Version classiqueVersion mobile

Lire en communiste

 | 
Marie-Cécile Bouju

Troisième partie. 1939-1944, la guerre de papier

Chapitre VII. Le PCF, l’agit-prop et la lutte armée, juin 1941-août 1944

Texte intégral

1Il faut attendre le printemps 1941 pour que le PCF adopte une nouvelle stratégie : la lutte n’est plus seulement sociale et anti-vichyste, elle devient antinazie en renouant avec la politique antifasciste des années trente. Le discours patriotique est, quant à lui, symbolisé par la grève des mineurs du Nord en mai-juin 1941. La propagande imprimée du premier semestre 1941 avait retrouvé quelques accents antinazis, notamment par le texte de G. Politzer. Désormais, ils deviennent la norme.

L’appareil technique et éditorial au service de la lutte, 1941-1944

  • 1 Lettre du commissaire de police Rivault au secrétaire général de la Police (Seine-et-Oise), 12 aoû (...)

2Le 12 août 1941, un commissaire de police fait part de son indignation au préfet de Seine-et-Oise : « Les communistes se paient même le luxe d’avoir des tracts illustrés, ne nécessitant pas moins de 9 clichés. Ils se livrent à une véritable débauche de papier, ce qui montre une très grande préparation, étant donné actuellement la pénurie de papier à ronéo et même du papier normal1. »

  • 2 Le Parti communiste dans la Résistance. Éditions sociales, 1967, p. 178-179.
  • 3 J. Duclos. Mémoires. T. III : dans la bataille clandestine. 1re partie : 1940-1942. De la Drôle de (...)

3Malgré la vague de répression du printemps 1941, les moyens que consacre le Parti communiste à la propagande demeurent importants. En 1942, l’appareil technique dit « central » (fourniture de papier, impression, organisation de la diffusion) aurait occupé une quarantaine de personnes2. A. Dallidet, responsable des cadres, est chargé du recrutement des techniciens, « spécialistes d’imprimerie, de fabrication de documents, etc3. ». J. Jérôme, qui s’occupe désormais de la constitution du Front national, a confié la totale responsabilité technique des imprimeries à Léon Kameney.

  • 4 Affaire Cadras-Pican, 27 juin 1942, 29 p., Ba RG 1955 Carton 3, Arch. PPo.
  • 5 Lettre du secrétaire d’État aux communications au Général d’armée, ministre de la Guerre, 2 octobr (...)

4Sous son autorité, R. Hilsum, déchargé de l’impression de L’Université libre, devient en juin 1941 responsable d’une imprimerie dans le XIXe arrondissement. Vers avril 1942, il est chargé de toutes les opérations d’achat du matériel (ronéos, stencils, encre, papier) jusqu’à son arrestation en décembre. Le Parti communiste recourt également aux services de Maurice Grandcoing, ancien inspecteur des ventes de L’Humanité avant-guerre, responsable d’un réseau d’imprimeries, jusqu’à son démantèlement en juin 19424. À partir de l’hiver 1942-1943, je ne retrouve plus la trace des responsables de ces organisations, preuve de la violence de la répression qui oblige à un renouvellement quasi permanent de cadres. Les cheminots continuent d’avoir un rôle essentiel dans le transport de la propagande du « centre » vers la province5.

  • 6 Lettre du préfet de police au ministre secrétaire d’État à l’Intérieur, 2 novembre 1942, Ba 1919, (...)
  • 7 Note, 29 mars 1943, Ba 1924, Arch. PPo. Pierre Camus, sous le pseudonyme de Jean-Claude, était cha (...)

5Au fil des mois, des contacts avec de nouveaux imprimeurs sont noués. Ces imprimeurs, mêmes gagnés à la cause du PCF, sont payés, ne fût-ce que pour pouvoir acheter le matériel et rétribuer le personnel. Le Parti communiste recourt par exemple aux services de Maurice Gleize, militant CGT avant-guerre, devenu petit patron, propriétaire de l’imprimerie Gutenberg depuis 1938. Une petite imprimerie familiale, dirigée par Mme Solsona et son fils, travaille également pour le Parti communiste6. Le Parti communiste parvient également à nouer des relations plus étroites avec les ouvriers du Livre. Prenant le relais de F. Cadras, Pierre Camus, instituteur, ancien journaliste à L’Humanité, correcteur, est ainsi responsable du recrutement des typographes pour le compte du Parti jusqu’à son arrestation en mars 19437. C’est ainsi qu’il recourt au service de Maurice Petit, ouvrier dans une des plus importantes imprimeries parisiennes, Néo-Gravure.

  • 8 Les archives d’un imprimeur du Blanc-Mesnil, Gaston Chartier, montre comment ce dernier a obtenu d (...)
  • 9 Rapport hebdomadaire du préfet de Seine-et-Oise, 7-14 novembre 1943, 1 W 273, AD Yvelines.
  • 10 P. Chauvet. Op. cit., p. 300-301.

6Le papier reste sans doute la matière première la plus difficile à obtenir. Les résistants n’hésitent pas à recourir au marché noir et d’autres moyens radicaux pour en obtenir8. Ainsi dans la nuit du 9 au 10 novembre 1943, l’Imprimerie Crété à Corbeil est cambriolée : 7 000 feuilles d’impression sont dérobées9. Des stocks de l’entreprise Berger-Levrault à Nancy ont aussi été volés10.

  • 11 Questionnaire sur la base duquel doit être établi le rapport mensuel des responsables interrégiona (...)
  • 12 Rapport général JC (zone Sud), [février 1943], Ba 2068, Arch. PPo.

7En 1941, le réseau des imprimeries clandestines prend une ampleur nationale. Il repose sur deux types d’organisation : une production « centrale » à Paris, des centres de production banlieusards et provinciaux qui reprennent la propagande diffusée par le « centre » et l’adapte (avec la plus grande prudence) aux conditions politiques et sociales du lieu. Le souci de contrôle de la propagande à tous les échelons demeure. Un système de « dépôt légal » est même organisé : il est demandé aux régions et sections de transmettre au Centre des statistiques sur ce qui est édité localement ainsi qu’un exemplaire de chaque publication11. Mais la réalité de la « base » est bien éloignée de ces demandes. En février 1943, l’organisation des Jeunesses communistes déclare posséder nationalement 14 centres « ronéos » et seulement 5 centres à grande capacité12.

  • 13 Par exemple, pour le numéro de septembre 1943 de Libération, par le mouvement Libération Nord, il (...)
  • 14 Affaire Cadras-Pican, 27 juin 1942, 29 p. Ba RG 1955 Carton 3, Arch. PPo.
  • 15 [Rapport général], juillet 1942, Ba 2067, Arch. PPo. Graphique 4.
  • 16 L’Humanité clandestine, 1939-1944. Éditions sociales, 1975, p. 31.
  • 17 FF1-FTPF, Arch. 2, 49, MRN.
  • 18 Voir par exemple la description de l’organisation de Libération Sud : J. Meurillon. Julien Léonard (...)
  • 19 Graphique 4.

8Pour compenser ce manque réel de moyens techniques, les communistes recourent, surtout à partir de 1942, à la photogravure et techniques assimilées. La photogravure était utile pour la fabrication des faux papiers, en rendant possible, plus facile et fiable la reproduction de photographies et de dessins. Dans l’imprimerie typographique, elle permet de remplacer les formes par des clichés (sur plaque de métal ou support chimique), évite de transporter les plombs, lourds et encombrants13, et permet une plus grande rapidité d’exécution. Elle rend possible la réduction des formats des documents, donc d’augmenter la production en consommant moins de papier. Il y a prouesse à avoir mis à disposition de la Résistance cette technique, encore peu courante pendant les années trente, donc maîtrisée par un nombre limité d’ouvriers du livre ! En 1942, cette technique permet d’affiner l’organisation de la fabrication de la propagande communiste14. Les textes sont rédigés par des « politiques » et confiés à des agents de liaison qui les donnent à des typographes pour la composition au plomb. Un premier tirage est effectué et après correction, les épreuves sont reproduites à la photogravure dans un format réduit. Les clichés sont alors envoyés chez des photograveurs qui les transforment en plaque d’impression, plaques confiées à des imprimeurs15. Le clichage et la photogravure facilitent le transport des documents à reproduire en province16. Cette technique a un avantage pratique évident, dans le transport et la rapidité d’exécution. Elle a aussi un avantage politique : elle aide à une organisation centralisée de la propagande. Les militants n’ont plus à recopier, avec le risque d’une interprétation hétérodoxe, les textes qui leur sont confiés : ils se contentent de les imprimer. Néanmoins, toutes les organisations liées au PCF ne bénéficient pas de pareils moyens. Ainsi, en Bretagne comme dans le Nord, la ronéotypie demeure la norme17. Ce système, qui est utilisé par les différents mouvements de la Résistance18, a aussi un désavantage : la multiplication des ateliers, donc des déplacements, ce qui nuit à la sécurité19.

  • 20 P. Roux-Fouillet. « Les tracts diffusés pendant la Deuxième Guerre mondiale. Essai à partir de la (...)
  • 21 Ce roman est d’ailleurs réellement publié par les Éditions du Livre Moderne.
  • 22 C. Angelé et P. Gillet. Debout Partisans ! Fayard, 1970, p. 181-182.
  • 23 Note, 23 avril 1942, Ba 1966 ; Correspondance, 29 juin 1942, Ba 2066, Arch. PPo.
  • 24 P. et R. Roux-Fouillet. Catalogue des périodiques clandestins : États et renseignements, vol. 1, B (...)
  • 25 P. Chauvet. Op. cit., p. 86.

9Pour échapper à la police française et aux Allemands, le PCF a utilisé, comme d’autres mouvements20 – et comme les imprimeurs clandestins de l’Ancien Régime – le subterfuge de la fausse couverture pour faciliter la diffusion de sa production. Le « Manuel du jeune communiste » est édité en 1941 sous la couverture d’un roman de Max Dervioux, L’Autre Tentation, et occupe les pages 4 à 2521. Maurice Gleize imprime un numéro des Cahiers du bolchevisme sous les Maximes de La Rochefoucault22. Le numéro du premier et deuxième trimestre 1942 des Cahiers du bolchevisme est édité sous une collection factice, la « collection dauphine », qui comporte trois volumes : Mémoires de Napoléon ; Le Vol de l’aigle ; Le retour de l’Île d’Elbe23. En 1943, Le Parti commande à l’imprimeur Juvenel, dans le XXe arrondissement24, un texte pour les FTP, publié sous le titre Manuel du légionnaire destiné à la formation des engagés dans la légion, par la Légion des volontaires contre le bolchevisme25. Mais cela ne suffit pas.

