Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Première partie. Se donner les moyens de « sauver » la jeunesse en péril

Chapitre II. Le rôle prépondérant du secteur associatif

Texte intégral

1La délinquance juvénile semble atteindre en Seine-Inférieure des proportions inquiétantes au sortir de la guerre et les juges pour enfants ne disposent dans l’immédiat d’aucune structure qui permette d’accueillir en particulier les garçons. À l’instar de la situation nationale, pour lutter contre la délinquance juvénile et pour rattraper son retard en matière d’équipement, la Seine-Inférieure cherche donc à s’appuyer sur un réseau privé d’établissements qui se bâtit dans l’urgence de la situation et plus rapidement que le secteur public qui peine à se structurer. Le milieu associatif disposera pour ce faire, et des moyens financiers, et des bonnes volontés nécessaires à la création de ces structures. Il répond ainsi à la nouvelle législation en faveur des mineurs délinquants et en danger, et surtout, aux besoins très vifs d’un département meurtri. Deux types d’association émergeront alors : les associations gestionnaires des établissements et les associations qui ont également une fonction fédérative, comme les Associations départementales et régionales de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence. Les premières peuvent être confessionnelles – souvent anciennes, les plus connues sont les congrégations du Bon Pasteur ou de l’ordre de Notre-Dame-de-Charité-du-Refuge pour les jeunes filles, l’association du Prado ou l’Œuvre du père Colombier pour les garçons – ou laïques comme la majorité des associations œuvrant en Seine-Maritime, même si l’influence de la religion n’est pas à négliger. Le rôle de plusieurs personnalités locales doit être d’ores et déjà souligné car elles ont non seulement participé à la création des établissements destinés à l’enfance en difficulté, mais elles ont aussi insufflé un certain esprit sur les associations qu’elles ont contribué à fonder et à faire vivre. Comment le réseau associatif s’organise donc pour mettre en place un maillage d’établissements spécialisés correspondant à la demande locale tout en répondant aux injonctions nationales délivrées par l’Éducation surveillée ?

Les caractéristiques du réseau mis en place en Seine-Inférieure

2La Seine-Inférieure participe au vaste mouvement en faveur du traitement de « l’enfance inadaptée », impulsé par l’Éducation surveillée. Son implication est d’autant plus nécessaire que les besoins dans ce domaine semblent considérables : la délinquance juvénile y est présentée comme très préoccupante alors que dans un premier temps, l’équipement n’est pas en mesure de répondre aux exigences du défi qui lui est lancé. Les établissements pour mineurs inadaptés relevant de l’Éducation surveillée appartiennent soit au secteur public, soit au secteur privé. Or, le rôle de ce dernier sera déterminant pour rattraper le retard du département dans ce domaine.

Des moyens et un encadrement insuffisants

3Lors de son passage en Normandie en 1948, Henri Joubrel met l’accent sur les difficultés de cette région et en particulier de la Seine-Inférieure où la reconstruction est très lente et les besoins criants dans le domaine de « l’enfance inadaptée » :

  • 1 Henri Joubrel, « Informations. La Normandie », Rééducation, 2e année, mai 1948, no 6, p. 37.

« La Normandie, qui se relève bien lentement de ses ruines, se devait de mener un effort particulier en faveur de l’enfance délinquante et en danger moral. Une tournée en Seine-Inférieure permet de mesurer tout le chemin qui lui reste à parcourir1. »

  • 2 Sur l’histoire de cet établissement : Valérie Cordier, L’établissement de Grugny, quelques aspects (...)
  • 3 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la (...)

4Il indique que la ville de Rouen ne possède pas encore de Centre d’accueil ou d’observation. Hormis une école de perfectionnement située initialement à Yvetot, mais sinistrée, repliée à Grugny2 et réservée aux « enfants arriérés », le département ne compte que deux établissements de rééducation : le centre départemental d’Aumale et le Logis Saint-François à Thiétreville. Les filles, quant à elles, sont accueillies uniquement par les institutions du Bon Pasteur de Rouen et de Sanvic près du Havre. Par contre, les orphelinats sont au nombre de trente-six et disposent de 2 018 lits3.

  • 4 Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927), Paris, La Documen (...)
  • 5 Jean-Claude Vimont (dir.), Jeunes, déviances et identités. XVIIIe-XXe siècle, Cahier du GRHis, no (...)
  • 6 Jean-Claude Vimont, « La Franc-maçonnerie rouennaise et la colonie pénitentiaire de Petit-Quevilly (...)
  • 7 Ida Lacointe, Les jeunes filles détenues de l’Atelier-Refuge de Rouen de 1851 à 1912, mémoire de m (...)
  • 8 Marc Boulanger, Une grande figure rouennaise du siècle dernier. Sœur Marie-Ernestine, fondatrice d (...)
  • 9 Stéphane Letourneur, La colonie pénitentiaire agricole des Douaires, 1862-1925, mémoire de maîtris (...)
  • 10 Tania Césarin, Le patronage et la protection des mineurs de justice à Rouen de 1835 à 1937, mémoir (...)

5La Seine-inférieure s’était pourtant illustrée au siècle précédent, faisant figure de modèle dans le domaine de la protection sociale4 et des institutions prenant en charge l’enfance en difficulté. Jean-Claude Vimont montre ainsi la diversité des « offres d’éducation correctionnelle5 » en Normandie : la colonie pénitentiaire privée de Petit-Quevilly qui fonctionne de 1843 à 18656, l’Atelier-Refuge de Darnétal pour les jeunes filles7 de 1850 à 1912 fondé par Sœur Marie-Ernestine8, la colonie publique des Douaires à Gaillon dans l’Eure de 1862 à 19209, auxquels il faut ajouter la présence d’un Bon Pasteur dans chacun des départements de la région. Mais au cours de la première moitié du XXe siècle, force est de constater que la Seine-Inférieure est peu pourvue en établissements spécialisés pour mineurs délinquants. Certes, les jeunes filles sont toujours prises en charge par les institutions du Bon Pasteur, mais seuls des orphelinats reçoivent les garçons de moins de treize ans ; au-delà, ils sont envoyés principalement dans les patronages parisiens par les Comités de défense des mineurs traduits en justice de Rouen et du Havre10. Signalons toutefois la création à la fin du XIXe siècle de l’école de réforme à Aumale destinées à accueillir les pupilles « difficiles et vicieux » de l’Assistance publique.

  • 11 Henri Gaillac, Les maisons de correction, 1830-1945, Paris, Cujas, [rééd.] 1991, p. 155.
  • 12 Marc Boulanger, op. cit., p. 67.
  • 13 Jean-Claude Vimont, « Les jeunes communards incarcérés dans le quartier correctionnel de la prison (...)
  • 14 Henri Gaillac, op. cit., p. 261-262.
  • 15 Tania Césarin, op. cit.
  • 16 Ingrid Stalin-Caron, De l’assistance à l’aide aux familles nombreuses à Rouen pendant l’entre-deux (...)
  • 17 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la (...)

6Cette situation vient-elle de la politique de laïcisation de la Troisième République, comme le souligne Henri Gaillac lorsqu’il évoque le déclin du secteur privé, en grande partie aux mains des congrégations11 ? La fermeture de l’Atelier-Refuge de Darnétal, deux ans après le décès de sa fondatrice, résulte en partie de l’application de la loi du 1er juillet 1901 selon laquelle, toute congrégation religieuse non autorisée dispose d’un délai de trois mois pour obtenir une autorisation sous peine d’être dissoute. Marc Boulanger précise ainsi qu’« il faut bien reconnaître que la loi du 1er juillet 1901 sur les Congrégations, génératrice de tracasseries multiples, portait en germe, la fin prochaine de cette institution12 ». De plus, l’image des colonies pénitentiaires privées, comme celle de Petit-Quevilly fondée par des francs-maçons et contrainte de fermer à la suite de divers scandales, a laissé une lourde empreinte sur le secteur privé et encourage l’État à favoriser les colonies publiques13. La Première Guerre mondiale oblige toutefois plusieurs œuvres à évacuer et à abandonner leurs locaux. L’administration pénitentiaire ferme alors dans un souci d’économie six établissements, dont Gaillon en 1920, seule colonie publique de Normandie14. Parallèlement, les Comités de défense des mineurs traduits en justice de Rouen et du Havre, aux mains des magistrats, observent une diminution certaine de leurs activités au cours de cette période15. Quant aux Ligues et associations familiales, elles semblent davantage se préoccuper des questions de démographie et d’hygiène des familles ouvrières que des problèmes de l’enfance délinquante car la Seine-Inférieure souffre d’une baisse très importante de sa population surtout dans l’entre-deux-guerres16. Après le second conflit mondial, leur implication n’est pas plus notable dans ce domaine, d’autant que le directeur de la Population déplore dans son rapport en 1950 un certain ralentissement de leurs activités dans la lutte contre les fléaux sociaux17.

  • 18 Didier Nourrisson, Alcoolisme et antialcoolisme en France sous la IIIe République : l’exemple de l (...)

7L’état des lieux en Seine-Inférieure à la Libération est donc très préoccupant, ce que révèlent les conclusions des observateurs. D’un côté, l’urgence de la situation l’engage immédiatement dans une lutte contre « l’inadaptation sociale » de la jeunesse. De l’autre, le département est dépourvu d’établissements spécialisés et de véritables tribunaux pour enfants – sauf à Rouen –, dans un terrain propice à la délinquance. Celle-ci se concentre dans les deux grandes agglomérations du département, Rouen et Le Havre, touchées par les fléaux sociaux dénoncés déjà dans les années 1930, comme l’alcoolisme18 et les taudis.

  • 19 Maison d’arrêt de Rouen, rapport de Mlle Heurtier, 28 février 1945, p. 2, CNFE-PJJ.

8Les conséquences de la guerre et de l’occupation ont aggravé la situation. Les destructions, la désorganisation et les drames familiaux, mais aussi la présence des troupes allemandes puis américaines, sont pointés du doigt. Comme nous l’avons vu précédemment, ces dernières ont favorisé le développement des vols – sur les vingt-deux mineurs à la maison d’arrêt de Rouen en 1945, sept garçons, de quinze à dix-sept ans, sont accusés d’avoir volé dans les stocks de l’armée américaine19 – et de la prostitution déjà très présente dans les ports qui jalonnent la côte normande. Dans son rapport d’inspection en 1946, Mlle Heurtier insiste sur les difficultés en Seine-Inférieure :

  • 20 La question de l’enfance en Normandie et plus particulièrement en Seine-Inférieure, rapport de Mll (...)

« La délinquance s’est accrue dans des proportions énormes dans cette province qui, après l’occupation allemande, a subi le passage des troupes américaines. Vols et prostitutions se sont multipliés et pour éviter le passage et le trop long séjour à la prison, les juges laissent chez eux les enfants. Rouen a jugé l’an passé 1 100 délinquants20. »

  • 21 Maison d’arrêt de Rouen, op. cit., p. 1.
  • 22 Jean-Claude Vimont, La prison à l’ombre des hauts murs, Paris, Gallimard, 2004, p. 31.

9Les juges ne disposent donc d’aucune structure pour placer les mineurs hormis les institutions du Bon Pasteur de Rouen et du Havre pour les jeunes filles. Quant à la maison d’arrêt de Rouen, celle-ci a beaucoup souffert des bombardements de la rive gauche et au sortir de la guerre sa population est le double du nombre habituel – le surveillant-chef se plaint d’ailleurs de l’évacuation lente des « prisonniers politiques21 ». Elle ne peut donc pas attribuer un quartier spécial pour les mineurs alors que l’ancienne prison Bicêtre a été une des premières de France à en disposer dès 182622. Ceci explique que le tribunal pour enfants, débordé et en cours de structuration, préfère laisser les mineurs délinquants chez eux, faute de lieux pouvant les accueillir.

10Les événements de la guerre et leurs conséquences multiplient les besoins dans un département où l’équipement faisait déjà défaut dans le domaine de la délinquance juvénile. Pour répondre à l’urgence de la tâche, la Seine-Inférieure s’appuie dans un premier temps sur le secteur privé, le secteur public mettant beaucoup plus de temps à se structurer et à se développer.

Le secteur public : des structures lentes à se mettre en place

  • 23 Jacques Bourquin, « Éducation surveillée, protection judiciaire de l’enfance. Approche historique  (...)

11L’ordonnance du 2 février 1945 confirme la primauté de la rééducation en internat, très liée à la notion de « surveillance » et « d’éloignement du milieu23 ». Or, le secteur public ne dispose pas d’un équipement très développé ni représenté de manière homogène sur le territoire national, et compte deux types d’établissements : les centres d’observation inscrits dans la loi du 27 juillet 1942 et les institutions publiques d’Éducation surveillée (IPES).

  • 24 Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de (...)
  • 25 Jean-Pierre Jurmand, « Le corps dans l’observation des mineurs. Le cas des centres d’observation à (...)
  • 26 Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de (...)
  • 27 Jean-Louis Costa, « Plan de réforme des services de l’Éducation surveillée et des institutions pro (...)
  • 28 Les ISES ont été mises en place par le décret du 12 avril 1952. Les deux premières sont celle de L (...)
  • 29 Jacques Bourquin, « Éducation surveillée, protection judiciaire de l’enfance. Approche historique  (...)

