Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les déportations en héritage

 | 
Aurélie Campana
, 
Grégory Dufaud
, 
Sophie Tournon

Troisième partie. Sortir de l'URSS : composer avec le passé

Géorgie : l’ajournement indéfini du rapatriement des déportés de Meskhétie

Sophie Tournon

Texte intégral

L’auteure souhaite remercier Emil’ Adelhanov pour ses conseils avisés et exprimer toute sa gratitude à Nino Zarkua pour son précieux soutien à Tbilissi.

Situation des Meskhètes

  • 1 L’auteure souhaite remercier Emil’ Adelhanov pour ses conseils avisés et exprimer toute sa gratitu (...)
  • 2 Ce terme est pris dans son sens le plus neutre de personne déportée de Meskhétie, sans considérati (...)
  • 3 Trier T. et Khanzhin A. (ed.), The Meskhetian Turks at a Crossroads. Integration, Repatriation or (...)
  • 4 Aydingűn A., « Creating, Recreating and Redefining Ethnic Identity : Ahiska/Meskhetians Turks in S (...)

1Les1 Meskhètes2, éparpillés dans l’espace postsoviétique, forment une nébuleuse plus unie par une culture, une origine géographique et un sort communs que par une identité ethnique partagée ou le désir de retourner en Meskhétie d’où ils ont été déportés en 1944. Il n’existe aucune donnée fiable permettant de quantifier la population totale des Meskhètes. Selon les sources, ils seraient de 300 000 à 500 000 au maximum dont, d’après les estimations les plus récentes, 130 000 en Azerbaïdjan et autant au Kazakhstan, plus de 75 000 en Fédération de Russie, 33 000 en Kirghizie et 25 000 en Ouzbékistan3. La Turquie en aurait accueilli 35 000 ; l’Ukraine et les États-Unis 10 000 chacun4. Enfin, ils sont actuellement moins d’un millier en Géorgie.

  • 5 Nous n’aborderons pas le cas des Kurdes, Khemchiles et autres petits groupes déportés en même temp (...)

2Les Meskhètes bénéficient de différents statuts selon leurs lieux de résidence et la politique engagée par les autorités à leur encontre. Les naturalisés sont les plus nombreux : sont concernés les Meskhètes d’Ukraine, de Géorgie et d’Asie centrale ainsi qu’une grande partie de ceux de Russie, de Turquie et d’Azerbaïdjan. Seconde catégorie, les apatrides concernent environ 15 000 Meskhètes dans le territoire de Krasnodar et 20 000 en Turquie. Enfin, le statut de réfugiés a été accordé par les États-Unis aux apatrides du Krasnodar, avec la possibilité à court terme de recevoir la citoyenneté ; l’Azerbaïdjan a fait de même pour les 40 000 Meskhètes arrivés après 1989. Il est à noter qu’il n’existe aucun réfugié meskhète en Géorgie, cette catégorie ne rentrant pas dans le champ juridique géorgien. Éclatée, dispersée, la population meskhète est loin de constituer une communauté compacte : il convient mieux de parler de micro-communautés meskhètes disséminées dans le monde. Après 70 ans d’exil, les liens avec la Meskhétie se sont distendus, mais la question de leur droit au rapatriement demeure, avec son cortège d’interrogations juridiques, politiques et sociales. Ce chapitre, entièrement centré sur la Géorgie indépendante, montre les conséquences de la déportation des musulmans de Meskhétie pour cet État post-soviétique longtemps fermé à tout traitement de la question du retour des anciens déportés et de leurs descendants5. Il souligne le traitement ou non traitement que ce pays réserve à cette question en fonction de ses liens avec les acteurs institutionnels et les différents États concernés. De même, il aborde les perceptions développées respectivement par les différentes institutions intéressées par ce cas et par les représentants et les communautés meskhètes. Enfin, il traite de l’impact de la question du rapatriement sur la société civile géorgienne, largement ignorante de la réalité de la situation des Meskhètes, mais qui débat avec passion d’un sujet particulièrement sensible.

Un héritage soviétique encombrant

3L’un des contentieux inextricables que la Géorgie entretient avec la Russie concerne la responsabilité de la déportation des musulmans de Meskhétie. L’aspect juridique de cette question est des plus épineux, car il se pose dans un contexte extrêmement politisé entre la Russie et le petit État caucasien indépendant (séparatismes de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, démantèlement âprement négocié des bases militaires russes en Géorgie, passage contesté de l’oléoduc BTC, blocus commerciaux, guerre d’août 2008, etc.). Deux facteurs concomitants sont à l’origine du problème actuel : d’une part, l’URSS a réhabilité les Meskhètes en tant que citoyens d’un État aujourd’hui disparu et éclaté et, d’autre part, la Géorgie se ferme sur elle-même.

  • 6 Baratašvili M., Pravovoe položenie meshov-migrantov v Gruzii, Tbilissi, USIA, 1998.

