Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Des ennemis familiers : arrangements avec les Français pendant la guerre de Sept Ans et les guerres révolutionnaires

Horst Carl
Traduction de Sandrine Picaud-Monnerat

Texte intégral

  • 1 Sur ce sujet, voir les deux volumes suivants, qui dépassent la période que nous avons retenue ici  (...)

1L’occupation militaire ne présente pas seulement une variante extrême des relations entre États ; elle représente également une confrontation aussi intensive que problématique entre des personnes appartenant à deux territoires ou deux nations. Par l’entrelacement des perspectives – histoire politique, histoire militaire et microhistoire1 –, les situations d’occupation apparaissent comme des points clefs de l’histoire croisée des nations et des États.

  • 2 Horst Carl, « Französische Besatzungsherrschaft im Alten Reich. Völkerrechtliche, verwaltungs-und (...)
  • 3 Hansgeorg Molitor, Vom Untertan zum Administré. Studien zur französischen Herrschaft und zum Verha (...)
  • 4 Bernd von Münchow-Pohl, Zwischen Reform und Krieg. Untersuchungen zur Bewußtseinslage in Preußen 1 (...)
  • 5 John F. Sweets, Choices in Vichy France : the French under Nazi Occupation, Oxford, Oxford UP, 198 (...)
  • 6 Rainer Hudemann, « Französische Besatzungspolitik und deutsche Bevölkerung nach zwei Weltkriegen » (...)

2Aucune autre « histoire croisée » comparable, dans le contexte européen, n’offre des situations d’occupation d’un poids semblable à celui que l’on observe dans les rapports entre les Allemands et les Français. De l’Ancien Régime, plus précisément du XVIIe siècle, à la Seconde Guerre mondiale et à l’histoire de cet après-guerre, les occupations militaires des uns ou des autres, plus ou moins limitées à certaines régions, ont été une constante avec, souvent, des conséquences profondes pour l’histoire nationale ou régionale concernée2. La confrontation des régions de la rive gauche du Rhin à la Révolution française a eu lieu, de même, dans les conditions d’une situation d’occupation3, tout comme les réformes prussiennes après 18064 ; inversement, la formation de la Troisième République en France s’est faite à son tour sous occupation, de même que la confrontation avec le régime national-socialiste5. On ne peut expliquer non plus le nouveau départ politique de l’Allemagne après 1945 sans faire référence au contexte de l’occupation du pays6.

  • 7 Horst Carl, « Les meilleurs ennemis du monde », Revue historique des armées, 202, 1996, p. 58-67.
  • 8 Horst Carl, Okkupation und Regionalismus. Die preußischen Westprovinzen im Siebenjährigen Krieg. M (...)
  • 9 Ute Planert, Der Mythos vom Befreiungskrieg. Frankreichs Kriege und der deutsche Süden : Alltag – (...)
  • 10 Les développements ci-après traitent principalement des deux landgraviats de Hesse-Darmstadt et de (...)
  • 11 Wilhelm Steffens, « Die linksrheinischen Provinzen Preußens unter französischer Herrschaft 1794-18 (...)
  • 12 Pour des informations plus approfondies sur les campagnes militaires de la guerre de Sept Ans, il (...)
  • 13 Uta Germann, Die Entschädigungsverhandlungen Hessen-Darmstadts in den Jahren 1798-1815 : Diplomati (...)

3La suite de cet article traite bien sûr uniquement de situations prenant place aux temps modernes : les expériences d’occupation répétées, presque stéréotypées, au contact des occupants français ont non seulement façonné les régions de la rive gauche du Rhin7, mais, pendant la guerre de Sept Ans, de vastes portions du Centre et du Nord-Ouest de l’Allemagne8. Lors des guerres de la Révolution également, non seulement les régions de la rive gauche du Rhin, mais aussi une partie de l’Allemagne du Sud et d’autres territoires situés sur la rive droite du Rhin sont devenus des théâtres d’opérations et, par là, des lieux d’invasion et d’occupation française9. Au sein de ce vaste spectre de situations d’occupation, je me contenterai d’envisager ici deux régions, ou territoires, qui, dans des circonstances politiques très différentes, ont subi l’occupation des armées françaises pendant plus ou moins longtemps : les régions prussiennes du Rhin inférieur (voir la carte p. 363), et les territoires de la Hesse actuelle (voir la carte p. 364)10. Durant la guerre de Sept Ans (1756-1763) comme durant les guerres de la Révolution (1792-1801), les Français s’invitèrent de force dans les deux régions : ils occupèrent les provinces prussiennes du Rhin inférieur (comté de Meurs, duché de Gueldre, duché de Clèves) presque continûment de 1757 à 1763. Ces provinces connurent à nouveau le même destin après 1792 : lors de la première année de la guerre, les Français s’en tinrent à un raid de dévastation ; en revanche, ils s’établirent sur place à partir de 1794, pour sept ans, jusqu’à l’annexion définitive de la région en 180111. La Hesse présente un tableau similaire : la région des deux landgraviats de Hesse fut sans cesse théâtre de combats pendant la guerre de Sept Ans ; les Français, qui comptaient le territoire de Hesse-Cassel au nombre des états de l’Empire qui étaient leurs ennemis, l’occupèrent jusqu’à quatre fois pendant la guerre : de mai 1757 à mars 1758, de juin à décembre 1758, de mai à octobre 1759 et, enfin, de l’été 1760 jusqu’à la fin de la guerre, au début de 176312. Dans le même temps, des troupes françaises furent assemblées et cantonnées en grand nombre, à partir de 1758, dans la Hesse-Darmstadt, alliée à la France ; le même sort fut réservé à partir de 1759, et jusqu’à la fin de la guerre, à Francfort, pourtant ville d’Empire neutre. Pendant les guerres de la Révolution, certes, la Hesse-Cassel ne fut pas inquiétée par l’avancée des troupes, mais Francfort fut prise une première fois par les Français en 1792, puis à nouveau en 1796, et elle fut ensuite occupée pendant un temps relativement long par une garnison française. La Hesse-Darmstadt devint à partir de 1795 le théâtre d’opérations des armées françaises, et ces dernières tourmentèrent tant et si bien le pays, ou plutôt son prince, que celui-ci finit par conclure avec les Français, au début de la guerre de la 2e coalition, en 1799, une convention de neutralité, qui ne fit que légaliser l’occupation de fait, par les Français, de vastes portions de son territoire. Comme pendant la guerre de Sept Ans, pendant laquelle les Français avaient encore été alliés du landgrave de Darmstadt, les armées révolutionnaires occupèrent également Giessen, ville de garnison et cité universitaire, pendant plusieurs années, jusqu’à la fin de la guerre en 180113.

Les régions prussiennes du Rhin inférieur au milieu du XVIIIe siècle

La Hesse au milieu du XVIIIe siècle

  • 14 Sur le développement des normes du droit des gens lors d’une occupation au début des temps moderne (...)

4Depuis le XVIIIe siècle, on peut décrire les situations d’occupation militaire comme des constellations spécifiques, qui obéissent à des critères relativement normalisés, dont les contemporains avaient déjà une idée assez claire14. Le concept d’« occupation militaire » impliquait qu’une force d’occupation se fût établie en un lieu, accompagnée d’une activité administrative relativement ordonnée, et qu’elle ait imprimé à sa présence une certaine durée. Quand une armée entrait dans une région, cet acte constituait d’abord une invasion, et pas encore une occupation. S’il est aussi peu pertinent d’employer le terme d’occupation quand une armée dévastait une région traversée, c’est que l’exploitation du pays ennemi n’était dans ce dernier cas ni durable ni récurrente.

  • 15 Horst Carl, « Militärische Okkupation im 18. Jahrhundert – Anmerkungen zu einer spezifischen Situa (...)

5D’un autre côté, la domination d’un occupant en pays occupé était par nature temporaire, jusqu’à ce que fût scellé définitivement le destin du territoire considéré, ce qui, au XVIIIe siècle, se faisait le plus souvent sous la forme d’un traité de paix. C’était seulement ce dernier qui légitimait une conquête, et servait de critère pour différencier conceptuellement la conquête de l’occupation. À la phase d’occupation, comprise comme l’exercice provisoire de l’autorité souveraine, succédait, soit la restitution de la région occupée, soit, le cas échéant, une annexion par la puissance victorieuse, quand une telle acquisition de territoire était reconnue définitive à la fin de la guerre15.

6En tant que situations spécifiques s’inscrivant dans un contexte en grande partie normalisé dans le cadre d’une guerre, les occupations militaires peuvent être directement comparées entre elles – qu’elles aient eu lieu au XVIIe ou au XXe siècle. Ci-après, il s’agira de comparaisons régionales entre deux régions de l’Empire germanique, dont les habitants firent avec les Français qui occupaient leur territoire des expériences aisément comparables, même si elles ne furent justement pas semblables. En dépit du contexte normalisé dont nous avons parlé, le vaste éventail de règles du jeu observable suivant les situations permet de distinguer le caractère particulier de chaque situation d’occupation. Parallèlement, la comparaison temporelle est intéressante, entre, d’une part, la guerre de Sept Ans, considérée comme une dernière « guerre de cabinet » et, d’autre part, les guerres de la Révolution, considérées comme point de départ des guerres nationales modernes, menées par des masses armées, recrutées sur d’autres bases. Ce champ de recherche étant très vaste, on ne peut ici proposer d’étude exhaustive ; il ne peut s’agir que de présenter des cas exemplaires. Ce faisant, on ne se contentera pas d’argumenter au niveau de la microhistoire, mais l’on abordera aussi l’histoire régionale, voire provinciale, parce que c’était à ces niveaux que les occupants et les occupés négociaient et fixaient les règles destinées à régir leurs rapports réciproques. C’est en reliant les champs de la microhistoire locale et de l’histoire de niveau provincial que l’on verra plus précisément les conséquences de ces arrangements, pour une situation donnée.

