Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Première partie. Se donner les moyens de « sauver » la jeunesse en péril

Chapitre I. La jeunesse : un enjeu national

Texte intégral

  • 1 Anne-Marie Sohn, « Les “jeunes”, La “jeunesse” et les sciences sociales (1950-1970) », in Jean-Mic (...)
  • 2 Gilles Ragache, Les enfants de la guerre. Vivre, survivre, lire et jouer en France 1939-1949, Pari (...)
  • 3 Sur ce sujet voir également, Christophe Pécout, Les chantiers de la jeunesse et la revitalisation (...)
  • 4 Gilles Ragache, op. cit., p. 273.

1La jeunesse revient sur le devant de la scène à la Libération, dans un pays vieilli et meurtri par l’occupation et la guerre. Diverses études illustrent la place importante qu’elle occupe dans cette seconde moitié du XXe siècle. Elles sont abondamment commentées par les médias. Certes, cet intérêt n’est pas nouveau, en témoignent les travaux de la psychologie de l’adolescence avec, entre autres, Alfred Binet ou Henri Wallon et de la pédopsychiatrie autour de Georges Heuyer1. En témoignent également les premières réformes de la législation à l’égard des mineurs et en particulier la loi du 22 juillet 1912 sur les tribunaux pour enfants mais aussi la loi du 27 juillet 1942 qui, même si elle n’est pas véritablement appliquée en ces temps difficiles, met en avant la notion de protection de l’enfance plutôt que de répression2. Cette volonté d’encadrer la jeunesse, très prégnante sous Vichy3, ne se dément d’ailleurs pas à la Libération d’autant que le pays doit faire face à une augmentation inquiétante de la délinquance juvénile4. La médiatisation de la jeunesse et des questions qu’elle pose à la société d’après-guerre, mais aussi le grand pas franchi par la législation des mineurs notamment avec l’ordonnance du 2 février 1945 sur l’enfance délinquante puis l’ordonnance du 23 décembre 1958 relative à la protection des enfants et des adolescents en danger, signalent combien cette catégorie sociale émergente fait l’objet de toutes les attentions.

2La Seine-Inférieure, fortement marquée par les destructions de la guerre et par le problème de la délinquance juvénile, n’échappe pas à cette vague d’inquiétudes ni à ce renouveau de la législation dont l’application nécessite la mise en place de tout un équipement qui lui fait tant défaut. Dès lors, comment ce département fera-t-il face à ces difficultés et comment pourra-t-il se conformer aux nouvelles directives du ministère de la Justice et de la direction de l’Éducation surveillée ?

La jeunesse suscite l’inquiétude

3Les effets de la Seconde Guerre mondiale et l’augmentation de la délinquance juvénile, sont deux thèmes incontournables des études sur la jeunesse publiées depuis la Libération ; elles révèlent une inquiétude très forte qui n’est d’ailleurs pas propre uniquement à la France :

  • 5 Nicole de Maupéou-Leplatre, « Pour une sociologie des jeunes dans la société industrielle », Annal (...)

« Depuis une dizaine d’années, dans plusieurs pays industriels (particulièrement aux USA, en Grande-Bretagne, en Suède, en Pologne, en France), les comportements sociaux des jeunes sont ressentis, à l’échelon de la collectivité toute entière, comme des phénomènes problématiques, parfois même inquiétants du point de vue de l’équilibre social5. »

Une jeunesse perturbée par la guerre

  • 6 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.
  • 7 Rapport de l’office départemental des Mutilés, Combattants, Victimes de la guerre et Pupilles de l (...)

4Les séquelles de la guerre sont importantes pour une grande partie de la population. Les jeunes n’ont pas été épargnés puisque certains ont ainsi vécu leur enfance dans des conditions particulières voire traumatisantes. Séparés d’au moins un des deux parents, placés chez des nourrices ou des familles d’accueil à la campagne, orphelins, beaucoup se trouvent livrés à eux-mêmes. Nombreux sont ceux qui n’ont pas eu de structures familiales équilibrantes. De cette situation, en ressort parfois à l’adolescence, selon les spécialistes de l’enfance, des difficultés comportementales témoignant très souvent d’une grande détresse et orientant les chiffres de la délinquance juvénile à la hausse. Raymond Kervarrec insiste sur ces éléments lorsqu’il dresse le portrait des premiers pensionnaires du foyer de semi-liberté Les Terrasses, à Bois-Guillaume, où il a été éducateur à partir de 1952, puis directeur jusqu’à la fermeture de l’établissement6. Il évoque également les conséquences de ces séparations : le père perçu comme un inconnu par ses propres enfants qui ont, de fait, grandi sans lui ; le retour tant espéré du père qui devient source de déception car il apparaît changé, souffre de divers maux, ceci, dans une famille où les « rôles traditionnels » ont été bouleversés, les femmes ayant dû « faire face sur tous les plans ». La situation des orphelins de guerre est aussi rappelée par Raymond Kervarrec. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, ces pupilles de la Nation sont au nombre de 4 733 en Seine-Inférieure, dont 181 ont perdu leurs deux parents7. Certes, le traumatisme lié à ces décès tragiques constitue un facteur de perturbation indéniable, mais l’ancien directeur des Terrasses semble également pointer du doigt les carences des institutions les prenant en charge, et ce, malgré leurs bonnes volontés :

  • 8 Entretien avec Raymond Kervarrec, op. cit.

« Il y avait aussi les enfants pris en charge par les anciens combattants, dont le père avait été tué à la guerre ou tué à Rouen et qui pratiquement étaient orientés d’une façon presque systématique vers les enfants de troupe ou les lycées militaires et autres. Et la même chose au moment de l’adolescence, il y avait des problèmes, il y avait des difficultés parce que c’était une administration invraisemblable8. »

5Les comptes rendus sur les familles, insérés dans les dossiers personnels des premiers pensionnaires des établissements, indiquent, sans toutefois trop s’étendre, les liens entre la détresse des jeunes placés et les séquelles de la Seconde Guerre mondiale. Parmi les milliers de dossiers consultés, nous avons ainsi relevé plusieurs cas où l’un des parents, voire les deux, ont été tués au cours des bombardements qui ont tant marqué la Normandie ; de même, l’enfant peut avoir aussi été fortement perturbé par l’exode ou par son évacuation, comme ce jeune placé en Suisse pendant trois à quatre ans, qui, à son retour, parlait allemand et ne reconnaissait plus sa mère. Les difficultés du retour des prisonniers de guerre sont également perceptibles dans ces dossiers quand cette expérience a eu des conséquences directes sur les relations familiales, ce qu’illustrent ces deux exemples : pour l’un, la mère a divorcé au retour de son mari ; pour l’autre, elle est partie et a disparu durant l’absence de son époux, prisonnier de guerre pendant cinq ans, absence qui rend délicates les relations du père et du fils qui accepte difficilement son remariage.

  • 9 Dossiers personnels des pensionnaires du Foyer Les Terrasses (Archives privées).
  • 10 Sur ce sujet, voir notamment : Fabrice Virgili, Naître ennemi : Les enfants de couples franco-alle (...)
  • 11 Dossier personnel du pensionnaire, Foyer Les Terrasses, LT (Archives privées).
  • 12 Dossier personnel du pensionnaire, Foyer fraternel de Beuzevillette, DASEC (Archives privées).

6À l’inverse, nous avons relevé très peu de mentions de parents déportés : pour deux pensionnaires9, il est brièvement indiqué que les parents se sont rencontrés en déportation, et pour un autre, il est simplement mentionné que son père est décédé en 1942 en déportation. Cette question est-elle encore trop sensible tout comme est délicate, à un autre niveau, bien entendu, la question des enfants issus des relations avec l’occupant10 ? Pour ces derniers, les insultes ne sont pas rares et les problèmes d’identité très vifs comme pour ce pensionnaire du Foyer Les Terrasses, né en mai 1945 à la suite d’une liaison de sa mère, décédée en 1955, avec un soldat allemand. L’entente avec son oncle, devenu son tuteur, est des plus mauvaises, car celui-ci semble le rejeter et le traite régulièrement de « tête de boche », provoquant disputes et fugues du jeune11. Les rancœurs vis-à-vis de l’Allemagne ont la vie dure après les années d’occupation ; il en est ainsi pour ce jeune de seize ans, placé au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1959 pour son comportement difficile et sa violence. Son père, militaire allemand, a été tué au front, et sa mère, de même nationalité, l’a placé dans un pensionnat près de Mayence pour échapper aux bombardements où il est resté jusqu’en 1954, date à laquelle il la retrouve alors qu’elle s’est remariée avec un soldat français. L’adaptation ne se fait pas sans problème puisqu’il doit non seulement apprendre le français et subir les railleries de ses camarades d’école quant à ses origines et ses difficultés d’apprentissage12.

7Les jeunes n’ont donc pas été épargnés par la guerre, loin de là, et la désorganisation économique et sociale autant que les traumatismes subis auraient entraîné une « crise morale » à laquelle il convient de remédier rapidement. Un article de Jean Graven publié en 1950 insiste sur « la nécessité et l’urgence de la tâche » :

  • 13 Jean Graven, « La tâche et les efforts de l’Organisation des Nations Unies dans le domaine de la d (...)

« Les conditions de guerre, de l’occupation, des années désaxées consécutives au conflit mondial, avec la ruine et la dispersion des foyers, les spectacles de brutalité ou d’horreur, la misère et la nécessité de “se débrouiller” au mépris de toutes les lois traditionnelles de l’honnêteté, ont créé un véritable “bain de culture” du virus criminel pour l’enfance frappée, abandonnée, livrée aux expédients et aux exemples les plus funestes13. »

  • 14 Rééducation, 3e année, décembre 1949, no 19, p. 12.
  • 15 Maison d’arrêt de Rouen, rapport de Mlle Heurtier, 28 février 1945, CNFE-PJJ. Marinette Heurtier a (...)
  • 16 Thérèse Brosse, L’enfant victime de la guerre : une étude de la situation européenne, Paris, Unesc (...)

8De même, Jean Chazal, juge des enfants au tribunal de la Seine, a publié dans un numéro précédent de la même revue, ses observations sur les effets de la guerre. Dans un article intitulé « Les bandes asociales d’enfants et leur réintégration dans les cadres sociaux14 », il évoque ces groupes d’enfants restés sans foyer par suite des bombardements, des déportations ou de la mort des parents et qui souffriraient de terribles traumatismes et d’une importante agressivité. Ces bandes d’enfants ne sont pas inconnues en Normandie et plusieurs d’entre eux se retrouvent à la Maison d’arrêt de Rouen, comme le note le rapport de Melle Heurtier en février 194515. Sur les vingt-deux mineurs en prison, sept garçons, de quinze à dix-sept ans, doivent être jugés par le tribunal militaire. Suivant l’Armée américaine et travaillant même avec elle, ils sont accusés d’avoir puisé dans ses stocks et d’avoir volé de l’essence. Ces actes frauduleux ne sont pas rares au cours de ces années de pénurie et de restrictions. Les ravitaillements clandestins et le marché noir ont été pour certains le seul moyen de survie et pour d’autres un formidable moyen de s’enrichir au cours de la guerre. Sans omettre le caractère ludique que peut revêtir parfois le vol, le fait que ces jeunes se soient attaqués à l’armée alliée montre bien combien les repères et les valeurs ont été brouillés voire renversés face aux nécessités vitales. L’ouvrage de Thérèse Brosse sur l’enfant victime de la guerre16 dresse un constat très inquiétant des conséquences à la fois physiques et psychologiques de la guerre sur les enfants européens. Elle insiste d’ailleurs sur ce renversement des valeurs dont les causes tiennent non seulement aux problèmes de ravitaillement – au cours de la guerre, la courbe des délits des majeurs n’a rien à envier en effet à celle des mineurs – mais aussi au mauvais exemple des adultes, même ceux qui ont participé à la résistance :

  • 17 Ibid., p. 85.

