Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les déportations en héritage

 | 
Aurélie Campana
, 
Grégory Dufaud
, 
Sophie Tournon

Première partie. Du bannissement aux libérations (1943-1957)

Le sort des « colons spéciaux » criméens et caucasiens lors du dégel khrouchtchévien (1954-1957)

Grégory Dufaud

Texte intégral

Je tiens à remercier pour leur aide ou leurs conseils : Valérie Pozner et Larissa Zakharova.

  • 1 Je tiens à remercier pour leur aide ou leurs conseils : Valérie Pozner et Larissa Zakharova.

1En mars1 1953, la mort de Staline ouvre une période d’aggiornamento du système politique et social en URSS, sur fond de luttes de succession entre les membres de son entourage, Viatcheslav Molotov, Lavrenti Beria, Gueorgui Malenkov et Nikita Khrouchtchev. L’un des aspects les plus spectaculaires des transformations qui suivent son décès est la libération de millions de prisonniers du Goulag. Celle-ci s’appuie sur des tentatives avortées de refonte du système pénitentiaire et trouve un prolongement dans l’assouplissement du régime des colonies spéciales qui intervient dès 1954. Pour les « peuples punis », ces mesures sont le premier pas vers la restitution de leur ancien territoire, qui a finalement lieu en janvier 1957 pour la plupart d’entre eux. Les Tatars de Crimée, eux, sont exclus de ce processus. Leur déception est assortie d’incompréhension.

2Le but de ce chapitre est de faire le récit du démembrement progressif des colonies spéciales, des premières réformes à l’élargissement des exilés méridionaux puis au rétablissement, pour certains d’entre eux, de leurs droits nationaux : est-ce une politique habilement orchestrée, ou plutôt un cheminement erratique répondant, peut-être, à une (des) situation(s) de crise ? Quelles sont les intentions des successeurs de Staline quand ils démantèlent le système des colonies spéciales ?

  • 2 Sur le Dégel, voir : Pyžikov A., Hruševskaâ « ottepel’ », 1953-1964, Moscou, Olma-Press, 2002 ; Za (...)

3Pour comprendre le démantèlement, il est nécessaire de signifier les enjeux et les contraintes qui conditionnent les initiatives des autorités. Il faut porter attention à la situation sociale des colons spéciaux et aux représentations qui leur sont attachées dans la société soviétique. Cela permettra d’éclairer leurs réactions aux mesures du gouvernement et, en retour, la façon dont ce dernier les prend, ou non, en compte lors du processus de décision. Cette histoire sociale du politique montrera les ambiguïtés de cette période dite du Dégel au cours de laquelle les successeurs de Staline cherchent à amender le système politique soviétique, tout en composant avec un héritage lourd de tensions2.

Un assouplissement du régime des colonies spéciales

  • 3 Werth N., « Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en Union soviétique », Cou (...)
  • 4 Zemskov V. N., Specposelency v SSSR. 1930-1960, Moscou, RAN-IRI, Nauka, 2003, p. 210-211.

4Au moment du décès de Staline, le Goulag est une structure surpeuplée dont la médiocre rentabilité économique est sapée par la faillite disciplinaire. Pour sortir de la crise, Beria, redevenu ministre de l’Intérieur, propose un programme de réformes qui doit le porter au pouvoir suprême. Les premières mesures transfèrent l’administration des camps du ministère de l’Intérieur à celui de la Justice, et ses infrastructures économiques aux ministères idoines. Surtout, une amnistie est proclamée le 27 mars 1953 afin de désencombrer le système concentrationnaire. Un décret du Présidium du Soviet suprême de l’URSS ordonne ainsi de libérer les condamnés à une peine de moins de cinq ans, les individus punis pour malversations et fraudes économiques, les femmes enceintes et les mères d’enfants de moins de dix ans, les mineurs, les hommes de plus de 55 ans et les femmes de plus de 50 ans, les invalides et les inaptes au travail, soit plus de 1 200 000 détenus élargis en quelques semaines, suscitant peur et panique dans la population3. Extraordinaire par son ampleur et la publicité qui lui est faite, cette amnistie n’en est pas moins partielle, puisqu’elle touche, à un moindre degré, les prisonniers politiques et exclut les colons spéciaux, confirmant ainsi l’ostracisme des bannis criméens et caucasiens dont le nombre avoisine 870 000 personnes au début de 19534.

  • 5 Artizov A. et alii (red.), Reabilitaciâ : kak èto bylo, Dokumenty prezidiuma CK KPSS, 1953-1956, M (...)
  • 6 Werth N., « Les Libérations massives des détenus du Goulag et la fin des “peuplements spéciaux” : (...)

5Dans les colonies, la situation est pourtant, là aussi, maussade : les colons ne supportent plus les violations de leurs droits et la méfiance infondée à leur endroit. Pour éviter que le mécontentement ne s’aggrave, une commission du Comité central propose, outre d’améliorer le « travail politique », de réfléchir à la levée des contraintes les plus sévères imposées aux « peuples punis » par les ordonnances de janvier 1945 et de novembre 19485. L’assouplissement de l’assignation à résidence doit permettre de maintenir le système des specposeleniâ où l’amnistie a suscité l’espoir de libérations prochaines, comme l’illustrent les lettres ou les pétitions rédigées par des centaines de colons afin d’appeler du sort de leur communauté. Dans leurs adresses, ils savent instrumentaliser la chute du ministre de l’Intérieur Beria, éliminé par ses rivaux, à l’instar de ce groupe de Tchétchènes et d’Ingouches qui écrit, le 18 juillet 1953, à Malenkov et Vorochilov pour les prier de réparer « les abus de la politique criminelle de Beria », qui aurait agi pour lui-même, en dehors de toute légalité. Les signataires se disent « convaincus que vous, membres du gouvernement, ne saviez pas ce qu’avait fait de nous cet ennemi du peuple6 ».

  • 7 Carevskaâ-Dâkina T., « Specpereselency v SSSR », Afanas’ev Û. (red.), Istoriâ stalinskogo Gulaga : (...)
  • 8 Artizov A. et alii (red.), op. cit., p. 95-97.

6En juillet, Kruglov, le nouveau ministre de l’Intérieur, propose de libérer les colons spéciaux, tout en recommandant de conserver « temporairement » les Caucasiens et les Criméens de façon à ne pas déstabiliser l’économie des régions centrasiatiques et de prévenir les retours massifs dans leurs anciens territoires7. Le 15 janvier 1954, le Présidium du Comité central étudie la question de la libération des specposelency et de l’abolition de certaines restrictions. Une commission est chargée d’évaluer l’opportunité de telles mesures. Celle-ci adresse bientôt ses conclusions à Vorochilov, Malenkov et Khrouchtchev. Puisque les colons spéciaux feraient preuve de bonne volonté et ne représenteraient aucune menace pour l’État, la commission est prête à leur offrir « des conditions plus satisfaisantes pour leurs activités professionnelles et leur vie personnelle ». Elle fait plusieurs propositions, prudentes : les colons doivent pouvoir se déplacer librement au sein de leur région d’installation et ne pointer à la komendatura qu’une fois par trimestre ; les arrestations pour infraction au régime de la colonie doivent cesser ; les mineurs, les membres et les candidats du Parti, les membres du Komsomol, les décorés et les combattants de la Guerre patriotique doivent être rayés des registres coloniaux. Néanmoins, aucune libération n’est envisagée, dans la mesure où elle poserait le délicat problème de la main-d’œuvre dans des régions qui en manquent cruellement8. Ainsi, l’étendue de la réforme se heurte à des considérations économiques et à la nécessité de maintenir les déplacés en Asie centrale.

