Version classiqueVersion mobile

La fabrique interdisciplinaire

 | 
Michel Offerlé
, 
Henry Rousso

Table des matières

Michel Offerlé et Henry Rousso

Introduction

Le goût de l’indiscipline et de la curiosité

Le goût de l’indiscipline (Michel OFFERLÉ)
La peur des autres
Penser avec, penser contre
Les coûts et les rétributions du militantisme interdisciplinaire
Le goût de la curiosité (Henry ROUSSO)
Petite généalogie
Usages du passé en histoire et en science politique

1re partie. Croisements

Marie-Laure Legay

1. L’échange histoire moderne (XVIIe-XVIIIe siècles)/sociologie politique

L’exemple des relations centre-périphérie

Un préalable : la formation du chercheur et ses sources
Résultats d’une recherche historique : la relation Paris-province aux XVIIe et XVIIIe siècles
Les interlocuteurs locaux du pouvoir central et la crise politique de la fin du XVIIIe siècle
L’adaptation des élites locales à la décision versaillaise
La naissance du despotisme provincial
L’échange histoire/sociologie : à propos de la réalité de la représentation politique intermédiaire
L’apport de la sociologie des organisations
L’apport des historiens de l’époque moderne
L’échange histoire/sociologie : à propos du fonctionnement de l’État
L’apport des sociologues de l’État
L’apport des historiens de l’époque moderne
Axelle Brodiez

2. Penser les mutations de l’engagement : un dialogue entre histoire et sciences sociales

Individus et collectif
Penser les engagements individuels
Des engagements stratifiés
Cyclicité de l’engagement et clivages synchroniques
Delphine Dulong

3. Le Premier ministre en actes et en coulisses

L’histoire comme outil et objet d’analyse sociologique des institutions

Le rapport instrumental du sociologue à l’histoire et la tentation de l’histoire policière
Le problème des catégories d’analyse ou l’histoire comme rapport au langage
L’« idolâtrie des origines » ou l’histoire politique et constitutionnelle comme objet d’analyse
Bénédicte Havard Duclos

4. « L’histoire comme “réservoir d’expériences” pour étudier l’association Droit au logement (DAL) »

Pourquoi le recours à l’histoire comme complément d’une enquête de type ethnographique ?
Conquête d’une distanciation par rapport au maelström de l’enquête ethnographique
Antidote contre la rhétorique de la nouveauté
Affirmation des catégories d’analyse
La mise à jour de relations idéal-typiques entre « porteurs de malheur » et « réparateurs de malheur »
Le risque de l’arbitraire : quoi retenir ?
La matière historique peut-elle se prêter à un travail de « typification » ?
Les sources
Étude des mouvements autour du logement des classes populaires
Un test de la pertinence des catégories analytiques
Récurrences et évolutions dans les modes de prise en charge des « problèmes » de logement
Conclusion
Tom Charbit et Philippe Olivera

5. « Le » politique à l’épreuve du livre

Recherches croisées sur les catégories lettrées de l’entendement politique

Introduction
Les faux-semblants de la consécration
Le livre politique au miroir de l’édition
Conclusion : la politique dans la culture lettrée

2e partie. Objets revisités

Christophe Le Digol

6. Les éclats de l’élection

Pratiques de désignation et fonctions publiques au début de la Révolution française

La désignation élective
Un spectre de pratiques électives
Un principe de distribution et de définition des postes
L’enchantement de l’élection-nomination dans le cens
De la condition du cens
Un principe d’équivalence des activités sociales
Laure Blévis

7. Enjeux et difficultés d’une sociologie historique de la citoyenneté en situation coloniale

Une pluri-pluridisciplinarité ou les problèmes de légitimité du chercheur à la croisée des disciplines
Histoire des idées ou histoire des pratiques : utilité et dépassement d’une opposition consacrée
Pratique des archives et limites de l’étude des limites
Neutralité ou engagement : dialectique difficile des recherches sur l’Algérie coloniale
Liora Israël

8. Redéfinir la Résistance (judiciaire) : problématiques, méthodes, écriture

Redéfinir la résistance (judiciaire) comme objet de recherche sociologique
La sociologie de la résistance… des historiens
Redéfinir sociologiquement la résistance
« Bricoler » une méthode pour reconstituer des engagements, entre questions sociologiques et matériaux historiques
Faire apparaître les logiques de l’engagement dans la profession
Portée et limites de l’analyse de la résistance judiciaire comme action collective
Conclusion : l’écriture difficile d’une sociologie historique de la résistance
Sarah Gensburger