« L’atmosphère sociale du monde adulte pendant la guerre a été pour l’enfant un milieu insalubre, pour des raisons variables. Le renversement des valeurs morales au cours de la lutte clandestine a non seulement justifié, mais glorifié le mensonge, le vol, la fraude, voire l’homicide à l’égard de l’ennemi17. »

9Cette inquiétude vis-à-vis de la jeunesse, fortement marquée par ces années de guerre, est d’autant plus prégnante que les chiffres de la délinquance juvénile indiquent une augmentation inquiétante que le retour à la normale ne semble pas freiner véritablement.

L’augmentation de la délinquance juvénile

  • 18 Louis Le Guillant, « Les éducateurs de demain », Vers l’Éducation nouvelle, no 12, mai 1947.

10Très rapidement, les spécialistes de l’enfance s’alarment de la « crise morale » de la jeunesse car les « chiffres indiscutables mesurent une augmentation redoutable des infractions concrètes aux lois et aux règlements en vigueur18 ». Les statistiques suscitent en effet nombre de commentaires, allant des tentatives d’explication aux prospectives les plus alarmistes. Toutefois, plusieurs observateurs mettent en garde contre les interprétations trop hâtives des statistiques et émettent quelques réserves quant à leur utilisation pour illustrer l’augmentation de la délinquance juvénile. Celles-ci sont principalement de deux ordres : judiciaires et policières.

  • 19 Vincent Peyre, « Brèves considérations sur les chiffres de la délinquance juvénile », Revue d’hist (...)
  • 20 Olivier Galland, Les jeunes, Paris, La Découverte, 2002, p. 115.
  • 21 Laurent Mucchielli, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, (...)

11Pour Vincent Peyre, même si ces chiffres ne sont pas dépourvus d’enseignements, « nous avons perdu la belle simplicité qui faisait croire naguère que les chiffres de la justice, en l’occurrence ceux du compte général, donnaient une image fidèle de la délinquance19 ». Olivier Galland est également très prudent quant à l’utilisation des statistiques car « elles reflètent au contraire le fonctionnement d’une institution de contrôle social (la police, la justice) dont les moyens et l’efficacité ont une influence directe sur la délinquance mesurée20 ». Il est évident que ces chiffres sont soumis au degré de tolérance des autorités vis-à-vis de certains délits et de la jeunesse, ainsi qu’aux moyens alloués, et par conséquent, à l’efficacité des autorités policières et judiciaires. De même, Laurent Mucchielli insiste régulièrement sur ces limites des statistiques tout en soulignant le fait que la « délinquance invisible », non connue des services de police ou traitée en simples mains courantes n’apparaissent pas21. Toutefois, celles-ci nous permettent, en prenant toutes les précautions indispensables, d’observer l’évolution des principales caractéristiques de la délinquance juvénile et de saisir l’intérêt et les préoccupations de la société vis-à-vis de la « jeunesse inadaptée ».

  • 22 Roger Benjamin, Délinquance juvénile et société anomique. L’évolution de la criminalité des mineur (...)

12Nous nous sommes donc penchée sur les statistiques des juridictions pour enfants publiées de manière détaillée depuis 1951 dans les rapports annuels de l’Éducation surveillée présentés au Ministre de la Justice. Pour les années antérieures, la source incontournable de l’étude statistique française est représentée par le Compte général de l’administration de la justice criminelle qui s’appuie sur les renseignements fournis par les parquets. Les rapports de l’Éducation surveillée sont élaborés à partir de cette même source, mais après 1961, ces statistiques sont accompagnées par celles de l’INSEE qui sont établies d’après les fiches des casiers judiciaires des mineurs ayant fait l’objet d’une mesure ou d’une peine22. Deux constantes sont d’ores et déjà perceptibles à la lecture des statistiques sur la délinquance juvénile et ce, quelle que soit l’année considérée : les garçons sont beaucoup plus nombreux à être jugés que les filles et les infractions contre les biens sont les plus importantes.

13Les observateurs semblent peu surpris par cette « disproportion des sexes » nettement visible sur l’histogramme et le tableau suivants réalisés à partir des rapports annuels de la direction de l’Éducation surveillée, représentant la répartition par sexe des mineurs jugés en 1946 et en 1979.

  • 23 Henri Michard, La délinquance des jeunes en France, Paris, La Documentation française, 1978, p. 18

14En moyenne, les garçons représentent plus de 80 % des mineurs jugés, aussi bien au début qu’à la fin de la période étudiée où la proportion s’élève même à 90 %. En 1946, on compte donc parmi les délinquants jugés 23 985 garçons contre 4 583 filles. Même si nous relevons une augmentation en valeur absolue de celles-ci (6 120 en 1979, soit 34 % d’augmentation), cette croissance est pondérée par celle des garçons dont 57 813 ont été jugés en 1979 (soit 141 % d’augmentation). Selon Henri Michard, hormis le fait que la police et la justice semblent plus indulgentes à l’égard des jeunes filles, l’explication tient au fait que la plupart des conduites déviantes de celles-ci, en particulier de « paraprostitution », sont traitées dans le cadre de la protection de l’enfance ; s’ajoute à cela leur statut au sein de la société qui fait qu’elles sont davantage surveillées que les garçons et ont moins d’occasion de commettre des délits23.

Années

Garçons

Filles

Total

1946

23985

4583

28 568

1979

57813

6120

63 933

Répartition par sexe des mineurs jugés en 1946 et en 1979.

15Concernant les délits perpétrés par les mineurs, ils se répartissent en quatre catégories. Les parquets distinguent en effet les infractions contre les biens, les personnes, les mœurs et les délits divers. L’histogramme suivant nous renseigne quant à la nature de la délinquance juvénile et son évolution. Il présente le pourcentage des infractions commises par les mineurs en fonction de la nature des délits commis en 1951, en 1961 et en 1971, et est accompagné d’un tableau fournissant le nombre d’infractions en valeur absolue. Ils sont encore une fois tous deux réalisés à partir des rapports annuels de la direction de l’Éducation surveillée.

  • 24 Roger Benjamin, op. cit., p. 21.

16Les délits contre les biens constituent la part la plus importante de la délinquance des mineurs. Ils représentent tout au long de la période étudiée environ 70 % de l’ensemble des infractions commises par les mineurs. La part des infractions contre les personnes et les mœurs est relativement faible par rapport à l’ensemble. Proportionnellement, elle tend même à se réduire bien que le chiffre des délits contre les personnes en valeur absolue soit en légère augmentation. L’évolution de la proportion des délits divers – délits non désignés contre la chose publique – est intéressante, notamment quant aux précautions à prendre vis-à-vis des statistiques. Son augmentation notable – de 13 % en 1951 à 19 % en 1961 (soit, en valeur absolue, une augmentation de 209 %) – est en effet due aux in< fractions nouvelles au Code de la route créées en 1957 et en 1958 – conduite en état d’ivresse, sans permis, etc.24. Les infractions contre les biens sont donc véritablement à l’origine de la croissance de l’ensemble de la délinquance juvénile. Nous verrons un peu plus loin pourquoi celles-ci sont en augmentation.

Nature des infractions des mineurs jugés en 1951, 1961 et 1971.

  • 25 Henri Michard, op. cit., p. 20-21.

17À la lecture des chiffres publiés par l’Éducation surveillée, Henri Michard distingue quatre phases dans évolution générale de la délinquance juvénile en France depuis les années 193025 visibles sur le graphique ci-dessous que nous avons établi à partir des statistiques fournies au ministère de la Justice.

  • 26 Sarah Fishman, La bataille de l’enfance. Délinquance juvénile et justice des mineurs en France pen (...)

18Après une première phase caractérisée par une lente augmentation avant la Seconde Guerre mondiale, une deuxième phase est marquée par une brusque poussée de la délinquance juvénile dont le pic se situe en 1942 avec 34 781 mineurs jugés. Les causes de ce phénomène sont à rechercher, selon les observateurs contemporains, non seulement dans le contexte de forte désorganisation sociale et familiale, dont nous avons auparavant décrit les caractéristiques, mais aussi dans le contexte de pénurie favorisant les divers trafics et les vols. Sarah Fishman, privilégiant les difficultés économiques comme facteur explicatif, conteste d’ailleurs les études de l’époque attribuant principalement cette forte augmentation de la délinquance juvénile à l’absence des pères prisonniers de guerre, déportés ou travailleurs du STO. Elle estime que cette hypothèse repose principalement sur de fortes valeurs patriarcales selon lesquelles les femmes, obligées non seulement de travailler, n’auraient pas eu l’autorité suffisante pour élever, seules, leurs enfants26.

Évolution du nombre de mineurs délinquants jugés (1939-1980).
Sources : Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de la Justice, 1947-1971 ; Direction de l’Éducation surveillée, Statistiques, Paris, Ministère de la Justice, 1977-1981 ; Ministère de la Justice, Compte général de la justice en France, Paris, Imprimerie nationale, 1958-1960 ; Ministère de la Justice, Compte général de l’administration de la justice criminelle et de la justice civile et commerciale, Paris, La Documentation française, 1961-1972 ; Ministère de la Justice, Compte général du ministère de la Justice, Paris, La Documentation française, 1973-1976.

  • 27 Roger Benjamin, op. cit., p. 15-16.
  • 28 Robert Colin, « L’Éducation surveillée et le reclassement des mineurs délinquants », in Population (...)
  • 29 Inspection du service de la liberté surveillée à Rouen, rapport de L. Prétot, 18 janvier 1966, p.  (...)

