Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Deuxième partie. Rencontre avec les pensionnaires des établissements spécialisés

Chapitre IV. L’inadaptation des jeunes : à l’origine de la prise en charge

Texte intégral

  • 1 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy suivi de : l’efficace des années quarant (...)

1L’adoption du concept d’« enfance inadaptée » remonte à la première commission du Conseil technique de l’enfance déficiente et en danger moral mis en place en 1943 à l’initiative de Georges Heuyer et de Jean Chazal1. La nomenclature du Dr Lagache qui en résulte démontre un souci très fort de classification des jeunes inadaptés pour imaginer au mieux leur prise en charge. Bien que l’expression soit consacrée tout au long de la période étudiée, ses contours demeurent relativement flous. En effet, le principal dénominateur commun des individus concernés est celui de leur inadaptation quelle qu’elle soit : comportementale, physique, etc.

  • 2 Roger Benjamin, Délinquance juvénile et société anomique. L’évolution de la criminalité des mineur (...)

2La notion de « délinquance juvénile », quant à elle, n’est pas plus claire, car elle recouvre également des éléments d’ordre biologique, psychologique, juridique ou social. Par conséquent, psychiatres, psychologues, sociologues proposent chacun leurs propres définitions. Dès lors, depuis l’après-guerre et avec le rôle grandissant des psychiatres, la délinquance juvénile tend progressivement à se confondre, voire à être remplacée par celle d’inadaptation2. Mais quelles sont les caractéristiques de cette « jeunesse inadaptée » que nous retrouvons au sein des établissements habilités par l’Éducation surveillée ? Socialement marqués par leur comportement et leur apparence, ces jeunes accueillis au sein des établissements spécialisés sont-ils surtout des délinquants ou des mineurs en danger ? Enfin, alors que ces structures se présentent comme une alternative à la prison, comment expliquer qu’un nombre non négligeable d’entre eux a déjà côtoyé ou a une connaissance relativement fine du milieu carcéral ?

Les tentatives de définition et de classification des experts en question

3Malgré un souci de définition et de classification des enfants inadaptés affiché par les experts, ce concept quoique largement utilisé jusqu’au début des années 1980, entretient une sorte de flou autour des jeunes pris en charge par son caractère à la fois multiforme et simplificateur. La difficulté d’appréhender cette catégorie est d’autant plus forte que les établissements spécialisés accueillent à la fois des jeunes délinquants et des mineurs en danger.

« Des jeunes inadaptés à quoi ? »

  • 3 Rééducation, 7e année, mai-juin 1953, no 46/47, p. 65.

4Dans un article de Ouest-France intitulé « L’enfance inadaptée est-elle le fait de notre époque ? » et signalé par la revue Rééducation, l’auteur se pose la question suivante : « inadaptée, mais inadaptée à quoi3 ? » Cette interrogation traduit clairement le problème de ce concept adopté en 1943 qui recouvre diverses catégories d’« inadaptés » qui ont peu de points communs entre elles :

  • 4 Robert Lafon, « L’enfance inadaptée », Pages documentaires, revue de l’UCSS, décembre 1949-janvier (...)

« L’enfance inadaptée va depuis l’abandonné ou l’orphelin jusqu’au criminel, en passant par le déficient, le difficile, l’anormal, l’enfant en danger moral, le pré-délinquant, le délinquant ; c’est une zone frontière entre le normal et le pathologique, sans frontière précise cependant4. »

  • 5 Comme le souligne Michel Chauvière cette nomenclature est publiée intégralement dans les premiers (...)

5La nomenclature et la classification ainsi proposées par le Dr Lagache en collaboration notamment avec Georges Heuyer, Henri Wallon et Jean Dublineau distingue au sein des jeunes inadaptés, les malades, les déficients et les caractériels5. La définition du Dr Lagache est également reprise avec quelques modifications, à l’occasion d’un article sur les dix ans de l’UNAR, publié dans la revue Sauvegarde de l’enfance en 1958 :

  • 6 Sauvegarde, 13e année, novembre-décembre 1958, no 9/10, p. 658.

« Sous le terme général d’enfance inadaptée, on désigne tous les enfants qui ont besoin de mesures médicales, éducatives, psychologiques ou sociales autres que celles nécessaires à la santé et à l’éducation des enfants normaux6. »

  • 7 Michel Chauvière, op. cit., p. 96.

6Par son caractère global et plus neutre que les expressions utilisées précédemment – enfance coupable, déficiente, irrégulière, malheureuse, etc.7 –, l’expression « enfance inadaptée » a donc permis aux différents spécialistes de l’enfance de se l’approprier et de produire chacun leur propre définition en fonction de leurs disciplines respectives. Toutefois, son manque de précision ne permet pas de tracer véritablement ses limites :

  • 8 Jean-Paul Tricart, op. cit.

« Impossible au demeurant de déterminer avec précision ce qu’est cette enfance inadaptée que se partagent ainsi travailleurs sociaux et spécialistes de l’expertise “psy” : notion extensive par excellence, qui recouvre aussi bien la “débilité” que la “psychose”, la “pré-délinquance” que les “déficits moteurs ou sensoriels”, elle ne désigne assurément pas une population homogène8. »

7L’enfance inadaptée définit donc un groupe relativement hétérogène associant des jeunes aux symptômes et aux maux très divers dont le seul point commun est de ne pas répondre aux principes de « normalité » véhiculés par la société.

  • 9 Anciennement aumônerie des centres de l’Éducation surveillée, elle est en lien avec le secrétariat (...)
  • 10 Lettre-type du directeur du centre, s. d., 1 p., dact., ESM (Archives privées).

8Parallèlement au discours des experts, l’Église catholique n’entend pas se laisser distancer dans le secteur de l’enfance inadaptée qui se laïcise progressivement. L’aumônerie nationale des centres de jeunes inadaptés9, avec à sa tête l’abbé Duben, reprend d’ailleurs ce concept et multiplie les informations et les rencontres régionales des aumôniers sur ce sujet. L’organisation générale de l’aumônerie en Seine-Maritime est dévolue à partir de 1965 au père Marie-Paul chargé de prendre contact avec les directeurs et les éducateurs, d’organiser des rencontres pour étudier les besoins spirituels des cadres et des jeunes des centres, etc.10. Le responsable diocésain du secrétariat catholique de l’Enfance et de la Jeunesse Inadaptée est quant à lui et ce, sans surprise, l’abbé Bernard Daubeuf. Les catholiques semblent toutefois préférer l’expression « d’enfance malheureuse », pointée du doigt par le Dr Lafon mais plus conforme certainement à leurs préceptes, comme en témoignent la campagne du même nom lancée en 1950 par le Secours catholique et cet extrait de la revue Messages du Secours catholique :

  • 11 « Ce que vous devez savoir sur l’enfance malheureuse », Messages du Secours catholique, novembre-d (...)

« Cette présentation, en effet, ne respecte pas les classifications en usage, pas même celle plus scientifiquement exacte, que nous avions proposée l’an dernier. Mais une classification, quelle qu’elle soit n’est-elle pas toujours artificielle et arbitraire ? L’enfant inadapté ce sera le petit paralysé ou tuberculeux, ou débile mental, mais aussi bien celui, sain de corps et d’esprit, qui ne fréquente aucune école et rôde dans la rue du matin au soir ? Quant à certains caractériels, il dépendra souvent de l’entourage et du plus ou moins de tentations offertes, pour que, de la catégorie des malades, ils versent dans les délinquants. D’autre part, un enfant maltraité n’est pas fatalement en danger moral : celui qu’on choie trop l’est parfois. On multiplierait les exemples11. »

  • 12 Ibid., p. 3.

9Cet article considère « l’enfance malheureuse » sous l’angle de l’abandon moral et de la délinquance, mais inclut aussi l’enfant malade, physiquement atteint. La liste des catégories comprises dans cette expression comprend l’enfant maltraité, l’enfant arriéré, l’enfant abandonné, mais aussi le vagabond, le pré-délinquant, le délinquant qui constituent pour ces trois derniers, « l’extrême pointe de l’enfance malheureuse car il s’agit de cette enfance que la société, faute d’avoir su protéger, s’arroge le droit de punir12 ».

  • 13 Jean-Paul Tricart, op. cit., p. 576.
  • 14 Michel Chauvière, op. cit., p. 102.

10Cette expression, « enfance inadaptée », est donc admise et reprise par tous les milieux intéressés par cette question – les éducateurs l’utilisent cependant très peu dans leurs divers rapports. Selon Jean-Paul Tricart, elle permet surtout de rassembler les diverses institutions de rééducation au sein du secteur de l’enfance inadaptée et de légitimer les ambitions des professionnels13. Michel Chauvière remarque quant à lui que la classification du Dr Lagache « affirme simplement l’adéquation possible des équipements à la nomenclature médico-psychologique14 ». Les définitions proposées consistent donc en des inventaires permettant de justifier les différents types de prise en charge et d’équipement ayant cours au sein du secteur de l’enfance inadaptée. Ces classifications sont également censées permettre d’opérer un « triage » des adolescents passant par les centres d’observation ou les consultations neuropsychiatriques afin de les envoyer dans une structure appropriée à leurs difficultés. Toutefois, dans les premières années, la sélection des pensionnaires n’est pas toujours concluante comme le soulignent les rapports des directeurs d’établissements privés se plaignant régulièrement à ce sujet.

Les limites de l’observation et de la sélection des mineurs inadaptés

11La sélection des jeunes à l’entrée des établissements habilités par l’Éducation surveillée n’est pas réellement efficace dans les premières années, faute d’établissements spécialisés en nombre suffisant. Ludivine Bantigny note à ce propos :

  • 15 Ludivine Bantigny, « Sciences du psychisme et centres d’observation en France dans les années cinq (...)

