Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Deuxième partie. Rencontre avec les pensionnaires des établissements spécialisés

Chapitre V. Le profil des jeunes pris en charge : à la recherche des causes de l’inadaptation

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple : Centre de formation et de recherche de l’Éducation surveillée, 500 jeunes délin (...)

1La recherche des causes de l’inadaptation et en particulier de la délinquance juvénile fait l’objet de débats animés et de théories diverses s’appuyant sur des études conduites au sein des services et des établissements spécialisés. Les experts de l’enfance mènent des enquêtes sur des échantillons déterminés, tel le Centre de recherche de l’Éducation surveillée de Vaucresson1, et avancent leurs hypothèses, chiffres et pourcentages à l’appui, intéressant souvent au premier chef les gouvernements fort préoccupés par cette question. Henri Joubrel rapporte à ce propos une anecdote témoignant de l’ébullition qui entoure le sujet :

  • 2 Henri Joubrel, Jeunesse en danger, Paris, Fayard, 1960, p. 27.

« Lorsque je me trouvais aux États-Unis, grand tapage était fait autour d’une étude menée par un ménage de sociologues qui, comparant des jeunes dits normaux et d’autres à la conduite déviée, avaient établi des “tables de prédiction de la délinquance juvénile”. D’autres chercheurs, à New York puis à San-Francisco, s’appliquèrent à me démontrer que ces travaux induisaient en erreur. Au Texas, on me présenta à un psychologue réputé ayant reçu de l’État des millions de dollars pour déterminer les causes de cette délinquance juvénile.
– Une chose est certaine, me dit-il. Je l’écoutai avidement.
– C’est qu’on ne sait rien2. »

2Hormis les causes exceptionnelles nées de la guerre – manque d’autorité paternelle, non-fréquentation scolaire, sous-alimentation provoquant un déséquilibre vital, pénurie à l’origine de vols et trafics, désordre psychologique, etc. – Henri et Fernand Joubrel avancent ce qu’ils appellent les « causes habituelles » de la délinquance juvénile. Ces constantes, que nous observons dans les écrits des spécialistes de l’époque, avec certes diverses interprétations, se retrouvent dans les rapports rédigés par les experts examinant les enfants placés dans les établissements spécialisés. Ces documents donnent l’opportunité d’appréhender le milieu d’où sont issus les pensionnaires et les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Ainsi, l’attention portée à l’habitat et aux quartiers « à problèmes », aux familles considérées comme défavorables voire pathogènes, aux loisirs et aux problèmes rencontrés dans leurs parcours scolaire et professionnel, sont autant d’éclairages sur les conditions de vie de la jeunesse dite inadaptée, plus largement de la jeunesse des classes populaires, et sur la manière dont celle-ci est perçue.

Géographie de la délinquance

  • 3 Henri et Fernand Joubrel, L’enfance dite « coupable », Paris, Bloud et Gay, 1950, p. 29.

3Les taudis figurent en bonne place parmi les causes de la délinquance juvénile car, outre les problèmes d’hygiène qu’ils supposent, ils sont censés jeter les enfants dans la rue et les adolescents dans les cafés, lieux propices aux mauvaises fréquentations3. À mesure que la reconstruction avance, ils sont remplacés par les grands ensembles, déplaçant dès lors les populations concernées des quartiers difficiles vers les périphéries, ce qui est sujet à de nombreux débats impulsés en premier lieu par les sociologues.

La stigmatisation des quartiers populaires : des baraquements et des taudis aux grands ensembles

  • 4 M. Lamotte, « Importance de l’habitat dans le domaine de l’inadaptation juvénile », Sauvegarde de (...)
  • 5 Ibid.

4L’étude de la commission présidée par M. Lamotte, directeur départemental de la Population et vice-président de l’Association régionale d’Angers, souligne l’importance de l’habitat dans le domaine de l’inadaptation juvénile4. Ses travaux ont été rendus publics au cours du IIIe congrès de l’UNAR sur Les Aspects de la prévention de l’inadaptation juvénile et du dépistage des inadaptés qui s’est tenu à Marseille en octobre 1951. Elle s’appuie sur les dossiers des enfants admis dans les centres d’observation et de rééducation ou ceux des mineurs faisant l’objet d’une mesure de protection de l’autorité judiciaire ou administrative. Cette commission a été très frappée du fait que, à côté des carences des parents dans l’éducation des enfants, existent très souvent des conditions d’habitat très défectueuses. Ainsi, « à la pièce unique correspond la plus forte délinquance5 ». Même si, selon le rapport, le logement est un facteur certain de la délinquance juvénile, il n’est pas la seule explication de l’inadaptation :

  • 6 Ibid.

« Le milieu familial joue un rôle primordial dans l’inadaptation, et le logement n’a d’influence sur l’enfant qu’en tant qu’il perturbe ce milieu. Il est d’ailleurs souvent difficile d’établir nettement si le taudis est fonction du milieu familial ou le milieu familial fonction du taudis6. »

  • 7 Ibid.

5La commission souligne d’ailleurs à ce propos que l’amélioration seule de l’habitat ne semble pas devoir donner des résultats satisfaisants. Elle explique que certains quartiers de taudis ont été démolis, et les familles relogées dans des cités de baraquement situées dans la banlieue immédiate de la ville de Saint-Nazaire. Elle a été aussi surprise d’observer que « si les familles déficientes ne savent pas tirer parti d’un logement simple et sain mis à leur disposition, elles font un usage absolument inattendu des mesures de confort plus raffinées7 ». Elle signale par exemple que certaines familles, vivant dans ces maisons préfabriquées pourvues d’une salle de bains, utilisent la baignoire pour mettre le charbon ou élever des lapins. Cette expérience renforce la conviction de la commission qu’il est nécessaire de faire appel à une monitrice d’enseignement ménager pour leur expliquer comment tenir leur intérieur.

6Le Pr Lafon insiste également sur l’importance de l’habitat dans l’inadaptation et sur le tropisme des quartiers « pathogènes » regroupant des personnes aux caractères communs :

  • 8 Pr Lafon, Mlle Michoud, « Habitat, quartier, ville et inadaptation juvénile », Sauvegarde de l’Enf (...)

« Toute inadaptation comporte, à côté des éléments structuraux et évolutifs individuels et familiaux et des données circonstancielles, un climat psychologique et même moral tenant à l’ambiance collective, conditionné bien souvent par le type d’habitat ou le groupement des habitats. Celui-ci n’est pas obligatoirement facteur d’inadaptation, mais plus simplement, conséquence ou élément d’attraction pour tel ou tel type d’inadapté. Certes, il est vrai qu’à l’heure actuelle on se loge où on peut, mais nous croyons cependant qu’il existe, à côté des conditions matérielles, un tropisme psychologique de quartier tendant à grouper des types du même genre de vie et un dynamisme psychogénique de secteur de l’habitat assimilant et façonnant plus ou moins tous ceux qui s’y trouvent, même sans y avoir été attirés8. »

  • 9 Jean-Marie Cipolat-Gotet, « La gestion des immeubles dangereux à Rouen dans les années 1950-1960 » (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Jean-Claude Marquis, Les camps cigarette : les Américains en Haute-Normandie à la Libération, Roue (...)
  • 12 John Barzman (dir.), Gonfreville L’Orcher 1947-1980. Mémoire des cités, Fécamp, Édition des Falais (...)
  • 13 Bernard Nicolle, « Mémoire de la forêt de Montgeon », Recueil de l’Association du Vieux Havre, no (...)

7Cette problématique de l’habitat prend une vigueur nouvelle à la Libération car les destructions amplifient les difficultés de logement qui étaient déjà très présentes dans l’entre-deux-guerres. Rappelons que l’on dénombre au Havre 12 500 immeubles détruits et 80 000 sinistrés et à Rouen environ 8 000 logements à reconstruire et 40 000 sinistrés. Dès lors, aux problèmes posés par les taudis surpeuplés s’ajoute celui qui consiste à reloger les sinistrés et à accueillir la main-d’œuvre qui afflue pour aider à la reconstruction. Des solutions d’urgence sont alors mises en place rapidement en vertu de l’ordonnance du 11 octobre 1945 qui prévoit notamment l’érection de logements provisoires9. Comme la plupart des villes sinistrées, Rouen et son agglomération voient ainsi les espaces libres et les boulevards se couvrir de baraquements. Ils sont au nombre de cinq cents pour la « capitale de la Normandie » et de plus d’un millier pour sa banlieue10. Le phénomène est encore plus répandu au Havre – les besoins y sont plus importants – et prend une physionomie particulière. Hormis les 3 000 baraquements émergeant sur les surfaces déblayées de leurs gravats, la mairie utilise à partir de 1947 certains camps de transit destinés aux soldats américains mis en place après la libération du Havre le 12 septembre 1944 et laissés à l’abandon depuis leur départ en avril 194611. Le plateau du pays de Caux et surtout les environs du Havre – qui a vu passer plus de trois millions de soldats américains – est parsemé entre autres de huit « camps cigarette », désignés sous ce terme en référence au nom de marques de cigarettes qu’ils portent : Lucky Strike, Pall Mall, etc. Les camps Philip Morris à Gonfreville l’Orcher12 et Herbert Tareyton dans la forêt de Montgeon13 sont ainsi aménagés et accueillent chacun, après le départ des troupes américaines dont les graffitis ornent encore actuellement plusieurs troncs d’arbres, deux à trois mille personnes jusqu’au milieu des années 1960. Le manque de commodités et la promiscuité caractérisent ces baraquements de bois ou recouverts de tôle qui comptent une à deux pièces et seront équipés très tardivement de l’électricité et de l’eau courante.

  • 14 Feuille de suivi, Foyer de Trigauville, 2 p., ms., DASEC (Archives privées).
  • 15 Marie-Thérèse Join-Lambert (dir.), Politiques sociales, Paris, Presses de Sciences Po et Dalloz, 1 (...)
  • 16 Manuel Boucher, « Turbulences, pacification et régulation sociale : les logiques des acteurs socia (...)