4La Fédération de Russie est devenue juridiquement l’unique héritière des dossiers soviétiques, charge qu’elle cherche toutefois à partager avec les États membres de la Communauté des États Indépendants (CEI) selon des accords bilatéraux. Si la loi russe sur la réhabilitation des peuples réprimés de 1991 réhabilite de fait les Meskhètes, elle ne peut leur garantir la citoyenneté russe ni le retour en Géorgie, État devenu indépendant en 1991. Initialement inclus dans les Accords généraux sur les personnes déplacées d’octobre 1992, les Meskhètes ne peuvent revendiquer un droit au retour avant 1993, date de l’adhésion de la Géorgie à la CEI. Or, les Géorgiens se choisissent en 1991 pour président une figure du nationalisme antirusse. Le programme de Zviad Gamsakhourdia, élu le 26 mai, ressemble à ceux des autres leaders nationalistes des républiques post-soviétiques : il allie nationalisme, populisme, xénophobie et autoritarisme. Sa définition essentialiste de la nation tend à rejeter les minorités ethniques hors de Géorgie. Pour la classe dirigeante géorgienne d’alors, il ne fait aucun doute que la main de Moscou, pour qui l’idée d’un « étranger proche » indépendant est insupportable, dirige dans l’ombre le levier des minorités nationales du Caucase. Les centaines de Meskhètes présents en Géorgie sont alors expulsés manu militari6.

  • 7 Entretien avec G. Mamulia le 27.04.2002.
  • 8 Mamuliâ G., « Koncepciâ gosudartsvennoj politiki v otnošenii deportirovannyh repatrijrovannyh v Gr (...)
  • 9 Baratašvili M., op. cit.

5Élu président le 11 octobre 1992, Edouard Chévardnadzé, ancien ministre des Affaires extérieures de l’URSS de M. Gorbatchev et ancien dirigeant de la république géorgienne, s’installe à la tête du pays avec la volonté de sortir la Géorgie du chaos dans lequel elle s’enfonce. Toutefois, les membres du gouvernement et pratiquement toute la classe politique demeurent résolument hostiles au rapatriement. Sur cette question sensible, E. Chévardnadzé opte pour une Realpolitik très habile : il reconnaît quelques associations meskhètes et crée des Commissions successives, ce qui a l’avantage de prouver sa volonté d’ouverture tout en ne débouchant sur rien de concret dans l’immédiat. Les associations meskhètes enregistrées en Géorgie ont en commun d’être toutes d’orientation géorgienne (Hsna puis les deux associations des descendants de Latifšah Baratašvili, Patria et Fond L. Baratašvili). La plus grande organisation, Vatan, a, quant à elle, été rejetée pour ses stratégies identitaires pro-turques. Bien que relativement nombreuses au vu de la présence limitée de Meskhètes en Géorgie (au moins cinq associations pour moins de 1 000 rapatriés), ces associations n’ont ni réel pouvoir d’influence, ni représentant dans les instances officielles, ni assise réelle auprès des Meskhètes géorgiens qu’ils assistent dans leurs démarches. En mars 1992, la première Commission parlementaire présidée par l’historien géorgien Guram Mamulia7, fervent défenseur des droits des Meskhètes8, se révèle être une vitrine sans pouvoir de décision ni influence sur le Parlement. Aucune mesure concrète n’est prise, aucune échéance n’est fixée, aucun budget conséquent n’est attribué. Les diverses propositions de lois portant sur la question du rapatriement visent plus à ménager la Russie, impatiente de se débarrasser de ses apatrides meskhètes du Krasnodar. Elles n’ont abouti à aucune adoption9.

  • 10 Open S Ociety Institute, Meskhetians Turks : Solutions and Human Security, The Forced Migration, 1 (...)
  • 11 Baratašvili M., op. cit., p. 55.

6Exemple symptomatique de cette politique de louvoiement, la loi géorgienne de 1993 sur la citoyenneté géorgienne fait de la naturalisation un véritable parcours du combattant : connaissance de la langue et de l’histoire géorgiennes, rejet de la citoyenneté précédente souvent refusé par l’Azerbaïdjan et l’Ouzbékistan, et statut imprécis de « rapatrié » pendant la durée du traitement du dossier de demande de naturalisation, sans certitude que celle-ci aboutisse. Toutefois, le 15 novembre 1993, les centaines de Meskhètes ayant échappé aux pogroms de Z. Gamsakhourdia sont naturalisés10. Le 9 décembre 1996, un décret reconnaît « l’ethnocide » ayant conduit au « déracinement » et à la « déculturation » des Meskhètes, mais spécifie la responsabilité du seul régime soviétique. Ce décret met en place une énième Commission chargée de la question meskhète. Celle-ci préconise la préparation d’un projet de loi sur la réhabilitation et un retour par paliers des déportés, mais elle restera pratiquement lettre morte11. Au final, la Géorgie fait preuve d’un véritable manque de volonté et compte sur le facteur temps et sur l’indifférence générale des organismes internationaux pour laisser la situation s’étioler.

  • 12 Open Society Institute, op. cit.
  • 13 Baratašvili M., Integration of Meskhetian repatriates in Georgia. Achievements and problems. Tbili (...)

