 1954, Madeleine Sicot insiste d’ailleurs sur la distinction entre ce qu’elle appelle « les petites promenades » et les « vraies fugues » :

  • 27 Rapport moral pour l’année 1954, Le Logis Saint-François, 3 février 1955, p. 3, dact. (Archives pr (...)

« Sur 5 fugueurs entrés en cours d’année, 2 vraies fugues ont été enregistrées. Nous ne parlons pas de petites promenades, que certains s’octroient de temps en temps pour s’amuser, ou pour satisfaire leur besoin d’aventure.
Tout ceci prouve que ces “tendances” ne sont bien souvent que des compensations, conséquences de besoins affectifs insatisfaits, plutôt que des anomalies profondes27. »

22Pour les directeurs d’établissement, ces pratiques sont en effet courantes même s’ils estiment nécessaire de se pencher sur le sens que recouvre la fugue pour comprendre ce que le jeune a voulu signifier, à défaut de le dire avec des mots. Jean Pétillot, directeur du Centre d’observation L’Éclaircie, défend à ce propos une position quelque peu originale et s’agace de devoir aborder à nouveau la question dans son rapport d’activité en 1958 :

  • 28 Centre d’observation L’Éclaircie, Rapport de fonctionnement pour l’année 1958, p. 12-13, CAMT : Ce (...)

« La présentation habituelle de ce rapport a établi la tradition de parler des fugues. Il semble qu’on ne devrait pas plus en parler que d’un fait ordinaire comme celui des portes qui font du bruit, des robinets qui ferment mal ou des vitres cassées. […] Nous ne dirons donc rien de plus que l’an dernier à savoir qu’il y a des fugues de temps à autres dans les meilleures maisons et qu’elles ne doivent pas nous irriter et nous apparaître comme commises pour nous irriter.
Il semble que nous devrions les voir comme des manifestations d’affirmation et d’indépendance dont il faut s’occuper, à laquelle il faut réfléchir pour la transformer en fait positif, capable de faire prendre à l’intéressé ses dimensions affectives dans l’espace et dans le monde et aussi qu’il peut compter sur nous même et surtout après la fugue, encore plus encore sans aucun doute si elle a entraîné un séjour à la prison.
En somme, il a fallu nous expliquer sur les fugues dans les premières années et cette explication a exigé des recherches, des motivations et des réflexions. Elle nous amène à comprendre et à nous servir de la fugue comme occasion à un nouveau démarrage après mise au point et prise de conscience des responsabilités respectives de l’adulte et de l’enfant.
Nous en sommes dans cette perspective à souhaiter que tel ou tel soit capable de faire sa fugue28. »

23La fugue peut donc être interprétée comme un acte positif permettant de libérer la parole du mineur et d’instaurer un dialogue avec l’adulte. Toutefois, elle s’apparente clairement à un désir de fuite de la part de l’adolescent, dont certains semblent inaccessibles à une prise en charge en collectivité vis-à-vis de laquelle ils sont extrêmement opposés. Ainsi, plusieurs jeunes multiplient les fugues jusqu’à lasser l’institution qui demande à être déchargée de leur garde.

24En conclusion, les motifs de sortie apportent un certain éclairage sur les conditions de départ du jeune et conséquemment sur la réussite de la prise en charge, bien qu’il soit relativement difficile d’analyser leur signification précise. Les pensionnaires ayant trouvé du travail, retournant dans leur famille ou jugés capables de se débrouiller seuls dans une chambre en ville, semblent indiquer un bilan positif augurant d’un avenir meilleur. Mais ces motifs de sortie ne renseignent aucunement sur la réussite de la réinsertion sur le long terme. De ce point de vue, les dossiers personnels sont encore une fois d’un grand intérêt, car ils archivent méthodiquement la correspondance et toutes les nouvelles recueillies sur le jeune homme après son départ.

Un retour à la vie normale ?

25Malgré des conditions de départ parfois tendues, les établissements restent quelquefois en contact avec les « anciens » qui éprouvent le besoin de donner de leurs nouvelles par courrier ou par des visites plus ou moins répétées, même si d’autres, une fois partis, ne souhaitent plus avoir affaire au foyer. Certains d’entre eux se signalent toutefois à leurs dépens, à l’occasion de récidives qui font l’objet de lettres des services de justice ou de police et d’articles dans la presse locale.