« Seuls les magistrats qui disposent dans leur département, d’un centre d’observation sont en mesure de faire appel à des psychologues. Les autres juges s’adressent la plupart du temps à des non-spécialistes : les uns demandent au psychiatre de réaliser l’examen psychologique ; d’autres se tournent vers un médecin généraliste, qui parfois se contente d’ajouter à son examen médical, quelques notations sur le caractère du mineur15. »

12La Seine-Inférieure dispose certes d’un centre d’observation à Rouen, mais le nombre de places est insuffisant pour tout le département. Concernant les services d’Hygiène mentale, ils sont débordés. Ceci explique que les rapports joints aux dossiers individuels des pensionnaires ne sont pas toujours réalisés par un expert de l’enfance. Pour certains pensionnaires, les éducateurs ne disposent même d’aucun renseignement médico-psychologique ou sur le passé de ceux-ci, ce qui ne facilite pas leur démarche rééducative. Ainsi, la règle qui établit qu’un jeune doit passer auparavant par un centre d’observation avant d’être placé n’est pas toujours respectée faute de moyens. Si l’on se réfère aux 2 305 fiches de la base de données recensant les pensionnaires des premiers foyers privés habilités par l’Éducation surveillée en Seine-Maritime entre 1949 et 1985 – Foyer fraternel de Beuzevillette, Foyer Les Terrasses, Foyer de Trigauville et Foyer du Val d’Aubette –, la répartition des pensionnaires en fonction du dernier lieu de résidence souligne cette carence :

Dernière résidence

Nombre de pensionnaires

Pourcentage

Hôpital

16

1 %

Maison d’Arrêt

101

4 %

Centre d’observation

186

8 %

Famille

374

16 %

Établissement spécialisé

587

26 %

Non précisé

1041

45 %

2 305

100 %

Dernière résidence des pensionnaires (1949-1985).
Source : Base de données des pensionnaires (1949-1985).

13Hormis les mineurs pour lesquels cette information n’a pas été précisée dans les dossiers personnels (45 % des cas), la majorité d’entre eux (26 %) vient d’un établissement spécialisé, un foyer de semi-liberté, un internat de rééducation ou un IMP. Les centres d’observation (8 %) arrivent après la famille (16 %). Si l’on inclut les pensionnaires qui ont auparavant fait un séjour en centre d’observation, mais pas directement avant leur arrivée, l’augmentation est très faible puisque l’on passe de cent quatre-vingt-six à deux cent dix-sept garçons signalés comme tel (9,4 % du total des pensionnaires). Le centre d’observation ne semble donc pas se présenter comme un passage obligé bien que les textes incitent fortement à ce genre de prise en charge. Le manque d’établissement de ce type et par conséquent le peu de places disponibles expliquent cette situation qui est très prégnante en Seine-Maritime, même si des mineurs peuvent être placés dans d’autres départements pour pallier l’encombrement des structures locales. Ainsi, la répartition des pensionnaires par centre d’observation se présente comme sur le graphique et le tableau ci-contre.

14Les deux principaux centres d’observation d’où proviennent les mineurs sont Champ-Goubert à Évrecy dans le Calvados (28 %) et L’Éclaircie à Rouen (26 %). Ce résultat est sans surprise car les pensionnaires viennent majoritairement de la région et des alentours. Sauf exception, les autres établissements sont localisés à proximité du département et comptent en tête Les Montées à Orléans (10 %), La Prévalaye à Rennes (6 %), puis Savigny-sur-Orge (5 %).

  • 16 Lettre du 26 juin 1961 de Guy Berland à Mlle Hazard, assistante sociale des prisons de Rouen, p. 1 (...)

15Dès lors, les foyers de semi-liberté et les internats de rééducation destinés aux jeunes en danger moral et aux jeunes délinquants reçoivent parfois des mineurs qui n’ont pas leur place dans ce type d’établissements. Comme le souligne le directeur du Foyer fraternel de Beuzevillette, Guy Berland, dans une lettre adressée à une assistante sociale : ils ne sont pas « outillés pour ces garçons-là16 ». Même si progressivement, des psychologues et des psychiatres, d’abord ponctuellement, puis de manière permanente, interviennent dans les institutions, les conditions de fonctionnement de ces établissements ne leur permettent pas de répondre à ces problèmes lourds s’apparentant aux maladies mentales. Des rapports d’éducateurs signalent en effet des adolescents victimes de réelles crises de folie, hurlant, entendant des voix et voulant tuer un de leur proche.

  • 17 Dans un souci d’anonymat, tous les prénoms des jeunes cités ont été modifiés et les noms supprimés

16Le cas de Pierre17, dix-sept ans, illustre de manière concrète cette situation qui dure jusqu’aux années 1960. Il arrive au Foyer fraternel de Beuzevillette en février 1954 à la demande de l’assistante sociale, pour des problèmes relationnels avec sa mère et pour « le viriliser et lui donner une formation ». Or, à la lecture de son dossier, il est évident que ses problèmes ont été sous-estimés et qu’ils ne peuvent être résolus par le foyer. Ce garçon « lent » et « voûté », de père inconnu, ne s’entend pas avec sa mère. Ses gestes à son égard, qualifiés seulement d’« absurdes » par l’assistante sociale, démontrent des difficultés plus graves et une volonté évidente de nuire à sa mère. Il a enduit un de ses pardessus de confiture, mis dans le lait bouillant les corsages de sa mère et brûlé au beau milieu de l’appartement un dictionnaire tout neuf qu’elle lui avait acheté. Le séjour de ce jeune se traduit donc par un échec, le foyer ne pouvant pas lui faire bénéficier d’une quelconque formation à cause de ses carences aussi bien physiques que mentales. Dès le mois d’octobre, l’adolescent est remis à sa mère, puis il retourne rapidement à l’hôpital psychiatrique où il refuse de quitter sa chambre. L’internat de rééducation ne pouvait donc pas prendre en charge ce jeune même s’il ne perturbait pas véritablement la vie en collectivité.

  • 18 Le Colombier, Saint-Barthélémy-d’Anjou (Maine-et-Loire) ; Louis Sadoul, Laxou (Meurthe-et-Moselle) (...)

Nom de l’établissement

Nombre de pensionnaires

Pourcentage

Champ-Goubert, Évrecy (Calvados)

50

28 %

L’Éclaircie, Rouen (Seine-Maritime)

48

26 %

Les Montées, Orléans (Loiret)

19

10 %

La Prévalaye, Rennes (Ille-et-Vilaine)

12

6 %

Savigny-sur-Orge (Essone)

10

5 %

Non précisé

10

5 %

Divers18

37

20 %

186

100 %

Dernière résidence des pensionnaires : centres d’observation (1949-1985).
Source : Base de données des pensionnaires (1949-1985).

17Dans un souci d’efficacité, les directeurs refusent donc de plus en plus les mineurs ne relevant pas véritablement de leur établissement. Dans son rapport de fonctionnement dont il donne lecture au cours de l’assemblée générale de l’association Les Terrasses, Raymond Kervarrec précise ainsi :

  • 19 Compte rendu de l’assemblée générale du 28 avril 1961, Association Les Terrasses, p. 3, dact., ESM (...)

« Nous tendons continuellement vers une unité et une efficacité plus grandes. […] La presque totalité des garçons présente des troubles du caractère et est normalement douée. Nous évitons de recevoir des débiles, qui réclament une ambiance différente et s’adaptent mieux dans d’autres établissements de la région, certains spécialement destinés à cette catégorie de jeunes19. »

  • 20 Sur cet aspect, voir notamment Ludivine Bantigny, « Sciences du psychisme et centres d’observation (...)

18De fait, l’observation des mineurs répond à la fois à la volonté de connaître la personnalité du mineur mais aussi à la nécessité d’opérer un « tri » afin de trouver l’établissement qui correspond le mieux aux besoins de celui-ci. Cependant, les rapports des spécialistes ne permettent pas toujours d’analyser clairement les difficultés réelles et les causes du placement du jeune. Il s’agit d’un discours de spécialistes qui, à un moment donné ou pendant quelques mois au sein des centres d’observation, étudient le mineur et sa famille. Le contenu de ces rapports, même s’il se doit d’être objectif, est tributaire du regard du spécialiste et n’envisage pas forcément de manière « juste » les difficultés du jeune observé dans un lieu et dans un temps déterminés20. De plus, en classant ces mineurs dans différentes catégories prédéfinies, ils les figent dans un profil qui ne leur correspond pas véritablement. Enfin, prendre en charge au sein des mêmes structures privées des jeunes délinquants et des mineurs en danger – de devenir délinquants ? – montre combien la frontière entre les deux peut être fluctuante, voire perméable.

Délinquants ou mineurs en danger ?

  • 21 M. Bégorre, « Le secteur privé de l’enfance inadaptée », Revue pénitentiaire et de droit pénal, se (...)

19Contrairement au secteur public, les établissements privés reçoivent en même temps que les mineurs de justice pour lesquels ils ont été habilités, une « clientèle » qui peut leur être adressée par la direction de la Population, puis celle de l’Action sanitaire et sociale – depuis le décret du 21 septembre 1959 –, par la Sécurité sociale et par les familles elles-mêmes21. Ainsi se côtoient au sein de ces institutions à la fois des mineurs délinquants et des jeunes en danger. Cette situation fait que les observateurs extérieurs ont parfois du mal à les distinguer et ont tendance à les confondre sachant que les foyers de semi-liberté et les internats de rééducation, malgré les réformes mises en place, continuent à être perçus comme des maisons de correction.

