Version classiqueVersion mobile

Lire en communiste

 | 
Marie-Cécile Bouju

Quatrième partie. 1944-1956, entre propagande et édition politique

Chapitre XI. Diffuser la Guerre froide

Texte intégral

1Depuis 1932, le Parti communiste est confronté à deux modes de diffusion : une diffusion militante, qui repose sur la discipline de parti des camarades, à la fois distributeurs zélés et lecteurs attentifs, qui ne comptent ni leur temps ni leur argent ; une diffusion commerciale de masse qui doit se mesurer aux pratiques des « concurrents ». Mais, comme à la fin des années trente, la diffusion communiste se heurte à un « boycott organisé » par la bourgeoisie, à des pratiques culturelles populaires qui lui échappent et à l’impossibilité des militants de répondre à cette discipline de parti.

Entreprise de diffusion, organisations et commerce de librairie

  • 1 En euros constant. André Arnault, Administration au secrétariat : situation de trésorerie au 30 ju (...)
  • 2 Note, 8 avril 1949, Arch. PPo.
  • 3 Témoignage de Raymond Hallery.
  • 4 En euros constants. CDLP, 19 juillet 1952, Ga C12, Arch. PPo.
  • 5 Démission et nomination du gérant, 25 mai 1951, Arch. Tribunal de commerce de Paris, INPI.
  • 6 CDLP, 19 juillet 1952, Ga C12, Arch. PPo.
  • 7 Décisions. Secrétariat, 23 mars 1953, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 8 Annexes aux Décisions. Secrétariat, 4 novembre 1955, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis. Lorsque le Cent (...)
  • 9 Il est membre du Comité central depuis 1956. CDLP, mai 1958, Ga C12, Arch. PPo.

2Pour le CDLP, la Guerre froide est synonyme de désastre. Le 30 juin 1947, les dettes des fédérations représentent 589 000 euros1. En 1949, d’après la préfecture de police, la Banque commerciale d’Europe du Nord, chargée des transactions financières entre le PCF, les pays d’Europe de l’Est et l’URSS, refuse même de couvrir les dépenses du CDLP2. En septembre 1949, le PCF se penche donc à nouveau sur cet établissement malade. Le nouveau directeur du CDLP, R. Hallery, réduit et réorganise l’activité, faisant passer le nombre d’employés de 230 à 1103. La situation financière peine à se redresser. En 1950, le chiffre d’affaires atteint 1,370 million d’euros. Or, les bénéfices nets dégagés cette année-là couvrent difficilement les pertes cumulées depuis la Libération, soit environ 120 000 euros4. Symptôme de cette crise, les responsables changent à un rythme soutenu. En 1949, R. Hallery remplace G. Périlhou à la tête du CDLP – avant de se charger aussi des EFR. En 1951, il laisse la place à Henri Begot5, ancien résistant6. Le 23 mars 1953, Robert Brécy est nommé « directeur politique du C. D. L. P. », poste qu’il occupe jusqu’en 19557. En novembre 1955, André Voguet apparaît dans les archives de direction comme directeur du CDLP8. Né en 1913, il est instituteur, métier qu’il a exercé jusqu’à ce qu’il soit élu au conseil municipal de Paris en 19479.

  • 10 Apprendre, no 23, avril-mai 1953, p. 20-23.
  • 11 Répertoire des éditeurs. Cercle de la Librairie, 1963, p. 32.
  • 12 « À tous nos amis ». Amis du livre progressiste, février-mars 1952, p. 3.
  • 13 Il s’agit du catalogue de Chant du Monde. Amis du livre progressiste, février-mars 1952, p. 11.
  • 14 J. Duclos. « Le Livre progressiste et le combat du peuple français ». La Nouvelle Critique, mai 19 (...)
  • 15 « Amis lecteurs !… vous avez la parole ». Amis du livre progressiste, février 1954, p. 2-3 ; - BR. (...)
  • 16 Les Amis du livre progressiste (1952-1956) puis Messidor (1956-1957). En avril 1956, Messidor est d (...)
  • 17 « La Vie du Club ». Amis du livre progressiste, octobre-novembre 1955, p. 3.
  • 18 Amis du livre progressiste, mars 1954, p. 12.
  • 19 L. Aragon. Intervention. Op. cit.
  • 20 Apprendre, avril-mai 1953, no 23, p. 20-23.
  • 21 Apprendre, novembre 1953, no 25, p. 27-29.
  • 22 F. Dupuy, Intervention. Session du Comité central, 5-7 décembre 1952, Gennevilliers, 11 p., Fonds (...)

3À la Libération, tout portait à croire qu’il était possible de s’appuyer sur un réseau de librairies afin de toucher d’autres publics, le lectorat des classes moyennes et les professions intellectuelles. Mais ce réseau des « librairies de la Renaissance française » se développe peu10. Pour accroître ses possibilités de diffusion, le PCF utilise alors les méthodes des éditeurs « bourgeois ». En 1950, le Centre crée le « Club des amis du livre progressiste11 », copié sur le modèle à succès des clubs de livres : les clients du Club reçoivent un ou plusieurs livres par mois, contre un abonnement, à partir d’une liste constituée « des meilleurs livres parus récemment ou ayant un caractère d’actualité12 », ainsi que des disques13. Comme le rappelle publiquement J. Duclos, les Amis du Livre progressiste ont bien entendu une mission d’abord politique14. Si ce système rappelle celui de l’office d’avant-guerre, il s’en distingue sur trois points. Comme pour les concurrents « bourgeois », la présentation des livres est soignée et il s’agit de livres reliés15. Autre point commun avec le « marketing » des clubs, le Club des Amis du livre progressiste se dote d’un bulletin16. Enfin ce « produit » s’adresse plutôt à la classe moyenne. En 1955, le Club sort officiellement de la Guerre froide : l’adjectif « progressiste » disparaît17. Ce recours au système du club est non seulement un moyen de toucher un nouveau public mais plus fondamentalement de lutter contre la crise des éditions du Parti. La création du Club des amis du livre (progressiste) constitue un nouveau casus belli, entre les éditions du PCF et le CDLP, puisque le Club propose des livres qui ne sont pas édités par le PCF18. Le CDLP se permet de devenir éditeur et ne travaille même pas de concert avec les maisons d’édition du PCF19 ! Cependant la diffusion communiste repose toujours prioritairement sur la collaboration entre fédérations et CDLP, qui vise à la diffusion vers les cellules, entreprises, municipalités, enseignants20. Il faut encore et toujours « désigner un responsable à la littérature dans chaque cellule21 », « demander aux camarades de développer la vente militante », recourir à la « table de littérature », faire du « porte à porte », élargir « le réseau de nos colporteurs22 ».

  • 23 Répertoire des éditeurs. Cercle de la Librairie, 1948, p. 81.
  • 24 Répertoire des éditeurs. Cercle de la Librairie, 1956, p. 26, 34 et 96.
  • 25 R. Hallery. Situation E.F.R., 27 décembre 1955, 6 p. dact. et 3 p. d’annexes, 52, Fonds Aragon-Tri (...)
  • 26 Ibid.
  • 27 P. Abraham. « La Bataille du livre et les libraires ». Les Lettres françaises, no 311, 11 mai 1950 (...)
  • 28 [Placard sur la Bataille du livre], Imp. ICC, [1951], 10 p., 72 AJ A3, 165 PCF, MRN.
  • 29 N. Gérome et D. Tartakowsky. La Fête de l’Humanité, culture communiste, culture populaire. Messido (...)

4Après quelques hésitations, la diffusion auprès du public non militant est confiée aux maisons d’édition, mais selon une organisation différente d’avant-guerre : un seul établissement rend ce service pour les autres. En 1948, ce sont les éditions Hier et Aujourd’hui qui sont chargées de la diffusion du catalogue des Éditions sociales23. En 1956, ce sont les EFR qui sont chargés de cette tâche au profit de Cercle d’art, des Éditions sociales et Défense de la Paix24. En 1955, les EFR ne disposent que de trois représentants pour l’ensemble du territoire25. Or, la survie économique des éditions littéraires du Parti passe par la diffusion vers les lecteurs non communistes26. L’attitude des libraires vis-à-vis des « écrivains progressistes » est vivement dénoncée, comme le fait P. Abraham : « Ce que l’on est en droit d’exiger de lui [le libraire], c’est l’objectivité de son commerce. C’est-à-dire pratiquement la mise en vitrine de toutes les nouveautés progressistes, à parité de nombre et de durée avec les autres nouveautés27. » Il faut donc faire pression sur cette profession28. Pour contourner la difficile pénétration dans le monde de la librairie, le PCF dispose de manifestations, comme la traditionnelle Fête de L’Humanité29, la Bataille du livre de 1950 à 1952, ou encore le CNE et sa vente annuelle.

  • 30 « Manifestations culturelles ». Informations de l’Union nationale des intellectuels, 15 juin 1946, (...)
  • 31 G. Sapiro. La Guerre des écrivains, Op. cit., p. 649-670 ; J. B.. La Nuit d’Autun. Calmann-Lévy, 1 (...)
  • 32 En euros constants. VEN 1947, Fonds Aragon-Triolet, BnF.
  • 33 En euros constants. VEN 1950, Fonds Aragon-Triolet, BnF.

5À la Libération, le CNE avait monté différentes manifestations, conférences, réceptions, accueil d’écrivains étrangers. Le 26 juin 1946, il organise à Paris une vente de livres, dédicacés par leurs auteurs, avec la présence de célébrités de la scène et du cinéma30. Ces ventes, reconduites chaque année, aident en particulier les jeunes maisons, comme les éditions de Minuit. Politiquement, cette manifestation participe à la « défense du livre français », promue par le CNE, contre les pratiques jugées décadentes et influencées par le modèle anglo-saxon, et l’abandon de la « liste noire ». Son succès l’oblige à quitter la Maison de la Pensée française pour le Palais d’Orsay en 1951 puis le Vélodrome d’hiver en 1952. L’affluence prouve son succès populaire, mais la vente du CNE est aussi un « événement littéraire et mondain31 ». Les circonstances politiques en transforment la nature. En 1947, la vente donne lieu à un chiffre d’affaires de 17 400 euros32, dont 9,5 % au bénéfice des éditions du Parti communiste. En 1950, il est multiplié par trois, atteignant 52 900 euros, mais la part des éditions du PCF est de 63,7 % ! Les EFR à elles seules représentent 53 % des recettes, tandis que les éditions Gallimard se limitent à 4,80 %33. Pendant les années cinquante, Aragon s’inquiète du renouvellement des auteurs invités, qui doivent impérativement appartenir au CNE. La crise hongroise empêche la vente de 1956 de se dérouler normalement. Elle reprend par la suite, toujours soutenu à bout de bras par E. Triolet, avec l’appui communiste, mais a perdu son aura.

  • 34 Rapport de Fernand Dupuy, Comité central, 5-7 décembre 1952, Gennevilliers, p. 7, Fonds PCF, AD Se (...)
  • 35 P. Du Bois. « Guerre froide, propagande et culture (1945-1953) ». Relations internationales, no 11 (...)
  • 36 A. Chebel d’Appolonia. Histoire politique des intellectuels en France, 1944-1954. Tome II. Bruxell (...)
  • 37 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 349.
  • 38 Ibid., p. 391.
  • 39 Ibid., p. 278.
  • 40 Ce livre est écrit par Claude Aveline, André Chamson, Jean Cassou, Georges Friedmann, Louis Martin (...)
  • 41 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 391.

6Si, aux yeux des responsables politiques, les ventes ne sont jamais assez élevées, l’importance de la « diffusion des livres de l’ennemi » inquiète également34. En effet, différents livres ont été publiés en France et à l’étranger dénonçant les crimes du stalinisme et du système communiste35. Le mouvement a été lancé en 1946 par Arthur Koestler avec le Zéro et l’infini, qui a été un succès de librairie. Il continue en 1947 avec J’ai Choisi la liberté de Victor Kravchenko, qui entraîne un procès en 1949 avec Claude Morgan et André Wurmser, journalistes aux Lettres françaises36. Dans ce contexte de radicalisation des positions, le Parti communiste tente à nouveau – après l’affaire Koestler/Calmann-Lévy – de faire pression sur les alliés qui lui restent dans le monde éditorial. Et ils sont rares. À la Libération, Vercors avait refusé la proposition d’Aragon de fusionner les Éditions de Minuit avec la Bibliothèque française37, mais il n’a pu systématiquement ignorer son « avis » sur le contenu du catalogue. Aragon intervient pour que ne soient pas diffusés les Morts inutiles de François Wetterwald, au printemps 194638. En 1948, Minuit se résigne à voir un de ses romans, La Rage de Jacques Panijel, qui porte sur la Résistance, sabordé par le PCF39. Progressivement, Vercors refuse de suivre totalement le Parti. Il édite 1848, le Printemps des peuples, sous la direction de François Fejtö, puis L’Heure du choix, la déclaration collective de compagnons de route, qui définissent leur champ d’action aux côtés du PCF, dans l’attachement à un socialisme humaniste, ce que les communistes ne peuvent accepter40. La rupture est définitive entre Minuit et le Parti communiste avec la parution en 1951 de Voie libre, suite de l’Heure du choix, et de la Lettre aux directeurs de la résistance de J. Paulhan en 1952. Cette position est d’autant plus remarquable que la maison d’édition, au bord de la faillite, aurait pu profiter commercialement du soutien du réseau militant41.

