Version classiqueVersion mobile

Mer et montagne

 | 
Nathalie Richard
, 
Renaud Morieux
, 
Alain Cabantous
, 
et al.

Première partie. Éclatement des pratiques sociales

Provençaux des rivages, Provençaux des montagnes (XVIIIe siècle-milieu XIXe siècle)

Gilbert Buti

Texte intégral

1« Il y avait un jour un matelot qui se voulait marier, mais comme toute sa vie il était resté dans des ports de mer – excepté seulement pendant le temps où il habitait sur la mer même, pour ses traversées – il savait que dans les ports de mer les femmes connaissent trop de choses. Pendant que les marins naviguent, elles leur augmentent leurs familles […] Et là les filles sont sujettes à être avant l’âge aussi malignes, et rusées, et menteuses, et débauchées que leurs mères ! Notre matelot savait très bien tout cela et voilà pourquoi, se voulant marier, il décida qu’il n’épouserait qu’une fille qui n’aurait jamais vu la mer, même de loin ! Une fille si pure, si innocente qu’elle ne saurait pas distinguer un gouvernail d’un aviron et ignorerait en un mot toutes les choses de la marine.

2[…] Il se met donc un aviron sur son épaule, tourne le dos à la mer, et s’enfonce dans les grosses montagnes. Quand il fut arrivé loin, là-haut dans le nord, à Draguignan, il rencontra une fille : “Eh ! la belle fille ? Qu’est-ce que c’est que je porte là sur mon épaule ?” La Draguignaise, sans malice, “Té ! c’est un aviron, pardi !” Allons plus loin, pensa le matelot, car ce n’est pas à Draguignan qu’habite la vertu que je veux trouver !

3Il passa à Figuanières ; il y fit pareille rencontre, fit même question, reçut même réponse… […] Le matelot arriva tout là-bas, au milieu des terres lointaines, tout au nord, à Digne […] mais ce n’est pas encore à Digne qu’il trouva la vertu recherchée. Et il s’enfonça dans les grosses montagnes. Enfin, loin, bien loin de la mer, il rencontra une fille, avec des hanches, une poitrine et tout ce qu’il faut […] : “Qu’est-ce que c’est que ça que je porte ?” Celle-là le regarde en baissant les yeux : “Ça, dit-elle, mon brave monsieur, c’est une pelle à four !” Noum dé pas Diou ! J’ai trouvé le merle blanc !… […] Je l’épouse ! Et, comme après avoir si souventes fois fait le tour du monde, il avait amassé le magot, les parents lui donnent la fille.

4Voilà les novi au moment de se mettre au lit. Lui, il était en chemise ; elle, déjà couchée. Et comme il allait pour se mettre au lit à son tour :

  • 1 Aicard J., L’Illustre Maurin, Paris, 1908. Réédition, Paris, Flammarion, 1973, p. 399-401.

“Où voulez-vous, dit-elle, que je me place, capitaine ? sur tribord ou sur bâbord ?” Noum dé pas Diou ! dit le matelot en s’arrachant les cheveux, elle avait déjà vu un aviron1 ! »

  • 2 Berenger-Feraud L. J.-B., Les Légendes de la Provence, Paris, E. Leroux, 1888.

5Des rives de l’étang de Berre au littoral des Maures on aimait raconter cette « histoire de l’aviron ». L’aventure est certes déjà connue avec l’Odyssée où, pour expier le meurtre des prétendants, Ulysse est condamné à marcher, sa rame sur l’épaule, jusqu’à ce qu’il arrive dans un pays, ignorant des usages de la mer, où l’on prendra son aviron pour une pelle à grains. La reprise de ce conte universel en Provence aux XIXe et XXe siècles, par Bérenger-Féraud puis Jean Aicard, est riche de sens2. Souligne-t-elle une opposition et une méfiance entre les Provençaux des rivages – qui ne sont pas seulement gens de mer – et ceux des montagnes ? Un face à face ou un côte à côte ?

6Fragment de l’espace méditerranéen, le territoire provençal présente une complexité de milieux, complémentaires à plus d’un titre, mais diversement perçus par des hommes venus d’ailleurs peu enclins, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, à prendre la mesure des contacts établis entre haut et bas pays.

7De nouveaux usages sociaux et culturels conduisent, à la fin du XVIIIe siècle, à percevoir et à appréhender autrement ce territoire, à inventer une Provence maritime et une Provence des montagnes. Les incidences sur les représentations de leurs populations ne conduisent-elles pas précisément à la résurgence de « l’histoire de l’aviron » ? La crainte ou l’indifférence pour ces territoires cède le pas à une réelle attractivité qui traduit, dans une certaine mesure, l’établissement de nouvelles relations par une société avec son environnement.

L’espace provençal entre unité et diversité

  • 3 Braudel F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, tome i, Paris, A. (...)
  • 4 Bertrand R, Bromberger C., Martel C., Mauron C., Onimus J. et Ferrier J.-P., Provence, Paris, Ch. (...)

8C’est banal de le rappeler mais « la Méditerranée, n’est-ce pas tout d’abord une mer entre des montagnes3 » et la Provence « un trait d’union entre le rivage de la Méditerranée et les montagnes alpines […], entre les rives de la mer intérieure et l’immense domaine des hautes terres de la gavotine4 » ?

  • 5 Cité par Braudel F., op. cit., p. 27.
  • 6 780 mètres pour le massif des Maures (Notre-Dame des Anges) et 614 mètres pour l’Estérel (mont Vin (...)
  • 7 Seul l’abbé Expilly, qui parle du « bois des Maures », ne comptabilise pas ce massif parmi les mon (...)
  • 8 « Toulon, port la montagne » après 1793 et « Marseille, montagne de la République » seraient à por (...)
  • 9 Sulzer J. G., Journal d’un voyage fait en 1775-1776 dans les pays méridionaux de l’Europe, La Haye (...)
  • 10 Le voyage littéraire de Chapelle C. E. et Bachaumont F. cité par Goulemot J.-M., Lidsky P. et Mase (...)
  • 11 Longuerue, abbé de, Description historique et géographique de la France ancienne et moderne, enric (...)
  • 12 Sulzer J. G., op. cit., p. 145.
  • 13 Millin A.-L., Voyage dans les départements du Midi de la France, 6 volumes, Paris, 1807-1811, p. 4 (...)