  • 9 Ibid., p. 158-159.
  • 10 Ibid., p. 161 ; Zemskov V. N., op. cit., p. 238 ; Marie J.-J., Les Peuples déportés d’Union Soviét (...)
  • 11 Artizov A. et alii (red.), op. cit., p. 161-162.

7De façon générale, les propositions de janvier 1954 s’inscrivent dans le cadre des discussions sur le système répressif qui se poursuivent au cours du printemps. La rivalité entre Malenkov et Khrouchtchev est alors de plus en plus forte, autour des orientations à donner aux politiques économique et sociale. Dans ce contexte de luttes de succession, des procédures pour libérer les détenus condamnés par les juridictions d’exceptions sont instaurées et le régime des colonies spéciales est adouci. Le 5 juillet, une ordonnance est promulguée par le Conseil des ministres de l’URSS. Elle accorde une plus grande liberté de déplacement, libère les enfants de moins de 16 ans de toute surveillance administrative, atténue les sanctions et « renforce le travail politique parmi les colons spéciaux en les impliquant activement dans la vie politique et sociale » : cela signifie qu’il faut les introduire dans les syndicats professionnels (profsoûz) et au Komsomol, utiliser au mieux leurs compétences et récompenser leurs efforts9. En outre, le 13 juillet, le Présidium du Conseil suprême de l’URSS abolit la peine de 20 ans pour évasion, entérinant une situation de fait, puisqu’en 1954, seuls 25 colons sont condamnés au titre de cet article (pour plus de 8 600 cas en 1949)10. Ces textes excluent de leur champ d’application les « nationalistes », « bandits » et « koulaks » ukrainiens, biélorusses et baltes, déportés après la guerre11.

  • 12 Vačnadze N., Kniga Naziry – deportirovannoj meshetinky, Tbilissi, Kavkazskij dom, 2004, p. 62-64.
  • 13 Zemskov V. N., op. cit., p. 242 ; Artizov A. et alii (red.), op. cit., p. 170, 279-280, 286-287.

8Quoique l’élargissement des colons adultes du Caucase et de Crimée ne soit aucunement à l’ordre du jour, certains obtiennent leur libération, à l’instar de la famille de Nazira Vačnadze, d’origine meskhète, dont le dossier est révisé grâce à l’intervention d’un de ses anciens enseignants passé au ministère de la Culture et rencontré au hasard d’une rue de Samarkand, en 1953. Après que celui-ci a transmis une « déclaration » aux autorités compétentes, toute la parentèle est convoquée, le 15 avril 1954, à la komendatura, où la nouvelle leur est annoncée : « Nous étions étonnés que le major, le colonel, d’autres officiers répétaient encore et encore des mots d’excuse et reconnaissaient que notre famille avait souffert pour rien pendant dix ans. » Celle-ci est autorisée à se rendre où bon lui semble, y compris en Géorgie où elle arrive le 30 avril, sans aucune pièce d’identité12. Si ce cas est sans doute une exception, qui fait l’objet d’un signalement à Moscou, il n’en traduit pas moins les ambiguïtés d’un processus où l’arbitraire le dispute à l’hésitation. En mars 1955, il est alors résolu d’octroyer un passeport à des colons dont plusieurs catégories sont finalement libérées entre l’été 1954 et l’automne 1955 : les koulaks exilés lors de la collectivisation et les Allemands en dehors de l’opération de 1941 ; les Grecs expulsés de Géorgie en 1949 ; les vétérans et les décorés d’un ordre prestigieux, les invalides et les femmes mariées à un citoyen libre ou celles « d’origine russe, ukrainienne, biélorusse et d’autres nationalités » s’étant séparées de leur époux13.

  • 14 Sur les territoires à régime spécial et leur extension dans l’après-guerre, Moine N., « Le Système (...)
  • 15 Artizov A. et alii (red.), op. cit., p. 421.
  • 16 Pohl M., « “It Cannot Be That Our Graves Will Be Here”: The Survival of Chechen and Ingush Deporte (...)
  • 17 Artizov A. et alii (red.), op. cit., p. 224-225.

9Les libérés sont libres de se déplacer sur tout le territoire de l’Union, mais ne peuvent retourner là d’où ils ont été autrefois chassés, ni réclamer la restitution de leurs biens : il s’agit simplement d’empêcher que les libérations ne suscitent des altercations dans les lieux d’où ils ont été déportés. Réalisé sans vue d’ensemble, à tâtons, le démantèlement des colonies spéciales suscite des complications imprévues que les dignitaires soviétiques tentent de circonscrire tant bien que mal, en maintenant les interdictions de résidence dans les territoires à régime spécial14. Ils s’efforcent également de contenir les fuites qui posent le triple problème du contrôle des mouvements migratoires, de la main-d’œuvre et du retour dans les territoires méridionaux. En juin 1955, il est rapporté que de « nombreux dirigeants des instances soviétiques, économiques et du Parti n’ont pas attaché d’importance à l’enracinement des déplacés spéciaux dans les régions de leur installation ». Aussi, « il a récemment été observé d’importants déplacements de specposelency dans différentes Républiques et régions »15. Ce constat vaut particulièrement pour le nord du Kazakhstan, d’où beaucoup de Caucasiens fuient vers le sud du pays ou essaient de rejoindre leur famille : rien qu’en février 1955, près de 19 000 personnes partent, avec l’accord des instances locales dans la majorité des cas16. Pour faire cesser les départs, le Comité central rappelle que les autorités régionales sont tenues de « développer le travail politique de masse et d’éducation et de culture parmi les colons spéciaux17 ».

  • 18 rgani (Archives d’État de Russie pour l’histoire contemporaine), 5/31/56/41.
  • 19 Zemskov V. N., op. cit., p. 252 ; Marie J.-J., op. cit., p. 142.
  • 20 Pohl M., op. cit., p. 422.

10Cependant, la stabilité que les autorités escomptent des libérations et des incitations est vite minée par la levée des restrictions de droits qui pesaient sur les Allemands, le 13 décembre 1955. C’est le résultat d’une réflexion qui a couru tout au long de l’automne, à la suite de pourparlers menés entre les dirigeants de la RFA et de l’URSS au début de septembre. La décision suscite l’émotion des déportés criméens et caucasiens, qui interpellent le ministère de l’Intérieur et le Parquet afin d’expliquer combien elle leur paraît injuste. En quelques semaines, les administrations de l’État et du Parti reçoivent 121 lettres, signées par plus de 6 500 Caucasiens et Criméens18. Rapidement, la rumeur enfle selon laquelle tous les specposelency auraient dû être relâchés, mais que les pouvoirs locaux s’y sont opposés19. Au Kazakhstan, les incidents se multiplient avec les colons : nombre d’entre eux refusent de se présenter à la komendatura ou invectivent les forces de l’ordre, obligeant les autorités républicaines à prendre des mesures, en leur faveur, dans les domaines du travail ou de l’éducation20. En bref, la décision du gouvernement a réveillé les tensions que celui-ci s’efforçait de gérer depuis deux ans. Khrouchtchev y apporte, partiellement, une réponse lors de son fameux discours de février 1956.

La levée du régime des colonies spéciales

  • 21 Cité par Bogdan H., Histoire des peuples de l’ex-URSS. Du IXe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 1 (...)
  • 22 garf (Archives d’État de la Fédération de Russie), 9479/1/900/60-61.

