Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Conclusion

Jean-François Chanet

Texte intégral

1Le présent ouvrage est le premier qui soit issu des travaux de l’équipe internationale constituée dans le cadre du projet intitulé « Les occupations militaires en Europe, de l’affirmation des États modernes à la fin des empires (fin du Moyen Âge-fin du XXe siècle) », projet qui bénéficie du soutien de l’Agence nationale de la recherche. Il a été préparé par deux journées d’études tenues les 9 et 10 novembre 2007 à l’Université de Berne, à l’initiative de Christian Windler et avec le concours du Fonds national suisse de la recherche scientifique.

  • 1 Voir, de Lucien Bély, Les relations internationales en Europe, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 4(...)

2C’est tout naturellement que nous avons été conduits à vouloir étudier ensemble l’occupation et la neutralité. Les deux mots se sont imposés dans le vocabulaire de la guerre et de la diplomatie à partir du XVIIe siècle, c’est-à-dire bien après l’apparition des situations qu’ils désignent dans la réalité des conflits armés. Situations au demeurant diverses, dans l’espace et dans le temps, ce qui donnait à la volonté de les comparer une première justification. Mais les deux notions elles-mêmes devaient rester incertaines et de contours changeants, dans la mesure où elles dépendaient d’une adaptation permanente aux formes et aux moyens nouveaux de la guerre comme aux nouvelles conditions de la vie internationale1.

  • 2 Jean Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 58.
  • 3 Pour tenter de se soustraire à l’agitation qui gagnait, à la fin de 1918, la province de Posen, «  (...)

3Nées de la guerre, l’une et l’autre en sont venues à représenter un état intermédiaire entre la guerre et la paix. L’occupation, parce qu’elle peut, en temps de guerre, s’étendre à des territoires et à des périodes où les opérations militaires perdent en intensité, puis se prolonger au-delà de la fin du conflit, pour garantir le respect des conditions de paix imposées aux vaincus. La neutralité, parce qu’elle désigne la position d’un État ou d’une entité territoriale autonome revendiquant le libre choix de son destin, qui, en cas de guerre, refuse de prendre parti pour l’un ou l’autre des belligérants et prétend conserver avec chacun d’eux les relations normales du temps de paix, dans la mesure du possible. Dans la mesure du possible : en effet, pour reprendre les termes de Jean Chagniot, « qu’il y eût neutralité ou partage de zones d’influence, les garanties négociées restaient précaires dans tous les cas2 ». Qu’il s’agisse d’occupation ou de neutralité, la difficulté d’établir un ordre stable, fondé sur le respect général de règles ou de principes communs, ouvre un espace plus ou moins étendu au règne de l’empirisme. Dans un régime temporel d’exception, celui du provisoire qui se prolonge de façon indéterminée, il s’agit de retrouver ou de préserver une relative normalité. Avant que s’affirme « la » neutralité, sous sa forme moderne de droit reconnu aux États, l’accord local à cette fin – auquel nous avons donné le nom de « neutralisation » – existe sous de multiples formes. À nouveau, la diversité que recouvre ce vocable justifiait l’approche comparative. Mais celle-ci ne consiste pas à postuler que, pour faire la lumière sur le caractère empirique de ces arrangements, le plus sûr est d’épuiser la particularité locale et de juxtaposer les études de cas. Car les contemporains eux-mêmes se sont efforcés de tirer de l’expérience – leur expérience propre, et ce qu’ils pouvaient apprendre de celle d’autrui – des enseignements à caractère théorique, susceptibles de réemploi. C’est ce qui explique, surtout dans les régions où les guerres ont déposé au long des siècles des sédiments mémoriels abondants, les phénomènes comme celui que Jean-Jacques Langendorf, dans un livre récent, propose d’appeler « le syndrome de Schwenten », en référence à l’éphémère république neutre de Schwenten (aujourd’hui Swietno, en Pologne), située dans l’ancienne province prussienne de Posen et qui comptait en 1918 environ sept cents habitants, tous allemands, mais qui était entourée de localités où voisinaient et s’affrontaient Polonais et Allemands3. Si la micro-histoire peut à bon droit se saisir d’un cas singulier comme celui-là, c’est parce que la capacité d’un groupe de quelques centaines d’habitants à choisir délibérément la voie de la neutralité, dans un moment de troubles perçus par eux comme une menace sur l’existence même de leur communauté, et à s’armer pour la faire respecter par les milices polonaises aussi bien qu’allemandes, comporte des enseignements à valeur générale. Ce sont précisément des termes de comparaison de ce type – qu’il s’agisse d’aspects juridiques, fiscaux ou symboliques – qui ont retenu l’attention des auteurs réunis dans ce volume.