12Les centres d’observation publics sont au nombre de trois en 194924. Ils sont situés à Paris – créé en 1945 avec Charenton et Villejuif, Savigny-sur-Orge devient le centre unique de la région parisienne en 195025 –, à Lyon – ouvert en 1949 – et à Marseille – datant de 1946. Ces centres d’observation se développeront peu et ne survivront d’ailleurs pas à l’ère du milieu ouvert qui s’épanouit à partir des années 1960-1970. Les institutions publiques de l’Éducation surveillée (IPES) mises en place dès 1940, sont prévues également par l’article 16 de l’ordonnance du 2 février 1945, qui envisage « le placement des mineurs âgés de plus de treize ans dans l’institution publique d’éducation professionnelle, d’Éducation surveillée ou d’Éducation corrective », et par l’article 15 prévoyant « le placement des mineurs de treize ans dans un internat approprié ». Issues des colonies pénitentiaires et des maisons d’Éducation surveillée (MES), elles ont été créées pour « assurer la rééducation des mineurs délinquants les plus difficiles » et « servir de modèle aux institutions privées26 ». Ces institutions, en voie de réforme et de modernisation, sont, en 1946, au nombre de cinq pour les garçons avec un total de 1 200 places – Aniane, Saint-Maurice, Saint-Hilaire, Saint-Jodard, Belle-Île-en-Mer – et au nombre de deux pour les jeunes filles avec un total de 300 places – Cadillac et Clermont27. Elles sont gérées par le ministère de la Justice et bénéficient d’un même règlement provisoire, datant du 25 octobre 1945. Malgré une volonté annoncée très tôt d’essaimer ces structures à travers la France, les IPES ne seront qu’une douzaine au début des années 1960, période à partir de laquelle sont privilégiés les pratiques en milieu ouvert, les Institutions spéciales de l’Éducation surveillée (ISES)28 et les foyers d’action éducative (FAE)29.

  • 30 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la (...)
  • 31 Stéphane Henry, « Réflexions autour d’une institution antituberculeuse pour l’enfance pendant l’en (...)

13La Seine-Inférieure ne dispose donc ni de centre d’observation, ni d’IPES gérés directement par l’Éducation surveillée. Jusqu’aux années 1960, le secteur public est représenté uniquement par le centre départemental de rééducation d’Aumale. Cet établissement, de création ancienne et datant de la fin du XIXe siècle, est destiné dans un premier temps à accueillir les pupilles « difficiles et vicieux » de l’Assistance publique, c’est-à-dire ceux qui ne s’adaptent pas au placement familial. Face aux besoins et au manque d’établissements spécialisés dans le département, il s’ouvre progressivement aux mineurs délinquants et « assimilés30 ». Le centre départemental de rééducation d’Aumale reçoit une centaine de garçons de dix à seize ans qui ont un quotient intellectuel « suffisant » et reconnus perfectibles. La scolarité est prévue jusqu’à quinze ans et l’enseignement est dispensé par des enseignants de l’Éducation nationale en vue de l’obtention du certificat d’études primaires. Après cet âge, les garçons passent un examen d’orientation professionnelle et sont affectés à un atelier où ils seront susceptibles d’être préparés à un CAP de menuiserie, cordonnerie, serrurerie, forge ou boulangerie. Un certain nombre d’élèves sont également dirigés vers les travaux agricoles et le jardinage dans les deux fermes annexes : la ferme du Bois de la Ville et celle de Melleville. En 1956, l’institution devient un « centre scolaire et professionnel » jusqu’à ce qu’en 1969, il soit intégré au Centre départemental de l’enfance de Canteleu, un ancien préventorium31 devenu Institut départemental de perfectionnement pour débiles légers et moyens.

14Cette évolution ne change pourtant pas la vocation de cet établissement, qui accueille toujours en priorité des pupilles de l’État, comme l’illustre le tableau suivant présentant l’effectif des pensionnaires par catégorie en 1949 :

Catégorie

Effectif

Pupilles de l’État

119

Aide médicale gratuite

5

Pupilles de la Nation

3

Mineurs en danger moral

2

Éducation surveillée

2

Sécurité sociale

1

132

Effectif des différentes catégories des pensionnaires du centre de rééducation d’Aumale en 1949.
Source : Rapport du directeur du centre départemental de rééducation d’Aumale, 2e session ordinaire du conseil général de la Seine-Inférieure de 1950, p. 118, ADSM : 6 AI 97, Conseil général.

15Sur un total de cent trente-deux pensionnaires, seuls deux ont été placés par l’Éducation surveillée. Les cent dix-neuf pupilles de l’État représentent sans équivoque la très grande majorité des garçons placés à Aumale. L’établissement ne semble donc pas répondre aux besoins du département en matière de délinquance juvénile, d’autant que sa réputation dont il a beaucoup de mal à se défaire, ne joue pas en sa faveur, comme le souligne Henri Joubrel en 1948 :

  • 32 Henri Joubrel, op. cit., p. 37.

« Cette école, voici quelques années encore, possédait une triste réputation assez justifiée. Reprise en mains par un nouveau directeur, elle se dégage peu à peu de ses vieilles traditions et avance lentement sur la voie du progrès32. »

16Même si des efforts importants sont menés pour améliorer l’accueil et le fonctionnement du centre, sa situation reste longtemps difficile à cause de son prix de journée élevé et du trop petit nombre de pensionnaires présents par rapport à sa capacité. En 1950, le directeur s’en explique d’ailleurs dans son rapport au conseil général :

  • 33 Rapport du directeur du centre départemental de rééducation d’Aumale, op. cit., p. 124, ADSM : 6 A (...)

« L’établissement subit la concurrence de nombreuses institutions qui se sont créées depuis la dernière guerre et qui ont bénéficié des plus récents progrès de la technique.
Pour supporter la comparaison avec ces établissements, le Centre départemental a encore besoin de modernisation et il lui faudrait en particulier, des ateliers plus vastes et mieux outillés33. »

17Le centre de rééducation ne réussit donc pas à se hisser au niveau des « nombreuses institutions » nées après-guerre. Même si ce constat est à nuancer quant au nombre et à la modernité de celles-ci, il est évident que face à la demande, plusieurs établissements se créent surtout au bénéfice du secteur privé.

  • 34 Les archives de cet établissement et du deuxième foyer public de Rouen restent introuvables. Seuls (...)
  • 35 Équipement du secteur public à Rouen, rapport de Henri Gaillac, 29 juin 1965, p. 1-2, CNFE-PJJ.
  • 36 Jacques Levacher, « À Rouen, les foyers d’antan », Pour l’histoire, Bulletin de l’Association pour (...)

18S’il faut attendre les années 1960 pour voir le secteur public s’implanter véritablement dans les deux principales agglomérations de la Seine-Maritime, celui-ci éprouvera beaucoup de difficultés à fonctionner sur le long terme : le foyer d’action éducative (FAE), destiné à recevoir vingt garçons en accueil, est ouvert en 196534 conjointement à une Consultation d’orientation et d’action éducative (COAE), 82 route de Neufchâtel à Rouen35. Il est fermé dès 1977 pour ouvrir à nouveau en 1985 et cesser définitivement ses activités quelques années plus tard36. En 1965, Henri Gaillac conclut son rapport sur l’équipement du secteur public et le retard de son implantation à Rouen malgré une évolution encourageante. Trois autres projets sont alors prévus, mais à part le second foyer de semi-liberté installé quelque temps après rue Henri Lafosse à Rouen et fermé dès 1979, le Centre d’observation Rouen-Roncherolles et l’IPES de Haute-Normandie ne voient pas le jour.

19Jacques Levacher, alors éducateur, arrive en 1966 à Rouen et constate la prépondérance et le dynamisme du secteur privé lorsqu’il évoque l’inscription de l’Éducation surveillée au IVe plan d’équipement et son projet de modernisation :

  • 37 Ibid., p. 5.

« À Rouen, le secteur associatif avait anticipé cet équipement : deux foyers de garçons fonctionnaient à la périphérie de la ville, “Les Terrasses” et le “Val d’Aubette”, en recevant des jeunes confiés par la DDASS ou par les juridictions pour enfants. Les jeunes filles en difficulté étaient prises en charge par des institutions religieuses37. »

20À l’image de la situation nationale, le secteur privé a donc bien devancé le secteur public faute de ressources financières. L’Éducation surveillée ne s’en cache pas et érige en exemple ses établissements, certes peu nombreux, mais en voie de modernisation. En 1951, Jean-Louis Costa revient sur le rôle des établissements publics :

  • 38 Jean-Louis Costa, « La délinquance juvénile en France », Notes et études documentaires, no 1423, 1 (...)

« Jusqu’à ces dernières années, les progrès réalisés par l’initiative privée alternaient avec les tentatives d’amélioration des institutions publiques. Tout se passait un peu comme si, aux améliorations réalisées d’un côté, devait forcément correspondre de l’autre côté une diminution de valeur… À l’heure actuelle, il n’en est plus ainsi. Les institutions publiques, peu nombreuses mais convenablement équipées, doivent jouer un rôle de prototype et permettre aux institutions privées, qui sont irremplaçables, de s’améliorer en se spécialisant38. »

21Si l’État reconnaît la nécessité des institutions privées qui disposent de moyens financiers et de structures qui lui font défaut, il les incite à se conformer aux consignes transmises par la direction de l’Éducation surveillée et à prendre exemple sur les établissements publics, présentés comme le lieu privilégié des expérimentations en matière de méthodes éducatives.

Le secteur privé remplit un service public

  • 39 M. Bégorre, « Le secteur privé de l’enfance inadaptée », Revue pénitentiaire et de droit pénal, se (...)

22À côté des établissements publics, de nombreux établissements privés sont également habilités à recevoir des jeunes en difficulté. L’Éducation surveillée s’appuie en effet et en grande partie sur le secteur associatif pour prendre en charge les mineurs délinquants. Il est d’ailleurs remarquable que « cette dernière [soit] la seule à la Chancellerie à utiliser, dans l’accomplissement de sa mission, concurremment avec ses établissements et services en régie directe, des établissements placés sous un régime de droit privé39 ». Car si l’équipement public se développe, il reste quantitativement insuffisant et doit continuer à collaborer avec le secteur privé. Ce système est relativement souple pour l’Éducation surveillée qui délègue à ces associations « la gestion d’un service public » tout en les finançant via le paiement d’un prix de journée devant couvrir les dépenses des mineurs placés par ses soins :

  • 40 M. Granjon, « La réforme des institutions privées de rééducation », Revue pénitentiaire et de droi (...)

« C’est que les associations privées gèrent, en quelque sorte, un service public. Non seulement on n’a pas nationalisé les œuvres, mais encore on leur a confié une part importante de l’autorité publique. L’État leur a donné une très large délégation : cette fonction est régalienne au premier chef, car il s’agit d’exécuter des décisions de justice40. »

  • 41 Jean-Louis Costa, « Plan de réforme des services de l’Éducation surveillée et des institutions pro (...)

23Cependant, la vocation de ces associations ne se limite pas à la seule application de l’ordonnance du 2 février 1945, à savoir recevoir les mineurs de justice. Elles se donnent aussi pour mission d’accueillir les jeunes gens envoyés par la direction de l’Action sanitaire et sociale, par la Sécurité sociale, voire directement par les familles. La place considérable acquise par ces établissements privés s’explique également par la tradition qui fait de « l’initiative privée », comme le souligne Jean-Louis Costa en 1946, celle qui « a précédé l’État dans ce domaine et [qui] a été à l’origine de toutes les mesures prises en faveur de l’enfance malheureuse41 ». Sans tomber dans le piège du « roman de l’enfance inadaptée », l’héritage des œuvres charitables – Jean-Eudes et l’ordre de Notre-Dame-de-Charité-du-Refuge créé à Caen au XVIIe siècle, mère Euphrasie Pelletier et la congrégation du Bon Pasteur d’Angers fondée en 1829, etc. – et des sociétés de patronage est ici important, puisque ces œuvres se sont substituées très tôt aux carences de l’État pour prendre en charge l’enfance malheureuse et les jeunes détenus tout en influençant la législation dans un sens moins répressif.

  • 42 Ibid.
  • 43 M. Granjon, op. cit., p. 473.

24L’initiative privée assure les enquêtes sociales et les mesures de liberté surveillée, gère les centres d’accueil de mineurs délinquants et la majorité des centres d’observation. Enfin, elle dirige la quasi-totalité des établissements de rééducation, soit, en 1946, plus d’une centaine d’œuvres pour moins d’une dizaine d’institutions publiques42. Cette prépondérance du secteur privé ne se dément pas avec le temps. Malgré les efforts d’équipement du secteur public, la majorité des mineurs pris en charge le sont par le secteur privé. Ainsi en 1950, les cent quatre-vingt-dix établissements habilités ont accueilli, en plus des mineurs en danger moral qui constituent la grande majorité des pensionnaires, 6 500 mineurs délinquants, contre 2 000 dans le secteur public43.

  • 44 Visite au Bon Pasteur de Sanvic-Le Havre, rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 2 mai 1959, p. 3, CNFE-P (...)
  • 45 Nécessité de nommer un responsable ecclésiastique pour fédérer les œuvres, s. d., 4 p., dact., ESM (...)
  • 46 Jean-Louis Costa, op. cit., p. 86.

