Version classiqueVersion mobile

Lire en communiste

 | 
Marie-Cécile Bouju

Conclusion

Texte intégral

1Accompagnant la transformation du PCF de secte politique en force politique nationale, ses structures éditoriales sont passées de l’office de propagande à l’édition. En décembre 1920, le PCF possédait la Librairie de l’Humanité, à la fois maison d’édition, librairie et bibliothèque. Elle vendait livres, brochures, revues, tracts, affiches, bustes en plâtre, insignes… En 1970, le PCF dispose d’un groupe d’édition, qui édite exclusivement des livres et des revues. En 1920, l’édition politique communiste signifiait publications d’actes de congrès, discours et histoire. En 1970, elles sont remplacées par les essais, la philosophie et l’économie politiques, l’histoire, les romans, les livres pour enfant et les livres d’art. Mais cette analyse est incomplète.

  • 1 A. Kriegel. Les Communistes français dans leur premier demi-siècle. Op. cit., p. 49.

2En 1920 comme en 1970, ces maisons d’édition doivent à la fois aider à la formation des militants (la propagande) et assurer la diffusion d’une littérature plus générale afin de provoquer ou maintenir l’adhésion des sympathisants et militants (l’agitation). Confirmant l’analyse d’Annie Kriegel1, cette répartition est schématisée par deux cercles concentriques, avec au centre la propagande et à la périphérie l’agitation. Si les textes destinés à la formation demeurent centraux, les romans, les biographies, l’histoire, les livres scientifiques, etc. constituent une ressource éditoriale dans laquelle le PCF puise suivant les besoins de l’actualité et de sa stratégie politiques du moment. Ces deux ensembles éditoriaux nourrissent la culture politique communiste. Par ces textes, les militants ont intégré, – même de manière superficielle – un vocabulaire, des symboles, des héros, des attitudes, des dates mémorables : Lénine, Staline, le « Fils du peuple » Maurice Thorez, André Marty et les mutins de la Mer noire, le PCF héritier des révolutionnaires de 1789, premier parti résistant de France, etc. Cependant, les éléments dont je dispose sur la diffusion ainsi que les rares études sur le sujet démontrent que cette culture livresque est dominée par les brochures, les textes courts (pamphlets, discours), par les livres d’histoire et les biographies, et non par les textes idéologiques, complets ou résumés, et surtout qu’elle est marquée par la vie politique française. La politique s’exerce dans un cadre local et une histoire nationale, même si elle se présente comme internationaliste.

  • 2 N. Ponsard. « Histoire de lecteurs ouvriers stéphanais des années 1930 à nos jours : un autre “voy (...)

3Matériellement, l’impact est essentiel. Le livre et la brochure sont omniprésents dans la vie militante : manifestations, tables de littérature, bibliothèques d’organisation ou personnelles… L’objet « livre » est devenu un objet militant, que le discours sur la lecture rend cependant difficile d’accès. Le Parti communiste entend pendant longtemps la lecture comme une pratique exclusivement militante. Jusqu’aux années soixante, elle n’est ni un loisir, ni source de plaisir. Le PCF combat, sans relâche, la littérature populaire, arme de la bourgeoisie pour corrompre et démobiliser le prolétariat. Marqués par la culture scolaire de la IIIe République, les dirigeants communistes expliquent aussi comment lire ces livres édités par le Parti. Cette vision utilitaire et scolaire de la lecture met le roman au second plan, contrairement à ce que font supposer les débats sur la littérature. Les militants intègrent très bien ces ambivalences, pratiquant de manière simultanée la lecture militante et la lecture de divertissement, tout en les hiérarchisant2. Ces injonctions se modèrent sensiblement dans les années soixante, lorsque la lecture n’est plus perçue seulement comme un phénomène de masse à contrôler mais aussi comme une pratique socialement discriminante. Défendre la lecture comme loisir, c’est désormais défendre les plus défavorisés. Au début des années soixante, le PCF finit par promouvoir la bibliothèque municipale comme lieu possible d’émancipation sociale, soit dix ans plus tôt que les autres partis politiques.

