Version classiqueVersion mobile

Lire en communiste

 | 
Marie-Cécile Bouju

Quatrième partie. 1944-1956, entre propagande et édition politique

Chapitre IX. 1944-1947 : Le temps des désillusions

Texte intégral

1La Libération est l’occasion de démontrer à nouveau l’importance de la propagande imprimée pour le Parti communiste. Mais cette période est pleine de désillusion pour un parti qui prônait un changement radical dans l’industrie des médias.

Le PCF dans une France « épurée » ? L’exemple de la presse et l’édition

  • 1 Y. Guillauma. Presse et pouvoirs de 1944 à 1958. Contribution à l’histoire de la presse sous la Qu (...)
  • 2 H. R Lottman. L’Épuration (1943-1953). LGF, 1994, p. 32-36.

2Avant 1939, le PCF possédait 3 quotidiens ; entre 1944 et 1946, il en a 381. On comprendra alors que le Parti communiste défend, avec d’autres mouvements de la Résistance intérieure, une position radicale en matière d’épuration2, en particulier pour la presse, média jugé influent sur les masses et de longue date soupçonné d’être manipulée par des puissances d’argent.

  • 3 Y. Guillauma. Presse et pouvoirs de 1944 à 1958. Contribution à l’histoire de la presse sous la Qu (...)
  • 4 Op. cit., p. 181-182.

3Suivant l’ordonnance du 22 juin 1944, tous les journaux parus officiellement 15 jours après le 25 juin 1940 au Nord et 15 jours après le 26 novembre 1942 au Sud sont suspendus, soit environ 700 titres. Ils ne peuvent plus paraître qu’après autorisation3. La loi Deferre (mai 1945) confie la gestion des biens des journaux mis sous séquestre à une société gérée par ces nouveaux patrons de presse, la Société nationale des entreprises de presse. Deux propositions communistes sont écartées : la mise en place de groupes d’administrateurs collectifs composés de journalistes et d’ouvriers du livre et (surtout) la reparution de plein droit des journaux communistes interdits en 19394.

  • 5 P. Fouché. L’Édition française sous l’Occupation. Bibliothèque de littérature française contempora (...)
  • 6 G. Sapiro. La Guerre des écrivains. Op. cit., p. 540.
  • 7 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 657-659.
  • 8 Extrait des « Propositions du Parti communiste français. Propositions de mesures immédiates à appl (...)

4En revanche, le sort de l’édition attire moins l’attention du monde politique. L’appel à l’épuration de ce secteur est lancé par le CNE dès 19435. Mais la liste des coupables est fort longue, puisque tous ont respecté les listes Otto. De surcroît, est-il possible pour les auteurs – la moitié des membres du CNE avaient publié au moins un ouvrage chez Gallimard ou un article dans la NRF avant-guerre – de condamner leurs éditeurs6 ? Un document portant sur « l’Édition française sous l’Occupation », retrouvé par A. Simonin, dresse une typologie des maisons d’édition en fonction de leur activité entre 1940 et 1944 : les « maisons spoliées ou ayant interrompu la publication de leurs ouvrages », celles « ayant publié des textes de Résistance dès l’armistice et qui n’ont pas édité d’ouvrages tendancieux », celles « ayant édité clandestinement des publications de Résistance », celles « ayant satisfait aux sollicitations des Allemands ou de Vichy et qui ont servi, à différents titres, la collaboration », qui sont la majorité (Denoël, Gallimard, Hachette…7). Ce rapport passe totalement sous silence l’éditeur PCF. La « propagande » communiste (même avec des ambitions littéraires) est évincée du monde des lettres. Pour l’instant, cette absence indiffère les communistes. Le PCF propose au gouvernement ses propres mesures. Il affirme que « la librairie est entièrement libre », mais ce retour de la liberté ne peut avoir lieu qu’à une condition : il faut des « mesures exceptionnelles rendant aux éditeurs patriotes les fonds de commerce et instruments de travail accaparés » par les collaborateurs et touchés par « la confiscation des biens […] prononcée par l’autorité de justice contre les éditeurs coupables de trahison et d’intelligence avec l’ennemi8 ». Priorité doit être donnée à la rétrocession des biens confisqués, dont ceux des Éditions sociales internationales, du Bureau d’éditions, du CDLP, ainsi que tout ce qui concerne sa presse, saisis pendant la Drôle de guerre. Les communistes réclament donc en priorité les biens saisis en 1939-1940, afin d’avoir les moyens d’occuper efficacement l’espace public dans la France libérée, ce qui leur est refusé.

  • 9 P. Assouline. Gaston Gallimard. Op. cit., p. 378 et 383.

5L’épuration de l’édition est lente et clémente, au grand dam de certains membres de la commission d’épuration mise en place en janvier 1945. Rares sont les éditeurs sanctionnés. Gallimard est condamné à voir disparaître la Nouvelle Revue française, qui a continué à paraître au-delà de la date fatidique de novembre 1941. Mais G. Gallimard bénéficie du soutien de nombreux de ses auteurs, dont P. Eluard ou Aragon, qui revient rue Sébastien-Bottin9. B. Grasset est condamné à cinq ans d’interdiction de séjour, à la dégradation nationale et à la confiscation de ses biens ; il est amnistié en 1953. Les éditions Denoël échappent à la sanction. Les effets de l’épuration sont ténus.

  • 10 P. Fouché. L’Édition française sous l’occupation. Op. cit., p. 185 ; - « Les Éditeurs français et (...)
  • 11 La Fidélité française. Bibliographie de la France : Chroniques, 3-7 mai 1946, no 18-20, p. 699.
  • 12 P. Fouché. L’Édition française sous l’occupation. Op. cit., 1987, p. 185 ; - La Fidélité française (...)
  • 13 Déclaration de la Fidélité française, 29 mai 1945, Arch. PPo.
  • 14 La Fidélité française, Procès-Verbal, 9 mai 1946, Arch. N. Devers-Dreyfus.
  • 15 P. Fouché. L’Édition française sous l’occupation. Op. cit., p. 191-193.

6Le monde de l’édition s’organise sans tenir compte du poids des communistes dans la vie publique. Un groupe d’éditeurs, réunis sous le nom de « Pour le livre », constitué en décembre 1944, défend le « rayonnement spirituel de la France » à l’étranger10. Les maisons d’édition du PCF n’y sont pas représentées. Quelques semaines plus tard, le PCF réagit en participant à la naissance d’une association concurrente, la « Fidélité française ». Constituée pour « défendre en commun dans la France libérée, les idées qu’ils ont défendues dans la France asservie11 », l’association se présente comme un groupe d’« éditeurs résistants », qui vise notamment à « faire redresser en particulier les torts et dommages » que leurs membres ont pu connaître pendant la guerre. Les éditions Hier et Aujourd’hui et la Bibliothèque française en sont membres12. Y sont admises en principe les sociétés qui ont une activité résistante tardive, avec pour date butoir le 8 novembre 1942. Les entreprises dites explicitement « semi-légales » ont également le droit d’y figurer13. Ainsi, les Éditions sociales, nées en 1944, et les Éditions France d’Abord y adhèrent en 1946. La « Fidélité française » a joué un rôle de groupe de pression, afin d’obtenir du papier pour ses membres, en plus de leur dotation courante, et a exprimé un avis sur le déroulement de l’épuration14. Elle disparaît totalement de la vie professionnelle de l’édition à partir de 194715.

L’édition communiste, 1944-1947 : l’âge d’or ?

  • 16 I. de Conihout. « La Conjoncture de l’édition ». Histoire de l’édition française. T. IV : le livre (...)
  • 17 P. Fouché. « L’Édition littéraire, 1914-1950 ». Histoire de l’édition française. T. III : Le temps (...)

7Le monde du livre retrouve son niveau de production d’avant-guerre dès 1946, avec environ 14 000 titres par an, hors réimpression16. Cette activité est d’autant plus remarquable qu’elle se déroule dans une période de forte pénurie de papier. Rares sont les structures éditoriales nées de la guerre : des entreprises comme les éditions Charlot, Seghers et Minuit font figure d’exception17. Ce contexte laisse le PCF relativement indifférent, obnubilé par la renaissance de sa presse et la nécessité d’éditer des manuels de formation politique.

  • 18 L’activité du Parti communiste français, semaine du 13 au 19 novembre 1944, Ba 2070, Arch. PPo : N (...)
  • 19 Les deux inédits concernent les Syndicats et l’Homme communiste : Réorganisation du programme éduc (...)
  • 20 Ba 1926, Arch. PPo.
  • 21 Décisions. Secrétariat, 20 novembre 1944, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 22 Ba 2084, Arch. PPo.
  • 23 Ba 1927, Arch. PPo.
  • 24 Propagande du Parti communiste, 31 mars 1945. Ba 2071, Arch. PPo

8En novembre 1944, les cours d’éducation politique reprennent. Mais que donner à lire à ces centaines de millier de nouveaux militants ? Non seulement le papier est rare, mais les textes fondamentaux doivent être retrouvés, puisqu’en 1939-1940, les publications saisies ont été quasi systématiquement pilonnées. En novembre, le PCF réussit à publier sa première collection destinée aux élèves des écoles, la série « Éducation politique » en dix « leçons18 ». Une seconde édition est lancée un an plus tard19. Ces brochures connaissent des tirages importants, entre 50 000 et 100 000 exemplaires20. Il est également décidé de rééditer la série la « Doctrine communiste » en six cours21. En 1945, les titres qui sont destinés à la plus grande diffusion sont Françaises, le Parti communiste vous parle (100 000 exemplaires) et Projet de charte d’unité de la classe ouvrière (600 00022). Ces deux ouvrages sont une belle illustration d’un parti qui organise sa propagande à la fois pour atteindre une nouvelle population et conforter son ancienne assise militante. En 1946, le tirage maximum est atteint par une brochure d’agitation, Ce que veulent les communistes, imprimée à un million d’exemplaires23. L’activité propagandiste est également liée au calendrier électoral. Cette intense activité éditoriale ne provoque pas de miracles : les ventes sont en deçà des tirages24.