19Une troisième phase amorcée avec la fin de la guerre annonce une diminution progressive de la délinquance juvénile. Cependant, la forte baisse enregistrée en 1944 (23 384 cas jugés) et surtout en 1945 (17 578) est à relier à la désorganisation des services de police et de justice inhérente à la fin de la guerre, puis à la mise en place de l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante qui, en instituant le juge des enfants et de nouvelles juridictions pour mineurs, a provoqué un retard dans les décisions de justice et dans l’élaboration des statistiques27 comme le soulignent les chiffres de 1947 (26 841 contre 28 931 en 1946). Or, à partir de 1955, commence une quatrième phase caractérisée par une hausse spectaculaire que, dès lors, rien ne semble pouvoir arrêter : le nombre de mineurs jugés a quasiment doublé en cinq ans et passe de 13 975 en 1955 à 26 894 en 1960, pour atteindre 66 450 en 1980. Cette évolution inquiétante touche en priorité Paris et les grandes villes de province28 : Rouen n’y échappe pas. En 1966, l’inspecteur du service de la liberté surveillée à Rouen observe en effet au niveau de l’activité du tribunal pour enfants, « qu’à une augmentation considérable du nombre d’affaires nouvelles, aussi bien en ce qui concerne les délinquants que les mineurs en danger, depuis 1960 [a] succédé, ces deux dernières années, une certaine stabilité29 ».

Activité du tribunal pour enfants de Rouen (nombre de mineurs) : délinquance (1958-1965).
Source : Inspection du service de la liberté surveillée à Rouen, rapport de L. Prétot, 18 janvier 1966, p. 5, CNFE-PJJ.

20Certes, comme l’indique le tableau précédent, le nombre de mineurs présentés au tribunal dans le cadre des affaires nouvelles tend à se stabiliser autour de 713-714 – alors qu’ils étaient 358 en 1958. Il faut cependant insister sur la forte augmentation en parallèle du nombre de mineurs jugés pour délinquance au tribunal pour enfants de Rouen, qui s’élève à 962 en 1965 contre 392 en 1959.

  • 30 Pierre Ceccaldi, « Les nouvelles formes de la délinquance juvénile en France », IIe congrès des Na (...)
  • 31 Andrée Algan et alii, Vols et voleurs de véhicules à moteur : un aspect particulier de la délinqua (...)
  • 32 Henri Michard, op. cit., p. 55.

21Cette augmentation de la délinquance juvénile en France, visible à partir du milieu des années 1950, est présentée en premier lieu comme une conséquence du baby-boom, de la très forte natalité qui a marqué la France après-guerre. La proportion des jeunes dans la population totale ayant fortement augmenté à ce moment précis, la courbe de la délinquance juvénile a de fait suivi cette évolution. Par ailleurs, un autre facteur explicatif est régulièrement avancé : le développement industriel et urbain et l’évolution socio-économique. Les experts présentent ainsi les nouvelles formes de la délinquance juvénile en France30 et les répartissent en trois catégories : la délinquance en bande, les délits gratuits et les vols de véhicules à moteur – voitures, motos, scooters, etc. Tout comme les chapardages se multiplient à mesure que se développent les grandes surfaces, ces derniers sont considérés comme un « fait social31 », un « fait de civilisation32 » lié au développement du parc de véhicules :

  • 33 Ibid., p. 55-56.

« Il y a corrélation entre l’importance du parc automobile et l’importance des vols : ce n’est qu’à partir du moment où le parc automobile atteint un certain niveau que le vol de voiture apparaît et, par la suite, les courbes de croissance de l’un et de l’autre phénomène s’avère, pendant un certain temps, rigoureusement parallèles. Une explication simple surgit immédiatement : pour que des jeunes volent des voitures, il faut que celles-ci existent en assez grand nombre, sans protection particulière, stationnées non plus dans des garages particuliers mais dans les lieux publics ; il faut aussi qu’elles soient devenues un objet d’usage assez courant dont la conduite n’est plus un mystère pour un garçon de seize à dix-sept ans33. »

  • 34 Évolution de la délinquance juvénile (période d’après-guerre), extrait du rapport annuel de la dir (...)
  • 35 Henri Michard, op. cit., p. 54.
  • 36 Sur ce sujet, voir également Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de (...)

22Ces délits ont commencé à prendre de l’importance dès 195434 et représentent, selon Henri Michard, plus de 60 % des vols enregistrés par la police à partir des années 196035. Il s’agit généralement d’un délit d’emprunt, le véhicule étant utilisé pour se promener ou pour faciliter un autre délit. Ajoutons également que le véhicule motorisé, qu’il soit à deux ou quatre roues, est source de toutes les convoitises car il acquiert progressivement une valeur culturelle pour la jeunesse36, symbolisant à la fois l’indépendance et la « toute puissance du monde adulte ».

  • 37 William Clement Kvaraceus, La délinquance juvénile, problème du monde moderne, Paris, Unesco, 1964 (...)
  • 38 Jacques Bourquin, « Éducation surveillée, protection judiciaire de l’enfance. Approche historique  (...)

23La délinquance juvénile, dont l’augmentation et les caractères nouveaux ne sont pas sans émouvoir le monde des adultes, devient donc un problème du monde moderne37. Cependant, comme le souligne Jacques Bourquin, le contexte de 1945 est celui de la Libération qui n’est pas compatible avec l’enfermement. Il est porteur de réformes et il s’agit avant tout de reconstruire le pays. De plus, la jeunesse a malgré tout renvoyé à la société une image positive, participant activement aux combats de la résistance et de la Libération38. La répression n’est plus, par conséquent, une solution envisageable. Cette question impliquera donc la mise en place d’un appareil législatif et administratif représenté en premier lieu par l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante, dont les motifs résument clairement l’enjeu pour la France :

« Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l’enfance et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l’enfance traduite en justice. La France n’est pas assez riche d’enfants pour qu’elle ait le droit de négliger tout ce qui peut en faire des êtres sains. »

Le renouveau de la législation à l’égard des mineurs

24Ce souci de protection des mineurs entraîne un lourd travail législatif. Il donne lieu à des ordonnances primordiales, toujours d’actualité malgré les réformes successives, et à un réseau d’établissements spécialisés dans le domaine de « l’enfance inadaptée ».

La législation à l’égard des jeunes délinquants : de l’élaboration à sa réception

  • 39 Sur la loi du 27 juillet 1942 et l’ordonnance du 2 février 1945, voir notamment Sarah Fishman, op. (...)
  • 40 Sarah Fishman, op. cit., p. 245.
  • 41 Gilles Ragache, Les enfants de la guerre. Vivre, survivre, lire et jouer en France 1939-1949, Pari (...)
  • 42 Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de (...)

25L’ordonnance du 2 février 1945 symbolise le changement qui s’est progressivement opéré dans le traitement des mineurs délinquants. Elle se substitue aux lois du 22 juillet 1912, créant entre autres les tribunaux pour enfants, permanent seulement à Paris, et du 27 juillet 1942, mettant fin à la notion de discernement. L’ordonnance du 2 février 1945 s’inspire fortement de cette précédente loi qui, même si elle n’a pas été véritablement appliquée, a été abrogée en décembre 194439. Toutefois, il n’était certainement pas de bon ton à la Libération, dans ce contexte de rupture, de trop insister sur le fait que les spécialistes de l’enfance aient continué, parfois en accord avec le régime de Vichy, à œuvrer dans ce sens. Comme le souligne Sarah Fishman : « Dès lors, tout le monde avait intérêt à dissimuler toute forme de continuité institutionnelle, juridique et personnelle40. » En fait, l’ordonnance du 2 février 1945 approfondit plutôt le travail entrepris sous Vichy qu’il ne le contredit41. Le rapport annuel de la direction de l’Éducation surveillée confirme cet état de fait, tout en le présentant sous un jour plus acceptable : « Le gouvernement provisoire n’a pas profondément innové, il a poursuivi l’œuvre administrative commencée par le gouvernement du Front Populaire en 1936 et poursuivie dans le silence par le service de l’Éducation surveillée pendant les années de guerre42. »

  • 43 Ordonnance du 2 février 1945, article 1er.
  • 44 Ibid., article 2.
  • 45 Ibid., article 3.
  • 46 Robert Colin, op. cit., p. 643.

26Quoi qu’il en soit, les mineurs délinquants relèvent désormais exclusivement de juridictions spécialisées qui deviennent permanentes43. La mesure éducative devient la règle, la sanction l’exception car le mineur est considéré comme irresponsable pénalement44. De même, la détention provisoire est limitée par rapport à celle des majeurs45. C’est en fonction de la personnalité du mineur plus qu’en fonction du délit que le magistrat prend sa décision justifiant ainsi l’existence et la mise en place des centres d’observation et des services sociaux auprès de chaque tribunal. L’ordonnance confirme enfin la mesure de liberté surveillée en prévoyant la création de délégués permanents aidés par des délégués bénévoles. Le texte est complété par la loi du 24 mai 1951 instituant notamment le tribunal pour enfants départemental afin de permettre un meilleur recrutement et une plus grande spécialisation des juges pour enfants. Cette loi renforce les pouvoirs et les responsabilités du juge des enfants qui avait déjà une place primordiale46.

  • 47 L’Espoir sur Ordonnance, film réalisé par Pierre de Fonséca dans le cadre du cinquantième anniversa (...)
  • 48 Ibid.

27Un film tourné à l’occasion des cinquante ans de l’ordonnance du 2 février 1945, nous renseigne sur la manière dont les premiers professionnels de l’enfance en Seine-Maritime ont accueilli ces nouvelles dispositions47. Pour Bernard Emo : « L’ordonnance du 2 février 1945 : c’est le droit réinventé, le droit en pleine évolution, c’est le droit noble qui est apparu. » Plus loin, il ajoute : « Je pense que si cette ordonnance a pu se réaliser c’est parce que c’était une période d’essais et d’erreurs où tout le monde réfléchissait. » Raymond Kervarrec insiste également sur ce contexte de reconstruction propre au dynamisme et à la lutte contre l’exclusion : « On luttait contre le rejet des jeunes. Il y avait une dynamique d’ailleurs parce qu’en fait, on reconstruisait, on allait reconstruire le pays et on évitait l’exclusion, et je crois aussi, c’était très tonique pour tout le monde48. »

  • 49 Ibid.
  • 50 Ludivine Bantigny note également que des personnes comme Jean Chazal, Jean Pinatel, Georges Heuyer (...)
  • 51 Charles Germain, « Centre d’études de défense sociale de l’Institut de droit comparé de l’universi (...)

28Le père Marie-Paul, aumônier national des prisons et aumônier des établissements d’éducation spécialisée, est d’ailleurs très sensible au fait que le mineur ne soit plus jugé en fonction du délit et qu’il soit au centre de la procédure : « Pour moi, l’ordonnance de 1945 est importante parce que pour la première fois on n’a pas le projecteur immobilisé sur un délit, une faute, un crime, mais sur un être humain qu’on appelle l’enfant49. » Cette réforme s’inspire en effet pour beaucoup des promoteurs de la défense sociale nouvelle50, sensibles aux principes de rééducation et de relèvement social. Nous retrouvons ainsi au cours du IIIe congrès international de défense sociale nouvelle qui s’est tenu à Anvers en 1954 sur L’individualisation de la sentence et de l’exécution (observation et resocialisation), des personnalités incontournables de la justice de l’enfance telles Jean Chazal, Georges Heuyer qui intervient sur l’observation des mineurs avec entre autres Jean Pinatel, qui estime que « l’observation doit être étendue à tous, car elle est, pour tous, la clef de voûte du traitement et du “reclassement social51” ». La réforme de la justice des adultes empruntera d’ailleurs beaucoup à celle des mineurs, en témoigne entre autres la mise en place de l’enquête sociale et de l’examen médico-psychologique.

