Version classiqueVersion mobile

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses

 | 
Sophie Victorien

Préface

Yannick Marec et Jean-Claude Vimont

Texte intégral

1À l’heure où se pose à nouveau avec acuité la question de la définition et de la mise en œuvre d’une politique de l’enfance inadaptée, le détour par l’histoire peut s’avérer riche d’enseignements.

2L’ouvrage de Sophie Victorien Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses en donne une belle illustration. Son champ chronologique, de 1945 au milieu des années 1980, permet en effet d’appréhender les évolutions intervenues durant une période cruciale et décisive dans la mise en place des dispositifs éducatifs issus de l’ordonnance fondatrice du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante. Celle-ci devait être complétée par celle du 1er septembre suivant créant la direction de l’Éducation surveillée au sein du ministère de la Justice.

3Dès lors, jusqu’à nos jours, la dimension éducative semble l’emporter sur la dimension répressive dans la prise en charge de l’enfance inadaptée dans le contexte d’une longue après-guerre marquée par les conséquences du second conflit mondial. Cette orientation décisive a cependant connu des inflexions importantes notamment à partir des années 1970 et durant la décennie des années 1980. Cette appréhension de la remise en cause des dispositifs mis en œuvre durant la période dite des « Trente Glorieuses » constitue l’un des apports importants du travail exemplaire de Sophie Victorien.

4Son étude se situe au cœur de relations sociales difficiles qui montrent combien les jeunesses dangereuses de l’après-guerre et des années qui ont suivi ont aussi pu être des jeunesses malheureuses confrontées à des traumatismes personnels et collectifs. Pour autant ce beau livre issu d’une thèse de doctorat soutenue sous notre direction à l’université de Rouen fin 2009, ne tombe pas dans une sorte de misérabilisme. Bien au contraire, il s’agit ici surtout de montrer comment a évolué et progressé cette prise en charge de l’enfance inadaptée en évoquant plus particulièrement le rôle du secteur associatif dans le département de la Seine-Maritime.

5Le sujet cumulait de nombreuses difficultés dont s’est sortie avec brio l’auteure, grâce à un travail de longue haleine mené durant près d’une décennie si l’on inclut son mémoire de maîtrise d’histoire, soutenu sous la direction de Jean-Claude Vimont, qui portait sur L’Association du Val d’Aubette (1929-1983) De la colonie de vacances au foyer pour mineurs inadaptés. Cette étude préparatoire a en effet permis à Sophie Victorien de définir les axes et les méthodes du projet de recherche auquel elle devait se consacrer ensuite durant de longues années.

6Son originalité première, mais aussi sa grande difficulté consistait à envisager la prise en charge de l’enfance inadaptée dans un département où les principales structures de l’éducation spécialisée relevaient du secteur privé. Il en résultait l’absence d’inventaire des archives qui n’avaient pas fait l’objet de versement ni même de recensement. Sophie Victorien a donc dû créer son corpus de sources, en procédant elle-même à des repérages d’archives et à leur exploitation. Le résultat est remarquable et même fondateur par son caractère exceptionnel.

7Huit fonds particuliers d’associations ont ainsi été méthodiquement recensés, classés dans un véritable souci d’archivistique. Près de 4 500 documents dont 48 films inédits ont été répertoriés. À cela s’ajoutent une dizaine d’entretiens de responsables associatifs et d’anciens pensionnaires conduits entre 2002 et 2007. Le travail repose aussi sur l’exploitation d’une base de données comprenant plus de 2 300 fiches de pensionnaires des établissements spécialisés entre 1945 et 1985.

8Sophie Victorien a ainsi pu construire son objet de recherche en s’appuyant sur le travail réalisé par des associations fort actives qui palliaient en quelque sorte les déficiences de l’action sociale publique. Malgré quelques manques concernant le secteur des jeunes filles, avec en particulier les recherches infructueuses relatives à l’action du Bon Pasteur de Rouen et du Havre, elle a su retrouver et valoriser une grande quantité de sources indispensables à sa recherche. La clarté d’exposition rend compréhensible un entrelacs de structures, d’internats et de foyers plus ou moins ouverts, d’associations qui s’insèrent progressivement au sein d’un réseau départemental au point de constituer le secteur de l’enfance inadaptée, cet « archipel » animé par les principes de la défense sociale nouvelle.

