Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Accommodements locaux, sauvegardes, contributions : le cas des campagnes de Flandre de la guerre de Succession d’Autriche (1744-1748)

Sandrine Picaud-Monnerat

Texte intégral

1La guerre faite par les Français, au milieu du XVIIIe siècle, c’était tout au plus une bataille par année ; c’étaient surtout des sièges, méthodiques, qui jalonnaient la conquête d’un territoire quand la campagne était victorieuse ; c’étaient aussi de multiples opérations de détail, des escarmouches engagées par les avant-gardes et les détachements envoyés en reconnaissance, des embuscades dressées pour intercepter les convois ou les courriers des ennemis ; c’étaient des postes, redoutes ou villages pris par surprise pour rompre la communication des ennemis ou assurer celle de sa propre armée. Mais la période de guerre n’était pas faite que d’opérations militaires. Les villes, objets de conquête, devenaient ensuite objets d’administration ; la circulation des hommes entre les lignes des combattants continuait car les affaires du temps de paix continuaient tant bien que mal en temps de guerre, moyennant des autorisations de passage. La présence des troupes occasionnait parfois un commerce fructueux. Il fallait bien que les civils continuent de vivre, en effet.

  • 1 Dans le cadre de cet article, nous nous appuyons essentiellement sur les sources suivantes : la co (...)

2Ce sont ces rapports au quotidien, ces accommodements du temps de guerre, que nous voulons nous attacher à décrire, en prenant pour base d’observation les campagnes de Flandre de la guerre de Succession d’Autriche, de 1744 à 1748 (conquête des Pays-Bas autrichiens). Puisque ces campagnes, contre une coalition des Autrichiens, des Anglais et des Hollandais, furent un succès pour les armes françaises, et que c’est sur des sources françaises que nous nous appuyons1, c’est un exemple commode pour mesurer le comportement d’une armée et d’une administration d’occupation. Plus largement, à partir du XVIIIe siècle, les belligérants entendirent limiter la guerre le plus possible aux seules armées, en épargnant les civils ; le souvenir des « misères » endurées pendant la guerre de Trente Ans (et dont les aventures de Simplicius Simplicissimus donnent une image assez éloquente) était suffisamment vivace pour que l’on voulût absolument éviter de les renouveler. Dresser un bilan de ces changements et de leurs limites au milieu du XVIIIe siècle est donc intéressant. Les rapports avec les civils prirent une tournure plus respectueuse du « droit des gens » qui s’ébauchait au XVIIIe siècle. Évidemment, cela n’alla pas sans litiges, sans abus, sans écarts par rapport à la norme de la guerre limitée et modérée qui accompagnait l’esprit du siècle dit des « Lumières ». Il faudra aussi en rendre compte. Dans une première partie, nous évaluerons les rapports entre la nouvelle administration civile et militaire française née de l’occupation, et la population locale (en particulier l’administration locale). Nous consacrerons une deuxième partie aux rapports plus individuels et plus quotidiens entre les militaires et les populations locales, à travers les exemples des sauvegardes, des autorisations de circuler et des rapports marchands.

Théâtre de la guerre aux Pays-Bas (1744-1748). Extrait simplifié de la carte contenue au début de nombreux registres de la sous-série A1, par exemple A1 3135 (SHD). L’orthographe toponymique du XVIIIe siècle a été conservée

L’administration des territoires conquis

Dès le moment de la reddition, des négociations

  • 2 Jean-Pierre Rorive, « Une place forte “belge” oubliée, enjeu des puissances européennes sous Louis (...)

3La progression d’un siège, depuis la deuxième moitié du XVIIe siècle et jusqu’au milieu du XVIIIe siècle encore, obéissait à des règles codifiées : on investissait la ville convoitée pour empêcher d’éventuelles sorties de sa garnison ; puis les sapeurs creusaient une tranchée au point où l’on prévoyait l’attaque, puis deux parallèles à cette tranchée, toujours plus près de la place. À l’abri de ces tranchées, on tirait des projectiles, boulets de canon, bombes, pierres. On opérait des sorties de nuit pour désorganiser la défense ennemie sur les ouvrages avancés. Puis venait, ou non, l’assaut de la place, grenadiers en tête. Selon les estimations de Vauban, une bonne place tenait au moins quinze jours, et au maximum sept semaines si elle n’était pas secourue2. Les autorités gérant la ville préféraient souvent éviter l’assaut des assiégeants et négocier une reddition honorable dès qu’une brèche importante avait été faite dans la muraille par le feu de l’artillerie assiégeante. Nous citerons ci-après trois exemples de rapports entre les communautés urbaines et l’armée du roi de France, qui prirent place au moment de la reddition d’une ville de Flandre.

4Le premier exemple, celui d’Ypres en 1744, montre des négociations avant même la capitulation de la ville, sous la pression de ses habitants. Les Français conduisaient alors méthodiquement les sièges des places de Flandre. Ils avaient pris Menin le 4 juin. Ypres demanda la capitulation le 26 du même mois. Ce qui est intéressant à observer ici, c’est que les habitants eurent leur part dans cette décision. On l’apprend par une lettre du lieutenant-colonel Jean-Antoine Sablon du Corail, commandant le régiment de Roi Cavalerie et présent à l’armée de Flandre. Il écrit le 28 juin à un neveu :

  • 3 Emmanuel Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, Aux armées du roi. Lettres du Lieutenant-Colonel de (...)

« Les ennemis abandonnèrent la basse ville la nuit, huit jours plus tôt qu’ils ne le devaient, et se retirèrent dans la haute ville d’où ils arborèrent le drapeau blanc pour demander à capituler, le 26, chose surprenante, la haute ville, le principal objet, n’ayant reçu aucune attaque ni reçu aucun coup de canon. On dit que la garnison doit sortir demain 29. J’ignore les articles de la capitulation qui a été longue à régler. L’on dit que les habitants de la ville [d’Ypres] ont prié ou pour mieux dire contraint le gouverneur de la place (le prince de Hesse-Philippsthal) de capituler pour éviter de voir la ville incendiée ou saccagée ; la garnison n’était point assez considérable pour pouvoir leur en imposer. La haute ville aurait dû tenir plus de quinze jours3. »

  • 4 Pour un panorama général sur ces questions, voir par ex. : Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’A (...)

5Les « habitants » dont il est question ici sont assurément les membres du corps de ville, c’est-à-dire les magistrats municipaux. Leur capacité à faire pression sur un représentant du pouvoir autrichien (le gouverneur, chef militaire de la place, qui commandait les troupes de la garnison et décidait de la capitulation éventuelle) se comprend quand on considère que les villes des provinces frontières, loin du siège du pouvoir central, jouissaient souvent d’une plus grande autonomie que les autres, puisqu’elles devaient être en mesure de se défendre militairement à l’occasion. Dans l’exemple français, les privilèges de la bourgeoisie – celle-ci étant comprise au sens juridique du terme – restèrent plus vivaces dans les villes réunies tardivement à la Couronne, c’est-à-dire celles des zones frontalières d’Alsace, de Lorraine, de Hainaut, de Cambrésis ; la Flandre wallonne (capitale Lille) et le Cambrésis (capitale Cambrai) étaient d’autre part pays d’états, aux privilèges plus étendus que les pays d’élections. Des libertés particulières affectaient aussi certainement les villes des Pays-Bas autrichiens, d’autant que ces villes avaient changé d’autorité politique au moins une fois depuis un siècle (obédience espagnole, française, autrichienne, selon les cas et les époques)4.

  • 5 SHD, A1 3145, pièce 69, p. 3, « Détail de ce qui s’est passé depuis le 28 janvier jusqu’au 2 févri (...)

6Ce qui se passa à Louvain en 1746 (c’est notre deuxième exemple) est différent. Le 30 janvier au matin, pendant que les troupes du maréchal de Saxe menaient le siège de Bruxelles dans une campagne d’hiver qui avait pris les Alliés (la coalition des Autrichiens, Hollandais et Anglais) au dépourvu, le régiment des hussards de Beausobre était parti vers Louvain. La ville refusa de lui ouvrir ses portes5. Il poursuivit donc sa route jusqu’à Malines, que les ennemis avaient abandonnée le 29. Il s’en fit ouvrir les portes le 31. La ville détacha aussitôt des députés auprès du maréchal de Saxe (pour régler les conditions de la capitulation).