  • 25 Propositions sur la réorganisation de nos maisons d’édition, [1945], f. 1, Arch. N. Devers-Dreyfus
  • 26 Lettre du service des Domaines (Paris) au secrétaire général, 26 mai 1948, B 59961/1, CAF.
  • 27 Note du directeur du Budget au ministre des Finances, 7 juin 1945, B 13615, CAF.

9Ce n’est que dans un second temps que le Parti communiste se penche sur l’organisation proprement dite de son appareil d’édition. La question est traitée lors d’une réunion du Secrétariat, le 27 novembre 1944, où l’on envisage de faire renaître le BE et les ESI. Ce choix est un moyen de forcer le gouvernement à restituer ou dédommager des saisies et obtenir le statut de victime pour avoir la préséance sur le contingent de papier25. Cette stratégie échoue. Tout l’appareil législatif visant à rétablir la légalité républicaine ne tient compte que de la période postérieure à juin 1940. En mai 1948, dans le seul département de la Seine, l’administration des Domaines gère encore les biens de 85 organisations communistes saisis en 1939 et 194026. Mais une bonne part des biens présentant de la valeur a été détruite ou attribuée27.

  • 28 Décisions. Secrétariat, 26 février 1945, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 29 R. Hilsum. « Entretien avec C. Willard. Du dadaïsme aux éditions du P.C.F. ». Cahiers d’histoire d (...)

10Les structures clandestines nées pendant la guerre ne sont pas oubliées : il est décidé que « les Éditions “Hier & Aujourd’hui” organiseront immédiatement la parution de la littérature plus large ». Or, elles n’ont rien publié depuis 1943, contrairement à la Bibliothèque française, à laquelle il n’est fait nulle allusion. Il y a donc un héritage de la Résistance, mais dans lequel la direction effectue un tri. Comme avant-guerre, la direction du PCF recourt à une commission des éditions, à qui on confie la tâche de « mettre au point un plan d’action » et d’« organiser le contrôle politique sur tous les ouvrages ». Cette commission – appelée aussi « Comité de lecture » – est composée de manière équilibrée entre anciens et nouveaux venus, intellectuels et responsables politiques. Parmi les anciens, L. Moussinac, G. Sadoul, J. Ducroux. Signe d’une reconnaissance institutionnelle, qui compense l’absence de la Bibliothèque française dans l’organisation, Aragon en fait désormais partie. Les nouveaux venus sont C. Morgan, Roger Garaudy et J. Baby28. Les responsables administratifs et politiques sont E. Dutilleul, des représentants du CDLP et de France d’Abord, un certain Rivière et surtout un dénommé « Jean ». « Jean » désigne Jean Jérôme. Chargé officieusement des questions financières, sa présence dans la commission fait doublon avec celle d’E. Dutilleul, dont la position dans le Parti décline. Mais le rôle de J. Jérôme n’est pas seulement celui de « financier occulte » du PCF ; la direction considère aussi qu’il a un avis autorisé sur le sujet29.

  • 30 Décisions. Secrétariat, 26 février 1945. Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

11La composition des instances de contrôle des éditions diffère peu de ce qu’elle fut avant-guerre. Le Secrétariat et le Bureau politique décident de la publication de tel ou tel texte, choisissant son sujet, son auteur et le moment de l’édition. Les textes dits « classiques », textes idéologiques fondamentaux destinés à la formation des militants, sont prioritaires. À l’inverse, la fonction de la fiction est vague. Le 26 février 1945, des personnalités bien connues sont sollicitées : « Direction politique des éditions : Moussinac (responsable), G. Sadoul – Fréville – Baby, sous la responsabilité de Jacques Duclos30. » La direction de ces équipes est confiée à des militants chevronnés, reconnus, fiables mais nullement en position de force politique. Les éditions sont un domaine peu prestigieux et sans potentiel d’ascension politique.

  • 31 Graphique 1.
  • 32 Graphique 2.
  • 33 Graphique 3.

12Pendant le deuxième semestre 1944, le Parti communiste publie 25 titres, production qui croît rapidement pour atteindre 117 titres en 1946, puis 122 en 194731. Les chiffres de tirage sont de 20 000 exemplaires en moyenne à partir de 194632. En 1945, cette production est dominée par les Éditions sociales (46 % des titres) et les éditions France d’abord (9 %), tandis que le domaine littéraire représente 43 % de la production, avec les éditions Hier et Aujourd’hui (24 %) et la Bibliothèque française (12 %). Alors que les brochures représentaient encore plus de la moitié des publications pendant le Front populaire, elles constituent, au mieux, 47 % de la production à partir de 194633. Le PCF publie désormais des livres.

  • 34 Acte du 22 janvier 1946, Arch. Tribunal de commerce de la Seine, INPI. Les actionnaires sont : Léo (...)
  • 35 J. Bruhat. Il n’est jamais trop tard. A. Michel, 1982, p. 96.
  • 36 Avec Pierre Daix, il a soutenu Henri Lefebvre lors de la publication À la lumière du matérialisme (...)

13Le 13 juin 1945, les actionnaires de la société anonyme Éditions sociales internationales se réunissent en assemblée générale extraordinaire et décident de « modifier la dénomination de la société qui s’appellera désormais : Éditions sociales34 ». L’idée de conserver la raison sociale « Bureau d’éditions » a donc été abandonnée, de même que le PCF a renoncé à l’adjectif « internationale » : le Komintern disparu, la France est désormais l’unique port d’attache du PCF. La maison d’édition quitte la rue Racine pour s’installer au 64, boulevard Auguste-Blanqui, dans le XIIIe arrondissement. Elle a pour président directeur général J. Ducroux, ancien employé des ESI et kominternien. Avec J. Ducroux, le Parti communiste fait encore appel à un technicien de la propagande, et non à un intellectuel reconnu comme tel par ses pairs. J. Bruhat se souvient de lui comme d’un « excellent administrateur35 ». Son sens de la discipline ne l’empêchera pas de prendre parfois des positions risquées36.

  • 37 H. Thimmonier. Pourquoi éditez-vous ? Les Lettres françaises, no 122, 23 août 1946, p. 4.

14La mission des Éditions sociales est de « vulgariser les œuvres du rationalisme moderne » ainsi que le déclare J. Ducroux qui précise : « En France, nous touchons tous les milieux : instituteurs, étudiants, ouvriers et paysans aux idées avancées, à l’intention desquels nous avons des collections bon marché37. » Les Éditions sociales publient une trentaine de titres par an. Le tirage moyen n’est guère supérieur à ce qu’il fut pendant l’Entre-deux-guerres. 42 % des titres sont des œuvres de Marx et Engels, 37,5 % proviennent des écrits de Lénine et Staline. En revanche, la part des écrits français est importante et en augmentation constante, passant de 25 % des publications en 1944 à 40 % en 1947. Il s’agit d’ouvrages d’intellectuels du Parti, et en particulier G. Politzer et Cécile Angrand, nouveaux représentants de la littérature communiste française, et surtout de R. Garaudy, figure montante du philosophe du Parti.

15La collection les « Éléments du communisme », créée en 1928, demeure la colonne vertébrale de cette nouvelle structure, véritable « saint des saints » éditorial, dont les 26 titres parus entre 1944 et 1948 célèbrent l’orthodoxie, avec des textes de Staline (5), de Engels (5), Marx (7), et Lénine (8). Certains sont réédités : Des principes du Léninisme de Staline en 1945 et 1947, Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande de Engels en 1945 et 1946, le Manifeste du Parti communiste français de Marx en 1945 et 1947, Le Matérialisme dialectique et le matérialisme historique de Staline en 1945 et 1947, Misère de la philosophie de Marx en 1946 et 1947, L’État et la révolution de Lénine en 1946 et 1947, Karl Marx et sa doctrine de Lénine en 1946 et 1947. Parmi ces textes apparaît un nouveau classique, Principes élémentaires de philosophie de G. Politzer en 1946. Mais le PCF crée aussi une nouvelle collection, les « Cours de l’Université nouvelle ». Les auteurs sont les enseignants, français, de l’Université nouvelle, parfois récemment entrés dans l’appareil : R. Garaudy, C. Angrand, Pierre George, Georges Tessier. L’héritage marxiste-léniniste n’est plus un « produit d’importation » : les militants y ont désormais accès par des plumes françaises. Sur les 91 titres publiés entre 1945 et 1947, un tiers sont des « manuels » mais dont la diffusion n’est pas massive (10 000 exemplaires). C’est au service de propagande que revient désormais l’organisation de l’édition des comptes rendus de congrès.

  • 38 1945, 128 p.
  • 39 H. Mougin est décédé en juillet 1946. C’est Jean Kanapa qui termine l’ouvrage. Il avait déjà parti (...)

16Le programme éditorial annoncé au public par J. Ducroux connaît une rupture en 1947. Les Éditions sociales délaissent les manuels pour des ouvrages plus élaborés, par la forme ou le public visé. Le signe le plus manifeste de ce changement est la réapparition d’une collection phare du Front populaire, rédigée par et pour des intellectuels français, « Problèmes ». La collection renaît dès 1945, avec un titre de R. Garaudy, Le Communisme et la morale38, mais elle se développe surtout à partir de 1947. Elle accueille en particulier les œuvres de G. Politzer. Les Éditions sociales se lancent par ailleurs dans la publication d’essais qui tentent de mêler des cultures politiques et historiques différentes. Il semble impératif de présenter l’URSS aux Français : manuel de langue russe, constitution soviétique, histoire de la révolution russe, structure de la vie politique… L’histoire du mouvement ouvrier français passe d’abord par la plume de Marx et Engels. Nulle trace de J. Guesde, J. Jaurès, ou autres représentants majeurs du mouvement ouvrier français antérieur à 1914. En revanche, les Éditions sociales traitent de la France par son histoire récente, celle de l’Occupation, et de ses héros (J. Decour, G. Péri, G. Politzer, le colonel Fabien). En 1947, elles se lancent aussi dans le pamphlet, utilisé d’abord contre J.-P. Sartre, avec La Sainte Famille existentialiste d’Henri Mougin39 et Une littérature de fossoyeur de R. Garaudy. Les discours politiques de dirigeants deviennent marginaux. Mais, surtout, c’est en 1947 que les Éditions sociales entreprennent l’édition des œuvres complètes de Marx.

