Version classiqueVersion mobile

Crime et justice en Gascogne

 | 
Pierre Prétou

Chapitre IV. Les rivalités judiciaires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il vouloit que le seigneur de La Bastide y fust aussi pour sa part. »
ANF, JJ 180, no 133, f° 60 v°.

« Je renye Dieu ! » s’exclamaient les suppliants du roi avant d’abattre leurs armes. Que la justice vînt de Dieu était une évidence, puisque les coupables gascons des rixes mortelles l’avait renié avant de frapper mortellement. Mais qui allait juger ? En Gascogne, la réponse n’est ni simple, ni garantie. Le paysage des juridictions criminelles ne supporte aucune cartographie qui ne soit celle des rivalités opposant les municipalités, les maisons nobles et les couronnes. Les concurrences judiciaires, très intenses jusqu’à la victoire française de 1453, demeurent vives à la fin du XVe siècle. Elles expliquent une fragmentation des pouvoirs justiciers et une absence de cour suprême réellement reconnue de tous. En 1368, les Appels gascons avaient contesté la souveraineté du roi d’Angleterre acquise sur sa principauté au traité de Brétigny. Un siècle plus tard, les créations parlementaire...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search