7À Louvain, c’étaient les bourgeois qui avaient refusé d’ouvrir leurs portes aux hussards de Beausobre. En effet, les troupes ennemies stationnées dans la place avaient abandonné Louvain sans combat quelques heures auparavant, devant la progression des Français. Là comme dans les autres villes de la frontière, les milices bourgeoises étaient encore actives au XVIIIe siècle : les membres de la bourgeoisie avaient le devoir d’assurer le maintien de l’ordre dans la ville et un service de guet. Cette milice bourgeoise, organisée militairement sous la direction de notables à qui étaient accordés des titres d’officiers, participait à la défense de la ville en cas de menace extérieure.

8Réitérant la tentative de Beausobre, un détachement des Grassins se présente devant Louvain au début de février ; les habitants, les armes à la main, refusent à nouveau d’ouvrir les portes. On voit là interférer le mépris des gens du temps pour les troupes légères (au sens large, en y incluant les hussards). Destinées prioritairement à la « petite guerre » (guerre de coups de main en vue de désorganiser les lignes de communication ennemies), celles-ci étaient supposées moins honorables que les troupes dites « réglées », celles de la ligne. Les arquebusiers de Grassin (levés le 1er janvier 1744 et appelés souvent « les Grassins » dans les sources) constituaient en effet l’un des régiments de troupes légères du roi de France les plus célèbres.

9Le lieutenant-colonel du Corail, campé à deux lieues de Louvain avec son régiment, rend compte en détail (le 3 février 1746) de cette réaction à première vue surprenante des bourgeois de Louvain :

  • 6 E. Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, op. cit., p. 142-143.

« [...] Le régiment des Grassins a passé et à cheval dans notre quartier sur la chaussée pour aller à Louvain les sommer de se rendre.
La bourgeoisie a refusé de leur ouvrir les portes disant que quand on verrait des troupes réglées et quelques pièces de canon devant la ville on leur ouvrirait les portes, ce qui a été écrit au maréchal de Saxe. Il y a toute apparence que de plus pressantes occupations ont fait différer l’envoi de ce qu’ils demandaient pour la reddition de la place. Ces délais ont ennuyé les Grassins qui ont brûlé par quantité de bois et choses combustibles jetées contre, ce qui a fait sonner le tocsin dans la ville et rassemblé un corps de troupes de bourgeoisie armée pour faire feu sur eux. Ils se sont tirés de part et d’autre plusieurs coups de feu et les bourgeois ont masqué diligemment la porte brûlée pour en défendre l’entrée.
Je viens d’apprendre dans le moment qu’il a passé ce matin sur notre chaussée une députation de magistrats de Louvain pour aller prier M. le maréchal de Saxe d’envoyer devant Louvain un corps de troupes réglées avec quelques pièces de canon pour qu’à leur arrivée il leur soit plus honorable ou moins mortifiant d’ouvrir la porte aux Français, [...]6. »

  • 7 SHD, 1M 173 bis, registre de mémoires et reconnaissances, 1745-février 1746, p. 146 ; SHD, A1 3135 (...)
  • 8 SHD, A1 3135, pièce 105, p. 3, lettre de La Graulet au comte d’Argenson, du camp de Laken, le 4 fé (...)

10Entre-temps, le détachement des Grassins ne s’en est pas laissé remontrer. L’officier qui le commande a fini par s’emparer de la ville. Cette fois, furieux que les magistrats de Louvain aient encore osé braver les troupes du roi, Maurice de Saxe décida de châtier la ville ; il ne dit pas comment7. Mais le 4 février, tout le régiment de Grassin (entre autres troupes) vint stationner à Louvain, sous les ordres du marquis d’Armentières8. Non seulement, donc, le général commandant l’armée du roi de France n’accéda pas aux récriminations des bourgeois de Louvain, mais il obligea les habitants à loger le fameux régiment de troupes légères auquel ils avaient refusé l’entrée de la ville.

  • 9 SHD, 1M 175 (1748), p. 156-161.

11Au printemps de 1748 (troisième exemple), le siège de Maastricht tirait à sa fin, quatre parallèles étaient établies et l’on s’apprêtait à attaquer le chemin couvert, quand les préliminaires de paix et un armistice furent signés entre les Français et les Alliés. Les dispositions du congrès de paix d’Aix-la-Chapelle prévoyaient la reddition de Maastricht à l’armée du maréchal de Saxe (ce qui fut fait le 7 mai 1748)9. Les relations avec le nouvel occupant furent aussitôt l’objet du soin des bourgeois de la ville. Du Corail écrit le 11 mai 1748 à son neveu :

  • 10 E. Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, op. cit., p. 200.

« Des députés de la ville de Maëstricht vinrent hier présenter leurs hommages au maréchal général pour le remercier d’avoir épargné la ville et lui offrir une bourse de 50000 francs.
Le maréchal les reçut très poliment et leur dit qu’ayant chargé M. de Löwendal du soin du siège, ils n’avaient qu’à lui remettre cette somme. Il a accompagné cette galanterie d’une magnifique botte d’or enrichie de son10 portrait. »

12Le don de cette bourse de 50 000 francs n’apparaît pas avoir été fait de façon inconsidérée. Certes, les massacres sans discernement lors de la prise de villes avaient disparu depuis le milieu du XVIIe siècle en Europe occidentale. Mais les villes, lors d’un assaut, n’étaient pas à l’abri de la mise au pillage par les troupes assiégeantes. C’était ce qui était arrivé l’année précédente encore, en 1747, lors de la prise de Bergen op Zoom par le comte de Löwendal, même si cela avait été fait à la réprobation de tous. Certes, Maastricht s’était rendue avant un hypothétique assaut des troupes françaises. En général, une place ne risquait pas le pillage si elle se rendait avant l’assaut. Mais il est vrai aussi que les règles du droit des gens étaient fixées de façon encore assez incertaine au milieu du XVIIIe siècle. Dans la première moitié du siècle, Santa Cruz de Marcenado, ambassadeur à Paris et penseur militaire, admet la légitimité d’assaillir une ville avec laquelle on est pourtant en négociations :

  • 11 Álvaro Navia Ossorio, Marqués de Santa Cruz de Marcenado, Réflexions militaires et politiques (tra (...)

« Il semble, qu’il y a de la mauvaise foi à surprendre une Ville avec laquelle vous êtes en une sorte de traité, avant d’avoir reçu la réponse, ou le refus de la demande ; mais on se trompe ; parce que durant les négociations les plus solemnelles, excepté qu’il y ait une suspension d’armes établie, la guerre continüe ; ainsi qu’on l’a vû pendant le congrès d’Utrecht. D’ailleurs n’aïant pas promis par votre lettre cette suspension d’armes, ni déterminé les heures pour la réponse, il a dépendu des ennemis de vous accorder votre demande avant que vous en vinssiez à l’attaque ; parce qu’il est certain, qu’il faut moins de temps à un député pour venir de cette Ville à votre armée,11 qu’à votre armée pour marcher jusqu’à cette Ville. »

Accommodements et litiges dans le cadre de la nouvelle administration : l’exemple du Hainaut en 1746 et 1747

  • 12 SHD, A1 3139, pièce 131, lettre de M. de Vanolles, le 11 juillet 1746 ; pièce 155, lettre de M. de (...)
  • 13 Jacques Pineau de Lucé (1709-1764), maître des requêtes, intendant de Tours (1743-1745) puis de Ha (...)
  • 14 SHD, A1 3135, pièce 46, lettre du comte d’Argenson au marquis d’Armentières, le 22 janvier 1746.
  • 15 SHD, A1 3135, pièces 251, 299 ; A1 3140, pièces 23, 160.
  • 16 SHD, A1 3135, lettres des 11, 12, 19, 21, 23, 24, 27 et 28 février 1746.
  • 17 SHD, A1 3140, lettres des 5, 7, 12, 13, 16, 17 et 21 août 1746.
  • 18 SHD, A1 3143, lettres des 10, 14, 22 et 25 (deux lettres) octobre 1746 ; A1 3149, lettre du 8 octo (...)

