Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 Préface de Paul Lutz, in Henri Gaillac, Les maisons de corrections, 1830-1945, Paris, Cujas, 1970, (...)

« L’histoire de la rééducation revêt le caractère dramatique des récits à péripéties. C’est la lutte de l’homme contre un océan. Rien n’est jamais acquis. Toujours les mêmes fautes apparaissent, les mêmes échecs, mais aussi d’éternels recommencements. »
Paul Lutz1

  • 2 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la (...)

1« Dans un département qui compte deux grandes agglomérations urbaines (Rouen et Le Havre) et des ports, qui a gravement souffert de la guerre et de ses conséquences, et où sévit trop largement l’alcoolisme, le problème de l’enfance inadaptée prend une ampleur particulière. Des solutions à sa mesure s’imposent2. » Tel est le tableau dressé en 1949 par François Charles, directeur départemental de la Population, à propos de la situation en Seine-Inférieure, alors que des mesures décisives concernant la prise en charge de « l’enfance inadaptée » ont été votées dès 1945 au niveau national. Ainsi, l’ordonnance du 1er septembre 1945, créant la direction de l’Éducation surveillée au sein du ministère de la Justice, est une des applications majeures de l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante, s’inspirant de la loi du 27 juillet 1942, et marquant l’aboutissement d’un long cheminement dans ce domaine. L’Éducation surveillée, désormais totalement autonome de l’administration pénitentiaire, est chargée de gérer les institutions publiques et de contrôler les établissements privés, spécialisés dans la rééducation des mineurs dits inadaptés, délinquants et en danger. L’après-guerre correspond en effet à un vaste mouvement national de créations d’établissements recevant non seulement des jeunes délinquants mais également des mineurs en danger. Ce succès du renouveau de la législation et du mode de traitement des mineurs est favorisé par un contexte particulier mis en avant dans l’exposé des motifs de l’ordonnance du 2 février 1945 :

  • 3 Préambule de l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante.

« Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l’enfance et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l’enfance traduite en justice. La France n’est pas assez riche d’enfants pour qu’elle ait le droit de négliger tout ce qui peut en faire des êtres sains3. »

  • 4 Marc Ancel, La défense sociale nouvelle, Paris, Cujas, 1954, 183 p.
  • 5 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuse (...)
  • 6 Gilbert Berlioz intitule ainsi le premier chapitre de son ouvrage : « La jeunesse : du phénomène s (...)

2L’augmentation de la délinquance juvénile et le vieillissement démographique de la France font donc qu’il devient urgent de traiter le problème de « l’enfance inadaptée » et délinquante en particulier. Mais le temps n’est plus à la répression. Cette réforme de la justice des mineurs est largement influencée par le mouvement de défense sociale nouvelle qui s’affirme au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et dont le rayonnement en France et à l’étranger a contribué à généraliser l’idée que le but des institutions pénales doit tendre vers la réadaptation sociale du délinquant en respectant la dignité de la personne4. Dans la continuité de la défense sociale de la fin du XIXe siècle, dont la justice des mineurs en Belgique s’est inspirée, ce mouvement affirme qu’il faut certes protéger le mineur des dangers l’environnant, mais qu’il est nécessaire également de défendre la société face aux jeunes délinquants et préserver l’ordre social. La question de l’enfance inadaptée se pose rapidement de manière plus aiguë après les classes creuses des années 1930 et du début des années 1940, la France assistant alors à une « éclosion des berceaux5 » qui n’est pas sans inquiéter. Dès les années d’après-guerre, ces jeunes s’imposent de fait comme une catégorie sociale à part entière, à laquelle les adultes ont bien du mal à consentir une place dans la société de consommation. Ils vont progressivement se muer en « problème social6 » se présentant pour une certaine partie d’entre eux comme les premières victimes des processus d’exclusion – et en premier lieu du chômage – qui se font plus durs dans les années 1970.

La Seine-Inférieure : un département en retard dans la prise en charge de la jeunesse inadaptée ?

  • 7 Rapport du directeur départemental de la Population, op. cit., p. 177-178, ADSM : 6 AI 94, Conseil (...)
  • 8 À titre d’exemple, le « système rouennais » de bienfaisance communale porté par la bourgeoisie rép (...)
  • 9 Tania Césarin, Le patronage et la protection des mineurs de justice à Rouen de 1835 à 1937, mémoir (...)
  • 10 Seules les institutions du Bon Pasteur de Rouen et du Havre se chargent de ces jeunes filles avant (...)
  • 11 ARSEA : Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence.
  • 12 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy suivi de : l’efficace des années quarant (...)

3La mise en place de cette nouvelle politique semble difficilement applicable en Seine-Inférieure où tout est à reconstruire après-guerre. Les structures adaptées manquent, bien que les besoins dans ce domaine soient très importants. Ainsi, dans ce département, François Charles dénombre seulement deux établissements pour jeunes filles : les institutions du Bon Pasteur de Rouen et de Sanvic-Le Havre. Il mentionne également deux établissements pour garçons : le Logis Saint-François, internat de rééducation pour les sept à quatorze ans ouvert depuis 1947, et le centre départemental d’Aumale, création ancienne réservée initialement aux pupilles de l’État et accueillant par défaut les autres types de mineurs en difficulté. L’ouverture du Foyer fraternel de Beuzevillette près du Havre et celle d’un établissement pour jeunes filles de moins de quatorze ans à Darnétal sont les deux seuls projets à l’étude à cette époque7. Pourtant, la Seine-Inférieure, notamment Rouen, a été très tôt le lieu d’innovations et d’expérimentations que ce soit dans le domaine de la protection sociale8 en général et de l’enfance en particulier. Or, dans la première moitié du XXe siècle, lorsque le très actif Comité de défense et de protection des mineurs traduits en justice de Rouen9, créé en 1898, doit placer des garçons de plus de treize ans, il est obligé de se tourner vers les œuvres parisiennes faute d’établissements adéquats. En effet, les institutions essentiellement gérées par des congrégations religieuses sont soit consacrées aux jeunes filles10, soit destinées aux moins de treize ans. Dès lors, peut-on dire à l’instar de Michel Chauvière que la Normandie, où est créée la dernière ARSEA11 à Rouen en 1947, est « une région sans tradition12 » dans le secteur de l’enfance inadaptée ?

