Version classiqueVersion mobile

Lire en communiste

 | 
Marie-Cécile Bouju

Deuxième partie. 1935-1939, vers une culture communiste française

Chapitre IV. Le tournant des éditions. Au service du Front populaire

Texte intégral

  • 1 Les éditions musicales Chant du Mondes ont créées en 1937 : Registre analytique du Tribunal de com (...)

1Les remises en cause de la stratégie « classe contre classe » conduisent à une réorganisation des structures du Komintern et à la révision des missions du Service de l’édition de l’IC. Les maisons d’édition du PCF ne connaissent pas de réorganisation brutale1, mais un repositionnement hiérarchique entre l’IC et la direction française, conditionné par le départ de Libert Cical, homme lige du Service d’éditions de l’Internationale pendant la bolchévisation. L’orientation antifasciste permet l’alliance entre intellectuels communistes et non communistes. Apparaît alors au premier plan l’intellectuel, nouvel acteur dans les éditions communistes.

Le Service d’éditions du Komintern et son réseau à la fin des années trente

2La crise que connaît le Komintern depuis l’arrivée des nazis au pouvoir en Allemagne aboutit au milieu de l’année 1934 à une remise en cause de sa stratégie. Les commissions en charge de la préparation du congrès de juillet-août 1935 posent les jalons de ce changement. Au terme de ce congrès, les structures de l’IC sont modifiées. Le Service d’éditions du Komintern a commencé, lui, sa mue plus tôt.

  • 2 Résolution sur le rapport des éditions au Secrétariat politique (29 avril 1934) (adoptée par la co (...)
  • 3 H. Peter. L’appareil du Komintern, 1926-1935. Premier aperçu. Op. cit.
  • 4 Internationale Bücherschau (1938-1939) ; - Revue internationale du livre (1938-1939).
  • 5 Elle fut un des éléments constitutifs de la future Bibliothèque d’état de sociopolitique. M.-C. Bo (...)

3Le 29 avril 1934, le Service d’éditions de l’IC remet un rapport au Secrétariat du Comité exécutif, rapport qui est validé par sa commission politique. Ce document est un plan de bataille. Il s’agit d’une remise à plat de toute la politique éditoriale du Service d’éditions de l’IC. Les sections nationales de l’Internationale communiste doivent, d’une part, tenir compte de la culture politique de leurs concitoyens et, d’autre part, insister sur la littérature d’agitation. Néanmoins la rupture avec le passé n’est pas totale. Le manuel reste un genre plébiscité2. Ce programme politique et éditorial échappe au mouvement de réorganisation radicale de l’Internationale. Décidée en octobre 1935, cette réorganisation conduit à la disparition des secrétariats dits de pays, mis en place en 1926, et à donner plus de poids au Département des cadres3. Or, le Service d’éditions est, lui, toujours organisé en zones linguistiques. Les « pays romans » sont suivis par deux « référents », F. Morriens et Heinrich. Le secteur des éditions comporte également un service de « transmission des expériences illégales du PC de l’URSS », la rédaction d’un « bulletin de critique et de bibliographie4 » et une bibliothèque5. En outre, le Secrétariat du Comité exécutif possède un « Service de traduction », autonome, subdivisé en zones linguistiques, dites « sections » (russe, allemande, française, anglaise et espagnole).

  • 6 H. Peter. Op. cit.
  • 7 Komintern : l’histoire et les hommes. Op. cit., p. 431-432.
  • 8 Après la guerre, R. Appelt part en Allemagne de l’Est où il a fait carrière dans la diplomatie. H. (...)

4Le Service d’éditions, qui emploie 16 personnes et recourt à une soixantaine de traducteurs patentés, semble solide dans son fonctionnement6. Mais il n’échappe pas aux procès et purges de la fin des années trente. M. E. Krebs est arrêté en 1937. Son adjoint, Julmann, est renvoyé en novembre 1937. En 1936, F. Morriens quitte le service pour intégrer les Éditions pour les travailleurs étrangers, avant de revenir en Belgique7. En 1938, la Section des éditions, qui emploie 18 personnes, est dirigée par Rudolf Appelt, cadre du Parti communiste tchèque, qui a quitté la Tchécoslovaquie lors de l’invasion des Sudètes. Il reste à sa tête jusqu’à la disparition de l’Internationale8.

  • 9 Dossier Hugo Eberlein, 200100216/36/917, CAC ; - Komintern : l’histoire et les hommes. Op. cit., p (...)
  • 10 P. Broué. Histoire de l’Internationale communiste, 1919-1943. Fayard, 1997, p. 995 ; - H. Eberlein (...)
  • 11 Il est arrêté en juillet 1937, puis déporté. Il est exécuté en juillet 1946. P. Broué. Op. cit., p (...)
  • 12 « Rapport du camarade Smeral à propos du travail à Paris en 1937 ». Communisme, no 38-39, 1994, p. (...)
  • 13 Document 1er février 1929, dact., 3 p., 495/78/52, RGASPI.
  • 14 René Hilsum. « Entretien avec C. Willard. Du dadaïsme aux éditions du P.C.F. » Cahiers d’histoire (...)
  • 15 Bestellung auf deutsche Bucher von C. Mayer et Cie, 495/78/158, RGASPI.

5Les services de liaisons internationales, installés à Berlin, ont bien évidemment été touchés par l’arrivée d’Hitler au pouvoir. L’arrestation de Georgi Dimitrov, qui dirige le WEB depuis avril 1929, en mars 1933, signe l’arrêt de mort du Bureau. Les liaisons s’effectuent alors uniquement via l’OMS. En 1933, Hugo Eberlein, chargé des questions de presse et d’édition au sein du WEB, quitte l’Allemagne pour la France et s’installe à Strasbourg en septembre9. Il est chargé du transfert des imprimeries et édition du PCA10. En juillet 1936, il est expulsé de France vers le Luxembourg, puis repart en URSS11. À partir de 1936, la propagande du Komintern en Europe occidentale est coordonnée par Bohumir Smeral12. Puis la liaison entre les éditions parisiennes et Moscou échoit à Johannès Wertheim13. Libraire à Vienne, il arrive à Paris après l’Anchluss où, témoigne René Hilsum, il « est chargé par l’IC de superviser les maisons d’édition d’Europe occidentale14 ». La librairie C. Mayer et Cie, au 148, rue de Rennes, lui sert de couverture15.

  • 16 Par exemple : en Belgique, le Centre de diffusion du livre ; en Espagne, les Ediciones del Partido (...)
  • 17 À Amsterdam, la Bockengemeinschaft Nieuwe Cultuur ; à Bruxelles, l’Office du Militant ; à Basel, U (...)
  • 18 Les Clubs de livres. Revue internationale du livre, [1938], no 1-2, p. 94. J. Eaden et D. Renton. (...)

6Le réseau d’édition et de librairie en Amérique du Nord et en Europe occidentale demeure actif16. L’Internationale communiste entretient également des liens directs ou indirects avec différents « clubs de livres » à travers le monde, c’est-à-dire des associations ou groupements qui organisent la vente ou la lecture de livres par un système d’abonnement17, le plus célèbre étant le Left Book Club de Grande-Bretagne, un des lieux culturels et intellectuels britanniques les dynamiques de la fin des années trente18.

  • 19 Résolution sur le rapport des éditions au Secrétariat politique (29 avril 1934) (adoptée par la co (...)
  • 20 19940500/108/1974 et 1975 ; - 20010216/non coté/10216 : Histoire de la guerre civile en URSS ; - 2 (...)
  • 21 Diffusion des publications du Komintern en Europe occidentale, Note. RG 1835, Paris, 20 mai 1938, (...)
  • 22 Rapport, librairie dite Édition socialiste internationale, 21 février 1935, 20010216/136/4031, CAC
  • 23 « Rapport du camarade Smeral à propos du travail à Paris en 1937 ». Communisme, no 38-39, 1994, p. (...)
  • 24 Ces éditions clandestines sont appelées les « Tarnschriften ». Des textes destinés aux communistes (...)
  • 25 Revue internationale communiste, [1939], no 5-6, 3e page de couverture.
  • 26 Le Livre brun sur l’incendie du Reichstag et la terreur hitlérienne, publié par le Comité internat (...)

7Paris, traditionnelle terre d’exil, accueille les communistes pourchassés, comme le « camarade Bertrand », J. Wertheim, en 1938. Dans le rapport de 1934 sur le Service d’éditions, il est demandé d’apporter un soin particulier aux partis communistes étrangers en difficultés19. Moscou, par ses Éditions pour les travailleurs étrangers ou celles du Komintern, continue d’envoyer du matériel de propagande20. Les policiers français surveillent ainsi l’activité « des librairies de la capitale qui procèdent à la vente et à la diffusion des journaux, brochures et livres d’inspiration communistes imprimés en plusieurs langues21 ». Cette propagande inquiète : « Des ouvrages […] sont également mis en vente, rapporte un policier, notamment certains en langue allemande, déclarés interdits sur le territoire du Reich22. » Les communistes étrangers utiliseraient également plusieurs centres d’impression en Europe : à Bâle et à Prague avec l’Imprimerie Jacques sous la responsabilité de Richard Brandeis – Prague semble être l’autre plaque tournante de la littérature clandestine destinée aux pays où les partis communistes sont interdits23. Avec la montée des périls, Paris devient un lieu essentiel de la propagande communiste. Les communistes allemands publient eux-mêmes des textes, dans de petits formats et sous des couvertures discrètes, qu’ils font parvenir en Allemagne24. La Librairie C. Mayer à Paris n’est pas qu’une couverture pour J. Wertheim : elle est considérée comme la principale librairie de langue allemande pour les communistes25. L’Internationale participe directement au fonctionnement de trois maisons d’édition de langue allemande en France : les Éditions du Carrefour de 1934 à 1937 qui éditent le Livre brun en 193426, les Éditions Prométhée et les Éditions nouvelles internationales.

Les Éditions françaises : nouveaux hommes, nouvelle politique, nouvelles tutelles

8En France, le programme défini en 1934 par le Service d’éditions de l’Internationale communiste répond aux aspirations exprimées depuis les débuts des éditions communistes françaises. B. Souvarine, A. Dunois, C. Calzan, L. Cical avaient tous demandé que la production des structures éditoriales françaises corresponde peu ou prou à la culture politique et historique des Français. Or, ce changement de stratégie et de politique éditoriale implique une réorganisation du contrôle des éditions françaises.

  • 27 Décision du Secrétariat, 12 septembre 1933, IML, 600, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

9Au début des années trente, les éditions du Parti sont dirigées depuis 1925-1926 par Labarre et L. Cical. L. Cical a toujours fait montre d’une très grande liberté de ton dans ses interventions, quel que soit l’interlocuteur, mais ne s’avance jamais sur le terrain politique : ses propos portent toujours sur l’organisation de la production et les moyens (financiers et en personnel) qu’on lui alloue – et sur ce plan, ses récriminations sont nombreuses. Il a peu d’estime pour les dirigeants français, ce qu’il ne cache guère, et juge qu’il n’a pas de compte à leur rendre. Après l’affaire Barbé-Celor en juillet 1931, la nouvelle direction française se heurte à cette forte personnalité. Les dirigeants tentent de rejeter sur les seules éditions françaises la responsabilité des dysfonctionnements de l’ensemble de l’organisation. Suite à une erreur de publication, Labarre est renvoyé en septembre 193327. Trois mois plus tard, c’est au tour de L. Cical d’être mis sur la sellette. L’objectif des nouveaux dirigeants français est d’exercer leur autorité politique pleine et entière sur les éditions, autorité que L. Cical conteste.

  • 28 Secrétariat des pays latins : Gallo, A. Marty, Beret et C. Servet ; Service d’éditions de l’IC : M (...)
  • 29 Rapport du camarade Siccal [sic], 16 décembre 1933, 495/32/124, RGASPI.

10Les 16 et 17 décembre 1933 à Moscou, L. Cical doit rendre des comptes à un « tribunal » composé de représentants du Secrétariat des pays latins, du Service d’éditions de l’IC, de l’IMEL et du PCF28. L. Cical fait un rapport sur son travail depuis 1926 et souligne la difficulté de ses tâches. Il fait montre d’une grande confiance en lui et d’un faible repentir. Surtout, ce rapport donne à L. Cical l’opportunité d’attaquer la tutelle française : les procédures imposées par Moscou sont insupportables et le PCF ne lui donne aucun moyen de fonctionner. À ce sujet il enfonce le clou : « Chaque fois que nous avons un entretien avec les organismes centraux, tout le monde rigole29. » Lors de l’interrogatoire, les représentants français se montrent les plus violents, mais L. Cical nie toute responsabilité directe dans le moindre incident, la plus petite déviance. Ainsi, lorsque les Français le mettent en demeure de répéter que la direction française se désintéresse des éditions, L. Cical ironise : « Le Parti ne dit jamais qu’il ne s’intéresse pas. » La tentative d’exclure L. Cical échoue finalement pour deux raisons : A. Marty ne veut pas se ranger du côté de dirigeants avec qui il ne s’entend pas, M. Thorez en tête ; M. E. Krebs refuse d’abandonner ce technicien irascible mais fiable et économe avec qui il travaille depuis huit ans, alors que le personnel compétent manque.

  • 30 Décision du Bureau politique, 11 janvier 1934, IML, 689, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 31 Lettre de [Cical], 18 octobre 1934, 495/78/136, RGASPI.
  • 32 Décisions du Secrétariat, 4 février 1935, IML, 731, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 33 Dossier Cical, 495/7450, RGASPI.

11Pour L. Cical, l’affaire est entendue : cette nouvelle direction du PCF, apparue après l’affaire Barbé-Celor, essaie de lui ôter son pouvoir sur les éditions30 : « Une critique acerbe, hautaine, railleuse a été faite à ma “méthode”, écrit L. Cical, à ma conception “purement commerciale” dans la gestion des éditions. » La direction du PCF déplace les personnes avec qui il travaille habituellement et lui en impose d’autres. Elle l’oblige même à « passer par voie hiérarchique31 » ! « Quelle déchéance et quelle injure ! écrit-il. […] on me brise littéralement les jambes, on me poignarde dans le dos et, ce qui m’est le plus sensible, je reste bafoué, ridiculisé devant tous… nargué par les petits et attaqué hypocritement par les grands. […] refusant de faire le petit employé beni-oui-oui et encore moins le courtisan, on a essayé de me mettre littéralement sous tutelle. » Le 4 février 1935, le Secrétariat du PCF décide de créer une « commission d’enquête […] sur le cas Cical32 ». Un volumineux dossier est constitué contre lui, composé de différentes accusations, basées le plus souvent sur des rumeurs et sur des problèmes de comportement. Mais, politiquement, il est irréprochable. Cette enquête est aussi l’occasion pour la direction du Parti de vérifier la rectitude politique du personnel : tous les employés acceptent de témoigner contre lui33.

  • 34 Lettre à Ferrat et Mauvais, 3 mars 1935, 495/78/136, RGASPI.

12Un second « procès » a lieu à Paris le 28 février 1935. L. Cical ne change pas de position : il ne reconnaît d’autorité qu’aux camarades « spécialement qualifiés et chargés de ce genre d’activité » qui sont E. Dutilleul, H. Eberlein, M. E. Krebs, J. Wertheim, et veut défendre en priorité le « patrimoine de l’Agit-prop du Comintern34 ». L. Cical s’est considéré comme seul maître à bord depuis 1926, avec pour seul véritable et légitime interlocuteur le Service d’éditions de l’IC. Cela la nouvelle direction du PCF ne peut plus le tolérer. L. Cical quitte le PCF quelques mois plus tard, malgré l’opposition de M. E. Krebs !

13L’affaire Cical ne résulte en aucun cas de l’affrontement de conceptions opposées sur la propagande. Elle est une des formes de la prise de contrôle par la nouvelle direction du PCF de son appareil éditorial. L. Cical est le symbole d’une époque que le Secrétariat du PCF veut clore. Seuls le Bureau politique et le Secrétariat du Parti communiste peuvent mettre en œuvre les nouvelles directives de l’IC et lui rendre des comptes. L’affaire Cical est le signe le plus manifeste de la volonté des dirigeants français de diriger et contrôler ce qui devient véritablement leur service d’éditions.

  • 35 Décisions du Secrétariat du PCF, 13 février 1934, IML 692, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 36 Lettre adressée au Secrétariat, 21 janvier 1935, Dossier Cical, 495/7450, RGASPI.
  • 37 Décisions du Secrétariat du PCF, 7 juin 1935, IML, 731, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 38 Lettre à J. Duclos, 1er juin 1936, 495/78/143, RGASPI.

