Versión clásicaVersión móvil

Les classes populaires à l'école

 | 
Christophe Delay

Première partie. Ce que l’école fait aux classes populaires : une machine classificatrice et normalisatrice

Chapitre 2. Constituer les familles « en faute »

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

Quelles sont les représentations que les agents scolaires se font des familles populaires ? Comment se forment-elles au quotidien ? C’est à ces questions que ce second chapitre cherche à répondre. On peut dire que les représentations des familles sont le produit d’un travail de mise en cohérence d’informations multiples que les enseignantes captent sur les familles lors des diverses rencontres (ou par collègues interposés), mais aussi le produit du travail d’observation et d’évaluation permanente qu’elles opèrent au quotidien au contact des élèves en classe et qui génère des catégories de jugement classant. Cette section vise à saisir le travail professoral de production de jugements et verdicts scolaires.

« L’ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ » : UNE ÉTIQUETTE APPOSÉE AUX CLASSES POPULAIRES

La transmutation du jugement social en jugement scolaire

Bourdieu et Saint-Martin (1975) ont pu mettre en évidence que les enseignants jugent de manière socialement différentiée les élèves en classe. Les qualifi...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search