Version classiqueVersion mobile

Crime et justice en Gascogne

 | 
Pierre Prétou

Chapitre V. Les justices en guerre

Texte intégral

« Gardez vous de nous ! Si nous venons, nous vous ferons tous les dommages que nous pourrons ! »
Le Livre de Vie, AM Bergerac BB3.

  • 1 La fin de la guerre de Cent Ans n’est qu’un rétro diagnostic de l’historien : la menace d’un retou (...)
  • 2 Pour l’ensemble régional étudié, nous renvoyons à Robert Boutruche, La crise d’une société : seign (...)

1Les « grans excès » de la guerre sont des mots s’associant étroitement aux rhétoriques judiciaires produites par les chancelleries à la fin du Moyen Âge. Les lettres de rémission enregistrées au Trésor des Chartes éclairent ces préoccupations de la justice retenue face aux crimes de guerre – une expression absente de nos sources – du traité de Brétigny-Calais à la recouvrance politique de la Guyenne. Entre ces deux dates, réside une conquête militaire de la Guyenne par le roi de France et pléthore de conflits féodaux liés à l’agitation régionale des grandes maisons nobiliaires de Gascogne1. En conséquence, les archives criminelles nous immergent dans l’anomie des gens de guerre engagés dans le sud-ouest du royaume, anomie bien connue de l’historiographie du Moyen Âge2. La documentation nous invite en effet à considérer que la guerre médiévale tardive n’est pas nécessairement une période de déni de justice, mais plutôt de défi de justice. Au cœur des pillages, incendies et autres violences stéréotypées entraînées par les récits de la guerre à la fin du Moyen Âge, subsistait-il une justice ? Le raisonnement, attendu, ne saurait rendre compte de ce que les archives révèlent. Dans la Gascogne en guerre, la justice est partout invoquée, comme une dette ou une créance adressée fermement aux pouvoirs souverains. Elle devient un défi justicier et un enjeu politique, support d’expérimentations judicaires et de tentatives de restauration, voire de refondation, des charismes justiciers bafoués par un supposé règne de la force. Si les archives développent de nombreux dénis de justices causés par les gens de guerre, elles alimentent simultanément des discours justiciers nécessitant la prudence de l’interprétation. Toutefois, l’ampleur des violences attribuées aux gens d’armes ne saurait être remise en question, mais elle nécessite que l’on observe son contexte et ses stéréotypes. Pas de crimes de guerre donc, mais des « excès » relevés par les sources et qui, tentant de rendre compte des comportements liés à la guerre, délimitaient le juste de l’injuste. La personnalité et l’utilité militaire des coupables, les routiers, ne permettaient pas de réfléchir autrement.

Les routiers en Gascogne

  • 3 Voir Pierre-Clément Timbal, La guerre de Cent Ans vue à travers les registres du Parlement (1337-1 (...)
  • 4 Philippe Contamine et Olivier Guyotjeannin (dir.), La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge(...)

2La culpabilité des gens de guerre dans l’emploi de la violence à la fin du Moyen Âge est-elle à démontrer3 ? Motif classique de l’historiographie, il n’a que rarement été discuté4. En Gascogne de 1360 à 1453, ceux que l’on nomme les routiers apparaissent en grand nombre dans les sources criminelles. Issus des compagnies engagées ou démobilisées, tous vivaient sur le pays qu’ils pressuraient d’exactions diverses. L’état de la documentation permet de restituer l’identité, le mode de vie et les gestes criminels de ces hommes de guerre qui furent les acteurs de la crise judiciaire en Gascogne à la fin du Moyen Âge. Nous les observerons donc. Toutefois, si l’organisation et la sociabilité des hommes d’armes semblent devoir expliquer les comportements violents qui leur étaient reprochés, pour les Gascons, le groupe des gens de guerre était un corps d’agresseurs étrangers féroces dont il fallait définitivement purger le pays. Les populations ne sont pas naturellement vouées à la souffrance et sont en capacité de l’infliger aussi. En effet, en 1453, le retour à la paix sonna l’heure de la revanche des frustrations passées. Alors, les hommes d’armes payèrent au prix fort les exactions qu’ils avaient commises pendant la guerre. Il résulte de cet affrontement entre Gascons et gens de guerre une interaction plus subtile que celle qui laisse accroire que la force n’est que dans un camp, alors que tous nous paraîtront ici résolument stéréotypés.

La société des hommes d’armes

  • 5 Philippe Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge, 1337-1494, Paris et La Haye, 19 (...)
  • 6 ANF, JJ 199, no 334, f° 196 v°.
  • 7 Par opposition au « grand » Rodrigue, le célèbre routier : Jules Quicherat, Rodrigue de Villandran (...)

3Mobilisés par les conflits régionaux et souvent étrangers aux pays qu’ils arpentaient, les hommes d’armes vivaient parallèlement aux sociétés de villages et se fondaient sur des valeurs très éloignées de celles que nous associons au monde des maisons gasconnes. Extranéité, honneur et mode de vie écartaient définitivement les gens de guerre des échanges de la vie courante. Les hommes d’armes étaient des étrangers. Ils venaient de loin, n’avaient pas de clocher et se distinguaient entre eux d’une manière inhabituelle. Depuis la paix de Brétigny, les compagnies d’hommes d’armes engagées en Gascogne par les différents pouvoirs en conflit furent variées et nombreuses. Les documents, principalement les Rôles Gascons et les lettres de rémission du roi de France, citent les origines de la soldatesque que la guerre rendait nécessaire sur place. Tour à tour, les actes égrènent ces origines géographiques. Un premier groupe était constitué des soldats venus d’outre-Manche. Ce sont les Anglais, les Gallois, les Irlandais et les Écossais. Un second groupe venait des terres continentales d’Europe occidentale dans lesquelles les Royaumes recrutaient leurs compagnies. Poitevins, Bretons, Normands, Languedociens, Rouerguais étaient les plus nombreux, tandis que de rares « Allemands » étaient mentionnés. Enfin un dernier groupe provenait de la Péninsule ibérique, des couronnes de Castille, de Navarre et d’Aragon. En Gascogne, les rois de France engagèrent des gens du Poitou, de Rouergue, de Languedoc, de Castille, jusque dans les années 1420. À ces contingents s’ajoutèrent des Écossais et des Irlandais dans les années 1430 mais ils disparaissent à l’avènement de Louis xi, qui ne leur était pas favorable. La couronne anglaise recrutait outre-Manche, en péninsule ibérique et en Gascogne même. Malgré cette hétérogénéité, les sources font peu mention de l’obstacle que constituait la diversité des langues parlées. Les formules juridiques et les pratiques judiciaires ou notariales restituent les échanges dans la langue employée par le scribe, sans signaler de problèmes linguistiques. La seule trace des incompréhensions qui ont pu résulter de la venue d’hommes d’armes étrangers pratiquant une autre langue est l’emploi de la phonétique dans les actes. Cet emploi n’est jamais indiqué, on le déduit. Un exemple classique est l’interprétation écrite du nom d’un capitaine écossais de l’ordonnance de Charles VII5. Robin Petitlaw, ou peut-être Pittiloch était alternativement écrit sous la forme Petit Lo, Petit Loc, Petit Lou ou Petit Loup. Le nom fut transcrit phonétiquement et connut un rapprochement patronymique conforme à son état de combattant. L’incompréhension de ces étrangers face aux populations locales est manifeste. L’inverse se vérifie et dans de rares exemples, un interprète tente d’apaiser les tensions. En 1457 dans le Comminges, des Écossais tentent de communiquer avec quelques Gascons hostiles6. Ils délèguent alors l’un d’eux qui connaissait le français : « Pour ce que le dit suppliant savoit parler françois il se avança environ deux ou trois lances pour arriver au devant d’eulx cuidant resfraindre leur yre et malice et les appaiser a son povoir. » Hélas pour ces hommes, l’emploi de la langue française ne permit pas la compréhension des Gascons et encore moins leur apaisement. Ajoutons que la déclinaison d’identité des gens d’armes révèle des habitudes langagières singulières. Les membres du groupe s’expriment dans un jargon spécifique mais les seules traces significatives qui subsistent dans les actes résident dans les surnoms qu’ils se donnaient. Ils choisissaient pour cela les traits physiques de l’individu – le « Grant Jehan » ou le « Petit Andrieu » par exemple – ou bien le nom du chef de guerre auquel ils obéissaient : le Petit Rodrigue pour avoir servi Villandrando ou encore Vignoles pour avoir suivi ce capitaine7. L’usage de ce jargon et de ces identités avait des conséquences profondes : il distinguait les membres du groupe dès leur déclinaison d’identité.

  • 8 ANF, JJ 177, no 93, f° 51.
  • 9 Poton de Xaintrailles était alors bailli de Berry.

4Avant toute chose, c’est le commandement charismatique qui confère une identité aux groupes de gens d’armes. Sans chef, ils n’existeraient tout simplement pas comme tels. Le chef est le capitaine, donneur d’ordre et de solde sous l’autorité duquel les hommes se sont placés. Dans les sources, les hommes d’armes signalent aussitôt le nom de celui qui les commande et ceci constitue leur premier réflexe lors de la déclaration d’identité. L’homme d’armes a un nom, un âge, une origine et surtout un capitaine en lieu et place d’une résidence, soit qu’il ne la déclare pas, soit qu’on ne la lui demande pas : ce sont des hommes sans clocher. Le pouvoir du capitaine sur ses hommes d’armes est grand. Il est leur justice et dispose d’un pouvoir de punition sur la troupe reconnu par celle-ci. L’habitude de ne connaître que les sanctions du capitaine amplifie la puissance que les hommes voient en lui, tant et si bien qu’ils finissent par ne reconnaître aucune autre autorité que celle de leur capitaine. Le chef est à la source des distinctions et des honneurs. C’est grâce à lui que l’homme d’armes prend ou non de l’importance dans le groupe. L’amour du chef compte énormément pour la respectabilité des soldats. Au sein d’une compagnie, avoir la confiance du chef permet de jouir d’une forme de prestige. Il faut pour cela le servir sans compter et lui être agréable à tout instant. Le récit que fait Pierre Coquet de cet état d’esprit vaut tous les arguments8. Cet homme d’armes logé à Gien vers 1430 avait la chance d’être dans les grâces de Poton de Xaintrailles. Sans le savoir, il commit l’erreur d’aider un de ses compagnons à fuir l’autorité du célèbre capitaine. Coquet se rendit ensuite à la fête à laquelle assistait son maître : « Ala au dit lieu de Bailly aux nopces de Perimet Mabille ; cuidant estre en la grâce du dit bailli son maistre comme il avoit acoustume9. » Une disgrâce s’ensuivit : « Mais quant il vint devant lui, supposé que le dit suppliant le salluast par deux ou trois foiz, le dit bailli ne lui rendoit riens ne lui monstra aucun signe d’amour comme il avoit ou temps passé acoustume de faire. » La défaveur de Coquet survenait donc, toute courtisane : elle ne différait guère des usages de cour. Après avoir interrogé un proche du capitaine, Coquet se rendit compte qu’il avait été dénoncé par un certain Drouyn qu’il retrouva le soir, au dîner. Drouyn, moqueur, lui demanda « s’il avoit dancé aux nopces à Bailly et fait bonne chiere ». Notre homme n’apprécia pas l’ironie et la rixe qui suivit entraîna la mort du délateur. Coquet était reconnu de ses pairs pour être apprécié de Poton de Xaintrailles et les hommes d’armes étaient attentifs aux gestes d’amour prodigués par le capitaine à ses hommes, source d’ascension dans la compagnie. En conséquence, cette affaire ruinait l’estime que ses compagnons avaient pour lui, ce qui explique la gravité du geste final. Ce sont les faveurs du commandement qui fabriquaient l’honorabilité et l’amour que le capitaine était susceptible d’avoir pour ses gens les distinguait au sein même de la troupe.

  • 10 ANF, JJ 176, no 390, f° 272 v°.

5Vu que les hommes d’armes agissent, se meuvent et vivent en groupe, leur étude passe par une observation de leur communauté. Pour saisir la structuration d’un groupe de gens de guerre, il faut suivre la troupe dans ses mouvements. Les membres du groupe échappent aux nivellements sociaux habituels puisque la distinction entre roturiers et écuyers semble n’avoir aucun écho dans les récits des lettres de grâce. Elle ne suscite aucun conflit, ni aucune mention attestant une différenciation sociale. Si des individualités se signalent, c’est moins le fruit d’une honorabilité d’origine que d’un paraître au quotidien. La hiérarchie de la lance, conçue à partir de préoccupations financières, ne contient aucune réalité sociale observable des actes judiciaires. Cet élément accorde encore plus de poids à la remarquable solidarité qui existe entre les hommes. À l’agression d’un seul des membres du groupe répond l’intervention immédiate de tous ses compagnons. Quelques personnages émergent du groupe armé qu’ils structurent par leur présence en raison de la fonction qu’ils y exercent. C’est le cas de cet homme qui possédait une charge au nom évocateur : le butineur. En effet, la nécessité de partager les butins convenablement obligeait le groupe à choisir en son sein un responsable de la répartition. Un document daté de décembre 1441 relate le conflit qui opposa un homme d’arme, nommé le Petit-Andrieu, au butineur de la compagnie, Jehan Charretier, nommé à cette fonction par Poton de Xaintrailles10. Charretier réclamait le paiement d’un cheval que le Petit-Andrieu avait soustrait au butin de la prise d’Évreux : « Lui demanda la somme de cinquante saluz d’or qu’il devoit pour raison d’un cheval qu’il avoit achiete au butin après la prinse de la ville d’Evreux […] et qu’il convenoit qu’il baillast l’argent aux compaignons ausquelz il estoit deu. » Il fallait en restituer la valeur aux membres de la compagnie que le butineur représente. Sans doute est-ce là un des plus importants rôles que l’on puisse détenir dans une vie d’homme d’armes. On comprend facilement les contestations que le partage peut entraîner. Andrieu, en prenant une part du butin, avait spolié l’ensemble des membres du groupe car les hommes d’armes apparaissent collectivement propriétaires du butin jusqu’au partage. Cet élément renforce leur cohésion et l’importance du butineur, obligé dans cette affaire à de savants calculs pour estimer la somme avant la répartition. Charretier possédait la confiance du capitaine. Quand le Petit Andrieu s’opposa au versement, il menaça d’en référer au lieutenant du sire de Xaintrailles. En dernier ressort, l’autorité du chef sur la masse de biens prévalait.

  • 11 ANF, JJ 187, no 311, f° 170.

6Un autre personnage étonnant mais structurant le groupe est la « ribaude ». Certes, la prostitution n’est pas l’exclusivité des compagnies, mais elle prend ici un caractère itinérant tout à fait singulier car des prostituées suivaient les groupes armés dans leurs déplacements, souvent à l’arrière. Ce n’est qu’exceptionnellement qu’elles apparaissent dans les actes. La prostitution militaire n’étant pas poursuivie par la justice, peu d’actes y font référence. Une pièce de 1458 la cite indirectement. Lors du « voyage » de Tartas, quinze ans plus tôt, les compagnies du roi pillèrent Rieumes. Les habitants, en guise de représailles, cherchèrent à détrousser une femme qui suivait les hommes d’armes : « Se advisa le dit Hugues et dist au dit Guillaume suppliant qu’il y avoit en sa maison une femme des diz gens d’armes bien riche laquelle portoit bien dix huit marcs d’argent en tasses et que pour aucunement les recompanser de ce que les diz gens de guerre leur avoient fait ilz la devoient aler queter et destrosser sur le chemin11. » Les mots prononcés ne permettent pas d’affirmer avec certitude qu’il s’agit d’une prostituée mais d’en retirer de fortes probabilités. Elle suit les gens de guerre et reçoit en paiement des objets de valeur. Si les habitants de Rieumes se décident à l’agresser, c’est d’une part qu’ils font le lien entre elle et le groupe armé, d’autre part qu’elle est suffisamment stigmatisée pour qu’ils puissent la détrousser sans remords. La prostitution semblera essentielle à la vie du groupe, tolérable car son existence permet d’éviter d’éventuels débordements portant préjudice à la sécurité des personnes et des familles. Du moins, lorsque l’on traverse les terres fidèles à son roi.

  • 12 ANF, JJ 188, no 18, f° 11 v°.
  • 13 ANF, JJ 179, no 309, f° 376 v°.
  • 14 ANF, JJ 179, no 309, f° 176 v°.