11Lors du XXe Congrès du Parti, Khrouchtchev fait sensation quand il dénonce quelques-uns des crimes staliniens et reconnaît que « les principes léninistes fondamentaux de la politique des nationalités de l’État soviétique » ont été largement bafoués. Il déclare que les Karatchaïs, les Tchétchènes, les Ingouches, les Balkars et les Kalmouks ont été déplacés sous des prétextes fallacieux, car « ces mesures de déportation n’étaient justifiées par aucune considération militaire21 ». Cet aveu, bien qu’incomplet car il ne mentionne ni les Tatars ni les Meskhètes, est suivi de l’annonce de nouvelles libérations puis de la levée du régime spécial qui pèse sur tous les « peuples punis ». Sous leur pression, il est décidé au printemps « de libérer du statut de colons spéciaux et de soustraire à la surveillance administrative des services du ministère de l’Intérieur » les Kalmouks (17 mars), les Grecs, les Bulgares, les Arméniens (27 mars), puis les Tatars de Crimée, les Balkars, les Turcs soviétiques, les Kurdes, les Khemchiles (28 avril) et les Tchétchènes, les Ingouches, les Karatchaïs (16 juillet). Pour appliquer au mieux ces décisions, 21 auxiliaires sont envoyés dans les périphéries instruire le personnel opérationnel du MVD des décisions du gouvernement22.

  • 23 Werth N., « Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en Union soviétique », op. (...)
  • 24 Baratašvili K., « Služili by v svoej strane... », Zukakišvili G. et Gotebašvili M. (red.), Mesheti (...)
  • 25 Bogdan H., op. cit., p. 290.

12Au total, plus de 365000 individus sont progressivement libérés. Néanmoins, ils ne peuvent toujours pas prétendre à la restitution des biens qui leur ont été jadis confisqués ni au retour dans leur région d’origine. L’obtention d’un passeport intérieur est alors soumise à l’engagement écrit et23 formel de respecter ces dispositions. Un Meskhète se souvient avoir souscrit à ces conditions après qu’un commandant a suggéré que la possession d’un passeport était nécessaire pour l’obtention d’allocations24. Il reste qu’un grand nombre de déportés refuse de signer, sans que ce geste ne change rien dans l’immédiat. Ces derniers ne recouvrent leurs droits que partiellement. Surtout, les restrictions qui les touchent portent toujours et de façon adventice l’étiquette dénigrante attachée à leur ancien attribut juridique. Au sein de la société soviétique, les libérés continuent donc à occuper symboliquement le bas de l’échelle sociale, alors que le premier secrétaire du Parti a proclamé l’égalité juridique et l’amitié de toutes les nations au soir du 24 février 1956. Pour Khrouchtchev, celles-ci définissent justement la nature particulière de l’État multinational soviétique25.

  • 26 Dufaud G., « La Déportation des Tatars de Crimée et leur vie en exil (1944-1956). Un ethnocide ? » (...)
  • 27 Pohl M., op. cit., 421-424.

13Pour lutter contre le déclassement entamé avec la déportation, les colons ont tôt déployé des modes d’adaptation qui leur ont permis d’améliorer leurs conditions de vie et d’entretenir une mémoire nationale. Certains d’entre eux, à l’image des Tatars, sont même parvenus à mettre à distance l’image douteuse dont ils ont été affublés, grâce à leur zèle sur le « front du travail ». Beaucoup étaient qualifiés de « stakhanovistes » ou de « travailleurs de choc » par les agents du MVD dont les rapports infirmaient ainsi partiellement leur statut de parias26. À travers une participation énergique à l’activité productive des colonies spéciales, ces exilés sont parvenus à infléchir le jugement de leurs geôliers et à se doter de propriétés positives habituellement attachées à l’homo sovieticus impliqué dans la construction du socialisme, contrairement aux Tchétchènes ou aux Ingouches dont la désinvolture et l’effronterie sont souvent dénoncées27. Dans l’interaction, les Tatars ont ainsi acquis une respectabilité déniée par le dispositif de la situation : ils sont devenus des stigmatisés-acceptés.

  • 28 rgani, 5/31/56/90-92.
  • 29 rgani, 5/31/56/151-154, 208-210.
  • 30 Kurtiev R. (red.) Deportaciâ krymskih tatar 18 maâ 1944 goda. Kak èto bylo (vospominaniâ deportiro (...)

14Au printemps 1956, la population tatare s’élève à quelque 117 000 individus, dont les quatre cinquièmes habitent en Ouzbékistan où ils sont concentrés dans les provinces de Tachkent et de Samarkand28. Dans cette République, ils sont plus de la moitié à travailler dans l’industrie et à vivre dans des agglomérations, dans la promiscuité des logis pour ouvriers. Certains demeurent dans des maisons individuelles qu’ils ont eux-mêmes construites « avec le soutien des organisations économiques » : en août 1957, plus du tiers des 690 travailleurs d’une usine métallurgique locale ont profité de son aide pour se bâtir un toit29. Mais cela est surtout répandu dans les campagnes où les kolkhoziens et les sovkhoziens logent le plus souvent dans les maisonnettes qu’ils ont dressées sur les terrains donnés par le soviet local. La famille de Hatidže Devlet reçoit ainsi un lopin en 1956 « sur lequel elle a érigé une maison de ses propres forces ». La procédure d’attribution peut prendre du temps, et les parents de Lûtfie Âkybova n’obtiennent, eux, une parcelle qu’en 195730.

  • 31 rgani, 5/31/56/151-154.

15Généralement, les exilés criméens et caucasiens vivent en bonne entente avec les populations locales qui s’étaient d’abord montrées hostiles, sous l’influence des accusations de trahison diffusées par la propagande soviétique. Leurs relations ne semblent souffrir d’aucune jalousie ouvertement exprimée, même après que des colons sont parvenus à une situation parfois convenable et donc enviable à bien des égards. C’est, par exemple, le cas des Tatars en Ouzbékistan dont le savoir-faire permet de valoriser, en milieu rural, des lopins de terre sous forme de potagers, de melonnières, de vignes ou de parcelles de maïs. Profitant en outre des dispositions destinées à encourager la propriété paysanne, notamment de la suppression de l’impôt sur les bêtes (1954), les Tatars « possèdent du bétail dans des proportions considérablement supérieures à la population locale ». Ils ont ainsi accès à des biens de consommation parfois déficitaires : des postes de radio, des samovars, des vélos, voire même des machines à coudre31.

  • 32 Zemskov V. N., op. cit., p. 253.
  • 33 Pohl M., op. cit., p. 421 ; Kozlov V. A., Mass U prisings in the USSR : Protest and Rebellion in t (...)

16La conjoncture est à la fois plus complexe et plus tendue au Kazakhstan, où le nombre de libérés caucasiens avoisine les 196 000 personnes à l’été 195632. Alors qu’au cours de l’année la Campagne des terres vierges bat des records, des Tchétchènes et Ingouches sont blessés, voire tués, lors de rixes avec des volontaires, venus des régions occidentales de l’Union soviétique. Depuis le lancement de ce projet en février 1954, dans le but de transformer la steppe en champs céréaliers, les altercations sont fréquentes entre Slaves et Caucasiens. L’origine en est généralement attribuée à ces derniers. Pourtant, une enquête réalisée par le MVD au début de 1955 montre que ce n’est pas forcément le cas. Ils ne sont pas, non plus, toujours responsables des crimes dont ils sont communément accusés : d’après un mémorandum, « l’analyse des données statistiques et d’autres matériaux montrent que de telles affirmations ne reflètent pas la réalité, dans la majorité des cas33 ». Si les violences révèlent les tensions sociales et nationales qui tiraillent ce monde des confins, les accusations montrent les stéréotypes de voleurs ou de bandits attachés aux Caucasiens. Ajoutés au refus des libérés de travailler pour protester contre l’interdiction de retourner dans le Caucase, ces clichés permettent alors aux dirigeants locaux de justifier que peu soit fait pour les promouvoir dans la société kazakh.