  • 42 A. Simonin. L’Édition littéraire. Op. cit. ; - Pierre Seghers. Pierre Seghers, Seghers, 1973, p. 6 (...)
  • 43 Secrétariat. Décisions, 26 avril 1949, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

7Les Éditions Seghers prennent aussi leurs distances. Aragon a tenté de convaincre Seghers de confier sa revue Poésie 4… aux EFR. Seghers préfère l’abandonner plutôt que de choisir entre son indépendance et le Parti communiste42. En 1949, le Secrétariat interdit de diffusion dans le réseau des librairies de la Renaissance française un roman de Ramon Jose Sander, Noces Rouges, paru deux ans plus tôt, même si dans le même temps il est demandé à F. Billoux de « discuter avec Seghers43 ».

  • 44 « La Vie des lettres ». Les Lettres françaises, 26 avril 1946, no 105, p. 4 ; - Répertoire des édi (...)
  • 45 1946, collection « Explication de notre temps ».
  • 46 Les Éditions du Pavillon. No Registre 327 578 B, Registre analytique du Tribunal de commerce de la (...)

8Ultime moyen pour contourner le « boycott bourgeois » : utiliser des maisons d’édition « amies ». Raisons d’être a été fondée en 1945 par J. Billiet44 et a publié une dizaine de titres entre 1946 et 1952, dont la grande attaque du PCF contre J.-P. Sartre, Le Marxisme est-il dépassé ? de Victor Leduc45. Vers 1952, elle disparaît. Ne subsistent que les éditions du Pavillon, créées en 1947 par un militant, proche de Georges Valois, Roger Maria46, et les Éditions de la Paix.

  • 47 Bibliographie de la France. Annonces, 14 mai 1948, no 19, p. 53.
  • 48 Bibliographie de la France. Annonces, 1er octobre 1948, no 39, p. 2812.
  • 49 Bibliographie de la France. Annonces, 4 février 1949, no 5, p. 353.
  • 50 Bibliographie de la France. Annonces, 10 novembre 1950, no 45, p. 3764.
  • 51 Bibliographie de la France. Annonces, 30 mai 1952, no 22, p. 2187.
  • 52 Bibliographie de la France. Annonces, 26 septembre 1952, no 39, p. 3298.
  • 53 Bibliographie de la France. Annonces, 29 juin 1951, no 26, p. 2332.
  • 54 Bibliographie de la France. Annonces, no 5, 1er février 1952, p. 326. Ce procès a eu lieu en 1952 e (...)
  • 55 Bibliographie de la France. Annonces, 28 octobre 1949, no 43, p. 3203.

9La visibilité publique de la production éditoriale communiste passe aussi par l’achat d’espaces publicitaires, qui double par rapport à l’époque du Front populaire, et la publication de catalogues et bulletins commerciaux. Les arguments utilisés pour attirer l’attention des libraires sont toujours identiques à ceux des concurrents. Certes, le poids de l’événement politique est prégnant. Mais la banalité de l’argumentaire démontre la volonté de ses maisons d’édition de pénétrer le marché traditionnel du livre. La Jeune Garde de A. Fadeïv est « le plus grand succès de l’Union soviétique47 » ; le fameux numéro « Lyssenko » d’Europe s’adresse à « tout ceux qui s’intéressent au développement des sciences48 » ; « la critique est unanime pour louer le nouveau roman d’E. Triolet », l’Inspecteur des ruines49 ; Un homme véritable de Boris Polevoï « exalte les plus pures qualités humaines50 ». Pour vanter les mérites du roman de V. Pozner, contre l’impérialisme américain, Qui a tué O. Burrell ?, on annonce qu’il est « plus passionnant que le meilleur roman policier51 ». Idem pour la promotion des romans soviétiques auprès des femmes, pour lesquelles l’éditeur souligne qu’il y a là « de vrais romans d’amour52 ». Quant aux livres pour la jeunesse, la période des étrennes est propice à des campagnes ciblées, d’où la politique est absente. À partir de 1951, les vacances estivales deviennent une période commerciale fructueuse53. Le procès intenté en 1952 à l’égard de L’Internationale des traîtres, de R. de Jouvenel, est même un solide argument de vente : le scandale est comme ailleurs un puissant levier commercial, même si l’objectif premier du procès est de retourner l’argument du mensonge et de la propagande contre l’adversaire54. Il ne s’agit pas seulement de convaincre et provoquer l’adhésion mais aussi d’obtenir une véritable légitimité dans le champ littéraire ou scientifique, d’où des positionnements a priori surprenants. Ainsi, en 1949, le Diderot de H. Lefebvre vise explicitement le public étudiant, lectorat jusqu’alors ignoré en tant que tel55. Apparaît autour des années 1952-1953 – lorsque la crise des éditions du PCF est manifeste – un argumentaire pour des publics particuliers : les professions intellectuelles, les femmes et les enfants.

  • 56 L. Aragon. « Le roman et les critiques (La Bataille du livre) ». La Nouvelle Critique, juin 1950, (...)
  • 57 J. Gaucheron. « Romans. Pour la réimpression de la Tempête ». Europe, avril 1950, no 52, p. 112-11 (...)
  • 58 J. Kanapa. « M. Texcier, André Stil et la “propagande” ». L’Humanité, 12 mai 1950, p. 5.
  • 59 C. Grenouillet. Lecteurs et lectures des Communistes d’Aragon. Op. cit., p. 138.
  • 60 M. Nadeau. « André Stil, prix Staline ». Les Temps modernes, no 79, mai 1952, p. 2091-2099.
  • 61 Les Temps modernes, no 53, février 1950, p. 1622.

10Cette dépendance au marché du livre, passage obligé pour une diffusion de masse, contraint aussi à passer par les fourches caudines de la critique littéraire. Or, seules les revues communistes rendent compte de ces publications. Le sentiment d’être confronté à un mur domine. À l’instar de L. Moussinac pendant le Front populaire, Aragon parle de la nouvelle arme de l’ennemi, « le silence56 », Jacques Gaucheron du « silence de la critique réactionnaire57 », J. Kanapa de la « conspiration du silence58 ». Les critiques négatives valent toujours mieux que le silence, pense-t-on généralement dans le milieu de l’édition. Pendant la Guerre froide, les quelques critiques parues hors de la presse communiste sont parfois d’une rare violence, au risque d’enferrer davantage les EFR ou les Éditions sociales dans le ghetto des officines de propagande. Ainsi, Maurice Nadeau parle-t-il des Communistes d’Aragon comme de « brochures de patronage » dans Combat59 et écrit à la lecture du Premier Choc d’André Stil : « Tout comme le roman catholique, le roman communiste ne peut être que d’édification60 » ; Louis Dalmas qualifie Masques et visages de Tito et des siens de D. Desanti (éditions du Pavillon) de « livre hilarant61 ».

  • 62 Situation E.F.R., 6 et 3 p. dact., 6 p., 27 décembre 1955, 52, Fonds Aragon-Triolet, BnF.
  • 63 M.-C. Bouju. « Les maisons d’édition du PCF en 1956 : l’année de toutes les crises ? » Le Parti co (...)
  • 64 J. Verdès-leroux. Au service du Parti. Le Parti communiste, les intellectuels et la culture (1944- (...)

11Ce « silence » empêche la production éditoriale du Parti communiste de toucher le monde des libraires, ce qui pénalise surtout les EFR62. C’est une violence qui frappe éditeurs et auteurs du Parti. Si 60 % des auteurs sont des écrivains d’un unique livre63, les 40 % restant revendiquent un statut d’auteur à part entière. Ce sentiment et le besoin de reconnaissance des auteurs sont tardivement pris en compte par la direction du PCF. Certes, le Parti assure à certains la reconnaissance du monde militant64, mais les symboles de cette contre-société sont moins attractifs que ceux proposé par le marché de l’édition.

  • 65 Décisions. Secrétariat, 7 octobre 1946. Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 66 Renaud de Jouvenel. Confidence d’un sous-marin du P.C.F. Op. cit., p. 159.
  • 67 Lettre du CDLP à Elsa Triolet, 27 janvier 1956, Boîte 52, Fonds Aragon-Triolet, BnF.
  • 68 P. Daix. Tout mon temps : mémoires. Fayard, p. 321.
  • 69 Il y renonce en 1958 au profit des Éditions sociales. Contrat, 27 octobre 1958, 4 p., Fonds Mauric (...)
  • 70 Témoignage de Gilbert Badia.
  • 71 Décisions. Secrétariat, 24 février 1953, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

12L’existence de l’auteur, sa reconnaissance et sa rétribution matérielle, est un des serpents de mer des débats sur les éditions au sein du PCF. Pendant le Front populaire, le PCF avait adopté trois attitudes : pour ses textes fondamentaux, il n’existe pas d’auteurs mais des livres de commandes écrits ou traduits par des militants ; pour les autres, inscrits dans une politique d’alliance et d’ouverture, il s’adresse à des compagnons de route ; quant aux écrivains communistes, ils sont libres d’éditer ailleurs, ce qui leur permet de quérir la reconnaissance du milieu intellectuel et, par ricochet, de contribuer au prestige culturel du PCF. Ces principes sont remis en cause. En 1946, la direction doit « rappeler aux auteurs d’ouvrages, membres du Parti, qu’ils doivent donner la priorité pour l’édition de leurs ouvrages aux maisons d’édition contrôlées par le Parti65 ». Le PCF est quand même propriétaire de quatre maisons d’édition… Cet appel au devoir militant peine à être entendu. R. de Jouvenel rapporte un propos que lui aurait tenu F. Billoux : « Nous publions de mauvais livres, tu ne voudrais tout de même pas qu’on en paie les auteurs66. » Le désir d’être reconnu comme auteur par les milieux littéraires ou universitaires va de pair avec le paiement de droits. Certains ont bénéficié d’une rétribution. E. Triolet obtient 12 % des ventes pour le Cheval roux67. P. Daix se souvient que les droits représentaient entre 10 et 12 %, ce qui correspondait à la pratique courante dans l’édition française68. Même M. Thorez doit en théorie percevoir des droits d’auteur69. Mais G. Badia ne se souvient pas d’avoir été rétribué pour son travail de traducteur (« Je faisais mon travail de militant »)70. La question devient plus aiguë au début des années cinquante, lorsque se font sentir les premiers signes de démobilisation des intellectuels auprès du Parti71. Avant même la crise politique de 1956, pour certains écrivains, la rétribution symbolique et/ou matérielle du Parti ne suffit plus.

  • 72 O. Godechot. « Le Marché du livre philosophique ». Actes de la recherche en sciences sociales, déc (...)
  • 73 Étude du rôle de la commission. Réunion du 25 mars 1954, Fonds Guy Besse, Fonds PCF, AD Seine-St-D (...)

13Dans le milieu universitaire, cette question apparaît précocement et de manière apaisée. Les enseignants communistes ont longtemps peu publié aux éditions du Parti, leur préférant les éditeurs universitaires. De plus, dans le domaine philosophique, le PCF n’est guère implanté dans l’Université et les programmes d’enseignement et de concours ignorent le marxisme comme pensée philosophique72. Mais, la philosophie est la discipline reine de l’après-guerre et les circonstances politiques donnent au marxisme les moyens d’engranger le fruit des premières recherches des années vingt. Pour les intellectuels proches de La Pensée et la Nouvelle Critique, la Guerre froide est donc l’occasion de revendiquer le statut d’auteur ou créateur, à l’égal des auteurs des PUF ou de Vrin73. Les circonstances politiques leur sont plutôt favorables.

14Du côté des littéraires, la violence du « complot du silence » des critiques et des libraires n’a pas d’équivalent. Les romanciers communistes constatent rapidement que l’alternative est simple : être publié par le Parti et être ignoré, ou être publié par les éditeurs bourgeois et être lu et reconnu. Le 3 mai 1948, E. Triolet décrit à sa sœur la situation de la diffusion des livres d’Aragon et des siens :

  • 74 Titre d’un article paru dans L’Intransigeant.
  • 75 L. Brik et E. Triolet. Correspondance, 1921-1970. Op. cit., p. 248-249.

