Version classiqueVersion mobile

Lire en communiste

 | 
Marie-Cécile Bouju

Première partie. 1920-1934, naissance d’un nouveau modèle éditorial

Chapitre II. La bolchévisation. Enjeux politiques et organisation éditoriale, 1924-1934

Texte intégral

  • 1 S. Courtois et M. Lazar. Histoire du Parti communiste français. PUF, 2000, p. 461.

1Appliquant la tactique du front unique, condamnant la social-démocratie, le Parti communiste français se trouve de plus en plus marginalisé sur la scène politique française, passant de 57 000 adhérents en 1924 à 29 000 en 19331. Si ses résultats électoraux sont médiocres, le PCF commence néanmoins à s’implanter dans la « banlieue rouge » et dans certains départements du Nord, Centre et Sud-Ouest. La stratégie « classe contre classe » adoptée en 1928, entraîne sa radicalisation et sa marginalisation, tout en poursuivant sa mue, sa « bolchévisation », qui nécessite l’utilisation de moyens (l’éducation, la presse et l’édition) et le recours à des méthodes imposées en partie par le Komintern.

Le livre au service de la révolution : Internationale communiste et organisations culturelles soviétiques

2Le fonctionnement du Service d’éditions du Komintern a un impact considérable sur le service d’éditions français, de même que les autres organisations et institutions culturelles soviétiques. Rappeler l’existence et l’histoire de ces dernières permet de souligner que les œuvres soviétiques, de toute nature, sont diffusées par des canaux variés.

  • 2 D. Tartakowsky. Les Premiers Communistes français. Op. cit., p. 65.
  • 3 Biographical dictionary of the Comintern. Stanford: Hoover Institute Press, 1986, p. 239-241.
  • 4 La biographie la plus complète est celle établie par P. Broué, dans Histoire de l’Internationale c (...)
  • 5 V. Serge. Mémoire d’un révolutionnaire et autres écrits politiques, 1908-1947. Robert-Laffont, 200 (...)
  • 6 Institut Lénine, Lettre aux membres du præsidium de l’IC, 11 avril 1929, 495/78/54, RGASPI.
  • 7 Résolution sur le rapport des éditions au Secrétariat politique (29 avril 1934) (adoptée par la co (...)

3À l’issue du Ve Congrès du Komintern (17 juin-8 juillet 1924), il est décidé de doter les communistes des outils théoriques et d’informations politiques solides. La Section centrale d’Agit-prop doit développer « les ouvrages originaux » et « manuels et […] guides populaires », éditer des œuvres de Marx, Engels et Lénine2. À l’issue de ce congrès, Bela Kun est nommé à la tête de la Section centrale d’Agit-prop3, qui englobe le Service d’éditions de l’IC. Mikhaïl Evseevitch Krebs est nommé directeur de ce service et demeure à ce poste jusqu’en 1937. On sait peu de choses sur ce kominternien. Ukrainien, il exerçait le métier de mécanicien avant-guerre. Pendant la guerre, il fut soldat dans l’armée autrichienne avant d’être fait prisonnier par les Russes. Il a adhéré en 1919 au Parti communiste russe et travailla dans les services du Komintern comme traducteur, d’abord dans le service de la presse puis dans celui des éditions4. Ce profil est proche de ceux qui ont constitué le noyau des propagandistes du Komintern. V. Serge en a fait un court portrait dans ses mémoires : « Le directeur des Éditions sociales internationales, Kreps, un petit Tartare aux yeux roux, m’accueillait en se frottant les mains : “Je viens de fonder une librairie aux Philippines5 !” » Au début des années trente, les équipes (relecteurs, traducteurs) sont organisées en quatre services : le service dit « léniniste » en charge de l’édition des Œuvres complètes de Lénine6 ; la section internationale qui traite du Komintern et sa politique ; le service de l’Instruction politique et de la propagande du marxisme-léninisme parmi les masses ; la section de la popularisation de l’URSS7.

  • 8 A. F. Zenari. « L’exposition du livre ». Correspondance internationale. No 77, 8 août 1928, p. 904
  • 9 Unsere Verlage, novembre 1929, 495/78/54, RGASPI.
  • 10 Cette maison d’édition a été fondée par Felix Halle avant la guerre et confiée à Willy Munzenberg (...)
  • 11 Elle avait été créée par le « camarade Thomas », premier responsable du WEB.
  • 12 A. Elorza et M. Bizcarrondo. Queridos camaradas. La Internacional Comunista y España, 1919-1939. B (...)
  • 13 Robert. « La Littérature révolutionnaire à l’exposition de Moscou ». Correspondance internationale(...)
  • 14 C’est le cas des Amis de l’Union soviétique. 1266, MAE.
  • 15 1265, Série Europe 1930-1940 : URSS, MAE.

4En 1927, le Service d’éditions de l’IC se vante d’être présent dans 40 pays et de publier en 47 langues8. En 1929, il existe 18 maisons d’édition liées au Komintern dans 16 pays9. Le Parti communiste allemand dispose de deux maisons d’édition en 1927 : Verlag für Literatur und Politik, pour les publications théoriques, et Neue Deutsche Verlag10, liée au monde syndical. À celles-ci il faut ajouter les éditions « parallèles » que sont Verlag Carl Hoym à Berlin11 et Taifun à Francfort. En 1929, le Parti communiste anglais travaille avec deux maisons d’édition, toutes deux à Londres : Martin Lawrence Ltd et Modern Books Ltd. Les communistes américains ont leur propre structure, International Publishers, à New-York depuis 1924. D’autres partis stratégiquement importants sont moins bien dotés en raison de la répression qui les frappe : les centres d’édition du Parti communiste italien (Edizioni italiani di cultura sociale) et espagnol (Ediciones Europa-America12) sont à Paris. D’autres enfin sont insuffisamment développés pour avoir une activité éditoriale propre : les Chinois dépendent des publications allemandes et russes ; les principaux centres d’édition d’Amérique latine se trouvent au Mexique (El Machete) et en Argentine (La Internacionale)13. Pour certains titres et pour certaines langues, dans le cas où le parti communiste de tel ou tel pays est trop faible ou menacé, le Service d’éditions de l’IC prend en charge directement des publications. Il envoie certains de ces livres en France aux éditions du PCF, à la librairie du Secours rouge international, ou à d’autres organisations14. D’où de nombreux courriers entre le commissariat de police de la gare du Nord, où arrive bon nombre de colis de ce genre, le ministère de l’Intérieur et le quai d’Orsay. C’est ainsi qu’arrivent en août 1931 84 exemplaires d’une brochure sur le VIe congrès de l’IC en polonais, destinés à la librairie du Parti communiste français, et sans doute, comme le craint le ministère des Affaires étrangères, « à subordonner la main-d’œuvre polonaise que nous employons dans notre industrie et dans notre agriculture15 ».

  • 16 Dossier Hugo Eberlein, 200100216/36/917, CAC ; - Komintern : l’histoire et les hommes. Dictionnair (...)
  • 17 Document 1er février 1929, 495/78/52, RGASPI.

5Le Service d’éditions de l’IC finance la propagande à l’étranger, dispose d’un service de traduction in situ et envoie des manuscrits prêts à être publiés par les sections nationales. Ses archives comportent des dossiers de suivi statistique, véritable outil de contrôle politique. D’après le plan d’éditions établi pour les années 1929-1930, les publications en français sont en troisième position derrière la production allemande et anglo-saxonne. Les différences d’un point de vue quantitatif entre pays montrent qu’il n’y a pas de politique éditoriale appliquée uniformément. Toutefois, il y a bien la volonté d’aboutir à cette uniformité. Les liaisons sont assurées par le WEB et des individus comme Hugo Eberlein qui est chargé en 1928 des questions de presse et d’édition, et notamment de leur financement16. En 1933, Johannès Wertheim, dit le « camarade Bertrand », lui succède. Sa couverture est d’être éditeur, responsable de la filiale des éditions communistes allemandes, Verlag für Literatur und Politik, à Vienne17. Le Service d’éditions de l’Internationale communiste organise l’édition et la diffusion pour le Komintern : c’est un service technique et non un centre de décision. Il exécute des directives émanant probablement du Comité exécutif, mais pas seulement. Il doit aussi tenir compte d’autres acteurs.

  • 18 M. Kreps [Krebs]. « Dix années d’édition de l’IC ». Internationale communiste. Mars 1929, p. 314-3 (...)

6Si les structures éditoriales des sections nationales dépendent clairement du Service d’éditions du Komintern, il existe des liens, indirects ou directs, avec des organismes soviétiques, ce que M. E. Krebs souligne en 1929 : « L’Institut Marx et Engels, l’Institut Lénine, l’Académie communiste fournissent déjà et promettent encore de nombreux matériaux précieux devant être traduits dans les langues des autres sections de l’IC18. » Les archives du Service d’éditions montrent effectivement que ces organisations n’hésitent pas à intervenir dans l’élaboration des plans d’édition.

7Pour le pouvoir soviétique, deux priorités s’imposent en matière de formation : former une main-d’œuvre qualifiée et former une nouvelle élite nourrie de marxisme. Mais la priorité donnée à la formation des militants bolchéviques n’empêche pas l’existence de débats philosophiques sur le marxisme, auxquels participent des intellectuels de tendances diverses. La culture, et en particulier la littérature, intéresse moins le pouvoir, alors que les débats entre les intellectuels soviétiques sont intenses. Dans les deux cas, le stalinisme constitue une rupture, faisant de l’État le seul juge des activités de la pensée.

  • 19 R. Zapata. La Philosophie russe et soviétique. PUF, 1988, p. 42, 94 et 101.
  • 20 R. Zapata. « Publications des œuvres de Marx après sa mort, 1883-1935 ». 1883-1983 : l’Œuvre de Ma (...)
  • 21 J.-P. Lefebvre. « Présentation d’un corpus ». 1883-1983 : l’œuvre de Marx un siècle après, PUF, 19 (...)
  • 22 « Rapport de Riazanow sur l’édition des œuvres de Marx et Engels ». Bulletin communiste, 8 août 19 (...)
  • 23 Ainsi, à l’été 1923, il rentre de Berlin avec 7 000 clichés photographiques Au début des années tr (...)
  • 24 Les Français en sont informés très rapidement, comme le montre l’article de L’Humanité du 27 févri (...)
  • 25 R. Zapata. « Publications des œuvres de Marx après sa mort, 1883-1935 ». 1883-1983 : l’œuvre de Ma (...)

8De 1922 à la fin des années vingt, les débats philosophiques engagent différents courants. Le Parti communiste reste en retrait, jusqu’en en 1931, lorsque triomphent l’« orthodoxie dans le domaine du matérialisme dialectique » et la théorie des deux sciences, qui constitue la nouvelle philosophie d’état, suivie en 1932 par la publication des premiers manuels19. Dans ces débats, deux institutions dominent : l’Institut Marx-Engels et l’Institut Lénine. Pour les bolcheviks, accaparer les œuvres de Marx au détriment des socio-démocrates était impératif20. Au sein du Gosizdat, les éditions d’État, a été créée en 1920 une commission spéciale dite « commission Marx », qui s’attelle à une édition des œuvres de Marx et Engels prévue en 28 volumes. L’expérience s’arrête provisoirement en 192221. En 1921, est fondé l’Institut Marx-Engels (IME), placé sous la direction de David Borisovitch Goldendach dit Riazanov. Né en 1870, D. Riazanov milite depuis la fin des années 1880, a connu la prison et l’exil, et se passionne pour la pensée socialiste. Il a d’ailleurs travaillé pour le PSD allemand avant-guerre à une édition d’œuvres de Marx. La mission première de l’IME est d’éditer en allemand les premières œuvres complètes de Marx et Engels, dans la Marx-Engels Gesamtausgabe (MEGA), en 40 volumes environ. Ce projet de « monument » éditorial est présenté lors du Ve congrès de l’IC en 192422. Pour l’édifier, D. Riazanov organise la collecte d’archives et les rassemble à Moscou23. Suite aux débats de plus en plus violents sur le marxisme-léninisme, D. Riazanov est arrêté en janvier 1931 pour être remplacé par Victor V. Adoratsky24. L’arrivée des Nazis au pouvoir en 1933 démantèle une bonne partie du réseau intellectuel et scientifique de son prédécesseur. La MEGA est interrompue en 1935, avec seulement 12 volumes publiés25.

  • 26 R. Zapata. Luttes philosophiques en URSS, 1922-1931. PUF, 1983, p. 325.
  • 27 C. Delacampagne. Histoire de la philosophie au XXesiècle. Le Seuil, 2000, p. 128-129.

9La naissance du « marxisme léninisme » modifie la mission de l’IME en 1931, qui, en fusionnant avec une autre institution, l’Institut Lénine26, devient l’Institut Marx-Engels-Lénine (IMEL), symbole de la stalinisation de la philosophie. Ce processus est couronné par l’édition en 1938 de Matérialisme dialectique et matérialisme historique de Staline : ce qu’on appelle désormais le « diamat » est la philosophie officielle de l’État soviétique, et permet à Staline de se faire continuateur de la pensée de Lénine, et par ricochet de Marx lui-même27.

  • 28 Il est dirigé d’abord par L. Kamenev puis par I. I. Skortsov-Stepanov de 1926 à sa mort en 1928. L (...)

10À la suite du congrès de 1923 du PCUS, qui lançait une nouvelle campagne pour la formation idéologique des Soviétiques, l’Institut Lénine avait été créé dans le but de publier tout ce qui avait trait à l’œuvre de Lénine28. L’Institut publie une première édition des Œuvres complètes de Lénine en 24 volumes. En 1927, il entreprend une seconde édition de 1927 à 1937, en 31 volumes.

  • 29 M. Aucouturier. Le Réalisme socialiste. PUF, 1998, 128 p.
  • 30 S. Cœuré. La Grande Lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique, 1917-1939. Le Seuil, 1999, (...)
  • 31 M.-C. Humbert-Dayen. L’URSS et les conventions internationales sur le droit d’auteur et les droits (...)

11Le livre a bien entendu un rôle premier en matière de littérature romanesque. Différentes organisations mènent le débat sur les relations entre art et politique : le Proletkutl en 1917, l’Association panunioniste des écrivains prolétariens (VAPP) en 1921, l’Association des Écrivains prolétariens de Russie (RAPP) en 1928. Comme en philosophie, le PCUS intervient progressivement dans les débats, avec en point d’orgue le premier congrès des écrivains soviétiques en août 1934. Sont alors abolies les différences entre écrivains prolétariens et compagnons de route et surtout est introduite la notion de « réalisme socialiste », terme flou mais politiquement redoutable car il « permet de soumettre à la tutelle du Parti l’ensemble du domaine de l’art29 ». Cette vie politico-littéraire est un peu connue à l’étranger grâce à plusieurs institutions, utilisées par l’URSS et le Komintern qui cherchent en particulier à toucher les milieux non communistes. La VOKS (Société panrusse pour les relations culturelles avec l’étranger) est ainsi créée en 1925 à l’initiative du Commissariat du peuple aux Affaires étrangères et de l’Internationale communiste30. Le commerce de la librairie dans son ensemble passe par son Bureau de presse. Dans les années trente, elle fonde un organisme spécifique chargé de négocier les droits d’auteurs soviétiques, l’Agence littéraire et musicale31.

  • 32 J.-P. Morel. Le Roman insupportable. L’Internationale littéraire et la France (1920-1932). Gallima (...)
  • 33 Op. cit., p. 364 et 378.
  • 34 Bureau de l’UIER. « Document. Créons la littérature de la révolution mondiale ! Rapport au camarad (...)

12Le Komintern participe directement au développement d’autres organisations culturelles. Parallèlement au IVe Congrès, en juin 1924, un « groupe international d’écrivains et de poètes prolétariens rattachés au Komintern » est constitué, avec deux institutions : l’Union internationale de littérature prolétarienne et un « Bureau de liaison de la littérature prolétarienne auprès du Komintern » qui vise au développement de la littérature prolétarienne en Occident, avec l’aide des Partis communistes et de la VAPP32. L’IC participe également à l’organisation du Congrès des écrivains prolétariens, à Kharkov en novembre 193033. À l’issue du congrès, l’Union internationale des écrivains révolutionnaires (UIER) remplace le Bureau international de littérature prolétarienne. Un de ses principaux objectifs est de diffuser dans le monde la jeune littérature soviétique34. À partir de 1932 et de la dissolution de la RAPP, l’UEIR est moins active et se concentre sur la lutte contre la guerre et le fascisme.

  • 35 Archives Jules Humbert-Droz. T. II : Les partis communistes et l’Internationale communiste (1928-1 (...)
  • 36 V. Serge. Mémoire d’un révolutionnaire et autres écrits politiques. Op. cit., 2001, p. 706.
  • 37 ESI, s. d., 495/78/37, RGASPI.
  • 38 V. Serge. Op. cit., p. 725 et 913.
  • 39 P. Pascal. Mon journal de Russie : Mon état d’âme, 1922-1926, Lausanne : l’Âge d’homme, 1982, p. 1 (...)
  • 40 P. Pascal. Mon journal de Russie : Russie, 1927, Lausanne : l’Âge d’homme, 1982, p. 194. Karl Rade (...)
  • 41 J.-L. Panné. « L’Affaire V. Serge et la gauche française ». Communisme, 1984, no 5, p. 89-104.
  • 42 H. Peter. « L’appareil du Komintern, 1926-1935 ». Op. cit. ; - Komintern : l’histoire et les homme (...)

