Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les déportations en héritage

 | 
Aurélie Campana
, 
Grégory Dufaud
, 
Sophie Tournon

Introduction

Aurélie Campana, Grégory Dufaud et Sophie Tournon

Texte intégral

  • 1 Brandenberger D., National Bolshevism. Stalinist Mass Culture and the Formation of Modern Russian (...)

1En Union soviétique, la Seconde Guerre mondiale accélère la construction d’un étatisme russo-centré qui représente le nouveau credo d’un pouvoir en quête de légitimité et de soutien populaire1. Le sursaut patriotique et l’exaltation de la nation russe s’accompagnent d’une entreprise de purification du corps social qui vise plusieurs minorités. Dès l’été 1941, la répression touche les Allemands soviétiques, à titre « prophylactique » : leur déportation vise avant tout à éviter la constitution d’une « cinquième colonne ». En pleine débâcle, plus de 1 200 000 d’Allemands soviétiques sont raflés en quelques mois.

  • 2 Werth N., « Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en Union soviétique », Cou (...)

2À la suite de la victoire de Stalingrad, la reconquête des territoires méridionaux occupés suscite une autre vague de déportations qui frappent les populations du Caucase et de Crimée. Entre novembre 1943 et novembre 1944, les Karatchaïs, les Kalmouks, les Tchétchènes et les Ingouches, les Balkars, les Tatars de Crimée puis encore d’autres minorités péninsulaires (bulgare, grecque et arménienne) ou caucasiennes (meskhète, kurde et khemchine) sont déplacés en masse aux confins du pays, au motif qu’ils ont collaboré avec l’ennemi ou qu’ils ont des liens avec l’étranger. Les déportations de 1943 et 1944 touchent près de 1 100 000 individus, en majorité musulmans, aux forts liens claniques ou familiaux2.

  • 3 Polian P., Against Their Will. The History and Geography of Forced Migrations in the USSR, Budapes (...)
  • 4 Nahaylo B. et Swoboda V., Soviet Disunion. A History of Nationalities Problem in the USSR, Londres (...)

3Leurs territoires sont supprimés, transformés en régions, qui sont intégrées à la République fédérative de Russie (RSFSR), à ses Républiques autonomes et à la Géorgie3. En Asie centrale et en Sibérie, les Criméens et les Caucasiens sont astreints au régime des « colonies spéciales » (specposeleniâ) où ils restent une dizaine d’années avant que le démantèlement de ces dernières, entamé peu après la mort de Staline en 1953, ne leur rende sinon leur territoire, du moins leur liberté4.

  • 5 Pavel Polian parle de « déportations ethniques » (cf. supra, conclusion). Les deux termes renvoien (...)

4Centré sur les populations du sud de l’Union soviétique, ce livre entend présenter les modalités d’un phénomène répressif qui, s’il n’est pas unique dans l’histoire du pays, possède une unité de lieu, de temps et d’action. Quel est le mode opératoire de ces déportations nationales5 ? Quelles sont les conditions de vie des « colons spéciaux » (specposelency) ? Comment se déroule le retour des ex-colons autorisés à rentrer dans les républiques du Caucase, rétablies au début de 1957 ? Comment s’organise la vie de ceux qui ne sont pas réhabilités en 1956 ? Si cet ouvrage tente d’abord de répondre à ces questions, il ne limite pas l’analyse à la stricte période soviétique. Il se propose également de « mesurer » les conséquences de ces événements sur la longue durée.

  • 6 Dunlop J., Russia Confronts Chechnya, Roots of a Separatist Conflict, Cambridge, Cambridge Univers (...)

5En effet, les récentes guerres de Tchétchénie ont été l’occasion d’évoquer les déportations, sans qu’en soit véritablement interrogé l’impact sur les revendications séparatistes6. De façon générale, depuis l’effondrement de l’URSS, la Crimée et le Caucase connaissent une actualité particulièrement mouvementée. L’éventail des situations est large : de la guérilla au terrorisme, du conflit ouvert à la montée des radicalisations ethniques. Mosaïques ethniques situées au carrefour des civilisations et des religions, ces régions sont souvent considérées comme de véritables poudrières. Quel est l’impact des déportations sur le présent des « peuples punis » ? Comment cet héritage est-il géré par les États successeurs de l’Union soviétique, la Fédération de Russie, l’Ukraine et la Géorgie principalement ?

Répressions et déportations nationales

  • 7 Cité par Holquist P., « “Conduct Merciless Mass Terror”: Decossackization on the Don, 1919 ». Cahi (...)
  • 8 Werth N., « Les Déportations de « populations suspectes » dans les espaces russes et soviétiques ( (...)