4L’occupation et la neutralité ont encore cela de commun qu’elles soulèvent toutes deux des problèmes à la fois matériels et moraux. C’est avant tout pour préserver ses biens qu’on cherche à se placer hors des atteintes de la guerre. La recherche d’un modus vivendi acceptable par les deux parties nécessite la régulation des rapports entre militaires et civils, plus ou moins délicate à obtenir puis à maintenir suivant le nombre et l’état, mais aussi l’origine et l’appartenance des soldats auxquels les populations ont affaire. Elle vise aussi à assurer la continuité des échanges. La guerre – l’exemple pyrénéen étudié par Patrice Poujade l’atteste parmi tant d’autres – à la fois fait obstacle au commerce et le stimule ; à l’époque moderne, elle n’exclut pas l’activité persistante de réseaux marchands transfrontaliers. Le « chacun pour soi » qu’a toujours avivé la seule approche des armées, la rumeur annonciatrice d’une occupation prochaine, jette sur ce que Martial Gantelet nomme « l’articulation des intérêts » une plus vive lumière que le cours ordinaire de la vie sociale.

  • 4 Commission indépendante d’experts « Suisse-Seconde Guerre mondiale », La Suisse, le national-socia (...)

5Cela n’empêche certes pas que, pour des raisons morales, la recherche de la neutralité ou simplement de la sécurité ait mauvaise presse. Les thèmes des attaques portées durant la guerre de Trente Ans contre les neutres dans les libelles étudiés par Axel Gotthard n’étonnent pas les historiens plus familiers de la « guerre de Trente Ans » du XXe siècle. Récemment encore, la commission indépendante d’experts chargée de dresser un bilan de l’attitude de la Suisse entre 1933 et 1945 estimait que « la neutralité ne se définit qu’en terme négatif : ne pas participer aux conflits internationaux armés4 ». Le souci de préserver l’unité de la communauté est d’autant plus vif lorsque le conflit qui la menace porte à leur paroxysme des haines religieuses, nationales ou idéologiques, mais c’est alors aussi que la neutralité expose le plus ceux qui s’y tiennent aux foudres croisées des camps qui s’affrontent. Dans les cas d’arrangements locaux visant à s’assurer la protection des occupants, ou au moins le respect d’accords de toute façon onéreux pour les occupés, la question de la loyauté due par ces derniers à leur souverain légitime est généralement plus complexe qu’on ne l’imagine si on se la représente à la manière de celle que tout citoyen d’un État national moderne est supposé lui devoir. L’enchevêtrement des liens de dépendance féodale, comme les privilèges locaux accordés par les souverains pour mieux s’assurer la fidélité de sujets attachés à d’anciennes libertés, rendent l’identification du devoir sujette à mainte variation. On comprend mieux aussi, à la lecture des pages qui précèdent, que Grotius ait pu, quoique préoccupé, l’un des premiers, de fonder en droit la neutralité, entendue par lui comme la possibilité de s’abstenir de prendre parti pour l’un ou l’autre des belligérants, enfermer ce droit, sitôt reconnu, dans l’aporie de la distinction entre guerres justes et injustes, qui restait dominante dans la pensée de l’époque.

  • 5 Robert Frank, « La neutralité : évolution historique d’un concept », Jukka Nevakivi (dir.), Neutra (...)
  • 6 Pour ne citer que cet exemple, dans un opuscule édité en 1920, Charles Borgeaud, professeur à l’un (...)
  • 7 Nicolas Politis, La neutralité et la paix, Paris, Hachette, 1935, p. 8-9.