25Or, le secteur privé souffre d’un problème qualitatif important, conséquence de la conjugaison de plusieurs facteurs. À la Libération, les anciennes institutions occupent des locaux vétustes et utilisent encore des méthodes désuètes voire peu éducatives, qu’il convient de réformer rapidement. Mais il n’est pas aisé de changer les habitudes prises par ces établissements, en particulier les institutions dirigées par les congrégations religieuses. Même si elles ont rendu beaucoup de services par le passé, elles ne peuvent plus remplir leur mission convenablement dans ce nouveau contexte de réforme des méthodes de prise en charge de « l’enfance inadaptée ». Toutefois, les inspecteurs de l’Éducation surveillée sont trop peu nombreux par rapport à la multitude d’établissements privés – le Bon Pasteur de Sanvic-Le Havre fait l’objet d’une brève inspection de Mme Mauroux-Fonlupt seulement en 195944 – et le manque de structures n’incite pas à la fermeture rapide de ces institutions défaillantes. Ainsi, le Bon Pasteur de Rouen, dont la réputation est exécrable dans les années d’après-guerre, est menacé de fermeture par la direction de la Population et le ministère de la Justice45, sans que celle-ci soit appliquée, faute d’équipement suffisant pour les jeunes filles dans le département. Dès lors, Jean-Louis Costa compare la situation de ces œuvres à celle des institutions publiques à la veille de la réforme de l’Éducation surveillée46.

26Un autre problème se pose dès les années 1950 : la liberté dont les associations ont bénéficié pour créer des établissements n’a pas permis de mettre en place un réseau cohérent d’établissements répondant à tous les besoins.

  • 47 M. Granjon, op. cit., p. 474.

« Pris un à un, nombre d’établissements privés donnent satisfaction, mais l’ensemble est incohérent. C’est une autre conséquence de la grande liberté accordée à l’initiative privée que d’avoir laissé se développer, pour certaines catégories de mineures, un grand nombre d’institutions, alors que pour d’autres catégories des vides importants restent à combler. Nous manquons encore d’institutions de garçons en internat. Nous devons dire aussi que, pour les filles, le choix entre les établissements non confessionnels est très limité et que cette circonstance peut influencer la forme à donner à la rééducation de certaines mineures47. »

  • 48 Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de (...)

27Le secteur privé, qui coexiste avec le secteur public, se caractérise en effet par la variété de ses établissements. Il devient nécessaire pour lui de penser, en matière de planification, à un développement davantage harmonieux et complémentaire des équipements au niveau territorial mais aussi catégoriel. Dès 1947, le directeur de l’Éducation surveillée précise ainsi dans son rapport que « l’État doit reconsidérer ses rapports avec l’initiative privée sans parti pris politique ou confessionnel. [Les œuvres privées] ont rendu et rendent encore des services éminents mais leur action doit être coordonnée48 ». En 1950, François Charles insiste également sur la nécessité de mieux penser l’équipement en faveur de l’enfance inadaptée et d’améliorer la qualité des établissements en Seine-Inférieure :

  • 49 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la (...)

« Étude des besoins, spécialisation des établissements, développement de la formation professionnelle, en collaboration avec l’enseignement technique, perfectionnement des méthodes de rééducation, recherche de débouchés, de façon à assurer la réinsertion professionnelle et sociale des réadaptés, création de homes de semi-liberté et foyers de jeunes, telles sont les tâches diverses et passionnantes auxquelles je veux me consacrer en collaboration avec l’Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence49. »

28Cette étude des besoins passe par une collaboration étroite entre les différents services – Santé et Population – et les conseillers techniques de l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie (ARSEAN) – médecins-psychiatres, assistantes sociales, etc. Cette dernière est chargée de la réalisation d’un plan d’ensemble de l’équipement du département à intégrer dans le cadre de son action régionale. Pour le directeur départemental de la Population, « il est difficile d’imaginer un ensemble plus cohérent ». La coopération des services publics, des services sociaux spécialisés et de l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie explique en grande partie la mise en place relativement rapide des établissements issus du secteur privé et créés pour répondre aux besoins identifiés, contrairement à l’équipement public qui peine à rattraper son retard.

29Malgré le poids de l’héritage des institutions anciennes et les difficultés de coordination dans le plan d’équipement au niveau national, certaines associations et établissements privés font preuve d’une relative adaptation voire d’innovation vis-à-vis de l’évolution des besoins et de la législation.

Les initiateurs des projets locaux

  • 50 Francine Muel-Dreyfus, « L’initiative privée », Actes de la recherche en sciences sociales, 1980, (...)

30Les établissements habilités par l’Éducation surveillée ne peuvent voir le jour sans la présence d’une association. Celle-ci peut être uniquement gestionnaire ou remplir également une fonction fédérative. Le rôle de certaines personnalités locales est ici déterminant et explique en grande partie les particularités des institutions et les différences régionales50.

Le rôle des associations locales

31La mise en place d’établissements spécialisés en Seine-Inférieure est donc portée par un secteur associatif qui, dans l’immédiat après-guerre, est dominé depuis Rouen par les catholiques avec l’Entraide Sainte-Marie fondée par l’abbé Bernard Daubeuf et, pour la région du Havre, par le mouvement quaker dont un des membres, André Colleu, est à l’origine de l’Association fraternelle de Beuzevillette en 1949. Ces associations se proposent de répondre aux besoins du département et à la demande du ministère de la Justice avec, tout au moins pour certains catholiques et l’abbé Bernard Daubeuf en tête, une sorte d’émulation née d’une certaine concurrence. Une lettre de l’abbé Bernard Daubeuf est particulièrement éclairante sur le contexte et les modalités de la mise en place des structures rééducatives. Elle est adressée en 1946 à l’assistante sociale chef du service d’Hygiène mentale de Rouen, Mlle Geneviève Lamy :

  • 51 Lettre du 21 février 1946 de l’abbé Daubeuf à Geneviève Lamy, 2 p., dact., ESM (Archives privées).

« Mademoiselle.
Je suis passé hier à l’Aumônerie Générale et j’ai rencontré l’assistante Sociale qui s’occupe des prisons, Mademoiselle Gibory.
Ce service vient d’être pris en charge par l’Aumônerie Générale. La justice a demandé à Mademoiselle Gibory d’essayer de créer à Rouen quelque chose au point de vue jeunesse délinquante. Je lui ai dit qu’il y avait déjà ici des personnes qui se préoccupent de cette question, et qui pouvaient travailler en liaison avec elle ; je pense qu’il serait bon que vous la rencontriez bientôt.
Pour ma part, je serais même tout prêt à vous aider de façon plus précise, en vous avançant les fonds nécessaires si mon Conseil d’Administration se montre d’accord – car d’après Mademoiselle Gibory, les services financiers de la Justice sont extrêmement lents, et il serait nécessaire de faire les avances de capitaux par une société privée qui d’un autre côté pourrait assumer certaines garanties : tout ceci pourrait je pense être fait par l’Entr’Aide Sainte Marie.
Il y aurait d’ailleurs lieu de se hâter, car les protestants sont sur la question, et bien décidés à faire quelque chose.
Pour toutes ces raisons, j’aimerais vous voir le plus tôt possible, et serais heureux que vous veniez déjeuner avec nous à l’Entr’Aide Sainte Marie, demain vendredi vers midi.
J’espère que vous pourrez vous libérer un moment demain, et vous prie d’agréer, Mademoiselle, l’assurance de mes sentiments respectueusement dévoués51. »

  • 52 Sur ce sujet, voir : Mathias Gardet, Alain Vilbrod, L’éducation spécialisée en Bretagne, 1944-1984 (...)
  • 53 Ibid.

32Cette lettre résume les préoccupations, les enjeux et la situation de la Seine-Inférieure dans la prise en charge de « l’enfance inadaptée » au sortir de la guerre. Premièrement, même si localement des personnes sont sensibilisées au sujet et semblent disposées à s’engager, le département souffre d’une absence criante de structures adéquates dans un contexte où, nous l’avons vu, les besoins sont réels. Deuxième point important, nous relevons dans la lettre que c’est le ministère de la Justice qui demande via l’assistante sociale des prisons « de créer quelque chose au point de vue jeunesse délinquante ». Mais, faute de pouvoir entre autres avancer rapidement l’argent, l’État continue de s’appuyer sur le secteur privé comme il le fait depuis la loi du 5 août 1850 sur l’éducation et le patronage des jeunes détenus, tout en le finançant et le contrôlant52. Troisièmement, cette demande se traduit sur le terrain par une réponse largement positive des associations qui acceptent de prendre en charge « cette espèce de délégation de service public53 », mais également par une sorte de concurrence, de lutte de pouvoirs, pour occuper ce secteur, à tel point que l’abbé Bernard Daubeuf estime qu’il y a « lieu de se hâter, car les protestants sont sur la question, et bien décidés à faire quelque chose ».

L’abbé Bernard Daubeuf et l’Entraide Sainte-Marie (Rouen)

33L’abbé Bernard Daubeuf est le personnage incontournable de Rouen et des environs par ses multiples actions en faveur de la population et les liens qu’il a pu tisser au sein du milieu catholique et laïque.

  • 54 « La disparition de l’abbé Daubeuf a provoqué à Rouen une intense émotion », Paris-Normandie, 24 j (...)
  • 55 Les francs-maçons, poursuivis par le gouvernement de Vichy, ont dû évacuer la loge située à cette (...)
  • 56 Lettre du 24 septembre 1946 de l’abbé Daubeuf au Préfet de Seine-Inférieure, 2 p., dact., ESM (Arc (...)
  • 57 Chronologie de l’Entraide Sainte-Marie, 1943-1971, s. d., 2 p., dact., ESM (Archives privées).

34Né en 1917 dans la rue des Capucins l’abbé Bernard Daubeuf a fait ses études à l’institution Join-Lambert puis au Grand Séminaire de Rouen. Ordonné prêtre en 1943 à l’âge de vingt-six ans, il fonde dès l’année suivante l’Entraide Sainte-Marie, « véritable prologue à nombre de réalisations dont il fut l’auteur ou l’artisan54 ». Alors que la Ville de Rouen lui accorde la jouissance des locaux de la Loge maçonnique au 79 rue Orbe55 le 11 avril 1944 pour y établir un foyer des femmes de prisonniers, déportés et requis du quartier Saint-Vivien56, les bombardements dans la nuit du 19 avril 1944 font près de neuf cents morts et vingt mille sinistrés. Il décide alors de changer la destination des lieux et en accord avec le maire, René Stackler, ouvre un centre d’accueil pour les sinistrés où 98 700 repas seront servis jusqu’en 1945 avec l’aide du Secours national57.

1943-1944

Création de l’Entraide Sainte-Marie pour les femmes de prisonniers

79 rue Orbe, Rouen

19 avril 1944-1945

Centre d’accueil pour les sinistrés

79 rue Orbe, Rouen

1945-1947

Maison de convalescence pour les anciens prisonniers et déportés

Château de Baclair, Nointot

1946

Logis Saint-François, maison de rééducation pour jeunes caractériels

Thiétreville près de Fécamp

1946

Foyer pour militaires

Rue Gadeau de Kerville, Rouen

1946-1952

Organisation de colonies de vacances groupant chaque année 250 garçons et filles

Nointot, Saint-Pierre-de-Varengeville, Saint-Jeandu-Cardonnay, Bacqueville-en-Caux, Thiétreville, Grainville-la-Teinturière,

1950-1981

Les Terrasses, foyer de semi-liberté pour garçons

Route de Neufchâtel puis rue Robert Pinchon, Bois-Guillaume.

1951-1967

Centre Dumanoir pour jeunes prostituées et jeunes femmes sortant de prison

Rue des Forgettes, Rouen

1952

Organisation du Secours catholique

Rouen

1958

Réorganisation de l’Œuvre hospitalière de nuit

Rouen

1959

Foyer pour Africains noirs

50 rue Stanislas Girardin, Rouen

1960

Maison familiale de vacances pour les éducateurs

Saint-Riquier-ès-Plains

1961

Accueil et reclassement des repliés d’Afrique du Nord

Rouen

1962

Comité diocésain contre la faim

Rouen

1964

Foyer Saint-Martin pour adultes isolés

rue Eau de Robec, Rouen

1966

Construction d’un centre de transition pour accueillir des étrangers vivant en bidonvilles

Grand-Quevilly

1967

Maison de retraite Les Sapins

Rouen

1967-1974

La Cordée, foyer pour jeunes filles

Rue Ursin Sheid, Petit-Quevilly

1968

Centre de transition pour 40 familles avec un centre social adjacent

Grand-Quevilly

1970

Les Marronniers, foyer de semi-liberté pour garçons

Fécamp

1974

Service Éducation en milieu ouvert

Fécamp

1975

Centre de réadaptation par le travail, Les Cèdres

Rue du Champ des Oiseaux, Rouen

1978

Centre de réadaptation par le travail rural

Château du Gal, Doudeville

Œuvres et actions de l’Entraide Sainte-Marie (1943-1978).
Source : Historique de l’Entraide Sainte-Marie, 27 mai 1981, LT (Archives privées).

35Après la Libération, il ouvre une maison de convalescence pour les prisonniers rapatriés au château de Baclair, mis à disposition par le baron d’Etchegoyen, à Nointot – près de Bolbec – pour des séjours de trois mois jusqu’en 1947. Débute ainsi une longue suite de créations d’institutions diverses répondant aux besoins immédiats de la population de Rouen mais aussi du département, depuis la rue Orbe, puis à partir de 1947, lorsque les francs-maçons récupèrent leurs locaux, au 20 rue de Joyeuse.