13Comment l’administration centrale du roi s’accommodait-elle des hiérarchies municipales préexistantes ? Dès qu’une place avait capitulé, une des priorités était d’y installer l’administration française, par l’intermédiaire de l’intendant. Par exemple, à la nouvelle de la chute de Mons (10 juillet 1746), l’intendant du Hainaut s’y précipite et y arrive le lendemain12, pour prendre en main l’administration de la ville et du pays. Les intendants, ayant des fonctions élargies de police, de justice et de finance, étaient en effet les relais privilégiés de l’autorité royale dans les provinces. En 1746, l’intendant du Hainaut était Jacques Pineau de Lucé13. Il avait remplacé le 30 décembre 1745 en ce département Machault d’Arnouville, par lettre de commission14. Lucé rendait compte de ses actes en matière militaire au comte d’Argenson, secrétaire d’État de la Guerre (l’administration de la plupart des provinces frontières dépendait du département de la Guerre). C’est la lecture de ces courriers qui constitue pour cette partie notre source essentielle, pour approcher les rapports de l’intendant, agent du roi, avec l’administration locale, et avec la population des villes et villages de sa généralité. Dans le cadre de ses fonctions, l’intendant était en effet l’interface entre les officiers supérieurs et généraux à l’armée, les habitants dont il avait la tutelle, et le secrétaire d’État de la Guerre à Versailles auquel il rendait des comptes. Les directives du ministre, pour l’administration de l’intendance en formation et les rapports avec les autorités locales, ne sont précises en général que pour des questions financières (montants des contributions ; budgets auxquels ils doivent être affectés ; acquittement de dettes) ou des questions juridiques compliquées (mode électoral d’un magistrat)15. Pour le reste, le comte d’Argenson fait confiance à son intendant et lui laisse une grande marge de manœuvre. En 1746, la correspondance de Lucé avec le ministre est inégale selon les mois : elle est surtout abondante en février (à cause des raids ennemis pour réclamer des contributions)16, en août (tâches de l’intendant en rapport avec les prises des villes de Mons, Saint-Ghislain et Charleroi)17, en octobre (mêmes tâches, consécutives à la prise de Namur)18. Cette correspondance est beaucoup moins étoffée pour 1747. Le théâtre des opérations se déplaçant vers l’est et vers le nord, la généralité de notre intendant était désormais plus épargnée par la guerre, comme la généralité de Flandre (plus à l’ouest) avait été plus épargnée en 1746.

  • 19 Almanach royal, année 1745, Paris, Imprimerie de la Veuve d’Houry, 1745, p. 149. Les mêmes villes (...)
  • 20 Ce dernier poste, entre Maubeuge et Philippeville, fut occupé pour assurer la communication entre (...)
  • 21 SHD, A1 3142, pièce 40, lettre de Lucé, Valenciennes, le 20 septembre 1746.
  • 22 SHD, A1 3140, pièce 241, lettre de M. de Séchelles, au camp de Villers, le 27 août 1746.
  • 23 SHD, A1 3139, pièce 194, lettre du comte d’Argenson à M. le duc de Boufflers, Versailles, le 21 ju (...)

14Il faut rappeler, pour cerner les contours du Hainaut et en comprendre l’administration locale, qu’il avait fait l’objet d’une conquête progressive et incomplète, ponctuée de reculs, durant les guerres du règne de Louis XIV. La généralité de Hainaut datait de cette époque et avait au XVIIIe siècle son siège à Valenciennes. Elle resta champ de bataille pendant les campagnes de Flandre de la guerre de Succession d’Autriche, de 1744 à 1748. Ses frontières furent donc mouvantes pendant l’année 1746, qui est celle où la correspondance de Lucé est la plus abondante. Au début de 1746, la France était maîtresse des parties ouest et sud du comté. L’almanach royal de 1745 cite Valenciennes, Braire-le-Comte, Maubeuge, Le Quesnoy, Bavay, Landrecies, Avesnes, Charlemont, Philippeville, Mariembourg, au titre des villes et prévôtés principales du Hainaut19. La place d’Ath, sur la Dendre, avait été conquise en automne 1745. Durant la campagne de 1746, la progression française se poursuivit vers l’est par les sièges de Saint-Ghislain, Mons, Charleroi. Beaumont avait été occupé en septembre 174520. Avec la prise de Namur en septembre 1746, on quittait le comté de Hainaut pour celui de Namur ; mais cette place fut intégrée aussi au ressort de l’intendant du Hainaut. On voit ce dernier s’y rendre le 20 septembre, à l’annonce de la capitulation21. L’intendant du Hainaut eut aussi en charge l’administration de Charleroi, dont la situation était particulière (« Charleroi [...] qui n’est ni du Hainaut, ni du Brabant, ni du comté de Namur22 »). Militairement, les conquêtes étaient rattachées au fur et à mesure dans le gouvernement du Hainaut, dont le duc de Boufflers était le gouverneur23.

  • 24 Ibid., pièce 91, lettre de Lucé, Namur, le 25 septembre 1746. Les subdélégués étaient des adjoints (...)
  • 25 Ibid. Tout cela est déjà accompli le 25 septembre à Namur, où Lucé est arrivé depuis seulement 24 (...)

15Dans chaque place, après l’arrivée de l’intendant, la procédure était la même : les premiers jours, installation d’un subdélégué24, et établissement d’un procès-verbal des effets laissés dans la ville par les ennemis25.

  • 26 Pour des détails sur l’organisation municipale en Flandre et dans les pays du Nord d’une manière g (...)
  • 27 SHD, A1 3140, pièces 95 (lettre de Lucé) et 96 (texte du serment).
  • 28 SHD, A1 3142, pièce 91, lettre de Lucé, Namur, le 25 septembre 1746.
  • 29 SHD, A1 3143, pièce 92, lettre de Lucé, Namur, le 14 octobre 1746.

16Pour qu’il y eût un accommodement possible, c’est-à-dire une certaine marge de manœuvre administrative laissée aux hiérarchies municipales préexistantes, il fallait au préalable un acte de soumission de ces communautés au roi. Dans les semaines qui suivaient la prise en main de l’administration, l’intendant avait donc à assembler le « magistrat » (c’était le nom du corps de ville, en Flandre et en Hainaut)26 et, suivant le cas, le conseil ou les états, pour leur faire prêter serment au nom du roi de France. À chaque fois qu’il fait prêter serment à des notables d’une communauté, Lucé en rend compte au roi. C’est ce qu’il fait par exemple le 13 août 1746 à propos du « magistrat » de Mons ; il joint dans son envoi le texte du serment27. On laissait en général en place, ensuite, les autorités locales traditionnelles. L’intendant exerçait seulement sur elles une certaine tutelle. Le compte rendu du cérémonial du serment émaille la correspondance de l’intendant à chaque fois qu’une ville capitule : le 25 septembre, Lucé annonce au comte d’Argenson qu’il est arrivé à Namur depuis 24 heures, et qu’il doit, entre autres, faire prêter serment au magistrat, aux états et à ceux qui sont chargés de l’administration de la justice28. Le 14 octobre, Lucé écrit à propos, cette fois, des modalités à suivre pour que l’évêque de Namur prête serment. L’évêque écrit à Louis XV de son côté aussi à ce sujet29.

  • 30 SHD, A1 3136, pièce 243, lettre de Lucé, le 1er avril 1746. Depuis la mort de l’empereur Charles V (...)

17Ce cadre n’était pas facile à faire respecter, parce que la conquête était récente ; l’autorité du roi était encore fragile. Elle put parfois être contestée. Lucé a ce problème à régler au mois de mars, ce dont il rend compte le 1er avril 1746 : dans des villages de la juridiction de Beaumont, dépendant désormais du roi de France, les « mayeurs » (c’est-à-dire, les maires) continuent de vouloir faire appliquer des jugements rendus par la cour de Mons, dépendant de la reine de Hongrie30. D’Argenson répond le 10 avril :

  • 31 SHD, A1 3136, pièce 305, lettre du Comte d’Argenson à Lucé, le 10 avril 1746.