  • 34 Bugaj N. F., Deportaciâ narodov Kryma. Dokumenty, fakty, kommentarii, Moscou, INSAN, 2002, p. 140- (...)
  • 35 rgani, 5/31/56/208-210.

17En Ouzbékistan, les libérés parviennent à bénéficier de diverses formes d’avancement, à l’instar des Tatars. Selon les autorités, ceux-ci utilisent leurs qualifications pour se distinguer dans l’exercice de leurs fonctions. À ce titre, ils sont non seulement promus à des fonctions de direction dans les usines, mais également choisis dans les instances du Parti, du Komsomol et des syndicats. À 30 kilomètres au nord-est de la capitale, dans le complexe industriel de la ville de Tchirtchik, les ouvriers les plus méritants ont ainsi accès à toutes sortes de postes, plus ou moins éminents : chef d’ateliers, président des comités locaux du Parti, secrétaire des organisations de la jeunesse, membre du bureau du Parti ou des comités d’usines. Autrefois, seules des fonctions de niveau inférieur étaient éventuellement accessibles aux anciens employés du Parti ou de l’État, et encore fallait-il que nul doute ne pèse sur leur intégrité34. En août 1957, 34 Tatars appartiennent au Parti ouzbek ; dans la République, ils sont également 383 dans l’administration et 42 à l’union syndicale35.

  • 36 Kurtiev R. (red.), op. cit., p. 80.
  • 37 rgani, 5/31/56/151-154.
  • 38 Kurtiev R. (red.), op. cit., p. 61.
  • 39 Ibid., p. 34, 61.
  • 40 Ibid., p. 25.

18D’aucuns tentent de tirer avantage de ce mouvement d’ascension en déménageant de la campagne vers la ville, comme la famille de Musfire Muslimova qui se rend dans le centre industriel d’Ângiûl’, au sud de Tachkent36. D’autres s’efforcent d’améliorer leurs compétences professionnelles ou entrent dans les établissements d’enseignement supérieur37. Jusqu’alors et en raison d’une réelle discrimination, il était très difficile aux colons d’accéder aux établissements d’enseignement supérieur, sauf peut-être à Samarkand38. Mais le recrutement est désormais partout plus ouvert, même si une ségrégation nationale persiste dans certaines institutions39. Un ex-colon estime que « jusqu’en 1960, presque 99 % de [ses] compatriotes travaillaient comme manœuvres. C’est seulement après, que ceux ayant fait des études ont été embauchés comme employés40 ». Il subsiste sans doute des pesanteurs et le phénomène d’ascension ne doit pas être exagéré. Toutefois, grâce au parcours de quelques-uns et aux opportunités proposées par la communauté ouzbek, la fin du régime spécial permet aux Tatars d’en finir avec leur indignité, au moins localement. Ce qui répond, en retour, aux souhaits des autorités de traiter avec égard les minorités réprimées et d’établir une nouvelle norme soviétique.

  • 41 Carrère d’Encausse H., La Déstalinisation commence, Bruxelles, Complexe, 1984, p. 79-85 ; Sokolov (...)

19En effet, le projet khrouchtchévien porte l’espoir de l’avènement prochain d’un communisme qui serait le stade ultime d’un socialisme où l’économie d’opulence et l’égalité autoriseraient chacun à avoir « selon ses besoins ». Dans le contexte de la Guerre froide, il s’agit concrètement de redonner du lustre à un régime terni par la déstalinisation et de mobiliser la population via le mot d’ordre de l’abondance matérielle. Pour sortir du marasme économique et mettre fin aux inégalités héritées de la période précédente, Khrouchtchev entend dès lors rapprocher les activités manuelle et intellectuelle, effacer les anciennes stratifications sociales et faire du milieu productif le creuset où chacun peut s’épanouir « selon ses capacités41 ». La construction d’une société où doit dominer le collectif s’accompagne d’une individualisation des citoyens à travers l’intéressement des employés aux résultats de la production. C’est ainsi que les Tatars obtiennent toutes sortes de gratifications : promotions, émoluments et surtout considération.

  • 42 rgani, 5/31/56/208-210.

20Dans des circonstances où le régime s’efforce tant bien que mal de regagner la confiance de la population, les efforts déployés par les déclassés sont désormais perçus comme un engagement qui les transforme en locomotive du socialisme : au cours de la première moitié de l’année 1957, 163 d’entre eux sont ainsi décorés d’un ordre ou d’une médaille de l’URSS. La conjoncture offre donc aux Tatars un approfondissement de leur acceptation sociale qui se traduit par l’élection de 154 d’entre eux aux soviets locaux42. Aussi sont-ils autorisés à se considérer comme des citoyens normaux en raison de ce que l’ensemble de la communauté soviétique peut en retirer. Cette forme de considération trouve à s’exprimer à travers les orientations de l’ordonnance du comité central du Parti ouzbek du 5 septembre 1956 « pour le développement de la culture nationale des Tatars de Crimée et l’amélioration du travail politique de masse ».

Des concessions culturelles : le cas des Tatars de Crimée

  • 43 Hamidova Z., « Bor’ba za âzyk (problemy stanovleniâ i razvitiâ čečenskogo âzyka », Furman D. E. (r (...)
  • 44 Patiev Â., op. cit., p. 240-241.
  • 45 rgani, 5/31/56/151-154.

21Ce n’est pas la première fois que des concessions culturelles sont accordées aux déplacés. En 1955, les responsables du Kazakhstan s’étaient déjà résolus à favoriser les activités culturelles des colons dans leur langue maternelle, afin de calmer l’agitation et endiguer le flux des départs, en particulier dans le nord du pays. Mais la plupart des directives sont restées lettre morte, surtout à l’échelon local où les autorités rechignent à les mettre en œuvre. Tout de même, un hebdomadaire tchétchène, K’’inh’egaman bajrakh [L’Étendard du travail], est publié depuis le 1er juin, cependant qu’une émission de radio en tchétchène et en ingouche est régulièrement diffusée à partir de janvier 195643. Depuis le début de l’année 1956, les auteurs ingouches sont admis à l’Union des écrivains de Kirghizie44. En Ouzbékistan, l’ordonnance de septembre 1956 est rapidement mise en œuvre. Dès octobre, une section spéciale tatare au sein de l’Union locale des écrivains et un ensemble musical et dramatique tatar sous la tutelle de la société philharmonique ont été créés. Une émission de radio joue, une fois par semaine, de la musique et des chansons tatares. La publication d’un bihebdomadaire, Lenin Bajrag”y [La Bannière de Lénine], est également prévue, avec un tirage de 10 000 exemplaires45.

  • 46 Martin T., The Affirmative Action Empire, Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, (...)