9. Réflexions autour de la notion de « politique de la mémoire »

L’exemple de l’évocation des « Justes parmi les Nations » en France

« L’apparition » des « Justes parmi les Nations » au sein de la mémoire historique française de l’Occupation
Histoire du temps présent et mise en récits de la figure du Juste parmi les Nations
Loi et commémoration
« Politique de la mémoire » et artefacts : quelles méthodes pour penser l’idée d’« usages politiques du passé » ?
La notion de « politique de la mémoire » : présence en histoire, absence en science politique
Microsociologie de la genèse de « l’apparition » et concepts d’analyse des politiques publiques
Conclusion : objet de recherche et regard du chercheur
Julien Fretel et Rémi Lefebvre

10. La faiblesse des partis politiques français : retour sur un lieu commun historiographique

L’« indiscutable » faiblesse des partis politiques français
La faiblesse des organisations politiques stricto sensu
La droite comme forme quasiment déniée des partis politiques
La faiblesse du socialisme français
Les élus contre le parti
L’attachement de la droite à la « démocratie des notables »
Le poids des élus socialistes
Une thématique au cœur de « l’exception française » Quand la faiblesse des partis renvoie à celle des corps intermédiaires
Le double étalon de la faiblesse : le parti communiste français, les partis étrangers
Un comparatisme souvent rapide
Le parti communiste : le modèle du « parti »
Reconsidérer l’objet partisan Les limites de la problématique de la faiblesse des partis
Tropisme organisationnel et vulgate duvergérienne dans l’analyse historique des partis politiques
Pour une complexification de la question de la place des élus dans les partis et le rapport des notables à l’organisation
Revisiter la question des « notables »
La production partisane du notabilisme
L’indiscipline des élus
Revisiter l’histoire des élus locaux
La délimitation de l’objet partisan : effets de sources, contraintes d’archives et subjectivisme historique
Illégitimité de la forme partisane et déni du partisianisme
« La force des partis faibles »
Guillaume Mouralis

11. La « justice de transition » au risque des épurations

La RDA en procès (1949-2002)

Les limites des approches transitionnelles
Les temporalités différentielles propres aux phénomènes juridiques
Trois niveaux
Genèse procédurale et argumentative des procès de l’ex-RDA
La genèse est-allemande de la « Wende »
La genèse ouest-allemande de la guerre froide
L’héritage des procès ouest-allemands pour crimes national-socialistes

3e partie. Archives et savoirs d'État

Alain Chatriot et Claire Lemercier

12. Une histoire des pratiques consultatives de l’État

Quel (le) « politique » étudier ? Institutions, concepts, pratiques
Des échelles : durées et unités d’analyse
Faire l’histoire d’une (re)création institutionnelle avortée : les débats sur le rétablissement des corporations, 1804-1821
Étudier les pratiques de travail d’une institution : collégialité et division des tâches
L’incarnation d’un problème : les échelles d’une création institutionnelle
L’expertise négociée : entre paradoxe et évidence
Irene Di Jorio

13. La propagande de l’« État français » entre théorie, technique et action normative

Des brochures de propagande à leur « Lecteur Modèle »
Des « destinataires empiriques » au réseau de propagandistes (du texte au contexte)
Du réseau aux modèles sous-jacents
Des modèles aux savoirs : une ouverture à la « moyenne durée »
En guise de conclusion
Pierre-Yves Baudot

14. Le politiste et l’archive : de la critique archivistique à la problématisation

Analyser les funérailles des présidents de la République en France (1877-1996)

L’interprétation d’une tradition
L’autonomisation du Protocole
Gildas Tanguy

15. Archives, objet de contraintes ? Des rapports difficiles et parfois conflictuels du politiste avec ses sources

Pour une sociologie historique de l’institution préfectorale (1880-1940)

Petites histoires d’archives ou les difficultés de la « mise en intrigue »
Du traitement et des usages de l’archive
De la légitimité d’une enquête socio-historique sur l’institutionnalisation du corps préfectoral : révéler un impensé disciplinaire

Conclusions

Jean-Claude Caron

16. Mauvais genre ?

Réflexions sur l’interdisciplinarité ou point de vue d’un historien

Marc Lazar

17. L’histoire et la science politique

« Des convergences parallèles »

Histoire et science politique : un rapprochement réel mais hésitant
Science politique et histoire : une configuration complexe
Jacques Lagroye

18. « Historicisation » de la Science politique en France ?

Un souci d’Histoire…
Usages des travaux historiques
L’autonomie de l’espace politique
Singularités et invariants
La production historique des institutions
 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search