« Il est bien vrai qu’“Elsa Triolet ne vend plus ses livres74” pour cette simple raison que depuis plus de deux ans on ne les trouve plus en librairie, ils sont épuisés depuis longtemps et ne sont pas réédités. […]
Personne ne m’aime et les Fantômes [armés] parce que c’est moi et parce que c’est la Bibl. fr. ne sont pas mis sur les étales des librairies, mais il s’en vend quand même en dehors des librairies. […]. Les livres d’Aragocha se vendent très bien quand ils sont publiés chez Gallimard75. »

  • 76 M.-C. Bouju. « Les maisons d’édition du PCF en 1956 : l’année de toutes les crises ? » Op. cit.
  • 77 Contrat d’édition Pierre Courtade– Éditions Julliard, 10 juillet 1956, Arch. Pierre Courtade, IMEC (...)
  • 78 François Monod. Note complémentaire sur les EFR, 11 septembre 1956, 1 f. manusc., Fonds Aragon-Tri (...)

15Si Aragon reste un auteur Gallimard, ainsi qu’E. Triolet, ils ne sont pas les seuls à ne pas témoigner d’une fidélité exclusive à l’égard des éditions du Parti. Dès le début des années cinquante, les EFR perdent la plupart de leurs auteurs réguliers, communistes ou compagnons de route. Roger Vaillant est un auteur Corréa, Julliard puis Gallimard. C. Morgan quitte les éditions du Parti pour 1954 pour être publié exclusivement par Ferenczi. Hélène Parmelin rejoint Julliard en 195476, où P. Courtade la suit en 195677. F. Monod tente d’alerter la direction de cette menace de fuite des auteurs vers d’autres lieux en novembre 195678. La marginalisation des EFR est en marche.

  • 79 Conseil d’administration du Cercle : séance du 28 mars 1947. Bibliographie de la France. Chronique (...)
  • 80 Conseil d’administration du Cercle : réunion du 15 octobre 1954. Bibliographie de la France. Chron (...)
  • 81 Lettre du SNE à Guy Besse, 23 avril 1956, Fonds Guy Besse, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis (sur dérog (...)
  • 82 « Les plus forts tirages de l’édition française depuis dix ans ». Les Nouvelles Littéraires, 7 avr (...)

16Il existe un autre terrain où cette marginalisation est manifeste. Officiellement, grâce à la cooptation de rares camarades, les responsables des maisons d’édition du PCF font partie de la « grande famille » de l’édition française. J. Ducroux entre au Syndicat national des éditeurs en 194779, suivi de R. Hallery en 195480. C. Feld devient membre du syndicat en 1955, et G. Besse en 195681. Un événement prouve pourtant que cette intégration professionnelle est très relative. Le 7 avril 1955, les Nouvelles Littéraires font paraître une information qui fait sensation : les meilleures ventes de livres depuis la Libération82. Cette liste brille par une absence : aucune édition du Parti communiste n’y figure. Pour les communistes, c’est l’étiage : non seulement, ils ne sont pas parvenus à dépasser le monde des militants, mais leur rôle dans la vie culturelle et intellectuelle est nié.

17Les maisons d’édition du PCF présentent l’aspect de forteresses, bâties pour aider le Parti communiste à combattre ses ennemis. Mais ses entreprises de diffusion, même lorsqu’elles copient des modèles éditoriaux « bourgeois », ne parviennent pas à atteindre le public hors du monde communiste. Les circonstances politiques, qui font du PCF le premier ou second parti politique de France, ne sont pas suffisantes pour faire du milieu communiste un centre de production intellectuelle reconnu. La direction entend plus ou moins ces revendications, mais exprime une inquiétude plus vive encore à l’égard des lectures de la majorité de ses militants et de son électorat de prédilection, victimes de l’ennemi de toujours, la littérature populaire.

Lire pendant la Guerre froide

  • 83 Étienne Fajon. Rapport sur les questions idéologiques. Session du Comité central, 12-13 septembre (...)
  • 84 « Thèse sur la situation politique et les tâches du PCF, Les Travaux du XIIIe congrès du Parti com (...)
  • 85 « Conseils pour l’étude personnelle et collective de Fils du peuple de Maurice Thorez ». Apprendre(...)
  • 86 S. Téry. « Les Roses des BBL : la charrette de Noyelles-Godault… » L’Humanité, 30 septembre 1952, (...)
  • 87 É. Fajon. Apprendre pour vaincre. Éditions du PCF, 1945, p. 6.
  • 88 Apprendre, septembre 1951, no 12, p. 2-4.

18Les cadres et dirigeants du Parti rappellent continûment qu’il ne faut pas laisser le militant livré à lui-même, qu’il faut « aider les militants à orienter et à organiser leurs lectures83 ». Les cadres et la presse jouent toujours le rôle de guides, et en particulier la revue de la section idéologique du Comité central, Apprendre. Il faut « généraliser la causerie éducative de cellule, base et support de la lecture et de l’étude individuelle, qui sont l’essentiel dans le travail d’éducation d’un communiste84 ». Lors de la campagne de diffusion de Fils du peuple en 1949, Apprendre explique comment lire : il faut lire « le livre entièrement », puis le militant doit le reprendre chapitre par chapitre en prenant des notes. L’idéal est de terminer ce travail par une « étude collective », qui est « le meilleur moyen de développer, de vérifier l’étude individuelle85 ». Le modèle « scolaire » de cet art de lire se retrouve dans les modèles et le vocabulaire utilisé. L’ouvrage que tout communiste doit lire est forcément un « manuel » ou un « livre de chevet ». M. Thorez est le lecteur pris comme modèle, lecteur attentif, appliqué, discipliné86. Mais les camarades doivent toujours se méfier de la posture de l’intellectuel. En 1945, E. Fajon rappelle que si les nouveaux militants doivent s’astreindre à étudier, il ne faut pas que le PCF devienne une « secte livresque et impuissante87 ». A. Lecœur, qui a pourtant défendu le principe de l’étude individuelle, lance le même avertissement : « Le livre, chacun le sait, ne crée pas la direction, il ne donne pas de recettes toutes faites pour résoudre les problèmes politiques qui se posent devant les militants88. »

  • 89 L. Aragon. Intervention. Session du Comité central, 5-7 décembre 1952, Gennevilliers, p. 7, Fonds (...)
  • 90 « Multiplions les bibliothèques ! » La Nouvelle Critique, décembre 1947, no 2, p. 27-29.
  • 91 « Pour l’étude des ouvrages de Staline ». Apprendre, novembre 1949, p. 15-28.
  • 92 C. Grenouillet. « Les ambiguïtés d’une réception : Aragon et ses lecteurs (17 juin 1949) ». Recher (...)
  • 93 F. Billoux. Intervention. Session du Comité central, 22-23 octobre 1953, Drancy, p. 8, Fonds PCF, (...)

19Cette attitude met le PCF en porte à faux par rapport à ses romanciers. En effet, les romans sont considérés de facto sans valeur politique et militante. D’où l’indignation d’Aragon lorsqu’il s’adresse aux délégués du Comité central en 1952 : comment peut-on être communiste et ne pas défendre la littérature89 ? Pour réfuter cette accusation d’inutilité, il faut donner un sens politique aux romans : il n’y a de romans que d’apprentissage, un roman peut même être un « manuel ». En 1947, les romans peuvent (éventuellement) figurer dans les bibliothèques de cellule90. À partir de 1949 on en trouve dans des bibliographies destinées à la formation politique91. La présentation du roman d’Aragon, les Communistes, en 1949, à la Grange-aux-Belles, est l’exemple de cette confusion des genres : un roman devient un manuel d’éducation politique et d’histoire militante. Il est « utile parce que “vrai” », comme l’analyse C. Grenouillet92. À partir de 1953, les cadres dirigeants incluent désormais officiellement la littérature romanesque dans la liste des ouvrages à lire impérativement par le militant idéal, à condition qu’elle ait une finalité politique : « Nous avons à développer le goût de la bonne lecture, la lecture du livre théorique comme la lecture du bon roman qui instruit tout en distrayant93. »

  • 94 J. Fréville. « Pour une critique marxiste ». L’Humanité, 29 juin 1946, p. 4.
  • 95 L. Durand. « Les Fourberies littéraires ». L’Humanité, 23 janvier 1948, p. 4.
  • 96 J. Laffitte. « La Littérature de la Résistance ». L’Humanité, 30 décembre 1948, p. 3.

20Cette vision pragmatique et utilitariste du roman s’accompagne de la lutte contre le « mauvais livre » qui affiche une excellente santé économique. La première attaque concerne d’abord les livres et auteurs dont la valeur est reconnue par le monde littéraire, comme les œuvres de J.-P. Sartre94. Puis, à partir de 1948, le PCF mène campagne contre le retour sur la scène littéraire des écrivains qui ont figuré sur la liste noire, ou auraient dû s’y trouver selon ses critères. La Guerre froide renforce la violence des attaques en créant des amalgames, l’écrivain « collabo » pouvant tout aussi bien être A. Gide que V. Kravchenko95, les livres des anciens proscrits étant placés au même rang que les livres américains96.

  • 97 Ch. Moulin. « Le roman à 3 fr. 50 ou la lecture pour le peuple ». Les lettres françaises, 18 janvi (...)
  • 98 Op. cit.
  • 99 A. Dumeix. « Les vénéneux narcotiques du Reader’s Digest ». L’Humanité, 24 octobre 1947, p. 4.
  • 100 S. Téry. « Les Digest indigestes ». L’Humanité, 18 juin 1949, p. 6.

21Mais les journalistes communistes se heurtent à nouveau au succès du roman populaire : « Toutes les pages suent le mensonge et la duperie ; le bon ami, le bon châtelain, le bon serviteur, le bon ouvrier, monde aimable où chacun est heureux à la place que le destin lui a assignée », écrit C. Moulin97. À partir de 1947, de nouveaux produits éditoriaux sont lancés sur le marché. E. Fajon s’offusque de la « diffusion à bas prix et à grand tirage, dans notre jeunesse d’une sélection de la revue américaine Reader’s Digest98 ». Le vocabulaire et les arguments utilisés sont identiques à ceux rencontrés avant 1939 : on pointe du doigt « les couvertures photographiques de couleur tapageuse » et ses méfaits sur « les consciences fraîches et disponibles de milliers de jeunes gens de chez nous99 ». Cette production inquiète d’autant plus qu’elle rencontre un succès rapide et considérable et qu’elle est lue aussi par les plus modestes, donc par l’électorat « naturel » du PCF100.

  • 101 « L’Amérique dégrade l’esprit ! » L’Humanité, 24 octobre 1947, p. 4
  • 102 « Le Livre français en péril ». L’Humanité, 23 janvier 1948, p. 4 ; - Alerte ! L’Humanité, 24 octo (...)
  • 103 P. Roger. Rêves et cauchemars américains : les États-Unis au miroir de l’opinion publique français (...)

22Les communistes donnent une interprétation commode à ce phénomène ancien qu’est le développement de la culture de masse. C’est bien l’Amérique qui met la main sur les médias français et enlaidie la culture populaire, à en croire L’Humanité : « À la faveur d’accords économiques et culturels, l’Amérique de Truman installe au cœur même de notre pays ses entreprises de propagande, envahit nos maisons d’édition et nos librairies, s’approprie nos écrans, distribue ses revues et ses hebdomadaires. Toute la réaction lui prête main-forte, met à son service ses propres moyens de diffusion101. » La crise de l’édition française est le résultat d’un complot ourdi outre-Atlantique102. Ces réactions sont grosso modo identiques dans le domaine du cinéma103.

  • 104 M. Lyons. « Les nouveaux lecteurs au XIXe siècle : femmes, enfants, ouvriers ». Histoire de la lec (...)
  • 105 F. Lhomeau. « Les débuts de la Série noire ». 813, 1995, no 51-51, p. 5-17.
  • 106 R. Maublanc. « Romans policiers et romans populaires ». La Pensée, juillet-août 1947, no 13, p. 92 (...)
  • 107 H. Parmelin. « Désir de lire ». L’Humanité, 31 juillet 1948, p. 3 ; - Le Trait d’union des BBL, [a (...)
  • 108 S. Giet. Nous Deux 1947-1997 : apprendre la langue du cœur. Op. cit., p. 4 et 17.
  • 109 « Les jeunes filles déchirent Rêves ». L’Humanité, 16 février 1950, p. 5.
  • 110 S. Giet. Nous Deux, parangon de la presse du cœur : transformation des formes, métamorphoses de l’ (...)
  • 111 A. Monjo. « Les enfants français continuent à fréquenter chaque jeudi les gangsters et les pin-up (...)
  • 112 J. Lala. « La littérature enfantine doit trouver sa voie ». L’Humanité, 17 mai 1956, p. 2.
  • 113 H. Psichari-renan. « Tarzan ou Hugo ? » Les Lettres françaises, 29 avril 1954, no 513, p. 6.