7À la différence de l’honneur des Gascons, l’honneur des hommes d’armes est un honneur sans terres, fondé sur les principes du compagnonnage guerrier, de la bannière qui les rallie et de leur habileté dans l’emploi des armes de guerre qui faisaient leur métier et leur compétence. La sociabilité des hommes d’armes est donc une sociabilité de compagnie et l’honorabilité que l’on y a ne va pas au-delà du groupe armé. La première source de l’honneur de l’homme d’arme se puise dans l’amitié que lui portent ses frères d’armes. Le nombre de ceux qui vous respecte détermine la position dans le groupe, qui plus est si le capitaine en fait autant envers votre personne. Là encore, l’étude des homicides après querelles fournit des exemples du contenu donné à l’honneur des hommes d’armes. Les paroles houleuses que s’adressent ces gens ont pour thème l’amitié que leur portent les autres. Exemple poignant, cette rixe survenue à Bayonne en 1458 et qui opposait deux hommes en garnison12 : « J’ay guaigne l’amour de plusieurs autres et jamais ne peut gaigner la tienne, laisse moy aler à mon logiz car par tous les sains de Paradis si tu ne me laisses aler tu t’en repentiras. » L’interlocuteur lui répondit : « Filz de putain, il ne me chault de toy ne de ton amour » et des mots, les hommes passèrent immédiatement aux armes. De même, l’injure qui cherche à blesser tentera de minimiser l’importance de la victime que l’on veut rabaisser. Dire à un homme que l’on ne se préoccupe pas plus de lui « que Dieu ne le fait de ce petit chien là » conduit directement à la rixe mortelle13. Enfin, l’intérêt des gens de guerre se porte sur l’importance des profits retirés par leur activité, importance accentuée par les rumeurs circulant autour des partages de butin. Sur ce thème, ils brodent des imaginaires sur tel ou tel de leurs compagnons. Une rixe survenue à Grenade-sur-Adour en 1449 démontre le poids que lui accordent les gens de guerre. Jehan Craedo, Écossais de Robin Petit Lo, tentait de faire croire à Jehan Ros qu’un chevalier Gallois nommé Mongommery possédait au moins vingt-deux mille écus ; ce qu’il ne « povoit croire14 ». En guise d’argument, Craedo l’insulta en lui disant qu’il « ne tenoit pas compte de sa croiance ne que de ses vieilz soliers ». L’insulte faisait de sa victime un pauvre que la guerre n’avait pas enrichi, un miséreux ne connaissant rien en matière d’argent ce qui revenait à déshonorer l’homme gravement.

  • 15 ANF, JJ 199, no 334, f° 196 v°.

8Déracinés et isolés en Gascogne, les hommes d’armes n’avaient ni terres, ni origines sociales à faire valoir pour asseoir leur honorabilité. Logiquement, le seul prestige dont ils pouvaient se targuer était celui du pouvoir qui les avait amenés là. « Être au roi », ou « Être au comte » devenait le seul moyen de se prévaloir d’une honorabilité, que les populations vous refusaient. S’entendre dire « je suis mieux au roi que toi » était une insulte susceptible d’entraîner une rixe pour cas d’honneur, preuve que les gens d’armes tiraient quelque orgueil de leur obédience. Dans nos récits, les hommes d’armes exhibaient fièrement la livrée du pouvoir qui les avait envoyés en Gascogne, espérant ici en retirer un charisme auprès des populations locales. Pendant la guerre de Cent Ans, ils arborent avec fierté leur emblématique, tels ces soldats qui s’avancent en pleine rue, certains de l’effet qu’ils vont susciter : « Cuidant que quant ilz verroient notre livree15. » D’autres s’esclaffent : « Nous sommes au roi ! », bien qu’il en existât deux. À la rivalité des couronnes correspondait une forme d’empressement à exhiber son ralliement lorsque l’on combattait pour lui : croix blanche pour les partisans du Valois, croix rouge pour les fidèles du roi d’Angleterre.

  • 16 ANF, JJ 185, no 267, f° 187 v°. Dax.

9L’habileté aux armes fondait également la réputation au sein de la compagnie. Ceci ne surprend pas puisqu’il s’agit de leur activité principale. « S’esbattre au tir » était une activité honorable et l’habileté que l’on y montrait octroyait du prestige au sein du groupe armé. Cette pratique est en plein essor dans la seconde moitié du XVe siècle et trouve un écho dans les levées de francs-archers ordonnées par les Valois. Les hommes de guerre se rendaient dans des champs clos où des cibles avaient été placées. Là, ils s’entraînaient, s’épiant les uns les autres afin de distinguer les meilleurs d’entre eux. Dans les lettres de rémission du roi de France, lorsqu’une rixe pour cas d’honneur s’engage, il n’est pas rare que le thème soit l’habileté aux armes. Une remarque perfide touchant un manque de succès aux armes blessait l’honneur devant tout le groupe réuni. Le champ de tir devenait alors le lieu public où l’on vengeait l’honneur blessé. Par exemple, Jehan Mareschal, archer de Robin Petit Lo, peut déclarer à Jehan Ros qui veut l’affronter au tir : « Non, car tu n’es pas digne ne homme pour tirer a moy. Je tire mieulx que tu ne fais16. » Ros l’interrogea sur ses raisons : « Que vous ay-je fait ? Pourquoy vous dictes que je ne suis pas digne d’aler en votre compaignie ? » La réponse fut cinglante : « Pour ce que tu n’es pas homme de bien » et elle fit la querelle mortelle. Ros avouera ensuite que Mareschal lui paraissait si réputé pour son adresse qu’il l’avait observé pour savoir s’il tirait mieux. Jaloux et pensant être plus habile, il avait cherché à le défier. La rixe prenait donc les apparences du duel pour l’honneur, Ros désirant priver Mareschal de l’estime des autres, pour mieux s’en emparer. Le prestige au sein du groupe était donc l’enjeu mais Mareschal refusa le défi : il n’avait rien à gagner, tout à perdre et son honneur intact ne l’inclinait pas à le défendre. Ce refus ridiculisa tant Ros qu’il en asséna un coup mortel à son adversaire imaginaire. Cette querelle adoptait une forme finale intelligible des populations locales, mais elle avait pour source des principes radicalement éloignés de l’honneur des maisons. À cela s’ajoutait un comportement si différent qu’il en condamnait ces gens de guerre à l’exclusion sociale.

  • 17 Philippe Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge, op. cit., p. 399 sqq.
  • 18 Les principales villes de garnison de la conquête : Bayonne, Dax, Saint-Sever, Mont-de-Marsan, Air (...)

10Le mode de vie des hommes de guerre les éloignait sensiblement des sociétés villageoises. Sans clocher, ni maison, ils se caractérisaient par la mobilité géographique. Au lieu de travailler, ils « s’esbattaient » dans leurs espaces de loisir, tout en se complaisant dans une forme d’oisiveté supposée, puisqu’ils n’étaient pas sur le théâtre des combats. Les opérations militaires déplaçaient perpétuellement les compagnies et, de 1360 à 1441, on ne rencontre que peu de combattants casernés durablement en Gascogne. Peu pérennes, les fragiles levées de soldats du XIVe siècle impliquent cette mobilité géographique qui interdit que soient noués des liens sociaux avec les communautés traversées. Bien que stabilisée dans la première moitié du XVe siècle, la présence des compagnies demeure provisoire, même si le départ de l’une est immédiatement compensé par l’arrivée d’une autre. À partir de 1441, l’installation des hommes d’armes s’accompagne d’un cantonnement lié à l’émergence des compagnies de l’ordonnance royale, gagées et soldées17. Cependant, si des villes accueillaient constamment des garnisons, une stratégie des capitaines consistait toujours à intervertir régulièrement les compagnies, afin d’éviter les troubles ou d’éloigner leurs auteurs d’éventuelles victimes18. Les hommes d’armes ne demeuraient donc que peu de temps en un même lieu et ceci formait le principal obstacle à toute forme d’intégration dans les communautés qu’ils traversaient. Lorsqu’il s’ébranlait, le groupe se déplaçait d’un bloc tandis que quelques éléments isolés le précédaient afin de reconnaître le terrain. Derrière la compagnie suivait la traîne habituelle de tous ceux qui ne combattaient pas mais qui étaient bien des membres du groupe, telles les prostituées ou les hommes alourdis des butins, bêtes et bien divers. Même lorsqu’ils étaient à l’arrêt dans une garnison ou dans une clairière, un grand nombre d’hommes partait dans les campagnes alentours, en quête de réquisitions ou de prises nécessaires à leur survie.

  • 19 ANF, JJ 198, no 531, f° 482.

11Pour les communautés qu’ils croisaient, les hommes d’armes ne produisaient rien mais prenaient tout. Leur mode de vie était celui de prédateurs n’ayant d’autre choix que de rapiner pour survivre. Les réquisitions les plus communes évoquées par les actes se déroulaient selon un schéma fort simple. De la compagnie se dégageaient quelques équipes de deux à trois hommes ayant pour charge de parcourir le pays à la recherche de fermes et d’habitats paysans. Il était particulièrement important de surprendre les gens dans leur oustau, afin d’éviter que les familles alertées ne se regroupent pour faire échec aux prises. Ces petits groupes entraient dans les basses-cours pour en évaluer les richesses. Alors s’ensuivait un rapport de force verbal avec les habitants du lieu autour de la prise de telle ou telle volaille, ou d’une tête de bétail plus conséquente. La prise était négociée dans le sens où des tractations avaient lieu, à l’avantage bien sûr des gens d’armes. Ces derniers n’avaient pas intérêt à se voir opposer trop tôt un refus du maître des lieux et poussaient leur avantage le plus loin possible. Si la prise envisagée se révélait impossible, les hommes d’armes menaçaient les habitants d’un retour armé plus conséquent. De fait, si le cas advenait, ils revenaient le lendemain, cette fois à sept ou huit, afin que la force l’emporte. En 1458, bien après la fin des opérations de la conquête, les hommes d’armes qui étaient en garnison à Saint-Sever n’avaient pas perdu leurs réflexes : « Vindrent en l’ostel d’ung appelle Capperat portans leurs espees ouquel hostel en faisant grant bruit sercherent les poulleilles et gelines d’icellui19. » Les habitants, inquiets, tentèrent de les apaiser en leur cédant une belle poule : « Affin qu’ilz cessassent les dictes serches leur donnerent une belle geline. » Le chef de famille pensait mettre fin au désordre en livrant l’animal, tout en craignant que cette concession n’attire d’autres soldats : il « les pria qu’ilz voulsissent laisser les dictes gelines car les autres de la compaignie en auroient à faire aussi bien comme eulx ». Il avait bien compris l’engrenage, mais les hommes « respondirent qu’ilz en auroient plus largement ». La résistance des gens de la maison fit qu’ils menacèrent de revenir le lendemain, plus nombreux. Invariable, cette forme de prédation commune se rencontre dans la documentation des années 1360 à la décennie 1480, bien au-delà de la fin de la guerre de Cent Ans.

  • 20 ANF, JJ 178, no 16, f° 10 v°.
  • 21 ANF, JJ 185, no 267, f° 187 v°.
  • 22 Jean-Michel Mehl, Les jeux au royaume de France du XIIIe au début du XVIe siècle, Paris, Fayard, 1 (...)

12À suivre les récits mentionnant les gens de guerre, la première situation dans laquelle on rencontre ces hommes n’est ni le combat, ni la réquisition, ni le déplacement, mais l’oisiveté pure et simple. À croire que l’homme d’arme passe le plus clair de son temps à attendre les ordres. Tandis que les populations suivent le rythme des travaux agraires, les hommes d’armes se livrent aux loisirs, à « l’esbattement » au jeu. Le déroulement de leur journée est entrecoupé de deux types de jeux. Le premier d’entre eux, qui fonde une partie de leur charisme au sein du groupe, est le tir à l’arme de jet ou à l’arc. Le second est plus inattendu. En effet, en dehors des activités proches de leur nature guerrière, les gens d’armes se livrent régulièrement et avec enthousiasme aux jeux de hasard, notamment au jeu de dés. Par petits groupes, ils pariaient leurs bourses ou de petits objets de valeur, ainsi l’argent passait-il continuellement de mains en mains. Cette forme de loisir ne se rencontrait pas dans les usages des populations gasconnes que l’on voit régulièrement pratiquer des jeux d’adresse en plein champ ou au cimetière du village. Les Gascons affectionnaient le tecon, ou la bole, loisirs qui consistaient à expédier une boule à l’aide d’un maillet le plus loin possible ou dans un endroit précis et sans que les paris ne soient engagés20. Cette pratique collective du jeu en extérieur s’opposait à celle, plus intérieure, des hommes de guerre. Le lieu à boire ou la maison où l’on était logé n’étaient pas l’espace dans lequel les populations avaient coutume de pratiquer leurs loisirs21. Ce sont sans doute les soldatesques variées engagées en Gascogne qui répandirent la pratique du jeu d’argent aux dés ou aux cartes. Ces loisirs, absents de la documentation jusqu’à la fin de la guerre de Cent Ans, deviennent communs dans les villes et les bourgs à la fin du Moyen Âge22. Quand les hommes d’armes ne jouaient pas, ils se retrouvaient par petits groupes dans le lieu à boire de la localité. Là, ils discutaient de longues heures, de leur capitaine, de la fortune butinée de tel ou tel, de leur adresse aux armes, ou de leurs profits au jeu de hasard. La société des hommes d’armes ne pouvait donc que difficilement se mêler à celle des populations gasconnes de la fin du Moyen Âge. La sociabilité de leur groupe les écartait des échanges habituels, leur honneur divergeait de celui du monde des oustaus et leur mode de vie n’était pas intelligible des gens. Les principes de la société des gens de guerre étaient à l’origine d’un état dangereux, ou anomie, qui s’exprimait essentiellement dans les crimes que l’on attribue habituellement aux routiers.

Les crimes des routiers

  • 23 Christiane Raynaud, La violence au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle). Les représentations de la violenc (...)
  • 24 Ordonnances des Rois de France, III, 128, et III, 526.
  • 25 Henri Denifle, La désolation des Églises, en France, pendant la guerre de Cent Ans, Paris, 1897-18 (...)
  • 26 Robert Boutruche, La crise d’une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de C (...)

13Selon la documentation, les routiers présents en Gascogne étaient les coupables d’une longue liste de crimes commis à l’occasion de la guerre. Les gens de guerre vivaient dans une culture criminelle en ce sens que celle-ci les conduisait systématiquement à l’infraction. Les routiers brisaient toutes les normes et commettaient tant de délits qu’ils étaient considérés comme des hors-la-loi, puisqu’ils n’en respectaient aucune. Plus de 30 % des coupables graciés par le roi de France entre 1360 et 1480 étaient des hommes d’armes. Le mode de vie de ces gens ne les prédisposait évidemment pas à une existence paisible. Entre 1370 et 1390 environ, la Gascogne subit la présence des compagnons et des troupes de la guerre de Cent Ans démobilisées auxquelles s’ajoutent les armées des conflits opposant les grands lignages gascons. Entre 1441 et 1453, l’âpreté des combats qui accompagne la conquête française déverse sur les pays gascons des quantités de troupes remuantes. La rébellion de la maison d’Armagnac accentue ces difficultés. Ces deux temps forts n’excluent pas les débordements des routiers liés aux conflits opposant les maisons de Foix et d’Armagnac, au passage des Grandes Compagnies, aux chevauchées de Rodrigue de Villandandro, ou encore à la chute de la maison d’Armagnac. Les mots qui l’illustrent forment une longue liste qui peut être regroupée en trois catégories : les destructions, les pillages et les extorsions. La violence supposée des combats de la guerre de Cent Ans demeure dans l’imaginaire transmis par l’iconographie23. Il était trois crimes que les institutions de contrôle ne pardonneraient pas aux combattants : les « forcemens de femmes », les « boutemens de feu » et les « sacrileges »24. Au-delà de ces cas, la violence de guerre n’était que peu pénalisée. Bien entendu, on ne s’attendra pas à rencontrer ces crimes dans les lettres de grâce, puisqu’ils sont irrémissibles mais, étonnement, les sources émanant des juridictions répressives ne les signalent que peu. Dans la pratique, les pouvoirs justiciers ne purent, ou n’eurent pas l’occasion de les traiter. Toutefois, de tels faits sont bel et bien relatés : on les rencontre à l’occasion des récits des chroniques, ou dans les plaintes des populations. Les suppliques à Rome, rassemblées dans la Désolation des églises de France, mentionnent les sacrilèges commis lorsque les combats avaient lieu autour des édifices sacrés mis en défense25. L’exemple du Bazadais ravagé par la conquête en 1451 et restitué par les travaux de Robert Boutruche est ici à rappeler26.

  • 27 Lo libre de vita édition Émile Labroue, Le Livre de Vie, Les seigneurs capitaines et leurs château (...)
  • 28 ANF, JJ 178, no 10, f° 7 v°.