6Si la Seconde Guerre mondiale donne aux répressions nationales une ampleur et un caractère inédits, les Bolcheviks en font usage dès la guerre civile, avec la campagne de décosaquisation dans la région du Don. Sous l’ancien régime, les Cosaques formaient une communauté et exploitaient des terres en échange d’un soutien militaire aux Tsars et de la protection des frontières. Avec la Révolution d’octobre, ils sont privés de leur statut, dénoncés comme « paysans riches » (koulaks) et « ennemis de classe ». Beaucoup rejoignent alors les rangs des armées blanches. En 1919, l’avancée de l’armée rouge vers le sud se traduit par un déchaînement de violence qui répond à une circulaire de la hiérarchie du Parti exigeant de « mettre en œuvre une terreur de masse contre les riches Cosaques, de les extirper ; de mettre en œuvre une terreur de masse, sans pitié, contre tous les Cosaques qui ont participé, directement ou indirectement, à la lutte contre le pouvoir soviétique7 ». L’objectif est autant de réprimer les révoltés que d’éliminer une population considérée comme réfractaire per se au communisme. Face à la résistance des Cosaques, l’ordre est annulé le 16 mars et les atrocités imputées aux autorités locales. Une autre politique est expérimentée, plus conforme au projet bolchevique selon ses instigateurs. À l’automne 1920, plusieurs villages cosaques du Caucase du Nord sont vidés de leurs habitants, déplacés dans les régions voisines. Les toponymes des bourgs sont changés, lorsque ces derniers ne sont tout simplement pas rasés8. Stoppée à la fin de 1920, la campagne de décosaquisation représente une entreprise inédite d’ingénierie sociale qui repose sur une prémisse associant l’ethnicité à la classe.

  • 9 Martin T., The Affirmative Action Empire, Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, (...)
  • 10 Hirsch F., Empire of Nations. Ethnographic Knowledge and the Making of the Soviet Union, Londres, (...)
  • 11 Weiner A., Making Sense of War, Princeton, Princeton University Press, 2002, p. 139.
  • 12 Fitzpatrick S., Tear off the Masks ! Identity and Imposture in Twentieth-Century Russia, Princeton (...)
  • 13 Cadiot J., Le Laboratoire impérial. Russie-URSS, 1860-1940, Paris, CNRS éditions, 2007, p. 178.

7Au cours des années vingt, les Bolcheviks refusent d’aller plus avant dans cette voie. La nationalité et l’ethnicité sont un critère politique par le biais duquel s’articule la promotion des minorités : des territoires leur sont accordés, des postes octroyés, les langues et les cultures soutenues. L’« indigénisation » doit permettre de construire l’État multinational en désamorçant les nationalismes qui se sont faits jour lors de la guerre civile9. Ce faisant, Moscou entend intervenir dans l’évolution des nations ou des proto-nations de façon à les transformer en authentiques nations socialistes10. Plusieurs minorités restent quand même l’objet d’une surveillance serrée, à l’instar des Polonais d’Ukraine soupçonnés d’espionnage pour le compte de la Pologne11. À la fin des années vingt, la modernisation du pays par le haut s’accompagne du lancement du conflit de classe, présenté comme une réaction à la résistance des « ennemis de classe ». Il dure jusqu’en 1936 quand Staline y met un terme en annonçant publiquement que l’antagonisme de classe a été dépassé. En réalité, l’importance de la classe, à la fois comme paradigme explicatif et instrument de façonnement social, diminue dès 193212. De façon concomitante, la nation devient une catégorie répressive plus opérante. Avec la « passeportisation » au début de 1933, la nationalité participe de l’identification des individus : elle représente le « cinquième point » du passeport. En Union soviétique, c’est un marqueur inédit de l’identité civile, susceptible de faire peser une menace sur les citoyens13.

  • 14 Martin T., op. cit., p. 329-330.
  • 15 Blum A. et Mespoulet M., L’Anarchie bureaucratique. Statistique et pouvoir sous Staline, Paris, La (...)
  • 16 Gelb M., « The Western Finnish Minorities and the Origins of the Stalinist Nationalities Deportati (...)
  • 17 Martin T., op. cit., p. 330-333.
  • 18 Weiner A., op. cit., p. 143.

8En effet, la méfiance à l’égard des nationalités se fait plus forte. À cela, il y a deux raisons : la politique d’« indigénisation » est infléchie, les dignitaires du Parti jugeant qu’elle ne fait que renforcer le nationalisme plutôt qu’elle ne le diminue ; les tensions internationales s’exacerbent. Au printemps 1934, le régime de surveillance des frontières, mis en place en 1923, est renforcé dans la partie occidentale du pays : nul n’a le droit de pénétrer dans la zone frontalière sans l’autorisation de la police politique (NKVD). Par mesure de sécurité, plus de 11 000 familles d’origine allemande, polonaise, lettone, finnoise et estonienne sont déplacées vers les régions intérieures, voire déportées en Asie centrale ou en Sibérie14. À l’été, les comités d’entreprises de Moscou sont priés de montrer la plus grande vigilance à l’égard de plusieurs nationalités considérées hostiles au pouvoir soviétique. Les Allemands, les Coréens, les Finnois, les Lettons, les Lituaniens et les Polonais doivent être progressivement renvoyés des entreprises. Les Juifs, les Arméniens, les Tatars de Crimée, les Tchétchènes, les Ingouches, les Ossètes du Nord doivent, quant à eux, être étroitement surveillés15. Au cours des années suivantes, le nettoyage des frontières se poursuit. En 1935, des milliers d’Estoniens, de Lettons, de Finnois (entre 7 000 et 9 000 personnes) de la région de Leningrad sont expulsés16. En 1936, ce sont 20 000 Finnois de Leningrad et 15 000 familles d’Allemands et de Polonais d’Ukraine qui sont déplacés. Les victimes sont souvent qualifiées de « paysans individuels » ou d’« individus privés de droits civiques », le critère national restant ainsi mâtiné de considérations de classe. Les exilés sont installés au Kazakhstan, placés sous le contrôle du NKVD, au même titre que les koulaks naguère17. Ces déportations, à l’ampleur limitée, s’accompagnent de la suppression d’institutions nationales, telles les écoles, les circonscriptions nationales ou les églises catholiques polonaises de la région de Vinnitsa18.