8Les éducateurs soulignent l’inconfort de ces logements où ont habité certains de leurs pensionnaires tel Francis, dix-sept ans, placé en 1964 au Foyer de Trigauville, dont la famille composée d’une dizaine de personnes vit dans un baraquement de vingt-cinq à trente mètres carrés à Gonfreville-l’Orcher14. Disposant de commerces divers, d’une église voire d’un poste de police, les habitants de ces cités provisoires sont ensuite progressivement relogés soit à la campagne, soit, le plus souvent, dans les immeubles HLM qui ont fleuri en banlieue et sur les hauteurs de l’agglomération du Havre. C’est le cas de Gérard, quinze ans, admis au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1963 après un séjour à la maison d’arrêt pour vol. Il a vécu avec sa mère et ses sœurs dans la forêt de Montgeon jusqu’en 1957, puis dans un appartement au quatrième étage d’un HLM. Le rapport d’accueil souligne le progrès que représente ce déménagement dans un logement plus spacieux et conventionnel. Toutefois, se concrétisent rapidement les limites de ces habitations. Si elles proposent certes tout le confort moderne, elles sont construites avec des matériaux bon marché en périphérie des villes sur des surfaces restreintes, permettant de limiter les coûts mais ne disposant pas véritablement d’aménagement sur place15. Ces grands ensembles édifiés pour faire face à la crise du logement, sont souvent excentrés, mal reliés au centre-ville et concentrent une forte proportion de ménages défavorisés que les classes moyennes, accédant par ailleurs à la propriété plus facilement à la fin des années 1960, fuient au fur et à mesure que la situation s’enlise avec la crise économique, sonnant ainsi la fin des Trente Glorieuses. Ces quartiers populaires en banlieue sont alors présentés dans les médias comme des « “zones de non droit”, des zones de règlement de compte entre jeunes organisés pour le contrôle de territoires de deal. Motivés par un “patriotisme de cité”, les jeunes feraient la loi en défendant leur honneur et leur business contre tous les intrus quels qu’ils soient16 ». L’exemple de l’aménagement du quartier est de Rouen et du relogement d’une grande partie de ses habitants en périphérie de la ville illustre concrètement comment s’est opéré le déplacement des actes délinquantiels depuis les taudis et les baraquements vers la banlieue.

La Croix-de-Pierre à Rouen : un repaire de délinquants ?

  • 17 Sophie Victorien, « L’école de la rue dans le quartier de la Croix-de-Pierre à Rouen après la Seco (...)
  • 18 Michel Quoist, La Ville et l’Homme. Rouen. Étude sociologique d’un secteur prolétarien, Paris, Édi (...)
  • 19 Les clichés photographiques, dont l’auteur est Henri Salesse, ont été publiés également dans deux (...)

9Le quartier de la Croix-de-Pierre est considéré après la Seconde Guerre mondiale comme l’un des hauts lieux de la délinquance à Rouen et ce, jusqu’à ce qu’une véritable politique de réhabilitation du secteur est de la ville soit mise en place dans les années 197017. Dans ce quartier populaire où vivent en majorité des familles nombreuses dans des logements exigus, la misère, l’alcoolisme et la délinquance se côtoient au quotidien. Les chiffres des recensements de l’INSEE sont éloquents quant aux difficultés rencontrées par les habitants. De même, la presse locale publie régulièrement des articles dénonçant les conditions de vie et les problèmes que suscite la Croix-de-Pierre. Une étude sur la « vie de ce secteur prolétarien » aboutit en 1952 à la publication d’un ouvrage18 illustré de photographies provenant du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme19, qui réalise plusieurs enquêtes de ce type dans toute la France de 1945 à 1979 pour dresser un premier bilan des destructions liées à la guerre.

La place de la Croix-de-Pierre : le centre du quartier (1951).
Source :© MRU-Henri Salesse

  • 20 Entretien avec René et Rolande Fromont, le 26 juin 2007.

10Comme le souligne Michel Quoist dans son précieux ouvrage sur le secteur est de Rouen, la place de la Croix-de-Pierre se présente comme un centre de rassemblement et d’influence, le point central du quartier où l’on se donne rendez-vous20 : c’est le lieu où convergent les rues du quartier, où les habitants vont chercher l’eau à la fontaine et où les nombreux commerces offrent toutes sortes de marchandises.

11Les loisirs y sont présents également grâce entre autres aux douze cafés et au cinéma La Renaissance, « la R’naisse » comme disent les habitants du quartier. Mais la place est surtout le lieu de constitution et de rencontre des bandes de jeunes s’y retrouvant tous les soirs. Michel Quoist en fait d’ailleurs une description très vivante qui témoigne de l’importance de cette place dans la structuration du quartier :

  • 21 Michel Quoist, op. cit., p. 231.

« Ainsi, là, parmi les cris des gosses qui se poursuivent, et ceux de la marchande de journaux du soir, les interpellations des groupes et les avertissements de la sonnette du tramway, au milieu des bandes de jeunes qui se font et se défont, des contingents d’ouvriers qui rentrent du travail et des ménagères qui s’attardent aux courses, dans un rythme endiablé à midi, et plus calme le soir, la vie, toute la vie intense d’un quartier prend sa source et aboutit, formant petit à petit une espèce de Grand Tout vivant dont on dépend et que l’on aime, une manière d’âme collective qui anime le quartier et ceux qui le constituent21. »

  • 22 Entretien avec René et Rolande Fromont, op. cit.

12Le quartier apparaît donc comme un centre animé et se suffisant à lui-même, mais il est toutefois marqué par l’insalubrité et la misère. La population de la Croix-de-Pierre est en effet principalement ouvrière et pauvre. Selon le recensement de 1954, les ouvriers non qualifiés y sont majoritaires (29,7 %), contrairement au reste de la ville. De plus, une grande partie des dockers rouennais – deux cent vingt environ – y ont élu domicile. Ils ont d’ailleurs leurs bars où ils constituent leurs équipes de travail et se détendent après avoir touché leur salaire et leurs indemnités. Ainsi, le nom du café Au retour du 112 est une référence à l’adresse du bureau de paie hebdomadaire du port de Rouen situé sur l’avenue du Mont-Riboudet22. Les commerçants et les artisans sont également présents et bien intégrés dans le quartier. Les relations quotidiennes avec ces derniers, grâce au système répandu des achats fragmentaires par petites quantités qui a tant étonné Michel Quoist – deux ou trois cigarettes, un quart de vin, un demi paquet de gâteaux, etc. – sont relativement cordiales, certains n’hésitant pas à proposer des arrangements en cas de difficulté de paiement.

13Les conditions de logement des familles sont très précaires. Les ruelles étroites et les vieux immeubles à pans de bois de plusieurs étages bâtis autour de cours intérieures sont certes pittoresques mais insalubres.

  • 23 Sur la société la Grande Famille Rouennaise et son action, cf. Ingrid Stalin-Caron, De l’assistanc (...)

14De plus, le recensement de l’INSEE de 1954 montre que 17,4 % des logements du secteur sont en état de surpeuplement critique contre 14,4 % dans l’ensemble de la ville. Ce problème n’est pas récent, mais il s’est accentué avec les bombardements du centre-ville : ainsi la Grande Famille rouennaise23, cet habitat communautaire construit dans l’entre-deux-guerres rue des Capucins à l’emplacement de l’ancien couvent des Ursulines, abrite soixante-cinq familles nombreuses. Les habitants du quartier l’ont surnommée la « Cour des Miracles ».

Une cour intérieure dans le quartier de la Croix-de-Pierre (1951).
Source : © MRU-Henri Salesse

15La taille des foyers est quant à elle très importante : en moyenne, plus de quatre familles sur dix ont cinq enfants et plus ; dans trois familles sur dix, le père est absent – départ ou décès – et l’éthylisme touche 37 % des familles. Les conditions sanitaires sont tout autant alarmantes, toujours selon le recensement en 1954 : moins de la moitié des logements disposent de l’eau courante, un cinquième seulement est équipé de WC particuliers, un sur dix est doté de baignoires, douches ou lavabos. En conclusion, 47 % des familles disposent d’un logement qualifié de médiocre et 24 % de taudis. en raison de cette importante promiscuité, la rue devient alors pour les enfants une aire de jeux où l’on apprend à se débrouiller au sein de la bande de copains.

La Grande Famille rouennaise (1951).
Source : © MRu-Henri Salesse

16L’ensemble de ces caractéristiques confère à ce quartier une image de ghetto : les Rouennais et les autorités portent sur la Croix-de-Pierre et ses habitants des jugements défavorables. le secteur est considéré comme insalubre et misérable : un repaire de voyous. Ces observations marquent la mentalité des habitants et leur donnent un sentiment d’appartenance spécifique tel, qu’ils vont jusqu’à rejeter toute personne étrangère au quartier. le « bourgeois » s’aventurant ici est fréquemment interpellé et provoqué par des groupes de jeunes qui le traitent en intrus. Par ailleurs, les affrontements avec les bandes des autres quartiers ne sont pas rares, comme se souvient René Fromont, ancien éducateur né en 1937, originaire de la Croix-de-Pierre :

Un exemple d’intérieur à la Croix-de-Pierre (1951).
Source : © MRU-Henri Salesse

  • 24 Entretien avec René et Rolande Fromont, le 12 juin 2007.

« On était un ghetto et, à cette époque-là, on était fiers d’être les représentants d’un quartier. Nous, on était les Blousons noirs de la Croix-de-Pierre, et puis on se battait contre le quartier de Darnétal, on se battait contre le quartier de Saint-Hilaire. On défendait nos quartiers, c’était l’apprentissage, l’identification à la pègre, c’était un peu ça24. »

  • 25 Michel Quoist, op. cit., p. 91.
  • 26 Délinquance juvénile en bandes dans le quartier de la Croix-de-Pierre à Rouen, AREJ, 1970, p. 3., (...)
  • 27 Ibid.
  • 28 Entretien avec René et Rolande Fromont, op. cit.
  • 29 Ibid.
  • 30 Le retard de la reconstruction de la ville de Rouen suscite nombre de critiques, alors que Le Havr (...)