« J’ai reçu, Mr la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le premier de ce mois au sujet des jugemens que la cour de Mons continue de rendre pour des faits qui intéressent les habitans des dépendances de Beaumont. On ne peut qu’approuver que vous en empêchiez l’execution, et que vous vous opposiez a ce qu’il soit fait dans les païs dont les troupes du roi sont en possession aucune autre imposition que pour le service de Sa M té. Je suis, etc.31 »

  • 32 SHD, A1 3144, pièce 89 (lettre de Lucé, Valenciennes, le 18 novembre 1746) et pièce 90 (lettre de (...)

18En novembre encore, un marquis du Hainaut conquis prétend refuser que les paroisses situées sur ses terres fournissent des pionniers et des voitures pour le service du roi. Or le marquis n’a pas à être exempté de ces fournitures. C’est le sens du courrier de Lucé. C’était le sens aussi d’une lettre envoyée dès le mois d’octobre à Lucé par Moreau de Séchelles, l’intendant de l’armée de Flandre32.

  • 33 SHD, A1 3201, pièce 201, lettre de Lucé, Valenciennes, le 17 juin 1747.
  • 34 SHD, A1 3197, pièce 67 (janv. 1747, discussions pour l’exemption de redevances en argent des paysa (...)

19À côté de ces contestations dangereuses de l’autorité royale, d’autres résidents du Hainaut tentaient de profiter de la période de transition entre les deux administrations (fin de l’administration autrichienne/début de l’administration française) pour obtenir des avantages : en juin 1747, Lucé rend compte à d’Argenson qu’il a refusé au comte de Salm un traitement de faveur (ce comte sollicitait une exemption de toutes charges et impositions !), au motif qu’il risquerait de faire crier tous les seigneurs nobles des33 provinces conquises qui, eux, les acquittent. Il y eut d’autres litiges liés à34 des impositions.

  • 35 SHD, A1 3140, pièce 38.
  • 36 SHD, A1 3144, pièce 117, lettre de Lucé, le 26 novembre 1746.
  • 37 SHD, A1 3201, pièce 221, lettre de Lucé, Valenciennes, le 19 juin 1747.

20L’intendant avait à connaître de ces litiges parce qu’il avait la tutelle des communautés villageoises et urbaines du ressort de son département. Mais pour que son autorité fût reconnue au moment de trancher un litige, l’intendant devait manifester au quotidien la délégation de l’autorité royale dont il était revêtu ; autrement dit, affirmer sa tutelle. On voit ainsi Lucé35. surveiller les élections de magistrats Il assemble les états (assemblées réunies, dans les provinces ayant le statut de « pays d’états », pour le paiement de l’impôt au roi) : « Lorsque ces assemblées sont necessaires pour l’execution des ordres dont vous estes chargé vous pouvez les permettre », écrit d’Argenson en marge d’un courrier reçu de Lucé à propos des états de Namur ; ces apostilles du ministre sont destinées à l’un des commis (ici36. le secrétaire Briquet) pour la réponse à l’intendant En juin 1747, on apprend que Lucé doit faire assembler les états de Hainaut incessamment, suivant les ordres reçus du contrôleur général des finances du royaume ; qu’il a cependant différé leur réunion jusqu’au début de juillet, voulant au préalable discuter quelques sujets avec le comte d’Argenson37.

21Si l’on s’efforçait de trouver des accommodements avec les autorités locales traditionnelles, on ne cherchait pas moins des arrangements avec les officiers ennemis qui occupaient auparavant une place, une fois qu’ils avaient capitulé. D’abord, il faut rappeler les relations courtoises qui avaient cours au plus haut niveau de l’armée. Après la capitulation, le commandant de la place conquise et un certain nombre de ses officiers étaient conviés à la table du conquérant. On voit cette pratique par exemple dans les souvenirs militaires du comte de Beausobre (brigadier depuis 1745, et colonel de hussards), après la prise de Bruxelles le 20 février 1746 :

  • 38 Archives cantonales vaudoises, fonds P Nelty de Beausobre, registre 2.2.6/13 : Notes sur mes servi (...)

« [...] les assiégés demandèrent à capituler. Le jour que les généraux de la Place députés à cet effet arriverent chez le Maréchal [= maréchal de Saxe], il m’avoit mandé d’aller le voir ; et j’y fus, après avoir arrangé mes affaires de maniere à ne pas souffrir de mon absence. [...] Quant j’arrivay, le maréchal avoit achevé la capitulation et l’on alloit diner. Des que j’entray, il leur dit : “Tenés le voilà”. Il leur avoit montré ma lettre. Il me chargea de faire les honneurs du diner à ceux des députés qui n’étoient pas à ses cotés38. »

  • 39 SHD, A1 3255, pièce 231, lettre de Lucé, le 15 janvier 1747.

22Il fallait ensuite gérer les équipages que les ennemis avaient laissés dans la place en partant ; il fallait aussi demander des comptes de leurs dettes auprès des habitants. En janvier 1747, Lucé répond au comte d’Argenson à propos de bagages qui seraient restés à Charleroi et appartiendraient à des officiers d’un régiment ennemi. Ces bagages ont en réalité déjà été rendus au colonel du régiment, qui en a signé un reçu. Il faut encore que Lucé en avertisse M. Van Hoey, ambassadeur des Provinces-Unies39.

  • 40 SHD, A1 3140, pièce 23, lettre de Lucé, Mons, le 5 août 1746.
  • 41 SHD, A1 3185, pièce 22, lettre de Lucé, Valenciennes, le 3 novembre 1746.
  • 42 SHD, A1 3207, pièce 232, lettre de Lucé, Valenciennes, le 12 décembre 1747.

23Le problème des indemnisations d’habitants pour des créances contractées par des officiers ennemis avant la capitulation d’une place était bien plus épineux. Pour le régler, des otages officiers étaient gardés dans la ville prise, et devaient rembourser, ou faire hâter le remboursement de la part de leur armée. On citera ci-après trois exemples de ces affaires qui embarrassèrent l’intendant. En août 1746, il apprend au ministre de la Guerre que les ennemis, lors du siège de Mons, ont réquisitionné des bœufs, des vaches et des moutons pour approvisionner la place. Les habitants des villages concernés en demandent désormais le remboursement. Tous les jours, se plaint Lucé, les habitants des environs viennent lui demander justice. À son avis, ces prises faites en temps de guerre sont perdues pour ceux qui les ont essuyées. Les approvisionnements pour l’armée dans son ensemble constituent en effet un cas différent des dettes particulières des officiers. En conséquence, les officiers ennemis détenus comme otages doivent-ils répondre de ces dépenses ? Oui, indique d’Argenson, ces officiers sont responsables du paiement de ces fournitures40. En novembre 1746, Lucé demande au comte d’Argenson de donner des ordres pour faire avancer plus vite une affaire qui ne fait que trop durer : un habitant de Mons a loué un cheval à un officier hollandais de la garnison de Namur (ville qui a capitulé fin septembre), et cet officier ne le lui a pas rendu41. Enfin, en décembre 1747, des créanciers de Namur se plaignent de n’avoir toujours pas été remboursés. Lucé semble excédé, mais quelque peu impuissant. Dans son courrier, tout en demandant des ordres au ministre, il conseille la rigueur à l’égard des otages gardés dans les places conquises à titre de gage pour le paiement des dettes par les Alliés : en effet, les otages se préoccupent peu de faire acquitter ces dettes42.