  • 40 Décisions. Secrétariat, 26 février 1945, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 41 Décisions. Secrétariat, 2 décembre 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 42 Décisions. Secrétariat, 24 juin 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 43 M. Trébitsch. « Préface ». H. Lefebvre. Critique of Every Day. Volume I, Londres : Verso, 1991, p. (...)
  • 44 F. Combes et P. Latour. Conversation avec Henri Lefebvre. Op. cit., 58-60 p.; - R. Hess. Henri Lef (...)

17Les Éditions sociales ont une place à part dans les instances de pouvoir politique du Parti. Contrairement à d’autres, elles « bénéficient » de l’attention soutenue tantôt de la Section idéologique, tantôt de la Section d’éducation. À cette époque, R. Garaudy joue également un rôle politico-éditorial important40. Les processus de décisions demeurent inchangés. Les événements, comme les anniversaires, commémorations ou campagnes politiques, sont traduits dans la politique éditoriale par les instances de direction. C’est ainsi que le Secrétariat prend l’initiative de créer une « commission » chargée « d’établir un plan d’éditions à l’occasion des Centenaires du Manifeste communiste et de la Révolution de 184841 ». À l’inverse, certains projets ne voient pas le jour alors qu’ils sont initialement soutenus par la direction comme celui de « faire écrire sur la Résistance dans les différentes régions, sur l’insurrection de Paris » et de « rééditer St-Simon, Fourier, Cabet, Blanqui, etc. et tout ce qui peut montrer notre Parti comme le continuateur des traditions de la France révolutionnaire42 ». Le calendrier politique conduit à d’autres revirements éditoriaux. H. Lefebvre, ancien du groupe « Philosophies », en fait les frais. Son adhésion au PCF n’a pas fait de lui un intellectuel fiable aux yeux de la direction qui l’a peu utilisé pour ses publications. Il publie d’ailleurs en 1939 Matérialisme dialectique chez Alcan, temple de l’édition universitaire en philosophie. À la Libération, il bénéficie d’un retour en grâce et on attend de lui qu’il aide à « installer le marxisme dans sa légitimité philosophique43 ». La direction lui commande un ouvrage sur le matérialisme dialectique, prévu en 8 volumes, « à destination des militants et des étudiants du niveau classe préparatoire ». La série porte un titre en forme d’hommage au passé, À la lumière du matérialisme dialectique. H. Lefebvre inaugure en 1947 cette somme avec Logique formelle et logique dialectique, imprimé à 5 000 exemplaires. Lorsque les thèses jdanoviennes sont diffusées, ce premier volume devient suspect et les 7 autres volumes sont abandonnés44. Les valses hésitations et projets avortés montrent que l’édition demeure un outil de propagande malcommode dans un domaine où le moindre événement entraîne un changement de tactique, de priorité, de vocabulaire.

  • 45 S. Courtois et M. Lazar. Op. cit., p. 253.
  • 46 P. Langevin. « L’Encyclopédie ou la solidarité de l’action et de la pensée ». Les Lettres français (...)
  • 47 V. Chambarlhac. « L’Encyclopédie socialiste, une forme singulière pour une cause politique ? » Gen (...)
  • 48 La filiation ou contre filiation a aussi donné lieu à un lapsus intéressant. Dans un rapport, on y (...)
  • 49 Décisions. Secrétariat, 26 février 1945, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 50 F. Matonti. « Joliot-Curie et l’engagement politique des scientifiques de son temps ». Œuvre et en (...)

18L’histoire de Encyclopédie de la Renaissance française est également exemplaire de l’impact de l’actualité sur le processus éditorial. Cette encyclopédie, qui devait célébrer la défense commune de la classe ouvrière et de la nation45, se situe dans l’héritage de l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert, dont elle porte d’ailleurs le sous-titre Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers46, et dans la continuité de L’Encyclopédie socialiste (1912-1919), dirigée par A. Compère-Morel47. Elle est également et symboliquement en concurrence avec un autre projet des années trente, qui fut aussi une célébration du rationalisme, L’Encyclopédie française48. Lancée en 1945 par la direction du PCF49, l’entreprise est fragilisée par la disparition de plusieurs responsables (H. Mougon, P. Langevin). La crise de l’édition et surtout l’entrée dans la Guerre froide l’enterrent, tant le projet éditorial initial est en décalage avec les conceptions jdanoviennes50. Une fois encore, le temps long du processus éditorial se heurte au temps court du politique.

  • 51 Décisions. Secrétariat, 7 octobre 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 52 G. Cogniot. « Les Intellectuels et la Renaissance française ». Xecongrès national du PCF, 26-30 ju (...)
  • 53 « L’Intelligence française dans le combat ». Cahiers du communisme, 1944, p. 65-69.
  • 54 Arch. du Tribunal de commerce de la Seine, INPI.
  • 55 Éditions Hier et Aujourd’hui. Catalogue. Hier et Aujourd’hui, 1945, 6 p.
  • 56 Arch. du Tribunal de commerce de la Seine, INPI ; - Témoignage de François Hilsum.

19Les autres maisons d’édition du PCF sont également le jouet de l’actualité politique qui, après les avoir délaissées, les mettent en première ligne. Les maisons d’édition littéraires figurent pour la première fois depuis la Libération dans le compte rendu des organes de la direction en octobre 194651, lorsque les camarades soviétiques rappellent ce que doit être un art engagé. Pourtant, lors du Xe Congrès du PCF, en juin 1945, G. Cogniot avait rendu un hommage appuyé aux écrivains, associés à la Résistance52. Et de citer en exemple Aragon, J.-R. Bloch et… les Éditions de Minuit et « leur admirable collection ». Mais pas un mot sur Hier et Aujourd’hui ni sur la Bibliothèque française53. C’est Hier et Aujourd’hui qui est pourtant chargé de la défense la littérature romanesque au sein du Parti. Le programme éditorial est vague et le public visé large – « ouvriers, cultivateurs, employés, étudiants, syndicalistes, écrivains, savants, militaires, etc. ». La société des éditions Hier et Aujourd’hui est constituée le 28 décembre 1944, installée dans le Quartier latin, sise 1 rue Danton, dans le VIe arrondissement puis au 24 rue Racine (VIe arrondissement)54, l’ancienne domiciliation des ESI. Bien qu’elles fassent partie de l’association la « Fidélité française », elles se présentent rarement comme nées dans la clandestinité55. Fin juin 1945, Marcelle Hilsum, épouse de R. Hilsum, devient directrice de cette nouvelle structure, sur proposition de J. Jérôme56. Membre du Parti communiste depuis 1934, elle avait travaillé dans l’édition et la presse, d’abord avec son mari Au Sans Pareil puis avec G. Sadoul, pour le journal Mon Camarade et de ses premiers livrets. Pendant la guerre, elle eut comme son mari une activité clandestine, notamment comme agent de liaison auprès des prisonniers.

  • 57 Éditions Hier et Aujourd’hui. Catalogue. Hier et Aujourd’hui, hiver 1946, 12 p.

20Hier et Aujourd’hui édite 72 titres en trois ans, dont 40 romans. La première année est marquée du sceau de la littérature soviétique, comme si elle prenait le relais des ESI. Dès 1946, les Français partagent à part égale le catalogue. Parmi les romans soviétiques (13), seuls 5 sont des nouveautés, dont 3 écrits d’Ilya Ehrenbourg. Pour les romanciers français, 9 sont des inédits (François-Albert Viallet, Pierre Hermange, R. Garaudy, V. Pozner, J. Laffitte, Jeanne Saint-Cricq). Mais la maison d’édition édite aussi R. Rolland, Théophile Gautier, Balzac, George Sand. En 1946, les éditions créent une « collection illustrée de livres pour la jeunesse », qui ne compte que 4 ouvrages pendant cette même période : Pantagruel de Rabelais, Robin des Bois, Don Quichotte de Cervantès, et, seul nouveau venu Paul Delarue avec L’Amour de trois oranges. Une nouvelle collection est créée, « Désir de lire », « collection populaire d’œuvres choisies pour la femme et la famille57 », où on trouve R. Rolland, G. Sand, M. Arnaud, Balzac… Cette collection comprend 6 titres en 1946 et 1947 et répond à un « nouveau » lectorat et électorat, les femmes. Si le parti pris esthétique est le réalisme ou le naturalisme, il n’est pas marqué par une vraie prise de risque.

  • 58 E. Morin. Autocritique. Le Seuil, 1975, p. 75.

21Les essais représentent moins du tiers de la production. Ces textes sont encadrés par plusieurs collections, dont la principale est « Essais et Documents ». La série, créée en 1946, comporte 7 titres, qui traitent de sujets d’actualité (l’épuration, la bombe atomique, l’Allemagne…). C’est dans cette collection qu’est publié le livre d’Edgar Morin Allemagne, notre souci, livre de commande58. Les autres collections sont de moindre importance, quantitativement, avec quelques titres remarquables. « Connaissances de l’URSS » est dirigé par l’Association France-URSS (Centre culturel et économique France-URSS) qui abrite seulement 3 titres. « Civilisation française » traite de la « culture française ». Elle aura deux titres pendant cette période, et non des moindres : Géographie économique et sociale de la France, de Pierre George (1946) et Histoire d’une langue : le français, de Marcel Cohen (1947). Enfin, « La Science et l’homme » est dirigée par P. Labérenne, qui publie une réédition de l’Origine des mondes en 1947.