7Concrètement, il convient de répondre plus précisément à trois types de questions :

  1. En fonction du contexte politique, des parties des territoires prussien et hessois, pendant la guerre de Sept Ans comme dans les guerres de la Révolution, se positionnèrent parfois clairement du côté de l’adversaire français, et préférèrent à d’autres moments être neutres – mais, dans les deux cas, ces régions furent occupées par des troupes françaises. Quels changements ces situations successives occasionnèrent-elles dans les conditions d’occupation ?
  2. Une occupation est toujours guidée par l’axiome rationnel de l’approvisionnement de l’armée ; mais aussi, en même temps, par celui d’une exploitation maximale des ressources d’un territoire ennemi. Ces deux axiomes étaient loin d’être convergents, si bien qu’ils purent entrer en contradiction l’un avec l’autre. Quelles conséquences cela eut-il pour les sujets ? Y eut-il une différence entre l’occupation à court terme à proximité des théâtres de la guerre, et l’occupation à long terme dans les lieux d’étape (les lieux où étaient rassemblés les vivres, les fourrages et les munitions à distribuer aux troupes) ? La logique de l’exploitation changea-t-elle et, avec elle, les procédés des occupants, quand les caractères de la guerre changèrent, c’est-à-dire quand ce ne furent plus des troupes de ligne soldées qui arrivèrent en tant qu’occupants, mais les armées de masse révolutionnaires, mal approvisionnées ?
  3. Quelles répercussions les diverses conditions d’occupation eurent-elles sur le quotidien des occupés ? Quand y eut-il une résistance ouverte, et quelle image des occupants et du temps d’occupation resta présente dans la mémoire collective ?

Effet du contexte politique sur l’occupation militaire

  • 16 H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 66-145.
  • 17 Wolf von Both/Hans Vogel, Landgraf Wilhelm viii. von Hessen-Kassel. Ein Fürst der Rokokozeit, Muni (...)
  • 18 Heinz Duchhardt, « Frankfurt am Main im 18. Jahrhundert », Frankfurt am Main. Die Geschichte der S (...)
  • 19 Pour une vue générale de cette tradition de la politique extérieure française, voir : Rainer Babel (...)
  • 20 J. R. Wolf, op. cit., p. 431.

8Aussi bien pendant la guerre de Sept Ans que pendant les guerres de la Révolution, les Français furent confrontés pour les activités liées à leur occupation, dans les régions comparées ici, à un large spectre de conditions politiques. Par exemple, entre 1757 et 1763, ils n’agirent pas dans les provinces de l’ouest de la Prusse sous leur propre responsabilité, mais comme « puissance auxiliaire » de l’Autriche engagée contre la Prusse. La France n’était en effet pas entrée en guerre elle-même contre la Prusse. Les Autrichiens, de leur côté, revendiquaient les droits régaliens dans ces territoires et installèrent en conséquence une petite administration d’occupation, à laquelle, par exemple, étaient subordonnés les tribunaux16. Contre l’état de Hesse-Cassel en revanche, la France agit de sa propre initiative, parce qu’elle considérait le landgrave comme un allié de l’Angleterre, et donc comme un ennemi ; le landgraviat recevait en effet des subsides de la part de l’Angleterre pour l’entretien de ses troupes. Or, la France se trouvait officiellement en guerre contre l’Angleterre. Le landgrave essaya bien, au début de la guerre, de déclarer son territoire neutre, car il n’était formellement allié, ni avec la Prusse, ni avec l’Angleterre ; ses tentatives furent soutenues par l’empereur et l’Empire, mais ni le gouvernement français, ni les chefs militaires ne consentirent à une telle fiction diplomatique17. Enfin, la neutralité explicite de villes impériales telles que Cologne et Francfort, qui n’était pas contestée par la France, n’empêcha pas ces deux villes d’être occupées en 1759 ; les objectifs stratégiques primèrent ici sur la neutralité18. Le ravitaillement des armées françaises de l’autre côté du Rhin dépendait en effet trop de ces deux villes pour qu’elles ne fussent pas entièrement contrôlées. Formellement, il ne s’agissait pas de l’occupation militaire d’un pays ennemi, mais l’euphémisme d’une prétendue « protection19 » d’un état de l’Empire apportée par la puissance occupante (suivant le même terme que celui dont on usa durant la guerre de Trente Ans) ne changea en rien les réalités financières : les villes d’Empire devaient subvenir entièrement à l’entretien des importantes garnisons françaises. Parallèlement, le territoire impérial de Hesse-Darmstadt, qui était officiellement neutre, mais qui percevait des subsides de la cour de France pour l’entretien de ses soldats, concéda volontairement aux Français, à partir de 1758, le droit d’occupation d’une partie de son territoire et de la forteresse de Giessen. Ce fut, ici aussi, le pays qui eut à supporter les coûts engendrés par la présence de la garnison20.

  • 21 W. Steffens, op. cit., passim ; Roger Dufraisse, « L’installation de l’institution départementale (...)

9De même, pendant les guerres de la Révolution, les provinces prussiennes de la région du Rhin inférieur n’eurent pas simplement le statut d’un territoire ennemi occupé : la conclusion de la paix de Bâle, en 1795, entre la France et la Prusse, contenait un article secret selon lequel l’occupation militaire de ces provinces revenait à la France (alors que la Prusse restait neutre) jusqu’à un futur traité de paix impérial, ce dernier pouvant, seul, décider définitivement du destin des régions prussiennes de la rive gauche du Rhin. La position privilégiée de ces provinces occupées devait se manifester par le fait que la puissance d’occupation se contenterait de lever des impôts extraordinaires nécessaires pour l’entretien de l’armée, réduirait les réquisitions à un prélèvement minimal, et suspendrait les importantes contributions en argent. Quand elles eurent été mises au courant de la conclusion de la paix, les administrations prussiennes locales refusèrent, sans tarder, de continuer de verser des contributions aux Français et envoyèrent des députés à Paris pour exiger de ne plus être traitées en territoire ennemi occupé. Cependant, le destin de ces provinces était secrètement scellé depuis longtemps ; leur annexion par la France était décidée. Alors que les Français, vis-à-vis de l’extérieur, tenaient compte du caractère particulier de ces provinces en renonçant à la coupe du bois, particulièrement ruineuse, ou à d’autres emprunts forcés, ils introduisirent pas à pas, à partir de 1798, leurs propres structures administratives21. La position privilégiée de ces provinces – en termes de suspension d’impôts spéciaux – peut donc être également interprétée comme, déjà, une annexion administrative et financière à la République française, les ressources de ces provinces étant, de ce fait, allouées au financement de la guerre française, sans autre considération. L’occupation d’un territoire neutre, telle que présentée ici, préfigure donc déjà l’annexion de droit international.

  • 22 Il existe sur ce sujet une source contemporaine percutante : Kriegsgeschichte der Stadt und Festun (...)
  • 23 Wolfgang Meyer, Stadt und Festung Gießen in der Franzosenzeit 1796/1797, Gießen, Diss. phil., 1918
  • 24 U. Germann, op. cit., p. 92-121.
  • 25 J. R. Wolf, op. cit., p. 431.
  • 26 On peut le discerner dans les déclarations des documents autobiographiques de l’époque : Kriegsges (...)

10Le cas de la Hesse-Darmstadt présente, pour le temps des guerres de la Révolution, les mêmes problèmes de l’amalgame entre la neutralité et l’occupation : au cours de la guerre impériale – non officiellement déclarée –, la Hesse-Darmstadt fut, durant la guerre de la première coalition, du côté de l’adversaire de la France. Des parties de son territoire – à nouveau la Haute Hesse et la ville forte de Giessen – furent à partir de 1796 au cœur du théâtre de la guerre ; après une première occupation en été 179622, les Français s’imposèrent militairement en avril 1797 et occupèrent la province comme la forteresse jusqu’en 179823. Tandis que les Français et les états de l’Empire négociaient encore à Rastatt les conséquences de la paix qui avait mis un terme à la guerre de la première coalition, la guerre de la deuxième coalition se profilait déjà à l’horizon. Dans ce contexte, le landgrave conclut en mars 1799 une convention de neutralité avec le commandant militaire en chef français, Bernadotte ; cette convention réglementait également la suite de l’occupation de la Haute Hesse, y compris Giessen24. Jusqu’à la fin de 1799 (ensuite, le théâtre de la guerre se déplaça vers l’Allemagne du sud), les Français continuèrent à occuper Giessen et ses environs, mais, désormais, en tant qu’occupants d’un pays neutre. Ce changement de statut de l’occupation n’eut que des conséquences marginales sur les conditions concrètes de cette occupation. Ce fut dans le domaine symbolique que les différences entre le statut de Giessen, ville forte ennemie occupée, et le statut de la même ville de Giessen, ville neutralisée occupée, furent les plus patentes ; à savoir, pour ce qui concernait les symboles de souveraineté. Les signes traditionnels de l’autorité du landgraviat – les armes sur les portes de la ville – furent à nouveau installés et, comme lors de la guerre de Sept Ans, des soldats du landgraviat furent à nouveau présents dans la ville occupée pour prendre en charge les tâches de police. Mais, comme durant la guerre de Sept Ans, les Français annoncèrent qu’ils continueraient à exercer un contrôle effectif sur la ville, à travers la présence d’une deuxième garde principale dans la ville, et à travers la reconnaissance, par les troupes de Hesse-Darmstadt également, de l’autorité du chef militaire français comme chef militaire de la ville fortifiée25. Toutefois, dans le domaine qui était essentiel pour la population en cas d’occupation – des charges militaires réduites – le changement de statut eut peu de conséquences. La neutralité du territoire occupé ne se répercuta pas sur les contacts quotidiens avec la puissance d’occupation française26.