17La délinquance et l’asociabilité agressive ont longtemps caractérisé ce quartier. Michel Quoist a ainsi analysé toutes les entrées des hommes à la maison d’arrêt de Rouen pendant l’année 1949. Il justifie cette étude par le fait qu’« un fort groupe d’habitants du secteur sont des délinquants. Ils soulèvent des problèmes assez déterminés, ils influencent suffisamment l’atmosphère de ce secteur pour que nous lui consacrions une étude particulière25 ». L’auteur en arrive à la conclusion que le taux des entrées à la maison d’arrêt est de deux à trois fois supérieur par rapport au reste de l’arrondissement de Rouen. Dans un bilan sur la délinquance juvénile en bande dans le quartier de la Croix-de-Pierre, datant de 1970, le club de prévention explique que « dans un contexte extrêmement pauvre et angoissant aussi bien du point de vue de l’habitat et de la famille que du point de vue socioprofessionnel, la plupart des jeunes ont des comportements asociaux : agressions, violences, vols, ébriété fréquente26 ». Il ajoute que « vivant à la Croix-de-Pierre, un jeune a soixante-dix chances sur cent de devenir délinquant27 ». René Fromont rappelle ainsi que « la pègre étaient installée dans le quartier28 » où la prostitution s’est développée autour de la caserne militaire et suite au passage des troupes allemandes puis américaines. La Croix-de-Pierre est « le lieu où il y avait les échanges de filles, les échanges d’argent, les jeux d’argent29 ». Alertée à plusieurs reprises sur les problèmes que pose ce quartier, la municipalité tente d’y remédier en s’attaquant à la rénovation des habitations. Sa mise en place très lente30.

La rue : une aire de jeu (1951).
Source : © MRU-Henri Salesse

La réhabilitation de la Croix-de-Pierre et les nouveaux secteurs de délinquance

  • 31 Céline Conseil, Village Croix-de-Pierre, étude de la sociabilité dans un quartier rouennais, mémoi (...)
  • 32 Jean-Marie Cipolat-Gotet, op. cit., p. 189 ; Sur la reconstruction de Rouen cf. Jean-Marie Cipolat (...)

18Quartier populaire marqué par une forme de marginalité et des problèmes sanitaires prégnants, la Croix-de-Pierre fait l’objet de plusieurs projets de rénovation qui sont très lents à mettre en place. En 1963, l’avenue de la Porte-des-Champs est tracée, coupant ainsi le secteur est de Rouen en deux et contribuant à isoler davantage la Croix-de-Pierre. En 1973, le chantier du Conservatoire est engagé à la place de l’immeuble de la Grande Famille et celui du lycée Jeanne d’Arc rue Sainte-Geneviève-du-Mont terminé en 197431, tandis que les premières destructions d’immeubles laissent derrière elles des terrains vagues et que les immeubles dangereux sont laissés à l’abandon aux mains des squatters dont l’évacuation n’est pas aisée « compte tenu des risques de troubles à l’ordre public32 ».

  • 33 Céline Conseil, op. cit., p. 34.
  • 34 Ibid., p. 41.

19Il faut attendre les années 1970 pour que la municipalité envisage réellement une politique de réhabilitation consistant non plus à détruire et faire du neuf mais à rénover les immeubles existants33. La Ville se charge ainsi des immeubles présentant des risques au point de vue de la salubrité et de la sécurité publique et incite parallèlement les propriétaires à rénover ou à vendre leurs biens34. En 1974, elle fait notamment appel au club de prévention de l’Association rouennaise d’éducation de la jeunesse pour réaliser une enquête auprès des familles du quartier afin de connaître leur avis sur la question. Mais le résultat de la réhabilitation ne sera pas conforme aux attentes de l’association et des habitants qui ne souhaitent pas quitter la Croix-de-Pierre.

  • 35 Jean-Marie Cipolat-Gotet, op. cit., p. 187.

20En effet, pendant la restauration des immeubles, une grande partie des habitants est transférée à proximité dans des immeubles HLM, rue Marin-le-Pigny où cinq cents logements sont construits à la place de ceux démolis35 et dans les grands ensembles sur la rive gauche et les hauteurs de Rouen dont la construction a commencé en 1956. Thérèse Eude, alors surveillante chef du service ORL au CHU de Rouen qui a bien connu ce quartier, se souvient :

  • 36 Entretien avec Thérèse Eude, le 24 mars 2005.

« C’est là où on a mis tous ces pauvres gens qui habitaient rue Eau de Robec, etc. aux Sapins, où ils ont trouvé l’air bien sûr, mais ils ont trouvé aussi la promiscuité. […] je me souviens de personnes qui ont pleuré pour aller habiter là, en disant : “Mais pourquoi est-ce qu’on nous envoie là-haut, alors qu’on est si bien chez nous ?” [Pourtant les conditions de logements] étaient précaires. Mais le quartier, l’atmosphère, sûrement que ce n’était pas du tout comme là-haut. Là-haut, on a vu des gens qui vraiment n’étaient pas heureux et dans leur sordidité en bas, ils étaient heureux36. »

  • 37 Réflexions des éducateurs et du responsable pédagogique de l’AREJ après trois années de travail su (...)

21La municipalité avait assuré aux habitants qu’ils pourraient revenir dans leur quartier. Cependant, le jeu des promoteurs immobiliers, l’augmentation des loyers et la taille des nouveaux appartements, insuffisante pour accueillir les familles nombreuses, font que beaucoup d’entre eux sont restés dans les immeubles HLM en périphérie de la ville et surtout, dans le cadre du programme social de relogement, dans le quartier des Sapins dont la construction est terminée depuis 1961 et qui comprend trois cent trente-huit logements répartis en huit immeubles. En 1971, l’antenne de l’Association rouennaise d’éducation de la jeunesse37 constate, après trois années d’activité, des signes d’isolement et des difficultés d’intégration parmi les familles.

  • 38 « Zone d’aménagement concerté », qui succède aux « Zones à urbaniser en priorité » (les ZUP).
  • 39 Entretien avec Max Pichon, op. cit.
  • 40 Didier Doray, Qu’est-ce qu’un quartier à problème ? Le quartier des Sapins dans l’agglomération ro (...)

22Dès lors, la carte des quartiers « sensibles » évolue progressivement vers la banlieue rouennaise. Sont ainsi identifiés comme tels ceux du Château Blanc et de la Houssière à Saint-Étienne-du-Rouvray, les cités verte et rose à Canteleu, la ZAC38 de Darnétal, Oissel, Maromme, enfin pour Rouen, la Sablière – dont la réputation est des plus détestables39 – et Les Hauts de Rouen comprenant Les Sapins – subdivisé en Vieux Sapins et Châtelet – et la Grand-Mare à laquelle il faut associer La Lombardie40.

  • 41 Thibault Tellier, « Les jeunes des ZUP : nouvelle catégorie sociale de l’action publique durant le (...)
  • 42 Christine Mengin, « La solution des grands ensembles », Vingtième siècle, 1999, vol. 64, no 1, p.  (...)
  • 43 Manuel Boucher, op. cit., p. 112.

23Ces quartiers éloignés du centre-ville et mal desservis, sont composés de grandes barres de béton qui résistent difficilement à l’épreuve du temps et sont confrontés à l’absence ou à l’insuffisance de services et d’équipements. Le « malaise des banlieues » croît à mesure que la population, majoritairement jeune et peu qualifiée, est touchée par le chômage. Si ces grands ensembles ont pourtant suscité l’enthousiasme dans un premier temps, les critiques se multiplient très tôt, notamment celles des sociologues, associant le développement de la délinquance juvénile à ce type d’habitat collectif, « producteur de déviance sociale41 ». Construits pendant les Trente Glorieuses pour faire face à la crise du logement, améliorer les conditions de vie des Français et moderniser l’aménagement du territoire42, ces grands ensembles voient leur image se dégrader progressivement. Dès les années 1970, ils deviennent les nouveaux « ghettos », où se développent les activités illicites, les trafics en tout genre, les faits divers et les émeutes que relaient et mettent en scène les médias, surtout depuis les échauffourées des Minguettes en 1981. Manuel Boucher relativise cependant cette image et insiste sur le fait que « ces quartiers populaires sont donc bien des espaces de relégation, néanmoins il ne s’agit pas de zones de non droit complètement dérégulées43 ».

  • 44 Didier Doray, op. cit.

24L’étude de Didier Doray, ancien directeur de l’Association rouennaise d’éducation de la jeunesse, sur les quartiers à problèmes de l’agglomération rouennaise des années 1960 aux années 1990, souligne les difficultés de ces cités44. Dans le cadre de sa formation pour le diplôme supérieur de travail social (DSTS), il s’est penché sur la question des « quartiers à problèmes » de Rouen et de son agglomération. À partir des recensements de l’INSEE de 1962 à 1990, il a analysé les caractéristiques de ceux-ci par rapport au reste du territoire. Il s’appuie à la fois sur la taille et la composition des familles, les critères démographiques, socioprofessionnels et sur les caractéristiques du logement. L’analyse de ces données combinée à sa bonne connaissance du terrain, lui permet de « détecter » les quartiers difficiles et de comprendre la situation de ces derniers :

  • 45 Entretien avec Didier Doray, le 20 novembre 2006.

« Je me suis aperçu que les deux facteurs principaux d’explication de la situation de ces quartiers, c’étaient la combinaison de la démographie et des ressources socioprofessionnelles. Quand on avait une démographie très lourde, avec beaucoup d’enfants et très peu de ressources professionnelles, on avait un déséquilibre complet et on était dans ce type de quartier.
Par contre, il pouvait y avoir des situations à partir d’une charge démographique très lourde, mais avec des ressources socio-professionnelles suffisantes, comme c’était le cas de la Grand-Mare à une époque, il y avait encore beaucoup de familles (ça a changé depuis) de catégories moyennes et supérieures en proportion importante ; ça fonctionnait puisque la taille des familles était compensée par la richesse socioprofessionnelle des parents. Donc, ça ne fonctionne que quand les deux facteurs, démographique et socioprofessionnel, sont combinés de manière défavorable45. »

  • 46 Guy Pessiot, Histoire de Rouen en 1 000 photographies. 1958-1983, Rouen, Éditions du P’tit Normand (...)
  • 47 Didier Doray, op. cit., p. 55.
  • 48 Ibid., p. 56.
  • 49 Entretien avec Didier Doray, op. cit.

