Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Première partie. Se donner les moyens de « sauver » la jeunesse en péril

Introduction

Texte intégral

1À la Libération, les experts signalent une augmentation inquiétante de la délinquance juvénile qui a pris son envol dès le milieu de la guerre. La France n’est pas le seul pays touché par ce « phénomène social » :

  • 1 Sarah Fishman, La bataille de l’enfance. Délinquance juvénile et justice des mineurs en France pen (...)

« La plupart des pays européens impliqués dans la Deuxième Guerre mondiale ont connu un phénomène social identique : une augmentation forte et rapide de la délinquance juvénile. En 1947, un rapport du Comité International de la Police Criminelle citait en exemple l’Allemagne, la Tchécoslovaquie, le Danemark, la Grande-Bretagne et la France1. »

  • 2 Pierre Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991, p. 41.

2Les séquelles de la guerre et de l’occupation sont généralement évoquées par les observateurs pour expliquer cet accroissement rapide de la délinquance juvénile, mettant en cause les traumatismes – l’exode, l’éclatement des familles, le décès de parents, les bombardements – mais aussi le relâchement moral2 – le vagabondage des enfants, les problèmes de ravitaillement incitant au marché noir et aux vols, etc. Toutefois, Michel Chauvière nuance cette idée d’une augmentation très forte du nombre de délinquants à la Libération :

  • 3 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy suivi de : l’efficace des années quarant (...)

« S’agissant des vols et des tentatives de vol, elle signifie aussi que la “débrouillardise” n’est plus tolérable en 1944. Le vagabondage est d’autant plus visible que tout devrait rentrer dans l’ordre avec le retour des hommes prisonniers ou victimes du STO […]. La résistance est finie, il faut rendre les “armes” et cesser les violences3. »

3Pour le gouvernement comme pour l’opinion publique, ce type de comportement toléré, voire encouragé pendant la guerre, n’est plus acceptable à la Libération. Il devient donc urgent de résoudre ce problème en prenant en charge dans des établissements spécialisés ces jeunes « inadaptés » afin de les rééduquer et de les réinsérer dans la société. Les mesures législatives prises dans ce domaine témoignent de cet intérêt majeur et d’une évolution qui s’est opérée progressivement dans le mode de traitement des mineurs délinquants privilégiant l’éducation sur la répression, comme le soulignent l’ordonnance du 2 février 1945 et les directives de la direction de l’Éducation surveillée qui a pris son indépendance vis-à-vis de l’Administration pénitentiaire. Face à ce problème, les experts de l’enfance se mobilisent et se rencontrent pour mieux comprendre et traiter le « malaise de la jeunesse » qui tend à se prolonger, voire à s’accentuer comme le laissent entendre les médias.

  • 4 PV de la réunion de l’AG du 16 juin 1980, CREAIHN, 28 juin 1980, p. 8-9, dact., DASEC (Archives pr (...)

4Dans la même perspective, les acteurs de la protection sociale et de la justice s’organisent rapidement pour répondre à ces besoins. Cette nouvelle législation permet en effet la mise en place d’un réseau d’établissements spécialisés publics, mais surtout privés. Désormais ces structures privées, habilitées et contrôlées par la direction de l’Éducation surveillée, reçoivent pour fonctionner des fonds publics sous forme de prix de journée. Parallèlement, force est de constater que les philanthropes fortunés et les groupements de charité deviennent rares et ne parviennent plus à financer les institutions d’enfants et d’adolescents. En revanche, les « groupements de droit privé participent de plus en plus à la mise en place d’un service public, c’est-à-dire à la disposition du public – familles et enfants4 ». Une nouvelle voie s’ouvre pour le secteur privé, mais celui-ci doit tenir compte du nouveau dispositif dans lequel il se trouve et, en particulier, des recommandations dictées par la direction de l’Éducation surveillée.

5Dans un contexte favorable qui renouvelle un intérêt pour la jeunesse bien qu’elle suscite l’inquiétude, il est indispensable de rappeler dans un premier temps comment s’exprime le renouveau de la législation des mineurs et observer comment sont élaborées et appliquées les réformes au niveau local. Ce souci de la protection de l’enfance invite les spécialistes à s’emparer de la question notamment lors de rencontres internationales.

6Le constat de l’insuffisance des moyens et de l’encadrement souligne dans un second temps le rôle prépondérant du secteur associatif, dont le dynamisme tente de répondre aux énormes besoins de la Seine-Inférieure. Il s’agit également de présenter les acteurs principaux du secteur privé autant que la place de ces associations dans le réseau national.

7La description des premiers établissements habilités par l’Éducation surveillée en Seine-Maritime, ces structures « pionnières » qui devancent avantageusement le secteur public, permet enfin de prendre conscience de la diversité des missions qui leur sont confiées et qui sont assumées par les centres d’observations, les internats de rééducation, les homes de semi-liberté ou encore les institutions pour jeunes filles.

Notes

1 Sarah Fishman, La bataille de l’enfance. Délinquance juvénile et justice des mineurs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Rennes, PUR, 2008, p. 13.

2 Pierre Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991, p. 41.

3 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy suivi de : l’efficace des années quarante, Paris, Éditions ouvrières, 1987, p. 162.

4 PV de la réunion de l’AG du 16 juin 1980, CREAIHN, 28 juin 1980, p. 8-9, dact., DASEC (Archives privées).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540