20Les mineurs en danger sont toutefois majoritairement présents dans les établissements privés, comme le souligne le graphique ci-contre.

Motif d’entrée

Nombre de pensionnaires

Pourcentage

Assistance éducative

1127

48,9 %

Ordonnance du 2 février 1945

529

23 %

Correction paternelle

103

4,5 %

Correction paternelle et assistance éducative

2

0,1 %

Correction paternelle et ordonnance du 2 février 1945

2

0,1 %

Ordonnance du 2 février 1945 et assistance éducative

9

0,4 %

Non précisé

533

23,1 %

2 305

100 %

Dernière résidence des pensionnaires : centres d’observation (1949-1985).
Source : Base de données des pensionnaires (1949-1985).

  • 22 Le Décret-loi du 30 octobre 1935 avait déjà supprimé l’incarcération par mesure de correction pate (...)

21Au regard des motifs d’entrée des pensionnaires, nous pouvons observer la part écrasante représentée par l’assistance éducative (1 127 mineurs sur 2 305, soit 48,9 % du total) face à celle de l’ordonnance du 2 février 1945 (cinq cent vingt-neuf mineurs soit 23 % du total), sachant que pour23,1 % d’entre eux, le motif d’entrée n’est pas précisé dans les dossiers personnels. Les mesures de correction paternelle, redéfinies par la loi du 1er septembre 194522, viennent ensuite (4,5 %, soit cent trois pensionnaires). D’ailleurs, alors qu’elle disparaît avec l’ordonnance du 23 décembre 1958 sur la protection de l’enfance et de l’adolescence en danger, le terme de « correction paternelle » est toujours utilisé dans les registres des établissements jusqu’en 1966. Une autre particularité est à relever, même si elle ne concerne qu’une minorité des pensionnaires : certains d’entre eux – au nombre de treize (soit 0,6 %) – sont soumis soit à la fois à des mesures de correction paternelle et d’assistance éducative, soit à l’ordonnance du 2 février 1945 et à l’assistance éducative, soit à la même ordonnance et à la correction paternelle. Ces exemples soulignent la complexité et la diversité des cas pris en charge dans les établissements privés et la difficulté à distinguer les mineurs délinquants des jeunes en danger.

22Si l’on se penche sur les motifs d’entrée des pensionnaires par établissement, la part de l’assistance éducative reste importante, mais de légères particularités sont à relever :

Motifs d’entrée des pensionnaires par établissement ( 1949-1985).
Source : Base de données des pensionnaires (1949-1985). VA = Val d’Aubette ; LT = Les Terrasses ; FFB = Foyer fraternel de Beuzevillette ; TAC = Trigauville/André Colleu.

  • 23 De même, les résultats obtenus pour la période 1949-1960, qui est celle où nous avons eu accès aux (...)

23Le Foyer du Val d’Aubette est un exemple un peu particulier car, jusqu’en 1983, il n’est pas habilité par le ministère de la Justice pour recevoir des mineurs délinquants. Toutefois, comme nous l’avons précisé auparavant, les juges des enfants lui confient tout de même un certain nombre de jeunes qui sont enregistrés comme relevant de l’assistance éducative ou de la correction paternelle. Ainsi, pour cet établissement qui affiche « officiellement » 88,9 % de mineurs en danger, les chiffres sont à manipuler avec beaucoup de prudence. Au Foyer Les Terrasses comme au Foyer fraternel de Beuzevillette, nous observons la même prépondérance des mineurs en danger qui représentent respectivement 39 % et 48,3 % des pensionnaires, quoique ce dernier pourcentage annonce une particularité du Havre, et plus spécifiquement du Foyer de Trigauville : les mineurs délinquants y sont majoritaires avec 54,8 % des effectifs. Si l’on effectue les mêmes calculs avant et après l’application de l’ordonnance du 23 décembre 1958 et que l’on compare les chiffres obtenus, on ne note pas d’impact véritable sur la part des délinquants et des mineurs en danger qui restent majoritaires23.

  • 24 Le motif d’entrée au Val d’Aubette d’un des pensionnaires en 1959 est ainsi accompagné de la menti (...)
  • 25 Nous pouvons noter par exemple la présence d’un pensionnaire qui a été placé au Val d’Aubette alor (...)

24À travers ces évaluations statistiques de la proportion respective des mineurs délinquants et en danger pris en charge, se profile une sorte de caractérisation, voire de spécialisation des structures où les établissements du Havre seraient en quelque sorte amenés à accueillir les pensionnaires a priori les plus difficiles puisque délinquants, constat relativement conforme à ce que souligne régulièrement le directeur, Guy Berland. Toutefois, en affinant nos recherches, il apparaît que l’établissement recevant les pensionnaires dont plus personne ne veut24, est, en fait, le Val d’Aubette. En effet, sa réputation certes le précède, mais si on étudie par exemple le nombre de jeunes arrivés directement après avoir été renvoyés par d’autres structures ou dans le cadre de leur travail, ce foyer est largement en tête : de 1949 à 1960, il en accueille trente et un25, contre cinq au Foyer de Trigauville de 1956 à 1972, neuf au Foyer Les Terrasses de 1950 à 1981 et enfin dix au Foyer fraternel de Beuzevillette de 1950 à 1985. Cependant, quel que soit l’établissement, les responsables sont confrontés à des jeunes qui refusent les normes inculquées par la société. Certains pensionnaires sont ainsi pris en charge parce que leurs actes ou leur comportement, que ce soit ou non au sein d’une bande, sont considérés comme antisociaux ou asociaux.

Des jeunes « asociaux », « antisociaux » ?

25Les descriptions des pensionnaires ainsi que les articles spécialisés sur « l’inadaptation de la jeunesse » mettent en avant les caractéristiques des mineurs délinquants ou en danger. Les observateurs les qualifient régulièrement d’« antisociaux » ou d’« asociaux », s’appuyant sur leur rejet de la société ou leur impossibilité à s’intégrer, se manifestant parfois dans des réactions violentes. Le regroupement de ces jeunes au sein de bandes, mais aussi leurs signes de reconnaissance – hexis corporelle, vêtements, tatouages, etc. – sont autant de signes d’un besoin identitaire très marqué.

Le retour des bandes de jeunes

  • 26 Sur ce sujet, voir Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire, Études de sociolog (...)

26Les adolescents placés pour actes antisociaux et asociaux, sont ceux qui posent généralement les problèmes les plus importants dans l’établissement par leur refus de se soumettre aux règles collectives et leur mépris des cadres de l’institution. Cette hostilité qui s’étend à la société et à ses valeurs, se manifeste très souvent à l’égard des représentants de l’ordre qu’ils affrontent avec une certaine fierté, voire un certain plaisir26.

  • 27 Jean-Pierre Ceccaldi, « Le phénomène des bandes, manifestation actuelle de la délinquance juvénile (...)
  • 28 Philippe Robert, Pierre Lascoumes, Les bandes d’adolescents, Paris, Éditions ouvrières, [rééd.], 1 (...)
  • 29 Entretien avec Max Pichon, le 30 mai 2006.

27Christian, dix-sept ans, a ainsi été incarcéré à la maison d’arrêt pour coups à agents, rébellion, ivresse publique et violences. Il arrive au Foyer fraternel de Beuzevillette en mars 1962. Son placement est rendu nécessaire par ses troubles graves du caractère et ses mauvaises fréquentations. Refusant de se plier au règlement intérieur et se campant dans une attitude de contestation, son séjour au foyer est ponctué par de multiples bagarres et impolitesses à l’égard des éducateurs. L’enquête sociale en 1962 le qualifie d’« apache » et de « blouson noir ». Ces termes renvoient naturellement aux bandes de jeunes qui semblent renaître depuis la Seconde Guerre mondiale à tel point que Pierre Ceccaldi présente ce phénomène « comme une manifestation actuelle de la délinquance juvénile27 » tout en mentionnant les précédents historiques. Pierre Lascoumes et Philippe Robert soulignent cette réaction instinctive consistant à insister sur le caractère nouveau des bandes et, à propos des Blousons noirs, l’opinion commune les dénonçant comme « une manifestation particulièrement typique des malheurs du temps, contrepartie d’un progrès échevelé pour certains, aboutissant pour d’autres d’une effroyable corruption morale28 ». La « bande », qu’il ne faut pas confondre avec le « groupe », sous-entend l’existence d’un chef, d’un territoire, de lois et de règles propres29. Le rôle de la presse dans la médiatisation des bandes d’adolescents est très prégnant :

  • 30 Sauvegarde de l’Enfance, 13e année, novembre-décembre 1958, no 9/10, p. 659.

« Dans les quotidiens et les hebdomadaires, il y a une exhibition de la criminalité juvénile, montrant chez les jeunes une agressivité progressivement croissante et, chez les adultes, une nonchalance morale, voire même une perversité inconsciente qui se complaît et se délecte dans la lecture du piquant et du crapuleux, actualité qui n’est pas due seulement aux faits de la guerre, de l’occupation et de la dispersion des familles, mais à des facteurs plus durables tenant à l’évolution sociale et au progrès même, tels que l’accélération des rythmes de vie, l’évolution des conceptions familiales et sociales30. »

  • 31 Jean Chazal, « Les bandes asociales d’enfants et leur réintégration dans les cadres sociaux », Réé (...)
  • 32 Sophie Victorien, « Les J3 au sortir de la Seconde Guerre mondiale », in Jean-Claude Vimont (dir.) (...)
  • 33 Joseph Kessel, Le procès des enfants perdus, Paris, Julliard, 1951, 164 p. Cet ouvrage réunit les (...)
  • 34 Michelle Perrot, « Les “Apaches”, première bande de jeunes », Les ombres de l’histoire. Crime et c (...)
  • 35 Sur la médiatisation des Blousons noirs, cf. Ludivine Bantigny, « De l’usage du blouson noir. Inve (...)
  • 36 Philippe Robert, Pierre Lascoumes, op. cit., p. 23.
  • 37 Jean-Yves Barreyre, Les Loubards : une approche anthropologique, Paris, L’Harmattan, 1992, 171 p. (...)
  • 38 François Tétard précise qu’en 1957, il est fait allusion à l’existence de quelques bandes en Franc (...)
  • 39 Émile Copfermann, La génération des Blousons noirs : Problèmes de la jeunesse française, Paris, Ma (...)
  • 40 « Les Anges noirs », reportage de Benjamin Romieux et Georges Kleinmann diffusé dans l’émission Ac (...)
  • 41 Revue internationale de l’enfant, no 4, 1961, citée dans Sauvegarde de l’Enfance, 17e année, mai-ju (...)