Les liens tissés avec l’établissement

  • 29 Feuille de suivi, Foyer du Val d’Aubette, 1 p., ms., VA (Archives privées).

26La correspondance permet de mieux évaluer le rôle joué par le placement dans le parcours et dans le devenir des mineurs « inadaptés », car les motifs de sortie, très brièvement notés dans les registres des établissements, ne donnent pas la possibilité de connaître l’avenir du jeune sur le long terme. Classées dans les dossiers individuels, les lettres envoyées par les anciens pensionnaires au directeur ou aux éducateurs de l’établissement sont ainsi l’occasion de donner des nouvelles sur leur situation professionnelle et familiale voire, pour certains, de les remercier pour leur action. Les visites des « anciens » sont aussi régulièrement notées dans les dossiers et font l’objet de rapides comptes rendus dans les rapports d’activité. De fait, quand Patrice vient au Foyer du Val d’Aubette en juillet 1952, l’éducateur s’attache à préciser notamment qu’il porte un pantalon trop long et des chaussures éculées et qu’il continue à se vanter en faisant croire qu’il gagne un certain salaire29. Même si le quotidien est quelquefois enjolivé et les écrits exploités pour appuyer les résultats positifs du foyer, ces témoignages renseignent sur la situation des « anciens » quelques mois, voire quelques années après leur placement. Les éducateurs indiquent en général s’ils exercent un métier, s’ils ont une situation familiale stable et s’ils ont réussi à surmonter leurs difficultés.

27Quelques extraits de lettres envoyées par les anciens pensionnaires sont parfois joints aux rapports de fonctionnement des établissements, dans lesquels on cherche à souligner par ce moyen les liens tissés avec les « anciens » et donc, à insister sur l’utilité de l’institution. Ainsi, à propos des anciens pensionnaires partis au service militaire, le rapport d’activité du Foyer du Val d’Aubette conclut en 1951 :

  • 30 Rapport d’activité du foyer du Val d’Aubette, 1949-1951, p. 31, VA (Archives privées).

« Ils ont besoin de nous : moralement par nos lettres, par la liaison que nous assurons entre eux.
Pécuniairement, pas nos mandats.
Et surtout où iraient-ils passer leurs permissions ?
Comment feraient-ils en revenant à la vie civile ?
Dans notre réponse à la circulaire ministérielle SPP no 220 du 15.9.49 au chapitre IV “Les lendemains de la rééducation” nous avouions franchement qu’œuvre fondée trop récemment nous ne pouvions pas juger des résultats que nous obtiendrions.
Les résultats les voilà : Si nos anciens demandent à revenir, des garçons de passage continuent à s’accrocher à nous, si nous nous donnons le surcroît de travail de les aider quand ils en ont besoin par nos lettres ou en les recevant quand ils ne savent pas où aller, que nous éprouvons les uns pour les autres cette affection qui ne trompe pas. Et que cherchent-ils sinon cette affection qui leur a trop souvent manquée et qui en a fait des inadaptés30. »

28Il s’agit principalement par ces exemples de confirmer le bon fonctionnement de l’institution – en s’attachant à décrire également leur insertion professionnelle – et « l’ambiance familiale » qui y règne. Ce dernier aspect explique l’attachement que certains pensionnaires, en manque de parents ou de modèle familial stable, ressentent pour le foyer qui représente un point d’ancrage très fort. À plusieurs reprises, les lettres des anciens du Foyer fraternel de Beuzevillette ou de Trigauville soulignent ainsi le rôle de père que Guy Berland – surnommé également par certains « Napoléon » – continue à incarner pour eux. Ce dernier ne se prive d’ailleurs pas dans sa correspondance de toujours continuer à prodiguer des conseils et des encouragements emplis de bienveillance et d’une pointe de morale. C’est le sens de la lettre qu’il envoie à Lucien, le jeune « habitué des sévices pratiqués dans les bagnes d’enfants » après qu’il ait été remis à sa grand-mère en décembre 1959, car aussi bien l’internat que le foyer de semi-liberté ont été sans effet sur son comportement :

  • 31 Lettre du 14 décembre 1959 de Guy Berland à [Lucien], 1 p., dact., DASEC (Archives privées).