4La culture politique communiste française rassemble la culture bolchevique – où la politique prime sur tout avec la révolution comme le seul objectif –, la culture populaire, avec son anti-intellectualisme, et une culture scolaire, par ses modes d’appropriation des textes. Au début des années soixante, voulant toucher un public de plus en plus vaste et divers, la culture politique communiste, en se dilatant, altère sa cohésion. Défendre désormais la « lecture publique » ou la diffusion en librairie, c’est prendre le risque de négliger les pratiques militantes populaires, comme la désormais démodée bibliothèque de cellule ou la table de littérature. De même, l’attention croissante à l’égard de la culture de masse conduit à faire perdre aux éditions du PCF leur intérêt, au profit des grands éditeurs populaires « bourgeois » et des autres médias.

  • 3 Y. Siblot. « La Mémoire entravée : une trajectoire de libraire et de communiste sous tension ». So (...)

5Ces tensions sont le quotidien de ceux que le Parti n’appelle pas « éditeurs ». Pour la direction du PCF, il n’y a pas d’éditeurs à la tête de ses maisons d’édition, mais des techniciens au service de l’organisation. L’éditeur est le Parti lui-même. Cette perception heurte des militants qui se considèrent d’autant moins comme des exécutants qu’ils sont placés dans une position intenable : sans autorité politique et donc éditoriale, ils sont considérés pourtant comme responsables des échecs des maisons d’édition. Cette injustice est doublée d’une frustration, née pendant le Front populaire, de n’être pas considérés comme éditeurs au sein ni du Parti ni même de l’édition française. Ce sentiment n’est pas seulement affaire d’amour-propre blessé : il ne peut y avoir de politique éditoriale efficace et cohérente si une maison d’édition ne devient pas un lieu qui attire et défend ses auteurs. Et cela, un « permanent » qui suit les consignes de la direction ne peut le réaliser. Mais ils veulent aussi être reconnus au sein du Parti3. Seuls les responsables des Éditions sociales s’approchent de cette double reconnaissance, bien que l’appartenance de G. Besse au Comité central démontre que la source de l’autorité éditoriale est plus politique que professionnelle.

  • 4 P. Bourdieu. « Le Champ littéraire ». Actes de la recherche en sciences sociales, 1991, no 89, p.  (...)

6La figure de l’auteur est de fait longtemps fantomatique. La direction du PCF choisit des textes et non des auteurs. Contrairement aux éditions « bourgeoises », il n’est pas question de constituer un fonds de référence sur un auteur, sauf cas particuliers d’œuvres « canoniques », dont la référence est constitutive de la culture politique communiste. Cette exception est d’ailleurs fragile comme le prouve le faible enthousiasme avec lequel le PCF se lance dans l’édition du Capital. Cela est en complète contradiction avec les normes et règles qui régissent le champ littéraire : l’auteur existe par la reconnaissance de ses pairs et connaît des modes de rétributions matérielles et symboliques propres4. Lors de périodes critiques (les années trente, les années soixante), le Parti prend conscience que cette posture conduit à la fuite de textes politiques majeurs : non seulement, les rares éditeurs engagés s’en emparent, mais lorsque le marché est favorable, l’édition « bourgeoise » fait de même, jusqu’à publier des auteurs communistes, puisqu’elle est la seule qui permet d’obtenir la consécration littéraire ou universitaire. Cette marginalité est même accentuée par le Komintern et l’URSS qui comptent souvent bien plus sur les éditeurs « bourgeois » pour propager la parole bolchévique ou soviétique que sur les éditions du PCF.

7Ce sont les années 1950-1952, et non les crises de 1956 et de 1968, qui constituent un tournant décisif pour les intellectuels du PCF. Mis largement à contribution dans la propagande politique, les auteurs communistes vivent douloureusement les contradictions entre leur discipline militante, qui les condamnent dans le champ intellectuel, et leur ambition intellectuelle et artistique. Pour les universitaires qui gravitent autour des Éditions sociales, il n’est plus question de répondre à la demande éditoriale du bureau politique ou du département d’agit-prop : ils veulent écrire des textes engagés qui puissent être jugés sur des critères scientifiques. Pour les littéraires, il n’est plus question d’écrire des romans qui ne sont lus par personne et à peine défendus par le Parti lui-même.