23Les attaques à l’égard de la littérature populaire concernent toujours les romans policiers, les romans sentimentaux et les publications destinées aux enfants, publications qui touchent des publics dont le soutien électoral présent et à venir importe au Parti. Le PCF fait plus que jamais attention à ces lectorats depuis longtemps considérés par les élites et médiateurs culturels comme par « nature » fragiles : les femmes et les enfants104. Les romans policiers sont un genre dangereux car leur « attrait est indéniable, même sur un public cultivé », comme l’écrit R. Maublanc. C’est de surcroît un secteur prospère, à l’image de la collection Série noire105. La corruption, la bêtise, l’immoralité sont les caractéristiques les plus courantes de cette « littérature fâcheusement commerciale et niaisement réactionnaire ». R. Maublanc signale cependant au lecteur certains titres qui lui ont plu106….Les femmes sont non seulement devenues des acteurs politiques, mais elles sont aussi de grandes lectrices depuis le début du siècle. C’est l’Union des femmes françaises qui patronne la collection des éditions Hier et Aujourd’hui, Désir de Lire, collection destinée au « foyer », c’est-à-dire à la fois aux femmes et aux enfants107. Les femmes sont menacées par la littérature sentimentale, que le Parti avait déjà dénoncée dans les années trente. Ce secteur éditorial connaît une nouvelle période faste grâce au roman-photo créé par les Éditions mondiales, dirigées par Cino Del Duca, avec des titres phares comme Nous Deux créé en 1947. Ce titre connaît un succès considérable, atteignant un tirage de 1,5 million d’exemplaires en 1954108. Les arguments utilisés pour détourner les femmes de cette littérature sont pauvres : « Elles [les jeunes filles membres de l’UJFF] continueront à boycotter cette presse pourrie des Rêves et Rien que pour toi qui veulent détourner par leurs mensonges les jeunes filles de la lutte véritable109. » Le PCF n’est pas seul à combattre une telle presse : les catholiques sont également mobilisés110. L’originalité des propos lus dans la presse communiste sur l’état de la presse enfantine, par rapport aux militants laïques ou catholiques, n’est pas frappante. Comme eux, Armand Monjo établit un lien de cause à effet entre la presse illustrée d’inspiration américaine et la « criminalité enfantine111 ». Au milieu des années cinquante, la presse d’inspiration américaine ayant été affaiblie et concurrencée, le PCF change de combat. Il faut lutter pour une littérature enfantine de qualité, avec une véritable ambition morale, pédagogique et esthétique. Pour Jeannette Lala, deux « camps » s’opposent : « L’un puise le merveilleux dans le passé, l’autre cherche des thèmes dans le monde actuel112. » Le premier camp, déjà dénoncé dans les années trente, est défendu par les mêmes éditeurs, comme Hachette et sa Bibliothèque Rose, dont Henriette Psichari-Renan estime que « pour avoir changé de couleur, […] n’a pas changé de mentalité, réédite pour la cent millième fois Mme de Ségur qui met en scène des petites filles qui battent leur bonne, des mères qui donnent raison à l’enfant contre la bonne, nous n’acceptons pas que nos filles soient contaminées par de tels exemples ». De même, le succès de Signe de piste, modèle de la littérature scout, du côté des alliés catholiques, conduit à qualifier ces livres de « malsains ». Le projet éditorial à défendre est difficile à bâtir, reconnaît-elle : « Reste encore pour les écrivains un vaste domaine, celui de la Vertu [sic] : la famille unie, un pays prospère, un écolier sage… mais le jeune lecteur baille d’ennui. Il est mûr pour recevoir dans la cour de récréation des mains d’un camarade un Tarzan bien faisandé113. » La Farandole et Vaillant sont la réponse à cette interrogation.

  • 114 « Les Vacances !… Avec le temps du repos, voici venir le temps de la lecture ». L’Humanité, 18 jui (...)
  • 115 « Ce qu’on lit… dans le XVe ». L’Humanité, 23 juin 1949, p. 4.

24Mais cette mauvaise littérature se vend, cette mauvaise littérature est lue. La fin de la Guerre froide permet de réfléchir plus posément au sujet114 : le succès des romans populaires oblige à reconnaître que ces lecteurs y trouvent un certain plaisir. Il faut bien s’y résigner mais il faut aussi se contraindre à proposer aux « amateurs de romans d’aventure » « des lectures saines115 ».

  • 116 A. Pagnier. Le Livre de poche : histoire des premières années d’une collection (1953-1961). Op. ci (...)
  • 117 J. Gaucheron. « Pour le 20e anniversaire des Cloches de Bâle ». L’Humanité, 22 juin 1954, p. 2.
  • 118 P. Seilhac. « Des éditions populaires des grands auteurs classiques et modernes ». Les Lettres fra (...)

25Toutes ces initiatives de l’édition française pour accroître ses parts de marché ne sont pas condamnées. Ainsi, on ne trouve pas d’attaque à l’encontre des clubs de Livres, ce qui s’explique sans doute par l’existence du Club des amis du livre (progressiste). En 1953, Hachette crée le Livre de poche116. Là encore, aucun assaut lancé contre ce vieil ennemi de l’édition et de la presse, inspiré en partie de l’exemple américain. Au contraire. On salue l’édition en poche des Cloches de Bâle d’Aragon, comme Jacques Gaucheron qui y voit, à juste titre, une « carrière nouvelle » pour le livre, ce roman entrant « dans un circuit de très grande diffusion117 ». Pierre Seilhac s’en félicite également : « Il est enfin possible chez nous, à tous ceux qui lisent, de se procurer de grandes œuvres des classiques ou modernes […], à des prix qui n’atteignent pas le tiers, voire le quart des éditions ordinaires118. »

  • 119 A. Wurmser. « Chez Jeumont, à la plaine Saint-Denis : le romancier est au réfectoire ». L’Humanité(...)

26En 1950, A. Wurmser rapporte les propos d’un « cheminot de Pantin » : « Vois-tu, […], il y a deux sortes de livres : les instructifs (j’entends bien : Prix-salaires-profits, l’Histoire du Parti bolchevik…) et les amusants (hélas : ces choses qu’on parcourt en pensant à autre chose et dont on dit, après les avoir lues : “Qu’il faut donc être bête pour lire des trucs pareils !”) Alors, les romans119 … » Le discours communiste a finalement produit non pas deux catégories de livres (les « bons » et les « mauvais ») mais trois : les « instructifs » (les livres des Éditions sociales, les « bons livres », que l’on doit lire pour devenir un bon militant), les « amusants » (la littérature populaire de masse, donc les « mauvais livres », que l’on lit malgré les injonctions du Parti) et les « romans » (les livres des EFR, les classiques, que le Parti communiste défend relativement faiblement et qui sont peu lus).

  • 120 « Nouveaux supports, nouveaux lieux de lecture : de la bibliothèque à la médiathèque ». Discours s (...)

27Pendant les années cinquante, les livres ont largement occupé l’espace public (articles, tables de littérature, Bataille du livre…). Sont-ils lus ? Beaucoup moins que ne l’espère le Parti, c’est certain. Ils sont concurrencés par la croissance de la culture de masse (livres populaires mais aussi cinéma, radio, sport…). Les romans des EFR sont les premiers touchés par l’indifférence des communistes, à la fois disqualifiés par l’indifférence du Parti à l’égard des romans et concurrencés par la littérature populaire. Toutefois, si les communistes énoncent un discours où le livre est un objet utilisé pour la seule formation, les intellectuels – en particulier ceux qui ont participé à la Bataille du livre – se rapprochent des autres acteurs sociaux et prescripteurs de lecture, les enseignants en particulier. Pour ces derniers, l’encouragement à la lecture prime désormais sur les interdits120, inaugurant un autre discours qui se développera pendant la décennie suivante et dont on trouve des traces pendant la grande bataille culturelle du PCF des années cinquante, la Bataille du livre.

La Bataille du livre et ses bibliothèques

28La « Bataille du livre », une des manifestations politico-culturelles les plus spectaculaires menées par le Parti communiste français pendant la Guerre froide, donne au discours du PCF sur la lecture une nouvelle vigueur. Les origines de la Bataille du livre sont diverses : elles puisent à la fois dans la situation économique et intellectuelle du monde de l’édition, dans les idées propres à E. Triolet et dans la stratégie politique du PCF.

  • 121 G. Sapiro. « Formes et structures de l’engagement des écrivains communistes en France. De la “Drôl (...)
  • 122 P. Fouché. « Les actions de promotion pour la lecture ». L’Édition française après 1945. Cercle de (...)
  • 123 F. Billoux. « Premiers enseignements de la Bataille du livre ». La Nouvelle Critique, juin 1951, p (...)
  • 124 T. Crépin. « Le Comité de défense de la littérature et de la presse pour la jeunesse : les communi (...)
  • 125 L’Association est placée sous la direction de Marcelle Auclair. Dans S. Giet. Nous Deux 1947-1997  (...)
  • 126 « Des Comités de défense se constituent en France ». Pour une paix durable, pour une démocratie po (...)
  • 127 T. Crépin. « Haro sur le gangster ! » : la moralisation de la presse enfantine, 1934-1954. CNRS Éd (...)

29Défendre le livre est dans l’air du temps. Un Comité de défense du livre français avait été créé le 5 juillet 1948121, en concurrence de la Commission nationale du livre français à l’étranger créée le 9 juin de la même année, et du Syndicat national des Éditeurs qui lance en 1949 une « Campagne de propagande en faveur du livre », renouvelée jusqu’en 1952122. Le Comité est aussi l’équivalent du Comité de défense du cinéma (1947)123, du CDLPJ (1949)124 et de l’Association pour la dignité de la presse féminine (1951)125. Ces organisations sont à la fois une réponse aux inquiétudes des milieux professionnels concernés, une forme de mobilisation contre le plan Marshall, comme cela était demandé par le Kominform126, un moyen de mobiliser les non communistes sur un thème fédérateur, et un vecteur de la lutte contre la « mauvaise » culture populaire127.

  • 128 G. Sapiro. « La politique culturelle d’Elsa Triolet au CNE (1949-1951) ». Op. cit., p. 205-221 ; - (...)
  • 129 P. Seghers. « Le livre et le bossu ». Les Lettres françaises, no 303, 16 mars 1950, p. 1.
  • 130 M.-T. Eychart. « “Je sais la force des mots” : de L’Écrivain et le livre à la Bataille du livre ». (...)
  • 131 L. Brik et E. Triolet. Correspondance, 1921-1970. Op. cit., p. 258.
  • 132 E. Triolet. L’Écrivain et le livre ou la suite dans les idées. Éditions sociales, 1948, p. 73.

30Une des premières opérations menées par le Comité de défense du livre français est l’organisation de « Journées du livre » à Paris, sur une idée d’E. Triolet : c’est l’échec. E. Triolet parlera de la « résistance passive et active qu’en exerçaient d’autres contre toute action commune128 ». Souvenirs identiques chez P. Seghers qui écrit : « Hélas ! les réticences, les oppositions devaient être plus nombreuses que les concours, et l’idée dut être provisoirement abandonnée129. » La défense du « livre français » devient un des thèmes récurrents des conférences que prononça E. Triolet en 1947 et 1948. Elle défend notamment le modèle soviétique d’écrivains partant à la rencontre des lecteurs et non lecteurs, pour hausser le niveau culturel du peuple et les conduire à la conscience politique130. En juillet 1948, elle synthétise l’ensemble de ses positions politiques dans un ouvrage, L’Écrivain et le livre, ou la suite dans les idées, qui rassemble articles et conférences, écrits et prononcés en 1947-1948131. Le fait que l’ouvrage soit édité par les Éditions sociales montre l’importance que la direction du Parti accorde à son propos. La référence à la Résistance y est constante. Elle pointe les menaces qui pèsent sur le monde des lettres épuré après la guerre : les auteurs attachés à une fausse neutralité, la littérature du scandale (sous influence américaine) et le retour des auteurs de la « liste noire ». Ce livre se refuse donc à faire le deuil des espoirs de la Libération. E. Triolet reprend aussi à son compte un discours véhément à l’égard de la crise de l’édition, suite à l’échec du Comité français du Livre. Elle tente ainsi de combattre la diffusion moindre des œuvres des écrivains communistes et des compagnons de route, et de lutter contre le « complot du silence » de la presse et des libraires. Elle conclut sur la nécessité de « chercher les moyens pour se passer d’eux [les libraires] et atteindre les lecteurs sans intermédiaire132 ».

31La Bataille du livre n’a pas seulement été rendue possible par la filiation de la défense du livre français avec un modèle soviétique, et par le refus de la marginalisation des communistes dans le monde de l’édition et de la librairie. Outre la forte personnalité de son inspiratrice et future animatrice, il y a l’impulsion déterminante du pouvoir politique.