13Le monde des traducteurs qui travaillent sur ces textes est une bonne photographie de la vie de ces institutions. J. Humbert-Droz décrit le Komintern comme étant un « appareil considérable de collaborateurs, traducteurs, etc. » qui avec le temps est « devenu pour beaucoup de militants suspects ou pourchassés en raison de leurs sympathies pour l’Opposition un dernier refuge leur permettant de recevoir un peu d’argent35 ». Pour V. Serge, l’IME est un « établissement scientifique de belle tenue », et se souvient également de cette institution comme d’un refuge : « Les hérétiques de toutes sortes, socialistes, mencheviks, ou opposants de gauche ou de droite, trouvaient paix et travail dans [cet] institut, pourvu qu’ils eussent l’amour de la connaissance. […] On arrêtait naturellement souvent ses collaborateurs hérétiques et [D. Riazanov] les défendait avec circonspection36. » C’est le cas de V. Serge lui-même et de P. Pascal37. V. Serge, après avoir travaillé à Berlin puis à Vienne pour La Correspondance internationale, revient à Leningrad en 1925. Fin 1928, il est exclu du PC russe, mais obtient un travail de traducteur au Service d’éditions du Komintern et à l’Institut Lénine où il participe à l’édition en français des Œuvres complètes de Lénine38. P. Pascal travaille aussi pour plusieurs institutions, l’Institut Lénine, l’Institut marxiste-léniniste, la VOKS et le Komintern. Cette multiplicité d’emplois s’explique par le fait que les Soviétiques et kominterniens manquent de cadres qualifiés. P. Pascal se souvient par exemple de « traductions françaises confiées à de vieilles aristocrates qui croient savoir le français39 », et note dans son journal le 9 septembre 1927 : « [Karl] Radek a visité l’Institut [marxiste-léniniste], accompagné de Riazanov. Serait-ce, à lui aussi, son refuge40 ? » Au début des années trente, la répression qui frappe les milieux intellectuels atteint les traducteurs. La situation de V. Serge et celle de sa famille s’aggravent. Arrêté en 1933, il alerte ses amis français, et après la mobilisation de ces derniers réussit à rejoindre la Belgique en 193641. Beau-frère de V. Serge, P. Pascal échappe à la répression et finit par rejoindre Paris en 1933. Mais, en 1932, Franz Morriens, communiste belge, soupçonné de trotskisme et jugé inapte aux tâches qu’on lui confie… est affecté au Service d’éditions42. Nécessité fait loi.

14Au début des années trente, le contrôle de l’État en URSS s’exerce autant sur les organisations éditoriales que sur les organisations intellectuelles, scientifiques et littéraires. L’auteur, étatisé, est désormais, dixit Staline, un « ingénieur des âmes ». Au sein du Komintern comme dans des organisations spécifiquement soviétiques, il y a une même croyance en l’utilité du livre comme support d’éducation et d’acculturation politique. Mais il appartient au seul Komintern de l’expliciter.

La Bolchévisation des éditions du PCF

15Si le Congrès de Tours est l’acte de naissance de la Section française de l’Internationale communiste, la bolchévisation est celui d’une culture et d’une pratique politique nouvelle en France, le communisme, avec un vocabulaire, des symboles, une culture politique spécifiques. À l’issue de son Ve congrès en 1924, l’Internationale porte toute son attention sur la transformation des sections nationales en partis calqués sur le modèle russe, appelées à se « bolchéviser » et à se soumettre à ses décisions.

  • 43 S. Courtois et M. Lazar. Op. cit., p. 90.
  • 44 Op. cit., p. 87.

16Bolchévisation signifie aussi renforcement de l’implantation communiste dans les milieux ouvriers et modification de la composition sociale du Parti communiste. Lors du lancement de la bolchévisation, le Comité central est déjà composé en majorité d’ouvriers (48,51 %), d’un tiers d’individus appartenant à la classe moyenne, et d’environ 15 % d’hommes appartenant aux classes supérieures. Entre les départs, les exclusions et les campagnes de recrutement, le PCF est renouvelé à 70 %43. Lors du congrès de janvier 1925, les deux tiers des délégués sont de jeunes ouvriers44.

  • 45 Procès-verbal de la réunion de constitution de l’appareil de l’Agit Prop central, 12 mai 1925, 495 (...)

17Le PCF adopte un nouveau vocabulaire : Comité central, Secrétariat, Bureau politique, régions et rayons. Il doit se plier aux décisions prises au niveau international, et ses militants se soumettre aux décisions prises unanimement (le centralisme démocratique) par la direction. En mars 1924, le Comité directeur décide de créer des « cellules d’usine », pour réaliser de manière à la fois concrète et éminemment symbolique la fusion entre « théorie et pratique », entre l’action politique et le lieu de l’exploitation. À l’image du Komintern, le PCF se dote d’une nouvelle Section d’Agit-prop en janvier 1925. La Section est composée en sous-commissions. Claude Calzan est désigné responsable de celle des éditions45. Toutefois, l’autorité de la Section d’Agit-prop est limitée : elle n’a aucun pouvoir sur l’Humanité qui dépend directement du Bureau politique puis du Secrétariat du parti. Les éditions ont aussi leur vie propre faisant l’objet de décisions émanant directement du Bureau politique ou du Secrétariat, mais surtout, nous le verrons, du Komintern.

  • 46 Dossier Amédée Dunois (1924-1925), 20010216/27/635, CAC ; - Lettres de Amédée Dunois à Marcel Mart (...)
  • 47 D’après Marcel Body, Labarre s’appellerait en réalité Dumont, qui aurait fait un passage aux éditi (...)

18Le choix des hommes traduit-il une nouvelle orientation politicoéditoriale ? Cela n’est pas flagrant. Plus âgé que B. Souvarine, le nouveau directeur C. Calzan, qui a 48 ans en 1924, est de la même génération qu’A. Dunois. Militant de longue date, socialiste depuis 1906, il est professeur d’allemand. C’est également un ancien zimmerwaldien. En 1924, il est élu membre suppléant du Comité directeur et fait partie du comité de rédaction de L’Humanité. Ses responsabilités se multiplient, prouvant la confiance qu’il inspire : au début de l’année 1925 il cumule la direction de la Librairie de l’Humanité, des Cahiers du bolchevisme et des responsabilités au sein de L’Humanité et de la Section d’Agit-prop qui vient de se mettre en place. Ses relations avec A. Dunois sont elles aussi déplorables. En 1929, ce dernier quitte les éditions, et, chargé de la liaison entre l’ambassade d’URSS et le PCF, il travaille notamment pour l’IME jusqu’en 192946. Un certain Labarre devient responsable des « traductions », fonction essentielle47.

  • 48 Procès-verbal de la réunion de constitution de l’appareil de l’Agit Prop central, 12 mai 1925, 495 (...)

19L’organisation de la section d’agit-prop française permet de rappeler et préciser la raison d’être des éditions, « assurer l’édition des ouvrages de doctrine, de propagande, travailler en liaison intime avec la sous-section d’agitation et en général avec toutes les commissions du Parti », de « produire des éditions populaires à des prix bon marché », et d’« organiser d’une façon rationnelle la diffusion de toutes nos publications en organisant tout un réseau de dépôts, de colporteurs et en faisant travailler l’appareil du Parti à tous les échelons48 ». Les éditions sont un service technique, qui assure l’édition des textes, travaille en liaison, produit, organise… Il ne crée ni ne décide rien.

  • 49 D. Tartakowsky. Les Premiers Communistes français, Op. it., p. 110-111 et 120-135.
  • 50 Y. Siblot. La Formation politique des militants ouvriers : les écoles élémentaires du Parti commun (...)
  • 51 J. Bouquin. « La Bibliothèque d’éducation léniniste ». L’Humanité, 9 mars 1925, p. 3.
  • 52 Librairie de l’Humanité, 2e édition, 1925, 176 p. (Bibliothèque communiste). Pour la 2e édition, l (...)
  • 53 « Un manuel élémentaire du communisme ». L’Humanité, 4 décembre 1929, p. 6.
  • 54 La première édition fut imprimée à 5 000 exemplaires.

20La responsabilité de la Librairie dans l’éducation politique des militants est néanmoins confirmée. Cette tâche est devenue essentielle avec la bolchévisation. Certes le PCF avait fondé des écoles en 1924-1925, qui accueillaient déjà une centaine d’élèves. Les cours étaient souvent préparés à partir de modèles envoyés depuis Moscou, axés sur l’apprentissage de la théorie marxiste-léniniste et la culture générale, répartis entre des cours magistraux, des travaux en groupe et des travaux plus pratiques49. À partir de 1925, l’organisation se complexifie : écoles pour les cadres, écoles élémentaires pour les militants, cercle d’études, cours par correspondance. Le contenu évacue les questions de culture générale mais la pédagogie demeure marquée par celle de l’école républicaine50. Pour soutenir ce nouvel enseignement, la Section d’Agit-prop et les éditions promeuvent un nouveau type de texte dans la culture militante française, le manuel. Toutefois, lancée pour répondre aux besoins d’éducation militante, la collection « Bibliothèque d’éducation léniniste », ne comporte finalement que deux titres : Rôle et méthode de l’enseignement léniniste et ABC de la politique communiste (« à la fois un guide du professeur et un manuel pour les élèves51 ») de A. Bernard (A. Kurella) ; ABC du communisme de N. Boukharine52. En 1929, le BE publie le Manuel élémentaire du communisme, qui, à peine paru, est menacé par les incertitudes politiques qui agitent le Komintern53. Il faut attendre 1932 pour que le PCF renoue avec ce type de texte en éditant Que veulent les communistes ?, brochure qui regroupe quatre cours élémentaires, qui sera rééditée à deux reprises en 1934 et 193554. Le bilan éditorial est donc limité. Deux raisons à cela : la volonté d’uniformiser l’éducation politique des militants n’impose pas de multiplier les titres ; surtout le Komintern souffle le chaud et le froid sur ce qui peine à devenir un catalogue.

  • 55 Comité central, 25 juin 1925, IML, 93, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 56 S. Pey. Structures internes et rythmes de développement de la section d’agitation et de propagande (...)

21La direction du PCF est censée décider du plan d’éditions, mais au quotidien elle donne des consignes assez vagues. A. Treint parle de « la publication d’œuvres de Lénine, de Boukharine etc. de brochures pour soutenir les campagnes d’agitation du parti » et André Marty appelle, lui, à celle de « Guesde, de Lafargue etc.55 »… Le Comité central n’est pas plus précis : « brochures à grande diffusion, expliquant toutes les tâches du Parti et répondant à tous les besoins » et « ouvrages de doctrine, de manuels englobant les pages choisies de livres chers ou épuisés56 ». On réaffirme régulièrement l’importance des manuels et des textes à bas prix, liés à un contexte politique a priori national. Il n’est pas question d’œuvres théoriques dans leur édition complète.

  • 57 Lettre de Claude Calzan au Service d’éditions de l’IC du 27 août 1925, IML, 101, Fonds PCF, AD Sei (...)
  • 58 Il avait travaillé comme secrétaire de rédaction dans La Revue communiste de C. Rappoport et surto (...)
  • 59 Lettre de C. Calzan, 28 janvier 1927, IML, 221, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

22C’est bien Moscou qui décide, par l’envoi de textes, envois qui sont rarement contestés par l’autorité politique française. Or, le poids croissant de l’IC sur les éditions a de lourdes conséquences sur leur travail. C. Calzan se plaint ainsi constamment de l’illisibilité des manuscrits envoyés. Dans une lettre datée du 27 août 1925, il écrit au Service d’éditions de l’Internationale : « J’attire à nouveau votre attention sur les traductions que vous m’envoyez, aussi bien d’articles que d’ouvrages. Elles laissent beaucoup à désirer. Il y a intérêt à ce que nous assurions nous mêmes ces traductions. On y gagnerait au point de vue argent et au point de vue rapidité d’exécution57. » Constituer une équipe de traducteurs à Paris est laborieux : en 1927, C. Calzan se plaint qu’on lui ôte Marcel Ollivier58, Robert Petit et Mita, alors qu’il est submergé de travail. Il a même été obligé de recruter Michel Marty, bien que « sa connaissance de l’allemand laisse encore à désirer59 ».

  • 60 Bureau politique, 23 juillet 1924, IML, 64, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 61 Bureau d’organisation, septembre 1924, IML, 65, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 62 Situation financière au 31 juillet 1924. Budget général du PCF, du 1er août 1934 au 31 décembre 19 (...)
  • 63 Note, 23 mai 1925, F7 12897, CARAN.
  • 64 Graphique 1.

23Le 23 juillet 1924, George Marrane est chargé par le Bureau politique d’établir « le bilan après inventaire des éditions et de la librairie » pour la fin septembre60. Celui-ci s’avère catastrophique, et G. Marrane avance comme explication « la confusion des trois budgets : éditions du Parti, éditions de l’Internationale Communiste et compte d’exploitation61 ». En effet, le Service d’éditions de l’IC ne fournit pas seulement les textes à publier mais aussi les fonds nécessaires pour leur composition et leur impression, argent que les Français doivent rembourser sur les ventes des ouvrages. « Actuellement, écrit G. Marrane, à la Librairie de l’Humanité, les bénéfices bruts sur vente ne couvrent pas les frais généraux. […] Gênée dans sa trésorerie par les pertes antérieures et par les augmentations nécessaires du stock, la librairie ne peut satisfaire au paiement à la caisse des éditions de l’IC, du montant des livres vendus62. » D’après la police, la Librairie de l’Humanité connaît 80 % de pertes en mai 192563. Ventes insuffisantes ou problème de liquidité ? La croissance de la production est un fait indéniable. L’année 1925 (62 titres) est trois fois supérieure à 192164. Or, il faut engager des frais pour le papier, la composition et l’impression de ces livres et brochures, dans une période d’inflation.

  • 65 En euros constants. Bureau d’organisation, 30 juin 1925, IML, 100, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 66 Il est administrateur de L’Humanité. Notice biographique, Dictionnaire biographique du mouvement o (...)
  • 67 Bureau d’organisation, 4 août 1925, IML, 100, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 68 Bureau politique, 6 février 1926, IML, 149, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

24Pendant l’été 1925, la situation financière et les nécessités politiques conduisent à des décisions radicales. Le 25 juin 1925, C. Calzan expose devant le Bureau d’organisation un projet, élaboré par ou avec le Komintern : « L’IC est très mécontente de la façon dont cet appareil est organisé en France. Il est question de créer un appareil en charge spécialement des éditions de l’IC ce qui, pratiquement, aboutirait à démolir le service actuellement existant au Parti. » Il réclame la création d’« une maison d’édition qui centraliserait les travaux des diverses organisations » et un « appareil de diffusion ». Tout cela permettra de « facilement doubler notre vente et réaliser des bénéfices ». Il prévoit ainsi de multiplier le chiffre d’affaires par deux, passant de 204 000 à 408 000 euros65. La direction du Parti nomme alors une commission (Gabriel Sauvage, Georges Marrane, Robert Seux66 et Claude Calzan), qui doit compléter et donner son avis sur le projet le 4 août. Pour la partie éditoriale du projet, la commission prévoit sept employés, dont un traducteur de russe, un traducteur d’allemand et d’anglais et un « rédacteur-correcteur ». Quant à la diffusion elle précise en particulier que la « société de presse et d’éditions », chargée de toutes les publications nationales et internationales « ne recherche pas de bénéfices et édite à juste prix, de façon à livrer au service d’édition et de publicité à raison de 50 % [de remise] ». Le projet est accepté, mais le Bureau d’organisation renvoie la question financière au Secrétariat67. Enfin, le 6 février 1926 C. Calzan est « autorisé à se rendre à Berlin et à Moscou pour régler la question de la librairie et du service des éditions68 ». Le Komintern a donc eu le dernier mot sur les suites du projet.

  • 69 Extrait du registre du Tribunal de commerce de Paris, no 40144, 22 juillet 1926, Arch. de Paris.
  • 70 On trouve à cette même adresse également les éditions du Parti communiste italien, les Edizioni it (...)
  • 71 ESI, SARL, Statuts, D31 U3, acte no 96/2851, Arch. de Paris. Les gérants sont officiellement Josep (...)

25En juillet 1926, le Parti communiste dispose d’une nouvelle maison d’édition : le Bureau d’Éditions, de Diffusion et de Publicité (BEDP), qui est constitué de deux secteurs, éditions et diffusion, comme l’indique sa raison sociale69. À partir d’août 1926, le BEDP s’installe au 132, rue du Faubourg Saint-Denis, dans le Xe arrondissement70. L’année suivante est créée une deuxième entreprise, les Éditions sociales internationales (ESI), dont la constitution légale en décembre 1929 est tardive par rapport à leur apparition réelle. Elles s’installent au 3, rue Valette, dans le Ve arrondissement71. La raison d’être des ESI est l’édition des œuvres complètes de Lénine et de la littérature romanesque soviétique.

  • 72 Dossier Libert Cical, 495/270/7450, RGASPI.
  • 73 Joseph, Achille, Maurice et Cécile. Renseignements fournis par Claude et Françoise Cical.
  • 74 Dossier Cical, 19940438/7/604, CAC ; - Dossier de naturalisation de L. Cical, JO 324-1977, 30 juin (...)
  • 75 En mars 1926, il est administrateur de la coopérative de consommation la Vente populaire, IML, 174 (...)
  • 76 Rapport soumis à l’IC par le Secrétariat intérimaire du P.C. français, 27 juin, 1924, IML, 67 ; - (...)