22Le tirage moyen est de 8 700 exemplaires en 1945, 10 300 en 1946 et 9 600 en 1947. Ces chiffres sont peu différents du reste de l’édition française. Rééditant des classiques de la littérature et reprenant des ouvrages édités par feus le BE et les ESI, Hier et Aujourd’hui n’est pas une maison d’édition tournée franchement vers l’avenir : elle est terne, avec une identité peu affirmée.

  • 59 Décisions. Secrétariat, 27 novembre 1944. Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 60 P. Buton. Les Lendemains qui déchantent. Op. cit., p. 198.
  • 61 Op. cit. p. 159.
  • 62 Lettre de A. Legay au ministre de l’Information, 14 décembre 1945. F41 1297, CARAN.
  • 63 Éditions Hier et Aujourd’hui. Catalogue. Hier et Aujourd’hui, hiver 1946, 12 p.
  • 64 France d’Abord. F41 1297, CARAN.
  • 65 Décisions. Secrétariat, 7 octobre 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis : « Fusionner les éditions “F (...)

23À l’automne 1944, la direction du PCF veut aussi créer « un Centre d’éditions à contenu patriotique59 ». Cette nouvelle maison d’édition s’appuie sur France d’Abord, journal des FTP, créé clandestinement en septembre 194160. Dans un premier temps, les éditions France d’Abord assurent l’édition du journal, de brochures et d’une série destinée aux enfants, « Jeunesse héroïque ». Entre 1944 et 1947, elles éditent 16 titres portant essentiellement sur l’armée, passée et présente, française et étrangère, et appuient la campagne du PCF en faveur du maintien des milices patriotiques61. Il s’agit d’un mélange de textes de différente nature : des textes à prétention littéraire, comme le Valmy de R. Rolland (1944) ; des textes universitaires, comme L’Armée nationale sous la Révolution (1789-1794) de A. Soboul (1945) ; une majorité de textes d’actualité (6). Une part importante de l’activité de France d’abord consiste dans l’édition de « Jeunesse héroïque », collection de courtes histoires illustrées, vendues en fascicule de 32 pages toutes les deux semaines. Initialement, cette « collection a pour but de perpétrer le souvenir de ceux qui sont tombés dans la lutte libératrice62 », racontant aux enfants, et d’abord aux garçons, les aventures des « plus belles figures des jeunes héros de la Libération et de la reconstruction de la France et dans le monde63 ». Cette collection a atteint des tirages importants, jusqu’à 60 000 exemplaires. Victime de la crise qui frappe la presse d’opinion, les tirages tombent à 25 000 exemplaires en 194764. De surcroît, la défense des milices patriotiques ou d’une armée populaire n’est plus d’actualité depuis la fin 1944. En 1946, le Secrétariat décide que les éditions France d’Abord se concentreront sur la sauvegarde de la revue et cède leur activité d’édition à Hier et Aujourd’hui65, qui ne conserve que la collection « Jeunesse Héroïque ».

  • 66 Réunion de la commission d’édition, 12 décembre 1944, 2 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.
  • 67 Gabrielle Gras est l’épouse de Pierre Abraham, engagée au BE avant-guerre. Elle a continué à trava (...)
  • 68 Assemblée constitutive, Bibliothèque française, 3 mai 1945, Arch. N. Devers-Dreyfus.
  • 69 Bibliographie de la France. Annonces, 18-25 mai 1945, no 20-21, p. 220.

24Autre maison d’édition, issue elle aussi de la Résistance, la Bibliothèque française adopte une position politique très ambiguë vis-à-vis du Parti. En décembre 1944, la commission d’édition (dont Aragon fait partie) signale que « la société est en bonne voie, mais en l’absence d’Aragon nous ne pouvons avoir de précision66 ». Le 3 mai 1945 se tient l’assemblée constitutive de la Bibliothèque française, avec des associés qui reflètent non seulement la confiance du Parti mais aussi l’existence d’un réseau propre à Aragon. Sont associés à l’entreprise Pablo Picasso, Renaud de Jouvenel, Gabrielle Gras67 et Paulette Laguillaume, épouse de G. Bensan68. Le siège social de la maison d’édition est alors établi au 18 rue de la Sourdière, le domicile d’Aragon. Contrairement aux éditions Hier et Aujourd’hui, la Bibliothèque française n’hésite pas à revendiquer son passé résistant69.

  • 70 M.-T. Eychard. « Réception du prix Goncourt 1944 : Elsa Triolet ou la constitution d’une légende » (...)

25On ne peut séparer l’histoire de la Bibliothèque française de la situation d’Aragon dans le monde littéraire et politique à la Libération. Ces « pestiférés les plus fêtés de Paris », comme l’écrivit E. Triolet, occupent à la fois des positions clé dans le monde intellectuel, tout en étant dans une situation de grande fragilité. Aragon est co-directeur du quotidien communiste Ce Soir, membre du comité directeur de l’UNI et secrétaire général du CNE. En revanche, il ne dirige pas les Lettres françaises et n’est pas responsable de la page littéraire de L’Humanité. En matière littéraire, Aragon avait défendu son modèle de « littérature de contrebande » pendant la guerre ; or c’est la littérature clandestine, représentée par Minuit, qui a gagné la partie. E. Triolet, après des débuts littéraires couronnés par un succès d’estime, connaît la célébrité en obtenant le prix Goncourt à la Libération, pendant l’été 1944, pour un recueil de nouvelles, Le Premier Accroc coûte cent francs, publié chez Denoël. Ses romans suivants seront reçus avec hostilité ou indifférence, aussi bien par les communistes que par les non-communistes70. La Bibliothèque française est la maison d’édition d’Aragon, avant d’être celle du Parti, et un des moyens de défendre sa position dans le champ intellectuel.

  • 71 Jean Auger-Duvignaud. « Chronique du romanesque : du roman politique ». Europe, juillet 1947, p. 7 (...)

26En trois ans, la production atteint 63 titres. La première caractéristique de cette maison d’édition est de n’éditer quasiment que des auteurs français. Les jeunes auteurs (Clara Malraux, Pierre Courtade…) côtoient les auteurs classiques (Prosper Mérimée, Balzac, George Sand…) et les auteurs confirmés (R. Rolland, F. Carco, J. Cassou, L. Moussinac…). Europe la présente comme le défenseur du « roman politique représentant assez les lignes de force d’un réalisme dialectique de l’imaginaire71 ». Contrairement à Hier et Aujourd’hui, cette production dénote l’existence d’une réelle politique éditoriale où la prise de risque est temporisée par la publication de « valeurs sûres ».

  • 72 En euros constants.
  • 73 La Diane française est une réédition de En français dans le texte, publié pendant la guerre en Sui (...)
  • 74 En euros constants. Sur l’histoire de ce livre : Matisse et Baudelaire. Le Cateau-Cambrésis, Musée (...)
  • 75 En euros constants.
  • 76 Éditions de luxe de l’UNI. Informations de l’Union nationale des intellectuels, 29 décembre 1945, (...)
  • 77 D. Vaugeois. « Henri Matisse, roman d’Aragon : les enjeux littéraires et artistiques d’une “mise e (...)

27Les autres genres qui composent ce catalogue sont les essais (10 titres), l’histoire (4), le livre d’art (2) et le livre pratique (1). Ils sont très marqués par l’actualité (l’école, la guerre civile grecque, l’Allemagne…), mais aussi par le souvenir de la déportation et la Résistance, bien plus que les éditions Hier et Aujourd’hui. Dernière singularité, la Bibliothèque française se lance dans les livres pour bibliophiles, les livres d’artistes. Sur 63 titres, douze sont illustrés, certains de manière luxueuse. Vendue 380 euros72 en 1946, imprimée à 615 exemplaires, la Diane française d’Aragon est illustré de 52 lithographies de Valdo Barbey73. Les Fleurs du Mal de Baudelaire illustré par Matisse sont vendues 3 810 euros en 1947, imprimées à 300 exemplaires74. Les sujets ne sont pas uniquement littéraires, comme en témoignent les 111 dessins faits à Buchenwald, 1944-1945, de Boris Taslitzky en 1946, vendus 68 euros en édition courante et jusqu’à 305 euros en éditions de tête75. Ceci répond au goût d’Aragon pour ce type d’édition : il a été le bibliothécaire du collectionneur Jacques Doucet au début des années vingt et ces ouvrages permettent de confronter et allier arts graphiques et littérature. L’édition de luxe a aussi une fonction sociale : le CNE et l’UNI font appel à la Bibliothèque française pour éditer des ouvrages dont le produit permet de financer leur fonctionnement76. Elle a probablement aussi une fonction politique : elle permet à Aragon d’exprimer plus librement ses choix, goûts et parti pris esthétiques77. Les ambitions d’Aragon pour sa maison d’édition sont donc réelles – mener une politique éditoriale destinée à implanter durablement une maison d’édition au service de la littérature engagée et de la politique.

  • 78 Lettre de Aragon à J.-R. Bloch, 15 janvier 1945, Fonds Jean-Richard Bloch, NAF, BnF ; - M.-C. Bouj (...)
  • 79 M.-C. Bouju. « Europe et ses éditeurs, 1923-1949 ». Op. cit.
  • 80 Edgar Monceau au Front national universitaire, 21 novembre 1945, Arch. N. Devers-Dreyfus.
  • 81 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., 528 p.
  • 82 Aragon, J. Paulhan et E. Triolet. Correspondance générale. Le Temps traversé. Gallimard, 1994, p.  (...)
  • 83 M. Aucouturier. Le Réalisme socialiste. Op. cit., p. 84-90.
  • 84 Aragon. « Le criminel et le héros ». L’Humanité, 7 décembre 1946, p. 4.
  • 85 R. Lahanque. Le Réalisme socialiste en France (1934-1954). Op. cit., p. 564-577.