  • 133 M. Lazar. « Les “Batailles du livre” du Parti communiste français (1950-1952) ». Vingtième siècle, (...)
  • 134 « La Bataille du livre ». Apprendre, juin 1950, no 9, p. 25-26.
  • 135 Les Rendez-Vous de l’espérance [film], 1950, Ciné Archives. On voit dans ce film ce qui est décrit (...)

32Comme le souligne Marc Lazar, la Bataille du livre ne peut se comprendre sans tenir compte de la campagne de défense de la paix lancée en 1949 par le Kominform133. C’est dans le cadre de cette campagne que la Bataille est organisée. La section idéologique la présente même comme une réponse aux tâches fixées par le Kominform134. Cette origine politique s’incarnera notamment avec la Bataille du livre organisée dans la région de Nice en août 1950 qui fusionne avec la rencontre de la jeunesse franco-italienne mobilisée sur la signature de l’Appel de Stockholm135. Enfin, la direction du Parti communiste n’est pas néophyte en matière d’organisation de vastes campagnes de diffusion de livres, avec pour schéma la rencontre de l’auteur avec ses lecteurs : pendant l’été 1949, elle a promu les Communistes d’Aragon, pendant l’hiver 1949-1950 et le printemps 1950 Fils du Peuple de M. Thorez. Elle sait l’impact de ces manifestations publiques, qui permettent de lutter par des biais autres que la simple manifestation de rue ou la campagne de presse.

  • 136 G. Sapiro. « La politique culturelle d’Elsa Triolet au CNE (1949-1951) ». Op. cit.

33Toutefois, il n’y a aucune trace de l’organisation de la Bataille du livre dans les archives du Bureau politique et du Secrétariat du PCF. Si cette manifestation reprend des thèmes politiques propres au PCF et à ses organisations de « masse », elle dépend surtout étroitement de l’aide d’une personnalité, F. Billoux, et des Fédérations du Parti. La Bataille n’aurait pu être réalisée sans le soutien de ce camarade, membre du Secrétariat, député des Bouches-du-Rhône, et responsable des éditions. C’est à la fois comme cadre dirigeant et responsable des éditions qu’il soutient E. Triolet et lui propose de commencer sa campagne par Marseille136. Enfin, la Bataille bénéficie du soutien du CNE (qu’E. Triolet dirige) et de l’UNI. C’est une opération organisée par le Parti communiste (fédérations, organisation de masses), mais non par sa direction. La multiplicité de ses soutiens en fait aussi sa fragilité. La Bataille du livre peut s’interrompre à tout moment si l’un de ces alliés se retire.

  • 137 Les « Batailles » : Bouches-du-Rhône (Marseille), 19-26 mars 1950 ; Paris et sa banlieue, 24 avril (...)
  • 138 G. Domenech et S. Rycine. La Bataille du livre, 1950-1952. Op. cit., p. 125.

34Cette Bataille est menée de mars 1950 à juin 1952. Pendant plus de deux ans, 15 manifestations sont organisées. Elles durent chacune une semaine environ, mais parfois près d’un mois comme à Paris en avril-mai ou dans le Nord en juin-juillet 1950137. Elles ont lieu dans des départements où le PCF est bien implanté, ce qui s’explique à la fois par le souci d’obtenir un accueil a priori plus chaleureux qu’ailleurs et aussi par l’appui logistique nécessaire apporté par les Fédérations. En effet, dans chacune de ces batailles, leur appui est indispensable, tant pour assurer l’organisation matérielle que la présence du public138. La première Bataille a lieu à Marseille, du 19 au 26 mars 1950. E. Triolet déclare à l’Humanité :

  • 139 « Du 19 au 26 mars 1950 : semaine du livre ». L’Humanité, 3 mars 1950, p. 5.

« Cet instrument de culture essentiel qu’est le livre, il est bien que le Parti communiste ait pris l’initiative de le répandre. Ce qui n’a pas pu être fait avec le Comité du livre français à cause de la résistance passive de ceux qui semblaient les premiers intéressés, c’est nous qui allons le faire.
Le livre est fait pour être lu. Diffuser le livre – je pense en particulier aux libraires – c’est jouer un grand rôle dans la vie intellectuelle du pays en orientant les lectures des gens139. »

  • 140 L. Brik et E. Triolet. Correspondance, 1921-1970. Op. cit., p. 347.
  • 141 J. Verdès-Leroux. Au service du Parti. Op. cit., p. 177-178.
  • 142 D. Desanti. Les Staliniens, une expérience politique, 1944-1956. Marabout université, 1985, p. 345
  • 143 J. Bouissounouse. La Nuit d’Autun. Calmann-Lévy, 1977, p. 196.

35Les débuts sont prometteurs, à la surprise même d’E. Triolet. Elle écrit à sa sœur le 18 août 1950, « cette histoire a pris une ampleur que je ne soupçonnais pas au début140 ». La rencontre de l’auteur et son lecteur est organisée par des signatures, conférences, lectures, expositions, dans des lieux les plus variés. Cet événement doit aussi, espère-t-on, permettre aux auteurs militants d’apprendre du peuple même, par ses réactions à la lecture de leurs œuvres, afin d’être toujours au plus près de la « vérité », de la lutte141. Dans ce contexte d’isolement politico-culturel pour les intellectuels communistes, « la bataille du livre remontait notre moral d’“écrivain du peuple” », écrit Dominique Desanti142. « Nous laissions des livres partout, écrit Jeannine Bouissounouse, et nous avions l’enivrante certitude que, grâce à nous, la France populaire, la France des travailleurs, se mettait à lire. Cette illusion dura un certain temps143. »

  • 144 M. Lazar. « Les “Batailles du livre” du Parti communiste français (1950-1952) ». Op. cit.
  • 145 « Au pays de Staline ». Les Lettres françaises, 10 août 1950, no 324, p. 8.

36La Bataille mobilise 63 « écrivains combattants », ainsi qu’on les dénomme, et fait appel parfois à d’autres personnalités, comme P. Picasso en août 1950 à Nice ou l’abbé Pierre en décembre 1950. Quasiment tous sont des militants communistes ou des compagnons de route. Ces écrivains ne sont pas assidus pendant toutes les campagnes, qui mobilisent entre 4 et 23 auteurs. M. Lazar a relevé les plus présents : A. Wurmser (13), G. Soria (12), P. Daix (11), P. Abraham (9), R. Garaudy (8), J. Marcenac (8), D. Desanti (7), P. Gamarra (7), F. Grenier (7), C. Morgan (7), R. de Jouvenel (6), J. Kanapa (6)144. Ils n’ont pas seulement en commun un engagement politique identique. Leur position dans le monde des lettres donne aussi un autre éclairage à la Bataille du livre : ils sont presque tous publiés par le PCF, et 12 exclusivement par lui ou des éditions amies (Seghers, Minuit, Raisons d’être, le Pavillon…). La Bataille sert surtout – ainsi que l’avait annoncé E. Triolet – à diffuser ces œuvres hors du cercle militant, à briser le « complot du silence ». Cet aspect économique revient en force lorsqu’il s’agit de (re) lancer les ventes de la collection « le Pays de Staline » et promouvoir la littérature soviétique145. La Bataille sert aussi de laboratoire pour proposer au public les classiques indispensables à la culture générale : Balzac, Dumas, Flaubert, Hugo, Maupassant… la fine fleur du roman du XIXe, réaliste et, dans certains cas, populaire, parallèlement au lancement des « Classiques du peuple » par les Éditions sociales.

  • 146 P. Seghers. « Le livre et le bossu ». Les Lettres françaises, 16 mars 1950, no 303, p. 1.
  • 147 M.-C. Bouju. « Le commerce du livre au sortir de la guerre ». Histoire de la Librairie, Éditions d (...)
  • 148 F. Billoux. « Premiers enseignements de la Bataille du livre ». La Nouvelle Critique, juin 1951, p (...)

37Pour P. Seghers, la Bataille du livre est clairement un moyen d’échapper au boycott exercé à l’encontre des écrivains progressifs depuis 1947 et du même coup de prouver au milieu conservateur de la librairie qu’il « ignore un très vaste public », qui « ne se limite pas à celui des beaux quartiers ». La Bataille peut ainsi aider l’édition à sortir du marasme de la crise économique, grâce au rôle essentiel des écrivains progressistes146. Or, dans la presse professionnelle des libraires, il n’en est jamais fait mention147. F. Billoux lui-même dénonce en juin 1951 le « silence » des adversaires148.

  • 149 D. Lecour Grandmaison. « Le Mouvement de la paix pendant la Guerre froide ». Op. cit. ; - M. Lazar (...)
  • 150 P. Daix. « La Bataille du livre a 2 ans ». Les Lettres françaises, 7 février 1952, no 400, p. 1 et (...)
  • 151 E. Triolet, [Texte]. [1951], 4 p. Boite « BBL », Fonds Aragon-Triolet, BnF.
  • 152 Op. cit.

38La dernière « bataille » a lieu en Meurthe et Moselle du 7 au 15 juin 1952. La campagne a donc duré un peu plus de deux ans, ce qui est remarquable. Son arrêt s’explique par un moindre succès public, semble-t-il, et par la difficulté à mobiliser les militants locaux et les écrivains. Les causes de cet arrêt sont également politiques : en janvier 1952, la diplomatie soviétique prône désormais une « coexistence pacifique », discours repris par le PCF à partir de mars149. La politique rend le combat culturel moins impérieux : la Bataille cesse au moment où l’activisme des autres comités de défense (cinéma, littérature pour la jeunesse, presse féminine) s’épuise. Mais l’originalité de la Bataille est de se poursuivre en promouvant ses Bibliothèques de la Bataille du livre, envisagées dès 1950. Le 5 avril 1951, E. Triolet annonce la création de la première Bibliothèque de la Bataille du livre (BBL) à Saint-Étienne, après l’organisation de la Bataille dans cette ville. Il faut pérenniser les gains politiques et culturels du mouvement. Le but des BBL n’est pas différent de la Bataille : « Avec les BBL, explique P. Daix, elle est devenue permanente et générale. Grâce à elle, non seulement le livre progressiste a été défendu, mais encore un nouveau et vaste public a été conquis à la lecture150. » Pour E. Triolet, les BBL, « multitude de petites bibliothèques à travers toute la France », mettront « les livres le plus possible à portée de la main », pour « ceux qui jusqu’ici lisaient peu ou pas du tout151 ». Elle espère sortir du monde militant pour toucher un public de non-lecteurs ou qui échappe à la diffusion militante152. Les statuts de l’association « la Bataille du livre » montre que les ambitions culturelles marchent de concert avec les ambitions politiques :

  • 153 Rapport sur la création d’une société « L’Ami du Livre », [1951], 4 p. dact., Boîte « BBL », Fonds (...)

« La Bibliothèque de la Bataille du livre serait un organisme ayant pour objectif principal la création d’un vaste réseau de bibliothèques populaires, d’ateliers, de villages, de quartiers, de rues, d’ HBM, etc.
Cet organisme alimentant également en livres ces bibliothèques. Le but à atteindre étant de populariser et faire lire la littérature progressiste et partant, d’amener aux idées de progrès, de liberté et de paix de larges couches de la population et par là même de faire échec au travail immense entrepris par les impérialistes américains et leurs valets en France pour préparer les esprits à une guerre anti-soviétique153. »

  • 154 Tranche A : 27 volumes ; Tranche B : 54 volumes ; Tranche C : 79 volumes. Sur les listes voir : G. (...)

39Ces créations nécessitent une organisation matérielle solide. Afin de constituer les collections de départ, les responsables de ces bibliothèques doivent acheter un ensemble de livres par grandes catégories, dites « tranches » (il y en aura 5)154. Cette organisation rappelle celle des bibliothèques de cellules dans les années vingt, mais la grande différence est le poids des romans dans les listes (entre 75 et 85 % des titres proposés), édités par les maisons d’édition du PCF. Les fonds nécessaires à la création de ces bibliothèques et le renouvellement de leurs collections sont avancés par les lecteurs, qui peuvent emprunter ces livres contre un abonnement payant, ce qui est l’usage dans les bibliothèques populaires. Il s’agit bien de proposer au public une lecture de divertissement, qui vise à diffuser une culture politique, avec une place faite au patrimoine littéraire (Balzac, Mérimée, Hugo, Zola, Flaubert, Vallès, l’abbé Prévost).

  • 155 Propositions de décisions, [1951], 1 p. dact. Boîte « BBL », Fonds Aragon-Triolet, BnF.
  • 156 Bilan, 1952, 11 p. dact., Boîte « BBL », Fonds Aragon-Triolet, BnF.