7La même année, un Comité parlementaire aux Questions juridiques, présidé par le jeune député Mikhéil Saakachvili, propose une loi « Sur la réhabilitation des victimes de répressions politiques » destinée à accompagner le dossier de candidature de la Géorgie déposé auprès du Conseil de l’Europe (CoE). Cette marque de « bonne volonté » purement formelle, qui deviendra plus tard l’une des conditions d’adhésion au CoE, s’applique en réalité à fermer définitivement les portes de la Géorgie aux candidats au rapatriement. Selon l’article 2, les rapatriés doivent être citoyens de la Géorgie, ce qui exclut de fait les Meskhètes et les autres nationalités déportées dans leur sillage (Kurdes, Khemchiles, etc.)12. D’autre part, si l’article 4.3 définit les victimes de répressions politiques comme des personnes exilées, déportées et envoyées en colonie spéciale sans accusation concrète – ce qui est applicable à la lettre aux Meskhètes –, l’article 1.3 insiste sur le fait que les groupes ethniques déportés entre le 25 février 1921 et le 28 octobre 1990, soit toute la période soviétique, feront l’objet d’une loi séparée. Cette décision démontre clairement l’absence de volonté politique et même le cynisme des autorités géorgiennes sur une question estimée superflue13.

  • 14 Open Society Institute, op. cit., p. 54.

8En 1999, la loi « Sur la reconnaissance des citoyens de Géorgie victimes de répressions politiques et sur la protection sociale des réprimés » reconnaît les minorités déportées après 1944, mais toujours pas les Meskhètes14. Certes, les difficultés économiques et sociales qui bouleversent la Géorgie expliquent un tel blocage institutionnel, mais ces tergiversations politiques et l’hostilité affichée des députés et de toute la classe politique, diffusée et amplifiée par la presse et la télévision, participent autant de la volonté de protéger un pays encore fragile que de se débarrasser du problème pour des raisons moins avouables (chauvinisme, xénophobie, turcophobie, islamophobie, ressentiments).

  • 15 Ibid., p. 54.
  • 16 Sumbadze N., « The Problem of Muslim Population of Southern Georgia : Prospects of Deportation and (...)
  • 17 Nodiâ G. (red.), Etno-konfessional’nye gruppy i problemy graždanskoj integracii v Gruzii. Azerbajd (...)
  • 18 Tarkhan-mouravi G., « Legal Aspects of the Issue of Muslim Meskhetians (Meskhetians Turcs) in Geor (...)

9Le rapatriement des Meskhètes dépend aussi des diverses situations qui sont les leurs et des autorités de leur pays de résidence. Le thème de la « faute partagée » amène la Géorgie à inclure la Russie et l’Ouzbékistan dans le partage des responsabilités quant à la situation d’éparpillement des Meskhètes. Cet argument est repris par les opposants au rapatriement, comme le très populaire député Guram Šaradze, qui cherche à dédouaner la Géorgie de ses responsabilités morales et juridiques15. Cette interprétation de l’héritage collectif est aussi adoptée par des défenseurs des droits au rapatriement qui déplorent qu’aucun des pays co-responsables de la situation des Meskhètes n’assume un rôle de protecteur16. Dans tous les cas, aucun des pays concernés n’affiche de réelle volonté de collaborer sur un sujet jugé mineur et relevant de la juridiction de la seule Géorgie17. Pour légitimer sa politique de non traitement du rapatriement, le gouvernement géorgien avance le risque d’une réhabilitation accompagnée de demandes de réparations et d’obligations trop lourdes à assumer, étant donné la situation économique catastrophique du pays. Il prétexte aussi des situations tendues avec l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud pour souligner son incapacité à garantir la sécurité de ses propres citoyens déplacés suite aux conflits du début des années 1990, a fortiori des éventuels rapatriés. Enfin, il insiste sur le fait que le rapatriement ne manquerait pas de faire éclater de nouveaux conflits dans la région de Samtskhé-Djavakhétie (où se trouve la Meskhétie « historique »), dont la population à forte minorité arménienne est ostensiblement réfractaire aux « Turcs ». Politiquement, le rapatriement des « Turcs » est une question largement impopulaire, et rares sont les personnalités qui se risquent à en défendre le principe. Dès lors, leur retour dépend de toutes sortes de facteurs improbables18, bien plus que d’une stratégie de construction démocratique d’une société civile ou d’une législation aux normes internationales.

Rôle et limites des OIG, ONG et associations

10L’intervention des organisations intergouvernementales (OIG) a permis de désenclaver le dossier en l’internationalisant. En mai 1996, l’OSCE, l’UNHCR et l’OIM poussent les États membres de la CEI à discuter ensemble du cas des réfugiés. Bien qu’aucune décision ne soit prise à l’issue de cette rencontre, elle a toutefois le mérite de donner une visibilité aux Meskhètes. C’est lors de cette rencontre que la délégation géorgienne se rapproche du Conseil de l’Europe. L’organisation européenne est perçue comme un tremplin vers l’Occident afin de contrebalancer l’influence russe dont le président É. Chévardnadzé veut détacher son pays.

  • 19 Osipov A., Rossijskij opyt êtnyčeskoj diskriminacii. Meshetincy Krasnodarskogo kraâ, Moscou, Memor (...)
  • 20 Pentikäinen O. et Trier T., Between Integration and Resettlement : the Meskhetian Turks, European (...)