28La diffusion varie peu (6 200 exemplaires en 1945, 5 900 en 1946 en moyenne), avec néanmoins un pic en 1947 (12 800). Mais la situation de cette maison d’édition est fragile. Aragon déploie une énergie considérable pour que sa maison édite une importante revue littéraire de l’Entre-deux-guerres, qui s’était sabordée en 1939, Europe78. La revue reparaît en 1946 et la Bibliothèque française crée dans la foulée une collection éponyme. Comme avant-guerre, le comité de rédaction est composé de communistes et de non communistes. Cette reparution est destinée à consolider la maison d’édition dans le monde littéraire, mais le fait que la collection « Europe » n’ait comporté que quatre volumes montre combien cette ambition n’est pas suivie d’effets79. La maison d’édition espère aussi bénéficier des réseaux du Front national universitaire80 et du Comité national des écrivains, dont Aragon est le secrétaire. La maison d’édition obtient la publication des livres préparés par le CNE. C’est ainsi qu’elle édite en 1945 un recueil de textes littéraires sur l’occupation, Un village en France. Or, contre tout espoir, le CNE ne joue pas le rôle de diffuseur qu’on attend de lui. La perte est de 200 000 francs pour la Bibliothèque française81. Les espoirs nourris en 1944 disparaissent. Cette maison d’édition était liée à l’esprit d’union de la Résistance : elle subit donc les contrecoups des premières crises (politiques puis économiques), tout comme Minuit ou Charlot. Dernier signe de cette marginalisation, J. Paulhan propose à Aragon un manuscrit que Gallimard a refusé : « Il me semble qu’à votre place je l’accueillerais à la Bibl. française82 », lui écrit-il. La Bibliothèque française est-elle destinée à éditer les « refusés » de Gallimard ? En août 1946, le rapport Jdanov en URSS exige que la nature idéologique de l’art soit réaffirmée et que les artistes soient plus que jamais soumis à la discipline de Parti83. Ayant vent de la radicalisation de la position esthétique en URSS, Aragon défend à partir de 1946 le « point de vue du réalisme84 », mais un réalisme enraciné dans un passé national85, au moment où la situation de sa maison d’édition dans le champ littéraire est médiocre. C’est à la suite du rapport Jdanov, en octobre 1946, que la direction du PCF intervient dans la vie de la Bibliothèque française, qu’elle avait négligée jusque-là.

  • 86 « Le CDLP vous présente ses abonnements… » Cahiers du communisme, août 1945, no 10, hors-texte.
  • 87 P. Daix. J’ai cru au matin. R. Laffont, 1976, p. 187-188.
  • 88 G. Streiff. Jean Kanapa (1921-1978). Op. cit., p. 78-80.
  • 89 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 278.
  • 90 Décisions. Secrétariat, 7 octobre 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis. Il est publié en 1947 par le (...)
  • 91 Il s’agit d’un roman de René Saint-Cricq Jeanne, édité en 1946. Décisions. Secrétariat, 31 mars 19 (...)
  • 92 E. Morin. Autocritique. Le Seuil, 1975, p. 75.
  • 93 V. Leduc. Tribulations d’un idéologue. Syros, 1985, p. 104.
  • 94 G. Streiff. Jean Kanapa (1921-1978). Op. cit., p. 143.

29Son outil d’intervention est la commission des éditions, qui élabore des plans d’édition et donne un avis, a posteriori, sur les parutions des maisons d’édition et d’autres entreprises. C’est à la fois un comité de lecture, une commission de contrôle et un organisme chargé d’indiquer (au CDLP en particulier) ce qu’il convient de diffuser ou non. Cette dernière fonction est d’ailleurs affichée : dans une publicité du CDLP en 1945, il est précisé que le Centre propose un abonnement dit « Librairie », qui comporte à la fois les publications du PCF et « des ouvrages paraissant chez d’autres éditeurs, reconnus comme d’un très grand intérêt par la Commission de Lecture86 ». Pierre Daix a donné un témoignage sur le fonctionnement de cet organisme. Jeune militant, résistant, ancien déporté, il est embauché aux Éditions sociales en octobre 1947, comme adjoint de J. Ducroux, et c’est à ce titre qu’il devient membre de la commission des éditions, présidée alors par J. Laffitte. Il en décrit le mécanisme : « Elle se réunissait toutes les semaines, fonctionnant comme un comité de lecture, mais aussi de centre et, comme j’allais bientôt m’en apercevoir, de surveillance idéologique. Nous respections les formes en ne prenant pas de décisions dûment votées et formulées parce qu’il suffisait de notre consensus pour qu’il se traduise aussitôt dans les faits87. » Elle sert de cadre d’exécution pour les affaires de censure. En 1947, la commission décide d’organiser le boycott d’un roman édité par Hier et Aujourd’hui, écrit par un militant discipliné, L. Moussinac, Les Statues de sel. Pour J. Laffitte, raconte P. Daix, « Moussinac atteignait la renommée du Parti pour sa complaisance pour des aventures scabreuses. Jean Jérôme trancha : c’était de la pornographie ». Le boycott de ce livre, écrit par un communiste et édité par le Parti, est organisé « par les organisations de masse ou de diffusion, les librairies, la presse du Parti ». Le premier roman de Jean Kanapa, Comme si la lutte entière, édité par Nagel en 194688, est victime des mêmes réactions de pruderie (J. Vermeersch le traitant de « désaxé ») et de la même interdiction de diffusion. En 1947, les notes de Jean Moulin, publiées par les éditions de Minuit, sous le titre Premier Combat, passent aussi par les fourches caudines de la commission : en février 1948, on annonce à Vercors que le livre sera diffusé par le Parti… à condition que la préface signée par C. de Gaulle soit supprimée89. La direction du Parti intervient également directement et aucun militant n’y échappe. C’est le Secrétariat qui demande à R. Garaudy de revoir son manuscrit du Huitième Jour de la création, en octobre 1946, « après discussion avec la commission d’éditions90 ». La direction délègue son pouvoir à la commission mais ne le lui cède pas, comme le montre ce rappel à l’ordre. En mars 1947, elle fait « des observations sérieuses à Marcelle Hilsum et Léon Moussinac sur leur manque de vigilance qui les a amenés à faire éditer Les Fils de la fatigue, livre anti-communiste91 ». D’autres instances interviennent dans le processus « politico-édiorial ». Le manuscrit Allemagne notre souci d’Edgar Morin est revu par la section idéologique92. D’après Victor Leduc, il y a même un militant spécialement chargé du contrôle des manuscrits destinés aux Éditions sociales, René Mirouze93. La brutalité des décisions tranche avec le fait qu’elles ne prévalent pas pour l’avenir. En octobre 1947, J. Kanapa devient membre de la commission des éditions94

  • 95 M. Poulain. « A Cold War best-seller: the Reaction to Arthur Koestler’s Darkness at noon in France (...)
  • 96 M. Poulain. Op. cit. ; - A. Kœstler. Œuvres autobiographiques. Robert Laffont, 1994, p. 705-706.

30Pendant l’Entre-deux-guerres, le Parti communiste utilisait l’essentiel de son énergie au profit de la diffusion de la littérature destinée aux militants. La Libération ouvre une tout autre période, pendant laquelle il exerce sa vigilance sur les parutions des éditeurs bourgeois. En décembre 1945, paraît le Zéro et l’infini d’Alfred Koestler, ancien communiste et kominternien, édité par les éditions Calmann-Lévy, roman qui décrit les procès de Moscou de la fin des années trente. Le livre est un succès. En 1948, 300 000 exemplaires ont été vendus95. De son côté, le PCF ne commence à organiser le boycott de l’ouvrage que lorsque son succès devient manifeste : campagne de presse, mise à l’index de l’éditeur, tentative de rachat des stocks existants… Le PCF aurait même tenté de décourager l’éditeur, en envoyant une délégation auprès de lui, conduite par J. Duclos96. Ces interventions sont conjoncturelles, d’où un paradoxe manifeste : le PCF n’a pas créé de simples officines, mais des maisons d’édition, tout en conservant à leur égard une attitude digne de l’époque de la Librairie de l’Humanité.

  • 97 Décisions. Secrétariat, 17 juin 1946. Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 98 Décisions. Secrétariat, 23 décembre 1946. Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

31À la fin 1946, au moment où la presse communiste entre dans une crise profonde, le sort des éditions inquiète, doublement menacée par les prémices de crise de l’édition et les effets du rapport Jdanov97. En décembre 1946, la direction du Parti communiste demande à ce que l’on examine « avec plus de circonspection l’édition et l’importance du tirage des brochures98 ». De même qu’elle a rappelé l’autorité et la légitimité du PCF sur les activités des intellectuels, elle réaffirme aussi son pouvoir face aux éditeurs.

Le CDLP : un « Hachette des éditions de gauche » ?

  • 99 Les associés sont : Émile Dutilleul ; Auguste Havez ; Jean Laffitte ; Guy Périlhou ; Georges Tessi (...)
  • 100 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. [CD-Rom] Éditions de l’Atelier, 1997 ; - D (...)
  • 101 D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Op. cit., 1 (...)
  • 102 Témoignage de Raymond Hallery.
  • 103 Note, 28 décembre 1944 ; - Lettre de R. Thebaud au Préfet de police de Paris, 28 décembre 1944, GA (...)

32Installé boulevard Diderot dans le XIIe arrondissement99, le CDLP est dirigé par Edgar Monceaux, ancien ajusteur et bouquiniste100, puis par l’ancien directeur d’avant-guerre, G. Cabannes101. Son activité connaît un net changement d’échelle : le CDLP employait avant-guerre une trentaine de personnes ; en 1949 il en emploie près de 230102. En 1944, tandis que la direction du Parti communiste cherche à recréer un catalogue, le CDLP veut reconstituer ses stocks. Le 28 décembre 1944, le CDLP réclame au Préfet de police la restitution des « stocks de livres qui ont été saisis103 ». En vain.