22Après avoir été bousculée, la langue jouit donc d’une reconnaissance nouvelle dans la mesure où elle semble capable de rapprocher le pouvoir et les ex-colons. Celle-ci est en effet considérée comme un moyen d’enraciner sur place les communautés criméennes et caucasiennes, en leur permettant de s’épanouir culturellement grâce à l’expression limitée, dans l’espace public, de leur idiome, naguère confiné au seul domaine familial. L’idiome est confondu avec la culture nationale, laquelle trouve à s’exprimer à travers un folklore qui précise les représentations du groupe et lui octroie une visibilité à l’échelle du pays. Sur le long terme, la folklorisation des cultures nationales apparaît ainsi comme le trait le plus caractéristique de la politique des nationalités : depuis les années vingt, elle a permis aux individus de s’identifier à l’une des nations soviétiques dont les singularités ont été de plus en plus nettement stylisées et différenciées, dans le contexte de la campagne pour l’amitié des peuples, en relation avec l’émergence d’un discours autochtoniste46.

  • 47 Gülüm R., « Rituals : Artistic, Cultural, and Social Activity », Allworth E. (ed.), The Tatars of (...)
  • 48 Rgani, 5/31/56/177-178 ; Gülüm R., op. cit., p. 89.
  • 49 Centr informacii i dokumentacii krymskih tatar : http://www.cidct.org.ua/ru/publications/Krim.lit/ (...)

23Pour les Tatars privés depuis douze ans d’institutions propres, les concessions sont perçues comme une formidable opportunité et suscitent l’enthousiasme, en particulier auprès de Il’âs Bahšiš qui a écrit de nombreuses pièces avant d’occuper, à Simféropol, la direction de la Troupe nationale criméo-tatare de danse et de musique. En déportation, il est parvenu à poursuivre une activité artistique qui lui permet de devenir le directeur du nouveau Théâtre musical et dramatique criméo-tatar47. Sous sa houlette, la formation est active : lors du premier trimestre de 1958, elle donne 59 concerts devant plus de 21 000 spectateurs ; en 1959, elle joue le drame musical Arzy K’’yz [La Jeune Arzy], sur un livret de Ûsuf Bolat et une musique composée en 1937 par Il’âs Bahšiš et Âg’â Šerfedinov48. La pièce connaît un franc succès qui révèle le renouveau culturel et linguistique dont la compagnie devient le symbole, mais qui trouve également à s’exprimer ailleurs : sur les ondes d’abord, puisque l’émission de radio est très vite quotidienne et joue de la musique folklorique ; dans la presse ensuite, car Lenin bajrag’’y paraît en mai 1957, avec un lexique tatar/russe pour aider les plus jeunes à apprendre la langue de leurs pères ; dans la littérature enfin, parce qu’à partir de 1957 sont publiés les premiers livres en tatar criméen49.

  • 50 Cité par Bažan O. G., « Krymskotatarskij nacional’nij RUHu 1950-1980-h rr. Za dokumentami KDB ». U (...)

24Au-delà de Il’âs Bahšiš, une telle renaissance semble beaucoup devoir à la volonté d’une petite poignée d’activistes qui appartiennent à la même génération : dès 1955, à l’initiative de Šamil Alâdinov, Âg’â Šerfedinov recueille 70 chansons et mélodies traditionnelles à Begovat (l’actuelle Bekabad) ; en 1956, Mustafa Semilov, Veli Murtazaev, Refat Mustafaev, Ûsuf Bolat et Šamil Alâdinov forment un « groupe d’initiative » qui veut « publier des journaux en langue tatare et organiser des écoles nationales, un théâtre50 ». Sans mouvement réellement organisé, ces individus constituent une constellation où un rôle important revient à l’ancienne élite culturelle de la RSSA de Crimée : avant d’être le rédacteur d’une revue, Ûsuf Bolat a été le secrétaire en chef de l’Union des écrivains de Crimée, alors que Šamil Alâdinov en a présidé le Conseil. Il’âs Bahšiš a dirigé la Troupe nationale criméo-tatare de danse et de musique tandis que Âg’â Šerfedinov en a été le responsable artistique. En 1940, l’un et l’autre ont été élevés au rang de maîtres émérites des arts de la République. En outre, ces quatre-là se fréquentaient et travaillaient ensemble : Bahšiš, Bolat et Šerfedinov ont collaboré pour Arzy K’’yz ; Šerfedinov a écrit la musique d’un spectacle de Bolat, Išlegen tišler [Mange qui travaille].

  • 51 Ursu D. P. (red.), op. cit., p. 36-37, 52-53, 62-63, 214-215.

25Dès avant les épreuves de la déportation et des colonies spéciales auxquelles Âg’â Šerfedinov a toutefois échappé (au début de la guerre, il a été évacué en Ouzbékistan où, libre, il a travaillé dans plusieurs théâtres), ces individus étaient donc à la fois unis par des liens personnels et professionnels ainsi que par l’expérience du socialisme national dont ils ont profité par le biais de promotions sociales et symboliques51. Au milieu des années cinquante, à l’heure d’un retour à une forme de normalité, ces hommes s’attachent à la valorisation d’un héritage culturel pour lequel ils ont jadis œuvré et dont ils parviennent à faire admettre l’expression par les autorités centrasiatiques. Ces défenseurs du patrimoine en deviennent alors les diffuseurs au sein d’une minorité tatare qui a accédé à une plus grande visibilité sociale. Or, leur travail de représentation construit un univers qui en appelle aux références de chacun et souligne le lien historique unissant les exilés à la Crimée. Ce qui peut, in fine, aller à l’encontre de l’intention du pouvoir d’enraciner les Tatars péninsulaires en Ouzbé kistan.

Un processus différencié de réhabilitation

  • 52 Cité par Volobuev O., « Krymskotatarskij vopros po dokumentam CK KPSS (vtoraâ polovina 50-h – sere (...)
  • 53 Zemskov V. N., op. cit., p. 255-256.

26Au cours du mois de mai 1956, une réflexion s’engage au Présidium du Soviet suprême de toute l’Union au sujet de la « création d’une autonomie pour les citoyens de nationalité allemande, kalmouke, tchétchène, ingouche, karatchaï et les Tatars de Crimée sous la forme de régions ou de districts nationaux à l’endroit de leur nouvelle installation52 ». L’octroi de droits nationaux au sein des Républiques doit permettre d’y fixer les amnistiés et de résoudre le problème de la main-d’œuvre. Pour ceux qui désirent déménager dans les limites républicaines, le coût du trajet leur incombe. À titre exceptionnel, le MVD propose que les instances régionales prennent en charge le voyage de ceux qui n’ont ni les moyens de se déplacer ni de parent pouvant les aider53. Néanmoins, le projet de territorialisation est rapidement infléchi au profit d’une vision qui embrasse l’importance numérique des peuples libérés et la situation démographique de leur ancien territoire autonome.

  • 54 garf, 9479/1/925/126-127.

27En juin, la proposition de Nikolaj Dudorov, responsable du MVD depuis le début de l’année, distingue les populations libérées en fonction de leur importance numérique et de la situation démographique de leur ancien territoire autonome. D’une part, les Balkars, les Kalmouks et les Karatchaïs reviendraient dans le sud de la Russie qui manque de main d’œuvre, mais aucun territoire en propre ne leur serait concédé vu leur faible nombre. D’autre part, les Tchétchènes et les Ingouches sont interdits de retour, « étant donné que le territoire où [ils] habitaient avant leur expulsion est aujourd’hui largement peuplé, la possibilité de rétablir une autonomie dans les limites de l’ancien territoire est une affaire difficile et probablement peu réalisable, car leur retour produira inévitablement une série de conséquences indésirables ». Le repeuplement de cette partie du Caucase explique que soit imaginée « une autonomie régionale dans les RSS kazakh ou kirghize ». Pour les mêmes motifs, une région pour les Tatars serait instaurée en Ouzbékistan où « les conditions naturelles, climatiques et économiques sont les plus proches de leur ancien lieu d’habitation ». Enfin, toute légitimité nationale est refusée aux Allemands sous prétexte qu’ils ne constituaient pas, contrairement aux Caucasiens et aux Criméens, un foyer compact de peuplement54.