  • 19 Martin T., « Origins of Soviet Ethnic Cleansing », The Journal of Modern History, vol. 70, no 4, 1 (...)
  • 20 Cadiot J., op. cit., p. 181.
  • 21 Werth N., « Les “Opérations de masse” de la “Grande Terreur” en URSS (1937-1938) ». Bulletin de l’ (...)
  • 22 Martin T., The Affirmative Action Empire, op. cit., p. 337-340.

9En 1936, la nouvelle Constitution proclame la disparition des classes et promeut la métaphore de l’« amitié des peuples ». Afin d’épurer le corps social des éléments dits « nuisibles » ou « étrangers », la hiérarchie du Parti lance une vaste entreprise de purges. Pendant les années de la Grande Terreur, la « xénophobie soviétique » s’intensifie19. Comme dans la partie occidentale du pays, le régime frontalier est renforcé le long des marches afghane et iranienne en 1937, entraînant la déportation de milliers de familles kurdes et iraniennes. En 1938, il est étendu en Sibérie orientale et en Mongolie-Bouriatie20. À partir de l’été 1937, Staline lance une dizaine « d’opérations nationales » qui ciblent des nations spécifiques. Elles témoignent d’un glissement vers une pratique de façonnement social qui opère selon des « lignes nationales ». Les résolutions visent les Allemands et les Polonais ; les « Harbiniens », ces employés soviétiques de la Compagnie des chemins de fer de Mandchourie, basée à Harbin, qui ont été rapatriés en URSS après la vente de la ligne au Japon ; les immigrés, sans égard aux raisons de leur présence dans le pays ; les Lettons, les Finnois, les Grecs, les Roumains et les Estoniens. Ces mesures policières reposent sur la crainte d’une infiltration étrangère, les communautés réprimées étant accusées d’« espionnage », de « sabotage » ou d’« activités terroristes » pour le compte d’une puissance ennemie21. En janvier 1938, la durée des opérations est prolongée, de nouvelles cibles sont désignées : les Bulgares et les Macédoniens. Les populations stigmatisées sont privées de leurs institutions nationales. Au total, entre juillet 1937 et novembre 1938, plus de 300 000 personnes auraient été victimes des « opérations nationales22 ».

  • 23 Alexopoulos G., « Stalin and the Politics of Kinship: Practices of Collective Punishment, 1920s – (...)
  • 24 Gelb M., « An Early Soviet Ethnic Deportation: The Far-Eastern Koreans », Russian Review, vol. 54, (...)
  • 25 Werth, N., op. cit., p. 254-255.
  • 26 Alexopoulos G., op. cit., p. 112.
  • 27 Cadiot J., op. cit., p. 179.

10C’est dans ce contexte que survient la première déportation d’une minorité dans sa totalité, celle des Coréens d’Extrême-Orient. Si la décision intervient le 21 août 1937, elle a été précédée par une campagne de presse les accusant d’être à la solde du Japon. La volonté de reléguer toute la communauté est motivée par la crainte que le bannissement d’une seule partie des individus ne suscite l’hostilité de ceux qui resteraient sur place. L’inquiétude repose sur l’idée que les liens familiaux parmi les Coréens sont très forts. Aussi, les autorités se décident à n’en laisser aucun dans la région23. Entre octobre et novembre, 175 000 personnes sont reléguées au Kazakhstan et en Ouzbékistan. Après des conditions de voyage difficiles, l’installation des déportés est précaire. Les décès sont nombreux. Au cours de 1938, les conditions de vie s’améliorent. Les déplacés reçoivent alors de maigres compensations pour les biens perdus ; des écoles et des kolkhozes coréens sont organisés24. En 1941, la déportation des Allemands soviétiques est plus compliquée du fait des circonstances, mais aussi en raison de leur dispersion sur le territoire. L’opération dure plusieurs mois : les arrestations sont ciblées, le NKVD procédant région par région25. Cette fois encore, les autorités s’intéressent aux liens familiaux. Il s’agit de déterminer quelle famille peut être qualifiée d’allemande. Selon Beria, commissaire aux Affaires intérieures, seuls doivent être déportés les foyers dont le chef de famille est allemand26. Si cette décision illustre le rôle du genre dans les répressions de masse, elle traduit également les changements opérés dans les modes d’identification individuelle. En effet, la nationalité n’est plus définie depuis avril 1938 selon le principe de l’auto-déclaration, mais par la filiation27.

  • 28 Werth N., op. cit., p. 255-256.
  • 29 Hirsch F., « Race without the Practice of Racial Politics », Slavic Review, vol. 61, no 1, printem (...)
  • 30 Weiner A, op. cit., p. 1.