9L’imbrication de la mer et de la montagne, des rivages et des vallées, caractérise le territoire provençal, comme ceux de Ligurie ou Corse voisine, « cette montagne dans la mer. » Si la définition de la mer ne présente pas de difficulté, il en est déjà autrement de celle du littoral – simple trait de côte ou épaisse frange maritime – et plus encore de la montagne. « Qu’est-ce au juste qu’une montagne ? » interrogeait Fernand Braudel rappelant aussitôt, en citant Raoul Blanchard, qu’une définition « qui soit claire et compréhensible est à elle seule à peu près impossible à fournir5 ». Les densités humaines, le réseau des voies de communication, la roche dénudée, l’enclavement ou le climat sont tour à tour convoqués mais l’altitude et sa perception semblent plus déterminantes. Certes, la hauteur des massifs littoraux – Maures et Estérel notamment – peut paraître « médiocre6 », mais les dénivelés et la proximité de la mer en font des « montagnes maritimes7 ». La toponymie traduit ce caractère montagnard : là des crêtes, ici des pics ou encore des arêtes lorsqu’il ne s’agit pas de monts – Faron, Coudon –, montagnes – Sainte Victoire et Gros Cerveau –, massifs – Sainte-Baume et Maures – ou chaîne de l’Estaque sans omettre les « Alpes maritimes8 ». La Garde-Freinet est un « nid d’aigle » et les hauteurs au nord d’Hyères apparaissent comme « une haute montagne qui se termine en pointe dont le sommet ressemble à une tour qu’on prendrait pour la citadelle de la ville9 ». Pour Chapelle et Bachaumont, la ville de Toulon est couverte au nord « par des montagnes élevées jusqu’aux nues10 », quant à sa rade elle apparaît aux voyageurs comme protégée par un « bouclier de montagnes » tandis que le mont « Pharon » est un utile repère pour les gens de mer. Cependant, les descriptions de ce « tapis de montagnes littorales » font aussi état d’un « pays en plaine sur les bords de la mer11 ». Ainsi, de Toulon à Fréjus « cette contrée hérissée de montagnes12 » est appréciée par Aubin-Louis Millin ravi de pouvoir faire à la fois « des excursions sur les bords de la mer et dans les montagnes13 ».

  • 14 Laurensi J., Histoire de Castellane, Castellane, Audemar, 1775, p. 440.

10Au-delà de cet épais bourrelet littoral, la Haute-Provence – terme déjà employé sous l’Ancien Régime par l’intendant Cardin Lebret ou l’abbé Papon – désigne la partie montagneuse de la province. Toutefois, celle qui deviendra « Basses-Alpes » est une « autre Provence », une Provence peu méditerranéenne : « Celle des fruits d’hiver, des activités pastorales, de la neige et de la pureté du ciel14. »

  • 15 Baudrot K., De l’espace aux paysages. Regards sur le massif littoral des Maures (fin XVIIe-début X (...)
  • 16 S’instruire et se divertir sont les mobiles essentiels du voyage en Provence. Le périple de Chapel (...)
  • 17 Vovelle M., De la cave au grenier. Un itinéraire en Provence au XVIIIesiècle. De l’histoire social (...)

11Ces appréciations ne sauraient pourtant faire illusion car jusqu’au milieu du XVIIIe siècle les voyageurs ne se sont guère montrés attentifs aux massifs et rivages provençaux. Les mobiles de leur voyage, comme les modèles auxquels se réfèrent ceux qui l’entreprennent, ont favorisé la diffusion d’un itinéraire et d’une image presque exclusivement urbaine de la Provence – celle où l’on s’attarde – éliminant de leur perception la montagne et les rivages de la mer – celle que l’on traverse au plus vite ou que l’on contourne pour se rendre en Italie15. En marginalisant les espaces montagneux et littoraux, comme invite à le faire la configuration du réseau de communication, le voyage mondain tend à réduire l’image de la Provence16. En 1776 encore, Bérenger – « un Provençal qui s’est fait Parisien17 » – adopte cette attitude distante vis-à-vis de son « pays » en proposant une vision plus littéraire que descriptive. La vénération de l’Antiquité qui induit une appréhension plus historique de l’espace conduit à privilégier le regard porté sur les villes – Arles, Fréjus, Hyères.

  • 18 Gaultier J. B., La vie et les lettres de messire Jean Soanen, évêque de Senez, Cologne, 1750, t. 1 (...)
  • 19 Ce récit n’a été imprimé qu’au milieu du XXe siècle aux États-Unis. Campion C. M., Œuvres de C.-M. (...)

12Pas plus que les massifs littoraux, la Haute-Provence ne répond aux attentes des voyageurs, relativement rares au demeurant. Pour le père Gaultier, éditeur de la correspondance de Mgr Soanen, dans le diocèse de Senez « les neiges y séjournent longtemps […], les montagnes escarpées ne laissent voir que des précipices et les torrents rendent souvent les chemins impraticables18 ». Dans son exceptionnel récit, le Marseillais Charles-Michel Campion, qui a gagné en 1763 Barcelonnette depuis Cannes et Grasse, montre un mélange de fascination et de répulsion face à l’altitude et la forte dénivelée de la région traversée ; lors du passage du col d’Allos – entre Verdon et Ubaye, 2 247 m – il mentionne « l’horreur du chemin et les précipices effrayants » avant de découvrir avec émotion « une mer de montagnes19 » !

  • 20 Moszynski A. F., comte, Voyage en Provence d’un gentilhomme polonais (1784-85), publié par Benoit F (...)
  • 21 Archives de la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille, D17. Police du port de Marseille, (...)

13Si le rivage n’est pas totalement absent des récits, il ne retient guère l’intérêt des voyageurs. Néanmoins, le comte polonais August Fryderyk Moszinski, « emballé pour Marseille » qu’il visite en 1785, n’hésite pas, malgré le refus de son guide, à sortir « par une petite porte hors des murs, pour jouir de la vue de la mer20 ». Déjà en 1749, des « propriétaires de caffés » du port de cette ville avaient souhaité qu’une partie du quai principal soit libre de navires « pour donner aux Messieurs qui vont au caffé le plaisir de la vue21 ».