24Ces pressions sur les ennemis pour le remboursement de dettes contractées auprès de la population civile relèvent encore de l’exercice de la tutelle de l’intendant comme affirmation du pouvoir central dans une nouvelle province conquise ; elles relèvent cependant aussi de la tutelle comprise comme une protection de la population locale. Dans le lot des manifestations de la protection de la population en pays d’occupation, on peut noter aussi les autorisations de circulation accordées à des marchands ; et les défenses faites aux mayeurs de se conformer aux ordres des ennemis concernant le paiement de contributions, moyennant des sauvegardes. Mais l’on entre ici dans le quotidien des accommodements, après que les formalités d’usage lors de la prise d’une ville avaient été réglées.

Le quotidien des accommodements : la circulation des personnes et des biens

Les passeports

25Les passeports, comme les sauvegardes, impliquent une idée de protection et de sécurité. Puisque les Pays-Bas autrichiens étaient en guerre entre 1744 et 1748, circuler pour affaires commerciales ou familiales dans ce territoire occupé ou traversé par les armées demandait un passeport ou sauf-conduit : c’était un document autorisant des individus ou des groupes à se déplacer ; il était délivré par les autorités civiles ou militaires du lieu de résidence.

  • 43 SHD, A1 3259, pièce 229, lettre de Lucé, Valenciennes, le 8 avril 1747.
  • 44 M. Marion, op. cit., article « sauf-conduit » : « [Les sauf-conduits] étaient nécessaires, par exe (...)

26La délivrance de passeports fait partie des sujets pour lesquels l’intendant du Hainaut demandait son accord au secrétaire d’État de la Guerre, tout en donnant son avis. Ainsi, en avril 1747, le baron de Lucé doit répondre à la requête d’un habitant de Mons (ville prise l’année précédente) demandant le renouvellement d’un passeport (on ne sait dans quel but). Lucé se dit partisan de lui accorder le renouvellement, ou même la liberté pleine et entière d’aller et venir, car cet habitant a rendu service en réparant le plan en relief de la place de Mons, qui avait été très endommagé durant le siège de la ville43. Le motif fait penser que ce sauf-conduit avait peut-être pour objectif de protéger ce particulier contre des créanciers. Marcel Marion indique que ce pouvait être un moyen utilisé à cette fin44.

  • 45 SHD, A1 3204, pièce 279, lettre de Lucé, Valenciennes, le 26 septembre 1747.

27La même collaboration étroite entre l’intendant et le ministre apparaît dans une lettre de septembre 1747 : le ministre a visiblement reçu une demande de passeport de la part d’une comtesse, épouse d’un lieutenant-colonel autrichien, qui désire se rendre à Maubeuge pour une affaire de succession familiale. Avant de se déterminer sur cette autorisation, d’Argenson demande son sentiment à Lucé. Ce dernier donne son aval45.

  • 46 SHD, A1 3207, pièce 10, lettre de Lucé, Mons, le 1er novembre 1747.

28Le 1er novembre 1747, une nouvelle incertitude concernant une autorisation de déplacement motive un courrier de Lucé à d’Argenson. Peut-il accorder un passeport à deux officiers prisonniers se trouvant en garnison à Luxembourg ? Lucé est embarrassé face à cette demande de passeport parce que le maréchal de Saxe a déclaré qu’il n’accorderait aucun passeport à des officiers de l’armée ennemie désirant venir pendant l’hiver dans le pays conquis. Pour comprendre la situation où se trouvaient juridiquement et géographiquement ces deux officiers, il faut remarquer ici qu’ils sont désignés dans ce courrier comme prisonniers, mais sont malgré tout en garnison dans une ville qui n’est pas tenue par les Français (Luxembourg). Ils avaient donc été renvoyés sur leur parole, c’est-à-dire renvoyés du côté de leurs troupes ou dans leur pays d’origine, en ayant donné leur parole d’honneur qu’ils ne recommenceraient pas à combattre avant d’avoir été échangés formellement contre des prisonniers français. Une note griffonnée par d’Argenson en marge du courrier de Lucé, pour la réponse, montre que la décision du ministre dépendra de la présence, ou non, d’une recommandation particulière pour ces officiers46.

29Autant les passeports semblent avoir été respectés, autant les sauvegardes semblent avoir été souvent bafouées. L’enjeu n’était, il est vrai, pas le même. Laisser passer une personne était une chose ; se refuser à s’enrichir sur le dos de la population en temps de guerre, sous prétexte de sauvegarde, en était une autre.

Les sauvegardes

  • 47 L. Bély (dir.), op. cit., article « sauvegarde » ; M. Marion, op. cit., art. « sauvegarde » égalem (...)

30Une sauvegarde, c’était une protection accordée par des généraux, moyennant une taxe, à des personnes ou à des communautés ; cette protection les garantissait théoriquement contre la violence, les pillages, les fourrages inconsidérés des troupes.47

  • 48 Pour cette pratique à la fin du XVIIe siècle, voir surtout : George Satterfield, Princes, Posts an (...)

31La pratique n’avait pas changé depuis le XVIIe48 siècle, quand elle avait cours toutefois, car c’était loin d’être la règle. À la fin de juillet 1744 par exemple, dès la première campagne en Flandre donc, le lieutenant-colonel du Corail note l’arrivée de renforts ennemis, à hauteur de 74 000 hommes. Ils iront probablement du côté de Lille « fourrager notre pays et le faire contribuer, écrit du Corail, tandis que nous en faisons autant dans le leur.

  • 49 E. Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, op. cit., p. 95.

32Mais ils n’en useront pas avec la même modération, le duc d’Arenberg, leur général, a refusé des sauvegardes, ne voulant garder de ménagements pour personne. Comme ils sont supérieurs à nous, s’ils prennent certains camps avantageux, il nous sera difficile de les faire retirer49 ».

  • 50 Sandrine Picaud, « L’impact de la guerre sur la population locale au XVIIIe siècle », Les populati (...)

33Les sauvegardes étaient le plus souvent couplées à des exigences de contributions. Les contributions, c’étaient ces fournitures en argent ou en nature (en grains, en bétail, en fourrages) qui étaient réclamées aux communautés villageoises sous obédience ennemie pour l’approvisionnement de l’armée, selon un montant qui ne pouvait excéder celui qui était prélevé par le souverain légitime en temps de paix (des traités de contributions étaient passés à cet effet par les puissances belligérantes)50. C’était le gouverneur de la place au profit de laquelle devait s’effectuer la levée de contributions qui notifiait aux communautés villageoises situées en territoire ennemi les quantités à livrer ; ces quantités ayant fait l’objet d’une négociation avec l’intendant.

  • 51 SHD, A1 3145, pièce 119.
  • 52 SHD, A1 3136, pièce 74.

34Les contributions rentraient mal, durant ces campagnes de Flandre : les paysans ne les payaient que sous la contrainte, parce qu’ils craignaient des représailles de la part des Alliés. En effet, ils étaient souvent les victimes de placards apposés sur l’ordre du comte de Nava, lieutenant général, commandant la partie autrichienne du Hainaut51. Ces placards, accrochés la nuit aux portes des maisons, leur interdisaient de satisfaire aux exigences françaises, sous peine d’« exécution militaire », c’est-à-dire de représailles. Parallèlement, dans une course de vitesse pour l’approvisionnement des armées, les Alliés lançaient des expéditions de troupes légères pour exiger des paiements de contributions dans les territoires contrôlés par les Français. L’intendant Pineau de Lucé recevait les plaintes des communautés de sa généralité qui avaient été spoliées par les expéditions des troupes légères autrichiennes ; il recevait aussi les plaintes des députés des communautés du Hainaut autrichien visitées par les expéditions de représailles52. Il fallait qu’il puisse donner à ses administrés des assurances quant à leur protection. Comme Lucé était un intendant civil, il n’avait pas de compétence dans le domaine des opérations militaires. Il devait compter avec les gouverneurs des places pour contrer la petite guerre ennemie en son département, via des expéditions d’intimidation et de représailles dans le Hainaut autrichien.

35Quand des sauvegardes étaient accordées, c’étaient donc de bien piètres protections. À chaque fois que nous avons repéré des mentions de sauvegardes dans les sources, c’était pour apprendre qu’elles n’avaient pas été respectées. Ce n’est sans doute pas lié à l’échantillon des documents consultés. Le comte de Beausobre, colonel de hussards, fut témoin des abus et laisse sans illusions les lecteurs de ses souvenirs militaires. Voici ce qu’il raconte.