14En 1379 en Bergeracois, un scribe annotait laconiquement le crime qui avait été commis à la Saint-Martial : « Item, Companhos del Puy de Chalus enfora prezen vii homes del poder de Maurenx e plus prezen una femna e la forceren sul cami en presenssa dels ditz homes e lan meneren al Puy de Chalus ont la tengueren tota la nuchs e l’endema l’an enmeneren e feren finar los ditz homes am de grans cops27. » Les compagnons de guerre avaient battu sept hommes, violé une femme devant eux sur le chemin public qui menait à Puy-de-Chalus, avant de rançonner toutes ces victimes. Le cas était très grave car le « forcement » avait eu lieu sur le chemin placé sous la sauvegarde royale. Un cas royal donc, mais qui ne fut jamais puni. Les chroniques évoquent des violences similaires et l’on doit se résoudre à l’idée que les plus fortes échauffourées produisirent vraisemblablement les trois faits criminels évoqués plus haut sans qu’il soit possible d’en obtenir justice. Les pillages étaient si nombreux que l’institution de contrôle avait renoncé à en faire la liste, se résignant au fait que leur fréquence ne permettait plus de les restituer par l’écriture, tandis que l’insolvabilité et la mobilité des coupables connus rendaient l’enquête inutile. Aussi, des formules générales viennentelles en rendre compte. Les plus probantes sont celles des lettres de grâce des rois de France. Le passé criminel de Berdolet de Labbadie constituera ici un bon exemple28 :

« A este en plusieurs voyaiges, sieges et armées à l’encontre de nos diz ennemis ; sans avoir tenu autre parti que le notre. Mais en ce faisans a tenu les champs avecques noz autres gens de guerre ou il a vesqu sur noz pais et subgiez, iceulx avecques leurs biens bestial, autres choses prins et raenconnez, batuz et navrez et fait plusieurs courses sur nos diz pais et subgiez en traversant et aucunes foiz espiant les chemins pour trouver, raencontrer les marchans venant, alant aux foires et marchiez et autres gens dont il a este par plusieurs et diverses foiz à en destrousser batre et navrer. Et avecques ce a tenuz varliez soubz lui qui ont fait plusieurs et divers crimes, deliz, exces et malefices desquelz il ne sauroit et ne pourroit au vray bailler la declaracion ne les dictes pilleries, roberies et destrousses ne pourroit et ne sauroit jamais faire restitucion. »

  • 29 ANF, JJ 187, no 172, f° 189.
  • 30 Ils fuyaient avec les biens qu’ils considéraient les plus importants : linceuls, draps, lits, bête (...)
  • 31 Édition Peter F. Ainsworth et George T. Diller, Chroniques, livres I et II, Paris, Le Livre de Poc (...)

15Cet homme d’armes servait alors Poton de Xaintrailles. Le vocabulaire se répète invariablement et s’applique à tous les coupables. Tous ont tenu les champs, rançonné des hommes et du bétail, attaqué les marchands et tué parfois. Les mots qualifiant les comportements – maléfices, crimes, délits, « pilleries », « destroussemens » – se multiplient sans qu’il soit possible aux suppliants de se rappeler du détail des faits. À la mémoire du crime font donc obstacle les habitudes prises. Les actes ne manquent pas de rappeler que les pratiques suivies étaient généralisées et que les gens de guerre étaient coutumiers des faits. Ce n’est que rarement que les récits font prendre conscience de l’ampleur prise par ces opérations de pillage. Un des plus beaux exemples est fourni par un des capitaines du roi de France, Domenge de Vidalet, qui, lors de la campagne du dauphin contre le comte d’Armagnac en 1443, se livra à une razzia massive29. Les habitants du Magnoac fuyaient en masse avec leurs biens vers la ville de Boulogne où ils pouvaient bénéficier de la franchise royale30. Prenant Gensac comme base de repli, les hommes de Vidalet s’intercalèrent entre la ville et les fuyards pour leur dérober leurs biens. Rabattus comme à la chasse par les groupes armés qui sillonnaient le pays, les habitants du Magnoac formaient des proies faciles. Une sortie organisée depuis Boulogne vint porter secours aux victimes mais un maréchal de la même ville y trouva la mort. Un autre récit connu est celui du retour d’une razzia commise par les fameux compagnons de Lourdes décrits par Froissart lors de son voyage en Béarn en 1388 : « A leur retour ilz leverent es praeries grant foison de bestail, vaches et buefs, pors moutons et brebis, et prindrent moult de bons hommes ou plat pais, et tout ramenoient devant eulx31. » Les pillages étaient des opérations sans doute spectaculaires, mais ils n’étaient pas la meilleure façon de vivre sur un pays. Bien souvent, la seule menace se révélait de bien meilleur rapport.

  • 32 Le Livre de Vie, op. cit., VII, 1.

16Lorsque les groupes s’installent, ils ont à leur disposition de vrais moyens pour saigner les habitants et les pays qu’ils traversent. La menace du pillage pèse sur des localités plus peuplées et plus nombreuses. Celles-ci se voient alors contraintes de payer leur tranquillité et leur protection par des conventions que l’on surnomme les « pâtis ». L’historiographie a souvent retenu un cas exemplaire, très présent dans les sources gasconnes : les pâtis de Rodrigue de Villandandro. Au-delà de l’aspect spectaculaire des opérations de ce grand chef de guerre, le mécanisme de l’extorsion consiste simplement à rançonner hommes et bétails en se déplaçant d’oustau en oustau par petits groupes. Dans notre documentation, mettre en coupe réglée un pays, c’est lui faire « dommage » et « tenir les champs ». La lettre envoyée par un capitaine aux consuls de Bergerac en 1380 est à ce sujet sans ambiguïté : « O autremen guardatz vos de nos quar nos en cas que noy venhatz hom vos fara totz los dampnatges que poyrem32. » Si les consuls ne pliaient pas face à l’injonction, les hommes du capitaine leur feraient le plus de dommages possibles. Un petit groupe d’hommes a la possibilité d’obtenir de biens meilleurs résultats par l’extorsion que par le pillage par raids isolés. Il n’est plus besoin de débusquer les biens cachés puisque l’on a contraint les victimes à venir verser les montants et les biens exigés. Ces déploiements de forces et de contraintes brisaient toutes les normes et renvoyaient à cette idée selon laquelle les compagnons d’armes étaient au-dessus de toutes les lois et n’en respectaient aucune.

  • 33 ANF, JJ 180, no 65, f° 29.

17À force de violences, quelques compagnies démobilisées devinrent des bandes de criminels de métier. Dans la source criminelle, ces gens ne sont plus des hommes d’armes, mais des pillards. Les affrontements militaires passés, ils étaient réputés demeurer sur les pays quelques années de plus pendant lesquelles ils continuaient à accabler les villages qu’ils traversaient. Les groupes d’hommes d’armes démobilisés furent la menace criminelle organisée la plus lourde que les populations eurent à affronter entre 1360 et 1453. Les campagnes militaires achevées, les troupes non soldées se débandaient à travers le pays, se reconstituant ici ou là en maintenant le mode de vie, ou de survie, qui avait été le leur pendant la guerre. L’exemple des pillards du Comminges entre 1445 et 1448 sera ici instructif. Les hommes d’Arnaud de Coarraze visaient les marchands qu’ils attendaient sur les bords des chemins33. Ils s’embusquaient dans les bois de Comminges à l’époque de la crise de dévolution du comté et soulageaient les riches passants de tous leurs biens. On retrouve toujours ces compagnons près des foires et sur les principaux axes de communications convergeant vers Toulouse. À chaque fois, ils utilisaient la même tactique qui consistait à se dissimuler dans les forêts et à surprendre les voyageurs. Les victimes étaient prises à une journée de marche de l’endroit qu’elles avaient quitté. L’aire d’activité de nos hommes couvrait environ quarante kilomètres. À de rares occasions, ils se permettaient des expéditions dans les villages pour y dérober discrètement des biens de valeur. Cependant, au fur et à mesure qu’ils s’aguerrirent dans cette activité, ils se mirent à voler tout ce qui passait. Les premières prises se montaient à des sommes de trente à quarante écus, on les voit ensuite voler des coiffes ou même une chape d’une valeur de vi sols. À ce moment, ils avaient acquis des réflexes de bande organisée et se joignaient avec d’autres groupes qui agissaient sur le même secteur. Les poursuites criminelles de la jugerie royale de Rieux les firent appréhender.

  • 34 Monstrelet, Chroniques, II, 236. éd. Buchon (C. ?).
  • 35 Louis de Lescun. À ne pas confondre avec André de Ribes, soi-disant bâtard d’Armagnac.
  • 36 ANF, JJ 177, no 202, f° 135 v°.
  • 37 ANF, JJ 179, no 126, f° 67.

18Les individus qui composent ces compagnies s’attachent rarement à un seul capitaine et déclarent avoir servi sous plusieurs chefs. Ceci témoigne d’une stratégie de l’homme d’armes quant au choix de ses chefs. L’idéal est de se placer sous le commandement d’un capitaine réputé pour la qualité de ses pillages. De cette manière, les groupes démobilisés et dispersés finissent par converger sous le commandement d’un grand meneur. Tel était le cas de ce Rodrigue de Villandandro qui avait pu commander plus de mille hommes. Ils menaçaient et rançonnaient les plus grandes cités de Languedoc et de Gascogne dans la décennie 1430 au point que le roi Charles avait été contraint d’intervenir : « Vint à la connaissance de Charles, roi de France, comment ses pays, en divers lieux, étaient gâtés et oppressés par certains capitaines tenant son parti, lesquels avaient grand nombre de gens d’armes sur les champs ; entre lesquels était Rodrigue de Villandandro, lequel avait en sa compagnie plus de six cent cavaliers. Si lui furent envoyés de par le roi certains messages, lesquels lui dirent et commandèrent de par lui qu’il vidât ses pays et allât en frontière contre les Anglais34. » Rodrigue, sûr de son fait, refusa de se soumettre. Toutefois, le roi qui était à Bourges, assembla sa troupe et alla en personne pour l’abattre. Averti, Rodrigue se retira vers la Guyenne où il « commença à faire très forte guerre aux Anglais et tant qu’il leur fit très grands dommages ». Satisfait, le roi le gracia : « Pour lesquelles entreprises, le roi de France lui pardonna toutes les offenses et méfaits qu’il avait commis contre lui. » On ne saurait mieux dire la réversibilité de l’accusation : néfaste dans les terres du roi, le comportement est honorable chez l’ennemi. L’attraction de ces chefs de guerre est mesurable dans bien d’autres exemples. En Gascogne vers 1440, le bâtard d’Armagnac jouissait aussi de cette excellente réputation auprès des hommes d’armes qui se livraient aux excès de guerre35. Attaqué par des brigands en Rouergue, Sauton de Mercadieu choisit de rallier le bâtard pour plus de sécurité36. Même calcul pour Bérard de Sales qui, après avoir commencé sa carrière de pillard en solitaire, rejoint le capitaine37. L’organisation des bandes du bâtard d’Armagnac était suffisamment performante pour prévenir toute action judiciaire et toute vengeance des communautés : rapidité, mobilité, puissance. Ceci explique la rareté des suppliants déclarant avoir servi sous ses ordres. Lorsque le comte d’Armagnac fut arrêté à l’Isle-Jourdain, le bâtard avait échappé à Charles vii. Commence pour lui une période difficile. La fuite et le combat désespéré qu’il menait l’ont conduit à accroître ses pillages. Il n’avait plus rien à perdre et adoptait définitivement une condition d’insaisissable gibier de justice.

  • 38 ADPA, E 49 et AM (archives municipales) Bergerac BB 3.

19Les compagnons démobilisés de la guerre s’installaient et « vivaient sur les champs ». Les sources narrent invariablement le même mode opératoire qui n’est autre que celui du groupe criminel organisé. Les crimes qu’ils commettaient ont ceci de commun qu’ils ressemblaient tous à de petites rapines. Deux grands documents de la fin du XIVe siècle recensent ces actes. L’un était une enquête diligentée par les Albret, l’autre était un registre municipal38 3940.

  • 39 « Item lo III jorn del dit mes d’ahost l’an dessus Blancha Barba am d’autres sos companhos de Clar (...)
  • 40 « Item, lo medis Johan pergo I pareilh de beux valen XVIII franx. Item, Guilhem de Lafore fo pres (...)

« III, 6. Item le 3eme jour du mois d’août Blanche Barbe et d’autres de ses compagnons de Clarenx firent chevauchée contre Bergerac et ils prirent deux bœufs qui appartenaient à Guiraut Golfier pour une valeur jurée de seize francs39. »
Routiers de Bergerac, 1380

« Item, Jean Pergo une paire de bœufs d’une valeur de dix-huit francs. Item, Guilhem de Lafore fut pris par le Cadet de Saint Cricq et fut mené à Captieux où il paya treize francs et quinze sous40. »
Compagnons de Captieux, 1381

  • 41 ANF, JJ 185, no 288, f° 201 v°.

20Vers 1380-1381, les « compagnons » qui vivaient sur les pays de Bergerac et de Captieux sortaient de leur repaire par « cavalcade » et s’abattaient par petits groupes sur les villages pour y faire des prises de bétail. Les hommes passant pour fortunés étaient pris, ramenés et mis à rançon. À défaut de leur personne, les routiers s’emparaient de leurs bêtes, mises à rançon également. Les prises pouvaient être de toutes sortes, des bœufs aux paires de bottes, en passant par les petits outils, chaînes de laiton et autres petites choses. Une fois le pillage achevé, ils rentraient dans leur place forte. Les altercations causaient quelques homicides et la mention du viol se trouve également sur les registres. De petits incendies et des bris de tuiles achevaient de convaincre les victimes récalcitrantes qu’il leur fallait quitter leurs maisons pour rejoindre les routes, où elles devenaient des proies faciles41. L’ampleur des dégâts commis par les routiers paraît difficilement mesurable. Les sources criminelles de la fin du Moyen Âge ne parviennent pas à en restituer l’évaluation. Toutefois, le retour à la paix en 1453 annonça l’heure de la revanche des populations qui avaient subi les violences de la guerre. L’intensité de la vengeance avec laquelle les Gascons firent payer aux gens de guerre leurs crimes passés témoignera ici de l’importance des dommages qu’ils pensaient avoir subi du fait des routiers.

L’anomie des hommes d’armes

  • 42 ANF, JJ 180, no 78, f° 35.
  • 43 ANF, JJ 187, no 289, f° 154 v°.
  • 44 ANF, JJ 187, no 289, f° 154 v°.

21La mise en garnison de gens d’armes suscita un dégoût profond et un rejet total des hommes d’armes immobilisés dans les places fortes. Ce logement des gens de guerre posait au commandement une quantité de problèmes insolubles puisque la carence en édifices susceptibles de contenir la soldatesque contraignait les capitaines à loger leurs hommes chez l’habitant. Le problème se fait encore plus pressant lors des opérations de la conquête française parce qu’il fallait alors placer de nombreuses compagnies en garnison. Les gens de guerre étaient placés directement dans le monde des oustaus et étaient dispersés dans les maisons individuelles. Une maison pouvait accueillir un ou deux soldats, elle devait les nourrir et les coucher jusqu’à ce que le capitaine leur ordonne le rassemblement en journée. À Beaumarchés en 1448, les soldats étaient logés dans les bordes du pays, un par un : « Deux ans a ou environ ung nomme Jehan Carmen natif du pays d’Escosse fut logie par aucun temps en la Borde du pere du dit Guillaume de Saint Lane qui est assis pres ung eglise entre le dit lieu de Beaumarchez et Basaas42. » Le coût du logement pesait donc sur des populations locales souvent rétives. La résistance des Gascons se lit dans les querelles mortelles qui opposèrent habitants et soldats ainsi logés. Si les capitaines se méfiaient des conflits qui allaient survenir à cause du logement de leurs gens chez l’habitant, ils avaient également à craindre les discordes éventuelles opposant les compagnies d’un même casernement. Les combats de rue qui survinrent à Bayonne un samedi de l’année 1451 montrent les risques qu’entraîne le casernement d’un trop grand nombre de gens de guerre43. Aux origines de ce que l’acte appelle la « noise » de Bayonne se trouvaient deux compagnies : celle de Robert Conningam et celle de Martin Garcie, capitaine de Bayonne. Parmi les hommes du second se comptaient de nombreux « Espaignols ». L’affrontement eut lieu un samedi de l’année de la reconquête : « Certain jour de samedi entre notre dit cappitaine de Bayonne et les diz espaignolz d’une part et les gens du dit Robert Conningan d’autre part, sourdirent grans noise et debatz et ses armèrent les ungs contre les autres et eurent grant conflict et tumulte ensemble tellement que plusieurs bateures feurent faictes d’un costé et d’autre et en y eust occis des gens. » Ces difficultés liées à la mise en garnison imposèrent le déplacement constant des compagnies logées. La situation militaire exigeait que des lieux fussent défendus et non d’y maintenir toujours les mêmes défenseurs. L’habitude fut donc prise de déplacer constamment les groupes de gens de guerre d’un lieu à un autre, ruinant ainsi toute chance pour eux de s’intégrer aux populations locales. À force de mouvements, il arrivait que des compagnies se recroisent et que de vieilles querelles ressurgissent. C’est ce qui arriva aux hommes qui s’étaient affrontés lors de la « noise » de Bayonne et que nous retrouvons six ans plus tard à Vic-Fezensac44. Le temps et l’espace n’avaient pas modifié les haines réciproques. Guillaume Brun servait Robert de Conningam en 1451. En 1457, il est à Vic-Fezensac sous les ordres de Robin Petit Lo. Là, il voit passer cinq de ces Espagnols qu’il avait combattus à Bayonne. Irrité, il prononça ces mots à ses proches : « N’est ce pas grant desplaisir cela à mon advis et croy que s’est cellui qui me persa la cuisse et qui a occist Henry Le Biston qui estoit tant mon seigneur et ami à Bayonne et les autres de sa compaignie sont espaignolz qui ont fait plusieurs maulx a tous nous et encores se mocquent de nous et nous monstrent au doy. » Une querelle mortelle s’ensuivit. À force de déplacements, le monde des garnisons était devenu un monde de connaissance. En conséquence, l’espace dans lequel la sociabilité des gens de guerre s’inscrivait était celui des lieux dans lesquels les autorités militaires avaient jugé le maintien de soldats nécessaire. La carte des garnisons, maintenues de 1360 à 1526 par les pouvoirs souverains contrôlant la Gascogne, devient donc un espace de connaissance des populations d’hommes d’armes et cette géographie les écartait un peu plus de toute forme d’intégration dans le monde des oustaus.