14En décembre 1934, le Secrétariat du PCF avait remplacé L. Cical et G. Bensan par Lucien Vannier et Marceau à la tête du CDLP35. Le 21 janvier 1935, alors que le second « procès » de L. Cical n’a pas encore eu lieu, il est décidé de « réorganiser » le BE et les ESI « après congédiement de Cical », en nommant deux responsables : l’un à la « direction politique », « V. qui connaît admirablement la question » et l’autre à la « direction commerciale », L. Moussinac36. V. désigne Victor, directeur des Cahiers du bolchevisme : il s’agit ou du délégué du Komintern Georges Kagan ou bien d’Alfred Kurella. Cinq mois plus tard, Victor est remplacé par Jacques Duclos comme responsable de la section d’Agit-prop et le BE est dirigé par René Hilsum37. Une nouvelle « commission » des éditions réapparaît à cette époque composée d’un représentant de la Section d’Agitprop, de E. Dutilleul, de J. Wertheim et de L. Moussinac38.

  • 39 Aragon. « Retour en France ». Œuvre poétique : tome III. 1936-1941. Livre Club Diderot– Messidor, (...)
  • 40 P. Fouché. Les Éditions de la Sirène (1917-1937). Bibliothèque de littérature contemporaine de l’u (...)

15La figure de Léon Moussinac est bien différente de l’exécutant Cical comme du propagandiste B. Souvarine ou C. Calzan. C’est alors un homme de 45 ans, qui a derrière lui une carrière d’intellectuel particulièrement riche. Avant-guerre, il a travaillé comme employé tout en continuant de vivre de sa passion pour l’art et en menant des études de droit jusqu’à la licence. Mobilisé, il appartient la génération du Feu. Bien qu’il se soit senti proche des socialistes avant-guerre, son engagement politique commence avec les hostilités. Il adhère à l’ARAC, qu’il quitte en 1922, mais qui lui permet de se lier à des hommes de sa génération comme P. Vaillant-Couturier. Après la guerre, il écrit des critiques de films, notamment pour Clarté et pour L’Humanité. En avril 1924, il adhère au PCF. Avec son ami Louis Delluc, il impulse le mouvement des ciné-clubs et tente de faire connaître les films soviétiques en France. À partir de 1927, il a noué des relations avec des artistes soviétiques et au début de 1932 participe à la création de l’AEAR. En 1933, il remplace Aragon à l’UIER à Moscou, où il reste jusqu’en 1934. Il est aussi écrivain et, rapporte Aragon, c’est pour son roman Manifestation interdite qu’il est pressenti pour le prix Renaudot en 1935, qu’il refuse après avoir consulté la direction du Parti39. C’est donc un militant discipliné et un intellectuel prêt à sacrifier la gloire pour la lutte. Ses connaissances touchent aussi à l’édition, puisqu’il a travaillé comme directeur de collection aux éditions la Sirène en 1921-192240 et qu’il fut secrétaire général des éditions Albert Lévy, spécialisées dans les arts décoratifs. Il n’y a pas de taches dans sa trajectoire politique. L’étendue de ses activités intellectuelles lui permet de toucher un vaste milieu. Enfin, c’est un intellectuel, reconnu comme tel par son milieu, au moment où le Parti a besoin de leur soutien.

  • 41 P. Olivera. La Politique lettrée en France. Op. cit., p. 378.
  • 42 P. Fouché. Au Sans Pareil. IMEC, 1989, p. 95-96.
  • 43 Lettre du 4 juin 1935, 495/78/136 ; - Lettre à J. Duclos, 1er juin 1936, 495/78/143, RGASPI.
  • 44 R. Hilsum. Op. cit.

16Le Parti communiste cherche-t-il désormais de bons professionnels de l’édition ? L’examen de la biographie de René Hilsum permet de le penser. Il a lui aussi un profil bien différent de celui de ses prédécesseurs. Plus jeune de cinq ans, il a comme L. Moussinac une vie professionnelle bien remplie derrière lui. Étudiant en médecine, il a adhéré à la SFIO avant-guerre. Mobilisé, il rencontre sur le front R. Lefebvre et P. Vaillant-Couturier et adhère au CRRI. En 1918, il rencontre également Aragon, A. Breton et P. Soupault. En mai 1919, soutenant la création littéraire de ses amis, il crée avec sa femme Marcelle une maison d’édition « Au Sans pareil », qui accueille les auteurs dadaïstes et surréalistes, et se fait spécialiste de l’édition pour bibliophiles. Ce secteur vit particulièrement mal la crise économique, et la maison d’édition disparaît finalement en 1936, après s’être essayé à l’édition de livres politiques41. En mars 1931, il tente une autre aventure. Il fonde les éditions le « Génie de la France », spécialisées dans la publication de classiques dans un petit format. En septembre 1934, il est obligé de céder sa collection à Gallimard42. Quant à son activité politique, elle fut longtemps modeste ; il demeure un compagnon de route du PCF. Il y adhère finalement vers 1932. Il mène alors une activité militante, accédant à des responsabilités locales, en dépit d’une faute originelle, ses liens avec les surréalistes. Une enquête est menée par la commission des éditions, la commission des cadres et J. Duclos, pour étudier l’éventualité de son emploi43. Le témoignage de R. Hilsum n’éclaire pas sur sa nomination – « sans doute sur une suggestion de Léon Moussinac », raconte-il. Mais il confirme cependant cette volonté de changement et de prise de contrôle. « En mai [juin ?] 1936, témoignet-il, je suis convoqué par Jacques Duclos, au 120, rue La Fayette. Duclos m’explique que le Parti estimant peu satisfaisante la situation de ses maisons d’édition et de diffusion décide de faire peau neuve44. »

17En choisissant L. Moussinac et R. Hilsum, le PCF fait appel à des professionnels de l’édition et des intellectuels reconnus. La reconnaissance dont ils bénéficient dans le monde des lettres doit servir aux maisons d’édition du PCF en attirant des auteurs et des lecteurs. Mais la direction du PCF choisit aussi deux militants disciplinés qui, à l’inverse de L. Cical, sauront appliquer la nouvelle politique éditoriale du Parti. Sans contestations.

  • 45 Renaud, 26 ans, ESI ; Victor Fay (dit Bru), rédacteur, 32 ans ; Joseph Ducroux, rédacteur, 31 ans  (...)
  • 46 Témoignage de F. Frontisi-Ducroux.
  • 47 Il utilise le même pseudonyme que celui utilisé lorsqu’il enseignait à l’Université ouvrière.

18Toutefois, l’analyse du reste du personnel – 9 personnes en 193545 – nuance cette conclusion. La biographie de deux employés des éditions, Joseph Ducroux et Victor Fay, est connue. Joseph Ducroux est un jeune kominternien. Fils d’agriculteur, orphelin, il suit des études secondaires à l’EPS de Tarare. Il complète sa formation commerciale en passant un an dans un collège de Bristol, en Angleterre. De retour à Paris, il travaille comme employé de commerce et adhère au PCF en 1923. Il fréquente aussi les milieux littéraires et intellectuels. De sa formation, il a gardé le goût des langues. Il participe à des actions d’agit-prop, notamment en donnant des cours de formation politique. En 1925, l’Internationale fait appel à lui pour effectuer des missions en Asie. En juin 1931, il est arrêté en Malaisie et termine de purger sa peine en France en 1933. En janvier 1934, il regagne Moscou, puis revient en France. Il est alors affecté aux éditions46. V. Fay est responsable des écoles au sein de l’Agit-prop et a participé à l’organisation de l’Université ouvrière en 1932. Après les manifestations du 6 février 1934, il est poursuivi par la police pour activité antimilitariste et atteinte à la sûreté de l’État. Il rencontre Eugen Fried, délégué du Komintern auprès du PCF, puis M. Thorez : « Je lui dis que je suis obligé de me couvrir et de ralentir mon activité à l’agit-prop. “Pas de problème, Victor, tu disparais du budget du parti, et apparais comme lecteur aux éditions”. » Il apparaît alors dans les archives sur les éditions sous le pseudonyme de Victor Bru47. Les itinéraires de J. Ducroux et V. Fay montrent que les éditions sont certes considérées comme des activités importantes mais aussi susceptibles d’accueillir des « cas » litigieux.

  • 48 Cercle de la Librairie. Assemblée générale. 1939, p. 20 et 27.
  • 49 J. Bouissounouse. « Comment travaillent nos éditeurs ? Léon Moussinac aux ESI, rue Racine ». Toute (...)

19Pendant le Front populaire, le BE et les ESI déménagent. Le BE s’installe d’abord au 4, rue St-Germain-l’Auxerrois dans le Ier arrondissement en 1935 puis en 1937 au 31, boulevard Magenta, dans le Xe. Les ESI ont quitté le 3 rue Valette dans le Ve arrondissement pour le 24, rue Racine et installé une annexe au 20, rue Monsieur-le-Prince, dans le VIe en juillet 1933, dans des locaux de 100 mètres carrés, avec des sous-sols aménagés pour une réserve et une salle de lecture. Le Quartier latin étant aussi le quartier des éditeurs, ce déménagement n’est pas anodin. Le BE et les ESI s’alignent aussi sur d’autres pratiques professionnelles. R. Hilsum est depuis 1927 membre du Syndicat national des éditeurs, organisation professionnelle centrale depuis le XIXe siècle. Cela permet à L. Moussinac d’être coopté par son camarade en 193748, lui qui souhaite que les maisons d’édition, en particulier les ESI, soient considérées comme des maisons d’édition « ordinaires49 ».

  • 50 M.-C. Bardouillet. Op. cit. La Librairie du Travail a continué de solliciter les communistes pour (...)
  • 51 P. Olivera. La Librairie Valois (1928-1939). Maîtrise de sciences politiques, dir. Michel Winock : (...)
  • 52 M.-C. Bouju. « Albert Crémieux et les Éditions Rieder, 1913-1932 ». Lendemains, 1997, no 86-87, p. (...)

20Le lien avec le monde de l’édition n’est pas limité aux seules instances professionnelles ou à l’implantation géographique. Pour le PCF, il est également indispensable de profiter pleinement des dégâts provoqués par la crise économique dans le secteur si fragile de l’édition politique. Coopérative ouvrière depuis 1928, la Librairie du Travail s’était retrouvée hors du réseau militant communiste en raison de l’exclusion de plusieurs de ses responsables du PCF, Marcel Hasfeld en tête. Mais cette situation ne modifie nullement sa politique éditoriale ni son approche de la culture, toujours liée à l’héritage anarcho-syndicaliste. Elle disparaît en 193850. La Librairie Valois connaît les mêmes difficultés. G. Valois a rompu avec l’Action française en 1927 et avec le fascisme en 1929. Dès lors, il se consacre à des publications politiques proches des courants « non-conformistes ». En 1931, il accueille les auteurs prolétariens de Nouvel Age. En 1934, la Librairie Valois dépose son bilan51. Les éditions Rieder, après avoir été la grande maison d’édition de gauche et pacifiste des années vingt, sont finalement rachetées par les Presses universitaires de France en 1932, qui les vident de leur substance politique52.

  • 53 S. Granjean. L’Évolution de la librairie Fayard de 1857 à 1936. Th. de doct. d’histoire, dir. J.-Y (...)
  • 54 P. Olivera. La Politique lettrée en France. Op. cit., p. 112.
  • 55 Un éditeur doit-il être partisan ? Toute l’édition, 19 mai 1934, no 227, p. 1 et 4.
  • 56 P. Bertrand. Les Éditions Denoël de 1930 à 1945. Maîtrise d’histoire, dir. D. Cooper-Richet, J.-Y. (...)
  • 57 L. Conrad. La Politique éditoriale des éditions Denoël, 1928-1945. Maîtrise d’histoire, dir. C. An (...)
  • 58 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.

21Ces faillites ne signifient pas que la politique disparaît du marché du livre. Lors des années vingt, les éditeurs français tentent de trouver un second souffle en investissant dans les hebdomadaires politico-littéraires, comme Fayard avec Candide en 192753. De plus, P. Olivera a constaté le développement de livres politiques chez les principaux éditeurs généralistes54. Alors que les principaux éditeurs engagés des années vingt ont disparu, le « livre politique » représente une opportunité commerciale pour les éditeurs qui parviennent tant bien que mal à résister à la crise55. Telle est la position de Robert Denoël, qui espère y trouver un moyen de compenser les pertes provoquées par les méventes de la littérature romanesque56. Il déclare dans le Figaro le 25 avril 1936 : « Le livre politique s’adresse d’ordinaire à un public spécialisé, mais en période de crise il atteint un public beaucoup plus vaste57. » Ce contexte n’a pas échappé aux communistes. Dans un rapport de novembre 1935, l’IC donne raison à Robert Denoël : « Les besoins des diverses couches sociales françaises ont changé et se sont accrus dans un sens favorable au développement de nos Éditions, et, d’autant plus, que les éditeurs bourgeois plus ou moins de gauche sont ou en faillite ou en voie de transformation dans un sens fasciste (NRF, Rieder, etc.)58. »

  • 59 R. Hilsum. Op. cit.
  • 60 Secrétariat, décisions, IML, 731, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 61 Réunion avec Krebs, le 27 mai 1935. Décisions, 495/32/172 ; - Secrétariat romain. Réunion avec Cre (...)
  • 62 Lettre du 8 juillet 1935, de L. Cical et L. Moussinac, 495/78/136, RGASPI.
  • 63 Propositions pour F., 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.

22R. Hilsum souligne le nouveau rôle tenu par les dirigeants français : « Devenant un parti de masse, revendiquant fièrement l’héritage national, la direction du parti ressent le besoin de diriger lui-même son combat idéologique, donc de prendre en main l’appareil d’édition et de diffusion59. » Pour l’IC, les éditions doivent en théorie dépendre exclusivement de la section nationale et c’est ainsi que le Secrétariat du PCF l’entend60. Mais, bien que contrebalancé par Paris, Moscou demeure le centre du pouvoir. C’est d’ailleurs le Komintern qui autorise la direction du PCF à nommer L. Moussinac à la tête des éditions61. À partir du 8 juillet 1935, L. Moussinac et R. Hilsum informent le Service d’éditions de l’IC de leurs projets62. En 1936, seule l’IC valide les grandes orientations des éditions françaises, contrôle les traductions élaborées à Paris et garde la main sur « la traduction de Lénine, Staline, des documents soviétiques, des documents du PC de l’US et de l’IC63 ». Si autonomie il y a, elle n’est pas totale.

Un programme éditorial au service du Front populaire

  • 64 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.

23Dans un rapport du Service d’éditions de l’IC daté du 4 novembre 1935, il est établi qu’il faut « constituer un centre d’attraction des écrivains, des savants, des artistes, des diverses catégories d’intellectuels », « de manière que les Éditions servent une littérature et des écrits susceptibles d’être acceptés et accueillis par un public de plus en plus vaste, tout en conservant une qualité de forme inattaquable et en restant idéologiquement nôtre » et une « centralisation des programmes et l’unité idéologique ». Le partage des tâches demeure : aux ESI, l’édition d’œuvres scientifiques, littéraires et de « culture générale » ; au BE « la littérature officielle de l’IC », l’étude et l’éducation pour les membres du parti et les sympathisants, les brochures « qui traitent plus spécialement de l’activité politique intérieure ». L’objectif est donc double, toucher les « masses populaires et [les] couches petites bourgeoises et intellectuelles64 ». Les « plans d’éditions » de ces années-là illustrent parfaitement cette ambition. L’activité éditoriale du PCF a incarné la stratégie du Front populaire, en faisant cohabiter l’ancien (la littérature strictement militante) et le nouveau (l’activité intellectuelle et artistique liée à la nouvelle politique culturelle du Parti).

  • 65 Graphique 1.
  • 66 I. de Conihout. Op. cit.

24Les conséquences, spectaculaires, sont d’abord quantitatives. La production des maisons d’édition croît dans des proportions inconnues jusqu’alors. De 1935 à 1938, elles publient en moyenne 135 titres par an contre 50 de 1921 à 1934. Cette augmentation est d’autant plus spectaculaire qu’elle est brutale : en 1934, les maisons d’édition éditent 65 titres, en 1935 104, en 1936 17365… De plus, cette croissance survient alors que l’édition française est en crise : la production nationale baisse d’un tiers environ et les faillites sont presque multipliées par deux entre 1927 et 193766. La production en nombre de titres croit néanmoins moins que les effectifs du Parti communiste.