25L’exemple de « La Banane » illustre clairement l’évolution de la composition de la population dans les grands ensembles. Cet immeuble mesurant trois cent quatre-vingt-dix mètres de long et comportant vingt et un escaliers et trois mille fenêtres, abrite deux cent dix familles46. Il relie le quartier de la Lombardie à celui du Châtelet. Ainsi, en 1962, 20 % de la population appartenait aux catégories socioprofessionnelles moyennes et supérieures. En 1975, les classes supérieures sont désormais absentes et restent les cadres moyens dont la proportion s’est réduite de 8 à 3 % en 198247. À cette même date, sur l’ensemble des quartiers des Hauts de Rouen, Didier Doray relève 23 à 31 % de familles nombreuses, jusqu’à 29 % de familles monoparentales et 30 % de chômage48. Même s’il reconnaît l’importance des facteurs culturels, Didier Doray estime qu’ils sont subordonnés aux caractéristiques socioprofessionnelles. Par ailleurs, lorsqu’il a commencé à travailler dans le quartier des Sapins, il a remarqué une forte proportion de Maghrébins par rapport à la Croix-de-Pierre, la reconstruction du pays et la décolonisation ayant entraîné un afflux de main-d’œuvre immigrée qui a majoritairement été logée dans les grands ensembles. Or, même s’il faut en tenir compte, il estime que le fait que ces banlieues soient des « lieux d’immigration » n’est pas le facteur d’explication principal de leur marginalité mais un mode d’expression de celle-ci. Les problèmes que posent les jeunes dans ces quartiers populaires sont donc dépendants du modèle éducatif dans lequel ils évoluent49. Cependant, une grande partie des familles de ces derniers sont fortement fragilisées par des difficultés économiques très importantes que la crise a amplifiées jusqu’à les entraîner de la marginalité à l’exclusion.

Un milieu familial perturbé

  • 50 Henri Joubrel, Mauvais garçons de bonnes familles. Causes, effets, remèdes de l’inadaptation des j (...)

26Qu’ils soient placés au titre de l’enfance en danger ou de l’ordonnance du 2 février 1945 sur la jeunesse délinquante, la consultation des dossiers individuels des pensionnaires dévoile un milieu familial souvent peu propice à leur épanouissement et légitimant, selon les services sociaux ou le juge des enfants, le placement dans une institution spécialisée. Quel que soit le motif de placement, la réitération de caractéristiques communes aux familles des jeunes placés, associant entre autres difficultés socio-économiques, alcoolisme, carences éducatives et violences, est soulevée par les experts de l’enfance même si les « mauvais garçons de bonnes familles50 » sont également signalés.

Les rapports des experts de l’enfance

  • 51 Thematic Apperception Test.
  • 52 Sur les examens médico-psychologiques, cf. Ludivine Bantigny, « Sciences du psychisme et centres d (...)

27Dans les rapports d’accueil et d’observation produits par les établissements, plusieurs rubriques reviennent régulièrement. L’aspect physique, le comportement et la santé du pensionnaire sont scrupuleusement décrits car ils peuvent expliquer son comportement ou révéler des difficultés particulières. Le poids, la taille, les maladies et accidents, le sommeil et le réveil, l’hygiène, la tenue à table, les réactions physiques face aux contrariétés, la sexualité, tout est soigneusement analysé dans cette recherche alliant diagnostic et pronostic sur le jeune. Les rapports des neuropsychiatres, en plus des résultats des divers examens – tests projectifs Rorschach, TAT51, etc.52 –, permettent de connaître l’entourage – maladies des grands-parents et parents notamment, état social de la famille, habitat, etc. – et le parcours médical du jeune depuis le déroulement de la grossesse et de l’accouchement, en passant par les vaccinations et les interventions chirurgicales, jusqu’aux troubles physiques. Les tics, le bégaiement, l’onychophagie et l’énurésie – ces deux dernières étant très fréquentes dans les dossiers consultés – sont à chaque fois signalés dans les rapports car ils témoignent généralement d’un mal-être voire de traumatismes. De même, les médecins et les éducateurs sont très attentifs aux signes pouvant révéler des maltraitances. Les capacités mentales du pensionnaire – test d’intelligence Binet-Simon et test de Terman ou Wechsler-Bellevue pour le quotient intellectuel, examen psychotechnique –, le parcours scolaire et l’activité professionnelle sont également présentés. L’objectif de ces examens est de pouvoir orienter correctement l’adolescent et de lui proposer une formation ou un métier adapté à ses capacités et à ses envies.

  • 53 Marc Renneville, Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, (...)
  • 54 Ibid., p. 227 ; Frédéric Carbonnel, Aliénistes et psychologues en Seine-Inférieure de la Restaurat (...)
  • 55 L’influence du milieu social est désormais bien différente de celle exposée auparavant par Lacassa (...)
  • 56 Nadine Lefaucheur, « Psychiatrie infantile et délinquance juvénile. Georges Heuyer et la question (...)

28Ces rapports débutent toujours par le « passé » du pensionnaire et ses antécédents. Cette rubrique est généralement informée à partir de ce que le jeune a bien voulu révéler, mais surtout à partir des enquêtes sociales, jusqu’à reprendre parfois mot pour mot des extraits du compte rendu des assistantes sociales où pointe d’ailleurs régulièrement le regard moralisateur de certaines d’entre elles. Sont ainsi rapportés en détail la composition de la famille, le budget, l’état du logement, l’histoire de la famille, les visites, les renseignements recueillis auprès de « personnes dignes de foi » sur chacun des membres, l’histoire du mineur, sa santé et ses antécédents, sa scolarité, son comportement dans la famille et dans le voisinage, ses loisirs. Il ne s’agit plus de s’appuyer sur l’idée de criminalité constitutionnelle, inspirée par la théorie de l’atavisme de l’école italienne53 ou de la dégénérescence de l’école française54, mais bien d’analyser l’influence du milieu social55 défendu par les sociologues, à laquelle se mêle parfois dans les rapports la recherche de dispositions héréditaires56 pour expliquer le comportement des jeunes inadaptés.

29Le dossier individuel propose par conséquent un regard croisé sur le mineur – avec toutes les limites que suppose ce type d’examens et de rapports – et sert de base à l’action rééducative des établissements spécialisés. Il s’enrichit également au cours du séjour du pensionnaire des rapports de comportement permettant d’observer l’évolution de l’attitude du jeune et de ses relations avec sa famille. Les fiches de suivi, tenues à jour de manière plus ou moins régulière par les éducateurs, servent de base à l’élaboration de ces comptes rendus. Toutefois, le résultat de ces « analyses » produites par les éducateurs n’est pas toujours à la hauteur des attentes du directeur, car elles relèvent parfois davantage du jugement moral que de l’examen mené en toute objectivité.

30En prenant par conséquent toutes les précautions nécessaires et en croisant les informations issues des rapports avec la correspondance, se dessine le contexte familial de ces jeunes pensionnaires, placés pour échapper à l’influence de leur milieu qualifié de pathogène.

Les difficultés et les violences du milieu familial

  • 57 Georges Heuyer, La délinquance juvénile, Paris, PUF, 1969, p. 71.

31Le placement des jeunes délinquants ou en danger relève d’un souci de protection et de rééducation sous-tendu par l’idée, après enquête, que le milieu familial est jugé défaillant. De fait, les pensionnaires que nous retrouvons dans les établissements spécialisés appartiennent dans leur ensemble à un milieu aux difficultés souvent très prégnantes. Outre les conditions socio-économiques – lorsqu’ils exercent une profession, les parents des pensionnaires sont essentiellement des travailleurs manuels peu qualifiés –, la dissociation familiale – parents vivant en concubinage, divorcés ou séparés, un ou les deux parents décédés, abandon total57 – et l’alcoolisme sont désignés comme les principaux facteurs de déséquilibres pour les adolescents.

32Les carences éducatives de la famille, sont donc mises en avant dans les rapports, et surtout la violence dont le jeune est parfois la victime désignée. La brutalité des punitions corporelles imprime sa marque sur le corps des jeunes maltraités. Les hématomes et les cicatrices sont autant d’indices dévoilant les abus dont ces jeunes font l’objet, mais dont beaucoup ne veulent pas parler. Ces stigmates révèlent non seulement les carences éducatives du milieu familial où l’alcoolisme côtoie très souvent les coups, mais aussi l’impuissance de certains parents à se faire entendre par la parole et la normalisation de l’usage des punitions corporelles au sein de la famille.

  • 58 Rapport d’accueil, 12 septembre 1977, Foyer fraternel de Beuzevillette, 6 p., dact., DASEC (Archiv (...)

33Certains, impuissants face à la conduite de leur fils, recourent parfois à des châtiments corporels très violents. Ainsi, Habib, quinze ans, est admis au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1977, pour des petits vols, non pas au titre de l’ordonnance du 2 février 1945 mais au titre de la protection de l’enfance. En effet, pour empêcher son fils de sortir et de commettre de nouveaux vols, son père avait pris l’habitude de lui faire porter des chaînes aux chevilles avec un cadenas, ce qui provoquait les moqueries de ses frères et sœurs58. D’autres rapports mentionnent des cas de violences exercées par des pères dépassés par l’attitude de leurs fils, et qui, à bout d’arguments, les rouent de coups. Les divers rapports mentionnent donc ces maltraitances exercées à mains nues ou avec des objets divers – l’usage des chaînes revenant toutefois régulièrement – et le climat violent dans lequel ont grandi beaucoup de pensionnaires. Celles-ci peuvent expliquer en grande partie leur comportement et leurs réactions, comme le souligne le motif de placement d’un pensionnaire du foyer de semi-liberté Les Terrasses : « Le mineur est atteint de troubles du comportement réactionnels à la pathologie parentale. » Les maltraitances dont sont victimes ces jeunes émergent dans la plupart des cas dans des familles fortement perturbées, combinant difficultés économiques, sociales et culturelles et où les parents eux-mêmes sont en souffrance. Les vicissitudes de la vie marquent également de leur empreinte les parents comme le montre la description de la mère d’un pensionnaire du Foyer fraternel de Beuzevillette, Pascal, quinze ans :

  • 59 Compte rendu en vue d’un placement en établissement spécialisé, 1978, p. 2, dact., DASEC (Archives (...)

« Onze ans plus jeune que son mari, c’est une personne de petite taille, de corpulence assez forte, au physique peu harmonieux, dû notamment à un strabisme convergent. Vêtue sans soin et sans goût, elle donne l’impression d’une femme triste, victime d’une vie sans joie59. »

  • 60 Rapport psychologique, 1982, Foyer de Trigauville/André Colleu, p. 1, dact., DASEC (Archives privé (...)
  • 61 Ibid., p. 2.

