Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Première partie. Se donner les moyens de « sauver » la jeunesse en péril

Chapitre III. Les premiers établissements habilités par l’Éducation surveillée en Seine-Maritime

Texte intégral

  • 1 Sauvegarde de l’Enfance, 9e année, janvier-février-mars 1954, no 1/2/3.
  • 2 Ibid, p. 250.
  • 3 Bruno Carlier, Sauvageons des villes, sauvageons aux champs : Les prises en charge des enfants dél (...)

1Les modalités de création des premiers établissements habilités par l’Éducation surveillée en Seine-Inférieure sont révélatrices du contexte particulier qui règne après-guerre : elles déterminent leurs orientations et leurs modes de fonctionnement. Des personnes vont impulser à ce mouvement destiné à la protection et à la rééducation de la jeunesse, un dynamisme et une énergie qui lui permettront de se développer progressivement malgré les difficultés. De plus, les dénominations propres à chacune de ces institutions répondent à des définitions et à des fonctions précises afin de répondre avec efficacité aux besoins de prise en charge des mineurs. Ainsi, au Ve congrès de l’Union nationale des associations régionales (UNAR) sur L’équipement en matériel et personnel des services de Sauvegarde de l’Enfance qui s’est tenu à Rennes en octobre 19531, différentes commissions ont été chargées de réfléchir à ces aspects pour coordonner l’action de ces multiples expériences dont les aménagements diffèrent selon les régions, les enfants qu’elles reçoivent, l’importance de la demande, etc.2. Centres d’observation, instituts de rééducation et foyers ou homes de semi-liberté, chacun correspond pourtant à un rôle au départ soigneusement établi par la direction de l’Éducation surveillée qui tente de contrôler cet ensemble « numériquement supérieur au secteur public, […] cependant particulièrement hétéroclite3 ».

En amont : les centres d’observation

2Le centre d’observation est présenté comme un rouage indispensable dans le processus de prise en charge des mineurs délinquants dans un premier temps, puis des jeunes en danger. Cet outil, dont la nécessité est incontestable jusqu’au développement de l’observation en milieu ouvert à partir des années 1960, voit le jour grâce à l’action de l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, le centre public d’observation ne restant quant à lui qu’à l’état de projet.

Le centre d’observation : une structure à mettre en place de toute urgence

  • 4 M. Lamotte, M. Gruneissen, « Les centres d’accueil et d’observation », Sauvegarde de l’Enfance, 9e(...)
  • 5 Sur les méthodes et les tests utilisés voir : Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeune (...)
  • 6 Henri Michard, La délinquance des jeunes en France, Paris, La Documentation française, 1978, p. 11 (...)

3L’ordonnance du 2 février 1945 confirme la nécessité des centres d’observation chargés de recevoir « des enfants et/ou adolescents de 3 à 21 ans en vue d’une observation approfondie donnant un bilan physique et psychique de la personnalité et une définition des lignes constructives de celle-ci, […] cette recherche n’excluant pas l’intervention éducative et aboutissant à des propositions concrètes d’ordre médical, éducatif et social4 ». Lieu de rencontre interdisciplinaire, le centre d’observation réunit à la fois éducateurs, médecins, psychologues, psychiatres, assistantes sociales, moniteurs d’ateliers, instituteurs et professeurs d’éducation physique. Tous sont chargés d’observer et de décrire soigneusement le mineur pour produire une synthèse, le dossier personnel du jeune, comportant à la fois les différents rapports, les résultats des examens, des tests5 et de l’enquête sociale. Le magistrat devant rendre sa décision en fonction de la personnalité du mineur plus qu’en fonction du délit commis, cette étape est dès lors indispensable pour le bon déroulement du jugement et trouver les mesures appropriées. De plus, le séjour en centre d’observation permet d’opérer un « triage » des mineurs et de les orienter vers un établissement adapté à leur situation et à leur personnalité. Comme le précise Henri Michard, « entre 1950 et 1960, le centre d’observation apparaît vraiment comme la cellule de base sur laquelle se fonde l’intervention rééducative à l’égard des jeunes délinquants6 ». Cette observation doit donc précéder la rééducation proprement dite ; toutefois, le juge des enfants n’a pas toujours besoin de recourir au centre d’observation si le dossier du mineur est déjà constitué par les rapports des spécialistes et les enquêtes sociales menées par les assistantes sociales.

4Ainsi, dès 1945, le conseiller à la cour d’appel de Rouen, délégué à l’Enfance, écrit à son homologue de Rennes pour lui demander les modalités de création d’un tel établissement :

  • 7 Lettre du 12 octobre 1945 du conseiller à la cour d’appel, délégué à l’enfance de Rouen (service d (...)

« Cherchant à réaliser le plus rapidement possible la création d’un Centre d’Accueil et d’Observation pour les mineurs dans le ressort de la Cour d’Appel de Rouen, j’ai l’honneur de venir vous demander, à titre documentaire, si un tel centre existe dans votre ressort. Dans l’affirmative, je désirerais savoir si ce Centre dépend d’une administration publique ou s’il a le caractère privé.
Dans le premier cas, le centre dépend-il directement d’un Ministère (justice, santé publique, par exemple), ou d’un service régional ou départemental ? Comment le personnel est-il recruté et quel est son statut ? S’il s’agit d’un établissement privé, qui assure la gestion administrative ? Les ressources proviennent-elles uniquement de subventions allouées par l’État ? Comment est recruté le personnel éducatif ?
Dans l’un et l’autre cas j’aimerais obtenir tous renseignements utiles sur le concours qu’il y a lieu de rechercher pour la création d’un centre d’accueil et d’observation et sur la façon dont peut se réaliser la collaboration entre le service social s’il en existe un dans votre ressort, et le centre d’accueil lui-même7. »

  • 8 Jean-Christophe Coffin, « Psychiatrie et politique de santé dans l’agglomération rouennaise autour (...)

5Or, la Seine-Inférieure, et plus largement la Normandie, ne disposent pas de Centre d’accueil et d’observation jusqu’à la création en 1949 du Centre de Champ-Goubert à Évrecy dans le Calvados, géré par l’Association calvadosienne de protection de l’enfance et, pour ce qui nous concerne plus directement, du Centre L’Éclaircie à Rouen, géré par l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie. Auparavant, les jeunes sont confiés soit directement à un établissement spécialisé, soit après être passés par le service d’Hygiène mentale mis en place en 1947 et répartis en plusieurs unités dans le département8. Au Havre, un pavillon de l’hôpital Pasteur est mis ainsi à la disposition du service départemental d’Hygiène mentale pour installer le dispensaire Pierre Janet, unique organisme d’observation de cette ville jusqu’au milieu des années 1960, période au cours de laquelle un centre de Consultation d’orientation éducative est installé par le Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées de Haute-Normandie, au 169 rue Victor-Hugo.

  • 9 Rapport du directeur départemental de la Santé, 2e session ordinaire du conseil général de la Sein (...)
  • 10 Marc Boulanger précise ainsi l’historique de ces bâtiments : achetés en 1913 par la Société rouenn (...)

6À Rouen, le centre de consultation est transféré en 1950 de l’hôpital psychiatrique de Sotteville-lès-Rouen au 135 route de Darnétal, dans les locaux loués par l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie pour le tout nouveau Centre d’observation L’Éclaircie9. Celui-ci est en fait installé dans les anciens bâtiments qu’avait occupés l’Atelier-Refuge de Darnétal jusqu’à sa fermeture en 1912 et qui n’étaient plus occupés depuis la Libération10.

Le Centre d’accueil et d’observation L’Éclaircie à Rouen

  • 11 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la (...)
  • 12 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte ren (...)
  • 13 Centre d’observation L’Éclaircie, Rapport de fonctionnement pour l’année 1958, p. 2, CAMT : Vaucre (...)
  • 14 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, op. cit., (...)
  • 15 Centre d’observation L’Éclaircie, op. cit., p. 7.

7Le Centre d’accueil et d’observation L’Éclaircie, s’installe donc dans les locaux de l’ancien hospice-sanatorium de la route de Darnétal le 17 octobre 1949. Les travaux les plus urgents ont été effectués grâce au concours des Caisses d’allocations familiales et d’une subvention de l’État pour un total de 729 000 francs. Le plan d’ensemble de l’établissement est complété grâce à une subvention de la caisse nationale de Sécurité sociale, au titre du plan d’équipement en faveur de « l’enfance inadaptée11 ». À partir de 1961, un nouveau pavillon permet d’accueillir vingt pensionnaires supplémentaires12. Le centre peut recevoir jusqu’à soixante-quinze garçons de huit à dix-huit ans, mais en moyenne il en compte de cinquante-cinq13 à soixante14. Ils sont répartis en quatre groupes de dix enfants, auquel s’ajoute un groupe de douze adolescents et depuis octobre 1958 un groupe de dix adolescents en voie de réadaptation. Ces derniers sont sous le régime de la semi-liberté et logent en chambres individuelles disposant des installations sanitaires indispensables. Ce dispositif a été rapidement mis en place à la demande du directeur, Jean Pétillot, pour garder les jeunes les plus fragiles ou les plus difficiles qu’il a réussi à « accrocher ». Il souhaite pour eux une prise en charge complète afin de leur épargner une nouvelle rupture dans leur cadre de vie qui leur serait préjudiciable15. L’objectif est également d’éviter de les envoyer, faute de place, dans des établissements à la réputation des plus mauvaises :

  • 16 « L’Espoir sur Ordonnance », film réalisé par Pierre de Fonséca dans le cadre du cinquantième anni (...)

« Je me mords les doigts, moi, d’avoir envoyé certains gosses dans certains centres. On a dit : “On les gardera maintenant.” C’est comme ça qu’on est devenu Centre d’observation et de réadaptation en même temps. Ce que personne n’a contesté16. »

  • 17 Rapport du directeur départemental de la Population, op. cit.
  • 18 « L’Espoir sur Ordonnance », op. cit.
  • 19 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte ren (...)
  • 20 Centre d’observation L’Éclaircie, op. cit., p. 19.

8La direction de L’Éclaircie a été en effet confiée à Jean Pétillot, « jeune éducateur distingué et dynamique17 », qui a travaillé à Saint-Hilaire en 1931 et dans divers mouvements de jeunesse18. Il est assisté de sept éducateurs adjoints ou auxiliaires, d’un moniteur d’atelier, de trois institutrices – dont l’une est sa propre femme –, d’une assistante sociale et d’un psychologue. Un médecin traitant vient régulièrement apporter les soins nécessaires. Les examens psychiatriques sont pratiqués par le Dr Mignot jusqu’en 195419, puis par les Drs Bertier et Duranton – chargés également de l’examen et de la surveillance des mineurs confiés aux établissements spécialisés affiliés ou gérés par l’Association régionale – qui se partagent l’observation des mineurs20. Celle-ci dure en moyenne trois mois, mais là encore, Jean Pétillot n’hésite pas à prolonger le séjour de certains afin d’explorer toutes les capacités de l’enfant :

  • 21 « L’Espoir sur Ordonnance », op. cit.

« Cette notion de l’observation consiste surtout à connaître l’enfant dans toutes ses possibilités, de connaître toutes ses possibilités pour lui permettre en s’épanouissant de les réaliser. Au bout de trois mois, il fallait donner un rapport d’observation. Quelquefois, on continuait encore une fois trois mois jusqu’à ce qu’on ait pu déceler chez l’enfant une envie d’accrocher à quelque chose21. »

  • 22 Rapport du directeur départemental de la Population, op. cit.

9Ce point de vue n’est pas partagé par le directeur de la Population qui déplore le fait que les rapports de synthèse se fassent attendre, prolongeant le séjour des garçons au Centre, sans profit pour eux et au prix de frais élevés pour les collectivités. Il pointe davantage le nombre insuffisant de médecins psychiatres que l’utilité d’une prolongation de l’observation dans certains cas jugés plus complexes22. Jean Pétillot n’en a cure puisqu’il affirme à plusieurs reprises, la nécessité de garder certains enfants pour également instituer ou achever un traitement commencé.

  • 23 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte ren (...)

« Nous le répétons souvent, il n’y a pas d’observation pure et abstraite sans action éducative. S’il y a action, celle-ci ne peut être que rééducative et si on nous fait grief parfois d’être des rééducateurs, nous le prenons comme une reconnaissance exacte de notre travail. Mais nous tenons à réaliser honnêtement les propositions de l’Équipe de synthèse et non pas à rechercher n’importe quelle forme de rééducation pour obtenir une place le plus vite possible23. »

  • 24 Centre d’observation L’Éclaircie, op. cit., p. 5.