8Les Éditions sociales, la Farandole et Cercle d’art réussissent plus ou moins ce pari. Les EFR, maison d’édition la plus engagée dans la Guerre froide, échouent. Les « universitaires », et les philosophes en premier lieu, réussissent à obtenir une certaine reconnaissance, qui annonce celle dont vont bénéficier les animateurs de La Nouvelle Critique et affichée lors du Comité central d’Argenteuil en 1966, y compris dans ses limites. Les années soixante sont l’âge d’or des éditions du PCF, puisque pour la première fois, les éditions proposent au public un vrai fonds d’édition, des œuvres de références. Cette reconnaissance tant attendue n’est pas totalement satisfaisante. Le renouveau du livre politique bénéficie à nouveau aux autres éditeurs engagés et même à ceux qui ne le sont pas.

  • 5 P. Bourdieu. « Une révolution conservatrice dans l’édition ». Actes de la recherche en sciences so (...)

9Après Costes ou Rieder dans les années vingt, Minuit, Maspero ou le Seuil jettent une ombre importante sur les éditions du PCF. Car leur histoire est traversée par maintes œuvres manquées : Le Capital édité par Costes qui repoussent aux calendes grecques la version du PCF, les œuvres du groupe « Philosophie », dont celles de Nizan ou Politzer, les romans d’Aragon, les travaux d’Althusser, La Question d’Alleg, Une journée d’Ivan Denissovitch de Soljenitsyne… Comme si les éditions du PCF passaient mécaniquement à côté de des œuvres majeures de la littérature politique du XXe siècle. Paradoxalement, ce sont les dirigeants eux-mêmes qui entérinent cet état de fait dans les années soixante, en fuyant leurs propres maisons d’édition pour les éditions « bourgeoises », tout en les maintenant dans un fonctionnement archaïque. Officiellement, les éditions du PCF sont victimes d’un « complot du silence » de la part de la presse bourgeoise et des grands diffuseurs. Sont-elles véritablement des « corps étrangers » au monde de l’édition française ? Si l’on analyse le monde de l’édition française comme un « champ éditorial », la position des maisons d’édition du PCF dans ce champ est en fait inexistante. Par leurs caractéristiques intrinsèques, elles appartiennent au champ politique5.

10L’édition française n’est pas un terrain neutre. L’édition politique est un marché, plus ou moins rentable suivant les périodes. Les éditeurs engagés sont rares et souvent économiquement condamnés à l’échec, survivant à peine pendant la crise des années trente et victime de la crise de l’édition de la fin des années quarante. La force des éditeurs « traditionnels » sur le marché du livre politique ne se mesure pas seulement à leur opportunisme, mais à leur capacité à trouver de nouveaux produits et services pour toucher le plus grand nombre : romans populaires, « livre de poche », distribution via les supermarchés… Alors qu’elles devraient idéologiquement se positionner en rupture par rapport à l’édition « bourgeoise » et ses pratiques, à partir des années trente les éditions du PCF normalisent leur production (l’abandon de la brochure pour le livre), usent de la publicité, reprennent à leur compte les clubs ou le livre de poche. Le seul domaine où le PCF maintient sa singularité est l’organisation de la diffusion. En 1970, le PCF fait un grand écart, qui va des tables de littérature à la vente en librairie, en passant par les ventes-signatures du Livre marxiste, les comités d’entreprise et les clubs de livre.

11Les maisons d’édition du PCF sont donc des entreprises bien particulières dans le monde éditorial et politique et dans l’histoire culturelle française. Les tensions entre discours ouvriériste et ambition culturelle, entre discipline militante et désir de reconnaissance de certains de ses intellectuels, entre désir d’intégrer l’espace éditorial et leur marginalité, entre spécialisation et désir d’éditer pour le plus grand nombre, ont constitué un héritage lourd à porter et difficile à transformer.

  • 6 N. Devers-dreyfus. « Madeleine Braun, fragments biographiques ». Annales de la Société des Amis de (...)
  • 7 Paulette Michel quitte la direction de la Farandole en 1975 (renseignement fourni par la famille).
  • 8 C. Combet. « La Farandole ». L’Édition française depuis 1945. Cercle de la librairie, 1998, p. 759 (...)
  • 9 Ceux de l’édition : dictionnaire biographique de l’édition et des arts graphiques. France Expansion (...)
  • 10 O. Godechot. Le Marché du livre philosophique. Op. cit., p. 11-28.
  • 11 Ministère de la culture. Politique du livre du Parti communiste, 1966-1977. 19890534, art. 3, Cent (...)
  • 12 A. Spire et J.-P. Viala. La Bataille du livre. Éditions sociales, 1976, 302 p. (Notre temps) ; - D (...)
  • 13 R. Priouret. « Entretien avec Robert Laffont ». L’Expansion, no 89, octobre 1975, p. 168-185 ; - C (...)