  • 104 Rapport concernant l’organisation de la diffusion de nos éditions, dact., 2 p., Arch. N. Devers-Dr (...)
  • 105 Séance du 7 mars 1945. Débats de l’Assemblée consultative provisoire. 2epartie. Journal officiel d (...)
  • 106 Proposition de résolution, Assemblée consultative provisoire, annexe au procès-verbal de la 2e séa (...)
  • 107 H. Eck. « Enjeux et débats autour de la naissance des NMPP ». La Distribution et la diffusion de l (...)
  • 108 O. Wieviorka. « La Presse ». Les Pouvoirs en France à la Libération. 1994, p. 140-148 ; - H. Eck. (...)
  • 109 L’Intercontinentale du Livre est à l’origine d’une des plus importantes entreprises de diffusion d (...)

33Cette reconstitution tente de se faire sur des bases nouvelles. La diffusion doit être « organisée de manière rationnelle, et, en rapport avec les besoins nouveaux du Parti », lit-on dans un rapport, qui distingue « la diffusion par le canal du parti », la « diffusion par les librairies » et « l’organisation du colportage spécialisé ». Le deuxième mode consiste à fournir aux libraires l’ensemble des nouveautés et même d’assurer l’exclusivité de la diffusion de certaines maisons d’édition, comme Seghers. Ce système présenterait deux avantages non négligeables : « permettre de faire une sélection des livres à vendre, et d’influencer un certain nombre de librairies » et produire « une source de revenus qui permettra le renforcement de l’appareil de diffusion ». Quant au « colportage spécialisé », il s’agit de concurrencer les catholiques dans le monde rural, et de « présenter aux paysans une sélection de livres et brochures à leur portée ». Ce projet est d’autant plus ambitieux que non seulement il vise à « réaliser un grand travail dans le domaine de l’éducation des masses », mais surtout « le CDLP réorganisé de cette façon peut devenir un HACHETTE DES EDITIONS DE GAUCHE, et jouer un très grand rôle dans la diffusion littéraire du pays104 ». C’est alors que le PCF entame sa première campagne contre Hachette à l’Assemblée. Si le PCF a été peu présent dans les débats sur l’épuration de l’édition, il a concentré ses attaques sur l’autre activité de la « pieuvre » Hachette : la diffusion du livre. Pendant le premier semestre 1945, les élus communistes s’intéressent de près à ce secteur dominé avant-guerre par Hachette et qui avait alors pour seul concurrent la Maison du Livre français, coopérative d’éditeurs105. Ils proposent de créer des « Messageries françaises de la Librairie106 », à l’image des Messageries Françaises de Presse (MFP) gérées par des communistes et des personnalités proches du PCF107. Les communistes échouent, tant pour les MFP108 que pour le projet de messageries de librairies. Les causes sont économiques, mais surtout politiques, car dans ce projet de destruction des monopoles d’Hachette, le PCF n’est pas suivi par ses alliés politiques. Le projet de devenir le concurrent ou remplaçant de Hachette a donc échoué. Celui de devenir l’intermédiaire des maisons d’édition « amies » n’a pas connu meilleure fortune. Pierre Seghers, décidé à se lancer dans le créneau risqué de l’édition de poésie, crée sa propre entreprise de diffusion, condition sine qua non pour rester indépendant. Il fonde dès son arrivée à Paris en 1944 l’Intercontinentale du Livre, qui a comme clients Ides et Calendes, Clairefontaine, Marabout et Minuit109.

  • 110 En euros constants.
  • 111 En euros constants.
  • 112 « Le CDLP vous présente ses abonnements… » Cahiers du communisme, août 1945, no 10, hors-texte.
  • 113 En euros constants. « La Répartition de la librairie en France ». Office professionnel des industr (...)

34Le CDLP est donc cantonné à la diffusion militante. Il offre deux types de services, proches de son activité passée. Il propose un abonnement dit « Documentation » c’est-à-dire un ensemble de brochures, traitant de la théorie marxiste-léniniste et d’actualité pour 23 euros par mois110 et un abonnement dit « Librairie », de 70 à 140 euros111. Le CDLP propose également de diffuser les publications des « autres éditeurs », à condition qu’elles obtiennent l’aval de la commission des éditions112. Mais si, après cinq ans de censure, les Français sont avides de lecture, leur pouvoir d’achat réduit les possibilités d’acquisition. En 1945, ils consacrent entre 3 et 4 euros par an et par habitant à l’achat de livres113. Les prix pratiqués par le CDLP exigent des militants et sympathisants un sacrifice financier.

  • 114 Propositions sur la réorganisation de nos maisons d’édition, [1945], f. 1, Arch. N. Devers-Dreyfus
  • 115 Décisions. Secrétariat, 31 juillet 1945, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 116 Propositions sur la réorganisation de nos maisons d’édition, Op. cit.
  • 117 Témoignage de Raymond Hallery.
  • 118 En décembre 1958, l’ALAP crée une seconde librairie, le « Nouveau Siècle », au 43 rue Vivienne, ma (...)

35Quant aux relations avec les maisons d’édition du Parti, le CDLP a désormais l’exclusivité de leur catalogue, ce qui n’était pas le cas avant-guerre114. Pour le diffuser, le CDLP s’appuie sur un réseau de librairies, baptisées « Librairies de la Renaissance française », qui sont une dizaine à la fin des années quarante. Une librairie ainsi nommée se réinstalle au 44, rue Peletier, siège du Comité central115, pendant que le CDLP récupère celle du 24, rue Racine116. Il s’agit d’établissements divers par leur statut et leur histoire, librairies associatives, syndicales, ou privées117. Il existe aussi des librairies plus spécialisées. Dès 1952, l’ALAP a sa propre librairie, la Librairie du Globe, dans le Ve arrondissement, qui diffuse la littérature soviétique118.

  • 119 Léon Mauvais. Rapport. Comité central, 30-31 août 1946, Montreuil, p. 10-24, Fonds PCF, AD Seine-S (...)
  • 120 En euros constants. Émile Dutilleul. Rapport. Comité central, 30-31 août 1946, Montreuil, p. 1, Fo (...)

36Le CDLP se heurte à trois difficultés. Jusqu’en 1946, il souffre du manque de locaux appropriés. De plus, il n’est guère aisé d’organiser la diffusion de livres dans un pays encore en guerre et partiellement occupé et dont les réseaux de transport ont d’autres priorités. Enfin, les « mauvaises habitudes » dont a été victime le CDLP pendant les années trente réapparaissent très vite. En août 1946, les dettes de l’entreprise, qualifiées d’« énormes » par L. Mauvais119, sont évaluées à 1 250 000 euros120. Un an après la Libération, se pose déjà la question des impayés, avant même que la crise économique ne frappe l’édition un an plus tard.

  • 121 Décisions. Secrétariat, 8 juillet 1946 et 16 septembre 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 122 J. Girault. « Guy Périlhou (1911-1999) ». Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, (...)
  • 123 Décision. Secrétariat, 29 juillet 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 124 Organisons la diffusion. La Vie du Parti, 1er février 1947, no 23, p. 4.
  • 125 Diffusion. La Vie du Parti, 15 avril 1947, no 28, p. 4.

37La première mesure prise, comme souvent, est le remplacement des responsables. Le 8 juillet 1946, G. Cabannes, affecté à Ce Soir, est remplacé par Guy Périlhou121. Ce dernier présente à la fois des garanties politiques et professionnelles : membre du PCF depuis 1933, il est représentant de commerce de profession ; pendant la guerre il a fait partie du Front national à Lyon, et devient à la Libération son secrétaire national à la propagande122. Mais c’est à Auguste Havez qu’est confiée la réorganisation, au demeurant modeste, du CDLP123. L’appel à la diffusion dans la sphère militante reprend124, jusqu’à dresser des listes, comme avant-guerre, des « bons » et « mauvais » élèves parmi les fédérations125. En 1947, il n’est plus question de devenir un « Hachette des éditions de gauche » mais d’équilibrer des comptes.

  • 126 Bibliographie de la France. Annonces, 17-31 août 1945, no 33-35, p. 519.
  • 127 Bibliographie de la France. Annonces, 23-30 novembre 1945, no 47-48, p. 877.
  • 128 Bibliographie de la France. Annonces, 25 janvier 1946, no 3-4, p. 65.
  • 129 Bibliographie de la France. Annonces, 21-28 février 1947, no 8-9, p. 482.
  • 130 Décisions. Secrétariat, 10 février 1947, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

38La diffusion hors du monde militant est limitée, même si la publicité à destination des libraires utilise un vocabulaire bien pensé. Lorsque les éditions Hier et Aujourd’hui annoncent la parution en 1945 de La Mère de M. Gorki et de Et l’acier fut trempé de N. Ostrovski, il s’agit de « deux rééditions de chef-d’œuvre de la littérature russe126 ». La Bibliothèque française présente Histoire du plébiscite d’Émile Erckmann-Chatrian, illustré par Boris Taslitzky, comme un « livre d’étrennes127 ». La volonté d’atteindre le public le plus vaste possible oblige à des argumentations commerciales politiquement neutres. Les éditions Hier et Aujourd’hui présentent le roman soviétique, inédit en France, de Pavel Nisovoï, Arctique, comme « un prodigieux roman d’amour sous le ciel polaire128 » ; idem pour la Bibliothèque française à propos de la collection « Toute la passion de la vie » en 1947, qui rassemble des « romans d’aventure et d’amour129 ». Or, pour parvenir à s’implanter dans le monde de la librairie traditionnelle et toucher un vaste public, non militant, il faudrait que la presse relaie auprès des lecteurs l’existence de ces titres, par des critiques favorables (ou même défavorables). Or, tout indique que la presse non communiste s’intéresse peu à ces publications et la presse communiste se montre peu zélée130. Comme avant-guerre, les publications du PCF sont donc méconnues, ce qui fragilise surtout les éditions littéraires du Parti.