10Cette conception est aussi au cœur de la communication qu’il a prononcée à la demande du Dr Pierre Bianquis au congrès de l’Union nationale des associations régionales (UNAR) à Strasbourg en 195724. Il envisage en effet le centre d’observation de manière plus large, estimant que celui-ci peut et a effectivement un rôle de réadaptation permettant le retour du mineur directement dans sa famille. Enfin, dernier argument avancé par Jean Pétillot et pouvant séduire les administrations, cette démarche présente un gain de temps et d’argent puisqu’elle évite de longs séjours dans d’autres établissements, qui refusent d’ailleurs régulièrement des mineurs faute de place disponible.

11Ainsi, même si plusieurs établissements spécialisés, internats de rééducation ou foyers de semi-liberté, sont créés après la Libération en Seine-Maritime, ils se caractérisent généralement par un manque de moyens important, des effectifs pléthoriques et une impossibilité de faire face à la demande et ce, jusque dans les années 1970.

La réadaptation sociale par les internats de rééducation

12Deux établissements sont pionniers parmi les internats de rééducation du département : le Logis Saint-François, dont les archives sont conservées au siège social de l’Entraide Sainte-Marie et dans les locaux de l’institution à Thiétreville, et le Foyer fraternel de Beuzevillette, dont une partie des documents a échappé à plusieurs incendies et est entreposée dans les sous-sols du Dispositif d’action socio-éducatif Colleu (DASEC) au Havre.

Le Logis Saint-François à Thiétreville : premier internat de rééducation de Normandie

  • 25 Rapport adressé au ministère de la Santé publique, Le Logis Saint-François, 23 novembre 1950, p. 1 (...)
  • 26 Fonctionnement du centre à Saint-Georges d’Aunay (1941-1944), s. d., 6 p., dact., ESM (Archives pr (...)
  • 27 Compte rendu du CA du 3 mars 1946, ESM, p. 2, dact. (Archives privées).
  • 28 Compte rendu de l’AG du 2 avril 1946, ESM, p. 2, dact. (Archives privées).
  • 29 Acte de vente de la propriété de Thiétreville à l’association de Thiétreville, 11 décembre 1962, 1 (...)

13Le Logis Saint-François n’est pas véritablement une création consécutive à l’ordonnance du 2 février 1945 puisque son origine remonte à la Seconde Guerre mondiale. Il ouvre en effet en février 1941 à Saint-Georges-d’Aunay dans le Calvados dans une maison saccagée, sans vitre et sans mobilier, pour recueillir des jeunes garçons errant avec les soldats de l’armée d’occupation, cambriolant et pillant les villas abandonnées situées sur les côtes de Basse-Normandie. L’établissement se place sous le patronage de Saint-François d’Assise en référence à la pauvreté dans laquelle cette initiative prend naissance25. Une quarantaine de jeunes sont ainsi hébergés dans le local d’une ancienne colonie de vacances et encadrés par quatre éducateurs de 1941 à 1944. Dès les premiers jours de juin 1944, les bombardements détruisent une partie de la maison et ils sont obligés de l’abandonner pour aller, sous la conduite de la directrice du centre, Madeleine Sicot, se réfugier à Mortagneau-Perche, puis à Boissy-la-Rivière près d’Étampes. Au bout de six mois, les responsables du centre doivent se résoudre à le dissoudre et placer les enfants ailleurs ou les rendre à leur famille26. La rencontre entre Madeleine Sicot et l’assistante sociale du département de Seine-Inférieure, Geneviève Lamy, qui siège au conseil d’administration de l’Entraide Sainte-Marie et défend ce projet27, permet à l’œuvre de renaître après-guerre. À l’initiative de l’abbé Daubeuf, le château de Valmont est ainsi mis à la disposition du Logis Saint-François par Jacques Chastellain, maire de Rouen28. La propriété est donc louée par l’association, puis rachetée en décembre 196229.

Le château de Valmont (Thiétreville).
Source : Fascicule du Logis Saint-François, [1950], 15 p., dact., ESM (Archives privées)

  • 30 L’association de Thiétreville est également à l’origine de la création en 1955 de la Maison d’enfa (...)

14L’association de Thiétreville dépose ses statuts en décembre 1946 concomitamment à l’ouverture de l’établissement qu’elle est chargée de gérer. Toutefois, c’est bien l’Entraide Sainte-Marie qui avance les fonds nécessaires pour les travaux d’aménagement et chapeaute l’association dont le siège social est également 20 rue de Joyeuse à Rouen. Celle-ci est destinée en priorité à la Seine-Inférieure, mais l’élargissement de son champ d’action est prévu dès sa création30 :

  • 31 Statuts de l’association de Thiétreville, s. d., p. 1, dact., LT (Archives privées).

« Article 2 : Cette association a pour objet la réadaptation et l’éducation des enfants difficiles, délinquants et vagabonds. Son action s’exercera d’abord en Seine-Inférieure où elle procédera à l’hébergement, l’observation et la rééducation des jeunes garçons confiés par un organisme social, par la Justice, par l’Assistance publique ou les familles.
Elle pourra s’exercer partout ailleurs où l’association disposera d’autres logis et poursuivre le même but31. »

  • 32 Agrément du Logis Saint-François, s. d., p. 1, dact., ESM (Archives privées).
  • 33 Compte rendu de l’AG du 2 avril 1946, op. cit.
  • 34 La question de l’enfance en Normandie et plus particulièrement en Seine-Inférieure, rapport de Mll (...)

15L’établissement est habilité par la Justice le 6 février 1947, par la Sécurité sociale le 12 mars 1947 et par l’Aide médicale gratuite le 27 décembre 194832. Cette œuvre a donc pour objet l’hébergement, la réadaptation et l’éducation des garçons de sept à quatorze ans atteints de troubles du caractère, ou pré-délinquants qui lui sont confiés soit par les familles, soit par les Tribunaux, soit par la Santé. La direction échoit naturellement à Mlle Sicot dont l’expérience compense l’absence de diplôme33. Elle est assistée dans un premier temps par deux éducateurs et une éducatrice, Georgette Dussart, qui était déjà présente à Saint-Georges-d’Aunay et reste à ses côtés jusqu’en 1958. Deux instituteurs détachés de l’Éducation nationale viennent compléter l’équipe à partir de 1948, alors que leur absence avait été fortement regrettée dans un rapport de l’Éducation surveillée au moment où le Logis Saint-François venait à peine d’ouvrir34. Signalons également la présence depuis 1954 d’un moniteur de menuiserie, René Guéroult qui n’est autre que le père de Christian Guéroult, futur éducateur, puis directeur du Foyer du Val d’Aubette.

16Cette propriété située en pleine campagne sur un terrain de quatre hectares, à une dizaine de kilomètres de Fécamp, comprend un grand corps de bâtiment qui se compose au rez-de-chaussée de trois grandes salles (salles à manger, salle de veillées), d’un bureau, d’une cuisine équipée et d’une salle de douches.

La cuisine équipée du Logis Saint-François.
Source : Fascicule du logis Saint-François, [1950], 15 p., dact., ESM (archives privées).

Le Logis Saint-François : des chambres où règnent l’ordre et la propreté
Source : Fascicule du logis Saint-François, [1950], 15 p., dact., ESM (archives privées).

  • 35 Description de la maison de rééducation de Thiétreville, fonctionnement, p. 1, dact., ESM (Archive (...)

17Aux premier et deuxième étages, la disposition est identique et présente quatre chambres pour environ huit enfants, trois chambres d’éducateurs et des sanitaires35.

  • 36 Le Logis Saint-François à Thiétreville (Seine-Maritime), rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 6 mai 195 (...)
  • 37 Entretien avec Jacques Leclair, le 30 mars 2004.

18Jusqu’à la construction en 1959 d’un pavillon regroupant trois classes36, les heures de cours se passent dans les deux salles à manger que les enfants nettoient et aménagent après chaque repas37.

Le Logis Saint-François : une salle à manger où chaque groupe a sa table.
Source : Fascicule du Logis Saint-François, [1950], 15 p., dact., ESM (Archives privées).

  • 38 Logis Saint-François, Établissement de rééducation et de soins, s. d., p. 1, dact. (Archives privé (...)

19L’établissement a une capacité d’accueil de soixante garçons ; cependant, au Logis Saint-François, « il n’y a ni dortoirs, ni réfectoires, mais des chambres de 7 à 8 lits, et des salles à manger où chaque groupe a sa table. C’est une “maison”38 ». La directrice insiste régulièrement sur l’ambiance familiale qui règne au sein de l’établissement où les enfants, qui n’ont d’ailleurs pas d’uniforme, reçoivent une éducation aussi complète que possible : physique, intellectuelle et morale. Henri Joubrel décrit en termes relativement emphatiques le fonctionnement de cet établissement qui lui a laissé une très vive impression. C’est également pour lui l’occasion de souligner à nouveau l’importance des femmes dans le personnel éducatif et de direction :

  • 39 Henri Joubrel, « Informations. La Normandie », Rééducation, 2e année, mai 1948, no 6, p. 37.

« La confortable demeure campagnarde est entourée d’un parc, est meublée simplement avec goût. Les enfants ne couchent pas en dortoir, mais dans des chambres de 6 à 8 lits, recouverts de cretonne aux couleurs vives, auprès desquels chaque occupant possède une place pour disposer ses affaires et la décoration qui lui plaît.
Tous les planchers sont astiqués avec soin, ce qui rappelle au visiteur l’importance d’une femme dans le personnel de direction. À la cuisine, le calendrier est marqué de nombreux noms : ceux des garçons dont l’anniversaire approche, et qui recevront un gâteau ce jour de fête.
C’est en effet l’atmosphère affective qui paraît caractériser surtout le Logis Saint-François. L’équipe des dirigeants est bien soudée. Les éducateurs aiment les enfants et les enfants aiment les éducateurs39. »

  • 40 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

20De fait, le Logis Saint-François est perçu pendant longtemps comme un établissement pionnier, utilisant des méthodes nouvelles, quoiqu’inspirées en grande partie du scoutisme et des méthodes actives qui ont certainement contribué à séduire entre autres Henri Joubrel. Toutefois, cet établissement ne prépare pas ses pensionnaires à avoir un métier. À quatorze ans, ceux-ci doivent soit aller travailler, soit entrer en formation mais le retour à la vie « normale » n’est pas toujours facile après avoir vécu plusieurs années dans le cocon du Logis Saint-François40. C’est pourquoi, certains internats de rééducation, tel le Foyer fraternel de Beuzevillette, se chargent de dispenser une formation professionnelle pour les adolescents en difficulté, très en rupture avec le système scolaire classique.

Le Foyer fraternel de Beuzevillette près de Bolbec : l’accent sur la formation professionnelle

  • 41 Henry van Etten, Journal d’un quaker de notre temps (1893-1962), Paris, Les Éditions du Scorpion, (...)
  • 42 Il est présent notamment à l’inauguration du Centre quaker au Havre en 1933. Ibid, p. 121.
  • 43 Ibid., p. 105.

21Le Foyer fraternel de Beuzevillette, internat de rééducation situé près de Bolbec, est inauguré le 14 janvier 1951 en présence de diverses personnalités du Havre et de quelques membres de la Société des Amis41. Cet établissement est une création d’un comité mis en place par André Colleu, professeur au lycée du Havre et membre de la Société des Amis. Le fondateur de l’association du Foyer fraternel de Beuzevillette appartient en effet au mouvement quaker, comme nous l’avons vu auparavant, ce qui explique sa rencontre avec Henry van Etten, premier directeur de l’établissement. Ce dernier est venu à plusieurs reprises au Havre à l’occasion des réunions42 et des conférences de la Société des Amis ; la rencontre avec André Colleu semblait donc presque inévitable. Ainsi, dès 1929, Henry van Etten se lie d’amitié avec Marius Grout43 et son beau-frère Pierre Échard, tous deux proches également du fondateur de l’association de Beuzevillette. Henry van Etten a donc naturellement vent de ce projet et, alors que l’expérience franco-allemande du centre de rééducation de Schloss Ardeck qu’il dirige près de Mayence depuis 1948 touche a sa fin, il dépose sa candidature pour devenir directeur du foyer qui doit ouvrir près de Bolbec :

  • 44 Ibid., p. 231-232.

« Depuis assez longtemps, il était question de monter près de Bolbec un Centre de rééducation et j’avais posé ma candidature auprès de son initiateur, un assez jeune professeur du Havre ; j’en profitai pour faire au Havre une conférence publique, qui eut un bon succès, et de longs comptes rendus parurent dans la presse locale. Ma candidature était, en principe, acceptée, il ne fallait plus qu’attendre notre départ d’Allemagne44. »

  • 45 PV de l’AG extraordinaire du 22 octobre 1953, Association du Foyer fraternel, p. 3, dact., DASEC ( (...)
  • 46 Henry van Etten, op. cit., p. 239.
  • 47 Cet épisode est l’occasion pour Henry van Etten d’alerter les pouvoirs publics sur la situation du (...)
  • 48 Henry van Etten, op. cit., p. 240.