  • 26 Note, 19 octobre 1942, Ba 2067, Arch. PPo.

10En octobre 1942, le PCF aurait perdu 70 % de ces cadres26. La répression s’est durcie avec la lutte armée à partir d’août 1941. Les arrestations et les saisies sont rendues possibles par le travail de filature et de surveillance de la police parisienne. Les documents saisis sur les militants ou à leur domicile sont décisifs dans le démantèlement de ces réseaux. Entre juillet 1941 et août 1944, la police parisienne met la main sur 39 imprimeries. Entre juillet et décembre 1941, 6 imprimeries sont découvertes ; l’année suivante, 26 La chronologie est identique à celle de la répression à l’encontre de la direction politique et militaire du Parti communiste. Par la suite, en 1943 et 1944, la police découvre seulement 8 imprimeries. Les statistiques produites par les rapports hebdomadaires de la police parisienne montrent que la propagande communiste diminue sensiblement.

  • 27 L’affaire Cadras-Pican, 27 juin 1942, 29 p., Ba RG 1955 Carton 3, Arch. PPo.
  • 28 Note, 5 octobre 1942, Ba 1919, Arch. PPo.
  • 29 Lettre du préfet de police au ministre secrétaire d’État à l’Intérieur, 28 décembre 1942, Ba 1919.

11En octobre 1941, l’arrestation d’Émile Dutilleul perturbe profondément la propagande politique communiste, notamment en lui ôtant tous les moyens financiers utiles à l’achat du papier, de l’encre, des machines et nécessaires pour payer les quelques imprimeurs qui se mettent au service du PCF. Pendant le premier semestre 1942, la police réussit à détruire l’organisation parisienne et à toucher le centre même du Parti, suite à une filature qui a commencé en janvier. C’est l’affaire dite Cadras-Pican, soit la quasidécapitation du PCF à Paris. En juin 1942, les principaux responsables des éditions notamment liées à l’organisation des Jeunesses communistes sont arrêtés : Camille Beylac, l’imprimeur Yves Despouy et le photograveur Arthur Tintelin (dit Laurent). 12 dépôts sont découverts, dont 2 imprimeries, et 2,7 tonnes de papiers saisies27. Cette affaire est une des premières qui permet à la police parisienne d’analyser les liaisons mises en place pour la propagande. De surcroît, la filature des « techniques » permet d’arrêter les « politiques », comme Félix Cadras et Arthur Dallidet exécutés en mai 1942 et des militants sur lesquels je reviendrai : Georges Politzer, Jacques Decour, Georges et Charlotte Dudach, Jacques et Hélène Solomon. Parallèlement à l’arrestation de nombreux membres des FTP, le deuxième semestre 1942 est aussi dévastateur pour les infrastructures communistes. En octobre 1942, le centre d’édition de la région Est tombe28. R. Hilsum est arrêté en décembre 194229. Condamné, le 20 mai 1943, à cinq ans de prison, il est remis en février 1944 aux autorités allemandes et déporté à Mauthausen.

  • 30 Note, 18 janvier 1943, Ba 2068, Arch. PPo.
  • 31 Note, 8 mars 1943 ; Note, 29 mars 1943, Ba 2068, Arch. PPo.
  • 32 P. Chauvet. Op. cit., p. 73.
  • 33 Note, 13 décembre 1943, Ba 2069, Arch. PPo.
  • 34 Note, 2 septembre 1942, Ba 1917, Arch. PPo.
  • 35 Rapport hebdomadaire du préfet de police au ministre secrétaire d’État à l’Intérieur, 2 novembre 1 (...)
  • 36 Note, 22 octobre 1942, Ba 1917, Arch. PPo.
  • 37 Note, 20 juillet 1943, Ba 2069, Arch. PPo.

12L’année 1943 est aussi meurtrière que la précédente. Reconstituée depuis peu, la branche « matériel » de la région parisienne est durement frappée au début de l’année : 950 000 tracts et brochures sont saisis30, L. Kameney est arrêté avec plus de 220 militants31. Un des responsables des éditions en zone Sud, Gilbert Barbé est arrêté en février 1943. Torturé, transféré à Fresnes, il est déporté au camp de Struthof-Natzwiller où il meurt le 16 novembre 1943. Un des imprimeurs « officiels » du Parti, Maurice Gleize, directeur de l’Imprimerie Gutenberg, est arrêté le 4 mars 1943 et déporté32. En décembre 1943, l’imprimerie Le Marrec tombe33. Cette saignée parmi les dépôts, imprimeries et techniciens oblige le Parti communiste à rappeler les consignes de sécurité et complexifier le système des liaisons34. En octobre, l’appareil technique interrégional de la région parisienne disparaît à nouveau : 24 militants sont arrêtés et 12 dépôts découverts35. Mécaniquement, la répression perturbe les relations Parisprovince : elle freine la fourniture des organisations de base en papier36 et empêche le « matériel » (la propagande) dit national d’atteindre les échelons locaux. Alors que le PCF se lance dans une stratégie d’insurrection nationale pendant l’été 1943 et au début de l’année 1944, la fourniture de matériaux est paralysée37.

  • 38 M. Gleize. Images d’un Nîmois. Gounay sur Marne : A compte d’auteur, 2002, p. 72.
  • 39 Correspondance, 11 mars 1942, Ba 2066, Arch. PPo.
  • 40 Note, 4 février 1944 ; Note aux régions, Ba 2070, Arch. PPo.
  • 41 Commission centrale des cadres du PCF. Aux responsables des cadres, septembre 1943, PCF 2, Arch. 2 (...)

13Malgré l’effrayante litanie de la répression, le Parti exige des militants à la fois le plus grand respect des règles de sécurité et une prise de risques importante38 : la propagande ne peut attendre, au risque de voir se désagréger l’idéologie et donc le parti lui-même. Le remplacement des hommes et femmes broyés par la répression se fait très difficilement. Il faut trouver rapidement des individus, sans ou avec peu d’expérience tant dans l’organisation de la clandestinité que dans la discipline militante communiste, en particulier parmi les éléments de base ou les cadres intermédiaires39. Le problème du recrutement est permanent40. Ainsi, en septembre 1943, la direction lance une enquête pour « recenser tout le personnel technique, tireurs, typos, radios, dactylo, cyclistes, etc.41 ».

  • 42 La littérature d’agitation s’adresse parfois à une catégorie précise de la population : Paysans de (...)

14De juillet 1941 à août 1944, le PCF édite 42 brochures, soit autant que pendant la période précédente. De juillet à décembre 1941, 12 titres réussissent à paraître mais 5 seulement paraissent l’année suivante. Le Parti communiste réussit à maintenir son activité propagandiste autour d’une dizaine de titres en 1943 et 1944. Les textes publiés couvrent cependant l’ensemble des genres éditoriaux, avec deux types de texte dominants, la littérature de fiction et d’agitation42.

  • 43 L’Humanité, no spécial, 18 mars 1941, p. 2.
  • 44 « À propos de Guy de Maupassant ». L’Humanité, no 123, 7 août 1941, p. 2.
  • 45 « Entretien avec Mounette Dutilleul et Raymond Dallidet » par R. Bourderon. Cahiers d’histoire de (...)

15La fiction fait son entrée dans la propagande clandestine avec Victor Hugo et Guy de Maupassant, dont le Parti communiste édite des extraits d’œuvres, qui permettent de faire le parallèle entre le partisan de la guerre de 1870 et la figure du résistant en armes de l’hiver 1941-1942. Avant juin 1941, L’Humanité clandestine avait déjà reproduit des extraits de Napoléon le Petit et Histoire d’un crime43. Pendant l’été 1941, le PCF crée une « collection » spécifique, Hier et Aujourd’hui, qui accueille en août le Père Millon, de Guy de Maupassant, texte qui traite de la guerre de 1870 et de la résistance d’un paysan contre les Prussiens44, puis des extraits des Châtiments de Victor Hugo. En 1942, un nouvel extrait d’un texte de G. de Maupassant est édité, La Mère sauvage, histoire d’une mère patriote. Après avoir édité en 1943, à la demande de J. Duclos, la Campagne de Russie d’Eugène Tarlé45, les éditions Hier et Aujourd’hui laisse pourtant ce champ d’actions à la Bibliothèque française, maison d’édition du Comité national des écrivains zone Sud, dirigée par Aragon, sur laquelle je reviendrai.

  • 46 P. et R. Roux-Fouillet. États et renseignements, vol. 1. BnF.
  • 47 Les tâches d’éducation de la jeunesse. La Propagande, janvier 1943, p. 17.
  • 48 Cours no 2, 26 f. PCF 1, Arch. 2, 95, MRN.
  • 49 Correspondance, 22 mai 1942, Ba 2066, Arch. PPo.

16Les priorités sont en effet autres. Les Cahiers du bolchevisme sont imprimés à 20 000 exemplaires pendant le premier semestre 194446. Cet exemple frappant est trompeur. Dans le vade mecum du militant communiste en janvier 1943, certains livres signalés comme indispensables par le Parti47 sont en réalité impossibles à trouver : l’Histoire du Parti bolchevik, dont la dernière édition disponible partielle date de 1943, Fils du peuple, et les œuvres de Marx, Engels, Lénine et Staline. Le chapitre XII de l’Histoire du Parti communiste bolchevik fait l’objet d’un volume ronéotypé, et non plus imprimé, sous le signe de la collection « la doctrine communiste48 ». La gravité de la situation est telle que ces cours, – que le PCF souhaite publier et qui accompagnent la formation des nouveaux cadres qu’il fait « monter » à partir du printemps 1942 –, sont diffusés sous forme de feuillets ronéotypés49. Le procédé en limite le nombre.

  • 50 Commission centrale des cadres du PCF. Comment se défendre ?, 1944, 19 p.