  • 58 « Je ne suis pas général dit Bernard Daubeuf, l’aumônier des militaires, mes épaulettes sont faite (...)
  • 59 Outre les établissements pour jeunes en difficulté, l’Entraide Sainte-Marie est connue également p (...)
  • 60 En effet, la correspondance de l’Entraide Sainte-Marie abonde en lettres adressées directement à l (...)
  • 61 Lettre du 14 avril 1976 de l’abbé Daubeuf à M. Colombier, 2 p., dact., ESM (Archives privées).

36Aumônier militaire58, du Secours catholique et des prisons, il est sur tous les fronts et en particulier, sur celui de « l’enfance inadaptée », car très marqué par les conditions de vie des prisonniers pour lesquels il organise d’ailleurs diverses actions pour améliorer leur quotidien. Cette expérience fait qu’il est sensibilisé très tôt au sort des mineurs délinquants ou en passe de le devenir. C’est donc pour eux qu’il a créé ou aidé à mettre en place via l’Entraide Sainte-Marie, l’institut de rééducation Le Logis Saint-François à Thiétreville en 1946, Le Foyer Les Terrasses à Bois-Guillaume en 1950, le Centre Dumanoir pour les jeunes prostituées en 1951, le Foyer La Cordée pour les jeunes filles à Petit-Quevilly en 1967 ou le Foyer Les Marronniers à Fécamp en 197059. Il ouvre par ailleurs en 1960 une maison familiale de vacances pour les éducateurs à Saint-Riquier-ès-Plains. L’Entraide Sainte-Marie devient donc le siège de plusieurs associations en faveur de la jeunesse en difficulté et parallèlement, l’abbé Bernard Daubeuf propose ses services pour aider d’autres associations et en particulier sa capacité à trouver des moyens financiers. Il n’hésite pas à répondre de manière positive aux multiples demandes60 dont il fait l’objet et à faire agir ses réseaux qu’ils soient celui des notables, des industriels, des politiques ou des religieux, ce dont il a lui-même conscience : « Par tempérament et par fonction, je ne sais pas et je n’ose pas dire non, et c’est un défilé de personnes de tous horizons qui sont persuadées que l’abbé Daubeuf peut tout obtenir… Mais je ne suis pas le Bon Dieu et je m’adresse à ses saints61. » Nous retrouvons également l’abbé Daubeuf dans divers conseils d’administration comme celui de l’Association rouennaise d’éducation de la jeunesse (AREJ) ou plus officieusement pour aider des établissements en difficulté. Ainsi, lorsque le Foyer du Val d’Aubette est dans l’embarras après le décès subit de son premier directeur, Henri Delboulle, il intervient pour aider Benjamin Emo qui lui succède. Pour l’ensemble de ses actions, l’abbé Daubeuf est décoré de la Légion d’honneur en mai 1969, puis reçoit l’insigne d’officier dans l’ordre national du Mérite en 1976.

37Toutefois, cet homme par son entregent et son indépendance ne fait pas l’unanimité et essuie régulièrement des critiques. Suite à son décès le 23 janvier 1978, un article nécrologique souligne la singularité du personnage et la façon dont son engagement pouvait être perçu :

  • 62 « Le Père nous a quitté », Messages, no 292, mars 1978.

« Sur l’homme nous avions tous une idée. Le Père ne laissait personne indifférent. Il irritait certains. Il en emballait d’autres. Mais tous ne pouvaient que reconnaître son esprit d’initiative, sa hardiesse, ses réalisations concrètes. Il était comme investi d’une mission d’Église auprès des plus pauvres et qu’il traduisait dans ses mots et ses entreprises62. »

  • 63 Louis Prévost, Un siècle d’histoire des œuvres catholiques de Rouen 1875-1975, Rouen, L. Prévost, (...)
  • 64 Ibid., p. 85.

38Or, à aucun moment, le nom de l’abbé Daubeuf – « qui ne laissait personne indifférent » – n’est mentionné dans l’ouvrage du chanoine Louis Prévost sur les œuvres catholiques à Rouen63, et l’Entraide Sainte-Marie n’y est citée que de manière anecdotique64 alors que son activité, qui se poursuit d’ailleurs après le décès de son fondateur, est indéniablement à l’origine d’un réseau dynamique de divers établissements dirigés par des laïcs et implantés dans tout le département.

André Colleu et l’Association fraternelle de Beuzevillette (Le Havre)

  • 65 Henry van Etten a participé à la fondation du Comité d’étude et d’action pour la diminution du cri (...)
  • 66 Les rations quakers distribuées en Allemagne à la fin de la Première et de la Seconde Guerre mondi (...)

39Le réseau du Havre, quant à lui, se développe dans les premiers temps à partir du mouvement non pas catholique, mais quaker qui est particulièrement implanté dans cette ville où transite nombre de quakers américains et anglais. Dès 1933, un centre quaker est d’ailleurs inauguré au Havre. Ce mouvement dissident de l’anglicanisme, proche du protestantisme, prône notamment le pacifisme et la fraternité entre les peuples. La Société des Amis, dont le centre ouvre à Paris en 1924, s’intéresse très tôt au sort des prisonniers et aux jeunes délinquants grâce à son secrétaire, Henry van Etten65. Elle joue un rôle important pendant la Seconde Guerre mondiale par la distribution de vivres et de médicaments aux prisonniers civils, et à la Libération, dans les prisons où sont regroupés les collaborateurs. Elle gère aussi les aides à la population en général via les distributions alimentaires66 et les programmes de suralimentation destinés aux enfants dans les écoles. Henry van Etten précise dans son journal :

  • 67 Ibid., p. 142.

« Qui aurait pu imaginer aussi que le petit groupe quaker français allait jouer un rôle de premier plan, un rôle de Bon Samaritain dans plusieurs villes de France, lui si petit, si dépourvu de moyens de toutes sortes ? […] Toutes les portes nous furent ouvertes, celles du grand “Grand Secours National” et celles, beaucoup plus difficiles, des autorités allemandes pendant l’occupation, sans oublier celles des autorités françaises de la Résistance à partir de fin août 194467. »

  • 68 Toutes les informations sur André Colleu et son engagement sont issues d’un recueil de témoignages (...)

40Avec le Don Suisse et le Service civil international, les quakers du Havre participent ainsi à la construction de baraquements et à l’aide aux sinistrés de la ville. L’Association fraternelle de Beuzevillette est liée directement à ce milieu par son fondateur André Colleu, qui participe avec sa femme aux divers rassemblements de la Société des Amis68. Havrais né en 1910, il quitte l’école primaire pour continuer ses études à l’École supérieure, mais il rate « de peu » le brevet élémentaire. Il enchaîne alors divers métiers au Crédit lyonnais, dans les bureaux d’un atelier de mécanique et réparations de bateaux, dans une compagnie d’assurance maritime puis dans un grand hôtel du Havre. Après son service militaire, il décide de reprendre ses études et retrouve son ancien professeur d’anglais, Pierre Échard, qui le met en contact avec Jean-Paul Sartre, alors professeur de philosophie au lycée du Havre, et avec son beau-frère le romancier Marius Grout. C’est là qu’il est initié au quakerisme, à travers les traductions de textes issus de ce mouvement et les discussions avec Pierre Echard et son beau-frère, tous deux à l’origine de la fondation en 1933 du centre quaker rue Palfray au Havre. La Seconde Guerre mondiale amplifie son pacifisme et son engagement dans la Société des Amis après avoir été prisonnier de guerre pendant cinq années. Dès lors, parallèlement à sa carrière de professeur d’anglais au lycée du Havre, il s’engage dans divers mouvements pacifistes tel le Mouvement international de la Réconciliation, mais aussi dans la politique au sein de l’Union de la Gauche socialiste. Voici comment André Colleu explique son engagement dans une réponse faite à un article du Havre Libre :

  • 69 Article d’André Colleu, Le Havre Libre, s. d., cité dans En souvenir d’André Colleu 1910-1961, op. (...)

« Un éditorial du “Havre Libre” me qualifie de “professeur de combat”. C’est vrai, je suis un professeur de combat. […]
Mais lorsque je pris la classe, je m’aperçus avec une grande tristesse que ces cinq années de souffrances n’avaient servi à rien. Les enfants que j’avais devant moi ne comprenaient toujours pas de “fils de prolétaires”. Alors, de combattant je devins combatif. Dans mon syndicat, dans ma vie sociale, dans ma vie politique je fus toujours sur la brèche, m’efforçant de l’élargir afin que ces enfants-là puissent y passer.
Que peut-on reprocher à cela, quand on se dit “de gauche” ?
En même temps, sensible à la misère d’enfants déshérités qu’on jetait en prison dans la plus grande promiscuité pour des motifs futiles : vente de vêtements américains ou de cigarettes, je créai avec une poignée d’amis, une maison de rééducation et un home de semi-liberté69. »

41André Colleu fonde donc avec des « Amis » et des personnes d’horizons variés, l’association du Foyer fraternel de Beuzevillette en 1949. Les premiers temps sont consacrés à la réunion des fonds nécessaires à la mise en place de l’internat de rééducation. L’association organise alors des soirées sensibilisant la population par des projections de films sur le sujet et par des conférences données par les plus éminents spécialistes de « l’enfance inadaptée ». Un article de la revue Rééducation rapporte ainsi quelques actions de cette association en 1949 :

  • 70 « Informations », Rééducation, 3e année, juillet-août 1949, no 16, p. 46.

« Cette association de sauvegarde du Havre, dirigée par M. et Mme Colleu, professeur au lycée, a organisé le 4 mai une projection de “La Cage aux Rossignols” au grand cinéma Rex, projection précédée d’une conférence d’Henri Joubrel. La séance était présidée par le Dr Bianquis, inspecteur divisionnaire de la Santé à Rouen et M. Charles, inspecteur divisionnaire de la Population et secrétaire général de l’Association régionale de sauvegarde. Une collecte a rapporté 65 000 francs pour contribuer à l’édification d’un centre de rééducation au château de Beuzevillette.
Le 24 mai, une avant-première du film “Quelque part en Europe” a été donnée au bénéfice du Foyer Fraternel. Celui-ci prépare aussi une représentation des “Anges masqués” en septembre. Les esprits y seront préparés de la façon suivante : un concours d’affiches sera ouvert auparavant sur le thème du film entre les écoliers du Havre (2 catégories : établissements primaires et secondaires) avec pour premier prix une bicyclette. Les visiteurs paieront 20 frs pour visiter l’exposition de ces affiches et tous auront le droit de désigner les meilleures70. »

  • 71 Entretien avec Thierry Romain, le 16 juin 2003.
  • 72 La revue Pour L’Enfance coupable créée en 1934 prend le nom de Sauvons l’Enfance en 1946 pour enfi (...)

42L’association est par conséquent très active et, portée par les bonnes volontés, réussit à ouvrir en janvier 1951 le Centre de rééducation de Beuzevillette. Malheureusement, nous ne disposons pas d’archives sur cette période : seule une indication de la part de l’ancien directeur du DASEC nous a été communiquée précisant que le château était tenu au début par une « famille d’accueil quaker71 ». Il s’agit en fait de Henry van Etten, fondateur et collaborateur entre autres de la revue Pour l’Enfance coupable72, et de sa femme, qui resteront très peu de temps, comme nous avons pu le découvrir à la lecture de son livre, Journal d’un quaker de notre temps (1893-1962), publié en 1964. En attendant de comprendre comment ce militant quaker a pu être contacté pour assumer la direction de cet établissement, intéressons-nous tout d’abord au regard de ce spécialiste de « l’enfance inadaptée », sur cette association et sur les responsables du Havre :

  • 73 Henry van Etten, op. cit., p. 238.

« Nous avions commis une erreur en acceptant les conditions matérielles qui nous étaient faites sous les ordres d’un Comité d’irresponsables, dirigé par des gens aux antipodes de l’esprit quaker, nous aurions dû refuser de rester… Pendant les trois quarts d’une année nous allions payer cher notre désir de réaliser un Centre de rééducation dans un endroit où il n’y en avait pas. J’avoue n’avoir jamais imaginé que de telles mentalités pouvaient exister… et pas seulement une ou deux dans le Comité mais la majorité de celui-ci. Un monde nous séparait ! Et pas seulement dans notre Comité mais au tribunal également73… »

  • 74 Ibid., p. 242.
  • 75 En souvenir d’André Colleu 1910-1961, op. cit.

43Henry van Etten fustige ici l’incompétence de certains membres d’associations pourtant pleins de bonne volonté, incompétence qu’il rencontrera à nouveau au patronage parisien dont il assurera la direction très brièvement avant de partir aux États-Unis74. Ce témoignage, qui nuance fortement les multiples éloges dont fait l’objet l’action d’André Colleu notamment dans un recueil de souvenirs75, est porté par une grande déception et une conception peut-être trop en avance pour une région où le secteur de l’enfance en difficulté en est à ses balbutiements.

  • 76 Henry van Etten, op. cit., p. 239.
  • 77 PV de l’AG extraordinaire de 22 octobre 1953, Association du Foyer Fraternel, 3 p., dact., DASEC ( (...)

44Même si les propos de Henry van Etten doivent être pris avec quelques précautions, ils montrent bien les difficultés et en particulier le manque criant de moyens dans la mise en place des institutions du secteur associatif. Enfin, il est vrai que le fondateur doit dissoudre l’association en 1953 au profit de l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie (ARSEAN) – ce dont Henry van Etten se réjouit d’ailleurs tout en commettant une erreur dans la date76 –, condition sine qua non pour l’obtention d’une subvention via cette dernière destinée à financer les travaux du foyer77. Ne restent que le nom d’origine et « l’esprit », pour reprendre les termes de Guy Berland dans son hommage à André Colleu qui passe donc la main – quoiqu’il réapparaisse momentanément pour aider à l’ouverture en 1957 du Foyer de Trigauville – à « un organisme plus structuré », l’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie (ARSEAN), représentant en quelque sorte l’État en région.