11En 1998, OIG et ONG (OIM, HRW, FUEN) reviennent sur la question des Meskhètes, pour qui le rapatriement devient une urgence au vu du traitement réservé à la minorité meskhète apatride du Krasnodar, privée de19 tous droits fondamentaux. Leur insistance arrache à la Géorgie la pro-messe d’une révision de la loi sur l’acquisition de la citoyenneté et un nouveau projet de loi sur le rapatriement. En septembre 1998, la Conférence internationale de la Haye rassemble l’OSCE, l’UNHCR, l’Open Society Institute (OSI), des représentants de la Fédération de Russie, de l’Azerbaïdjan, de la Géorgie et des Meskhètes (dont l’association Vatan). La Géorgie doit reconnaître que le rapatriement est la solution favorisée par toutes les OIG, mais détourne la Conférence de son objectif en ethnicisant le débat. Pour la Géorgie, la question de l’origine contestée des déportés (sont-ils Turcs ou Géorgiens ?) est une condition préalable à toute décision20.

  • 21 Ibid ; Øverland I., Defusing a Ticking Bomb? Disentangling International organisations in Samtskhe (...)

12En mars 1999, la Conférence internationale de Vienne rassemble, outre les participants de la précédente, la Turquie, l’Ukraine, les États-Unis et le CoE. La présence de ce dernier est cruciale, car il est le dernier espoir des OIG et ONG pour infléchir la Géorgie. L’UNHCR, fort de son expérience dans la loi de réhabilitation des Tatars de Crimée, propose son soutien pour la préparation du projet de loi, en finançant l’Association des Jeunes Juristes. En outre, les rapports de l’European Centre for Minority Issue (ECMI) permettent de maintenir la question du rapatriement à un niveau visible à l’international21.

  • 22 Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, « The Situation of the Deported Meskhetian Populat (...)
  • 23 Les États-Unis ont en effet ouvert en 2004 un programme d’accueil et d’aide aux Meskhètes du Krasn (...)
  • 24 Malkki L., « National Geographic : the Rooting of Peoples and the Territorialization of National I (...)

13La question du rapatriement des Meskhètes prend une nouvelle dimension avec l’adhésion de la Géorgie au CoE en 1999. Suivant les recommandations de ce dernier, un projet de loi doit être soumis avant 2002 et le rapatriement des Meskhètes effectué avant fin 201222. Pour les OIG et la plupart des ONG locales, le retour en Géorgie représente la panacée, bien que le droit à l’intégration dans le pays d’accueil, voire un pays tiers, soit parfois envisagé. Or, la Géorgie parie sur l’enracinement des Meskhètes dans leurs lieux de résidence en Asie centrale, Russie et Azerbaïdjan, pour faire du rapatriement une solution réduite à sa portion congrue. Conséquence directe de cette politique, un grand nombre de Meskhètes, lassés des atermoiements géorgiens et/ou intégrés depuis longtemps dans leur pays d’accueil, préfèrent soit rester chez eux, soit se rendre en Turquie ou, pour les apatrides du Krasnodar, aux États-Unis23. Au final, les Meskhètes ont été largement contraints dans la pratique à s’adapter ou à être déplacés, au point de totalement déterritorialiser leur conception du foyer et de la patrie24.

  • 25 Øverland in Trier T. et Khanzhin A. (ed.), op. cit., 2007, p. 532-556.
  • 26 Rusitašvili T., « T’urk’i-mesxebi šurisdziebist’vis brundebian », Alia, 04.12.1997.

14Si le rôle plutôt positif, bien que réduit, des OIG et ONG est évident en la matière25, la responsabilité du rapatriement qui incombe désormais à la Géorgie produit un effet de crispation et de radicalisation des « anti-rapatriement ». En 1999, la réaction des élites politiques géorgiennes face aux conditions imposées par le Conseil de l’Europe est immédiate : l’ingérence du CoE dans ce dossier est perçue comme une nouvelle tentative de déstabilisation commanditée non plus par Moscou, mais par des bureaucrates étrangers « acharnés » contre une Géorgie fragilisée. « Si nous nous conformons à cette exigence [du Conseil de l’Europe], nous détruirons notre pays de nos propres mains », martèle dans la presse G. Šaradze, porte-parole de la frange droitière eurosceptique. L’argument communément26 avancé du risque sécuritaire inhérent à la présence de minorités en Géorgie « par essence » criminogènes, met en avant le risque qu’un conflit explose mécaniquement là où des ethnies différentes coexistent dans une situation de crise économique. L’État se dégage ainsi opportunément de toute responsabilité en cas de heurts.