  • 22 Étant donné le lieu de la promenade, ce dégoût est peut-être lié, ainsi que le propose Régis Bertr (...)

14Les « Provençaux des montagnes », aux rares témoignages, ne semblent guère goûter le littoral. Cette inquiétude est encore sensible au début du XIXe siècle chez le colporteur Jean-Joseph Esmieu, originaire de la vallée de l’Ubaye. Se promenant à Marseille, quartier de la Joliette, « l’odeur de la mer » lui « donne mal au cœur22 ». Peu après, alors qu’il fait « le projet de s’embarquer » pour les Antilles, un vieillard originaire d’Embrun l’en dissuade car « la mer est un mauvais plancher ».

  • 23 Papon J. P., abbé, op. cit., p. 6.
  • 24 Millin A. L., op. cit., p. 449.
  • 25 Le matelot fait toutefois exception : voir Pellegrin N., « L’image des Provençaux dans les recueil (...)

15Enfin, force est de reconnaître la quasi-absence des Provençaux dans le regard des voyageurs, en accord avec l’indifférence constatée pour l’espace provençal, et quand ces observateurs évoquent les habitants c’est pour ne retenir que les populations antiques. Dans le résumé historique placé en introduction de son Voyage littéraire en Provence, l’abbé Papon rappelle la présence sur le littoral provençal des anciens Liguriens, peuple de pêcheurs et de pirates qui « infestaient les mers et troublaient la navigation » ou « se tenaient dans les bois, derrière les rochers » des massifs côtiers, comme le firent par la suite les Sarrasins. Au reste, Papon présente les anciens montagnards des Maures « disputant avec les bêtes fauves le courage et la férocité23 » alors que Millin affirme que les cris des paysans des campagnes toulonnaises « sont ceux du tigre24 ». Ce peu de cas des voyageurs et des artistes pour les paysages et les populations a également été pointé à travers la place réduite faite à la Provence dans la production gravée de costumes « provinciaux25 ».

  • 26 La Provence comptait environ 533 000 habitants vers 1690, 700 000 vers 1765 et 805 000 à la veille (...)

16Pourtant, même si la province, qui est une des plus étendues du royaume, est parmi les moins peuplées, la présence humaine est forte26 et si la répartition des hommes est délicate à cartographier, les Provençaux des littoraux et des montagnes ont diverses occasions de se côtoyer.

Rencontres entre Provençaux des littoraux et Provençaux des montagnes

  • 27 Sclafert Th., Cultures en Haute-Provence. Déboisement et pâturages au Moyen-Âge, Paris, Sevpen, 19 (...)

17La réalité géographique et la diversité de son appréhension rendent complexe la perception des relations entre rivages et montagnes, espaces pourtant complémentaires à plus d’un titre même si les déplacements effectués depuis les littoraux vers le haut pays sont les moins fréquents. Le héros de Jean Aicard qui abandonne la mer pour le massif des Maures n’est guère représentatif. Les riverains investissent peu la montagne et lorsqu’ils vont dans les massifs maritimes des Maures et de l’Estérel, très peu peuplés au demeurant, c’est pour exploiter les ressources forestières de domaines qui sont largement sous leur contrôle : bois, liège, châtaignes, miel, feuilles d’arbousiers sont acheminés vers les rives provençales pour être chargés sur des petits caboteurs. Au-delà de la frange côtière, des entrepreneurs établis sur les littoraux – y compris des religieux comme ceux de Saint-Victor et de Lérins – ont été à l’initiative de la fondation ou restauration de foulons ou moulins à laine dans le Haut-Verdon, et de la création de scieries, mégisseries ou tanneries27, mais les cas sont anciens et isolés.

  • 28 Collomp A., La maison du père. Famille et village en Haute-Provence aux XVIIeet XVIIIesiècles, Par (...)
  • 29 Roche-Galopini G., Les marchands droguistes de la montagne de Lure, Mane, Alpes de Lumière, 1998, (...)

18Au vrai, « comme il est habituel dans les régions montagnardes, le flux migratoire va dans un seul sens […] celui de la pente […] de la Haute-Provence vers les rivages de la Méditerranée28 ». Ces déplacements peuvent dessiner des mouvements pendulaires comme ceux des colporteurs des Basses-Alpes ou marchands droguistes de la montagne de Lure qui approvisionnent les apothicaires et épiciers de Marseille en simples, lavande et autres produits de la montagne et en rapportent, ainsi que le montrent les achats effectués par l’hôpital de Sisteron au début du XVIIIe siècle, les drogues et épices venues du Levant, des Antilles ou de l’océan Indien29.

  • 30 Archives départementales des Hautes-Alpes. B 330 : Traites et gabelles. Faux saunage : procès (173 (...)

19Décrivant un semblable mouvement, les muletiers de Haute-Provence acheminent vers les littoraux les productions de l’agriculture de montagnes (viande, lait, fromages, bois, amandes, poix, draps cordeillats, prunes, peaux, glace, blé rouge) et prennent – notamment dans les régions de Marseille, Toulon, Fréjus et Cannes – le vin et l’huile d’olive qui font défaut à la Provence montagneuse, mais aussi des épices, sel, poissons, tissus, se livrant, à l’occasion, à quelque contrebande à l’instar de Pierre Valentin, originaire du Dauphiné, pris en 1736 par la brigade ambulante de Gap, chargé de sel de l’étang de Berre30.

  • 31 Furestier D., « Les radeliers de la Durance », Corvol A. (dir.), Marine et Forêt, Paris, L’Harmatt (...)
  • 32 Archives Municipales de Saint-Tropez, DD 33, 7 et 9 novembre 1776.
  • 33 Idem, FF 79, 1782.
  • 34 Les registres paroissiaux, les dossiers judiciaires et les actes notariés fournissent peu d’indica (...)