L’intégration au réseau régional et national : de l’ARSEAN au CREAIHN

  • 78 Les ARSEA seront à partir de 1949 à nouveau au nombre de seize suite à l’absorption de l’ARSEA de (...)

45L’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie (ARSEAN) est la dernière des dix-sept ARSEA de France78 et semble, de plus, mettre du temps à s’organiser. Comment cette association a pu voir le jour et s’intégrer au réseau national alors que la Normandie, pour reprendre à nouveau les termes de Michel Chauvière, est une « région sans tradition » ? Quelles personnes ont pu, par leur expérience et leur fonction, favoriser sa création et orienter son mode d’organisation et ses actions, même si les ARSEA doivent se conformer aux règles strictes impulsées par l’État ? Enfin comment celle-ci évolue-t-elle et quelles sont les conséquences de la mise en place des CREAI en 1964 jusqu’à la remise en question de leurs prérogatives en 1984 ?

L’ARSEAN : une association régionale au service du département de la Seine-Maritime

  • 79 Toulouse (janvier 1943), Lyon et Clermont-Ferrand (mars 1943), Montpellier (mai 1943), Paris et Gr (...)
  • 80 Angers et Marseille (janvier 1946), Strasbourg (mars 1946), Poitiers (juillet 1946), Dijon (1946), (...)
  • 81 À partir de 1965 l’UNARSEA deviendra l’Association française pour la sauvegarde de l’enfance et de (...)

46Les diverses associations gestionnaires des établissements habilités par l’Éducation surveillée sont pour la plupart affiliées aux associations régionales de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (ARSEA), cette affiliation devenant nécessaire après-guerre pour notamment recevoir plus facilement les subventions de l’État. L’expérience qui a débuté en 1943 dans dix régions pilotes79, est donc reconduite à la Libération et même étendue à d’autres régions, dont la Normandie qui sera la dernière ARSEA créée en 194780. Ces associations sont regroupées au sein de l’UNARSEA81, dite UNAR, créée en 1948, qui publie la revue Sauvegarde de l’Enfance.

  • 82 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte ren (...)
  • 83 Jean Pétillot, « In Memoriam. Docteur Pierre Bianquis 1893-1981 », Bulletin régional d’information (...)
  • 84 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, op. cit., p. 66.
  • 85 Mathias Gardet précise les conditions du départ de Bretagne du Dr Pierre Bianquis : « Destitué de (...)
  • 86 Le Dr Pierre Bianquis est le président de l’ARSEAN puis du CREAIHN de 1947 à 1977.
  • 87 Le parcours du Dr Pierre Bianquis ne s’arrête pas à Rouen puisqu’il devient ensuite directeur géné (...)
  • 88 Jacqueline Roca souligne le rôle important de François Charles auprès de l’ARSEA de Marseille mais (...)

47L’Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie est déclarée à la préfecture de la Seine-Inférieure le 9 septembre 194782. L’initiative de la création de l’ARSEAN revient au Dr Pierre Bianquis83, qui est loin d’être inconnu dans le secteur de la protection de l’enfance en difficulté, bien au contraire. Fils de pasteur, né à Rouen en 1893, il est chargé en 1941 en tant que directeur régional de la Santé et de l’Assistance, de l’organisation des Services de Santé en Bretagne. Il est à l’origine notamment du Comité régional de coordination dont les objectifs « préfigurent la définition des futures ARSEA84 », puis de la Fédération bretonne de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence. De retour en Normandie85, où il est nommé directeur départemental de la Santé, il devient en 1947 le président de l’ARSEAN86 dont la paternité semble donc lui revenir87. Sa renommée permettra à l’ARSEAN d’être véritablement représentée au sein de l’UNAR puisqu’il en sera le secrétaire général puis le vice-président. Il est aidé assez rapidement dans cette lourde tâche par son homologue à la Population depuis 1948, François Charles, qui restera secrétaire général de l’ARSEAN jusqu’à sa nomination à Marseille en 195688 pour revenir enfin en 1965 à Rouen en tant que directeur général de la Population et de l’Action sociale. Né en 1904, c’est un homme qui bénéficie également d’une certaine expérience, ayant occupé les fonctions de directeur départemental de la Santé dans l’Ain, d’Inspecteur régional à Lyon en 1942, puis d’Inspecteur divisionnaire adjoint à Dijon. Ces deux représentants de l’Administration publique vont donc jouer un rôle important dans l’Association régionale, mais aussi dans le développement des établissements spécialisés de la Seine-Maritime.

  • 89 « L’UNAR a dix ans », Sauvegarde de l’Enfance, 13e année, novembre-décembre 1958, no 9/10, p. 663.

48Les missions des ARSEA sont strictement définies par des statuts types datant de 1943 – complétés par diverses circulaires comme celles du 1er octobre 1945, du 10 octobre 1946 et du 5 mai 194789 – que reprend à l’identique l’ARSEAN : « Le but de cette association est, dans le cadre régional, de :

  1. créer un mouvement d’opinion en faveur de l’enfance et de l’adolescence inadaptées ;
  2. coordonner les initiatives et les efforts en faveur de l’enfance et de l’adolescence inadaptées et en particulier l’action des associations départementales ci-après ;
  3. agir auprès des Œuvres privées s’intéressant à l’enfance et à l’adolescence inadaptée en leur apportant les conseils et les techniques appropriées ;
  4. créer, gérer ou patronner tous organismes dont la création, la gestion ou le patronage se révéleraient nécessaires ;
  5. unir les efforts ainsi désignés dans le cadre d’un plan régional cohérent établi d’accord avec les services publics et les organismes compétents ;
  6. se tenir à la disposition des pouvoirs publics pour leur donner éventuellement tous avis sur les questions concernant l’enfance et l’adolescence inadaptées, pour proposer toutes mesures et assurer toutes réalisations qui paraissent conformes aux intérêts d’ordre matériel et moral de ces enfants et adolescents90. »
  • 91 Notons à titre d’exemple la tenue en 1954 de trois conférences à Rouen, dont celle de Françoise Do (...)

49Il s’agit donc principalement pour les Associations régionales de sensibiliser la population au sort de la jeunesse inadaptée par le biais entre autres de conférences et de constituer un lieu de rencontre entre les divers spécialistes du secteur public et privé91. Il s’agit aussi de coordonner l’action des associations œuvrant dans ce sens en dispensant également des conseils pour les établissements affiliés, et de pallier l’insuffisance de l’équipement en créant et/ou gérant directement des établissements conformes aux besoins. En 1954, neuf établissements ou services sont affiliés à l’ARSEAN :

Établissement ou service

Localisation

Centre d’observation d’Évrecy

Évrecy Calvados

Ermitage de Tatihou

Saint-Vaast-la-Hougue, Manche

Association départementale du service social de l’enfance inadaptée

Alençon, Orne

La Solitude des Petits Châtelets

Alençon, Orne

Association du Logis Saint-François

Thiétreville, Seine-Maritime

Institut Anjorrant ex-Bon Pasteur

Rouen, Seine-Maritime

Foyer Les Terrasses

Bois-Guillaume, Seine-Maritime

Foyer du Val d’Aubette

Saint-Aubin-Épinay, Seine-Maritime

Maison Sainte-Marthe

Darnétal, Seine-Maritime

Établissements ou services affiliés à l’ARSEAN en 1954.
Source : Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte rendu d’activité pour l’année 1954, p. 10, dact., Musée national de l’Éducation : n. c.

  • 92 Les établissements ou services non affiliés à l’ARSEAN en 1954 sont surlignés en gris.

50En 1961, les établissements ou services affiliés à l’ARSEAN sont au nombre de dix-sept92 :

Établissement ou service

Localisation

Centre d’observation d’Évrecy

Évrecy Calvados

Institut médico-pédagogique Les Fontaines

Vernon, Eure

Institut médico-pédagogique Sainte-Isabelle

Étrepagny, Eure

Ermitage de Tatihou

Saint-Vaast-la-Hougue, Manche

Foyer de la Tremblaye

Agneaux par Saint-Lô, Manche

Association départementale du service social de l’enfance inadaptée

Alençon, Orne

Foyer Notre-Dame

Saint-Hilaire-le-Châtel, Orne

Institut médico-technique de Champthierry

Champthierry, Orne

La Solitude des Petits Châtelets

Alençon, Orne

Logis Saint-François

Thiétreville, Seine-Maritime

Association rouennaise de réadaptation de l’enfance déficiente

Bois-Guillaume, Seine-Maritime

Centre éducatif Les Nids

Mont-Saint-Aignan, Seine-Maritime

Institut Anjorrant ex-Bon Pasteur

Rouen, Seine-Maritime

Institut médico-pédagogique d’Etennemare

Limésy, Seine-Maritime

Foyer Les Terrasses

Bois-Guillaume, Seine-Maritime

Foyer du Val d’Aubette

Saint-Aubin-Épinay, Seine-Maritime

Logis Sainte-Claire

Darnétal, Seine-Maritime

Établissements ou services affiliés à l’ARSEAN en 1961.
Source : Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte rendu d’activité pour 1960-1961, p. 2 b, dact., CAMT : UNARSEA/AFSEA, 2005005, 24 C RN 49.

  • 93 « L’enfance et l’adolescence inadaptées » étant à prendre dans un sens relativement large, les éta (...)
  • 94 Le siège social est situé au 54 boulevard des Belges puis, à partir de 1961, il déménage au 21 rue (...)
  • 95 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la (...)
  • 96 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte ren (...)

51Quant aux établissements gérés directement par l’ARSEAN en 1954, nous en avons relevé deux seulement : le Foyer fraternel de Beuzevillette et le Centre d’observation L’Éclaircie à Rouen. En 1961, s’ajoutent le Foyer de semi-liberté de Trigauville au Havre, le service d’Éducation en milieu ouvert pour cette même ville et le service de Protection de l’enfance en danger auprès des tribunaux pour enfants de Rouen et du Havre. Au regard de ces listes d’établissements affiliés ou gérés par cette association93, il est évident que la Seine-Maritime est fortement représentée à tel point que l’ARSEAN, dont le siège social est situé à Rouen94, fait office par ailleurs d’Association départementale pour celle-ci. Ainsi, lorsque François Charles présente en 1950 son rapport au conseil général de la Seine-Inférieure, il insiste bien sur le fait que « l’action administrative se développe en collaboration avec l’Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence qui tient lieu, en quelque sorte, pour la Seine-Inférieure, d’Association départementale95 ». Cette situation est renforcée par le fait que l’équipement de ce département, même s’il est en retard par rapport à la situation nationale, est dans un premier temps tout de même plus développé que celui des autres départements composant la Normandie. Il est important de noter également que les seuls établissements gérés directement par l’association se localisent en Seine-Maritime, au Havre ou à Rouen. À partir de la fin des années 1950, l’aire d’influence de l’Association progresse cependant par la mise en place de délégations et d’associations départementales dont la réalisation est effective à cette époque uniquement dans le Calvados et dans l’Eure. L’ARSEAN a bien conscience de ce retard puisque le rapport en 1961 souligne que « la réalisation du caractère régional de l’Association a été le fait, d’ailleurs de ces deux dernières années. L’Association régionale était essentiellement l’Association de la Seine-Maritime, son influence ne s’étendant pas au-delà de ce département96 ». Cette évolution se traduit par une augmentation du nombre des affiliations et un certain rééquilibrage de la représentativité des départements au sein de l’Association. Ainsi, absente en 1954 de la liste des établissements affiliés, l’Eure en compte désormais deux – les instituts médico-pédagogiques Sainte-Isabelle à Étrepagny et Les Fontaines à Vernon –, chiffre certes très modeste mais qui montre un meilleur rayonnement de l’ARSEAN dans le cadre de la région voire une meilleure acceptation par les associations de cet organisme aux attributions et aux modes de fonctionnement suscitant bien souvent la méfiance.

52En effet, la particularité de ces associations régies par la loi du 1er juillet 1901 vient non seulement du fait qu’elles disposent de statuts-types mais aussi du fait que celles-ci soient composées de membres de droit – représentants de la Population et de l’Action sociale, Santé, Éducation nationale, Justice, Sécurité sociale – et de membres élus siégeant au conseil d’administration. Ces derniers sont essentiellement des médecins, des magistrats, des représentants des associations de protection de l’enfance, qui sont en fait, pour la plupart, des administrateurs des établissements privés parmi lesquels nous retrouvons notamment l’abbé Bernard Daubeuf.

  • 97 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte ren (...)
  • 98 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte ren (...)

53Ainsi, en 1954 l’ARSEAN compte cent soixante-huit membres : quinz membres de droit, vingt-deux membres titulaires en raison de leur fonction, un membre d’honneur et cent trente cotisants97. En 1961, l’Association observe une certaine hausse du nombre de ces membres qui s’élève à deux cent trente-deux : toujours quinze membres de droit, vingt-six membres titulaires, un membre d’honneur, cent quatre-vingt-dix membres cotisants98.

  • 99 François Charles, directeur départemental de la Population souligne dans son rapport en 1949, la q (...)
  • 100 Bulletin régional d’informations du CREAI de Haute-Normandie, 1976, no 3, p. 3.