17Si le Parti communiste parvient de plus en plus difficilement à fournir des cours aux nouveaux militants, il réussit à éditer trois textes de formation à la lutte armée. La première est publiée en 1941 sous le faux titre L’Autre Tentation, les deux autres en 1943, Renseignements et liaisons et sous le faux titre Manuel du légionnaire destiné à la formation des engagés dans la légion. En 1944, la sécurité et les impératifs de la préparation de la Libération obligent à la réédition de la brochure Comment se défendre ?, imprimée une première fois en février 194150.

  • 51 J.-P. A. Bernard. « La liturgie funèbre des communistes : 1924-1983 ». Vingtième Siècle–revue d’hi (...)
  • 52 Aragon. L’œuvre poétique. Tome XI : 1946-1952. Livre Club Diderot– Messidor, 1980, p. 67.
  • 53 Un héros de la Libération nationale, mort pour la France ! Gabriel Péri vous parle. Notes biographi (...)
  • 54 En février 1942, Madeleine Laffitte, chargée de liaison entre F. Cadras et M.-C. Vaillant-Couturie (...)
  • 55 N. Racine. « Aragon et le Parti communiste français, 1939-1942 ». Lendemains, 2000, 97, p. 9-33.

18Le genre biographique et le témoignage, par le caractère d’exemplarité et l’idée du sacrifice ultime au service du Parti, deviennent essentiel dans la propagande51. En juillet 1941, G. Politzer demande à Aragon de développer « le thème du héros, le héros français, qui va de la Table ronde aux premiers partisans de 1940, de Gauvain à Charles Debarge52 ». Mais ce sont surtout les déclarations de militants dans les tribunaux que la propagande exploite. L’hommage rendu à Lucien Sampaix et Gabriel Péri, exécutés le 15 décembre 1941, rassemblent des déclarations qu’ils devaient faire devant leurs juges53. La célébration du sacrifice est aussi littéraire. Aragon se voit confier la rédaction d’un hommage, Façon de vivre et de mourir de Gabriel Péri, texte qui circulera sous différentes formes jusqu’à être finalement imprimé en 194354. En mars 1942, Aragon est chargé également de la mise en forme des derniers écrits des otages de Châteaubriant, document à partir desquels il écrit le Crime contre l’esprit signé par le Témoin des martyrs. Mais, là encore, en raison de la répression, le Crime contre l’esprit circule d’abord sous forme multigraphiée55, avant d’être imprimé en 1943. En 1944, le Parti communiste publie in fine une brochure qui rassemble des biographies de dirigeants, Des Français en qui la France peut avoir confiance, probablement à destination des militants les plus jeunes.

  • 56 J. Duclos. Mémoires. T. III : dans la bataille clandestine. 1re partie : 1940-1942. De la Drôle de (...)
  • 57 L.-R. Dallidet. 1934-1984 : voyage d’un communiste. La Pensée universelle, 1984, p. 128-129 ; - J. (...)
  • 58 « Entretien avec Mounette Dutilleul et Raymond Dallidet » par R. Bourderon. Op. cit.
  • 59 R. Mondargent. Gabriel Péri, la double loyauté. Pantin : le Temps des cerises, 2001, p. 80.
  • 60 G. Péri. La Pensée libre, no 2, [février 1942], p. 61-62.

19Quelques textes sont consacrés à la politique raciste et antisémite des Nazis et de Vichy. Après Révolution et contre révolution, une autre brochure était aussi en préparation, celle de G. Péri, Non le nazisme n’est pas le socialisme56. Le manuscrit est prêt en janvier 1941 et A. Dallidet le confie à l’imprimeur Maurice Prigent, qui renonce57. C’est finalement la même imprimerie chargée de l’impression du texte de G. Politzer, celle de J. London, qui est choisie58. Or, l’imprimerie est découverte en février, ce qui interrompt la publication. Ces va-et-vient conduisent G. Péri à récupérer son texte, qui atteint sa version définitive en avril 194159. Le 18 mai, Gabriel Péri est arrêté. Sa compagne, Sofia Jancu confie une copie du manuscrit à A. Dallidet, qui parvient finalement à en organiser l’impression, avant son arrestation. La brochure parait finalement en mars 1942. Mais, comme pour Façon de vivre et de mourir de Gabriel Péri et le Crime contre l’esprit, des copies du manuscrit circulent entre avril 1941 et février 194260. Une autre brochure clandestine de 79 pages intitulée L’antisémitisme, le racisme, le problème juif, éditée en novembre 1941, a été écrite par Louis Gronowski-Brunot, dirigeant de la MOI, à la demande J. Duclos en septembre 1941. Le nombre de textes consacrés au racisme et à la politique raciale nazie et de l’État français est donc limité. C’est moins la démonstration d’une indifférence totale du PCF à la question qu’au poids écrasant d’autres sujets, notamment les conséquences économiques et sociales de l’Occupation, dans la droite ligne des thématiques développées pendant les années trente, la galvanisation de la lutte armée et la formation idéologique des cadres.

  • 61 D. Peschanski. « La répression anticommuniste dans le département de la Seine (1940-1942) ». Op. c (...)

20À partir de 1942, le Parti communiste a les plus grandes difficultés à maintenir une production clandestine égale en quantité à celle de 1941, d’autant que sa stratégie politique d’alliance politique et sociale l’oblige à traiter de sujets divers, y compris sous forme littéraire. La répression fut également redoutable pour le PCF. Elle entraîne un renouvellement intense des militants et des cadres61 et oblige donc plus que jamais le PCF à produire et diffuser des textes de formation idéologique, le noyau dur de la propagande léniniste, pour cette nouvelle génération de militants, novices politiquement.

Face aux autres mouvements

21Les relations entre mouvements de Résistance sont un entrelacs d’oppositions et d’alliances, où la méfiance est un sentiment largement partagé. Avec le ralliement de l’URSS dans le camp des Alliés, les relations internationales contraignent le PCF à s’insérer dans la nébuleuse de la Résistance française et à se positionner face au général de Gaulle, dont la stratégie vise à installer sa légitimité politique en poussant à l’unification de la Résistance sous son autorité.

  • 62 P. et R Roux-Fouillet. Catalogue des périodiques clandestins (1939-1945). Bibliothèque nationale, (...)

22Un des moyens pour ces mouvements d’affirmer leur autorité entre eux et face à de Gaulle, outre l’importance de leurs troupes, est la taille de leur appareil technique consacré à la propagande. La résistance non communiste a commencé à se structurer à partir de la fin 1940, ce qui lui donne une certaine avance en zone Sud. Bon nombre de mouvements se sont créés autour et à partir d’un journal clandestin, d’abord dactylographié ou ronéotypé et, pour les plus importants, de plus en plus souvent imprimés avec une pagination croissante. L’exception communiste devient donc de plus en plus relative. Il y aurait eu plus d’un millier de titres publiés clandestinement : en zone Sud, le Mouvement de Libération nationale, d’H. Frenay (Petites Ailes ; Vérités ; Combat), Libération Sud, Franc tireur ; en zone Nord, Ceux de la Libération, l’Organisation civile et militaire, Le Musée de l’Homme et sa revue Résistance, Libération Nord, Défense de la France… Comme pour la presse communiste, la presse de la Résistance est constituée d’une édition à vocation nationale, la plus importante politiquement, et d’une autre, locale, plus fragile, à la portée politique limitée mais indispensable pour trouver un appui populaire. Au printemps 1941, les mouvements en zone Sud ont réussi à constituer des centres d’édition62, notamment Combat. À partir de l’hiver 1942, les mouvements organisent des éditions pour les deux zones, parallèlement à l’installation de leurs centres de décision à Paris.

  • 63 O. Wieviorka. Une certaine idée de la résistance : Défense de la France, 1940-1949. Le Seuil, 1995 (...)
  • 64 C. Levy et D. Veillon. « Aspects généraux de la presse clandestine ». La Presse clandestine, 1940- (...)
  • 65 P. Buton. Les Lendemains qui déchantent. Le Parti communiste français à la Libération. Presses de (...)

23Si le recours à la typographie demeure minoritaire, il est le symbole des mouvements les plus puissants, puisqu’il permet des tirages spectaculaires, de l’ordre des 100 000 exemplaires : c’est le cas des Petites Ailes à partir de juin 1941, de Défense de la France en août63, de Franc Tireur en décembre, de Libération nord en septembre 1943. Au moment où l’appareil technique central du Parti communiste en zone Nord est frappé par la police, la résistance non communiste développe et renforce ses propres moyens de propagande. Entre 1941 et 1942, le tirage cumulé de la presse clandestine aurait plus que doublé, passant de 100 000 à 250 000 exemplaires, et atteint son apogée vers 1943-194464. D’après une évaluation de P. Buton, la part des publications communistes dans les publications illégales se maintient malgré quelques difficultés : de 72 % pendant le premier semestre 1941, elle baisse progressivement pour atteindre 35 % pendant le premier semestre 1943, et autour de 40-50 %65.

24La concurrence politique et symbolique de la presse clandestine non communiste inquiète, comme le montre ce texte de juin 1942 :

  • 66 Revanche, organe du Front patriotique des jeunes Français, a été édité à Toulouse à partir de 1942 (...)
  • 67 Correspondance, 22 juin 1942, Ba 2066, Arch. PPo.

« Le FN se heurte en ZNO à l’organisation gaulliste.
Les “gaullistes” tirent un matériel énorme, imprimé [sic] (Combat pour
les soldats par exemple).
Ils ont le prima de la presse [sic] car, à côté, nos journaux ronéotypés
font maigre figure.
Aussi la Fédé [Fédération des jeunesses communistes] envisage de tirer
avec eux des journaux FN afin de contrebalancer leur force. Revanche66 sera tiré ainsi.
Un camarade sera spécialement mis sur cette question (récupérer des
imprimeries, tirage avec eux, etc.) car l’organisation gaulliste devient
dangereuse67. »

  • 68 C. Bourdet. « Combat ». La Presse clandestine, 1940-1944. Association des médaillés de la résistan (...)
  • 69 M. Granet et H. Michel. Combat : histoire d’un mouvement de résistance. PUF, 1957, p. 141.
  • 70 M.-C. Bouju. « Le Groupe de la rue de Lille ». La Résistance en Ile-de-France. [DVD-Rom] AERI, 200 (...)
  • 71 A. Aglan, La Résistance sacrifiée : le mouvement Libération Nord. Flammarion, 1999, p. 99.
  • 72 O. Wieviorka. Une certaine idée de la résistance. Op. cit., p. 99-118.
  • 73 M. Granet et H. Michel. Combat : histoire d’un mouvement de résistance. PUF, 1957, p. 146.
  • 74 P. et R. Roux-Fouillet. États et renseignements, vol. 1, BnF. ; - Histoire générale de la presse f (...)