22Henry van Etten s’installe donc avec sa femme à son retour d’Allemagne en octobre 1950 dans la propriété de Feugrès à Beuzevillette dont l’acquisition par l’association du Foyer fraternel a été rendue possible grâce à un prêt hypothécaire de 3 500 000 francs accordé le 24 janvier 1949 par la Caisse d’allocations familiales du Havre45. Mais, rapidement, l’expérience tourne court puisque dès juin 1951, il est renvoyé « pour incompétence » et remplacé par un « véritable éducateur de métier46 », en la personne de Guy Berland47. En fait, les divergences de vue qui l’opposent à la plupart des membres de l’association et au juge des enfants du Havre quant à la pédagogie à appliquer ainsi que le manque de moyens mis à sa disposition, sont à l’origine de son renvoi48. En effet, dès son arrivée, l’enthousiasme de l’ancien directeur de Schloss Ardeck avait fait place au désenchantement :

  • 49 Ibid, p. 237.

« Le château de Beuzevillette où nous allions, était en réalité une petite gentilhommière Louis XIII faite de briques rouges et de pierres blanches, située en plein bois à 6 km de Bolbec et à 2 km du village de Beuzevillette, avec ses 62 habitants. Une immense pelouse se trouvait devant la façade principale ; d’un côté les bois, de l’autre un sentier menant à une mare enfouie sous la verdure. Non loin de l’entrée du château il y avait encore trois ou quatre maisons très modestes habitées par des paysans. C’était l’isolement complet au milieu du Pays de Caux. En hiver, les routes étaient défoncées puisqu’il pleut sans cesse dans cette contrée. Le château acheté très bon marché était dans un état lamentable ; tout était à réparer ou à créer : la toiture à remplacer au plus tôt, le 3e étage n’avait plus que les encadrements de fenêtre, les carreaux disparus ou brisés, les plafonds crevés, les cloisons écroulées… Quelques jours après notre arrivée l’escalier central s’effondra entre le rez-de-chaussée et le premier étage49… »

  • 50 Visite au foyer fraternel de Beuzevillette, rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 4 mai 1959, p. 1, CNFE (...)
  • 51 Visite au foyer fraternel de Beuzevillette, op. cit., p. 2.
  • 52 Lettre du 18 juillet 1985 de Joëlle Banchini-Mallet, directrice du Foyer fraternel de Beuzevillett (...)
  • 53 Paris-Normandie, 13 mars 1967.

23La rénovation du château est pendant longtemps un problème récurrent face à l’ampleur des travaux qui se poursuivent encore en 1959, comme le souligne le rapport d’inspection de Mme Mauroux-Fonlupt50. Les pensionnaires ont été évacués de la maison en juillet 1958 pour améliorer l’aménagement intérieur. Après avoir logé les jeunes gens sous tentes – les travaux ne devaient durer que quelques semaines –, la direction a dû se résoudre à transformer les locaux administratifs en dortoirs car les dégâts étaient plus importants que prévus. Cette situation n’est pas sans gêner l’organisation de l’établissement qui, après un début quelque peu chaotique, continue toutefois à être apprécié par les magistrats51. S’ajoutent à ces difficultés d’aménagement, la « malchance » puisque le Foyer fraternel de Beuzevillette est touché notamment à deux reprises par des incendies faisant des dégâts très importants et détruisant en partie les archives de l’établissement52. Le plus spectaculaire est celui qui, dans la nuit du samedi 11 mars 1967, s’est déclaré dans les combles du château aménagés alors en salles de jeu et de loisirs. Malgré l’intervention rapide des pompiers et l’aide des pensionnaires, l’eau a détruit le mobilier et les parterres qui venaient d’être renouvelés au rez-de-chaussée ; au premier étage, seules deux chambres sont intactes ; dans les autres pièces, les plafonds se sont écroulés ou menacent de le faire et le deuxième étage est envahi par les décombres. Les dégâts sont évalués entre quinze et vingt millions d’anciens francs. Les pensionnaires sont alors confiés à leur famille ou aux foyers voisins en attendant d’aménager provisoirement les bâtiments annexes pour la durée des travaux qui ne peuvent intervenir qu’un an plus tard53.

  • 54 ANIFRMO : Association nationale interprofessionnelle pour la formation rationnelle de la main-d’œu (...)
  • 55 Centre d’accueil de Beuzevillette. Fonctionnement des FPA, rapport de Henri Gaillac, 18 mai 1961, (...)
  • 56 Ibid, p. 12.

24Malgré ces aléas, l’établissement, dûment habilité et dont l’effectif s’élève environ à une quarantaine d’adolescents, se forge progressivement une solide réputation grâce à son deuxième directeur, Guy Berland, assisté d’un chef de centre et en moyenne de trois éducateurs. Le Foyer fraternel qui a pour but de donner un métier à des adolescents de seize à dix-neuf ans, et de les « réadapter », dispense dès 1952 et ce, grâce à deux moniteurs détachés de l’ANI-FRMO54, une formation professionnelle via une section d’accueil tournée vers l’horticulture et le travail du bois, et deux sections de maçonnerie-briquetage55. Henri Gaillac souligne les bons résultats de cette formation dans son rapport en 196156 mais également le souci d’assurer une continuité éducative grâce, entre autres, au foyer de semi-liberté de Trigauville qui accueille en cas de besoin les mineurs à la sortie de leur formation.

25En effet, très tôt, autant le Logis Saint-François que le Foyer fraternel de Beuzevillette se plaignent régulièrement de devoir laisser partir leurs pensionnaires, pour le premier à l’âge de quatorze ans et pour le second, dès la formation professionnelle terminée, alors que certains ne sont pas prêts à se retrouver seuls ou à retourner dans leur famille. Le directeur de la Population se soucie aussi dès 1950 du sort des enfants qui ne peuvent rester à Thiétreville plus longtemps :

  • 57 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la (...)

« Ce qui reste préoccupant, c’est le sort des garçons à 14 ans, alors qu’ils doivent obligatoirement quitter le Logis. Dans de nombreux cas, lorsque la vie normale n’est pas indiquée, le home de semi-liberté rendrait d’éminents services. Nous espérons une solution heureuse en ce sens à bref délai57. »

26Des foyers de semi-liberté sont donc mis rapidement sur pied pour accueillir les jeunes sortants des instituts de rééducation pour une période transitoire avant qu’ils puissent réintégrer la vie « normale », mais également pour des mineurs réfractaires à l’internat.

Les foyers ou homes de semi-liberté : la continuité de la prise en charge

  • 58 M. Roux, Jacques Marchal, Dr Le Bourjade, « Les homes et foyers de semi-liberté », Sauvegarde de l (...)

27Le terme « home » de semi-liberté s’applique plus précisément aux établissements prolongeant la rééducation en internat, tandis que le « foyer » désigne surtout des centres prenant les enfants en prévention58. Or, cette distinction est relative, puisque la grande majorité des établissements utilisent les deux termes et reçoivent indifféremment des mineurs après un séjour en internat spécialisé ou non. Ces structures résultent en grande majorité d’initiatives privées cherchant à prolonger la prise en charge éducative des adolescents en difficulté ou à leur éviter un séjour en prison.

L’association du Val d’Aubette à Saint-Aubin-Épinay : de la colonie de vacances au foyer de semi-liberté59

  • 59 Sophie Victorien, L’Association du Val d’Aubette (1929-1983). De la colonie de vacances au foyer p (...)
  • 60 Journal officiel, 24 janvier 1930.
  • 61 Jean-Pierre Chaline, Les Bourgeois de Rouen, une élite urbaine au XIXe siècle, Paris, Presses de l (...)

28L’association du Val d’Aubette est fondée en 1929 par le chanoine René Le Picard pour venir en aide aux enfants des quartiers populaires de Rouen, non pas en les accueillant dans un institut de rééducation mais en leur proposant de participer à des colonies de vacances. Le but initial de l’association est donc de « contribuer au bien-être physique et au progrès moral des enfants défavorisés60 ». La colonie de vacances est implantée à Saint-Aubin-Épinay, à sept kilomètres de Rouen, dans la célèbre usine Stackler61 dont les bâtiments sont à l’abandon après avoir tenu lieu de camp de prisonniers allemands pendant la Première Guerre mondiale. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les locaux aménagés à cet effet et à grands frais, reçoivent chaque année une centaine de garçons de sept à treize ans pour deux séries de quatre semaines. Dès 1940, les locaux sont réquisitionnés par les Allemands qui y installent un hôpital militaire. Le profil de l’association change profondément à la Libération. Très affecté par les bombardements de Rouen au cours desquels l’immeuble où il loge et les archives qui y sont entreposées sont détruits, le chanoine René Le Picard décède en 1948 et les personnes qui dirigent l’œuvre désormais sont principalement des laïcs dont les priorités sont quelque peu différentes même si elles se réfèrent constamment à l’esprit de son fondateur.

  • 62 Assemblée générale du 24 novembre 1948, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).
  • 63 Ibid.
  • 64 Ibid.

29L’activité de l’association ne reprend réellement qu’à partir de 1948, date à laquelle l’assemblée générale décide de modifier ses statuts et en particulier l’article 4 qui définit sa mission62. Désormais, le Val d’Aubette n’a plus seulement pour but de procurer aux enfants défavorisés des vacances « saines et fortifiantes » ; il se propose en effet d’accueillir de jeunes adolescents abandonnés ou dont les parents ont été déchus de leurs droits et de « leur donner, en outre une vie familiale, la possibilité d’apprendre un métier et de se cultiver63 ». S’ajoute à ces deux objectifs, l’engagement d’aider toute œuvre agissant pour améliorer les conditions de vie de la jeunesse64. Or, Rouen souffre d’un manque de structures d’accueil pour les garçons. L’association du Val d’Aubette se propose donc à nouveau de répondre à la demande locale et crée le premier foyer de semi-liberté de la région, destiné non seulement aux mineurs en danger – habilitation du préfet de Seine-Inférieure le 16 septembre 1950 et au titre de l’ordonnance du 23 décembre 1958, le 1er août 1961 – mais également aux jeunes délinquants à partir de quatorze ans. Même si l’établissement n’est habilité par la Justice qu’en 1983, une grande partie des jeunes qu’il reçoit le sont officieusement au titre de l’ordonnance du 2 février 1945. Certes, les méthodes ne sont plus les mêmes, mais l’association garde son objectif premier qui est de secourir l’enfance difficile et de l’éloigner d’un milieu considéré comme pathogène.

  • 65 L’association du Val d’Aubette n’organise plus de colonies de vacances et se contente désormais de (...)
  • 66 Assemblée générale du 1er juin 1949, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).
  • 67 Registre des entrées et sorties du personnel du Val d’Aubette, 1er juillet 1949-2002, 7 fo, ms., V (...)
  • 68 Entretien avec Robert Barcq, le 31 août 2002.
  • 69 Assemblée générale du 1er octobre 1950, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).

30L’assemblée générale décide donc, le 1er juin 1949, de fonder un foyer d’accueil pour jeunes inadaptés dans les locaux du Val d’Aubette. Une partie du bâtiment réservé normalement à la toilette des enfants de la colonie65 est depuis le 1er juillet 1949 occupée par cette nouvelle activité dont la direction est confiée à Henri Delboulle et sa femme66. Jusqu’en 1952, date de l’ouverture d’un deuxième foyer, il est le seul éducateur auquel ont affaire les mineurs pris en charge à Saint-Aubin-Épinay. La surveillance est assurée par un ou deux éducateurs67 et par des étudiants de passage se souciant seulement du bon ordre68. Afin de reproduire une ambiance familiale, le couple loge dans un appartement au sein de cette construction et un bureau a été attribué au directeur. Les pensionnaires, quant à eux, disposent seulement de quatre chambres, des installations sanitaires nécessaires et prennent leurs repas dans la salle à manger commune, contiguë à la cuisine. Une infirmerie est aménagée en 195069. Malgré les transformations apportées, la capacité des locaux se révèle rapidement insuffisante.

  • 70 Assemblée générale du 1er juillet 1951, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).
  • 71 Rapport d’activité du Foyer du Val d’Aubette, 1949-1951, p. 3, ms., VA (Archives privées).

31Dès le 1er juillet 1951, l’assemblée générale autorise le directeur du foyer à effectuer les démarches nécessaires en vue de l’acquisition d’un autre domaine où serait installé un deuxième foyer qui fonctionnerait selon le même modèle70. Grâce à un prêt de la Caisse d’allocations familiales à hauteur de 1 600 000 francs, l’association achète et aménage la villa Sainte-Rose, située à cinq cents mètres des premiers bâtiments du Val d’Aubette. Elle comprend un parc de 2,4 hectares, un potager, des vergers, des poulaillers et des herbages71.