26Dans la déclaration au Tribunal de commerce de Paris du BEDP, un nouveau nom, « Cical Lebert », apparaît. Contrairement aux gérants officiels des ESI, qui sont des hommes de paille, Libert (ou Liebert, ou Lieber) Cical est réellement responsable de la gestion du BEDP, tandis que C. Calzan est chargé des aspects éditoriaux et politiques. Il aurait été nommé administrateur du BEDP grâce à Pierre Semard72. Libert Cical, né en Roumanie en 1892, est arrivé en France en novembre 1913, avec ses trois frères, sa sœur73 et sa mère. Il travaillait comme ouvrier électricien. À la déclaration de guerre, il s’engagea dans la Légion étrangère où il était chargé des transmissions. Gazé, il fut décoré de la croix de guerre avec 7 citations. Libéré en février 1919, il est naturalisé en 1922. Il suit des cours du soir au Conservatoire des arts et métiers. Il aurait adhéré PCF en décembre 192074. L. Cical a eu des responsabilités dans le milieu coopératif75. Il était également directeur de l’imprimerie du PCF, l’Imprimerie centrale, dans le XIIIe arrondissement76. Par ses multiples responsabilités, L. Cical a fait montre de sa capacité à assurer des tâches de gestion.

  • 77 Lettre de C. Calzan, 28 janvier 1927, IML, 221, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 78 « Conversation avec Gaston Bensan », par F. Eychart. Annales de la société des amis de Louis Arago (...)
  • 79 Op. cit.

27Mais son rôle dépasse rapidement celui de responsable administratif. C. Calzan multipliant les absences en raison de problème de santé dès 1925, L. Cical est obligé de le remplacer77. Lors du Ve congrès du PCF en juin 1926, Calzan n’est pas réélu membre du Comité central. Accusé de « travail fractionnel » par le Bureau politique, il subit un quasi-procès le 25 janvier 1927. Gaston Bensan confirme le poids de Cical dans les éditions à cette époque : « Du fait du caractère de Calzan, c’est Libert Cical qui assumait la responsabilité, aussi bien pour l’administration que pour les parutions78. » C. Calzan, disparaissant des éditions en 1928, est remplacé par Labarre comme responsable éditorial. Mais Cical prend l’ascendant sur l’ensemble, par sa personnalité qui va se révéler par la suite exceptionnelle : « C’était un homme dur, déclare G. Bensan, sévère pour lui et pour les autres. C’était un travailleur acharné79. » Depuis le départ de B. Souvarine, le PCF a recouru à des techniciens de la propagande, des exécutants. Désormais, il se repose sur L. Cical, militant sans lien avec la SFIO d’avant 1920, technicien pur et dur, ouvrier autodidacte. Les hommes placés à la tête des éditions doivent être des interlocuteurs dociles pour le Service d’éditions de l’Internationale et la direction du PCF. Ce que sera imparfaitement Cical.

Lénine, Marx, le roman soviétique : le domaine réservé du Komintern

  • 80 Bibliographie de la France, no 5, 4 février 1927, p. 514 et no 52, 30 décembre 1927, p. 5921.
  • 81 « Conversation avec Gaston Bensan », par F. Eychart. Op. cit.

28La création des ESI était justifiée par le lancement de deux entreprises, l’édition des Œuvres complètes de Lénine et celle des premiers romans soviétiques. L’édition des Œuvres complètes de Lénine est annoncée aux libraires français dès février 1927, avec 30 volumes, à raison de 4 volumes par an80. « Cette partie internationale [des éditions], témoigne G. Bensan, était vraiment indépendante du Parti français81. » Or, le contrôle quotidien du Service d’éditions de l’IC va se révéler ubuesque.

  • 82 Institut Lénine, Lettre aux membres du præsidium de l’IC, 11 avril 1929, 495/78/54, RGASPI.
  • 83 ESI, [listes d’ouvrages à éditer], [1928], 495/78/37, RGASPI.
  • 84 P. Pascal. Mon journal de Russie : Russie, 1927. Op. cit., p. 56 et 173. Le censeur était Walecki. (...)
  • 85 Lettre [du SE de l’IC], 11 mars 1929, 495/78/48-1, RGASPI ; - Lettre de Labarre du 6 avril 1929, 4 (...)

29Pour cette entreprise, le Service d’éditions de l’Internationale a constitué en son sein une « Section léniniste82 ». À Moscou, les deux hommes en charge de la traduction sont P. Pascal et V. Serge, qui ne sont pourtant pas alors en odeur de sainteté politique83. P. Pascal note dans son journal le 13 août 1927 : « Je revois le tome XIV de Lénine traduit par Victor Serge, j’y joins les notes de la nouvelle édition russe – qui sont presque aussi nulles et aussi inintelligibles que possible (l’Institut Lénine fecit !). Le tout à la vitesse obligée de 25 pages par journée […] car il faut que le volume paraisse pour le 7 novembre, et il y a 632 pages. » Les traductions sont réexaminées avec minutie. Les Œuvres choisies de Lénine qu’il a également traduites subissent l’examen attentif d’un censeur qui, raconte-t-il, « a bien flairé toutes les phrases un peu sujettes à caution », même pour une « correction de rien du tout84 ». Le manuscrit revu et corrigé est envoyé à Paris, où le texte est préparé et composé. Après relecture et composition, les épreuves repartent pour Moscou, où est signé le bon à tirer envoyé par télégramme, y compris pour les pages de titre85.

  • 86 Voir par exemple Contre la guerre impérialiste, d’André Marty (BE, 1932). Deux pages d’errata ont (...)
  • 87 Lettre du 25 juillet 1929, 495/78/48-3, RGASPI.
  • 88 BE, 1930.
  • 89 Lettre du 21 novembre 1929, 495/78/48-3, RGASPI.
  • 90 Sofronova, Lettre du 27 juin 1929, 495/78/48-2, RGASPI. Il s’agit ici de Impérialisme contre commu (...)
  • 91 Lettre du 10 octobre 1930, 495/78/54, RGASPI.
  • 92 Lettre de Labarre, 26 novembre 1928, 495/30/601, RGASPI.
  • 93 En francs courants. H. Lozeray, Rapport sur les Éditions, [1931], IML, 454, Fonds PCF, AD Seine-St (...)
  • 94 Lettre de Labarre, 14 janvier 1929, 495/30/601, RGASPI.
  • 95 Lettre de Labarre, 26 novembre 1928, 495/30/501, RGASPI.
  • 96 Lettre [de L. Cical] du 13 avril 1929, 495/30/501, RGASPI.

30Cette organisation complexe montre rapidement ces limites. Ce souci extrême du contrôle n’empêche pas les contresens, coquilles et autres erreurs d’impression86. Face à la médiocre qualité des traductions, le Komintern demande de plus en plus souvent aux ESI de prendre en charge une part de la « rédaction » c’est-à-la remise en forme du texte87. En 1929, le livre de V. Molotov, L’Édification du socialisme88, est préparé ainsi : « Nous vous prions d’être assez aimables pour vouloir bien corriger, à l’aide de la brochure russe, les fautes qui pourraient avoir été laissées dans le texte, afin d’obtenir une brochure aussi parfaite que possible89. » Certains titres moins importants mais dont l’édition doit être faite en urgence ont droit à une traduction établie en France même, ce qui permet en principe de gagner du temps90. À Paris, on y consent difficilement91 : il n’est pas aisé de trouver des « rédacteurs » compétents et surtout le risque est grand. Il est politique (en réalité seul le Komintern a l’imprimatur) mais aussi financier car l’IC ne se prive pas de demander ensuite des corrections après composition, la correction sur plombs étant la plus onéreuse92. Le tome IV des Œuvres complètes de Lénine, paru en 1929, a ainsi coûté 15 360 francs en composition et… 11 530 en correction93. Labarre réagit vivement : « À l’avenir, quelles que soient les indications ou les assurances que l’on nous donne, nous ne ferons rien composer avant une révision soigneuse, complète de chaque ouvrage au point de vue orthographe et ponctuation94. » Une équipe de « consulteurs » est finalement constituée à Paris : « Le premier Parijanine, connaissant le russe et le français, veillerait plus spécialement au sens. Le deuxième (Gayman, rédacteur à L’Humanité et licencié en mathématiques) et le troisième (L. Delaye, étudiant employé au service de documentation du PC) ne connaissant pas le russe, signaleraient les lourdeurs, les obscurités, etc. et feraient des suggestions95. » Le fait que le PCF recourt aux talents de traducteur de Maurice Parijanine alors qu’il fait partie de l’opposition au sein du Parti et qu’il travaille aussi pour les éditions Rieder, montre la difficulté de trouver des militants et fiables et qualifiés. En 1929, les ESI engagent P. Marion comme « consultant » et Blanc comme « traducteur-rédacteur96 ».

  • 97 Lettre de Labarre, 11 mai 1929, 495/30/601, RGASPI.
  • 98 Le PCA est présenté comme le bon exemple : à la même date, les communistes allemands déclarent avo (...)
  • 99 495/78/95, RGASPI.
  • 100 Lettre du 21 décembre 1929, 495/30/601, RGASPI.
  • 101 De 1925 à 1930, sont indiqués : Marie Borissov ; Z. Lvoski ; Maurice Parijanine ; Mir ; V. Goriely (...)

31Dans ces conditions, l’édition des Œuvres complètes prend fatalement du retard. Dès le tome VII, le premier paru, les ESI trichent : l’achevé d’imprimer indique 1928 alors que le livre paraît en réalité en 1929, afin de respecter les engagements envers les souscripteurs97. Sur les 30 volumes prévus, seuls 8 sont finalement publiés : 3 en 1928 (tomes VII, XIII et XX), 1 en 1929 (tome IV), 2 en 1930 (tomes X et XXI), 1 réédition en 1933 (tome XIII), 1 en 1934 (tome VIII) et 1 en 1935 (tome XXV)98. Le 15 février 1932, le Service d’éditions du Komintern adresse un courrier aux ESI qui en dit long sur les difficultés rencontrées. Pour le tome VIII, il demande « s’il ne serait pas préférable de l’éditer ici ». Idem pour le tome XX car il désire « le faire entièrement revoir » et pour cela réclament les deux jeux d’épreuves, les bonnes feuilles et la correspondance. Enfin, pour le tome XXV qui « est très en retard », il s’estime « handicapé du fait que certains changements apportés dans l’édition russe ne sont pas encore mis entièrement au point ; or, il nous faut absolument en tenir compte99 ». Si l’organisation explique cet échec, la politique y a aussi sa part. La fusion de l’Institut Lénine avec l’IME en 1931 a perturbé l’entreprise. De même, la répression qui touche les milieux intellectuels met le Service d’éditions dans l’embarras : « Pour des raisons que nous vous ferons connaître par la suite il a été décidé qu’à l’avenir les noms des traducteurs et rédacteurs des œuvres complètes de Lénine ne figureront plus », est-il écrit à Paris100. L’année suivante les noms des traducteurs qui sont encore mentionnés changent totalement101.

  • 102 Lettre de Labarre, 25 janvier 1929, 495/30/601, RGASPI.
  • 103 Lettre [du SE de l’IC], 11 mars 1929, 495/78/48-1, RGASPI.
  • 104 Lettre aux membres du præsidium du CE de l’IC, 11 avril 1929, 495/78/54, RGASPI.
  • 105 Trois volumes sont parus, établis par P. Pascal, entre 1926 et 1929 au BEDP.
  • 106 Lettre de L. Cical du 16 avril 1929, 495/30/601, RGASPI.
  • 107 M. KR [Mikhaïl Kreps ?]. « Les œuvres de Lénine dans les pays bourgeois ». Internationale communis (...)

32Les éditions « populaires » des œuvres de Lénine rencontrent aussi de multiples difficultés. Lors de leur fondation, les ESI avaient créé la collection la « Bibliothèque marxiste », qui devait accueillir tous les idéologues du Komintern, à un prix relativement élevé (entre 12 et 25 francs). Labarre ne souhaite pas éditer en priorité Lénine comme il l’explique en 1929 : « Publier maintenant, dans la “Bibliothèque marxiste”, L’Impérialisme, l’État et la révolution ou La Maladie infantile nuirait à la vente de l’ancienne édition, dont il reste en stock des quantités importantes. Le seul volume que l’on pourrait rééditer en ce moment serait Sur la route de l’insurrection, dont il reste relativement moins d’exemplaires102. » Finalement, le Service d’éditions à Moscou se résout à retarder la parution de La Maladie infantile du communisme de gauche, l’État et la révolution et L’Impérialisme, dernière étape du capitalisme de Lénine « d’une année environ » puisque ces textes vont paraître dans les Œuvres complètes103. Mais, dans une lettre du 11 avril 1929 adressée aux membres du praesidium du CE de l’IC, le Service d’éditions annonce sa décision de publier « prochainement » des Œuvres de Lénine en 5 volumes104. Apprenant la nouvelle, L. Cical sort de ses gonds : il se dit « un peu surpris » et juge « audacieux » d’en envisager la parution, sachant que six ouvrages de Lénine sont en cours de vente, qu’il y a quatre volumes de Pages choisies105 « dont la parution tardive et incertaine des vol[umes] III et IV, nous rend déjà assez ridicules auprès de nos clients », que des titres sont prévus pour la collection la « Bibliothèque marxiste », qu’il y a les Œuvres complètes en 30 volumes106 … Mais, en 1933, aux yeux du Komintern, les Français demeurent fautifs. « Nous ne voyons jusqu’à présent aucun indice de la publication des Œuvres choisies de Lénine en langue française et les éditions françaises des Œuvres complètes paraissent avec une lenteur inversement proportionnelle à l’allure des événements historiques. Les ouvriers français, les communistes français seraient-ils peut-être réfractaires aux études théoriques ? Nullement ! Il est plus exact de dire que le travail d’éducation du Parti est faible. »107 Le travail du Komintern demeure irréprochable.

  • 108 C. Leckey. « David Riazanov and russian marxism ». Op. cit.
  • 109 « Rapport de Riazanow sur l’édition des œuvres de Marx et Engels ». Bulletin communiste, 8 août 19 (...)
  • 110 495/78/48-3, RGASPI.
  • 111 Information sur le rapport Razianov concernant la publication d’une édition populaire des œuvres d (...)

33De même que l’édition des œuvres de Lénine est contrôlée par l’Institut Lénine, celles de Marx et Engels, jusqu’au départ de D. Riazanov en 1931, sont placées sous la tutelle de l’IME, qui est renommé pour sa rigueur et – ceci expliquant cela ? – la lenteur de ses publications108. Le Ve congrès du Komintern a réaffirmé l’importance de publier les œuvres complètes, et aussi « un choix des œuvres de Marx et Engels109 ». Mais, malgré cela, les initiatives françaises se heurtent à la priorité politique donnée à Lénine et à l’existence de l’IME. Ainsi, le 6 août 1929, Moscou informe que : « Pour ce qui est de l’Origine de La famille d’Engels, il existe une édition russe avec une préface de Riazanov ; mais l’édition dans laquelle il y a aura des notes et qui paraîtra aux éditions de l’Institut Marx et Engels, n’est pas encore prête ; c’est pourquoi nous ne sommes pas à même de vous l’envoyer110. » En novembre 1929, le VIe congrès du Komintern salue la parution du premier tome des Œuvres complètes de Marx et Engels, établi par l’IME, mais souhaite aussi une « édition internationale » de ces œuvres et voir « publier des morceaux choisis de Marx et Engels ». Un calendrier est même fixé : ces éditions doivent être réalisées en deux ans, par le Service d’éditions de l’Internationale et les sections nationales111. Entre 1928 et 1934, 16 textes de Marx et Engels sont alors édités, notamment dans deux collections : la « Bibliothèque marxiste » (initialement fondée par B. Souvarine et reprise par les ESI) remplacée par les « Éléments du communisme » (BE).

  • 112 Lettre du 8 mai 1932, 495/78/98, RGASPI.
  • 113 « Pour le cinquantenaire de la mort de Karl Marx ». Internationale communiste, 15 janvier 1933, no(...)
  • 114 Jacques Duclos, 13 février 1933, Comité central, IML, 586, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

34La fusion de l’Institut Lénine et de l’IME en 1931 ne fait pas disparaître le caractère procédurier de l’édition de ces textes. En mai 1932, on écrit à Paris : « Au sujet des Œuvres choisies de Marx et Engels, vous informons que nous n’avons encore rien de concret jusqu’à présent bien que l’Institut Marx-Engels soit en train de les préparer112. » L’IMEL n’est guère plus rapide que l’IME. En 1933, à l’issue de la XIIe assemblée plénière du CE de l’IC, il est décidé d’une « vaste campagne de popularisation du marxisme et du léninisme à l’occasion du cinquantenaire de la mort du plus grand maître et guide de la classe ouvrière, Karl Marx ». Le Komintern prévoit donc la publication de textes provenant de l’IMEL, qui par ailleurs « doit servir à la plus large popularisation de l’immense héritage laissé par Marx, Engels et Lénine, au renforcement du front théorique de la lutte des classes, ce qui contribuera à redoubler notre force sur les deux autres secteurs : politique et économique113 ». Jacques Duclos déclare même lors du Comité central de février 1933 : « Sans doute notre parti est quelque peu indigent en matière de connaissance marxiste114. » Un effort significatif est fait : en 1933 le BE et les ESI publient 6 textes, contre trois l’année précédente.