6De l’éclatement féodal et religieux à l’affirmation de puissances rivales, l’époque moderne n’a pu créer les conditions d’une reconnaissance de « la » neutralité suivant une définition généralement acceptée. La Réforme n’a fait que confirmer et parachever une évolution qui avait déjà auparavant montré l’incapacité de la papauté à imposer son arbitrage. De cette impuissance de la diplomatie romaine, José Javier Ruiz Ibañez donne un exemple caractéristique, le cas de l’occupation d’Amiens en 1597. Comme l’observe Robert Frank, la régulation progressive des droits et devoirs des neutres n’a pas empêché qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, la guerre ait encore été quelquefois « le meilleur moyen de faire respecter leurs droits5 ». En 1691, rappelle-t-il, pour obtenir ce résultat il a fallu une alliance entre neutres, Danois et Suédois, face aux belligérants anglais et français. La neutralité ne conduit donc pas nécessairement à la paix. Et l’on sait qu’elle a été remise en cause dès que s’est affirmée l’idée d’une ligue des nations destinée à garantir la paix6. Méditant en 1933 devant les étudiants de l’université de Salamanque sur l’œuvre du dominicain espagnol Francisco de Vitoria, Nicolas Politis considérait que la neutralité, « produit de l’anarchie internationale, dans un monde où les États avaient la prétention d’exercer sans le moindre contrôle un pouvoir souverain illimité, où ils avaient le droit absolu de guerre, où ils ne connaissaient aucun système régulier de justice, où l’interdépendance de leurs intérêts ne pouvait être conçue que comme une spéculation de l’esprit, où enfin leur communauté était dépourvue de toute organisation », était devenue, à l’âge du pacte Briand-Kellogg, « un véritable anachronisme ». Elle lui semblait « irrémédiablement condamnée comme institution [et] destinée à disparaître7 ». La suite de l’histoire a vite démenti cette conviction. Encore la vision d’un ordre international fondé sur la défense de la paix et succédant à des siècles de désordres guerriers simplifiait-elle à l’excès le contraste entre deux âges. De l’un à l’autre s’est produite une évolution dont le présent livre restitue la complexité.

  • 8 Henry Meyrowitz, Le principe de l’égalité des belligérants devant le droit de la guerre, Paris, A. (...)

7Dans la perspective comparative que nous souhaitions privilégier, deux types d’espaces revêtaient un intérêt particulier : les espaces maritimes et les espaces frontaliers terrestres. Il importe de rappeler que les premiers ont eu une part déterminante dans l’essor des conceptions modernes de la neutralité. Pour reprendre les termes d’une étude classique, « alors que le ius in bello est essentiellement le droit de la guerre terrestre, le droit relatif au régime de la neutralité est, principalement, lié à la guerre maritime, autrement dit, il est, en premier lieu, l’œuvre des puissances maritimes. [...] Tandis que dans la neutralité terrestre, l’élément proprement militaire est prépondérant, l’enjeu du droit de la neutralité dans la guerre sur mer a été avant tout d’ordre économique8. » Les contributions de Wolfgang Kaiser et de Renaud Morieux le confirment. La première met en lumière les spécificités que la suspension temporaire des conflits sur mer doit à des confrontations rarement binaires, plus souvent triangulaires et parfois plus complexes encore. La seconde, à partir du cas de Jersey et Guernesey, rappelle utilement quels problèmes posaient aux administrateurs des États la pluriactivité de populations insulaires accoutumées à servir tour à tour l’Angleterre ou la France en fonction de leurs intérêts. S’agissant des régions frontalières terrestres, plusieurs des auteurs réunis ici – particulièrement Catherine Denys, Sandrine Picaud-Monnerat, Christian Windler et Horst Carl – observent que le progressif renforcement des États s’est accompagné d’une distinction de plus en plus nette entre militaires et civils. Il en découle une conception de la guerre, généralement partagée en Europe occidentale au XVIIIe siècle, qui divise plus strictement les tâches : aux soldats, et dans la mesure du possible à eux seuls, la violence guerrière, aux populations civiles les contributions fiscales nécessaires à l’entretien des armées.