  • 52 L’Espoir sur Ordonnance, op. cit.
  • 53 Ibid.

29Les témoignages de Jean Pétillot, éducateur à Saint-Hilaire en 1931 et premier directeur du Centre d’observation et de rééducation L’Éclaircie à Rouen, et de Gérard Guilbaud, éducateur de la PJJ, puis directeur du SEAT de Rouen, apportent une vision un peu moins enthousiaste vis-à-vis de la réforme de la justice des mineurs. Le premier explique qu’il n’en a pas réellement tenu compte. Ce qui l’intéresse, « ce n’est pas les dispositions légales qu’on fera soi-disant en faveur de l’enfance. On doit d’abord considérer que l’enfant est victime d’une situation donnée et que l’enfant qui est victime doit être aidé et non pas puni par une ordonnance52 ». Le second trouve finalement que l’ordonnance est « quelque chose d’assez moderne », contrairement à ce qu’il a ressenti en 1966 quand il est entré dans un établissement assez « archaïque avec des méthodes dont on aurait peine aujourd’hui à les qualifier d’éducatives et pourtant, c’était la même loi qui régissait tout ça53 ». Le rapport de Mlle Heurtier sur la Normandie est particulièrement éclairant quant aux difficultés d’application de la législation faute de moyens :

  • 54 La question de l’enfance en Normandie et plus particulièrement en Seine-Inférieure, rapport de Mll (...)

« M. le Procureur général se trouve complètement démuni de tout ce qui constitue l’appareil judiciaire pour répondre aux exigences de l’ordonnance de 1945 qu’il juge impossible à appliquer en Normandie. Il a parait-il adressé à la Chancellerie un rapport dans ce sens, il y a peu de temps54. »

30La reconstruction est très lente en Normandie. Elle freine dans un premier temps le fonctionnement correct des administrations et ne permet pas d’apporter une réponse satisfaisante aux attentes de la nouvelle législation. L’organisation du service social auprès du tribunal ne fonctionne normalement qu’à Rouen qui compte quatre assistantes sociales, alors que dans le reste de la région – Le Havre, Évreux et Caen – tout semble manquer : très peu de tribunaux disposent d’un juge spécialisé, et de ce point de vue, Rouen est le seul tribunal organisé en 1946. Ce manque de moyens se retrouve particulièrement dans les structures d’accueil qui font défaut pour les garçons et, lorsqu’elles existent, les carences financières ne permettent pas toujours un encadrement conforme aux principes éducatifs. Hélène Campinchi, avocate à la Cour de Paris qui a présidé la commission chargée de la rédaction du projet de l’ordonnance sur l’enfance délinquante, ne cache pas en mars 1946 que son application doit faire face à certaines difficultés :

  • 55 Hélène Campinchi, « L’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante », Revue de l’ (...)

« Certes, il reste beaucoup à faire. Certes nos institutions ne sont pas encore parfaitement adaptées à la tâche qui leur incombe. Certes nous manquons encore de centres de triage, de centres d’accueil, d’établissements de rééducation. Mais on a constaté déjà, que des initiatives ont surgi, hardies et sages tout à la fois, tant dans le domaine de la bienfaisance privée que sur le plan administratif, qui doivent contribuer à doter notre pays des établissements qui lui font encore défaut55. »

31D’ailleurs, si le nouveau gouvernement continue après-guerre à s’appuyer en grande partie sur le secteur privé, c’est qu’il ne peut faire autrement, faute d’argent dans les caisses de l’État. Toutefois, ces établissements sont relativement contrôlés par la toute nouvelle direction de l’Éducation surveillée dont un des bureaux est uniquement chargé des institutions privées.

  • 56 Sarah Fishman, op. cit., p. 259.

32Dès le 1er septembre 1945, est créée la direction de l’Éducation surveillée au sein du ministère de la Justice, devenue totalement autonome de l’Administration pénitentiaire. Elle s’appuie à la fois sur le secteur public et sur le secteur associatif habilité qu’elle contribue à financer et à contrôler au niveau pédagogique, administratif et financier. Ses tâches se diversifient puisqu’en plus de la gestion des établissements publics, elle est chargée de celle des institutions privées, du contrôle du bon fonctionnement de la liberté surveillée et de produire des études sur les enfants de justice et les méthodes. La nouvelle direction est donc divisée en trois bureaux : un premier s’occupe du recrutement et de la formation du personnel des institutions publiques, mais aussi détermine les méthodes applicables à ces établissements ; un deuxième est responsable du contrôle des institutions privées recevant des mineurs relevant de la justice ; un dernier gère les affaires judiciaires. En 1958, un quatrième bureau est créé pour se consacrer à la recherche sur la prévention de la délinquance juvénile et sur la protection de l’enfance en danger56 dont la législation connaît, dans un second temps, une évolution notable.

La nécessaire réforme de la protection de l’enfance

  • 57 Jean-Jacques Yvorel, « La justice et les violences parentales à la veille de la loi de 1898 », Rev (...)
  • 58 Henri Michard, op. cit., p. 73.
  • 59 Direction de l’Éducation surveillée, op. cit., p. 49.

33L’organisation de la protection de l’enfance est constituée de textes disparates dont l’application et la portée sont, de fait, très compliquées. Cet arsenal législatif s’appuie en effet sur un ensemble de lois qu’il est utile de rappeler brièvement : la loi du 24 juillet 1889 sur la protection des enfants maltraités et moralement abandonnés et sur la déchéance de la puissance paternelle ; la loi du 19 avril 1898 sur la répression des violences, voies de fait et attentats commis contre les enfants57 ; la loi du 11 avril 1908 portant sur la prostitution des mineurs ; le décret-loi du 30 octobre 1935 relatif à la dépénalisation du vagabondage des mineurs ; l’ordonnance du 1er septembre 1945 supprimant la correction paternelle ; et enfin, le décret du 10 décembre 1946 sur la tutelle aux allocations familiales58. Le premier directeur de l’Éducation surveillée, Jean-Louis Costa, insiste dès 1947 dans son rapport annuel sur la nécessité d’améliorer les lois qui assurent la protection de l’enfance en danger moral, car il estime que ces législations ont vieilli, que certaines sont trop complexes ou font double emploi et enfin que la protection des mineurs n’est pas assurée sur certains points59.

  • 60 La loi du 4 juin 1970 fait disparaître la notion de puissance paternelle au profit de l’autorité p (...)
  • 61 Henri Michard, op. cit., p. 73.

34Le dispositif législatif concernant les mineurs est complété par l’ordonnance du 23 décembre 1958, entrée en vigueur le 1er octobre 1959 et quelque peu modifiée par la loi du 4 juin 197060, qui élargit l’action éducative aux jeunes en danger. Ainsi, le juge peut ordonner des mesures éducatives « si la santé, la sécurité ou la moralité d’un mineur non émancipé sont en danger, ou si les conditions de son éducation sont gravement compromises ». Outre le fait que cette nouvelle ordonnance unifie cet ensemble disparate, elle permet par ailleurs de combler les lacunes précédentes en élargissant le champ d’application de la protection à l’égard des mineurs en danger. L’ordonnance du 23 décembre 1958 institue la notion relativement large de « danger » – concernant la santé, la sécurité, la moralité et l’éducation – qui justifie l’intervention du juge des enfants. Elle permet de dépasser les « anciennes références à des situations précises61 » – vagabondage, conflit entre les parents et les enfants, prostitution, etc. – qui ne permettent pas d’envisager tous les cas nécessitant une protection.

  • 62 La loi belge du 8 avril 1965 relative à la protection de la jeunesse s’inspire pour beaucoup de l’ (...)
  • 63 Visite au tribunal pour enfants et adolescents de Rouen : étude de l’application de l’ordonnance n(...)
  • 64 Il était auparavant procureur de la République au tribunal d’Yvetot qui a été supprimé.

35L’application de ce texte innovant, qui rencontre un certain écho à l’étranger62, n’est pas sans poser quelques problèmes : les juges doivent faire face à un afflux de cas à traiter alors que leurs services sont déjà souvent sous-équipés et surchargés. La visite au tribunal pour enfants de Rouen en mai 1960 de l’inspecteur de l’Éducation surveillée, Martial Dazat, futur directeur de cette même administration, a pour but de procéder à l’étude sur place de l’application de l’ordonnance du 23 décembre 195863. Il rencontre à cette occasion le juge des enfants, M. Savinaud, qui exerce seul ces fonctions depuis un an64 car le second poste n’est toujours pas pourvu. Selon ce dernier, le texte ne soulève aucune « difficulté sérieuse » d’application sur le plan juridique mais les formalités de procédure imposées par le texte lui paraissent trop lourdes, notamment pour le greffier, à l’instar d’autres magistrats qui ont formulé, comme le souligne l’inspecteur, les mêmes doléances. Le service social privé comprenant sept assistantes sociales est débordé, sachant que les trois quarts des enquêtes relèvent de l’assistance éducative. Elles mettent donc trois à quatre mois à produire leurs rapports, retardant de fait les jugements définitifs. La situation est identique pour les deux délégués à la liberté surveillée à qui sont confiées également par le juge les assistances éducatives. L’ordonnance est cependant très largement appliquée, faisant baisser de manière notable les déchéances paternelles, mais les affaires d’assistance éducative restent minoritaires par rapport aux affaires pénales. Les affaires traitées par le tribunal pour enfants de Rouen du 1er janvier au 17 mai 1960 se répartissent en effet ainsi (cf. graphique et tableau de la page suivante).

  • 65 Visite au tribunal pour enfants et adolescents de Rouen, op. cit.

36Du 1er janvier au 17 mai 1960, le tribunal pour enfants a donc traité soixante-quatre affaires d’assistance éducative contre cent quarante-trois concernant l’ordonnance du 2 février 1945. Elles représentent seulement 31 % du total des jugements à Rouen. La conclusion de l’inspecteur est assez positive puisqu’il estime, malgré les problèmes d’équipement et le manque de personnel, que « l’application de l’ordonnance relative à la protection de l’enfance et de l’adolescence en danger semble avoir pris un bon départ à Rouen65 ».

Assistance éducative

Ordonnance du 2 février 1945

Total des affaires traitées

Affaires traitées

64

143

207

Affaires traitées au tribunal pour enfants de Rouen du 1er janvier au 17 mai 1960.
Source : Visite au tribunal pour enfants et adolescents de Rouen : étude de l’application de l’ordonnance no 58-1301 du 23 décembre 1958 relative à la protection de l’enfance et de l’adolescence en danger, rapport de Martial Dazat, 17 mai 1960, p. 3, CNFE-PJJ.

  • 66 Henri Michard, op. cit., p. 75.
  • 67 Décret du 18 février 1975, fixant les modalités de mise en oeuvre d’une action de protection judic (...)