  • 67 Graphique 3.

25Le Front populaire a peut-être permis aux maisons d’édition de partir à la conquête d’un lectorat plus vaste et varié que celui auquel elles s’adressaient à la fin des années vingt et au début des années trente. De 1934 à 1938, le BE voit sa production augmenter de 50 % tandis que la production des ESI augmente de 300 %. La part des brochures dans la production passe de 75 % en 1935 à 64 % en 193867. Ces éléments démontrent que le PCF s’adresse aux classes moyennes. Si pendant la bolchévisation il est établi qu’il n’y a pas de corrélation systématique entre le nombre d’adhérents et le nombre de titres publiés, il paraît peu probable que pendant cette période la transformation radicale du PCF en parti de masse n’ait pas eu d’incidence. Mais l’ancrage dans la propagande « traditionnelle » est solide. En 1936, le PCF met sur pieds une nouvelle « maison d’édition », le Comité populaire de propagande, qui remplace les Publications révolutionnaires. Fondées en 1933, ces dernières avaient fait paraître 26 titres en 1935 puis 19 l’année suivante, toujours sous la forme de brochures, et publient des séries comme les « Carnets du propagandiste » et surtout la « Brochure populaire ». Le Comité reprend l’édition de discours et de programmes politiques et la réimpression d’articles de presse. Ces publications ne sont pas négligeables compte tenu de leur part relative dans la production globale, en moyenne de 17,7 % entre 1936 et 1938. Si les « maisons d’édition » du PCF se normalisent sur les pratiques de l’édition et tentent d’élargir leur public, le PCF continue à produire en masse des brochures politiques.

  • 68 Graphique 2.
  • 69 I. de Conihout. Op. cit.

26De 1925 à 1934, le tirage moyen était de 6 000 exemplaires. De 1935 à 1938, il est de 20 000. L’évolution des tirages suit aussi l’évolution politique du Parti communiste, avec un seuil maximum en 1938 de 28 000 exemplaires par titre68. Mais cette moyenne cache de grandes disparités. Le Bureau d’éditions passe de 6 000 à 14 000 exemplaires, les ESI de 3 000 à 4 000 exemplaires, le Comité populaire de propagande publie en moyenne 50 000 exemplaires par titre en 1936, 88 000 en 1937, 78 000 en 1938. Le BE et les ESI ont des tirages supérieurs à ceux de l’édition « bourgeoise » – environ 2 000 dans les années trente pour la littérature dite générale –, et le Comité de propagande se rapproche des tirages des romans populaires, qui sont au minimum de 30 000 exemplaires dans les années trente, voir de la presse populaire, pour certains titres69. Alors que la part des brochures tend à diminuer dans la production du PCF, les plus forts tirages sont portés par ces publications, forme élémentaire de la propagande politique, et par les structures éditoriales les plus éloignées du « marché » traditionnel de l’édition.

  • 70 Graphique 5.
  • 71 Dépouillement de la partie « Chroniques » de la Bibliographie de la France.

27Dans quelle mesure cette croissance spectaculaire des adhésions a-t-elle modifié la structure même du catalogue ? De 1935 à 1938, le groupe des dix auteurs les plus publiés est composé de M. Thorez (33), Lénine (29), Staline (27), Marx (21), J. Duclos (16), Engels (16), G. Dimitrov (15), E. Fajon (12), A. Marty (10) et R. Maublanc (10). Grand changement par rapport à la bolchévisation, ce groupe est majoritairement composé de Français, et on y voit la place nouvelle occupée par le premier secrétaire général du PCF, M. Thorez, dans la propagande communiste. En ce qui concerne l’origine nationale des textes publiés, la rupture est claire et nette. L’année 1934 voit le retour à l’équilibre entre textes soviétiques et français, puis apparaît une situation totalement inverse à celle de la bolchévisation. En 1938, les maisons d’édition du PCF publient 67 % de textes français contre 17 % de textes traduits du russe70. Inversion logique dans la mesure où le Parti communiste s’enracine sous le Front populaire dans la vie nationale, mais surprenante par son ampleur puisque l’URSS continue d’exercer une fascination réelle. Les textes consacrés à l’activité du Komintern sont plus rares. Le PCF a peut-être moins intérêt, compte tenu de sa politique en direction des classes moyennes, à mettre en avant ses liens avec l’Internationale, lui que l’on avait si souvent accusé d’être le parti d’un pays étranger. Le poids des traductions continue de singulariser ces maisons d’édition par rapport au reste de l’édition française qui édite 5 % de traductions : pendant les années trente, et les éditions du PCF publient entre 60 et 70 % des traductions du russe parues en France71.

28En 1934, la production des maisons d’édition se répartissait en 10 genres, dominés par une majorité d’essais. Quatre ans plus tard, les modifications en pourcentage sont infimes. La diversification du catalogue date de la bolchévisation, et non du Front populaire. Mais les archives sont riches d’informations sur la volonté de varier au maximum l’offre éditoriale.

  • 72 Extrait du rapport officiel du CC du PCF, présenté au congrès d’Arles, 1937, 20010216/11/172, CAC  (...)
  • 73 Publications révolutionnaires, 1937, IML, 819, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 74 « Le Rôle du Bulletin d’éducation ». Apprendre, mai 1938, no 1, p. 2.
  • 75 Réunion avec Krebs. Décisions, 27 mai 1935, 495/32/172, RGASPI.
  • 76 Léon Moussinac, Bureau d’Éditions, 7 août 1935, 495/78/136, RGASPI. Les ouvrages prévus sont : Man (...)
  • 77 Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.
  • 78 P. Villon et C. Willard. Pierre Villon, résistant de la première heure. Entretien avec C. Willard.(...)

29Jusqu’au début des années trente, les maisons d’édition avaient une fonction essentiellement interne : elles servaient à la formation politique des militants… dans un parti qui avait alors moins de 60 000 adhérents. Avec un tel changement d’échelle, les écoles ne peuvent accueillir tous les nouveaux militants. Les chiffres de diffusion des fascicules publiés pour aider aux cours élémentaires sont éloquents. En 1937, les cinq volumes de la série « École élémentaire du Parti communisme » sont diffusés entre 26 000 et 37 000 exemplaires72. Il en est de même pour la littérature politique plus âpre : les Cahiers du bolchevisme, la revue idéologique du PCF, passe de 4 200 exemplaires en juillet 1936 à 9 300 en février 193773. Pour faciliter « l’éducation individuelle » et aider les professeurs locaux, le PCF diffuse un bulletin interne, Apprendre, en mai 193874. La priorité est toujours donnée à la brochure théorique populaire – dont le Comité populaire de propagande est spécialiste75, y compris pour L. Moussinac qui projette de publier une série de six brochures de classiques du marxisme-léninisme, imprimées à 50 000 exemplaires et vendues 50 centimes76. L’opération est finalement réalisée dans la grande collection populaire du BE, les « Éléments du communisme », mais à des tirages dix fois moindres77. Les milieux populaires bénéficient donc d’un intérêt constant et le PCF cherche les moyens éditoriaux de les atteindre. Il est ainsi très intéressé par le système d’abonnement du Left Book Club anglais et le paperback, « livre de poche » anglo-saxon78.

  • 79 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.

30Le Front populaire marque une autre rupture en introduisant la notion de culture générale et de vulgarisation dans la ligne éditoriale. D’après le programme défini en 1935, les ESI doivent éditer des « ouvrages critiques de vulgarisation de l’héritage culturel et spécialement français (matérialistes, utopistes) », sur les « grands révolutionnaires français » et de la « culture générale79 ».

  • 80 Propositions pour F. Confidentiel, Op. cit.
  • 81 Voici la France : Son passé, son présent, sa mission dans le monde, 2 p. dact., [1937 ou 1938], Fo (...)
  • 82 Programme d’éditions 1939. Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.
  • 83 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935. 495/78/136, RGASPI.
  • 84 « Une bonne nouvelle ! La bibliothèque populaire est créée ». Guide du CDLP, avril 1937, no 10, p. (...)
  • 85 Situation des ESI, 11 mai 1939, 13 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

31Pendant l’été 1936, il est question de « publications systématiques d’une littérature d’économie sociale », « sur les différentes couches (paysans, etc.) ainsi que sur les différentes branches de l’économie nationale80 ». Cette collection encyclopédique de brochures (de 60 à 80 pages) à bas prix, qui devait s’appeler « Voici la France », avait été défendue par M. Gitton lors du congrès d’Arles, favorable au « développement de la culture générale des communistes et des sympathisants », dans la foulée du succès de l’université ouvrière (1932) et des multiples expériences culturelles de l’époque. Les thèmes sont nombreux : histoire de la France, de la Gaule à la victoire du Front populaire ; géographie économique et sociale ; vie sociale ; influence de la France dans le monde81. En 1939, est également abandonné le projet d’une collection sur les sciences appliquées et les techniques, « Invention82 ». De même, en 1935, il était question de proposer au lectorat populaire des anthologies littéraires, « représentant l’héritage culturel et la littérature révolutionnaire des différents pays, en commençant par les poètes classiques russes et la poésie révolutionnaire soviétique83 ». En 1937, la collection « Bibliothèque populaire », devait proposer des ouvrages neufs sélectionnés dans un catalogue de 300 titres, allant de Rabelais à Andrée Viollis, avec une majorité de classiques littéraires84. En 1938, une anthologie de grands écrivains français, de 1860 à 1938, dont G. Flaubert, E. Zola, A. France et R. Rolland, est en préparation en 1938. Aucun de ces projets n’aboutit, par manque de moyens85 mais surtout parce que ces choix ne sont plus aussi opportuns politiquement au fur et à mesure de l’effritement du Front populaire.

  • 86 Programme d’édition, 1939. Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.
  • 87 Projet de plan de production pour 1939. Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

32L’histoire et la biographie restent les supports privilégiés pour la diffusion populaire de la culture politique communiste. La collection « Épisodes et vies révolutionnaires », créée en 1931 est un véritable florilège d’une nouvelle culture communiste française, où cohabitent les figures de S. Kirov, de la Passionaria, de G. Babeuf, de Staline. Le livre le plus emblématique de cette période et de ce goût pour l’édification par l’exemple, est bien sûr l’autobiographie du secrétaire général du Parti communiste, Fils du peuple, éditée en 1937 aux ESI, sur laquelle je reviendrai. L’histoire du mouvement ouvrier est largement « francisée », d’Étienne Marcel à la fusillade de Fourmies. La célébration du 150e anniversaire de la Révolution française donne lieu à nombreuses publications, – marquées aussi par les procès de Moscou – dont Châtiment des espions et des traîtres sous la révolution française de Jean Bruhat en 1937 et le Procès et la mort de Danton de Dubourdieu en 1939. Un des rares livres phares français demeure la Révolte de la Mer noire d’A. Marty. Mais l’année 1939 montre que cet élargissement des sujets trouve ses limites : parmi les livres « morts nés » on trouve L’Histoire abrégée de l’URSS par A. Chestakov86 et, pour les biographies, 14 titres dont ceux portant sur Marat, Thaelmann, Barbusse et Vaillant-Couturier87.

  • 88 M. Lyons. « Les nouveaux lecteurs au XIXe siècle : femmes, enfants, ouvriers ». Histoire de la lec (...)

33Le PCF prend à cette époque conscience du poids économique et culturel de la littérature populaire, qui touche depuis la Belle Époque les nouveaux lecteurs que sont les ouvriers, les femmes et les enfants88. Jusqu’à vouloir concurrencer les éditeurs « bourgeois ».

  • 89 [Rapport sur Regards], Léon Moussinac, 20 décembre 1935, 2 f. 495/78/136, RGASPI.
  • 90 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.
  • 91 Lettre du 15 décembre 1935, 3 p., 495/78/136, RGASPI.

34Afin de sauver la revue Regards, alors dans une situation commerciale catastrophique89, L. Moussinac propose d’étendre son activité à l’édition de « brochures dont des romans du type d’aventures et des romans dits “d’amour” », pour « occuper pendant qu’il est temps encore et au moins en partie, la place que les éditions à grand tirage de romans policiers, de romans d’aventures criminelles ou amoureuses prennent parmi les lectures des masses populaires90 ». Il ne s’agit donc pas uniquement d’une stratégie de conquête politique, mais aussi de défense face à des éditeurs et patrons de presse sur le marché de la culture populaire. Cette idée répond à la déclaration faite par G. Dimitrov le 28 février 1935 : « Il faut combattre la bourgeoisie sur tous les terrains ; le terrain très vaste de la littérature dite populaire ne doit pas être sous-estimé. » La liste proposée par L. Moussinac est saisissante : il s’agit de pastiches de littérature policière, remplis de magistrats et de policiers corrompus, témoignage de la connivence entre la bourgeoisie française et le fascisme, en s’inspirant des scandales contemporains comme l’affaire Stavisky. Ce projet, le plus novateur, n’est pas réalisé91.

  • 92 Le journal a été créé en 1911 par la Ligue ouvrière de protection de l’enfance. A. Renonciat. Les (...)
  • 93 L. Mercier. « Les Écoles enfantines du Parti communiste français : Groupes communistes d’enfants e (...)
  • 94 À la fin des années vingt, le Jeune Camarade était imprimé à 9 000 exemplaires. Le Jeune Camarade, (...)
  • 95 S. Giet. « Du divertissement à l’édition noble, de l’entreprise familiale à l’industrialisation, l (...)
  • 96 A. Fourment. Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants (1768-1988). Eole, 1987, p (...)
  • 97 A. Fourment. La Presse des jeunes de 1768 à 1977. Th. de doct. en sciences de l’information et de (...)

35Les initiatives sont plus concluantes en matière de littérature pour enfants, sans être pour autant un succès commercial. Dans la lignée des socialistes d’avant-guerre, avec les journaux pour enfants Jean-Pierre et les Petits Bonshommes92, le PCF avait publié des journaux qui étaient une adaptation plus ou moins réussie de l’agit-prop pour la jeunesse93. De 1921 à 1929, le PCF publie le Jeune Camarade94. Là encore, les années trente sont la période où le PCF prend la mesure du dynamisme du marché de la presse populaire en direction des enfants, avec l’arrivée des « comics », bandes dessinées américaines, d’abord dans la presse puis sous forme d’albums. Ce marché est dominé par l’entreprise de Paul Winkcler, Opera Mundi (le Journal de Mickey, 1934), bientôt concurrencée en 1935 par les Éditions mondiales de Cino Del Duca (Hurrah !)95. En 1933, la Fédération d’enfants ouvriers et paysans crée une nouvelle revue pour enfant, Mon Camarade, dont la rédaction est confiée à Georges Sadoul et, en 1934, à l’épouse de R. Hilsum, Marcelle Hilsum, sous le patronage de l’AEAR96. L’objectif est d’orienter le contenu sur « ce qui intéresse les gosses de prolétaires ». En décembre 1936, G. Sadoul et M. Hilsum tentent d’atténuer les aspects politiques et donnent à la fiction, devenue politiquement acceptable, une place de plus en plus grande97.

  • 98 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935, 495/78/136, RGASPI. Pendant le Front populaire, le tirage (...)
  • 99 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.
  • 100 A. Renonciat. Les Livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931). Op. (...)
  • 101 Lettre du CDLP à Hélène Tesson, Librairie du 138, rue Montmartre, 10 février 1936, Fonds CDLP, AD (...)
  • 102 A. Renonciat. Les Livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931). Op. (...)
  • 103 Nathalie Tchelpanova est la femme de Brice Parain : C.-A. Parmegiani. Les Petits Français illustré (...)
  • 104 Lettre du CDLP à Robert Douai, le 16 septembre 1935, Fonds CDLP, AD Seine-St-Denis.