La Seine-Inférieure : un département où tout est à (re) construire

  • 13 Danièle Voldman précise ainsi que la Seine-Inférieure est le département le plus touché, après le (...)
  • 14 Michel Pigenet, Bernard Garnier (dir.), Michaël Dandel, Grégory Duboc, Anthony Kitts, Éric Laperso (...)
  • 15 La question de l’enfance en Normandie et plus particulièrement en Seine-Inférieure, Rapport de Mll (...)
  • 16 Rapport du directeur départemental de la Population, op. cit., p. 177, ADSM : 6 AI 94, Conseil gén (...)
  • 17 Michel Quoist, La Ville et l’Homme. Rouen. Étude sociologique d’un secteur prolétarien, Paris, Édi (...)

4La Seine-Inférieure accuserait un retard important dans le domaine de l’enfance inadaptée, retard aggravé par la Seconde Guerre mondiale qui a fortement marqué de ses stigmates ce département occupé par les troupes allemandes dès juin 1940. Toutefois, la fin de la guerre ne signifie pas la fin des pénuries, d’autant que l’hiver 1943-1944 a été très rude, que les réquisitions allemandes se sont aggravées au printemps 1944 et que les récoltes très mauvaises ont été désorganisées par les opérations militaires. De plus, sur les 380 000 victimes civiles dénombrées en France, la Seine-Inférieure en compte 10 000. Les destructions très importantes, dont le département met longtemps à se relever, font que la reconstruction se poursuit jusque dans les années 196013. En effet, au Havre, dernière ville normande libérée le 12 septembre 1944, les bombardements alliés ont détruit 12 500 immeubles, fait 80 000 sinistrés et provoqué 5 126 morts. Marquée par le 19 avril 1944 et la Semaine rouge du 30 mai au 5 juin 1944, la ville de Rouen doit reconstruire quant à elle un quart des logements, comptabilise 40 000 sinistrés et dénombre plus de 2 000 victimes14. La vie quotidienne et l’organisation des services reprennent très lentement, dans des conditions précaires comme en témoignent les baraquements où logent les habitants pendant plusieurs années. S’ajoute à cela le passage des troupes allemandes puis américaines qui auraient favorisé, selon les observateurs, les vols et la prostitution15. De plus, comme le précise François Charles dans son rapport16, le département compte deux grandes agglomérations urbaines et des ports où la délinquance serait très importante. La taille même de ces deux villes, bien au-dessus de celles de moyenne importance que sont Yvetot, Lillebonne, Fécamp, Dieppe et Eu, explique qu’elles enregistrent les plus forts taux de délinquance du département17.

  • 18 Maison d’arrêt de Rouen, Rapport d’inspection de Mlle Heurtier, 28 février 1945, 3 p., CNFE-PJJ.
  • 19 Jean-Claude Vimont, La prison à l’ombre des hauts murs, Paris, Gallimard, 2004, p. 31.

5À la Libération, la Seine-Inférieure ne dispose donc d’aucune véritable structure pour accueillir les adolescents en danger et les jeunes délinquants qui, lorsqu’ils sont incarcérés à la prison Bonne-Nouvelle de Rouen, ne sont pas séparés des adultes. En effet, suite aux bombardements de la rive gauche, celle-ci ne comprend pas dans l’immédiat de quartier réservé aux mineurs18 alors que l’ancienne prison Bicêtre avait été l’une des premières de France à en disposer dès 182619. Si la situation semble donc préoccupante en Seine-Inférieure, les initiatives se multiplient rapidement et permettent à un véritable réseau d’établissements spécialisés de voir progressivement le jour pour venir en aide à l’enfance inadaptée. Ces structures appartiennent principalement au secteur privé, à l’image de la situation nationale où ce secteur est également largement majoritaire. Car, comme le souligne en 1946 Jean-Louis Costa, alors directeur de l’Éducation surveillée :

  • 20 Jean-Louis Costa, « Plan de réformes des services de l’Éducation surveillée et des institutions pr (...)

« La place considérable de ces institutions s’explique par la tradition. L’initiative privée a précédé l’État dans ce domaine et a été à l’origine de toutes les mesures prises en faveur de l’enfance malheureuse20. »

  • 21 Michèle Becquemin, Protection de l’enfance : l’action de l’association Olga Spitzer 1923-2003, Ram (...)
  • 22 Sur le sujet : Mathias Gardet, « La protection de l’enfance et de l’adolescence en Bretagne dans l (...)
  • 23 Henri Joubrel, Ker-Goat, le salut des enfants perdus, Paris, Éditions familiales de France, 1945, (...)

6Le secteur privé est ainsi généralement présenté comme très dynamique dans ce domaine. Il est notamment à l’origine de plusieurs institutions vouées à l’accueil et à la rééducation des jeunes en difficulté. Malgré la réforme de 1945 et la mise en place d’établissements publics, l’État se serait donc largement appuyé sur les associations plus enclines aux innovations et aux expérimentations, pour prendre en charge le problème de « l’enfance inadaptée ». Celles-ci ont même souvent constitué des groupes de pression puissants influençant la législation dans un sens moins répressif dès la fin du XIXe siècle et surtout, dès la première moitié du XXe siècle. L’exemple de l’Association Olga Spitzer étudiée par Michèle Becquemin est très parlant à ce sujet21. Créée en 1923, cette association est à l’origine du développement de l’action éducative en milieu ouvert et a influencé les décrets-lois de 1935 sur l’assistance éducative et la dépénalisation du vagabondage. De même, le dynamisme de la fédération bretonne, symbolisé notamment par le Centre de Ker-Goat créé dès 1940, n’est plus à démontrer suite aux travaux de Mathias Gardet22, même si ce dernier nuance « la légende dorée » de cet établissement dont un des « principaux promoteurs » n’est autre qu’Henri Joubrel23.