La villa Sainte-Rose, un deuxième foyer pour le Val d’Aubette.
Source : Rapport d’activité du foyer du Val d’Aubette, 1949-1951, VA (Archives privées).

La villa Sainte-Rose vue de la route de Lyons.
Source : Rapport d’activité du foyer du Val d’Aubette, 1949-1951, VA (Archives privées).

  • 72 Conseil d’administration du 20 février 1964, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).

32Ainsi, à partir de 1952, deux foyers d’accueil sont en activité et fonctionnent en parallèle mais les questions financières et administratives sont communes. Toutefois, en 1963, les anciens locaux sont vendus et l’accueil des pensionnaires se concentre dans le domaine de la villa Sainte-Rose où un foyer neuf est construit sur le même terrain. Les travaux coûtent 280 000 francs et sont financés par la vente des bâtiments précédents et par des subventions et des prêts accordés par la Caisse d’allocations familiales, par la Sécurité sociale et par la Caisse d’épargne72. L’annexe du château est inaugurée en 1965 mais rapidement celle-ci ne suffit pas pour accueillir l’ensemble des pensionnaires et la nouvelle organisation du foyer.

  • 73 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.
  • 74 Registre des entrées et sorties du personnel du Val d’Aubette, 1er juillet 1949-2002, 7 fo, ms., V (...)
  • 75 Assemblée générale du 1er juin 1970, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).
  • 76 Assemblée générale du 15 juin 1973, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).

33En effet, suite au décès du directeur, Henri Delboulle le 17 juillet 1968, Raymond Kervarrec prend en charge la transition jusqu’à l’installation à la tête du Val d’Aubette en octobre d’un de ses éducateurs, Benjamin Emo73. S’appuyant notamment sur son expérience au Foyer Les Terrasses, il réorganise le fonctionnement du foyer, procède à l’embauche d’un personnel d’encadrement beaucoup plus étoffé – une dizaine d’éducateurs en comptant les stagiaires74 – et propose de nouveaux projets d’agrandissement des locaux. Le 1er juin 1970, l’assemblée générale vote en faveur du projet d’agrandissement du foyer75. Les travaux sont financés par les subventions de la Caisse d’allocations familiales et de la commission départementale des Affaires sociales et par un emprunt auprès de la Caisse d’épargne pour un coût total de deux millions de francs76.

34Les trois nouvelles constructions sont achevées en 1975, elles comprennent le bâtiment des services généraux avec à l’étage les logements du directeur et du chef de service ainsi que deux autres pavillons conçus pour accueillir chacun un groupe de seize adolescents en chambre individuelle et construits à l’identique, sur le modèle du Foyer Les Terrasses ouvert en 1950 à Bois-Guillaume.

Le Foyer Les Terrasses à Bois-Guillaume : un home de semi-liberté pour les anciens du Logis Saint-François

35La création du Foyer Les Terrasses répond plus directement à la demande des internats de rééducation et en particulier, du Logis Saint-François qui, rapidement, ressent le besoin de ce type de structure pour ses pensionnaires obligés de quitter à quatorze ans l’institution mais aussi, pour ne pas perturber le bon fonctionnement de celle-ci qui ne peut refuser de les accueillir pendant les vacances :

  • 77 Lettre du 18 mai 1950 de René Stackler, président de l’association de Thiétreville, au président d (...)

« Le Logis Saint-François que nous avons pu ouvrir pour la rééducation de l’Enfance Malheureuse, grâce à l’appui des Caisses d’Allocations Familiales fonctionne maintenant depuis quatre ans. Déjà 50 garçons sont sortis de cette maison.
Cependant, dès le début, leur départ a posé un problème très grave pour les éducateurs, et tous ceux qui s’intéressent au Logis Saint-François. En effet, tous les enfants sortant de Thiétreville ne peuvent être rendus à leurs familles, et si nous trouvons pour quelques-unes un placement familial, notre devoir est d’encourager les autres à préparer un CAP ou à continuer leurs études.
Très vite, nous nous sommes trouvés devant la nécessité d’ouvrir un home de semi-liberté pour ces garçons, nécessité qui s’est précisée d’autant plus que ceux qui sortent du Logis Saint-François ont tous la nostalgie de la maison, et n’ont qu’un désir : y retourner aux vacances. Si les éducateurs s’en réjouissent, ils sont bien obligés de constater que non seulement cela pose un problème d’organisation intérieure, mais aussi que l’équilibre de la maison risque d’être compromis pendant ces périodes de vacances.
Notre intention serait donc d’ouvrir une maison qui puisse recevoir les enfants sortants de Thiétreville, ou provenant de maisons de rééducation du département, et également des enfants qui devant être soustraits à une influence familiale néfaste n’ont cependant pas besoins d’être confiés à une maison de rééducation.
Nous venons de trouver la propriété qui répond à tous les besoins de cette entreprise ; elle est située dans la banlieue immédiate de Rouen. Nous pourrons y recevoir une centaine de garçons, qui trouveront là un véritable foyer où ils pourront travailler et se délasser grâce aux terrains de jeux et aux jardins77. »

  • 78 L’abbé Daubeuf est élu au cours de cette assemblée générale, vice-président de l’association Les T (...)
  • 79 Assemblée générale du 15 juin 1950, Association Les Terrasses, LT (Archives privées).

36L’abbé Bernard Daubeuf78 expose les missions de l’œuvre au cours de l’assemblée générale pour la création de l’association Les Terrasses, présidée par le Dr Pierre Bianquis le 15 juin 195079. Ainsi, l’ouverture du foyer de semi-liberté est envisagée dans le but de poursuivre le travail réalisé à Thiétreville avec les garçons de plus de quatorze ans, d’accueillir les enfants venant du « centre de triage » de la route de Darnétal et pour lesquels un séjour en maison de rééducation est inutile, et éventuellement, de recevoir d’autres enfants que leur famille désirerait placer à Rouen pour continuer leurs études ou leur apprentissage. Les fondateurs de l’association Les Terrasses, nouvelle émanation de l’Entraide Sainte-Marie, n’ignorent pas l’existence du Foyer du Val d’Aubette, mais ils estiment que celui-ci est trop éloigné de Rouen et ne permet pas aux pensionnaires de venir travailler en ville. Ajoutons que les débuts de celui-ci sont particulièrement difficiles et que sa réputation n’est pas des meilleures. De plus, le Foyer Les Terrasses est habilité dès septembre 1950 à recevoir aussi bien des mineurs en danger que des jeunes délinquants.

Vue d’ensemble du Foyer Les Terrasses route de Neufchâtel.
Source : Photographies du Foyer Les Terrasses [1951-1952], LT (Archives privées).

  • 80 Lettre du 25 mai 1962 à Mlle Gérôme, p. 1, dact., LT (Archives privées).

37Le Foyer Les Terrasses ouvre ses portes le 1er octobre 1950 route de Neufchâtel à Bois-Guillaume, à la limite nord-est de Rouen. Les locaux, un ancien pensionnat des Ursulines réparti dans trois immeubles contigus, ont été trouvés par l’abbé Bernard Daubeuf chargé par l’archevêché de les acquérir grâce à une subvention de la Caisse d’allocation familiale et par l’intermédiaire de la Société immobilière des Terrasses80. Au no 53 de la route de Neufchâtel est installé le groupe des arrivants et les pensionnaires qui doivent être suivis attentivement.

Foyer Les Terrasses : le groupe des arrivants.
Source : Photographies du Foyer Les Terrasses [1951-1952], LT (Archives privées).

Foyer Les Terrasses : la section de passage.
Source : Photographies du Foyer Les Terrasses [1951-1952], LT (Archives privées).

38Ce groupe a une vie autonome et dispose d’une salle à manger, d’une salle de veillée et de chambres distinctes. Le bâtiment possède une entrée séparée, une petite cour et un accès au parc. Au no 55 se trouve le « groupe des aînés », les garçons stabilisés au travail et se préparant plus directement à reprendre la vie normale : c’est la « section de passage ».

39Les garçons caractériels et instables, en général les plus jeunes, susceptibles d’entraîner des difficultés dans la marche générale de l’établisse ment, se trouvent au no 53. Par leur travail et leur conduite, ils ont la possibilité d’accéder au groupe des aînés. Ces derniers doivent préparer leur sortie de l’établissement : ils complètent leur trousseau, étudient leur budget, etc. En octobre 1953, s’ouvre au no 57, la section des « jeunes travailleurs » pour seize garçons venant de l’extérieur et travaillant à Rouen. Le foyer leur propose des repas, des chambres individuelles et des loisirs organisés. Cette section fait suite à la semi-liberté et est destinée à jouer un rôle de prévention.

Foyer Les Terrasses : la section des jeunes travailleurs.
Source : Photographies du Foyer Les Terrasses [1951-1952], LT (Archives privées).

  • 81 Note sur le Foyer Les Terrasses, s. d., 5 p., dact., LT (Archives privées).

40Enfin, à la même époque a été mise en route une section de dix jeunes apprentis confiés par la direction départementale de la Population, l’office des Anciens Combattants, ou par les familles. Chaque groupe a son escalier d’accès, et si les locaux sont séparés par le bureau et les appartements des éducateurs, les pensionnaires ont des contacts entre eux au cours de leurs allées et venues, au travail et dans les différentes activités de la maison : loisirs, piscine municipale, camps, sorties, veillées, activités sportives, etc. Les garçons du foyer viennent en majorité des internats de rééducation de la Seine-Inférieure, ou sont adressés par les services sociaux ou le tribunal du département. Il reçoit également des jeunes gens des départements voisins et notamment des anciens pensionnaires de Ker-Goat81.

  • 82 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.
  • 83 Le Foyer des Terrasses à Bois-Guillaume (Seine-Inférieure), rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 27 aoû (...)

41Ce fonctionnement très organisé est rendu toutefois difficile par la majorité de l’équipe éducative qui se détache progressivement de ses responsabilités. Un directeur, un éducateur-chef, et trois éducateurs, dont Raymond Kervarrec, ont été recrutés à l’ouverture du foyer en vertu de leur expérience et de leurs références sérieuses. Mais, petit à petit, chacun quitte l’établissement pour diverses raisons – service militaire, dépression, changement d’orientation professionnelle, etc. – jusqu’au jour où, en octobre 1952, Raymond Kervarrec, jeune éducateur de vingt-cinq ans, se retrouve seul avec une trentaine de pensionnaires après que le directeur ait démissionné82. De fait, la direction du Foyer Les Terrasses lui échoit et pendant presque un an, il fait fonctionner l’établissement seul puis avec l’aide de sa femme et de quelques éducateurs stagiaires de passage83.

  • 84 Fonctionnement technique du Foyer Les Terrasses, s. d., 5 p., dact., LT (Archives privées).
  • 85 Visite au foyer des Terrasses à Bois-Guillaume, rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 4 mai 1959, p. 2, (...)
  • 86 Visite de la commission sociale de la Caisse d’allocations familiales de Rouen, 21 octobre 1965, 3 (...)
  • 87 Compromis de vente du terrain route de Neufchâtel, 12 juin 1969, 6 p., dact., LT (Archives privées (...)

42L’état de la maison est également à l’origine des dysfonctionnements de l’établissement : des aménagements sont indispensables car les locaux ne sont pas adaptés. Certes, à partir de 1955, le fonctionnement du foyer est réorganisé grâce aux travaux entrepris progressivement. Celui-ci comprend désormais trois groupes de semi-liberté pour un effectif moyen d’une cinquantaine de garçons, la section des apprentis et celle des jeunes travailleurs ayant été supprimées suite aux divers aménagements84. Mais « l’entretien de ces immeubles juxtaposés et pas construits pour être ainsi utilisés, représente une lourde charge financière85 ». Dès lors, l’association Les Terrasses doit se résoudre à abandonner les bâtiments route de Neufchâtel. La Caisse d’allocations familiales qui depuis 1953, contribue à l’aménagement des lieux par des prêts sans intérêt, décide de cesser son aide fin 1962 et demande à l’association d’envisager la construction d’un nouveau foyer86. Le chantier commence en septembre 1963 et se termine en 1965. Un ensemble de quatre pavillons dont l’entrée donne dorénavant sur le 184 rue Robert-Pinchon, est édifié et, en 1969, la partie du terrain où se trouvent les anciens bâtiments est vendue87. Le foyer est dès lors constitué d’un bâtiment central réservé à la vie communautaire – bureaux, cuisine, lingerie et salle de loisirs – et de trois pavillons abritant chacun un groupe ou « unité de vie » comprenant une douzaine de garçons. Chaque « unité de vie » est semblable : salle à manger, petite cuisine, salle de détente avec poste de télévision, douze chambres individuelles, un bureau et des sanitaires.

  • 88 Entretien avec Jacques Leclair, le 9 décembre 2003.
  • 89 Ibid.