9Son livre, d’une écriture très claire et très maîtrisée, est organisé autour de trois parties principales. La première envisage la mise en place des structures destinées à prendre en charge la jeunesse en péril avec le rôle prépondérant du secteur associatif en Seine-Maritime vu au travers de ses différents réseaux (catholiques sociaux, quakers, laïques). La seconde donne de précieuses indications sur l’origine de la prise en charge des jeunes, leurs profils et leurs réactions face au placement ainsi que leur devenir. La troisième partie est centrée sur les caractéristiques et l’évolution des principales associations s’occupant des jeunes en difficulté. Cela mène l’auteure à envisager aussi bien la gestion et le contrôle des établissements privés que leur personnel avec leur professionnalisation progressive ainsi que les modes d’action du secteur associatif. Cette dernière partie permet notamment d’entrevoir les effets induits par les difficultés économiques et sociales et le processus de décentralisation engagé dans les années 1970 et 1980.

10Quels sont, selon nous, les points forts du travail de Sophie Victorien ?

11Il y a tout d’abord l’attention portée aux hommes. Cela concerne en particulier le rôle assuré par quelques fortes personnalités (l’abbé Daubeuf, André Colleu, le docteur Bianquis ou encore la « cheftaine » Sicot, Guy Berland ou Raymond Kervarrec, etc.) dans la création ou le fonctionnement des structures associatives. Ces pionniers, fondateurs d’œuvres adaptées à la personnalité et à l’âge des différents jeunes accueillis, œuvres qu’ils mettent en réseau avec l’aide des conseils d’administration qui les entourent, font l’objet de beaux portraits qui évoquent leur énergie, leurs doutes, leur engagement sur la longue durée et les soutiens dont ils bénéficient. La richesse des archives donne aussi de la profondeur aux études statistiques nécessaires mais qui auraient pu paraître quelque peu désincarnées. C’est un des grands mérites de Sophie Victorien d’avoir réussi à faire passer dans la recherche historique la sensibilité exigée par un tel sujet, en rappelant les difficultés de nombre de parcours de vie de ces jeunes qui ont été durablement marqués par leur placement. Le quotidien dans les centres de semi-liberté, dans les internats de rééducation ou les clubs de prévention comme la « baraque » des quartiers populaires rouennais est évoqué ainsi que les méthodes éducatives en vigueur dans ce que l’opinion baptise encore des « maisons de correction ». Le vécu et le ressenti des pensionnaires, celui de ces jeunes couples d’éducateurs qui offrent une âme familiale à des établissements qui ne jouissent pas toujours d’une bonne réputation à l’extérieur, le rythme des jours, les liens avec les familles et les anciens, tout cela est analysé avec précision et tact.

12Une autre grande qualité est le souci de contextualisation de la recherche. Cela supposait une excellente connaissance à la fois du milieu départemental et local, mais aussi de l’historiographie du sujet pour la période considérée et celle de périodes antérieures. Cela a permis à Sophie Victorien de situer son enquête dans un contexte plus large que celui du seul département de la Seine-Maritime et d’en montrer les spécificités, en particulier le rôle décisif des associations privées qui ont été confrontées aux évolutions de l’interventionnisme public.

13Assurément, ces qualités éminentes contribuent déjà à faire de ce livre un ouvrage de référence. De surcroît, celui-ci sort de l’oubli tout un pan de notre histoire sociale, tout en suscitant les réflexions sur la manière de concevoir la vie en société. On ne peut donc que féliciter l’auteure pour avoir su mener à bien son projet de recherche avec autant de réussite et de brio et de nous donner une belle étude à caractère historique qui éclaire aussi bien les interrogations du présent.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search