25Au moment de la constitution des Mouvements unis de la résistance en 1943, la réunion des services techniques est refusée par les mouvements, officiellement pour des raisons de sécurité mais surtout parce que cela remet en cause leur indépendance matérielle et politique68. Mais la répression force au pragmatisme. En zone Sud, l’imprimerie de Combat aide d’autres journaux : Témoignage chrétien, France action, La Marseillaise, Défense de la France, en 194469. En novembre 1943, la Fédération nationale de la Presse clandestine est constituée. Elle propose une collaboration technique entre journaux sur les problèmes d’impression et de papier et confie cette mission au Groupe de la rue de Lille70. Pendant le premier semestre 1944, de nombreuses imprimeries de la Résistance sont découvertes par la police et les Allemands : Libération nord en avril 194471, Défense de la France en mai72, Combat à Villeurbanne en juin73. L’appareil technique communiste est à nouveau frappé pendant l’hiver 1943-1944. Si le PCF refuse mettre en commun certaines infrastructures techniques et de dépendre de celles des autres, le Front national y est contraint pendant le premier semestre 1944. Il fait reproduire ses journaux et brochures par des organisations non communistes. Lorsque l’imprimerie des Lettres françaises (l’Imprimerie Blondin) est découverte par la Gestapo en juillet 1944, le Comité national des écrivains recourt aux services du Groupe de la rue de Lille74.

26Cette méfiance est entretenue par l’élargissement des objectifs de la propagande communiste. Le Parti communiste s’adresse à nouveau aux professions intellectuelles, politique impulsée par trois intellectuels communistes : Jacques Solomon, Georges Politzer et Jacques Decourdemanche dit Decour.

  • 75 P. Favre. Jacques Decour : l’oublié des Lettres françaises, 1910-1942. Tours : Farrago éd.– Léo Sc (...)

27Jacques Solomon, physicien, est membre du PCF depuis 1934. Il milita pendant les années trente dans le domaine de l’enseignement et de la recherche. Il fit également partie des enseignants de l’Université ouvrière, du Groupe d’études matérialistes et s’intéressa aux questions économiques et sociales. Il participa au lancement de La Pensée. G. Politzer, agrégé, ancien du groupe Philosophies, a lui aussi travaillé pour l’Université ouvrière et fit partie de l’équipe de La Pensée. Il est également membre du Comité central et participe au travail d’éducation des militants, en publiant des cours. À la veille de la guerre, J. Decour est un jeune écrivain prometteur, auteur « NRF » soutenu par Jean Paulhan, agrégé d’allemand et militant communiste depuis 1936. Il a donné des cours du soir à l’Université ouvrière, où il fréquentait J. Solomon et G. Politzer. En décembre 1938, il devint rédacteur en chef de Commune. À sa démobilisation, J. Decour reprend contact avec Jean Paulhan, qui fait alors partie du réseau du Musée de l’homme75.Son profil est plus littéraire que celui de ses deux autres camarades. Les trois hommes ont participé au mouvement antifasciste des années trente.

  • 76 J. Duclos. Mémoires. T. III : dans la bataille clandestine. 1re partie : 1940-1942. De la Drôle de (...)
  • 77 P. Villon. Intervention, La Libération de la France, 28-31 octobre 1974, tiré à part, Fonds Villon (...)
  • 78 P. Favre. Jacques Decour : l’oublié des Lettres françaises. Op. cit., p. 175-176 ; - D. Virieux. L (...)
  • 79 N. Racine-Furlaud. « L’Université libre (novembre 1940-décembre 1941) ». Les Communistes français (...)
  • 80 Feuille communiste l’Université libre et du nommé Frolow Vladimir, 2 février 1942, F7 14988, CARAN
  • 81 Marcel. Compte rendu mensuel, période du 4 au 25 mai 1942, 27 mai 1942, 72 AJ A2, 69, MRN.
  • 82 P. et R. Roux-Fouillet. États et renseignements, vol. 1, BnF.
  • 83 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Le devoir d’insoumission. IMEC, 1994, p. 119-129.
  • 84 P. Favre. Jacques Decour : l’oublié des Lettres françaises. Op. cit., p. 187-189 ; - P. Chauvet. O (...)

28En septembre 1940, J. Duclos avait demandé à P. Villon d’aider G. Politzer, « pour un travail d’approche en direction des universitaires76 », d’abord sous la forme d’une « lettre boule de neige » pour les universitaires. Cette lettre serait à l’origine de L’Université libre77. Le 7 octobre paraît un « Appel aux intellectuels français » dit aussi L’Avenir de l’intelligence78. P. Villon est arrêté le lendemain et remplacé en tant que responsable de l’appareil technique par Pierre Maucherat, instituteur, jusqu’à son arrestation en mars 1943. L’Université libre paraît, en novembre, après la manifestation du 11 novembre 1940. Comme son nom l’indique, cette publication a pour but de rallier les membres de l’Université française, dans une position de lutte à l’égard de l’Occupant et de Vichy, sans pourtant adopter une position antifasciste nette. Dès décembre 1940, on y dénonce la politique raciste de Vichy. Le microcosme qui dirige L’Université libre développe des thèmes légèrement différents du reste de la propagande communiste, sans pour autant rompre avec la ligne générale. La revue devient l’organe de propagande du Front national en direction des universitaires à partir de 1941, période où les responsables accueillent « avec joie », lit-on, le retour du PCF à la lutte antifasciste79. Après l’arrestation de J. Decour en février 1942, Francis Cohen puis R. Maublanc prennent la tête de la rédaction. La police estime la première édition, ronéotypée, à 2 000 exemplaires80, mais elle atteint 3 900 exemplaires en mai 194281. Imprimée tardivement, à partir de mars 1944, l’abandon de la ronéo pour la typographie permet d’augmenter considérablement les tirages, de 12 000 à 15 000 exemplaires82. Le Parti réédite aussi la dernière revue publiée par le Parti communiste avantguerre, La Pensée83, sous la responsabilité de J. Decour. Le premier numéro de La Pensée libre paraît le 1er février 1941, fort de 96 pages, vendu 12 francs, imprimés par J. London à 1 685 exemplaires84.

  • 85 Un document (de M. Tréand ?) daté du 11 novembre 1940 signale : « Essayons de le faire revenir ici (...)
  • 86 D. Virieux. « L’Homme résistant ». Faites entrer l’infini, juin 1997, no 23, p. 24-25.
  • 87 Aragon. « Les années Sadoul ». Europe, juin-juillet 1978, no 590-591, p. 184-188.

29Même si on constate dans ces revues des atermoiements par rapport à la ligne du Parti et un désir de revenir à l’union des intellectuels contre le fascisme, elles restent malgré tout disciplinées, ce qui ne va pas sans poser problème au sein du PCF même. La Pensée libre est un véritable camouflet pour Aragon, alors réfugié à Nice. Les anciens membres du groupe Philosophies condamnent toute publication légale alors qu’Aragon défend la littérature de contrebande et continue de publier officiellement. Jusqu’à la publication du premier numéro de La Pensée libre, le PCF n’a pas édicté de règle en la matière. Mais l’attitude d’Aragon heurte ces militants communistes plongés dans la clandestinité depuis au moins un an, pour des raisons politiques et/ou raciales85. Aragon n’est pourtant pas écarté : début 1941, Georges Dudach est dépêché par la direction des intellectuels du Parti, pour reprendre contact86. Le projet de constitution d’un Front national en juillet 1941 tempère les tensions entre Aragon et la direction, qui voit dans son activité en zone Sud une propagande tout à fait utile. En juillet 1941, la position d’Aragon est devenue politiquement acceptable87. Le Front national est en train de se constituer, et la mobilisation des intellectuels, communistes et non communistes, sur une politique plus large, est à l’ordre du jour, remettant en cause une politique éditoriale partisane, où la notion de « contrebande » était considérée par certains comme une trahison.

  • 88 Néanmoins la police parisienne a trouvé un exemplaire, sans préciser le numéro, en août 1942. [Rap (...)
  • 89 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 187.
  • 90 G. Sapiro. La Guerre des écrivains, 1940-1953. Fayard, 1999, p. 545.
  • 91 D. Virieux. « L’Homme résistant ». Faites entrer l’infini, no 23, juin 1997, p. 24-25.
  • 92 G. Sapiro. La Guerre des écrivains, 1940-1953. Op. cit., p. 513. Aragon et E. Triolet sont entrés (...)

30La rédaction de La Pensée libre est ouverte à des non communistes, comme Vercors et Pierre de Lescure88, tandis que J. Decour travaille à une nouvelle revue, les Lettres françaises. Mais son arrestation, le 17 février 1942, en repousse la publication, reprise finalement par Claude Morgan, en septembre. Parallèlement, le Front national des écrivains, rebaptisé en 1943 Comité national des écrivains, se développe depuis l’été 194189. La place des communistes y est numériquement importante, un tiers des effectifs. Ce poids est relativisé par la faiblesse de leurs positions dans le champ littéraire, Aragon faisant figure d’exception90. En mai 1943, le CNE zone sud est constitué, sous la direction d’Aragon91 et sur la base de ses relations établies depuis 1940 au sein du milieu des petites revues « officielles » qui défendaient elles aussi une « littérature de contrebande92 ».

  • 93 Rapports IFM, 28 septembre 1943, Fonds Villon, Arch. 2, 6, MRN.
  • 94 Gilbert. Note, 27 mai 1942, 72 AJ A2, 69, MRN.
  • 95 D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Op. cit., p (...)
  • 96 Note, 19 mars 1943, Ba 2068, Arch. PPo.
  • 97 D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Op. cit., p (...)
  • 98 Les ouvriers sont Marcel Knops, Lucien Trappier et Bouclet : P. Chauvet. Op. cit., p. 126-128.