7La prépondérance du secteur privé dans l’éducation spécialisée s’explique également par l’implication de grandes « figures » qui ont permis à des associations de voir le jour et de mettre en place des établissements dont il est nécessaire de connaître le mode de fonctionnement, l’évolution des méthodes et l’organisation très réglementée de la vie quotidienne. En partant de la mise en place et du fonctionnement des institutions, il s’agit aussi de s’intéresser aux acteurs qui ont participé à cette histoire. Premièrement, les jeunes pris en charge, rassemblés au sein de ce que l’on nomme « l’enfance inadaptée », ne constituent pas un groupe homogène, qu’il convient de définir et d’observer sur le long terme. Qui sont ces adolescents que les spécialistes tentent ainsi de réadapter à la société ? Sont-ils majoritairement des délinquants ou des mineurs en danger et comment se présentent leurs inadaptations ? Il était donc incontournable de tenter d’élaborer leurs profils, en exploitant les dossiers individuels des pensionnaires et les registres émanant de quatre établissements pionniers de la Seine-Maritime pour lesquels nous avons eu accès à ces documents : le Foyer du Val d’Aubette, le Foyer Les Terrasses, le Foyer fraternel de Beuzevillette et le Foyer de Trigauville. Pour ce faire, les informations collectées pour la période 1949-1985, ont fait l’objet d’un traitement raisonné au sein d’une base de données présentant les fiches de 2 305 pensionnaires. Deuxièmement, ajoutons que cet élan en faveur de la rééducation des mineurs inadaptés n’aurait pu avoir lieu sans l’implication très forte de représentants des ministères concernés – Justice, Santé et Population – et de personnalités locales influentes intégrées au sein de multiples réseaux dont les fils sont à démêler. Troisièmement, le fonctionnement de ces établissements spécialisés invite à s’intéresser au personnel d’encadrement – directeur et éducateurs notamment – qui, à travers les progrès de sa formation, de son statut et son ouverture aux disciplines telles la psychologie ou la psychanalyse, essaie de se construire une identité propre et d’obtenir une reconnaissance officielle. Les conditions de travail des éducateurs des années 1980 ont en effet peu de points communs avec celles des pionniers, proches très souvent du bénévolat.

La Seine-Inférieure : un département peu présent dans la recherche sur l’histoire de l’éducation spécialisée

  • 24 Créé en 1994 par les premiers éducateurs ayant débuté leur carrière avant, pendant ou juste après (...)
  • 25 La Lettre du Conservatoire national des Archives et de l’Histoire de l’Éducation spécialisée.
  • 26 Créé en 1991 à l’initiative notamment de Jacques Bourquin, Vincent Peyre et Roger Vilbert-Vichet. (...)
  • 27 Intervention de Jean-Jacques Yvorel, « “Les acteurs institutionnels” : table ronde », Revue d’hist (...)
  • 28 Pierre Guillaume, Un siècle d’histoire de l’enfance inadaptée. L’OREAG 1889-1990, Paris, Expansion (...)
  • 29 Dominique Dessertine, La Société lyonnaise pour la Sauvegarde de l’enfance 1890-1960 : Face à l’en (...)
  • 30 Françoise Tétard, Une sauvegarde tardive… mais une politique active. Création et mise en place de (...)
  • 31 Françoise Tétard, Vincent Peyre, Des éducateurs dans la rue. Histoire de la prévention spécialisée (...)
  • 32 Françoise Tétard, Claire Dumas, Filles de justice. Du Bon-Pasteur à l’Éducation surveillée (XIXe-X (...)
  • 33 Mathias Gardet, op. cit.
  • 34 Bruno Carlier, Sauvageons des villes, sauvageons aux champs : Les prises en charge des enfants dél (...)

8La recherche historique sur les établissements spécialisés et les mineurs de justice a bénéficié dans un premier temps de la réflexion menée par deux associations : le Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée24 (CNAHES), dont le bulletin de liaison25 développe depuis 1997 diverses problématiques liées à l’histoire du secteur et l’Association pour l’histoire de l’Éducation surveillée et de la protection judiciaire des mineurs26 (AHES-PJM), qui publie depuis 1998 en collaboration avec le Centre national de formation et d’études de la protection judiciaire de la jeunesse (CNFE-PJJ) la Revue d’Histoire de l’enfance « irrégulière », le Temps de l’Histoire. Leurs revues respectives et les colloques qu’elles organisent ont permis de diffuser les progrès de la recherche historique dans ce domaine27. Le secteur privé a ainsi fait l’objet de plusieurs études, parmi lesquelles il convient de citer entre autres pour la période qui nous concerne, l’ouvrage de Pierre Guillaume sur l’œuvre du Refuge des enfants abandonnés ou délaissés de la Gironde (OREAG)28 et de Dominique Dessertine qui s’est intéressée à la Société lyonnaise de sauvegarde29. Plus récemment, Françoise Tétard s’est penchée sur le cas de la Sauvegarde du Val d’Oise30, puis sur l’histoire de la prévention spécialisée31 et des institutions du Bon Pasteur32. Quant aux établissements et aux associations de Bretagne, ils ont été largement explorés par Mathias Gardet en collaboration avec Alain Vilbrod33. Notons enfin l’étude de Bruno Carlier sous la direction de Didier Nourrisson qui propose un panorama des œuvres privées de la Loire de 1850 à 195034.