  • 53 Archives cantonales vaudoises, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/13 : Notes sur mes services militaires, (...)

36À l’été 1745, il participa activement avec son régiment à des manœuvres de diversion et de harcèlement qui permirent de lever des contributions au profit de l’armée française en Hainaut, en Brabant et dans le Namurois. Beausobre ajoute que ces provinces furent aussi soumises aux lettres de sauvegarde du maréchal de Saxe53. Or ces lettres, aux dires de Beausobre, « ne sauvoient rien » ; Maurice de Saxe s’en servait cependant beaucoup... pour apurer ses dettes ! Le passage vaut d’être recopié :

  • 54 Ibid., p. 65-66.

« Cette opération étant complette, je fus ailleurs, pour faire vivre mes troupes et leurs chevaux, pour obliger le Brabant, le Namurois et la Hainaut d’envoyer au Roy et traitter des contributions ; et pour favoriser la distribution des innombrables lettres de sauvegarde du Maréchal ; qui le desiroit beaucoup, qui avoit beaucoup de dettes à aquitter, et qui avoit besoin de monter sa maison et de se faire un fond : mais je refusay de me charger de ses lettres de sauvegarde qui ne sauvoient rien, et d’en recevoir les sommes. Je luy proposay d’en charger le baron de Diesckau Colonel de son régiment, excellent officier, et de luy adjoindre un de ses secrétaires pour compter, enquaisser, et distribuer ces patentes. Il trouva mon idée juste, d’autant que je l’assuray que je ferois toutes les maneuvres nécessaires à la plus grande extension possible de ses droits ; et je luy tins parole comme je le devois, en soumettant pourtant ces maneuvres à celles que je devois faire pour n’etre pas battu, et pour étendre la gloire et le succès des armes du Roy54. »

37On peut citer aussi une lettre de Simon-Claude de Grassin (le colonel de troupes légères), écrite au comte d’Argenson près d’un an plus tard, le 11 mai 1746, depuis Rosselaar (près d’Anvers). Grassin s’offusque de l’absence de respect des sauvegardes par les Alliés :

  • 55 SHD, A1 3137, pièce 194, lettre de Grassin, Rosselaar, le 11 mai 1746.

« J’ay appris dans ma marche qu’un detachement d’environ cent houzards ennemis sortis de Malinnes [sic] ont assassinés hier au village d’Hever un soldat de mon régiment qui y etoit en sauvegarde et emmené prisonniers a Malines deux autres soldats en sauvegarde au même village quoi qu’ils fussent porteurs des blans [ = blancs-seings ?] de Monseigneur le Marechal. Ils les ont fort maltraité, depouillé, emporté les armes et les hardes de celui qu’ils ont assassiné55. »

  • 56 Ladislas Ignace de Bercheny (1689-1778), officier hongrois ayant levé un régiment de hussards pour (...)

38On ne sait la teneur de la réponse du ministre de la Guerre : la lettre comprend seulement une indication du nom de celui des commis qui doit répondre (M. de Fumeron), assortie du paraphe de d’Argenson. Mais le même jour (11 mai), le comte de Bercheny56 a aussi écrit au ministre, et a abordé brièvement, entre autres sujets, cette question du soldat assassiné alors qu’il était sauvegarde :

  • 57 SHD, A1 3146, pièce 70, p. 4, lettre du comte de Bercheny, le 11 mai 1746.

« [...] Le lieutenant colonel de Mr Grassin doit envoyer plusieurs païsans au Prevost que j’ay fait arrester. Ils etoient dans le clocher avec des fusils et tiroient sur les troupes du roy. Ils ont même blessé un hussard de mon régiment. Mr de Grassin m’a dit qu’il y a eu un sauve-garde assassiné par les Ennemis, mais je n’ay point eclairci ce fait57. »

39Le ministre préfère attendre les éclaircissements : il note pour son secrétaire Fumeron, en marge : « rien à répondre ».

  • 58 E. Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, op. cit., p. 155-156.

40En 1746 également, des détachements de l’armée française envahirent la baronnie de Turnhout, propriété du roi de Prusse, qui avait déjà été pillée par les Alliés, en dépit de la sauvegarde demandée en 1745 par M. de Valory, ambassadeur du roi de France à Berlin58.

  • 59 SHD, A1 3140, pièce 152, lettre de Maurice de Saxe, au camp de Viller, le 21 août 1746.
  • 60 SHD, 1M 174 (1746), p. 103-104. Löwendal partit à Huy avec une force de 18 000 à 20 000 hommes. Cf (...)
  • 61 SHD, 1M 174 (1746), p. 103-104.
  • 62 La neutralité de la principauté de Liège fut en fait constamment violée, dès les guerres du règne (...)

41Il est vrai qu’à l’échelle des États et non plus des particuliers, les neutralités n’étaient pas plus respectées en temps de guerre. Le 21 août 1746, le comte de Löwendal s’emparait de Huy59, ville presque abandonnée curieusement alors que c’était le seul point important des ennemis pour la communication avec Liège et Maastricht par la Meuse. Si la ville de Huy était si importante aux yeux des Alliés, pourquoi ne pas l’avoir plus défendue contre une attaque française par surprise (« une surprise », disait-on alors), qui pouvait sembler probable ? Löwendal, parti avec 16 bataillons, deux régiments de dragons, une brigade d’artillerie et les régiments de Grassin et de La Morlière, n’y avait trouvé que 30 hommes et l’hôpital des Anglais60, mais put s’emparer de 80 000 rations de pain61. Du côté français, les sources officielles ne donnent pas d’explication à cette négligence incroyable des Alliés. Le maréchal (autrichien) de Bathiany en donne une, dans une lettre écrite à « Mrs. du conseil privé de Liège », au mois de septembre suivant. Huy était en effet sur le territoire de la principauté ecclésiastique de Liège, théoriquement neutre62. Le général autrichien soutient qu’« une attention scrupuleuse pour votre neutralité a empeché S.A.R. [Son Altesse Royale] d’y mettre garnison et les Français y en tiennent une actuellement ».

Les rapports marchands

42La présence de troupes étrangères n’apportait pas que des contrariétés aux administrations locales et des craintes aux habitants. Elle créait aussi des conditions favorables pour de nombreux échanges commerciaux entre les soldats, les officiers et la population locale, parallèlement aux réquisitions d’usage.

  • 63 Thomas-Auguste Le Roy de Grandmaison, La petite guerre, ou Traité du service des troupes légères e (...)

43On décèle en filigrane dans le traité de Thomas-Auguste Le Roy de Grandmaison, derrière les conseils de l’auteur pour faire avec succès la petite guerre, les occasions où les soldats étaient amenés à commercer avec les habitants pendant les campagnes militaires. Et Grandmaison prend appui sur son expérience dans ces fameuses campagnes de Flandre de la guerre de Succession d’Autriche, où il fut capitaine de cavalerie dans le régiment des Arquebusiers de Grassin (son traité fut publié en 1756, alors qu’aucune nouvelle guerre n’avait encore éclaté depuis celle-là). Quand il met en garde contre les dangers de l’indiscipline et des pillages de la part d’un corps de troupes légères un jour de bataille, il évoque en même temps des soldats vendant leur butin : « [...] la suite d’un pareil désordre étoit qu’il nous falloit cinq ou six jours pour rassembler les régiments dispersés : les uns étoient à boire au camp avec leurs camarades ou leurs parens. Les autres à vendre dans l’armée ou dans les villes et les villages des environs, les effets qu’ils avoient pris. » À propos des espions traînant dans les camps des armées, ce sont les villageois que l’on voit vendre leurs denrées : « Il suffit qu’un homme de mauvaise mine et sans aveu, parle français dans un camp autrichien ou anglais, pour être pendu sur le champ, sans aucune autre information. C’est pourquoi les Liégeois n’osoient aller vendre leurs denrées au camp des ennemis, sans avoir une bonne attestation de leur curé et des mayeurs, de leur vie et mœurs. » Quand une troupe est en marche et que le chemin longe des villages, Grandmaison conseille d’embusquer des détachements à proximité de ces villages pour surprendre les soldats qui ne manquent jamais de s’en approcher, pour aller boire ou faire des63 achats. D’une manière générale, la petite guerre impliquait des rapports commerciaux réguliers avec la population locale. En effet, les fantassins et cavaliers des troupes légères avaient un droit coutumier au butin pris sur l’ennemi, en cas de réussite de leurs embuscades et autres surprises. Ce butin (chevaux, équipages des officiers), mis en commun, était ensuite vendu à l’encan et réparti entre les officiers et les hommes, avec, pour chacun, un nombre de parts proportionnel au grade.