31Comme toute organisation résistante, le travail de propagande est une activité importante au sein du Front national. Son appareil technique est censé être distinct de celui du Parti communiste, et les revues elles-mêmes doivent être techniquement autonomes dans toute la mesure du possible93. La répression a remis en cause ce principe et l’infrastructure technique utilisée par le Front national est en réalité celle du PCF94. En ce qui concerne le CNE, Pierre Maucherat, dit Bernard, est le « technique » au service des intellectuels, secondé par André Voguet, dit Jules95. Il est arrêté en mars 1943, lorsque tombe une nouvelle fois l’appareil technique de la région parisienne96. Georges Ternet, sous le nom de Gaillard, le remplace en mars 1943 après son évasion. Les Lettres françaises dépendent jusqu’à l’automne 1943 de l’appareil technique du Front national, organisé par Lemonnier et Paul Vigueur (dit Noël)97. Ensuite, Georges Adam parvient à trouver un imprimeur, Blondin, dans le XVIIe arrondissement98.

  • 99 Note, 1er février 1944, Ba 2070, Arch. PPo.
  • 100 Georges Cogniot. « Les intellectuels et la libération nationale ». L’Humanité, no 243, 1er septemb (...)
  • 101 « Les tâches d’éducation de la jeunesse ». La Propagande, janvier 1943, p. 17.

32D’après la police, le soutien qu’accorde le PCF à l’action clandestine faite par et en direction des intellectuels n’est pas toujours compris par les militants99. L’anti-intellectualisme communiste n’a pas disparu. Si le livre L’Honneur des poètes est salué dans L’Humanité clandestine comme un « recueil dédié au pays nommé France, un recueil qui crie, accuse, espère », G. Cogniot se sent obligé de préciser qu’il est écrit par « 21 écrivains “venus de tous les points de l’horizon” », qui témoignent de la sorte « de la volonté des intellectuels de participer à l’œuvre de libération nationale100 ». Il faut donc expliquer aux militants communistes à quoi servent les intellectuels dans la lutte. Mais si on encourage en 1943 les jeunes militants à « étendre le plus possible leurs connaissances culturelles » pour qu’ils deviennent les « bâtisseurs d’un monde nouveau », ils se doivent d’éviter les « théoriciens fumeux101 ».

  • 102 R. Bourderon. « Le PCF et la lutte armée : conceptions et organisations ». La Résistance et les Fr (...)
  • 103 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 149.
  • 104 Ibid., p. 134-139.
  • 105 Ibid., p. 136.

33Aux yeux des communistes, la fiction a une fonction précise. La collection « Hier et Aujourd’hui » était destinée à accueillir des textes qui permettaient de présenter aux militants et sympathisants le changement de stratégie politique et défendre la lutte armée de manière elliptique et la moins brutale possible, alors que le PCF ne disposait pas encore des moyens nécessaires pour la lutte armée102. Mais si le PCF considère avec intérêt l’alliance avec les intellectuels, les lettres n’ont guère d’intérêt pour elles-mêmes. Lorsque Le Silence de la mer signé par un certain Vercors paraît le 20 février 1942 sous la marque des Éditions de Minuit, c’est une rupture avec la stratégie communiste : « Le Silence de la mer, écrit A. Simonin, n’exemplifie pas seulement une attitude ; il suggère une action, une forme d’insoumission spécifique aux intellectuels : l’édition clandestine de texte littéraire103. » L’idée de créer cette maison d’édition viendrait notamment de la découverte par Pierre de Lescure des publications clandestines du PCF, prouvant par leur existence que la chose est techniquement possible104. Mais la démarche de Pierre de Lescure s’affirme en totale opposition avec le PCF sur le plan éditorial : « J’ai voulu créer non pas des brochures mais de vrais livres, imprimés avec soin, sur un papier de choix, fonder une véritable maison d’édition105. » Certes, la nouvelle de Vercors était initialement prévue pour être publiée dans La Pensée libre. Mais cette littérature se met au service de la liberté individuelle, donc de l’art, et non au service de la propagande politique et de la mobilisation populaire : une aberration pour les communistes, mais aussi une menace au moment où ils constatent la croissance de la presse clandestine non communiste.

  • 106 Ibid., p. 159-160. Claude Morgan rapporte que « Maurice Thorez l’avait fort mal apprécié, n’admetta (...)
  • 107 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 171-175.
  • 108 Georges Adam ; Jacques Debû-Bridel ; M. Desvignes ; Nusch et Paul Eluard (PCF) ; Claude Morgan (PC (...)
  • 109 Deux voix françaises : Charles Péguy et Gabriel Péri. Éditions de Minuit, 1944, 88 p. ; - Vercors. (...)
  • 110 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 211 ; - P. Chauvet. Op. cit., p. 125-1 (...)
  • 111 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 197 et 205.

34Le Parti communiste attaque violemment le texte à sa parution106, mais il est mis devant le fait accompli. De leurs côtés, en raison de l’existence du CNE qui est aussi l’incarnation de l’union des non-communistes avec les communistes, les Éditions de Minuit doivent tenir compte du poids du PCF dans la résistance des intellectuels107. Le comité littéraire de Minuit est ainsi composé de 8 ou 9 personnes, dont 4 communistes108. Devenues la maison d’édition du CNE zone Nord, les Éditions de Minuit sont parfois obligées de céder aux pressions, notamment d’Aragon, et à la stratégie d’union. C’est le cas pour l’édition en juillet 1943 de L’Honneur des poètes et surtout les Amants d’Avignon, publié sur décision de P. Eluard malgré les protestations de P. de Lescure. Ce même esprit pousse à l’arrangement. Vercors accepte de rééditer un texte de G. Péri, remis par Aragon, mais à sa manière : « Ce n’était qu’un cri d’amour pour le Parti et je craignais, si je le publiais seul, de donner des Éditions de Minuit une image partisane. » Au nom de l’union de la Résistance, il le publie donc, avec un texte de C. Péguy sur Jeanne d’Arc109. Les volumes édités par la maison d’édition sont imprimés, comme les Lettres françaises, par Blondin, qui imprime également la Vie ouvrière et des tracts communistes110. À partir du printemps 1944, alors que le PCF s’appuie sur la stratégie communiste de l’insurrection nationale, cette pression sur Minuit va crescendo, endiguée seulement par la position de J. Paulhan111.

35Face à cette naissance inopinée, vécue à la fois comme une concurrence et une incongruité politique, le PCF arrête Hier et Aujourd’hui en zone Nord et crée une seconde structure clandestine en zone sud la Bibliothèque française. Cette structure apparaît comme indispensable en 1942, et pas seulement en réaction au Silence de la mer.

  • 112 J.-M. Berlière et F. Liaigre. Le Sang des communistes : les Bataillons de la jeunesse dans la lutt (...)
  • 113 A. Brunel et J. Nordmann. Aux vents de l’histoire. Mémoires. Arles : Actes Sud, 1996, 121-122 p.
  • 114 L. Parrot. L’Intelligence en guerre. Le Castor Astral, 1990, p. 127.
  • 115 L. Parrot. Op. cit., p. 127 ; - G. Sadoul. « Les Étoiles et la Bibliothèque française ». Le Point, (...)
  • 116 G. Sadoul. « Les Étoiles et la Bibliothèque française ». Op. cit.

36En effet, le PCF réalise qu’il dispose de peu de moyens pour une propagande plus ambitieuse littérairement. L’histoire de la publication du Crime contre l’esprit en est la parfaite démonstration. Le 22 octobre 1941, 27 otages ont été exécutés à Châteaubriant, à la suite de l’assassinat du Feldkommandant Hotz à Nantes par la Résistance. Le PCF parvient à récupérer les documents laissés par les condamnés, dont des déclarations gravées sur les planches de leur baraque, grâce au dentiste du camp, communiste, Puybouffat et une jeune militante, Esther Gaudin. Ces documents sont remis par J. Duclos à Joë Nordmann en novembre 1941112. En mars 1942, ce dernier prend contact avec Aragon à qui il remet les lettres des otages fusillés et les témoignages sur leur exécution. « Fais de cela un monument », lui demande J. Duclos113 : Aragon met en forme ces textes, adjoints à des documents fournis par J. Paulhan et J. Blanzat sur les membres du réseau du Musée de l’homme. Ce texte prend le titre le Crime contre l’esprit, signé par le Témoin des martyrs114. Ce texte fameux circule uniquement, et donc laborieusement, sous forme dactylographiée ; il faut attendre 1943 pour que paraisse une version imprimée, d’abord en Suisse, clandestinement par l’imprimerie Lion à Toulouse en octobre 1943 et enfin par les Éditions de Minuit en 1944115. G. Sadoul explique cette diffusion rudimentaire par la vague de répression qui touchait Paris à cette époque : « Le texte était rédigé quand les mauvaises nouvelles de Paris firent comprendre que les liaisons étaient pour longtemps coupées. Aragon et quelques-uns de ses amis qui n’avaient aucun moyen d’impression, mirent en circulation quelques feuilles dactylographiées par le système de la “boule de neige”116. » Cet ouvrage a donc attendu un an et demi d’être édité. D’où la nécessité de créer, pour les textes plus littéraires, une structure éditoriale permanente. Ce sera la Bibliothèque française.

  • 117 Op. cit.
  • 118 Résistance intellectuelle, AJ 72 78, CARAN
  • 119 Résistance des intellectuels, zone Sud : Témoignage de Mme Elsa Triolet, recueilli par Mme Guineau (...)
  • 120 D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Op. cit., p (...)
  • 121 Résistance intellectuelle, AJ 72 78, CARAN ; - Jean Lurçat s’est occupé de l’impression des Étoile (...)