54La composition du comité directeur respecte dans les premières années une représentation relativement équilibrée des ministères de la Santé, de la Justice et de l’Éducation, ce qui n’est plus réellement le cas en 1961 où la proportion des représentants de l’Éducation – qui développe parallèlement les classes de perfectionnement – a fortement diminué au bénéfice des deux autres secteurs, Justice et Santé. Cette évolution se retrouve également au sein des membres élus. Alors que dans certaines régions une lutte des pouvoirs entre magistrats et médecins est soulignée par Michel Chauvière, la collaboration semble être a priori plus aisée en Normandie99, bien que les discussions soient parfois vives au cours des réunions comme le rapportent les comptes rendus de l’Association. Dès lors, lorsque le Dr Pierre Bianquis doit quitter ses fonctions en 1976, il est remplacé sans difficulté par Me François Julia, avocat à Rouen100.

  • 101 Rapport du directeur départemental de la Population, op. cit., p. 179.
  • 102 « L’UNAR a dix ans », op. cit., p. 663.
  • 103 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte ren (...)

55Quant à la présence de représentants de la Sécurité sociale – Caisse régionale de Sécurité sociale et Caisses d’allocations familiales – siégeant au conseil d’administration, à l’initiative d’ailleurs de François Charles, directeur départemental de la Population101, elle s’explique par le fait que cet organisme dispense des subventions prélevées sur le fonds d’Action sanitaire et sociale pour aider au développement de l’équipement en faveur de l’enfance en difficulté. En 1958, cette aide s’élève ainsi à 3 430 millions de francs au niveau national102. De plus, les dépenses des ARSEA sont couvertes par une subvention du ministère de la Santé publique et de la Population mais aussi par leurs ressources propres provenant pour l’ARSEAN des cotisations, des subventions de la Caisse d’allocations familiales, des conseils généraux, des communes, mais également d’un don du conseil intérieur du lycée Corneille de Rouen103.

  • 104 « L’UNAR a dix ans », op. cit., p. 662.
  • 105 Michel Chauvière, op. cit., p. 60.
  • 106 Liaisons, no 58, avril 1966.
  • 107 Sauvegarde de l’Enfance, 21e année, novembre-décembre 1966, no 9/10, p. 548.
  • 108 Liaisons, op. cit.
  • 109 Dans leur ouvrage, Mathias Gardet et Alain Vilbrod présentent ainsi les ARSEA comme les « première (...)

56Ces caractéristiques, notamment la présence de statuts-types et de membres de droit, font dire à beaucoup que les Associations régionales « revêtent en fait le caractère d’organismes semi-publics104 » et à certains que cette particularité pourrait affecter la liberté des associations105. Or, du point de vue juridique, cette appellation n’est pas recevable. En effet, dans sa « Revue de presse », Sauvegarde de l’Enfance rapporte la décision de la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt du 20 février 1964) relatée dans un article publié en 1966 dans Liaisons106 – revue de l’Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés (ANEJI) –, qui a rejeté le qualificatif d’organisme « semi-public » à une Association régionale de sauvegarde de l’enfance107. Les arguments évoqués rappellent que ces organismes sont régis par la loi du 1er juillet 1901, ont un président, un bureau et pour les deux tiers un conseil d’administration élu et qu’ils demeurent donc des associations privées. Ainsi, « la qualification de semi-publique correspond peut-être à une réalité économique, mais non à une notion juridique108 ». Pourtant, il est indéniable que l’État garde la haute main sur ces associations. Leur remplacement en 1964 par les Centres régionaux pour l’enfance et l’adolescence inadaptées ne fait que confirmer la volonté de l’État de ne pas perdre, voire de renforcer le contrôle de ces organismes au sein desquels les membres de droit veillent à la bonne application des consignes officielles109.

Le CREAIHN : un bilan en demi-teinte

  • 110 Jacqueline Roca, op. cit., p. 35.
  • 111 Ibid.

57Les Centres régionaux pour l’enfance et l’adolescence inadaptées (CREAI) sont institués par l’arrêté du 22 janvier 1964, avec le Centre technique national (CTN) chargé de les fédérer et donc de remplacer l’UNAR. Toutefois, malgré les réticences de l’État, une association nationale est également constituée en 1965 mais sans avoir les mêmes fonctions officielles110 : l’Association française de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (AFSEA) qui continue à publier sa revue et à organiser des congrès. Vingt et un CREAI – soit un par région – sont ainsi créés pour remplacer les seize ARSEA. Cette réforme a été rendue nécessaire non seulement par les critiques dont les ARSEA ont fait l’objet – tutelle jugée trop lourde par les associations privées, ambiguïté vis-à-vis des secteurs privés et publics, etc.111 – mais aussi par la complexité des relations et les tensions entre les différents ministères intervenant dans l’action sociale.

  • 112 Bulletin régional d’informations du CREAI de Haute-Normandie, 1976, no 3, p. 3.
  • 113 Guy Berland est remplacé seulement en 1980 par E. H. Charamon, alors directeur du Centre médico-ps (...)

58Malgré cette réforme, la composition des membres du CREAIHN indique que la stabilité semble régner au sein de ces organismes. Ainsi, le Dr Pierre Bianquis, président de l’ARSEAN depuis sa création, conserve cette fonction jusqu’à ce qu’il soit obligé de démissionner à la fin de l’année 1976 pour des raisons de santé112. Il est alors nommé président d’honneur de l’Association et remplacé par Me François Julia, avocat à Rouen et ancien secrétaire général de l’ARSEAN. Quant au directeur du CREAI, la rupture n’est pas de mise non plus. En effet, Guy Berland, à la tête du Foyer fraternel de Beuzevillette et du Foyer de Trigauville mais aussi responsable de la délégation générale de l’ARSEAN au Havre, est obligé d’abandonner ses fonctions pour remplir cette nouvelle mission113. Encore une fois, cette nomination d’un directeur d’établissements témoigne a priori des bonnes relations entretenues par l’association avec les principales institutions de la région.

  • 114 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, op. cit., p. 109.
  • 115 Ibid.
  • 116 Ibid., p. 108-109.
  • 117 Jacqueline Roca, op. cit., p. 36.
  • 118 M. Bégorre, op. cit., p. 536-537.

59Ainsi, dès « 1962 se met en place une phase d’expérimentation, dans deux régions et cinq départements, visant à l’institution d’un préfet de Région ayant la haute main sur l’ensemble des administrations114 ». Cette période d’expérimentation, menée notamment en Seine-Maritime, se fait sous la surveillance de François Charles115. Ce contexte de réformes importantes au niveau des ministères destinées par là même à affirmer le rôle de l’État116, aboutit à la réorganisation des administrations de la Santé et de la Population, dont les services fusionnent, et à la délimitation de nouvelles circonscriptions d’action régionale. En 1964, sont créées dans cette dynamique les directions régionales de l’Administration sanitaire et sociale qui affaiblissent un peu plus les prérogatives des CREAI en se chargeant du contrôle et de la tutelle des organismes privés117. Il s’agit toujours d’associations relevant de la loi de 1901 et disposant de statuts-types imposés par l’administration « laquelle dispose par ailleurs à son égard d’un véritable droit de tutelle matérialisé moins par l’octroi de l’agrément préalable en forme d’arrêté ministériel que par un droit de veto exercé par un commissaire du gouvernement, en l’espèce le directeur régional de l’Action sanitaire et sociale118 ».

  • 119 Extrait de l’article 10 de l’arrêté du 22 janvier 1964, cité dans Bulletin régional d’informations (...)
  • 120 Citons entre autres Family Life de Ken Loach (1971), L’Enfance nue de Maurice Pialat (1968) et Los (...)
  • 121 Paris-Normandie, 20-21 mai 1978, p. 3 B.

60Ces organismes techniques sont désormais prioritairement chargés « d’exercer un rôle général d’animation, d’information et de propagande en matière de prévention, d’observation, de soins et d’éducation spécialisée, de réadaptation et de réinsertion sociale concernant les enfants et les adolescents inadaptés de toutes catégories. Ils facilitent les liaisons entre les diverses personnes physiques et morales intéressées. Ils contribuent à promouvoir la formation des personnels spécialisés nécessaires119 ». Les CREAI doivent donc se concentrer en premier lieu sur l’animation, l’étude et la recherche. La sensibilisation de la population et l’animation se traduisent à Rouen par la publication à partir de 1976 d’une revue, le Bulletin régional d’informations du CREAI de Haute-Normandie – le directeur de la publication n’est autre que celui du CREAIHN – et par la tenue de conférences ouvertes à tous. Ainsi, du 21 au 27 mai 1978, sont organisées à la Halle aux toiles à Rouen les journées régionales du CREAIHN pendant lesquelles se succèdent gratuitement des projections de films120, des tables rondes et des conférences débats sur les thèmes suivants : « Scolarisation et inadaptation », « Urbanisation et inadaptation » et « Prévention et action médicopsychologique précoce ». Les organisateurs mettent d’ailleurs l’accent sur la nécessaire ouverture de ce genre de rencontres au grand public afin d’accomplir sa mission d’information121.

61Les CREAI gardent toutefois la possibilité en cas de besoin de gérer des établissements et des services pour enfants et adolescents inadaptés. Mais cette activité qui devrait être secondaire semble prendre le pas sur sa mission principale jusqu’à gêner le fonctionnement du CREAIHN et de son équipe technique. Cet extrait de l’Assemblée générale du 18 juin 1979 en témoigne :

  • 122 PV de la réunion de l’AG du 18 juin 1979, CREAIHN, 20 juin 1979, p. 3-4, dact., DASEC (Archives pr (...)

« Qu’est-ce que le CREAIHN ?
C’est un lieu de convergences propre aux échanges et aux confrontations. La mission est vaste et personne ne peut penser que le CREAIHN peut en maîtriser avec un égal bonheur tous les aspects.
La liaison entre les différentes personnes morales et physiques, la formation et le perfectionnement des personnels spécialisés nécessaires, l’assistance technique à l’administration et aux établissements, la gestion d’organismes ou de services, constituent un ensemble de secteurs de fonctionnement qui ne vivent pas dans un univers clos, mais qui doivent prendre appui les uns sur les autres.
D’où vient que tout ceci reste un peu théorique ? Pourquoi ne sommes-nous qu’en partie reconnus par nos divers partenaires ?
L’équipe technique qui devrait être le maître d’œuvre de notre action n’existe pratiquement pas. Cet interlocuteur désigné pour donner l’image réelle de l’action sociale dans l’effort de rationalisation actuellement entrepris, cet interlocuteur dynamique, compétent et sachant faire preuve de polyvalence, n’existe pas. Nous n’avons pas pu l’obtenir ou n’avons pas su le demander.
Nous savons cependant qu’il y a bien des problèmes. Nous pouvons donc suivre de nombreux objectifs. Il importe d’arrêter une ligne de conduite autour de laquelle peuvent s’ordonner les idées et les pratiques et faire entendre une parole expérimentée en dehors de tout système. Mais, comment faire, alors que nous sommes dépourvus de moyens ? […]
Malgré l’acte constitutif des CREAI de 1964, l’association est surtout reconnue et vit en fait, comme le support de l’entreprise CREAI avec tous les problèmes que cela comporte. La gestion qui, dans l’esprit, pourrait servir d’expérience, voire de référence, devient un peu un champ clos de conflits et de conceptions qui prend le pas sur les autres tâches.
On se heurte à des questions spécifiques ; les conditions de fonctionnement des établissements sont souvent mal cernées ; ce qui débouche sur l’incompréhension et tend les rapports.
L’association risque de s’engluer dans le marasme quotidien ce qui nuit à son ouverture qui est souhaitée la plus large possible122. »

  • 123 PV de la réunion du CA du 3 octobre 1977, CREAIHN, s. d., p. 4, dact., DASEC (Archives privées).

62L’animation n’est donc pas satisfaisante du fait entre autres de la gestion des services et des établissements qui devient de plus en plus envahissante, à tel point qu’un débat s’instaure sur la nécessité ou non de se séparer de cette mission. Déjà en 1977, Me François Julia, président du CREAIHN, explique au cours d’une réunion du conseil d’administration que la gestion des neuf établissements et services « prennent les ¾ du temps des réunions du Bureau et la moitié du temps du conseil d’administration123 ». S’opposent alors les tenants de la gestion de quelques établissements par le CREAI arguant le fait que ceux-ci constituent un « champ d’expérience permanent » et ceux plus enclins à délester l’association de cette activité qui entrave sa mission première : l’information. La question revient chaque année de manière plus aiguë dans les assemblées générales et les CREAI sont régulièrement menacés de disparaître comme le souligne le président du CREAIHN lors de l’Assemblée générale du 18 juin 1979 :

  • 124 PV de la réunion de l’AG du 18 juin 1979, CREAIHN, 20 juin 1979, p. 7, dact., DASEC (Archives priv (...)

« Maître Julia informe l’assemblée générale que les CREAI sont remis en question. Le problème est de savoir si les CREAI doivent poursuivre leurs activités ou s’ils doivent disparaître ; s’ils doivent continuer d’exister, comment ? ; quelle sera leur orientation124 ? »

  • 125 Ibid.
  • 126 Union nationale des associations de parents d’enfants inadaptés.
  • 127 PV de la réunion de l’AG du 18 juin 1979, op. cit., p. 11.