43Malgré les difficultés, le Foyer Les Terrasses s’impose rapidement comme un établissement indispensable à l’équipement du département et affiche chaque année un effectif complet voire supérieur à ses capacités. C’est pourquoi le Logis Saint-François décide de créer un autre foyer, plus proche de l’internat. Après une expérience éphémère en 196088, l’association de Thiétreville ouvre le Foyer Les Marronniers en 1970, à Fécamp dont le directeur, ancien pensionnaire de l’établissement et éducateur diplômé, est Jacques Leclair89. Le foyer de semi-liberté se présente donc comme un outil complémentaire voire indispensable à l’action des internats de rééducation, à l’image également du Foyer de Trigauville, pensé en quelque sorte comme la suite logique du Foyer fraternel de Beuzevillette.

Le Foyer de Trigauville (Le Havre) : prolongement de l’action éducative du Foyer fraternel de Beuzevillette

  • 90 Présentation au sous-préfet et à l’inspecteur du Foyer fraternel de Beuzevillette et du Foyer de T (...)

44Le Foyer de Trigauville fait figure d’établissement récent à côté du Val d’Aubette et des Terrasses, mais il s’agit du premier foyer de semi-liberté destiné en priorité à des mineurs du Havre et de sa région. De plus, sa création correspond à une volonté très forte de Guy Berland qui souhaite ne plus « abandonner » les pensionnaires du Foyer fraternel de Beuzevillette une fois leur formation terminée. Il s’agit pour lui de permettre « au jeune de trouver un accueil pour une réinsertion progressive dans la vie, avec prise de conscience de sa dignité d’homme et de ses responsabilités90 ». Cette démarche est très soutenue par l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie et en particulier par son président, le Dr Pierre Bianquis présent avec M. Rain, son homologue à la Population, à l’inauguration des locaux en juin 1957. Cet événement est d’ailleurs relayé par la revue Sauvegarde de l’Enfance en des termes très enthousiastes, très sensibles encore une fois au caractère familial de l’œuvre :

  • 91 Sauvegarde de l’Enfance, 12e année, septembre-octobre 1957, no 7/8, p. 900.

« L’aspect des locaux, le fonctionnement et l’ambiance familiale qu’ont su créer le directeur et sa femme, M. et Mme Berland, aidés de tous leurs collaborateurs, font de ce foyer une véritable maison d’accueil, laissant augurer les meilleurs résultats sur le plan de la réinsertion sociale des jeunes gens qui lui sont confiés91. »

  • 92 Texte en hommage à André Colleu par Guy Berland, s. d., p. 2, dact., DASEC (Archives privées).
  • 93 Extension du Foyer de Trigauville, 18 avril 1958, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).
  • 94 Ibid.
  • 95 Lettre du 31 juillet 1972 de René Hébert, directeur du Foyer André Colleu, au directeur de la CAF (...)

45Habilité dès 1957, le Foyer est installé dans une propriété rue de Trigauville au Havre, proposée par André Colleu qui « revient, trouve le local adéquat et de nouveau s’efface, prêt à reparaître au premier signe, s’il peut se rendre à nouveau utile92 ». Les membres du bureau de l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie votent l’acquisition de ce terrain qui présente plusieurs avantages à leurs yeux. Il est situé près du centre-ville, en bordure de trois rues, il permet d’avoir trois entrées indépendantes – accueil, semi-liberté et service de suite – et la division du terrain en deux parcelles bien distinctes délimite clairement d’une part, le parc et le bâtiment existant, d’autre part, l’ancien potager et le logement de garde93. Des aménagements sont certes nécessaires dans cette « habitation bourgeoise et familiale » qui n’était pas préparée à accueillir une telle activité. Pour répartir les dépenses dans le temps, les travaux sont réalisés en deux tranches. Très rapidement, les sous-sols sont transformés en chaufferie, cuisine – équipée pour nourrir aisément soixante à soixante-dix pensionnaires –, lingerie et douches ; les mansardes et les greniers sont quant à eux aménagés en chambres. Il est prévu d’aménager les locaux ainsi supprimés – caves, réserves à légumes et à linge, magasins, etc. – dans les futures constructions94. La deuxième tranche des travaux envisage – mais plusieurs projets seront à l’étude – la construction d’un second bâtiment comportant : au niveau de l’entresol, une chaufferie, une réserve, une salle de réunions et une salle de jeux ; au rez-de-chaussée, dix chambres individuelles, un bureau, un vestiaire et des sanitaires ; enfin, au premier étage, un appartement de cinq pièces, sept chambres individuelles et des sanitaires. Or, depuis 1963 Guy Berland puis son successeur, René Hébert, ne réussissent pas à réaliser ce projet d’extension faute de subventions suffisantes pour couvrir l’ensemble des dépenses95. Le Foyer de Trigauville qui, dès 1958, est trop exigu face au nombre de pensionnaires, doit loger certains d’entre eux à l’extérieur, chez des particuliers ou dans des collectivités. Il est même contraint de devoir abandonner rapidement la section d’accueil réalisée pour six mineurs placés directement par le juge des enfants et prévue pour leur éviter une incarcération. Le directeur, mais également les administrateurs, se plaignent régulièrement de cette situation dans les rapports d’activité de l’établissement :

  • 96 Rapport d’activité pour l’année 1969, Foyer André Colleu, p. 4-5, dact., DASEC (Archives privées).

« Nous déplorons comme tous les ans, le manque de place dans les chambres des garçons et le manque de chambres pour les éducateurs. L’aspect extérieur de la maison est de plus en plus vétuste. Verrons-nous l’exécution de notre projet ? […]
Comme chaque année, depuis 1963, les administrateurs déplorent que le dossier d’extension, pourtant inscrit au 6e plan et légitimement espéré en 1968, puis en 1969 semble ne pas être sûr de voir le jour en 1970.
Les Administrateurs, aussi bien au Havre qu’au siège, ne sauraient trop répéter qu’il s’agit d’une extension vitale, indispensable, dont l’utilité a été prouvée et que les juges des enfants, les services d’aide à l’enfance et tous les services sociaux n’ont cessé de juger urgente96. »

  • 97 Lettre du 2 juin 1971 d’Édmond Debraize, président de la section havraise du CREAIHN, au président (...)
  • 98 Lettre du 21 août 1973 de P. Moignet, administrateur délégué de l’office public d’Habitation à loy (...)
  • 99 André Colleu est décédé en août 1961 à Varsovie au cours d’un voyage organisé par l’association Vi (...)

46Las d’attendre une hypothétique application du plan d’équipement, René Hebert, appuyé dans sa démarche par Édmond Debraize, président de la section havraise du CREAIHN, et Guy Berland, directeur du CREAIHN, se tourne en 1971 vers l’office public d’Habitation à loyer modéré de la ville du Havre97. Celui-ci accepte alors d’apporter le complément nécessaire au financement de l’opération et de louer au Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées de Haute-Normandie, les locaux qui sont enfin terminés en août 197398. L’établissement, qui a pris le nom de Foyer André Colleu en 1965, en hommage au fondateur de l’association du Foyer fraternel99, a enfin la possibilité, en plus des trente à quarante jeunes déjà présents, d’en accueillir dix-sept supplémentaires.

  • 100 Organisation du Foyer de Trigauville, 21 mars 1955, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

47Une autre particularité de cette création réside dans le mode d’organisation et de gestion choisi par l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie pour le Foyer fraternel et le Foyer de Trigauville : les deux centres ont en effet une direction, un économat et un secrétariat uniques, mais fonctionnent avec deux prix de journée différents. Le directeur réside au Havre, l’éducateur-chef à Beuzevillette. Le premier assure avec l’économe et le secrétaire toute la partie administrative, et contrôle la partie éducative de Beuzevillette confiée à l’éducateur-chef. Les liens entre les deux établissements sont donc très forts et permettent de tenter d’appliquer une prise en charge éducative relativement cohérente et complète des jeunes gens qui leur sont confiés. Dès 1955, le projet du Foyer de Trigauville est pensé ainsi : « Il ne s’agit que d’une extension du Foyer fraternel, ou plus exactement de sa réalisation complète telle qu’elle a été définie par les services de la direction de la Population, lors des accords de l’habilitation100. » Le foyer de semi-liberté se présente donc comme la suite de l’internat de rééducation mais il s’en distingue sur plusieurs points. Non seulement il ne dispense pas de formation, mais les garçons peuvent avoir des statuts temporaires différents dans l’établissement ; certains sont travailleurs ou scolaires, d’autres, compte tenu de leurs difficultés du moment, n’ont pas d’emploi ou d’activités régulières. L’équipement des mineurs semble donc s’étoffer et se structurer progressivement grâce également au centre d’observation et aux internats de rééducation. Par contre, les établissements pour jeunes filles, qui après-guerre étaient numériquement satisfaisants, se révèlent progressivement trop peu nombreux et en retard au vu de l’évolution des méthodes éducatives.

Une prise en charge insuffisante des jeunes filles

48Même si les sources dont nous disposons sont pour l’instant insuffisantes pour traiter pleinement de la prise en charge des jeunes filles, nous ne pouvions manquer d’évoquer la situation particulière des établissements qui leur sont réservés. Relevant essentiellement des institutions congréganistes, leur sort devient problématique à mesure que les vocations religieuses se font plus rares et que les institutions vendent leurs biens. Dès lors, trouver une place pour les jeunes filles délinquantes ou en danger n’est pas chose aisée et le secteur public, comme le secteur privé, qui se félicitaient après-guerre de l’équipement destiné à celles-ci, tout en signifiant la nécessité de revoir les méthodes éducatives notamment au niveau des congrégations, essaient de se pencher sur ce problème.

Les « Bon Pasteur » de Rouen et du Havre

  • 101 Pascale Quincy-Lefebvre, Familles, institutions et déviances. Une histoire de l’enfance difficile, (...)
  • 102 Henri Gaillac, Les maisons de correction, 1830-1945, Paris, Cujas, [rééd.] 1991, p. 123.
  • 103 Ibid, p. 118.

49Comme le souligne Pascale Quincy-Lefebvre, « ces ordres religieux féminins ont investi la prise en charge des “filles perdues” depuis plusieurs siècles101 », ce qui explique la place prépondérante qu’ils occupent encore après-guerre dans ce domaine. Le Bon Pasteur d’Angers, dont la fondation par Marie-Euphrasie Pelletier remonte à 1829102, et Notre Dame de la Charité du Refuge, fondée en 1641 à Caen par Saint-Jean-Eudes103, se sont forgés une réputation certaine dans la rééducation des jeunes filles. La Seine-Inférieure comprend deux établissements dits « Bon Pasteur », mais ceux-ci ne permettent pas de prendre en charge les jeunes filles de manière satisfaisante, à cause des méthodes vieillissantes ou de l’évolution de l’établissement qui ne correspond plus au but que l’institution s’était donné à sa création.

  • 104 Association charitable des Dames de la Providence et du Bon Pasteur. Centre de la Providence à San (...)
  • 105 Traité entre la congrégation des Sœurs hospitalières de Saint-Thomas de Villeneuve et la société d (...)
  • 106 Association charitable des Dames de la Providence et du Bon Pasteur du Havre-Sanvic : historique, (...)

50Le Bon Pasteur de Sanvic, près du Havre, est affilié à sa création à la congrégation d’Angers. Fondée en 1842 par Mme Augustin Normand, épouse d’un armateur du Havre104 et sensibilisée au sort des jeunes filles traînant avec les matelots, l’association des Dames de la Providence et du Bon Pasteur contacte les « sœurs blanches d’Angers » et obtient que quatre religieuses viennent s’occuper de quatre à cinq jeunes dans une maison en location. En 1895, Mme Normand fait don d’un immeuble rue de Châteaudun, à Sanvic, où l’œuvre s’installe et prend son expansion. En 1902, l’abbé Alexandre, protecteur de l’œuvre, demande le changement de congrégation en faveur des Sœurs de Saint-Thomas de Villeneuve qui s’occupent déjà de l’hôpital du Havre105, mais l’établissement garde son nom d’origine. « L’Association Charitable » est autorisée à recevoir d’une part les jeunes délinquantes ou en danger moral, et d’autre part, les pupilles de l’État dès 1914106. L’œuvre s’adresse en priorité aux jeunes filles du Havre et du département de quatorze à dix-sept ans. Les jeunes filles ne sortent jamais pendant leur séjour, sauf accompagnées par une « monitrice » pour faire leurs courses : elles peuvent voir leurs parents et les personnes autorisées uniquement au parloir et à des jours déterminés. Il leur est possible cependant de voir leur famille un week-end par mois et pendant les vacances.

  • 107 Association charitable des Dames de la Providence et du Bon Pasteur. Centre de la Providence à San (...)