37La Bibliothèque française trouve également son origine dans deux revues en zone Sud. D’après G. Sadoul, il existait déjà un projet d’édition pour une Pensée libre en zone non occupée : « À la fin de 1940 et en 1941 La Pensée libre, la revue de J. Decour et G. Politzer, fut transportée à travers la ligne de démarcation par Georges Dudach et largement répandue en zone Sud. Des plans furent établis pour créer des éditions clandestines et une petite imprimerie à Toulouse. Mais l’arrestation puis la mort de Decour [février 1942], Dudach et Politzer vint empêcher leur réalisation117. » La seconde revue est Les Étoiles, bulletin créé à la fin 1942 à Lyon. Il est manuscrit, à destination des intellectuels en zone Sud, élaboré au départ par Auguste Anglès, Louis Aragon, Stanislas Fumet, Henri Malherbe et Jean Prévost118. Ce nom provient du système de la lettre « boule-de-neige », reprise et diffusée par cinq personnes, soit les cinq branches d’une étoile. La revue se voulait « l’équivalent en zone Sud des Lettres françaises119 ». Enfin, les contacts littéraires établis par Aragon pendant sa période « littérature de contrebande », en particulier auprès des jeunes auteurs, de Pierre Seghers et sa revue les Poètes casqués, ou autour de la revue Confluence, l’aident à développer le CNE zone Sud. Le projet de La Pensée libre zone Sud et des Étoiles ont poussé à la constitution d’imprimeries clandestines. En mars 1943, G. Ternet, qui vient de s’évader, rejoint Aragon et G. Sadoul en tant que responsable technique. Ils peuvent donc se consacrer à la construction d’une organisation propre, en particulier un « service technique » et une « imprimerie centrale » pour une nouvelle maison d’édition120. En août 1943, les Étoiles sont imprimées121. Éditer des livres est donc désormais possible.

  • 122 G. Sadoul. Les Étoiles et la Bibliothèque française. Le Point, mars 1945, p. 32-36.

38Pendant l’automne 1943, la Bibliothèque française édite son premier texte, qui est une réédition du Père Millon de G. de Maupassant, affichant ainsi sa parenté avec « Hier et Aujourd’hui122 ». Dirigée par Aragon, la Bibliothèque française a publié au moins 12 textes, en puisant dans le patrimoine littéraire en éditant Hier comme aujourd’hui de P. Verlaine et C. Cros en 1944. Comme pour les Éditions de Minuit, le catalogue de la Bibliothèque française est alimenté par les membres du CNE, mais d’abord par Aragon lui-même avec pas moins de quatre œuvres : Le Musée Grévin (1943), Façon de vivre et de mourir de Gabriel Péri (1943), Les Bons voisins (1943) et Neuf Chansons interdites (1944). Les trois autres textes sont le fait de P. Eluard (Jean du Haut), avec Sept Poèmes d’amour en guerre, d’Edith Thomas (Jean Le Guern) pour L’Arrestation et d’Elsa Triolet (Laurent Daniel) avec Yvette. Enfin, elle réédite certains textes des Éditions de Minuit.

  • 123 Marc Ferrier (Me Paul Vienney). Ce que M. de Monzie n’a pas dit : la véritable saison des juges. B (...)
  • 124 D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Op. cit., 1 (...)
  • 125 P. Seghers. La Résistance et ses poètes (France 1940-1945). Seghers, 1975, p. 233.

39La production de la Bibliothèque française n’est pas uniquement littéraire. Elle se met à la disposition du Comité national des juristes (zone Sud) pour éditer deux brochures, écrites par Me Paul Vienney, avocat et membre du PCF, et le président Garraud123 ; un troisième volume devait être publié mais fut égaré. Elle édite aussi pour le Comité national des médecins Pathologie des prisons allemandes et Pathologie de la France malheureuse. Est également édité Il y a dix ans… Leipzig en 1943. Presque tous les auteurs publiés sont membres du PCF, alors que tous les membres du CNE ne le sont pas. La Bibliothèque française a aussi pour fonction de diffuser les publications clandestines du CNE zone Nord124. La première est Le Musée Grévin d’Aragon, préparé dès juin 1943125. En novembre 1943, G. Ternet rapporte par exemple que le CNE zone Sud a diffusé 200 exemplaires de L’Honneur des poètes, édité par les Éditions de Minuit.

  • 126 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 229.
  • 127 G. Sapiro. La Guerre des écrivains, 1940-1953. Op. cit., p. 520-521.

40Pour A. Simonin, « la Bibliothèque française fonctionne comme un relais des Éditions de Minuit, assurant par ses publications populaires une plus grande diffusion de leurs textes ou des interstices laissés vacants par “l’intention éditoriale” qui anime les fondateurs des Éditions de Minuit ; l’édition militante126. » La Bibliothèque française, version communiste de Minuit ? Elle publie ses « refusés » comme Yvette d’E. Triolet. Cependant, les Lettres françaises, organe du CNE, politiquement divers et historiquement plus proche des Éditions de Minuit, rendent moins souvent compte de ses publications que de celles de Minuit. L’hostilité ou la méfiance du monde des lettres face à une structure éditoriale militante est-il à nouveau à l’œuvre127 ?

  • 128 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 194-195.
  • 129 Par exemple, de retour à Paris, P. Eluard crée un nouveau titre, avec l’aide du Groupe de la rue d (...)

41Aragon semble se désintéresser de la Bibliothèque française à la fin de la guerre. En novembre 1943, il délègue une partie de son travail à P. Eluard. Et lorsque ce dernier monte à Paris en février 1944, Aragon ne reprend pas sa place. En 1944, Aragon accorde en effet une attention soutenue aux Éditions de Minuit128, maison d’édition auréolée d’un prestige à la fois politique et littéraire, que de toute évidence la Bibliothèque française n’a pas. Sans doute faut-il voir aussi dans le comportement d’Aragon, comme dans celui de P. Eluard, les conséquences du retour à Paris depuis 1942 des centres de décisions, politiques et éditoriales. L’imminence de la Libération rappelle que le pouvoir intellectuel se trouve à Paris et non en province129.

  • 130 Les textes émanant du FN des juristes zone Sud sont imprimés dans cette ville.
  • 131 P. Chauvet. Op. cit., p. 203-204 et 439-441.
  • 132 G. Sadoul. Les Étoiles et la Bibliothèque française. Le Point, mars 1945, p. 32-36 ; - Comité nati (...)

42L’indifférence d’Aragon à l’égard du devenir de la Bibliothèque française tient aussi aux conditions techniques. Depuis 1942, l’appareil technique du PCF n’en finit pas de subir les coups de la répression, avec des tentatives de plus en plus héroïques de renaître de ses cendres. Tout en continuant de faire appel aux imprimeurs résistants lyonnais130, le CNE zone Sud bénéficie de l’aide de deux imprimeries : la maison Amarger à Saint-Flour (Cantal) trouvée par P. Eluard, de novembre à décembre 1943, et Rey à Tain l’Hermitage (Drôme)131. Au début de 1944, seule demeure celle de Rey, et les liaisons sont de plus en plus difficiles à établir. Non seulement la Bibliothèque française est obligée de ralentir son activité, mais la diffusion des publications des CNE Nord et Sud est compromise. Le CNE zone Sud demande donc aux CNE locaux de prendre en charge l’édition des Étoiles, la réimpression et l’édition de textes, politique qui n’est pas nouvelle mais qui devient impérative en 1944132. La Bibliothèque française n’est pas une coquille vide. Si elle est très marquée par le poids d’Aragon, elle présente un bilan littéraire et politique qui ne l’apparente ni à Hier et Aujourd’hui ni à « la Doctrine communiste ». Mais la marque trop visible des communistes dans son catalogue altère sa crédibilité en tant que maison d’édition de « la » Résistance.

  • 133 Lapière, Mafran et Catalon. Compte rendu de la direction du Parti sur le fonctionnement du système (...)
  • 134 Intendance de police (préfecture de Seine-et-Oise) aux commissaires de police du département, 17 m (...)
  • 135 Synthèse des préfets de la zone occupée, septembre 1942, 1 W 5, AD Yvelines.
  • 136 J. Sainclivier. « Sociologie de la Résistance : quelques aspects méthodologiques et leur applicati (...)
  • 137 F. Marcot. « Les paysans et la Résistance : problèmes d’une approche sociologique ». La Résistance (...)

43Quel est le public visé par cette propagande imprimée, presse et brochures ? En 1942, les rapports que remettent les préfets sont contradictoires. Les uns soulignent que cette littérature politique vise d’abord les ouvriers133, d’autres qu’elle « s’efforce d’atteindre tous les milieux134 ». Si le PCF cherche à atteindre l’ensemble de la population, via le Front national notamment, il est quasi certain qu’il s’agit d’abord d’un phénomène urbain. Matériellement, les campagnes sont plus difficiles à toucher, à la grande satisfaction de Vichy pour qui le « virus communiste […] affecte plus spécialement la région parisienne et les grandes agglomérations industrielles du Nord et du Pas-de-Calais135 ». Cette description correspond aux conclusions de J. Sainclivier sur les résistants d’Ille-et-Vilaine, plus urbains, plus jeunes et plus ouvriers136. D’après François Marcot, il faut s’interroger aussi sur l’aspect proprement communiste de cette situation : de manière générale et relative, le monde rural est moins impliqué dans la Résistance organisée137.

44Jusqu’à l’hiver 1943-1944, la stratégie propagandiste communiste est triple. Sa propagande doit s’adresser à des non communistes, supportant la stratégie de l’insurrection nationale. Le Parti doit protéger absolument son infrastructure technique d’une supposée mainmise directe ou indirecte du reste de la Résistance. Enfin, cette propagande ne peut être élaborée en alliance avec des non communistes que dans le cas limité de la résistance des intellectuels. La défense de l’art et de la liberté d’expression n’est pas l’objectif visé. Pour la résistance communiste, les lettres sont un moyen et non une fin. Lorsque les fondateurs des Éditions de Minuit parlent d’engagement, les communistes entendent soumission au politique, même s’il n’est pas question de renoncer à l’alliance d’intellectuels communistes et non communistes. Seule importe la lutte pour sa cohésion idéologique, qui est une question de survie.

Notes

1 Lettre du commissaire de police Rivault au secrétaire général de la Police (Seine-et-Oise), 12 août 1941, 300 W 46, AD Yvelines.

2 Le Parti communiste dans la Résistance. Éditions sociales, 1967, p. 178-179.

3 J. Duclos. Mémoires. T. III : dans la bataille clandestine. 1re partie : 1940-1942. De la Drôle de guerre à la ruée vers Stalingrad. Fayard, 1970, p. 240.

4 Affaire Cadras-Pican, 27 juin 1942, 29 p., Ba RG 1955 Carton 3, Arch. PPo.

5 Lettre du secrétaire d’État aux communications au Général d’armée, ministre de la Guerre, 2 octobre 1941 ; - Extrait du rapport mensuel du préfet des Vosges, s. d. Synthèse des rapports des préfets de la Zone occupée, janvier 1942, M 3444, AD Seine-et-Marne ; - Extraits du rapport mensuel d’information de la préfecture du Calvados, 4 mars 1942, F7 14988, CARAN.