40Pour contrôler l’ensemble, en termes matériels, et préserver la cohérence idéologique et culturelle du projet, est créé un Centre des BBL. Ce Centre devait réunir à sa tête tous les acteurs de la Bataille du livre : outre E. Triolet, devaient s’y trouver des délégués du Parti, de la CGT, de la section agraire, des Combattants de la Paix, de France-URSS, de l’UFF, des fédérations, du monde des bibliothèques municipales et de comités d’entreprise155. Les BBL ne peuvent réussir sans le soutien logistique du Parti communiste français. Une première commission est finalement constituée en juillet 1951, composée d’Elsa Triolet, Jean Jérôme, Annie Besse, Pierre Gamarra, Jean Nicolas156. L’éventail des institutions ou organisations représentées est finalement bien moins large que prévu.

  • 157 Bilan des Batailles du livre, 25 avril-2 mai, [15 mai 1951], 8 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.
  • 158 R. Sentenac. Rapport sur les Bibliothèques de la Bataille du livre. 3 septembre 1951, 7 p. dact., (...)
  • 159 Rapport général sur les BBL au début d’octobre 1951, 4 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.
  • 160 L. Brik et E. Triolet. Correspondance, 1921-1970. Op. cit., p. 589. Souligné dans le texte.
  • 161 F. Dupuy, Intervention. Session du Comité central, 5-7 décembre 1952, Gennevilliers, 11 p., Fonds (...)
  • 162 G. Domenech et S. Rycine. La Bataille du livre, 1950-1952. Op. cit., p. 117-121 ; - Bilan, 1952, 1 (...)
  • 163 N. Ponsard. Lectures ouvrières à Saint-Étienne du Rouvray des années trente à nous jours. Thèse d’ (...)

41En mai 1951, on espère constituer un réseau de 70 bibliothèques157. En septembre, elles sont 91158, en octobre 102159. Ses espoirs sont largement dépassés, mais dès juillet 1951, E. Triolet laisse poindre un certain pessimisme sur leur devenir : « Les bibliothèques commencent à faire parler d’elles, mais le phénomène ne s’est pas amplifié160. » En décembre 1952, elles sont pourtant 800161 et en 1953, il y aurait un millier de BBL en France. Puis c’est l’arrêt de la croissance et le Centre des BBL disparaît en juin 1955162. La création de ces BBL ressemble à celle des Librairies de la Renaissance française : beaucoup se constituent à partir d’une organisation préexistante. Dès 1951, on envisage de transformer en BBL des bibliothèques locales du Parti, syndicales, de comité d’entreprise… Par exemple, la BBL de Saint-Étienne du Rouvray est créée sur l’initiative de la section locale de l’UFF, à partir d’une bibliothèque qui existe depuis 1949163.

  • 164 Carte 2.
  • 165 M. Monod. « La naissance des BBL ». L’Humanité, 19 mai 1951, p. 6.

42Leur implantation dépend de toute évidence de celle du Parti communiste164. Le phénomène concerne quasiment tous les départements, y compris l’Algérie, ainsi que le Maroc et la Tunisie. D’après les chiffres établis en septembre 1952 (580 bibliothèques au total), les BBL sont concentrées à 80 % sur 13 départements. Paris est en tête avec 28 % des bibliothèques, mais ailleurs le phénomène est disséminé. Il y a corrélation entre les résultats électoraux du PCF et l’implantation des BBL. L’organisation de la Bataille et de la création des Bibliothèques dépend de la bonne volonté et des moyens des Fédérations : celles qui sont les plus à même d’appuyer à ces manifestations sont celles qui ont le plus de moyens et de militants. Autre trait commun entre ces bibliothèques : la modestie des moyens. Le local qui accueille la bibliothèque semble souvent peu adapté, cette faiblesse même est perçue comme un atout politique. Martine Monod estime que la boutique d’un commerçant peut faire l’affaire, comme celle du boulanger : « On vient chercher son pain et son livre en même temps165… »

  • 166 Bilan des Batailles du livre, 25 avril-2 mai, [15 mai 1951], 8 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.
  • 167 P. Gamarra. « Elsa Triolet et la défense du livre ». Faites entrer l’infini, 1995, no 20, p. 19-21
  • 168 Bilan, 1952, 11 p. dact., Boîte « BBL », Fonds Aragon-Triolet, BnF. R. Sentenac. Rapport sur les B (...)
  • 169 Rapport général sur les BBL au début d’octobre 1951, 4 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.

43Pour le Parti, le bilan est largement positif : « Les écrivains ont mené cette Bataille en la liant à la bataille actuelle pour la Paix, aux luttes des travailleurs et, en général comme un avant-propos de la bataille électorale », c’est-à-dire les élections législatives de juin 1951166. La direction est donc surtout satisfaite de la participation de la Bataille du livre au mouvement pour la paix, ce qui démontre la priorité donnée à cette dernière campagne sur la première. Le réseau des BBL n’a pas réussi à se maintenir dans la durée167, faute de moyens sans doute. Mais pour E. Triolet la faute incombe aussi au Parti dont elle incrimine le manque de soutien, tant national que local168. La presse communiste elle-même n’est pas exempte de reproches, hormis Les Lettres françaises. Cette situation est d’ailleurs soulignée dès 1951 en des termes peu aimables : « En général, lit-on dans un rapport, les BBL étaient accueillies avec des nuances d’incrédulité ou d’ironie169. »

  • 170 Le Trait d’union des BBL, janvier 1954, 1 f., dact. ; - Francis Cohen. « BBL et “neutralité” ». La (...)
  • 171 S. Téry. « Elles ne lisent plus Confidences ». L’Humanité, 4 octobre 1952, p. 2.
  • 172 A. Wurmser. « Les leçons des Batailles du livre ». La Nouvelle Critique, mars 1951, no 24, p. 74-8 (...)
  • 173 C. Horellou-Lafargue et M. Segré. Op. cit., p. 94.
  • 174 R. Hoggart. La Culture du pauvre. Éditions de Minuit, 1970, p. 296-297.

44Cette situation, aussi décevante soit-elle pour les principaux animateurs, n’est cependant pas une surprise totale. Le manque de moyens financiers et les choix politiques ont pénalisé le nécessaire renouvellement des collections des bibliothèques, dont le contenu ne pouvait pas répondre aux désirs des lecteurs170. Pourtant, à lire la presse, l’expérience est formidable, la magie du livre et de la lecture opère : « Tenez, c’est après avoir lu Le Talon de fer que le secrétaire de l’U.D. de Charente Maritime est venu au parti. Un lecteur qui tombe sur Un homme véritable, Le Coup du canon, ou Fils du peuple, vous croyez que ça ne change rien à sa vie ! » ; « Une femme de l’UFF […] nous dit : “Depuis que nous avons une BBL, nos amies ne lisent plus Confidences171…” » Ces témoignages sont-ils purs fantasme ? « Souvent les batailles du livre se déroulent devant un public où l’élément prolétarien et plus particulièrement l’élément communiste est insuffisamment représenté », se désolait A. Wurmser172. La Bataille du livre a sans doute correspondu en partie à des pratiques populaires de lecture, en mettant en avant la lecture orale collective173. Mais elle rebute aussi par la forme élitiste ou professorale de la conférence : la lecture populaire n’est pas une activité sur laquelle on disserte174. S. Téry, toujours pleine de candeur, en fait l’expérience lors de la fondation d’une BBL dans la région parisienne, par des cheminots. Les cheminots sont conviés à une réunion inaugurale :

  • 175 S. Téry. « Les roses des BBL (II) : Naissance chez les cheminots ». L’Humanité, 1er octobre 1952, (...)

« Je demande à des cheminots qui viennent d’entrer s’ils aiment les livres. Ils paraissent surpris. “Vous ne savez pas qu’on va inaugurer une BBL ?” “Non, me disent-ils. On nous a seulement dit qu’il y avait une réunion avec Monmousseau et [Léon] Treins, alors, on est venu !” Mais un autre, à côté, m’assure : “Nous, les cheminots, on aime beaucoup la lecture !” et une “cheminote” m’explique : “Pourquoi je suis venue ? Moi, j’aime beaucoup Victor Hugo… alors… et Zola également…” Enfin ils sont satisfaits d’avoir une BBL, mais ils paraissent un peu surpris par cette réunion pour des livres, ils n’ont pas l’habitude… mais ça doit être important, puisque Léon Treins, le secrétaire de l’Union Ouest est là et que Gaston Monnousseau lui-même s’est dérangé175 »

45La Bataille du livre a un parfum d’utopie : promouvoir le livre et la lecture dans tout le territoire, dans tous les lieux, dans tous les milieux. Elle est aussi une manifestation politique. La Bataille du livre n’a pu avoir lieu que parce qu’elle participait à la campagne en faveur de la paix. Sitôt que la stratégie du Kominform et la politique extérieure de l’URSS sont changées, la Bataille n’a plus de raison d’être… pour la direction du Parti.

46De 1944 à 1956, l’organisation éditoriale s’étend, avec 4 maisons d’édition spécialisées, une entreprise de diffusion et un réseau de librairies. Ses responsables sont tous membres du Cercle de la Librairie. Ses auteurs sont souvent membres d’instances professionnelles, comme le CNE ou l’Université. Tout concourt à démontrer une normalisation des pratiques et la volonté d’afficher une image de maisons d’édition comme les autres. De surcroît, si elles ne sont pas des lieux d’innovations éditoriales ou commerciales, elles les adoptent, comme en témoignent la création du Club des Amis du Livre progressiste, ou l’intérêt pour l’édition de poche.

47Malgré cela, le Parti communiste ne parvient pas à dépasser le milieu militant, comme s’il avait réussi à créer un monde partisan cohérent et solide, mais presque pétrifié. L’effervescence autour de l’affaire Kravchenko, de Jean-Paul Sartre ou des ouvrages dénonciateurs du système soviétique montre que le PCF a déployé beaucoup d’énergie à combattre d’abord cette littérature. Or, il voulait aussi combattre un ennemi plus coriace, la culture de masse. Les grands perdants de ce discours culturel sont ses romanciers. Leur discours en faveur de la lecture n’a ni empêché la mort du réalisme socialiste ni détourné les Français de la littérature populaire.

  • 176 En euros constants. Propagande écrite du PC du 1er janvier 1951 au 28 mai, 1er juin 1951, 15 p., B (...)

48La Guerre froide a confirmé le PCF comme parti politique majeur. Elle est aussi une période, courte, d’une violence intense, où tous les moyens et médias ont été utilisés par tous les camps. En 1951, la police parisienne a évalué le montant des frais pour la propagande communiste dans la Seine seule : 1,6 millions euros pour la presse, 740 000 pour les affiches, 37 000 pour les brochures, 27 000 pour les tracts176. Cette liste montre non seulement la capacité matérielle et politique de mobilisation du PCF mais aussi la place ambiguë du livre dans la propagande imprimée. Le livre est toujours aussi essentiel dans la propagande politique, mais toujours moins important que la presse. Toutefois, au regard de l’histoire de ses maisons d’édition, le Parti communiste français, parti politique puissant, parti politique de masse, capable de manifestations d’envergure, ne parvient pas à dépasser son propre univers.

Notes

1 En euros constant. André Arnault, Administration au secrétariat : situation de trésorerie au 30 juin 1947, s. d., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 35, CARAN.

2 Note, 8 avril 1949, Arch. PPo.

3 Témoignage de Raymond Hallery.

4 En euros constants. CDLP, 19 juillet 1952, Ga C12, Arch. PPo.

5 Démission et nomination du gérant, 25 mai 1951, Arch. Tribunal de commerce de Paris, INPI.

6 CDLP, 19 juillet 1952, Ga C12, Arch. PPo.

7 Décisions. Secrétariat, 23 mars 1953, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

8 Annexes aux Décisions. Secrétariat, 4 novembre 1955, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis. Lorsque le Centre devient une société anonyme en octobre 1956, il en devient le PDG. Décisions. Secrétariat, 23 octobre 1956, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

9 Il est membre du Comité central depuis 1956. CDLP, mai 1958, Ga C12, Arch. PPo.

10 Apprendre, no 23, avril-mai 1953, p. 20-23.

11 Répertoire des éditeurs. Cercle de la Librairie, 1963, p. 32.

12 « À tous nos amis ». Amis du livre progressiste, février-mars 1952, p. 3.

13 Il s’agit du catalogue de Chant du Monde. Amis du livre progressiste, février-mars 1952, p. 11.

14 J. Duclos. « Le Livre progressiste et le combat du peuple français ». La Nouvelle Critique, mai 1952, no 36, p. 2-11.

15 « Amis lecteurs !… vous avez la parole ». Amis du livre progressiste, février 1954, p. 2-3 ; - BR. « Le deuxième anniversaire des “Amis du livre progressiste” ». Les Lettres françaises, 15 janvier 1953, no 447, p. 5.