11Ces premières déportations collectives confirment les évolutions des formes d’ingénierie sociale en Union soviétique. Pour autant, il ne faudrait pas opposer, de façon schématique, les répressions de classe aux déportations nationales et tracer une ligne qui mènerait des unes aux autres. D’une part, la dimension nationale de certaines répressions va parfois de pair avec des critères de classe. D’autre part, à propos des Coréens, la décision de les déporter collectivement revient, en partie, à la valeur accordée aux liens familiaux qui unissent cette communauté. L’opération « coréenne » mobilise des techniques qui sont ensuite utilisées pour la déportation des Allemands, d’une ampleur sans précédent. Comme autrefois, il s’agit de prévenir toute collusion avec l’ennemi. En ce sens, les déportations du Caucase et de Crimée se distinguent : le pouvoir châtie des populations au motif, fallacieux, qu’elles ont collaboré avec les Allemands, tandis que le reste du pays est engagé dans une lutte sans merci avec l’envahisseur. Encore faut-il peut-être distinguer les opérations qui, de novembre 1943 à juillet 1944, visent les Karatchaïs, les Kalmouks, les Tchétchènes et les Ingouches, les Balkars et les Tatars de Crimée de celles qui, de juillet à novembre 1944, emportent les Bulgares, les Grecs, les Arméniens de Crimée ou les Meskhètes28. Si les dernières correspondent à une forme de nettoyage des frontières, les six grandes déportations aspireraient, au nom de l’attitude supposée des communautés concernées, à prévenir toute menace nationale à même d’entraver la réalisation du projet bolchevique29. Elles se comprennent donc à l’aune de la croyance de tous les contemporains selon laquelle la Seconde Guerre mondiale représente l’apogée de la Révolution socialiste30.

Survol historiographique

  • 31 Kosterin A., « Pervomu sekretarû CK KPSS Nikite Sergeeviču Hruševu ot voenkoma Graždanskoj vojny n (...)
  • 32 Soljenitsyne A., L’Archipel du Goulag, YMCA-PRESS, Paris, 1974-1976.

12Très tôt, avec le Rapport secret de février 1956, la répression dont ont été victimes plusieurs minorités à l’issue de la Seconde Guerre mondiale est portée à la connaissance d’un public informé. L’écrivain Alexeï Kosterin, sensibilisé dès 1957 au sort des peuples déportés du Caucase du Nord, cherche dans une courte lettre à attirer l’attention des autorités soviétiques sur le traitement qu’elles réservent aux anciens déportés de retour dans leur territoire d’origine. Estimant que la réhabilitation n’est pas entière du fait de l’absence de compensations financières et des remaniements de frontières, il y compare les déportations à des « offenses mal éteintes ». Un31 peu plus tard, le général Piotr Grigorenko puis Andreï Sakharov dénoncent l’injustice qui est faite aux Tatars de Crimée et popularisent leur combat pour leur pleine réhabilitation. Mais c’est la publication, dans les années soixante-dix, de l’Archipel du Goulag d’Alexandre Soljenitsyne qui révèle l’ampleur de « l’industrie pénitentiaire » soviétique, livrant ainsi une32 première description de la vie dans les colonies spéciales.

  • 33 Conquest R., The Soviet Deportation of Nationalities, Londres, Macmillan, 1960.
  • 34 Conquest R., The Nation Killer. The Soviet Deportation of Nationalities, Londres, Macmillan, 1970.
  • 35 Sheehy A. et Nahaylo B., The Crimean Tatars and Volga Germans: Soviet Treatment of two National Mi (...)
  • 36 Nekrich A., The Punished Peoples. The Deportation and Fate of Soviet Minorities at the End of the (...)
  • 37 Nekritch A., Les Peuples punis. La déportation et le sort des minorités soviétiques à la fin de la (...)

13À côté de ces appels ou de ces œuvres, les premiers travaux de soviétologie consacrés aux déportations nationales paraissent dans les années soixante et soixante-dix. En 1960, Robert Conquest y consacre un livre où elles sont présentées comme le prolongement de la politique coloniale33 autocratique. Dix ans plus tard, cet ouvrage fait l’objet d’une nouvelle édition, dans une version augmentée, au titre significatif : The Nation34 Killer. En 1971, Ann Sheehy écrit une brochure sur les Tatars de Crimée et les Allemands de la Volga dont le propos est surtout centré sur les années35 cinquante et soixante. En 1976, Alexandre Nekritch, un historien russe, offre une étude documentée portant spécifiquement sur les déportations de la Seconde Guerre mondiale. Publiée en russe en 1976, elle bénéficie d’une traduction anglaise en 197836, puis française en 1982. Basé sur une documentation diversifiée, l’ouvrage traite des rafles, de la vie dans les colonies spéciales et des retours. Son retentissement est tel que l’expression « peuples punis » s’impose dans l’historiographie37.

  • 38 Bugaj N. F., L. Beriâ – I. Stalinu : « Soglasno Vašemu ukazaniû... », Moscou, AIRO-XX, 1995. Pour (...)
  • 39 Alieva S. (red.), Tak èto bylo, Nacional’nye repressii v SSSR, 1919-1952, 3 tomes, Moscou, INSAN, (...)
  • 40 Marie J.-J., Les Peuples déportés d’Union Soviétique, Bruxelles, Complexe, 1995, coll. « Questions (...)
  • 41 Werth N., « Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en Union soviétique », Cou (...)

14Avec la Perestroïka, les premières études commencent à être publiées en Union soviétique. Après l’effondrement de l’Union soviétique, elles bénéficient des archives désormais disponibles pour une partie d’entre elles. Ainsi, depuis la fin des années quatre-vingt, Nikolaj Bugaj écrit de nombreux articles et livres sur le sujet, proposant des analyses au cas par cas ou plus globales, dont le désormais classique : L. Beriâ – I. Stalinu : « Soglasno Vašemu ukazaniû38 »... Les historiens ne sont pas les seuls à s’intéresser au sujet. Des sociologues et des ethnographes recueillent également des témoignages, à l’instar de Svetlana Alieva39. Au milieu des années quatre-vingt-dix, l’ensemble de ces travaux représente une source d’information majeure pour les chercheurs occidentaux qui s’en inspirent largement pour écrire les premières synthèses accessibles à un large public. En France, Jean-Jacques Marie propose dès 1995 un livre intitulé : Les Peuples déportés d’Union soviétique40. Deux ans plus tard, la publication du Livre noir du communisme offre également, à travers la contribution de Nicolas Werth, une description de ce que fut le bannissement des populations caucasiennes et criméennes41.