20Participant à ces migrations verticales – auxquelles nous pourrions associer les radeliers de la Durance31 – des bergers « descendent » en hiver vers les littoraux où des propriétaires – de Toulon, Fréjus, Cannes ou Saint-Tropez – louent prairies et terres « messuguières » pour l’« hivernaille. » Ainsi que le rappellent, à la fin du XVIIIe siècle, les magistrats municipaux de Saint-Tropez désireux, il est vrai, de voir agrandir l’église paroissiale, « il y a tous les ans l’hyver en cette ville aux environs de quatre cents païsans de la montagne » ; nombre relativement important à rapprocher des 2 500 habitants, environ, que compte alors la paroisse. Loin de mettre en cause cette affirmation, les adversaires de la reconstruction de l’édifice répondent que déjà « au XVIIe siècle ces montagnards venaient faire les travaux de la campagne comme ils le font aujourd’hui32 ». Dans la cité portuaire, où « tous les bras sont destinés à la mer33 », il est donc de longue date indispensable de faire appel à de nombreux forains pour mettre en valeur le modeste terroir. Hommes venus de la proche montagne des Maures ou de la plus lointaine montagne alpine ? Si leur présence constitue une permanence forte, il est difficile, au-delà de ce constat, de fournir des précisions quant à l’origine de ces « montagnards » et à leur intégration ou non dans la cité maritime34.

  • 35 Bertrand R. et al., Provence, Paris, Ch. Bonneton, 1989, p. 99.

21Plus complexe mais non moins important est le rôle des moissonneurs de Haute-Provence qui commencent leurs travaux dans les plaines littorales, aux moissons plus précoces, et « remontent » progressivement en Haute-Provence pour y effectuer celles de leurs champs. « Sans les bras de ces montagnards les récoltes se feraient difficilement » observe en connaissance de cause le naturaliste Darluc, natif de Grimaud. Les effectifs de ces équipes – hommes, femmes et enfants – étaient importants puisqu’estimés, au milieu du XIXe siècle, entre 15 000 et 20 000 personnes35. Des mouvements de moindre amplitude menaient aussi des Bas-Alpins sur les franges littorales pour les vendanges et la cueillette des olives.

  • 36 Au cours du XVIIIe siècle on compte 42 officiers de Marine chez les seuls Glandevès. D’Agay F., «  (...)

22Ces déplacements répondent parfois à des stratégies collectives. Pour des familles nobles de Haute-Provence – de Riez, Castellane, Aups, Moustiers-Sainte-Marie, Valensole… – la Provence maritime offre avec la Marine royale – à Marseille et plus encore à Toulon – des charges aux cadets. Les Castellane, Glandevès, de Grasse, Sabran, Blacas, Arbaud, Niozelles, Villeneuve, Rafélis, Raimondis – familles du « pays du Verdon » – se retrouvent dans le corps des galères et des vaisseaux dès la seconde moitié du XVIIe siècle. Il s’agit d’une mobilité saisonnière avec retour dans le haut pays, en fin de campagnes militaires, mais avec quelquefois une résidence définitive sur les littoraux ou à Versailles36.

  • 37 Buti G., « Du comptoir à la toge. Antoine Anthoine : négoce, familles et pouvoirs en Provence au X (...)
  • 38 Deschanel B., Les sociétés Chauvet. Négoce et révolutions entre Marseille et les Antilles (1785-18 (...)

23Des fils de la petite bourgeoisie suivent également pareille trajectoire en direction des villes portuaires pour se livrer au négoce à l’image d’Antoine Anthoine, originaire d’Embrun, correspondant à Constantinople de la maison Seimandy après un passage au comptoir marseillais de cette maison37. Il en est de même de Jacques Chauvet, originaire de la région de Sisteron, venu à Marseille avant de retrouver refuge dans la « montagne de Ribiers » pendant la Révolution38.

  • 39 Collomp A., op. cit., p. 230. L’organisation de la famille-souche « gavotte », avec transmission d (...)
  • 40 Vovelle M., op. cit., p. 105-133.
  • 41 Service Historique de la Défense, département Marine, Toulon 13P 5-41 à 47. Marseille (matricules)
  • 42 En pays d’Oc, le mot gavot ou gavach désigne le montagnard. Ce surnom vient de gavai (jabot) et tr (...)

24De pauvres travailleurs de la terre sont enfin poussés par la misère vers les littoraux. Quelques-uns poursuivent dans la cité d’accueil l’activité qui était la leur dans le « haut païs » – celle de jardinier, laboureur ou berger39 – mais beaucoup d’autres grossissent le prolétariat flottant des villes portuaires, engagés dans les « métiers du muscle » ou à bord des bâtiments de mer comme matelots40. Ainsi, alors qu’en 1770 la Provence intérieure fournissait 7,2 % des nouveaux inscrits au quartier maritime de Marseille, elle intervient pour 21,3 % en 178741. Dans cette ville, la présence montagnarde est d’abord « gavotte » c’est-à-dire issue de Haute-Provence (Basses-Alpes) et du Bas-Dauphiné (de Gap à Embrun42). La « gavotte » que danse, sur la toile de Joseph Vernet, un groupe de jeunes gens à l’entrée du port de Marseille n’est pas totalement étrangère à cette présence. Est-ce un indice d’intégration de ces « gens du nord » ?

25Dans les petits ports du littoral provençal, la mer apparaît également comme une « machine à recycler » le trop-plein relatif de l’arrière-pays montagneux, proche des rivages ou plus éloigné de ceux-ci. L’origine des novices de la marine marchande tend à le montrer, tandis que les absences et désertions soulignent la difficile adaptation de ces hommes au métier de la mer.

  • 43 Pour les marchands droguistes de la montagne de Lure voir Roche-Galopini G., op. cit., p. 37-38.

26Néanmoins, dans ces sociétés du déplacement force est de relever les similitudes dans le mode de vie de certains groupes ; ainsi en est-il d’une part des colporteurs ou des muletiers des montagnes provençales et d’autre part des marins caboteurs caravaneurs ou colporteurs des mers. Les uns comme les autres, qui ont appris leur métier sur le tas, auprès d’un parent, ne se contentent pas de charrier et de vendre de la marchandise ; ils font aussi du commerce pour leur compte – ou celui de la compagnie ou société qu’ils ont constituée –, participent à des circuits illicites et opérations de brigandage. Le poids de l’absence prolongée et répétée loin du domicile se mesure, dans les deux cas, par la fréquente absence des pères aux naissances et les procurations rédigées en faveur des épouses43.