  • 115 [Lettre du 16 juillet 1933], IML, 581, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

35Après avoir abandonné le projet en 1924, le PCF va-t-il enfin publier Le Capital ? Le 4 juin 1933, l’IMEL écrit à M. E. Krebs : « Le Bureau d’éditions édite en effet Le Capital sans notre autorisation. Nous n’avons aucune objection à ce que l’édition de La Châtre qui a été revue par Marx soit utilisée dans ce but, mais il nous parait désirable de revoir le texte français parallèlement au texte original allemand afin de corriger certaines fautes d’impression et certaines inexactitudes. » Finalement, l’Institut demande à M. Krebs de faire en sorte que le BE suspende l’édition et de lui rappeler que « tout ce qui concerne Marx-Engels-Lénine ne peut être édité qu’avec l’autorisation et après vérification de l’Institut ». De guerre lasse, les Français abandonnent115 ; les éditions Costes demeurent donc les seules à même de fournir ce livre à Paris.

  • 116 Lettre du Secrétariat romain à la Commission politique, 1er juin 1933, 495/32/129, RGASPI.
  • 117 Lettre du 5 août 1929, 495/78/48-3 RGASPI. Le BE attend pendant deux ans une préface pour Réforme (...)

36Le contrôle de l’IMEL ralentit le rythme des publications et surtout des rééditions. L’Adresse inaugurale est éditée en 1921 puis… en 1933 ; A. Dunois avait traduit en 1922 Critique du programme de Gotha, traduction abandonnée pour une seconde édition en 1933 ; Genèse du Capital est rééditée en 1934, dix ans après sa première édition. La Guerre civile en France, traduite par A. Dunois en 1924, connaît le même sort. Le texte est réédité dans une autre traduction (anonyme) en 1933, dont l’IMEL demande la destruction car il vient d’en établir une nouvelle édition116… Les compétences de l’Institut se sont d’ailleurs étendues aux philosophes des Lumières et à d’autres grandes figures révolutionnaires, empêchant les Français d’éditer de leur propre chef Diderot ou Rosa Luxembourg117.

  • 118 Bureau d’éditions. Catalogue, 1931, p. 7 ; - Pour étudier le marxisme, BE, [1931], 6 p. Il s’agit (...)
  • 119 BE, 1929, 114 p.
  • 120 Cahiers du bolchevisme, 14 mars 1933, no 6, p. 459-464.

37Dans son catalogue de 1931, le BE propose d’envoyer gratuitement à ses clients un guide de lecture, Pour étudier le marxisme : il est composé d’une liste d’ouvrages « en trois degrés d’étude » et « dans l’ordre de difficulté croissante118 ». Le premier degré comporte 13 titres, avec des titres de Engels et J. Guesde mais aussi des manuels comme ceux de C. Rappoport et de A. Bernard (A. Kurella). Le deuxième compte 29 titres et on y trouve J. Jaurès, le Manuel élémentaire du communisme119, des œuvres de Lénine et Karl Kautsky. Le dernier degré comporte 66 titres dont toutes les œuvres de Marx disponibles sur le marché du livre français et Le Capital en douze volumes de Costes, des livres de Plekhanov, Kautsky, Vandervelde, mais quasiment rien de Paul Lafargue… Bref cette liste est un mélange de la littérature marxiste disponible en France à cette date. Faute de pouvoir publier Le Capital, Les Cahiers du bolchevisme, dans leur numéro spécial consacré à Marx, publient un article du nouveau directeur de l’IMEL, V. V. Adoratsky, « Comment lire Le Capital », suivi de 4 pages de bibliographie120.

  • 121 M. Ymonet. « Les Héritiers du Capital : l’invention du marxisme en France au lendemain de la Commu (...)
  • 122 S. Bianchi. « Maurice Dommanget (1888-1976) ». Annales historiques de la Révolution française, 197 (...)

38Qu’il s’agisse des œuvres de Lénine ou de Marx, le soin extrême porté aux textes, à leur traduction et appareil critique, démontre que ces livres fondent la légitimité du Parti communiste. Pour ce, ils doivent remplir des conditions de scientificité définies par le Parti lui-même. Ces conditions une fois remplies, ces éditions constituent des « canons », pour lesquels la caution du champ intellectuel est inutile, canons qui participent à la doctrine sur laquelle repose l’organisation partisane121. L’Internationale préfère d’ailleurs ne pas éditer un texte plutôt que de prendre le risque de ne pas produire une œuvre politiquement irréprochable. Un appareil critique volumineux rassure car il oriente le lecteur vers la bonne lecture du texte. L’attitude pédagogue, non dénuée de paternalisme, de militants comme M. Dommanget, qui préférait la brochure simple, plus accessible au lectorat populaire, au texte avec appareil critique, est désormais considérée comme dangereuse, car elle laisse le lecteur libre d’interpréter le texte, sans aide ni contrôle122.

  • 123 Sur l’introduction du roman russe en France : B. Wilfert. Paris, la France et le reste… Importatio (...)
  • 124 P. Assouline. Gaston Gallimard : un demi-siècle d’édition française. Balland, 1984, p. 123-124 ; - (...)
  • 125 Bureau de l’UIER. « Document. Créons la littérature de la révolution mondiale ! Rapport au camarad (...)
  • 126 Dialogues d’écrivains : pages d’histoire des relations culturelles franco-russes au XXesiècle : 19 (...)

39L’autre raison d’être des ESI est l’édition des romans soviétiques. Les maisons d’édition du PCF ne sont pas en retard par rapport aux éditions dites « bourgeoises » mais ne dominent nullement le « marché ». Depuis la Révolution de 1917, les éditeurs français publient régulièrement des livres sur l’URSS qui présentent les thèses et thèmes les plus variés, y compris sous forme littéraire, même si les débats politico-esthétiques soviétiques échappent totalement aux Français123. Les premiers romans soviétiques sont donc édités par des maisons d’édition « bourgeoises » : à partir d’octobre 1926 dans la collection « Jeunes Russes » dirigée par Boris de Schloezer aidé par Brice Parain chez Gallimard124 ; en 1927 dans la « Collection de la Russie nouvelle » aux éditions Montaigne. Cette situation ne déplait pas aux Soviétiques ni au Komintern : en 1931, l’UEIR ne souhaite pas s’adresser uniquement aux « revues et [aux] maisons d’édition ouvrières » dans la diffusion de la littérature révolutionnaire, mais aussi aux « maisons d’édition bourgeoises de gauche125 ». Du côté du PCF, la question n’intéresse guère et on n’intervient que ponctuellement, laissant le champ libre à H. Barbusse et sa revue Monde126. Il faut attendre l’affaire Barbé-Celor pendant l’été 1931 et la constitution de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), section française de l’UEIR fondée en 1932 pour que le Parti communiste commence à se préoccuper véritablement de littérature.

  • 127 J.-P. Morel. Op. cit., p. 67.

40La lenteur du rythme des publications est saisissante : 22 titres de 1927 à 1934, mais seulement 4 de 1927 à 1929. Le premier titre publié est La Semaine de Iouri Libedinski. Le roman était connu en France depuis 1923, soit un an après son édition en URSS, grâce à V. Serge, et publié en feuilleton dans L’Humanité en 1924127. L’édition en librairie est tardive mais on sent un choix mûrement réfléchi, qui contraste avec la vivacité des débats littéraires. La prudence est de mise, puisque le Parti communiste russe n’a pas encore tranché sur la validité politique de ce roman !

  • 128 Ibib., p. 121-122.
  • 129 Publié en France sous le titre Sur le Don paisible, Payot, 1931.
  • 130 495/78/54, RGASPI.
  • 131 J.-P. Morel. Op. cit., p. 397.

41Le Service d’éditions du Komintern propose aux Français en octobre 1928 d’éditer Bruski de Fiodor Panferov, La Débâcle de A. Fadeïv – modèle du roman prolétarien mis en avant par la VAPP en 1927128 – et Sur le Don paisible de Mikhaïl A. Cholokov129, qualifiés de « meilleures nouveautés de ces derniers temps ». Argument plus commercial que politique, il signale le succès du roman de Cholokov en Allemagne. Dans un rapport sur les années 1928-1929, il est prévu de publier Le Ciment de Fiodor Gladkov, les 10 jours qui ébranlèrent le monde de John Reed et cinq romans dont celui de F. Panferov, Bruski130. Le roman de F. Panferov, publié finalement sous le titre la Communauté des Gueux aux ESI en 1931, a provoqué des débats en URSS, en particulier lors du congrès de Kharkov en novembre 1930, où le courant qu’il représente reçoit finalement le soutien du Parti russe131. Prudentes, les ESI publient ainsi des auteurs estampillés « communistes » et non des « compagnons de route », donc des auteurs qui présentent a priori une certaine garantie politique, contrairement à ceux publiés par les éditeurs « bourgeois ».

  • 132 Lettre de Labarre du 26 novembre 1928, 495/30/501, RGASPI.
  • 133 Lettre [du SE de l’IC], 11 mars 1929, 495/78/48-1, RGASPI.
  • 134 J. Fréville. « Autour du livre de Samy : Les vaincus ». L’Humanité, 24 mai 1932, p. 4.
  • 135 Dialogues d’écrivains : pages d’histoire des relations culturelles franco-russes au XXesiècle : 19 (...)
  • 136 J.-P. Morel, Op. cit., p. 286-287.

42Mais le Service d’éditions de l’IC ne parvient pas à convaincre systématiquement les éditions françaises de la nécessité de publier des romans soviétiques. Dans une lettre de Labarre en novembre 1928, le manque d’enthousiasme des Français est flagrant et les critères de choix très pragmatiques : Le Tourbillon d’Alexandre Demidov et Bruski de F. Panferov sont considérés comme trop longs, alors que le roman de A. Fadeïv La Débâcle « a au moins le mérite d’être relativement court132 ». Les ESI refusent l’année suivante d’éditer un roman de Mikhail Cholokov, Sur le Don paisible133. Les liens entre les éditions du PCF et l’AEAR au moment de la création de l’association sont quasi inexistants134. Ce faible intérêt des éditions du PCF tranche avec les ambitions et les engagements de H. Barbusse135, pourtant attaqué par la RAPP qui le rend responsable en 1929, par la plume de Bruno Jasienski, de la situation éditoriale française : « Ehrenbourg, Pilniak, Babel, Fédine, Seïfoullina sont édités en France par de gros éditeurs bourgeois, alors que les deux ou trois livres d’écrivains prolétariens (Libedinski, Fadeïv, Gladkov) édités par une maison d’édition communiste, sont condamnés au boycott du public bourgeois136. »

  • 137 Le roman parait en deux volumes en 1930 et 1931. Les traducteurs sont V. Soukhomline et S. Campaux
  • 138 B. Parain a adhéré au PCF en 1929 jusqu’en 1933. J.-L. Panné. « Brice Parain et le communisme ». B (...)
  • 139 M. Aucouturier. « Brice Parain et la littérature soviétique ». Brice Parain, un homme de parole. G (...)
  • 140 Traduit par D. Ergaz, dans la collection « Jeunes Russes ».
  • 141 Le traducteur n’est pas indiqué. Le roman est paru dans la collection « Horizon ».
  • 142 K. Radek. « L’Épopée de la collectivisation ». L’Humanité, 25 décembre 1933, p. 4 ; - F. Roubiner. (...)
  • 143 Une correspondance entre L. Cical et G. Gallimard sur cette affaire a été publiée par Monde et la (...)
  • 144 Cette décision correspond cependant à une pratique de plus en plus courante à l’époque qui consist (...)

43En réalité, le poids des éditions « bourgeoises » dans la diffusion de ces œuvres ne gène guère les Soviétiques. Le Komintern charge même les ESI de trouver une autre maison d’édition pour publier le roman de M. Cholokov en France. Ce sera Payot137. De même, il faut rappeler qu’un des responsables de la collection « Jeunes Russes » chez Gallimard est B. Parain, alors membre du PCF138. L’absence de ratification des accords internationaux sur le droit d’auteur par l’URSS explique en partie cette situation : si les Soviétiques pillent allègrement les catalogues étrangers, en particulier scientifiques, les éditeurs occidentaux établissent leur propre réseau de contacts avec le monde littéraire russe, pour y trouver des manuscrits à traduire139. Ainsi, à quelques semaines d’intervalles, les éditions Gallimard et les ESI publient le même roman de M. Cholokov, dans une traduction différente : en octobre 1933 paraît chez Gallimard Les Défricheurs140 et en décembre aux ESI Terres défrichées141. Le Parti communiste tente en vain de dénoncer par voie de presse cette pratique qu’il juge malhonnête142, devant un Gaston Gallimard goguenard qui se sait dans son bon droit143. Les ESI alors insèrent une déclaration « d’authenticité » de l’auteur dans le roman144.

  • 145 C. Rappoport. Une vie révolutionnaire (1883-1940). Op. cit., p. 477.
  • 146 Lettre de Labarre du 7 novembre 1928, 495/30/501, RGASPI.
  • 147 495/30/501, RGASPI.
  • 148 Lettre du 5 août 1929, 495/78/48-3, RGASPI.
  • 149 Lettre du 25 novembre 1929, 495/78/48-3, RGASPI.

44Depuis 1926, les Français ne peuvent rien publier au Bureau d’éditions sans en avoir informé Moscou, et pour les textes publiés par les ESI, sans avoir obtenu son aval. Le fonds même de la Librairie de l’Humanité a été étudié scrupuleusement, examen dont par exemple C. Rappoport a été victime. Sa brochure Précis du communisme est, écrit-il à P. Semard le 9 mars 1927, soumise « à un nouvel examen de l’Internationale (comme on le fait avec un malade dans un cas douteux)145 ». En 1928, Labarre avait tenté d’obtenir un assouplissement de ce contrôle : « Les ESI doivent-elles publier uniquement des œuvres marxistes ? Ne serait-il pas opportun, vu leur situation délicate, de publier de temps à autre, une œuvre de “gauche”146 ? » La réponse du Service d’éditions du Komintern à cette question (naïve ou ironique ?) est faussement affable : « Nous partageons entièrement votre opinion que votre travail d’édition doit être élargi dans la mesure où le permet la situation délicate du Service d’éditions et efforçons, en commun avec vous, de faire de nouvelles propositions147. » Mais Moscou reste seul juge. Si les Français tentent quelques propositions, ils obtiennent le plus souvent des réponses sibyllines148 ou des refus catégoriques comme à propos des souvenirs sur Lénine de A. Kollontaï. Ce livre « ne répondrait qu’à des intérêts malsains, son succès serait dû plus à la curiosité malsaine qu’à la valeur du livre et que de plus ni au point de vue artistique ni au point de vue théorique, nous ne pouvons reconnaître ce livre comme nôtre149 ».

  • 150 Lettre du 8 octobre 1930, 495/78/68-3, RGASPI.
  • 151 Lettre d’Olga ( ?), confidentiel, 5 mars 1931, au PCF et à la section d’AP du CC, 495/30/734, RGAS (...)
  • 152 Lettre du 13 février 1932, 495/78/98, RGASPI.
  • 153 Par exemple : Lettre du 22 mars 1932, 495/78/98, RGASPI.
  • 154 Lettre du 2 février 1932, 495/78/98, RGASPI.

45Les camarades français sont à la merci d’événements les plus variés. Ainsi, l’affaire du Parti industriel nécessite soudainement l’entière disponibilité des éditions françaises. Le 8 octobre 1930, le Service d’éditions de l’IC réclame une édition en urgence d’Acte d’accusation de l’affaire du Parti industriel dont « la traduction a été faite rapidement et est assez mauvaise ; il faudrait la revoir » : « Espérons que vous ferez tout ce qui est en votre pouvoir pour obtenir une bonne traduction et pour publier la brochure dans les délais prévus150. » Les Français tentent de résister puis se soumettent151. Autre exemple : en février 1932, le Service d’éditions de l’IC annonce qu’il prépare « actuellement toute une série de publications sur le 2e plan quinquennal » : « Nous constatons que vous avez presque retardé toutes les dernières brochures (Magnitogorsk, Kousnetz…) ce qui n’est pas tout à fait bien, parce que actuellement l’information sur l’Union soviétique doit porter surtout sur le 2e plan quinquennal152. » Les motifs politiques ne sont jamais exposés clairement pour défendre un choix ou un refus de publication153. En revanche, l’IC n’est jamais pas avare de critiques, estimant ici la diffusion insuffisante, là les prix de vente trop élevés et les tirages toujours trop faibles. Les décisions prises par l’IC les plus mal vécues concernent l’édition simultanée d’un texte sous plusieurs formes, comme par exemple un livre d’A. Marty, dont Moscou réclame deux éditions, une courante et une autre « populaire » : « Nous pensons qu’une telle édition vous sera très utile, surtout pour les élections ; elle aura beaucoup de succès, et, devrait à notre avis, être vendue le meilleur marché possible154. » Cical et son équipe renâclent. La direction du PCF se soumet.

Le sursaut de la direction française

  • 155 Lettre de L. Cical à J.-R. Bloch, 8 janvier 1931 et lettre de J.-R. Bloch à L. Cical, 19 janvier 1 (...)

46Au début des années trente, la faible implication du PCF dans la diffusion de la littérature soviétique et dans la vie intellectuelle française devient embarrassante. Le PCF tente alors de reprendre la main sur un monde intellectuel dont les activités qui lui étaient jusqu’à presque indifférentes. Les éditions du Parti tentent de leur côté de rallier des écrivains français à leur travail. Mais le chemin est long. Le 8 janvier 1931, L. Cical demande à J.-R. Bloch une préface à une pièce de théâtre soviétique. Celui-ci refuse, en raison de la médiocrité de l’ouvrage155. Cette prise de conscience est accompagnée d’un sentiment croissant d’exaspération à l’égard de l’appareil éditorial de l’Internationale. Deux contestations se relaient, d’abord celles des techniciens et, plus tardives, celles de la direction du PCF qui souhaite créer une « littérature communiste française ».