28De la Libération aux années 1980, les médias se font l’écho des méfaits perpétrés par ces bandes d’adolescents qui terrorisent la société et qui ressurgissent régulièrement sous des noms divers. Ainsi, la Seconde Guerre mondiale a produit les bandes asociales d’enfants restés sans foyer à la suite des bombardements, de la déportation ou du décès des parents et qui, selon Jean Chazal, se caractérisent par une certaine agressivité31. Dès lors, les procès des JV ou des J332, du nom des tickets de rationnement réservés aux adolescents, font la une des journaux33 à la manière des Apaches du début du XXe siècle avec qui, « la crainte du jeune homme envahit cette société vieillissante34 ». Mais les plus célèbres dans la violence, restent les Blousons noirs35, bien qu’ils soient ensuite remplacés par les « Cheveux longs », qualifiés de « mous et passifs » et « spécialistes des petits coups36 », puis à partir des années 1970 par les Loubards37, goûtant certes également au rock’n’roll mais aussi à l’alcool et aux drogues. Les Blousons noirs sévissent ainsi de la fin des années 1950 au début des années 196038, par des actes de vandalismes et par leur hostilité à l’égard des adultes39. Ces « Anges noirs40 » interrogent le grand public à l’instar des spécialistes de l’enfance qui tentent de trouver les causes de ce comportement caractérisé par « une absence d’idéologie, un réalisme, une inquiétude et une incertitude intérieures, un développement psycho-sexuel perturbé et un trouble des relations émotionnelles41 ».

29Robert Barcq, pensionnaire du Foyer du Val d’Aubette en 1958, se souvenait en 2002, de ce phénomène touchant Rouen et les environs :

  • 42 Entretien avec Robert Barcq, le 31 août 2002.

« Il y avait aussi le système des bandes. Les jeunes se retrouvaient place de l’Église [à Saint-Aubin-Épinay]. La réputation du foyer n’était pas bonne à cause des règlements de compte. La rivalité des bandes, celles de Saint-Léger et de Saint-Aubin contre celles de Darnétal, Maromme et Déville, entraînait des bagarres avec des coups de poing américains. Il y avait des bandes “sévères” ; le chef, le caïd, avait à sa botte des larbins. Cependant, il y avait un code, loyal, dans l’affrontement des chefs. Mais il fallait faire attention à ce qu’on disait, sinon on était suivi et tabassé. […]
La violence des bandes ne se ressentait pas dans le foyer. C’était la “loi du foyer” qui régnait. Monsieur Delboulle nous disait : “Si vous devez vous bagarrer, c’est dehors !” Les garçons du foyer se sentaient en sécurité car les bandes ne venaient pas dans le foyer42. »

  • 43 « De la boxe des rues et des prisons », reportage diffusé dans l’émission Cinq colonnes à la Une, (...)

30Les jeunes en bande ne s’illustrent pas uniquement par des actes gratuits mais également par des vols. Les mineurs pris en charge au titre de l’ordonnance du 2 février 1945 le sont d’ailleurs majoritairement pour ce motif. Ainsi, sur les cinq cent vingt-neuf pensionnaires placés dans ce cadre, quatre cent vingt-deux (soit 80 %) ont commis des vols – de la boîte de sardines à de l’argent en passant par l’alcool, les véhicules ou du matériel « emprunté » sur le lieu de travail. Les viols collectifs sont aussi relayés par les médias. Parmi les pensionnaires, seize jeunes (3,8 %) sont admis parce qu’ils sont accusés d’attentats à la pudeur, aux mœurs ou de viols – dont un en réunion. Seuls vingt-quatre d’entre eux sont identifiés comme appartenant à des bandes, spécialisées le plus souvent dans les vols de voitures et de scooters ; certaines sont même qualifiées de « très organisées » comme celle de Lisieux. Le vol est dans certains cas, un moyen de survie ou d’acquisition d’un bien qui fait envie, mais il peut également devenir et représenter un jeu. Les jeunes font ici comme les adultes, mais pour eux, il s’agit de jouer « aux gendarmes et aux voleurs ». On s’amuse à braver l’interdit et on s’amuse de l’autorité comme lorsque l’on vole les bicyclettes des « hirondelles » dans le quartier de la Croix-de-Pierre pour les jeter dans la Seine ou comme ce jeune, Daniel, dont le cas est évoqué dans le reportage, De la boxe des rues et des prisons43, qui a fait six mois de prison pour vols de coffres-forts au sein d’une bande, des coffres-forts qu’ils n’ouvraient même pas et qu’ils abandonnaient dans un terrain vague.

Les codes de reconnaissance des jeunes et les marqueurs sociaux

  • 44 Sur les codes vestimentaires, cf. Yves Delaporte, « Teddies, Rockers, Punks et Cie : quelques code (...)

31Les pensionnaires adoptent généralement des codes de reconnaissance propres à la jeunesse ou hérités des bandes voire pour certains de la prison. Qu’on les appelle les J3, les Blousons noirs et plus tard les Loubards, leurs vêtements44, leur langage et leurs tatouages, signalent leur appartenance à un groupe spécifique et, même pour certains d’entre eux, leur réprobation à l’égard de la société et leur volonté de ne pas en faire partie. L’hexis corporelle et les vêtements – du blouson noir, selon les moyens financiers, en cuir ou en « plastique », comme celui de François, pensionnaire du Foyer fraternel de Beuzevillette, à la panoplie jeans-perfecto-santiag – révèlent une recherche identitaire très forte.

32Les éducateurs décrivent parfois avec force détails le style adopté par les pensionnaires utilisant parfois des qualificatifs quelque peu inappropriés, voire passés de mode. C’est le cas du commentaire rédigé au sujet de Bernard, dix-huit ans, placé en 1959 au Foyer de Trigauville, car il a été renvoyé du Foyer Les Terrasses pour vols. Il doit être éloigné de Rouen, où il retrouve souvent ses amis sous la voûte du Ciné-France, « un des centres de la pré-délinquance rouennaise ». L’éducateur précise dans son rapport que Bernard a adopté le style « zazou » : les cheveux longs, un pull noir, une médaille, etc. Un autre adolescent, Richard, quatorze ans, est à la même époque au Foyer fraternel de Beuzevillette, en attendant son admission en centre d’observation, après plusieurs affaires de vols. Le rapport de comportement s’attarde également sur son apparence et précise qu’il est « vêtu à la mode actuelle : polo tilleul, pantalon américain en toile très serré aux jambes, chaussures italiennes à talons épais. [Il] est de suite et comme partout à l’aise, chez lui, avec son regard ironique et son indescriptible accent havrais traînant et gavroche à souhait ».

33Hormis l’accent, la manière de parler et le vocabulaire utilisé sont en effet importants pour se reconnaître entre « copains » de quartier et exprimer la cohésion du groupe, des bandes de jeunes populaires influencées par le langage de la prison teinté parfois de régionalismes et de localismes. L’exemple de Jacques placé pour des problèmes de comportements au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1957, alors qu’il est âgé de 15 ans, est révélateur de cet attachement au quartier. Dans son rapport d’accueil du 2 décembre 1957, il est précisé dès le début que « Jacques parle beaucoup de son passé et surtout de son quartier de la Croix-de-Pierre dont il est particulièrement fier. » Son adaptation au foyer ne semble pas poser de problème car « il y retrouve un camarade de quartier, “un pote” et il lui est ainsi possible d’avoir un témoin lorsqu’il évoque les exploits de son “coin” et de ne pas se sentir dépaysé. » L’éducateur analyse son attitude auprès des autres pensionnaires et souligne ce besoin d’être intégré à une bande, symbole de valorisation et de protection : « Avec les camarades, il flatte le fort, le caïd, ignore les autres, a besoin de se sentir intégré à une bande, valorisé et protégé par elle. » Le médecin psychiatre, quant à lui, évoque les codes de reconnaissance du quartier utilisés par le jeune :

  • 45 Rapport d’accueil, 2 décembre 1957, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 2, dact., DASEC (Archives (...)

« Lorsqu’il parle, il a pris l’habitude de tordre la bouche, la mâchoire en avant, la tête branlante. C’est pour lui une marque importante de son appartenance au quartier : ça fait “dur”, pense-t-il, bien que ce soit assez ridicule45. »

34Le rapport analyse également son comportement : « La conscience morale est celle d’un faible qui cherche à l’accorder à la loi du milieu dans lequel il a grandi et dont il se sent solidaire. » Le milieu d’où il vient, qualifié de pathogène, obéit donc à des lois spécifiques transmises par la famille à laquelle il est très lié :

  • 46 Ibid., p. 3.