« [Lucien]
Merci de m’avoir écrit de suite. Je me réjouis de ta joie, mais surtout de celle de ta grand-mère. Il faut que tu restes sa joie [Lucien], et c’est là mon souhait de Noël.
Parlons un peu.
Oublie tout ce que tu as pu voir, entendre, vivre dans tous les centres où tu as passé… oublie les copains que tu y as connus, les histoires plus ou moins inventées que tu as racontées et fini par croire toi-même. Ne garde dans ton cœur que les “mots du soir”, les conversations que tu as pu avoir avec tel ou tel d’ entre nous.
Rappelle-toi que beaucoup de copains se sont fixés, ont appris un métier dans ces centres, et que si tu as échoué ce n’est pas à cause des éducateurs, à causes des centres, mais à cause de toi et qu’il faut te dominer, trouver un homme valable et bien qui te tienne un peu lieu de père et de chef.
Tu connais tes défauts : je ne te les écris pas ! mais tu sais aussi que tu as du cœur, de l’intelligence et la volonté. Tu les as mal utilisées, il n’y a qu’à agir autrement maintenant. Trouve vite du travail. Tiens y, même si le patron n’est pas commode, si tu n’es pas assez payé, etc. etc. rien n’est parfait.
Je serai toujours content de te lire et je te redis notre meilleur souvenir à tous31. »

  • 32 Extrait de la lettre du 2 mai 1950 de [Jean-François] au directeur du Foyer du Val d’Aubette, cité (...)

29Le service militaire est particulièrement propice aux échanges épistolaires. De fait, les éducateurs et le directeur représentent parfois le seul lien que les jeunes appelés ont en dehors de l’armée, comme pour Jean-François, orphelin qui a passé quinze mois au Foyer du Val d’Aubette avant de partir au service militaire en 1950, qui écrit au directeur : « Je vous envoie une photo en soldat. Votre lettre m’a fait bien plaisir car je ne reçois pas de courrier32. » Ces lettres sont l’occasion pour les « anciens » de faire part de leur difficulté à s’habituer à la discipline, de leur détresse, et, la distance aidant, de leur attachement au foyer. L’isolement et les conditions difficiles font que des jeunes gens ressassent leur passé et sont submergés par des angoisses quant à leur avenir. Les lettres d’Adrien, ayant séjourné au Foyer de Trigauville et au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1957, sont traversées par ces ruminations et ces craintes, alors qu’il effectue son service militaire en Algérie en 1959 :

  • 33 Lettre du 27 février 1959 d’[Adrien] à Guy Berland, p. 4, ms., DASEC (Archives privées).

« Pour une fois voyez-vous Monsieur Berland, j’ai peur ; Affreusement peur de retomber après mon service dans cet Infâme bourbier, ce redoutable Marécage qui enlise les jeunes jusqu’à les ensevelir les tacher et les souiller pour toujours. C’est depuis plusieurs mois mon obsession presque un délire pour moi ; Ont dit que celui qui à crever de faim, et n’a jamais eut un désir de satisfait ferait n’importe quoi pour ne pas retomber dans la misère surtout lorsqu’il a vécu de meilleurs moments. Moi, il n’y a qu’une chose que je ne ferais pas c’est de rempiler dans l’armée33… »

30La longueur de la lettre – six pages – et le ton de celle-ci, indiquent la solitude du jeune homme qui se raccroche alors au dernier foyer où il a séjourné. De fait, il n’a aucune nouvelle de sa famille à qui il a adressé plusieurs courriers restés sans réponse. Dans son désespoir, il n’oublie pas toutefois de saluer le travail mené par Guy Berland et de le remercier pour son aide :

  • 34 Ibid., p. 6.