  • 156 ESI, 1928, 178 p.
  • 157 ESI, 1928, 344 p.
  • 158 Lettre du 16 avril 1929, de L. Cical, 495/30/601, RGASPI.
  • 159 Lettre du BE du 14 mars 1932, 495/78/98, RGASPI.

47Face à ce fonctionnement ubuesque, L. Cical adopte la posture du strict gestionnaire, reprochant à l’Internationale d’être la cause de nombreux surcoûts. C’est le cas pour L’Économie mondiale de N. Boukharine156 dont « 20 pages ont été refaites (composées, tirées et brochées) à nouveau » et dont « on peut dire que ce bouquin a presque été fabriqué deux fois ». Idem pour Chartisme et trade-unionisme157 : « Quand tout a été fini, il a fallu – vous l’avez exigé vous-même – refaire les ouvertures, composer et tirer une nouvelle feuille, débrocher l’ouvrage et le rebrocher, manutention, etc. » Pour conclure : « Pour les ouvrages dont l’auteur est français et sur place, on peut estimer le prix de revient à 30-40 % moins cher. Les éditeurs bourgeois ne connaissent pas leur bonheur et avons eu ici quelques exemples pour pouvoir l’apprécier. » L. Cical propose une nouvelle méthode de travail : « Nous vous soumettons les devis et suggestions. Cela entraînera quelque perte de temps – mais comptons sur vous pour ne pas imposer des délais tels, qu’il faudrait publier à tout prix… sans que nous ayons le temps de vous mettre en garde158. » En 1932, la situation n’a guère changé. L. Cical est exaspéré : « La multitude de brochures traitant à peu près du même sujet a un effet pernicieux sur la diffusion » et les lecteurs se plaignent de « l’avalanche de nos brochures et de leur incohérence. […] Sans être tout à fait de leur avis, il sera toutefois permis de vous signaler que l’expérience a montré qu’au lieu de publier 15 brochures dont les sujets chevauchent [sic] les uns sur les autres, et avec un tirage respectif de 3 à 6 000 exemplaires, avec une diffusion à peine de 59 %, il est préférable, utile et pratique de ne tirer que 4 brochures à sujets bien distincts, avec un tirage respectif de 15 à 30 000, et dont la diffusion dépasse les ¾. » Sinon, « nous allons à la ruine159 ».

  • 160 Lettre du 13 février 1932, 495/78/98, RGASPI.
  • 161 BE, 1931, 44 p.
  • 162 BE, 1931, 56 p.
  • 163 Lettre du 10 février 1932 à Raoul, 495/78/98, RGASPI.
  • 164 Lettre [du SE IC], 6 décembre 1929, au Secrétariat du CC du PCF ; Lettre du 6 décembre 1929, 495/7 (...)

48Le technicien de la propagande Cical choisit parfois de résister aux décisions du Komintern par un moyen simple : ne pas donner signe de vie. En février 1932, le Service d’éditions à Moscou se plaint : « En général, recevons très peu de vos nouvelles160. » Mais cette stratégie du silence est parfois vaine. Suspicieux, le Komintern examine aussi les quatrièmes de couverture des livres envoyés, qui dévoilent le non-respect des plans d’édition, comme dans ce cas : « Nous avons également reçu les livres Ivan Babuchkin161 et la Grève162. Au dos de ces derniers, nous voyons que vous annoncez toute une série de brochures en préparation. Nous vous prions de dire exactement tout ce que vous préparez pour les prochains mois, étant donné que les livres que vous annoncez ne correspondent pas à notre plan (par exemple Lénine et la guerre)163. » Le Service d’éditions apprend également des parutions inopinées en lisant la presse française164.

49La stratégie de l’IC est juste… donc sa propagande l’est aussi : faute donc de légitimité politique, Labarre et L. Cical se défendent à coup d’arguments économiques. Cette stratégie s’explique par l’absence de soutien d’un acteur essentiel : la direction du PCF.

  • 165 Dossier Cical, 19940438/7/604, CAC.
  • 166 Y. Siblot. « Ouvriérisme et posture scolaire au PCF ». Op. cit.
  • 167 IML, 592, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 168 Lettre [du SE IC], 6 décembre 1929, au Secrétariat du CC du PCF, 495/78/48-3, RGASPI.

50Depuis la réorganisation de 1926-1927, l’attitude de la direction française est extrêmement ambiguë. Si les ESI sont le terrain d’action privilégié de l’IC, le BEDP, destiné à publier des textes d’agitation, est a priori celui de la direction française. Cette maison d’édition, qui compte une dizaine d’employés165, n’a pas laissé de trace dans la mémoire collective. Elle a pourtant joué un rôle fondamental dans la construction de la culture politique communiste. En effet, son catalogue répond directement à un des impératifs de la bolchévisation : la formation idéologique de tous les militants. Il n’est pas demandé aux militants de lire des œuvres mais des extraits166 ; Albert Vassart les désigne même sous le terme de « catéchisme167 ». Ces brochures sont le cœur de l’activité du BEDP. Le Secrétariat du PCF participe à l’élaboration des plans d’édition, mais dans le seul domaine des brochures d’agitation, utiles pour les campagnes de propagande précises et limitées dans le temps. L’IC valide ces choix a posteriori et n’intervient que sporadiquement. Lorsque les tensions augmentent entre Paris et Moscou, le Service d’éditions de l’IC accuse la direction du PCF de ne pas surveiller suffisamment le BEDP168.

  • 169 P. Ory et J.-F. Sirinelli. Les Intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours. A. Colin (...)
  • 170 J.-F. Sirinelli. Génération intellectuelle : Khâgneux et normaliens pendant l’Entre-deux-guerres. (...)
  • 171 V. Descombes. Le Même et l’autre : quarante-cinq ans de philosophie française (1933-1978). Minuit, (...)
  • 172 Le nom du groupe provient de leur première revue, Philosophies (1924-1925) : M. Trebitch. « Le Gro (...)
  • 173 F. Combes et P. Latour. Conversation avec Henri Lefebvre. Messidor, 1991, p. 39.
  • 174 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. Op. cit.
  • 175 « Conversation avec Gaston Bensan », par F. Eychart. Op. cit.
  • 176 Les Éditions Rieder ont édité deux numéros de L’Esprit, en 1926-1927. Nicole Racine. « Jacques Rob (...)
  • 177 Note du 7 mars 1929, La Revue marxiste, 20010216/42/1136, CAC.
  • 178 G. Altman. « Les prolétaires et la culture ». L’Humanité, 4 février 1929, p. 4 ; - « Littérature d (...)
  • 179 Lettre [du SE de l’IC] du 22 novembre 1929, 495/78/48-4 ; Lettre du 10 février 1932, 495/78/98, RG (...)
  • 180 C. Rappoport. Une vie révolutionnaire (1883-1940). Éditions de la Maison des sciences de l’homme, (...)
  • 181 La Revue marxiste, DQ 17/90 no 2479, Arch. de Paris ; - M. Trebitsch. « Les Mésaventures du groupe (...)

51L’apathie de la direction française cesse vers 1930. Non seulement, elle prend conscience des effets pervers et parfois délirants du pouvoir décisionnel du Komintern sur les éditions françaises, mais elle réalise que le PCF a peu de poids sur l’activité intellectuelle en France de ceux qui se réclament du communisme et du marxisme. En effet, la vie intellectuelle en France pendant les années vingt ne tourne pas autour du Parti communiste SFIC, ni même de la gauche169, même si une partie des intellectuels français se retrouve dans les positions pacifistes communistes170. Ainsi, philosophiquement, une partie de la jeune génération se détourne des courants dominants dans l’université (néo-kantisme, rationalisme, néotomisme, bergsonisme) et redécouvre Hegel et Marx171. Adhésion politique, portée par un sentiment de révolte, et désir de rupture philosophique se trouvent mêlés. Or, le PCF, engagé dans sa bolchévisation, réduit le marxisme et les idées politiques à la formation de base des militants et ne se soucie nullement de cette frange des intellectuels qui lui est pourtant acquise. En 1924 apparaît le groupe « Philosophies172 », composé de Paul Nizan, Georges Politzer, Henri Lefebvre, Pierre Morhange, Norbert Guterman et Georges Friedmann. Proche initialement de l’avant-garde esthétique, le groupe défend des positions plus politiques, se rapproche du PCF à partir de la guerre du Rif et y adhère finalement en 1928-1929. Mais pour H. Lefebvre, les débats intellectuels au sein du Parti sont inexistants : « On répétait que la classe ouvrière devait prendre le pouvoir et devenir la classe dominante, inlassablement, sans produire vraiment d’œuvre173. » Leur travail intellectuel se poursuit donc hors du PCF. Certaines maisons d’édition ayant pignon sur rue jugent la publication des œuvres de Marx ou de Lénine comme une opération militante intéressante ou commercialement rentable. L’éditeur Albert Costes, socialiste, se lance en 1924 dans l’édition des œuvres complètes de Marx174. D’après G. Bensan, son premier client était paradoxalement le PCF : « C’était le B [ureau] d’é [ditions] qui était le plus gros diffuseur de ces livres : Costes lui-même n’en vendait pas beaucoup, mais il était notre fournisseur175. » Les éditions Rieder, fondées en 1913 et axées à gauche, publient Jaurès et Lénine, et son directeur littéraire, Jacques Robertfrance accueille les bras ouverts le groupe « Philosophies » dont il édite l’éphémère revue L’Esprit176. En 1929, le groupe fonde La Revue marxiste, et fin 1928, une maison d’édition attenante, « Les Revues177 », avec le patronage de C. Rappoport. La revue arbore la même devise que les Cahiers du bolchevisme, « Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire », citation de Lénine… Ils publient Hegel, Engels et surtout les textes de jeunesse de Marx. Dans un premier temps, cette expérience est plutôt bien perçue par les communistes178 et son activité éditoriale intéresse même le Service d’éditions de l’IC qui y voit une structure de diffusion pour ses propres publications179. L’IME soutient la revue, à qui il fournit des textes inédits de Marx180. Après une affaire rocambolesque, les éditions les Revues et La Revue marxiste disparaissent en 1929181 et le groupe implose, divisé entre les tenants d’une discipline de parti (G. Politzer, P. Nizan) et les autres.

  • 182 IML, 394, IML, 386, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 183 Lettre du Secrétariat, 28 novembre 1930, IML, 393, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.
  • 184 Lettre de la Section centrale d’Agit-prop du PCF et du Secrétariat du PCF du 26 mai 1930 à la sect (...)
  • 185 J. Klément. Jaurès réformiste. BE, 1931, 120 p.
  • 186 2 volumes, B.E., 1932 et 1934.
  • 187 B.E., 1933.
  • 188 Paul Lafargue, théoricien du marxisme. Textes choisis, ESI, 1933. Jean Varlet est le pseudonyme de (...)
  • 189 Rapport sur le Cercle d’études marxistes auprès du CC du PCF, par le Secrétariat et l’Agit-prop ce (...)
  • 190 J. Klément. Jaurès réformiste. BE, 1931, p. 3. Victor Fay s’attribue la paternité de cette préface (...)
  • 191 M. Trébitsch. « Henri Lefebvre et la revue Avant-Poste : une analyse marxiste marginale du fascism (...)

52L’année 1930 marque un tournant. La direction du PCF fonde un Cercle d’études marxistes, qui a pour fonction de contrôler les intellectuels communistes et leurs travaux sur le marxisme182, et pour M. Thorez de « créer une base de la science marxiste en France183 ». Le Secrétariat du PCF et la Section d’Agit-prop essaient alors d’obtenir l’autorisation « d’entreprendre l’édition d’une série de livres sur l’histoire du mouvement ouvrier français184 ». Selon M. Thorez, le Cercle d’études marxistes est « appelé à faire des propositions pour le plan d’éditions de 1931. Ces propositions furent remises au bureau international ». Le Cercle est à l’origine de trois textes, édités « sous contrôle » : Jaurès réformiste185 dans la collection « Histoire du mouvement ouvrier », L’Histoire du mouvement syndical en France par René Garmy186 et Le Mouvement ouvrier français de la Commune à la guerre mondiale par Jean Vidal187 dans la collection « Bibliothèque du mouvement ouvrier ». On confie au Cercle la préparation « d’une collection de classiques socialistes français », dont un volume des œuvres de P. Lafargue préparé par Jean Varlet, à paraître dans la « Bibliothèque marxiste188 ». De plus, « deux camarades travaillent sur des sujets qu’ils ont choisis eux-mêmes, et qui sont destinés à êtres publiés », annonce M. Thorez189. Mais l’expérience n’est pas sans dangers. Jaurès réformiste de J. Klément, paru en avril 1931, est accompagné d’un avertissement : certes il s’agit d’une « importante contribution à l’analyse marxiste de la pensée socialiste en France », mais il y a aussi « certaines appréciations qui [leur] paraissent insuffisamment fondées ou même erronées190 ». Le Cercle d’études marxistes marque le retour des intellectuels, et en particulier des enseignants dans l’éducation politique. R. Garmy est instituteur et chroniqueur littéraire à l’Humanité, Jean Varlet (alias François Koral) est enseignant et élève d’Albert Mathiez, J. Klément est étudiant en droit. Leur rôle dans la création éditoriale est limité. Mais c’est la direction du PCF qui autorise la publication des textes et donne les caractères de scientificité nécessaires, comme l’a fait l’IC avant elle. Le rapprochement des intellectuels communistes et du Parti s’annonce long et difficile. Ainsi, hors du contrôle du Parti communiste, H. Lefebvre, ancien du groupe « Philosophies », crée avec P. Morhange et N. Guterman, exclu du PCF en 1929, une éphémère revue, Avant-Poste, en 1933, qui édite des inédits de Marx (en particulier Critique de la dialectique hégélienne) et entame une réflexion sur la nature du fascisme191. Il faut attendre la mobilisation autour de la paix et de la lutte contre le fascisme en 1932 pour qu’ils soient reconnus comme des auteurs à part entière.

  • 192 Il est structuré de la même manière que les travaux du Cercle d’études marxistes : Impérialisme fr (...)

53L’affaire du groupe Barbé-Celor, qui met à la tête du PCF un groupe dirigeant conforme aux vœux du Komintern, accélère la reprise en main des éditions. En janvier 1931, le PCF envoie à Moscou le plan d’éditions de l’année en cours192 qui a été élaboré « sous notre direction par le Cercle d’Études Marxistes (auprès du CC du parti) en collaboration avec le Bureau d’Éditions de Paris ». Les auteurs n’hésitent pas à souligner que : « En effet toute une série de travaux à publier doivent être écrits ou préparés par des camarades que nous désignons. C’est une première tentative de créer une littérature marxiste française. » Et d’aborder finalement la question qui fâche :

  • 193 BE, 1931 (Histoire du mouvement ouvrier). Le seul précédent que j’ai trouvé est le livre de N. Len (...)
  • 194 BE, 1931 (Bibliothèque du mouvement ouvrier).
  • 195 Lettre du 8 janvier 1931 du Secrétariat du PCF et de la Section d’Agit-prop du CC du PCF à la sect (...)

« En liaison avec cela se posent la question générale des Éditions et les méthodes du Bureau d’Éditions par le CC du PCF. Le Bureau d’Éditions de Paris [BEDP] est dirigé directement par le Bureau International. Le programme d’éditions n’est pas établi par le Bureau d’Éditions de Paris – celui-ci ne fait que des propositions partielles – mais par le Bureau International. Le contrôle accordé au CC du parti sur le Bureau d’Éditions ne peut être, en réalité, que fictif puisque ce dernier ne peut rien faire sans l’autorisation ou la ratification (ce qui prend un temps énorme) du Bureau International. Il en résulte que les plans d’éditions correspondent très imparfaitement aux besoins du mouvement communiste français.
Nous publions une quantité d’ouvrages à caractère international, ce qui est très bien, mais rien ou presque sur la France et le mouvement ouvrier français, ce qui est très mal. […]
Ce qu’il faut, c’est que le CC par le moyen de ses sections de travail (Agit-prop, Cercle d’Études marxistes) établisse lui-même le plan des éditions ; que ce plan soit examiné par l’Agit-prop de l’IC et par le Bureau International, qu’on y adjoigne les éditions internationales. Et que le CC du PCF soit entièrement responsable de la réalisation de ce plan. […]
Si la littérature communiste n’est pas largement diffusée en France ce n’est pas seulement que l’ouvrier français lit peu ou que le Parti ne fait pas assez d’efforts pour la diffusion. La raison essentielle c’est que le contenu général de nos éditions ne correspond pas aux besoins du mouvement ouvrier français. On se plaît à publier et à republier des œuvres à double ou triple emploi et dont le besoin n’est pas immédiat. Par exemple, dans le plan de 1930, on mentionne La Révolution de 1905 par Gorine. C’est déjà la deuxième ou la troisième fois qu’on publie un livre sur 1905193. Ce n’est pas que nous sommes contre une telle publication, mais elle serait bien mieux accueillie si elle venait dans un plan où la littérature communiste française dominait. Un autre exemple : on veut publier L’Histoire du parti bolchevik de Yaroslavsky194. Nous en sommes entièrement partisans, c’est un besoin. Mais si on publie une édition française de l’œuvre russe, elle n’aura pas de succès. Il nous faut une adaptation et non une pure traduction en français. Il y a beaucoup de détails qui, utiles pour le lecteur russe, ne peuvent que fatiguer le lecteur français. […]
Nous voulons prendre la direction et la responsabilité des éditions en France, nous voulons entreprendre la création d’une littérature communiste française, diffuser plus largement livres et brochures parmi les masses, mais nous ne le pouvons sérieusement que dans la mesure où le système actuel du Bureau d’éditions sera modifié195. »

  • 196 IML, 441, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

54Le 9 décembre 1931, le Secrétariat ressuscite une commission des éditions « composée de Doriot, Cical, Mour et Vassart [qui] examine le programme des brochures proposées par l’Agit-Prop196 ». Mais lors de l’examen du plan d’éditions pour 1932, le Service d’éditions du Komintern fait barrage.

