Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Deuxième partie. Rencontre avec les pensionnaires des établissements spécialisés

Introduction

Volltext

  • 1 Ludivine Bantigny, Jean-Claude Vimont (dir.), Sous l’œil de l’expert. Observateurs et observés dan (...)
  • 2 Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées de Haute-Normandie.

1Des moyens importants, tant au niveau législatif qu’au niveau institutionnel, sont mobilisés au sortir de la Seconde Guerre mondiale pour « sauver » les jeunes en difficulté, notamment les mineurs dont le milieu d’origine est considéré comme défaillant. C’est cette frange de la jeunesse qui fait l’objet en priorité d’une prise en charge dans les établissements spécialisés. Il est donc nécessaire de placer au centre de notre étude les pensionnaires de ces instituts de rééducation pour esquisser les caractéristiques de ces jeunesses malheureuses et de ces jeunesses dangereuses, mais également de s’intéresser aux critères motivant leur rééducation dans les structures dévolues à cet effet. Les dossiers personnels1 des jeunes « placés » sont dès lors une source privilégiée pour retracer leurs parcours et élaborer leurs profils. Nous avons ainsi pu consulter plus de deux mille dossiers de mineurs pris en charge dans quatre établissements depuis l’après-guerre jusqu’aux années 1980. Ils renferment les rapports des experts de l’enfance qu’ils soient psychologues, psychiatres, assistantes sociales ou éducateurs. La correspondance liée au jeune y est également conservée, certes de manière inégale selon les dossiers, les établissements et les conditions d’archivages, mais en nombre suffisant pour ne pas être négligée. La composition des dossiers individuels est d’ailleurs sensiblement identique d’un établissement à l’autre, car celle-ci répond à une réglementation précise, comme le rappelle Guy Berland, alors directeur du CREAIHN2, dans une lettre adressée le 21 octobre 1970 à la directrice du Logis Saint-François :

« Dossiers : Tous les établissements doivent disposer pour chacun des mineurs dont il a la charge, d’un dossier complet et confidentiel, comprenant théoriquement les sous-dossiers suivants :

  • Administratif : Prise en charge, fiche d’état civil, autorisation parentale, etc.
  • Médical : Vaccinations, dossier médical antérieur, visite d’entrée.
  • Psychologie : Examen préalable à l’admission, évolution du comportement.
  • Psychiatrique : Idem.
  • Éducatif : Idem. Sur ce dernier, tenu par l’éducateur de groupe, sont consignés les résultats des réunions de stages.
  • Correspondance générale : Famille, administration, etc. Ces dossiers doivent être tenus régulièrement à jour et pouvoir être présentés aux inspections éventuelles3. »
  • 4 Sophie Victorien, « La correspondance dans les dossiers des jeunes gens de l’Éducation surveillée  (...)

2La correspondance archivée dans les dossiers personnels n’est donc pas exclusivement administrative car, en effet, les protagonistes de ces lettres – originales ou copies – sont relativement variés : le directeur de l’établissement, les éducateurs, les organismes de tutelle, le juge des enfants, le jeune, la famille et les proches de ce dernier correspondent de manière plus ou moins régulière. La correspondance personnelle occupe cependant une place bien particulière par son caractère « sensible4 ». Le contenu de ces lettres révèle parfois des souffrances et des tensions familiales très fortes. De même, la « mise en scène de soi » y est également très prégnante et peut entraîner une certaine liberté avec la vérité, comme le rappelle fort justement Anne-Marie Sohn :

  • 5 La correspondance, un document pour l’Histoire, textes rassemblés et présentés par Anne-Marie Sohn (...)

« Le problème récurrent du mensonge et même de la simple exagération subjective ou emphatique, en présence surtout d’une correspondance unilatérale, voire protestataire, et laissée sans réponse, est l’un des problèmes les plus délicats que rencontre le lecteur même averti5. »

3Toutefois, en prenant diverses précautions, ces lettres apportent un éclairage indispensable sur ces mineurs considérés comme inadaptés, sur leur comportement, leurs attentes, leur regard sur leur situation, les difficultés rencontrées, leur milieu familial, les conséquences du placement dans leur parcours, leur évolution au sein de l’établissement et après leur séjour.

4Dès lors, nous nous interrogerons sur ce que recouvre le concept d’enfance inadaptée et sur le sens de cette classification des jeunes en difficulté qui les fige dans des catégories déterminées. De même, aller à la rencontre des pensionnaires des établissements spécialisés signifie, dans un premier temps, essayer de décrypter la manière dont les jeunes inadaptés sont perçus et définis. Cet intérêt des spécialistes de l’enfance et de la société en général se retrouve entre autres dans la peur qu’inspirent ces groupes de jeunes aux pratiques addictives et dangereuses, identifiables aux codes liés à la bande et au monde de la prison – tatouages, argot, etc. – opérant comme de véritables marqueurs sociaux.

5Il s’agit également de tenter d’élaborer le profil, ou plutôt les profils des mineurs pris en charge en s’appuyant sur la recherche des causes de ces inadaptations avancées par les spécialistes de l’enfance. Ceux-ci mettent notamment en exergue les quartiers populaires – taudis puis grands ensembles – ainsi que les défaillances du milieu familial, et justifient le placement dans une structure spécialisée de l’adolescent qui s’est signalé par un comportement délinquantiel.

6Enfin, les conditions du séjour et de départ de l’établissement sont des éléments sur lesquels il est nécessaire de s’arrêter pour comprendre les conséquences du placement dans le parcours des mineurs inadaptés. Cette expérience dont la durée peut être relativement longue, imprime sa marque sur les jeunes qui cherchent à quitter au plus vite l’établissement, pour certains non sans appréhension, car la réadaptation à la « vie normale » après des années de prise en charge n’est pas toujours aisée.

Anmerkungen

1 Ludivine Bantigny, Jean-Claude Vimont (dir.), Sous l’œil de l’expert. Observateurs et observés dans les dossiers de personnalité (Assistance, Justice, Prisons), Rouen, PURH, 2011 (à paraître).

2 Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées de Haute-Normandie.

3 Lettre du 21 octobre 1970 de Guy Berland, directeur du CREAIHN, à la directrice du Logis Saint-François, 2 p., dact., LT (Archives privées).

4 Sophie Victorien, « La correspondance dans les dossiers des jeunes gens de l’Éducation surveillée », in Ludivine Bantigny, Jean-Claude Vimont (dir.), op. cit.

5 La correspondance, un document pour l’Histoire, textes rassemblés et présentés par Anne-Marie Sohn, Cahier du GRHis, no 12, PURH, 2001, p. 12.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540