  • 27 « M odel’û stroitel’stva gruzinskogo gosudarstva âvlâetsâ Gruziâ vremen carâ Davida stroitelâ », S (...)
  • 28 « Zurab Žvania provel vstreču s delegaciej « Ferejdanskih gruzin », Novosti Gruziâ, 24.09.2004, co (...)
  • 29 Baratašvili M., « Gruzia bez meshetincev ? Počti u celiö », Kavkazskij Akcent, no 119, 30 novembre (...)
  • 30 Kavkasia Press, 25.10.2004.
  • 31 M Ink G. et Neumayer L., L’Europe et ses passés douloureux, Paris, La Découverte, coll. « Recherch (...)
  • 32 Beridze M., p irdapiri reportažebi carsulidan. Mesxet’i da mesxebi, 1918-1944 cc, Tbilisi, Open So (...)

15Élu président le 4 janvier 2004, M. Saakachvili entame immédiatement une politique de « repeuplement » de la Géorgie en faisant appel aux Géorgiens expatriés. Ses discours patriotiques prennent pour modèle le roi David le Bâtisseur27, qui fit appel au XIIe siècle à des tribus turciques pour repeupler et renforcer le royaume géorgien. En septembre 2004, le Premier ministre va jusqu’à prier les Géorgiens islamisés d’Iran de retourner en Géorgie28. Cependant, toutes ces démarches excluent les Meskhètes29. Leur sentiment d’abandon est renforcé par les propos de la présidente du Parlement, Nino Burdžanadze, qui pose comme préalable à leur rapatriement le retour des déplacés d’Abkhazie et d’Ossétie30. L’année 2004 laisseaux Meskhètes un goût d’autant plus amer que la commémoration des 60 ans de la déportation se déroule dans une intimité forcée, sans médias ni représentants politiques. La mémoire des Meskhètes déportés ne semble en aucun cas concerner l’État géorgien qui rejette ce passé, incapable d’aborder ce sujet autrement que par un rapport biaisé à l’histoire et à l’identité ethnique. Dans ces conditions, une approche juridique et normative de la question meskhète paraît exclue. L’héritage mémoriel de la31 présence des musulmans de Meskhétie en Géorgie et de leur déportation est un défipour ce petit État soumis aux conditions de réconciliation et de justice réparatrice préconisées par les instances européennes. Le silence des manuels d’histoire et l’animosité des discours sur ces sujets reflètent bien les ressentiments persistants qui ajournent sine die toute chance de compromis et de réconciliation, et laisse place à une intolérance largement institutionnalisée32.

  • 33 Trier T. et Khanzhin A. (ed.), op. cit., 2007.

16En février 2005, le CoE rappelle la Géorgie à l’ordre. Le 2 mars 2005, un arrêté présidentiel crée une nouvelle Commission chargée d’étudier la question du rapatriement. Elle est dirigée par Giorgi Xaindrava, ministre aux Questions de régularisation des conflits, qui fait préparer un projet de loi pour la réhabilitation des Meskhètes. Alors qu’une vaste étude de la situation des Meskhètes dans l’ex-URSS et au-delà est entreprise avec l’aide de l’ECMI, en août 200633, la Commission est dissoute et le dossier se retrouve de nouveau dans une impasse.

La société civile face à la question du rapatriement

  • 34 Nodiâ G., « Muslimani mesxebis rep atriac’iis problemebi : amoc’anebi da mok’medebebi », Tbilissi, (...)

17Dans un long article, le politologue (et, plus tard, éphémère ministre de l’Éducation) Giâ Nodiâ appelle à une prise de conscience de la gravité de34 la situation. Il y évoque la « justice » due aux déportés, quelle que soit leur « orientation » identitaire, ainsi que de nombreux thèmes trop souvent méprisés ou ignorés de la classe dirigeante : la responsabilité juridique de la Russie, la responsabilité morale de la Géorgie, le respect des engagements internationaux et la prise en considération des capacités réelles de la Géorgie à enclencher le rapatriement. Ce faisant, il est en complet décalage avec la société civile et la classe politique géorgiennes. Les principaux obstacles au rapatriement sont, selon lui, l’absence d’une volonté politique et l’ignorance de l’opinion publique géorgienne. De fait, malgré la grande liberté de la presse géorgienne, l’écrasante majorité des médias sert de relais aux positions extrémistes et nationalistes des représentants politiques et de la majeure partie des intellectuels géorgiens.

  • 35 Zukakišvili G. et Gotebašvili M. (red.), Meshetincy – lûdi, lišennye rodiny. Tbilissi, Kavkazskij (...)
  • 36 Mesxišvili C., Pesvebi, mensuel de l’ONG Tolerant, no 1, Akhaltsikhé, 2005.

18Ces derniers se divisent toutefois en deux « camps » : la majorité opposée à tout traitement de la question, et la minorité de « révélationnistes » qui prônent la re-géorgianisation des Meskhètes et que l’on retrouve dans les associations d’aide aux rapatriés, tels Kavkazskij Dom (la Maison caucasienne), Tolerant et les associations meskhètes de Géorgie35. Deux « Centres d’intégration des Meskhs rapatriés » se chargent d’orienter les Meskhètes désireux de s’assimiler en Géorgie36. Le débat qui a lieu dans la société civile ne se réduit pas aux termes « pour » ou « contre » le rapatriement. Il pose des questions autrement plus complexes sur l’identité nationale et l’intégration citoyenne. La question de l’origine ethnique, turque ou géorgienne, des Meskhètes semble primordiale, au point qu’elle entrave toute réflexion apaisée sur le droit au rapatriement, aux compensations et à la réhabilitation.