  • 9 Élisée Reclus, L’homme et la terre, 2e éd., abrégée et mise à jour par Gustave Goujon, Aimé Perpil (...)

8L’apport de ces regards croisés se mesure à la qualité des éléments de réponse qu’ils permettent de donner à trois ensembles de questions. En premier lieu, on perçoit mieux jusqu’à quel point se ramifient et dans quelles conditions s’exercent dans la variété des territoires les pouvoirs étatiques. On voit combien sont encore limités les moyens dont ceux-ci disposent pour résister à l’éventuelle divergence d’intérêts entre l’État en général et telle ou telle entité territoriale privilégiée, plus directement éprouvée ou menacée. Les problèmes administratifs et militaires qui révèlent l’éloignement de l’autorité étatique, sa méconnaissance du terrain, son incompréhension des intérêts locaux en jeu, offrent de quoi nourrir la réflexion sur le caractère, les méthodes et les limites du pouvoir monarchique à l’époque moderne. Le géographe Élisée Reclus donnait pour exemple d’indépendance à l’égard des « fonctionnaires » français les conventions – facieres ou paseries « comme si le mot était dérivé de paix », ce qui, confirme Serge Brunet, n’épuise pas sa polysémie – signées autrefois par les délégués des « communes » des deux versants pyrénéens « au nom de leur “souveraineté légitime”, et toujours en plein air, à côté de la borne frontière9 ».

  • 10 Ibid., p. 461.
  • 11 Catherine Denys, dans le présent volume.

9C’était pour mieux souligner, à la page suivante de L’homme et la terre, la vanité du « grand argument en faveur des frontières, la “nationalité” », puisqu’en fait, « dans le cours des siècles et dans le tableau des nations, on voit rarement qu’il y ait eu superposition entre la limite donnée à chacun des territoires et à l’ensemble de la population consciente de sa vie collective10 ». Déplacer la question de la conscience des paysans, au sens premier du mot, à celle des gouvernants, c’est interroger non plus l’intériorisation de l’appartenance nationale, mais celle de la souveraineté et de ses limites. De ce point de vue, la sauvegarde, la lettre de sûreté donnent à lire avant tout la faiblesse du souverain légitime. Catherine Denys le rappelle, si « le souverain qui déclare une guerre défend généralement à ses sujets des régions frontalières d’aller chercher des sauvegardes11 », ceux-ci en général s’empressent de contrevenir à l’interdiction dès que l’ennemi approche. Le temps de l’occupation peut être vécu aussi comme un temps de liberté ; l’occupation étrangère peut présenter, y compris en matière de maintien de l’ordre, des avantages que met en lumière l’étude de Michael Kaiser sur le duché de Clèves et le comté de La Marck sous l’occupation des États généraux des Provinces-Unies.

  • 12 Ferdinand Lecomte, Guerre de la Prusse et de l’Italie contre l’Autriche et la Confédération german (...)

10En second lieu, la neutralité apparaît comme une arme efficace de la politique internationale des faibles. Elle est un moyen de pression, un moyen de faire monter les enchères entre des puissances rivales. Le cas de Hambourg étudié par Thomas Lau le montre bien. À l’évidence, c’est à une rationalité à la fois économique et politique qu’obéit la recherche de la protection. Elle manifeste la capacité de s’émanciper du cadre du Saint Empire, dont les limites réelles, pour le dire avec les mots d’un colonel suisse du XIXe siècle, « partout mal définies, variaient avec sa force propre ; elles se confondaient sans cesse avec celles d’autres souverainetés qui, ici, l’absorbaient, ailleurs le méconnaissaient. L’arbitraire, le despotisme, l’anarchie constituaient la base de son édifice12 ». Où l’on retrouve l’idée d’un désordre dont la paix de Westphalie aurait permis de sortir en fondant un équilibre européen appuyé sur les bases du droit moderne – mais d’un désordre qui pouvait avoir ses avantages. L’éloignement du souverain, le caractère flottant que la distance, et le temps qu’il fallait pour les transmettre, conféraient ensemble à ses directives (de ce fait médiocrement respectées), laissaient aux arrangements locaux des espaces autrement plus ouverts, semble-t-il, que les formes d’« anarchie » apparues au cours de la Seconde Guerre mondiale, en raison de la difficulté pour les occupants de hiérarchiser de façon cohérente et constante entre des priorités de plus en plus inconciliables, lors même que le caractère « absolu » de leur pouvoir leur permettait de terroriser les populations.