34Le rapport psychologique insiste sur les carences parentales, présentées comme très importantes et l’influence du milieu « défavorisé dans tous les domaines60 ». Le psychologue conclut son rapport en précisant que le jeune « aurait pu suivre un cursus scolaire normal s’il n’avait pas fait partie d’une telle famille61 ».

  • 62 Didier Nourrisson, Alcoolisme et antialcoolisme en France sous la IIIe République : l’exemple de l (...)
  • 63 Intoxication de l’embryon ou du fœtus due à la consommation d’alcool de la mère pendant la grosses (...)

35D’autres parents sont diminués physiquement par la maladie et/ou la consommation d’alcool qui est régulièrement mentionnée dans les enquêtes sociales, pointant ainsi du doigt non seulement les défaillances du milieu – l’alcool réduisant le contrôle de soi – mais aussi les problèmes inhérents à l’hérédoalcoolisme62 – dans la lignée de la théorie de la dégénérescence, à l’instar de l’hérédosyphilis – supplanté à la fin des années 1960 par l’embryofœtopathie alcoolique63. Le milieu des dockers, très présents au Havre et à Rouen, comme celui des marins pêcheurs et terre-neuvas sur la côte normande, n’est pas à l’abri de préjugés et de remarques fortement négatives. Les parents font alors l’objet d’un tableau tout aussi peu flatteur :

  • 64 Enquête sociale, 1961, 4 p., Foyer de Trigauville/André Colleu, DASEC (Archives privées).

« Le père est docker professionnel. C’est un homme rustre et violent, ivre presque en permanence. La mère est une pauvre créature sans volonté, d’aspect repoussant, usée prématurément par les excès alcooliques. Les scènes de violence sont fréquentes entre les époux. Le jeune est brimé, abusé, parfois molesté, il réclame une aide sociale64. »

  • 65 Rapport d’accueil, mars 1952, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 2, dact., DASEC (Archives privé (...)
  • 66 Rapport d’accueil, janvier 1960, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archives pr (...)
  • 67 Feuille de suivi, Foyer fraternel de Beuzevillette, 3 p., ms., DASEC (Archives privées).

36Les cas de « dissociation familiale » ne sont pas rares également et il est important de noter la présence dans les établissements spécialisés de pupilles de l’État (7,3 % des pensionnaires), dont la prise en charge est rendue nécessaire, selon les services sociaux, par les problèmes qu’ils posent à l’adolescence. Toutefois, le mauvais exemple donné par les parents est souvent mis en cause. Philippe, dix-sept ans, est placé au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1952 pour vol de plomb. La réputation de sa famille n’est pas des meilleures, bien au contraire. Son père qui a comparu à plusieurs reprises devant le tribunal correctionnel, est qualifié d’alcoolique notoire et de malhonnête. Il n’est pas stable au travail et « ne donne à ses enfants que l’exemple d’une vie de débauche : il rentre ivre et entraîne ses fils à boire65 ». Le séjour du garçon dans l’établissement ne dure que six mois car celui-ci refuse de collaborer et manifeste son opposition à son placement par des actes de violence. Certains poussent même directement leurs enfants à commettre des actes réprimés par la loi telle la mère de Jacky, qui incite ses filles à se prostituer66 ou le père de Denis qui emmène son fils pour commettre des vols67. Le milieu familial est donc régulièrement qualifié de défavorable dans les rapports des établissements aussi bien au niveau économique qu’au niveau éducatif. Il ne permettrait pas à l’enfant de s’épanouir correctement faute d’un encadrement stable et d’une réelle attention apportée à ses loisirs et à ses fréquentations.

L’absence de loisirs encadrés

  • 68 Revue pénitentiaire et de droit pénal. Bulletin de la société générale des prisons et de législati (...)
  • 69 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuse (...)
  • 70 Ibid.
  • 71 Rapport de comportement de Saint-Biez-en-Belin, 1968, p. 1, dact., Foyer de Trigauville/André Coll (...)

37Les spécialistes de l’enfance insistent sur la nécessité d’une présence et d’une surveillance constante des adolescents afin de contrôler leur scolarité mais aussi leurs occupations pendant les moments de temps libres. La protection de la moralité de l’enfance incite donc très tôt les pouvoirs publics à légiférer en la matière. Le premier objectif de la commission interministérielle d’études de la prévention de la délinquance juvénile créée en 1947, est de mettre au point un projet de loi réglementant la presse enfantine68. Ainsi, par la loi du 16 juillet 1949, est créée une commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à la jeunesse. Désormais, celles-ci ne pourront comporter « aucune illustration, aucun récit, aucune chronique, aucune rubrique, aucune insertion présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés crimes ou délits de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse ». Par l’ordonnance du 3 juillet 1945 – qui reprend le décret du 24 juillet 1919 –, est créée la commission de contrôle des films cinématographiques qui émet un avis précédant le visa d’exploitation, sur leur autorisation, les mesures restrictives à celle-ci et notamment l’interdiction aux mineurs69. Toutefois, ces mesures ne semblent pas suffisantes au regard des spécialistes de l’enfance et des défenseurs des bonnes mœurs, comme le cartel d’action morale de Daniel Parker, connu notamment pour avoir porté plainte contre l’ouvrage de Boris Vian J’irai cracher sur vos tombes publié en 1946 sous le pseudonyme de Vernon Sullivan. Ces réglementations peuvent, de plus, être contournées relativement aisément par les jeunes gens70 tel Raymond, dix-sept ans, placé au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1971, qui « affectionne les lectures pornographiques et à tendance sadique (Hara Kiri, Lui, Vampire)71 ».

38Henri Joubrel critique dès lors les parents qui, « pour avoir la paix », se débarrassent de leur enfant en lui donnant quelques pièces et lui enjoignent d’aller s’amuser :

  • 72 Henri Joubrel, Jeunesse en danger, Paris, Fayard, 1960, p. 32.

« Il part au cinéma ou se promener, ou “se marrer”, “avec des copains”. Qui sait au juste ce qu’il fait ? Parfois il ne fait rien. Debout ou assis dans une bande, il lorgne des promeneurs ou écoute du rock, ce narcotique, rassuré par le seul fait d’avoir sa place au milieu d’autres, comme des moutons serrés avant l’orage. La plainte musicale des “pauvres nègres” adoucit son désespoir.
Mais il se sent très seul, par moments. Et il arrive qu’il se venge de cet abandon moral en “faisant des bêtises” : ainsi peut-il se prouver à lui-même, et prouver aux autres, qu’il existe, qu’il est quelqu’un ; ainsi peut-il se dire qu’au besoin on s’occupera enfin de lui !
Son manque de culture, le désintérêt intellectuel qui en résulte font qu’il ne peut, comme ses prédécesseurs, trouver dans les bons livres une évasion. “je ne sais pas comment occuper mes dix doigts”, gémit-il souvent, quand fatigué de “la télé”, il a fini de lire Tintin ou un “policier”, ou de parcourir ce quotidien qui étale tant de crimes, de catastrophes ou de crises politiques. Alors, parfois, il “fait un coup” pour avoir quelque chose à faire72. »

  • 73 Dr J. Trivas, « Étude sur quelques facteurs d’inadaptation juvénile », Sauvegarde de l’Enfance, 9e(...)
  • 74 Henri et Fernand Joubrel, op. cit., p. 31.
  • 75 Ibid.
  • 76 Ibid., p. 32.
  • 77 Sur la folie criminelle dans le cinéma cf. Marc Renneville, Crime et folie. Deux siècles d’enquête (...)
  • 78 Georges Heuyer, op. cit., p. 161.
  • 79 Ibid., p. 160.

39Nous retrouvons dans cet extrait les loisirs désignés classiquement comme ayant un rôle criminogène ou incitant à la délinquance : le cinéma, la musique rock, la flânerie, la lecture de journaux illustrés, de bandes dessinées ou de romans policiers. Le Dr Trivas, médecin-chef de l’hôpital psychiatrique, insiste également sur cette question dans son étude sur Les quelques facteurs d’inadaptation juvénile publiée en 1954 dans la revue Sauvegarde de l’Enfance73. Il y ajoute les cafés, les bals ainsi que la fréquentation des garçons par les filles et inversement. Les réticences de Henri et Fernand Joubrel à l’égard de la littérature « amoureuse » ou « policière » sous forme de roman ou de magazine sont relativement vives. Selon eux, « qui songerait à nier qu’une semblable lecture a pu pousser des enfants ou des adolescents prédisposés à commettre des actes délictueux74 ? » Par les sujets abordés et leur vision de la société, ces lectures sont dénoncées car elles donnent un mauvais exemple à la jeunesse : « La brute devient héros et l’argent un dieu75. » Leurs critiques sont également virulentes à l’égard des journaux destinés aux jeunes filles car ils font l’apologie de l’adultère, du divorce et du suicide. Ils appuient leurs propos sur des extraits de Notre Cœur tel celui-ci : « Colette était tout juste âgée de 17 ans quand elle s’aperçut que l’amitié qui l’unissait à Claude s’était transformée en amour réciproque. Quelques semaines plus tard, elle constatait qu’elle allait être mère76. » Mais ce qui surpasse l’influence de la presse et des livres, c’est le cinéma, puis la télévision à mesure que celle-ci se répand dans les foyers. La fascination que les films exercent sur la jeunesse encouragerait l’agressivité par leur violence – usage des armes, milieu du banditisme et du crime77, etc. – ou l’abandon de soi-même, « surtout chez les filles78 », par l’érotisme qui s’en dégage. Toutefois, Georges Heuyer précise que s’il est certain que le cinéma joue un rôle dans l’accroissement de la criminalité juvénile et dans le développement de l’agressivité, celui-ci « ne crée pas de toutes pièces la criminalité79 ».

  • 80 Entretien avec Didier Doray, le 20 novembre 2006.
  • 81 Ludivine Bantigny, op. cit., p. 44.
  • 82 Rapport d’accueil, 1956, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).
  • 83 Feuille de suivi, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, ms., DASEC (Archives privées).
  • 84 Lettre du 13 juin 1979 de la mère au directeur du Foyer fraternel de Beuzevillette, 2 p., ms., DAS (...)