  • 37 Hin J., Guests in Georgia : Integration in a Post-Soviet State : the Case of the Armenians, diplôm (...)
  • 38 Øverland I., Defusing a Ticking Bomb? Disentangling International organisations in Samtskhe-Javakh (...)
  • 39 Sumbadze N., op. cit.

19Parmi les arguments avancés contre le rapatriement des Meskhètes, certains manifestent diverses peurs ancrées dans une représentation « ethnicisante » du passé : ainsi la peur d’une « invasion » des musulmans par le biais d’une natalité élevée, des velléités d’islamiser la Géorgie ou de faire sécession une fois rapatriés. Des préjugés fortement ancrés dans les consciences font des Turcs et de l’islam une menace historique. Enfin, comme souligné plus haut, il est très souvent avancé que les Arméniens de Samtskhé-Djavakhétie, qui vivent dans une région autonome de facto – car délaissée – et entretiennent une mémoire arménienne protectionniste, sont particulièrement opposés à tout rapatriement37. Le souvenir perpétué du génocide de 1915 comme celui des pogroms anti-arméniens d’Azerbaïdjan et, plus récemment, de la guerre du Haut-Karabagh n’ont fait que renforcer l’hostilité ressentie envers les « Turcs », ennemis traditionnels. Dans ce contexte, le rapatriement est perçu comme une invasion turque ou, au contraire, comme une politique de géorgianisation de la région38. Pourtant, toutes ces hostilités découleraient de problèmes essentiellement économiques, la compétition engendrée par la crise économique aggravant les ressentiments diffus de nature historique et ethnique. Le problème fondamental ne serait donc pas l’identité des Meskhètes, mais leur revendication à s’installer dans un territoire particulièrement frappé par les difficultés économiques et sociales39.

  • 40 Baratašvili K., « Zakon, “daruûšij” rodinu, ili isskustvo vozmožnogo », Ûžnyj Kavkaz : regional’ny (...)

20Le Parlement a adopté une loi le 11 juillet 2007 permettant formellement le retour des déportés et de leurs descendants en Géorgie à partir de janvier 2008. Toutefois, les conditions imposées aux Meskhètes relèvent de l’impossible (présenter, entre autres documents, une preuve écrite de sa déportation) et les demandes sont in fine soumises au libre veto du ministère des Affaires intérieures. La déportation des Meskhètes n’est pas du ressort de la Géorgie et les Meskhètes ne sont pas reconnus comme victimes de répression. En outre, les candidats au rapatriement doivent déposer une demande à l’ambassade de Géorgie en un délai réduit, dernièrement repoussé à janvier 2010. Passé ce délai, en principe, aucune demande ne sera prise en considération. Enfin, le statut de « rapatrié » attribué aux demandeurs les place dans une situation kafkaïenne : les « rapatriés », concept juridique inédit au niveau mondial, doivent renier leur nationalité et attendre la décision du ministère de l’Intérieur quant à l’acceptation, ou non, de leur demande de naturalisation. « Rapatrié » apparaît ainsi comme un synonyme d’apatride. Selon le ministère des Réfugiés, 2 200 demandes ont été déposées début 2009, l’écrasante majorité provenant de l’Azerbaïdjan, où l’association locale Vatan affirme posséder encore 11 000 demandes en attente de traitement. Cette situation s’explique en partie par le grand nombre de Meskhètes vivant dans cette république voisine, mais aussi par l’absence – ou la stratégie ? – de communication et de distribution des formulaires nécessaires, le coût des traductions des documents requis, et le refus des administrations d’Asie centrale de « perdre » une population réputée besogneuse, à l’instar des Tatars de Crimée. Ainsi se désole Klara Baratšvili, meskhète rapatriée en Géorgie et présidente de l’association Patria, « Certes, la loi a été adoptée, mais l’obligation devant le Conseil de l’Europe n’a pas été respectée40. »

  • 41 Interview d’Andrej Khanzhin, Tbilissi, le 20.02.2007.
  • 42 Entretien du 16.06.2008 avec Emil’ Adelhanov, du CIPDD, Tbilissi.
  • 43 Tournon S., « Osipov : « Il ne fait pas prendre cette histoire de rapatriement au sérieux », 21.10 (...)