  • 44 Pour la biographie de Jean-Joseph Esmieu on se reportera au travail interdisciplinaire exemplaire (...)

27Ces traits communs – auxquels pourraient être ajoutées endogamie et pluriactivité – favorisent-ils une meilleure et plus rapide intégration ? La question mérite d’être posée mais, en l’absence d’études suffisantes, seuls quelques cas, comme celui du colporteur Esmieu, peuvent marquer la complexité des situations. Natif de Méolan en Haute-Provence, il quitte la vallée de l’Ubaye pour Marseille à l’âge de onze ans. Tenté par la mer, malgré certaines appréhensions, il envisage de s’embarquer en qualité de mousse pour la Martinique, mais en est dissuadé par un « païs » d’Embrun qui l’encourage cependant à placer son argent « sur un bâtiment qui partait pour l’Inde » puis à « faire une pacotille ». Il opte finalement pour des activités de colportage, « roulant plusieurs années dans la Provence », mais renonce à revenir au païs à la suite d’un désaccord avec ses frères. La rupture avec la Haute-Provence suit son mariage avec une fille d’Hyères, alliée à des marins du quartier maritime de Saint-Tropez. Marchand drapier à Hyères, il abandonne un temps le colportage. Toutefois, vers 1820, des difficultés financières liées à la baisse des cours du coton lui font reprendre – en plus de son commerce sédentaire – un « magasin à dos » pour parcourir de nouveau la montagne, mais cette fois-ci celles des Maures. L’itinéraire de ce montagnard ne saurait être exemplaire mais permet de saisir sur le vif la circulation d’un homme entre haut et bas pays44.

  • 45 Berenger L.-P., Soirées Provençales, 3 volumes, Paris, 1786, p. 164.
  • 46 Merle R., « Aux origines de l’ethnotype méridional », Amiras, L’invention du Midi, 1987, p. 24-36.
  • 47 Bertrand R. et autres, La vie…, op. cit., p. 196.

28Une approche plus collective est fournie par les « gavots », ces hommes des Préalpes venus à Marseille au cours du XVIIIe siècle et reconnaissables à nombre d’éléments à la fois marqueurs identitaires et d’intégration limitée. Ainsi, en est-il de leurs gros souliers, de leurs grands chapeaux et de leurs vêtements – casaques et rabats pendants. En 1787, Bérenger, natif de Riez en pays du Verdon, rappelle que « ces montagnards ont conservé quelque chose du costume de leurs ancêtres : les femmes portent une robe de gros drap plissée sur les hanches et couleur de marron ou une énorme jupe cousue à un corset raide et sans grâce »… Par ailleurs, et toujours selon ce même Bas-Alpin : « L’idiome de ces montagnards n’est ni aussi riche, ni aussi doux que celui des rives du Rhône et des bords de la mer […] poli par le contact d’autres peuples45. » Le gavot se signale par un accent dérivé de l’occitan alpin, mais ce constat ne peut faire oublier l’aisance avec laquelle Jean-Joseph Esmieu utilise, selon les lieux, le provençal alpin de son enfance et le provençal maritime de l’âge adulte. Si le parler de la montagne s’oppose au « parler de la baïssa46 », le destin du montagnard « arraché à son biotope c’est de changer de langage pour faire oublier son alpinitude originelle47 ».

De nouvelles relations d’une société avec son environnement

29La lente mais réelle transformation des campagnes au cours du XIXe siècle avec l’essoufflement du système agro-pastoral ancien et la déprise agricole, le développement des circulations routière et ferroviaire – qui portent atteinte aux réseaux des colporteurs, muletiers et caboteurs – et l’industrialisation qui exige une importante main-d’œuvre pour les établissements littoraux modifient les rapports entre les rivages et le haut-pays, réduisent les va-et-vient entre les deux territoires, alors que se précisent de nouveaux usages sociaux et culturels de ceux-ci.

  • 48 Bertrand R., Provence, op. cit., p. 65.
  • 49 Actuel quartier de la Gavotte.
  • 50 Vovelle M., op. cit., p. 101.

30Le ruisselet de gavots aperçu au XVIIIe siècle en direction des rivages, et de Marseille en particulier, se transforme en torrent. Il prive les hautes terres de ses forces vives et se mêle aux flots venus des Cévennes et de Corse, les deux autres montagnes méditerranéennes qui se vident pareillement au profit des littoraux48. L’image de ces montagnards dans la ville maritime s’affirme ; les gavottes, surtout domestiques, et les gavots, artisans, portefaix, logeurs, fripiers tendent à se grouper sur la butte des Carmes et au nord de la ville mais leur intégration ou non dans la société littorale reste difficile à appréhender49. Notons simplement, parmi les pièces à verser au dossier, que ces montagnards sont quelquefois l’objet de railleries lourdes de sens. Ainsi, sous la Restauration, on fit croire aux gavots qu’on donnait pour Pâques des pois chiches à l’église des Chartreux et on les invita à se munir d’une marmite pour profiter de la distribution ; quelques-uns ne manquèrent pas de le faire et furent l’objet de ricanements. Au vrai, cette cruelle plaisanterie tournait en dérision la pratique des « donnes » ou distributions alors en usage dans la montagne provençale en signe de solidarités collectives50. Les hommes des rivages qui taquinaient ainsi les gavots connaissaient les hautes terres et leurs coutumes, étant pour nombre d’entre eux descendants de Bas-Alpins. Cette attitude traduit-elle une hostilité des Marseillais à leur égard ou, pour une certaine élite urbaine tout au moins, la nostalgie d’anciennes solidarités chrétiennes dont les montagnards paraissaient encore les dépositaires ?

31Par ailleurs, l’engouement qui se dessine depuis la fin du XVIIIe siècle pour la montagne et les rivages ne touche que tardivement les massifs et littoraux provençaux. L’appréciation de la montagne selon le modèle alpin participe à la dévalorisation du relief provençal : du haut des collines d’Hyères ne cherche-t-on pas à voir les hauts sommets des Alpes ou de Corse, les seules « véritables » montagnes ?