« De sa famille, il parle beaucoup, la grand-mère surtout, mais aussi les oncles, le grand frère : tous des durs ! Il va régulièrement les voir, leur écrit, n’a qu’un désir et qu’un seul but : les retrouver dès que possible46. »

35De fait, le jeune fugue à de nombreuses reprises pour retrouver sa famille et son séjour dans l’établissement se termine par un passage en prison avant d’être envoyé au Centre d’observation de Savigny-sur-Orge.

  • 47 Pierre Deveaux, Jean Lacassagne, L’Argot du milieu, Paris, Albin Michel, 1952, 304 p.
  • 48 Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire […], op. cit., p. 73.
  • 49 « L’Humeur d’André Pautard », L’Express, 12 mai 1982, cité dans Luc Basier, Christian Bachmann, «  (...)

36L’« argot du milieu47 », popularisé notamment par les romans de la Série noire dont les jeunes sont très friands, puis le « parler loubard48 » et le verlan des banlieues, diffusé quant à lui à partir des années 1970 par le chanteur Renaud en tête et son célèbre Laisse béton en 1978, procèdent ainsi comme de véritables marqueurs sociaux, voire générationnels. Il permet, par là même, de se distinguer du reste de la société et de ne pas se faire comprendre, souvent au grand déplaisir des adultes. Les articles de journaux publiés sur ce sujet expriment à la fois cette curiosité et cet agacement que suscite ce langage : « Depuis toujours, les jeunes se plaignent d’être incompris. On peut leur retourner le reproche de se montrer incompréhensibles49. »

  • 50 Sur ce sujet Jacques Delarue, Robert Giraud, Les tatouages du milieu, Paris, L’Oiseau de Minerve, (...)
  • 51 Lettre du 23 novembre 1962 du jeune au directeur du Foyer de Trigauville, p. 1, ms., DASEC (Archiv (...)

37Le tatouage représente également un marqueur social très lié au monde de la prison dans l’opinion publique. C’est pourquoi les rapports des éducateurs les mentionnent à chaque fois que le jeune en arbore, tatouages faits le plus souvent à l’aide d’une aiguille et d’une bouteille d’encre, lors d’un passage en prison ou dans une bande ou tout simplement dans la solitude d’une chambre. Un pensionnaire du Foyer de Trigauville est ainsi arrêté en 1962 dans un magasin car il a volé quelques savonnettes et une bouteille d’encre pour se tatouer. Ils représentent généralement des motifs stéréotypés que l’on retrouve tout au long de la période étudiée : poignard entouré d’un serpent, points disposés de manière symbolique, etc. Ce véritable langage, issu du milieu carcéral, constitue un code connu des seuls initiés50 : le premier symbolise la vengeance, les trois points signifient « mort aux vaches », les cinq points « seuls entre quatre murs », un point à la base de chaque doigt « j’emmerde la justice jusqu’au bout des cinq doigts ». Signes de marginalité et de révolte, ceux-ci constituent donc de véritables marqueurs sociaux. Le directeur du Foyer fraternel de Beuzevillette, Guy Berland, se renseigne ainsi auprès d’un médecin, car des jeunes, gênés par leurs tatouages pour trouver par exemple du travail, souhaitent les faire retirer. De même, à la suite d’un accident de la route, un pensionnaire profite de son hospitalisation pour les enlever51. Cette démarche souligne l’attention portée aux apparences et au corps qui peut également être malmené au cours de crises de violence ou par la consommation de diverses substances.

Les conduites dangereuses et addictives

  • 52 Voir Sophie Victorien, « L’inscription de la violence dans le corps des jeunes inadaptés de la Lib (...)

38Ayant parfois des difficultés à verbaliser leurs souffrances, le corps devient alors le lieu privilégié d’expression des sentiments des adolescents52. C’est pourquoi les divers spécialistes de l’enfance sont très attentifs aux différentes réactions physiques et aux marques corporelles traduisant les difficultés du jeune. De même, face à la violence qu’ils ont pu subir dans leur milieu familial, certains des pensionnaires des établissements spécialisés reproduisent ce mode de fonctionnement en frappant leur entourage ou en s’enfermant dans une attitude de bouc émissaire.

  • 53 Feuille de suivi, Foyer de Trigauville, 4 p., ms., DASEC (Archives privées).

39Plusieurs pensionnaires ne peuvent être gardés dans les établissements spécialisés car ils perturbent la vie en collectivité par des comportements violents jusqu’à être qualifiés pour certains de « dangereux ». En effet, divers incidents relatés dans les feuilles de suivi mentionnent des bagarres régulières et des réactions très violentes de jeunes. Mécontents, ils utilisent leurs poings mais aussi des armes, des couteaux, des barres de fer ou des serpes à l’encontre des éducateurs ou de leurs camarades – les dents cassées, les nez fracturés et les hématomes constituent les principales atteintes corporelles que les établissements aient à déplorer dans leurs rapports – ou pour casser des meubles, des portes ou des fenêtres. Ainsi, Pascal, orphelin de seize ans, est renvoyé du Foyer de Trigauville en 1965 suite à une véritable crise de violence53. Après s’être amusé à tirer sur ses camarades avec un pistolet à plombs, le directeur le convoque. Au lieu de se calmer, il prend un croc de docker qu’il avait caché dans ses bagages et menace en hurlant les éducateurs et les autres pensionnaires. Il perce la porte de la chambre d’un éducateur, se cache et crève les pneus d’une voiture dans le parc de l’établissement. Dès le lendemain, le directeur écrit aux autorités de tutelle afin de les informer qu’il ne peut le garder car il représente un danger pour les autres garçons.

40Ces réactions violentes montrent la difficulté pour ces jeunes de passer par la parole pour exprimer leur souffrance ou simplement leur mécontentement. Le corps prend alors le relais dans des crises parfois impressionnantes comme l’illustre le cas de Saïd. Il a été placé au Foyer Les Terrasses en 1958, car il fugue régulièrement pour échapper à sa mère « qui le frappe trop ». Cet adolescent de quinze ans, à la santé fragile, se fait remarquer durant son séjour par des manifestations qualifiées de théâtrales, qui s’accompagnent de gesticulations et de pleurs lorsqu’il est contrarié. Un jour, quand il apprend qu’un de ses camarades a trouvé du travail, alors que lui, vient de quitter son employeur, il se met à pleurer et se débat. Une autre fois, toujours après une contrariété, il pleure, lance une chaise, donne des coups de pieds dans une porte, essaie de se frapper la tête contre un radiateur et se débat. Les conclusions de l’examen psychologique sont claires quant à l’influence de son vécu sur son comportement et la difficulté de communiquer avec les autres :

  • 54 Examen psychologique, 26 février 1959, 1 p., dact., Foyer Les Terrasses (Archives privées).

« En résumé, [Saïd] est un débile léger, resté “petit garçon” qui a souffert de l’autoritarisme inéducatif maternel et de carence paternelle, il a peu, ou d’insatisfaisants échanges avec autrui, ne possède pas de principes moraux. Il semble nécessaire de l’encadrer plusieurs années54. »

  • 55 Lettre du 8 décembre 1954 de Guy Berland au juge des enfants, 1 p., dact., Foyer fraternel de Beuz (...)
  • 56 Feuille de suivi, Foyer fraternel de Beuzevillette, 4 p., ms., DASEC (Archives privées).

41Peu prolixes sur leur mal-être, ayant connu pour certains ce seul mode de fonctionnement au sein de leur famille, comme le soulignent plusieurs rapports de comportement, ces jeunes cherchent à exprimer par la brutalité la « volonté de se venger des brimades connues dans le passé ». Ces dernières peuvent également enfermer le jeune dans une attitude de bouc émissaire, reproduisant ainsi sa position dans la famille. Des pensionnaires se posent alors en victimes consentantes dont les camarades peuvent « à leur gré abuser au point de vue sexuel55 ». D’autres cherchent régulièrement à provoquer par des insultes leurs camarades qui leur infligent de sévères corrections à l’instar de Dimitri, placé en 1979 au Foyer fraternel de Beuzevillette à l’âge de quinze ans, qui « emmerde les gars, les traite de tous les noms et se plaint de prendre des coups56 ».

42De fait, les rapports des éducateurs sont de plus en plus attentifs aux atteintes corporelles que les pensionnaires s’infligent. Celles-ci laissent leurs marques sur les corps, souvenirs de détresse et de souffrance non dites, matérialisés par des cicatrices et des marques de brûlure. Comme le rappelle David Le Breton :

  • 57 David Le Breton, La peau et la trace : sur les blessures de soi, Paris, Éditions Métailié, 2003, p (...)

« Mieux vaut la douleur (que l’on maîtrise) que la souffrance (qui s’impose sans rémission). S’il est loisible de résister à la première dans certains cas, la souffrance, elle, incarne toujours l’intolérable, l’excès qui détruit. La plaie matérialise la détresse, elle la fixe57. »

  • 58 Cette expression est une référence à l’ouvrage de David Le Breton, Signes d’identité, Tatouages, p (...)
  • 59 David Le Breton, La peau et la trace […], op. cit., p. 12.
  • 60 Feuille de suivi, Foyer Les Terrasses, 2 p., ms., LT (Archives privées).

43Ces « signes d’identité58 » ne sont pas en effet uniquement un moyen de faire taire la souffrance, mais sont aussi « une manière de prendre des marques symboliques avec le monde59 ». Ces cicatrices peuvent aussi être des souvenirs de tentatives de suicide dont certaines se déroulent au cours du placement dans l’établissement et nécessitent l’hospitalisation du jeune. Alain, placé au Foyer Les Terrasses au début des années 1970, est très marqué par ses multiples placements et vit difficilement sa situation d’enfant abandonné. Après avoir perdu son emploi, il s’entaille ainsi le bras et les poignets lors d’une crise de décompression. Il est ensuite hospitalisé pendant un mois. Le foyer avait remarqué très tôt des signes indiquant une dépression en cours et des problèmes avec l’alcool60.