  • 35 Jean-Claude Vimont, « Jeunes et déviances dans les maîtrises de l’université de Rouen », Cahier du (...)
  • 36 Myriam Routier, La délinquance infantile et juvénile dans l’agglomération rouennaise de 1945 à 197 (...)
  • 37 Gilbert Berlioz, La prévention dans tous ses états. Histoire critique des éducateurs de rue, Paris (...)
  • 38 Vincent Peyre, Françoise Tétard, op. cit.
  • 39 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, op. cit., p. 16.

9Or, la Seine-Inférieure et plus largement la Normandie a échappé à cet enrichissement de la recherche sur la seconde moitié du XXe siècle. Les conséquences du renouveau législatif de l’après-guerre et l’évolution de ses établissements n’ont guère suscité de travaux historiques. Si la période antérieure a certes été appréhendée dans son ensemble, que ce soit au niveau de la prison, des établissements ou des divers comités, dans une série de mémoires dirigés par Yannick Marec et Jean-Claude Vimont à l’université de Rouen35, la période qui nous intéresse est restée relativement peu explorée. Hormis quelques travaux d’étudiants36, ce département a très peu bénéficié de l’attention des historiens dans le domaine de « l’enfance inadaptée » pour la période de l’après-guerre. Seul le secteur de la prévention spécialisée à Rouen a été abordé dans les travaux de référence sur le sujet que sont les ouvrages de Gilbert Berlioz37, ou ceux de Vincent Peyre et de Françoise Tétard38. Il était donc nécessaire de se pencher sur le cas de ce département et de cette région pour comprendre comment les décisions nationales, au niveau réglementaire et législatif, ont été perçues et appliquées à cet échelon, mais également pour mesurer quelles ont été concrètement leurs répercussions sur la prise en charge des mineurs délinquants ou en danger dans le cadre de la création des établissements et des méthodes. Mathias Gardet et Alain Vilbrod insistent ainsi sur « l’importance de l’échelon régional dans une histoire qui jusqu’ici a été surtout appréhendée au niveau national39 ». En sélectionnant plusieurs associations et établissements couvrant l’ensemble du territoire de ce département, situés aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural, c’est donc l’histoire de la mise en place et du fonctionnement de ces institutions privées en Seine-Inférieure que nous souhaitons placer au centre de notre étude, sans oublier d’évoquer brièvement celle des établissements publics. Notre démarche consiste également à observer « à la loupe » la manière dont s’organise la prise en charge des jeunes inadaptés par les représentants de l’État, les associations régionales et locales dont les stratégies et les intérêts peuvent se retrouver en concurrence. Il ne s’agit pas cependant de s’enfermer dans une histoire strictement locale mais, en valorisant les liens avec le reste de la France, d’opérer si possible des comparaisons avec les autres départements et ainsi, établir si la Seine-Inférieure s’inscrit véritablement dans la dynamique nationale ou présente des particularités qui lui sont propres.

10Le choix du territoire qui définit notre périmètre d’étude, la Seine-Inférieure, s’est donc imposé naturellement puisqu’il s’agissait de combler des lacunes historiques. Sachant de surcroît, que l’implication de ce département dans la prise en charge de l’enfance « malheureuse et dangereuse » à la Libération, est d’autant plus nécessaire que les besoins semblent considérables.

11Les associations et les établissements placés au centre de notre étude, constituent une sélection regroupant les structures pionnières incontournables, destinées à la fois aux jeunes délinquants et aux mineurs en danger : les internats de rééducation, les foyers de semi-liberté, les clubs de prévention, etc. Une sélection par les archives disponibles et accessibles s’est ensuite opérée : notre champ d’études s’est alors circonscrit au secteur privé et, plus particulièrement, aux établissements destinés aux garçons, soit environ une dizaine d’associations qui comptent principalement des internats de rééducation, des foyers de semi-liberté et un club de prévention. De fait, ce corpus d’archives ainsi rassemblé permet d’appréhender l’ensemble des premiers établissements privés destinés aux garçons en Seine-Inférieure. Nous évoquerons néanmoins la situation du Centre d’observation L’Éclaircie de Rouen et des établissements pour jeunes filles – « Bon Pasteur » de Rouen et du Havre, Centre Dumanoir à Rouen et Foyer La Cordée à Petit-Quevilly –, même si les sources sont, dans l’état actuel de nos recherches, très lacunaires.

12Le contexte de l’après-guerre favorise donc la mise en place de la direction de l’Éducation surveillée, de structures et d’un personnel spécialisés dans le traitement de la jeunesse inadaptée. Ce vaste mouvement symbolise le succès des conceptions éducatives face aux mesures répressives, qui avaient commencé à germer dès la seconde moitié du XIXe siècle, même si leurs applications ne se font pas sans difficulté dans les premières années, notamment faute de moyens financiers et de personnel suffisamment formé. Jean-Louis Costa précise à ce propos, dans la postface de l’ouvrage de Henri Gaillac :

  • 40 Lettre en forme de postface de Jean-Louis Costa, in Henri Gaillac, op. cit., p. 375.

« Mais en 1945, on n’est pas brusquement passé, comme par magie, de l’erreur à la vérité, de l’imparfait au parfait. Disons plutôt que l’on a entrepris de s’orienter vers la seule solution reconnue possible, parce que la seule vraiment réaliste. Cela n’a pas été sans troubles, sans tâtonnements40. »

  • 41 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, op. cit., p. 9.