36Mon Camarade fait aussi partie du plan de bataille de L. Moussinac de 193598. L’idée d’éditer des livres spécifiquement réservés à la jeunesse est avancée99. Pourquoi s’intéresser à la littérature pour enfants ? En raison de leur prix élevé, les familles populaires n’achètaient pas ces ouvrages. Les éditions Clarté s’étaient essayées au genre en 1921 en éditant Jean sans pain de P. Vaillant-Couturier, illustré par Charles Picart le Doux, texte violemment pacifiste et anticapitaliste, mais vendu à un prix hors de portée d’un lectorat populaire100. Toutefois dans l’éphémère collection la « Bibliothèque du jeune prolétaire », le BEDP avait édité en 1926 les Pionniers d’Hélène Bobinskaia. Au milieu des années trente, il semble qu’il y ait désormais une demande du public militant101. L’édition pour enfants est alors un secteur qui essaie de se moderniser et se démocratiser. L’édition en fascicules, brochures et albums, apparue dans les années 1900, est systématisée102. Sur le plan éditorial, les innovations viennent des apports de pédagogues comme Célestin Freinet, Jean Piaget ou Henri Wallon, et de nouveaux graphistes, soviétiques notamment. Ces dessinateurs soviétiques ont souvent fait partie des milieux artistiques d’avant-garde au début de la Révolution russe, comme Nathalie Parain qui travaillait pour Gallimard et le Père Castor103. Dans ce domaine le catalogue des éditions communistes n’était pas adapté. Le CDLP assure à un correspondant qu’il peut fournir des « ouvrages pouvant intéresser les enfants », comme la revue Mon Camarade, mais aussi la collection « Épisodes et vies révolutionnaires », « Horizons » dont les « ouvrages […] certainement intéresseront des enfants qui viennent d’obtenir leur certificat d’études ». Le CDLP propose même « de choisir dans les œuvres de Barbusse, quelques ouvrages pour les enfants les plus éveillés104 ».

  • 105 A. Renonciat. Les Livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931). Op. (...)
  • 106 En 1939, on prévoit d’éditer un seul texte destiné à la jeunesse, Le Petit Bara de Colette Vivier. (...)
  • 107 Mon Camarade, s. d., 3 f. ; - Lettre de L. Moussinac à M. Thorez, 11 mai 1939, Fonds Maurice Thorez (...)

37Le secteur communiste du livre pour enfant part de Mon Camarade, qui à partir de 1933 propose à ses lecteurs des romans pour enfants en fascicule : Épopée du travail moderne d’Iline, À travers les âges. Voyage d’un enfant sur un cheval ailé de Bertha Lask et Jean-sans-Pain de Paul Vaillant-Couturier illustré par le Soviétique Nathan Altman. Le roman de P. Vaillant-Couturier devient un modèle car il donne naissance au format qui domine pendant les années trente, un texte court, de 48 pages maximum. Avec ce livre naît la collection des « Livrets de Mon Camarade ». Ce format est très certainement influencé par l’exemple soviétique, parallèlement à la vogue française de l’album : du fait de l’ampleur de la campagne d’alphabétisation en URSS, le livre pour enfant est produit de manière industrielle et se présente sous la forme de « minces volumes en petits formats, simplement agrafés, sous cartonnage souple illustré de prix modeste, où les images tiennent une place essentielle ». Ces ouvrages avaient par ailleurs été exposés en France en 1925 et 1929105. La solution du « Livret » est une solution économiquement et littérairement satisfaisante : il propose des textes illustrés avec un contenu solitude, artistique et politique, et, par son petit format, sa faible pagination, à prix relativement modique. La collection accueille 18 volumes entre 1935 et 1938, et les ESI éditent aussi 13 titres hors collections. Les Russes dominent, mais les classiques ont aussi leur place, pratique courante dans l’édition : des adaptations de Shakespeare, les contes de Grimm, L’Île au trésor de R. L. Stevenson. Surtout, les ESI font appel à des auteurs importants, comme Léopold Chauveau et Colette Vivier106. Ce secteur est finalement touché par la dégradation des conditions économiques et politiques de la fin de la période107. Le fait qu’aucun ouvrage pour enfant ne soit édité en 1939 montre que ce genre ne fait pas partie des priorités.

38Le Front populaire inaugure enfin la naissance d’une « littérature communiste française » réclamée depuis 1931, avec deux ouvrages l’œuvre collective : À la lumière du marxisme et l’édition du Capital.

  • 108 S. Cœuré. Op. cit., p. 193, 196-197.
  • 109 En 1933, il est diffusé à 3 000 exemplaires. 20010216/138/4167, CAC.
  • 110 G. Friedmann. « Matérialisme dialectique et action réciproque ». Commune, novembre 1934, no 15, p. (...)
  • 111 W. Drabovitch. « La science et le “matérialisme dialectique” ». Mercure de France, 15 janvier 1936 (...)
  • 112 R. Maublanc. « À la lumière du marxisme : réponse à quelques critiques ». Commune, mai 1936, no 33 (...)
  • 113 P. Labérenne. « Le Cercle de la Russie neuve (1928-1936) et l’Association de la culture soviétique (...)

39En 1935 et 1937, les ESI font paraître le premier tome d’un ouvrage collectif, prévu en 3 volumes, À la lumière du marxisme. Ce livre publie la série de conférences organisées par le Cercle de la Russie neuve, fondé en 1928 pour diffuser la culture soviétique108. Les conférenciers, communistes et compagnons de route, sont marxistes, très influencés en particulier par G. Plekhanov et N. Boukharine, premières victimes de la stalinisation de la philosophie à partir de 1931-1932 en URSS. Leur ambition est d’analyser les sciences sous le prisme du marxisme. Dans un premier temps, les conférences sont diffusées dans un bulletin interne, Documents de la Russie neuve109, avant que le PCF décide de les éditer en 1934110. L’accueil n’est pas unanime111, mais le succès est réel puisque le premier volume est épuisé au printemps 1936112. Bien que ce livre ait été présenté comme la grande réussite intellectuelle du PCF, le troisième volume n’est jamais paru113.

  • 114 R. Hilsum. Op. cit., p. 89-108.
  • 115 V. Tesnière. Op. cit.
  • 116 Lettre d’André Marty à Moscou à Léon Moussinac, 4 juillet 1936, IML, 750, Fonds PCF, AD Seine-St-D (...)
  • 117 D. Tartakowsky. « Le PCF et Marx dans l’Entre-deux-guerres ». 1883-1983 : L’Œuvre de Marx un siècl (...)

40L’autre grand événement éditorial de cette période est l’édition française du Livre I du Capital, édité par le BE en 1938 et 1939 en 3 volumes, chacun imprimé à 7 800 exemplaires. R. Hilsum présente cette publication comme le résultat de son opiniâtreté et de celle de L. Moussinac face à la direction du Parti : « Pour l’édition du livre 1er du Capital, il nous faut surmonter les réticences de la direction du Parti : les éditions Costes ayant publié le Capital, pourquoi assumer une telle charge financière, alors que nous avons un si vaste champ à couvrir114 ? » Le contexte politique, intellectuel et éditorial a été déterminant. Si le marché des livres de Marx est largement dominé par les éditions Costes, il n’est pas anodin de noter que les PUF lancent leur propre traduction du Capital en 1935, bien qu’elles traversent une période économique très difficile115 : le Capital est devenu une « affaire » rentable. R. Hilsum et L. Moussinac n’ont pas d’autre choix que de se battre pour le publier, se montrant par là autant militants communistes qu’éditeurs. L’édition proposée est celle du manuscrit laissé dans un tiroir après l’interdiction de publication faite par l’IMEL en 1933116. L’argument ultime de ces éditeurs auprès du Komintern pour éditer enfin l’œuvre majeure de la pensée socialiste est donc le choix de la traduction : il s’agit de la première édition française du Capital, celle de M. Lachâtre en 1872-1875, traduite par J. Roy sous le contrôle de Marx. Validée par le Maître, elle ne peut être contestée par l’IMEL117.

  • 118 Lettre à Marty du 15 juillet 1936, 495/32/143 ; - Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 19 (...)
  • 119 Les Tâches du secteur d’éditions. Confidentiel, 14 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.
  • 120 Alix Guillain, militante communiste, avait travaillé comme traductrice pour les revues du Kominter (...)
  • 121 Programmes des ESI et du BE pour le 2e semestre 1935, 495/78/136, RGASPI.
  • 122 Notes des éditeurs. Marx. Le Capital. Livre I. Tome I, BE, 1938, p. 7-14. Le tome I commence par u (...)
  • 123 Projet de plan de production pour 1939, [1939] ; - BE, 1939, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARA (...)
  • 124 Plan du 1er trimestre 1936, BE, 495/78/143, RGASPI.
  • 125 Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.
  • 126 R. Zapata. La Philosophie. russe et soviétique. PUF, 1988, p. 104-105.

41En 1935 et 1936, la préparation de l’édition française du Capital fait l’objet de tractations entre Paris et Moscou118. L’IC propose alors que les Français ajoutent différents éléments se trouvant dans l’édition allemande, validée par l’IMEL : introduction (préface de l’IMEL, de Marx et Engels) ; annexes ; bibliographie ; index nominum et rerum119…, principaux éléments constituant un paratexte protecteur qui empêchera toute déviance ou mauvaise interprétation. Les militants français, qui ne veulent pas en revenir aux pratiques des années vingt, refusent cet appareil critique volumineux, pour deux raisons : financière, car le coût de fabrication augmente avec la pagination ; politico-technique, car accepter ces exigences revient à prendre le risque de voir cet ouvrage paraître avec retard. Ils cèdent finalement et confient en 1936 à Alix Guillain la mise en œuvre120. Leurs craintes étaient fondées. Le premier tome, prévu initialement pour 1936121, ne paraît que deux ans plus tard… Le premier tome du Livre I paraît avec une « Note des éditeurs » qui expose au lecteur l’extrême complexité du travail éditorial, mille-feuille d’appareils critiques, que le BE a réalisé finalement122. En 1939, on prévoit d’éditer les tomes III à VI du Capital, mais, faute d’argent ou de temps, seul le tome III (section 7 et 8) a pu paraître123. Ce retour aux sources du marxisme passe aussi par la publication d’autres textes, en particulier le Guide pour l’étude du marxisme et Pour comprendre le Capital de Engels en 1936, après accord de l’Internationale124. La validation « politico-scientifique » de l’IMEL ou de l’Internationale demeure incontournable. Les traductions des textes idéologiques demeurent de la prérogative du Service d’éditions de l’IC125. Mais les évolutions politiques en France et les changements de stratégie n’empêchent pas qu’un décalage dans le temps demeure entre la situation soviétique et ce qui est publié à Paris. Les œuvres de Lénine restent plus nombreuses que celles de Staline, entre 1935 et 1939 (26 titres contre 21) et le nouveau manuel de référence de la philosophie stalinienne, le diamat, Matérialisme dialectique et matérialisme historique, officiellement écrit par Staline en 1932126, ne paraîtra qu’à la Libération.

  • 127 Lettre du 22 mars 1932, 495/78/96, RGASPI.
  • 128 P. Nizan. Les Matérialistes de l’Antiquité. Démocrite, Epicure, Lucrèce. ESI, 1938, 179 p.
  • 129 Il devait écrire un volume pour « Socialisme et culture » sur Nietzsche, prévu en 1939. Programme (...)

42Malgré l’élargissement des références historiques dans la culture communiste française, on ne trouve aucun texte d’A. Blanqui ni de P.-J. Proudhon dans le catalogue. Dans la collection « Classiques français du socialisme », née en 1935, l’Internationale obtient P. Lafargue soit mis en avant, (6 titres), avec la Religion du capital en 1935 et surtout le populaire Droit à la paresse en 1936127, devant J. Jaurès (4) et J. Guesde (3). L’apport théorique du socialisme français est donc relativement pauvre : il s’agit surtout de textes à valeur historique. Quant aux jeunes intellectuels communistes, il leur est apparemment bien difficile de faire une place parmi les idéologues du communisme français. J. Bruhat parvient à placer un texte dans le Comité populaire de propagande en 1938, de même que G. Cogniot, dont 5 titres sont publiés par le Comité. P. Nizan échappe à l’exercice de la brochure didactique, sans doute en raison de son activité de journaliste, mais n’édite qu’un seul ouvrage, à destination d’un public lettré, les Matérialistes dans l’Antiquité128. H. Lefebvre attend 1937 pour être publié par le Parti communiste129. Le biologiste Marcel Prenant publie 3 titres dans son domaine de compétence, mais il s’agit aussi de textes à diffusion restreinte. R. Maublanc est celui dont l’activité militante rencontre les compétences universitaires, le Parti communiste publie 3 de ses œuvres… dont un livre pour enfant. Si À la lumière du marxisme en 1935 date la naissance éditoriale de la « littérature communiste française », le phénomène n’est pas massif.

  • 130 P. Olivera. La Politique lettrée en France. Op. cit., p. 735.

43L’autre volet du programme du Service d’éditions de l’Internationale et celui de L. Moussinac étaient la large ouverture vers les auteurs et les lectorats issus des professions intellectuelles et de la classe moyenne. Les maisons d’édition du PCF prévoient les publications d’essais, jusqu’alors réduit à des fonctions éducatives très rudimentaires. Dans l’édition « bourgeoise », l’essai est un « produit » éditorial qui permet à de jeunes maisons d’édition (Grasset est le modèle du genre avec la collection des Cahiers verts, dirigée par D. Halévy) de s’imposer130. Pour les auteurs, romanciers, universitaires, publicistes de toutes sortes, c’est aussi une nouvelle forme d’intervention politique. Pour le PCF, ce sont les ESI qui se chargent de ce genre qui fait florès depuis la fin de la guerre. Les trois collections phares en matière d’essais sont « Problèmes », « Commune » et « Socialisme et culture ».

  • 131 Collection « Problèmes », 15 janvier 1936, 495/78/143, RGASPI.
  • 132 Les ESI renoncent à éditer un ouvrage pourtant annoncé auprès des librairies : M. Hodann, L’adoles (...)
  • 133 Lettre de Moussinac, 25 juillet 1935, 495/78/136, RGASPI.
  • 134 R. Rolland. Par la révolution, la paix. 1935, 175 p. ; R. Honnert. Catholicisme et communisme. 193 (...)
  • 135 R. Bellanger. J’ai vingt ans. 1935, 192 p. ; G. Pillement. Romancero de la Guerre civile. Poèmes. (...)
  • 136 L. Moussinac. Avec les comédiens soviétiques en tournée. Notes de voyage. 1935, 64 p.
  • 137 Avant-Projet pour l’édition de textes rationalistes, dact., 2 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, (...)
  • 138 P. Ory. Nizan, destin d’un révolté, 1905-1940. Op. cit., p. 178 ; - Lettre de Moussinac, 25 juille (...)
  • 139 « Socialisme et culture » devait publier 4 titres émanant de la « section des matérialistes du XVI (...)
  • 140 J. -Y. Mollier. « Les intellectuels et l’édition ». Op. cit.
  • 141 Gallimard.
  • 142 G. Friedmann. La Puissance et la sagesse. Gallimard, 1970, p. 272. ; - C. Melnik-Duhamel. L’Affair (...)

44La collection « Problèmes », créée en 1933 par L. Cical pour toucher les milieux intellectuels, se développe avec le Front populaire, comptant 11 titres en 1939131. Les sujets abordés par la collection (vulgarisation scientifique, histoire de la Révolution française, pacifisme) sont variés132. La collection « Commune » est créée en 1935 sur une idée de L. Moussinac qui constate le succès de la revue Commune (3 000 exemplaires diffusés en 1935), ce qui « a donné déjà aux ESI un supplément d’autorité extrêmement utile dans le domaine littéraire », d’où l’idée d’une collection133. Elle comprend 7 volumes qui constituent un ensemble hétéroclite de textes politiques134, littéraires135 et de témoignages136. Mais elle s’interrompt en 1938. Dernière collection emblématique de la période, « Socialisme et culture » est l’héritier de deux projets abandonnés. La « Petite Bibliothèque laïque » constituée de fascicules, à parution mensuelle, et dirigée par G. Cogniot devait publier des volumes sur les penseurs du XVIIIe siècle et sur les auteurs désignés comme « laïques137 ». Pendant l’été 1935, P. Nizan, R. Lalou et l’ancien directeur des Éditions du Carrefour, P. G. Lévy, avaient également envisagé de lancer une collection intitulée « Nos héritages » ou « Héritages », composée de volumes sur des auteurs classiques, rédigés par des auteurs amis138. Le projet est finalement abandonné, au profit de « Socialisme et culture » en 1936. Le directeur de collection est G. Friedmann. Professeur agrégé de philosophie, ancien du groupe « Philosophies », il n’est pas membre du PCF mais un fervent compagnon de route. C’est l’un des rares non communistes à être publié par le PCF. Il fait également partie du Groupe d’études matérialistes, qui est une des parties prenantes de la collection139. Afin d’attirer des intellectuels comme auteurs et lecteurs, le PCF utilise donc les intellectuels, à l’instar des éditeurs dits « bourgeois », comme auteurs et responsables de collection140. 11 titres sont publiés entre 1936 et 1939, alors que l’éditeur en espérait 10 par an. Versant élitiste de « Épisodes et vies révolutionnaires », elle accueille des textes sur des grands écrivains (Cervantès, Heine), philosophes (Diderot, Nietzsche), politiques (Fourier, Proudhon, Leroux) et scientifiques (Darwin). Cette collection, qui a une grande importance pour le Parti, survit à l’éviction brutale de G. Friedmann à la suite de la parution de son livre De la Sainte-Russie à l’URSS141 en mars 1938142.