  • 27 H. Carl, Französische Besatzungsherrschaft, op. cit., p. 40-46.

11Ce que l’on observe ici, dans le cadre de l’histoire locale de la Hesse-Darmstadt lors de la guerre de Sept Ans et lors des guerres de la Révolution, vaut aussi pour les cas comparables des régions du Rhin inférieur pendant ces deux périodes27 : pour les provinces prussiennes, les circonstances politiques de l’occupation militaire furent finalement secondaires. Quoique les provinces prussiennes eussent un autre statut juridique, les charges qui les affectaient en raison de l’occupation ne se différencièrent que peu à peu de celles des autres régions occupées de la rive gauche du Rhin, par exemple des portions de territoires dépendant de l’électorat de Cologne, de Juliers ou de l’électorat du Palatinat. Même dans les zones prussiennes neutres occupées, les troupes d’occupation engendrèrent des charges supplémentaires, qui s’ajoutèrent aux impôts réguliers levés au profit de la puissance d’occupation. Si, en fin de compte, les conditions politiques ne changeaient pas fondamentalement, pour les sujets qui y étaient soumis, les conditions de l’occupation, c’étaient essentiellement, alors, les exigences militaires qui imprimaient à une situation d’occupation son caractère.

La logique militaire des occupations

  • 28 H. van Houtte, op. cit. t. 1, p. 257-270.
  • 29 H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 171-188.
  • 30 Lee Kennett, The French Armies in the Seven Years’ War. A Study in Military Organization and Admin (...)
  • 31 Le commissaire des guerres français Dumouriez – père de celui qui fut général pendant les guerres (...)
  • 32 Ibid., p. 179-181, 210-212.
  • 33 La présence d’hôpitaux militaires était une des charges de la guerre les plus redoutées de la popu (...)

12Si le contrôle d’un territoire au moyen d’une exploitation planifiée sous la forme d’une activité administrative réglementée – l’occupation militaire – devenait rapidement similaire, que l’on eût affaire à l’occupation d’un territoire ennemi ou d’un territoire neutre, une différence déterminante séparait en revanche les territoires d’occupation neutres et ennemis, du point de vue de la rationalité militaire : les territoires neutres se voyaient en effet épargnés de la phase d’invasion, première phase d’une prise de contrôle militaire. Pour expliquer ces différences au regard de la logique de l’exploitation des régions occupées, on prendra pour exemples les provinces prussiennes de l’Ouest et la Hesse-Cassel pendant la guerre de Sept Ans. Quand l’armée française entra en été 1757 dans les territoires prussiens du Rhin inférieur et, à la fois, vers Hanovre et dans le landgraviat de Hesse-Cassel, la population de ces régions fut d’abord confrontée aux exigences de l’approvisionnement et du transport des armées qui arrivaient. Déjà, en raison de la taille des armées françaises, qui était de plus de 100 000 hommes quand ces armées entrèrent dans l’Empire, ce fut pour les instances provinciales et locales une tâche sans précédent ; jamais auparavant une armée d’une telle taille n’avait dû être entretenue en plus de la population du pays. Les contemporains eux-mêmes différenciaient déjà l’entrée d’une, telle armée, considérée comme invasion, d’une occupation28 parce que les armées qui arrivaient devaient à chaque fois s’approvisionner sur place pour tout ce qui leur était nécessaire et, donc, avaient inévitablement recours aux réquisitions. Il était parfois difficile de différencier ces réquisitions du simple brigandage ; en effet, les conditions chaotiques dans lesquelles s’effectuait une invasion offraient aux soldats et aux officiers en quelque sorte un espace de liberté autorisé qui leur permettait de tirer profit, pour leur enrichissement personnel, de l’absence de coordination des exigences de fournitures à l’armée en marche et sur le théâtre des opérations29. D’autres méthodes étaient à cet effet plus efficaces que l’extorsion directe d’argent auprès de personnes individuelles. Il s’agissait de manœuvres frauduleuses par lesquelles on circonvenait la population en exigeant des communes ou des provinces qu’elles payassent de fortes sommes, sous le prétexte de l’entretien de l’armée ; une grande partie de ces sommes tombait dans les poches des officiers ou des fournisseurs de l’armée. En 1757, l’armée française fit honneur à sa mauvaise réputation en ce domaine30 : quasiment aucun empiétement sur la population civile, mais un feu roulant de manœuvres frauduleuses plus ou moins voilées. Il existait pour cela un large éventail de procédés pratiqués pour ainsi dire de manière routinière31 : on exigeait par exemple d’une province ou d’une ville une livraison en nature, pour une échéance très rapprochée, qu’il était impossible de respecter. Puis entrait en scène, dans la suite de ce plan douteux, un fournisseur, qui avait été mis au courant du montant exigé et du terme ; il disposait déjà des quantités requises et pouvait donc permettre aux communautés de s’acquitter de la livraison – mais, évidemment, à un prix fortement surestimé32. Un autre problème majeur de cette première phase de la guerre, incontrôlée, était que presque tous les officiers généraux ou les commissaires des guerres pouvaient vendre des passeports ou des sauvegardes à leur propre compte, si bien qu’ils pouvaient forcer les communes ou les individus à acheter l’exemption de lourdes charges de guerre comme l’étaient le logement de troupes chez l’habitant ou la construction d’hôpitaux33.

  • 34 « Manuel du parfait Magistrat pour l’éventualité d’une nouvelle guerre », éd. par H. van Houtte, o (...)
  • 35 Christoph Wilhelm Heinrich Sethe, 1770-1815. Weltgeschichte am Rhein erlebt. Erinnerungen des Rhei (...)
  • 36 Hessen-Kasselische Landtagsabschiede 1649-1798, op. cit., p. 362-366.

13Les habitants concernés ne pouvaient, pour tout recours, que tenter d’endiguer le plus vite possible le cercle des militaires qui cherchaient à profiter de la situation – si possible jusqu’au général ou à l’officier commandant en chef. Dans les Pays-Bas autrichiens par exemple, envisagés comme région d’occupation classique des Français, on était très au fait de ce problème. En 1752, encore tout imprégné de l’expérience de l’occupation française la plus récente, celle de 1745-1748, le conseiller Delepouwe écrivit un mémoire contenant les règles de comportement à tenir par les tenants de l’administration civile en cas de guerre34. D’après lui, la première tâche des responsables administratifs, à l’arrivée des Français, était de canaliser les exigences de ces derniers, en envoyant des députés des communes ou des provinces, qui feraient office d’interlocuteurs individuels auprès du commandant de l’armée en question. Alors que les élites locales prussiennes durent encore, en 1757, apprendre à leurs dépens (c’est-à-dire, littéralement, payer des « frais d’apprentissage » !), des règles du jeu qui constituaient déjà la routine pour leurs voisins des Pays-Bas autrichiens, leurs descendants, quant à eux, purent s’appuyer sur les expériences de la guerre de Sept Ans quand les Français revinrent envahir la région en 1794, et ils purent agir en conséquence – ces Prussiens purent à leur tour se moquer des erreurs commises, dans leurs rapports avec les occupants français, par les magistrats inexpérimentés de l’électorat de Cologne35. On peut observer le même processus d’apprentissage de la part des élites locales du landgraviat de Hesse, pour la guerre de Sept Ans : alors que les magistrats locaux demeurés sur place lors de la première invasion du pays en 1757 furent désemparés, ne sachant comment réagir aux exigences désordonnées des Français36, ils avaient acquis suffisamment d’expérience, lors des invasions suivantes, à partir de 1759, pour pouvoir canaliser dès le début les demandes de contributions.

  • 37 L. Kennett, op. cit., p. 95 et suiv. ; H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 171-188
  • 38 On en trouve des preuves dans : H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 195-199. Pour (...)
  • 39 Ibid., p. 418-420.
  • 40 Dans les provinces prussiennes, les états purent pendant la guerre montrer qu’ils étaient irrempla (...)