63Le CREAIHN est chargé alors de la gestion de onze établissements ou services représentant trois cents personnes mais cette lourde tâche semble indispensable, selon M. Chapelain, inspecteur général honoraire de la Santé car « la gestion est intéressante comme lieu de réflexion et d’expérience ; il faut confronter la réflexion à une réalité vécue ; une réalité qui ne s’insère pas dans la vie risque d’être désincarnée125 ». À l’opposé, Mlle Geneviève Lamy, assistante sociale et conseiller technique de l’UNAPEI126, insiste sur le fait que « c’est cependant le rôle de recherches et d’animation qui doit être le plus important ; elle souligne que c’est au CREAIHN qu’elle a sympathisé avec les administrations, les établissements privés, etc. », pour conclure que « c’est une des rares régions où un CREAI soit un lieu de rencontres127 ». Malgré les problèmes soulevés, l’esprit d’ouverture règne entre les membres du CREAIHN – précisons cependant que les relations sont tout de même très tendues avec le comité d’entreprise qui s’estime trop souvent mis à l’écart des décisions prises. Le CREAIHN remplit plutôt correctement son rôle qui consiste notamment à favoriser les rencontres entre les différents secteurs et ministères, selon la majorité des membres qui votent à l’unanimité la motion suivante : « L’Assemblée générale du CREAIHN réunie au Havre le 18 juin 1979 :

  • constate que le Centre Régional pour l’Enfance et l’Adolescence Inadaptée de Haute-Normandie remplit avec satisfaction les missions qui lui sont confiées par l’Arrêté du 22 janvier 1964,
  • réaffirme la nécessité qu’il continue à être un lieu d’échanges, de rencontres et de recherches des différents secteurs préoccupés par les enfants, les adolescents et les adultes inadaptés,
  • considère l’utilité d’assumer des fonctions de gestion directe d’établissements à condition que le nombre d’établissements reste limité et ne prenne pas la place prépondérante128. »
  • 129 PV de la réunion du Bureau du 8 mars 1982, CREAIHN, 29 juillet 1982, p. 2, dact., DASEC (Archives (...)
  • 130 PV de l’AG du 22 juin 1981, CREAIHN, p. 5, dact., DASEC (Archives privées).
  • 131 À titre d’exemple, Marseille a créé en 1978 au sein du CREAI une Association de gestion des établi (...)

64La réforme des CREAI est cependant en marche, un rapport de l’inspection générale des Affaires sociales (IGAS) en 1982 est d’ailleurs très sévère à leur égard, dénonçant encore une fois la place trop importante occupée par la gestion mais aussi critiquant les études et les recherches menées par ces organismes129. Ce rapport précède de peu la mise en place de commissions d’études et un avant-projet de décret qui doit être rédigé pour le mois de septembre pour aboutir à une transformation de leurs structures, de leurs missions et de leurs financements. Le CREAIHN qui, selon une enquête de l’UNAPEI menée en 1981130, est un des plus vivants, reste peu enclin à se décharger de la gestion – d’autres organismes l’ont déjà fait131 – car il veut garder un contact avec la réalité des établissements et des services. Il craint de plus que les CREAI deviennent des « appendices de l’administration ». M. Charamon, directeur du CREAIHN, rappelle d’ailleurs, lors de l’Assemblée générale en juin 1980, que :

  • 132 PV de la réunion de l’AG du 16 juin 1980, CREAIHN, 28 juin 1980, p. 6, dact., DASEC (Archives priv (...)

« Déjà à Lille en 1943 le juge Chazal déclarait à propos des Associations régionales de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence : “Je voudrais qu’au bénéfice d’un texte administratif les Associations régionales deviennent de véritables établissements publics ayant une large personnalité civile, une large autorité pouvant obtenir l’argent des collectivités publiques… En définitive, nous essaierons de faire en droit, ce que nous faisons actuellement en fait”132. »

65Le statut des CREAI est donc à nouveau remis en question, témoignant de la volonté de l’État de reprendre les choses en main, volonté qui aboutit avec la circulaire Badinter-Bérégovoy en 1984 à la réorientation des CREAI, les privant notamment de la gestion des établissements et services en faveur de « l’enfance inadaptée », et par là même, de sources de financement, pour en faire uniquement des instruments de réflexion, d’étude et d’animation.

  • 133 Michel Chauvière, op. cit., p. 154.

66Cet « héritage encombrant133 » que représentaient les ARSEA fédérées au sein de l’UNAR, puis les CREAI, a cependant permis, malgré les réticences et les difficultés, de fédérer les associations œuvrant pour les enfants en difficulté et d’équilibrer le maillage régional. En incitant et en finançant la mise en place d’établissements spécialisés adaptés aux besoins, ces organismes ont pallié en partie les insuffisances de l’équipement national dans le cadre de la région ou, tout au moins, tenté d’impulser une dynamique au sein de ce secteur partagé entre la Santé, la Justice et l’Éducation.

Notes

1 Henri Joubrel, « Informations. La Normandie », Rééducation, 2e année, mai 1948, no 6, p. 37.

2 Sur l’histoire de cet établissement : Valérie Cordier, L’établissement de Grugny, quelques aspects de la politique d’assistance départementale de la Seine-Inférieure à travers les mouvements des populations, 1910-1970, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Claude Vimont, université de Rouen, 2001, 176 p ; Valérie Cordier, « L’établissement départemental d’assistance de Grugny », Mémoires de la protection sociale en Normandie, no 2, décembre 2003, p. 81-93.

3 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la Seine-Inférieure de 1949, p. 179, ADSM : 6 AI 94, Conseil général.

4 Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927), Paris, La Documentation française, 2 tomes, 2002, 1 362 p.

5 Jean-Claude Vimont (dir.), Jeunes, déviances et identités. XVIIIe-XXe siècle, Cahier du GRHis, no 15, Rouen, PURH, 2005, p. 41.

6 Jean-Claude Vimont, « La Franc-maçonnerie rouennaise et la colonie pénitentiaire de Petit-Quevilly (1843-1865) », Religion et société, Paris, CTHS, 1995, p. 209-223. Yadel Rheila, La colonie agricole, horticole et industrielle de Petit-Quevilly, 1843-1865, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Claude Vimont, université de Rouen, 2000, 123 p.

7 Ida Lacointe, Les jeunes filles détenues de l’Atelier-Refuge de Rouen de 1851 à 1912, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Claude Vimont, université de Rouen, 1999, 198 p.

8 Marc Boulanger, Une grande figure rouennaise du siècle dernier. Sœur Marie-Ernestine, fondatrice de l’Atelier-Refuge des jeunes filles libérées (1819-1910), Luneray, Bertout, 1992, 96 p.

9 Stéphane Letourneur, La colonie pénitentiaire agricole des Douaires, 1862-1925, mémoire de maîtrise sous la direction de Yannick Marec, université de Rouen, 1994, 169 p.

10 Tania Césarin, Le patronage et la protection des mineurs de justice à Rouen de 1835 à 1937, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Claude Vimont, université de Rouen, 2004, 191 p. Le comité du Havre a d’ailleurs ouvert en 1937 une maison d’accueil, faisant office de centre de triage et d’observation, pour les garçons de 13 à 18 ans, dont nous n’avons pas retrouvé de signes d’existence après la Seconde Guerre mondiale. cf. Ministère de la Justice, Répertoire des œuvres privées habilitées à recevoir des mineurs délinquants, Melun, 1940, p. 333 cité par Samuel Boussion, Les éducateurs spécialisés et leur association professionnelle : l’ANEJI de 1947 à 1967. Naissance et construction d’une profession sociale, thèse d’histoire sous la direction de Jacques-Guy Petit, université d’Angers, 2007, p. 49.

11 Henri Gaillac, Les maisons de correction, 1830-1945, Paris, Cujas, [rééd.] 1991, p. 155.

12 Marc Boulanger, op. cit., p. 67.

13 Jean-Claude Vimont, « Les jeunes communards incarcérés dans le quartier correctionnel de la prison de Rouen », in Claude Latta (dir.), La Commune de 1871 : l’événement, les hommes et la mémoire, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2004, p. 249-264.

14 Henri Gaillac, op. cit., p. 261-262.

15 Tania Césarin, op. cit.

16 Ingrid Stalin-Caron, De l’assistance à l’aide aux familles nombreuses à Rouen pendant l’entre-deuxguerres, mémoire de maîtrise sous la direction de Yannick Marec, université de Rouen, 2001, 246 p ; Ingrid Stalin-Caron, De l’assistance à l’aide aux familles nombreuses à Rouen pendant l’entre-deux-guerres, préface de Yannick Marec, Mémoires de la protection sociale en Normandie, hors-série no 1, décembre 2008, 244 p.

17 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la Seine-Inférieure de 1950, p. 161, ADSM : 6 AI 97, Conseil général.

18 Didier Nourrisson, Alcoolisme et antialcoolisme en France sous la IIIe République : l’exemple de la Seine-Inférieure, Paris, La Documentation française, 1988, 2 vol., 1 174 p.

19 Maison d’arrêt de Rouen, rapport de Mlle Heurtier, 28 février 1945, p. 2, CNFE-PJJ.

20 La question de l’enfance en Normandie et plus particulièrement en Seine-Inférieure, rapport de Mlle Heurtier, 9 décembre 1946, p. 1, CNFE-PJJ.

21 Maison d’arrêt de Rouen, op. cit., p. 1.

22 Jean-Claude Vimont, La prison à l’ombre des hauts murs, Paris, Gallimard, 2004, p. 31.

23 Jacques Bourquin, « Éducation surveillée, protection judiciaire de l’enfance. Approche historique », Le Groupe familial, no 116, juillet-septembre 1987 – La délinquance juvénile, p. 12.

24 Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de la Justice, 1949, p. 43-46.

25 Jean-Pierre Jurmand, « Le corps dans l’observation des mineurs. Le cas des centres d’observation à l’Éducation surveillée entre 1946 et 1956 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Le Temps de l’Histoire, no 8, décembre 2006, p. 83.

26 Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de la Justice, 1947, p. 32.

27 Jean-Louis Costa, « Plan de réforme des services de l’Éducation surveillée et des institutions protectrices de l’enfance en danger moral », Revue de l’Éducation surveillée, 1re année, septembre-octobre 1946, no 4, p. 50.

28 Les ISES ont été mises en place par le décret du 12 avril 1952. Les deux premières sont celle de Lesparre en 1952 destinée aux jeunes filles et celle des Sables-d’Olonne ouverte en 1954 pour les garçons. Jacques Bourquin, « L’institution spéciale d’éducation surveillée : Une création de 1952 pour les mineurs difficiles », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, no 1, 1998, http://rhei.revues.org/index6.html

29 Jacques Bourquin, « Éducation surveillée, protection judiciaire de l’enfance. Approche historique », op. cit. p. 14.

30 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la Seine-Inférieure de 1949, p. 177, ADSM : 6 AI 94, Conseil général.

31 Stéphane Henry, « Réflexions autour d’une institution antituberculeuse pour l’enfance pendant l’entre-deux-guerres : le préventorium de Canteleu », Mémoires de la protection sociale en Normandie, no 5, décembre 2006, p. 59-91.

32 Henri Joubrel, op. cit., p. 37.

33 Rapport du directeur du centre départemental de rééducation d’Aumale, op. cit., p. 124, ADSM : 6 AI 97, Conseil général.

34 Les archives de cet établissement et du deuxième foyer public de Rouen restent introuvables. Seuls quelques cahiers de liaison et registres de courrier auraient échappé au déménagement et sont conservés actuellement au Centre de formation de la protection judiciaire de la jeunesse de Rouen.

35 Équipement du secteur public à Rouen, rapport de Henri Gaillac, 29 juin 1965, p. 1-2, CNFE-PJJ.

36 Jacques Levacher, « À Rouen, les foyers d’antan », Pour l’histoire, Bulletin de l’Association pour l’histoire de l’éducation surveillée et de la protection judiciaire des mineurs, no 45, septembre 2007, p. 2.

37 Ibid., p. 5.

38 Jean-Louis Costa, « La délinquance juvénile en France », Notes et études documentaires, no 1423, 19 janvier 1951. Citation extraite de Robert Colin, « L’Éducation surveillée et le reclassement des mineurs délinquants », Population, 1954, no 4, p. 650.

39 M. Bégorre, « Le secteur privé de l’enfance inadaptée », Revue pénitentiaire et de droit pénal, septembre 1968, p. 533.

40 M. Granjon, « La réforme des institutions privées de rééducation », Revue pénitentiaire et de droit pénal, avril-juin 1950, p. 478.

41 Jean-Louis Costa, « Plan de réforme des services de l’Éducation surveillée et des institutions protectrices de l’enfance en danger moral », op. cit., p. 86.

42 Ibid.

43 M. Granjon, op. cit., p. 473.

44 Visite au Bon Pasteur de Sanvic-Le Havre, rapport de Mme Mauroux-Fonlupt, 2 mai 1959, p. 3, CNFE-PJJ.

45 Nécessité de nommer un responsable ecclésiastique pour fédérer les œuvres, s. d., 4 p., dact., ESM (Archives privées).

46 Jean-Louis Costa, op. cit., p. 86.

47 M. Granjon, op. cit., p. 474.

48 Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de la Justice, 1947, p. 61.

49 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la Seine-Inférieure de 1950, p. 178, ADSM : 6 AI 97, Conseil général.

50 Francine Muel-Dreyfus, « L’initiative privée », Actes de la recherche en sciences sociales, 1980, vol. 32, no 1, p. 45.