  • 55 Patiev Â., op. cit., p. 408-409.

28Néanmoins, le Comité central du Parti et le Conseil des ministres projettent le 16 octobre, après plusieurs mois d’hésitations, de restaurer les « autonomies nationales » des Kalmouks, Karatchaïs, Balkars, Tchétchènes55 et Ingouches. Cette décision s’applique aux seules minorités citées lors du fameux discours de février et institutionnalise la discrimination faite par Khrouchtchev. L’ordonnance, élaborée lors des semaines suivantes, est entérinée le 24 novembre par le Présidium du Comité central. La décision des dignitaires soviétiques y est justifiée par une critique des mesures d’insertion des ex-colons dans la société centrasiatique. Celles-ci seraient trop vite passées sur les difficultés et, par conséquent, n’auraient pas satisfait à l’esprit du XXe Congrès :

  • 56 rgani, 89/61/13/2-8.

« D’abord, [les mesures] ne résolvent pas le problème de la pleine réhabilitation des peuples arbitrairement déportés et du rétablissement de l’égalité des droits parmi les autres nations de l’Union soviétique. Ensuite, en raison d’un grand isolement territorial et du manque d’unités territoriales, les conditions indispensables pour un plus grand développement de ces nations, de leur économie et de leur culture n’ont pas été établies, et au contraire, c’est le danger d’un étiolement de la culture nationale qui surgit. Enfin, le fait n’a jamais été étudié que ces derniers temps, tout spécialement après le xx e Congrès du PCUS et la libération des Kalmouks, Karatchaïs, Balkars, Tchétchènes, Ingouches des colonies spéciales, la tendance au retour dans leur terre et au rétablissement de leur autonomie nationale est devenue, parmi eux, de plus en plus forte. Malgré les interdictions, des milliers d’anciens colons spéciaux sont retournés par eux-mêmes dans leur précédent lieu de vie, ce qui représente de grandes difficultés pour leur installation et leur placement56. »

  • 57 Zemskov V. N., op. cit., p. 254 ; Pohl M., op. cit., p. 424.
  • 58 Patiev Â., op. cit., p. 245-246.
  • 59 Pohl M., op. cit., p. 424.
  • 60 Patiev Â., op. cit., p. 455.

29En effet, les rapports du MVD insistent sur les difficultés que posent les Caucasiens. Au Kirghizistan, c’est plus de 40 % des quelques 47 800 déportés qui refusent de parapher le document de renoncement aux droits non rendus. Au Kazakhstan, près du tiers des Caucasiens n’accepte pas de le signer. À Akmolinsk (l’actuelle Astana), la résistance est, par exemple, menée par un mollah qui organise meetings et discours pour demander de rejeter les conditions. Ce type d’actions s’accompagne de grèves, de manifestations ainsi que du départ, sans autorisation officielle, de milliers d’individus en direction du Caucase57. À la mi-septembre, ce sont 1 391 familles qui y sont déjà parvenues58. En octobre et en novembre, chaque jour, près de 100 billets de train sont achetés au Kazakhstan, tandis que les partants vendent leurs biens, non sans la complicité des dirigeants locaux, trop contents de se faire graisser la patte et de voir s’en aller ces agitateurs59. À leur arrivée, les ex-colons se heurtent à l’hostilité des habitants et des autorités, comme en Ossétie du Nord où le Conseil des ministres propose, en octobre, d’interdire toute vente ou location de logement aux Ingouches de retour60. Dans un tel contexte, la restauration des autonomies est censée ramener l’ordre en Asie centrale comme au Caucase.

  • 61 rgani, 89/61/13/2-8 ; Artizov A. et alii (red.), Reabilitaciâ : kak èto bylo. Dokumenty Prezidiuma (...)
  • 62 Polâkov Û. (red.), Vsesoûznaâ perepis’naseleniâ 1939 g. Osnovnye itogi, Moscou, Nauka, 1992, p. 57 (...)

30Ce mouvement de réhabilitation laisse de côté les déportés tatars au nom d’un triple argumentaire : l’ancienne République de Crimée était multinationale ; le projet de colonisation slave empêche tout apport supplémentaire de population dans une péninsule qui a grosso modo retrouvé son importance démographique d’avant-guerre ; les Tatars de Crimée n’ont pas de spécificité propre et sont solubles parmi les Tatars de la Volga61. L’effort d’invention identitaire mené depuis la fin du XIXe siècle est nié par le pouvoir central qui le signifie à travers un glissement sémantique : les « Tatars de Crimée » ne sont plus appelés de la sorte, mais « Tatars ayant autrefois habité en Crimée ». La nation se prête facilement à ce genre de manipulation, parce qu’elle est une catégorie malléable. Cette plasticité a permis, en 1922, aux Tatars péninsulaires d’être politiquement établis comme « nationalité » tutélaire de la République de Crimée sans pour autant accéder au rang de « nationalité » ethnographique : ainsi, dans les recensements de l’entre-deux-guerres, ils apparaissent en tant que « peuple » rattaché à la « nation » tatare62. Cette hiérarchisation est maintenant rejetée au profit d’une assimilation qui justifie, en retour, le traitement réservé par Moscou aux exilés.

  • 63 rgani, 89/61/13/8 ; Artizov A. et alii (red.), Reabilitaciâ : kak èto bylo. Dokumenty Prezidiuma C (...)
  • 64 rgani, 5/31/56/151-154.

31Pourtant, l’ordonnance ne contient aucun plan pour engager une action dans ce sens, ni de proposition pour encourager les anciens colons à s’installer autour de la Volga : tout juste la requête, à l’attention des responsables du Tatarstan, d’aider ceux qui se rendent dans la République63. En Ouzbékistan, les démarches prévues se limitent à une campagne d’explication qui doit s’ajouter « aux mesures actives pour améliorer les conditions matérielles des Tatars de Crimée, les initier à une vie sociale et politique active et développer leur culture nationale ». Cette institutionnalisation d’une particularité communautaire veut contenir les aspirations au départ des amnistiés. En réalité, les rapports montrent que ce sujet préoccupe assez peu une partie des libérés criméens à l’automne 1956. Par exemple, une commission d’inspection du Parti explique que « l’écrasante majorité des travailleurs et des kolkhoziens travaillent consciencieusement dans la production, que leur humeur est excellente ». Les Tatars « ne soulèvent pas la question d’un retour dans leur ancien lieu de vie, en Crimée64 ».

  • 65 Patiev Â., op. cit., p. 405.

32En définitive, tout se passe comme si le discours différenciant de Khrouchtchev sur le bien-fondé des déportations avait conditionné l’écart entre les attitudes des déportés (protestation/acceptation). Or, celles-ci ont conduit les instances dirigeantes à revenir sur leurs tergiversations pour, finalement, entériner l’octroi de territoires aux seuls peuples jugés injustement punis. À condition de considérer l’impact des paroles du premier dirigeant soviétique sur le comportement collectif des individus, la décision du 16 octobre puis l’ordonnance du 24 novembre sur la restauration des autonomies des Caucasiens n’a rien d’arbitraire, même si ses développements possèdent un caractère spécieux au regard de la ségrégation qu’elles instituent de jure. Elle maintient, en Asie centrale, les exilés tatars, mais aussi meskhètes, dont le travail est apprécié et récompensé par les dirigeants centrasiatiques. Pour les autres, le Comité central décide leur rapatriement progressif dès décembre 1956. À cette fin, leurs porte-parole sont mandés à Moscou, un Comité de pilotage est formé65.