14Les Français, de leur côté, firent cependant à chaque fois, dans les provinces prussiennes comme en Hesse-Cassel, au cours de la guerre de Sept Ans, l’expérience douloureuse de la contre-productivité des excès : il était finalement inefficace de tourmenter trop longtemps un pays occupé avec des demandes de contributions désordonnées et de loin surévaluées. Du fait de ces pratiques en tout cas, les régions occupées furent en 1757 presque ruinées ; on refusait de faire crédit aux caisses publiques ; les contributions en argent destinées aux percepteurs d’impôts militaires rentraient mal, parce que la majeure partie en était détournée au profit des officiers et des fournisseurs ; l’exploitation des régions ennemies n’atteignait plus son objectif, l’entretien de l’armée37. Il devint même proverbial que la construction du « Pavillon de Hanovre » du maréchal de Richelieu avait été permise par de tels profits. À vrai dire, les conséquences militaires de ces excès furent désastreuses : retraite chaotique, et coûteuse en hommes, depuis l’Elbe jusque derrière le Rhin au début de 1758. Au regard de cette défaite, les Français reconnurent aussi qu’il était impossible de mobiliser efficacement les ressources de régions occupées sans mettre en place une administration bien réglementée. Cela n’était pas possible sans un minimum de coopération des élites des régions concernées, états et magistrats locaux, si bien que l’on dut s’entendre avec eux par contrat sur les prestations dues par le pays à la puissance d’occupation. À partir de 1759, on trouve, pour la région du Rhin inférieur comme pour la Hesse-Cassel, des contrats de contributions annuels, dont le montant tendait à s’aligner sur les capacités contributives des provinces en temps de paix38. Bien que les négociateurs locaux aient été constamment mis sous pression par la puissance d’occupation, et quoique ces négociateurs, de leur côté, aient allégué plus que de raison l’argument rhétorique d’une ruine et d’une décadence complètes de leur pays pour minimiser les prélèvements, regarder les chiffres et les faits montre objectivement que les deux parties trouvèrent leur compte dans cette réglementation, fondamentale pour une occupation : l’intérêt de l’intendance de l’armée – garantir l’approvisionnement des troupes – était garanti, de même que celui des représentants du pays – contenir les dégâts de la guerre dans des limites calculables. Ainsi, il est significatif de constater que, en dépit des plus dures menaces transmises à plusieurs reprises, les Français durent se contenter, à chaque fois, du report des arriérés de l’année précédente dans les nouveaux contrats de contributions39. Finalement, si des demandes excessives ne pouvaient être satisfaites, elles ne profitaient pas à la puissance d’occupation. Une solution contractuelle permettait des calculs précis ; c’est pourquoi la puissance d’occupation consentit à la fixation du montant des livraisons par ce moyen, ce qui eut pour conséquence de revaloriser, au rang de partenaires contractuels, les représentants des provinces (états et magistrats locaux). Il en résulta des conséquences tout à fait paradoxales : tandis que les princes légitimes, comme le roi de Prusse et le landgrave de Hesse, poursuivaient une politique de marginalisation des états, ces derniers furent par la force des choses élevés à nouveau au rang de représentants du pays grâce à la puissance d’occupation40.

  • 41 On trouve les chiffres des dettes de guerre des provinces prussiennes pendant la guerre de Sept An (...)
  • 42 En 1764, le landgrave disposait de l’énorme somme de 8,5 millions de thaler, issue des contrats de (...)

15Le système des contrats annuels de contributions conduisit entre autres à ce que ce ne fût plus les foyers individuels qui fussent d’abord soumis aux charges, mais les caisses publiques, parce que ces dernières avaient été mises à même, par des règlements de longue durée, d’assumer des crédits. Certes, cela conduisit à un énorme surendettement des finances publiques41 ; plus que les conditions de la guerre, ce fut le contexte de l’après-guerre qui détermina la durée de ce surendettement. Quand le prince souverain veilla à ce que les caisses publiques pussent réaliser des plans de désendettement acceptables, les souvenirs des lourdes années d’occupation s’effacèrent en même temps que les dettes étaient acquittées. Grâce aux subsides reçus de l’Angleterre pour le louage du service de ses soldats, le landgrave de Hesse-Cassel fut même en mesure, après la guerre, de désendetter ses caisses publiques, et au premier chef les états – qui, bien sûr, perdirent de ce fait aussi en grande partie l’influence politique qu’ils avaient retrouvée pendant la guerre ; le pays put donc se remettre relativement vite des conséquences de la période d’occupation et de la guerre42. En Prusse, le roi Frédéric ii fut bien plus avare, de telle sorte que le désendettement des caisses publiques des régions concernées traîna beaucoup plus ; il n’était pas encore terminé quand les Français arrivèrent à nouveau en tant qu’occupants après 1792.

  • 43 T. Blanning, op. cit., p. 83-123 ; J. Smets, Les pays rhénans, op. cit., p. 80.
  • 44 Dies Spiel der Commissare gieng vorzüglich gut in den eroberten Ländern, es kostete nur einen Fede (...)
  • 45 J. Smets, Les pays rhénans, op. cit., p. 180-193.
  • 46 Cela s’applique aussi, d’une manière générale, à la politique d’occupation des Français dans d’aut (...)

16Cette logique financière des situations d’occupation, que l’on a vue à l’œuvre durant la guerre de Sept Ans, s’applique aussi aux guerres de la Révolution, à partir de 1792, car, malgré l’idéologie révolutionnaire, peu de choses changèrent quant aux caractères des temps d’occupation. Avec l’invasion des armées révolutionnaires à la rive gauche du Rhin commença aussi, progressivement, une phase d’exploitation chaotique, en dehors de toutes règles – l’« hiver des pillages » (Plünderwinter) de l’année 1794-1795 est devenu proverbial sur la rive gauche du Rhin43. Comme pendant la guerre de Sept Ans, les agissements de la puissance d’occupation se distinguèrent par une forte proportion de mesures arbitraires en vue d’un enrichissement personnel : « Ce jeu des commissaires fonctionna remarquablement bien dans les pays conquis, il en coûtait seulement un trait de plume [...] pour se faire livrer une grande quantité d’argent44. » Durant cette guerre aussi, ce fut seulement après plus d’un an que les Français réussirent à mettre en place des réglementations de longue durée, sur la base de conventions qui permirent progressivement une exploitation financière régulée. Pour disposer d’interlocuteurs agréés, du côté des populations occupées, pour la négociation des contrats de contributions, les Français durent reconnaître les autorités locales et les modes d’action traditionnels. C’est ainsi que le général Lazare Hoche, en 1797, fit évoluer sa politique d’occupation dans le sens de ce qu’elle était typiquement sous l’Ancien Régime ; malgré tous les objectifs révolutionnaires annoncés, il ordonna ouvertement de remettre en place les organes administratifs qui avaient précédé l’arrivée des Français45. Par là, il reconnaissait seulement que les révolutionnaires français avaient déjà renoncé, lors de leur avancée de 1794, à faire de l’idéologie révolutionnaire de libération la ligne de conduite de leur politique d’occupation, mais qu’ils aspiraient sans exception à l’exploitation maximale des régions occupées et « libérées46 ». Au lieu de poursuivre cette politique d’occupation traditionnelle, l’alternative consistait, après la mort prématurée de Hoche en 1797, à annexer les pays rhénans non prussiens à l’État français. Cela fut mis en place aussi, dans le domaine administratif et surtout le domaine financier, pour les territoires prussiens de la rive gauche du Rhin – malgré leur statut spécial : quant à la politique financière, ils furent traités comme partie de l’État français à partir de 1798, et de cette façon fut déjà accomplie, dans les faits, l’annexion.

17Les agissements des occupants français durant les guerres de la Révolution confirment aussi l’observation suivant laquelle la logique de l’exploitation militaire – y compris les occasions lucratives d’enrichissement personnel – s’imposa en général, face aux objectifs politiques qui la concurrençaient. Si l’on voulait faire cesser l’exploitation sans règles des régions occupées, militairement contre-productive, et la remplacer par des réglementations à plus long terme et plus contrôlables, alors, une force d’occupation révolutionnaire elle-même devait avoir recours à des solutions contractuelles et donc faire des concessions aux élites régionales en place. La logique d’une politique d’occupation dépassait les clivages qui résultèrent du passage de l’Ancien Régime à la Révolution.

Occupants et occupés. Remarques à propos de la logique sociale et perception de la cohabitation

  • 47 L’ordre du maréchal de Broglie, daté de Cassel, le 13 septembre 1760 et concernant des Thätlichkei (...)
  • 48 Voir désormais, sur ce sujet : Ewa Anklam, Wissen nach Augenmaß. Militärische Beobachtung und Beri (...)
  • 49 Hessen-Kasselische Landtagsabschiede 1649-1798, op. cit., p. 399.
  • 50 Karl Siegmar von Galéra, Die Riedesel zu Eisenbach, t. 5 : Vom Reich zum Rheinbund 1713-1806, Neus (...)
  • 51 Ibid., p. 240-244.