  • 51 Darluc M., Histoire naturelle de la Provence, 3 vol. , Avignon, 1784-86., t. 2, p. 274.

32C’est le moment où le naturaliste Darluc établit une distinction entre Provence littorale, Provence des hautes-terres et Provence centrale, découpage développé ultérieurement par divers observateurs. La Provence littorale est esthétiquement valorisée, mais la valorisation du paysage ne saurait masquer le relâchement qui règne dans les villes maritimes où femmes et enfants ne reçoivent qu’une « molle éducation » ; là « le luxe, l’aisance et les commodités de la vie y ont complètement changé l’espèce humaine51 ». Le littoral est à la fois fertile et « mortifère », synonyme de beauté et de mauvaises mœurs. L’« histoire de l’aviron » est prête à être réactivée.

  • 52 Ibid., p. 6.
  • 53 Berenger L.-P., op. cit., t. 1, p. 85.
  • 54 Darluc M., op. cit., t. 1, p. 6.
  • 55 C. de Villeneuve-Bargemont observe, dans son Voyage dans la vallée de Barcelonnette (Agen, 1815) e (...)

33À la suite de Darluc d’autres auteurs, comme Bérenger ou Millin, déconseillent aux montagnards, habitués à une existence rude mais saine, de quitter leur « haut païs » pour gagner les rivages, qui plus est les cités portuaires. La salubrité et la « moralité » du monde montagnard s’opposent au séjour malsain dans les plaines côtières dont la fréquentation conduit à la dépravation. Toutefois, si la proximité des rivages provoque une dégénérescence physique et morale, la « pratique de la mer » tend à favoriser l’émergence de saines vertus. Alors que l’homme littoral apparaît comme la figure corrompue de la provençalité originelle – dont la Provence médiane serait le conservatoire – il est un groupe d’hommes qui échappent à l’humanité dénaturée par la vie citadine, ce sont les gens de mer et plus précisément les pêcheurs. La figure de ceux-ci se construit par opposition à « cette classe d’hommes que le séjour et le climat relâché des villes amollissent52 ». La volonté de distinguer le bon pêcheur du reste de la société littorale conduit à exalter le naturel de ces populations dans un regard qui balance entre approche médicale et idéalisation. D’aucuns comme Bérenger soulignent l’innocence des « aborigènes de la côte provençale » vivant dans des « cabanes de branches entrelacées [avec des] couches faites d’algues marines53 ». Ils sont vertueux, naïfs, bons, besogneux, économes, près de la nature et savants – comme le prouvent leurs techniques de pêche décrites par Millin ou le préfet Fauchet. Ils ont des corps sains, robustes, endurcis au travail dès le plus jeune âge ; ils se contentent de joies simples, « s’exercent à la nage, vont à pieds nus, sont habillés légèrement, résistent aux coups de vents et aux flots mutinés54 ». Bref, ce sont de vrais montagnards ! Comme les gavots ce sont des hommes de la nature et non de la culture, même si au même moment la Haute-Provence fournit quantité de maîtres d’école55.

34Les voyageurs tendent à faire du pêcheur et du montagnard les variantes provençales du « bon sauvage » capable de résister aux assauts de la nature hostile comme aux vices de la société urbaine. Dans une certaine mesure « l’illustre Maurin des Maures » peut être perçu comme la synthèse et l’aboutissement de ces deux constructions. Le patronyme choisi par Jean Aicard n’est-il pas forgé à partir de cette double composante, celle de l’ancien marin de Saint-Tropez réfugié dans le massif des Maures ?

  • 56 Buti G., « Naviguer pour son plaisir à Saint-Tropez. Contribution à l’histoire de la plaisance », (...)
  • 57 Dénomination de Stephen Liegeard en 1877. Voir Boyer M., L’invention de la Côte d’Azur. L’hiver da (...)
  • 58 Bertrand R., « L’invention de la Haute-Provence, jalons pour une recherche. L’épisode napoléonien  (...)
  • 59 Attard-Maraninchi M.-F., « Un regard insolite sur le littoral provençal : la Société des Excursion (...)

35À partir du dernier tiers du XIXe siècle se produit un véritable basculement de la perception de la montagne et des rivages méditerranéens en lien avec l’essor du tourisme hivernal et la « quête d’authenticité » que vantent des guides de voyage. Les littoraux deviennent des espaces de loisir avec le développement de la plaisance puis du yachting56, avec la définition de stations climatiques et l’« invention de la côte d’Azur57 ». C’est au même moment que se situe l’« invention de la Haute-Provence », dont on peut suivre les jalons à travers l’histoire de la « route Napoléon58 », et que s’affirme l’intérêt pour la montagne, entendez la « haute », celle des alpinistes tandis que, plus discrètement, les excursionnistes des cités riveraines découvrent le littoral et ses massifs59 laissant néanmoins à l’écart la Haute-Provence aux descriptions semblables à celles du début du siècle.

  • 60 Gensollen H. Z., Essai historique, topographique et médical sur la ville d’Hyères en Provence, Pari (...)
  • 61 Corbin A., Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, édition Champ (...)

36Dans leurs nouveaux usages ces territoires présentent quelques dénominateurs communs. Ce sont des espaces pour le bien-être et la santé. L’approche médicale du milieu trouve sa forme la plus aboutie dans le genre nouveau que constituent les Topographies médicales à l’instar de celle du docteur Gensollen dédiée à Hyères60. Aux vertus de l’eau de mer des stations balnéaires – ces lieux de « nouvelle harmonie du corps et de la mer61 », en attendant la célébration du soleil – répondent celles des eaux thermales de Haute-Provence, de Gréoux-les-Bains mentionné par Stendhal à Digne-les-Bains. Ces usages nouveaux sont surtout le fait d’une clientèle venue d’ailleurs – Français du nord, Anglais, Allemands, Russes – mais concernent aussi des Provençaux ; cependant, un mouvement nouveau s’esquisse pour les gens des rivages en direction des montagnes, proches ou plus lointaines, en attendant pour certains le retour au haut-pays originel. Le mouvement s’amplifie et au milieu du XXe siècle :

  • 62 Giono J., Provence, Paris, Gallimard, 1993, p. 34-35 (texte « Il est vain de vouloir réunir… » de 1 (...)