12M. Braun dirige les EFR jusqu’à sa mort en 1980, secondée par Ruben Melik, à partir de 19716. La Farandole reste dirigée conjointement par P. Michel7 et M. Gilard jusqu’au début des années soixante-dix, où leur succède Régine Lilensten. Elle demeure une des maisons de référence et des plus novatrices dans le monde de l’édition pour enfant8. Aux Éditions sociales, G. Besse est remplacé en 1970 par Lucien Sève, normalien, agrégé de philosophie et membre du Comité central9. Les années soixante-dix sont encore des années fastes. Elles figurent dans le groupe de tête des éditeurs de philosophie dans les années soixante-dix10. Pendant les années soixante-dix, le PCF confirme son engagement pour la défense du livre et de la lecture publique. En 1975, Guy Hermier, membre du Bureau politique en charge des questions d’édition, présente un « manifeste pour le livre11 », qui est suivi par un livre-programme, la Bataille du livre12. Cette condamnation du capitalisme d’édition est diversement appréciée par les éditeurs français13, mais les principes inspirent le volet culturel du programme commun.

  • 14 L. Sève. « Sur la publication de l’œuvre de Marx et d’Engels en France ». 1883-1983 : L’œuvre de M (...)

13Alors que la gauche monte en puissance, plusieurs signes marquent le reflux de la littérature politique. En 1976, les Semaines de la pensée marxiste sont interrompues. En 1979, l’Institut Maurice Thorez et le CERM fusionnent et fondent l’Institut de recherche marxiste, qui devient en 1995 Espace Marx. En 1983, L. Sève note « qu’après le “boom” éditorial sur le marxisme dans les années soixante, les Éditions sociales, presque seules à l’époque de la “mort de Marx” ont maintenu leur effort14 ». L’âge d’or de l’édition politique est passé.

  • 15 80 personnes sont licenciées : Bernard Alliot. « La Restructuration du secteur “livre” du PCF prov (...)
  • 16 A. Favier. « Les Éditions sociales et Messidor ». L’Édition française depuis 1945. Cercle de la li (...)
  • 17 J. Savigneau. « Antoine Stéphani et son double ». Le Monde, 11 juin 2004, p. vii ; - Alain Salles.(...)
  • 18 « Entretiens de Claude Mazauric avec Julien Louvrier ». Cahiers d’histoire, revue d’histoire criti (...)
  • 19 A. F. « Messidor à la recherche de solutions ». Livre Hebdo, no 22, 29 mai 1992, p. 43.

14La crise économique frappe l’appareil éditorial du PCF à la fin des années soixante-dix. C’est la faillite du CDLP en 197815. L’appareil d’édition est réorganisé. Les EFR et la Courtille fondée en 1971 fusionnent pour donner naissance à Temps actuels. En 1981, est créé le groupe Messidor, dans lequel sont rassemblées toutes maisons d’édition16, hormis Cercle d’Art dirigé à partir de 1982 par Philippe Monsel17. Claude Compeyron est placé à la tête de Messidor jusqu’en 1991 où il est remplacé par François Hilsum. L. Sève quitte les Éditions sociales en 1982, remplacé par Claude Mazauric, historien, agrégé de l’université et membre du Comité central. Les Éditions sociales se heurtent aux mêmes contradictions internes. En 1986, C. Mazauric démissionne18. Dans les années quatre-vingt, Messidor ne se relève pas d’une triple crise : politique, celle que traverse la gauche et en particulier le PCF ; intellectuelle, celle de la pensée marxiste face à une idéologie libérale renaissante ; économique avec la crise qui frappe l’édition française, crise redoublée pour le PCF par la disparition de l’URSS. Ces événements aggravent la situation, dont l’extrême difficulté à pénétrer le marché du livre. François Hilsum dénonce en 1992 « l’ostracisme dont souffrent les livres et les auteurs19 ».