13Retracer le parcours de ces associations consacrées à l’enfance inadaptée est en quelque sorte un prétexte pour mieux appréhender leur mise en place, leur fonctionnement et leur évolution de 1945 aux années 1980, tout en s’attachant par ailleurs aux acteurs, aux membres des conseils d’administration, au personnel et aux anciens placés, dont le profil et le vécu évoluent progressivement en fonction du contexte législatif mais également économique. En témoigne d’ailleurs le problème récurrent du chômage des jeunes qui se pose aux éducateurs à partir des années 1970, alors que la réinsertion par le travail constituait le principal support de rééducation. Enfin, il est incontournable de se poser la question de la résistance à l’épreuve du temps de ce type de structures – clubs de prévention, foyers de semi-liberté ou internats de rééducation. En effet, elles seront régulièrement remises en question à partir des années 1970, à cause entre autres de certaines méthodes éducatives jugées vieillissantes, en particulier par la nouvelle génération d’éducateurs influencés par l’esprit de mai 1968. De plus, le contexte d’austérité et la décentralisation opérant un transfert partiel des compétences vers les Conseils généraux, vont fortement fragiliser ces associations jusqu’à entraîner une refonte de leur mode de fonctionnement, voire la fermeture de quelques établissements. À l’instar de Mathias Gardet et Alain Vilbrod41, nous pouvons certes nous demander si la décentralisation dans le secteur de l’éducation spécialisée, et en particulier de l’action sociale, constitue réellement « une rupture radicale » dans le mode de fonctionnement des organisations. Il n’en demeure pas moins que cette période est vécue de manière relativement douloureuse par plusieurs associations pionnières et par certains éducateurs. En effet, les années 1980 marquent définitivement un tournant pour le secteur associatif dans la prise en charge de l’enfance inadaptée en Seine-Maritime qui s’est formidablement développé de la Libération à la décentralisation.

En quête des sources et des archives

Le succès de la question de l’enfance inadaptée à travers les revues professionnelles et scientifiques

14Outre la presse locale, nous avons procédé au dépouillement de plusieurs revues professionnelles locales et nationales. Elles apportent de précieuses connaissances sur les expériences françaises et étrangères menées dans le domaine de l’éducation spécialisée, les questions qui agitent ce secteur et l’évolution de la perception de l’inadaptation de la jeunesse et des moyens d’y remédier. Nous avons consulté entre autres le Bulletin d’informations du CREAI de Haute-Normandie de 1976 à 1984, bulletin trimestriel qui publie des articles sur l’actualité de l’association, des comptes rendus de réunion et de journées d’études, ainsi que des informations sur le milieu associatif de l’éducation spécialisée. Les auteurs des articles sont des professionnels du secteur, des directeurs d’établissement, des éducateurs, des juges pour enfants ou des psychiatres. Jusqu’en 1979, la publication du bulletin est placée sous la direction de Guy Berland, un des premiers directeurs du Foyer fraternel de Beuzevillette et du Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées de Haute-Normandie (CREAIHN). La Hune, quant à elle, est une publication du Centre régional de Formation de Normandie, implanté à Rouen ; celle-ci a fait également l’objet d’une recension systématique de 1981 à 1986. Cette revue à parution irrégulière a été créée par Bernard Vigier, éducateur puis formateur à l’Éducation surveillée, et plus tard, fondateur de la revue Ancres. Les rédacteurs sont essentiellement des éducateurs, des formateurs et des stagiaires, et les articles résultent des stages de formation.

15Les principaux périodiques « scientifiques », relais des grands débats et des initiatives dans le secteur de l’enfance inadaptée permettent aussi de mesurer la place qu’occupe la Seine-Maritime. Ainsi, la Revue de l’Éducation surveillée, fondée en 1946 par Jean-Louis Costa, directeur de l’Éducation surveillée de 1945 à 1951, réunit des articles de magistrats, d’éducateurs, de médecins, de psychiatres, etc. Elle fusionne en 1947 avec Sauvons l’Enfance, fondée par Henry van Etten, pour donner naissance à la revue Rééducation traitant de tous les problèmes de l’enfance inadaptée et rapportant les expériences dans ce domaine. De même, les articles de la revue des Associations pour la Sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence, Sauvegarde de l’enfance, ont été recensés de 1951 à 1982. Cette revue fondée par l’association régionale de Paris, « organe d’expression des associations pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence » publie des articles scientifiques, des comptes rendus des congrès et des conférences, etc. La Revue pénitentiaire et de droit pénal, créée en 1875 par la Société générale des prisons et de législation criminelle, nous a été très utile car elle traite du droit pénal et contient également le Bulletin de l’Union des Sociétés de patronage de France de 1949 à 1986.

16Parmi les périodiques incontournables, ceux du ministère de la Justice fournissent nombre de statistiques de l’Éducation surveillée. En effet, les rapports annuels de l’Éducation surveillée comprennent généralement trois parties : les statistiques judiciaires concernant les mineurs délinquants et en en danger, les affaires soumises aux cours d’appel, les statistiques de la rééducation concernant le secteur public, le secteur privé et la liberté surveillée, et enfin, l’évolution générale en fonction des catégories de délits de la délinquance juvénile. Ils renseignent par conséquent sur la physionomie de la délinquance juvénile, sur le placement des jeunes inadaptés au niveau national, sur les effectifs du secteur public et du secteur privé, etc.

Une absence inquiétante dans les dépôts publics de conservation

  • 42 Jean-Claude Farcy, Guide des archives judiciaires et pénitentiaires, 1800-1958, Paris, CNRS Éditio (...)
  • 43 ADSM : 6 AI, Conseil général.
  • 44 ADSM : 4 M, Police. Dossiers des associations.