18La logique spécifique d’une situation d’occupation, tendue entre les impératifs administratifs et les impératifs politiques, conditionne aussi l’interaction entre les occupants et les populations civiles ainsi que la perception des occupants. La très grande diversité des perceptions et des jugements contemporains s’expliquait en tout cas par la diversité des expériences, allant d’une invasion accompagnée de pillages sans règles, ruineux, jusqu’à des relations quotidiennes normalisées dans le cadre d’une cohabitation pacifique entre les occupants et les occupés. Du point de vue de la puissance d’occupation, le fondement de cette cohabitation tenait à vrai dire toujours dans le droit de la guerre, qui pouvait être appliqué en cas de résistance. Du côté français, le maréchal de Broglie formula cela très clairement, en septembre 1760, dans un manifeste adressé à la population hessoise, à la suite d’actes de violence isolés perpétrés pendant la campagne d’été contre des soldats français et des membres du train des équipages, lors de la nouvelle entrée de l’armée française dans la région et lors de la prise de Cassel : selon lui, l’une des premières règles de la guerre interdisait aux habitants des théâtres d’opérations militaires de prendre parti pour aucun des adversaires en présence, et de prendre eux-mêmes les armes, pour quelque raison que ce fût. C’était seulement le respect de ces règles qui rendait la population digne d’être protégée. Les habitants de la Hesse avaient enfreint les règles en attaquant en différents lieux « des équipages et des vivandiers sans défense » (wehrlose Equipages und Marketender) et en servant d’espions à l’armée des Alliés. Le maréchal de Broglie menaçait la population de la plus grande rigueur en cas de récidive, pouvant aller jusqu’à des peines de mort et la destruction des villages concernés47. Si le maréchal de Broglie interprétait ici la participation de la population civile à la guerre comme une infraction aux règles de la guerre, son manifeste illustrait aussi le domaine critique dans lequel ces règles montraient leurs limites, aux yeux des chefs de guerre : celui de l’acquisition de renseignements. Dans ce domaine, les troupes dépendaient de la collaboration de la population locale, surtout quand elles agissaient dans des régions étrangères, voire en territoire ennemi48. Ce que l’on reprochait à la population hessoise, c’était qu’elle n’aurait fourni des guides ou des espions qu’à l’armée alliée du prince Ferdinand de Brunswick49. Dans les faits, les activités de renseignement et d’espionnage étaient pour les militaires un indicateur important de l’adaptation de vastes cercles de population à la puissance d’occupation : pendant la guerre de Sept Ans, les Français se plaignirent, aussi bien dans la région du Rhin inférieur qu’en Hesse, du manque d’espions issus de la population locale, ce qui se révéla être un désavantage décisif durant toutes les campagnes. En octobre 1761, de Broglie édicta donc un mandat qui ordonnait à la population hessoise de seconder l’armée française quoi qu’il advînt, et qui l’obligeait aussi, en conséquence, à fournir des guides et des espions. Le gouvernement de Hesse-Darmstadt, état neutre mais occupé par les Français, s’y opposa ouvertement, en se référant strictement au précédent mandat du maréchal de Broglie : le 3 juillet 1762, il fut en principe catégoriquement interdit à la population, sous la menace de lourdes peines, de se livrer à l’espionnage et de prendre parti pour l’un ou l’autre des belligérants50. Un gouvernement neutre prenait ainsi l’interdiction d’ingérence de la population civile dans la guerre plus au sérieux que ne le souhaitait la puissance d’occupation elle-même. Des conflits s’avéraient inéluctables si les élites locales refusaient, en se réclamant du décret de leur gouvernement, de livrer aux Français des renseignements sur les mouvements des troupes ennemies51.

  • 52 On renvoie ici aux notes instructives du gouverneur de Wesel pendant la guerre de Sept Ans, Langer (...)
  • 53 H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 370.
  • 54 J. Smets, Les pays rhénans, op. cit., p. 269-299.

19Dans les territoires prussiens du Rhin inférieur au contraire, il y eut à chaque entrée des troupes françaises, tant en 1757 qu’en 1792 ou en 1794, des sympathisants isolés de la puissance d’occupation, prêts à coopérer : au début de la guerre de Sept Ans, ces soutiens vinrent des catholiques, qui étaient majoritaires dans les territoires prussiens de la rive gauche du Rhin mais avaient à souffrir de multiples discriminations en dépit de leur appartenance à l’État de Frédéric le Grand ; au début des guerres de la Révolution, ces soutiens vinrent de ceux qui s’étaient ralliés aux buts révolutionnaires52. Certes, lors de la guerre de Sept Ans, les généraux français pensaient que l’on pourrait plus facilement recruter des espions pour l’armée sur la rive gauche du Rhin que sur la rive droite ; mais ces recrutements furent limités malgré tout à quelques cas isolés, de qualité douteuse53. Pour les guerres de la Révolution, on dispose d’indicateurs plus nets de l’attitude de larges cercles de la population à l’égard des occupants : dans un premier temps, les Français bénéficièrent de fortes sympathies dans les régions du Rhin inférieur, en particulier dans les campagnes, parce qu’ils apportaient avec eux l’abolition des droits féodaux ; mais les occupants perdirent rapidement ce crédit, moins à cause de l’exploitation financière qu’en raison des mesures hostiles à l’Église. Les adresses de réunion de 1798, envisagées comme vote sur un prochain rattachement à la France, donnèrent justement, dans les territoires prussiens occupés, des résultats décevants, de l’avis des Français54.

  • 55 L’exception importante du soulèvement des paysans de Frise orientale à l’occasion d’une invasion d (...)
  • 56 Les troubles de 1809 en Hesse contre le régime du roi Jérôme Bonaparte (émeutes de Dörnberg) furen (...)

20Mais cette distance de la population vis-à-vis de la puissance d’occupation, si elle apparaît peu surprenante, n’atteignit en tout cas au XVIIIe siècle dans aucun des territoires étudiés ici un degré d’aversion propre à déclencher une résistance ouverte. La rhétorique martiale du mandat du maréchal de Broglie visait déjà presque un cas d’espèce, car les attaques isolées de soldats, de courriers ou de vivandiers constituèrent lors de la guerre de Sept Ans le maximum de ce qui fut observé en matière de résistance55. En Hesse-Cassel, il ne s’agit en aucun cas, donc, d’un phénomène de masse qui aurait pu dégénérer en un véritable soulèvement contre les Français56. Il n’y eut de même dans le Saint Empire, pendant les guerres de la Révolution, aucune ébauche d’action de guérilla. De manière significative, les événements de septembre 1760 en Hesse eurent lieu lors d’une nouvelle marche de l’armée française, donc dans le cadre d’une invasion. Plus la situation prenait les traits d’une occupation réglée, moins il y avait, concrètement, d’actes de résistance.

  • 57 Pour des exemples tirés des provinces occidentales prussiennes pendant la guerre de Sept Ans, voir (...)
  • 58 H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 224.
  • 59 Cela eut lieu parallèlement, à la fois sur le Rhin inférieur et en Hesse, à l’automne 1761, dans l (...)

21On peut dire que les guerres et les occupations du XVIIIe siècle, y compris celles de la Révolution, furent marquées dans l’Empire par le rôle des élites locales. En effet, ce furent en fin de compte moins les affinités des populations qui décidèrent de la réussite ou de l’échec d’une administration d’occupation, que le comportement des magistrats locaux et des représentants des états, eux qui étaient au fait des finances du pays, et qui faisaient office d’interlocuteurs et de destinataires des multiples exigences des occupants. Ces représentants locaux et régionaux des provinces occupées pouvaient, d’un côté, être soupçonnés de « collaboration » avec la puissance d’occupation en cas de complaisance trop marquée à son endroit, et, de l’autre, constituer la cible privilégiée des mesures de rétorsion éventuelles de cette même puissance. Lors des négociations destinées à fixer le montant des contributions, les occupants faisaient presque toujours pression sur les magistrats et les représentants des états, en arrêtant ou en prenant en otage un certain nombre d’entre eux pour imposer tels chiffres ou tel contrat57. Les populations concernées furent bien sûr de plus en plus capables d’évaluer le risque de telles mesures de coercition, au sein desquelles la prise d’otages se distingue par sa fréquence. À la différence de ce qui se passait lors des invasions sans contrôle, quand de telles mesures étaient appliquées sans discernement, les occupants concentraient leurs moyens de pression, dans la phase d’occupation, sur la courte période des négociations visant à fixer le montant des contrats de contributions à long terme. Quand, au cours de ces négociations, des représentants des états et des magistrats étaient arrêtés, le risque financier était, lui (parmi tous les désagréments personnels engendrés par ces contraintes), au moins calculable, quand les dépenses engagées étaient ultérieurement restituées par le pays à ceux qui avaient été spoliés, sous la forme d’une indemnisation de frais58. Un magistrat ou un représentant des états ne risquait en général pas une perte financière substantielle, contrairement à un marchand qui se serait absenté relativement longtemps de son magasin. Même lorsque les Français, dans les guerres retenues ici, eurent recours à des moyens drastiques – par exemple, pendant la guerre de Sept Ans, les états et les magistrats furent à chaque fois internés réglementairement comme dans un conclave59 –, cela ne signifiait pas, pour les personnes concernées, qu’il leur fallait craindre d’être blessées, ou tuées, ou spoliées de leur argent. Ces mesures extrêmes avaient bien plutôt une valeur démonstrative : les occupants entendaient par là montrer leur fermeté et leur résolution, en premier lieu vis-à-vis de leur propre gouvernement. Les représentants du pays, de leur côté, pouvaient arguer du fait qu’ils avaient accepté les contrats de contributions seulement sous la contrainte la plus extrême, ce qui les sauverait, après la fin de la guerre, d’un soupçon de collaboration de grande ampleur de la part du souverain héréditaire. De facto, les actes des uns et des autres visaient donc à une interaction hautement ritualisée entre les occupants et les occupés, qui répondait des deux côtés à un calcul rationnel.

  • 60 H. Carl, « Les meilleurs ennemis », op. cit.
  • 61 Les données démographiques concernant la guerre de Sept Ans montrent une augmentation de la mortal (...)
  • 62 Martin Wrede, Das Reich und seine Feinde. Politische Feindbilder in der reichspatriotischen Publiz (...)