51Au cours de sa visite en 1961, Mme Mauroux-Fonlupt relève les particularités de cet établissement qui a pris de l’ampleur depuis sa création puisqu’il compte quatre cent vingt-quatre élèves dont cent soixante-cinq internes. Ainsi, 61 % des élèves sont externes et 83 % sont sous la responsabilité directe de leurs parents. En effet, l’établissement comprend désormais quatre sections aux finalités très différentes : une école primaire de quartier, un collège d’enseignement général, un collège technique et un internat. Ce dernier est divisé en quatre sections autonomes dont deux, « Sacré Cœur » et « Saint-Michel », regroupent une quarantaine d’élèves placés par décision judiciaire ou administrative : il s’agit de l’internat de rééducation proprement dit qui représente uniquement 10 % de l’effectif total de l’institution. La formation est essentiellement tournée vers la couture et les arts ménagers. Celles qui en ont des capacités, ont la possibilité de passer un CAP dans ce domaine107 mais la plupart des élèves sont placées à leur sortie comme employée de maison. La conclusion de Mme Mauroux-Fonlupt est très claire quant au rôle que joue désormais le Bon-Pasteur de Sanvic :

  • 108 Ibid., p. 9.

« Tout ce rapport descriptif montre bien que si la fondatrice a créé “pour les pauvres”, petit à petit l’œuvre a abandonné cette vocation initiale et que cette activité est maintenant “la parente pauvre” de l’ensemble108. »

  • 109 Institution la Providence à Sanvic-Le Havre, rapport de Dominique Riehl, mars 1966, 33 p., CNFE-PJ

52En 1966, l’inspection de Dominique Riehl souligne l’évolution de l’organisation suite au changement de direction mais les carences sont toujours d’actualité concernant les locaux, la formation des jeunes filles dont l’effectif a toutefois doublé et l’encadrement éducatif où religieuses et laïques travaillent ensemble109. D’ailleurs, l’établissement se laïcise progressivement jusqu’à ce qu’en 1978 les religieuses le quittent définitivement et que celui-ci prenne le nom de « Centre éducatif Notre-Dame de Grâce ».

  • 110 Thérèse Eude, « Le Fief-du-Mont et ses couvents : le Bon Pasteur et la Maison des Saints-Anges », (...)
  • 111 Henri Gaillac, op. cit., p. 140.
  • 112 René Rouault de la Vigne, « Des Annonciades au Bon Pasteur », Journal de Rouen, 17 février 1938.
  • 113 Henri Gaillac, op. cit., p. 140.
  • 114 Henri Gaillac signale ainsi « les démêlés des sœurs Anjorrant avec la population de Rouen qui les (...)
  • 115 Institution Anjorrant à Rouen, rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 28 avril 1959, p. 1, CNFE-PJJ.
  • 116 Ibid, p. 2.
  • 117 Victor Duval, La charité à Rouen, Les œuvres catholiques, Rouen, Imprimerie de Lapierre, 1895, p.  (...)
  • 118 Institution Anjorrant à Rouen…, op. cit., p. 3.
  • 119 Thérèse Eude, op. cit., p. 9.

53Le Bon Pasteur de Rouen, devenu Institut Anjorrant à partir de 1950110, est affilié quant à lui à la Congrégation du Bon Pasteur de Bourges, dite Bon Pasteur noir fondée en 1827111. Appelée à venir prendre en charge en 1836 une œuvre de relèvement en difficulté à Rouen, La Maison de Bon Secours, Marie-Clémentine Anjorrant, fondatrice de cet ordre, s’installe dans l’ancien couvent des Pénitents, rue Saint-Hilaire, puis dans celui des Annonciades en 1842, rue du Mont112. Cette nouvelle filiale devient ainsi la maison mère de l’ordre jusqu’en 1840113. Toutefois, la réputation de l’institution est très tôt entachée114 et les méthodes en application fortement dénoncées. Régulièrement, l’établissement qui reçoit une cinquantaine de jeunes filles de quatorze à vingt-et-un ans est remis en question et menacé de fermer. Ainsi, Mme Mauroux-Fonlupt fait une visite de contrôle de l’Institut Anjorrant en 1959 à la suite d’une visite en 1958 et des rapports du juge des enfants de Rouen, dénonçant les pratiques peu éducatives de l’établissement115. Ce conflit se traduit d’ailleurs par une baisse des placements judiciaires au Bon Pasteur qui passent de cinquante et un en 1957 à vingt-cinq en 1958116. Toutefois, une nouvelle Supérieure est à la tête de cette institution qui comprend un internat ayant une capacité de cinquante-huit lits et un home de semi-liberté en cours d’aménagement de vingt-six places. Elle a notamment supprimé en 1956, la fameuse distinction qui a longtemps sévi dans ces établissements dits du « Bon Pasteur », entre bleuettes ou préservées, qu’il faut protéger des pénitentes117, placées en internat de rééducation parce qu’elles ont « commis une faute118 ». Malgré les efforts du personnel à la fois laïc et religieux, le Bon Pasteur de Rouen ne réussit pas à s’adapter à l’évolution des méthodes éducatives et peine à dispenser une réelle formation de qualité à ses pensionnaires. À l’instar de plusieurs établissements religieux à la même époque, il ferme ses portes en 1968 alors qu’une mesure d’expropriation vient d’être décidée dans le cadre de la rénovation du quartier119.

54Ce rapide aperçu des deux institutions dites « Bon Pasteur » illustre bien les carences de la prise en charge des jeunes filles délinquantes ou en danger du département. Leur situation est d’autant plus préoccupante que l’équipement en Seine-Maritime comprend peu d’alternatives à ces deux établissements, même si des initiatives issues en priorité du secteur privé ont été tentées à l’image de l’Entraide Sainte-Marie qui ne pouvait rester insensible à ce problème.

L’action de l’Entraide Sainte-Marie : du Centre Dumanoir au Foyer La Cordée

  • 120 Lettre du 7 juin 1949 de François Charles, inspecteur divisionnaire, directeur de la Population, a (...)

55Deux centres pour jeunes filles apparaissent dans la liste des œuvres rattachées à l’Entraide Sainte-Marie : le Centre Dumanoir qui a fonctionné de 1951 à 1967, et le Foyer La Cordée qui prend la suite de celui-ci jusqu’en 1974. Les archives de ces établissements, certes lacunaires, nous permettent de retracer brièvement leurs parcours et leur fonctionnement. L’intervention de l’Entraide Sainte-Marie dans la prise en charge des jeunes filles s’explique à nouveau par l’expérience de l’abbé Daubeuf en tant qu’aumônier régional des Prisons, qui l’incite rapidement à entreprendre des démarches pour ouvrir une maison d’accueil pour jeunes femmes sortant de prison et pour prostituées. Il est appuyé dans les pourparlers qui précèdent sa mise en place notamment par François Charles qui, en tant que directeur départemental de la Population, se doit de répondre aux modalités d’application de la loi du 13 avril 1946 relative à la fermeture des maisons de tolérance et au renforcement de la lutte contre le proxénétisme, dont l’article 6 prévoit la mise en place d’établissements de rééducation et de réinsertion des prostituées. Comme il le précise lui-même, il s’est d’ailleurs penché sur la question des centres de reclassement féminins avant même de recevoir les recommandations du ministère car ce type d’établissement lui paraît répondre à « des besoins certains dans un département côtier comme celui de la Seine-Inférieure, où l’on compte surtout deux ports importants : Le Havre et Rouen120 ».

  • 121 Convention concernant le Centre Dumanoir entre M. Vasseur, vice-président de la commission adminis (...)
  • 122 Nature juridique du Centre Dumanoir, s. d., p. 1, dact., ESM (Archives privées).
  • 123 Centre Dumanoir. Rapport d’activité, février 1958, p. 3, dact., ESM (Archives privées).

56Le Centre Dumanoir est ouvert en 1951 pour remplir ce rôle ; il est situé dans un immeuble appartenant au centre hospitalier, rue des Forgettes, dans un quartier calme, près du cœur de la ville de Rouen. La maison est entourée d’un jardin et les jeunes filles disposent soit d’une chambre individuelle soit d’un box personnel. Le Centre Dumanoir est une maison de rééducation pour « grandes adolescentes et jeunes adultes ». Sa mission est d’accueillir les jeunes filles sortant de prison ou s’étant déjà livrées à la prostitution ou sur le point de s’y livrer. L’établissement est placé sous le contrôle de la direction de la Population et de la division de l’Aide sociale de la préfecture. Il ne dépend pas de la Justice, mais a la possibilité de recevoir des mineures confiées par le juge des enfants. Certaines viennent directement à leur sortie de prison, sur l’intervention de l’assistante sociale. Les autres ont été soustraites à un milieu familial considéré comme « nocif » ou à une situation irrégulière – prostitution, vagabondage. La durée du séjour varie de quelques mois à un an, voire plus : elle dépend de la possibilité de réadaptation à la vie normale. Par une convention établie le 20 juillet 1949 entre le centre hospitalier régional et l’Entraide Sainte-Marie121, cette dernière est chargée de la direction de la Maison de rééducation122. La directrice et une éducatrice sont rétribuées par le premier, tandis que l’association de l’abbé Daubeuf prend en charge une troisième éducatrice et toute la partie éducative123.

  • 124 Rapport sur le fonctionnement et l’orientation du Centre Dumanoir, Centre diocésain d’action socia (...)
  • 125 Descriptif du Centre Dumanoir, s. d., p. 2, dact., ESM (Archives privées).
  • 126 Horaire des cours donnés au Centre Dumanoir, 1955-1956, 1 p., dact., ESM (Archives privées).

57L’orientation et le fonctionnement de cet établissement ont été pensés et réalisés par le Dr Pierre Bianquis, directeur départemental de la Santé, François Charles, directeur départemental de la Population, le directeur du centre hospitalier et l’abbé Daubeuf. Monsieur Rain, directeur général de la Santé et de la Population a également encouragé cette initiative présentée à ses débuts, comme unique en France124. Les rapports de fonctionnement insistent aussi sur l’aspect familial de cette maison. Les jeunes filles travaillent au Centre et leur emploi du temps est très organisé. Le matin, elles assurent par roulement l’entretien de la maison – ménage, lessive, cuisine125. Elles suivent dans l’après-midi des cours de couture, de cuisine, de puériculture, de modelage, de dessin, d’initiation religieuse et de français126, dispensés par des professeurs extérieurs, mais le Centre ne propose aucune formation professionnelle. Le but est, là encore, de préparer les jeunes filles à leur rôle de femme, de maîtresse de maison, en leur inculquant les notions élémentaires des « arts ménagers » :

  • 127 Nature juridique du Centre Dumanoir, op. cit., p. 1.

« Dès l’ouverture de la maison, nous avons constaté combien ces grandes filles avaient besoin d’une formation ménagère élémentaire. En effet, elles arrivent au Centre sans savoir la plupart du temps faire la cuisine et le ménage et n’ayant jamais tenu une aiguille. Nous avons pensé qu’avant de songer à une orientation professionnelle, pendant que nous nous efforcions de rééquilibrer ces grandes filles qui arrivent chez nous très perturbées, il fallait leur donner cette formation ménagère dont elles auront besoin plus tard dans leur foyer, et ce qui est en plus pour elles un facteur d’équilibre127. »

  • 128 Descriptif du Centre Dumanoir, op. cit., p. 2.
  • 129 Centre Dumanoir. Rapport d’activité, février 1958, p. 6, dact., ESM (Archives privées).

58Les loisirs sont également consacrés au tricot, à la couture mais aussi aux jeux de société, à la lecture et à écouter la radio. Le samedi et le dimanche, les jeunes filles sortent accompagnées pour faire quelques courses, et à cette occasion, un peu d’argent de poche leur est remis128. Lorsqu’une jeune fille est « attachée à un garçon », le Centre prend des renseignements sur lui – en accord avec celle-ci. S’ils sont satisfaisants, les éducatrices entrent en rapport avec lui et l’autorisent à venir au foyer pour voir sa fiancée129.

  • 130 Lettre du 4 février 1959 de l’ARSEAN à la directrice du Foyer Dumanoir, 1 p., dact., ESM (Archives (...)
  • 131 Nature juridique du Centre Dumanoir, op. cit., p. 2.
  • 132 Lettre du 3 avril 1967 du directeur du centre hospitalier régional de Rouen à l’abbé Daubeuf, p. 1 (...)

59S’adressant à des jeunes filles présentées comme particulièrement difficiles, le Centre fait appel à un médecin-psychiatre détaché de l’ARSEAN, le Dr Duranton, qui vient une fois par semaine au Centre130. L’effectif ne dépasse jamais dix pensionnaires et la direction ne peut envisager de l’augmenter compte tenu du profil des pensionnaires reçues dans l’établissement131. Celle-ci estime qu’elle accueille un grand nombre de jeunes filles qu’il est absolument impossible de placer dans des maisons traditionnelles de rééducation, telles que les institutions du « Bon Pasteur » et autres établissements similaires. Le Centre se présente comme « la maison de la dernière chance » pour ces jeunes filles à qui l’on a laissé le choix entre la prison et le Centre Dumanoir. L’expérience semble relativement bien fonctionner, mais en 1967, elle doit quitter les locaux. Le centre hospitalier et universitaire de Rouen souhaitant en effet récupérer le terrain pour septembre 1967 au plus tard, dans le but d’y implanter la future école d’infirmières, l’abbé Daubeuf doit rechercher une nouvelle implantation pour cette œuvre132.