  • 61 Entretien avec Max Pichon, op. cit.
  • 62 Gérard Mauger, op. cit., p. 126. Patrice Pinell, Markos Zafiropoulos, « Drogues, déclassement et s (...)
  • 63 Gérard Mauger, op. cit., p. 127.

44Les conduites addictives, signes d’un mal-être, sont relativement répandues parmi les pensionnaires les plus fragilisés des établissements spécialisés. L’alcool, principale substance consommée, pose d’ailleurs de véritables problèmes non seulement de santé mais aussi de comportement. Des pensionnaires entrent dans de violentes colères après avoir bu et il est parfois difficile pour les éducateurs de les maîtriser. Certains amputent une grande partie de leur salaire pour se soûler le week-end61. D’autres préfèrent inhaler de la colle et toutes sortes de solvants – éther, trichloréthylène –, consomment des médicaments et divers stupéfiants – drogues dites douces mais aussi morphine, héroïne et cocaïne – dont la consommation circonscrite à la fin des années 1960 au milieu étudiant et « contre-culturel » se répand ensuite chez les jeunes des classes populaires62. Le but recherché est d’atteindre la « défonce63 » pour échapper à une réalité trop dure à supporter et pour réguler leur angoisse. Le problème devient si important que des structures spécialisées sont mises en place, notamment à Rouen, où face à la généralisation de ce phénomène, une équipe d’éducateurs est constituée en 1975 au sein de l’Association rouennaise d’éducation de la jeunesse (AREJ) pour intervenir auprès des toxicomanes dans le cadre de la prévention spécialisée :

  • 64 Rapport d’activité pour l’année 1975, Section toxicomanie, mars 1976, p. 1-2, dact., AREJ (Archive (...)

« Le nombre de toxicomanes augmente chaque jour. Nous avons constaté que nos moyens étaient disproportionnés par rapport aux besoins qui risquent malheureusement d’aller encore en grandissant. Nous assistions à la dégradation psychologique, physique et physiologique de jeunes. Nous avons assisté, impuissants, à la mort de deux d’entre eux. C’est ainsi que nous avons envisagé une partie de notre action future : la présence de l’éducateur chez le toxicomane, présence acceptée comme un élément neutre mais positif64. »

  • 65 Entretien avec Bernard et Thérèse Emo, le 15 septembre 2004 ; entretien avec René et Rolande Fromo (...)

45En 1979, cette même association met en place un centre de post-cure pour jeunes toxicomanes, Les Loges, situé entre Fécamp et Étretat65. Malgré ces mesures de prévention, les éducateurs se sentent très souvent impuissants face à la consommation de drogues dures par leurs pensionnaires dont le séjour, émaillé parfois par des hospitalisations, se termine la plupart du temps par un retour dans la famille pour envisager une cure de désintoxication, ou par un renvoi pour consommation, voire pour vente de drogue dans l’établissement.

  • 66 Kim Hewitt, Mutilating the Body, Identity in Blood and Ink, Bowling Green, Bowling Green State Uni (...)

46Le corps des jeunes inadaptés, qu’ils soient délinquants ou en danger, fait donc l’objet d’une description attentive des spécialistes de l’enfance, qui cherchent à interpréter les symptômes et les marques corporelles, et ce pour dépasser les silences et les difficultés des jeunes à faire part de leurs problèmes. Les rapports comportent en effet une lecture du corps que les pensionnaires malmènent d’ailleurs au gré de leur souffrance qu’ils essaient d’étouffer par des scarifications, des brûlures ou par la consommation de psychotropes. Le corps est ainsi le vecteur privilégié de la parole de l’adolescent et le lieu d’expression de sa douleur. Dès lors, « ce qui ne peut être dit en mots, devient un langage de sang et de douleur66 ». Cette souffrance ou cette révolte est par ailleurs particulièrement perceptible dans les lettres envoyées par les jeunes gens au cours de leur séjour en prison qui ponctue parfois leur placement en établissement spécialisé.

Les jeunes et la prison : entre hantise et fierté

47Les établissements spécialisés se présentent comme une alternative à la prison et l’action des éducateurs de prévention se justifie en grande partie pour éviter aux jeunes de sombrer dans la délinquance et de connaître l’expérience carcérale. Or un nombre non négligeable de pensionnaires des internats de rééducation et des foyers de semi-liberté ont déjà fait un séjour en détention avant leur arrivée, ou y sont confrontés au cours de leur placement. Leur réaction face à cette menace permanente oscille entre hantise et fierté.

Les établissements spécialisés : une alternative à la prison ?

  • 67 « De la boxe des rues et des prisons », op. cit.

48Dans le reportage De la boxe des rues et des prisons67 tourné en 1969 auprès de l’équipe de prévention de l’Association rouennaise d’éducation de la jeunesse (AREJ), le journaliste demande à Bernard Emo, alors éducateur de rue et à la tête de cette association, ce que veut dire la prison pour les jeunes. Sa réponse est sans détours :

« La prison, c’est la catastrophe car les jeunes sont obligés de vivre dans des normes spéciales qui sont les normes d’incarcération. Ils sont obligés de faire taire leur affectivité, leurs possibilités intellectuelles et leurs ambitions d’adolescents. »

  • 68 Sur la pratique du sport des mineurs en détention : Élise Yvorel, Les enfants de l’ombre. La vie q (...)
  • 69 Entretien avec Bernard et Thérèse Emo, le 15 septembre 2004.

49Il contredit d’emblée les idées reçues quant au confort des prisons, où les détenus ont notamment la télévision et font du sport, en expliquant qu’ils font certes du football mais du « football de prison68 ». Il explique ensuite que la prison mutile les gens, les coupe de la société, sans se demander pourquoi ils ont commis ces actes. D’ailleurs, Bernard Emo justifie ainsi son engagement auprès des jeunes : « La base de mon boulot, c’était d’empêcher que les gosses aillent en prison, ça c’est ma maladie, empêcher que les gosses aillent en prison69. »

  • 70 Lettre du 1er juin 1960 de Guy Berland à un ancien pensionnaire de Beuzevillette, p. 1, dact., DAS (...)
  • 71 Rapport de l’enquête sociale, mars 1958, p. 4., dact., DASEC (Archives privées).

50Toutefois, d’après les informations recueillies à partir des dossiers personnels et des registres des entrées et des sorties des pensionnaires, nous remarquons que deux cent six d’entre eux (9 %) n’ont pas pu y échapper puisque ces derniers sont signalés comme y ayant séjourné au moins une fois juste avant ou au cours de leur placement. Malgré les avertissements, voire les menaces réitérées des directeurs et des éducateurs, des pensionnaires se retrouvent à faire un « séjour dans une certaine maison70 », rue Lesueur au Havre ou à la maison d’arrêt de Bonne Nouvelle sur la rive gauche de Rouen. C’est le cas de Fabrice, seize ans, qui arrive de la maison d’arrêt en juin 1962 au Foyer fraternel de Beuzevillette à la suite de multiples vols à l’étalage d’un grand magasin ou dans la rue. Il a commis d’autres larcins avec effraction : chocolats glacés dans les cinémas ou pillage de troncs d’église. Le dernier en date a eu lieu dans une épicerie où il a dérobé de l’argent dans le tiroir-caisse. Il a également commis des dégradations diverses : bris de vitres d’une maison neuve, dégâts dans un hangar et instruments de musique cassés dans une salle des fêtes. Il est, de fait, très mal considéré par les voisins de ses parents qui estiment que « c’est un voyou, un futur gangster71 ». Le certificat du médecin-chef du Centre de psychothérapie de Nancy rédigé en 1960 est très peu optimiste à son égard :

  • 72 Certificat cité dans le rapport d’accueil, 23 juillet 1962, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1 (...)

« Le jeune [Fabrice] est un jeune déséquilibré de 15 ans, au lourd passé de délinquance, incapable de se plier à la moindre discipline de vie. Ancien pupille du Centre de rééducation de Belle-Île-en-Mer, condamné à deux ans de prison pour vols qualifiés, ce jeune délinquant se montre instable, mal contrôlé, buté, révolté, provoquant, plein de rancœurs72. »

  • 73 Ibid., p. 4.
  • 74 Lettre du 16 juillet 1962 de Guy Berland au président du tribunal pour enfants du Havre, p. 1., da (...)
  • 75 Lettre du 24 juillet 1962 de Guy Berland au président du tribunal pour enfants du Havre, p. 1., da (...)