  • 197 Lettre du 22 mars 1932, 495/78/98, RGASPI.
  • 198 Lettre de la section centrale d’Agit-prop au Bureau politique, s. d., IML, 452, Fonds PCF, AD Sein (...)
  • 199 Lettre du 16 juillet 1933, IML, 581, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

55Sa réaction à l’égard des « Classiques français du socialisme », collection emblématique de cette recherche d’une « littérature communiste française », est éclairante : « Nous pensons qu’on pourra pour l’instant s’en tenir à Lafargue : De la propriété, Religion du capital. Pour Guesde, Jaurès, etc., il faut un choix idéologique très sûr et en tout cas ne les donner qu’avec une préface et des notes critiques ; peut-être pourrons-nous vous faire des propositions qui pourront les remplacer. » Cette collection n’apparaît finalement qu’en 1935. La rigidité doctrinale kominternienne touche aussi les auteurs russes tels que G. Plekhanov, dont on préfère « retarder » l’édition des œuvres que l’on pourrait « remplacer par des ouvrages plus actuels et plus essentiels197 ». On voit aussi les effets de la crise qui frappe le marxisme en URSS, lorsque les Français réclament en vain une édition française de la revue Sous la bannière du marxisme198, demande qui illustre aussi la méconnaissance du PCF sur ce qui se passe à Moscou. Quant aux méthodes, aucun changement n’est perceptible en 1933 si l’on en croit cette missive anonyme envoyée à Moscou : « Pour bien me faire comprendre, je suis obligé de recourir à un exemple imagé mais qui exprimera la vérité. On nous lance à l’assaut d’une forteresse – le plus souvent dans les meilleures règles de l’art – mais, au préalable, on nous attache aux pieds des boulets de forçats » ; « nos manuscrits et épreuves restent en léthargie pendant des mois et même des années et, précipitamment, quelques jours avant une date déterminée, significative, on reçoit la mission de faire paraître coûte que coûte, ces mêmes ouvrages » ; « les méthodes de travail sont détestables199 ».

  • 200 M. Trébitsch. « Les Mésaventures du groupe Philosophies, 1924-1933 ». La Revue des revues, printem (...)

56Les velléités d’autonomie des Français n’ont donc pas résisté longtemps à la puissance politique du Komintern, dont les services détiennent seuls l’autorité. Le ton extrêmement franc voire brutal dans les correspondances ne doit faire illusion : Paris reste soumis à Moscou, avec une marge de manœuvre faible. Et si, à partir de 1930-1931, la direction française combat pour l’avènement d’une « littérature marxiste française », elle ne peut la réaliser qu’avec l’agrément du Komintern. Les ambitions de la nouvelle direction françaises sont d’autant plus déçues que du côté des éditeurs bourgeois, rien ne change. En 1934, Auguste Cornu s’adresse à Alcan pour publier sa thèse, P. Nizan, N. Guterman et H. Lefebvre préparent des textes de Marx pour Gallimard, qui prévoit également de publier des Morceaux choisis de Lénine200.

La mutation du catalogue

  • 201 Graphique 1.
  • 202 S. Courtois et M. Lazar. Op. cit., p 461.

57La « bolchévisation des éditions » est politique mais se traduit aussi par une hausse sensible de sa production, passant de 62 titres en 1925 à 89 titres en 1932201. Cette évolution est d’autant plus remarquable que le Parti communiste français voit ses effectifs chuter202. Au plus fort de la bolchévisation du PCF, le BEDP et les ESI croient à mesure que les effectifs s’effondrent, avant de marquer une pause régulatrice en 1932-1934, période de flottement stratégique. Mais les deux maisons d’édition ne connaissent pas le même traitement. Bien qu’elles soient un rouage essentiel de la propagande kominternienne, les ESI ne publient pas plus d’une dizaine de titres par an.

  • 203 R. Zapata. Luttes philosophiques en URSS, 1922-1931. Op. cit., p. 39.

58Si les Français constituaient la moitié des dix premiers auteurs les plus publiés de 1921 à 1924, la situation s’inverse à partir de 1925. Les dix premiers auteurs sont désormais Lénine (35 titres), Staline (22), N. Boukharine (14), Marx (13), V. Molotov (12), J. Piatnitski (12), M. Thorez (9), Engels (8), M. Cachin (7) et P. Vaillant-Couturier (7). Les raisons sont politiques et stratégiques : L. Trotsky disparaît du catalogue en 1927 ; les communistes français n’éditent plus les travaux de G. Plekhanov après 1927, c’est-à-dire au moment où le Parti communiste russe commence à trancher dans les débats philosophiques203 ; N. Boukharine est particulièrement bien représenté dans le catalogue jusqu’en 1930, lorsqu’il est écarté du pouvoir et arrêté. Parmi les théoriciens marxistes, on ne trouve pas A. Deborine, et parmi les romanciers B. Pilniak est absent. De fait, si le Service d’éditions du Komintern pousse les sections nationales à publier surtout des textes traduits du russe, leurs catalogues ne sont pas le reflet de la vie politique, culturelle et intellectuelle soviétique. L’IC agit ici clairement comme un filtre sur ce que produit cette nouvelle société. La bolchévisation implique également la mise à l’écart physique mais aussi imprimée des intellectuels dans le PCF, comme C. Rappoport et son Précis du communisme. C’est un pan entier de la culture du mouvement ouvrier français qui disparaît : J. Jaurès comme J. Guesde ne sont plus réédités.

  • 204 Les données sur les tirages proviennent des archives du dépôt légal éditeur, conservées au CAC à F (...)
  • 205 I. de Conihout. « La Conjoncture de l’édition ». Histoire de l’édition française. T. IV : le livre (...)
  • 206 P. Olivera. La Politique lettrée en France : Les essais politiques (1919-1932). Th. de doct. d’his (...)

59Le tirage moyen est d’environ 6 000 exemplaires, ce qui n’est pas en soi significatif, manquant d’éléments de comparaison avec le passé204. Ce chiffre correspond toutefois aux tirages moyens de l’édition française courante, entre 4 000 et 15 000 exemplaires205. D’après P. Olivera, la moyenne de 3 000 exemplaires est le lot commun des livres politiques pendant les années vingt206. De ce point de vue, le tirage moyen des éditions du PCF est élevé, constituant une version populaire des essais politiques que les élites pouvaient trouver en librairie. Là encore, le BEDP et les ESI ne se positionnent pas sur les mêmes niveaux. Si le tirage moyen des brochures du BE est légèrement supérieur à ce qu’il était pour la Librairie de l’Humanité (5 700 contre 4 300 exemplaires), il est le double de celui des ESI (2 800).

  • 207 ESI, 1933.

60Il convient de donc démythifier un PCF imprimant à des centaines de milliers d’exemplaires pour populariser son programme et sa culture. Du côté des ESI, les Œuvres complètes de Lénine ne dépassent pas les 3 000 exemplaires, et les tirages les plus importants à cette époque pour Lénine sont de 8 000 exemplaires pour… La Commune de Paris, en 1931, un livre pour lequel les militants français se sentent probablement plus directement concernés. Staline connaît une diffusion plus importante mais tardive, en 1933 avec la 3e édition de son Léninisme théorique et pratique, imprimée à 10 000 exemplaires contre 5 000 pour les deux premières, et surtout son Bilan du premier plan quinquennal imprimé à 15 000 exemplaires. Les romans connaissent un sort peu glorieux. Leur tirage ne dépasse pas 4 000 exemplaires, sauf Talon de fer de Jack London (5 000207), un des rares romans qui n’est pas soviétique… Les tirages ne sont donc pas spectaculaires, même pour les textes théoriques, même pour des textes de vulgarisation destinés à former des militants, alors que c’est la raison d’être des éditions du Parti. Ainsi, Que veulent les communistes ?, brochure qui regroupe des cours destinés aux élèves des écoles élémentaires du Parti a été imprimée à seulement 5 000 exemplaires.

  • 208 495/78/135, RGASPI.
  • 209 Graphique 3.

61Les livres imprimés à plus de 10 000 exemplaires sont peu nombreux – 12 % de la production. On y trouve par exemple John Reed pour les Dix jours qui changèrent le monde (10 000) ou A. Marty et La Révolte de la Mer noire (15 000)208. Ces livres qui donnent l’impression que la révolution russe est d’abord une aventure presque romanesque, sur le modèle du roman populaire, avant d’être une expérience politique à méditer et importer sur son sol… Ces ouvrages ont pour point commun d’être vendus à bas prix (moins de 2 francs), d’avoir une faible pagination (moins de 100 pages), et d’être à 70 % écrits par des militants français. L’intérêt des militants se porte d’abord sur les textes politiques d’agitation « traditionnelle », avec au sommet L’Almanach ouvrier et paysan, dit Almanach de l’Humanité, imprimé à 50 000 exemplaires à partir de 1931, soit à l’opposé des visées de la stratégie éditoriale du Komintern. Derrière les éditions de prestiges – œuvres complètes de Lénine ou de Marx, romans soviétiques… – les communistes français publient d’abord de la littérature d’agitation, des œuvres politiques simplifiés ou des discours. Le poids des brochures, qui représentent 69 % de la production, le prouve209. Le PCF finit par créer en 1930 une structure éditoriale qui se spécialise dans ce type de textes (discours, réédition d’articles), les Publications révolutionnaires. Le nombre de titres est modeste (quelques dizaines), mais le tirage moyen atteint 15 000 exemplaires.

  • 210 Annonce. Bibliographie de la France, no 11, 16 mars 1928, p. 1394.

62Le prix moyen des livres édités par le BE est de 7 francs et par les ESI de 15. Bien que le PCF soit un éditeur populaire – par le type d’œuvres et non par les tirages –, une partie de sa production éditoriale s’approche du modèle des éditions « bourgeoises ». Cette tendance contradictoire est illustrée par l’histoire de l’édition des Dix jours qui ébranlèrent le monde de J. Reed. En 1928, le BE décide de reprendre dans une version populaire, qui avait connu le succès l’année précédente aux ESI. Et c’est sur le prix de vente (9 francs au lieu de 25) que le BE argumente auprès des librairies, comme le ferait tout éditeur rééditant un succès dans une collection bon marché210.

63Les collections héritées de la Librairie de l’Humanité sont supprimées (la « Bibliothèque communiste », la « Bibliothèque d’éducation léniniste » et la « Petite Bibliothèque communiste »). D’autres survivent difficilement (« Théâtre prolétarien » ; « Dans l’URSS »). Le BEDP en crée de nouvelles : la « Bibliothèque du mouvement ouvrier » en 1927 se consacre à l’histoire du mouvement ouvrier dans le monde mais surtout en URSS (prix de vente : 12 francs) ; la collection « Les Éléments du communisme » créée en 1928 est consacrée à Marx et Engels (3 francs maximum) ; une collection destinée aux jeunes (« Bibliothèque du jeune travailleur » en 1929), puis les « Livrets de Mon Camarade » en 1933 (10 francs), la « Collection antireligieuse » en 1931 (3 francs). Deux collections biographiques apparaissent en 1931 : « Épisodes et vies révolutionnaires » (vendu 2 francs maximum) et « Mémoires révolutionnaires » (12 francs). Elles sont suivies des « Cahiers du contre enseignement prolétarien » (1 franc). « Les géants industriels » à partir de 1931 (1 franc) célèbrent la planification en URSS. La « Petite Bibliothèque Lénine » (10 volumes de 1931 à 1934, vendus chacun 5 francs) regroupe des textes de Lénine ; une collection est créée spécialement pour les biographies de Lénine en 1934 (« Pour mieux connaître Lénine »). Les ESI sont également structurées en collections : la « Bibliothèque marxiste » dès 1928 qui compte 17 volumes en 1934 (12 francs) ; la collection littéraire « Horizons » avec 17 livres de 1928 à 1934 (12 francs environ) ; une collection d’essais en 1933 « Problèmes » (10 francs). Beaucoup de ces collections ont été créées en 1931, confirmant cette année comme un tournant.

  • 211 Lettre du Bureau de l’Agit-prop du C.C., 14 janvier 1931, IML, 452, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

64Ce foisonnement éditorial exprime deux choses : les valses hésitations d’une politique éditoriale arrimée à l’actualité politique et l’extrême variété des formes que prend la propagande kominternienne. C’est aussi une photographie d’une culture politique kominternienne a priori uniforme, mais « négociée » dans ses marges. La collection la « Petite Bibliothèque Lénine » a été inspirée par les éditions du Parti communiste allemand, sur les encouragements de Moscou. Cette collection n’est cependant pas une copie de ce qui se fait en Allemagne, puisque les Français pouvaient choisir entre la forme du « petit livre de poche », l’édition « sans appareil scientifique » ou une édition complète211. Les Français, partisans des versions plus populaires, choisissent la première…

  • 212 S. Pey. Structures internes et rythmes de développement de la section d’agitation et de propagande (...)
  • 213 « Un nouveau service du CDLP ». Le Prolipro, propagandiste de la littérature et de la presse ouvri (...)

65Ce goût pour la littérature d’agitation s’incarne en particulier dans des collections singulières, reprenant la tradition des ventes d’ouvrages en fascicules : les Cahiers du militant en 1924, suivis par les Carnets du militant (1928-1931), les Dossiers de l’agitateur (1931-1932), les Publications révolutionnaires (1933-1934), les Cahiers du contre-enseignement prolétarien à partir de 1931212 et la Brochure populaire à partir de 1933213. Ces publications sont la quintessence de la littérature d’agitation. « Encyclopédie populaire » du militantisme sous tous ses aspects, leurs fascicules présentent les techniques de propagande de base (rédiger un tract, faire un discours…) et donnent des rudiments de culture politique qui doivent aider « le membre du Parti dans sa pratique quotidienne ».

  • 214 Graphique 5.
  • 215 B. Wilfert. Op. cit., p. 57.
  • 216 Dépouillement de la partie « Chroniques » de la Bibliographie de la France.

66Le PCF publie massivement des traductions, dès 1924214. La bolchévisation n’a donc pas provoqué le phénomène mais le renforce. Ceci ne profite qu’à une langue, le russe, qui constitue 71 % des textes traduits en 1930. Française et russe, ces deux langues constituant 80 % du catalogue, leurs parts respectives fonctionnent comme des vases communicants. Or, pendant les années vingt, la part des traductions dans la production éditoriale française est environ de 4 à 5 %215. Les éditions communistes représenteraient la quasi-totalité des ouvrages traduits du russe en France de 1931 à 1933216.

67La bolchévisation implique aussi un changement radical dans les formes de propagande. Il ne s’agit plus seulement de publier de l’économie ou de la philosophie politique, des chansons, des discours, des œuvres historiques sur le mouvement ouvrier. Désormais la fiction fait intrinsèquement partie de la propagande, ainsi que les biographies, les témoignages, les récits de voyages, les livres pratiques, la poésie… Quelques exemples permettent de mieux saisir les objectifs de cette propagande éditoriale protéiforme.

6825 biographies et autobiographies ont été publiées de 1925 à 1934. Il s’agit d’abord et avant tout de textes rédigés par des Soviétiques sur des Soviétiques, soit 17 titres. Parmi les personnalités qui font l’objet d’une biographie, dominent Lénine (9 titres) et Marx (2). 2 ouvrages portent sur des figures du mouvement ouvrier français (Victor Considérant et Jean Jaurès), contre 9 sur des militants soviétiques. À partir de 1930, ces biographies sont dans leur immense majorité éditées par le BE et regroupées dans une collection spécifique, « Épisodes et vies révolutionnaires ». Outre la diffusion d’une culture bolchévique, ces textes ont une fonction d’édification : elles permettent d’accéder facilement à l’idéologie et à l’histoire du communisme et surtout de diffuser un modèle de comportement militant.

69Genre classique utilisé par le mouvement ouvrier, 41 ouvrages d’histoire ont été publiés dont 17 sur la France et 11 sur l’URSS Pour la France, les sujets de prédilection sont la Commune de Paris (3 titres), l’histoire des mutins de la Mer noire (5 titres) par A. Marty, l’histoire du mouvement ouvrier français dans son ensemble (4). Du côté soviétique, 7 titres portent sur l’action révolutionnaire dans la Russie tsariste, dont 4 sur la Révolution de 1905. Seul un ouvrage porte spécifiquement sur la Révolution de 1917, Histoire populaire de la révolution d’Octobre de S. A. Piontkovsky. Cela s’explique peut-être par le fait que les biographies abordent également ce sujet.

  • 217 Bureau d’éditions, de diffusion et de publicité. Catalogue. Octobre 1927, 32 p.