  • 143 R. Lahanque. Le Réalisme socialiste en France (1934-1954). Th. de littérature française, dir. Guy (...)
  • 144 Op. cit., p. 14.
  • 145 M. Aucouturier. « Brice Parain et la littérature soviétique ». Brice Parain, un homme de parole. G (...)

45La littérature romanesque est desservie par la conjoncture. Les débats sur la littérature prolétarienne ou révolutionnaire s’essoufflent. Avec la fin de la « dictature » de la RAPP en 1932 et surtout le premier congrès des écrivains soviétiques en 1934, le réalisme socialisme est la « représentation véridique et historiquement concrète de la réalité dans son développement révolutionnaire », définition qui est a priori plus proche des « Épisodes et vie révolutionnaires » que de « Horizons ». La stratégie antifasciste et pacifiste des communistes oblige à une alliance entre communistes et écrivains dits de gauche. Dès lors, comme l’écrit Reynald Lahanque, « il ne saurait être question d’imposer aux écrivains une doctrine qui freinerait leurs élans de sympathie, ou qui les amènerait à exprimer clairement leurs désaccords143 ». Il n’y a effectivement pas de doctrine du PCF en la matière. Certes, Aragon entame la recherche d’un réalisme socialiste à la française, avec le cycle du « monde réel », les Cloches de Bâle en 1934 et les Beaux Quartiers en 1936144, et son essai, Pour un réalisme socialiste, en 1935 paru… chez Denoël. Par ailleurs, l’intérêt des éditeurs français (et donc du public ?) pour la littérature d’URSS semble s’atténuer : la « Collection de la Russie nouvelle » des éditions Montaigne s’interrompt en 1933, et « Jeunes Russes » chez Gallimard en 1938145.

  • 146 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935. 495/78/136, RGASPI.
  • 147 Ibid.
  • 148 Il est l’auteur du remarqué Panorama de la littérature russe contemporaine. Kra, 1929.
  • 149 Note manuscrite, s. d., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.
  • 150 P. Ory. La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938. Plon, (...)
  • 151 P. A. Pavlenkov. En Extrême Orient. T. 1 : La Cité dans la taïga, 1938 ; - A. S. Makarenko. Chemin (...)

46Dans ce contexte, L. Moussinac juge qu’il faut « terminer en 1935 la collection “Horizons”, beaucoup trop inégale et qui n’a pas une réputation assez favorable en ce qui concerne les romans d’auteurs français146 ». Il souhaite se limiter à « chaque année, hors collection, quatre romans et deux essais littéraires français et étrangers ». Mais L. Moussinac n’est pas suivi. « Horizons » est maintenu, accueille encore des auteurs soviétiques (Fiodor Gladkov, Petr Pavlenko, Anton Makarenko), mais publie surtout des romans français (Maurice Lime, Georges David, Georgette Gueguen-Dreyfus, René Garmy), textes présentés comme « prolétariens ». Ces publications continuent un débat politico-littéraire français qui a perdu de sa vigueur. L. Moussinac aurait préféré utiliser la collection « Ciment », « et cela dans le sens de l’élargissement littéraire sur notre droite [sic]147 ». Soit faire de « Ciment » ce que « Horizons » n’a pu être, une collection littéraire crédible et reconnue et donc un moyen d’élargir le lectorat des ESI. Cette collection avait été créée par L. Cical en 1935, sous la direction du compagnon de route Renaud de Jouvenel et de Vladimir Pozner, membre du PCF depuis 1933 et connaisseur de la vie littéraire soviétique148. Ce dernier est exclu du Parti en 1937 et remplacé par J. Bruhat, agrégé d’histoire et normalien149. Le nom de la collection vient du titre d’un roman de F. Gladkov, publié par les ESI en 1928. Les premiers volumes paraissent tardivement, en 1937. En 1938, R. de Jouvenel dresse un bilan médiocre de l’œuvre accomplie : la collection est constituée de traductions, avec une faible diffusion150. Composée essentiellement de textes étrangers (anglais, allemands, espagnols, russe), elle publie pourtant des auteurs ayant une audience internationale (Agnes Smedley, Gustav Regler, John Dos Passos…), mais aussi des auteurs français à la carrure littéraire beaucoup plus limitée y compris en France (Tristan Rémy, André Philippe et Marthe Arnaud). Alors que « Horizon » continue de paraître en 1939 (3 titres sont publiés dont 2 russes, seuls romans prévus en 1939151) « Ciment » disparaît.

  • 152 G. Altman. Quatre romans. L’Humanité, 10 décembre 1928, p. 4.
  • 153 P. Ory. La Belle Illusion. Op. cit., p. 202-203.
  • 154 Prix « Ciment ». Commune, septembre 1938, p. 1671.

47L’histoire du prix Ciment illustre cet échec. Signe de ce fort désir de respectabilité, les ESI créent ce prix littéraire en 1936, après que la presse communiste a dénoncé pendant des années le système des prix152. D’autres « contre prix » avaient été créés : le prix Populiste par Nouvel Âge en mai 1931, par Clarté en 1924 ou Monde en 1934153. Le prix « Ciment » consiste en l’examen de manuscrits par un jury. L’auteur primé doit recevoir 3 000 francs, et son livre sera publié dans la collection éponyme. En 1936, le jury est composé d’Aragon, J. Cassou, E. Dabit (remplacé par C. Aveline à son décès), R. de Jouvenel, P. Nizan, L. Moussinac. Les manuscrits étant jugés d’un niveau trop faible, la remise du prix est reportée à l’année suivante. En juin 1937, il est attribué à André Philippe, rabcor et délégué syndical CGTU, pour son roman L’Acier, qu’il écrivit en prison en 1932. La session de 1938 est un échec, faute de manuscrits de valeur154.

48Le Front populaire des éditions est d’abord une évolution quantitative : les tirages comme la production de titres ont été multipliés en moyenne par trois. L’éventail des genres publiés, hérité de la bolchévisation, demeure large. Malgré le foisonnement des idées défendues par L. Moussinac, R. Hilsum et d’autres cadres du PCF, le catalogue n’est pas bouleversé par le Front populaire. Si la nouvelle culture communiste française réussit à éclore, c’est d’abord le public lettré qui a été le mieux servi, avec « Commune » et « Socialisme et culture ». Quant à la culture de masse, seule la littérature pour enfant parvient à se distinguer. Même si le PCF souhaite désormais développer des livres de culture générale – dont il niait jusqu’alors l’utilité, les réalisations sont rares. Les années 1938-1939 sonne en outre le glas de ce désir d’ouverture.

1938-1939 : Retour en arrière

  • 155 Décisions. Secrétariat, 1937, IML, 818, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 156 IML, 818, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 157 R. de Jouvenel. Confidence d’un sous-marin du P.C.F. Julliard, 1980, p. 23.

49Les années 1938-1939 sont une période de renoncements par rapport au programme initial. Les premiers reculs suivent la chronologie des événements politiques et de la conjoncture économique. À partir de 1937, les éditions sont rattrapées par la crise économique, à laquelle elles avaient cru échapper, et paralysées par l’effritement du Front populaire. L’ouverture vers le milieu intellectuel n’est plus une priorité. Le Secrétariat rappelle à l’ordre les responsables en janvier 1937 : « Organiser des contacts réguliers entre le Secrétariat et le camarade Moussinac155 », premier signe de la dégradation progressive des relations entre Moussinac et la direction. Le 3 mai 1937, le Secrétariat décide de rechercher « un administrateur pour aider Moussinac dans son travail156 ». Cette tâche, en réalité plus politique qu’administrative, est confiée à Vital Gayman. V. Gayman, licencié en droit et en sciences, journaliste, est membre du Comité central depuis 1924. Lorsqu’il est nommé aux ESI, il rentre d’Espagne, où il a fait partie des Brigades internationales. R. de Jouvenel le décrit comme « un “œil” dans la maison157 ».

  • 158 IML, 837, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 159 P. Villon et C. Willard. Pierre Villon, résistant de la première heure. Op. cit., p. 41.
  • 160 Décisions. Secrétariat, 31 janvier 1938, IML, 837, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 161 Problèmes de l’étude de l’histoire en France, [1939], IML, 819, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 162 P. Villon et C. Willard. Op. cit.
  • 163 Op. cit., p. 43.

50Six mois plus tard, le 31 janvier 1938, il est décidé de « rechercher un camarade qualifié pour diriger et coordonner toutes les questions des éditions et de diffusion ». Autre symptôme de ce malaise, on ressuscite la commission des éditions, constituées de M. Gitton, E. Dutilleul, L. Moussinac, L. Vannier (CDLP) et un certain Pierre, « chargée d’établir un plan et des propositions pour le Secrétariat158 ». Le dénommé Pierre est probablement Roger Ginsburger, plus connu sous son pseudonyme Pierre Villon. Il a suivi des études d’architecture et d’arts décoratifs à Paris et en Allemagne après la guerre. Il adhère au PCF en 1932, dont il devient un permanent en 1934. En 1936, il est affecté à la propagande, puis en octobre 1938 à la direction des éditions du Parti communiste, coiffant L. Moussinac, R. Hilsum et le CDLP. C’est M. Thorez qui lui annonce la nouvelle de sa nomination159. La reconstitution d’une commission des éditions en janvier 1938 et la nomination de Pierre Villon à l’automne signent la fin d’un Front populaire des éditions160. Pour la direction du Parti, P. Villon doit « réorganiser les Éditions » et les « contrôler directement, les orienter vers un travail politique et non commercial161 ». P. Villon en garde un souvenir différent : les éditions souffrant de « difficultés financières importantes », il doit « améliorer et, si possible, renouveler les méthodes d’édition et de diffusion, assurer une gestion financière plus saine162 ». Plus de 40 ans plus tard, P. Villon dit néanmoins avoir été en conflit avec le directeur des ESI présenté comme un « bibliophile averti, nourri des traditions du beau livre163 ».

  • 164 La « rue Racine » désigne le siège des ESI. P. Ory. Nizan, destin d’un révolté, 1905-1940. Op. cit (...)
  • 165 P. Villon et C. Willard. Op. cit.
  • 166 ESI, Production, 1937, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

51Vital Gayman et Pierre Villon – surnommés les « bureaucrates de la rue Racine » par Paul Nizan164 – sont des figures politiques très proches. Contrairement au cadre dirigeant qui apparaît dans les années trente, ils ont fait des études supérieures. Mais leur image d’intellectuel est compensée par une activité politique importante, dans le domaine de la propagande, qui certifie une véritable discipline de parti. P. Villon a résumé d’ailleurs son travail d’éditeur ainsi : « Je travaille toujours sous la direction de Jacques Duclos, mais aussi d’un camarade de l’IC, Wertheim165 », alors qu’en 1937, L. Moussinac se félicitait à propos des ESI : « Sur 35 ouvrages, 32 ont été préparés par nos soins166. » Deux visions radicalement différentes du travail d’éditeur. À la fin du Front populaire, la responsabilité des éditions du PCF passe des intellectuels aux cadres politiques. Les liens entre les éditions et les milieux intellectuels sont le résultat d’une volonté politique opportuniste définie exclusivement par le PCF et le Komintern.

  • 167 BE, 1939, 4 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.
  • 168 Note manuscrite, [1939], 1 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.
  • 169 BE, 1939, 4 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.
  • 170 Schéma d’une organisation rationnelle possible des éditions, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARA (...)

52Le paroxysme de la crise est atteint en 1939. La situation économique des maisons d’édition confine au désastre. Pour résorber le déficit, on envisage de réduire les coûts en fusionnant le « service de rédaction » et le bureau de fabrication du BE et des ESI, et d’abandonner un des deux sièges167. Politiquement et économiquement, la ligne éditoriale de 1934-1935 n’est plus tenable. À propos du « programme » éditorial du BE, le vocabulaire choisi est clair et traduit un vrai retour en arrière : « Également tendance littérature pas assez initiation marxiste168. » L. Moussinac tente d’amadouer la direction, en réaffirmant son respect de la discipline du Parti et sa soumission à l’autorité du Comité central, afin d’obtenir des moyens financiers pour continuer la politique éditoriale du Front populaire169. Le 11 mai 1939, il supplie M. Thorez : « Certains projets que j’avais envisagés récemment et que nous jugions susceptibles d’aider au redressement de la situation n’apparaissent plus possibles sans des mesures appropriées. » En 1939, L. Moussinac se trouve dans une situation impossible : le reflux politique du PCF entraîne une baisse des ventes, dans un secteur par ailleurs touché par la crise économique, qui ne peut être endiguée que par un effort de la diffusion militante, donc par un soutien de la direction. Or, ce soutien lui manque. Il réclame « l’appui du Parti » et multiplie les propositions pour réorganiser les éditions et la diffusion françaises170. L. Moussinac sait qu’il ne peut rien obtenir sans donner toutes les garanties de sa soumission à l’autorité politique, celle du PCF, mais il se bat aussi pour que l’on reconnaisse sa compétence professionnelle, celle d’un éditeur.

  • 171 Lettre de L. Moussinac à M. Thorez, 11 mai 1939, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.
  • 172 Situation des ESI, 1er juin 1939, 6 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55 ; - Notes manuscrites, 2 j (...)

53L’issue, validée par J. Wertheim, est soit de mettre « en sommeil les ESI », soit de renflouer maison d’édition : « C’est le repli des ESI au rang de maison de 1er ordre sur la place de Paris […] au rang de firme de 3e ordre », se désole L. Moussinac171. La place des éditions du Parti dans l’édition française importe-t-elle à la direction ? J’en doute. La décision de la direction du Parti est sans appel : les éditions ne publieront rien pendant l’été 1939 ; le personnel sera réduit ainsi que les salaires, on envisage de solder une partie des stocks et de fusionner les deux maisons d’édition172. Pendant l’été 1939, L. Moussinac envisage alors de donner sa démission.

54Avec le Front populaire, les éditions françaises sont désormais soumises à deux niveaux de décision : l’Internationale et le PCF à qui cette dernière a délégué une partie de son autorité pour s’adapter aux cultures politiques locales. Mais, de même qu’il conserve sa fonction de centre d’élaboration de la stratégie du mouvement communiste internationale, le Komintern conserve le droit de fixer les grands axes éditoriaux à développer. Du point de vue français, le changement est considérable pour les dirigeants… mais inexistants pour les éditeurs. Moussinac et Hilsum ont changé de tutelle qui, elle, n’a pas changé de nature. Le pouvoir qui s’exerce sur les maisons d’édition appartient exclusivement aux détenteurs du pouvoir politique. Les années 1938-1939 le leur rappellent.

Intellectuels dans l’appareil éditorial : revues, auteurs et éditeurs

55À partir de l’élaboration d’un discours antifasciste et pacifiste en 1932, le Parti communiste français espérait attirer à lui des intellectuels, catégorie socioprofessionnelle qu’il avait jusqu’alors exclue ou marginalisée, même si ce changement d’attitude ne remet nullement en question son ouvriérisme foncier. Le PCF fait désormais appel à eux, en tant que tels – écrivains, enseignants, chercheurs, ingénieurs… communistes et non communistes – non seulement comme lecteurs mais aussi comme acteurs (auteurs, traducteurs, directeurs de collections…) dans ses maisons d’édition.

56De jeunes intellectuels communistes, comme R. Maublanc (10 titres), G. Péri (9) ou G. Politzer (4), et des intellectuels non communistes apparaissent dans le catalogue des maisons d’édition du PCF. Ces hommes étaient totalement absents des catalogues des maisons d’édition du PCF avant 1935. C’est le cas de R. Rolland qui publie « seulement » 3 titres, mais 3 titres en 4 ans ou G. Friedmann, compagnon de route, qui dirige aux ESI en 1935 la collection « Problèmes ». La place nouvelle qu’occupent les intellectuels ne se mesure pas seulement par le nombre de titres. Elle s’analyse aussi par les attentes du Parti à leur égard. Or, la place de l’auteur « communiste » et le rôle des intellectuels au sein des nouvelles revues que le Parti publie sont déterminés exclusivement par les circonstances.