11On le voit, le dernier des apports de ce volume, et non le moindre, est de donner à penser sur la comparaison elle-même, ses conditions et ses limites. Elle suppose de tenir compte d’une multiplicité de facteurs, de critères de distinction entre les statuts et les positions géographiques des territoires, de leur importance relative au regard des conditions qu’ils offrent pour la circulation des troupes, la remonte, le ravitaillement, ce que souligne à juste titre Frank Kleinehagenbrock à propos des comtés de Wertheim et de Hohenlohe pendant la guerre de Trente Ans. Toutefois, les contributions d’Elizabeth Tingle et de Horst Carl montrent que la variation des rapports de force dans le temps fut un obstacle plus sérieux que la difficulté des communications dans l’espace au maintien de pratiques permettant, dans le premier cas, la systématisation des liens des institutions urbaines et commerciales de Nantes avec la Couronne de France, dans le second, un mode d’occupation équilibré entre satisfaction des exigences militaires et ménagement des ressources locales.

  • 13 Edgar Bonjour, Geschichte der schweizerischen Neutralität. Kurzfassung, Bâle/Stuttgart, Helbing & (...)
  • 14 Cité par Paul Schweizer, Geschichte der Schweizerischen Neutralität, Frauenfeld, J. Huber Verlag, (...)

12Dans cet ensemble, le cas de la Suisse méritait à plusieurs titres une attention spéciale. Alexandre Dafflon, André Holenstein et Thomas Maissen réexaminent à nouveaux frais non pas une idée de la neutralité traditionnellement regardée comme une sorte de caractère original de la nation suisse, mais plutôt un processus d’apprentissage, subi au moins autant que voulu, objet – suivant la démonstration de Thomas Maissen – d’un discours étatique de justification a posteriori, parce qu’en fait largement dépendant, comme le soulignait déjà Edgar Bonjour, de « l’équilibre entre les grandes puissances13 ». André Holenstein revient sur l’importance du biconfessionnalisme du Corps helvétique dans l’orientation vers la neutralité et souligne que celle-ci n’alla pas sans douleurs ni débats de conscience. Comme Thomas Maissen, il suggère tout ce qu’a à nous apprendre à ce sujet le vocabulaire des acteurs. On songe à l’étonnement révélateur qu’exprimait encore en 1678 Gravel, ambassadeur de France auprès de la Diète helvétique : « Sa Majesté [...] trouve étrange que vous vous déclariez toujours si positivement pour le mot de seureté, pendant que j’ay donné à entendre que Sa Majesté estimait être conforme à la raison et à l’usage, qui s’est pratiqué de tous temps, que l’on employast le mot de neutralité14. » Cette relecture de l’invention de la tradition helvétique converge avec les autres études sur le XVIIIe siècle pour accréditer l’idée d’un renforcement des États à l’âge des Lumières, dans la continuité de l’affirmation de « politiques de puissance » dont témoignaient déjà les guerres de Louis xiv. On constate en parallèle une internationalisation des connaissances concernant l’histoire de la guerre et de la paix dans l’Europe des siècles précédents. De là, sans doute, à la fois une réflexion plus approfondie sur les acquis de l’expérience et un premier effort pour concevoir une régulation à grande échelle, obéissant à des principes universels. C’est à cet équilibre que met fin la rupture révolutionnaire de 1789. Cela justifiait de consacrer à la période suivante de nouveaux échanges comparatifs. Ils auront lieu à Lille en novembre 2009 et fourniront la matière d’un autre livre.