17L’accessibilité aux archives publiques retraçant l’histoire des mineurs en difficulté depuis la Libération peut constituer un véritable frein à la recherche. Outre les délais de communicabilité pouvant atteindre cent cinquante ans, les délais de conservation de ce type d’archives les dissocient d’emblée des « archives définitives », ce que souligne Jean-Claude Farcy dans son Guide des archives judiciaires et pénitentiaires42. À ce titre, nos multiples démarches aux Archives départementales de Seine-Maritime se sont révélées peu concluantes. Hormis l’impossibilité de consulter certains documents faute de dérogation, nous avons constaté également que les fonds d’archives des associations et des établissements pionniers dans la prise en charge de l’enfance inadaptée n’y ont pas été déposés. Toutefois, il nous a été communiqué les rapports des préfets, des chefs de services – en particulier du directeur départemental de la Santé, de la Population puis de l’Action sanitaire et sociale – et les délibérations du conseil général de la Seine-Maritime de 1945 à 198543 présentant la politique générale du département en faveur de l’enfance inadaptée, les débats sur le sujet et les moyens alloués aux associations. Nous avons par ailleurs pu consulter les dossiers de la police concernant les patronages et les associations de 1800 à 194044, qui permettent de reconstituer le réseau de bienfaisance en faveur des familles et de l’enfance antérieur à la Seconde Guerre mondiale.

  • 45 Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés. Créée le 15 juillet 1947 à Marly-le-Roy, (...)
  • 46 Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés (créée en 1951).
  • 47 CAMT : 2C – 2002061.
  • 48 CAMT : 3C – 2002062.
  • 49 CAMT : 2005005. UNARSEA : Union nationale des associations régionales pour la sauvegarde de l’enfa (...)
  • 50 CAMT : 17C – 2002078 (cartons 1 à 66).

18Les fonds versés au CNAHES sont plus facilement mis à la disposition du chercheur. Cette association, créée le 28 mai 1994, contribue à repérer, collecter et mettre en valeur les archives privées de l’Éducation surveillée. Les fonds proviennent principalement des acteurs ayant joué un rôle important dans ce secteur ou des associations telles l’ANEJI45 ou l’AIEJI46. Les fonds d’archives conservés depuis 2002 aux Archives du Monde du Travail à Roubaix contiennent très peu de documents émanant ou concernant directement la Seine-Maritime, mais leur consultation a permis d’inscrire notre sujet dans une dimension nationale. Le fonds de l’ANEJI47 est très utile pour comprendre l’évolution de la profession d’éducateur, notamment les questionnements quant à la formation et à la professionnalisation, mais également pour mesurer le rayonnement de cette organisation au niveau régional et national. Le fonds Daniel Dupied/Henri Joubrel/AIEJI48 rassemble en particulier les célèbres conférences de Henri Joubrel, et vient en complément du fonds précédent : y sont conservés d’autres documents sur l’ANEJI et des archives de l’AIEJI, apportant une dimension internationale à l’organisation du secteur de l’enfance inadaptée. Le fonds de l’UNARSEA49, quant à lui, nous renseigne sur l’activité des diverses ARSEA, dont celle de Rouen, qui fédèrent dans un premier temps les associations en faveur de l’enfance inadaptée. Enfin, le fonds du Centre de Vaucresson, en particulier le sous-fonds Brisset (1902-1990)50, contient des archives diverses classées par département. Le carton 16, concernant entre autres la Seine-Maritime, rassemble des documents intéressants sur plusieurs établissements de ce département – correspondance, rapports, etc. – mais en nombre limité.

  • 51 Centre national de formation et d’études de la protection judiciaire de la jeunesse.

19Le CNFE-PJJ51 nous a été aussi d’une grande aide, grâce à la richesse de sa bibliothèque disposant des principales revues scientifiques et des ouvrages spécialisés sur la question, mais également des rapports d’inspection de l’Éducation surveillée qui y sont conservés. L’intérêt de ces sources est d’apporter un regard extérieur souvent très précis sur la situation des établissements publics et privés, et des différents services des tribunaux pour enfants.

À la recherche des archives privées

20De fait, les archives des associations de la Seine-Maritime n’ont pas été déposées dans des lieux de conservation publics. Il a donc fallu prendre contact avec les directeurs des établissements ou les présidents des associations toujours en activité et parallèlement retrouver, non sans mal, la piste des archives des établissements qui avaient fermé. Pour établir un corpus suffisant d’archives privées, il a été nécessaire de reconstituer les réseaux de ce secteur et de comprendre en particulier le rôle très important joué par l’Entraide Sainte-Marie (ESM), association créée par l’abbé Daubeuf fédérant plusieurs établissements.

21Certains établissements ont échappé à notre champ de recherche faute d’archives ou d’autorisation. Hormis quelques documents épars, nous n’avons malheureusement pas pu retrouver par exemple les archives des instituts du Bon Pasteur du Havre et de Rouen.

22Les archives des associations se sont donc accumulées au fil du temps sans bénéficier d’un classement raisonné à la manière des dépôts publics de conservation. La richesse et le volume de ces archives ont rendu indispensable l’élaboration d’un inventaire regroupant 4 698 références. Sauf exception, la nature de ces archives est relativement similaire d’un établissement à l’autre et illustre l’intérêt de la mise en valeur de ces documents : correspondance, comptes rendus des conseils d’administration et des assemblées générales, dossiers des pensionnaires et du personnel, registres divers, pièces comptables, etc.