  • 45 79 % des suppliants ne déclarent pas d’état matrimonial. Cela ne signifie pas qu’ils sont célibata (...)

22S’il est habituel de considérer les populations comme victimes des hommes d’armes, les sources brossent de la situation un tableau bien éloigné de cette conception. La documentation fournit un très grand nombre d’exemples des processus d’exclusion qui pesaient sur les troupes engagées en Gascogne. Une étude des déclarations d’identité démontre clairement cet isolement social. Seuls 35 % des hommes d’armes étaient en mesure de déclarer un domicile aux officiers du roi et 26 % des réponses mentionnent en fait des villes de garnison. En réalité, seul un soldat sur dix parvenait à déclarer un domicile alors même que cette déclaration aidait la rémission. Définitivement, ces gens de guerre n’étaient pas du monde des oustaus gascons. La déclinaison d’état matrimonial révèle également que seulement 4 % des hommes d’armes déclarent avoir une épouse à charge contre 21 % du total des autres suppliants45. Exclus des échanges matrimoniaux, ils ne sont engagés dans aucun lien social. Les gens de guerre se trouvent par conséquent rejetés de la collectivité dans laquelle ils ne sont ni engagés, ni impliqués. Lorsqu’ils doivent faire face à la justice, ils n’ont pas de « parents et amis charnels » pour les aider. Seul leur capitaine peut les assister s’il a des entrées à la cour du roi. La mobilité des hommes d’armes ne leur permet donc pas de développer un lien social dans la mesure où la sociabilité commune développée à partir du travail, de la vie paroissiale, des échanges et d’une justice de proximité ne leur est pas applicable. N’étant d’aucun lieu, d’aucun mariage et d’aucune maison, les gens de guerre voyaient leur capacité de contracter avec les populations locales sérieusement réduite.

  • 46 ANF, JJ 188, no 18, f° 11 v°.
  • 47 ANF, JJ 192, no 63, f° 43. publ. Dans Robert Boutruche, La crise d’une société, op. cit., pièce ju (...)

23L’homme d’armes était un étranger avec tout ce que cela implique dans les comportements et les coutumes des populations locales. Non seulement il était d’un ailleurs mais encore était-il tenu pour agresseur et « invaseur ». Dès lors, les usages commandaient que l’on prononçât à leur encontre le cri judiciaire, le « Biaffore ! ». De 1360 à 1440, les populations des pays gascons n’avaient connu les hommes d’armes qu’à l’occasion des pillages et du mode de vie qui consistait à se nourrir sur le pays. Quelques places militaires cantonnaient des garnisons régulières mais les conflits qui naissaient de l’installation de ces soldats n’apparaissent dans la documentation qu’à l’occasion des revers d’obédience des villes. Les témoignages relatifs à l’isolement des gens de guerre surgissent soudainement à l’issue de la conquête de la Guyenne par Charles vii. À partir de 1443, les nécessités de l’offensive militaire contraignent le roi de France à installer les compagnies dans les villes des pays conquis qu’il fallait tenir. Ce maintien des hommes dans les villes de Saint-Sever, Mont-de-Marsan, Aire-sur-Adour, Auch, Mirande et Agen, puis de Dax et Bayonne en 1451 confronta les populations à la présence régulière des compagnies du roi. Ces hommes n’étaient plus les pillards d’autrefois puisque Charles vii les soldait depuis la réforme de la compagnie de l’ordonnance. Ils étaient « a noz gaiges et souldes46 ». Partout, les Gascons n’acceptent pas de payer ce qu’ils doivent aux gens de guerre. Un meunier près de Blagnac ne donne pas les trois boisseaux et demi de blé qu’il devait en 1458 au capitaine du lieu sous forme de farine47. Hélyes Thibault, commis pour les récupérer, se vit opposer un refus net suivi d’insultes. Il tenta alors de négocier et proposa de fournir le meunier en blé pour obtenir ce qu’il voulait. Nouveau refus, ce dernier ne voulant pas travailler pour les hommes d’armes. Alors Hélyes osa une dernière conciliation : il ferait lui-même le travail aidé de quelques-uns pour peu qu’on lui laisse le moulin. Le propriétaire rétorqua qu’il n’était pas homme à qui il pouvait céder la clef. Les exigences d’Hélyes Thibault s’étaient réduites à une peau de chagrin alors qu’il se serait certainement servi tout seul quelques années auparavant.

  • 48 ANF, JJ 185, no 282, f° 196 v°.
  • 49 ANF, JJ 188, no 180, f° 90.

24Quelques gestes de défi illustrent la haine des populations envers les soldats à cette même époque. Le cantonnement exposait les gens de guerre à la revanche des Gascons. En 1451 en Médoc, un suppliant exprimait clairement ce qu’il ressentait à l’égard des hommes d’armes : « Mangie bien entre vous gens d’armes avez tous les biens de ce monde et entre nous galans n’avons riens de bien48. » La solde du roi alliée à la réputation selon laquelle les gens de guerre prenaient ce qu’ils voulaient suscitait l’envie de cet homme. Les propos d’un savetier de Bayonne en 1459 sont ici à rapporter. Le soldat était un client et la manière dont l’artisan lui parlait lui déplaisait fortement : « Desplaisant de ce que le dit cordonennier lui disoit toy en toutes ses responces dist au dit cordonennier qu’il estoit un mauvais villain de ce dire veu qu’il estoit en notre ordonnance. A quoy icelui cordonennier respondy felonneusement “je suis mieulx au roy que toy !”49. » Ce savetier estimait qu’il contractait avec un homme indigne de son activité. L’échange établit la difficulté que les gens de guerre trouvaient dans la conclusion de simples relations commerciales. Les hommes d’armes n’étaient pas les bienvenus, et parmi eux il en était de moins bien perçus que d’autres : les soldats venus des pays éloignés, tels les Écossais.

  • 50 Voir Norman Macdougall, An Antidote to the English : The Auld Alliance, 1295-1560, East Linton, Tu (...)
  • 51 ANF, JJ 188, no 5, f° 3.
  • 52 ANF, JJ 188, no 180, f° 90.
  • 53 ANF, JJ 188, no 5, f° 3.
  • 54 ANF, JJ 188, no 180, f° 90 et ANF, JJ 199, no 334, f° 196 v°.

25Les Gascons toléraient difficilement la présence des hommes d’armes venus pour la guerre du roi. Parmi ces soldats étaient les Écossais que l’alliance de revers contre l’Angleterre avait amenés en France au service du roi Charles vii50. Ces cadets d’Écosse partaient alors trouver fortune auprès du commandement de Robin Petit Lo, lui-même Écossais. Ses gens étaient signalés par la formulation suivante : « Japieca le dit suppliant et deux autres jeunes compaignons du dit royaume d’Escoce se tirerent par devers notre bien ame escuier d’escurie et notre seneschal des Lanes Robin Petit Lo et demourerent avec luy par aucun espace de temps51. » Or, la haine que les Gascons éprouvèrent à l’égard de ces hommes fut immense. Vingt lettres de rémissions accordées entre 1441 et 1461 mentionnent les Écossais du roi soit comme agresseurs, soit comme victimes. Les récits évoquent les gestes de haine et de défi que les Gascons leur adressaient continuellement en raison de leur double qualité d’étranger et d’homme d’arme. « Va-t-en vilain ribaud escossoys ! » hurlait un Bayonnais en 145952. « Biore, Biore ! » s’exclamaient les gens de Comminges assemblés par le cri judiciaire au passage d’un petit groupe d’hommes de Robin Petit Lo53. Peu de temps auparavant un homme les avait interpellés « en langaige de Gascon » : « Par les plagues Dieu vous n’aures ycy logis ne autre chose, en soy esmouvant bessant sa dicte arbaleste bandee le traict dessus comme dit est en semblance de vouloir tirer contre eulx. » Le seul échange que les gens des pays consentaient avec les Écossais était celui des armes immédiatement tirées54. Exclusion, rejet, défis résumaient l’attitude des populations envers les gens d’armes entre 1440 et 1460. L’heure de la vengeance était venue. Les gens de guerre payèrent le prix des pillages passés : d’agresseurs, ils devinrent victimes.

  • 55 ANF, JJ 192, no 63, f° 43.
  • 56 ANF, JJ 187, no 51, f° 29.

26Les sources criminelles conservent peu de rémissions accordées aux Gascons pour le meurtre des gens de guerre entre 1360 et 1453. De tels gestes étaient immédiatement vengés par les compagnons qui, ensuite, en demandaient la grâce au roi. Un renversement documentaire a lieu entre les années 1461 et 1465. Du roi qui graciait ses soldats, l’on passa au roi qui graciait ceux qui les tuaient. Partout les gens de guerre étaient agressés et poursuivis par les justices gasconnes. Le meurtre de l’homme d’arme ressemblait alors plus à un lynchage qu’à un homicide commis pour cas d’honneur. Nos hommes d’armes en garnison subirent le courroux des populations dès leur installation sur le pays en 1444. La présence des gens de guerre irritait les Gascons qui les défièrent. À Blagnac en 1458, le meunier local disait ouvertement ce qu’il pensait qu’il fallait qu’il arrivât aux gens de guerre : « Le dit musnier respondi qu’il aymeroit mieulx que le dit cappitaine et le dit suppliant eussent le ventre crevé55. » Autre exemple à Saint-Sever, ville dans laquelle la garnison s’était rassemblée en 1457 pour « s’esbattre au tir ». L’on retrouve ici une des activités principales des soldats cantonnés car le succès au tir confortait la réputation de l’homme d’armes dans son groupe. Un mystérieux Gascon inconnu de la troupe fit son entrée sur le terrain de jeu. Il « rencontra le dit suppliant auquel tout follement demanda s’il vouloit luter a lui ». Face à une réponse négative, l’homme « courut au dit suppliant et lui donna ung cop de poing sur le visaige56 ». L’agresseur défiait au combat les hommes de guerre dans leur espace de sociabilité. Le soldat défié préféra se retirer mais le Gascon lui courait après sans relâche bien qu’on lui eût dit à plusieurs reprises : « Laisse moy ribault va t’en. » Le Gascon voulait son combat, mais il y perdit la vie. Ces défis qui débouchaient sur l’homicide n’avaient rien de commun avec les cas d’honneur traditionnellement vengés. Le défi provenait de la personnalité même des gens de guerre : ils étaient agressés parce qu’ils étaient soldats. Cette condition suffisait pour désirer leur mort. Ajoutons que poursuivre les gens de guerre par informations criminelles devint possible lorsque la paix fut revenue, c’est-à-dire à partir de 1453. C’est alors que la position des soldats suppliant le roi révèle une rupture. Entre 1441 et 1453, sept hommes d’armes sur dix graciés par le roi de France craignaient qu’on ne leur reprochât un homicide un jour. Néanmoins, le peu de diligence des justices ne les avait pas obligés à prendre la fuite. Cette situation se renverse dans la décennie suivante. Ils étaient huit sur dix à s’être enfuis en raison de la rigueur de justice avec laquelle il était procédé à leur égard. L’impunité avait cessé du fait même de la paix.

27La conquête de la Guyenne par Charles vii et la fin de la guerre de Cent Ans fut l’heure de la revanche. Les meurtres d’hommes d’armes apparaissent dans la source criminelle dès 1447. La façon dont on les tuait n’avait rien à voir avec les gestes stéréotypés qui entouraient la rixe pour cas d’honneur. En 1450, un Bazadais traqua un Écossais qui était logé chez son père. Il le surprit sur le chemin et le frappa pour le tuer.

  • 57 ANF, JJ 180, no 78, f° 35. Bazas.

« Il le print par le colet de son manteau et d’ung cousteau ou pugnal qu’il avoit frappa et navra le dit Carmen en lui donnant du dit pugnal trois ou quatre coupz sur la teste et par la poictrine et ce fait lui osta le dit de Saint Lane sa bourse et ce qui estoit dedans c’est a savoir huit escuz d’or trois hardiz et unes boucletes de soulliers et aussi lui osta son pourpoint et l’en emporta icelui de Saint Lane avecques les diz huit escuz trois hardiz et boucletes de soulliers57. »

28Il est rare que l’on rencontre dans les lettres de rémission un véritable récit d’assassinat. Ici, le suppliant gracié a donné la mort près du chemin public. Non seulement il a tué, mais encore il a détroussé le cadavre. Ce fait est rare dans la source, voire unique en Gascogne à la fin du Moyen Âge. Le geste signe la considération du meurtrier pour sa victime : il ne s’agissait pas d’un cas d’honneur traditionnel. La gravité du geste n’a pas empêché la rémission car, surprise, la fortune a voulu que la victime survive malgré les quatre coups de couteau enfoncés dans la poitrine et portés au visage.

29Les rixes mortelles opposant les Gascons aux hommes d’armes ne trouvaient pas leur origine dans les conflits d’oustaus ni dans les traditionnels cas d’honneur. La mort qui était délivrée ne l’était pas pour l’honneur du patrimoine mais bien pour la vengeance du passé. De 1360 à 1451, les gens de guerre avaient pillé sans relâche et vécu sur les pays. Jamais ils n’avaient pu se mêler à la sociabilité villageoise, préférant développer les liens sociaux du compagnonnage guerrier. Les pillages et les violences commises à l’occasion de la guerre avaient fait des routiers des prédateurs insatiables : une telle conduite ne pouvait se racheter aux yeux des Gascons car elle n’était plus compensable, ni réparable. La vengeance dont les hommes d’armes furent victimes une fois la conquête passée était motivée par la mémoire de ces faits. Tous se souvenaient des dommages subis et de l’insupportable sensation de déni de justice qu’ils avaient ressentie du temps de la guerre. Le meurtre des hommes d’armes était une revanche, une vindicte, une restauration induite par le fait de rendre justice soi-même.

Le déni de justice

  • 58 Cf. Robert Jacob, « Les fondements symboliques de la responsabilité des juges : l’héritage de la c (...)

30Seule une force supérieure pouvait expliquer que les routiers imposèrent aux populations les prélèvements liés à la guerre. Cette force avait primé le droit et déstabilisé l’exercice quotidien de la justice réparatrice. Les victimes ne pouvaient obtenir de compensation pour leurs dommages et les auteurs des délits n’étaient pas du monde des oustaus, ou plutôt n’y vivaient pas. Pire, il n’y avait rien à attendre des pouvoirs justiciers souverains, car la guerre qui les opposait était la cause de la présence des compagnies. Les justices criminelles communautaires étaient donc les seules à pouvoir poursuivre les routiers, mais elles n’en avaient ni les moyens, ni la puissance. Dès lors, la violence des routiers observée entre 1360 et 1453 était demeurée impunie. Il n’existait pas de juge devant lequel les victimes auraient pu évoquer les dommages subis. L’impunité était devenue déni de justice, avec toutes les graves conséquences que ce mot peut avoir au Moyen Âge58. Le déni de justice se caractérisait par trois formes. Tour à tour, il signifiait l’impuissance des maisons, la faiblesse des justices communautaires et l’apathie des pouvoirs souverains, pour ne pas écrire l’empathie envers les gens d’armes qu’il fallait protéger.

L’impuissance des maisons

  • 59 ANF, JJ 187, no 311, f° 170.
  • 60 Le Livre de Vie, VII, 1.
  • 61 Le Livre de Vie, XIV, 1.