Notes

1 Voir, de Lucien Bély, Les relations internationales en Europe, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 4e éd., 2007, et L’art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 2007.

2 Jean Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 58.

3 Pour tenter de se soustraire à l’agitation qui gagnait, à la fin de 1918, la province de Posen, « l’assemblée communale de Schwenten se réunit le 5 janvier 1919, dans l’auberge du village, qui deviendra le siège du parlement, et proclama l’indépendance et la neutralité (armée) de la République de Schwenten, se dotant d’une Constitution. [...] Les milices polonaises et allemandes reconnurent l’indépendance et la neutralité de Schwenten. Lorsque, à Versailles, les envoyés discutèrent du tracé de la frontière polono-allemande, et que la situation sur le terrain se stabilisa, le gouvernement de Schwenten décida d’abandonner, le 10 août 1919, sa neutralité et demanda son rattachement au Land de Prusse, ce qui fut accepté le 9 juin 1920 après que la commission alliée désignée eut fixé la nouvelle frontière qui plaçait Schwenten en Allemagne. » (Jean-Jacques Langendorf, Histoire de la neutralité. Une perspective, Gollion, Infolio éditions, 2007, p. 13-14 et p. 29.) J.-J. Langendorf cite l’ouvrage du pasteur Emil Gustav Hegemann, président et ministre des affaires étrangères de l’éphémère république, Der Freistaat Schwenten. Deutsche Not und Treue in der Grenzmark Posen. Der deutschen Jugend gewidmet, s. l. n. d.

4 Commission indépendante d’experts « Suisse-Seconde Guerre mondiale », La Suisse, le national-socialisme et la Seconde Guerre mondiale. Rapport final, Zurich, Pendo, 2002, p. 62, cité par J.-J. Langendorf, op. cit., p. 19.

5 Robert Frank, « La neutralité : évolution historique d’un concept », Jukka Nevakivi (dir.), Neutrality in History/La neutralité dans l’histoire. Actes de la Conférence sur l’histoire de la neutralité organisée à Helsinki, 9-12 décembre 1992, sous le patronage de la Commission d’histoire des relations internationales, Helsinki, Societas Historica Finlandiae, 1993, p. 27.

6 Pour ne citer que cet exemple, dans un opuscule édité en 1920, Charles Borgeaud, professeur à l’université de Genève, prend position dans le débat sur le maintien de la neutralité constitutionnelle suisse au sein de la SDN : La neutralité suisse au centre de la Société des Nations, Notice historique, avec l’avant-projet suisse de pacte fédéral et de statut constitutionnel de la Ligue des nations, Genève, Édition Atar, 1920.

7 Nicolas Politis, La neutralité et la paix, Paris, Hachette, 1935, p. 8-9.

8 Henry Meyrowitz, Le principe de l’égalité des belligérants devant le droit de la guerre, Paris, A. Pedone, 1970, p. 324.

9 Élisée Reclus, L’homme et la terre, 2e éd., abrégée et mise à jour par Gustave Goujon, Aimé Perpillou et Paul Reclus, t. 3, Paris, Albin Michel, 1931, p. 460.

10 Ibid., p. 461.

11 Catherine Denys, dans le présent volume.

12 Ferdinand Lecomte, Guerre de la Prusse et de l’Italie contre l’Autriche et la Confédération germanique en 1866. Relation historique et critique, t. 1, Lausanne, Librairie classique J. Chantrens, 1868, p. 7-8.

13 Edgar Bonjour, Geschichte der schweizerischen Neutralität. Kurzfassung, Bâle/Stuttgart, Helbing & Lichtenhahn, 1978, p. 12 (traduction française : La neutralité suisse. Synthèse de son histoire, Neuchâtel, la Baconnière, 1979, p. 15).

14 Cité par Paul Schweizer, Geschichte der Schweizerischen Neutralität, Frauenfeld, J. Huber Verlag, 1895, p. 7.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search