23Les archives écrites ont été complétées par des entretiens avec des membres du personnel de l’époque, directeurs et éducateurs, et, dans une moindre mesure, des anciens pensionnaires. Ces entretiens offrent la possibilité de dépasser les lacunes, voire la « censure » de l’écrit et de confronter les différents points de vue sur la vie dans ces établissements et l’évolution de la prise en charge de la jeunesse inadaptée. De la même manière, la Lettre du Conservatoire national des Archives et de l’Histoire de l’Éducation spécialisée mais également le Bulletin de l’Association pour l’Histoire de l’Éducation surveillée et de la Protection judiciaire des mineurs publient régulièrement des témoignages et des souvenirs sur ce sujet. De fait, la nécessité de sauvegarder la mémoire de cette profession et du vécu des anciens « placés » a guidé notre démarche. Ces entretiens ont permis par ailleurs de retrouver la trace d’archives, particulièrement celles qui appartiennent à des collections personnelles où des films et des photographies sont conservés précieusement.

*

  • 52 Préambule de l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante.

24Dans quelle mesure est-il nécessaire au sortir de la guerre de se donner les moyens de « sauver » la jeunesse en péril, jeunesse dont la France « n’est pas assez riche52 », c’est ce que nous proposons d’aborder dans une première partie. Par ailleurs, nous chercherons à comprendre comment ce souci se traduit concrètement au niveau de la législation et des structures mises en place, portées principalement par le secteur privé, sur lequel s’appuie l’État tout en cherchant progressivement à le contrôler via notamment les associations régionales.

25Une seconde partie sera consacrée aux jeunes eux-mêmes et en particulier, ceux accueillis dans les établissements du département. Nous nous interrogerons sur le sens que recouvre l’expression « enfance inadaptée » définie en 1943 et utilisée tout au long de la période étudiée. De même, nous chercherons à esquisser les différents profils de mineurs pris en charge, en nous appuyant entre autres sur les causes de l’inadaptation avancées par les spécialistes de l’enfance : principalement les quartiers populaires et le milieu familial. L’intérêt est de comprendre également comment à un moment donné dans leur vie des jeunes sont amenés à être retirés de leur milieu familial et à être confrontés au placement dans une, voire plusieurs structures spécialisées, expérience dont le poids se fait ressentir parfois douloureusement.

26Dans une troisième et dernière partie, nous nous concentrerons plus particulièrement sur les caractéristiques des structures associatives soutenues par un réseau actif d’administrateurs, et sur l’organisation des établissements. Le personnel, les premiers directeurs qui ont imprimé leurs marques sur les internats de rééducation et les foyers de semi-liberté, mais aussi les éducateurs et les autres spécialistes de l’enfance – psychologues, psychiatres, médecins – feront partie intégrante de cette étude. Nous avons souhaité inscrire celle-ci sur la longue durée pour observer l’évolution du personnel et du fonctionnement de ces structures, dont les méthodes et les supports d’intervention devront s’adapter au contexte des années 1970, puis des années 1980, marqué également par de nouveaux questionnements sur les jeunesses malheureuses et les jeunesses dangereuses.

Notes

1 Préface de Paul Lutz, in Henri Gaillac, Les maisons de corrections, 1830-1945, Paris, Cujas, 1970, [rééd.], 1991, p. 17.

2 Rapport du directeur départemental de la Population, 2e session ordinaire du conseil général de la Seine-Inférieure de 1949, p. 177, ADSM : 6 AI 94, Conseil général.

3 Préambule de l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante.

4 Marc Ancel, La défense sociale nouvelle, Paris, Cujas, 1954, 183 p.

5 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, p. 25.

6 Gilbert Berlioz intitule ainsi le premier chapitre de son ouvrage : « La jeunesse : du phénomène social au problème social ». Gilbert Berlioz, La prévention dans tous ses états. Histoire critique des éducateurs de rue, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 23.

7 Rapport du directeur départemental de la Population, op. cit., p. 177-178, ADSM : 6 AI 94, Conseil général.

8 À titre d’exemple, le « système rouennais » de bienfaisance communale porté par la bourgeoisie républicaine du XIXe siècle a fait figure de modèle en matière de protection sociale jusqu’au début du XXe siècle. Sur le sujet, voir Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927), Paris, La Documentation française, 2 tomes, 2002, 1 362 p.

9 Tania Césarin, Le patronage et la protection des mineurs de justice à Rouen de 1835 à 1937, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Claude Vimont, université de Rouen, 2004, 191 p.

10 Seules les institutions du Bon Pasteur de Rouen et du Havre se chargent de ces jeunes filles avant la Seconde Guerre mondiale ; à Darnétal, l’Atelier-Refuge des jeunes filles détenues a fermé ses portes en 1912. Sur l’histoire de cette institution, Ida Lacointe, Les jeunes filles détenues de l’Atelier-Refuge de Rouen de 1851 à 1912, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Claude Vimont, université de Rouen, 1999, 198 p.

11 ARSEA : Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence.

12 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy suivi de : l’efficace des années quarante, Paris, Éditions ouvrières, 1987, p. 177.

13 Danièle Voldman précise ainsi que la Seine-Inférieure est le département le plus touché, après le Nord et devant le Calvados. Danièle Voldman, La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954 : Histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 350.

14 Michel Pigenet, Bernard Garnier (dir.), Michaël Dandel, Grégory Duboc, Anthony Kitts, Éric Lapersonne, Les victimes civiles des bombardements en Haute-Normandie 1939-1945 : 1er janvier 1944-12 septembre 1944, Caen, CRHQ-IRED-La Mandragore, 1997, 350 p. et Mémoire individuelle, mémoire collective, exposition réalisée par les Archives départementales de Seine-Maritime en partenariat avec le service départemental de l’Office national des Anciens Combattants, sous la direction de Vincent Maroteaux du 22 avril au 9 mai 2008.

15 La question de l’enfance en Normandie et plus particulièrement en Seine-Inférieure, Rapport de Mlle Heurtier, 9 décembre 1946, p. 1, CNFE-PJJ.