  • 20 C. F. « Des repreneurs pour Biro, First, Delachaux et Niestlé et Messidor ». Livre Hebdo, no 37, 1 (...)
  • 21 « Journée de grève chez Scandéditions ». Livre-Hebdo, 15 avril 1994, no 112, p. 41 ; - « La 2e mor (...)
  • 22 Chant du Monde a été racheté par Hamonia Mundi en 1993.
  • 23 Le fonds est repris par : le Temps des cerises, dirigé par F. Combes, créé en 1993 ; La Dispute, c (...)

15Le 27 juillet 1992, Messidor est mis en liquidation judiciaire. Le groupe est alors d’une taille notable : 220 salariés, avec 200 titres par an, soit le double de la production des années cinquante. Après une tentative de reprise par Scandéditions20, le groupe est mis en liquidation judiciaire le 9 mai 199421. N’appartenant pas au groupe Messidor, seuls Cercle d’art et Chant du Monde survivent à cet effondrement22. Quant à la reprise des fonds, la mobilisation est inégale, forte pour les publications des Éditions sociales, inexistante pour les ouvrages à caractère littéraire23.

  • 24 C. Joseph. « Les rééditions de textes politiques aux Éditions La Découverte ». Mutations des indus (...)
  • 25 S. Noël. « La Petite Éditions indépendante face aux grands groupes ou le refus de l’uniformisation (...)

16Les crises de l’édition, économiques et sociales, ont aussi emporté d’autres maisons d’édition « politiques » : Maspero connaît de grandes difficultés dans les années soixante-dix et se transforme en Éditions la Découverte en 198424, de même que Champ libre dans les années quatre-vingt. Mais au moment où les éditions du PCF disparaissent, l’édition engagée renaît dans les années quatre-vingt-dix, avec Syllepse (1989), Raisons d’agir (1996) ou Agone (1997)25. Comme si l’édition politique, tel un phénix, devait renaître de ses cendres cycliquement tous les 20 ou 30 ans : les années 1880, la Belle Époque, les années vingt, la Libération, les années soixante, les années quatre-vingt-dix.

  • 26 J.-Y. Mollier. Le Camelot et la rue : politique et démocratie au tournant des XIXeet XXesiècles. O (...)
  • 27 C. Delporte. « Propagande politique ». Dictionnaire de la vie politique française au XXesiècle. PU (...)
  • 28 S. Olivesi. « De la propagande à la communication. Éléments pour une généalogie ». Cahiers d’histo (...)

17Cette renaissance est d’autant plus remarquable que le livre comme support de propagande politique de masse est mort depuis longtemps26, remplacé par de nouveaux médias (la presse, la radio, la télévision et enfin internet). Depuis les années soixante, les partis ont pris progressivement le virage vers la « communication politique » et s’adressent aux agences de publicités27. Désormais, la propagande revêts des habits neuf de la « communication28 ». La renaissance de l’édition politique des années 1990-2000 ne doit donc pas faire illusion : elle demeure économiquement marginale. En 2010, le livre conserve encore une symbolique forte, comme s’il donnait une autorité supplémentaire à la parole politique. Pour combien de temps encore ?

Notes

1 A. Kriegel. Les Communistes français dans leur premier demi-siècle. Op. cit., p. 49.

2 N. Ponsard. « Histoire de lecteurs ouvriers stéphanais des années 1930 à nos jours : un autre “voyage en culture ouvrière” ». Le Mouvement social, no 205, 2003/4, p. 61-86.

3 Y. Siblot. « La Mémoire entravée : une trajectoire de libraire et de communiste sous tension ». Sociétés & représentations, février 2001, p. 95-119.

4 P. Bourdieu. « Le Champ littéraire ». Actes de la recherche en sciences sociales, 1991, no 89, p. 4-46.

5 P. Bourdieu. « Une révolution conservatrice dans l’édition ». Actes de la recherche en sciences sociales, mars 1999, no 126-127, p. 3-28.

6 N. Devers-dreyfus. « Madeleine Braun, fragments biographiques ». Annales de la Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, no 11, 2009, p. 224-248.