57Le monde des revues éditées par le PCF est bonne illustration des tensions produites par cette ambition et ses limites. Lieu où s’exerce la sociabilité intellectuelle, la revue devient un des nouveaux médias utilisés par le PCF. Jusqu’alors, le Parti communiste disposait d’une revue de formation, idéologique les Cahiers du bolchevisme, et de journaux, mais leur finalité culturelle et intellectuelle était seconde par rapport à une fonction propagandiste stricte. Signes de la nouvelle place des intellectuels, le PCF a tenté à plusieurs reprises de créer des revues qui leur sont destinées.

  • 173 W. Klein. Commune, revue pour la défense de la culture, 1933-1939. Éditions du CNRS, 1988, p. 27 e (...)
  • 174 Assemblée d’information organisée par le journal Monde, maison de la culture, 26 octobre 1935, com (...)

58L’AEAR dispose à l’origine de peu de moyens de propagande. La nécessité de parler à un public plus vaste, et socialement large la pousse à se doter en juillet 1933 d’une revue, Commune, qui est éditée par les ESI. La revue connaît un tirage honorable, entre 3 000 et 5 000 exemplaires173. La mort d’H. Barbusse le 30 août 1935 est perçue comme une opportunité pour les dirigeants du Parti communiste, en tirant profit de la disparition programmée de Monde (7 000 lecteurs), qui a par ailleurs toujours posé problème au Komintern174. En septembre 1936, Commune prend pour sous-titre « revue littéraire française pour la défense de la culture », symbole de la politique culturelle naissante du PCF.

  • 175 Du surréalisme au front populaire : Inquisitions. Éditions du CNRS, 1990, p. 158.
  • 176 Ibid., p. 148.
  • 177 H. Béhar. Préface. Du surréalisme au front populaire. Op. cit., p. 7-22; - P. Ory. La Belle Illusi (...)
  • 178 C. Cahen. « Note sur le matérialisme historique ». Inquisitions, juin 1936, no 1, p. 49-50.
  • 179 Aragon. « Notes. Entre nous ». Inquisitions, juin 1936, no 1, p. 42-44.

59En décembre 1935, un autre projet de revue est discuté. Roger Caillois écrit à Tristan Tzara le 4 décembre 1935 : « Je vous ai dit en peu de mots, l’autre jour, que mes conversations avec Aragon allaient aboutir. Il est, en effet, de plus en plus question de la création d’une revue175. » R. Caillois trouve le titre : Inquisitions. La revue a aussi pour sous-titre « organe du groupe d’études pour la phénoménologie humaine », groupe animé entre autres par T. Tzara, R. Etiemble, G. Sadoul, P. Unik… Les ambitions de ce groupe sont d’avoir une approche à la fois scientifique pluridisciplinaire et politique. Elles sont aussi de rallier les anciens surréalistes au Parti communiste. T. Tzara est le rédacteur en chef, la direction étant confiée collégialement à ce dernier, Aragon, R. Caillois et J. Monnerot. La revue est éditée elle aussi par les ESI. Elle est très éclectique, y compris dans ses positions politiques. La revue n’a finalement qu’un seul numéro, en juin 1936. R. Caillois témoigne : « La scission était inévitable, et elle ne tarda pas, entre les deux dirigeants membres du Parti communiste (Aragon et Tzara) et les deux autres qui, indépendamment de toute attitude politique, ne souhaitaient pas introduire les questions relevant de ce domaine dans un organe consacré, comme le soulignait son sous-titre, à l’étude de la “phénoménologie humaine”. » Ce que confirme R. Etiemble : « Le parti communiste jugea inopportun de laisser paraître un second numéro176. » La raison de l’arrêt brutal de la revue est la critique du livre publié par les ESI, À la lumière du marxisme, en 1935 par Claude Cahen177. Ce dernier juge le livre comme un florilège où l’on se borne « à faire de la doctrine un exposé conforme aux exposés des maîtres », et par-là exprime son profond désaccord avec les critiques publiées par Commune178. Aragon est obligé de monter au créneau dans ce même numéro pour désavouer l’article de C. Cahen179. C’est insuffisant, et Aragon est contraint d’interrompre la publication. Un mois après la victoire électorale du Front populaire, on constate déjà les limites de la politique du PCF à l’égard des intellectuels.

  • 180 Propositions pour F., 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.
  • 181 G. Cogniot. Parti pris. Tome I. Éditions sociales, 1976, p. 440.
  • 182 Avant projet pour une revue du mouvement intellectuel, s. d., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CAR (...)
  • 183 G. Cogniot. Parti pris. Tome I. Op. cit., p. 441.
  • 184 Note : Nouvelle revue, La Pensée, Paris 12 avril 1939, 20010216/45/1194, CAC.
  • 185 Revue La Pensée, 31 janvier 1940, 20010216/45/1194, CAC.

60La dernière revue créée par le Parti communiste, La Pensée, apparaît précocement dans les archives. En juillet 1936, on propose que « pour maintenir la propagande de la théorie marxiste sous le contrôle du parti, il faut examiner au plus vite la possibilité de la publication d’un périodique théorique marxiste, en faisant appel à des cercles tels que ceux de À la lumière du marxisme180 ». G. Cogniot s’en attribue la paternité, avec G. Politzer181. Un « avant-projet pour une revue du mouvement intellectuel » est soumis à la direction du Parti communiste, vers 1938. Elle doit participer à « la diffusion du rationalisme militant et du marxisme » dans « des contributions sérieuses et contrôlées », en direction d’« un cercle large d’intellectuels ». Le titre et le sous-titre (La Pensée, sciences, art et philosophie moderne) sont déjà choisis, et on espère une parution en avril 1938182. Elle n’est publiée qu’un an plus tard, le 15 avril 1939, en tant que Revue du rationalisme moderne. La place consacrée aux arts et à la littérature est mineure par rapport au projet initial. D’après G. Cogniot, ce projet a été approuvé par M. Thorez, E. Fried et G. Dimitrov183. Éditée par les ESI, elle est codirigée par P. Langevin et G. Cogniot. Son tirage, 10 000 exemplaires, est important184. Mais sa création n’inquiète pas la police car « elle s’adresse, de par sa nature, aux seuls intellectuels et elle n’est pas susceptible de toucher les masses185 ».

61En 1939, les Éditions sociales internationales éditent trois revues : les Cahiers du bolchevisme, Commune et La Pensée. La première s’adresse d’abord aux militants, la seconde a une ambition culturelle et intellectuelle large, la troisième veut toucher le milieu enseignant. Si l’attitude du Parti communiste à leur égard a considérablement changé, s’il a désormais besoin d’eux, ceux-ci ne se convertissent pas en masse et ignorent la fidélité absolue du monde militant. L’histoire d’Inquisitions en témoigne.

  • 186 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.
  • 187 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935. 495/78/136, RGASPI
  • 188 Collection « Socialisme et culture », 15 janvier 1936, 495/78/143, RGASPI.

62Au début du Front populaire, il est souhaité que les intellectuels deviennent une catégorie clé dans l’appareil éditorial, comme lecteurs et auteurs : « Constituer un centre d’attraction des écrivains, des savants, des artistes, des diverses catégories d’intellectuels et de tous ceux dont la collaboration peut être souhaitable, donc utile de manière que les Éditions servent une littérature et des écrits susceptibles d’être acceptés et accueillis par un public de plus en plus vaste, tout en conservant une qualité de forme inattaquable et en restant idéologiquement nôtre186. » Pour L. Moussinac, les employer permettrait au BE et aux ESI gagnent en crédibilité aux yeux du monde de l’édition, des lettres et des sciences187. La manière dont sont présentés les auteurs des ouvrages inscrits dans la future collection « Socialisme et culture » est éclairante : ce sont presque tous des agrégés188.

  • 189 Comité central, 1er et 2 novembre 1934. Intervention de Paul Vaillant-Couturier. IML, 687, Fonds P (...)
  • 190 Aragon. Retour en France. Œuvre poétique. Tome III : 1936-1941, Livre Club Diderot– Messidor, 1989 (...)

63La volonté d’attirer des écrivains célèbres oblige à revoir donc une attitude rigide sur la vie littéraire. En 1934, il est désormais admis qu’un écrivain communiste puisse adhérer à la vénérable Société des gens de lettres189. En 1935, L. Moussinac devait recevoir le prix Renaudot pour Manifestation interdite, prix qu’il avait refusé en raison de ses convictions politiques. Lorsque le prix Renaudot attribué à Aragon l’année suivante pour les Cloches de Bâle (Denoël), la nouvelle est accueillie avec chaleur par M. Thorez190. En quelques mois, les prix littéraires ne sont plus lors considérés comme les oripeaux d’une bourgeoisie décadente.

  • 191 Décisions du Secrétariat, 11 janvier 1937, IML, 818, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 192 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935. 495/78/136, RGASPI.
  • 193 Par exemple, pour Espagne, Espagne de Jean-Richard Bloch. Lettre de L. Moussinac à J.-R. Bloch, 30 (...)
  • 194 Échos des lettres. L’Humanité, 7 juin 1936, p. 8.
  • 195 P. Ory. La Belle Illusion. Op. cit., p. 220-221.
  • 196 Situation des ESI, 1er juin 1939, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

64Élargir le « cercle de collaborateurs pour les éditions191 » oblige à rapprocher les éditions du Parti des pratiques courantes de l’édition : « Pour arriver à un résultat pratique, écrit L. Moussinac en juillet 1935, il est nécessaire d’inaugurer avec les auteurs une politique financière qui ne laisse pas l’impression, qui est actuellement celle des ESI, que les auteurs y sont plus ou moins exploités. Il faudrait parvenir à inaugurer un système de paiement de droits d’auteur équivalent à celui pratiqué par exemple par Flammarion ou par Hachette192. » Le paiement de droits d’auteur a donc existé, au moins pour certains, et les droits octroyés respectent les usages, à savoir 10 %193. C’est même le cas pour l’auteur victorieux du prix Ciment, qui doit recevoir « outre le prix de 3 000 francs, les droits d’auteur habituels sur la vente de son ouvrage194 ». Mais le PCF se montre indifférent à l’égard du projet de loi sur la réforme du droit d’auteur défendu par Jean Zay195, et remet en cause la politique de droit d’auteur de ses propres éditions lors de la crise de 1938-1939196.

  • 197 Op. cit.
  • 198 Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.
  • 199 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935, 495/78/136, RGASPI. Cette collaboration n’empêche pas G. (...)
  • 200 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935, 495/78/136, RGASPI.
  • 201 Lettre de L. Moussinac à J.-R. Bloch, 9 août 1935, Fonds Jean-Richard Bloch, NAF, BnF.
  • 202 Lettre de J. -R. Bloch à L. Moussinac, 17 février 1936, NAF, BnF.
  • 203 Le roman, qui ne sera pas publié, s’intitulait Histoire d’un prolétaire : Georges Navel ou la seco (...)
  • 204 Lettre de L. Moussinac à L. Parrot, Fonds L. Parrot, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

65L. Moussinac ne cherche pas seulement la reconnaissance politique en recrutant des intellectuels reconnus : il veut bénéficier de leur réseau de relations et donc faire un travail d’éditeur. En novembre 1935, il lui faut un « Comité littéraire » aux ESI, composé d’« écrivains connus et dont l’autorité et le prestige sera susceptible de donner un rayonnement plus large aux éditions actuellement entreprises et développées197 ». En 1936, on estime qu’il faut « engager aux ESI un certain nombre de collaborateurs non permanents » et de « s’assurer aux ESI le concours de quelques grands écrivains198 ». C’est ainsi que L. Moussinac justifie la nomination de G. Friedmann comme directeur de collection, en raison « des relations personnelles de cet écrivain et de l’autorité autant que l’estime dont il jouit dans les milieux littéraires et scientifiques et spécialement dans l’Université199 ». Vouloir attirer des « auteurs connus200 » est une constante, ce qui oblige parfois à verser dans la révérence, par des projets éditoriaux comme en 1935 celui d’un livre hommage à R. Rolland201. Tout ce travail n’est pas mu exclusivement par l’opportunisme politique. Ainsi, dans une lettre de février 1936, J.-R. Bloch joue les intermédiaires pour placer un roman de Walter Fisher, jugeant que son propos ne peut « laisser indifférent le directeur des ESI202 ». Pour le prix Ciment 1937, Alix Guillain et Bernard Groethuysen remettent le manuscrit du premier roman de Georges Navel à L. Moussinac, après lecture de J. Paulhan203. En novembre 1936, L. Moussinac envoie à L. Parrot « en “lecture” quelques manuscrits204 ». Un travail d’éditeur des plus classique.

  • 205 Fonds Paul Nizan, IMEC.
  • 206 Lettre de Louis Brun à P. Nizan, 5 juin 1935, Fonds Paul Nizan, IMEC.
  • 207 Gallimard : Contrat du 30 janvier 1935, Fonds Paul Nizan, IMEC.
  • 208 « Lettre de Brice Parain à Paul Nizan, 2 juillet 1937 ». Brice Parain, un homme de parole. Gallima (...)

66Pour les écrivains communistes, la reconnaissance de leur fonction politique, leur désir de se conduire en bons militants et les exigences du milieu intellectuel constituent un ensemble de contraintes parfois redoutables. P. Nizan est un militant zélé et un jeune auteur en quête de reconnaissance dans le milieu intellectuel et littéraire. Son cheminement éditorial illustre ces deux positions. En 1930, il signe un contrat avec les éditions Rieder pour 4 titres, dont Aden, Arabie qui va paraître. En 1933, Rieder, qui a changé de propriétaire, renonce à éditer Antoine Bloyé qui paraît donc chez Grasset, avec qui il signe un nouveau contrat le 13 mars 1933 et s’engage à leur proposer les manuscrits auquel Rieder renonce205. P. Nizan tente ensuite de se défaire de cet engagement en accusant sa maison d’être bienveillante aux « fascistes », ce à quoi on lui répond : « Notre maison est tout simplement éclectique. Elle ne mise sur aucun tableau, pas plus sur le communisme que sur l’Action française. Vous le savez parfaitement. Mais je comprends que le romancier ayant en vous cédé la place à l’homme de parti, vous n’avez plus la liberté de choisir un éditeur. Il vous faut accepter celui qu’on vous désigne. » Les éditions B. Grasset lui rendent sa liberté206… pour Gallimard. Plusieurs contrats le lient à Gallimard à partir de 1933, dont un singulier. Le 30 janvier 1935, P. Nizan au titre d’« unique représentant » du Service d’éditions de l’IC, s’engage à fournir « la traduction en langue française du rapport sur le Deuxième Plan quinquennal207 ». En 1937, il propose à l’éditeur, qui accepte, un volume de Morceaux choisis de Lénine. P. Nizan n’a finalement édité qu’un seul livre aux éditions du Parti, les Matérialistes de l’Antiquité en 1936, arraché à Gallimard208.

  • 209 M. Rigo. « La Vaine colère d’Aragon : comment “récupérer” le Congrès des écrivains pour la défense (...)

67Même Aragon ne fait pas profiter les éditions du Parti communiste de sa nouvelle position dans le monde des lettres, ce qui ne l’empêche pas lui aussi d’attaquer sévèrement les compromissions politiques de certains éditeurs. Après sa rupture avec Gallimard en 1933, c’est aux éditions Denoël et Steel qu’il confie ses premiers romans du cycle du « Monde réel », ainsi que d’autres entreprises liées à ses activités militantes, dont une collection placée sous l’égide de l’Association internationale pour la défense de la culture. De même, il facilitera le passage de la revue Europe de chez Rieder à Denoël en 1938. Pourtant, il se bat en juillet 1935 pour que les textes du Congrès international pour la défense de la culture, qui s’est tenu en juin à Paris, soient publiés chez un « éditeur communiste ». Mais Gallimard, grâce à l’entremise d’A. Malraux et I. Ehrenbourg, tous deux auteurs « maison », remporte la mise. En dépit de ses liens avec des éditeurs autres que ceux du PCF, Aragon écrit rageusement à Moscou que « la NRF se trouve sous le contrôle du trust Hachette qui constitue pratiquement le censeur principal en France209 ».