16 Rapport du directeur départemental de la Population, op. cit., p. 177, ADSM : 6 AI 94, Conseil général.

17 Michel Quoist, La Ville et l’Homme. Rouen. Étude sociologique d’un secteur prolétarien, Paris, Éditions ouvrières, 1952, p. 31.

18 Maison d’arrêt de Rouen, Rapport d’inspection de Mlle Heurtier, 28 février 1945, 3 p., CNFE-PJJ.

19 Jean-Claude Vimont, La prison à l’ombre des hauts murs, Paris, Gallimard, 2004, p. 31.

20 Jean-Louis Costa, « Plan de réformes des services de l’Éducation surveillée et des institutions protectrices de l’enfance en danger moral », in Revue de l’Éducation surveillée, 1re année, septembre-octobre 1946, no 4, p. 86.

21 Michèle Becquemin, Protection de l’enfance : l’action de l’association Olga Spitzer 1923-2003, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2003, 255 p.

22 Sur le sujet : Mathias Gardet, « La protection de l’enfance et de l’adolescence en Bretagne dans les années 1940 : un montage régional original ? », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, no 3, 2000, http://rhei.revues.org/index77.html ; « Ker-Goat/Belle-Île : deux centres mythiques », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, no 4, 2002, http://rhei.revues/org/index58.html ; Mathias Gardet, Alain Vilbrod, L’éducation spécialisée en Bretagne, 1944-1984 : les coordinations bretonnes pour l’enfance et l’adolescence inadaptées, Rennes, PUR, 2007, 300 p.

23 Henri Joubrel, Ker-Goat, le salut des enfants perdus, Paris, Éditions familiales de France, 1945, 167 p.

24 Créé en 1994 par les premiers éducateurs ayant débuté leur carrière avant, pendant ou juste après la Seconde Guerre mondiale, le CNAHES regroupe des professionnels de l’éducation spécialisée de différentes générations et des chercheurs, militant et œuvrant pour la sauvegarde de ce patrimoine.

25 La Lettre du Conservatoire national des Archives et de l’Histoire de l’Éducation spécialisée.

26 Créé en 1991 à l’initiative notamment de Jacques Bourquin, Vincent Peyre et Roger Vilbert-Vichet. Cf. Préface de Michel Chauvière, Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Le Temps de l’Histoire, hors-série, juin 2007, p. 11.

27 Intervention de Jean-Jacques Yvorel, « “Les acteurs institutionnels” : table ronde », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Le Temps de l’Histoire, hors-série, 2001, http://rhei.revues.org/index405.html

28 Pierre Guillaume, Un siècle d’histoire de l’enfance inadaptée. L’OREAG 1889-1990, Paris, Expansion scientifique française, 1989, 120 p.

29 Dominique Dessertine, La Société lyonnaise pour la Sauvegarde de l’enfance 1890-1960 : Face à l’enfance en danger, un siècle d’expérience de l’internat et du placement familial, Toulouse, Érès, 1990, 218 p.

30 Françoise Tétard, Une sauvegarde tardive… mais une politique active. Création et mise en place de la Sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence du Val d’Oise (1967-1977), ADSEA-95, étude réalisée dans le cadre du 30e anniversaire, novembre 1997, 47 p.

31 Françoise Tétard, Vincent Peyre, Des éducateurs dans la rue. Histoire de la prévention spécialisée, Paris, La Découverte, 2006, 273 p.

32 Françoise Tétard, Claire Dumas, Filles de justice. Du Bon-Pasteur à l’Éducation surveillée (XIXe-XXe siècle), Paris, Éditions Beauchesne, 2009, 483 p.

33 Mathias Gardet, op. cit.

34 Bruno Carlier, Sauvageons des villes, sauvageons aux champs : Les prises en charge des enfants délinquants et abandonnés dans la Loire (1850-1950), Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2006, p. 389.

35 Jean-Claude Vimont, « Jeunes et déviances dans les maîtrises de l’université de Rouen », Cahier du GRHis, no 15, 2005, p. 131-141.

36 Myriam Routier, La délinquance infantile et juvénile dans l’agglomération rouennaise de 1945 à 1975, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Pierre Chaline, université de Rouen, 1980, 154 p. ; Jessica Brument, La politique de l’enfance en Seine-Inférieure de 1940 à 1950, mémoire de maîtrise sous la direction de Yannick Marec, université de Rouen, 2004, 150 p. ; Sophie Victorien, L’Association du Val d’Aubette (1929-1983). De la colonie de vacances au foyer pour mineurs inadaptés, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Claude Vimont, université de Rouen, 2002, 177 p. + annexes.

37 Gilbert Berlioz, La prévention dans tous ses états. Histoire critique des éducateurs de rue, Paris, L’Harmattan, 2002, 163 p.

38 Vincent Peyre, Françoise Tétard, op. cit.

39 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, op. cit., p. 16.

40 Lettre en forme de postface de Jean-Louis Costa, in Henri Gaillac, op. cit., p. 375.

41 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, op. cit., p. 9.

42 Jean-Claude Farcy, Guide des archives judiciaires et pénitentiaires, 1800-1958, Paris, CNRS Éditions, 1992, p. 14.

43 ADSM : 6 AI, Conseil général.

44 ADSM : 4 M, Police. Dossiers des associations.

45 Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés. Créée le 15 juillet 1947 à Marly-le-Roy, cette association regroupe tous les éducateurs de jeunes inadaptés. Elle est pensée comme une plateforme d’échanges d’expériences et comme un service d’informations.

46 Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés (créée en 1951).

47 CAMT : 2C – 2002061.

48 CAMT : 3C – 2002062.

49 CAMT : 2005005. UNARSEA : Union nationale des associations régionales pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence inadaptées.

50 CAMT : 17C – 2002078 (cartons 1 à 66).

51 Centre national de formation et d’études de la protection judiciaire de la jeunesse.

52 Préambule de l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540