  • 42 Karcha R., « Genocide in the Northern Caucasus », Caucasian Review, no 2, 1956, p. 74-84.
  • 43 Kirimal E., « Complete Destruction of National Group as Groups: the Crimean Turks », Genocide in t (...)

15De manière générale, les études se multiplient en Russie comme dans le monde anglo-saxon sur l’une ou sur l’autre des minorités réprimées, apportant des connaissances plus précises sur les mécanismes des déportations ou la vie dans les colonies spéciales. Dans la mesure où les archives n’ont pas apporté de révélations sur les motifs des déportations, la nature du phénomène continue de susciter des débats : est-ce une mesure de sécurisation des frontières, un génocide, ou un ethnocide ? En soi, ces questions ne sont pas nouvelles, celles-ci ayant parfois déjà été posées par des activistes dès la fin des années cinquante. En 1956, Ramazan Karcha présente la relégation des Tchétchènes, Ingouches, Balkars et Karatchaïs comme « l’acte final et culminant du génocide soviétique contre les Nord Caucasiens42 ». De même, en 1958, Edige Kirimal, un Tatar de Crimée vivant en Allemagne, prétend que la déportation qui a touché sa communauté s’apparente à un génocide43. À l’époque, ces jugements veulent surtout provoquer et attirer l’attention sur la répression qui a frappé les populations méridionales, se référant au besoin à la définition de la Convention de l’Organisation des Nations unies de 1948. De telles prises de position parsèment les samizdats tatars de Crimée dès 1968, les idéologues des autres peuples déportés n’intégrant que plus tardivement la notion de génocide dans leur rhétorique nationaliste.

  • 44 Lewin M. et Kershaw I. (ed.), Stalinism and Nazism: Dictatorship in Comparison, Cambridge, Cambrid (...)
  • 45 Charny I. W. (dir.), Le Livre noir de l’humanité. Encyclopédie mondiale des génocides. Privat, Tou (...)

16Pendant un temps, les propositions d’Ernst Nolte, qui établit un lien causal entre le Goulag et les camps de concentration, font peser le soupçon de génocide sur les déportations en URSS. Mais aujourd’hui rares sont les chercheurs qui parlent de génocide à propos des répressions nationales, rien n’autorisant à dire qu’il y a eu volonté consciente d’exterminer un (ou des) groupe(s) humain(s)44. En revanche, certains soulignent la « nature génocidaire » du régime soviétique, une nuance qui met au premier plan les perpétrateurs et non plus le caractère intentionnel de l’acte tel que défini par l’ONU. Ainsi, Israel Charny, Otto Pohl ou Yves Ternon considèrent le régime stalinien comme génocidaire car il reposerait, entre autres, sur l’affirmation de la superfluité de l’homme45.

  • 46 Weitz E., « Racial Politics without the Concept of Race: Reevaluating Soviet Ethnic and National P (...)
  • 47 Hirsch F., « Race without the Practice of Racial Politics », op. cit., p. 30.
  • 48 Weiner A., op. cit., p. 47.

17Dans une perspective comparatiste, Eric Weitz indique que les Soviétiques avaient, comme les Nazis, pratiqué des politiques raciales sans recourir « ouvertement au concept et à l’idéologie de race46 ». Mais sa proposition suscite une levée de boucliers de la part de spécialistes comme Amir Weiner ou Francine Hirsch. Cette dernière lui reproche, notamment, d’utiliser des « définitions [qui] sont trop générales et a-historiques pour être signifiantes47 ». Le traitement infligé à certaines nations ne s’apparenterait pas à une forme soviétique de génocide. À partir de la conviction que les nationalités sont des constructions socio-historiques, le régime n’aurait eu d’autre volonté que de préserver l’intégrité du corps social en en ôtant les éléments jugés rétifs au projet soviétique, la race n’étant « ni le motif ni le produit de ce processus48 ».

  • 49 Pisarev S. P., « Iz Istorii krymskih tatar », Političeskij dnevnik 1964-1970, Amsterdam, 1972, p.  (...)
  • 50 Nahaylo B. et Swoboda V., Soviet Disunion. A History of Nationalities Problem in the USSR, Londres (...)
  • 51 Naimark N. M., Fires of Hatred. Ethnic Cleansing in Twentieth-Century Europe, Harvard, Harvard Uni (...)
  • 52 Polian P., op. cit., p. 153.

18L’hypothèse d’une opération de sécurisation des frontières est énoncée dès le début des années 1970, notamment par S. P. Pisarev qui souligne les ambitions de Staline sur les détroits turcs49. Cette interprétation est pendant longtemps portée par la soviétologie. En 1990, Bohdan Nahaylo et Victor Swoboda avancent ainsi que les peuples musulmans de Crimée ou du Caucase ont été chassés de ces régions « au cas où des hostilités surviendraient entre l’URSS et la Turquie50 ». Plus tardivement, Norman Naimark reformule cette idée à travers le concept de « nettoyage ethnique », associé à la guerre de Bosnie. D’après lui, il s’est agi de nettoyer des régions vulnérables à l’influence occidentale et à la pénétration turque51. S’il ne s’oppose pas à cette idée, Pavel Polian juge qu’il faut plutôt analyser les déportations comme des politiques relevant d’un « système de répression caractérisé par sa nature administrative et son application collective52 ».