  • 131 J.-M. Guillon. « “Parti du mouvement” et “Parti de l’ordre” (automne 1944 – automne 1945) ». Les P (...)
  • 132 D. Borne. Histoire de la société française depuis 1945. A. Colin, 2002, p. 22.

39En 1947 le PCF est à la tête de trois maisons d’édition, dont deux occupent le même secteur éditorial, et d’une entreprise de diffusion qui est en grave déficit. Si, comme le défend J.-M. Guillon, le PCF a démontré sa capacité à attirer des électeurs au nom d’un rejet de la politique « politicienne131 », sa stratégie se heurte aussi à cette France pour qui la priorité est le retour à une vie quotidienne et matérielle normale132. Le 4 mai 1947, les communistes quittent le gouvernement, présidé par Paul Ramadier. Le PCF entre dans l’opposition, et avec lui ses maisons d’édition.

Notes

1 Y. Guillauma. Presse et pouvoirs de 1944 à 1958. Contribution à l’histoire de la presse sous la Quatrième République. Th. de doctorat en sciences de l’information, dir. Pierre Albert : université Paris-II Panthéon Assas, 1993, p. 299.

2 H. R Lottman. L’Épuration (1943-1953). LGF, 1994, p. 32-36.

3 Y. Guillauma. Presse et pouvoirs de 1944 à 1958. Contribution à l’histoire de la presse sous la Quatrième République. Op. cit., p. 180.

4 Op. cit., p. 181-182.

5 P. Fouché. L’Édition française sous l’Occupation. Bibliothèque de littérature française contemporaine de l’université Paris-VII, 1987, p. 155-156.

6 G. Sapiro. La Guerre des écrivains. Op. cit., p. 540.

7 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 657-659.

8 Extrait des « Propositions du Parti communiste français. Propositions de mesures immédiates à appliquer lors de la libération par le ministère de l’Information », s. d., 10 p., Archives Michel Debré, dans : A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 475-476.

9 P. Assouline. Gaston Gallimard. Op. cit., p. 378 et 383.

10 P. Fouché. L’Édition française sous l’occupation. Op. cit., p. 185 ; - « Les Éditeurs français et leur responsabilité ». Les Lettres françaises, 2 décembre 1944, 32, p. 59. Les membres de « Pour le livre » sont : Bourrelier ; Corréa ; Le Cerf ; Durand-Auzias ; Le Seuil ; Je Sers ; L’Amitié (M. Rageot) ; Rouart-Lerelle ; Seghers ; Camping ; Minuit.

11 La Fidélité française. Bibliographie de la France : Chroniques, 3-7 mai 1946, no 18-20, p. 699.

12 P. Fouché. L’Édition française sous l’occupation. Op. cit., 1987, p. 185 ; - La Fidélité française. Paris : Association des éditeurs résistants, décembre 1946. 4 p.

13 Déclaration de la Fidélité française, 29 mai 1945, Arch. PPo.

14 La Fidélité française, Procès-Verbal, 9 mai 1946, Arch. N. Devers-Dreyfus.

15 P. Fouché. L’Édition française sous l’occupation. Op. cit., p. 191-193.

16 I. de Conihout. « La Conjoncture de l’édition ». Histoire de l’édition française. T. IV : le livre concurrencé, 1900-1950. Op. cit., p. 70-96.

17 P. Fouché. « L’Édition littéraire, 1914-1950 ». Histoire de l’édition française. T. III : Le temps des éditeurs. Du romantisme à la Belle Époque. Fayard, 1990, p. 237-239 ; - Elisabeth Parinet. Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine : XIXe–XXe siècle. Le Seuil, 2004, p. 377-380 ; - A. Simonin. « L’édition littéraire ». L’Édition française après 1945. Cercle de la Librairie, 1998, p. 30-87.

18 L’activité du Parti communiste français, semaine du 13 au 19 novembre 1944, Ba 2070, Arch. PPo : Notions économiques sur la France ; l’Avenir économique et sociale de la France ; la Nation française ; les Communistes et la guerre ; la Question paysanne ; la Jeunesse ; le Parti ; la Politique générale du Parti ; les Questions d’organisation du Parti.

19 Les deux inédits concernent les Syndicats et l’Homme communiste : Réorganisation du programme éducatif du Parti communiste, 5 octobre 1945, Ba 2071, Arch. PPo.

20 Ba 1926, Arch. PPo.

21 Décisions. Secrétariat, 20 novembre 1944, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

22 Ba 2084, Arch. PPo.

23 Ba 1927, Arch. PPo.

24 Propagande du Parti communiste, 31 mars 1945. Ba 2071, Arch. PPo

25 Propositions sur la réorganisation de nos maisons d’édition, [1945], f. 1, Arch. N. Devers-Dreyfus.

26 Lettre du service des Domaines (Paris) au secrétaire général, 26 mai 1948, B 59961/1, CAF.

27 Note du directeur du Budget au ministre des Finances, 7 juin 1945, B 13615, CAF.

28 Décisions. Secrétariat, 26 février 1945, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

29 R. Hilsum. « Entretien avec C. Willard. Du dadaïsme aux éditions du P.C.F. ». Cahiers d’histoire de l’Institut de recherche marxiste, 1983, no 12, p. 89-108.

30 Décisions. Secrétariat, 26 février 1945. Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

31 Graphique 1.

32 Graphique 2.

33 Graphique 3.

34 Acte du 22 janvier 1946, Arch. Tribunal de commerce de la Seine, INPI. Les actionnaires sont : Léon Moussinac, Joseph Ducroux, Roger Ginsburger, Waldeck L’Huillier, René Blech, Joseph Troillet, Marcel Hamon, Léon Feix, Pierre Maucherat, André Mercier, Roger Houet.

35 J. Bruhat. Il n’est jamais trop tard. A. Michel, 1982, p. 96.

36 Avec Pierre Daix, il a soutenu Henri Lefebvre lors de la publication À la lumière du matérialisme dialectique dans la commission des éditions : Témoignage de Pierre Daix.

37 H. Thimmonier. Pourquoi éditez-vous ? Les Lettres françaises, no 122, 23 août 1946, p. 4.

38 1945, 128 p.

39 H. Mougin est décédé en juillet 1946. C’est Jean Kanapa qui termine l’ouvrage. Il avait déjà participé à l’édition de trois œuvres de G. Politzer (Principes élémentaires de philosophie en 1946, Crise de la psychologie contemporaine et Révolution et contre révolution en 1947). Dans G. Streiff. Jean Kanapa, 1921-1978. L’Harmattan, 2002, p. 85-87 ; - G. Cogniot. Parti pris. Tome 2 : De la Libération au programme commun. Éditions sociales ; 1976, p. 124.

40 Décisions. Secrétariat, 26 février 1945, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

41 Décisions. Secrétariat, 2 décembre 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

42 Décisions. Secrétariat, 24 juin 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

43 M. Trébitsch. « Préface ». H. Lefebvre. Critique of Every Day. Volume I, Londres : Verso, 1991, p. ix-xxviii. Disponible sur : http://www.ihtp.cnrs.fr/Trebitsch.

44 F. Combes et P. Latour. Conversation avec Henri Lefebvre. Op. cit., 58-60 p.; - R. Hess. Henri Lefebvre et l’aventure du siècle. A. M. Métaillé, 1988, p. 139.

45 S. Courtois et M. Lazar. Op. cit., p. 253.

46 P. Langevin. « L’Encyclopédie ou la solidarité de l’action et de la pensée ». Les Lettres françaises, 16 juin 1945, no 60, p. 1 et 6.

47 V. Chambarlhac. « L’Encyclopédie socialiste, une forme singulière pour une cause politique ? » Genèses, no 57, décembre 2004, p. 4-22.

48 La filiation ou contre filiation a aussi donné lieu à un lapsus intéressant. Dans un rapport, on y parle de l’Encyclopédie française au lieu de Encyclopédie de la Renaissance française. Rapport concernant l’organisation de la diffusion de nos éditions, s. d., 2 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus ; - J.-Y. Mollier. « La fabrique éditoriale ». Cahiers trimestriels Jean-Jaurès, janvier-juin 2002, no 163-164, p. 11-31 ; - M. Trébitsch. « Une entreprise républicaine ». Ibid., p. 65-78 ; N. Racine. « Pierre Abraham, Lucien Febvre et les tomes Arts et littératures dans la société contemporaine ». Ibid., p. 117-147.

49 Décisions. Secrétariat, 26 février 1945, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

50 F. Matonti. « Joliot-Curie et l’engagement politique des scientifiques de son temps ». Œuvre et engagement de Frédéric Joliot-Curie. EDP Sciences, 2001, p. 108-120.

51 Décisions. Secrétariat, 7 octobre 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

52 G. Cogniot. « Les Intellectuels et la Renaissance française ». Xe congrès national du PCF, 26-30 juin 1945. Éditions du PCF, 1946, p. 16.

53 « L’Intelligence française dans le combat ». Cahiers du communisme, 1944, p. 65-69.

54 Arch. du Tribunal de commerce de la Seine, INPI.

55 Éditions Hier et Aujourd’hui. Catalogue. Hier et Aujourd’hui, 1945, 6 p.

56 Arch. du Tribunal de commerce de la Seine, INPI ; - Témoignage de François Hilsum.

57 Éditions Hier et Aujourd’hui. Catalogue. Hier et Aujourd’hui, hiver 1946, 12 p.