« Excusez encore mon langage et vocabulaire s’il est rude mais je bous d’une colère folle.
J’espère Monsieur Berland que votre petite famille est en bonne santé ainsi que vous même et que vous ne rencontrez pas trop de difficultés dans votre lourde tache avec le fardeau que représente chacun de mes camarades que vous protégez sous vos ailes ; je ne sais pas s’ils se rendent bien compte du mal qu’ils vous donnent et combien ils vous doivent ; pour moi, il y à bien longtemps que je l’ai compris malgré les quelques difficultés que je vous ai opposés.
Croyez Monsieur Berland à mes sentiments de profonde considération et de gratitude34. »

31Guy Berland tente de l’apaiser, mais le jeune homme est à la fois très marqué par le décès de sa mère et très remonté contre son père et sa belle-mère qui est, selon lui, à l’origine de son placement à l’âge de neuf ans à Thiétreville, suite à une mesure de correction paternelle. Nous retrouvons ici un exemple de parcours chaotique au sein des institutions spécialisées : le Centre d’observation L’Éclaircie, le Logis Saint-François, le Centre d’apprentissage maritime de Nantes, l’IPES de Belle-Île-en-Mer puis de Neufchâteau, après un bref retour en famille, le Foyer de Trigauville puis le Foyer fraternel de Beuzevillette, itinéraire ponctué par plusieurs séjours en prison. Ces multiples placements ont, au fur et à mesure, alimenté son amertume et ses déceptions :

  • 35 Lettre du 12 mars 1959 d’[Adrien] à Guy Berland, p. 2, ms., DASEC (Archives privées).

« Comprenez-moi monsieur Berland, depuis mon plus jeune âge, depuis cette terrible catastrophe, le décès de ma mère, je ne suis que balancé dans une pension ou une autre, depuis l’assistance publique à la maison de correction, de la maison de correction à la prison et toujours, toujours ce même refrain, toujours l’humiliation, l’attente, la crainte, l’espoir ; j’en ai marre et je suis à bout parce que je sais et j’ai vu que rien voyez vous que rien n’empêchait qu’il en soit autrement que j’ai comme tout le monde mon foyer une famille que j’aime une chance ou plusieurs de percer cette crasse dans laquelle on m’a fourré35. »

32Le sentiment d’injustice est ici très présent chez Adrien qui est comme englué dans « cette crasse » dont il n’arrive pas à émerger. La réponse de Guy Berland lui renouvelle son soutien et démontre chez ce directeur un souci très présent de suivre ses anciens pensionnaires :

  • 36 Lettre du 13 avril 1959 de Guy Berland à [Adrien], p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

« Je comprends également que ta vie soit rude, tes réflexions parfois déchaînées. N’as-tu pas le moyen de te faire prêter des livres ? de préparer une spécialité ?
Écris aussi souvent et longuement que tu peux. Tu sais que tu es compris, sinon toujours suivi !
Très à toi36. »

33Ces extraits attestent l’importance de continuer à bénéficier d’un soutien après le placement, surtout pour les jeunes gens privés de famille, même si ce lien privilégié peut s’avérer problématique pour la réinsertion des anciens qui ont du mal à s’en détacher.

34Les lettres retrouvées dans les dossiers émanent principalement de jeunes ayant réussi leur réinsertion et gardant un bon souvenir de leur séjour. Mais il arrive à certains en situation difficile après leur passage dans l’établissement, et notamment au cours d’un séjour en prison comme nous l’avons vu auparavant, d’écrire au directeur pour exposer leurs récriminations ou pour demander de l’aide voire le solliciter pour revenir.

Pas de nouvelles, Bonne Nouvelle ?

35Après leur départ du foyer, les anciens pensionnaires disparaissent pour la plupart de la mémoire des archives, le silence trahissant souvent la volonté d’oublier un passé douloureux.

  • 37 Lettre du 17 mars 1955 de Guy Berland à Mlle Hazard, Assistante sociale de la maison d’arrêt de Ro (...)
  • 38 Liberté Dimanche, s. d., dossier personnel de [Jean-Jacques], DASEC (Archives privées).
  • 39 Paris-Normandie, 30 novembre 1972, dossier personnel de [Fabien], LT (Archives privées).
  • 40 Fiche de suivi, Foyer du Val d’Aubette, 1 p., ms., VA (Archives privées).