37Cette nouvelle ordonnance confère ainsi au juge des enfants des « pouvoirs illimités » qui lui permettent d’imposer des mesures éducatives pour tous les mineurs de moins de vingt-et-un ans. Or, lorsque l’âge de la majorité civile est abaissée à dix-huit ans par la loi du 5 juillet 1974, toute une frange de jeunes qui bénéficiaient auparavant de cette protection en sont désormais exclus. Pour Henri Michard, ce cadeau ambigu pour la jeunesse « marque une regrettable régression dans le développement de la politique de protection66 » car elle rend impossible une intervention au plan civil au-delà de dix-huit ans. Afin de remédier à cette situation, est promulgué le décret du 18 février 1975 permettant au juge des enfants d’organiser avec leur accord une protection judiciaire à l’égard des jeunes majeurs de dix-huit à vingt-et-un ans67.

38Progressivement, la législation concernant les mineurs délinquants et en danger évolue vers davantage de protection. Les avancées remarquables dans ce domaine témoignent du long cheminement parcouru et de l’intérêt majeur que la jeunesse recouvre désormais. Ce dispositif législatif n’est pas figé car il s’adapte à l’évolution de la société et s’enrichit des débats et des réflexions que les spécialistes de l’enfance impulsent et que relaient les médias au sein de l’opinion publique.

Un intérêt renouvelé pour la jeunesse

39Dès lors, les médias s’emparent de ce thème très « vendeur » que représente le malaise de la jeunesse, jusqu’à parfois exposer cette dernière sous un jour des plus inquiétants pour la société. Les spécialistes de l’enfance ne seront toutefois pas en reste puisqu’ils sont régulièrement conviés à donner leur avis, tandis que les rencontres et les études se multiplient sur ce sujet jusqu’à dépasser les frontières nationales.

La jeunesse sous les feux des projecteurs

40Toutes ces inquiétudes quant aux difficultés d’adaptation de la jeunesse et à l’augmentation de la délinquance juvénile sont relayées par les médias, dont la pénétration est de plus en plus grande dans les foyers à partir de l’après-guerre : presse, radio, puis télévision consacrent régulièrement des interviews de spécialistes ou des dossiers thématiques à la jeunesse et à ses difficultés, à son « malaise ». Un lecteur de la Revue de l’Éducation surveillée exprime ainsi dès 1946 son agacement face à ce foisonnement d’articles sur l’enfant délinquant :

  • 68 « Tribune Libre : Quelques réflexions de ceux qui sont sur le tas », Revue de l’Éducation surveill (...)

« Maintenant que la guerre est terminée, l’enfant délinquant revient à la mode. Dans la presse et les revues chacun y va de son article, réinvente et préconise des méthodes de rééducation en usage depuis dix ans déjà. Cela fait un excellent papier pour émouvoir la sensiblerie des foules, et… cela se vend… C’est le principal68 ! »

41En effet, cet intérêt pour la délinquance juvénile n’est pas nouveau mais il se pose avec acuité après-guerre car il se fond dans cette catégorie sociale en germe qu’est la jeunesse, symbole du renouveau et de l’avenir dans ce contexte de reconstruction, qui rassemble tous les espoirs de la société. Le rôle des médias est ici déterminant :

  • 69 Anne-Marie Sohn, op. cit., p. 123.

« Même si l’intérêt porté à l’adolescence est bien antérieur au second XXe siècle, l’abondance de films, articles, enquêtes et études savantes consacrés à cette classe d’âge à partir des années 1950 révèle de nouveaux rapports que la société française entretient avec sa jeunesse. Fruit d’une évolution séculaire, la place assignée aux jeunes et le rôle qu’ils souhaitent jouer sont alors l’objet d’une médiatisation sans précédent où le cinéma et les magazines ont joué le premier rôle69. »

  • 70 Dominique Borne, Histoire de la société française depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2005, p. 27.
  • 71 Ludivine Bantigny, op. cit., 2007, p. 27.
  • 72 Dominique Borne, op. cit., p. 28.
  • 73 Jean-François Sirinelli, Les baby-boomers : une génération, 1945-1969, Paris, Hachette Littérature (...)
  • 74 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois : Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Fayard, (...)
  • 75 Olivier Galland, Les jeunes, Paris, La Découverte, 2002, p. 31-32.

42Ajoutons que dans les esprits de l’époque, un pays fort se doit encore d’être un pays à la natalité vigoureuse et à la population nombreuse. Ainsi, lorsque le général de Gaulle réclamera « 12 millions de beaux bébés », la réponse sera à la mesure de ses espoirs70. Ce regard porté sur la jeunesse est en effet renforcé par l’arrivée de la génération des baby-boomers, telle une « déferlante » après le « creux de la vague71 » des naissances des années 1930 et du début de la guerre. Olivier Galland insiste également sur cet aspect quantitatif, auquel succèdera la montée des effectifs scolaires qui vont doubler entre 1945 et 1958. Celui-ci fonde en grande partie cette importance et cette visibilité croissantes de la jeunesse dans la société de la seconde moitié du XXe siècle. Alors que la population française souffre d’un vieillissement notable dans l’entre-deux-guerres, dès 1942 le pays enregistre une reprise de la natalité. Le nombre des naissances passe rapidement de 630 000 en 1936 à plus de 800 000 de 1946 à la fin des années 195072. Cette croissance permet une augmentation du nombre des jeunes – en 1921 les 5-14 ans sont 6 420 000 et en 1953 les 5-9 représentent à eux seuls 4 millions de personnes73 – dont l’importance rapportée toutefois à l’ensemble de la population n’est guère impressionnante, car, selon Anne-Marie Sohn, en 1965, « ils représentent seulement 12,6 % de la population, soit bien moins qu’à la Belle Époque74 ». Olivier Galland attribue principalement ce phénomène aux diverses mesures familialistes et notamment à l’augmentation des allocations familiales75. Or, selon Dominique Borne, les choses sont beaucoup plus compliquées :

  • 76 Dominique Borne, op. cit., p. 27.

« L’explication du phénomène n’est pas simple, d’autant plus que, contrairement au passé, le comportement démographique des Français est dorénavant conforme au comportement des Anglais, des Allemands ou des Américains du Nord ; il serait donc vain de chercher une réponse dans la conjoncture nationale (Code la Famille de 1939, allocations familiales…)76. »

  • 77 Jean-François Sirinelli, op. cit., p. 37.

43Préférons, pour conclure sur cette question difficile à trancher, la position de Jean-François Sirinelli, pour qui, les causes de cette « inflexion de la courbe des naissances » relèvent davantage d’« une alchimie complexe » propre à chacun des milieux sur fond de politique nataliste77.

  • 78 Anne-Marie Sohn, « Les “jeunes”, La “jeunesse” et les sciences sociales (1950-1970) », op. cit., p (...)
  • 79 Ludivine Bantigny, op. cit., p. 45-47.
  • 80 Anne-Marie Sohn, op. cit., p. 126.
  • 81 Yvon Hecht, série d’articles sur le film Les Tricheurs, Paris-Normandie, [1959], BMR : Dossiers A- (...)
  • 82 Ibid.

44Le nombre et les signes extérieurs de la jeunesse interrogent, dérangent et inquiètent le monde des adultes, à l’image du film de Marcel Carné, Les Tricheurs, sorti en salle en 195878 dont les protagonistes incarnent une jeunesse désabusée, méprisant les valeurs traditionnelles des générations précédentes et s’étourdissant dans les surboums. Comme le souligne Ludivine Bantigny, ce film suscite nombre de débats très vifs à travers la France79. Le Havre et Rouen n’échappent pas à cette vague des Tricheurs qui a rassemblé 900 000 spectateurs dans toute la France80. Des discussions-débats sont ainsi organisées après la projection du film et rassemblent un public relativement nombreux. Ces projections sont l’occasion pour Yvon Hecht de produire une série d’articles publiés dans Paris-Normandie sur les réactions suscités par le film et de rencontrer des jeunes Rouennais et des acteurs locaux – éducateurs, enseignants, responsables de mouvements de jeunesse, etc. – pour solliciter leur avis sur la question. Le débat organisé au Havre par Michel Quoist, prêtre et écrivain très intéressé à la question des jeunes, voit cinq cents personnes affluer et autant qui ne peuvent pénétrer dans la salle, rendant une deuxième séance nécessaire. L’échange organisé par le Film-Club de Rouen a attiré quant à lui environ six cents participants dont aucun ne quitte la salle avant la fin du débat qui s’est terminé aux alentours d’une heure du matin81. Les discussions révèlent que les spectateurs, tous âges confondus, estiment que le film ne caractérise pas l’ensemble de la jeunesse, mais les parents présents semblent relativement désemparés face aux problèmes posés par celle-ci. Pour l’auteur de cette série d’articles, ces réactions révèlent un très grand malaise que la société dans son ensemble doit prendre à bras le corps car, selon lui, « la qualité de la jeunesse répondra toujours à la qualité d’une société82 ». Cette position est relativement répandue dans les écrits des observateurs de la jeunesse et de son malaise car c’est l’avenir de la nation qui semble ici en jeu :

  • 83 William Clement Kvaraceus, op. cit., p. 9.

« Malgré les immenses progrès techniques que l’on constate aujourd’hui dans tous les pays, l’élaboration de méthodes permettant d’aider les enfants et les adolescents à devenir des adultes défie encore l’ingéniosité des parents et des cadres de la jeunesse.
À observer les efforts laborieux que déploient les spécialistes – enseignants, travailleurs sociaux, juges, psychologues, sociologues, psychiatres – pour trouver les moyens de prévenir et de combattre les troubles du comportement chez les jeunes, on se rend compte que ces spécialistes ne sauraient à eux seuls résoudre ou même circonscrire le problème de la délinquance. Tous les parents, tous les membres de la communauté doivent participer à la tâche. Et il faut faire contribuer la jeunesse elle-même à la solution de ce qui est, essentiellement, un problème de la jeunesse83. »

Les spécialistes s’emparent du problème de « l’enfance inadaptée »

45Les ouvrages consacrés à l’enfance en difficulté et les revues spécialisées, notamment La Revue de l’Éducation surveillée, puis Rééducation et Sauvegarde de l’Enfance, montrent cet intérêt majeur après-guerre vis-à-vis de la jeunesse et de la délinquance juvénile. Ce phénomène concerne la France mais aussi la majeure partie des pays développés. Ses caractéristiques, ses difficultés et les moyens de la « sauver » – le terme est très souvent employé – sont attentivement étudiés par différents spécialistes de tous ordres qui font part également de leurs enquêtes et expériences menées dans ce domaine : médecins, éducateurs, instituteurs, responsables de l’Éducation surveillée, psychologues, psychiatres, etc.

  • 84 Lettre du 26 mars 1956 de Guy Berland au directeur du Centre de formation et d’études de Vaucresso (...)
  • 85 « Une expérience de formation professionnelle dans un centre de rééducation », Sauvegarde de l’Enf (...)
  • 86 À noter également la parution à partir de 1966 du Bulletin régional de l’ANEJI de Haute-Normandie (...)