44Les transactions qui eurent lieu à l’issue du siège de Bergen op Zoom ont valeur spectaculaire. Ce fut l’exception, qui montre à grande échelle ce qui se pratiquait à une échelle plus modeste quotidiennement. Le comte de Löwendal, qui dirigeait le siège, commanda l’assaut de la place à l’aube du 17 septembre 1747 après quelque deux mois de travaux et de combats. Les troupes du siège se livrèrent ensuite au pillage dans la ville pendant 36 heures, rapporte Charles-Étienne Bernos, qui était soldat du régiment de Limousin et secrétaire de l’aide-major de ce corps. Nantis de porcelaines, de tapis et tentures, de riches vêtements, d’orfèvrerie, de tableaux, et même de petits meubles portatifs, les hommes de l’armée de Löwendal transformèrent leur camp en un vaste marché, où vinrent se fournir aux enchères nombre d’habitants d’Anvers :

  • 64 « Souvenirs de campagne d’un soldat du régiment de Limousin (1741-1748) » [Souvenirs communiqués p (...)

« Beaucoup de marchands, de fripiers et de juifs d’Anvers se rendirent à cette vente qui avoit l’air d’une foire, raconte Bernos. Chaque soldat y avoit sa boutique ; la plus curieuse et la plus riche étoit celle des grenadiers du régiment de Normandie qui avoient fait entre eux bourse commune ; [...] comme le butin étoit commun entre eux, la vente s’en fit à l’enchère. Un de leurs camarades et praticien en avoit fait l’inventaire et l’adjudication s’en fit au son de la caisse ; la vente produisit à chacun d’eux environ mille écus, sans compter l’argenterie qu’ils se partagèrent64. »

  • 65 Ibid., p. 752.
  • 66 Ibid., p. 759-760.

45D’une façon plus routinière, l’habitude de l’établissement de quartiers d’hiver entre les campagnes était aussi l’occasion, pour les habitants des villes, de faire des affaires avec les militaires de passage pendant quelques mois. Pour le quartier d’hiver de 1746 à 1747 par exemple, le régiment de Limousin, où servait le soldat Bernos, fut stationné à Louvain. Bernos s’était vu affecter un lit là où logeait M. Philippe (aide-major du régiment, dont il était le secrétaire), chez l’intendant du duc d’Arenberg. Mais, en plus de ce logement, ledit Bernos en prit un deuxième, pour son confort personnel, « dans le quartier de ma compagnie chez un chirurgien qui étoit veuf et dont le ménage étoit conduit par ses deux filles ». Il faut dire qu’il avait désormais les moyens de vivre agréablement : à sa solde de fantassin s’ajoutait non seulement une gratification pour ses services auprès de l’aide-major, mais une autre, donnée par le colonel du régiment, auquel il avait aussi servi de secrétaire pendant la campagne de 174665. De son aveu, le quartier d’hiver dans cette ville se passa très tranquillement. Le suivant (hiver de 1747 à 1748), qu’il passa à Longwy, fut encore meilleur. Les dépenses auprès des habitants de Longwy allèrent sans aucun doute bon train, parce que « Le siège de Berg op Zoom avoit procuré à la troupe de quoi se divertir et s’équiper proprement. Notre ordinaire étoit abondamment pourvu de volailles et de gibier. Le pain très bon, le vin passable et à bon marché et la boucherie fournissant de belle viande66. »

  • 67 E. Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, op. cit., p. 91 (lettre de J.-A. Sablon du Corail depuis (...)
  • 68 Ibid., p. 134.

46On croirait que le lieutenant-colonel du Corail passa les campagnes de Flandre dans une autre région que Bernos. Car du Corail, au contraire de Bernos, se plaint que tout est cher. Dès 1744, il écrit depuis Courtrai : « Nous ne fatiguons pas beaucoup ici, vraisemblablement nous n’y resterons pas longtemps, mais nous avons encore quatre mois de campagne. Le vin est fort cher. Nous ne voyons encore ici ni cerises, ni fraises, ni filles. La guerre n’est pas bonne67. » À l’automne 1745, du Corail laisse ses bagages à Gand, occasion d’autres jérémiades : « Il y a toute apparence que je laisserai mon équipage à Gand, quoique tout y soit hors de prix, jusqu’à ce que j’aie passé quelques jours à Paris68. » Évidemment, le soldat Bernos et M. du Corail n’eurent pas recours aux mêmes achats ni aux mêmes services, eu égard à la différence de grade, donc à la différence de train de vie. Les officiers (M. du Corail venait d’être nommé brigadier en 1745) faisaient entretenir plusieurs chevaux et avaient plusieurs voitures de bagages avec eux en campagne. Ce qu’il est important de retenir, c’est qu’à tous les échelons de la hiérarchie militaire avaient lieu régulièrement des transactions, en campagne comme en quartiers d’hiver, avec les habitants du pays que les armées traversaient, ou dans celui où elles stationnaient.

47La signature de l’armistice et des préliminaires de paix d’Aix-la-Chapelle, au mois de mai 1748, fait saillir dans la correspondance officielle des inquiétudes révélatrices de transactions commerciales de grande ampleur. Par un courrier de l’intendant Lucé au comte d’Argenson, on apprend pour le mois de septembre que des entrepreneurs locaux sont inquiets : ils ont passé un marché avec le roi de France pour disposer des grumes des forêts de Namur. Or les Autrichiens auraient déclaré que les bois deviendront la propriété de la reine de Hongrie dès que l’évacuation des Pays-Bas par les Français sera effectuée. En effet, les conditions de la paix prévoient que les Français rendront les Pays-Bas à l’Autriche. Les grumes en question seraient donc à retirer avant l’évacuation, sans quoi elles seront perdues pour les marchands. Lucé a donné aux marchands des garanties pour un retrait des grumes possible jusqu’au 15 décembre 1748. Comme le montre cet exemple, plus que la guerre, c’étaient les changements d’obédience politique qui pouvaient perturber le commerce.

48Au milieu du XVIIIe siècle, en Flandre, la présence de troupes d’occupation françaises nécessita un certain nombre d’accommodements : des concessions de la part des hiérarchies politiques préexistantes pour la pérennité de l’administration locale ; des mesures de protection de la part de l’intendance pour la poursuite de la vie locale en général.

49L’existence d’« accommodements » signifiait que les règles administratives n’étaient pas toujours applicables, qu’elles pouvaient être modulées et ajustées en fonction des circonstances ; c’est le fait des administrations nouvelles, fraîchement mises en place sur le terrain d’administrations anciennes, à la suite des conquêtes militaires. Ces accommodements étaient nécessaires aussi parce que, on l’a dit, le droit des gens n’était pas fixé de façon précise encore au XVIIIe siècle. Les incertitudes se retrouvent dans le vocabulaire. On a parlé plus haut de soldats « en sauvegarde » dans un village, dont les ennemis n’auraient pas respecté l’immunité. Il semble que la sauvegarde ait été, depuis le XVIe siècle, le terme le plus général pour désigner une protection accordée en temps de guerre à des individus ou à des groupes. À cet égard, le travail des historiens sur les pratiques des siècles antérieurs, comme en tout autre domaine, éclaire heureusement les permanences, les évolutions, et leurs significations.