  • 53 Naimark N., op. cit., p. 105.
  • 54 Gublogo M. N. et Červonnaâ S., Krymskotatarskoe nacional’noe dviženie. Tom 1. Istoriâ. Problemy. P (...)
  • 55 Zemskov V. N., Specposelency v SSSR. 1930-1960. Moscou, Nauka, 2003, p. 107.

19Selon Norman Naimark, les déportations ont permis d’achever l’entreprise de russification de la Crimée, tout en permettant de « rééduquer les Tchétchènes-Ingouches et les Tatars de Crimée – de les forcer à oublier leur patrie et leur culture53 ». Par là, l’auteur se rapproche de l’idée soutenue par certains chercheurs selon laquelle les Criméens et les Caucasiens ont été victimes d’un ethnocide, à savoir une entreprise délibérée d’éradication culturelle. Les tenants de cette interprétation fondent leur démonstration sur les phénomènes qui affectent les territoires des populations déportées comme sur les conditions qui leur sont infligées en Asie centrale54. Viktor Zemskov, quant à lui, considère que la déportation était destinée à favoriser leur assimilation dans la société soviétique par leur fusion avec les populations d’Asie centrale55.

20Ce rapide état des lieux de la recherche sur les déportations nationales montre que les débats se sont, en partie, concentrés sur la qualification des faits. Les monographies sur l’un ou l’autre peuple déporté et les ouvrages généraux sur les déportations massives prédominent. Toutefois, l’approche comparative remise dans un contexte plus large et non limitée aux seuls processus de déportation-réhabilitation a été peu mobilisée. De plus, peu d’auteurs placent leur contribution dans une perspective de longue durée. Une telle démarche permet de dépasser l’événement lui-même, offre une vue d’ensemble des déportations, de leurs conséquences ainsi qu’une analyse singulière de leurs impacts. L’analyse intègre ainsi la spécificité des trajectoires politiques, sociales et culturelles de chacun des « peuples punis ».

Plan de l’ouvrage

21Basé sur une approche multidisciplinaire, cet ouvrage est divisé en trois grandes parties. La première se concentre sur les déportations, la vie en exil et les étapes du processus partiel de réhabilitation qui survient à la suite du XXe Congrès de février 1956. Juliette Denis propose une analyse des différentes déportations massives et examine les logiques et les processus décisionnels qui ont mené aux déportations. Ce faisant, l’auteure revient sur les accusations de collusion et de collaboration avec l’envahisseur allemand. À sa suite, Marc Elie analyse la vie en exil des différentes populations déportées qui, si elles relèvent d’un même statut et sont astreintes à un même régime, connaissent des situations fort différentes. La ligne de démarcation n’est pas ici nationale ; elle dépend des lieux dans lesquels les colons spéciaux sont installés, des perceptions que les individus développent et de leur capacité d’adaptation ou de résistance. Ces deux textes montrent que le taux de mortalité élevé pendant et juste après les déportations sont plus à mettre sur le compte des négligences dans la chaîne de commandement que dans un dessein génocidaire. De même, la contribution de Marc Elie indique qu’il n’y a pas eu d’acculturation totale des déportés. Enfin, Grégory Dufaud clôt cette première partie en abordant les différentes réformes qui ont mené au démembrement progressif des colonies spéciales puis à la réhabilitation d’une partie des déportés. L’auteur s’attache à décrire les hésitations du processus décisionnel comme la réaction des colons spéciaux.

22Se pose donc dès 1953 le problème d’un héritage stalinien lourd à gérer. Et ce d’autant plus que la libération progressive des colons spéciaux et les processus de réhabilitation sont marqués par des soubresauts divers. Les retours des anciens déportés sur leurs anciens territoires et les actions entrepris par ceux qui, comme les Tatars de Crimée et les Meskhètes, se sont vus refuser la réhabilitation, font naître de nouvelles tensions. La deuxième partie de l’ouvrage se concentre précisément sur les décennies qui ont suivi la réhabilitation ou la non-réhabilitation. Une perspective comparatiste est ici privilégiée : Aurélie Campana traite des Tchétchènes et des Ingouches ; Aude Merlin et Svetlana Akkieva s’arrêtent sur le parcours des Balkars et des Karatchaïs ; Aurélie Campana et Sophie Tournon analysent la non-réhabilitation des Tatars de Crimée et des musulmans de Meskhétie. Le découpage proposé ne se veut pas seulement géographique, il prend également en considération les logiques politiques qui ont présidé aux différentes situations. Ainsi, chacune des contributions analyse les conséquences politiques, sociales, économiques et culturelles des déportations et des retours. La comparaison de deux cas permet une meilleure compréhension des phénomènes généraux comme des phénomènes particuliers. Ces trois chapitres montrent ainsi que résistances passives (pour le cas des nations autorisées à regagner leur territoire) et actives (dans le cas des non-réhabilités) se superposent à des stratégies individuelles d’accommodation et d’adaptation aux nouvelles conditions imposées par les modalités du retour ou de la non-réhabilitation.