16 Les Amis du livre progressiste (1952-1956) puis Messidor (1956-1957). En avril 1956, Messidor est diffusé à 20 000 exemplaires : Minute. Club des amis du livre progressiste, 11 février 1958. Centre de diffusion du livre et de la presse, Ga C12, Arch. PPo.

17 « La Vie du Club ». Amis du livre progressiste, octobre-novembre 1955, p. 3.

18 Amis du livre progressiste, mars 1954, p. 12.

19 L. Aragon. Intervention. Op. cit.

20 Apprendre, avril-mai 1953, no 23, p. 20-23.

21 Apprendre, novembre 1953, no 25, p. 27-29.

22 F. Dupuy, Intervention. Session du Comité central, 5-7 décembre 1952, Gennevilliers, 11 p., Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

23 Répertoire des éditeurs. Cercle de la Librairie, 1948, p. 81.

24 Répertoire des éditeurs. Cercle de la Librairie, 1956, p. 26, 34 et 96.

25 R. Hallery. Situation E.F.R., 27 décembre 1955, 6 p. dact. et 3 p. d’annexes, 52, Fonds Aragon-Triolet, BnF.

26 Ibid.

27 P. Abraham. « La Bataille du livre et les libraires ». Les Lettres françaises, no 311, 11 mai 1950, p. 2.

28 [Placard sur la Bataille du livre], Imp. ICC, [1951], 10 p., 72 AJ A3, 165 PCF, MRN.

29 N. Gérome et D. Tartakowsky. La Fête de l’Humanité, culture communiste, culture populaire. Messidor, 1988, 340 p.

30 « Manifestations culturelles ». Informations de l’Union nationale des intellectuels, 15 juin 1946, no 34, f. 4.

31 G. Sapiro. La Guerre des écrivains, Op. cit., p. 649-670 ; J. B.. La Nuit d’Autun. Calmann-Lévy, 1977, p. 203 ; - G. Sapiro. « La politique culturelle d’Elsa Triolet au CNE (1949-1951) ». Elsa Triolet, un écrivain dans le siècle. L’Harmattan, 2000, p. 205-221.

32 En euros constants. VEN 1947, Fonds Aragon-Triolet, BnF.

33 En euros constants. VEN 1950, Fonds Aragon-Triolet, BnF.

34 Rapport de Fernand Dupuy, Comité central, 5-7 décembre 1952, Gennevilliers, p. 7, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

35 P. Du Bois. « Guerre froide, propagande et culture (1945-1953) ». Relations internationales, no 115, automne 2003, p. 437-454.

36 A. Chebel d’Appolonia. Histoire politique des intellectuels en France, 1944-1954. Tome II. Bruxelles : Complexe, 1991, 58-64 p. ; - F. Génevée. Le PCF et la justice des origines aux années cinquante. Op. cit., p. 443-458.

37 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 349.

38 Ibid., p. 391.

39 Ibid., p. 278.

40 Ce livre est écrit par Claude Aveline, André Chamson, Jean Cassou, Georges Friedmann, Louis Martin-Chauffier et Vercors : N. Racine. « L’Heure du Choix ». Georges Friedmann : un sociologue dans le siècle, 1902-1977. CNRS Éditions, 2004, p. 51-72.

41 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 391.

42 A. Simonin. L’Édition littéraire. Op. cit. ; - Pierre Seghers. Pierre Seghers, Seghers, 1973, p. 61.

43 Secrétariat. Décisions, 26 avril 1949, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

44 « La Vie des lettres ». Les Lettres françaises, 26 avril 1946, no 105, p. 4 ; - Répertoire des éditeurs. Cercle de la Librairie, 1948, p. 72 ; - H. Thimmonier. « Pourquoi éditez-vous ? » Les Lettres françaises, 23 août 1946, no 122, p. 4.

45 1946, collection « Explication de notre temps ».

46 Les Éditions du Pavillon. No Registre 327 578 B, Registre analytique du Tribunal de commerce de la Seine, Arch. de Paris ; - Témoignage de Roger Maria. – D. Desanti. Les Staliniens : une expérience politique, 1944-1956. Marabout université, 1985, p. 218 et 223.

47 Bibliographie de la France. Annonces, 14 mai 1948, no 19, p. 53.

48 Bibliographie de la France. Annonces, 1er octobre 1948, no 39, p. 2812.

49 Bibliographie de la France. Annonces, 4 février 1949, no 5, p. 353.

50 Bibliographie de la France. Annonces, 10 novembre 1950, no 45, p. 3764.

51 Bibliographie de la France. Annonces, 30 mai 1952, no 22, p. 2187.

52 Bibliographie de la France. Annonces, 26 septembre 1952, no 39, p. 3298.

53 Bibliographie de la France. Annonces, 29 juin 1951, no 26, p. 2332.

54 Bibliographie de la France. Annonces, no 5, 1er février 1952, p. 326. Ce procès a eu lieu en 1952 et en appel en 1953 : R. Jouvenel et ses éditeurs étaient poursuivis pour diffamation par des personnes mises nommément en cause dans le livre. Les défendeurs ont espéré que ce procès ferait autant de bruit que celui de V. Kravchenko à l’encontre des Lettres françaises, ce qui ne fut pas le cas. Après un pourvoi en cassation rejeté, l’auteur et les éditeurs ont été condamnés pour diffamation : Internationale des traîtres, Carton no 2, Dossier 8, Fonds Me Paul Vienney, Musée d’Histoire vivante ; - F. Génevée. Le PCF et la justice des origines aux années cinquante. Op. cit., p. 444-458 ; - A. Brunel et J. Nordmann. Aux vents de l’histoire. Mémoires. Arles : Actes Sud, 1996, p. 202-210.

55 Bibliographie de la France. Annonces, 28 octobre 1949, no 43, p. 3203.

56 L. Aragon. « Le roman et les critiques (La Bataille du livre) ». La Nouvelle Critique, juin 1950, p. 75.

57 J. Gaucheron. « Romans. Pour la réimpression de la Tempête ». Europe, avril 1950, no 52, p. 112-114.

58 J. Kanapa. « M. Texcier, André Stil et la “propagande” ». L’Humanité, 12 mai 1950, p. 5.

59 C. Grenouillet. Lecteurs et lectures des Communistes d’Aragon. Op. cit., p. 138.

60 M. Nadeau. « André Stil, prix Staline ». Les Temps modernes, no 79, mai 1952, p. 2091-2099.

61 Les Temps modernes, no 53, février 1950, p. 1622.

62 Situation E.F.R., 6 et 3 p. dact., 6 p., 27 décembre 1955, 52, Fonds Aragon-Triolet, BnF.

63 M.-C. Bouju. « Les maisons d’édition du PCF en 1956 : l’année de toutes les crises ? » Le Parti communiste français et l’année 1956. Actes des Journées d’étude organisées par les Archives départementales de la Seine Saint-Denis. Département de la Seine-Saint-Denis– Fondation Gabriel Péri, 2007, p. 141-147.

64 J. Verdès-leroux. Au service du Parti. Le Parti communiste, les intellectuels et la culture (1944-1956). Op. cit., p. 139-145.

65 Décisions. Secrétariat, 7 octobre 1946. Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

66 Renaud de Jouvenel. Confidence d’un sous-marin du P.C.F. Op. cit., p. 159.

67 Lettre du CDLP à Elsa Triolet, 27 janvier 1956, Boîte 52, Fonds Aragon-Triolet, BnF.

68 P. Daix. Tout mon temps : mémoires. Fayard, p. 321.

69 Il y renonce en 1958 au profit des Éditions sociales. Contrat, 27 octobre 1958, 4 p., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 214, CARAN.

70 Témoignage de Gilbert Badia.

71 Décisions. Secrétariat, 24 février 1953, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

72 O. Godechot. « Le Marché du livre philosophique ». Actes de la recherche en sciences sociales, décembre 1999, no 130, p. 11-28 ; - T. Pouch. Les économistes français et le marxisme : apogée et déclin d’un discours critique (1950-2000). Op. cit., p. 35.

73 Étude du rôle de la commission. Réunion du 25 mars 1954, Fonds Guy Besse, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis (sur dérogation).

74 Titre d’un article paru dans L’Intransigeant.

75 L. Brik et E. Triolet. Correspondance, 1921-1970. Op. cit., p. 248-249.

76 M.-C. Bouju. « Les maisons d’édition du PCF en 1956 : l’année de toutes les crises ? » Op. cit.

77 Contrat d’édition Pierre Courtade– Éditions Julliard, 10 juillet 1956, Arch. Pierre Courtade, IMEC; - J. E. Flower. Pierre Courtade: the making of a party scribe. Oxford : Berg, 1995, p. 164.

78 François Monod. Note complémentaire sur les EFR, 11 septembre 1956, 1 f. manusc., Fonds Aragon-Triolet, BnF.

79 Conseil d’administration du Cercle : séance du 28 mars 1947. Bibliographie de la France. Chroniques, no 14-15, 4-11 avril 1947, p. 833 ; - Conseil d’administration du Cercle : réunion du 5 mai 1947. Ibid., no 18-20, 2-16 mai 1947, p. 1777-1778. Il en démissionne en 1957 : Assemblée générale annuelle des membres du Cercle de la Librairie. Ibid., 28 février 1958, no 9, p. i-xvi.

80 Conseil d’administration du Cercle : réunion du 15 octobre 1954. Bibliographie de la France. Chroniques, 22 octobre 1954, no 43, p. 1 ; - Conseil d’administration du Cercle : réunion du 23 novembre 1954. Ibid., 3 décembre 1954, no 49, p. 1.

81 Lettre du SNE à Guy Besse, 23 avril 1956, Fonds Guy Besse, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis (sur dérogation) ; - Conseil d’administration du Cercle, le 21 juin 1957. Bibliographie de la France. Chroniques, 5 juillet 1957, no 27, p. 2.

82 « Les plus forts tirages de l’édition française depuis dix ans ». Les Nouvelles Littéraires, 7 avril 1955, p. 1 et 4.

83 Étienne Fajon. Rapport sur les questions idéologiques. Session du Comité central, 12-13 septembre 1947, Aubervilliers, p. 22, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

84 « Thèse sur la situation politique et les tâches du PCF, Les Travaux du XIIIe congrès du Parti communiste (Ivry, 3-7 juin 1954) ». Cahiers du communisme, juin-juillet 1954, p. 928-929.

85 « Conseils pour l’étude personnelle et collective de Fils du peuple de Maurice Thorez ». Apprendre, septembre 1949, no 5, p. 17-18.

86 S. Téry. « Les Roses des BBL : la charrette de Noyelles-Godault… » L’Humanité, 30 septembre 1952, p. 2.

87 É. Fajon. Apprendre pour vaincre. Éditions du PCF, 1945, p. 6.

88 Apprendre, septembre 1951, no 12, p. 2-4.

89 L. Aragon. Intervention. Session du Comité central, 5-7 décembre 1952, Gennevilliers, p. 7, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

90 « Multiplions les bibliothèques ! » La Nouvelle Critique, décembre 1947, no 2, p. 27-29.

91 « Pour l’étude des ouvrages de Staline ». Apprendre, novembre 1949, p. 15-28.

92 C. Grenouillet. « Les ambiguïtés d’une réception : Aragon et ses lecteurs (17 juin 1949) ». Recherches croisées Aragon Elsa Triolet, 1989, no 3, p. 117-139.

93 F. Billoux. Intervention. Session du Comité central, 22-23 octobre 1953, Drancy, p. 8, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis. Souligné par moi.

94 J. Fréville. « Pour une critique marxiste ». L’Humanité, 29 juin 1946, p. 4.

95 L. Durand. « Les Fourberies littéraires ». L’Humanité, 23 janvier 1948, p. 4.

96 J. Laffitte. « La Littérature de la Résistance ». L’Humanité, 30 décembre 1948, p. 3.

97 Ch. Moulin. « Le roman à 3 fr. 50 ou la lecture pour le peuple ». Les lettres françaises, 18 janvier 1946, p. 6.

98 Op. cit.

99 A. Dumeix. « Les vénéneux narcotiques du Reader’s Digest ». L’Humanité, 24 octobre 1947, p. 4.

100 S. Téry. « Les Digest indigestes ». L’Humanité, 18 juin 1949, p. 6.

101 « L’Amérique dégrade l’esprit ! » L’Humanité, 24 octobre 1947, p. 4

102 « Le Livre français en péril ». L’Humanité, 23 janvier 1948, p. 4 ; - Alerte ! L’Humanité, 24 octobre 1947, p. 4

103 P. Roger. Rêves et cauchemars américains : les États-Unis au miroir de l’opinion publique française (1945-1953). Villeneuve d’Asq : Presses universitaires du Septentrion, 1996, 357 p.

104 M. Lyons. « Les nouveaux lecteurs au XIXe siècle : femmes, enfants, ouvriers ». Histoire de la lecture dans le monde occidental. Seuil, 1997, p. 365-400.