31Du point de vue des maisons gasconnes, les crimes des routiers brisaient tous les usages. Les gens de guerre agressaient les privilèges qui protégeaient les maisons gasconnes. Ces agressions étaient autant de scandales. Les droits avaient été bafoués et l’offense faite à l’honneur de la maison n’appelait que la vengeance, bien que celle-ci se trouvât entravée par une force supérieure. Les hommes d’armes étaient plus forts et leur mode de vie triomphait de tous les usages coutumiers. Pour cette raison, la force de la coutume s’effondrait là où les routiers avaient particulièrement sévi. L’affaiblissement de la norme entraîna l’imitation criminelle et les communautés les plus atteintes se mirent elles-mêmes à piller, détrousser et voler. Si ce monde des maisons connaissait les conflits qui endommageaient le patrimoine et l’honneur des familles, la forme adoptée par les crimes des routiers offensait tout particulièrement ce que les Gascons considéraient comme étant protégé par les plus antiques traditions : les hommes d’armes brisaient les maisons, contraignaient les corps et extorquaient les fonds. La maison gasconne, ici la demeure, jouissait d’importantes protections coutumières. Le bris de l’huis par effraction était considéré comme un crime exceptionnellement grave. La documentation souligne les violences que les routiers pouvaient faire aux oustaus en attaquant les demeures mal défendues. Les armées menées par le roi de France lui-même n’avaient pas hésité à briser les tuiles des toits des maisons aturines, tentant par là de contraindre les habitants à se soumettre au Valois : « Les portes, fenestres, bans et tables et rompirent les tieulles59. » Néanmoins, l’irruption des gens de guerre dans les maisons demeure un fait rare dans la source criminelle. Quand un bris de maisons est signalé, il s’agit le plus souvent d’incendies qui ont été provoqués par les gens de guerre afin de contraindre les habitants à verser les sommes exigées. C’est ce qu’il était advenu à Eymet en 1380 : « E combateren la gleysa e aucizen una femna que era prehns e arderen dos hostals e los feren finar una pipa de vi per so que no los ardessan lo plus60. » Les routiers avaient mis le feu qui se répandait dans les demeures. Confrontés au spectacle de l’incendie, les gens avaient fini par payer, en pipes de vin délivrées. Toutefois, la majorité des crimes se commettait au-dehors, ainsi que le signale le Livre de Vie en 1381 : « E mays n’agueren pres si mays n’aguessan trobat deffora61. » Ils en auraient pris plus s’ils en avaient trouvé plus au dehors : le scandale de la destruction de la demeure n’était pas si fréquent.

  • 62 Le Livre de Vie, XVI, 4, Enquête de Casteljaloux, op. cit., p. 27.
  • 63 Le Livre de Vie, XII, 7.
  • 64 Le Livre de Vie, V, 7.
  • 65 Enquête de Casteljaloux, op. cit., p. 20
  • 66 « Cum si fossan angles », Le Livre de Vie, VIII, 9.
  • 67 Enquête de Casteljaloux, op. cit., p. 7.

32Les contraintes de corps exercées contre les Gascons par les gens de guerre sont si nombreuses dans la documentation qu’il serait vain de rendre compte de leur nombre. Les mentions dans les archives sont récurrentes. Les hommes étaient « pretz et meneren » ou « fo pres et fo menat », c’est-à-dire pris et emmenés. Ils étaient ensuite détenus prisonniers dans la place tenue par les gens de guerre. Là, on les contraignait à payer – « finar » – ou à faire verser les sommes exigées. Les récalcitrants étaient frappés à mort : « Plaguet a mort » ou « plaguet per mort62 ». À Bergerac en 1381, un homme de Couze avait été pris mais il n’était pas en mesure de payer. « E an romput lo bras am bona barra al dich Perroti de la Moyssièra e lo tenen pres en bos fers e en trassas pers o quar no avia de que pogues finar63. » On lui rompit le bras à coups de barres, puis il fut maintenu dans les ceps. Dans cet extrait, les mots de la prison et des tourments infligés rappellent étrangement les rigueurs excessives de la justice, signes que les routiers lui avaient appliqué une caricaturale méthode d’emprisonnement pour dettes. Or, les gens étaient mis à rançon par les routiers en plusieurs circonstances. Ces derniers visaient le gros bétail, les bœufs, les ânes, les mules et les chevaux. La prise pouvait être emmenée définitivement, mangée ou encore rançonnée. Si le propriétaire des animaux désirait les revoir, il lui fallait verser environ un quart de leur valeur. À Bergerac en 1380, une paire de bœufs valait vingt-quatre francs, la rançon – « costeren de remsso » – était alors de six francs64. Les hommes étaient également pris, emmenés et rançonnés par groupes entiers ou par individus. Les solidarités villageoises assuraient les routiers du paiement des sommes exigées. Dans la région de Casteljaloux, les hommes d’armes de Captieux rançonnaient les paysans avec une régularité déconcertante : « Item Vidon de Le Gardere fo prees per Johan de Caseres fo menat a Boglon finet lxv francs […]. Item Remon, Vidau Johan et e Remon de Peyronin fon pres a Boglon per P. d’Assaut, lx francs65. » La valeur de l’homme changeait selon sa richesse. Elle débutait à deux francs et s’élevait jusqu’à cent si la prise était fortunée. Considérées selon le point de vue des routiers, ces mises à rançons étaient des prises de guerre. En 1381, les habitants la ville de Bergerac qui étaient dans l’obédience française étaient rançonnés « comme s’ils avaient été des Anglais66 ». Par un étrange dévoiement des pratiques nobles de la mise à rançon, les paysans étaient considérés comme des combattants et, à ce titre, étaient soumis aux rançonnements. Dans la région de Casteljaloux, le paiement n’empêchait pas une nouvelle mise à rançon l’année suivante67. Les crimes des routiers brisaient tous les usages et toutes les protections individuelles. Ils franchissaient le seuil des oustaus, infligeaient la prison et la torture, extorquaient sous la menace des sommes importantes. Ces dommages ne servaient aucunement la paix puisque les hommes d’armes persistaient à les commettre de nouveau sitôt les récoltes de la nouvelle année engrangées. Ceci explique que les communautés les plus touchées par les agressions des routiers tentaient de se venger lorsque l’occasion en était possible.

Les représailles communautaires

  • 68 ANF, JJ 191, no 239, f° 129.

33Protéger la maison faisait partie du bon gouvernement d’un patrimoine par un cap d’oustau. La protection des communautés passait donc par la mise en défense contre l’agresseur. Les chartes coutumières autorisaient les gens à défendre leur bien par les armes dès lors que cette défense était consécutive au cri judiciaire. La population assemblée avait le droit de s’emparer d’un coupable mais face aux routiers, la force de la coutume paraissait bien maigre et se venger des agresseurs exposait à de si fortes représailles qu’il valait mieux s’en abstenir. Le droit du plus fort rendait impossible la réparation par justice. Se défendre des routiers semblait donc la meilleure façon de protéger les biens. Il fallait renforcer la maison ou l’église paroissiale afin de pouvoir s’y réfugier. Étant donné que la plupart des opérations des routiers étaient des « cavalgades » rapides, un refuge sûr en protégeait. Les sources criminelles apportent la preuve de ces mises en défense en prévision de la venue des gens de guerre. À Montadet en 1452, l’oustau de Bernard Carda avait été menacé par les soldats. Ces derniers avaient promis de revenir le lendemain mais Carda fit réunir sa famille et ses amis et, tous armés, ils s’embusquèrent dans une chambre avec leurs arbalètes tendues : « Ilec se misdrent en une chambre sans aucunement eulx monstrer ne faire bruit en entencion que se les dits gens de guerre aloient oudit hostel et s’efforçoient y faire aucun desplaisir ou oultrage ainsi qu’ilz estre coustumiers68. » Les hommes d’armes revinrent et le combat tourna en faveur des Gascons. Notons que dans cette affaire, ils avaient eu le temps de se préparer. Généralement, les raids étaient imprévisibles et les populations n’avaient pas le temps de se mettre en défense. Une fois les dommages subis, ils pouvaient éventuellement tenter de se venger sur les bandes de routiers qui repartaient.

  • 69 ANF, JJ 187, no 311, f° 170.

34Il n’est que très peu de sources criminelles gasconnes relatant une vengeance armée des populations ou des maisons ayant subi les crimes des routiers. Cette carence documentaire s’explique aisément par le fait que l’équilibre des forces ne le permettait pas. Une lettre de rémission du roi de France éclaire par son récit les tentatives de vengeances armées des Gascons assemblés. En 1441, les maisons de Rieumes avaient été brisées par les gens de guerre69. Une fois la compagnie éloignée, les gens se réunirent : « Se assemblerent et apres plusieurs langaiges diz entre eulx se advisa le dit Hugues et dist au dit Guillaume suppliant qu’il y avoit en sa maison une femme des diz gens d’armes bien riche laquelle portoit bien dix huit marcs d’argent en tasses et que pour aucunement les recompanser de ce que les diz gens de guerre leur avoient fait ilz la devoient aler queter et destrosser sur le chemin dont ilz furent d’acort. » Peu de temps après, ils étaient quatorze hommes armés qui partirent à la poursuite de cette femme qui suivait les gens de guerre. Elle semblait posséder de grandes valeurs sur lesquelles ce groupe voulait se dédommager des dommages subis. Ils croisèrent les soldats mais se cachèrent. Au final, n’ayant pas trouvé leur victime, les gens rentrèrent chez eux un à un. Trois irréductibles poursuivirent la traque et aperçurent un soldat isolé qui pillait une borde : « Apparceurent ung homme de guerre a pie qui yssoit de la borde de Bernart Trube qui est hors du chemin ou il estoit entre pour piller et fourrager ainsi que lui et les diz autres gens de guerre faisoient lequel portoit une javeline devers lequel ilz alerent tous trois et le despoillerent jusques a la chemise. » Ils le dépouillèrent de ses biens puis l’abattirent quand ils virent que d’autres soldats arrivaient sur les lieux. La nouvelle du succès des trois hommes fit revenir d’autres compagnons de la ville de Rieumes et la bande de villageois grossit de nouveau. Les gens de Rieumes prévenaient les hommes de la présence des soldats attardés qui passaient par le pays pour rejoindre le gros de l’armée. Ces hommes d’armes isolés furent traqués et assaillis lorsqu’il était certain que leur compagnie était assez éloignée. Ils les encerclaient en criant « Rens toy ! Rens toy ! » avant de leur couper la gorge et de les détrousser. L’opération avait été ponctuelle mais elle avait uni la communauté dans la vengeance.

  • 70 ANF, JJ 198, no 531, f° 482.
  • 71 ANF, JJ 191, no 239, f° 129.

35Les gens de guerre se méfiaient des réactions locales, en particulier à cause des traditions de l’armement individuel gascon. Le port de l’arbalète constituait une menace sérieuse lors des embuscades. Les soldats qui voyaient les gens avec ces armes tentaient immédiatement de les en dessaisir. Le récit de cet homme de Sainte-Colombe l’illustre. En 1457, il allait par le chemin avec son arbalète quand les gens de guerre l’aperçurent. « Iceulx gens de guerre disdrent qu’il leur baillast et donnast la dicte arbalaistre lequel leur respondy qu’il n’en feroit riens car il l’avoit achetee aquoy ilz lui respondirent que si feroit en disant ces parolles rigoureuses et detestables “villain par la mort Dieu tu la nous donnes” tellement qu’ilz l’eussent tue s’il n’eust resiste aux coups par le moien de son arbalaistre laquelle il dessarra contre eux70. » Il ne fut pas possible de le désarmer, l’homme préférant tirer sur ceux qui voulaient lui prendre l’arme. Cette tentative de contrôle des populations et des armements demeure assez isolée. Pour faire plier les Gascons, les routiers n’avaient à leur disposition que la force armée et les représailles exemplaires. Les routiers pillaient par petits groupes dispersés à travers le pays puis rassemblaient le butin et les hommes le soir venu. La cavalcade était rapide mais exposait les petites bandes à la réaction villageoise. En cas de résistance, les gens de guerre répliquaient par de féroces et exemplaires représailles. Bernard Carda, dans l’affaire citée plus haut, avait résisté avec les siens en défendant son oustau. L’acte précise que peu de temps après : « Le dit Carda a este comme l’en dit occis par les dits gens de guerre71. » C’est pourquoi le droit du plus fort l’emportait sur les tentatives de vengence des communautés : il n’était possible ni d’avoir justice, ni de se faire justice. Puisque la force triomphait, les inhibitions les plus communes cédaient toutes, ouvrant ainsi un chemin à la reproduction des comportements illicites.

  • 72 ANF, JJ 179, no 210, f° 119.
  • 73 ANF, JJ 148, no 325, f° 166 v°.
  • 74 ANF, JJ 189, no 150, f° 69 v°.
  • 75 ANF, JJ 187, no 250, f° 134.
  • 76 ANF, JJ 179, no 126, f° 67.

36La primauté de la route sur le droit était telle qu’elle balayait l’idée même de justice. Ce mode de vie guerrier fut adopté par tous ceux qui constatèrent la supériorité de la violence sur la norme. Et les crimes des routiers de n’être pas commis par les seuls routiers. Ce paradoxe s’explique par l’imitation criminelle. Face aux pillages, une des réponses des communautés fut d’en faire autant, par mimétisme, afin de compenser les pertes subies, en invoquant le droit de représailles. De fait, être victime des pillages des routiers incitait clairement au crime. Le déni de justice provoquait la déculpabilisation des victimes face aux normes. Le récit des lettres de rémission établit qu’après avoir été victime des routiers, des suppliants avaient commis des actes similaires. Signalons que cette imitation criminelle était connue du pardon royal, puisqu’il y voyait parfois une circonstance atténuante du crime. La grâce de Pierre Chommeliz fait le lien entre les dommages des hommes d’armes et la genèse de son infraction72. Dans les années 1430, il avait été ruiné en Velay par le passage des compagnies du comte de Dammartin et du bâtard d’Armagnac. Attiré par le gain facile, il fit parti d’un réseau de faux-monnayage. La guerre n’était cependant pas la cause de son délit : elle avait juste préparé le terrain. Devenir soi-même routier s’expliquait par les dommages que l’on avait subis. Nous en déduirons que la frontière entre les bandes d’hommes d’armes et la vindicte des populations était ténue. En 1395, Charles vi graciait un Bigourdan rebelle73. L’homme avait été autrefois pris et mis à rançon par les Anglais mais personne ne fut à même d’acquitter le paiement pour le prisonnier. Peu après, il rejoignait les bandes de gens de guerre fidèles à la croix rouge. De victime, il était devenu coupable auprès de ses anciens bourreaux. Les Gascons qui fuyaient la rigueur de justice voyaient dans le mode de vie guerrier une occasion d’échapper aux justices criminelles. Barthélémy de Bordes, tavernier à Saint-Sever, avait choisi ce chemin. Craignant que la mort d’un homme survenue vers 1450 ne lui fût imputée, il avait rejoint les gens de guerre74. Si au début, il s’agissait pour lui de fuir les institutions, il est probable qu’il changea par la suite toutes ses habitudes. De même, Raymond Gagin, voleur expérimenté, avait lui aussi rallié en 1444 les hommes de guerre en route pour Dax au service du roi de France75. Bérart de Sales offre l’exemple d’une imitation encore plus achevée76. Il révèle l’importance des réponses institutionnelles dans la contamination criminelle. Cet écuyer agenais paraît au début de son récit comme un homme très bien intégré dans la société locale. Vers 1436, lorsqu’un petit groupe d’otages est constitué pour être livré aux Anglais après le siège de Najejouls, il est naturellement choisi pour en faire partie. Pendant son absence, les compagnies anglaises dévastèrent ses terres et s’approprièrent ses biens. À son retour, constatant les pertes qu’il avait subies pour le service de la communauté, il s’adressa aux trois états d’Agenais pour obtenir un dédommagement. Sa requête ne fut pas accueillie, ce qui détourna Bérart de Sales de la légalité. De même que les Anglais l’avaient ruiné, de même il commença à piller les alentours. Peu de temps après, il devait rejoindre le bâtard d’Armagnac. À cet instant, le processus qui faisait de lui un pillard patenté était achevé. L’incapacité des institutions à stimuler le sentiment de justice face aux excès de guerre explique donc la trajectoire criminelle de Bérart de Sales.

  • 77 ANF, JJ 140, no 100, f° 135.

37Non seulement les individus n’étaient pas les seuls à adopter le mode de vie criminel, mais il arrivait que des communautés entières s’y livrent pour se dédommager des pertes subies. Dans les années 1380, les gens de Simorre et de Gimont avaient pillé les alentours de leur territoire77. Une lettre d’abolition accordée à la veziau de Montréal en 1442 fait la liste des raisons qui avaient conduit la communauté à piller toute la région.

  • 78 ANF, JJ 176, no 189, f° 130 v°.