  • 66 Artizov A. et alii (red.), p. 218-220.
  • 67 Bekirova G., Krym i krymskie tatary V XIX-XX vekah. Sbornik statej, Moscou, RAN, 2005, p. 69.

33Les territoires sont rétablis le 9 janvier, avec la promulgation par le Présidium du Soviet suprême de l’URSS d’édits « sur la formation d’une région autonome kalmouke dans la RSFSR », « sur la réorganisation de la RSSA kabarde en RSSA kabardino-balkare », « sur la réorganisation de la région autonome tcherkesse en région autonome karatchaiévo-tcherkesse » et « sur le rétablissement de la RSSA tchétchèno-ingouche dans la RSFSR ». Selon la formule qui introduit chacun des textes et en légitime le contenu, ces structures, binationales pour la plupart, ont pour « but de créer les conditions indispensables au développement national66 ». Les populations caucasiennes réintègrent donc le corps socio-politique soviétique, apportant éclat et validité aux décisions du XXe Congrès. Toutefois, d’autres minorités sont les laissés-pour-compte d’un processus hésitant qui peine à se départir de l’héritage stalinien : en effet, les institutions criméo-tatares (et allemandes) ne sont pas restaurées, cependant qu’en décembre 1956 le gouvernement ukrainien rappelle l’interdiction faite aux Tatars de demeurer dans le sud de la République67.

Conclusion

34En 1953, les caciques du Parti entreprennent de réformer le système répressif soviétique. Les premières mesures portent sur le Goulag avant de s’étendre aux « colonies spéciales ». Mais il n’y a pas de ligne directrice ni de plan d’ensemble. Les décisions sont prises au coup par coup, sans que leurs éventuelles conséquences soient toujours bien évaluées. Ainsi, au lieu de vaincre le mécontentement des colons, l’assouplissement du régime des colonies et les premières libérations ne font que l’accélérer. Les protestations revêtent alors des formes variées : envoi de lettres ou de pétitions, évasions, refus de travailler ou encore altercations avec les agents du pouvoir. Cette agitation est parfois aggravée par la mauvaise volonté des autorités locales qui refusent d’impliquer davantage les colons dans la vie sociale et politique républicaine, comme le réclament pourtant une première puis une deuxième ordonnance gouvernementales. Toutes ces raisons conduisent, au lendemain du XXe Congrès, à la levée du régime colonial pour les déplacés criméens et caucasiens, alors même qu’une telle éventualité avait été rejetée deux ans auparavant.

35Dans l’immédiat, ces libérations règlent autant de soucis qu’elles en posent. D’une part, en Asie centrale, les exilés sont une main-d’œuvre précieuse, susceptible de se volatiliser si rien n’est fait pour la fixer. Or, certains responsables locaux du Kazakhstan y rechignent, puisqu’ils perçoivent les ex-colons avant tout comme des fauteurs de troubles. D’autre part, si l’interdiction de revenir dans les territoires méridionaux vise à empêcher les conflits entre leurs nouveaux habitants et les déportés revenus de colonie, elle se heurte à l’opposition des Caucasiens qui décident d’outrepasser l’interdit, en bénéficiant parfois de complicités locales. Pour sortir de cette situation, les hiérarques du gouvernement imaginent, au cours de 1956, plusieurs configurations, portées par des logiques planificatrices, avec des dispositions à différentes échelles.

36En définitive, les Tatars et les Meskhètes sont progressivement exclus du mouvement de réhabilitation qui se conclut par la reconstitution de plusieurs des autonomies dissoutes au lendemain de la Grande Guerre patriotique. Comme les Allemands, ils restent donc des citoyens à part. Les Tatars se voient néanmoins attribuer des concessions en Ouzbékistan, qui visent à les ancrer à l’endroit des anciennes colonies au nom de leur identité nationale. Il en découle que les Tatars sont des Soviétiques de second rang qui peuvent toutefois se concevoir comme des individus ordinaires. Cette contradiction incite les porte-parole du groupe à trouver une issue à cette forme d’aliénation. À partir de 1957, le mouvement de mobilisation des Tatars, mais aussi des Meskhètes, transgresse le mode de conduite prescrit par le régime : la résignation.

Notes

1 Je tiens à remercier pour leur aide ou leurs conseils : Valérie Pozner et Larissa Zakharova.

2 Sur le Dégel, voir : Pyžikov A., Hruševskaâ « ottepel’ », 1953-1964, Moscou, Olma-Press, 2002 ; Zakharova L. et E. Gilburd (dir.), « Repenser le Dégel. Versions du socialisme, influences internationales et société soviétique », Cahiers du Monde russe, vol. 47, no 1-2, janvier-juin 2006. Sur le démantèlement du système répressif, Werth N., « Les Libérations massives des détenus du Goulag et la fin des “peuplements spéciaux” : les enjeux politiques et sociaux du “dégel” (1953-1957) », Werth N., La Terreur et le désarroi. Staline et son système, Paris, Perrin, 2007, p. 434-461.

3 Werth N., « Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en Union soviétique », Courtois S. et alii, Le Livre noir du communisme. Crimes, terreur, répression, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 279 ; Werth N., « Les Libérations massives des détenus du Goulag et la fin des “peuplements spéciaux” : les enjeux politiques et sociaux du “dégel” (1953-1957) », op. cit., p. 439-441 ; Elie M., « Les Politiques à l’égard des libérés du Goulag : amnistiés et réhabilités dans la région de Novossibirsk, 1953-1960 », Cahiers du Monde russe, vol. 47, no 1-2, janvier-juin 2006, p. 329.

4 Zemskov V. N., Specposelency v SSSR. 1930-1960, Moscou, RAN-IRI, Nauka, 2003, p. 210-211.

5 Artizov A. et alii (red.), Reabilitaciâ : kak èto bylo, Dokumenty prezidiuma CK KPSS, 1953-1956, Moscou, MFD, 2000, p. 36-37.

6 Werth N., « Les Libérations massives des détenus du Goulag et la fin des “peuplements spéciaux” : les enjeux politiques et sociaux du “dégel” (1953-1957) », op. cit., p. 444.

7 Carevskaâ-Dâkina T., « Specpereselency v SSSR », Afanas’ev Û. (red.), Istoriâ stalinskogo Gulaga : Konec 1920-h – pervaâ polovina 1950-h godov ; Sobranie dokumentov v semi tomah, vol. 5, Moscou, ROSSPÈN, 2005, p. 711.

8 Artizov A. et alii (red.), op. cit., p. 95-97.

9 Ibid., p. 158-159.

10 Ibid., p. 161 ; Zemskov V. N., op. cit., p. 238 ; Marie J.-J., Les Peuples déportés d’Union Soviétique, Bruxelles, Complexe, 1995, coll. « Questions au XXe siècle », p. 140.

11 Artizov A. et alii (red.), op. cit., p. 161-162.

12 Vačnadze N., Kniga Naziry – deportirovannoj meshetinky, Tbilissi, Kavkazskij dom, 2004, p. 62-64.

13 Zemskov V. N., op. cit., p. 242 ; Artizov A. et alii (red.), op. cit., p. 170, 279-280, 286-287.

14 Sur les territoires à régime spécial et leur extension dans l’après-guerre, Moine N., « Le Système des passeports à l’époque stalinienne. De la purge des grandes villes au morcellement du territoire, 1932-1953 ». Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 50-1, janvier-mars 2003, p. 161-172.