21Le petit nombre de Meskhètes en Géorgie, la faiblesse des associations meskhètes et l’inconsistance de leur activisme politique permettent d’affirmer que les rapatriés ne constituent en aucune manière un groupe d’influence. Dans un tel contexte, le pouvoir des Meskhètes à agir sur eux-mêmes via le législatif demeure quasi nul, d’où l’importance des acteurs internationaux. Premier d’entre eux, le CoE n’est toutefois pas le seul « levier » à pouvoir inciter les caciques géorgiens à reconsidérer leur position quant au rapatriement. Pour se détacher définitivement de son ancien allié et désormais adversaire russe, le gouvernement géorgien s’est déclaré candidat à l’OTAN et, pour cela, doit remplir toutes ses obligations internationales, tant économiques que juridiques, dont la question du rapatriement des Meskhètes. D’autre part, la Turquie pourrait proposer son aide financière aux rapatriés41, nouvelle « preuve », aux yeux des anti-Meskhètes, que le rapatriement est un plan sournois des Turcs42. Il semble alors que le sort des Meskhètes et autres peuples déportés de Géorgie repose essentiellement dans les mains d’acteurs extérieurs à la Géorgie et dans la volonté du seul président géorgien qui centralise tous les pouvoirs. Un bras de fer oppose ainsi la sphère politique géorgienne, légitimée par un électorat largement ignorant de la réalité des Meskhètes, et les dispositifs de production d’une réconciliation suivant les normes internationales. La plupart des analystes demeurent sceptiques quant à l’issue de ce problème43, principalement du fait de la mauvaise volonté du gouvernement géorgien. L’intégration d’une génération de Meskhètes sur leurs lieux actuels de résidence et le rôle d’États tiers (États-Unis, Turquie) font que le rapatriement n’est plus un problème urgent ni une solution privilégiée par les Meskhètes eux-mêmes, mais est avant tout devenue pour certains une question de principe.

Notes

1 L’auteure souhaite remercier Emil’ Adelhanov pour ses conseils avisés et exprimer toute sa gratitude à Nino Zarkua pour son précieux soutien à Tbilissi.

2 Ce terme est pris dans son sens le plus neutre de personne déportée de Meskhétie, sans considération pour son « orientation » identitaire.

3 Trier T. et Khanzhin A. (ed.), The Meskhetian Turks at a Crossroads. Integration, Repatriation or Resettlement? Lit Verlag, Societal Transformations, Munster, 2007.

4 Aydingűn A., « Creating, Recreating and Redefining Ethnic Identity : Ahiska/Meskhetians Turks in Soviet and Post-Soviet Contexts. », Central Asian Survey, vol. 21, no 2, 2002, p. 185-197 ; Aydingűn A., « Ahıska (Meskhetian) Turks : Source of Conflict in the Caucasus? », International Journal of Human Rights, no 2, juin, 2002, p. 49-64 ; Malinovs’ka O., « Novi etnični menšini v Ukrajni jak rezul’tat migracij (na prikladi turkiv-meshetinciv) », Collectif, Agora. Podolannja rozbižnostej – rozvitok osoblivostej, Vipusk 4, Stilos, Kiev, 2006, p. 138-147 ; Swerdlow S., « Understanding Post-Soviet Ethnic Discrimination and the Effective Use of U. S. Refugee Resettlement : the Case of Meskhetian Turks of Krasnodar Krai », California Law Review 94, no 6, 2006, p. 1827-1878.

5 Nous n’aborderons pas le cas des Kurdes, Khemchiles et autres petits groupes déportés en même temps que les Meskhètes, sur lesquels il n’existe pratiquement aucune donnée.

6 Baratašvili M., Pravovoe položenie meshov-migrantov v Gruzii, Tbilissi, USIA, 1998.

7 Entretien avec G. Mamulia le 27.04.2002.

8 Mamuliâ G., « Koncepciâ gosudartsvennoj politiki v otnošenii deportirovannyh repatrijrovannyh v Gruziû Meshov. Istoriâ i sovremennost’« , Central Asia and the Caucasus, vol. 1, no 2, 1999, p. 152-161.

9 Baratašvili M., op. cit.

10 Open S Ociety Institute, Meskhetians Turks : Solutions and Human Security, The Forced Migration, 1998, p. 48.

11 Baratašvili M., op. cit., p. 55.

12 Open Society Institute, op. cit.

13 Baratašvili M., Integration of Meskhetian repatriates in Georgia. Achievements and problems. Tbilissi, 2005.

14 Open Society Institute, op. cit., p. 54.

15 Ibid., p. 54.

16 Sumbadze N., « The Problem of Muslim Population of Southern Georgia : Prospects of Deportation and the Local Resistance », s. d., http://www.policy.hu/sumbadze/

17 Nodiâ G. (red.), Etno-konfessional’nye gruppy i problemy graždanskoj integracii v Gruzii. Azerbajdžancy, Armâne i Meshetinskie musul’mane, Tbilissi, Caucasian Institute for Peace, Democracy and Development, 2002, p. 63.

18 Tarkhan-mouravi G., « Legal Aspects of the Issue of Muslim Meskhetians (Meskhetians Turcs) in Georgia », Trier T. et Khanzhin A. (ed.), The Meskhetian Turks at a Crossroads. Integration, Repatriation or Resettlement ? Lit Verlag, Societal Transformations, Munster, 2007, p. 487-531.

19 Osipov A., Rossijskij opyt êtnyčeskoj diskriminacii. Meshetincy Krasnodarskogo kraâ, Moscou, Memorial, Zven’â, 1999.

20 Pentikäinen O. et Trier T., Between Integration and Resettlement : the Meskhetian Turks, European Centre for Minority Issue (ECMI), Working Paper no 21, 2004.

21 Ibid ; Øverland I., Defusing a Ticking Bomb? Disentangling International organisations in Samtskhe-Javakheti, paper 646, Oslo, Norwegian Institute of International Affairs, 2003.