  • 133 Extrait du Journal officiel du 4 août 1967, p. 1, ESM (Archives privées).

60L’association La Cordée est fondée le 26 juin 1967 dans le but de créer, rue Ursin-Scheid à Petit-Quevilly, un établissement « pour adolescentes inadaptées en vue de la prévention de la prostitution133 ». Ouvert en septembre 1967, le Foyer La Cordée prend en fait la suite du Centre Dumanoir. L’ancienne directrice de ce dernier dirige d’ailleurs ce nouvel établissement jusqu’en septembre 1968. Mais cette deuxième expérience de rééducation des jeunes filles va rapidement tourner court. Pourtant, un projet d’extension était prévu depuis 1970 car depuis la fermeture de l’Institution Anjorrant, l’équipement des jeunes filles était devenu largement insuffisant. Une lettre en 1970 du père Marie-Paul, aumônier diocésain des inadaptés et des mineurs en prison, alerte ainsi Monseigneur Rhodain, secrétaire général du Secours catholique, sur la situation des jeunes filles qui ressemble étrangement à celle des garçons après-guerre :

  • 134 Lettre du 27 janvier 1970 du père Marie-Paul, aumônier diocésain des inadaptés et des mineurs en p (...)

« Dans notre diocèse, l’équipement social pour les garçons se structure ; par contre celui des filles est très défectueux […]. Depuis la fermeture de l’Institution Anjorrant de Rouen, les juges des enfants se trouvent dans une situation difficile : lorsqu’une mineure comparaît devant eux, ils n’ont que trois solutions : ou la mettre en prison si elle a commis un délit grave, ou la laisser dans sa famille, si elles ont une famille, ou les mettre à l’Asile de Nuit, rue des Deux-Anges134. »

  • 135 Lettre de G. Léger, juge des enfants de Rouen, au président du Secours catholique, p. 1, dact., ES (...)
  • 136 Nous pouvons supposer qu’il s’agit peut-être du « Foyer féminin », situé rue Eprémenil au Havre me (...)
  • 137 Nous n’avons pas eu accès aux archives de cet établissement.
  • 138 Lettre de G. Léger, op. cit., p. 2.
  • 139 Lettre du 23 février 1970 de Jean Demarest, directeur départemental de l’Action sanitaire et socia (...)
  • 140 Assemblée générale du 12 septembre 1974, Association La Cordée, ESM (Archives privées).
  • 141 Ibid.

61Ainsi, dès mars 1968, une réunion est organisée avec le directeur départemental de l’Action sanitaire et sociale, Jean Demarest, les juges des enfants et diverses personnalités pour essayer de trouver une solution135. Certes subsistent quelques établissements privés – notamment un foyer de semi-liberté136, l’internat de rééducation Le Logis Sainte-Claire à Darnétal137, le Centre pour jeunes filles La Cordée – et le Centre départemental de l’Enfance ouvert également aux jeunes filles, mais qui n’accepte que difficilement les adolescentes placées par le juge des enfants138. Or, ni l’Éducation surveillée, ni l’Action sanitaire et sociale ne peuvent apporter de solution, faute de moyens. À nouveau, l’Entraide Sainte-Marie, par l’intermédiaire de l’association La Cordée, se propose d’ouvrir un centre d’accueil et d’observation pour jeunes filles dont la création est inscrite au Ve plan d’équipement. Un terrain appartenant au Diocèse, situé près de l’hôpital psychiatrique à Saint-Étienne-du-Rouvray, a été trouvé pour y installer l’établissement139, mais le centre ne verra jamais le jour car l’assemblée générale décide de fermer La Cordée le 15 septembre 1974140. Les services de l’Aide sociale à l’Enfance et les juges des enfants ne proposaient plus, en effet, de jeunes filles à ce foyer. Une inspection menée en juillet par la DDASS avait mis en évidence les graves difficultés dans lesquelles se trouvait l’établissement tant sur le plan éducatif que sur le plan administratif – aussi bien concernant la tenue des registres que des comptes où des irrégularités sont signalées141. Dès le 8 août, les éducateurs – uniquement des stagiaires – avaient informé le Bureau de l’impossibilité de poursuivre leur travail dans de telles conditions et estimaient qu’il fallait changer de directrice, l’orientation du foyer et se séparer des quatorze pensionnaires, qui quittent toutes l’établissement le 1er septembre.

  • 142 Signalons à ce sujet l’ouvrage de Françoise Tétard et Claire Dumas, Filles de justice. Du Bon-Past (...)
  • 143 Les archives de cet établissement auraient été en grande partie détruites, seuls quelques cahiers (...)

62Non seulement le projet de centre d’accueil et d’observation est abandonné, mais un nouvel établissement pour jeunes filles vient encore une fois de fermer sans solution de remplacement. Pourtant, depuis 1968, l’État a repris en main la rééducation des jeunes filles qu’il avait jusqu’alors confiée aux congrégations142. Ce nouvel échec ne fait que renforcer une situation qui, tout au long de la période étudiée, se caractérise, en Seine-Maritime, par un encadrement insuffisant des jeunes filles tant au niveau du secteur public – en 1983 un essai de Foyer d’Action éducative pour jeunes filles est tenté 82 route de Darnétal à Rouen, mais celui-ci ne fonctionnera que peu de temps143 – que du secteur privé.

Notes

1 Sauvegarde de l’Enfance, 9e année, janvier-février-mars 1954, no 1/2/3.

2 Ibid, p. 250.

3 Bruno Carlier, Sauvageons des villes, sauvageons aux champs : Les prises en charge des enfants délinquants et abandonnés dans la Loire (1850-1950), Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2006, p. 359.

4 M. Lamotte, M. Gruneissen, « Les centres d’accueil et d’observation », Sauvegarde de l’Enfance, 9e année, janvier-février-mars 1954, no 1/2/3, p. 213.

5 Sur les méthodes et les tests utilisés voir : Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, p. 161 ; « Sciences du psychisme et centres d’observation en France dans les années cinquante », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Le Temps de l’Histoire, no 6, octobre 2004, p. 93-119.

6 Henri Michard, La délinquance des jeunes en France, Paris, La Documentation française, 1978, p. 116.

7 Lettre du 12 octobre 1945 du conseiller à la cour d’appel, délégué à l’enfance de Rouen (service des mineurs) au conseiller à la cour d’appel délégué à l’enfance à Rennes, CAMT : UNARSEA/AFSEA, 2005005, 24 C RN 49, Correspondance Rouen.

8 Jean-Christophe Coffin, « Psychiatrie et politique de santé dans l’agglomération rouennaise autour des années 1950 », in Yannick Marec (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin XVIIIe-fin XXe siècle), Grane, Créaphis, 2005, p. 90.

9 Rapport du directeur départemental de la Santé, 2e session ordinaire du conseil général de la Seine-Inférieure de 1950, p. 153, ADSM : 6 AI 97, Conseil général.

10 Marc Boulanger précise ainsi l’historique de ces bâtiments : achetés en 1913 par la Société rouennaise des maisons à bon marché, ils sont occupés en novembre 1914 par l’armée britannique pour les transformer en hôpital. En 1917, ils sont repris par les hospices civils de Rouen et deviennent un sanatorium. De 1940 à 1945, ils font office d’hôpital de désencombrement pour l’hospice général. Marc Boulanger, op. cit., p. 82-85. Sur le sanatorium dont le médecin-chef était le Dr André Cauchois, une grande figure du mouvement familialiste cf. Ingrid Stalin-Caron, op. cit. et Yannick Marec (dir.), Les hôpitaux de Rouen de Moyen Âge à nos jours. Dix siècles de protection sociale, Rouen, Éditions PTC, 2005, p. 95 et 155.

11 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la Seine-Inférieure de 1950, p. 182, ADSM : 6 AI 97, Conseil général.

12 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte rendu d’activité pour 1960-1961, p. 10 b, dact., CAMT : UNARSEA/AFSEA, 2005005, 24 C RN 49.

13 Centre d’observation L’Éclaircie, Rapport de fonctionnement pour l’année 1958, p. 2, CAMT : Vaucresson, 17 C – 2002078, carton 16.

14 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, op. cit., p. 1 C.

15 Centre d’observation L’Éclaircie, op. cit., p. 7.

16 « L’Espoir sur Ordonnance », film réalisé par Pierre de Fonséca dans le cadre du cinquantième anniversaire de la promulgation de l’ordonnance du 2 février 1945 à l’initiative de Justice Enfance Famille et de l’Institut du développement social, 1995.

17 Rapport du directeur départemental de la Population, op. cit.

18 « L’Espoir sur Ordonnance », op. cit.

19 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte rendu d’activité pour l’année 1954, p. 16., dact., Musée national de l’Éducation : n. c.

20 Centre d’observation L’Éclaircie, op. cit., p. 19.

21 « L’Espoir sur Ordonnance », op. cit.

22 Rapport du directeur départemental de la Population, op. cit.

23 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte rendu d’activité pour 1960-1961, op. cit., p. 4 C.

24 Centre d’observation L’Éclaircie, op. cit., p. 5.

25 Rapport adressé au ministère de la Santé publique, Le Logis Saint-François, 23 novembre 1950, p. 1, dact. (Archives privées).

26 Fonctionnement du centre à Saint-Georges d’Aunay (1941-1944), s. d., 6 p., dact., ESM (Archives privées).

27 Compte rendu du CA du 3 mars 1946, ESM, p. 2, dact. (Archives privées).

28 Compte rendu de l’AG du 2 avril 1946, ESM, p. 2, dact. (Archives privées).

29 Acte de vente de la propriété de Thiétreville à l’association de Thiétreville, 11 décembre 1962, 17 p., dact., LSF (Archives privées).

30 L’association de Thiétreville est également à l’origine de la création en 1955 de la Maison d’enfants La Houssaye à Barneville-sur-Seine (Eure), dirigée par un ancien éducateur du Logis Saint-François, Jean du Plessis de Grenédan, et, en 1970, du foyer de semi-liberté Les Marronniers à Fécamp ayant à sa tête un ancien pensionnaire, Jacques Leclair.

31 Statuts de l’association de Thiétreville, s. d., p. 1, dact., LT (Archives privées).

32 Agrément du Logis Saint-François, s. d., p. 1, dact., ESM (Archives privées).

33 Compte rendu de l’AG du 2 avril 1946, op. cit.

34 La question de l’enfance en Normandie et plus particulièrement en Seine-Inférieure, rapport de Mlle Heurtier, 9 décembre 1946, p. 4, CNFE-PJJ.

35 Description de la maison de rééducation de Thiétreville, fonctionnement, p. 1, dact., ESM (Archives privées).

36 Le Logis Saint-François à Thiétreville (Seine-Maritime), rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 6 mai 1959, p. 8, CNFE-PJJ.

37 Entretien avec Jacques Leclair, le 30 mars 2004.

38 Logis Saint-François, Établissement de rééducation et de soins, s. d., p. 1, dact. (Archives privées).

39 Henri Joubrel, « Informations. La Normandie », Rééducation, 2e année, mai 1948, no 6, p. 37.

40 Entretien avec Jacques Leclair, op. cit.

41 Henry van Etten, Journal d’un quaker de notre temps (1893-1962), Paris, Les Éditions du Scorpion, 1964, p. 239.

42 Il est présent notamment à l’inauguration du Centre quaker au Havre en 1933. Ibid, p. 121.

43 Ibid., p. 105.

44 Ibid., p. 231-232.

45 PV de l’AG extraordinaire du 22 octobre 1953, Association du Foyer fraternel, p. 3, dact., DASEC (Archives privées). Notons qu’au moment de la dissolution des biens de l’association au profit de l’ARSEAN en 1953, le prêt n’ayant pas été remboursé, la propriété est revenue à la Caisse d’allocations familiales du Havre qui a laissé le Foyer fraternel dans les locaux.

46 Henry van Etten, op. cit., p. 239.

47 Cet épisode est l’occasion pour Henry van Etten d’alerter les pouvoirs publics sur la situation du Foyer fraternel de Beuzevillette qui confieront en 1953 la gestion de l’établissement à l’ARSEAN.

48 Henry van Etten, op. cit., p. 240.

49 Ibid, p. 237.

50 Visite au foyer fraternel de Beuzevillette, rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 4 mai 1959, p. 1, CNFE-PJJ.