46Ces revues sont connues et lues attentivement par les professionnels de l’enfance œuvrant en Seine-Maritime. Ainsi, Guy Berland, alors directeur du Foyer fraternel de Beuzevillette, adressant une lettre au directeur du Centre de formation et d’études de Vaucresson84, mentionne le fait qu’il lise régulièrement la revue Rééducation. Il publiera d’ailleurs un article en 1957 dans Sauvegarde de l’Enfance sur la mise en place de la formation professionnelle dans son établissement85. Les revues professionnelles locales sont quant à elles plutôt tardives. Le Bulletin régional d’informations du CREAI de Haute-Normandie est créé seulement en 1976 et fonctionnera jusqu’en 1984 et La Hune, publication du Centre régional de formation de l’Éducation surveillée de Normandie, paraît de manière irrégulière à partir de 1981 et ses rubriques thématiques sont très liées aux stages menés dans le cadre de cette formation86.

  • 87 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois…, op. cit., p. 10.
  • 88 Ibid., p. 9.
  • 89 Anne-Marie Sohn, « Les “jeunes”, La “jeunesse” et les sciences sociales (1950-1970) », op. cit., p (...)

47Anne-Marie Sohn dénombre ainsi trente ouvrages consacrés aux jeunes de 1955 à 1959 et cent onze titres de 1960 à 196987. Les rubriques « Revue des revues » et « Bibliographie » de Rééducation sont à ce sujet très instructives car elles permettent de mesurer l’importance des publications – généralement une dizaine par numéro – sur le sujet que ce soient des articles dans les journaux et périodiques spécialisés ou les ouvrages et les travaux de recherche sur la jeunesse en difficulté. Ces interrogations quant à la jeunesse se traduisent dans les multiples études par une volonté de mieux la définir et par un changement quant au vocable utilisé pour la désigner : ainsi, des « jeunes hommes » et des « jeunes filles », la dénomination évolue à partir des années 1960 pour aboutir à l’utilisation admise par tous et instituant une sorte d’indétermination sexuée de « jeune(s)88 ». La figure du jeune s’affine et s’impose donc, témoignant de l’émergence progressive de cette nouvelle catégorie sociale qui semble vouloir s’affirmer en opposition avec la génération précédente, les « croulants », ceux qui ont vécu la guerre et symbolisent un monde désormais révolu. Cette attitude, cette volonté de s’affirmer, explique qu’une partie de la jeunesse soit perçue comme menaçante89 et qu’il devienne nécessaire pour les adultes de tenter de la connaître davantage et de comprendre ses problèmes, son « inadaptation ».

  • 90 Georges Heuyer précise ainsi dans un de ses ouvrages que : « Déjà, en 1914, dans l’introduction à (...)
  • 91 Rééducation, 4e année, novembre 1950, no 26, p. 43.
  • 92 Rééducation, 6e année, mars 1952, no 38, p. 34.

48Les spécialistes de « l’enfance inadaptée », dont les plus connus restent longtemps Georges Heuyer90, fondateur de la pédopsychiatrie en France, Henri Joubrel, avocat, et le juge pour enfants Jean Chazal, sont régulièrement sollicités par les médias pour donner leur avis sur la question. Ainsi, en 1950, à l’occasion d’un congrès de criminologie, Clara Candiani interviewe, au cours de son émission de radio, Georges Heuyer et Jean Chazal sur « les causes de la délinquance juvénile » et « l’influence du cinéma sur la délinquance juvénile91 ». En 1952, Radio Luxembourg diffuse un débat sur l’enfance délinquante dirigé par Thierry Maulnier et auquel ont participé un avocat, un journaliste, encore une fois le juge Chazal et Mlle Beauté, représentant l’ANEJI92.

  • 93 Henri Joubrel/conférences du Méridien, 1950-1959, CAMT : Dupied/Joubrel/AIEJI, 3 C – 2002062, 3 C (...)

49Des conférences sur ce sujet, dont les plus célèbres restent celles du Méridien à Paris93, sont également ouvertes au public dans les grandes villes. Henri Joubrel, magistrat et commissaire des Éclaireurs de France, organise ainsi de 1945 à 1959, dans le cadre de ce mouvement scout, une série de conférences d’information sur « l’enfance déficiente, délinquante et en danger moral » :

  • 94 Programme des conférences du Méridien pour l’année 1950, CAMT : Dupied/Joubrel/AIEJI, 3 C – 200206 (...)

« Ces conférences se présentent comme un plan de rencontre pour toutes les personnes désireuses d’être renseignées, d’échanger leurs idées sur ce grave problème d’actualité. En raison de la qualité des conférenciers, les spécialistes (médecins, administrateurs, psychologues, magistrats, assesseurs, éducateurs, délégués à la liberté surveillée, enquêteuses spécialisées), autant que les étudiants, les instituteurs, les assistantes sociales, les cheftaines et les chefs scouts, et toutes les personnes intéressées par ces questions peuvent tirer un profit à les entendre94. »

  • 95 Hélène Michaud, « Les conférences du Méridien. 1945-1959 », La Lettre du CNAHES, no 16, mars 2004, (...)
  • 96 Programme des conférences du Méridien pour l’année 1951, CAMT : Dupied/Joubrel/AIEJI, 3 C – 200206 (...)
  • 97 Mathias Gardet précise ainsi que l’ouvrage d’Henri Joubrel, Ker Goat ou le salut des enfants perdu (...)
  • 98 « Informations », Rééducation, 2e année, mars-avril 1948, no 5, p. 41.

50Chaque année et ce, tous les mercredis du premier trimestre, des conférenciers – médecins, psychologues, magistrats, directeurs d’établissements, représentants de l’Éducation surveillée, etc. – viennent parler de thématiques en lien avec la question de l’enfance95. Le programme prévoit aussi bien une intervention en 1950 d’Emmanuel Mounier de la revue Esprit, sur Le viol de l’individu dans l’éducation, la psychothérapie et la répression que de Pierre Cannat, des Services pénitentiaires, en 1951, intitulée De la rééducation des jeunes à la rééducation des adultes96. Henri Joubrel est également l’auteur de comptes rendus de voyages d’études et de visites des établissements aussi bien en France qu’à l’étranger publiés notamment dans la revue Rééducation. Connu pour son attachement à la Bretagne et à ses institutions spécialisées97, son tour de France passe entre autres en Seine-Inférieure en 1948 où cette étape est encore une fois l’occasion pour ce célèbre spécialiste de l’enfance de donner une conférence. L’association du Centre de rééducation, Le Logis Saint-François, ayant organisé le 20 février 1948 une « séance de propagande » à Rouen dans la salle du Conseil municipal, il prononce, aux côtés du Docteur Pierre Bianquis, Inspecteur divisionnaire de la Santé, de M. Chastellain, député-maire de Rouen, et de René Stackler, président de l’Association de Thiétreville, une allocution intitulée « Au service de l’enfance inadaptée98 ». D’autre part, Henri Joubrel est à l’origine de la création de l’ANEJI en 1947, dont il sera le délégué général jusqu’en 1961 et de l’AIEJI en 1951, témoignant ainsi de sa volonté d’échanger sur ce sujet non seulement au niveau national mais aussi au niveau international.

Les rencontres internationales

51Des voyages d’études sont organisés à l’étranger pour observer les pratiques et les structures mises en place dans les pays visités. Les revues spécialisées montrent en effet très tôt un souci de connaître les expériences des pays étrangers dans le domaine de l’éducation spécialisée, notamment les pays européens avec la Belgique en tête et les États-Unis qui reste le modèle en matière de législation et de protection des mineurs. Ces articles décrivent les politiques et les pratiques appliquées par les autres pays de manière relativement détaillée dans un souci d’opérer des comparaisons, de confronter les différents modèles de protection de l’enfance et d’observer quels liens ces modèles entretiennent entre eux. Ainsi, un souci de coopération se dessine progressivement et se met en place de diverses manières, à l’initiative entre autres de la France, jusqu’à s’institutionnaliser.

  • 99 Revue de l’Éducation surveillée, 2e année, janvier-février 1947, no 6, 96 p.

52Cette démarche commence par une chronique régulière dans les revues spécialisées, intitulée dans Sauvegarde de l’Enfance, « chronique étrangère » ou « Regard sur le monde » dans la Revue de l’Éducation surveillée, où l’expérience d’un pays dans un domaine précis est traitée soit par une personnalité française, soit par une personnalité du pays concerné. Un exemple d’établissement ou la législation d’un pays sont alors présentés de manière précise mais généralement sans réel souci de comparaison avec le modèle français. Rapidement des numéros spéciaux sont consacrés à un pays particulier. À titre d’exemple, le numéro de janvier-février 1947 de la Revue de l’Éducation surveillée est entièrement consacré à la protection de l’enfance traduite en justice en Belgique99. Les articles sont écrits par divers spécialistes de ce pays – juge des enfants, directeur de l’Office de la protection de l’enfance, etc. – et présentent les différents aspects de cette protection : la loi de 1912 sur la protection de l’enfance en Belgique, les tribunaux pour enfants, entre autres. Les notes liminaires de ce numéro montrent bien dans quel esprit ces voyages d’études sont menés :

  • 100 « Notes liminaires », Revue de l’Éducation surveillée, 2e année, janvier-février 1947, no 6, p. 3.

« Il ne s’agit pas de chercher des leçons, encore moins des modèles à copier ; chaque pays a son génie individuel, chaque nation doit forger elle-même ses institutions par la mise en œuvre de sa force créatrice propre. Ce qui ne signifie pas qu’il faut fermer les yeux au spectacle du monde. La protection de l’enfance pose de difficiles problèmes à tous les pays et la guerre a rendu dans ce domaine, comme dans bien d’autres, les efforts à la fois plus nécessaires et plus difficiles. Le contact international nous montre que nos grandes difficultés : manque de moyens financiers et rareté de personnel qualifié se retrouvent partout et cela doit nous libérer d’un certain complexe d’infériorité. Il nous enseigne encore que la loi ne constitue qu’un élément parmi d’autres et que c’est uniquement par la manière de la mettre en œuvre, par l’effort des hommes qui l’appliquent, qu’elle prend son efficacité. Stérilité des réformes purement législatives100 ! »

  • 101 Georges Heuyer, op. cit., p. 7.

53Le choix de la Belgique pour un premier numéro consacré uniquement à un pays n’est toutefois pas anodin puisque, comme le souligne l’article, ces deux pays, la France et la Belgique, sont très proches dans leur évolution législative concernant les mineurs délinquants. La loi belge du 15 mai 1912 et la loi française du 22 juillet 1912 ont établi un nouveau régime juridique des mineurs et consistent à substituer la rééducation à la répression101. De plus, le voisin belge, faisant figure de modèle, est beaucoup plus en avance dans ses applications puisque les juges pour enfants et les structures spécialisées y ont été très tôt mis en place.