70La littérature romanesque apparaît en 1927, avec le roman de Iouri Libedinski, La Semaine. L’année suivante est créée une collection qui regroupe l’immense majorité des romans, la collection « Horizons », aux ESI. Il s’agit jusqu’en 1930, de romans soviétiques, puis de romans français dans la mouvance du roman prolétarien, tel le roman de Georges David Deux Milles Habitants. Le PCF a édité 22 romans de 1927 à 1934, dont 14 soviétiques et 6 français. La fiction est quantitativement un genre marginal dans la production, ce qui contraste avec l’intensité des débats littéraires contemporains. Ce genre trouve difficilement sa place dans la production du BEDP : dans le catalogue d’octobre 1927, la catégorie « Littérature » mêle Le Feu de H. Barbusse, La Semaine de I. Libedinski et Lettres de la prison de R. Luxembourg217.

71En effet, l’essentiel de la production du PCF pendant ces années est constitué par des essais. Il s’agit de textes liés à l’activité politique du moment, événements (la guerre du Rif ou l’occupation de la Ruhr par l’armée française) et campagnes particulières (les revendications pour les paysans). C’est dans cette catégorie que j’ai rassemblé les textes théoriques, destinés à la formation politique des militants. On pouvait s’attendre, compte tenu de l’importance donnée à cette formation pour le PCF, à une évolution sensible du nombre de ces textes pendant la bolchévisation. Il n’en est rien. Par rapport à l’évolution générale de la production, les manuels ont une part remarquablement stable. Ils représentent en moyenne 16 % de la production de 1925 à 1934 et un tiers des essais. Les tirages sont relativement modestes (Questions du léninisme de Staline est imprimé à 3 000 exemplaires en 1926) et augmentent à la fin de la bochévisation (10 000 exemplaires pour Le Léninisme théorique et pratique de Staline en 1933).

72Le catalogue des maisons du PCF reflète une image brouillée de ce qui est en œuvre au sein du Parti communiste. La réorganisation des éditions devait faciliter la formation des militants, or les manuels de formation ne connaissent pas d’augmentation sensible ni en termes de titres ni en termes de tirage. La bolchévisation a surtout coïncidé avec une multiplication de genres et une concentration de l’information sur la vie en URSS : le livre au service de l’agitation plutôt qu’à celui de la propagande ? Le livre au service de l’URSS plutôt que du Komintern ? La domination des publications soviétiques est totale, mais les chiffres de tirage les plus importants concernent une majorité de textes français. L’admiration incontestable des communistes français pour l’URSS n’empêche pas leur nette préférence pour des textes qui portent sur la vie politique française.

Notes

1 S. Courtois et M. Lazar. Histoire du Parti communiste français. PUF, 2000, p. 461.

2 D. Tartakowsky. Les Premiers Communistes français. Op. cit., p. 65.

3 Biographical dictionary of the Comintern. Stanford: Hoover Institute Press, 1986, p. 239-241.

4 La biographie la plus complète est celle établie par P. Broué, dans Histoire de l’Internationale communiste, 1919-1943. Fayard, 1997, p. 1030. On trouve ce nom orthographié différemment : Kreps ou Crebs.

5 V. Serge. Mémoire d’un révolutionnaire et autres écrits politiques, 1908-1947. Robert-Laffont, 2001, p. 725.

6 Institut Lénine, Lettre aux membres du præsidium de l’IC, 11 avril 1929, 495/78/54, RGASPI.

7 Résolution sur le rapport des éditions au Secrétariat politique (29 avril 1934) (adoptée par la commission politique le 15 octobre 1934), Confidentiel, 5 p. 495/78/119, RGASPI. Les trois dernières sections ont peut-être été créées en 1933 lors de la suppression du département d’Agit-prop.

8 A. F. Zenari. « L’exposition du livre ». Correspondance internationale. No 77, 8 août 1928, p. 904.

9 Unsere Verlage, novembre 1929, 495/78/54, RGASPI.

10 Cette maison d’édition a été fondée par Felix Halle avant la guerre et confiée à Willy Munzenberg en 1924. B. Gross. Willi Münzenberg, a political biography. Lansing: Michigan State University Press, 1974, p. 148 ; - H. Roussel. Éditeurs et publications des émigrés allemands (1933-1939). Les Barbelés de l’exil : Études sur l’émigration allemande et autrichienne (1938-1940). Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 1979, p. 357-417.

11 Elle avait été créée par le « camarade Thomas », premier responsable du WEB.

12 A. Elorza et M. Bizcarrondo. Queridos camaradas. La Internacional Comunista y España, 1919-1939. Barcelone : Planeta, 1999, p. 85-86.

13 Robert. « La Littérature révolutionnaire à l’exposition de Moscou ». Correspondance internationale, no 107, 22 septembre 1928, p. 1154.

14 C’est le cas des Amis de l’Union soviétique. 1266, MAE.

15 1265, Série Europe 1930-1940 : URSS, MAE.

16 Dossier Hugo Eberlein, 200100216/36/917, CAC ; - Komintern : l’histoire et les hommes. Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste en France, à Moscou, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse (1919-1943). Éditions de l’Atelier, 2001, p. 280-281.

17 Document 1er février 1929, 495/78/52, RGASPI.

18 M. Kreps [Krebs]. « Dix années d’édition de l’IC ». Internationale communiste. Mars 1929, p. 314-321.

19 R. Zapata. La Philosophie russe et soviétique. PUF, 1988, p. 42, 94 et 101.

20 R. Zapata. « Publications des œuvres de Marx après sa mort, 1883-1935 ». 1883-1983 : l’Œuvre de Marx un siècle après, PUF, 1985, p. 31-46.

21 J.-P. Lefebvre. « Présentation d’un corpus ». 1883-1983 : l’œuvre de Marx un siècle après, PUF, 1985, p. 21-29.

22 « Rapport de Riazanow sur l’édition des œuvres de Marx et Engels ». Bulletin communiste, 8 août 1924, no 32, 763-764.

23 Ainsi, à l’été 1923, il rentre de Berlin avec 7 000 clichés photographiques Au début des années trente l’Institut possède 15 000 documents originaux et 175 000 clichés. Voir : J.-P. Lefebvre. « Présentation d’un corpus ». Op. cit. ; - J. Beecher et V. N. Formichev. « French Socialism in Lenin’s and Stalin’s Moscow: David Razianov and the French Archive of the Marx-Engels Institute ». The Journal of Modern History, 78, Marx 2006, p. 119-143 ; - C. Leckey. « David Riazanov and Russian Marxism ». Russian History, 1995, vol. 22, no 2, p. 127-53.

24 Les Français en sont informés très rapidement, comme le montre l’article de L’Humanité du 27 février 1931, issu d’une dépêche de l’agence Tass : « Un traître », p. 3. D. Razianov est déporté en Sibérie où il décède en 1938. C. Leckey. « David Riazanov and russian marxism ». Russian History, 1995, vol. 22, no 2, p. 127-53.

25 R. Zapata. « Publications des œuvres de Marx après sa mort, 1883-1935 ». 1883-1983 : l’œuvre de Marx un siècle après, PUF, 1985, p. 31-46.

26 R. Zapata. Luttes philosophiques en URSS, 1922-1931. PUF, 1983, p. 325.

27 C. Delacampagne. Histoire de la philosophie au XXe siècle. Le Seuil, 2000, p. 128-129.

28 Il est dirigé d’abord par L. Kamenev puis par I. I. Skortsov-Stepanov de 1926 à sa mort en 1928. L. Kamenev et I. I. Skortsov-Stepanov ont été tous les deux directeurs des Éditions Akademia. Correspondance Romain Rolland – Maxime Gorki. Albin-Michel, 1991, p. 492.

29 M. Aucouturier. Le Réalisme socialiste. PUF, 1998, 128 p.

30 S. Cœuré. La Grande Lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique, 1917-1939. Le Seuil, 1999, 51 p. J.-F. Fayet. « La Société pour les échanges culturels entre l’URSS et l’étranger (VOKS) ». Relations internationales, automne 203, no 115, p. 411-423; - L. Stern. « The All-Union Society for Cultural Relations with Foreign Countries and French Intellectuals, 1925-1929 ». Australian Journal of Politics and History, 1999, vol. 45, no 1, p. 99-109.

31 M.-C. Humbert-Dayen. L’URSS et les conventions internationales sur le droit d’auteur et les droits voisins. Thèse de doctorat de droit, dir. André Françon : université Paris-II– Panthéon-Assas, 1984, p. 130 et 305.

32 J.-P. Morel. Le Roman insupportable. L’Internationale littéraire et la France (1920-1932). Gallimard, 1985, p. 21-27, 94 et 119-120.

33 Op. cit., p. 364 et 378.

34 Bureau de l’UIER. « Document. Créons la littérature de la révolution mondiale ! Rapport au camarade Staline, à tous les travailleurs d’URSS ». Littérature internationale, no 5, novembre 1931, p. 158-160.

35 Archives Jules Humbert-Droz. T. II : Les partis communistes et l’Internationale communiste (1928-1932). Dortrecht : D. Reitel, 1988, p. 663.

36 V. Serge. Mémoire d’un révolutionnaire et autres écrits politiques. Op. cit., 2001, p. 706.

37 ESI, s. d., 495/78/37, RGASPI.

38 V. Serge. Op. cit., p. 725 et 913.

39 P. Pascal. Mon journal de Russie : Mon état d’âme, 1922-1926, Lausanne : l’Âge d’homme, 1982, p. 15.

40 P. Pascal. Mon journal de Russie : Russie, 1927, Lausanne : l’Âge d’homme, 1982, p. 194. Karl Radek est exclu du Komintern quelques semaines plus tard.

41 J.-L. Panné. « L’Affaire V. Serge et la gauche française ». Communisme, 1984, no 5, p. 89-104.

42 H. Peter. « L’appareil du Komintern, 1926-1935 ». Op. cit. ; - Komintern : l’histoire et les hommes. Op. cit., p. 431-432.

43 S. Courtois et M. Lazar. Op. cit., p. 90.

44 Op. cit., p. 87.

45 Procès-verbal de la réunion de constitution de l’appareil de l’Agit Prop central, 12 mai 1925, 495/30/117, RGASPI ; - Comité central, 25 juin 1925, IML, 93, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

46 Dossier Amédée Dunois (1924-1925), 20010216/27/635, CAC ; - Lettres de Amédée Dunois à Marcel Martinet, 29 septembre 1927 et 11 décembre 1929, Fonds Marcel Martinet, NAF, BnF.

47 D’après Marcel Body, Labarre s’appellerait en réalité Dumont, qui aurait fait un passage aux éditions Smolny en 1921 (surnom des éditions du Komintern). M. Body. Un ouvrier limousin au cœur de la révolution russe. Spartacus, 1986, p. 190.

48 Procès-verbal de la réunion de constitution de l’appareil de l’Agit Prop central, 12 mai 1925, 495/30/117, RGASPI ; - Ibid., F13188, CARAN.

49 D. Tartakowsky. Les Premiers Communistes français, Op. it., p. 110-111 et 120-135.

50 Y. Siblot. La Formation politique des militants ouvriers : les écoles élémentaires du Parti communiste français. Cahiers du Centre fédéral– Centre Henri Aigueperse, FEN-UNSA, no 24, septembre 1998, 299 p ; - Id. « “Élever le niveau théorique du Parti” : les écoles élémentaires du Parti communiste français (1925-1936) ». Cahiers d’histoire, 1999, no 79, p. 77-94. ; - Id. « Ouvriérisme et posture scolaire au PCF. La constitution des écoles élémentaires (1925-1936) ». Politix, 2002, vol. 15, no 58, p. 167-188.

51 J. Bouquin. « La Bibliothèque d’éducation léniniste ». L’Humanité, 9 mars 1925, p. 3.

52 Librairie de l’Humanité, 2e édition, 1925, 176 p. (Bibliothèque communiste). Pour la 2e édition, le livre fut imprimé à 10 000 exemplaires, ce qui est relativement important.

53 « Un manuel élémentaire du communisme ». L’Humanité, 4 décembre 1929, p. 6.

54 La première édition fut imprimée à 5 000 exemplaires.

55 Comité central, 25 juin 1925, IML, 93, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

56 S. Pey. Structures internes et rythmes de développement de la section d’agitation et de propagande du Parti communiste français entre les deux guerres. Th. de doct. d’histoire, dir. Rolande Trempé : université de Toulouse-Le Mirail, 1976, p. 208.

57 Lettre de Claude Calzan au Service d’éditions de l’IC du 27 août 1925, IML, 101, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

58 Il avait travaillé comme secrétaire de rédaction dans La Revue communiste de C. Rappoport et surtout pour le Service d’éditions du Komintern comme traducteur.

59 Lettre de C. Calzan, 28 janvier 1927, IML, 221, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

60 Bureau politique, 23 juillet 1924, IML, 64, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

61 Bureau d’organisation, septembre 1924, IML, 65, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

62 Situation financière au 31 juillet 1924. Budget général du PCF, du 1er août 1934 au 31 décembre 1924, IML, 67, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

63 Note, 23 mai 1925, F7 12897, CARAN.

64 Graphique 1.

65 En euros constants. Bureau d’organisation, 30 juin 1925, IML, 100, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

66 Il est administrateur de L’Humanité. Notice biographique, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. [CD-Rom] Éditions de l’Atelier, 1997.

67 Bureau d’organisation, 4 août 1925, IML, 100, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

68 Bureau politique, 6 février 1926, IML, 149, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

69 Extrait du registre du Tribunal de commerce de Paris, no 40144, 22 juillet 1926, Arch. de Paris.

70 On trouve à cette même adresse également les éditions du Parti communiste italien, les Edizioni italiani di cultura sociale. Au sujet de Cical, Leiber, militant communiste, septembre 1926, Dossier Cical, 19940438/7/604, CAC.

71 ESI, SARL, Statuts, D31 U3, acte no 96/2851, Arch. de Paris. Les gérants sont officiellement Joseph Louis Brent et Lise Roman.

72 Dossier Libert Cical, 495/270/7450, RGASPI.

73 Joseph, Achille, Maurice et Cécile. Renseignements fournis par Claude et Françoise Cical.

74 Dossier Cical, 19940438/7/604, CAC ; - Dossier de naturalisation de L. Cical, JO 324-1977, 30 juin 1922, BB 11/2000, CARAN ; - Dossier Libert Cical, Ba 1993, Arch. PPo ; - Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. [CD-Rom] Éditions de l’Atelier, 1997.

75 En mars 1926, il est administrateur de la coopérative de consommation la Vente populaire, IML, 174, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis. Il a également d’autres attributions : employé à la 13e section de l’Union des coopérateurs communistes et de la Caisse d’économie de L’Humanité en 1925 et 1926 ; commissaire au compte de la BOP.

76 Rapport soumis à l’IC par le Secrétariat intérimaire du P.C. français, 27 juin, 1924, IML, 67 ; - Bureau politique, 10 juillet 1925, IML, 95, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

77 Lettre de C. Calzan, 28 janvier 1927, IML, 221, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

78 « Conversation avec Gaston Bensan », par F. Eychart. Annales de la société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, no 7, 2005, p. 11-64.

79 Op. cit.

80 Bibliographie de la France, no 5, 4 février 1927, p. 514 et no 52, 30 décembre 1927, p. 5921.

81 « Conversation avec Gaston Bensan », par F. Eychart. Op. cit.

82 Institut Lénine, Lettre aux membres du præsidium de l’IC, 11 avril 1929, 495/78/54, RGASPI.

83 ESI, [listes d’ouvrages à éditer], [1928], 495/78/37, RGASPI.

84 P. Pascal. Mon journal de Russie : Russie, 1927. Op. cit., p. 56 et 173. Le censeur était Walecki. À la même époque, les éditeurs français sont peu exigeants avec la « fidélité » au texte original, n’hésitant pas à l’adapter ou à le couper et recourir à des « pools » de traducteurs. B. Wilfert. Paris, la France et le reste… Importations littéraires et nationalisme culturel en France, 1885-1930. Th. de doct. d’histoire, dir. C. Charle : Paris-I– Panthéon Sorbonne, 2003, p. 237 et 431-432.

85 Lettre [du SE de l’IC], 11 mars 1929, 495/78/48-1, RGASPI ; - Lettre de Labarre du 6 avril 1929, 495/78/501, RGASPI.

86 Voir par exemple Contre la guerre impérialiste, d’André Marty (BE, 1932). Deux pages d’errata ont été publiés dans les Cahiers du bolchevisme. Voir : Secrétariat du Parti. « Rectification », Cahiers du bolchevisme, 15 octobre 1932, no 20, p. 1305-1306.

87 Lettre du 25 juillet 1929, 495/78/48-3, RGASPI.

88 BE, 1930.

89 Lettre du 21 novembre 1929, 495/78/48-3, RGASPI.

90 Sofronova, Lettre du 27 juin 1929, 495/78/48-2, RGASPI. Il s’agit ici de Impérialisme contre communisme, de S. Daszynsky, BE, 1929.

91 Lettre du 10 octobre 1930, 495/78/54, RGASPI.

92 Lettre de Labarre, 26 novembre 1928, 495/30/601, RGASPI.

93 En francs courants. H. Lozeray, Rapport sur les Éditions, [1931], IML, 454, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

94 Lettre de Labarre, 14 janvier 1929, 495/30/601, RGASPI.

95 Lettre de Labarre, 26 novembre 1928, 495/30/501, RGASPI.

96 Lettre [de L. Cical] du 13 avril 1929, 495/30/501, RGASPI.

97 Lettre de Labarre, 11 mai 1929, 495/30/601, RGASPI.

98 Le PCA est présenté comme le bon exemple : à la même date, les communistes allemands déclarent avoir édité 14 volumes en deux ans, alors que les Français en ont édité 8 en sept ans. E. Schneller. « En avant pour le livre prolétarien ». Littérature internationale, août 1931, no 2, p. 121-122.