« Dès que le Marseillais a du temps libre il prend sa voiture et va dans les Alpes […]. Le Marseillais ne rêve pas d’Océanie ou de mers du Sud, il ne rêve que de bastidon ou d’Alpes-d’Huez62. »

37Le propos, volontairement réducteur, sinon provocateur, signale néanmoins un nouveau et complexe rapport entre les Provençaux des rivages et ceux des montagnes.

38Ce parcours, qui prétend esquisser la modification du regard et suivre les mutations qui affectent la perception du territoire provençal, est à la fois ambitieux et superficiel.

39L’évolution, dégagée à grands traits, appellerait reprises, approfondissements et comparaisons. La distinction entre la mer et la montagne, entre « les Provençaux des rivages et ceux des montagnes » s’affirme à un moment où les relations entre ces deux ensembles s’estompent et tendent à s’individualiser. Au reste, on passe progressivement d’un espace ignoré, marginalisé, vide, fait d’indifférence ou de peur, à un espace objet d’étude et projection culturelle avant qu’il soit perçu comme une construction économique, sociale et politique à la dimension environnementale croissante.

40Le temps n’est plus lointain où l’on demandera : « Que préférez-vous : la mer ou la montagne ? » Et, dans sa résonance provençale, l’interrogation pourrait être complétée en précisant : « Marius ou Angelo ? Pagnol ou Giono ? »

Notes

1 Aicard J., L’Illustre Maurin, Paris, 1908. Réédition, Paris, Flammarion, 1973, p. 399-401.

2 Berenger-Feraud L. J.-B., Les Légendes de la Provence, Paris, E. Leroux, 1888.

3 Braudel F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, tome i, Paris, A. Colin, édition 1966, p. 22.

4 Bertrand R, Bromberger C., Martel C., Mauron C., Onimus J. et Ferrier J.-P., Provence, Paris, Ch. Bonneton, 1989, p. 5.

5 Cité par Braudel F., op. cit., p. 27.

6 780 mètres pour le massif des Maures (Notre-Dame des Anges) et 614 mètres pour l’Estérel (mont Vinaigre).

7 Seul l’abbé Expilly, qui parle du « bois des Maures », ne comptabilise pas ce massif parmi les montagnes de Provence. Voir : Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, 2 vol. , Amsterdam, 1762-1770. Article « Provence », p. 869.

8 « Toulon, port la montagne » après 1793 et « Marseille, montagne de la République » seraient à porter sur un tout autre registre…

9 Sulzer J. G., Journal d’un voyage fait en 1775-1776 dans les pays méridionaux de l’Europe, La Haye, 1781, p. 126.

10 Le voyage littéraire de Chapelle C. E. et Bachaumont F. cité par Goulemot J.-M., Lidsky P. et Maseau D., Le voyage en France, Paris, Laffont, 1995, p. 408.

11 Longuerue, abbé de, Description historique et géographique de la France ancienne et moderne, enrichie de plusieurs cartes géographiques, Paris, 1719, p. 362.

12 Sulzer J. G., op. cit., p. 145.

13 Millin A.-L., Voyage dans les départements du Midi de la France, 6 volumes, Paris, 1807-1811, p. 447.

14 Laurensi J., Histoire de Castellane, Castellane, Audemar, 1775, p. 440.

15 Baudrot K., De l’espace aux paysages. Regards sur le massif littoral des Maures (fin XVIIe-début XIXe siècle), mémoire de maîtrise, université de Paris 1 (dir. Cabantous A.), 1999, p. 9.

16 S’instruire et se divertir sont les mobiles essentiels du voyage en Provence. Le périple de Chapelle et Bachaumont répond à ces objectifs et détermine pour longtemps l’image de la Provence et des Provençaux – on dénombre 27 éditions de leur récit entre 1680 et 1902.

17 Vovelle M., De la cave au grenier. Un itinéraire en Provence au XVIIIe siècle. De l’histoire sociale à l’histoire des mentalités, Québec, S. Fleury, 1980. p. 413.

18 Gaultier J. B., La vie et les lettres de messire Jean Soanen, évêque de Senez, Cologne, 1750, t. 1, p. 10, cité par Bertrand R., « Haute Provence, Basses-Alpes : images du haut-pays de Gassendi à Giono », Barthes A. (dir.), Vivre en Haute Provence, Digne, 2006, p. 44.

19 Ce récit n’a été imprimé qu’au milieu du XXe siècle aux États-Unis. Campion C. M., Œuvres de C.-M. Campion, poète marseillais du XVIIIe siècle… éditées par Seeber E. et Remak H., Bloomington, Indiana University Publications, 1945, p. 36-42 cité par Bertrand R., « Haute Provence, Basses-Alpes : images… », op. cit., p. 44.

20 Moszynski A. F., comte, Voyage en Provence d’un gentilhomme polonais (1784-85), publié par Benoit F., Marseille, Institut Historique de Provence, 1930, p. 74 et 76.

21 Archives de la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille, D17. Police du port de Marseille, 17 juin 1749.

22 Étant donné le lieu de la promenade, ce dégoût est peut-être lié, ainsi que le propose Régis Bertrand, à l’odeur de l’abattoir, proche de ce lieu. Voir : Bertrand R., Coste M. et P., Fontaine L., Halpherin J. L., Martel P., Merle R., Romagnan B., Royer J.-Y., La vie pénible et laborieuse du colporteur Esmieu (1762-1832), Mane-Barcelonnette, Alpes de Lumière/Sabença de la Valeia, 2002., p. 56 et 71.

23 Papon J. P., abbé, op. cit., p. 6.

24 Millin A. L., op. cit., p. 449.

25 Le matelot fait toutefois exception : voir Pellegrin N., « L’image des Provençaux dans les recueils imprimés de costumes (XVIe-XIXe siècles) », Cousin B. (dir.), Images de la Provence, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 1992, p. 281-296.