« Les Anglois leur ont fait et porte guerre et fait plusieurs grans excessifz maulx et dommaiges a l’occasion de laquelle guerre et par ce que marchandise ne povoit avoir coins ne les laboureurs faire leurs labouraiges et que les dits suppliants ne povoient joir de leurs heritaiges cens rentes et autres revenues ainsi qu’ilz devoient aient este contrains prendre appatiz sans notre congie et licence ou de noz officiers avec les dits ennemis marchande et comierse avec eulx n’ont pas bien obey a noz gens et officiers ainsi que faire devoient ont aussi batu tue de chaude colle pille robe […] et prins sur leurs voisins bestiaulx vivres et autres choses78. »

38La bastide était « assise en la frontiere » et ceci suffisait à expliquer pourquoi elle subissait régulièrement les chevauchées ennemies. La vie sur la frontière séparant la Gascogne occidentale anglaise et la Gascogne orientale française dédouanait cette communauté aux yeux du roi de France qui effaça le crime par l’abolition. Les pillages sur la frontière étaient si fréquents qu’aucune justice ne pouvait en rendre compte. Ils étaient devenus un mode normal de prélèvement. L’ampleur du désordre provoqué par les crimes des routiers justifiait que l’on se tournât vers les justices communautaires. Les élites traditionnelles de la veziau, garantes des paix sociales et débitrices de justice, devaient répondre à la confusion qui résultait du passage des hommes d’armes.

La vulnérabilité de la veziau

  • 79 ANF, JJ 187, no 51, f° 29.
  • 80 ANF, JJ 199, no 334, f° 196 v°.
  • 81 ANF, JJ 118, no 431, f° 228.

39De 1360 à 1453, les représentants traditionnels de la communauté apparaissent comme les interlocuteurs naturels des chefs de guerre arpentant les pays gascons. Ce sont eux qui signent les revers d’allégeances, négocient auprès des hommes d’armes le maintien de la paix et sollicitent l’intervention des pouvoirs régionaux. Toutefois, l’autorité de ces élites municipales n’était pas à même de faire plier les capitaines qui attendaient des veziau qu’elles entretiennent ses hommes de guerre. Toute communauté qui tentait d’obtenir une réparation des dommages subis devait faire face au chef de guerre qui les commandait. Le capitaine était l’interlocuteur unique des communautés. En mai 1457, échauffé par des archers de Robin Petit Lo, Laurens Queu déclare : « Qu’il s’en yroit plaindre au lieutenant des diz gens de guerre qui estoit en la ville79. » Le capitaine répondait donc de ses hommes et nul ne pouvait instruire sur un homme d’armes sans l’accord ou le consentement du chef de guerre. Plus encore, les capitaines retenaient par-devant eux le droit de punir les leurs. À des consuls qui tentent de l’appréhender en 1458, Etienne Colusson ne dit pas autre chose : « Ung des consulz mist la main sur le dit suppliant disant qu’il yroit en prison et il leur respondit que non feroit s’il s’en iroit garder car il avoit son cappitaine en la dicte ville pour le pugnir s’il avoit mal fait80. » En effet, la sanction du capitaine était redoutable et les manquements au service provoquaient des colères meurtrières. Les capitaines graciés par le roi de France n’hésitent pas à tuer leurs propres hommes, tel ce malheureux guetteur qui n’était pas à son poste à Tarbes en 1380 et qui fut abattu de la main de son chef81. Toutefois, les capitaines n’avaient que faire des récriminations des communautés. L’empire de la guerre voulait que ses hommes et lui-même se nourrissent sur le pays. En ce sens, les requêtes des veziau n’étaient pas recevables puisqu’on attendait d’elles qu’elles entretiennent l’armée. Poursuivre un capitaine exigeait que l’on disposât d’une force armée au moins égale à la sienne, ce qui n’était jamais le cas. Les relations que les communautés entretenaient avec les capitaines ne prenaient pas la forme de la plainte et de l’action judiciaire, mais plutôt de la tentative d’arbitrage.

  • 82 Le Livre de Vie, XII, 2.

40Les communautés négociaient avec les capitaines le retrait de leurs compagnies. La transaction prenait la forme d’une somme d’argent, ou d’un paiement en nature qui libérait la veziau des dommages commis par les routiers. Ces paiements se nommaient « patis » et sont bien connus de l’historiographie. Le sens du mot pâti nous retiendra cependant ici. Le pâti, c’est littéralement la paix. « Appatir » un pays, c’est le pacifier. Payer un pâti signifiait donc que l’on payait une paix. Les consuls qui négociaient avec les capitaines le faisaient selon les usages de la médiation pénale, le versement de la composition étant censé mettre fin aux violences. Les capitaines de guerre qui vivaient sur le pays utilisaient par conséquent la transaction pénale pour obtenir les subsides qui permettaient de nourrir les gens de guerre à leur service. Le problème était qu’ils semblaient ne tenir que rarement leur parole. En septembre 1381, les hommes de Figueyrolles commandés par Guilhem L’Estrop avaient chevauché vers Bergerac. Ils avaient volé et mangé un bœuf, puis ils avaient mis à rançon leur propriétaire qui fut roué de coups : « E lo meneren a Falguayrolas ont aucizeren e mingeren lo buo e feren finar l’ome ams grans cops que li doneren e aviam pati de Mos. Guilhem l’Estrop82. » Après la description des dommages, le texte précise : « Aviam pati. » Les consuls notaient donc que le capitaine responsable de cette « cavalgade » avait reçu un pâti de la part de la communauté, ce qui rendait cette agression encore plus intolérable. Le règlement du conflit qui résultait du pillage du pays avait donc adopté la forme antique de la médiation pénale. Elle était propre à ne pas désigner les pillages et les mises à rançons comme des crimes, mais comme des dommages. Cependant, le non-respect des pâtis ruinait la force de ces procédures de paix, le mot même de la paix ayant été associé à l’extorsion de fonds.

  • 83 Le Livre de Vie, XV, 6.

41Les communautés n’avaient ni les effectifs, ni les moyens de se défendre seules des routiers. Elles s’en remettaient par conséquent à la protection des officiers des pouvoirs justiciers de la région. L’officier régulièrement cité et sollicité par les requêtes des veziau était le sénéchal. Il négociait avec les capitaines avec plus d’autorité que n’en avaient les consuls. À Bergerac, entre 1380 et 1382, le sénéchal du Périgord intervenait régulièrement dans les conflits qui opposaient la ville avec les chefs de guerre environnants. Les consuls requéraient sa présence pour la négociation des pâtis car il était réputé faire reculer les exigences des capitaines. Parfois, les gens du sénéchal s’interposaient physiquement entre les routiers et les habitants afin de défendre ces derniers. En 1382, le sénéchal du Périgord cité plus haut avait mené la poursuite contre une chevauchée des gens de guerre83. Le récit relate que les gens du sénéchal avaient combattu et poursuivi une petite bande de pillards. Au cours des combats, l’écuyer du sénéchal fut blessé d’un coup de glaive. L’altercation est isolée, aucune autre mention du registre de la ville ne témoigne d’un tel combat lors duquel les hommes de la sénéchaussée auraient pu s’opposer aux pillards. La plupart du temps, les officiers préféraient négocier entre gens de connaissance, ce qui évitait les vilaines blessures comme celle subie par l’écuyer. Les hommes étaient précieux et le sénéchal n’en avait pas un si grand nombre.

  • 84 Pierre Tucoo-Chala, « Une bande de routiers dans la région de Casteljaloux en 1381-1383 », op. cit (...)

42Les requêtes des communautés étaient également entendues des grandes maisons nobiliaires de Gascogne lorsque leurs terres accueillaient les routiers. Dans les années 1380, le sire d’Albret répondit aux demandes des paroisses de la région de Casteljaloux. Il envoya sur place un corps de cent quarante hommes de guerre pour purger ses terres des compagnons de Captieux. Cependant, le coût était à la charge des habitants. Les routiers avaient endommagé les paroisses de la région à hauteur d’une valeur de trois mille francs. Le paiement des hommes du sire d’Albret coûta quatre mille huit cents francs84. Dans ces conditions, la plainte adressée au seigneur n’était d’aucun rapport. Seul le seigneur de Béarn Gaston Fébus avait su se défaire de la menace que constituaient les compagnies par une stricte défense de la frontière. Il avait également enrôlé ces routiers pour qu’ils allassent piller ses dangereux voisins d’Armagnac et d’Albret. Aucun officier, aucun seigneur, aucune représentation consulaire n’était en mesure de venir à bout des crimes des routiers lorsque ceux-ci s’installaient sur le pays. Restait donc l’appel fait au souverain.

Les défis judiciaires

  • 85 « Le roi qui était à Bourges, assembla ses gens et alla en personne pour l’abattre », Monstrelet, (...)

43Seule la contrainte de la force armée était à même de purger les pays gascons des bandes de routiers démobilisés par la guerre. Le roi Charles vii avait montré l’exemple en déplaçant l’armée royale à la rencontre de Rodrigue de Villandandro85. Mais le cas de ce chef de guerre exceptionnel était isolé. Le roi l’avait d’ailleurs gracié parce qu’on avait besoin de lui, comme de tous les autres gens de guerre, pour affronter les armées anglaises. Cependant, tout juge, en tant que débiteur de justice, se devait d’être sensible à la complainte des communautés. La justice terrestre était à l’image de la justice divine : un déni de justice eût été inconcevable. Il fallait donc concilier les réalités de la guerre et le désir de justice des communautés. Les justices produisirent un effort théorique dans le but d’abolir cette gênante contradiction.

Les enquêtes en guerre

44De 1360 à 1453, la présence des hommes d’armes en Gascogne était la cause de la propagation des pillages et des dommages faits aux pays. Les routiers avaient frappé ponctuellement sur la frontière, en Bergeracois, dans la Grande Lande, dans les Lannes, en Comminges et en Bigorre. Leurs crimes avaient occasionné un déni de justice particulièrement grave qui avait déstabilisé l’administration traditionnelle de la justice criminelle et perverti les formes de l’arbitrage. Aucune institution n’avait su répondre localement à ce désordre qui bafouait toutes les normes. Le déni de justice devint un enjeu et un défi de justice. Face à l’impunité dont jouissaient les routiers et les désordres engendrés par le déni de justice, les communautés expérimentèrent des solutions judiciaires originales. L’enjeu était grand car il fallait à tout prix permettre la restauration du droit : c’était là l’idée même de la justice. Les communautés ne pouvaient pas renoncer à la norme pénale et les élites devaient défendre les institutions qui justifiaient qu’elles étaient des élites. Au milieu de la confusion générale surgirent dès 1380 des tentatives de restauration symbolique de la justice criminelle. On employa l’enquête qui rassembla les justiciables autour d’un juge. L’enquête produisit un discours qui requalifia les crimes des routiers. Successivement, nous observerons deux sources majeures de l’étude des désordres de la guerre en Gascogne à la fin du Moyen Âge : l’enquête de Casteljaloux et Le Livre de Vie de Bergerac. Les solutions originales mais théoriques qui furent alors expérimentées développèrent un discours sur le pillage en temps de guerre, discours qui fut vraisemblablement, avec la vengeance, la seule arme des communautés contre les hommes d’armes.

  • 86 Pierre Tucoo-Chala, Une bande de routiers… op. cit., p. 14.
  • 87 ADPA, E 49, f° 1.

45L’enquête qui fut faite par le sire d’Albret en 1383 dans la région de Casteljaloux constitue un document édité exceptionnel. Il s’agit d’une relation comptable des délits commis par une bande de routiers entre 1381 et 1383. Les compagnons de Captieux et de Bouglon étaient des routiers stationnés dans la Grande Lande en 1381. La main habile de Gaston Fébus avait fait que ces gens se trouvaient là sur les terres de son rival Albret. Pendant l’hiver 1381-1382, les compagnons avaient testé les défenses des paroisses environnantes. Constatant leur vulnérabilité, ils avaient soumis le pays à leurs cavalcades dès le printemps suivant jusqu’à l’hiver 138386. Les raids avaient lieu tous les quinze jours en moyenne et il y en eut vingtquatre au total. Toutes les paroisses avaient été attaquées au moins une fois et certaines trois. À chaque fois, les compagnons s’étaient emparés du bétail de valeur et avaient mis à rançon les hommes qu’ils ramenaient détenus à Bouglon. Ils procédaient par petites bandes de quatre ou cinq hommes qui se déployaient à travers le pays à intervalles réguliers. En cas de danger, ils pouvaient tous se regrouper ou se retirer dans leur place forte. Les compagnons étaient au nombre de cinquante-sept et quelques serviteurs non nommés permettent de penser qu’ils étaient approximativement une centaine à pressurer le pays sur un périmètre de quinze kilomètres sur dix environ. Trente-quatre d’entre eux au moins étaient Gascons, de Marsan ou de Béarn. Leur capitaine était Per-Arnaut de Béarn, cousin de Gaston Fébus. Pour le sire d’Albret, il ne faisait aucun doute que tout ce désordre fut organisé par « les gens del comte de Foys87 ».

46Les paroissiens de la région de Casteljaloux n’eurent d’autre issue que de requérir l’intervention du sire d’Albret. La présence des gens du comte de Foix dans ses terres l’incita à expédier ses officiers sur place. Le trésorier de la ville de Casteljaloux rédigea les instruments car l’intervention avait pris la forme de l’enquête judiciaire. Deux raisons expliquaient que l’on enquêtât. D’une part, le sire d’Albret souhaitait avoir un document à charge contre son rival fuxéen. D’autre part, la plainte des habitants était telle que le seigneur se devait de les entendre tous. Pour ce faire, les scribes se rendirent dans la châtellenie et réunirent les plaintes des habitants, paroisse par paroisse, sous la forme d’une liste. Les biens dérobés étaient nombreux et la quantité de familles affectées l’était également. Si nombre de victimes avaient été battues, peu avaient perdu la vie. Lors de la plainte, le plaignant annonçait son dommage, indiquait le jour où il était advenu, précisait l’endroit où il avait eu lieu et l’évaluait en monnaie de compte. De peur d’omettre une perte, les hommes ajoutaient « e mey » à leur déclaration, c’est-à-dire « et plus ». La mention dénote que les gens crurent réellement que cette liste fonderait leur réparation pécuniaire. Si l’on additionne toutes les pertes, les compagnons de Captieux avaient volé dans le pays pour une valeur approximative de trois mille francs. La fonction de l’enquête était d’assouvir le besoin qu’avaient les gens de déposer une plainte en évaluant précisément la perte subie dans l’espoir d’une réparation en justice. Les formes avec lesquelles les agents de justices instrumentèrent indiquaient clairement que la plainte fonderait la juste réparation que permettraient les sentences du sire d’Albret. L’enquête avait donc des vertus restauratrices et rendait la confiance dans la résolution judiciaire. Elle permettrait d’ester en justice. La comptabilité des pertes rassemblait les habitants autour de leur seigneur justicier, leur autorité traditionnelle. Mais l’enquête était toute théorique car le sire d’Albret savait fort bien qu’il ne pourrait pas faire restituer les sommes dérobées par les compagnons de Captieux.

  • 88 Pierre Tucoo-Chala, Une bande de routiers…, op. cit., p. 20.
  • 89 Pierre Tucoo-Chala, Une bande de routiers…, op. cit., p. 22.

47Casteljaloux, ville trop forte, n’avait pas été menacée par les routiers. C’est là que le seigneur de Sainte-Bazeille concentra deux cents hommes d’armes pour le compte du sire d’Albret, puisque les gens de la châtellenie avaient requis que le pays soit purgé de ses routiers. La dépense fut à la charge des habitants et ce corps d’armée impressionnant par sa taille fit de grandes dépenses88. Le trésorier de Casteljaloux en additionna les sommes : quatre mille huit cent soixante-treize francs dont mille cinq cents avaient servi à une transaction. En vérité, ces hommes ne combattirent pas les routiers. Une rencontre fut organisée et dans les deux camps se trouvaient des membres d’une même famille89. Les adversaires étaient en réalité liés et chacun avait intérêt à ce que les tractations aboutissent. Au final, les compagnons de Captieux acceptèrent de se retirer avec leur butin auquel s’ajoutaient les mille cinq cents francs de la compensation accordée à leur chef Per Arnaut de Béarn. Si l’on additionne le butin et les dépenses de la troupe, les routiers de Captieux avaient coûté huit mille francs à la châtellenie de Casteljaloux. Purger le pays des routiers avait donc coûté plus cher que de les y garder. L’enquête avait été toute symbolique car aucune justice institutionnelle n’était intervenue sur son fondement. Elle s’était déroulée parallèlement à la transaction menée entre hommes de métier de guerre qui se ménagent. D’un côté, le sire d’Albret avait étanché la soif de justice des habitants. De l’autre, les réalités de la guerre et des relations entre Foix et Albret s’étaient imposées. L’enquête de Casteljaloux ne fut engagée que pour ses fonctions symboliques et restauratrices, bien que le désir de justice des communautés fût grand : le Livre de Vie rédigé à la même époque à Bergerac le confirme.

Le Livre de Vie

  • 90 Voir Yan Laborie, Bernard Lesfargues, Jean Roux, Le Livre de Vie, 1379-1382 : Bergerac au cœur de (...)