6 Lettre du préfet de police au ministre secrétaire d’État à l’Intérieur, 2 novembre 1942, Ba 1919, Arch. PPo.

7 Note, 29 mars 1943, Ba 1924, Arch. PPo. Pierre Camus, sous le pseudonyme de Jean-Claude, était chargé de la chronique « Pointes rouges ». Sa femme était également linotypiste à l’Humanité.

8 Les archives d’un imprimeur du Blanc-Mesnil, Gaston Chartier, montre comment ce dernier a obtenu du papier pour Libération Nord. Archives G. Chartier, MRN.

9 Rapport hebdomadaire du préfet de Seine-et-Oise, 7-14 novembre 1943, 1 W 273, AD Yvelines.

10 P. Chauvet. Op. cit., p. 300-301.

11 Questionnaire sur la base duquel doit être établi le rapport mensuel des responsables interrégionaux, Ba 2068, Arch. PPo ; - Aux politiques et techniques régionaux, 3 juin 1943, Ba 2069, Arch. PPo. ; - Note aux responsables régionaux, [17 mars 1944], Ba 2070, Arch. PPo.

12 Rapport général JC (zone Sud), [février 1943], Ba 2068, Arch. PPo.

13 Par exemple, pour le numéro de septembre 1943 de Libération, par le mouvement Libération Nord, il fallut transporter dans Paris une forme pesant 35 kg. A. Aglan, La Résistance sacrifiée : le mouvement Libération Nord. Flammarion, 1999, p. 99.

14 Affaire Cadras-Pican, 27 juin 1942, 29 p. Ba RG 1955 Carton 3, Arch. PPo.

15 [Rapport général], juillet 1942, Ba 2067, Arch. PPo. Graphique 4.

16 L’Humanité clandestine, 1939-1944. Éditions sociales, 1975, p. 31.

17 FF1-FTPF, Arch. 2, 49, MRN.

18 Voir par exemple la description de l’organisation de Libération Sud : J. Meurillon. Julien Léonard : un résistant ordinaire, éditeur clandestin de Libération (1940-1945). Morlaix, 2000, 245 p.

19 Graphique 4.

20 P. Roux-Fouillet. « Les tracts diffusés pendant la Deuxième Guerre mondiale. Essai à partir de la collection de la Bibliothèque nationale ». Le Livre et l’art. Études offertes en hommage à Pierre Lelièvre. Somogry–Éditions d’art–Villeurbanne : ENSSIB, 2000, p. 545-559.

21 Ce roman est d’ailleurs réellement publié par les Éditions du Livre Moderne.

22 C. Angelé et P. Gillet. Debout Partisans ! Fayard, 1970, p. 181-182.

23 Note, 23 avril 1942, Ba 1966 ; Correspondance, 29 juin 1942, Ba 2066, Arch. PPo.

24 P. et R. Roux-Fouillet. Catalogue des périodiques clandestins : États et renseignements, vol. 1, BnF.

25 P. Chauvet. Op. cit., p. 86.

26 Note, 19 octobre 1942, Ba 2067, Arch. PPo.

27 L’affaire Cadras-Pican, 27 juin 1942, 29 p., Ba RG 1955 Carton 3, Arch. PPo.

28 Note, 5 octobre 1942, Ba 1919, Arch. PPo.

29 Lettre du préfet de police au ministre secrétaire d’État à l’Intérieur, 28 décembre 1942, Ba 1919.

30 Note, 18 janvier 1943, Ba 2068, Arch. PPo.

31 Note, 8 mars 1943 ; Note, 29 mars 1943, Ba 2068, Arch. PPo.

32 P. Chauvet. Op. cit., p. 73.

33 Note, 13 décembre 1943, Ba 2069, Arch. PPo.

34 Note, 2 septembre 1942, Ba 1917, Arch. PPo.

35 Rapport hebdomadaire du préfet de police au ministre secrétaire d’État à l’Intérieur, 2 novembre 1943, Ba 1924, Arch. PPo.

36 Note, 22 octobre 1942, Ba 1917, Arch. PPo.

37 Note, 20 juillet 1943, Ba 2069, Arch. PPo.

38 M. Gleize. Images d’un Nîmois. Gounay sur Marne : A compte d’auteur, 2002, p. 72.

39 Correspondance, 11 mars 1942, Ba 2066, Arch. PPo.

40 Note, 4 février 1944 ; Note aux régions, Ba 2070, Arch. PPo.

41 Commission centrale des cadres du PCF. Aux responsables des cadres, septembre 1943, PCF 2, Arch. 2, 96, MRN.

42 La littérature d’agitation s’adresse parfois à une catégorie précise de la population : Paysans de France, contre l’oppresseur unissez-vous ! août 1941, 31 p. ; - Instituteurs et institutrices de France ; La force des instituteurs ; Un bilan du passé ; L’anticommunisme ; Les mensonges de Vichy ; Il faut sauver l’école française ; Le P.C. aux côtés des instituteurs, 1941, 5 p.

43 L’Humanité, no spécial, 18 mars 1941, p. 2.

44 « À propos de Guy de Maupassant ». L’Humanité, no 123, 7 août 1941, p. 2.

45 « Entretien avec Mounette Dutilleul et Raymond Dallidet » par R. Bourderon. Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, no 26, 1986, p. 13-35. L’imprimeur est Maurice Prigent.

46 P. et R. Roux-Fouillet. États et renseignements, vol. 1. BnF.

47 Les tâches d’éducation de la jeunesse. La Propagande, janvier 1943, p. 17.

48 Cours no 2, 26 f. PCF 1, Arch. 2, 95, MRN.

49 Correspondance, 22 mai 1942, Ba 2066, Arch. PPo.

50 Commission centrale des cadres du PCF. Comment se défendre ?, 1944, 19 p.

51 J.-P. A. Bernard. « La liturgie funèbre des communistes : 1924-1983 ». Vingtième Siècle–revue d’histoire, janvier-mars 1986, no 9, p. 37-52.

52 Aragon. L’œuvre poétique. Tome XI : 1946-1952. Livre Club Diderot– Messidor, 1980, p. 67.

53 Un héros de la Libération nationale, mort pour la France ! Gabriel Péri vous parle. Notes biographiques écrites pour ses avocats, suivies de la défense préparée en vue de sa comparution devant le tribunal. mars 1942, in-16o, 56 p. ; Les Morts accusent. Lucien Sampaix et Gabriel Péri font le procès des bandits hitlériens. Compte rendu de l’audience de la 12e chambre correctionnelle de la Seine, le 28 juillet 1939. 1942, in-16o, 24 p. ; - J. Duclos. Mémoires. T. III : dans la bataille clandestine. 1re partie : 1940-1942. De la Drôle de guerre à la ruée vers Stalingrad. Fayard, 1970, p. 215-216.

54 En février 1942, Madeleine Laffitte, chargée de liaison entre F. Cadras et M.-C. Vaillant-Couturier, qui était en possession la morasse du texte, avait été arrêtée. Elle meurt en déportation à Auschwitz en 1943. Affaire Cadras-Pican, 27 juin 1942, 29 p., Ba RG 1955 Carton 3, Arch. PPo.

55 N. Racine. « Aragon et le Parti communiste français, 1939-1942 ». Lendemains, 2000, 97, p. 9-33.

56 J. Duclos. Mémoires. T. III : dans la bataille clandestine. 1re partie : 1940-1942. De la Drôle de guerre à la ruée vers Stalingrad. Fayard, 1970, p. 112.

57 L.-R. Dallidet. 1934-1984 : voyage d’un communiste. La Pensée universelle, 1984, p. 128-129 ; - J. Duclos. Mémoires. T. III : dans la bataille clandestine. Op. cit., p. 76 ; - Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. Op. cit.

58 « Entretien avec Mounette Dutilleul et Raymond Dallidet » par R. Bourderon. Op. cit.

59 R. Mondargent. Gabriel Péri, la double loyauté. Pantin : le Temps des cerises, 2001, p. 80.

60 G. Péri. La Pensée libre, no 2, [février 1942], p. 61-62.

61 D. Peschanski. « La répression anticommuniste dans le département de la Seine (1940-1942) ». Op. cit..

62 P. et R Roux-Fouillet. Catalogue des périodiques clandestins (1939-1945). Bibliothèque nationale, 1954, p. vi-ix.

63 O. Wieviorka. Une certaine idée de la résistance : Défense de la France, 1940-1949. Le Seuil, 1995, p. 100.

64 C. Levy et D. Veillon. « Aspects généraux de la presse clandestine ». La Presse clandestine, 1940-1944. Association des médaillés de la résistance du Vaucluse, 1986, p. 17-35.

65 P. Buton. Les Lendemains qui déchantent. Le Parti communiste français à la Libération. Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1993, p. 76.

66 Revanche, organe du Front patriotique des jeunes Français, a été édité à Toulouse à partir de 1942 jusqu’en 1943, semble-t-il : P. et R. Roux-Fouillet. Catalogue des périodiques clandestins (1939-1945). Bibliothèque nationale, 1954, p. 166.

67 Correspondance, 22 juin 1942, Ba 2066, Arch. PPo.

68 C. Bourdet. « Combat ». La Presse clandestine, 1940-1944. Association des médaillés de la résistance du Vaucluse, 1986, p. 127-137.

69 M. Granet et H. Michel. Combat : histoire d’un mouvement de résistance. PUF, 1957, p. 141.

70 M.-C. Bouju. « Le Groupe de la rue de Lille ». La Résistance en Ile-de-France. [DVD-Rom] AERI, 2004.

71 A. Aglan, La Résistance sacrifiée : le mouvement Libération Nord. Flammarion, 1999, p. 99.

72 O. Wieviorka. Une certaine idée de la résistance. Op. cit., p. 99-118.

73 M. Granet et H. Michel. Combat : histoire d’un mouvement de résistance. PUF, 1957, p. 146.

74 P. et R. Roux-Fouillet. États et renseignements, vol. 1, BnF. ; - Histoire générale de la presse française, T. IV : de 1940 à 1958. PUF, 1975, p. 147-148.