22Ce modèle d’interaction contrôlée et rationnelle entre les occupants et les occupés, une sorte de ritualisation des rapports, peut être étendu à l’ensemble des situations d’occupation du XVIIIe siècle. Cela éclaire le fait, surprenant à première vue, que des témoins contemporains de ces guerres aient perçu positivement les occupants français, et en aient gardé un bon souvenir60. À cet égard, il faut se rappeler qu’il n’y a objectivement aucun doute sur la dureté de l’occupation – on peut montrer qu’il y eut une hausse significative de la mortalité, en ville et à la campagne, ce qui atteste cette dureté61. Au moment où les Français entrèrent dans l’Empire, en 1757, les habitants des régions traversées avaient en outre déjà en tête une idée de ce qu’ils avaient à attendre des Français, car la propagande anti-française du XVIIIe siècle s’était coulée sans rupture dans le moule de la propagande sur les atrocités qui avaient marqué le XVIIe siècle62. Alors que les Allemands étaient réputés vaillants, modestes, pieux et respectueux des contrats, les Français étaient vus comme excessifs, présomptueux, rusés, lâches, débauchés, cruels et impies. Presque tous les écrits de propagande clamaient haut et fort que la dévastation du Palatinat était un avertissement fatidique. Ensuite, quand les Français, aussi bien durant la guerre de Sept Ans que pendant les guerres de la Révolution, restèrent, pour partie, plusieurs années sur place, les occupants firent mentir, et souvent durablement, cette image de l’ennemi qui avait été propagée, comme l’attestent les nombreux témoignages autobiographiques. D’après ces sources, les perceptions individuelles des occupants furent diverses et dépendirent en partie de la nature des contacts liés par les populations locales avec les troupes ennemies lors de la mise en quartiers d’hiver ; le logement des troupes chez l’habitant durant les quartiers d’hiver durait en effet plusieurs mois. Idéalement, des occupants purent être en quelque sorte considérés, avec le temps, comme des membres de leur famille d’accueil – ce ne fut pas une exception au début des temps modernes.

  • 63 Johann Wolfgang von Goethe, Aus meinem Leben. Dichtung und Wahrheit, Gedenkausgabe der Werke, éd. (...)
  • 64 Gonthier Louis Fink, « Baron de Thunder-ten-thronck und Riccaut de la Marlinière. Nationale Vorurt (...)
  • 65 L’historien de Crefeld Gottfried Buschbell ajoute un commentaire actualisé à la perception positiv (...)
  • 66 H. Carl, Französische Besatzungsherrschaft, op. cit., p. 63.

23Dans la littérature, l’exemple le plus connu d’une telle évolution est la description de l’occupation française de Francfort pendant la guerre de Sept Ans (1759-1762) et, dans ce cadre, du séjour du comte de Thoranc, lieutenant de roi, dans la famille Goethe, au titre du logement chez l’habitant. Malgré le coût et les multiples désagréments occasionnés à la famille par le logement imposé du comte de Thoranc, et malgré la sympathie du père pour Frédéric ii, dont il ne faisait pas mystère et qui lui apporta de sérieux problèmes avec la puissance d’occupation, ce qui prédomine nettement, dans le récit autobiographique de Goethe, Dichtung und Wahrheit, c’est la fascination liée au contact culturel : l’officier français s’avéra être un homme de goût, qui tenait chaque jour table ouverte et qui, pour le reste, se comporta de façon « exemplaire » (musterhaft) malgré son penchant mélancolique et hypocondriaque ; Goethe, dans son autobiographie, le présente comme un homme altruiste et intègre63. L’auteur contredisait ainsi complètement le stéréotype du contemporain corrompu, moralement vicié, dont Lessing fit la satire en 1763 dans sa comédie guerrière Minna von Barnhelm, en la personne d’un Riccaut de la Marlinière64. On trouve des jugements semblables à celui de Goethe – qui ne furent pas que des cas isolés – concernant la personnalité des commandants français des régions du Rhin inférieur, comme le commandant de la ville forte de Wesel, Langeron ; le même jugement fut porté sur le maréchal de Broglie en Hesse et sur les intendants d’armée Lucé ou Gayot qui, dans la distribution des rôles, furent certainement les pires exploiteurs du pays. De même, pendant les guerres révolutionnaires, le comportement des officiers d’occupation sur le Rhin inférieur, quand ces officiers restaient en quartiers relativement longtemps, correspondit de moins en moins à l’image véhiculée par la propagande sur les ennemis, celle de fanatiques sanguinaires. Au contraire, ils s’avérèrent être des interlocuteurs cultivés. Les écrits de témoins de la fin du XVIIIe siècle, qui présentaient ces jugements positifs, devinrent presque incompréhensibles pour les éditeurs relativement tardifs, au regard du durcissement de l’image de l’ennemi des XIXe et XXe siècles ; ces éditeurs se crurent à chaque fois obligés d’ajouter des commentaires explicatifs sur ce point65. Pour eux, ces évaluations positives étaient encore, rétrospectivement, suspectes de collaboration avec l’ennemi66.

Notes

1 Sur ce sujet, voir les deux volumes suivants, qui dépassent la période que nous avons retenue ici : Markus Meumann/Jörg Rogge (dir.), Die besetzte res publica. Zum Verhältnis von ziviler Obrigkeit und militärischer Herrschaft in besetzten Gebieten vom Spätmittelalter bis zum 18. Jahrhundert, Berlin, LIT-Verlag, 2006, coll. « Herrschaft und soziale Systeme in der Frühen Neuzeit 1 » ; Günther Kronenbitter/Markus Pöhlmann/Dierk Walter (dir.), Besatzung. Funktion und Gestalt militärischer Fremdherrschaft von der Antike bis zum 20. Jahrhundert, Paderborn, Schöningh, 2006, coll.
« Krieg in der Geschichte 28 ». Le thème est depuis longtemps présent dans la littérature francophone ; voir : Occupants – Occupés, 1792-1815. Colloque de Bruxelles, 29 et 30 janvier, Bruxelles, Inst. de sociologie, 1969.

2 Horst Carl, « Französische Besatzungsherrschaft im Alten Reich. Völkerrechtliche, verwaltungs-und erfahrungsgeschichtliche Kontinuitätslinien französischer Okkupationen am Niederrhein im 17. und 18. Jahrhundert », Francia, 23, 1996, p. 33-64, ici : p. 33-35 ; Peter Hüttenberger/Hansgeorg Molitor (dir.), Franzosen und Deutsche am Rhein : 1789-1918-1945, Essen, Klartext-Verlag, 1989, coll. « Düsseldorfer Schriften zur neueren Landesgeschichte 23 ».

3 Hansgeorg Molitor, Vom Untertan zum Administré. Studien zur französischen Herrschaft und zum Verhalten der Bevölkerung im Rhein-Mosel-Raum von den Revolutionskriegen bis zum Ende der napoleonischen Zeit, Wiesbade, Franz Steiner Verlag, 1980, coll. « Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz 99 » ; Timothy C. Blanning, The French Revolution in Germany. Occupation and Resistance in the Rhineland 1792-1802, Oxford, Oxford UP, 1983 ; Josef Smets, Les pays rhénans (1794-1814) : le comportement des Rhénans face à l’occupation française, Berne, Peter Lang, 1997 ; Michael Rowe, From Reich to State. The Rhineland in the Revolutionary Age, Cambridge, Cambridge UP, 2003.

4 Bernd von Münchow-Pohl, Zwischen Reform und Krieg. Untersuchungen zur Bewußtseinslage in Preußen 1809-1812, Gottingue, Vandenhoeck und Ruprecht, 1987, coll. « Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte 87 », p. 49-62.

5 John F. Sweets, Choices in Vichy France : the French under Nazi Occupation, Oxford, Oxford UP, 1986 ; Jean-Pierre Azéma/Olivier Wieviorka, Vichy, 1940-1944, Paris, Perrin, 2004.

6 Rainer Hudemann, « Französische Besatzungspolitik und deutsche Bevölkerung nach zwei Weltkriegen », Ernst Willi Hansen/Gerhard Schreiber/Bernd Wegner (dir.), Politischer Wandel, organisierte Gewalt und nationale Sicherheit. Beiträge zur neueren Geschichte Deutschlands und Frankreichs, Festschrift für Klaus-Jürgen Müller, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 1995, p. 427-445 ; Edgar Wolfrum, « Die Besatzungsherrschaft der Franzosen 1945 bis 1949 in der Erinnerung der Deutschen », Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 46, 1995, p. 567-582.

7 Horst Carl, « Les meilleurs ennemis du monde », Revue historique des armées, 202, 1996, p. 58-67.

8 Horst Carl, Okkupation und Regionalismus. Die preußischen Westprovinzen im Siebenjährigen Krieg. Mayence, Philipp von Zabern, 1993, coll. «Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz, Abteilung für Universalgeschichte 150».

9 Ute Planert, Der Mythos vom Befreiungskrieg. Frankreichs Kriege und der deutsche Süden : Alltag – Wahrnehmung – Deutung 1792-1814, Paderborn, Schöningh, 2007, coll. «Krieg in der Geschichte 33».

10 Les développements ci-après traitent principalement des deux landgraviats de Hesse-Darmstadt et de Hesse-Cassel, ainsi que de la ville impériale de Francfort.