48Le déni de justice que les gens ressentaient vivement exigeait qu’une justice s’exprimât, comme l’on parle à un tiers du dommage que l’on a subi. Le Libre de Vita est un document édité exceptionnel qui témoigne de l’importance des fonctions symboliques de la justice en temps de guerre90. Il est l’expression d’une communauté tout entière qui, à travers son rédacteur, exprime le désarroi qui fut celui de Bergerac entre 1379 et 1382. Nul autre document du Moyen Âge gascon ne lance aussi explicitement un appel à la Justice divine.

  • 91 Bernard Lachaise (dir.), Histoire du Périgord, Périgueux, Fanlac, 2000.
  • 92 Voir an Laborie, Bernard Lesfargues, Jean Roux, Le Livre de Vie, op. cit., Cahors, Fédérop, 2002.

49En 1370, l’offensive de Du Guesclin le long de la Garonne fit céder une à une les places fortes de la Principauté du Prince Noir. Charles v avait reçu les appels gascons et les armées françaises menaçaient Bordeaux. L’année 1377 vit la prise de Bergerac91. La ville passa dans l’obédience française mais la riche place était assise sur la frontière. Les alentours de la châtellenie étaient hérissés de châteaux et de fortifications aux mains de chefs de guerre à la fidélité incertaine. De 1379 à 1382, Bergerac eut à souffrir des menées d’hommes d’armes provenant des places fortifiées qui entouraient sa châtellenie. Le port fluvial sur la Dordogne, les activités commerciales et la réputation des marchands de la ville étaient autant de sources d’attraction pour des gens de guerre à l’affût de prises intéressantes. Aussi ces soldats sortaient-ils régulièrement de leurs châteaux pour mener une cavalgade sur le poder de Bragayrac, c’est-à-dire le territoire gouverné par la ville. De 1379 à 1382, cent quatre-vingt-neuf personnes furent victimes de pillages et d’extorsions. Quatre cent quatorze bêtes furent emportées, dont deux cents de grande valeur. Le nombre des prises de menus objets, vêtements, outils, parts de récoltes, tonneaux de vin fut immense. La Jurade de Bergerac accepta de signer des pâtis avec les capitaines qui servaient la couronne anglaise. En 1382, ces pâtis étaient parfois nommés des suffertes, mot qui évoquait le dommage au lieu de la paix. Le total de ces versements s’élevait à mille cinq cents livres environ, alors que la ressource récoltée par la ville cette année-là n’était que de cinq cents livres92. Ce contexte fut celui de l’apparition de cette étonnante source qu’est le Libre de Vita de la châtellenie de Bergerac. Ce document contenu dans un registre qui comporte les décisions de la Jurade de Bergerac entre 1379 et 1382. Son rédacteur était le notaire de la ville et celui-ci explicitait dès la première feuille les causes profondes de sa rédaction. Le texte placé en exergue nommait immédiatement le document : Le Livre de Vie (figure 18).

Figure 18 – Le Livre de Vie de Bergerac.

  • 93 AM Bergerac, BB3.

« Aysso es lo libre de vita lo quals es remanbranssa dels grans mals e dampnatges que son estatz fachs et donatz als habitans de la vila de Bragayrac e de la castelenia per las personas e malfaytors devis escruitz e los jorns e los ans que los ditz dampnatges son estatz fachs donatz et perpetratz e li quals son estatz los dampnatges. E son estatz ayssi escriutz per remembranssa affi que per temps a venir quan lo loc e temps sera los ditz malfaytors puscan esser punitz per bona justicia e pers o que no porten aquels pecatz en infern e que a totz autres que dampnatges nos volrian far sia en eyshample93. »

« Ceci est le Livre de Vie, qui garde en mémoire les grands maux et les grands dommages qui ont été commis et causés aux habitants de la ville et de la châtellenie de Bergerac par les personnes et les malfaiteurs ci-dessous désignés, ainsi que les jours et les années où ces dommages ont été commis et perpétrés, et la nature de ces dommages. Ils ont été inscrits ici pour mémoire afin qu’à l’avenir, en temps et lieux convenables, les dits malfaiteurs puissent être punis en bonne justice, qu’ils n’emportent pas ces pêchés en Enfer et que cela serve d’exemple à tous ceux qui voudraient nous causer des dommages. »

  • 94 Le motif est bien connu : Le Livre de Vie est un rouleau scellé de sept sceaux que nul n’est assez (...)

50Le scribe avait rédigé un Livre de Vie94. Il l’avait fait afin que la souffrance causée par les grands dommages que subissait la ville s’exprime. Il avait voulu que sa rédaction soit associée à la mémoire pour qu’un jour, une justice punisse les coupables contre lesquels la ville ne pouvait rien. Il espérait que sa rédaction serait exemplaire et que sa force symbolique suffirait à faire reculer de futurs agresseurs. Le livre avait pris le nom du Livre de l’Apocalypse, celui qui établit la liste du Jugement Dernier. La justice de Bergerac n’était pas en mesure de punir mais le nom retenu lui conférait les fonctions symboliques du Jugement Dernier puisées dans la référence apocalyptique. L’on espérait ainsi compenser l’absence de la sentence terrestre. Le Livre de Vie n’en appelait pas pour autant à la justice divine. On espérait qu’un jour, la mémoire consignée servirait à faire punir les malfaiteurs par une justice terrestre. Le rédacteur précisait clairement qu’il ne souhaitait pas qu’ils emportent leurs crimes en Enfer. Malgré cette évocation funeste, Le Livre de Vie témoigne d’une grande foi en l’avenir. Un jour, les malheurs que subissait la ville seraient appelés à disparaître et la justice terrestre se reconstituerait. Le retour à l’ordre était inéluctable, mais le jour et l’heure, ainsi que le Christ l’avait dit du Jugement, n’étaient pas connus.

51Sitôt la déclaration d’intention achevée, le rédacteur entamait la liste des plaintes qui lui étaient parvenues dans un ordre chronologique. Il ne s’agissait donc pas vraiment d’une enquête, mais d’un relevé au jour le jour, au fur et à mesure que les gens se présentaient au notaire avec le récit de leur dommage. Celui-ci notait la date, le lieu, le nom des coupables et la valeur de ce qui avait été dérobé. En ce sens, le livre était un registre de plaintes. Toutefois, avec les mois qui s’égrenaient, le livre devint un journal qui relatait les événements graves de la région. Les courriers qu’envoyaient les capitaines environnants étaient consignés dans Le Livre de Vie, devenu mémoire des malheurs du temps. Les fonctions symboliques du geste comptable étaient les mêmes que celles de l’enquête de Casteljaloux : le livre rendait foi en la justice et rassemblait les habitants autour de ses magistrats incapables de restaurer le droit. Mais, à la différence de l’enquête du sire d’Albret, il était évident que les réparations n’auraient pas lieu dans un avenir immédiat. Le Livre de Vie était la complainte et la clameur de toute une communauté, riches comme pauvres, érigée en victime, comme un troupeau d’agneaux victimes des loups environnants. Les marginalia du registre consolidaient cette approche : les agresseurs étaient localisés en marge, comme autant d’ailleurs féroces opprimant le poder de Bergerac et dessinant en creux les limites du bien et du mal. Les plaintes enregistrées restauraient ici les vertus symboliques d’une justice terrestre impuissante. La rédaction avait donc pour fonction de contrer le sentiment de déni de justice qu’inspirait la perception d’un chaos environnant. L’enregistrement au Livre de Vie brisait le silence dans lequel se tenaient les justices terrestres, y compris celle du roi de France. Il manifestait le désarroi des élites municipales incapables de rétablir l’ordre public. Le Livre de Vie puisait dans l’essence de la justice divine une réponse terrestre. Il produisait un discours aux fonctions symboliques, un discours sur le crime et ses auteurs. Ces écritures refondaient l’autorité et le charisme de la justice municipale, régénérés par la référence apocalyptique. L’étonnante rhétorique du Livre de Vie contenait donc une riposte discursive dressée contre le déni de justice.

Les discours du pillage

  • 95 « Remembrenssa sia que lo v jorn de decembre de l’an MCCCLXXXI los pilhartz qui demoran a Masduran (...)

52L’état des sources criminelles et les objectifs qui présidèrent à la rédaction des enquêtes de Bergerac et de Casteljaloux mettent sérieusement en doute les réalités criminelles du pillage par les routiers. La documentation accablante n’établit que le point de vue des victimes guidées par l’institution qui ordonnait la rédaction. Or, une observation attentive du récit de certains dommages tendrait à montrer que les gens de guerre pensaient agir dans un cadre légal. Les pillages, les extorsions et les violences pourraient tout aussi bien se nommer prélèvements, paix et contrainte de justice. Dès lors, l’accusation de « pillerie » serait une stigmatisation criminelle produite par une institution dans le but d’en accabler une autre. La lecture des faits qui sont reprochés aux pillards convainc d’emblée le lecteur de la souffrance des victimes. Pourtant, il arrive parfois que des gestes peu compréhensibles apparaissent dans la liste des délits : « Mémoire soit que le 5e jour de décembre de l’an 1381, les pillards qui demeurent à Masduran s’en prirent à trois tonneaux de sel appartenant à Miquel Sabatier, dans lesquels ils saisirent trois poignées95. » Les pillards avaient chevauché depuis Masduran vers Bergerac. Là, ils avaient défoncé trois tonneaux pour ne prendre que trois poignées de sel. Le Livre de Vie contient bien d’autres exemples de ce type et l’enquête de Casteljaloux également. Ce pillage tel qu’il nous est ici restitué incline fortement à penser que les hommes en question avaient tout simplement perçu une redevance. Les lieux où les routiers sévissaient, le port fluvial, les routes, les ponts, étaient tous des lieux traditionnels de perception de taxes. Dès lors, on peut légitimement s’interroger sur le pillage rapporté ici. Soit il s’agissait bien de crimes, soit il s’agissait de redevances contestées pour lesquelles le percepteur était qualifié de pillard. Les routiers, puisque c’est ainsi qu’on les appelle, pensaient agir dans un cadre légal. Leurs actes se justifiaient. Le routier n’était pas un pillard qui frappait par la force sauvage sans justification. L’explication en était fort simple. Les capitaines qui servaient la couronne anglaise estimaient encore être les maîtres du pays. À ce titre, ils récoltaient les redevances dues. Le problème des habitants de Bergerac était que deux pouvoirs rivaux les exigeaient. Les jurats avaient reconnu le roi de France, aussi la perception anglaise était-elle stigmatisée par le terme de « pillartz ». Bien sûr, les capitaines exagéraient très probablement leurs droits, voire changeaient d’obédience pour justifier de nouvelles prises. Mais, à aucun moment, nous ne pouvons affirmer qu’ils ne s’entouraient pas d’une justification légale. Toutes nos sources font le récit de prises de force en des lieux fréquentés par des marchands et des passants. Il faudrait avoir une connaissance pointilleuse de la géographie des tonlieux et taxes pour ramener la preuve que ceux que l’on nommait les pillards prétendaient agir en tant que collecteurs d’une redevance ou d’une fiscalité quelconque.

  • 96 Le Livre de Vie, ibid., XIV, 6.

53Les pâtis qui étaient versés aux capitaines rachetaient la paix. Mais les objectifs de l’arbitrage apaisant exigeaient que le fond de la querelle soit tranché afin que l’avenir fût garanti. Nul pâti ne pouvait être tenu car, tôt ou tard, les partisans de la cause anglaise réclameraient leur dû de redevances et vice versa. Un capitaine l’exprime clairement dans un courrier consigné au Livre de Vie de Bergerac. On lui reprochait la prise d’un lot de draps qu’il ne voulait pas rendre. Lui répondit qu’il avait appris que les draps appartenaient à un Bergeracois et que, selon les usages, il considérait que la communauté était collectivement responsable des torts qui lui étaient faits : « Qua retz me tolen lo men96. » Droit de représailles invoqué, il prétendait que les gens de Bergerac lui volaient son bien, chacun accusant donc l’autre de vol. La paix conclue ne pouvant être tenue, l’arbitrage du pâti n’était pas en mesure de séparer de lui-même ce qui était au roi de France et ce qui était au roi d’Angleterre. Le pâti avait été utilisé comme une réponse aux difficultés dans les régions frontières : c’était une entente locale entre gens tentant de composer grâce aux usages conventionnels de l’arbitrage. Les jurats consentaient à verser un paiement qui rachetait le droit proclamé par le châtelain servant la couronne anglaise. Il ne s’agissait pas d’une pure et simple extorsion de fonds, ou du moins ceux qui l’obtenaient pensaient-ils être dans leurs droits. Ils trouvaient par conséquent que la compensation obtenue était légitime. Si cette dernière ne venait pas, ils menaçaient de faire de grands torts et de grands dommages. Il est vrai que, traditionnellement, la paix escortait de près la violence.

54Les gestes violents qui étaient reprochés aux routiers semblaient, à la lecture de la source, ne s’expliquer que par le fait qu’ils étaient des criminels. Le pillard pille, puisqu’il est pillard. Ceci est cependant bien trop simple. Loin d’être des actes gratuits, fruits du hasard et de l’occasion, les forfaits trouvaient leur justification dans le droit de la réquisition. Les saisies de bétail mis à rançon rappellent ainsi étrangement les usages gascons. La prise du bétail contraignait son propriétaire à s’acquitter du versement qu’il avait évité. De même, la détention en prison aux ceps était d’usage pour les débiteurs insolvables d’une taxe souveraine. Ce n’est donc pas la rançon en elle-même qui est surprenante puisqu’elle se réfère à des usages locaux ou à des usages guerriers. N’oublions pas que les capitaines anglais étaient en guerre et la mise à rançon de l’ennemi était conventionnelle. Les gens de Bergerac s’étaient rendus au roi de France, la communauté de ville représentait la couronne des Valois en défendant la frontière : ils étaient donc des ennemis et pouvaient à ce titre être rançonnés. Dès lors, il faudrait expliquer non pas pourquoi l’on rançonne mais plutôt pourquoi l’on trouve tant de montants différents pour une même rançon. Les violences exercées par les chefs de guerre étaient susceptibles d’être là aussi justifiées. Ce que les communautés nommaient force, tort et dommages, était perçu par les hommes surnommés « routiers » comme une contrainte de justice. Par ailleurs, le faible nombre de vrais homicides minimise la violence supposée des hommes d’armes. À Bergerac et Casteljaloux, après trois années de pillage, ils se comptaient sur les doigts d’une main.

55Nous ne prétendrons pas que nos hommes de guerre furent d’honorables collecteurs de taxes, mais force est de reconnaître qu’ils entouraient leurs actes d’une justification. Certes, les débordements existaient, mais le crime ne s’expliquait pas uniquement par la violence et la guerre. La crise des légitimités expliquait tout autant le chaos provoqué par les gestes des hommes de guerre ennemis. La ville de Bergerac, comme beaucoup d’autres communautés gasconnes, était pressurée par deux systèmes de redevances concurrents. Le discours de la municipalité avait été de qualifier les exigences des châtelains environnants de pillages. La guerre avait en effet apporté un fascinant cortège de nouveautés judicaires. Les procédures de paix avaient été détournées, les protections coutumières brisées et les contraintes de corps et de prison s’étaient multipliées. Isolées, les justices des communautés s’étaient repliées sur des procédures nouvelles. On exigeait la rigueur de justice et des poursuites féroces tandis que les élites municipales tentaient de restaurer les vertus symboliques de la justice auprès des populations qui réclamaient la réparation. Un discours sur les crimes de la guerre avait été élaboré, il stigmatisait les fautifs accusés d’être des malfaiteurs ignobles. Les communautés les plus touchées étaient sises sur la frontière, lieu où la souveraineté des royautés concurrentes n’était pas claire. Les justices de ces communautés étaient donc des justices de la frontière qui composaient avec les deux camps. Au milieu de cette confusion générale, l’on comprend mieux l’attitude des rois de France. L’excès de guerre était poursuivi, mais il était aussi gracié. La grâce éteignait le feu que le conflit des légitimités rivales avait allumé en Gascogne à la fin du Moyen Âge.

  • 97 Voir Pierre Prétou : « Le Livre de Vie de Bergerac : la comptabilité céleste d’une justice terrest (...)