40De fait, dans leur recherche d’identité, certains pensionnaires tentent de ressembler à quelques figures viriles véhiculées par le cinéma ou la musique rock tel Johnny Hallyday80, en adoptant leur apparence vestimentaire et leur attitude faisant écho à leur révolte à l’égard de la société. C’est le cas de Michel, dix-sept ans, placé au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1956 au titre de l’ordonnance du 2 février 1945 – il détenait notamment une arme de guerre. Il aime non pas les films avec James Dean, un exemple pour beaucoup de jeunes à cette époque81, mais ceux avec des cow-boys. Il est d’ailleurs surnommé ainsi par les autres pensionnaires. Le rapport d’accueil explique que celui-ci est effectivement intoxiqué par le tabac et le cinéma, un véritable et lancinant besoin82. Yves, quant à lui, est admis en 1978 dans le même établissement à l’âge quinze ans, pour avoir frappé un de ses professeurs et commis quelques menus délits. Son père, docker, est éthylique comme sa mère et certains de ses neuf frères et sœurs. Le jeune pose d’importants problèmes de comportement aussi bien au Foyer fraternel de Beuzevillette qu’au sein de sa famille. En fait, « il cherche à s’identifier à Elvis Presley » comme le souligne un des éducateurs sur sa feuille de suivi83. Hormis une apparence de rebelle dans le choix de ses vêtements et de sa coiffure, il en adopte également le comportement. Lorsqu’il est chez ses parents, il sort jusqu’à trois ou quatre heures du matin, signale sa mère dans un courrier de protestation84. Yves fait parfois croire au foyer qu’il se rend chez eux le week-end mais en fait, il dort dans les granges alentours ou dans les caves à Rouen. Il aime en effet jouer du couteau et les « virées » entre amis, où l’alcool et les bagarres sont à l’honneur. Yves est d’ailleurs renvoyé suite à un nouvel affrontement après un séjour d’un an où il n’a coopéré à aucun moment. Son placement représente donc un nouvel échec pour ce jeune, qui n’a aucune base scolaire solide – à la visite médicale, il ne réussit pas le test de vue car « il ne sait pas lire ses lettres ». L’établissement n’a pas réussi à l’intéresser à une formation ou à lui trouver un travail, un des principaux axes de la rééducation pour ces jeunes marqués par l’instabilité au cours de leurs études et de leurs expériences professionnelles.

Une difficile insertion professionnelle

41Les jeunes accueillis dans les établissements spécialisés ont en grande majorité des difficultés au niveau scolaire et professionnel. Face à ces échecs, auxquels a été souvent confronté leur entourage, une relative défiance à l’égard des études et du monde du travail s’est progressivement forgée en eux, ne facilitant pas leur intégration à la société.

Une orientation problématique : les lacunes scolaires et les difficultés comportementales

  • 85 Georges Heuyer, op. cit., p. 76.
  • 86 Ibid., p. 258.

42Les difficultés personnelles des mineurs placés et le milieu familial où ils ont évolué, représentent souvent un obstacle à leur développement personnel et à leur insertion sociale. Les perturbations endurées ne leur ont pas permis d’acquérir les fondamentaux culturels et scolaires indispensables. Pour Georges Heuyer, la délinquance succède au retard et à l’instabilité scolaire : « Les sujets inadaptés à l’école deviennent des inadaptés sociaux85. » Toutefois, s’opposant à nombre de sociologues et criminologues dont Edwin Sutherland et Denis Szabo, il estime que le facteur culturel est accessoire dans la délinquance juvénile86 sans pour autant nier la proportion importante de l’illettrisme et des lacunes scolaires parmi des mineurs relevant de l’ordonnance du 2 février 1945.

  • 87 Monographie sur l’organisation générale du Logis Saint-François, s. d., p. 4., dact. (Archives pri (...)
  • 88 Compte rendu de l’AG du 18 avril 1983, Association de Thiétreville, p. 2, dact., LSF (Archives pri (...)
  • 89 Projet pédagogique pour l’année 1980-1981, Logis Saint-François, p. 1, dact., LSF (Archives privée (...)

43Les fiches de renseignements et de suivi des pensionnaires des établissements spécialisés précisent notamment leur niveau d’études. Les diplômes sont rares et se limitent surtout à l’obtention du certificat d’études primaires, voire d’un CAP touchant à divers domaines : maçonnerie en majorité, chaudronnerie, peinture, etc. Beaucoup ont échoué d’ailleurs à cet examen et ne peuvent pas, par conséquent, trouver aisément un emploi. De même, les bases élémentaires telle la lecture ou l’écriture ne sont pas toujours assimilées à l’instar du jeune Yves dont nous avons brièvement évoqué le parcours précédemment. Les lettres rédigées par certains sont remplies de fautes d’orthographe et de style qui les rendent parfois incompréhensibles, même si quelques exceptions sont à signaler. Les problèmes d’apprentissage et de dyslexie associés aux difficultés caractérielles sont d’ailleurs évoqués à plusieurs reprises par la directrice du Logis Saint-François, Madeleine Sicot, qui souligne ainsi la nécessité d’avoir dans son établissement, qui accueille des garçons de sept à quatorze ans, des instituteurs qualifiés87. Malgré la mise en place, dès la création de l’internat, d’un rattrapage scolaire en constante expérimentation et adaptation, très peu d’entre eux ont le niveau pour entrer ensuite dans un centre d’apprentissage. De plus, avec « la “crise”, il est impossible de les placer dans l’industrie en position de “pré-apprentissage”88 ». Les enfants admis dans l’établissement souffrent pour beaucoup de « refus scolaire », voire de « phobie scolaire » ou du rejet de l’école à cause de leur comportement « inadapté »89.

44Le rapport du Centre d’accueil et d’observation d’Orléans concernant Patrick, seize ans, pris en charge en 1957 pour des violences perpétrées sur sa mère sur fonds de carences éducatives importantes, insiste sur le lien entre ses difficultés d’acquisition et ses problèmes personnels :

  • 90 Rapport du Centre d’accueil et d’observation d’Orléans, 1er février 1957, p. 6, dact., DASEC (Arch (...)

« Ses aptitudes intellectuelles apparaissent médiocres, qu’elles soient décelées dans les activités scolaires ou par l’examen psychométrique (niveau limite au test Wechsler-Bellevue).
Mais si l’efficience est médiocre aux ateliers ou en classe, c’est que d’autres facteurs (caractériels) interviennent.
[Patrick] est un sujet dont les manifestations associales sont les conséquences de plusieurs chocs affectifs. […]
En fait, le fond d’insatisfaction et d’anxiété subsiste et handicape l’adaptation professionnelle comme elle a handicapé l’adaptation scolaire. Si on pouvait obtenir l’épanouissement de la personnalité, l’efficience en serait augmentée90. »

  • 91 Lettre du 11 juin 1957 de l’administrateur principal de l’Inscription maritime, chef du quartier d (...)

45Le compte rendu se termine sur le désir du jeune homme d’être marin, « sans aucun doute déterminé par un besoin de fuite et d’évasion, [qui] ne doit pas être contré a priori ». Il est ainsi placé au Foyer fraternel de Beuzevillette deux mois plus tard – outre le briquetage, l’établissement place beaucoup de ses garçons sur les bateaux de commerce et de pêche, notamment pour Terre-Neuve jusque dans les années 1970. Patrick, quant à lui, embarque sur un navire harenguier – spécialité également de la côte normande – en compagnie d’un autre pensionnaire. Mais tous deux sont rapidement débarqués et ne peuvent plus exercer cette activité en vertu de la loi sur le statut des marins. Ils ont en effet refusé d’obéir à plusieurs reprises et font preuve de mauvaise volonté au travail. Mais ils ont surtout échangé des coups : « Leur réputation est détestable91. » Ainsi se terminent sa carrière de marin et son séjour au Foyer fraternel de Beuzevillette puisqu’il est remis à sa mère suite à cet incident.

  • 92 Feuille de suivi, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 2, ms., DASEC (Archives privées).
  • 93 Rapport d’accueil, 18 décembre 1961, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archive (...)

46Outre les problèmes de comportement que peuvent poser leurs pensionnaires, les retards accumulés au cours de leur scolarité font que les établissements spécialisés sont parfois impuissants pour trouver du travail ou une formation adaptée à leur niveau. Concernant Paul, dix-huit ans, le placement au Foyer fraternel de Beuzevillette de juillet 1957 à janvier 1959 se solde aussi par un échec. L’horticulture ou le briquetage sont impossibles pour lui car il n’a pas le niveau pour suivre cet apprentissage. Sans solution d’avenir pour le jeune homme, l’établissement le renvoie dans sa famille qui est chargée de se débrouiller seule pour lui trouver du travail. En fait, suite aux divers examens passés, le directeur conclut qu’il s’agit d’un « débile intellectuel et probablement moteur92 ». Avant d’envisager une quelconque formation professionnelle, les pensionnaires du Foyer fraternel de Beuzevillette – comme tout prétendant à ce type d’orientation – passent en effet un examen psychotechnique qui détermine s’ils peuvent suivre ce stage ou s’ils doivent changer de voie. Or, les carences de certains sont telles qu’ils sont refusés à cette formation sans forcément bénéficier de proposition alternative. Joël a dix-sept lorsqu’il arrive au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1961 pour suivre une formation. Mais il est refusé à l’examen psychotechnique en vue d’un apprentissage en briquetage car son QI est très bas et ses gestes sont gauches et malhabiles. Cependant, « il ne paraît pas déçu ni inquiet de son avenir. Il attend sans souci et sans nostalgie93 ». Dès lors, l’internat de rééducation ne peut le garder puisque toute formation professionnelle lui est interdite. Il est rendu à ses parents en attendant un « placement familial très spécialisé ».

47Les carences scolaires et les faiblesses intellectuelles voire physiques rendent problématique l’insertion professionnelle des pensionnaires. Certains refusent certes de se soumettre à une quelconque discipline, mais pour d’autres leur expérience parfois très précoce du monde du travail s’est avérée relativement décevante au regard de la réalité des conditions qui leur sont offertes.

Une expérience professionnelle souvent chaotique

  • 94 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois : Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Fayard, (...)
  • 95 Ibid.