36Toutefois, même quand le jeune homme a décidé de rompre les liens avec l’établissement, il est possible de temps à autre de trouver quelques renseignements grâce aux notes insérées dans les dossiers ou dans les registres d’entrées des pensionnaires, notes que les éducateurs ont ajoutées après avoir collecté des informations sur un ancien au gré des rencontres notamment. Ils consignent l’évolution de leur situation mais surtout les difficultés auxquelles sont confrontés les « anciens », en particulier les incarcérations, comme le précisent par ailleurs les demandes de renseignements émanant des prisons. C’est pourquoi Guy Berland écrit à l’assistante sociale de la maison d’arrêt de Rouen lui annonçant la mise en détention d’un de ses anciens pensionnaires : « Décidément, vous allez connaître tous mes anciens37 ! » Un autre type de source, plus rare et aussi peu élogieux, est conservé dans les archives des établissements, au milieu des liasses de papiers : les coupures de presse. Elles concernent d’anciens pensionnaires et relatent les faits divers malheureux dans lesquels ils se sont illustrés. Le Foyer fraternel de Beuzevillette apprend ainsi à la lecture du journal Liberté Dimanche que Jean-Jacques a assommé avec une louche sa grand-mère, qui l’a pourtant élevé, pour lui voler de l’argent, et a récolté de fait trois ans de prison38. Le Foyer Les Terrasses, quant à lui, est averti que Fabien dès sa sortie de prison, soit trois mois après avoir quitté l’établissement, est arrêté à dix-huit ans pour de multiples cambriolages, au cours de ce que les journalistes ont appelé « Le Drame des Damps39 » où l’un de ses complices a été tué. Très rarement – fort heureusement –, d’anciens pensionnaires peuvent même aller jusqu’au meurtre : tel est le cas d’Albert qui, cinq ans après son départ du Foyer du Val d’Aubette où il n’était resté que onze jours en 1952, fait parler de lui dans la presse locale car il a assassiné une hôtelière de Rouen. Il est condamné en mars 1958 aux travaux forcés à perpétuité40.

  • 41 Paris-Normandie, [1965], dossier personnel de [José], VA (Archives privées).
  • 42 Ibid.
  • 43 Ibid.
  • 44 Henri Michard, La délinquance des jeunes en France, Paris, La Documentation française, 1978, p. 12 (...)
  • 45 Paris-Normandie, op. cit.

37Ces nouvelles publiées dans la presse permettent quelquefois de reconstituer le parcours de plusieurs pensionnaires. Ainsi, un article de Paris-Normandie41 rapporte en détail l’itinéraire de José jusqu’à ce qu’il ait incendié, dans un délire alcoolisé, à l’âge de vingt-sept ans, une usine où il avait travaillé auparavant, ainsi que le domicile de ses ex-beaux-parents. Des extraits des témoignages aux assises de Rouen, où il est jugé, sont également rapportés, dont celui du directeur du Val d’Aubette, Henri Delboulle. Son portrait est soigneusement brossé pour tenter en quelque sorte de comprendre ce qui l’a amené à commettre ce geste. Pris en charge par le service d’Assistance à l’enfance à l’âge de neuf ans car ses parents, alcooliques, ont été déchus de leurs droits, il est élevé chez une nourrice à la campagne, puis placé en ferme. Souhaitant changer d’orientation, il est admis au Foyer du Val d’Aubette où il a séjourné de 1956 à 1958 sans poser de problème, avant de partir au service militaire en Algérie « où il se conduit remarquablement42 ». À son retour de l’armée, il épouse une jeune fille, mais se met très rapidement à boire – il l’accuse de lui être infidèle. Celle-ci demande le divorce et il se retrouve à la rue, « ivrogne et clochard, hôte des asiles de nuit aux jours fastes et plus souvent des bancs et des hangars43 ». L’avocat général réclame cinq à huit ans de prison. Compte tenu de « son enfance et de sa solitude », les circonstances atténuantes sont accordées et il est condamné à cinq années de réclusion. Nous sommes à nouveau face à l’exemple d’un jeune homme, dépressif et fortement fragilisé, qui éprouve énormément de difficultés à vivre en dehors d’une institution collective où il a été pris en charge très tôt et, par « abus d’établissement44 » et par manque de repères, sa réinsertion dans la société ne se fait pas sans mal. En effet, son comportement se dégrade seulement à partir du moment où il quitte l’armée et où il doit seul se prendre en charge. Henri Delboulle précise ainsi dans son témoignage qu’« il a cherché une sécurisation dans le mariage, une famille45 » qu’apparemment il n’a pas pu trouver.