58 E. Morin. Autocritique. Le Seuil, 1975, p. 75.

59 Décisions. Secrétariat, 27 novembre 1944. Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

60 P. Buton. Les Lendemains qui déchantent. Op. cit., p. 198.

61 Op. cit. p. 159.

62 Lettre de A. Legay au ministre de l’Information, 14 décembre 1945. F41 1297, CARAN.

63 Éditions Hier et Aujourd’hui. Catalogue. Hier et Aujourd’hui, hiver 1946, 12 p.

64 France d’Abord. F41 1297, CARAN.

65 Décisions. Secrétariat, 7 octobre 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis : « Fusionner les éditions “France d’Abord” avec les éditions “Hier & Aujourd’hui” qui créeront une collection “France d’Abord” sous le nom duquel continueront à être édités les ouvrages dont les éditions “France d’Abord » ont la spécialité (J. Duclos). »

66 Réunion de la commission d’édition, 12 décembre 1944, 2 p. dact., Arch. N. Devers-Dreyfus.

67 Gabrielle Gras est l’épouse de Pierre Abraham, engagée au BE avant-guerre. Elle a continué à travailler en tant que chef de fabrication aux EFR. Témoignage de Pierre Gamarra.

68 Assemblée constitutive, Bibliothèque française, 3 mai 1945, Arch. N. Devers-Dreyfus.

69 Bibliographie de la France. Annonces, 18-25 mai 1945, no 20-21, p. 220.

70 M.-T. Eychard. « Réception du prix Goncourt 1944 : Elsa Triolet ou la constitution d’une légende ». Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet, 1994, no 5, p. 197-228.

71 Jean Auger-Duvignaud. « Chronique du romanesque : du roman politique ». Europe, juillet 1947, p. 78-79.

72 En euros constants.

73 La Diane française est une réédition de En français dans le texte, publié pendant la guerre en Suisse, et édité à la Libération chez Seghers.

74 En euros constants. Sur l’histoire de ce livre : Matisse et Baudelaire. Le Cateau-Cambrésis, Musée Matisse, 1992, 121 p.

75 En euros constants.

76 Éditions de luxe de l’UNI. Informations de l’Union nationale des intellectuels, 29 décembre 1945, no 14, f. 1.

77 D. Vaugeois. « Henri Matisse, roman d’Aragon : les enjeux littéraires et artistiques d’une “mise en livre” ». Travaux de littérature, 2002, vol. XIV, p. 393-414.

78 Lettre de Aragon à J.-R. Bloch, 15 janvier 1945, Fonds Jean-Richard Bloch, NAF, BnF ; - M.-C. Bouju. « Europe et ses éditeurs, 1923-1949 ». Europe, 1923-1998 : Une revue de culture internationale. Europe, 1998, no Hors série, p. 10-24.

79 M.-C. Bouju. « Europe et ses éditeurs, 1923-1949 ». Op. cit.

80 Edgar Monceau au Front national universitaire, 21 novembre 1945, Arch. N. Devers-Dreyfus.

81 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., 528 p.

82 Aragon, J. Paulhan et E. Triolet. Correspondance générale. Le Temps traversé. Gallimard, 1994, p. 195.

83 M. Aucouturier. Le Réalisme socialiste. Op. cit., p. 84-90.

84 Aragon. « Le criminel et le héros ». L’Humanité, 7 décembre 1946, p. 4.

85 R. Lahanque. Le Réalisme socialiste en France (1934-1954). Op. cit., p. 564-577.

86 « Le CDLP vous présente ses abonnements… » Cahiers du communisme, août 1945, no 10, hors-texte.

87 P. Daix. J’ai cru au matin. R. Laffont, 1976, p. 187-188.

88 G. Streiff. Jean Kanapa (1921-1978). Op. cit., p. 78-80.

89 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 278.

90 Décisions. Secrétariat, 7 octobre 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis. Il est publié en 1947 par les éditions Hier et Aujourd’hui.

91 Il s’agit d’un roman de René Saint-Cricq Jeanne, édité en 1946. Décisions. Secrétariat, 31 mars 1947, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

92 E. Morin. Autocritique. Le Seuil, 1975, p. 75.

93 V. Leduc. Tribulations d’un idéologue. Syros, 1985, p. 104.

94 G. Streiff. Jean Kanapa (1921-1978). Op. cit., p. 143.

95 M. Poulain. « A Cold War best-seller: the Reaction to Arthur Koestler’s Darkness at noon in France from 1945-1950 ». Libraries and Culture, 2001, vol. 36, no 1, p. 172-184.

96 M. Poulain. Op. cit. ; - A. Kœstler. Œuvres autobiographiques. Robert Laffont, 1994, p. 705-706.

97 Décisions. Secrétariat, 17 juin 1946. Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

98 Décisions. Secrétariat, 23 décembre 1946. Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

99 Les associés sont : Émile Dutilleul ; Auguste Havez ; Jean Laffitte ; Guy Périlhou ; Georges Tessier. Arch. du Tribunal de commerce de la Seine, INPI.

100 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. [CD-Rom] Éditions de l’Atelier, 1997 ; - Décisions. Secrétariat, 9 juillet 1945, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

101 D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Op. cit., 1996, p. 1008.

102 Témoignage de Raymond Hallery.

103 Note, 28 décembre 1944 ; - Lettre de R. Thebaud au Préfet de police de Paris, 28 décembre 1944, GA C12, Arch. PPo.

104 Rapport concernant l’organisation de la diffusion de nos éditions, dact., 2 p., Arch. N. Devers-Dreyfus. En capitales dans le texte.

105 Séance du 7 mars 1945. Débats de l’Assemblée consultative provisoire. 2e partie. Journal officiel de la République française, p. 347-355 ; - Réponse à une infamie, s. l., s. e., [1945], 2 p.

106 Proposition de résolution, Assemblée consultative provisoire, annexe au procès-verbal de la 2e séance du 2 août 1945, F41 2697, CARAN. Les signataires de cette proposition sont : B. Frachon, A. Croizat, A. Tollet, G. Monmousseau, M. Desrumeaux, M. Paul. - J. Danos, Rapport sur la diffusion du livre et de la presse. Note pour le secrétaire d’État [à l’Information], 5 mars 1946, F41 2697, CARAN.

107 H. Eck. « Enjeux et débats autour de la naissance des NMPP ». La Distribution et la diffusion de la presse du XVIIIe siècle du IIIe millénaire. Éd. Panthéon-Assas, 2002, p. 253-265 ; - Y. Guillauma. Presse et pouvoirs de 1944 à 1958. Op. cit., p. 369.

108 O. Wieviorka. « La Presse ». Les Pouvoirs en France à la Libération. 1994, p. 140-148 ; - H. Eck. « Enjeux et débats autour de la naissance des NMPP ». Op. cit.

109 L’Intercontinentale du Livre est à l’origine d’une des plus importantes entreprises de diffusion de l’après-guerre, Inter-Forum. H. Eck. Pierre Seghers : un homme couvert de noms. Robert Laffont, 1981, p. 36-43 ; - A. Favier et P. Fouché. « La Distribution ». L’Édition française après 1945. Cercle de la Librairie, 1998, p. 717-719.

110 En euros constants.

111 En euros constants.

112 « Le CDLP vous présente ses abonnements… » Cahiers du communisme, août 1945, no 10, hors-texte.

113 En euros constants. « La Répartition de la librairie en France ». Office professionnel des industries, arts et commerces du livre, 15 avril 1945, no 3, p. 46-51.

114 Propositions sur la réorganisation de nos maisons d’édition, [1945], f. 1, Arch. N. Devers-Dreyfus.

115 Décisions. Secrétariat, 31 juillet 1945, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

116 Propositions sur la réorganisation de nos maisons d’édition, Op. cit.

117 Témoignage de Raymond Hallery.

118 En décembre 1958, l’ALAP crée une seconde librairie, le « Nouveau Siècle », au 43 rue Vivienne, mais en raison d’un chiffre d’affaires insuffisant, elle est remplacée par un « Club du livre et du disque soviétique ». La Librairie du Globe quittera la rue des Carmes en août 1962 pour deux emplacements, 2 rue du Buci et 82 rue Mazarine dans le 6e arrondissement. Extrait de la délibération de l’Assemblée générale ordinaire annuelle du 26 novembre 1963. Arch. Tribunal de commerce de la Seine, INPI. Elle édite même un bulletin multigraphié qui présente des listes d’ouvrages avec un résumé, dont la fonction est peu claire : Agence littéraire et artistique parisienne pour les échanges culturels, [Bulletin], [1954]-1957.

119 Léon Mauvais. Rapport. Comité central, 30-31 août 1946, Montreuil, p. 10-24, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

120 En euros constants. Émile Dutilleul. Rapport. Comité central, 30-31 août 1946, Montreuil, p. 1, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

121 Décisions. Secrétariat, 8 juillet 1946 et 16 septembre 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

122 J. Girault. « Guy Périlhou (1911-1999) ». Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, [CD-Rom] Éditions de l’Atelier, 1997 ; L’Humanité, 10 décembre 1999.

123 Décision. Secrétariat, 29 juillet 1946, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

124 Organisons la diffusion. La Vie du Parti, 1er février 1947, no 23, p. 4.

125 Diffusion. La Vie du Parti, 15 avril 1947, no 28, p. 4.

126 Bibliographie de la France. Annonces, 17-31 août 1945, no 33-35, p. 519.

127 Bibliographie de la France. Annonces, 23-30 novembre 1945, no 47-48, p. 877.

128 Bibliographie de la France. Annonces, 25 janvier 1946, no 3-4, p. 65.

129 Bibliographie de la France. Annonces, 21-28 février 1947, no 8-9, p. 482.

130 Décisions. Secrétariat, 10 février 1947, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

131 J.-M. Guillon. « “Parti du mouvement” et “Parti de l’ordre” (automne 1944 – automne 1945) ». Les Pouvoirs en France à la Libération. Belin, 1994, p. 38-59.

132 D. Borne. Histoire de la société française depuis 1945. A. Colin, 2002, p. 22.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search