51 Visite au foyer fraternel de Beuzevillette, op. cit., p. 2.

52 Lettre du 18 juillet 1985 de Joëlle Banchini-Mallet, directrice du Foyer fraternel de Beuzevillette, à M. Daniel, délégué régional, direction de l’Éducation surveillée, p. 1, dact., DASEC (Archives privées). À la suite d’un incendie criminel, la directrice ne peut fournir les renseignements demandés concernant le prix de journée car l’ensemble des documents administratifs de 1981 à 1985 a été détruit.

53 Paris-Normandie, 13 mars 1967.

54 ANIFRMO : Association nationale interprofessionnelle pour la formation rationnelle de la main-d’œuvre.

55 Centre d’accueil de Beuzevillette. Fonctionnement des FPA, rapport de Henri Gaillac, 18 mai 1961, p. 2, CNFE-PJJ.

56 Ibid, p. 12.

57 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la Seine-Inférieure de 1950, p. 183, ADSM : 6 AI 97, Conseil général.

58 M. Roux, Jacques Marchal, Dr Le Bourjade, « Les homes et foyers de semi-liberté », Sauvegarde de l’Enfance, 9e année, janvier-février-mars 1954, no 1/2/3, p. 326.

59 Sophie Victorien, L’Association du Val d’Aubette (1929-1983). De la colonie de vacances au foyer pour mineurs inadaptés, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Claude Vimont, université de Rouen, 2002, 177 p. + annexes.

60 Journal officiel, 24 janvier 1930.

61 Jean-Pierre Chaline, Les Bourgeois de Rouen, une élite urbaine au XIXe siècle, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982, p. 104.

62 Assemblée générale du 24 novembre 1948, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).

63 Ibid.

64 Ibid.

65 L’association du Val d’Aubette n’organise plus de colonies de vacances et se contente désormais de louer une partie des locaux à des organismes de plein air jusqu’en 1959. Cf. Réunion du conseil d’administration du 10 janvier 1959, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).

66 Assemblée générale du 1er juin 1949, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).

67 Registre des entrées et sorties du personnel du Val d’Aubette, 1er juillet 1949-2002, 7 fo, ms., VA (Archives privées).

68 Entretien avec Robert Barcq, le 31 août 2002.

69 Assemblée générale du 1er octobre 1950, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).

70 Assemblée générale du 1er juillet 1951, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).

71 Rapport d’activité du Foyer du Val d’Aubette, 1949-1951, p. 3, ms., VA (Archives privées).

72 Conseil d’administration du 20 février 1964, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).

73 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.

74 Registre des entrées et sorties du personnel du Val d’Aubette, 1er juillet 1949-2002, 7 fo, ms., VA (Archives privées).

75 Assemblée générale du 1er juin 1970, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).

76 Assemblée générale du 15 juin 1973, Association du Val d’Aubette, VA (Archives privées).

77 Lettre du 18 mai 1950 de René Stackler, président de l’association de Thiétreville, au président de la CAF, p. 1-2, dact., ESM (Archives privées).

78 L’abbé Daubeuf est élu au cours de cette assemblée générale, vice-président de l’association Les Terrasses avec François Charles.

79 Assemblée générale du 15 juin 1950, Association Les Terrasses, LT (Archives privées).

80 Lettre du 25 mai 1962 à Mlle Gérôme, p. 1, dact., LT (Archives privées).

81 Note sur le Foyer Les Terrasses, s. d., 5 p., dact., LT (Archives privées).

82 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.

83 Le Foyer des Terrasses à Bois-Guillaume (Seine-Inférieure), rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 27 août 1953, p. 3, CNFE-PJJ.

84 Fonctionnement technique du Foyer Les Terrasses, s. d., 5 p., dact., LT (Archives privées).

85 Visite au foyer des Terrasses à Bois-Guillaume, rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 4 mai 1959, p. 2, CNFE-PJJ.

86 Visite de la commission sociale de la Caisse d’allocations familiales de Rouen, 21 octobre 1965, 3 p., dact., ESM (Archives privées).

87 Compromis de vente du terrain route de Neufchâtel, 12 juin 1969, 6 p., dact., LT (Archives privées).

88 Entretien avec Jacques Leclair, le 9 décembre 2003.

89 Ibid.

90 Présentation au sous-préfet et à l’inspecteur du Foyer fraternel de Beuzevillette et du Foyer de Trigauville, s. d., p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

91 Sauvegarde de l’Enfance, 12e année, septembre-octobre 1957, no 7/8, p. 900.

92 Texte en hommage à André Colleu par Guy Berland, s. d., p. 2, dact., DASEC (Archives privées).

93 Extension du Foyer de Trigauville, 18 avril 1958, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

94 Ibid.

95 Lettre du 31 juillet 1972 de René Hébert, directeur du Foyer André Colleu, au directeur de la CAF du Havre, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

96 Rapport d’activité pour l’année 1969, Foyer André Colleu, p. 4-5, dact., DASEC (Archives privées).

97 Lettre du 2 juin 1971 d’Édmond Debraize, président de la section havraise du CREAIHN, au président de l’office public d’Habitation à loyer modéré de la ville du Havre, 2 p., dact., DASEC (Archives privées).

98 Lettre du 21 août 1973 de P. Moignet, administrateur délégué de l’office public d’Habitation à loyer modéré de la ville du Havre, à Guy Berland, directeur du CREAIHN, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

99 André Colleu est décédé en août 1961 à Varsovie au cours d’un voyage organisé par l’association Vie Nouvelle.

100 Organisation du Foyer de Trigauville, 21 mars 1955, p. 1, dact., DASEC (Archives privées).

101 Pascale Quincy-Lefebvre, Familles, institutions et déviances. Une histoire de l’enfance difficile, 1880-fin des années trente, Paris, Édition Économica, 1997, p. 209.

102 Henri Gaillac, Les maisons de correction, 1830-1945, Paris, Cujas, [rééd.] 1991, p. 123.

103 Ibid, p. 118.

104 Association charitable des Dames de la Providence et du Bon Pasteur. Centre de la Providence à Sanvic (Seine-Maritime), rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 16 mai 1962, p. 1., CNFE-PJJ.

105 Traité entre la congrégation des Sœurs hospitalières de Saint-Thomas de Villeneuve et la société des Dames de la Providence et du Bon Pasteur du Havre, 1902, 3 p., CAMT : Vaucresson, 17 C – 2002078, carton 16.

106 Association charitable des Dames de la Providence et du Bon Pasteur du Havre-Sanvic : historique, 1969, 2 p., CAMT : Vaucresson, 17 C – 2002078, carton 16.

107 Association charitable des Dames de la Providence et du Bon Pasteur. Centre de la Providence à Sanvic (Seine-Maritime), rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, op. cit., p. 7.

108 Ibid., p. 9.

109 Institution la Providence à Sanvic-Le Havre, rapport de Dominique Riehl, mars 1966, 33 p., CNFE-PJJ

110 Thérèse Eude, « Le Fief-du-Mont et ses couvents : le Bon Pasteur et la Maison des Saints-Anges », Groupe histoire des hôpitaux de Rouen, Séance du 23 octobre 1991, p. 1.

111 Henri Gaillac, op. cit., p. 140.

112 René Rouault de la Vigne, « Des Annonciades au Bon Pasteur », Journal de Rouen, 17 février 1938.

113 Henri Gaillac, op. cit., p. 140.

114 Henri Gaillac signale ainsi « les démêlés des sœurs Anjorrant avec la population de Rouen qui les accuse de séquestrer et de maltraiter les filles ». Ibid, p. 141.

115 Institution Anjorrant à Rouen, rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 28 avril 1959, p. 1, CNFE-PJJ.

116 Ibid, p. 2.

117 Victor Duval, La charité à Rouen, Les œuvres catholiques, Rouen, Imprimerie de Lapierre, 1895, p. 396.

118 Institution Anjorrant à Rouen…, op. cit., p. 3.

119 Thérèse Eude, op. cit., p. 9.

120 Lettre du 7 juin 1949 de François Charles, inspecteur divisionnaire, directeur de la Population, au ministre de la Santé publique et de la Population, p. 1., dact., ESM (Archives privées).

121 Convention concernant le Centre Dumanoir entre M. Vasseur, vice-président de la commission administrative du centre hospitalier régional de Rouen, et Jacques Lecœur, président du CA de l’Entraide Sainte-Marie, [20 juillet 1949], 2 p. dact., ESM (Archives privées).

122 Nature juridique du Centre Dumanoir, s. d., p. 1, dact., ESM (Archives privées).

123 Centre Dumanoir. Rapport d’activité, février 1958, p. 3, dact., ESM (Archives privées).

124 Rapport sur le fonctionnement et l’orientation du Centre Dumanoir, Centre diocésain d’action sociale, s. d., p. 2, dact., ESM (Archives privées).

125 Descriptif du Centre Dumanoir, s. d., p. 2, dact., ESM (Archives privées).

126 Horaire des cours donnés au Centre Dumanoir, 1955-1956, 1 p., dact., ESM (Archives privées).

127 Nature juridique du Centre Dumanoir, op. cit., p. 1.

128 Descriptif du Centre Dumanoir, op. cit., p. 2.

129 Centre Dumanoir. Rapport d’activité, février 1958, p. 6, dact., ESM (Archives privées).

130 Lettre du 4 février 1959 de l’ARSEAN à la directrice du Foyer Dumanoir, 1 p., dact., ESM (Archives privées).

131 Nature juridique du Centre Dumanoir, op. cit., p. 2.

132 Lettre du 3 avril 1967 du directeur du centre hospitalier régional de Rouen à l’abbé Daubeuf, p. 1, dact., ESM (Archives privées).

133 Extrait du Journal officiel du 4 août 1967, p. 1, ESM (Archives privées).

134 Lettre du 27 janvier 1970 du père Marie-Paul, aumônier diocésain des inadaptés et des mineurs en prison (Œuvre hospitalière de nuit), à Monseigneur Rhodain, président du Secours catholique, 2 p., dact., ESM (Archives privées).

135 Lettre de G. Léger, juge des enfants de Rouen, au président du Secours catholique, p. 1, dact., ESM (Archives privées).

136 Nous pouvons supposer qu’il s’agit peut-être du « Foyer féminin », situé rue Eprémenil au Havre mentionné dans trois lettres conservées dans les archives du Foyer Les Terrasses, à Bois-Guillaume.

137 Nous n’avons pas eu accès aux archives de cet établissement.

138 Lettre de G. Léger, op. cit., p. 2.

139 Lettre du 23 février 1970 de Jean Demarest, directeur départemental de l’Action sanitaire et sociale, à Monseigneur Rhodain, secrétaire général du Secours catholique, p. 2, dact., ESM (Archives privées).

140 Assemblée générale du 12 septembre 1974, Association La Cordée, ESM (Archives privées).

141 Ibid.

142 Signalons à ce sujet l’ouvrage de Françoise Tétard et Claire Dumas, Filles de justice. Du Bon-Pasteur à l’Éducation surveillée (XIXe-XXe siècle), Paris, Éditions Beauchesne, 2009, 483 p.

143 Les archives de cet établissement auraient été en grande partie détruites, seuls quelques cahiers de permanence sont encore conservés au Centre de formation de la protection judiciaire de la jeunesse à Rouen.

Table des illustrations

Légende Le château de Valmont (Thiétreville).Source : Fascicule du Logis Saint-François, [1950], 15 p., dact., ESM (Archives privées)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende La cuisine équipée du Logis Saint-François.Source : Fascicule du logis Saint-François, [1950], 15 p., dact., ESM (archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Le Logis Saint-François : des chambres où règnent l’ordre et la propretéSource : Fascicule du logis Saint-François, [1950], 15 p., dact., ESM (archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106515/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Le Logis Saint-François : une salle à manger où chaque groupe a sa table.Source : Fascicule du Logis Saint-François, [1950], 15 p., dact., ESM (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106515/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende La villa Sainte-Rose, un deuxième foyer pour le Val d’Aubette.Source : Rapport d’activité du foyer du Val d’Aubette, 1949-1951, VA (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106515/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende La villa Sainte-Rose vue de la route de Lyons.Source : Rapport d’activité du foyer du Val d’Aubette, 1949-1951, VA (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106515/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Vue d’ensemble du Foyer Les Terrasses route de Neufchâtel.Source : Photographies du Foyer Les Terrasses [1951-1952], LT (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106515/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Foyer Les Terrasses : le groupe des arrivants.Source : Photographies du Foyer Les Terrasses [1951-1952], LT (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106515/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Foyer Les Terrasses : la section de passage.Source : Photographies du Foyer Les Terrasses [1951-1952], LT (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106515/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Foyer Les Terrasses : la section des jeunes travailleurs.Source : Photographies du Foyer Les Terrasses [1951-1952], LT (Archives privées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106515/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540