99 495/78/95, RGASPI.

100 Lettre du 21 décembre 1929, 495/30/601, RGASPI.

101 De 1925 à 1930, sont indiqués : Marie Borissov ; Z. Lvoski ; Maurice Parijanine ; Mir ; V. Goriely ; R. Marchand ; V. Serge. De 1930 à 1934, il s’agit de : A. Oranovskaïa ; A. Roudnikov ; Alice Orane ; Georges Roux ; Doccar ; Jeanne Dupont ; Serge Persky ; Z. Lvoski ; Lydie Sylbert.

102 Lettre de Labarre, 25 janvier 1929, 495/30/601, RGASPI.

103 Lettre [du SE de l’IC], 11 mars 1929, 495/78/48-1, RGASPI.

104 Lettre aux membres du præsidium du CE de l’IC, 11 avril 1929, 495/78/54, RGASPI.

105 Trois volumes sont parus, établis par P. Pascal, entre 1926 et 1929 au BEDP.

106 Lettre de L. Cical du 16 avril 1929, 495/30/601, RGASPI.

107 M. KR [Mikhaïl Kreps ?]. « Les œuvres de Lénine dans les pays bourgeois ». Internationale communiste, 15 janvier 1933, no 2, p. 127-129.

108 C. Leckey. « David Riazanov and russian marxism ». Op. cit.

109 « Rapport de Riazanow sur l’édition des œuvres de Marx et Engels ». Bulletin communiste, 8 août 1924, no 32, 763-764.

110 495/78/48-3, RGASPI.

111 Information sur le rapport Razianov concernant la publication d’une édition populaire des œuvres de Marx et Engels (à la séance du præsidium du CE de l’IC du 27/11/29. Extraits du procès-verbal du præsidium du VIe congrès du 17/8/28), 16 novembre 1929, 495/78/54, RGASPI.

112 Lettre du 8 mai 1932, 495/78/98, RGASPI.

113 « Pour le cinquantenaire de la mort de Karl Marx ». Internationale communiste, 15 janvier 1933, no 2, p. 112-113.

114 Jacques Duclos, 13 février 1933, Comité central, IML, 586, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

115 [Lettre du 16 juillet 1933], IML, 581, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

116 Lettre du Secrétariat romain à la Commission politique, 1er juin 1933, 495/32/129, RGASPI.

117 Lettre du 5 août 1929, 495/78/48-3 RGASPI. Le BE attend pendant deux ans une préface pour Réforme et révolution de R. Luxembourg : Lettre du 16 juillet 1933, IML, 581, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

118 Bureau d’éditions. Catalogue, 1931, p. 7 ; - Pour étudier le marxisme, BE, [1931], 6 p. Il s’agit d’un dépliant.

119 BE, 1929, 114 p.

120 Cahiers du bolchevisme, 14 mars 1933, no 6, p. 459-464.

121 M. Ymonet. « Les Héritiers du Capital : l’invention du marxisme en France au lendemain de la Commune ». Actes de la recherche en sciences sociales, novembre 1984, no 55, p. 3-14.

122 S. Bianchi. « Maurice Dommanget (1888-1976) ». Annales historiques de la Révolution française, 1975, t. IL, p. 71-86.

123 Sur l’introduction du roman russe en France : B. Wilfert. Paris, la France et le reste… Importations littéraires et nationalisme culturel en France, 1885-1930. Op. cit., p. 94-105 et p. 148-149 ; - M. Espagne. La Paradigme de l’étranger : les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle. Le Cerf, 1993, p. 321-349. ; S. Cœuré. La Grande Lueur à l’Est. Op. cit., 1999, 364 p. ; - J.-P. Morel. Le Roman insupportable. Op. cit., p. 31-32.

124 P. Assouline. Gaston Gallimard : un demi-siècle d’édition française. Balland, 1984, p. 123-124 ; - M. Aucouturier. « Brice Parain et la littérature soviétique ». Brice Parain, un homme de parole, Gallimard– BnF, 2005, p. 73-87 ; - A. Cerisier. « Brice Parain, chef du secrétariat à la NRF ». Ibid., p. 89-107.

125 Bureau de l’UIER. « Document. Créons la littérature de la révolution mondiale ! Rapport au camarade Staline à tous les travailleurs d’URSS ». Littérature internationale, no 5, novembre 1931, p. 158-160.

126 Dialogues d’écrivains : pages d’histoire des relations culturelles franco-russes au XXe siècle : 1920-1970. Moscou : IMLI, 2002, p. 44-47 ; - C. Reynaud Paligot. Le Parcours politique des surréalistes (1919-1969). CNRS Éditions, 1995, p. 75-79.

127 J.-P. Morel. Op. cit., p. 67.

128 Ibib., p. 121-122.

129 Publié en France sous le titre Sur le Don paisible, Payot, 1931.

130 495/78/54, RGASPI.

131 J.-P. Morel. Op. cit., p. 397.

132 Lettre de Labarre du 26 novembre 1928, 495/30/501, RGASPI.

133 Lettre [du SE de l’IC], 11 mars 1929, 495/78/48-1, RGASPI.

134 J. Fréville. « Autour du livre de Samy : Les vaincus ». L’Humanité, 24 mai 1932, p. 4.

135 Dialogues d’écrivains : pages d’histoire des relations culturelles franco-russes au XXe siècle : 1920-1970. Moscou : IMLI, 2002, p. 44-47.

136 J.-P. Morel, Op. cit., p. 286-287.

137 Le roman parait en deux volumes en 1930 et 1931. Les traducteurs sont V. Soukhomline et S. Campaux.

138 B. Parain a adhéré au PCF en 1929 jusqu’en 1933. J.-L. Panné. « Brice Parain et le communisme ». Brice Parain un homme de parole. Gallimard– BnF, 2005, p. 29-53 ; - A. Cerisier. « Brice Parain, chef du secrétariat à la NRF ». Ibid., p. 89-107.

139 M. Aucouturier. « Brice Parain et la littérature soviétique ». Brice Parain, un homme de parole. Gallimard-BnF, 2005, p. 73-87 ; - A. Cerisier. Op. cit., p. 89-107.

140 Traduit par D. Ergaz, dans la collection « Jeunes Russes ».

141 Le traducteur n’est pas indiqué. Le roman est paru dans la collection « Horizon ».

142 K. Radek. « L’Épopée de la collectivisation ». L’Humanité, 25 décembre 1933, p. 4 ; - F. Roubiner. « Le banditisme politique dans la littérature ». Commune, janvier-février 1934, no 5-6, p. 654-655 ; Id., Littérature internationale, 1934, no 1, p. 168 ; - « Correspondance », NRF, avril 1934, p. 730-732 ; - « Deux lettres de André Gide à Cholokhov », Commune, mars 1934, p. 853-855.

143 Une correspondance entre L. Cical et G. Gallimard sur cette affaire a été publiée par Monde et la Bibliographie de la France. Monde, 20 janvier 1934, no 291, p. 10.

144 Cette décision correspond cependant à une pratique de plus en plus courante à l’époque qui consiste à préciser qu’un ouvrage est publié avec une « traduction approuvée par l’auteur ». Elle se justifie par les relations de concurrence croissante entre éditeurs « portant sur des auteurs en cours de canonisation définitive et qui devenaient une source de profit sans risque, à condition de trouver les moyens de dévaluer des versions françaises déjà anciennes. » : B. Wilfert. Paris, la France et le reste… Importations littéraires et nationalisme culturel en France, 1885-1930. Op. cit., p. 412.

145 C. Rappoport. Une vie révolutionnaire (1883-1940). Op. cit., p. 477.

146 Lettre de Labarre du 7 novembre 1928, 495/30/501, RGASPI.

147 495/30/501, RGASPI.

148 Lettre du 5 août 1929, 495/78/48-3, RGASPI.

149 Lettre du 25 novembre 1929, 495/78/48-3, RGASPI.

150 Lettre du 8 octobre 1930, 495/78/68-3, RGASPI.

151 Lettre d’Olga ( ?), confidentiel, 5 mars 1931, au PCF et à la section d’AP du CC, 495/30/734, RGASPI.

152 Lettre du 13 février 1932, 495/78/98, RGASPI.

153 Par exemple : Lettre du 22 mars 1932, 495/78/98, RGASPI.

154 Lettre du 2 février 1932, 495/78/98, RGASPI.

155 Lettre de L. Cical à J.-R. Bloch, 8 janvier 1931 et lettre de J.-R. Bloch à L. Cical, 19 janvier 1931, Fonds Jean-Richard Bloch, NAF, BnF.

156 ESI, 1928, 178 p.

157 ESI, 1928, 344 p.

158 Lettre du 16 avril 1929, de L. Cical, 495/30/601, RGASPI.

159 Lettre du BE du 14 mars 1932, 495/78/98, RGASPI.

160 Lettre du 13 février 1932, 495/78/98, RGASPI.

161 BE, 1931, 44 p.

162 BE, 1931, 56 p.

163 Lettre du 10 février 1932 à Raoul, 495/78/98, RGASPI.

164 Lettre [du SE IC], 6 décembre 1929, au Secrétariat du CC du PCF ; Lettre du 6 décembre 1929, 495/78/48-3, RGASPI.

165 Dossier Cical, 19940438/7/604, CAC.

166 Y. Siblot. « Ouvriérisme et posture scolaire au PCF ». Op. cit.

167 IML, 592, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

168 Lettre [du SE IC], 6 décembre 1929, au Secrétariat du CC du PCF, 495/78/48-3, RGASPI.

169 P. Ory et J.-F. Sirinelli. Les Intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours. A. Colin, 1992, p. 81-83.

170 J.-F. Sirinelli. Génération intellectuelle : Khâgneux et normaliens pendant l’Entre-deux-guerres. PUF, 1994, 720 p.

171 V. Descombes. Le Même et l’autre : quarante-cinq ans de philosophie française (1933-1978). Minuit, 1979, p. 21-28 ; - C. Delacampagne. Histoire de la philosophie au XXe siècle. Le Seuil, 2000, p. 127-133.

172 Le nom du groupe provient de leur première revue, Philosophies (1924-1925) : M. Trebitch. « Le Groupe “Philosophies”, de Max Jacob aux surréalistes (1924-1925) ». Les Cahiers de l’IHTP, 1987, no 6, p. 29-38.

173 F. Combes et P. Latour. Conversation avec Henri Lefebvre. Messidor, 1991, p. 39.

174 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. Op. cit.

175 « Conversation avec Gaston Bensan », par F. Eychart. Op. cit.

176 Les Éditions Rieder ont édité deux numéros de L’Esprit, en 1926-1927. Nicole Racine. « Jacques Robertfrance, homme de revue et homme d’édition ». Cahiers de l’Institut d’Histoire Présent, no 20, 1992, p. 142-159.

177 Note du 7 mars 1929, La Revue marxiste, 20010216/42/1136, CAC.

178 G. Altman. « Les prolétaires et la culture ». L’Humanité, 4 février 1929, p. 4 ; - « Littérature de la Guerre qui vient ». L’Humanité, 11 février 1929, p. 4.

179 Lettre [du SE de l’IC] du 22 novembre 1929, 495/78/48-4 ; Lettre du 10 février 1932, 495/78/98, RGASPI. Les Éditions « Les Revues » se proposaient en particulier de diffuser Littérature internationale.

180 C. Rappoport. Une vie révolutionnaire (1883-1940). Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991, p. 41-42. L’IME, du temps de Riazanov, aide aussi les éditions Costes de son érudition.

181 La Revue marxiste, DQ 17/90 no 2479, Arch. de Paris ; - M. Trebitsch. « Les Mésaventures du groupe Philosophies, 1924-1933 ». La Revue des revues, printemps 1987, 3, p. 6-9 ; - Id. « Le Renouveau philosophique des années trente. Entretien avec Henri Lefebvre ». Europe, mars 1986, no 683, p. 29-41.

182 IML, 394, IML, 386, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

183 Lettre du Secrétariat, 28 novembre 1930, IML, 393, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

184 Lettre de la Section centrale d’Agit-prop du PCF et du Secrétariat du PCF du 26 mai 1930 à la section d’éditions de l’IC, 26 mai 1930, IML, 452, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

185 J. Klément. Jaurès réformiste. BE, 1931, 120 p.

186 2 volumes, B.E., 1932 et 1934.

187 B.E., 1933.

188 Paul Lafargue, théoricien du marxisme. Textes choisis, ESI, 1933. Jean Varlet est le pseudonyme de Jean Koral, qui écrit également sous le nom de Jean Duret : J. Bruhat. Il n’est jamais trop tard. A. Michel, 1982, p. 168.

189 Rapport sur le Cercle d’études marxistes auprès du CC du PCF, par le Secrétariat et l’Agit-prop centrale du CC, [1930], IML, 451, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

190 J. Klément. Jaurès réformiste. BE, 1931, p. 3. Victor Fay s’attribue la paternité de cette préface : Victor Fay. La Flamme et la cendre, histoire d’une vie militante. Vincennes : Presses universitaires de Vincennes, 1989, p. 114.

191 M. Trébitsch. « Henri Lefebvre et la revue Avant-Poste : une analyse marxiste marginale du fascisme ». Lendemains, 1990, 57, p. 77-87 ; - Id. « Les Mésaventures du groupe Philosophies, 1924-1933 ». La Revue des revues, printemps 1987, 3, p. 6-9.

192 Il est structuré de la même manière que les travaux du Cercle d’études marxistes : Impérialisme français ; Stratégie révolutionnaire ; Histoire du mouvement ouvrier (Ier, IIe, IIIe Internationales ; France ; URSS ; PCF ; scission syndicale) ; Études analytiques sur le mouvement ouvrier français ; Rééditions ; Éditions populaires de Lénine ; Bibliothèque marxiste ; Brochures populaires.

193 BE, 1931 (Histoire du mouvement ouvrier). Le seul précédent que j’ai trouvé est le livre de N. Lentzner édité en 1925 par la Librairie de l’Humanité. Il est vrai que l’événement est omniprésent dans la littérature bolchévique.

194 BE, 1931 (Bibliothèque du mouvement ouvrier).

195 Lettre du 8 janvier 1931 du Secrétariat du PCF et de la Section d’Agit-prop du CC du PCF à la section d’Agit-prop du CE de l’IC et au Bureau international d’Éditions, 495/30/734, RGASPI.

196 IML, 441, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

197 Lettre du 22 mars 1932, 495/78/98, RGASPI.

198 Lettre de la section centrale d’Agit-prop au Bureau politique, s. d., IML, 452, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

199 Lettre du 16 juillet 1933, IML, 581, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

200 M. Trébitsch. « Les Mésaventures du groupe Philosophies, 1924-1933 ». La Revue des revues, printemps 1987, 3, p. 6-9 ; - M. Trébitsch. « Le Renouveau philosophique des années trente. Entretien avec Henri Lefebvre ». Europe, mars 1986, no 683, p. 29-41 ; - Contrat Gallimard, s. d., Fonds P. Nizan, IMEC ; - « Lettre de Brice Parain à Paul Nizan, 2 juillet 1937 ». Brice Parain, un homme de parole. Gallimard– BnF, 2005, p. 288.

201 Graphique 1.

202 S. Courtois et M. Lazar. Op. cit., p 461.

203 R. Zapata. Luttes philosophiques en URSS, 1922-1931. Op. cit., p. 39.

204 Les données sur les tirages proviennent des archives du dépôt légal éditeur, conservées au CAC à Fontainebleau. Les tirages indiqués dans les archives de l’Internationale concordent avec ces données. Graphique 2.

205 I. de Conihout. « La Conjoncture de l’édition ». Histoire de l’édition française. T. IV : le livre concurrencé, 1900-1950. Fayard– Cercle de la librairie, 1991, p. 70-96.

206 P. Olivera. La Politique lettrée en France : Les essais politiques (1919-1932). Th. de doct. d’histoire ; dir. C. Charle : université Paris-I– Panthéon-Sorbonne, 2001, p. 202.

207 ESI, 1933.

208 495/78/135, RGASPI.

209 Graphique 3.

210 Annonce. Bibliographie de la France, no 11, 16 mars 1928, p. 1394.

211 Lettre du Bureau de l’Agit-prop du C.C., 14 janvier 1931, IML, 452, Fonds PCF, AD Seine-St-Denis.

212 S. Pey. Structures internes et rythmes de développement de la section d’agitation et de propagande du Parti communiste français entre les deux guerres. Op. cit., p. 502-504. La collection est dirigée par un enseignant Joseph Boyer, travail pour lequel il a été traduit devant le conseil départemental de l’Enseignement primaire de l’Allier, ce qui a probablement conduit à l’interruption de la collection en 1933.

213 « Un nouveau service du CDLP ». Le Prolipro, propagandiste de la littérature et de la presse ouvrières, no 1, janvier 1934, p. 9. C. Rappoport avait créé ce titre avec ses propres deniers ; il a accusé le PCF de le lui avoir volé. C. Rappoport. Une vie révolutionnaire (1883-1940). Op. cit., p. 458-459.

214 Graphique 5.

215 B. Wilfert. Op. cit., p. 57.

216 Dépouillement de la partie « Chroniques » de la Bibliographie de la France.

217 Bureau d’éditions, de diffusion et de publicité. Catalogue. Octobre 1927, 32 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search