  • 46 Un exemple d’étude sur la récidive des mineurs cf. Jean-Pierre Jurmand, « Bize : un médecin à l’Éd (...)
  • 47 Feuille de suivi, Foyer de Trigauville, 2 p., ms., DASEC (Archives privées).
  • 48 Ibid.

38Même si des dénouements plus heureux sont à signaler, ces cas de retours problématiques à la vie normale et les récidives46 soulignent les limites du placement et montrent combien la réadaptation des jeunes gens pris en charge est fragile. Les directeurs d’établissements spécialisés sont très tôt préoccupés par les limites de leur action et leur impossibilité officiellement d’accueillir des anciens pensionnaires en difficulté. Cette inquiétude est d’autant plus forte que ceux-ci se tournent, quand ils sont en situation de détresse, naturellement vers le seul point d’ancrage qu’il leur reste : le foyer. Ainsi, Bernard, le « zazou », est pupille de l’Assistance publique car sa mère est décédée et son père déchu de son autorité paternelle. Tout jeune, il a été placé en orphelinat, chez une nourrice qui battait ses sœurs, puis en apprentissage, au Foyer du Val d’Aubette, au Foyer Les Terrasses et à Trigauville. Ainsi, la plus grande partie de son enfance et de son adolescence s’est passée dans des établissements spécialisés. Alors « qu’il a tant critiqué le foyer47 », il éprouve le besoin de revenir régulièrement au Foyer de Trigauville, et ce, malgré le service de post-cure dont il bénéficie, pour manger les restes des repas en cachette dans les douches. Les éducateurs sont même obligés de le mettre parfois à la porte « parce qu’il a une forte tendance au chapardage48 ».

39Ainsi s’accumulent dans les dossiers personnels des extraits de vie témoignant du parcours des anciens pensionnaires. Quelques lettres sont parfois reçues au moment de la retraite d’anciens « placés », cherchant à récupérer des pièces administratives, comme des copies de bulletins de paie, mais elles sont souvent très laconiques et avares en informations détaillées. Beaucoup de dossiers personnels ne sont toutefois plus mis à jour dès le départ des jeunes et restent ainsi muets quant à leur devenir. Si le proverbe affirme « pas de nouvelle, bonne nouvelle », la réalité est bien plus complexe comme le démontre les parcours des mineurs que nous avons reconstitués dans différents établissements. Car l’absence d’information, difficile à collecter après le départ du jeune, suggère nombre d’interprétations, entre le dénouement heureux et son contraire. Ce qui est indubitable, cependant, c’est que le départ du foyer constitue une étape importante dans le cheminement du jeune, symbolisant tous les espoirs et matérialisant aussi toutes les angoisses.

Notes

1 Jacques Fresco, Les bagnes d’enfants, Dieu merci, ça n’existe plus !, Paris, Maspero, 1974, p. 53.

2 Âgé de trente ans et ayant connu plusieurs placements dans des établissements spécialisés, Daniel Thomas est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 1976 à la suite de plusieurs vols avec effraction, cinq viols avec violences et le meurtre d’une femme « dans des conditions particulièrement odieuses ».

3 Christian Hennion, « La faillite du contrôle social », Libération, 14 mai 1976.

4 Rapport d’accueil, 14 mai 1960, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact, DASEC (Archives privées).

5 Ibid.

6 Rapport de l’examen psychologique, 19 décembre 1962, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

7 Lettre de Guy Berland au juge des enfants, s. d., p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

8 Feuille de suivi, Foyer fraternel de Beuzevillette, 2 p., ms., DASEC (Archives privées).

9 Rapport d’accueil, 5 décembre 1959, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

10 Ibid.

11 Lettre du 27 mai 1958 de Guy Berland à une jeune voisine, 1 p., dact., DASEC (Archives privées).

12 Lettre du 12 juillet 1957 de Guy Berland, directeur du Foyer fraternel de Beuzevillette, aux voisins, p. 1, dact. DASEC (Archives privées).