26 La Provence comptait environ 533 000 habitants vers 1690, 700 000 vers 1765 et 805 000 à la veille de la Révolution. En 1791, on estime que dans les départements des Bouches-du-Rhône et du Var (480 000 hab.) environ 180 000 habitants sont sur le littoral (avec 18 à 20 % à Marseille et Toulon). Le département des Basses-Alpes comptait environ 135 000 hab.

27 Sclafert Th., Cultures en Haute-Provence. Déboisement et pâturages au Moyen-Âge, Paris, Sevpen, 1959.

28 Collomp A., La maison du père. Famille et village en Haute-Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1983, p. 217.

29 Roche-Galopini G., Les marchands droguistes de la montagne de Lure, Mane, Alpes de Lumière, 1998, p. 50-51.

30 Archives départementales des Hautes-Alpes. B 330 : Traites et gabelles. Faux saunage : procès (1733-1736). Procès-verbal (9 mars 1736).

31 Furestier D., « Les radeliers de la Durance », Corvol A. (dir.), Marine et Forêt, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 445-460.

32 Archives Municipales de Saint-Tropez, DD 33, 7 et 9 novembre 1776.

33 Idem, FF 79, 1782.

34 Les registres paroissiaux, les dossiers judiciaires et les actes notariés fournissent peu d’indications sur ceux qui se fixèrent sur le rivage tropézien.

35 Bertrand R. et al., Provence, Paris, Ch. Bonneton, 1989, p. 99.

36 Au cours du XVIIIe siècle on compte 42 officiers de Marine chez les seuls Glandevès. D’Agay F., « Les officiers de marine de la vallée du Verdon », (à paraître Provence historique, 2010).

37 Buti G., « Du comptoir à la toge. Antoine Anthoine : négoce, familles et pouvoirs en Provence au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 112, 2005, no 4, p. 201-215.

38 Deschanel B., Les sociétés Chauvet. Négoce et révolutions entre Marseille et les Antilles (1785-1805), thèse École nationale des chartes, ex. dactyl., 2009. Le cas des « Barcelonnettes » ou « Mexicains » qui dépasse à l’évidence le cadre de cette étude et qui est relativement bien connu n’est pas abordé ici.

39 Collomp A., op. cit., p. 230. L’organisation de la famille-souche « gavotte », avec transmission de la maison du père et des terres à l’aîné et départ des cadets, a évité le surpeuplement du haut-pays.

40 Vovelle M., op. cit., p. 105-133.

41 Service Historique de la Défense, département Marine, Toulon 13P 5-41 à 47. Marseille (matricules).

42 En pays d’Oc, le mot gavot ou gavach désigne le montagnard. Ce surnom vient de gavai (jabot) et trouve son origine dans le goitre qui naguère affectait souvent les populations de la montagne alpine souffrant d’une carence en iode. Bertrand R. et al., La vie…, op. cit., p. 52, note 49.

43 Pour les marchands droguistes de la montagne de Lure voir Roche-Galopini G., op. cit., p. 37-38.

44 Pour la biographie de Jean-Joseph Esmieu on se reportera au travail interdisciplinaire exemplaire réalisé par Bertrand R., Coste M. et P., Fontaine L., Halpherin J.-L., Martel P., Merle R., Romagnan B., Royer J.-Y., La vie pénible et laborieuse du colporteur Esmieu (1762-1832), Mane-Barcelonnette, Alpes de Lumière/Sabença de la Valeia, 2002.

45 Berenger L.-P., Soirées Provençales, 3 volumes, Paris, 1786, p. 164.

46 Merle R., « Aux origines de l’ethnotype méridional », Amiras, L’invention du Midi, 1987, p. 24-36.

47 Bertrand R. et autres, La vie…, op. cit., p. 196.

48 Bertrand R., Provence, op. cit., p. 65.

49 Actuel quartier de la Gavotte.

50 Vovelle M., op. cit., p. 101.

51 Darluc M., Histoire naturelle de la Provence, 3 vol. , Avignon, 1784-86., t. 2, p. 274.

52 Ibid., p. 6.

53 Berenger L.-P., op. cit., t. 1, p. 85.

54 Darluc M., op. cit., t. 1, p. 6.

55 C. de Villeneuve-Bargemont observe, dans son Voyage dans la vallée de Barcelonnette (Agen, 1815) et en reprenant l’article « Barcelonnette » de la Géographie de la Provence de C.-F. Achard, ce « degré d’instruction peu commun dans le reste de la France ». Sur cette alphabétisation : Vovelle M., op. cit., p. 313.

56 Buti G., « Naviguer pour son plaisir à Saint-Tropez. Contribution à l’histoire de la plaisance », Revue de la Société des Amis du Vieux Toulon et de sa région, no 129, 2007, p. 439-456.

57 Dénomination de Stephen Liegeard en 1877. Voir Boyer M., L’invention de la Côte d’Azur. L’hiver dans le Midi, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001, p. 317-322.

58 Bertrand R., « L’invention de la Haute-Provence, jalons pour une recherche. L’épisode napoléonien », Histoire des Alpes. Storia delle Alpi. Geschichte der Alpen, Lugano, 2001, no 6, « Entre les Alpes et la mer », p. 105-115 et du même auteur « De l’itinéraire de Bonaparte à la Route Napoléon : mémoire écrite et monuments commémoratifs », Recherches régionales Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, 2007, no 185, p. 84-90.

59 Attard-Maraninchi M.-F., « Un regard insolite sur le littoral provençal : la Société des Excursionnistes Marseillais », Guillaume P. (dir.), La vie littorale, Paris, CTHS, 1999, p. 321-337 et du même auteur « Récits de montagne des Excursionnistes Marseillais, au début du XXe siècle : de l’exemplaire au légendaire », Cabanel P., Granet-Abisset A.-M., Guibal J. (dir.), Montagnes, Méditerranée, Mémoire. Mélanges offerts à Philippe Joutard, Aix-en-Provence, Musée dauphinois et PUP, 2002, p. 403-412.

60 Gensollen H. Z., Essai historique, topographique et médical sur la ville d’Hyères en Provence, Paris, 1820.

61 Corbin A., Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, édition Champs - Flammarion, 1990, 71-113.

62 Giono J., Provence, Paris, Gallimard, 1993, p. 34-35 (texte « Il est vain de vouloir réunir… » de 1961).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search