105 F. Lhomeau. « Les débuts de la Série noire ». 813, 1995, no 51-51, p. 5-17.

106 R. Maublanc. « Romans policiers et romans populaires ». La Pensée, juillet-août 1947, no 13, p. 92-97.

107 H. Parmelin. « Désir de lire ». L’Humanité, 31 juillet 1948, p. 3 ; - Le Trait d’union des BBL, [avril 1954], no 1, p. 1-2.

108 S. Giet. Nous Deux 1947-1997 : apprendre la langue du cœur. Op. cit., p. 4 et 17.

109 « Les jeunes filles déchirent Rêves ». L’Humanité, 16 février 1950, p. 5.

110 S. Giet. Nous Deux, parangon de la presse du cœur : transformation des formes, métamorphoses de l’amour et évolution sociale. Th. de doct. en science de l’information et de la communication, dir. Y. Lavoinne : Strasbourg-III, 1997, p. 103-116 et 678-708.

111 A. Monjo. « Les enfants français continuent à fréquenter chaque jeudi les gangsters et les pin-up girls ». L’Humanité, 26 mai 1948, p. 4.

112 J. Lala. « La littérature enfantine doit trouver sa voie ». L’Humanité, 17 mai 1956, p. 2.

113 H. Psichari-renan. « Tarzan ou Hugo ? » Les Lettres françaises, 29 avril 1954, no 513, p. 6.

114 « Les Vacances !… Avec le temps du repos, voici venir le temps de la lecture ». L’Humanité, 18 juin 1947, p. 4.

115 « Ce qu’on lit… dans le XVe ». L’Humanité, 23 juin 1949, p. 4.

116 A. Pagnier. Le Livre de poche : histoire des premières années d’une collection (1953-1961). Op. cit.

117 J. Gaucheron. « Pour le 20e anniversaire des Cloches de Bâle ». L’Humanité, 22 juin 1954, p. 2.

118 P. Seilhac. « Des éditions populaires des grands auteurs classiques et modernes ». Les Lettres françaises, 27 mai 1954, no 517, p. 3.

119 A. Wurmser. « Chez Jeumont, à la plaine Saint-Denis : le romancier est au réfectoire ». L’Humanité, 17 février 1950, p. 7.

120 « Nouveaux supports, nouveaux lieux de lecture : de la bibliothèque à la médiathèque ». Discours sur la lecture : 1880-2000. BPI-Centre Pompidou–Fayard, 2000, p. 396-417.

121 G. Sapiro. « Formes et structures de l’engagement des écrivains communistes en France. De la “Drôle de guerre” à la Guerre froide ». Sociétés & représentations, décembre 2002, no 15, p. 155-176 ; - Id. « La politique culturelle d’Elsa Triolet au CNE (1949-1951) ». Elsa Triolet, un écrivain dans le siècle. L’Harmattan, 2000, p. 205-221 ; - L. Casanova. Le Parti communiste, les intellectuels et la nation. Éditions sociales, 1949 ; - G. Domenech et S. Rycine. La Bataille du livre, 1950-1952. s. l., 1972, dact., p. 15.

122 P. Fouché. « Les actions de promotion pour la lecture ». L’Édition française après 1945. Cercle de la Librairie, 1998, p. 604-607.

123 F. Billoux. « Premiers enseignements de la Bataille du livre ». La Nouvelle Critique, juin 1951, p. 85-110 ; - P. Roger. Rêves et cauchemars américains : les États-Unis au miroir de l’opinion publique française (1945-1953). Villeneuve d’Asq : Presses universitaires du Septentrion, 1996, p. 259-286 ; - P. Hubert-Lacombe. Le cinéma français dans la Guerre froide, 1946-1956. L’Harmattan, 1996, p. 90-95.

124 T. Crépin. « Le Comité de défense de la littérature et de la presse pour la jeunesse : les communistes et la presse enfantine dans la Guerre froide ». Libraries and Culture, vol. 36, no 1, 2001, p. 131-142.

125 L’Association est placée sous la direction de Marcelle Auclair. Dans S. Giet. Nous Deux 1947-1997 : apprendre la langue du cœur. Op. cit., p. 20 ; - Id. « Du divertissement à l’édition noble, de l’entreprise familiale et l’industrialisation, le cas des Éditions mondiales ». Histoire des industries culturelles en France, XIXe-XXe siècle. Association pour le développement de l’histoire économique, 2002, p. 125-139 ; - E. Sullerot. La Presse féminine. Armand Colin, 1963, p. 279-281.

126 « Des Comités de défense se constituent en France ». Pour une paix durable, pour une démocratie populaire, 1er mars 1948, no 8, p. 1.

127 T. Crépin. « Haro sur le gangster ! » : la moralisation de la presse enfantine, 1934-1954. CNRS Éditions, 2001, p. 308.

128 G. Sapiro. « La politique culturelle d’Elsa Triolet au CNE (1949-1951) ». Op. cit., p. 205-221 ; - « Du 19 au 26 mars 1950 : semaine du livre ». L’Humanité, 3 mars 1950, p. 5.

129 P. Seghers. « Le livre et le bossu ». Les Lettres françaises, no 303, 16 mars 1950, p. 1.

130 M.-T. Eychart. « “Je sais la force des mots” : de L’Écrivain et le livre à la Bataille du livre ». Recherches croisées Aragon – Elsa Triolet, 1998, 6, p. 37-44 ; - L. Marcou. Elsa Triolet : les yeux et la mémoire. Plon, 1994, p. 288.

131 L. Brik et E. Triolet. Correspondance, 1921-1970. Op. cit., p. 258.

132 E. Triolet. L’Écrivain et le livre ou la suite dans les idées. Éditions sociales, 1948, p. 73.

133 M. Lazar. « Les “Batailles du livre” du Parti communiste français (1950-1952) ». Vingtième siècle, revue d’histoire, avril 1986, no 10, p. 37-49 ; - D. Lecour Grandmaison. « Le Mouvement de la paix pendant la Guerre froide : le cas français ». Communisme, 1988, no 18-19, p. 120-138.

134 « La Bataille du livre ». Apprendre, juin 1950, no 9, p. 25-26.

135 Les Rendez-Vous de l’espérance [film], 1950, Ciné Archives. On voit dans ce film ce qui est décrit par ailleurs dans la presse : les stands amenés par le CDLP et les écrivains au milieu de leurs lecteurs : A. Wurmser, R. Garaudy, J. Bouissounouse, P. Gamarra, J. Marcenac.

136 G. Sapiro. « La politique culturelle d’Elsa Triolet au CNE (1949-1951) ». Op. cit.

137 Les « Batailles » : Bouches-du-Rhône (Marseille), 19-26 mars 1950 ; Paris et sa banlieue, 24 avril-20 mai 1950 ; Corse, 6-14 mai (1950) ; Nord et Pas-de-Calais, 18 juin-1er juillet 1950 ; Alpes maritimes (Nice), 13-20 août 1950 ; Gard (Nîmes), 14-18 novembre 1950 ; Rhône (Lyon), 10-17 décembre 1950 ; Loir et Cher (Blois), 15-21 janvier 1951 ; Loire (Saint-Étienne), 11-15 mars 1951 ; Haute Garonne (1er avril-5 avril 1951) ; Vaucluse (6-13 mai) ; Pyrénées orientales (10-18 novembre) ; Indre (19-24 mars 1952), Hérault (26 avril-4 mai 1952) ; Meurthe et Moselle (7 – 15 juin 1952) : G. Domenech et S. Rycine. La Bataille du livre, 1950-1952. s. l., 1972, p. 117.

138 G. Domenech et S. Rycine. La Bataille du livre, 1950-1952. Op. cit., p. 125.

139 « Du 19 au 26 mars 1950 : semaine du livre ». L’Humanité, 3 mars 1950, p. 5.

140 L. Brik et E. Triolet. Correspondance, 1921-1970. Op. cit., p. 347.

141 J. Verdès-Leroux. Au service du Parti. Op. cit., p. 177-178.

142 D. Desanti. Les Staliniens, une expérience politique, 1944-1956. Marabout université, 1985, p. 345.

143 J. Bouissounouse. La Nuit d’Autun. Calmann-Lévy, 1977, p. 196.

144 M. Lazar. « Les “Batailles du livre” du Parti communiste français (1950-1952) ». Op. cit.

145 « Au pays de Staline ». Les Lettres françaises, 10 août 1950, no 324, p. 8.

146 P. Seghers. « Le livre et le bossu ». Les Lettres françaises, 16 mars 1950, no 303, p. 1.

147 M.-C. Bouju. « Le commerce du livre au sortir de la guerre ». Histoire de la Librairie, Éditions du Cercle de la Librairie, 2008 p. 249-259.

148 F. Billoux. « Premiers enseignements de la Bataille du livre ». La Nouvelle Critique, juin 1951, p. 85-110.

149 D. Lecour Grandmaison. « Le Mouvement de la paix pendant la Guerre froide ». Op. cit. ; - M. Lazar. « Les “Batailles du livre” du Parti communiste français (1950-1952) ». Op. cit.

150 P. Daix. « La Bataille du livre a 2 ans ». Les Lettres françaises, 7 février 1952, no 400, p. 1 et 4.

151 E. Triolet, [Texte]. [1951], 4 p. Boite « BBL », Fonds Aragon-Triolet, BnF.

152 Op. cit.

153 Rapport sur la création d’une société « L’Ami du Livre », [1951], 4 p. dact., Boîte « BBL », Fonds Aragon-Triolet, BnF.

154 Tranche A : 27 volumes ; Tranche B : 54 volumes ; Tranche C : 79 volumes. Sur les listes voir : G. Domenech et S. Rycine. La Bataille du livre, 1950-1952. s. l., 1972, p. 135-142.

155 Propositions de décisions, [1951], 1 p. dact. Boîte « BBL », Fonds Aragon-Triolet, BnF.

156 Bilan, 1952, 11 p. dact., Boîte « BBL », Fonds Aragon-Triolet, BnF.

157 Bilan des Batailles du livre, 25 avril-2 mai, [15 mai 1951], 8 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.

158 R. Sentenac. Rapport sur les Bibliothèques de la Bataille du livre. 3 septembre 1951, 7 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.

159 Rapport général sur les BBL au début d’octobre 1951, 4 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.

160 L. Brik et E. Triolet. Correspondance, 1921-1970. Op. cit., p. 589. Souligné dans le texte.

161 F. Dupuy, Intervention. Session du Comité central, 5-7 décembre 1952, Gennevilliers, 11 p., Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

162 G. Domenech et S. Rycine. La Bataille du livre, 1950-1952. Op. cit., p. 117-121 ; - Bilan, 1952, 11 p. dact., Boite « BBL », Fonds Aragon-Triolet, BnF ; - Rapport général sur les BBL au début d’octobre 1951, 4 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.

163 N. Ponsard. Lectures ouvrières à Saint-Étienne du Rouvray des années trente à nous jours. Thèse d’histoire, dir. Roger Chartier : EHESS, 1999, p. 212-232.

164 Carte 2.

165 M. Monod. « La naissance des BBL ». L’Humanité, 19 mai 1951, p. 6.

166 Bilan des Batailles du livre, 25 avril-2 mai, [15 mai 1951], 8 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.

167 P. Gamarra. « Elsa Triolet et la défense du livre ». Faites entrer l’infini, 1995, no 20, p. 19-21.

168 Bilan, 1952, 11 p. dact., Boîte « BBL », Fonds Aragon-Triolet, BnF. R. Sentenac. Rapport sur les Bibliothèques de la Bataille du livre. 3 septembre 1951, 7 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus. Rapport général sur les BBL au début d’octobre 1951, 4 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.

169 Rapport général sur les BBL au début d’octobre 1951, 4 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.

170 Le Trait d’union des BBL, janvier 1954, 1 f., dact. ; - Francis Cohen. « BBL et “neutralité” ». La Nouvelle Critique, février 1952, no 33, p. 126 ; - Bilan, 1952, 11 p. dact., Boîte « BBL », Fonds Aragon-Triolet, BnF.

171 S. Téry. « Elles ne lisent plus Confidences ». L’Humanité, 4 octobre 1952, p. 2.

172 A. Wurmser. « Les leçons des Batailles du livre ». La Nouvelle Critique, mars 1951, no 24, p. 74-84.

173 C. Horellou-Lafargue et M. Segré. Op. cit., p. 94.

174 R. Hoggart. La Culture du pauvre. Éditions de Minuit, 1970, p. 296-297.

175 S. Téry. « Les roses des BBL (II) : Naissance chez les cheminots ». L’Humanité, 1er octobre 1952, p. 2. Souligné par moi.

176 En euros constants. Propagande écrite du PC du 1er janvier 1951 au 28 mai, 1er juin 1951, 15 p., Ba 2087, Arch. PPo.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search