11 Wilhelm Steffens, « Die linksrheinischen Provinzen Preußens unter französischer Herrschaft 1794-1802 », Rheinische Vierteljahrsblätter, 19, 1954, p. 402-465, ici : p. 415-417 ; Josef Smets, « Freiheit, Gleichheit, Brüderlichkeit. Untersuchungen zum Verhalten der linksrheinischen Bevölkerung gegenüber der französischen Herrschaft 1794-1801 », Rheinische Vierteljahrsblätter, 59, 1995, p. 80-122.

12 Pour des informations plus approfondies sur les campagnes militaires de la guerre de Sept Ans, il faut consulter des références relativement anciennes : Richard Waddington, La guerre de Sept Ans : histoire diplomatique et militaire, 5 t., Paris, Firmin Didot, 1899-1907 ; Carl Renouard, Geschichte des Krieges in Hannover, Hessen und Westfalen von 1757 bis 1763, 3 t., Cassel, Fischer 1863-1864. Sur l’histoire de la Hesse en général, voir : Karl E. Demandt, Geschichte des Landes Hessen, Cassel, Bärenreiter, 1959, 208-210. Pour une approche de la Hesse-Cassel en particulier, les décisions de la diète pendant les années de guerre constituent une source indispensable : Hessen-Kasselische Landtagsabschiede 1649-1798, éd. par Günter Hollenberg, Marburg, Elwert, 1989, coll. « Veröffentlichungen der Historischen Kommission für Hessen 48 », 3, p. 360-424.

13 Uta Germann, Die Entschädigungsverhandlungen Hessen-Darmstadts in den Jahren 1798-1815 : Diplomatie im Zeichen des revolutionären Umbruchs, Darmstadt, Historische Kommission, 1998, coll. « Quellen und Forschungen zur hessischen Geschichte 116 », p. 84-98 ; Jürgen Rainer Wolf, « Festung und Nebenresidenz », 800 Jahre Giessener Geschichte : 1197-1997, éd. par Ludwig Brake et. al., Gießen, Brühl, 1997, p. 410-445, ici : p. 431-436.

14 Sur le développement des normes du droit des gens lors d’une occupation au début des temps modernes, voir surtout : Irénée Lameire, Théorie et pratique de la conquête dans l’ancien droit. Etude du droit international ancien, 5 t., Paris, Rousseau, 1902-1911 ; Heinhard Steiger, « “Occupatio bellica” in der Literatur des Völkerrechts der Christenheit (Spätmittelalter bis 18. Jahrhundert) », M. Meumann/J. Rogge, op. cit., p. 201-240 ; pour la Belgique, van Houtte montre dans son œuvre fondamentale, à partir de la pratique de l’occupation au XVIIe siècle, comment se forment des normes : Hubert van Houtte, Les occupations étrangères en Belgique sous l’Ancien Régime, 3 t., Gand, Van Rysselberghe & Rombaut/Paris, É. Champion, 1930. Catherine Denys offre des études de cas exemplaires de ce développement : Catherine Denys, « L’occupation hollandaise à Lille de 1708 à 1713 », M. Meumann/J. Rogge, op. cit., p. 315-336 ; voir aussi : Lucien Bely, « L’occupation française dans les Pays-Bas pendant la guerre de Succession d’Autriche », ibid., p. 337-349.

15 Horst Carl, « Militärische Okkupation im 18. Jahrhundert – Anmerkungen zu einer spezifischen Situation », ibid., p. 350-362.

16 H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 66-145.

17 Wolf von Both/Hans Vogel, Landgraf Wilhelm viii. von Hessen-Kassel. Ein Fürst der Rokokozeit, Munich, Deutscher Kunstverlag, 1964, coll. « Veröffentlichung der Historischen Kommission für Hessen-Waldeck 27,1 », p. 108-113 ; Charles W. Ingrao, The Hessian Mercenary State. Ideas, Institutions, and Reform under Frederick ii, 1760-1785, Cambridge, Cambridge UP, 1987, p. 122 ; Sven Externbrink, Friedrich der Große, Maria Theresia und das Alte Reich. Deutschlandbild und Diplomatie Frankreichs im Siebenjährigen Krieg, Berlin, Akademie-Verlag, 2006, p. 136-140.

18 Heinz Duchhardt, « Frankfurt am Main im 18. Jahrhundert », Frankfurt am Main. Die Geschichte der Stadt, Sigmaringen, Thorbecke, 1991, p. 261-302, ici : p. 288-290. Sur l’occupation de la ville impériale de Cologne par les Français pendant la guerre de Sept Ans, il existe une monographie ancienne : Wilhelm Hamacher, Die Reichsstadt Köln und der Siebenjährige Krieg, Bonn, Diss. phil., 1911.

19 Pour une vue générale de cette tradition de la politique extérieure française, voir : Rainer Babel, Garde et protection. Der Königsschutz in der französischen Außenpolitik vom 15. bis zum 17. Jahrhundert : Ideologischer Hintergrund, Konzepte und Tradition, Ostfildern, Thorbecke, 2005, coll. « Francia. Beihefte 62 ».

20 J. R. Wolf, op. cit., p. 431.

21 W. Steffens, op. cit., passim ; Roger Dufraisse, « L’installation de l’institution départementale sur la rive gauche du Rhin (4 novembre 1797-23 septembre 1802) », id. (dir.), L’Allemagne à l’époque napoléonienne. Questions d’histoire politique, économique et sociale, Bonn, Bouvier, 1992, p. 77-103.

22 Il existe sur ce sujet une source contemporaine percutante : Kriegsgeschichte der Stadt und Festung Gießen und deren umliegenden Gegend vom 7ten July bis zum 19ten September, von einem Augenzeugen, Gießen, 1796, réimpression : Gießen, Ottmann, 1896.

23 Wolfgang Meyer, Stadt und Festung Gießen in der Franzosenzeit 1796/1797, Gießen, Diss. phil., 1918.

24 U. Germann, op. cit., p. 92-121.

25 J. R. Wolf, op. cit., p. 431.

26 On peut le discerner dans les déclarations des documents autobiographiques de l’époque : Kriegsgeschichte der Stadt und Festung Gießen, op. cit., p. 43-57.

27 H. Carl, Französische Besatzungsherrschaft, op. cit., p. 40-46.

28 H. van Houtte, op. cit. t. 1, p. 257-270.

29 H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 171-188.

30 Lee Kennett, The French Armies in the Seven Years’ War. A Study in Military Organization and Administration, Durham N. C., Duke UP, 1967, p. 95-97.

31 Le commissaire des guerres français Dumouriez – père de celui qui fut général pendant les guerres révolutionnaires –, laissa en tant que « praticien », en raison de son expérience tirée de la guerre de Sept Ans, un manuscrit, dans lequel il présente en détail les « abus » de l’administration militaire française. Le théoricien militaire le plus important du XVIIIe siècle, Guibert, consulta ce manuscrit pour la rédaction de son œuvre centrale : Jaques A. H. de Guibert, Essai général de tactique : précédé d’un discours sur l’état actuel de la politique & de la science militaire en Europe, Londres [i. e. Liège], libr. ass., 1773, p. 117 et suiv. Les diverses pratiques de corruption des occupants français sont expliquées dans : H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 201-221. Ces pratiques, dans l’armée française, firent déjà partie de la routine au cours de précédentes guerres : Bernhard R. Kroener, « Rechtsstellung und Profite französischer Heereslieferanten in der ersten Hälfte des 17. Jahrhunderts », Vierteljahreshefte für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, 76, 1989, p. 457-493, ici : p. 481-483.

32 Ibid., p. 179-181, 210-212.

33 La présence d’hôpitaux militaires était une des charges de la guerre les plus redoutées de la population locale, car ces hôpitaux constituaient souvent le point de départ d’épidémies ; les commissaires des guerres ou les intendants de l’armée, qui étaient chargés de désigner les emplacements qu’auraient ces hôpitaux, comptaient donc sur des pots-de-vin importants dans le cadre de ce travail.

34 « Manuel du parfait Magistrat pour l’éventualité d’une nouvelle guerre », éd. par H. van Houtte, op. cit., t. 3, p. 497-521.

35 Christoph Wilhelm Heinrich Sethe, 1770-1815. Weltgeschichte am Rhein erlebt. Erinnerungen des Rheinländers Christoph Wilhelm Heinrich Sethe aus der Zeit des europäischen Umbruchs, éd. Adolf Klein/Justus Bockemühl, Cologne, Wienand, 1973, p. 113 et suiv.

36 Hessen-Kasselische Landtagsabschiede 1649-1798, op. cit., p. 362-366.

37 L. Kennett, op. cit., p. 95 et suiv. ; H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 171-188.

38 On en trouve des preuves dans : H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 195-199. Pour des informations sur le montant des contributions arrêté annuellement en Hesse-Cassel, voir : Hessen-Kasselische Landtagsabschiede 1649-1798, op. cit., p. 373-424.

39 Ibid., p. 418-420.

40 Dans les provinces prussiennes, les états purent pendant la guerre montrer qu’ils étaient irremplaçables pour les provinces et, ainsi, exiger avec succès l’arrêt de la politique rampante de marginalisation mise en œuvre par le roi et les fonctionnaires d’État. En Hesse-Cassel, pendant les années de guerre, la fréquence de réunion des états fut plus grande qu’elle ne l’avait jamais été depuis le milieu du XVIIe siècle.