51Le rapport d’accueil du Foyer fraternel de Beuzevillette signale les problèmes de discipline que pose Fabrice, qui « raconte des histoires entendues en prison et dont il essaie de se faire passer pour le héros, donne des détails de surprises-parties d’un genre douteux ou de rencontres à trois. Il montre ainsi l’influence néfaste, particulièrement sur le plan sexuel, de son séjour en prison73 ». L’empreinte de la prison et ses effets sur des adolescents qui y sont confrontés très jeunes sont d’ailleurs régulièrement dénoncés dans les comptes rendus des éducateurs qui se plaignent des « mauvaises habitudes » prises au cours de leur séjour en maison d’arrêt que ce soit au niveau du langage, des mœurs et de l’apprentissage de pratiques illégales. Ainsi, dès le mois de juillet, Fabrice est arrêté après avoir volé un cyclomoteur et fugué au Havre où il a, d’autre part, commis deux cambriolages. Guy Berland informe alors le président du tribunal pour enfant du Havre de ces événements et demande à être déchargé le plus tôt possible du « garçon qui ne tire aucun profit de son séjour à Beuzevillette, ne parle que de ses séjours en maison d’arrêt, de ses projets de fugues et de délits, et a, récemment menacé l’éducateur avec un couteau74 ». Quelques jours plus tard, comme pour être sûr de ne pas revoir Fabrice, il envoie une nouvelle note au président du tribunal pour enfant du Havre précisant qu’il leur « apparaît opportun de ne plus jamais [le] placer en collectivité : il n’en tire aucun bénéfice et s’y montre un sujet dangereux ». Le directeur insiste même sur « l’impossibilité absolue dans laquelle nous nous trouvons de l’accepter par la suite, dans aucun de nos services75 ». Plusieurs cas similaires montrent que quelques jeunes semblent complètement échapper à la prise en charge des établissements spécialisés. Dans leur correspondance avec les juges des enfants, les directeurs insistent alors sur leur impuissance à agir sur ces garçons, comme insensibles à leur devenir et à la menace de la prison, qu’ils connaissent déjà trop bien. Cependant, même si une minorité des pensionnaires se fait une fierté d’avoir connu la maison d’arrêt, la lecture des lettres des jeunes emprisonnés montre clairement combien celle-ci les terrorise.

La pression de la prison

  • 76 Bulletin régional d’informations du CREAI de Haute-Normandie, 1979, no 4, p. 4.
  • 77 Élise Yvorel, « De l’adaptation à la révolte : la souffrance carcérale des jeunes détenus », in Fr (...)
  • 78 Lettre du 25 août 1959 de [Gilbert] à Raymond Kervarrec, p. 1, ms., LT (Archives privées).

52La peur de la prison est parfois utilisée comme moyen de pression sur des pensionnaires difficiles qui ne veulent pas se soumettre au règlement de l’établissement ou qui, insouciants, continuent à commettre de menus délits. Généralement, comme le jeune souhaite sortir de prison, il accepte les conditions que lui impose le directeur ou l’éducateur, qui est vu alors comme un allié. De prime abord, l’internat, ou le foyer de semi-liberté, est perçu comme un moyen répressif et de coercition par les jeunes qui rejettent en retour ce mode de prise en charge76. Le but de cette expérience, relativement « rude » et fort discutable, même si les adolescents rompus aux établissements spécialisés semblent s’adapter plus facilement que les autres77, est donc de lui faire prendre conscience que l’établissement spécialisé où il est placé représente une chance, même s’il existe des contraintes inhérentes à son statut et à la vie en collectivité, et qu’il doit respecter un certain nombre de règles. Les lettres envoyées depuis la maison d’arrêt par certains pensionnaires témoignent de cette prise de conscience – plus ou moins durable – des erreurs commises et de la volonté – simulée ou non – de s’en sortir en revenant à l’établissement. Gilbert, pupille de l’Assistance publique de dix-sept ans – sa mère est décédée et son père est alcoolique –, écrit à Raymond Kervarrec, le 25 août 1959 alors qu’il est à la maison d’arrêt de Rouen pour vols multiples et recels. Il tient à insister sur le fait que cette situation est uniquement de sa faute : « Si je suis parti si vite pour me rendre ici, c’est bien de ma faute j’aurais dû me tenir tranquille comme vous me l’avais répéter mainte et mainte fois et moi petit sot je m’écoutais et c’est cela qui arrive maintenant78. »

53Certains souhaitent ainsi tourner la page et « effacer ce calvaire », mais ceci n’est pas toujours aisé car la prison laisse des marques parfois indélébiles surtout quand le jeune homme a été confronté très tôt aux établissements spécialisés.

  • 79 « De la boxe des rues et des prisons », op. cit.

54Le reportage De la boxe des rues et des prisons79, illustre cette difficile reconstruction de l’identité en s’appuyant sur l’exemple de deux jeunes gens. Daniel qui, à tout juste vingt-et-un ans a déjà fait six ans de prison au total. Ce spécialiste des vols de coffres-forts, comme nous l’avons déjà vu auparavant, est très marqué par l’univers carcéral et n’arrive pas à se stabiliser au travail. La dernière fois, il est resté seulement quarante-huit heures puis s’est sauvé car le contremaître avait la voix d’un gardien de prison qu’il avait connu et les fenêtres de l’atelier avaient des barreaux. De plus, il n’admet plus qu’on lui donne des ordres car il a tout le temps subi pendant ces six années « les ordres des vieux cons qui se soûlent toute la journée ». Son projet d’avenir est somme toute fort classique : se ranger, avoir une fiancée et travailler « comme tout le monde ». Mais il n’arrive pas à le concrétiser. Le second exemple se présente sous les traits de Robert dont « les facultés affectives ont été brisées par vingt-cinq ans d’orphelinat, de centres de rééducation et de détentions pénitentiaires », comme le rappelle le commentaire. Au moment de l’enregistrement de ce reportage, Robert sort de prison : « Il porte en lui un désert. » Son parcours n’est qu’une suite de placements, de déceptions et d’échecs. Ses parents dénoncés par des habitants du village où ils habitaient ont été fusillés par les Allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale alors qu’il avait quatre ans. Il est ainsi resté jusqu’à l’âge de quatorze ans en orphelinat et a séjourné ensuite dans sept ou huit établissements de rééducation d’où il a été renvoyé à chaque fois. Selon Robert, « ça a craqué de partout, je n’ai pas réussi à prendre le dessus ». Après l’armée, il s’est trouvé seul et a volé « pour qu’on le ramène chez lui » : en prison. Le jeune homme éprouve des difficultés à se faire accepter par les autres. Il explique qu’il n’arrive pas à trouver sa personnalité, à être bien dans sa peau et à se faire à une vie normale. Depuis qu’il est sorti de prison, il ne fait rien, erre en ville et se soûle. Il vit à l’hôtel où il s’est inscrit sous une fausse identité pour le plaisir de « berner les autres » mais aussi pour éviter les ennuis avec la police : « Ce n’est pas agréable de se faire réveiller à six heures du matin et de passer une journée ou deux à se faire questionner. » Ce type de parcours montre combien la réinsertion de ces adolescents est problématique et comment des jeunes gens sortent brisés d’une série de malchances, de malheurs ou de mauvaises rencontres. Ce sentiment ne fait que se renforcer à la lecture des dossiers individuels des pensionnaires qui nous permettent d’entrevoir leur histoire à travers leur milieu d’origine et leurs parcours très souvent chaotiques.

Notes

1 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy suivi de : l’efficace des années quarante, Paris, Éditions ouvrières, 1987, p. 92.

2 Roger Benjamin, Délinquance juvénile et société anomique. L’évolution de la criminalité des mineurs en France de 1954 à 1964 : données principales et essai d’explication, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1971, p. 7.

3 Rééducation, 7e année, mai-juin 1953, no 46/47, p. 65.

4 Robert Lafon, « L’enfance inadaptée », Pages documentaires, revue de l’UCSS, décembre 1949-janvier 1950, no 2, p. 97. Cité dans Jean-Paul Tricart, « Initiative privée et étatisation parallèle. Le secteur dit de l’enfance inadaptée », Revue française de sociologie, 1981, vol. 22, no 2, p. 575.

5 Comme le souligne Michel Chauvière cette nomenclature est publiée intégralement dans les premiers numéros de la revue Sauvegarde de l’Enfance en juin, juillet et octobre 1946. Cf. Michel Chauvière, op. cit., p. 98.

6 Sauvegarde, 13e année, novembre-décembre 1958, no 9/10, p. 658.

7 Michel Chauvière, op. cit., p. 96.

8 Jean-Paul Tricart, op. cit.

9 Anciennement aumônerie des centres de l’Éducation surveillée, elle est en lien avec le secrétariat catholique de l’enfance et de la jeunesse inadaptée et est prise en charge par le Secours catholique.

10 Lettre-type du directeur du centre, s. d., 1 p., dact., ESM (Archives privées).

11 « Ce que vous devez savoir sur l’enfance malheureuse », Messages du Secours catholique, novembre-décembre 1950, p. 1, ESM (Archives privées).

12 Ibid., p. 3.

13 Jean-Paul Tricart, op. cit., p. 576.

14 Michel Chauvière, op. cit., p. 102.

15 Ludivine Bantigny, « Sciences du psychisme et centres d’observation en France dans les années cinquante », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Le Temps de l’Histoire, no 6, octobre 2004, p. 96.

16 Lettre du 26 juin 1961 de Guy Berland à Mlle Hazard, assistante sociale des prisons de Rouen, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

17 Dans un souci d’anonymat, tous les prénoms des jeunes cités ont été modifiés et les noms supprimés.

18 Le Colombier, Saint-Barthélémy-d’Anjou (Maine-et-Loire) ; Louis Sadoul, Laxou (Meurthe-et-Moselle) ; Les Cèdres, Chenôves (Côte-d’Or) ; Évreux (Eure) ; Poitiers (Vienne) ; Étry, Aunet (Seine-et-Marne) ; Macanan, Bauliac (Gironde) ; Camille Blaisot, Caen (Calvados) ; Les Gézillières, Basse-Goulaine (Loire-Atlantique) ; Kerforn, Lorient (Morbihan) ; Hourvari, Le Perray-en-Yvelines (Yvelines) ; Dijon (Côte-d’Or).

19 Compte rendu de l’assemblée générale du 28 avril 1961, Association Les Terrasses, p. 3, dact., ESM (Archives privées).

20 Sur cet aspect, voir notamment Ludivine Bantigny, « Sciences du psychisme et centres d’observation en France dans les années cinquante », op. cit., p. 93.

21 M. Bégorre, « Le secteur privé de l’enfance inadaptée », Revue pénitentiaire et de droit pénal, septembre 1968, p. 538.