13 Sur la honte sociale cf. Jean-Claude Vimont, « La honte sociale et l’historien », Histoire@Politique. Politique, culture, société, no 7, janvier-avril 2009, http://www.histoire-politique.fr.

14 Sören Kierkegaard.

15 Sur l’idée d’un « engrenage délictuel » cf. Jean-Claude Vimont, « La jeunesse des relégués (1942-1970) », in Jean-Claude Caron, Annie Stora-Lamarre, Jean-Jacques Yvorel, Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles). Actes du colloque international Besançon, 15-17 novembre 2006, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 341-353.

16 Rapport de comportement, décembre 1956, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

17 Ibid.

18 Lettre d’octobre 1958 de Guy Berland au juge des enfants, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

19 Lettre de décembre 1963 de René Hébert à [Jean-Luc], p. 1, dact., Foyer de Trigauville, DASEC (Archives privées).

20 Rapport d’observation, Toulouse, 24 février 1952, p. 1., dact., VA (Archives privées).

21 Rapport d’incident, 3 juillet 1954, Foyer du Val d’Aubette, 1 p., ms., VA (Archives privées).

22 Ibid.

23 Françoise Tétard, « Le phénomène blouson noir en France. Fin des années 50-début des années 60 », in Révolte et société, tome 2, Paris, Publications de la Sorbonne, 1989, p. 212.

24 Rapport d’éducation en milieu ouvert, 2 mars 1978, 6 p., dact., DASEC (Archives privées).

25 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, p. 279.

26 Fugues et non retours pour 1980, Foyer fraternel de Beuzevillette, s. d., 2 p., dact., DASEC (Archives privées).

27 Rapport moral pour l’année 1954, Le Logis Saint-François, 3 février 1955, p. 3, dact. (Archives privées).

28 Centre d’observation L’Éclaircie, Rapport de fonctionnement pour l’année 1958, p. 12-13, CAMT : Centre de Vaucresson, Fonds 17 C – 2002078, carton 16, Sous-fonds BRISSET (1902-1990).

29 Feuille de suivi, Foyer du Val d’Aubette, 1 p., ms., VA (Archives privées).

30 Rapport d’activité du foyer du Val d’Aubette, 1949-1951, p. 31, VA (Archives privées).

31 Lettre du 14 décembre 1959 de Guy Berland à [Lucien], 1 p., dact., DASEC (Archives privées).

32 Extrait de la lettre du 2 mai 1950 de [Jean-François] au directeur du Foyer du Val d’Aubette, cité dans le rapport d’activité du Foyer du Val d’Aubette, 1949-1951, 31 p., dact., VA (Archives privées).

33 Lettre du 27 février 1959 d’[Adrien] à Guy Berland, p. 4, ms., DASEC (Archives privées).

34 Ibid., p. 6.

35 Lettre du 12 mars 1959 d’[Adrien] à Guy Berland, p. 2, ms., DASEC (Archives privées).

36 Lettre du 13 avril 1959 de Guy Berland à [Adrien], p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

37 Lettre du 17 mars 1955 de Guy Berland à Mlle Hazard, Assistante sociale de la maison d’arrêt de Rouen, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

38 Liberté Dimanche, s. d., dossier personnel de [Jean-Jacques], DASEC (Archives privées).

39 Paris-Normandie, 30 novembre 1972, dossier personnel de [Fabien], LT (Archives privées).

40 Fiche de suivi, Foyer du Val d’Aubette, 1 p., ms., VA (Archives privées).

41 Paris-Normandie, [1965], dossier personnel de [José], VA (Archives privées).

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Henri Michard, La délinquance des jeunes en France, Paris, La Documentation française, 1978, p. 129.

45 Paris-Normandie, op. cit.

46 Un exemple d’étude sur la récidive des mineurs cf. Jean-Pierre Jurmand, « Bize : un médecin à l’Éducation surveillée ou les sciences de l’observation entre archaïsme et modernité », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Le Temps de l’Histoire, no 6, octobre 2004, p. 148.

47 Feuille de suivi, Foyer de Trigauville, 2 p., ms., DASEC (Archives privées).

48 Ibid.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540