  • 102 Henri Joubrel, « Voyage d’études aux Pays-Bas », Rééducation, 3e année, novembre 1949, no 18, p. 2 (...)

54L’organisation de voyages d’études est une étape importante dans la coopération entre les pays. La visite aux Pays-Bas de spécialistes français du monde éducatif est un des premiers voyages organisés après la Seconde Guerre mondiale par des associations destinées aux professionnels de la protection de l’enfance et en particulier, l’ANEJI. Dans le numéro de novembre 1949 de la revue Rééducation, un article est consacré au voyage d’études aux Pays-Bas dont le compte rendu est rédigé par Henri Joubrel102. Cette visite est organisée à l’initiative de l’ANEJI du 18 au 30 septembre 1949. La délégation est composée de vingt-trois directeurs et directrices de centres spécialisés, d’éducateurs et d’éducatrices, de deux instituteurs, de quatre assistantes sociales, d’un aumônier d’établissement de sauvegarde, d’un médecin et d’un juge. Le voyage est l’occasion pour ces spécialistes de la protection de l’enfance de visiter les structures les plus significatives des Pays-Bas et de rencontrer les personnalités locales. Les conclusions d’Henri Joubrel mettent l’accent sur les expériences diverses qui sont mises en place dans ce pays et les différences de fonctionnement avec la France. Il souligne la coopération efficiente entre le public et le privé autant que la qualité des maisons familiales qui font que l’enfant ne se sent pas « pupille ». Les visiteurs français semblent surtout avoir été très étonnés par la présence majoritaire des femmes parmi les éducateurs hollandais, à l’inverse de la France. Henri Joubrel estime ainsi que les établissements français pourraient tirer certains avantages en recrutant plus de femmes, en l’occurrence, plus de douceur. Les limites du système hollandais sont également évoquées et notamment le manque de centres d’observation qui entraîne un « triage » des jeunes très médiocre. L’article conclut sur le désir des Pays-Bas d’améliorer leurs méthodes dans la protection de la jeunesse avec en particulier l’aide de la France.

  • 103 Henri Joubrel, « Le voyage en France de 35 spécialistes hollandais de la protection de l’enfance » (...)

55En échange, trente-cinq spécialistes hollandais viennent en France du 8 au 20 mai 1950. Dans le numéro de juin-juillet 1950 de la revue Rééducation, le compte rendu est encore rédigé par Henri Joubrel103. La délégation comprend des hauts fonctionnaires, des directeurs et des directrices, des éducateurs et des éducatrices d’établissements de sauvegarde, un psychiatre, des personnalités d’associations protestantes, catholiques et « neutres » des Pays-Bas. Ils sont reçus par différentes institutions publiques et privées d’observation et de rééducation. L’accent est mis d’ailleurs sur les centres d’observation qui font la fierté d’Henri Joubrel. L’effort de la France dans le domaine de la protection de l’enfance depuis 1945 est salué par la délégation hollandaise. Ce voyage est l’occasion d’émettre le souhait de développer le contact international entre tous les spécialistes de la sauvegarde de l’enfance.

  • 104 Henri Joubrel, « La rencontre internationale de Spire », Rééducation, 3e année, mai-juin 1949, no (...)
  • 105 AIEJI : Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés.

56Un autre mode de coopération tend à se multiplier et permet d’élargir le regroupement des efforts. Il s’agit des conférences internationales dont les principales conclusions sont également présentées dans les revues spécialisées. Ainsi, le compte rendu de la conférence internationale qui s’est tenue en 1948 à Spire en Allemagne, sur Les problèmes de l’enfance socialement inadaptée, est publié dans le numéro de mai-juin 1949 de la revue Rééducation104. Cette conférence, organisée par la France, est déterminante car elle pose les bases de l’AIEJI105 qui naît officiellement le 19 mars 1951 lors de la conférence de Freiburg et dont le but est de donner la possibilité aux spécialistes de la protection de l’enfance de se regrouper sur le plan international. Elle rassemble les associations nationales de Belgique, de France, des Pays-Bas, de RFA auxquelles s’ajoutent celles du Maroc, du Canada et de Grande-Bretagne.

  • 106 Entretien avec Bernard et Thérèse Emo, le 15 septembre 2004.
  • 107 Entretien avec Christian Guéroult, le 2 décembre 2004.
  • 108 Entretien avec Jacques Leclair, le 30 mars 2004.
  • 109 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.

57Malgré l’intérêt évident de ces rencontres et de ces visites, les professionnels de la Seine-Maritime semblent peu touchés par ce mouvement pourtant, à première vue, foisonnant et riche en échanges. Certes, Bernard Emo, à l’origine notamment de la prévention spécialisée à Rouen, a donné des conférences sur son expérience à travers la France mais lorsque nous lui avons demandé s’il avait fait des voyages d’études à l’étranger, sa réponse a été sans équivoque : « Non. Je n’ai jamais fait tout ça. Moi, je suis resté à la Croix-de-Pierre ! » Et poursuivant, il insiste sur le fait qu’il n’a pas appris dans les livres mais par l’expérience : « Eux sont venus me voir, mais moi pas. Ma méthode, c’est l’observation sur le tas, il n’y a pas de méthode106. » Christian Guéroult, éducateur puis directeur du Foyer du Val d’Aubette, et Jacques Leclair confirment leur absence lors de ces rencontres. Hormis les stages pratiques en France et les voyages d’études à l’étranger107, organisés à la fin de leur formation d’éducateur, ils n’ont pas participé à ces actions, même au niveau national. Jacques Leclair, qui est ainsi allé au Danemark une semaine pour visiter différents établissements, regrette d’ailleurs de n’avoir pas pu participer davantage à ces échanges qui lui auraient permis de s’inspirer de « méthodes encore plus innovantes108 ». Mais comme le souligne Raymond Kervarrec, éducateur puis directeur du foyer de semi-liberté Les Terrasses, même s’il a participé à des congrès avec des universitaires et des psychanalystes, il n’avait pas le temps d’aller à l’étranger : « Non, en France, j’ai participé à un certain nombre de congrès, mais c’est tout. Sinon, aller à l’étranger, on ne pouvait pas, le travail était tel que ce n’était pas possible. Moi, je travaillais au moins soixante, soixante-dix heures par semaine, avec logement de fonction, donc pouvant être dérangé de jour comme de nuit, c’était comme ça109. »

58Si le manque de temps contraint donc beaucoup de professionnels à ne pas participer à ces travaux de réflexion, cela ne les empêche pas de se tenir au courant via les revues spécialisées. Même si le département est par conséquent peu représenté dans ces échanges, ces personnes vont se placer à la tête d’un réseau dynamique, voire innovant d’établissements privés œuvrant pour la jeunesse en difficulté en Seine-Inférieure, département où, après-guerre tout est à (re) construire.

Notes

1 Anne-Marie Sohn, « Les “jeunes”, La “jeunesse” et les sciences sociales (1950-1970) », in Jean-Michel Chapoulie, Olivier Kourchid, Jean-Louis Robert, Anne-Marie Sohn, Sociologues et sociologies. La France des années 60, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 124.

2 Gilles Ragache, Les enfants de la guerre. Vivre, survivre, lire et jouer en France 1939-1949, Paris, Perrin, 1997, p. 274.

3 Sur ce sujet voir également, Christophe Pécout, Les chantiers de la jeunesse et la revitalisation physique et morale de la jeunesse française (1940-1944), Paris, L’Harmattan, 2007, 268 p.

4 Gilles Ragache, op. cit., p. 273.

5 Nicole de Maupéou-Leplatre, « Pour une sociologie des jeunes dans la société industrielle », Annales, 1961, vol. 16, no 1, p. 87.

6 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.

7 Rapport de l’office départemental des Mutilés, Combattants, Victimes de la guerre et Pupilles de la Nation, cité dans la 2e session ordinaire du conseil général de Seine-Inférieure de 1947, ADSM : 6 AI 90, Conseil général, et dans Jessica Brument, La politique de l’enfance en Seine-Inférieure de 1940 à 1950, mémoire de maîtrise sous la direction de Yannick Marec, université de Rouen, 2004, p. 81.

8 Entretien avec Raymond Kervarrec, op. cit.

9 Dossiers personnels des pensionnaires du Foyer Les Terrasses (Archives privées).

10 Sur ce sujet, voir notamment : Fabrice Virgili, Naître ennemi : Les enfants de couples franco-allemands nés pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Payot, 2009, p. 376.

11 Dossier personnel du pensionnaire, Foyer Les Terrasses, LT (Archives privées).

12 Dossier personnel du pensionnaire, Foyer fraternel de Beuzevillette, DASEC (Archives privées).

13 Jean Graven, « La tâche et les efforts de l’Organisation des Nations Unies dans le domaine de la délinquance juvénile », Rééducation, 4e année, novembre 1950, no 26, p. 3.

14 Rééducation, 3e année, décembre 1949, no 19, p. 12.

15 Maison d’arrêt de Rouen, rapport de Mlle Heurtier, 28 février 1945, CNFE-PJJ. Marinette Heurtier a d’ailleurs joué un rôle important dans la prise en charge de l’enfance délinquante et abandonnée dans la Loire. Cf. Bruno Carlier, Sauvageons des villes, sauvageons aux champs : Les prises en charge des enfants délinquants et abandonnés dans la Loire (1850-1950), Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2006, 460 p.

16 Thérèse Brosse, L’enfant victime de la guerre : une étude de la situation européenne, Paris, Unesco, 1950, 147 p.

17 Ibid., p. 85.

18 Louis Le Guillant, « Les éducateurs de demain », Vers l’Éducation nouvelle, no 12, mai 1947.

19 Vincent Peyre, « Brèves considérations sur les chiffres de la délinquance juvénile », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, no 3, 2000, http://rhei.revues.org/index72.html.

20 Olivier Galland, Les jeunes, Paris, La Découverte, 2002, p. 115.

21 Laurent Mucchielli, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte, 2001, 160 p.

22 Roger Benjamin, Délinquance juvénile et société anomique. L’évolution de la criminalité des mineurs en France de 1954 à 1964 : données principales et essai d’explication, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1971, p. 13-14.

23 Henri Michard, La délinquance des jeunes en France, Paris, La Documentation française, 1978, p. 18.

24 Roger Benjamin, op. cit., p. 21.

25 Henri Michard, op. cit., p. 20-21.

26 Sarah Fishman, La bataille de l’enfance. Délinquance juvénile et justice des mineurs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Rennes, PUR, 2008, p. 14. et p. 172-175.

27 Roger Benjamin, op. cit., p. 15-16.

28 Robert Colin, « L’Éducation surveillée et le reclassement des mineurs délinquants », in Population, 1954, no 4, p. 636.

29 Inspection du service de la liberté surveillée à Rouen, rapport de L. Prétot, 18 janvier 1966, p. 5, CNFE-PJJ.

30 Pierre Ceccaldi, « Les nouvelles formes de la délinquance juvénile en France », IIe congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et le traitement des délinquants, Londres, 8-20 août 1960, New-York, Nations Unies, 1960, 52 p.