15 Artizov A. et alii (red.), op. cit., p. 421.

16 Pohl M., « “It Cannot Be That Our Graves Will Be Here”: The Survival of Chechen and Ingush Deportees in Kazakhstan, 1944-1957 », Journal of Genocide Research, vol. 4, no 3, 2002, p. 323-324.

17 Artizov A. et alii (red.), op. cit., p. 224-225.

18 rgani (Archives d’État de Russie pour l’histoire contemporaine), 5/31/56/41.

19 Zemskov V. N., op. cit., p. 252 ; Marie J.-J., op. cit., p. 142.

20 Pohl M., op. cit., p. 422.

21 Cité par Bogdan H., Histoire des peuples de l’ex-URSS. Du IXe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 1993, p. 290 ; Nahaylo B. et Swoboda V., Après l’Union soviétique. Les peuples de l’espace post-soviétique, Paris, Presses universitaires de France, 1994, p. 142.

22 garf (Archives d’État de la Fédération de Russie), 9479/1/900/60-61.

23 Werth N., « Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en Union soviétique », op. cit., p. 282-283 ; Marie, op. cit., p. 144-145 ; Zemskov V. N., op. cit., p. 254.

24 Baratašvili K., « Služili by v svoej strane... », Zukakišvili G. et Gotebašvili M. (red.), Meshetincy – ljudi, lišennye rodiny, Tbilissi, Kavkazskij dom, 2008, p. 222.

25 Bogdan H., op. cit., p. 290.

26 Dufaud G., « La Déportation des Tatars de Crimée et leur vie en exil (1944-1956). Un ethnocide ? », Vingtième Siècle, vol. 96, no 4, 2007, p. 158 ; Bugaj N. F., Narody Ukrajny v « osoboj papke Stalina », Moscou, Nauka, 2006, p. 121.

27 Pohl M., op. cit., 421-424.

28 rgani, 5/31/56/90-92.

29 rgani, 5/31/56/151-154, 208-210.

30 Kurtiev R. (red.) Deportaciâ krymskih tatar 18 maâ 1944 goda. Kak èto bylo (vospominaniâ deportirovannyh), Simféropol, Odžak”, 2004, p. 44, 109.

31 rgani, 5/31/56/151-154.

32 Zemskov V. N., op. cit., p. 253.

33 Pohl M., op. cit., p. 421 ; Kozlov V. A., Mass U prisings in the USSR : Protest and Rebellion in the Post-Stalin Years, Armonk, Sharpe, 2002, p. 76-77.

34 Bugaj N. F., Deportaciâ narodov Kryma. Dokumenty, fakty, kommentarii, Moscou, INSAN, 2002, p. 140-141.

35 rgani, 5/31/56/208-210.

36 Kurtiev R. (red.), op. cit., p. 80.

37 rgani, 5/31/56/151-154.

38 Kurtiev R. (red.), op. cit., p. 61.

39 Ibid., p. 34, 61.

40 Ibid., p. 25.

41 Carrère d’Encausse H., La Déstalinisation commence, Bruxelles, Complexe, 1984, p. 79-85 ; Sokolov A. K. et Tâžel’nikova V. S., Kurs sovetskoj istorii, 1941-1991, Moscou, Vysšaâ škola, 1999, p. 191-241 ; Harhordin O., Obličat’i licemerit’, Saint-Pétersbourg, Letnij Sad, 2002, p. 363-434.

42 rgani, 5/31/56/208-210.

43 Hamidova Z., « Bor’ba za âzyk (problemy stanovleniâ i razvitiâ čečenskogo âzyka », Furman D. E. (red.), Sbornik statej. Čečnâ i Rossiâ : obšestva i gosudarstva, Moscou, Poliform-Talburi, 1999, p. 141-142 ; Patiev Â., Inguši : deportaciâ, vozvrašenie, reabilitaciâ, 1994-2004, Dokumenty, Materialy, Kommentarii, Magas, Serdalo, 2004, p. 241-243.

44 Patiev Â., op. cit., p. 240-241.

45 rgani, 5/31/56/151-154.

46 Martin T., The Affirmative Action Empire, Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, Ithaca, Cornell University Press, 2001, p. 442-451 ; Hirsch F., Empire of Nations. Ethnographic Knowledge and the Making of the Soviet Union, Londres, Cornell University Press, 2005, p. 268-270 ; Bertrand F., L’Anthropologie soviétique des années 20-30, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2002, p. 222-243.

47 Gülüm R., « Rituals : Artistic, Cultural, and Social Activity », Allworth E. (ed.), The Tatars of Crimea. Return to the Homeland, Durham, Duke University Press, 1998, p. 84-98 ; Ursu D. P. (red.), Deâteli krymskotatarskoj kul’tury (1921-1944). Bibliografičeskij slovar’, Simféropol, Dolâ, 1999, p. 52-53.

48 Rgani, 5/31/56/177-178 ; Gülüm R., op. cit., p. 89.

49 Centr informacii i dokumentacii krymskih tatar : http://www.cidct.org.ua/ru/publications/Krim.lit/39.html (consulté en juin 2006) ; rgani, 5/31/56/177-178.

50 Cité par Bažan O. G., « Krymskotatarskij nacional’nij RUHu 1950-1980-h rr. Za dokumentami KDB ». Ukrains’kij istoričnij žurnal, no 4, juillet-août 2004, p. 127-128 ; rgani, 5/31/56/208-210.

51 Ursu D. P. (red.), op. cit., p. 36-37, 52-53, 62-63, 214-215.

52 Cité par Volobuev O., « Krymskotatarskij vopros po dokumentam CK KPSS (vtoraâ polovina 50-h – seredina 80-h gg. xx v.) ». Otečestvennaâ istoriâ, no 1, 1994, p. 157.

53 Zemskov V. N., op. cit., p. 255-256.

54 garf, 9479/1/925/126-127.

55 Patiev Â., op. cit., p. 408-409.

56 rgani, 89/61/13/2-8.

57 Zemskov V. N., op. cit., p. 254 ; Pohl M., op. cit., p. 424.

58 Patiev Â., op. cit., p. 245-246.

59 Pohl M., op. cit., p. 424.

60 Patiev Â., op. cit., p. 455.

61 rgani, 89/61/13/2-8 ; Artizov A. et alii (red.), Reabilitaciâ : kak èto bylo. Dokumenty Prezidiuma CK KPSS i drugye materialy. Fevral’1956 – načalo 80-h godov, t. 2, Moscou, MFD, 2003, p. 199-202.

62 Polâkov Û. (red.), Vsesoûznaâ perepis’naseleniâ 1939 g. Osnovnye itogi, Moscou, Nauka, 1992, p. 57, 246.

63 rgani, 89/61/13/8 ; Artizov A. et alii (red.), Reabilitaciâ : kak èto bylo. Dokumenty Prezidiuma CK KPSS i drugye materialy. Fevral’1956 – načalo 80-h godov, op. cit., p. 202.

64 rgani, 5/31/56/151-154.

65 Patiev Â., op. cit., p. 405.

66 Artizov A. et alii (red.), p. 218-220.

67 Bekirova G., Krym i krymskie tatary V XIX-XX vekah. Sbornik statej, Moscou, RAN, 2005, p. 69.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540