22 Le Décret-loi du 30 octobre 1935 avait déjà supprimé l’incarcération par mesure de correction paternelle. Avec la réforme du 1er septembre 1945, la mesure prise à l’encontre du mineur dans ce cadre ne dépend plus des parents mais du juge en fonction de la personnalité du jeune.

23 De même, les résultats obtenus pour la période 1949-1960, qui est celle où nous avons eu accès aux dossiers personnels du Val d’Aubette, sont relativement équivalents à ceux des quatre établissements pour la période 1949-1985.

24 Le motif d’entrée au Val d’Aubette d’un des pensionnaires en 1959 est ainsi accompagné de la mention suivante : « Personne n’en veut plus. »

25 Nous pouvons noter par exemple la présence d’un pensionnaire qui a été placé au Val d’Aubette alors qu’il a été renvoyé cinq fois de divers internats.

26 Sur ce sujet, voir Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire, Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin, 2006, p. 100.

27 Jean-Pierre Ceccaldi, « Le phénomène des bandes, manifestation actuelle de la délinquance juvénile », Revue pénitentiaire et de droit pénal, no 50, avril-juin 1961, p. 370.

28 Philippe Robert, Pierre Lascoumes, Les bandes d’adolescents, Paris, Éditions ouvrières, [rééd.], 1974, p. 17.

29 Entretien avec Max Pichon, le 30 mai 2006.

30 Sauvegarde de l’Enfance, 13e année, novembre-décembre 1958, no 9/10, p. 659.

31 Jean Chazal, « Les bandes asociales d’enfants et leur réintégration dans les cadres sociaux », Rééducation, 3e année, décembre 1949, no 19, p. 12.

32 Sophie Victorien, « Les J3 au sortir de la Seconde Guerre mondiale », in Jean-Claude Vimont (dir.), Jeunes, déviances et identités. XVIIIe-XXe siècle, Cahier du GRHis, no 15, Rouen, PURH, 2005, p. 113-125.

33 Joseph Kessel, Le procès des enfants perdus, Paris, Julliard, 1951, 164 p. Cet ouvrage réunit les articles de Joseph Kessel parus dans Paris-Presse au moment du procès des J3 de Melun.

34 Michelle Perrot, « Les “Apaches”, première bande de jeunes », Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001, p. 178.

35 Sur la médiatisation des Blousons noirs, cf. Ludivine Bantigny, « De l’usage du blouson noir. Invention médiatique et utilisation politique du phénomène “blousons noirs” (1959-1962) », Mohammed Marwan, Laurent Mucchielli (dir.), Les bandes de jeunes : des « blousons noirs » à nos jours, Paris, La Découverte, 2007, p. 19.

36 Philippe Robert, Pierre Lascoumes, op. cit., p. 23.

37 Jean-Yves Barreyre, Les Loubards : une approche anthropologique, Paris, L’Harmattan, 1992, 171 p. Gérard Mauger, Hippies, loubards, zoulous : jeunes marginaux de 1968 à aujourd’hui, Paris, La Documentation française, 1991, 60 p.

38 François Tétard précise qu’en 1957, il est fait allusion à l’existence de quelques bandes en France et qu’en 1965 le phénomène est dissous. Cf. Françoise Tétard, « Le phénomène blouson noir en France. Fin des années 50-début des années 60 », in Révolte et société, tome 2, Paris, Publications de la Sorbonne, 1989, p. 206.

39 Émile Copfermann, La génération des Blousons noirs : Problèmes de la jeunesse française, Paris, Maspero, 1962, [rééd.], La Découverte, 2003, p. 34-35.

40 « Les Anges noirs », reportage de Benjamin Romieux et Georges Kleinmann diffusé dans l’émission Actualités, 20 novembre 1961, TSR.

41 Revue internationale de l’enfant, no 4, 1961, citée dans Sauvegarde de l’Enfance, 17e année, mai-juin 1962, no 5/6, p. 432.

42 Entretien avec Robert Barcq, le 31 août 2002.

43 « De la boxe des rues et des prisons », reportage diffusé dans l’émission Cinq colonnes à la Une, réalisé par Jean L’Hôte, produit par Pierre Lazareff et Éliane Victor, 1969, collection « Il était une fois ».

44 Sur les codes vestimentaires, cf. Yves Delaporte, « Teddies, Rockers, Punks et Cie : quelques codes vestimentaires urbains », L’Homme, année 1982, vol. 22, no 4, p. 49-62.

45 Rapport d’accueil, 2 décembre 1957, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 2, dact., DASEC (Archives privées).

46 Ibid., p. 3.

47 Pierre Deveaux, Jean Lacassagne, L’Argot du milieu, Paris, Albin Michel, 1952, 304 p.

48 Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire […], op. cit., p. 73.

49 « L’Humeur d’André Pautard », L’Express, 12 mai 1982, cité dans Luc Basier, Christian Bachmann, « Le verlan : argot d’école ou langue des keums ? », Mots. Les langages du politique, année 1984, vol. 8, p. 169.

50 Sur ce sujet Jacques Delarue, Robert Giraud, Les tatouages du milieu, Paris, L’Oiseau de Minerve, 1999, 87 p. + illustrations.

51 Lettre du 23 novembre 1962 du jeune au directeur du Foyer de Trigauville, p. 1, ms., DASEC (Archives privées).

52 Voir Sophie Victorien, « L’inscription de la violence dans le corps des jeunes inadaptés de la Libération aux années 1980 », in Frédéric Chauvaud (dir.), Corps saccagés. Une histoire des violences corporelles du Siècle des lumières à nos jours, Rennes, PUR, p. 151-162.

53 Feuille de suivi, Foyer de Trigauville, 4 p., ms., DASEC (Archives privées).

54 Examen psychologique, 26 février 1959, 1 p., dact., Foyer Les Terrasses (Archives privées).

55 Lettre du 8 décembre 1954 de Guy Berland au juge des enfants, 1 p., dact., Foyer fraternel de Beuzevillette, DASEC (Archives privées).

56 Feuille de suivi, Foyer fraternel de Beuzevillette, 4 p., ms., DASEC (Archives privées).

57 David Le Breton, La peau et la trace : sur les blessures de soi, Paris, Éditions Métailié, 2003, p. 30.

58 Cette expression est une référence à l’ouvrage de David Le Breton, Signes d’identité, Tatouages, piercing et autres marques corporelles, Paris, Édition Métailié, 2002, 228 p.

59 David Le Breton, La peau et la trace […], op. cit., p. 12.

60 Feuille de suivi, Foyer Les Terrasses, 2 p., ms., LT (Archives privées).

61 Entretien avec Max Pichon, op. cit.

62 Gérard Mauger, op. cit., p. 126. Patrice Pinell, Markos Zafiropoulos, « Drogues, déclassement et stratégies de disqualification », Actes de la recherche en sciences sociales, 1982, vol. 42, no 1, p. 23.

63 Gérard Mauger, op. cit., p. 127.

64 Rapport d’activité pour l’année 1975, Section toxicomanie, mars 1976, p. 1-2, dact., AREJ (Archives privées).

65 Entretien avec Bernard et Thérèse Emo, le 15 septembre 2004 ; entretien avec René et Rolande Fromont, le 12 juin 2007.

66 Kim Hewitt, Mutilating the Body, Identity in Blood and Ink, Bowling Green, Bowling Green State University Popular Press, 1997, p. 58. Cité dans David Le Breton, op. cit., p. 35.

67 « De la boxe des rues et des prisons », op. cit.

68 Sur la pratique du sport des mineurs en détention : Élise Yvorel, Les enfants de l’ombre. La vie quotidienne des jeunes détenus au XXe siècle en France métropolitaine, Rennes, PUR, 2007, p. 185.

69 Entretien avec Bernard et Thérèse Emo, le 15 septembre 2004.

70 Lettre du 1er juin 1960 de Guy Berland à un ancien pensionnaire de Beuzevillette, p. 1, dact., DASEC (Archives privées) : « Si tu sens que tu risques de te retrouver un de ces jours dans une certaine maison pour quelques mois, puis dans un centre sévère jusqu’à 21 ans, tu as peut-être intérêt à venir parmi nous et à t’éviter tout cela… D’autres l’ont compris trop tard ! »

71 Rapport de l’enquête sociale, mars 1958, p. 4., dact., DASEC (Archives privées).

72 Certificat cité dans le rapport d’accueil, 23 juillet 1962, Foyer fraternel de Beuzevillette, p. 1., dact., DASEC (Archives privées).

73 Ibid., p. 4.

74 Lettre du 16 juillet 1962 de Guy Berland au président du tribunal pour enfants du Havre, p. 1., dact., DASEC (Archives privées).

75 Lettre du 24 juillet 1962 de Guy Berland au président du tribunal pour enfants du Havre, p. 1., dact., DASEC (Archives privées).

76 Bulletin régional d’informations du CREAI de Haute-Normandie, 1979, no 4, p. 4.

77 Élise Yvorel, « De l’adaptation à la révolte : la souffrance carcérale des jeunes détenus », in Frédéric Chauvaud (dir.), Histoires de la souffrance sociale XVIIe-XXe siècle, Rennes, PUR, 2007, p. 116.

78 Lettre du 25 août 1959 de [Gilbert] à Raymond Kervarrec, p. 1, ms., LT (Archives privées).

79 « De la boxe des rues et des prisons », op. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Motifs d’entrée des pensionnaires par établissement ( 1949-1985).Source : Base de données des pensionnaires (1949-1985). VA = Val d’Aubette ; LT = Les Terrasses ; FFB = Foyer fraternel de Beuzevillette ; TAC = Trigauville/André Colleu.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540