23La troisième partie s’inscrit dans une démarche similaire : elle traite de la gestion par les représentants des anciens déportés et par les États successeurs des conséquences des déportations après 1991. La disparition de l’Union soviétique crée un certain vide juridique, que la Fédération de Russie, la Géorgie et l’Ukraine n’ont ni la volonté politique, ni les ressources politiques et juridiques de combler. L’effervescence nationaliste observée durant la Perestroïka chez tous les « peuples punis » ne se dément pas après 1991. Alexandre Osipov montre ainsi comment la Fédération de Russie naissante a négocié le virage de la réhabilitation des peuples déportés, mettant en place un système de compensations, qui sur le papier répond en partie aux revendications des anciens déportés. La mise en œuvre de ces différents textes juridiques s’est en revanche avérée beaucoup plus aléatoire, illustrant le jeu qui s’est instauré entre un État russe caractérisé par sa faiblesse au début des années 1990 et les représentants des peuples anciennement déportés. Une même dynamique est à l’œuvre en Ukraine et en Géorgie. L’Ukraine, sur laquelle revient Aurelie Campana, doit affronter depuis 1988 un retour massif et désorganisé de près de la moitié de la population tatare de Crimée estimée. La Géorgie est confrontée depuis son indépendance à la douloureuse question du rapatriement des Meskhètes. Sophie Tournon montre comment celle-ci s’est longtemps refusée à autoriser et à soutenir cette population « encombrante ». L’héritage non assumé que représentent les peuples non-réhabilités pour ces deux États jeunes, en proie à des soubresauts politiques internes, se révèle difficile à gérer. Au-delà des bouleversements socio-économiques et politiques, la question se pose de leur volonté à accepter d’intégrer des déportés et descendants de déportés qui revendiquent bien plus qu’un simple retour.

24Le chapitre de Pavel Polian et de Sophie Tournon conclut l’ouvrage. Il revient sur certains aspects des déportations avant de s’attarder sur leur traitement mémoriel. Ainsi, il apporte un éclairage sur un thème qui apparaît en filigrane dans les deuxième et troisième parties : les concurrences des mémoires. Or, celles-ci constituent certainement l’un des terreaux les plus fertiles à l’explosion des nationalismes au cours de la Perestroïka et à la persistance d’antagonismes basés sur une appréhension différenciée d’un passé récent et « douloureux » après 1991.

Notes

1 Brandenberger D., National Bolshevism. Stalinist Mass Culture and the Formation of Modern Russian National Identity, 1931-1956, Cambridge, Harvard University Press, 2002, p. 19.

2 Werth N., « Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en Union soviétique », Courtois S. et alii, Le Livre noir du communisme. Crimes, terreur, répression, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 240-244.

3 Polian P., Against Their Will. The History and Geography of Forced Migrations in the USSR, Budapest, CEU PRESS, 2004, p. 393-94 et p. 399-401.

4 Nahaylo B. et Swoboda V., Soviet Disunion. A History of Nationalities Problem in the USSR, Londres, Hamish Hamilton, 1990, p. 125.

5 Pavel Polian parle de « déportations ethniques » (cf. supra, conclusion). Les deux termes renvoient toutefois à la même réalité.

6 Dunlop J., Russia Confronts Chechnya, Roots of a Separatist Conflict, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

7 Cité par Holquist P., « “Conduct Merciless Mass Terror”: Decossackization on the Don, 1919 ». Cahiers du Monde russe, vol. 38, no 1-2, janvier-juin 1997, p. 134.

8 Werth N., « Les Déportations de « populations suspectes » dans les espaces russes et soviétiques (1914-fin des années 1940) : violences de guerre, ingénierie sociale, excision ethno-historique », Werth N., La Terreur et le désarroi. Staline et son système, Paris, Perrin, 2007, p. 230-231.

9 Martin T., The Affirmative Action Empire, Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, Ithaca, Londres, Cornell University Press, 2001, p. 2-3.

10 Hirsch F., Empire of Nations. Ethnographic Knowledge and the Making of the Soviet Union, Londres, Cornell University Press, 2005, p. 8-9.

11 Weiner A., Making Sense of War, Princeton, Princeton University Press, 2002, p. 139.

12 Fitzpatrick S., Tear off the Masks ! Identity and Imposture in Twentieth-Century Russia, Princeton, Princeton University Press, 2005, p. 40-43.

13 Cadiot J., Le Laboratoire impérial. Russie-URSS, 1860-1940, Paris, CNRS éditions, 2007, p. 178.

14 Martin T., op. cit., p. 329-330.

15 Blum A. et Mespoulet M., L’Anarchie bureaucratique. Statistique et pouvoir sous Staline, Paris, La Découverte, 2003, p. 282-284.

16 Gelb M., « The Western Finnish Minorities and the Origins of the Stalinist Nationalities Deportations », Nationalities Papers, vol. 24, no 2, 1996, p. 243.

17 Martin T., op. cit., p. 330-333.

18 Weiner A., op. cit., p. 143.

19 Martin T., « Origins of Soviet Ethnic Cleansing », The Journal of Modern History, vol. 70, no 4, 1998, p. 830.

20 Cadiot J., op. cit., p. 181.

21 Werth N., « Les “Opérations de masse” de la “Grande Terreur” en URSS (1937-1938) ». Bulletin de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, 86, 2006, disponible sur le site de l’IHTP : http://www.ihtp.cnrs.fr/IMG/pdf_bulletin8621fev_2.pdf., p. 24-30.

22 Martin T., The Affirmative Action Empire, op. cit., p. 337-340.

23 Alexopoulos G., « Stalin and the Politics of Kinship: Practices of Collective Punishment, 1920s – 1940s ». Comparative Studies in Society and History, vol. 50, no 1, 2008, p. 112. Ces considérations sur la force des liens familiaux interviennent un peu plus d’un an après la proposition d’un projet de loi destiné à renforcer la famille – à ce sujet, voir Fitzpatrick S., Le Stalinisme au quotidien. La Russie soviétique dans les années 30, Paris, Flammarion, 2002, p. 233-239.