48Les garçons ne pouvant se prévaloir d’un diplôme mais ayant déjà travaillé auparavant sont en majorité dans les établissements spécialisés. Il s’agit toujours de métiers manuels des secteurs artisanaux et agricoles : maçons, menuisier, boulanger, garçons de ferme, etc. Deux cas de figure se présentent alors : soit ils ne trouvent pas de place dans leur domaine – ce qui est de plus en plus fréquent à partir des années 1970 avec la montée du chômage –, soit ils désirent changer de travail. En effet, si nous comparons leur expérience professionnelle et le métier désiré dans les fiches de renseignements individuelles, il y a souvent peu de rapport entre eux. Cette dichotomie montre bien que ces jeunes ont été très mal orientés, voire pas du tout car ils ont dû travailler très tôt faute de succès dans leurs études – jusqu’en 1967, il est possible de travailler dès quatorze ans et parfois « leur jeunesse autorise des abus spécifiques94 ». Ceux qui ont eu une mauvaise expérience professionnelle – corvées pénibles, brimades, dépassement de la durée légale du travail, etc.95 – sont catégoriques à ce propos : « Tout sauf la culture », « n’importe quoi mais pas serrurier ». De fait, les motifs d’entrée des pensionnaires sont souvent accompagnés des précisions suivantes : « Ne travaille pas », « à remettre dans le circuit », « instable au travail », etc.

49Ces mauvaises expériences ont laissé des traces et beaucoup semblent démotivés à leur arrivée, mais aussi au cours de leur séjour dans l’établissement. Ils accumulent ainsi divers emplois les uns après les autres et ne restent que quelques jours, partant d’eux-mêmes ou renvoyés par leurs employeurs. Les causes invoquées sont éloquentes : « fainéant », « peu courageux », « manque de travail », « vol » – argent dérobé dans la caisse du patron ou matériaux « trouvés » sur le chantier –, « manque d’aptitude », « insolence », etc. L’absentéisme est également avancé régulièrement, l’établissement ou le patron mettant en avant le manque de volonté et la paresse du garçon. Étienne, quinze ans, est ainsi renvoyé du Val d’Aubette en août 1958, soit trois mois après son arrivée au titre de l’assistance éducative – il est orphelin, sa famille a disparu au cours de la guerre. Alors qu’il avait commencé un apprentissage de tailleur de pierre dans la très réputée entreprise Lanfry, spécialisée dans la restauration des monuments historiques, le directeur apprend qu’« il a fait trois semaines de promenade dans Rouen, faisant croire qu’il travaillait ».

50Cette attitude est relativement similaire aux « Blousons bleus » de la région parisienne qui se caractérise par leur position de retrait vis-à-vis du travail :

  • 96 Nicole de Maupéou-Abboud, Les blousons bleus, étude sociologique des jeunes ouvriers de la région (...)

« Le travail et la vie professionnelle ne sont considérés que comme des moyens de survivre économiquement. […]
L’avenir ne compte pas, il faut y penser le moins possible et vivre dans le présent ; l’instruction ne sert à rien ; la condition ouvrière est subie comme une fatalité dont on ne peut à la rigueur échapper que par le rêve96. »

  • 97 Entretien avec Max Pichon, le 30 mai 2006.
  • 98 Chantal Nicout-Drancourt, Laurence Roulleau-Berger, Les jeunes et le travail 1950-2000, Paris, PUF (...)

51De fait, un certain nombre de pensionnaires travaillent très dur durant la semaine, dans l’optique non pas de mettre de côté de l’argent, mais de tout dépenser dans l’alcool le week-end97. De plus, avec le développement du chômage dans les années 1970, ces jeunes, fortement fragilisés par leur manque de qualification se retrouvent en quelque sorte exclus du monde du travail. À la fin de cette décennie la figure du jeune « précaire », victime du chômage ou astreint au travail précaire s’affirme alors : « Profondément déçus dans leurs attentes à l’égard du travail, des jeunes en situation précaire vont apparaître paralysés socialement98. » La période des Trente Glorieuses offrait un espoir d’insertion dans la société et ce, malgré les carences scolaires, le manque de formation professionnelle et l’instabilité de certains. Benjamin Emo, ancien directeur du Foyer du Val d’Aubette se souvient des facilités pour trouver du travail aux pensionnaires :

  • 99 Entretien avec Benjamin Emo, le 29 septembre 2004.

« Les catégories de gosses au début étaient différentes et ce n’étaient pas les mêmes conditions de vie : on ne connaissait pas le chômage. Ils arrivaient à seize ans pour la mise au travail, pour faire un apprentissage à l’extérieur. Un gars qui se faisait virer, vingt-quatre heures après, il était à nouveau embauché. J’avais une liste d’employeurs. Ce n’était pas du tout le même contexte social et les gosses étaient moins perturbés car ils avaient un avenir99. »

  • 100 Lettre du 3 février 1961 de Guy Berland au juge des enfants, 2 p., dact., Foyer fraternel de Beuze (...)

52La crise économique signale, quant à elle, pour les plus fragiles d’entre eux, l’enrayement du système et l’impossibilité d’accéder au monde du travail ou tout au moins une très forte désillusion par rapport aux conditions de travail qui leur sont proposées. Même si le chômage « sévit de façon très dure » dès le début des années 1960 au Havre, il est sans commune mesure avec la situation de la décennie suivante100. Didier Doray distingue dès lors, « l’ère de la marginalité » de « l’ère de l’exclusion » qui a suivi avec la crise économique :

  • 101 Entretien avec Didier Doray, le 20 novembre 2006.

« Dans une société qui était peu excluante, est apparu étonnamment le phénomène de l’exclusion, c’est-à-dire de la montée massive du chômage. Le facteur d’intégration disparaissant, la marginalité d’un certain nombre de jeunes et de familles s’est donc presque trouvée dans une sorte de “prise en gelée”, une image comme cela, parce qu’on ne pouvait pas imaginer effectivement que ces évolutions positives se poursuivent à partir du moment où les gens n’étaient pas acceptés, à partir du moment où ils voulaient s’en sortir entre guillemets101. »

53Les difficultés pour trouver du travail se doublent parfois d’un refus du jeune de respecter l’autorité que ce soit au niveau professionnel mais également au sein du foyer ou de l’internat de rééducation. Ainsi, Roland, dix-sept ans n’arrive pas à se plier au règlement du Foyer du Val d’Aubette où il est arrivé en septembre 1954. De même, il ne peut se fixer dans un travail où il reste en moyenne quinze jours avant de partir de lui-même ou à la demande de son employeur. Au bout de six mois, il est renvoyé après avoir gardé sa paye et pour avoir été à plusieurs reprises en état d’ébriété. L’éducateur précise qu’il voulait vivre seul et ne plus être sous les ordres de qui que ce soit, comme le soulignent ses paroles transcrites sur sa feuille de suivi :

  • 102 Feuille de suivi, Foyer du Val d’Aubette, p. 1, ms., VA (Archives privées).

« Je ne suis bien que sur la route. Au chantier on crie après moi, ici on me demande de rendre service et on ne me laisse pas faire ce que je veux. […] J’ai toujours été mauvais et je le resterai102. »

  • 103 Rapport de comportement, 1er mars 1961, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Arch (...)

54La prise en charge n’est pas facilement acceptée par les pensionnaires qui vivent leur séjour dans un établissement spécialisé comme une punition de plus, ou qui ne parviennent pas à envisager une possibilité de changement dans leur situation. Ils ne veulent pas coopérer avec le foyer, à l’instar de Miguel103, fils de réfugiés espagnols, qui refuse de participer à la formation proposée, « se couche dans l’herbe et fume sa cigarette », se coupant complètement de l’aide proposée. De toute façon, même pour les adolescents qui ne posent pas de problème aux éducateurs et qui arrivent à s’en sortir, le placement ne peut pas être anodin.

Notes

1 Voir par exemple : Centre de formation et de recherche de l’Éducation surveillée, 500 jeunes délinquants. Résultats d’une pré-enquête sur les facteurs de la délinquance juvénile, Vaucresson, 1963, 255 p.

2 Henri Joubrel, Jeunesse en danger, Paris, Fayard, 1960, p. 27.

3 Henri et Fernand Joubrel, L’enfance dite « coupable », Paris, Bloud et Gay, 1950, p. 29.

4 M. Lamotte, « Importance de l’habitat dans le domaine de l’inadaptation juvénile », Sauvegarde de l’Enfance, 7e année, mars-avril 1952, no 3/4, p. 338.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Pr Lafon, Mlle Michoud, « Habitat, quartier, ville et inadaptation juvénile », Sauvegarde de l’Enfance, 8e année, septembre-octobre 1953, no 7/8, p. 639.

9 Jean-Marie Cipolat-Gotet, « La gestion des immeubles dangereux à Rouen dans les années 1950-1960 », in Yannick Marec (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin XVIIIe-fin XXe siècle), Grane, Créaphis, 2005, p. 182.

10 Ibid.

11 Jean-Claude Marquis, Les camps cigarette : les Américains en Haute-Normandie à la Libération, Rouen, Éditions Médianes, 1994, 57 p.

12 John Barzman (dir.), Gonfreville L’Orcher 1947-1980. Mémoire des cités, Fécamp, Édition des Falaises, 2005, 199 p.

13 Bernard Nicolle, « Mémoire de la forêt de Montgeon », Recueil de l’Association du Vieux Havre, no 50, 1991, p. 25.

14 Feuille de suivi, Foyer de Trigauville, 2 p., ms., DASEC (Archives privées).

15 Marie-Thérèse Join-Lambert (dir.), Politiques sociales, Paris, Presses de Sciences Po et Dalloz, 1997, p. 673.

16 Manuel Boucher, « Turbulences, pacification et régulation sociale : les logiques des acteurs sociaux dans des quartiers impopulaires », in Yannick Marec (dir.), Villes en crise ? op. cit., p. 110-111.

17 Sophie Victorien, « L’école de la rue dans le quartier de la Croix-de-Pierre à Rouen après la Seconde Guerre mondiale », in Jean-Claude Caron, Annie Stora-Lamarre, Jean-Jacques Yvorel, Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles). Actes du colloque international Besançon, 15-17 novembre 2006, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 331-340.

18 Michel Quoist, La Ville et l’Homme. Rouen. Étude sociologique d’un secteur prolétarien, Paris, Éditions ouvrières, 1952, 294 p.

19 Les clichés photographiques, dont l’auteur est Henri Salesse, ont été publiés également dans deux ouvrages : Patrice Quéréel, Tout pour la gueule ! Rouen 1952, Une mission photographique en secteur prolétarien, Rouen, Éditions ASI, 2006, 221 p. ; Didier Mouchel, Henri Salesse : enquêtes photographiques, Rouen, 1951 et Petit-Quevilly, 1952, Plouha, GwinZegal, 2008, 115 p.