51 Lettre du 21 février 1946 de l’abbé Daubeuf à Geneviève Lamy, 2 p., dact., ESM (Archives privées).

52 Sur ce sujet, voir : Mathias Gardet, Alain Vilbrod, L’éducation spécialisée en Bretagne, 1944-1984 : les coordinations bretonnes pour l’enfance et l’adolescence inadaptées, Rennes, PUR, 2007, p. 18.

53 Ibid.

54 « La disparition de l’abbé Daubeuf a provoqué à Rouen une intense émotion », Paris-Normandie, 24 janvier 1978.

55 Les francs-maçons, poursuivis par le gouvernement de Vichy, ont dû évacuer la loge située à cette adresse. Dans ces locaux, une exposition a été organisée en décembre 1941 sur « la franc-maçonnerie fossoyeuse de la paix » et où l’on proposait aux Rouennais de visiter la « Maison secrète de Rouen ». Voir Guy Pessiot, Histoire de Rouen en 900 photographies. 1939-1958 : La guerre 39-45 et la reconstruction, tome 3, Rouen, Édition du P’tit Normand, 1983, p. 93.

56 Lettre du 24 septembre 1946 de l’abbé Daubeuf au Préfet de Seine-Inférieure, 2 p., dact., ESM (Archives privées).

57 Chronologie de l’Entraide Sainte-Marie, 1943-1971, s. d., 2 p., dact., ESM (Archives privées).

58 « Je ne suis pas général dit Bernard Daubeuf, l’aumônier des militaires, mes épaulettes sont faites de feuilles d’olivier », Liberté Dimanche, 29 février 1976.

59 Outre les établissements pour jeunes en difficulté, l’Entraide Sainte-Marie est connue également pour son action envers les défavorisés en collaboration avec l’Œuvre hospitalière de nuit fondée par l’abbé Bazire. Les réalisations de l’Entraide Sainte-Marie et de son fondateur sont multiples envers les adultes et les familles comme l’illustre par exemple l’ouverture en 1959 d’un foyer africain ou celle en 1964 d’un foyer pour adultes isolés.

60 En effet, la correspondance de l’Entraide Sainte-Marie abonde en lettres adressées directement à l’abbé Daubeuf, lui demandant divers services tels que leur prêter de l’argent, trouver du travail pour un proche ou leur fournir divers matériels et denrées alimentaires. Une correspondante lui demande même s’il peut venir guérir sa sœur qui serait ensorcelée ou s’il connaît quelqu’un qui pourrait le faire.

61 Lettre du 14 avril 1976 de l’abbé Daubeuf à M. Colombier, 2 p., dact., ESM (Archives privées).

62 « Le Père nous a quitté », Messages, no 292, mars 1978.

63 Louis Prévost, Un siècle d’histoire des œuvres catholiques de Rouen 1875-1975, Rouen, L. Prévost, 1975, p. 204.

64 Ibid., p. 85.

65 Henry van Etten a participé à la fondation du Comité d’étude et d’action pour la diminution du crime créé en 1926, et a été très impliqué dans la sensibilisation aux conditions de vie des prisonniers. Henry van Etten, Journal d’un quaker de notre temps (1893-1962), Paris, Les Éditions du Scorpion, 1964, p. 94.

66 Les rations quakers distribuées en Allemagne à la fin de la Première et de la Seconde Guerre mondiale sont restées célèbres. Ainsi, alors qu’Henry van Etten rencontre un docteur allemand à la prison de Fresnes pendant l’Occupation, celui-ci lui fait part de ce souvenir : « Le Dr Grün tint à ajouter qu’étant jeune enfant à Berlin, après l’autre guerre, il avait été nourri par les Quakers, et il désirait que cela fût recommencé pour les Français. Il termina l’entretien en disant avec un clignement d’œil et un bon sourire : “Ce que vous me donniez était bien mauvais !” », in Henry van Etten, op. cit., p. 159-160.

67 Ibid., p. 142.

68 Toutes les informations sur André Colleu et son engagement sont issues d’un recueil de témoignages fait à sa mort : En souvenir d’André Colleu 1910-1961, 34 p., s. d., dact., DASEC (Archives privées) ; cf. également Jean-Luc Lebrun, Évaluation des cas difficiles ?, mémoire de DEES, Formation d’éducateur spécialisé, IRTS de Canteleu, 1991, 74 p., dact., DASEC (Archives privées).

69 Article d’André Colleu, Le Havre Libre, s. d., cité dans En souvenir d’André Colleu 1910-1961, op. cit.

70 « Informations », Rééducation, 3e année, juillet-août 1949, no 16, p. 46.

71 Entretien avec Thierry Romain, le 16 juin 2003.

72 La revue Pour L’Enfance coupable créée en 1934 prend le nom de Sauvons l’Enfance en 1946 pour enfin fusionner en novembre 1947 avec la Revue de l’Éducation surveillée et devenir Rééducation dont le comité de direction comprend notamment Henry van Etten. Cf. Sarah Fishman, La bataille de lenfance. Délinquance juvénile et justice des mineurs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Rennes, PUR, 2008, p. 47.

73 Henry van Etten, op. cit., p. 238.

74 Ibid., p. 242.

75 En souvenir d’André Colleu 1910-1961, op. cit.

76 Henry van Etten, op. cit., p. 239.

77 PV de l’AG extraordinaire de 22 octobre 1953, Association du Foyer Fraternel, 3 p., dact., DASEC (Archives privées).

78 Les ARSEA seront à partir de 1949 à nouveau au nombre de seize suite à l’absorption de l’ARSEA de Grenoble par Lyon. Cf. Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy suivi de : l’efficace des années quarante, Paris, Éditions ouvrières, 1987, p. 176.

79 Toulouse (janvier 1943), Lyon et Clermont-Ferrand (mars 1943), Montpellier (mai 1943), Paris et Grenoble (novembre 1943), Lille (décembre 1943), Rennes (mars 1944), Orléans (avril 1944), Nancy (juin 1944). Cf. ibid., p. 62.

80 Angers et Marseille (janvier 1946), Strasbourg (mars 1946), Poitiers (juillet 1946), Dijon (1946), Bordeaux (décembre 1946). Cf. ibid., p. 176-177.

81 À partir de 1965 l’UNARSEA deviendra l’Association française pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (AFSEA).

82 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte rendu d’activité pour l’année 1954, p. 3., dact., Musée national de l’Éducation : n. c.

83 Jean Pétillot, « In Memoriam. Docteur Pierre Bianquis 1893-1981 », Bulletin régional d’informations du CREAI de Haute-Normandie, 1981, no 2 (supplément).

84 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, op. cit., p. 66.

85 Mathias Gardet précise les conditions du départ de Bretagne du Dr Pierre Bianquis : « Destitué de son poste en Bretagne, envoyé en tant que médecin militaire d’un camp près de Hambourg, avant d’être réhabilité en tant qu’inspecteur divisionnaire de la Santé dans la région de Rouen. » Mathias Gardet, « La protection de l’enfance et de l’adolescence en Bretagne dans les années 1940 : un montage régional original ? », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, no 3, 2000, http://rhei.revues.org/index77.html.

86 Le Dr Pierre Bianquis est le président de l’ARSEAN puis du CREAIHN de 1947 à 1977.

87 Le parcours du Dr Pierre Bianquis ne s’arrête pas à Rouen puisqu’il devient ensuite directeur général adjoint de la Santé publique – ce qui l’oblige à déménager à Paris –, puis inspecteur général honoraire de la Santé publique.

88 Jacqueline Roca souligne le rôle important de François Charles auprès de l’ARSEA de Marseille mais aussi dans la restructuration des ARSEA en 1964. Cf. Jacqueline Roca, « La structuration du champ de l’enfance et de l’adolescence inadaptées et handicapées depuis 1943 : l’exemple de Marseille », Le Mouvement social, 2004/4, no 209, p. 33.

89 « L’UNAR a dix ans », Sauvegarde de l’Enfance, 13e année, novembre-décembre 1958, no 9/10, p. 663.

90 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte rendu d’activité pour l’année 1954, p. 3-4, dact., Musée national de l’Éducation : n. c.

91 Notons à titre d’exemple la tenue en 1954 de trois conférences à Rouen, dont celle de Françoise Dolto, et du XIIIe congrès de l’UNAR en 1961 sur le thème de la « Protection de l’adolescence en situation ou en danger d’inadaptation ». Le programme de ce congrès et quelques communications, notamment celle de Henri Joubrel sur « Les bandes d’adolescents », sont accessibles au Centre des archives du monde du travail à Roubaix, CAMT : UNARSEA/AFSEA, 2005005, 24 C RN 19, Congrès à Rouen.

92 Les établissements ou services non affiliés à l’ARSEAN en 1954 sont surlignés en gris.

93 « L’enfance et l’adolescence inadaptées » étant à prendre dans un sens relativement large, les établissements gérés ou affiliés par les ARSEA ne sont pas destinés uniquement aux jeunes délinquants ou aux mineurs en danger, d’où la présence de structures destinées par exemple aux handicapés mentaux et physiques.

94 Le siège social est situé au 54 boulevard des Belges puis, à partir de 1961, il déménage au 21 rue Thiers à Rouen.

95 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la Seine-Inférieure de 1950, p. 177, ADSM : 6 AI 97, Conseil général.

96 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte rendu d’activité pour 1960-1961, p. 3 b, dact., CAMT : UNARSEA/AFSEA, 2005005, 24 C RN 49.

97 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte rendu d’activité pour l’année 1954, p. 9., dact., Musée national de l’Éducation : n. c.

98 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte rendu d’activité pour 1960-1961, p. 1 b., dact., CAMT : UNARSEA/AFSEA, 2005005, 24 C RN 49.

99 François Charles, directeur départemental de la Population souligne dans son rapport en 1949, la qualité du climat et de l’ambiance régnant au sein de l’ARSEAN où il exerce les fonctions de secrétaire général. Cf. rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la Seine-Inférieure de 1949, p. 178, ADSM : 6 AI 94, Conseil général.

100 Bulletin régional d’informations du CREAI de Haute-Normandie, 1976, no 3, p. 3.

101 Rapport du directeur départemental de la Population, op. cit., p. 179.

102 « L’UNAR a dix ans », op. cit., p. 663.

103 Association régionale pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence de Normandie, Compte rendu d’activité pour l’année 1954, p. 11-12, dact., Musée national de l’Éducation : n. c.

104 « L’UNAR a dix ans », op. cit., p. 662.

105 Michel Chauvière, op. cit., p. 60.

106 Liaisons, no 58, avril 1966.

107 Sauvegarde de l’Enfance, 21e année, novembre-décembre 1966, no 9/10, p. 548.

108 Liaisons, op. cit.

109 Dans leur ouvrage, Mathias Gardet et Alain Vilbrod présentent ainsi les ARSEA comme les « premières formes de décentralisation de l’action sociale » dans le secteur de la prise en charge de l’enfance inadaptée. Mathias Gardet, Alain Vilbrod, op. cit. ; cf. également « Une décentralisation avant la lettre ? Les coordinations pour l’enfance et l’adolescence inadaptée : le cas breton 1944-1984 », Revue française des Affaires sociales, vol. 58, no 4, 2004, p. 173-195.

110 Jacqueline Roca, op. cit., p. 35.

111 Ibid.

112 Bulletin régional d’informations du CREAI de Haute-Normandie, 1976, no 3, p. 3.

113 Guy Berland est remplacé seulement en 1980 par E. H. Charamon, alors directeur du Centre médico-psychologique Alfred Binet, rue Thiers à Rouen.

114 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, op. cit., p. 109.

115 Ibid.

116 Ibid., p. 108-109.

117 Jacqueline Roca, op. cit., p. 36.

118 M. Bégorre, op. cit., p. 536-537.

119 Extrait de l’article 10 de l’arrêté du 22 janvier 1964, cité dans Bulletin régional d’informations du CREAI de Haute-Normandie, 1982, no 2/3, p. 1.

120 Citons entre autres Family Life de Ken Loach (1971), L’Enfance nue de Maurice Pialat (1968) et Los Olvidados de Luis Buñuel (1950).

121 Paris-Normandie, 20-21 mai 1978, p. 3 B.

122 PV de la réunion de l’AG du 18 juin 1979, CREAIHN, 20 juin 1979, p. 3-4, dact., DASEC (Archives privées).

123 PV de la réunion du CA du 3 octobre 1977, CREAIHN, s. d., p. 4, dact., DASEC (Archives privées).

124 PV de la réunion de l’AG du 18 juin 1979, CREAIHN, 20 juin 1979, p. 7, dact., DASEC (Archives privées).

125 Ibid.

126 Union nationale des associations de parents d’enfants inadaptés.

127 PV de la réunion de l’AG du 18 juin 1979, op. cit., p. 11.

128 Ibid.

129 PV de la réunion du Bureau du 8 mars 1982, CREAIHN, 29 juillet 1982, p. 2, dact., DASEC (Archives privées). Pour plus de détails sur l’inspection des CREAI et les conclusions du rapport de l’IGAS, voir : Mathias Gardet, Alain Vilbrod, op. cit., p. 246-259.

130 PV de l’AG du 22 juin 1981, CREAIHN, p. 5, dact., DASEC (Archives privées).

131 À titre d’exemple, Marseille a créé en 1978 au sein du CREAI une Association de gestion des établissements. Jacqueline Roca, op. cit., p. 40.

132 PV de la réunion de l’AG du 16 juin 1980, CREAIHN, 28 juin 1980, p. 6, dact., DASEC (Archives privées).

133 Michel Chauvière, op. cit., p. 154.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540