22 Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, « The Situation of the Deported Meskhetian Population », Document 10451, Report of the Committee on Migration, Refugees and Population, janvier 1999.

23 Les États-Unis ont en effet ouvert en 2004 un programme d’accueil et d’aide aux Meskhètes du Krasnodar. Voir le film « Vragi Naroda », de V. Takmenev, 2008, passé sur la chaîne russe NTV, sur les conditions de départ de 15 000 Meskhètes et leur installation aux États-Unis. Ce film eut un grand retentissement parmi les Meskhètes d’Asie centrale et de Russie (Čikadze E., « Predstavleniâ turok-meshetincev o dome i rodine », Diaspory, no 2, 2006, p. 36-51).

24 Malkki L., « National Geographic : the Rooting of Peoples and the Territorialization of National Identity among Scholars and Refugees », in Gupta A. et Ferguson J. (eds.), 1997, Culture, Power, Place. Explorations in Critical Anthropology, Durham et Londres, Duke University Press, 1997, p. 52-75 ; Ray K., « Repatriation and De-Territorialization : Meskhetian Turks’Conception of Home », Journal of Refugee Studies, vol. 13, no 4, 2000, p. 391-414 ; Tomlinson K. G., Coping as Kin : Responses to Suffering amongst Displaced Meskhetian Turks in Post-Soviet Krasnodar, Russian Federation. University College London Department of Anthropology, unpublished PhD thesis of Philosophy, 2002 ; Čikadze E., op. cit.

25 Øverland in Trier T. et Khanzhin A. (ed.), op. cit., 2007, p. 532-556.

26 Rusitašvili T., « T’urk’i-mesxebi šurisdziebist’vis brundebian », Alia, 04.12.1997.

27 « M odel’û stroitel’stva gruzinskogo gosudarstva âvlâetsâ Gruziâ vremen carâ Davida stroitelâ », Svobodnaâ Gruziâ 22.11.2004, consulté le jour même : www.pankisi.info/media/?page=geetid=4369

28 « Zurab Žvania provel vstreču s delegaciej « Ferejdanskih gruzin », Novosti Gruziâ, 24.09.2004, consulté le 18.05.2005 : www.newsgeorgia.ru/news.html? nws_id=296774

29 Baratašvili M., « Gruzia bez meshetincev ? Počti u celiö », Kavkazskij Akcent, no 119, 30 novembre 2004.

30 Kavkasia Press, 25.10.2004.

31 M Ink G. et Neumayer L., L’Europe et ses passés douloureux, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2007.

32 Beridze M., p irdapiri reportažebi carsulidan. Mesxet’i da mesxebi, 1918-1944 cc, Tbilisi, Open Society – Georgia Foundation, 2005, p. 13 ; Tournon S., « Case Study : The Deportation of Muslims from Georgia », in J. Sémelin (dir.), Online Encyclopedia on Mass Violence, 2009, http://www.massviolence.org/The-Deportation-of-Muslims-from-Georgia?decoupe_recherche=meskhetes.

33 Trier T. et Khanzhin A. (ed.), op. cit., 2007.

34 Nodiâ G., « Muslimani mesxebis rep atriac’iis problemebi : amoc’anebi da mok’medebebi », Tbilissi, 24 Saati, 21 avril 2005.

35 Zukakišvili G. et Gotebašvili M. (red.), Meshetincy – lûdi, lišennye rodiny. Tbilissi, Kavkazskij Dom, 2008 ; P’Ut’Karadze T., Mesxet’idan deport’irebult’a t’vit’ark’ma. Ianet’ši č’asaxlebul pirt’a gamokit’xis šedegebis mixedvit’, Tbilissi, Art’anuži, 2005 ; Osipov A. et Swerdlow S. in Trier T. et Khanzhin A. (ed.), op. cit., 2007, p. 557-609.

36 Mesxišvili C., Pesvebi, mensuel de l’ONG Tolerant, no 1, Akhaltsikhé, 2005.

37 Hin J., Guests in Georgia : Integration in a Post-Soviet State : the Case of the Armenians, diplôme de l’Université d’Amsterdam, 1996.

38 Øverland I., Defusing a Ticking Bomb? Disentangling International organisations in Samtskhe-Javakheti, paper 646, Oslo, Norwegian Institute of International Affairs, 2003, p. 13.

39 Sumbadze N., op. cit.

40 Baratašvili K., « Zakon, “daruûšij” rodinu, ili isskustvo vozmožnogo », Ûžnyj Kavkaz : regional’nyi analitičeskij žurnal, no 6, juin 2009, Caucasus Journalist Network, http://www.caucasusjournalists.net/item.asp?id=342.

41 Interview d’Andrej Khanzhin, Tbilissi, le 20.02.2007.

42 Entretien du 16.06.2008 avec Emil’ Adelhanov, du CIPDD, Tbilissi.

43 Tournon S., « Osipov : « Il ne fait pas prendre cette histoire de rapatriement au sérieux », 21.10.2004, http://www.aucaz.com ; interview de Paata Zak’areišvili, Tbilissi, le 21.02.2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540