Version classiqueVersion mobile

La fabrique interdisciplinaire

 | 
Michel Offerlé
, 
Henry Rousso

3e partie. Archives et savoirs d'État

15. Archives, objet de contraintes ? Des rapports difficiles et parfois conflictuels du politiste avec ses sources

Pour une sociologie historique de l’institution préfectorale (1880-1940)

Gildas Tanguy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’invitation qui nous est faite d’évoquer les usages croisés de l’histoire et de la science politique constitue une excellente occasion de mieux réfléchir à l’utilisation et au traitement du matériau archivistique en sociologie historique du politique1. Objet fétichisé depuis longtemps par les historiens, plus rares sont les interrogations des politistes sur cet « outil de travail ». « Historiciser la science politique2 » ne va pas de soi. Il n’y a pas d’histoire sans archives ; très longtemps, les heures passées dans les dépôts d’archives étaient le gage d’un travail érudit et d’une recherche approfondie. Loin de vouloir prétendre généraliser sur la place de l’histoire en science politique3, nous voudrions insister ici sur les techniques d’utilisation de l’archive dans le cadre d’une « sociologie historique interprétative4 » axée sur l’interdisciplinarité. Nous refusons ainsi de souscrire au « mythe5 » que d’aucuns ont pu évoquer pour mieux s’interroger sur les contraintes, les exi...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search