  • 210 Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.
  • 211 Voici la France : son passé, son présent, sa mission dans le monde, [1937], Fonds Maurice Thorez, (...)
  • 212 Avant Projet pour une revue du mouvement intellectuel (memento), s. d., Fonds Maurice Thorez, 626 (...)
  • 213 Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 1936, Op. cit.
  • 214 Op. cit.
  • 215 [document sans titre], s. d., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.
  • 216 J. Bouissounouse. « Comment travaillent nos éditeurs ? Léon Moussinac aux ESI, rue Racine ». Toute (...)

68Ces deux exemples semblent démontrer qu’au PCF, l’auteur n’existe pas. Seule l’œuvre collective mérite d’être mentionnée. En 1936, l’idée d’utiliser des membres de l’AEAR ou le Groupe d’Études matérialiste est avancée « pour écrire sur des questions déterminées de l’URSS210 ». En 1937, pour le projet de « Voici la France », on songe non à des personnalités mais à « un comité de spécialistes, sous le contrôle d’une commission de patronage211 ». Dans le projet de La Pensée, le comité de rédaction est envisagé comme un « organisme surtout consultatif212 », tout en étant chargé de « maintenir la propagande de la théorie marxiste sous le contrôle du parti213 ». Si le travail accompli dans l’ouvrage À la lumière du marxisme a plu en haut lieu, aucun auteur n’est félicité nommément214. L. Moussinac lui-même valide cette idée d’un « auteur collectif ». Lorsqu’il essaie de redresser la situation en 1939, il propose que l’appareil éditorial soit placé sous la direction d’un comité consultatif, qui donnerait son avis sur les publications à venir et existantes, lui-même placé « sous le contrôle et les conseils du Secrétariat215 ». Dans un entretien accordé à Jeannine Bouissounouse pour la revue professionnelle, Toute l’édition, l’image que veut donner L. Moussinac affiche ces contradictions, mélange de pratiques professionnelles, d’usages propres au milieu intellectuel et d’exigences partisanes. Les ESI sont certes une maison comme les autres et en même temps se distinguent par le travail d’« un service de rédaction chargé de la collaboration avec les auteurs, de l’examen des manuscrits », du « recours au travail par équipe : certains font des recherches, d’autres rassemblent les documents, rédigent l’ouvrage ». Il conclut : « Tout, aux ESI, se fait en collaboration216. » Avant le Front populaire, les ESI et le BE ne publiaient pas des auteurs, mais des textes – discours, manuels, romans – au service d’une cause. Pendant le Front populaire, du point de vue de la direction du PCF, le principe demeure pour les militants, principe auquel échappent quelques rares compagnons de routes ou les militants en raison de leur célébrité.

69Les maisons d’édition et leurs revues permettent d’accueillir les intellectuels communistes et non communistes au titre d’auteur ou de directeur de collection, mais la priorité est donnée aux brochures politiques à diffusion populaire et, comme pour P. Nizan et Aragon, leur carrière d’intellectuel exige qu’ils soient édités ailleurs. L. Moussinac a donc échoué dans la transformation totale des éditions du Parti en maison d’édition. Sa stratégie a été soutenue par la direction du Parti tant que la politique communiste allait dans le sens de la conquête d’un nouveau lectorat. Le passage d’une politique offensive à une autre défensive s’est fait clairement au détriment de la politique d’ouverture, quitte à laisser aux éditeurs « bourgeois » une partie du marché de la littérature politique, marché que ces derniers n’ont d’ailleurs jamais quitté.

Notes

1 Les éditions musicales Chant du Mondes ont créées en 1937 : Registre analytique du Tribunal de commerce de Paris, no 323279 B, Arch. de Paris.

2 Résolution sur le rapport des éditions au Secrétariat politique (29 avril 1934) (adoptée par la commission politique le 15 octobre 1934), 495/78/119, RGASPI.

3 H. Peter. L’appareil du Komintern, 1926-1935. Premier aperçu. Op. cit.

4 Internationale Bücherschau (1938-1939) ; - Revue internationale du livre (1938-1939).

5 Elle fut un des éléments constitutifs de la future Bibliothèque d’état de sociopolitique. M.-C. Bouju. « Les éditions du Komintern, 1919-1943 : une Babel éditoriale ». À paraître.

6 H. Peter. Op. cit.

7 Komintern : l’histoire et les hommes. Op. cit., p. 431-432.

8 Après la guerre, R. Appelt part en Allemagne de l’Est où il a fait carrière dans la diplomatie. H. Peter. « Structure of the Moscow apparatus of the Comintern and decision making ». International Communism and the Communist International, 1919-1943. Manchester: Manchester University Press, 1998, p. 41-64; - Biographical dictionary of the Comintern. Stanford : Hoover Institute Press, 1986, p. 9.

9 Dossier Hugo Eberlein, 200100216/36/917, CAC ; - Komintern : l’histoire et les hommes. Op. cit., p. 280-281.

10 P. Broué. Histoire de l’Internationale communiste, 1919-1943. Fayard, 1997, p. 995 ; - H. Eberlein, 1930-1936, 200100216/36/917 et 921, CAC ; - Komintern : l’histoire et les hommes. Op. cit., p. 278-279.

11 Il est arrêté en juillet 1937, puis déporté. Il est exécuté en juillet 1946. P. Broué. Op. cit., p. 995.

12 « Rapport du camarade Smeral à propos du travail à Paris en 1937 ». Communisme, no 38-39, 1994, p. 69-92.

13 Document 1er février 1929, dact., 3 p., 495/78/52, RGASPI.

14 René Hilsum. « Entretien avec C. Willard. Du dadaïsme aux éditions du P.C.F. » Cahiers d’histoire de l’Institut de recherche marxiste, 1983, no 12, p. 89-108.

15 Bestellung auf deutsche Bucher von C. Mayer et Cie, 495/78/158, RGASPI.

16 Par exemple : en Belgique, le Centre de diffusion du livre ; en Espagne, les Ediciones del Partido comunista, Ediciones Europa-America, Editorial Nuestro Pueblo, Ediciones Estrella (pour la jeunesse) et Publicaciones internationales ; en Angleterre, Lawrence and Wishart et le Workers Library Publishers ; au Danemark, Mondes Forlag ; en Hollande, Pegasus : en Norvège ; Internasjonalt Arbejderforlag ; en Suède, Arbetarkultur ; aux États-Unis, International Publishers (New-York) : Revue internationale du livre. [1939], no 5-6, 3e page de couverture.

17 À Amsterdam, la Bockengemeinschaft Nieuwe Cultuur ; à Bruxelles, l’Office du Militant ; à Basel, Universum Bucherei ; à Prague Lidowa Kultura et le Volksbucherei ; à New-York, le Book Union ; à Toronto, le Month Club.

18 Les Clubs de livres. Revue internationale du livre, [1938], no 1-2, p. 94. J. Eaden et D. Renton. The Communist Party of Great Britain since 1920. Palgrave, 2002, p. 63; - S. Samuel. The Left Book Club. Journal of Contemporary History, 1996, vol. 1, no 2, p. 65-86. Le Left Book Club rassemble 1 200 groupes locaux et 57 000 membres en avril 1939 alors que le Parti communiste de Grande Bretagne en compte 17 750.

19 Résolution sur le rapport des éditions au Secrétariat politique (29 avril 1934) (adoptée par la commission politique le 15 octobre 1934), 495/78/119, RGASPI.

20 19940500/108/1974 et 1975 ; - 20010216/non coté/10216 : Histoire de la guerre civile en URSS ; - 20010216/non coté/13406 : Correspondances entre le Ministère des affaires étrangères et le commissaire spécial à la gare du Nord, 1934-1935 ; - 20010216/non coté/13430 : Correspondance avec le Ministère des affaires étrangères concernant la brochure 2e plan quinquennal en allemand, expédié, octobre-novembre 1934, 6 p., CAC ; - En 1937, le CDLP essaie de récupérer « 1 200 brochures en langue étrangère » bloquées par la douane. Lettre du CDLP au Directeur de la Douane Nord, 8 septembre 1937, Fonds CDLP, AD Seine-St-Denis.

21 Diffusion des publications du Komintern en Europe occidentale, Note. RG 1835, Paris, 20 mai 1938, 12 p. dact., 20010216/47/1258, CAC.

22 Rapport, librairie dite Édition socialiste internationale, 21 février 1935, 20010216/136/4031, CAC.

23 « Rapport du camarade Smeral à propos du travail à Paris en 1937 ». Communisme, no 38-39, 1994, p. 69-92.

24 Ces éditions clandestines sont appelées les « Tarnschriften ». Des textes destinés aux communistes allemands en exil sont imprimés à Strasbourg par la société Sedal, société anonyme fondée en 1932, qui imprime déjà l’Humanité d’Alsace-Lorraine. G. Badia, J.-B. Joly et J. Omnès. « Du livre brun à la tentative de Volkfront ». Les Bannis d’Hitler : accueil et luttes des exilés allemands en France (1933-1939). Paris : Presses universitaires de Vincennes– Études et documentations internationales, 1984, p. 357-363 ; - Diffusion des publications du Komintern en Europe occidentale, Note. RG 1835, Paris, 20 mai 1938, 20010216/47/1258, CAC.

25 Revue internationale communiste, [1939], no 5-6, 3e page de couverture.

26 Le Livre brun sur l’incendie du Reichstag et la terreur hitlérienne, publié par le Comité international d’aide aux victimes du fascisme hitlérien. Éditions du Carrefour, 1933 (24 octobre 1934), 287 p. (Réquisitoires). Les Éditions du Carrefour, qui ont publié Bifur, ont été fondées 1929 par Pierre Gaspard Levy. B. Gross. Willi Münzenberg, a political biography. Lansing: Michigan State University Press, 1974, p. 242-243; - A. Cohen-Solal. Paul Nizan, communiste impossible. Grasset, 1980, p. 85-92 ; - P. Ory. Nizan, destin d’un révolté, 1905-1940. Ramsay, 1980, p. 80-125 ; C. Lawton-Levy. Du colportage à l’édition. Bifur et les Éditions du Carrefour, Pierre Levy, un éditeur au temps des avant-gardes. Genève : Metropolis, 2004, 382 p.

27 Décision du Secrétariat, 12 septembre 1933, IML, 600, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

28 Secrétariat des pays latins : Gallo, A. Marty, Beret et C. Servet ; Service d’éditions de l’IC : M. E. Krebs, Robiner, Franz Morriens. IMEL : Calsan ; PCF : M. Thorez, Gilbert.

29 Rapport du camarade Siccal [sic], 16 décembre 1933, 495/32/124, RGASPI.

30 Décision du Bureau politique, 11 janvier 1934, IML, 689, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

31 Lettre de [Cical], 18 octobre 1934, 495/78/136, RGASPI.

32 Décisions du Secrétariat, 4 février 1935, IML, 731, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

33 Dossier Cical, 495/7450, RGASPI.

34 Lettre à Ferrat et Mauvais, 3 mars 1935, 495/78/136, RGASPI.

35 Décisions du Secrétariat du PCF, 13 février 1934, IML 692, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

36 Lettre adressée au Secrétariat, 21 janvier 1935, Dossier Cical, 495/7450, RGASPI.

37 Décisions du Secrétariat du PCF, 7 juin 1935, IML, 731, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

38 Lettre à J. Duclos, 1er juin 1936, 495/78/143, RGASPI.

39 Aragon. « Retour en France ». Œuvre poétique : tome III. 1936-1941. Livre Club Diderot– Messidor, 1989, p. 237-245.

40 P. Fouché. Les Éditions de la Sirène (1917-1937). Bibliothèque de littérature contemporaine de l’université Paris 7, 1984, p. 112-116 et 234.

41 P. Olivera. La Politique lettrée en France. Op. cit., p. 378.

42 P. Fouché. Au Sans Pareil. IMEC, 1989, p. 95-96.

43 Lettre du 4 juin 1935, 495/78/136 ; - Lettre à J. Duclos, 1er juin 1936, 495/78/143, RGASPI.

44 R. Hilsum. Op. cit.

45 Renaud, 26 ans, ESI ; Victor Fay (dit Bru), rédacteur, 32 ans ; Joseph Ducroux, rédacteur, 31 ans ; Mme Autier, 40 ans ; Eterstein, 23 ans ; O. Schultz, libraire, 21 ans ; Daroudeau, 34 ans ; Paulette Bensan, 25 ans, épouse de Gaston Bensan ; Mme Delauvrier, 35 ans, attachée au BE. Lettre à Bruno de Bertrand, 15 juin 1936, 495/78/136, RGASPI.

46 Témoignage de F. Frontisi-Ducroux.

47 Il utilise le même pseudonyme que celui utilisé lorsqu’il enseignait à l’Université ouvrière.

48 Cercle de la Librairie. Assemblée générale. 1939, p. 20 et 27.

49 J. Bouissounouse. « Comment travaillent nos éditeurs ? Léon Moussinac aux ESI, rue Racine ». Toute l’édition, 9 juillet 1938, p. 4.

50 M.-C. Bardouillet. Op. cit. La Librairie du Travail a continué de solliciter les communistes pour constituer sa clientèle, mais le Parti communiste s’est toujours refusé au moindre geste même lorsque les circonstances politiques étaient plus favorables : lettre du CDLP à la Librairie du travail, 29 octobre 1935, Fonds CDLP, Arch. du PCF.

51 P. Olivera. La Librairie Valois (1928-1939). Maîtrise de sciences politiques, dir. Michel Winock : Institut d’études politiques de Paris, 1989, 151 p.

52 M.-C. Bouju. « Albert Crémieux et les Éditions Rieder, 1913-1932 ». Lendemains, 1997, no 86-87, p. 99-109. Les PUF, également très fragilisées par la crise et la faillite de la Banque coopérative de France, étaient surtout intéressées par le fonds d’histoire et d’érudition, hérité de la librairie Cornely : V. Tesnière. Le Quadrige : un siècle d’édition universitaire, 1860-1968. Op. cit., p. 287-300.

53 S. Granjean. L’Évolution de la librairie Fayard de 1857 à 1936. Th. de doct. d’histoire, dir. J.-Y. Mollier : université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 1996, p. 498-536.

54 P. Olivera. La Politique lettrée en France. Op. cit., p. 112.

55 Un éditeur doit-il être partisan ? Toute l’édition, 19 mai 1934, no 227, p. 1 et 4.

56 P. Bertrand. Les Éditions Denoël de 1930 à 1945. Maîtrise d’histoire, dir. D. Cooper-Richet, J.-Y. Mollier et D. Wonoroff : Paris-I– Panthéon Sorbonne, 1998, p. 53.

57 L. Conrad. La Politique éditoriale des éditions Denoël, 1928-1945. Maîtrise d’histoire, dir. C. Andrieu : Paris-I– Panthéon Sorbonne, 2000, p. 75.

58 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.

59 R. Hilsum. Op. cit.

60 Secrétariat, décisions, IML, 731, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

61 Réunion avec Krebs, le 27 mai 1935. Décisions, 495/32/172 ; - Secrétariat romain. Réunion avec Creps le 27 mai 1935 : orateur André Marty 1935, 495/78/172, RGASPI.

62 Lettre du 8 juillet 1935, de L. Cical et L. Moussinac, 495/78/136, RGASPI.

63 Propositions pour F., 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.

64 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.

65 Graphique 1.

66 I. de Conihout. Op. cit.

67 Graphique 3.

68 Graphique 2.

69 I. de Conihout. Op. cit.

70 Graphique 5.

71 Dépouillement de la partie « Chroniques » de la Bibliographie de la France.

72 Extrait du rapport officiel du CC du PCF, présenté au congrès d’Arles, 1937, 20010216/11/172, CAC ; - E. Fajon. Ma vie s’appelle liberté. Robert Laffont, 1976, p. 83.

73 Publications révolutionnaires, 1937, IML, 819, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

74 « Le Rôle du Bulletin d’éducation ». Apprendre, mai 1938, no 1, p. 2.

75 Réunion avec Krebs. Décisions, 27 mai 1935, 495/32/172, RGASPI.

76 Léon Moussinac, Bureau d’Éditions, 7 août 1935, 495/78/136, RGASPI. Les ouvrages prévus sont : Manifeste du Parti communiste de Marx (BE, 1935) ; Impérialisme, stade suprême du capitalisme de Lénine (BE, 1935) ; Socialisme utopique et socialisme scientifique de Engels (BE, 1936) ; Principes du léninisme de Staline (BE, 1936) ; Karl Marx et sa doctrine de Lénine (BE, 1937). Je ne suis pas parvenue à trouver le dernier titre, Deux mondes. S’agit-il de Deux Systèmes d’E. Varga ?