41 On trouve les chiffres des dettes de guerre des provinces prussiennes pendant la guerre de Sept Ans dans : H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 334-337 ; en Hesse-Cassel, pour 1764, les états provinciaux évaluèrent les dettes des caisses publiques du pays à plus de 9 millions de thaler, alors que les revenus réguliers se montaient environ à 300 000 thaler. Voir : Hessen-Kasselische Landtagsabschiede 1649-1798, op. cit., p. 428 ; W. v. Both, H. Vogel, op. cit., p. 33-35.

42 En 1764, le landgrave disposait de l’énorme somme de 8,5 millions de thaler, issue des contrats de subsides conclus par la Hesse avec l’Angleterre ; cf. ibid., p. 34.

43 T. Blanning, op. cit., p. 83-123 ; J. Smets, Les pays rhénans, op. cit., p. 80.

44 Dies Spiel der Commissare gieng vorzüglich gut in den eroberten Ländern, es kostete nur einen Federzug [...], um sich eine Menge Geld geben lassen zu können. [J. G. D.], Enthüllung des Raub-und Plünderungssystems der Kommissare der preußischen, österreichischen und neufränkischen Armeen, Paris/Berlin/Vienne, 1799, p. 88. Le baron vom Stein, qui fit partie ultérieurement des ministres réformateurs, et qui fut deux fois en activité en qualité de fonctionnaire prussien sous une occupation française, s’exprime en des termes tout aussi amers : « Chaque journée endurée sous une administration publique volontairement corrompue et pillarde, aux mains d’agents français ignorants et vénaux, chaque journée, donc, augmente la souffrance de 100 000 sujets fidèles et le délabrement de la prospérité de ces pays d’une manière incalculable » (Jeder Tag der längeren Dauer einer willkürlichen räuberischen verderbten Landesverwaltung in den Händen der unwissenden und verkäuflichen französischen Agenten vermehrt das Leiden von 100 000 treuen Untertanen und die Zerrüttung des Wohlstands dieser Länder auf unberechenbare Weise). Stein à Heinitz, le 10 janvier 1797. Cité par W. Steffens, op. cit., p. 430.

45 J. Smets, Les pays rhénans, op. cit., p. 180-193.

46 Cela s’applique aussi, d’une manière générale, à la politique d’occupation des Français dans d’autres régions conquises par les armées révolutionnaires. À ce propos, le livre suivant est fondamental dans la perspective d’une comparaison avec les comportements, à la même époque, en Italie : Jacques Godechot, Les commissaires aux armées sous le Directoire. Contribution à l’étude des rapports entre les pouvoirs civils et militaires, 2 t., Paris, PUF, 1941.

47 L’ordre du maréchal de Broglie, daté de Cassel, le 13 septembre 1760 et concernant des Thätlichkeiten der Einwohner gegen die französischen Völker (« actes de violence des habitants contre les peuples français »), fut publié pendant la guerre dans la Teutsche Kriegs-Canzley, qui était la plus importante collection de lettres officieuses de ce temps. Cf. Teutsche Kriegs-Canzley auf das Jahr 1760, t. 2, Francfort/Leipzig, 1760, p. 491 et suiv.

48 Voir désormais, sur ce sujet : Ewa Anklam, Wissen nach Augenmaß. Militärische Beobachtung und Berichterstattung im Siebenjährigen Krieg, Berlin, LIT-Verlag 2007, coll. « Herrschaft und soziale Systeme in der Frühen Neuzeit 10 », p. 164-173.

49 Hessen-Kasselische Landtagsabschiede 1649-1798, op. cit., p. 399.

50 Karl Siegmar von Galéra, Die Riedesel zu Eisenbach, t. 5 : Vom Reich zum Rheinbund 1713-1806, Neustadt a. d. Aisch, Degener, 1961, p. 239.

51 Ibid., p. 240-244.

52 On renvoie ici aux notes instructives du gouverneur de Wesel pendant la guerre de Sept Ans, Langeron, qui ont été déposées à la Bibliothèque Nationale de France, dans les fonds français, nouv. acquisitions 367-369. Sur les loyautés liées à la confession religieuse, à Crefeld, la ville la plus importante des provinces prussiennes de l’Ouest, voir : Das Tagebuch des Abraham Ter Meer (1758-1769), édition Gottfried Buschbell, Krefeld, Zelt-Verlag, 1936, coll. « Krefelder Archiv 3 », p. 31-33, 211, 217. Sur les sympathisants pro-révolutionnaires pendant les guerres de la Révolution, voir : J. Smets, Les pays rhénans, op. cit., p. 228-316.

53 H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 370.

54 J. Smets, Les pays rhénans, op. cit., p. 269-299.

55 L’exception importante du soulèvement des paysans de Frise orientale à l’occasion d’une invasion des Français en 1761 s’explique par un contexte particulier. Cf. H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 373 et suiv.

56 Les troubles de 1809 en Hesse contre le régime du roi Jérôme Bonaparte (émeutes de Dörnberg) furent, par contre, des actions organisées contre l’autorité française, soutenues par de nombreux partisans armés.

57 Pour des exemples tirés des provinces occidentales prussiennes pendant la guerre de Sept Ans, voir : H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 221-232 ; pour les guerres de la Révolution sur le Rhin inférieur, voir : J. Smets, Les pays rhénans, op. cit., p. 70 et suiv. ; pour ce qui est de la Hesse-Cassel pendant la guerre de Sept Ans, voir : Hessen-Kasselische Landtagsabschiede 1649-1798, op. cit., p. 374, 380, 410, 413, 420.

58 H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 224.

59 Cela eut lieu parallèlement, à la fois sur le Rhin inférieur et en Hesse, à l’automne 1761, dans le cadre du durcissement de la pression sur des territoires déjà presque ruinés par les charges permanentes liées à la guerre. Pendant que les négociations se déroulaient à Clèves, l’intendant d’armée, de Blair, emprisonna brièvement les collègues rassemblés, y compris quelques maires et représentants des états, choisis à cet effet. Cf. H. Carl, Okkupation und Regionalismus, op. cit., p. 231. À Cassel, en juillet 1762, ce furent tous les membres du Conseil secret et des autres collèges gouvernementaux qui furent arrêtés dans leur salle de réunion. D’abord, ils furent ravitaillés par la cuisine du château et la cave à vins ; pour la première nuit, on apporta des lits dans la salle de réunion. Ensuite, tous eurent le droit de retourner passer la nuit dans leurs logis respectifs, sous bonne garde. Cf. Hessen-Kasselische Landtagsabschiede 1649-1798, op. cit., p. 420.

60 H. Carl, « Les meilleurs ennemis », op. cit.

61 Les données démographiques concernant la guerre de Sept Ans montrent une augmentation de la mortalité à hauteur du tiers par rapport à la normale, dans les régions qui furent particulièrement concernées par la guerre. Le cas de Giessen et des villages alentour a été étudié de façon exemplaire à cet égard. Les années de guerre et d’occupation, aussi bien pour la guerre de Sept Ans que pour les guerres de la Révolution (1796-1798), correspondent à de nets pics de mortalité par rapport aux données démographiques moyennes. Cf. Arthur E. Imhof, « Die nicht-namentliche Auswertung der Kirchenbücher von Gießen und Umgebung », Historische Demographie als Sozialgeschichte. Gießen und Umgebung vom 17. zum 19. Jahrhundert, 2 t., Darmstadt/Marbourg, Historische Kommission für Hessen, 1975, t. 1, p. 85-277, ici : p. 232-238.

62 Martin Wrede, Das Reich und seine Feinde. Politische Feindbilder in der reichspatriotischen Publizistik zwischen Westfälischem Frieden und Siebenjährigem Krieg, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 2004, coll. « Veröffentlichungen des Instituts für europäische Geschichte Mainz, Abt. Universalgeschichte 196 », p. 397-415.

63 Johann Wolfgang von Goethe, Aus meinem Leben. Dichtung und Wahrheit, Gedenkausgabe der Werke, éd. Ernst Beutler, t. 10, Zurich, Artemis, 1948, p. 130 et suiv.

64 Gonthier Louis Fink, « Baron de Thunder-ten-thronck und Riccaut de la Marlinière. Nationale Vorurteile in der deutschen und französischen Aufklärung », Lothar Jordan et al. (dir.), Interferenzen. Deutschland und Frankreich. Literatur, Wissenschaft, Sprache, Düsseldorf, Droste, 1983, p. 24-51.

65 L’historien de Crefeld Gottfried Buschbell ajoute un commentaire actualisé à la perception positive des officiers d’occupation français des guerres de coalition, quand il publia en 1929 ces passages : « Où y aurait-il, parmi les Français qui sont cantonnés en Rhénanie depuis 1918, un général, ou même un officier, auquel ses hôtes forcés pourraient rendre un semblable témoignage ? » (Wo gäbe es unter den seit Ende 1918 im Rheinland stehenden Franzosen einen General oder überhaupt einen Offizier, dem seine Quartiergeber ein ähnliches Zeugnis ausstellen könnten ?). Cf. Gottfried Buschbell, « Aus der Franzosenzeit in Krefeld », Annalen des Historischen Vereins für den Niederrhein, 115, 1929, p. 354-365, ici : p. 356.

66 H. Carl, Französische Besatzungsherrschaft, op. cit., p. 63.

Table des illustrations

Légende Les régions prussiennes du Rhin inférieur au milieu du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende La Hesse au milieu du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search