24 Gelb M., « An Early Soviet Ethnic Deportation: The Far-Eastern Koreans », Russian Review, vol. 54, no 3, 1995, p. 402-406.

25 Werth, N., op. cit., p. 254-255.

26 Alexopoulos G., op. cit., p. 112.

27 Cadiot J., op. cit., p. 179.

28 Werth N., op. cit., p. 255-256.

29 Hirsch F., « Race without the Practice of Racial Politics », Slavic Review, vol. 61, no 1, printemps 2002, p. 40-41.

30 Weiner A, op. cit., p. 1.

31 Kosterin A., « Pervomu sekretarû CK KPSS Nikite Sergeeviču Hruševu ot voenkoma Graždanskoj vojny na Severnom Kavkaze, picatel’â Kosterina Alekseâ Evgrafoviča », 1957, Alieva S., Tak èto bylo. Repressirovannye narody sevodnâ, 1919-1953, Volume 2, Moscou, INSAN, 1993, p. 230.

32 Soljenitsyne A., L’Archipel du Goulag, YMCA-PRESS, Paris, 1974-1976.

33 Conquest R., The Soviet Deportation of Nationalities, Londres, Macmillan, 1960.

34 Conquest R., The Nation Killer. The Soviet Deportation of Nationalities, Londres, Macmillan, 1970.

35 Sheehy A. et Nahaylo B., The Crimean Tatars and Volga Germans: Soviet Treatment of two National Minorities, Londres, Minority Rights Groups, rapport no 6, 1971.

36 Nekrich A., The Punished Peoples. The Deportation and Fate of Soviet Minorities at the End of the Second World War, New York, Norton, 1978.

37 Nekritch A., Les Peuples punis. La déportation et le sort des minorités soviétiques à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Maspero, 1982.

38 Bugaj N. F., L. Beriâ – I. Stalinu : « Soglasno Vašemu ukazaniû... », Moscou, AIRO-XX, 1995. Pour une bibliographie des titres de Bugaj et plus généralement des ouvrages sur les répressions staliniennes, voir Pobol’N. L. et Polân P. M. (red.), Stalinskie deportacii 1928-1953. Dokumenty, Moscou, Materik Fond Demokratiâ, 2005, p. 800-817.

39 Alieva S. (red.), Tak èto bylo, Nacional’nye repressii v SSSR, 1919-1952, 3 tomes, Moscou, INSAN, 1993.

40 Marie J.-J., Les Peuples déportés d’Union Soviétique, Bruxelles, Complexe, 1995, coll. « Questions au XXe siècle ».

41 Werth N., « Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en Union soviétique », Courtois S. et alii, Le Livre noir du communisme. Crimes, terreur, répression, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 45-313.

42 Karcha R., « Genocide in the Northern Caucasus », Caucasian Review, no 2, 1956, p. 74-84.

43 Kirimal E., « Complete Destruction of National Group as Groups: the Crimean Turks », Genocide in the URSS, Studies in Group Destruction, New York, Scarecrow Press, 1958, p. 20-29.

44 Lewin M. et Kershaw I. (ed.), Stalinism and Nazism: Dictatorship in Comparison, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 8.

45 Charny I. W. (dir.), Le Livre noir de l’humanité. Encyclopédie mondiale des génocides. Privat, Toulouse, 2001 ; Pohl O. J., « From the Guest Editor », Journal of Genocide Research, vol. 4, no 3, 2002, p. 323-324 ; Ternon Y., Guerres et génocides au XXe siècle, Paris, Odile Jacob, 2007. Sur la notion de « superfluité de l’homme », voir Arendt H., La Nature du totalitarisme, Paris, Payot, 1990 [1re éd. 1977, Les Origines du totalitarisme. Le système totalitaire, Paris, Seuil, collection Points essais] ; Ternon Y., L’État criminel. Les génocides au XXe siècle, Paris, Seuil, 1995.

46 Weitz E., « Racial Politics without the Concept of Race: Reevaluating Soviet Ethnic and National Purges ». Slavic Review, 61, no 1, printemps 2002, p. 3.

47 Hirsch F., « Race without the Practice of Racial Politics », op. cit., p. 30.

48 Weiner A., op. cit., p. 47.

49 Pisarev S. P., « Iz Istorii krymskih tatar », Političeskij dnevnik 1964-1970, Amsterdam, 1972, p. 704.

50 Nahaylo B. et Swoboda V., Soviet Disunion. A History of Nationalities Problem in the USSR, Londres, Hamish Hamilton, 1990, p. 97.

51 Naimark N. M., Fires of Hatred. Ethnic Cleansing in Twentieth-Century Europe, Harvard, Harvard University Press, 2001, p. 105.

52 Polian P., op. cit., p. 153.

53 Naimark N., op. cit., p. 105.

54 Gublogo M. N. et Červonnaâ S., Krymskotatarskoe nacional’noe dviženie. Tom 1. Istoriâ. Problemy. Perspektivy, Moscou, CIMO, 1992, p. 76; Bekirova G., Krymskotatarskaâ problema v SSSR (1944-1991), Simféropol, Odžak”, 2004, p. 37.

55 Zemskov V. N., Specposelency v SSSR. 1930-1960. Moscou, Nauka, 2003, p. 107.

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540