77 Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.

78 P. Villon et C. Willard. Pierre Villon, résistant de la première heure. Entretien avec C. Willard. Éditions sociales, 1983, p. 42.

79 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.

80 Propositions pour F. Confidentiel, Op. cit.

81 Voici la France : Son passé, son présent, sa mission dans le monde, 2 p. dact., [1937 ou 1938], Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

82 Programme d’éditions 1939. Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

83 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935. 495/78/136, RGASPI.

84 « Une bonne nouvelle ! La bibliothèque populaire est créée ». Guide du CDLP, avril 1937, no 10, p. 16 ; - Guide du CDLP, juillet 1937, no 11, p. 14-15.

85 Situation des ESI, 11 mai 1939, 13 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

86 Programme d’édition, 1939. Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

87 Projet de plan de production pour 1939. Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

88 M. Lyons. « Les nouveaux lecteurs au XIXe siècle : femmes, enfants, ouvriers ». Histoire de la lecture dans le monde occidental. Le Seuil, 1997, p. 365-400.

89 [Rapport sur Regards], Léon Moussinac, 20 décembre 1935, 2 f. 495/78/136, RGASPI.

90 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.

91 Lettre du 15 décembre 1935, 3 p., 495/78/136, RGASPI.

92 Le journal a été créé en 1911 par la Ligue ouvrière de protection de l’enfance. A. Renonciat. Les Livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931). Années charnières, années pionnières. Th. de doct. d’histoire, dir. A. -M. Christin : Paris-VII, 1997, p. 59.

93 L. Mercier. « Les Écoles enfantines du Parti communiste français : Groupes communistes d’enfants et pionniers (1921-1933) ». Cahiers d’histoire, 2000, no 79, p. 57-75.

94 À la fin des années vingt, le Jeune Camarade était imprimé à 9 000 exemplaires. Le Jeune Camarade, journal international des enfants ouvriers puis en 1927 journal illustré des enfants ouvriers et paysans, 1921-[1929]. Voir : Le Jeune Camarade, 1925-1929, 20010216/41/112, CAC ; - Livre, mon ami : lectures enfantines, 1914-1954. Catalogue établi et rédigé par A. Renonciat, avec la collaboration de V. Ezratty et F. Lévêque. Agence culturelle de Paris, 1991, p. 20-21.

95 S. Giet. « Du divertissement à l’édition noble, de l’entreprise familiale à l’industrialisation, le cas des Éditions mondiales ». Histoire des industries culturelles en France, XIXe-XXe siècle. Association pour le développement de l’histoire économique, 2002, p. 125-139.

96 A. Fourment. Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants (1768-1988). Eole, 1987, p. 175-189.

97 A. Fourment. La Presse des jeunes de 1768 à 1977. Th. de doct. en sciences de l’information et de la communication, dir. Pierre Albert : université Paris-II, 1977, p. 433.

98 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935, 495/78/136, RGASPI. Pendant le Front populaire, le tirage atteint 50 000 exemplaires : Mon Camarade, s. d., 3 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

99 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.

100 A. Renonciat. Les Livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931). Op. cit., p. 555.

101 Lettre du CDLP à Hélène Tesson, Librairie du 138, rue Montmartre, 10 février 1936, Fonds CDLP, AD Seine-St-Denis.

102 A. Renonciat. Les Livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931). Op. cit., p. 163.

103 Nathalie Tchelpanova est la femme de Brice Parain : C.-A. Parmegiani. Les Petits Français illustrés, 1860-1940. Cercle de la Librairie, 1989, p. 274.

104 Lettre du CDLP à Robert Douai, le 16 septembre 1935, Fonds CDLP, AD Seine-St-Denis.

105 A. Renonciat. Les Livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931). Op. cit., p. 451 ; - Livre, mon ami : lectures enfantines, 1914-1954. Op. cit., p. 73 ; - C.-A. Parmegiani. Les Petits Français illustrés, 1860-1940. Op. cit., p. 243-246. En 1925, le Gosizdat a un pavillon à l’exposition internationale des arts décoratifs à Paris : Paris-Moscou, 1900-1930. Exposition 31 mai-5 novembre 1979. Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, 1979, p. 266.

106 En 1939, on prévoit d’éditer un seul texte destiné à la jeunesse, Le Petit Bara de Colette Vivier. Programme d’édition 1939, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

107 Mon Camarade, s. d., 3 f. ; - Lettre de L. Moussinac à M. Thorez, 11 mai 1939, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

108 S. Cœuré. Op. cit., p. 193, 196-197.

109 En 1933, il est diffusé à 3 000 exemplaires. 20010216/138/4167, CAC.

110 G. Friedmann. « Matérialisme dialectique et action réciproque ». Commune, novembre 1934, no 15, p. 228-246.

111 W. Drabovitch. « La science et le “matérialisme dialectique” ». Mercure de France, 15 janvier 1936, p. 283-284.

112 R. Maublanc. « À la lumière du marxisme : réponse à quelques critiques ». Commune, mai 1936, no 33, p. 1109-1119. Le premier volume a été imprimé à 3 200 exemplaires.

113 P. Labérenne. « Le Cercle de la Russie neuve (1928-1936) et l’Association de la culture soviétique (1936-1939) ». La Pensée, juin 1979, no 205, p. 12-25.

114 R. Hilsum. Op. cit., p. 89-108.

115 V. Tesnière. Op. cit.

116 Lettre d’André Marty à Moscou à Léon Moussinac, 4 juillet 1936, IML, 750, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

117 D. Tartakowsky. « Le PCF et Marx dans l’Entre-deux-guerres ». 1883-1983 : L’Œuvre de Marx un siècle après, colloque 17-20 mars 1983. PUF, 1985, p. 175-182.

118 Lettre à Marty du 15 juillet 1936, 495/32/143 ; - Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.

119 Les Tâches du secteur d’éditions. Confidentiel, 14 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.

120 Alix Guillain, militante communiste, avait travaillé comme traductrice pour les revues du Komintern mais faisait également partie du milieu « NRF ». Dans B. Dandois. « Alix Guillain ». Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Op. cit. ; - L. Moussinac. « Alix Guillain ». Les Lettres françaises, no 355, 22 mars 1951, p. 6.

121 Programmes des ESI et du BE pour le 2e semestre 1935, 495/78/136, RGASPI.

122 Notes des éditeurs. Marx. Le Capital. Livre I. Tome I, BE, 1938, p. 7-14. Le tome I commence par une “Note des éditeurs”, deux préfaces à l’édition allemande de Marx, trois préfaces aux éditions allemandes et anglaises de Engels. Le tome III est clos par des annexes composées de textes de commentaires de Marx et Engels.

123 Projet de plan de production pour 1939, [1939] ; - BE, 1939, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

124 Plan du 1er trimestre 1936, BE, 495/78/143, RGASPI.

125 Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.

126 R. Zapata. La Philosophie. russe et soviétique. PUF, 1988, p. 104-105.

127 Lettre du 22 mars 1932, 495/78/96, RGASPI.

128 P. Nizan. Les Matérialistes de l’Antiquité. Démocrite, Epicure, Lucrèce. ESI, 1938, 179 p.

129 Il devait écrire un volume pour « Socialisme et culture » sur Nietzsche, prévu en 1939. Programme d’édition, 1939. Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

130 P. Olivera. La Politique lettrée en France. Op. cit., p. 735.

131 Collection « Problèmes », 15 janvier 1936, 495/78/143, RGASPI.

132 Les ESI renoncent à éditer un ouvrage pourtant annoncé auprès des librairies : M. Hodann, L’adolescent devant le problème sexuel. Bibliographie de la France. Annonces, 1er mars 1935, 9, p. 654-66.

133 Lettre de Moussinac, 25 juillet 1935, 495/78/136, RGASPI.

134 R. Rolland. Par la révolution, la paix. 1935, 175 p. ; R. Honnert. Catholicisme et communisme. 1937, 159 p. ; Querelle du réalisme. Deux débats organisés par l’Association des peintres et sculpteurs de la Maison de la Culture. 1936, 205 p.

135 R. Bellanger. J’ai vingt ans. 1935, 192 p. ; G. Pillement. Romancero de la Guerre civile. Poèmes. 1937, 151 p. ; P. Vaillant-Couturier, Poésies. Œuvres choisies. 1938, 189 p.

136 L. Moussinac. Avec les comédiens soviétiques en tournée. Notes de voyage. 1935, 64 p.

137 Avant-Projet pour l’édition de textes rationalistes, dact., 2 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

138 P. Ory. Nizan, destin d’un révolté, 1905-1940. Op. cit., p. 178 ; - Lettre de Moussinac, 25 juillet 1935, 495/78/136, RGASPI.

139 « Socialisme et culture » devait publier 4 titres émanant de la « section des matérialistes du XVIIIe siècle » du Groupe. Bibliographie de la France. Annonces, 15 mai 1936, no 20, p. 1584-1585.

140 J. -Y. Mollier. « Les intellectuels et l’édition ». Op. cit.

141 Gallimard.

142 G. Friedmann. La Puissance et la sagesse. Gallimard, 1970, p. 272. ; - C. Melnik-Duhamel. L’Affaire Georges Friedmann : à propos de la publication De la Sainte Russie à l’URSS, mars 1938. DEA d’histoire, dir. Pierre Nora. Paris : Institut d’Études Politiques, 1985, 314 p.

143 R. Lahanque. Le Réalisme socialiste en France (1934-1954). Th. de littérature française, dir. Guy Borelli : université de Nancy-2, 2002, p. 186.

144 Op. cit., p. 14.

145 M. Aucouturier. « Brice Parain et la littérature soviétique ». Brice Parain, un homme de parole. Gallimard– BnF, 2005, p. 73-87.

146 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935. 495/78/136, RGASPI.

147 Ibid.

148 Il est l’auteur du remarqué Panorama de la littérature russe contemporaine. Kra, 1929.

149 Note manuscrite, s. d., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

150 P. Ory. La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938. Plon, 1994, p. 201.

151 P. A. Pavlenkov. En Extrême Orient. T. 1 : La Cité dans la taïga, 1938 ; - A. S. Makarenko. Chemin de la vie, 1939 ; - Programme d’éditions 1939. Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

152 G. Altman. Quatre romans. L’Humanité, 10 décembre 1928, p. 4.

153 P. Ory. La Belle Illusion. Op. cit., p. 202-203.

154 Prix « Ciment ». Commune, septembre 1938, p. 1671.

155 Décisions. Secrétariat, 1937, IML, 818, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

156 IML, 818, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

157 R. de Jouvenel. Confidence d’un sous-marin du P.C.F. Julliard, 1980, p. 23.

158 IML, 837, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

159 P. Villon et C. Willard. Pierre Villon, résistant de la première heure. Op. cit., p. 41.

160 Décisions. Secrétariat, 31 janvier 1938, IML, 837, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

161 Problèmes de l’étude de l’histoire en France, [1939], IML, 819, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

162 P. Villon et C. Willard. Op. cit.

163 Op. cit., p. 43.

164 La « rue Racine » désigne le siège des ESI. P. Ory. Nizan, destin d’un révolté, 1905-1940. Op. cit., p. 220.

165 P. Villon et C. Willard. Op. cit.

166 ESI, Production, 1937, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

167 BE, 1939, 4 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

168 Note manuscrite, [1939], 1 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

169 BE, 1939, 4 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

170 Schéma d’une organisation rationnelle possible des éditions, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

171 Lettre de L. Moussinac à M. Thorez, 11 mai 1939, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

172 Situation des ESI, 1er juin 1939, 6 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55 ; - Notes manuscrites, 2 juin 1939, 1 f., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 202, CARAN.

173 W. Klein. Commune, revue pour la défense de la culture, 1933-1939. Éditions du CNRS, 1988, p. 27 et 29.

174 Assemblée d’information organisée par le journal Monde, maison de la culture, 26 octobre 1935, compte rendu du 27 octobre ; Monde et front mondial, 20010216/2/10455 ; CAC. ; - J. Relinger. Henri Barbusse, écrivain combattant. PUF, 1994, p. 251-252.

175 Du surréalisme au front populaire : Inquisitions. Éditions du CNRS, 1990, p. 158.

176 Ibid., p. 148.

177 H. Béhar. Préface. Du surréalisme au front populaire. Op. cit., p. 7-22; - P. Ory. La Belle Illusion. Op. cit., p. 206-208.

178 C. Cahen. « Note sur le matérialisme historique ». Inquisitions, juin 1936, no 1, p. 49-50.

179 Aragon. « Notes. Entre nous ». Inquisitions, juin 1936, no 1, p. 42-44.

180 Propositions pour F., 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.

181 G. Cogniot. Parti pris. Tome I. Éditions sociales, 1976, p. 440.

182 Avant projet pour une revue du mouvement intellectuel, s. d., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

183 G. Cogniot. Parti pris. Tome I. Op. cit., p. 441.

184 Note : Nouvelle revue, La Pensée, Paris 12 avril 1939, 20010216/45/1194, CAC.

185 Revue La Pensée, 31 janvier 1940, 20010216/45/1194, CAC.

186 Rapport confidentiel, 4 novembre 1935, 495/78/136, RGASPI.

187 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935. 495/78/136, RGASPI

188 Collection « Socialisme et culture », 15 janvier 1936, 495/78/143, RGASPI.

189 Comité central, 1er et 2 novembre 1934. Intervention de Paul Vaillant-Couturier. IML, 687, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

190 Aragon. Retour en France. Œuvre poétique. Tome III : 1936-1941, Livre Club Diderot– Messidor, 1989, p. 237-245.

191 Décisions du Secrétariat, 11 janvier 1937, IML, 818, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

192 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935. 495/78/136, RGASPI.

193 Par exemple, pour Espagne, Espagne de Jean-Richard Bloch. Lettre de L. Moussinac à J.-R. Bloch, 30 septembre 1936, NAF, BnF ; - Contrat d’édition entre L. Parrot et les ESI pour Panorama de la culture espagnole, 1er avril 1937, Fonds L. Parrot, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

194 Échos des lettres. L’Humanité, 7 juin 1936, p. 8.

195 P. Ory. La Belle Illusion. Op. cit., p. 220-221.

196 Situation des ESI, 1er juin 1939, Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

197 Op. cit.

198 Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.

199 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935, 495/78/136, RGASPI. Cette collaboration n’empêche pas G. Friedmann de demeurer un auteur « Gallimard ». P. Olivera. « Catégories génériques et ordre des livres : les conditions d’émergence de l’essai pendant l’Entre-deux-guerres ». Genèses, juin 2002, no 47, p. 84-106.

200 Lettre de L. Moussinac, 25 juillet 1935, 495/78/136, RGASPI.

201 Lettre de L. Moussinac à J.-R. Bloch, 9 août 1935, Fonds Jean-Richard Bloch, NAF, BnF.

202 Lettre de J. -R. Bloch à L. Moussinac, 17 février 1936, NAF, BnF.

203 Le roman, qui ne sera pas publié, s’intitulait Histoire d’un prolétaire : Georges Navel ou la seconde vue. Le Temps qu’il fait, 1982, p. 82 ; - G. Navel. Sable et limon. Gallimard, 1989, p. 67 et 121-124.

204 Lettre de L. Moussinac à L. Parrot, Fonds L. Parrot, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

205 Fonds Paul Nizan, IMEC.

206 Lettre de Louis Brun à P. Nizan, 5 juin 1935, Fonds Paul Nizan, IMEC.

207 Gallimard : Contrat du 30 janvier 1935, Fonds Paul Nizan, IMEC.

208 « Lettre de Brice Parain à Paul Nizan, 2 juillet 1937 ». Brice Parain, un homme de parole. Gallimard– BnF, 2005, p. 288.

209 M. Rigo. « La Vaine colère d’Aragon : comment “récupérer” le Congrès des écrivains pour la défense de la culture ». Communisme, 2002, no 69, p. 127-150.

210 Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 1936, 495/78/143, RGASPI.

211 Voici la France : son passé, son présent, sa mission dans le monde, [1937], Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

212 Avant Projet pour une revue du mouvement intellectuel (memento), s. d., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

213 Propositions pour F. Confidentiel, 11 juillet 1936, Op. cit.

214 Op. cit.

215 [document sans titre], s. d., Fonds Maurice Thorez, 626 AP 55, CARAN.

216 J. Bouissounouse. « Comment travaillent nos éditeurs ? Léon Moussinac aux ESI, rue Racine ». Toute l’édition, 9 juillet 1938, p. 4.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search