20 Entretien avec René et Rolande Fromont, le 26 juin 2007.

21 Michel Quoist, op. cit., p. 231.

22 Entretien avec René et Rolande Fromont, op. cit.

23 Sur la société la Grande Famille Rouennaise et son action, cf. Ingrid Stalin-Caron, De l’assistance à l’aide aux familles nombreuses à Rouen pendant l’entre-deux-guerres, préface de Yannick Marec, Mémoires de la protection sociale en Normandie, hors-série no 1, décembre 2008, p. 116.

24 Entretien avec René et Rolande Fromont, le 12 juin 2007.

25 Michel Quoist, op. cit., p. 91.

26 Délinquance juvénile en bandes dans le quartier de la Croix-de-Pierre à Rouen, AREJ, 1970, p. 3., AREJ (Archives privées).

27 Ibid.

28 Entretien avec René et Rolande Fromont, op. cit.

29 Ibid.

30 Le retard de la reconstruction de la ville de Rouen suscite nombre de critiques, alors que Le Havre, beaucoup plus sinistrée, a prioritairement bénéficié du travail entre autres d’Auguste Perret pour le centre-ville.

31 Céline Conseil, Village Croix-de-Pierre, étude de la sociabilité dans un quartier rouennais, mémoire de maîtrise de sociologie urbaine sous la direction de Liane Mozere, université de Rouen, 1996, p. 31.

32 Jean-Marie Cipolat-Gotet, op. cit., p. 189 ; Sur la reconstruction de Rouen cf. Jean-Marie Cipolat-Gotet, La reconstruction de Rouen dans son agglomération (1940-1965) : Transformations urbaines, mutation sociale, gestion des populations, thèse d’histoire sous la direction de Michel Pigenet, université Paris I, 2004.

33 Céline Conseil, op. cit., p. 34.

34 Ibid., p. 41.

35 Jean-Marie Cipolat-Gotet, op. cit., p. 187.

36 Entretien avec Thérèse Eude, le 24 mars 2005.

37 Réflexions des éducateurs et du responsable pédagogique de l’AREJ après trois années de travail sur le plateau des Sapins, décembre 1971, p. 3, AREJ (Archives privées).

38 « Zone d’aménagement concerté », qui succède aux « Zones à urbaniser en priorité » (les ZUP).

39 Entretien avec Max Pichon, op. cit.

40 Didier Doray, Qu’est-ce qu’un quartier à problème ? Le quartier des Sapins dans l’agglomération rouennaise, mémoire de maîtrise de sciences et techniques en économie sociale sous la direction de Alain Mermet, université de Paris XIII et IRTS de Haute-Normandie, 1993, 66 p. + annexes, p. 16-17.

41 Thibault Tellier, « Les jeunes des ZUP : nouvelle catégorie sociale de l’action publique durant les Trente Glorieuses », Histoire@Politique. Politique, culture, société, no 4, janvier-avril 2008, http://www.histoire-politique.fr.

42 Christine Mengin, « La solution des grands ensembles », Vingtième siècle, 1999, vol. 64, no 1, p. 110.

43 Manuel Boucher, op. cit., p. 112.

44 Didier Doray, op. cit.

45 Entretien avec Didier Doray, le 20 novembre 2006.

46 Guy Pessiot, Histoire de Rouen en 1 000 photographies. 1958-1983, Rouen, Éditions du P’tit Normand, 1984, p. 104.

47 Didier Doray, op. cit., p. 55.

48 Ibid., p. 56.

49 Entretien avec Didier Doray, op. cit.

50 Henri Joubrel, Mauvais garçons de bonnes familles. Causes, effets, remèdes de l’inadaptation des jeunes à la société, Paris, Montaigne, 1957, 255 p.

51 Thematic Apperception Test.

52 Sur les examens médico-psychologiques, cf. Ludivine Bantigny, « Sciences du psychisme et centres d’observation en France dans les années cinquante », Le Temps de l’Histoire, no 6, octobre 2004, p. 98.

53 Marc Renneville, Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003, p. 199.

54 Ibid., p. 227 ; Frédéric Carbonnel, Aliénistes et psychologues en Seine-Inférieure de la Restauration au début de la IIIe République. Essai d’histoire de la médecine mentale comme « science » de gouvernement au XIXe siècle dans la région de Rouen (1825-1908), thèse d’histoire sous la direction de Yannick Marec, université de Rouen, 2009.

55 L’influence du milieu social est désormais bien différente de celle exposée auparavant par Lacassagne. Cf. Laurent Mucchielli, « Hérédité et “Milieu social” : le faux antagonisme franco-italien. La place de Lacassagne dans l’histoire de la criminologie », in Laurent Mucchielli (dir.), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 189. Marc Renneville, « La réception de Lombroso en France », ibid., p. 111.

56 Nadine Lefaucheur, « Psychiatrie infantile et délinquance juvénile. Georges Heuyer et la question de la “genèse familiale de la délinquance” », ibid., p. 313.

57 Georges Heuyer, La délinquance juvénile, Paris, PUF, 1969, p. 71.

58 Rapport d’accueil, 12 septembre 1977, Foyer fraternel de Beuzevillette, 6 p., dact., DASEC (Archives privées).

59 Compte rendu en vue d’un placement en établissement spécialisé, 1978, p. 2, dact., DASEC (Archives privées).

60 Rapport psychologique, 1982, Foyer de Trigauville/André Colleu, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

61 Ibid., p. 2.

62 Didier Nourrisson, Alcoolisme et antialcoolisme en France sous la IIIe République : l’exemple de la Seine-Inférieure, Paris, La Documentation française, 1988, vol. 1, 1 174 p. ; Didier Nourrisson, « Arrêt sur les images de l’alcoolisme », in Didier Nourrisson (dir.), À votre santé ! Éducation et santé sous la IVe République, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2002, p. 132.

63 Intoxication de l’embryon ou du fœtus due à la consommation d’alcool de la mère pendant la grossesse, à l’origine de malformations et/ou de déficiences intellectuelles.

64 Enquête sociale, 1961, 4 p., Foyer de Trigauville/André Colleu, DASEC (Archives privées).

65 Rapport d’accueil, mars 1952, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 2, dact., DASEC (Archives privées).

66 Rapport d’accueil, janvier 1960, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

67 Feuille de suivi, Foyer fraternel de Beuzevillette, 3 p., ms., DASEC (Archives privées).

68 Revue pénitentiaire et de droit pénal. Bulletin de la société générale des prisons et de législation criminelle. Bulletin de l’Union des sociétés de patronage de France, janvier-mars 1949, p. 109.

69 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, p. 71.

70 Ibid.

71 Rapport de comportement de Saint-Biez-en-Belin, 1968, p. 1, dact., Foyer de Trigauville/André Colleu, DASEC (Archives privées).

72 Henri Joubrel, Jeunesse en danger, Paris, Fayard, 1960, p. 32.

73 Dr J. Trivas, « Étude sur quelques facteurs d’inadaptation juvénile », Sauvegarde de l’Enfance, 9e année, septembre 1954, no 7, p. 680.

74 Henri et Fernand Joubrel, op. cit., p. 31.

75 Ibid.

76 Ibid., p. 32.

77 Sur la folie criminelle dans le cinéma cf. Marc Renneville, Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003, p. 377.

78 Georges Heuyer, op. cit., p. 161.

79 Ibid., p. 160.

80 Entretien avec Didier Doray, le 20 novembre 2006.

81 Ludivine Bantigny, op. cit., p. 44.

82 Rapport d’accueil, 1956, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

83 Feuille de suivi, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, ms., DASEC (Archives privées).

84 Lettre du 13 juin 1979 de la mère au directeur du Foyer fraternel de Beuzevillette, 2 p., ms., DASEC (Archives privées).

85 Georges Heuyer, op. cit., p. 76.

86 Ibid., p. 258.

87 Monographie sur l’organisation générale du Logis Saint-François, s. d., p. 4., dact. (Archives privées).

88 Compte rendu de l’AG du 18 avril 1983, Association de Thiétreville, p. 2, dact., LSF (Archives privées).

89 Projet pédagogique pour l’année 1980-1981, Logis Saint-François, p. 1, dact., LSF (Archives privées).

90 Rapport du Centre d’accueil et d’observation d’Orléans, 1er février 1957, p. 6, dact., DASEC (Archives privées).

91 Lettre du 11 juin 1957 de l’administrateur principal de l’Inscription maritime, chef du quartier de Fécamp, au directeur du Foyer de fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

92 Feuille de suivi, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 2, ms., DASEC (Archives privées).

93 Rapport d’accueil, 18 décembre 1961, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

94 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois : Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Fayard, 2003, p. 191.

95 Ibid.

96 Nicole de Maupéou-Abboud, Les blousons bleus, étude sociologique des jeunes ouvriers de la région parisienne, Paris, Armand Colin, 1968, p. 84.

97 Entretien avec Max Pichon, le 30 mai 2006.

98 Chantal Nicout-Drancourt, Laurence Roulleau-Berger, Les jeunes et le travail 1950-2000, Paris, PUF, 2001, p. 156.

99 Entretien avec Benjamin Emo, le 29 septembre 2004.

100 Lettre du 3 février 1961 de Guy Berland au juge des enfants, 2 p., dact., Foyer fraternel de Beuzevillette, DASEC (Archives privées).

101 Entretien avec Didier Doray, le 20 novembre 2006.

102 Feuille de suivi, Foyer du Val d’Aubette, p. 1, ms., VA (Archives privées).

103 Rapport de comportement, 1er mars 1961, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

Table des illustrations

Légende La place de la Croix-de-Pierre : le centre du quartier (1951).Source :© MRU-Henri Salesse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Une cour intérieure dans le quartier de la Croix-de-Pierre (1951).Source : © MRU-Henri Salesse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106530/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende La Grande Famille rouennaise (1951).Source : © MRu-Henri Salesse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106530/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Un exemple d’intérieur à la Croix-de-Pierre (1951).Source : © MRU-Henri Salesse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106530/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende La rue : une aire de jeu (1951).Source : © MRU-Henri Salesse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106530/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 342k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540