7 Paulette Michel quitte la direction de la Farandole en 1975 (renseignement fourni par la famille).

8 C. Combet. « La Farandole ». L’Édition française depuis 1945. Cercle de la librairie, 1998, p. 759-760.

9 Ceux de l’édition : dictionnaire biographique de l’édition et des arts graphiques. France Expansion, 1977, p. 225.

10 O. Godechot. Le Marché du livre philosophique. Op. cit., p. 11-28.

11 Ministère de la culture. Politique du livre du Parti communiste, 1966-1977. 19890534, art. 3, Centre des archives contemporaines, Fontainebleau.

12 A. Spire et J.-P. Viala. La Bataille du livre. Éditions sociales, 1976, 302 p. (Notre temps) ; - D. Tartakowsky. « Parti communiste français et culture ». Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959. CNRS, 2001, p. 481-483.

13 R. Priouret. « Entretien avec Robert Laffont ». L’Expansion, no 89, octobre 1975, p. 168-185 ; - Colloque sur la situation de la littérature, du livre et des écrivains/sous la direction du Centre d’études et de recherches marxistes. Éditions sociales, 1976, 397 p.

14 L. Sève. « Sur la publication de l’œuvre de Marx et d’Engels en France ». 1883-1983 : L’œuvre de Marx un siècle après, colloque 17-20 mars 1983. PUF, 1985, p. 159-163.

15 80 personnes sont licenciées : Bernard Alliot. « La Restructuration du secteur “livre” du PCF provoque un grave malaise dans le personnel ». Le Monde, 21 octobre 1978.

16 A. Favier. « Les Éditions sociales et Messidor ». L’Édition française depuis 1945. Cercle de la librairie, 1998, p. 758-759.

17 J. Savigneau. « Antoine Stéphani et son double ». Le Monde, 11 juin 2004, p. vii ; - Alain Salles. « “Le Cercle” fête ses 50 ans d’art ». Le Monde, 5 mai 2000, p. 12.

18 « Entretiens de Claude Mazauric avec Julien Louvrier ». Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, no 104, 2008, p. 124.

19 A. F. « Messidor à la recherche de solutions ». Livre Hebdo, no 22, 29 mai 1992, p. 43.

20 C. F. « Des repreneurs pour Biro, First, Delachaux et Niestlé et Messidor ». Livre Hebdo, no 37, 11 septembre 1992, p. 33 ; - R. Rerolle. « Repreneur du pôle éditorial proche du PC, Scandédition a été mis en redressement judiciaire ». Le Monde, 9 mars 1994, p. 19 ; - La 2e mort de Pif. Le Monde, 11 mai 2004, p. 28.

21 « Journée de grève chez Scandéditions ». Livre-Hebdo, 15 avril 1994, no 112, p. 41 ; - « La 2e mort de Pif ». Le Monde, 11 mai 2004, p. 28.

22 Chant du Monde a été racheté par Hamonia Mundi en 1993.

23 Le fonds est repris par : le Temps des cerises, dirigé par F. Combes, créé en 1993 ; La Dispute, créé en 1997, dirigé par Richard Lagache.

24 C. Joseph. « Les rééditions de textes politiques aux Éditions La Découverte ». Mutations des industries de la culture, de l’information et de la communication. Colloque, septembre 2006, PDF : http://www.observatoire-omic.org/colloque-icic/pdf/Joseph1.3.pdf

25 S. Noël. « La Petite Éditions indépendante face aux grands groupes ou le refus de l’uniformisation culturelle : le cas des éditeurs “engagés” en sciences humaines ». Mutations des industries de la culture, de l’information et de la communication, colloque, septembre 2006. PDF: http://www.observatoireomic.org/colloque-icic/pdf/Noel1_5.pdf

26 J.-Y. Mollier. Le Camelot et la rue : politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe siècles. Op. cit.

27 C. Delporte. « Propagande politique ». Dictionnaire de la vie politique française au XXe siècle. PUF, 2003, p. 1016-1023.

28 S. Olivesi. « De la propagande à la communication. Éléments pour une généalogie ». Cahiers d’histoire, no 86, 2002, p. 13-28 ; - G. Chevrier. « De la propagande à la communication. L’Information enjeu de pouvoir, enjeu pour la démocratie ». Cahiers d’histoire, 2002, no 86, p. 9-12 ; - F. d’Almeida et C. Delporte. Histoire des médias en France. Flammarion, 2003, p. 287-292.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search