75 P. Favre. Jacques Decour : l’oublié des Lettres françaises, 1910-1942. Tours : Farrago éd.– Léo Scheer, 2002, p. 173.

76 J. Duclos. Mémoires. T. III : dans la bataille clandestine. 1re partie : 1940-1942. De la Drôle de guerre à la ruée vers Stalingrad. Fayard, 1970, p. 72.

77 P. Villon. Intervention, La Libération de la France, 28-31 octobre 1974, tiré à part, Fonds Villon, Arch. 2, 4, MRN ; - D. Virieux. « La Direction des intellectuels communistes dans la Résistance française : mission – organisation – pratiques ». Sociétés & représentations, décembre 2002, no 15, p. 135-154.

78 P. Favre. Jacques Decour : l’oublié des Lettres françaises. Op. cit., p. 175-176 ; - D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Un mouvement de résistance – période clandestine (mai 1941-août 1944). Th. d’histoire, dir. C. Willard : université Paris VIII, 1996, p. 44.

79 N. Racine-Furlaud. « L’Université libre (novembre 1940-décembre 1941) ». Les Communistes français de Munich à Châteaubriant, 1938-1941. Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1987, p. 133-144.

80 Feuille communiste l’Université libre et du nommé Frolow Vladimir, 2 février 1942, F7 14988, CARAN.

81 Marcel. Compte rendu mensuel, période du 4 au 25 mai 1942, 27 mai 1942, 72 AJ A2, 69, MRN.

82 P. et R. Roux-Fouillet. États et renseignements, vol. 1, BnF.

83 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Le devoir d’insoumission. IMEC, 1994, p. 119-129.

84 P. Favre. Jacques Decour : l’oublié des Lettres françaises. Op. cit., p. 187-189 ; - P. Chauvet. Op. cit., p. 95-96.

85 Un document (de M. Tréand ?) daté du 11 novembre 1940 signale : « Essayons de le faire revenir ici pour travailler parmi les intellectuels. A fait une faute ; a fait paraître un poème dans le Figaro. Nous étudierons son affaire lorsqu’il sera ici », IML, 857/142/2481 : Cité par R. Bourderon. « Ma quarantaine en l’an quarante ». Les engagements d’Aragon. Itinéraires et contacts de cultures. vol. 23-24, 1er et 2e sem. 1997, université Paris 13–L’Harmattan, 1998, p. 87-95.

86 D. Virieux. « L’Homme résistant ». Faites entrer l’infini, juin 1997, no 23, p. 24-25.

87 Aragon. « Les années Sadoul ». Europe, juin-juillet 1978, no 590-591, p. 184-188.

88 Néanmoins la police parisienne a trouvé un exemplaire, sans préciser le numéro, en août 1942. [Rapport hebdomadaire], 3 août 1942, Ba 2067, Arch. PPo.

89 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 187.

90 G. Sapiro. La Guerre des écrivains, 1940-1953. Fayard, 1999, p. 545.

91 D. Virieux. « L’Homme résistant ». Faites entrer l’infini, no 23, juin 1997, p. 24-25.

92 G. Sapiro. La Guerre des écrivains, 1940-1953. Op. cit., p. 513. Aragon et E. Triolet sont entrés dans la clandestinité en novembre 1942.

93 Rapports IFM, 28 septembre 1943, Fonds Villon, Arch. 2, 6, MRN.

94 Gilbert. Note, 27 mai 1942, 72 AJ A2, 69, MRN.

95 D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Op. cit., p. 177.

96 Note, 19 mars 1943, Ba 2068, Arch. PPo.

97 D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Op. cit., p. 590.

98 Les ouvriers sont Marcel Knops, Lucien Trappier et Bouclet : P. Chauvet. Op. cit., p. 126-128.

99 Note, 1er février 1944, Ba 2070, Arch. PPo.

100 Georges Cogniot. « Les intellectuels et la libération nationale ». L’Humanité, no 243, 1er septembre 1943, p. 1-2.

101 « Les tâches d’éducation de la jeunesse ». La Propagande, janvier 1943, p. 17.

102 R. Bourderon. « Le PCF et la lutte armée : conceptions et organisations ». La Résistance et les Français : lutte armée et maquis. Annales littéraires de l’université de Franche Comté/Les Belles Lettres, 1996, p. 129-146.

103 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 149.

104 Ibid., p. 134-139.

105 Ibid., p. 136.

106 Ibid., p. 159-160. Claude Morgan rapporte que « Maurice Thorez l’avait fort mal apprécié, n’admettant pas qu’on pût mettre en scène, en pleine Occupation, un Allemand sympathique. » Dans C. Morgan. Les « dons quichotte » et les autres. Roblot, 1979, p. 145-146.

107 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 171-175.

108 Georges Adam ; Jacques Debû-Bridel ; M. Desvignes ; Nusch et Paul Eluard (PCF) ; Claude Morgan (PCF) ; Jean Lescure ; Yvonne Paraf-Desvignes ; Lucien Scheler. A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 195 ; - Vercors. La Bataille du silence : souvenirs sur Minuit. Éditions de Minuit, 1992, p. 268 et 287.

109 Deux voix françaises : Charles Péguy et Gabriel Péri. Éditions de Minuit, 1944, 88 p. ; - Vercors. À vrai dire : entretiens avec Gilles Plazy. Éditions Françoise Bourin, 1991, p. 91-92.

110 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 211 ; - P. Chauvet. Op. cit., p. 125-128.

111 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 197 et 205.

112 J.-M. Berlière et F. Liaigre. Le Sang des communistes : les Bataillons de la jeunesse dans la lutte armée (automne 1941). Fayard, 2004, p. 261.

113 A. Brunel et J. Nordmann. Aux vents de l’histoire. Mémoires. Arles : Actes Sud, 1996, 121-122 p.

114 L. Parrot. L’Intelligence en guerre. Le Castor Astral, 1990, p. 127.

115 L. Parrot. Op. cit., p. 127 ; - G. Sadoul. « Les Étoiles et la Bibliothèque française ». Le Point, mars 1945, p. 32-36 ; - Vercors. À vrai dire : entretiens avec Gilles Plazy. Éditions Françoise Bourin, 1991, p. 91-92.

116 G. Sadoul. « Les Étoiles et la Bibliothèque française ». Op. cit.

117 Op. cit.

118 Résistance intellectuelle, AJ 72 78, CARAN

119 Résistance des intellectuels, zone Sud : Témoignage de Mme Elsa Triolet, recueilli par Mme Guineau pour la Commission d’histoire, les 12 octobre 1949 et 4 janvier 1950, et avec Aragon le 16 juin 1950, dact., 16 p., 25, Fonds Aragon-Triolet, BnF ; Les Étoiles sont diffusés à 2 000 exemplaires, alors que les Lettres françaises le sont à 3 000 exemplaires : D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Op. cit., p. 776.

120 D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Op. cit., p. 418 et 268.

121 Résistance intellectuelle, AJ 72 78, CARAN ; - Jean Lurçat s’est occupé de l’impression des Étoiles pour la section du CNE dans le Sud-Ouest : Lettre de Jean Lurçat à P. et R. Roux-Fouillet, 3 octobre 1952. États et renseignements, vol. 2, BnF ; - Raison d’un titre. Les Étoiles, 22 mai 1945, no 2, p. 1 ; - Quelques points d’histoire. Les Étoiles, 29 mai 1945, no 3, p. 1.

122 G. Sadoul. Les Étoiles et la Bibliothèque française. Le Point, mars 1945, p. 32-36.

123 Marc Ferrier (Me Paul Vienney). Ce que M. de Monzie n’a pas dit : la véritable saison des juges. Bibliothèque française, s. d., 12 p. ; Portalis (Garraud ou P. Vienney ?). Le Gouvernement de Vichy est-il légitime ? Bibliothèque française, [1943], 12 p. La première brochure est une réponse à un texte d’Anatole de Monzie (La Saison des juges) qui appelait à l’amnistie et la réconciliation nationale. Portalis est le nom d’une grande famille de juristes, qui participa à la rédaction du Code civil napoléonien. Dans F. Génevée. Le PCF et la justice des origines aux années cinquante : organisation, conceptions, militants et avocats. Thèse de doctorat d’histoire, dir. S. Wolikow. Dijon : université de Bourgogne, 2003, p. 334-335.

124 D. Virieux. Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Op. cit., 1996, p. 419.

125 P. Seghers. La Résistance et ses poètes (France 1940-1945). Seghers, 1975, p. 233.

126 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 229.

127 G. Sapiro. La Guerre des écrivains, 1940-1953. Op. cit., p. 520-521.

128 A. Simonin. Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Op. cit., p. 194-195.

129 Par exemple, de retour à Paris, P. Eluard crée un nouveau titre, avec l’aide du Groupe de la rue de Lille et donc sans lien avec le PCF, l’Eternelle Revue. Lettre de Paul Eluard à P. et R. Roux-Fouillet, 19 juin 1952. États et renseignements, vol. 2, BnF.

130 Les textes émanant du FN des juristes zone Sud sont imprimés dans cette ville.

131 P. Chauvet. Op. cit., p. 203-204 et 439-441.

132 G. Sadoul. Les Étoiles et la Bibliothèque française. Le Point, mars 1945, p. 32-36 ; - Comité national des écrivains (zone Sud). Éditez tracts, journaux, bulletins régionaux, note no 11. 72 AJ A2, 69, MRN.

133 Lapière, Mafran et Catalon. Compte rendu de la direction du Parti sur le fonctionnement du système de liaison avec les DIR, 5 août 1944, 2 f. Fonds Duclos, D2/1, MHV.

134 Intendance de police (préfecture de Seine-et-Oise) aux commissaires de police du département, 17 mars 1942, 300 W 48, AD Yvelines.

135 Synthèse des préfets de la zone occupée, septembre 1942, 1 W 5, AD Yvelines.

136 J. Sainclivier. « Sociologie de la Résistance : quelques aspects méthodologiques et leur application en Ille-et-Vilaine ». Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, janvier 1980, 117, p. 33-74.

137 F. Marcot. « Les paysans et la Résistance : problèmes d’une approche sociologique ». La Résistance et les Français : enjeux stratégiques et environnement social. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 1995, p. 245-255.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search