31 Andrée Algan et alii, Vols et voleurs de véhicules à moteur : un aspect particulier de la délinquance juvénile, Paris, Cujas, 1965, 276 p.

32 Henri Michard, op. cit., p. 55.

33 Ibid., p. 55-56.

34 Évolution de la délinquance juvénile (période d’après-guerre), extrait du rapport annuel de la direction de l’Éducation surveillée, 1959, Ministère de la Justice, p. 16.

35 Henri Michard, op. cit., p. 54.

36 Sur ce sujet, voir également Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, p. 137.

37 William Clement Kvaraceus, La délinquance juvénile, problème du monde moderne, Paris, Unesco, 1964, 91 p.

38 Jacques Bourquin, « Éducation surveillée, protection judiciaire de l’enfance. Approche historique », Le Groupe familial, no 116, juillet-septembre 1987, p. 11.

39 Sur la loi du 27 juillet 1942 et l’ordonnance du 2 février 1945, voir notamment Sarah Fishman, op. cit., p. 249 et Christian Rossignol, « La législation “relative à l’enfance délinquante” : De la loi du 27 juillet 1942 à l’ordonnance du 2 février 1945, les étapes d’une dérive technocratique. Approche sémiologique et comparative des textes », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, no 3, 2000, http://rhei.revues.org/index70.html.

40 Sarah Fishman, op. cit., p. 245.

41 Gilles Ragache, Les enfants de la guerre. Vivre, survivre, lire et jouer en France 1939-1949, Paris, Perrin, 1997, p. 274.

42 Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de la Justice, 1947, p. 12.

43 Ordonnance du 2 février 1945, article 1er.

44 Ibid., article 2.

45 Ibid., article 3.

46 Robert Colin, op. cit., p. 643.

47 L’Espoir sur Ordonnance, film réalisé par Pierre de Fonséca dans le cadre du cinquantième anniversaire de la promulgation de l’ordonnance du 2 février 1945 à l’initiative de Justice Enfance Famille et de l’Institut du développement social, 1995.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Ludivine Bantigny note également que des personnes comme Jean Chazal, Jean Pinatel, Georges Heuyer ou Jacques Selosse se retrouvent dans ce mouvement. Ludivine Bantigny, op. cit., p. 148.

51 Charles Germain, « Centre d’études de défense sociale de l’Institut de droit comparé de l’université de Paris, L’individualisation des mesures prises à l’égard du délinquant », Revue internationale de droit comparé, 1955, vol. 7, no 3, p. 644-653.

52 L’Espoir sur Ordonnance, op. cit.

53 Ibid.

54 La question de l’enfance en Normandie et plus particulièrement en Seine-Inférieure, rapport de Mlle Heurtier, 9 décembre 1946, p. 5, CNFE-PJJ.

55 Hélène Campinchi, « L’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante », Revue de l’Éducation surveillée, 1re année, mars-avril 1946, no 1, p. 10-15.

56 Sarah Fishman, op. cit., p. 259.

57 Jean-Jacques Yvorel, « La justice et les violences parentales à la veille de la loi de 1898 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 2, 1999, http://rhei.revues.org/index30.html ; Jacques Bourquin, « René Bérenger et la loi de 1898 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 2, 1999, http://rhei.revues.org/index31.html ; Éric Pierre, « La loi du 19 avril 1898 et les institutions », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 2, 1999, http://rhei.revues.org/index45.html ; Denis Darya Vassigh, « L’action juridique en faveur des enfants maltraités dans la deuxième moitié du XIXe siècle », Trames, no 4-5, 1998, p. 169-179.

58 Henri Michard, op. cit., p. 73.

59 Direction de l’Éducation surveillée, op. cit., p. 49.

60 La loi du 4 juin 1970 fait disparaître la notion de puissance paternelle au profit de l’autorité parentale, qui recouvre une mission de protection de l’enfant. Elle confère au père et à la mère une part égale dans cette autorité.

61 Henri Michard, op. cit., p. 73.

62 La loi belge du 8 avril 1965 relative à la protection de la jeunesse s’inspire pour beaucoup de l’ordonnance du 23 décembre 1958.

63 Visite au tribunal pour enfants et adolescents de Rouen : étude de l’application de l’ordonnance no 58-1301 du 23 décembre 1958 relative à la protection de l’enfance et de l’adolescence en danger, rapport de Martial Dazat, 17 mai 1960, 7 p., CNFE-PJJ.

64 Il était auparavant procureur de la République au tribunal d’Yvetot qui a été supprimé.

65 Visite au tribunal pour enfants et adolescents de Rouen, op. cit.

66 Henri Michard, op. cit., p. 75.

67 Décret du 18 février 1975, fixant les modalités de mise en oeuvre d’une action de protection judiciaire en faveur de jeunes majeurs, article 1er.

68 « Tribune Libre : Quelques réflexions de ceux qui sont sur le tas », Revue de l’Éducation surveillée, 1re année, juillet-août 1946, no 3, p. 92.

69 Anne-Marie Sohn, op. cit., p. 123.

70 Dominique Borne, Histoire de la société française depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2005, p. 27.

71 Ludivine Bantigny, op. cit., 2007, p. 27.

72 Dominique Borne, op. cit., p. 28.

73 Jean-François Sirinelli, Les baby-boomers : une génération, 1945-1969, Paris, Hachette Littératures, 2007, p. 32.

74 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois : Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Fayard, 2003, p. 10.

75 Olivier Galland, Les jeunes, Paris, La Découverte, 2002, p. 31-32.

76 Dominique Borne, op. cit., p. 27.

77 Jean-François Sirinelli, op. cit., p. 37.

78 Anne-Marie Sohn, « Les “jeunes”, La “jeunesse” et les sciences sociales (1950-1970) », op. cit., p. 126.

79 Ludivine Bantigny, op. cit., p. 45-47.

80 Anne-Marie Sohn, op. cit., p. 126.

81 Yvon Hecht, série d’articles sur le film Les Tricheurs, Paris-Normandie, [1959], BMR : Dossiers A-Z [coupures de presse], « Jeunesse ».

82 Ibid.

83 William Clement Kvaraceus, op. cit., p. 9.

84 Lettre du 26 mars 1956 de Guy Berland au directeur du Centre de formation et d’études de Vaucresson, CAMT : Centre de Vaucresson, 17 C – 2002078, carton 16, Sous-fonds BRISSET (1902-1990).

85 « Une expérience de formation professionnelle dans un centre de rééducation », Sauvegarde de l’Enfance, 12e année, juin-juillet-août 1957, no 6, p. 779-784.

86 À noter également la parution à partir de 1966 du Bulletin régional de l’ANEJI de Haute-Normandie qui s’apparente davantage à un rapport d’activité de l’association qu’à une véritable revue de réflexion sur « l’enfance inadaptée ».

87 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois…, op. cit., p. 10.

88 Ibid., p. 9.

89 Anne-Marie Sohn, « Les “jeunes”, La “jeunesse” et les sciences sociales (1950-1970) », op. cit., p. 128.

90 Georges Heuyer précise ainsi dans un de ses ouvrages que : « Déjà, en 1914, dans l’introduction à notre thèse : Enfants anormaux et délinquants juvéniles, j’écrivais qu’“un des problèmes sociaux les plus importants de notre époque est celui que pose l’augmentation du nombre de délinquants juvéniles et la gravité croissante de leurs délits. Législateurs, magistrats, médecins s’en préoccupent, dressent des statistiques, proposent des remèdes”. » Cf. Georges Heuyer, La délinquance juvénile. Étude psychiatrique, Paris, PUF, 1969, p. 5.

91 Rééducation, 4e année, novembre 1950, no 26, p. 43.

92 Rééducation, 6e année, mars 1952, no 38, p. 34.

93 Henri Joubrel/conférences du Méridien, 1950-1959, CAMT : Dupied/Joubrel/AIEJI, 3 C – 2002062, 3 C 1 – 3 C 10.

94 Programme des conférences du Méridien pour l’année 1950, CAMT : Dupied/Joubrel/AIEJI, 3 C – 2002062, 3 C 1.

95 Hélène Michaud, « Les conférences du Méridien. 1945-1959 », La Lettre du CNAHES, no 16, mars 2004, p. 2.

96 Programme des conférences du Méridien pour l’année 1951, CAMT : Dupied/Joubrel/AIEJI, 3 C – 2002062, 3 C 2.

97 Mathias Gardet précise ainsi que l’ouvrage d’Henri Joubrel, Ker Goat ou le salut des enfants perdus, paru en 1947 « a été, en son temps, presque un best-seller et a été à l’origine de nombreuses vocations d’éducateurs. » Mathias Gardet, « Ker Goat/Belle-Ile : deux centres mythiques », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, no 4, 2002, http://rhei.revues/org/index58.html.

98 « Informations », Rééducation, 2e année, mars-avril 1948, no 5, p. 41.

99 Revue de l’Éducation surveillée, 2e année, janvier-février 1947, no 6, 96 p.

100 « Notes liminaires », Revue de l’Éducation surveillée, 2e année, janvier-février 1947, no 6, p. 3.

101 Georges Heuyer, op. cit., p. 7.

102 Henri Joubrel, « Voyage d’études aux Pays-Bas », Rééducation, 3e année, novembre 1949, no 18, p. 26-35.

103 Henri Joubrel, « Le voyage en France de 35 spécialistes hollandais de la protection de l’enfance », Rééducation, 4e année, juin-juillet 1950, no 24, p. 101-107.

104 Henri Joubrel, « La rencontre internationale de Spire », Rééducation, 3e année, mai-juin 1949, no 15, p. 28-30.

105 AIEJI : Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés.

106 Entretien avec Bernard et Thérèse Emo, le 15 septembre 2004.

107 Entretien avec Christian Guéroult, le 2 décembre 2004.

108 Entretien avec Jacques Leclair, le 30 mars 2004.

109 Entretien avec Raymond Kervarrec, le 3 octobre 2005.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106509/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Nature des infractions des mineurs jugés en 1951, 1961 et 1971.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106509/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Évolution du nombre de mineurs délinquants jugés (1939-1980).Sources : Direction de l’Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des Sceaux, Paris, Ministère de la Justice, 1947-1971 ; Direction de l’Éducation surveillée, Statistiques, Paris, Ministère de la Justice, 1977-1981 ; Ministère de la Justice, Compte général de la justice en France, Paris, Imprimerie nationale, 1958-1960 ; Ministère de la Justice, Compte général de l’administration de la justice criminelle et de la justice civile et commerciale, Paris, La Documentation française, 1961-1972 ; Ministère de la Justice, Compte général du ministère de la Justice, Paris, La Documentation française, 1973-1976.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106509/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Activité du tribunal pour enfants de Rouen (nombre de mineurs) : délinquance (1958-1965).Source : Inspection du service de la liberté surveillée à Rouen, rapport de L. Prétot, 18 janvier 1966, p. 5, CNFE-PJJ.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106509/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106509/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540