56Entre 1377 et 1382, Bergerac avait subi les logiques de la frontière militaire. Cette situation contredisait son intérêt économique car, sise sur la Dordogne, la ville s’enrichissait du commerce fluviatile aquitain qui s’écoulait vers le Bordelais et la Gironde. Géographie commerciale et politique ne coïncidaient pas. Vins des hauts pays, céréales et tonneaux de sel souffraient des entraves péagères suscitées par le durcissement militaire survenu lors de l’offensive française. Les revenus de la ville chutèrent et l’entreprise qui consistait à restaurer le poder de Bergerac peut être lue comme une riposte étrange, mais nécessaire à son temps97. Dès 1381, face au tourbillon des légitimités et aux revirements incertains d’obédience, la municipalité semblait résolue à s’extraire des deux souverainetés concurrentes afin d’amortir la surenchère péagère et d’écarter le risque commercial. Ils entreprennent une forme modérée de soustraction de sujétion, mais les mots du pouvoir juste ne tombent pas, car la légitimité ne peut être lue qu’en creux, en contrepoint du vocabulaire de la tyrannie d’exercice, c’est-à-dire de la désignation de la force injuste tourmentant les agneaux démunis : la Jurade n’était pas un pouvoir souverain par la grâce de Dieu, mais la référence divine contenue dans le Libre de Vita dénote une volonté autonomiste. Si la référence au Jugement du Christ ne suffisait pas à faire de la justice de Bergerac une institution souveraine, elle conduisait malgré tout à ce raisonnement selon lequel elle pouvait invoquer la volonté céleste. À bien lire l’archive, les juges qui seraient un jour investis de l’affaire n’étaient autres que les jurats eux-mêmes. C’était là une conséquence logique de la combinaison d’écritures qui résultait de la restauration du poder municipal et de l’emploi de la référence apocalyptique : dans un livre de vie, il n’existe d’autre justice que celle du Christ et de ceux qui le citent. Flanquée de l’autorité municipale, la valeur probatoire du Libre de Vita ne pouvait être reconnue par d’autre tribunal que celui de la municipalité elle-même. Somme toute, le registre était donc avant tout une revendication politique, plus qu’une requête justicière. C’est sans doute ici la raison de son succès, mais également celle de son échec final. Passée l’année 1382, l’écriture s’interrompt sans qu’il ait été mis fin à la rédaction. L’espace qui avait permis cette expression libre s’était alors visiblement refermé. Il n’en demeure pas moins que l’anticipation eschatologique contenue dans les lignes notariées du Libre de Vita repose essentiellement sur la fonction victimaire de la rédaction. Ce sont les victimes, et non l’agresseur, qui se sont parées du manteau de la Religion, pendant le temps de leur affliction. De 1379 à 1382, la Jurade de Bergerac avait, par l’écriture comptable coiffée d’une invocation céleste, mobilisé une cohorte de victimes souffrantes de la guerre. En ce sens, la rédaction municipale est bien apocalyptique puisqu’animée d’un esprit de révolte, elle vient dévoiler la souffrance et prédire la fin. Cet artifice de l’espoir avait permis de travestir l’intention éditoriale, dissimulée par la longue liste de ses agneaux égorgés par la soldatesque féroce. Le martyre refondait la communauté autour de ses magistrats débiteurs de justice. Et la victime d’être souveraine, puisque le discours permit d’entreprendre une soustraction de sujétion, à défaut de pouvoir proclamer la souveraineté. Le Libre de Vita constitue, à n’en pas douter, un tour de force politique surprenant. Face aux difficultés de son temps, la municipalité ripostait subtilement en obtenant qu’une mobilisation spirituelle des esprits débouche sur une refondation terrestre du charisme justicier municipal, puis sur une tentative d’extension du ressort, des sauvegardes et des privilèges juridictionnels de la ville. Bien que le Libre de Vita témoigne d’une réelle désolation judiciaire, il n’est pas un appel au secours auprès des princes temporels investis par la grâce de Dieu. Ceci explique le destin final de notre archive : être annexée au registre des délibérations municipales comme preuve discutable des prérogatives statutaires du corps de ville.

  • 98 Paul Parfouru et Jules de Carsalade du Pont, Comptes consulaires de la ville de Riscle, de 1441 à (...)
  • 99 Paul Druilhet, Archives de la ville de Lectoure : coutumes, statuts et records, du XIIIe au XVIe s (...)

57Les populations meurtries par le maintien des soldatesques mobilisées par les conflits militaires réclamaient qu’une justice faite de répression et de coercitions vienne s’abattre sur les routiers. L’appel à la force licite, invoqué par les communautés, constituait en soi un usage dont les traditions statutaires se méfiaient. Mais ces routiers étaient des étrangers invasifs contre lesquels la mobilisation des moyens de contraintes les plus aboutis s’imposait. Jusqu’en 1453 au moins, la puissance des compagnies triompha de toute obédience, justice et légitimité qui ne fût pas défendue par une autre soldatesque. Le maintien des garnisons, les agitations liées au bien public et à la Guerre folle reconduisent ces situations au-delà de la fin de la guerre de Cent Ans. Il n’est pas une délibération des consuls de Riscle qui n’évoque les problèmes liés au logement et au passage des gens de guerre jusqu’en 150498. De même à Lectoure où l’on se défie des soldats qui s’agitent hors la ville : « Per causa de las gendarmas que son et descorron a l’entorn de la bila99. » Du déni de justice au défi judiciaire, il ressort quantité d’élaborations mentales fondant et refondant l’autorité. Dans quelques cas extrêmes, ces rhétoriques entreprennent une forme de soustraction de sujétion des deux couronnes, appuyée sur les discours de la férocité, les stéréotypes du mal guerrier et les vindictes communautaires. Les « excès de guerre » engendrent également des excès discursifs. Ils mettent en danger les pouvoirs souverains, incapables de répondre à la créance de justice exigée par des Gascons trop souvent exposés aux opérations militaires. Quelle autre solution qu’imposer le silence sur ces cas tout en déchaînant les lexiques de la fureur supposée des hommes d’armes anomiques ? Les réalités semblaient bien plus nuancées : les Gascons avaient leur part de violences illicites et les soldats apparaissaient parfois comme des dépositaires de l’autorité publique. Frontières et guerres des légitimités souveraines troublent donc considérablement l’administration d’une justice hérissée de discours comme l’étaient les fortifications dans les campagnes. Ces rivalités discursives expliquent en grande partie le retard gascon en matière de justice souveraine imprimant ses usages et « stilles » avec régularité. De la guerre à la concurrence des légitimités, il est un pas à franchir qui mène droit aux rébellions, infidélités, trahisons et autres désobéissances aussi récurrentes dans les archives que ne l’étaient les « excès de guerre ».

Notes

1 La fin de la guerre de Cent Ans n’est qu’un rétro diagnostic de l’historien : la menace d’un retour anglais se fait ressentir au moins jusqu’en 1475.

2 Pour l’ensemble régional étudié, nous renvoyons à Robert Boutruche, La crise d’une société : seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Les Belles Lettres, 1947 ; à réviser avec les éléments produits par Valérie Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, PUF, coll. « Le nœud gordien », 2006.

3 Voir Pierre-Clément Timbal, La guerre de Cent Ans vue à travers les registres du Parlement (1337-1369), Paris, CNRS, 1961.

4 Philippe Contamine et Olivier Guyotjeannin (dir.), La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, 1, Guerres et violence ; 2, La violence et les gens, Paris, CTHS, 1996.

5 Philippe Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge, 1337-1494, Paris et La Haye, 1972, p. 399 sqq.

6 ANF, JJ 199, no 334, f° 196 v°.

7 Par opposition au « grand » Rodrigue, le célèbre routier : Jules Quicherat, Rodrigue de Villandrando, Paris, 1897.

8 ANF, JJ 177, no 93, f° 51.

9 Poton de Xaintrailles était alors bailli de Berry.

10 ANF, JJ 176, no 390, f° 272 v°.

11 ANF, JJ 187, no 311, f° 170.

12 ANF, JJ 188, no 18, f° 11 v°.

13 ANF, JJ 179, no 309, f° 376 v°.

14 ANF, JJ 179, no 309, f° 176 v°.

15 ANF, JJ 199, no 334, f° 196 v°.

16 ANF, JJ 185, no 267, f° 187 v°. Dax.

17 Philippe Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge, op. cit., p. 399 sqq.

18 Les principales villes de garnison de la conquête : Bayonne, Dax, Saint-Sever, Mont-de-Marsan, Aire-sur-Adour, Auch, Condom, Tarbes, La Réole, Langon.

19 ANF, JJ 198, no 531, f° 482.

20 ANF, JJ 178, no 16, f° 10 v°.

21 ANF, JJ 185, no 267, f° 187 v°.

22 Jean-Michel Mehl, Les jeux au royaume de France du XIIIe au début du XVIe siècle, Paris, Fayard, 1990.

23 Christiane Raynaud, La violence au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle). Les représentations de la violence dans les livres d’histoire en français, Paris, Le Léopard d’Or, 1990.

24 Ordonnances des Rois de France, III, 128, et III, 526.

25 Henri Denifle, La désolation des Églises, en France, pendant la guerre de Cent Ans, Paris, 1897-1899, 2 vol.

26 Robert Boutruche, La crise d’une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Les Belles Lettres, 1947.

27 Lo libre de vita édition Émile Labroue, Le Livre de Vie, Les seigneurs capitaines et leurs châteaux en Bergeracois au XIVe siècle, Paris, 1891, p. 406.

28 ANF, JJ 178, no 10, f° 7 v°.

29 ANF, JJ 187, no 172, f° 189.

30 Ils fuyaient avec les biens qu’ils considéraient les plus importants : linceuls, draps, lits, bêtes et divers objets de valeur.

31 Édition Peter F. Ainsworth et George T. Diller, Chroniques, livres I et II, Paris, Le Livre de Poche, coll. « Les lettres gothiques », 2001, p 753.

32 Le Livre de Vie, op. cit., VII, 1.

33 ANF, JJ 180, no 65, f° 29.

34 Monstrelet, Chroniques, II, 236. éd. Buchon (C. ?).

35 Louis de Lescun. À ne pas confondre avec André de Ribes, soi-disant bâtard d’Armagnac.

36 ANF, JJ 177, no 202, f° 135 v°.

37 ANF, JJ 179, no 126, f° 67.

38 ADPA, E 49 et AM (archives municipales) Bergerac BB 3.

39 « Item lo III jorn del dit mes d’ahost l’an dessus Blancha Barba am d’autres sos companhos de Clarenx enfora cavalgueren a Bragayrac e prezen II buos d’arada de dejus lo jo que eran de Guiraut Golfier valian si cum Ger affermet per son sagrament XVI francs. »

40 « Item, lo medis Johan pergo I pareilh de beux valen XVIII franx. Item, Guilhem de Lafore fo pres per lo Gojat de Sent Cric lo jorn que dessus fo menat a capsius paguet XIII francx XV sols », dans Pierre Tucoo-Chala, « Une bande de routiers dans la région de Casteljaloux en 1381-1383 », Fédération Historique du Sud-Ouest, Actes du XXIIIe congrès d’Études régionales, 1971, p. 7-37.

41 ANF, JJ 185, no 288, f° 201 v°.

42 ANF, JJ 180, no 78, f° 35.

43 ANF, JJ 187, no 289, f° 154 v°.

44 ANF, JJ 187, no 289, f° 154 v°.

45 79 % des suppliants ne déclarent pas d’état matrimonial. Cela ne signifie pas qu’ils sont célibataires : au hasard d’un acte, il arrive que l’on apprenne qu’un suppliant est uni par le mariage alors qu’il n’avait pas déclaré cet élément dans la déclinaison d’identité. Le chiffre permet seulement de constater que les hommes d’armes déclarent cinq fois moins souvent un état matrimonial.

46 ANF, JJ 188, no 18, f° 11 v°.

47 ANF, JJ 192, no 63, f° 43. publ. Dans Robert Boutruche, La crise d’une société, op. cit., pièce justificative no 16.

48 ANF, JJ 185, no 282, f° 196 v°.

49 ANF, JJ 188, no 180, f° 90.

50 Voir Norman Macdougall, An Antidote to the English : The Auld Alliance, 1295-1560, East Linton, Tuckwell Press, 2001 ; Philippe Contamine, « Scottish Soldiers in France in the Second Half of the Fifteenth Century : Mercenaries, Migrants or Frenchmen in the Making ? », dans The Scottish Soldier Abroad, 1247-1967, Édimbourg et Maryland, John Donald Publishers Ltd, 1992, p. 16-30.

51 ANF, JJ 188, no 5, f° 3.

52 ANF, JJ 188, no 180, f° 90.

53 ANF, JJ 188, no 5, f° 3.

54 ANF, JJ 188, no 180, f° 90 et ANF, JJ 199, no 334, f° 196 v°.

55 ANF, JJ 192, no 63, f° 43.

56 ANF, JJ 187, no 51, f° 29.

57 ANF, JJ 180, no 78, f° 35. Bazas.

58 Cf. Robert Jacob, « Les fondements symboliques de la responsabilité des juges : l’héritage de la culture judiciaire médiévale », dans Juger les juges, AFHJ, no 12, Paris, 2000 ; Jean Batany, « Punitions, impunités et fonctions sociales, théories morales et récits », dans « La justice au Moyen Âge (Sanction ou impunité) », Senefiance, Cahier du CUERMA no 46, 1986, p. 43-63.

59 ANF, JJ 187, no 311, f° 170.

60 Le Livre de Vie, VII, 1.

61 Le Livre de Vie, XIV, 1.

62 Le Livre de Vie, XVI, 4, Enquête de Casteljaloux, op. cit., p. 27.

63 Le Livre de Vie, XII, 7.

64 Le Livre de Vie, V, 7.

65 Enquête de Casteljaloux, op. cit., p. 20

66 « Cum si fossan angles », Le Livre de Vie, VIII, 9.

67 Enquête de Casteljaloux, op. cit., p. 7.

68 ANF, JJ 191, no 239, f° 129.

69 ANF, JJ 187, no 311, f° 170.

70 ANF, JJ 198, no 531, f° 482.

71 ANF, JJ 191, no 239, f° 129.

72 ANF, JJ 179, no 210, f° 119.

73 ANF, JJ 148, no 325, f° 166 v°.

74 ANF, JJ 189, no 150, f° 69 v°.

75 ANF, JJ 187, no 250, f° 134.

76 ANF, JJ 179, no 126, f° 67.

77 ANF, JJ 140, no 100, f° 135.

78 ANF, JJ 176, no 189, f° 130 v°.

79 ANF, JJ 187, no 51, f° 29.

80 ANF, JJ 199, no 334, f° 196 v°.

81 ANF, JJ 118, no 431, f° 228.

82 Le Livre de Vie, XII, 2.

83 Le Livre de Vie, XV, 6.

84 Pierre Tucoo-Chala, « Une bande de routiers dans la région de Casteljaloux en 1381-1383 », op. cit., p. 7-37.

85 « Le roi qui était à Bourges, assembla ses gens et alla en personne pour l’abattre », Monstrelet, Chroniques, II, 236. éd. Buchon.

86 Pierre Tucoo-Chala, Une bande de routiers… op. cit., p. 14.

87 ADPA, E 49, f° 1.

88 Pierre Tucoo-Chala, Une bande de routiers…, op. cit., p. 20.

89 Pierre Tucoo-Chala, Une bande de routiers…, op. cit., p. 22.

90 Voir Yan Laborie, Bernard Lesfargues, Jean Roux, Le Livre de Vie, 1379-1382 : Bergerac au cœur de la guerre de Cent Ans, Cahors, Fédérop, 2002.

91 Bernard Lachaise (dir.), Histoire du Périgord, Périgueux, Fanlac, 2000.

92 Voir an Laborie, Bernard Lesfargues, Jean Roux, Le Livre de Vie, op. cit., Cahors, Fédérop, 2002.

93 AM Bergerac, BB3.

94 Le motif est bien connu : Le Livre de Vie est un rouleau scellé de sept sceaux que nul n’est assez digne de briser, hormis l’Agneau égorgé qui a racheté le péché du monde. Lorsque le Christ ouvrira le Livre, il déroulera la liste des Justes et ceux qui n’y figureront pas seront précipités en Enfer (Apocalypse, XX, 12-15 ; Exode, XXXII, 32-33 ; Psaumes XXVIII, 29 ; saint Paul, Philipp. IV, 3 ; Livre de Daniel, XII, 1).

95 « Remembrenssa sia que lo v jorn de decembre de l’an MCCCLXXXI los pilhartz qui demoran a Masduran III tonnels de sal d’en Miquel Sabatier e en prezeren III punheras », Le livre de Vie, op. cit., XIV, 3.

96 Le Livre de Vie, ibid., XIV, 6.

97 Voir Pierre Prétou : « Le Livre de Vie de Bergerac : la comptabilité céleste d’une justice terrestre à la fin du XIVe siècle », dans Éric Wenzel (dir.), Justice et religion, regards croisés : histoire et droit, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, 2008, p. 125-144.

98 Paul Parfouru et Jules de Carsalade du Pont, Comptes consulaires de la ville de Riscle, de 1441 à 1507, Paris et Auch, Champion et Cocharaux, 1886, 2 vol.

99 Paul Druilhet, Archives de la ville de Lectoure : coutumes, statuts et records, du XIIIe au XVIe siècle, Paris, Champion, 1885, p. 132.

Table des illustrations

Légende Figure 18 – Le Livre de Vie de Bergerac.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search