50À la fin du XVIe siècle, pendant les opérations militaires contre l’Espagne dans le Nord du royaume de France, quand on parlait de sauvegarde, le terme de « neutralité » n’était pas loin. Des villages se mettaient déjà à cette époque en « contribution et sauvegarde », mais on voyait accorder à l’occasion, à telle communauté, une « neutralité et sauvegarde ». Il y avait dans ces pratiques, aux dires de José Javier Ruiz Ibáñez, l’héritage des négociations de neutralité menées par les deux Bourgognes tout au long du XVIe siècle (voir la contribution de Christian Windler). On neutralisait des territoires qui, par suite, ne devaient pas avoir de part aux conséquences de la guerre ; on pouvait les exempter du paiement de contributions. Quelques décennies plus tard, dans les années 1640, le système des sauvegardes couplées aux levées de contributions était plus clairement en place, au moins en Lorraine, comme le montre le texte de Martial Gantelet. Désormais, une sauvegarde ne pouvait exonérer des contributions, donc d’une participation à l’effort de guerre, mais promettait seulement une protection contre les excès liés à la guerre, en particulier les pillages des partis de guerre.

51Ce qu’il est intéressant de remarquer en outre, et qui différencie ces entrées en contribution des années 1640 en Lorraine, de celles des années 1740 en Flandre, c’est que les premières furent effectuées par les communautés villageoises. Des communautés qui faisaient partie de territoires aux mains de chacun des belligérants entrèrent même en contribution avec leurs ennemis respectifs presque au même moment. Ainsi, les deux puissances en conflit avaient des gages, des moyens de pression en cas d’excès commis par des troupes sur l’un ou l’autre territoire bénéficiaire d’un traité de contribution. Le système, s’il était contesté officiellement au niveau des gouvernements centraux, convenait au fond à tous pour un modus vivendi en temps de guerre.

52Il n’en était plus de même un siècle plus tard en Flandre. Les villages n’entraient en contribution auprès des ennemis que sous la menace de représailles ; si l’on mettait des villages ennemis à contribution, il n’était pas question d’accepter la réciprocité. On a vu qu’une course de vitesse opposait les deux armées.

  • 69 Il faut noter que si, lors des conférences de paix marquant la fin des conflits, les souverains pr (...)

53Du XVIe au XVIIIe siècle, un meilleur contrôle du territoire par les belligérants lors des conflits joua certainement un rôle dans ces mécanismes. Sans que l’on puisse parler d’une véritable ligne de front, il existait au milieu du XVIIIe siècle, pour les Pays-Bas autrichiens progressivement conquis par les Français, des états clairs des communautés villageoises changeant d’obédience à chaque avancée de la conquête, comme le montre la vigilance de l’intendant Lucé lors du litige de juridiction intervenu à Beaumont69. Si les troupes légères vouées à la petite guerre n’attaquèrent parfois pas que des villages des ennemis, ce fut par manque de discipline plus que par incertitude quant au territoire contrôlé.

54Au milieu du XVIIIe siècle en Flandre, le modus vivendi entre les populations civiles et les armées fut donc le résultat d’adaptations de traditions héritées des siècles précédents, mais aussi des progrès de l’efficacité de l’administration royale, et de l’esprit de modération qui inspirait les progrès du droit des gens.

Notes

1 Dans le cadre de cet article, nous nous appuyons essentiellement sur les sources suivantes : la correspondance entre la cour et les officiers et administrateurs présents à l’armée de Flandre, entre 1744 et 1748 (SHD, sous-série A1) ; la correspondance du lieutenant-colonel de cavalerie Sablon du Corail à l’un de ses neveux, qui a été en grande partie publiée en 1929 ; les écrits du comte de Beausobre, colonel de hussards et auteur (entre autres) d’un volumineux manuscrit sur ses services militaires,

2 Jean-Pierre Rorive, « Une place forte “belge” oubliée, enjeu des puissances européennes sous Louis XIV : Huy », Cahiers du CEHD, no 10, 1999, p. 75-90, ici : p. 82. déposé aux Archives cantonales vaudoises ; les souvenirs d’un soldat du régiment de Limousin ; des traités sur l’art de la « petite guerre » publiés au XVIIIe siècle, en particulier celui de Grandmaison.

3 Emmanuel Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, Aux armées du roi. Lettres du Lieutenant-Colonel de cavalerie Sablon du Corail (1741-1750), Paris, Honoré Champion, 1929, p. 90.

4 Pour un panorama général sur ces questions, voir par ex. : Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996, articles « Flandre », « Hainaut », « bourgeoisie », « milice bourgeoise » ; Marcel Marion, Dictionnaire des institutions de la France, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Picard, 1989 (réimpression de l’éd. originale de 1923), art. « Flandre », « Hainaut », « bourgeoisie », « milice ».

5 SHD, A1 3145, pièce 69, p. 3, « Détail de ce qui s’est passé depuis le 28 janvier jusqu’au 2 février 1746 ».

6 E. Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, op. cit., p. 142-143.

7 SHD, 1M 173 bis, registre de mémoires et reconnaissances, 1745-février 1746, p. 146 ; SHD, A1 3135, pièce 93, p. 1-2, lettre du maréchal de Saxe au quartier général de Laken, le 2 février 1746.

8 SHD, A1 3135, pièce 105, p. 3, lettre de La Graulet au comte d’Argenson, du camp de Laken, le 4 février 1746. Dans les notes suivantes, quand le destinataire n’est pas mentionné, il s’agit du comte d’Argenson.

9 SHD, 1M 175 (1748), p. 156-161.

10 E. Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, op. cit., p. 200.

11 Álvaro Navia Ossorio, Marqués de Santa Cruz de Marcenado, Réflexions militaires et politiques (traduites de l’espagnol par M. de Vergy), 12 t., La Haye, Jacques Van den Kieboom, 1739-1740, ici : t. 2, p. 139 (dans le chap. XVI, « Des surprises des Places qui ne sont défenduës que par les habitans. De celles des Tours & des postes qui ne sont gardés que par un petit nombre d’hommes »).

12 SHD, A1 3139, pièce 131, lettre de M. de Vanolles, le 11 juillet 1746 ; pièce 155, lettre de M. de Lucé, Mons, le 14 juillet 1746.

13 Jacques Pineau de Lucé (1709-1764), maître des requêtes, intendant de Tours (1743-1745) puis de Hainaut (1745-1752), et enfin d’Alsace (1752-1764). Il est parfois désigné comme « baron de Lucé ». Cf. SHD, A1 3140, pièce 96, serment prêté par le magistrat de Mons au roi de France. Une courte notice biographique sur Lucé se trouve dans : Michel Antoine, Le gouvernement et l’administration sous Louis xv. Dictionnaire biographique, Paris, CNRS, 1978, p. 206.

14 SHD, A1 3135, pièce 46, lettre du comte d’Argenson au marquis d’Armentières, le 22 janvier 1746.

15 SHD, A1 3135, pièces 251, 299 ; A1 3140, pièces 23, 160.

16 SHD, A1 3135, lettres des 11, 12, 19, 21, 23, 24, 27 et 28 février 1746.

17 SHD, A1 3140, lettres des 5, 7, 12, 13, 16, 17 et 21 août 1746.

18 SHD, A1 3143, lettres des 10, 14, 22 et 25 (deux lettres) octobre 1746 ; A1 3149, lettre du 8 octobre 1746.

19 Almanach royal, année 1745, Paris, Imprimerie de la Veuve d’Houry, 1745, p. 149. Les mêmes villes sont mentionnées dans l’Almanach royal, année 1747 (Paris, Veuve d’Houry, 1747, p. 151).

20 Ce dernier poste, entre Maubeuge et Philippeville, fut occupé pour assurer la communication entre ces deux villes et contenir les partis des ennemis. Voir SHD, 1M 173 bis (1745), p. 73.

21 SHD, A1 3142, pièce 40, lettre de Lucé, Valenciennes, le 20 septembre 1746.

22 SHD, A1 3140, pièce 241, lettre de M. de Séchelles, au camp de Villers, le 27 août 1746.

23 SHD, A1 3139, pièce 194, lettre du comte d’Argenson à M. le duc de Boufflers, Versailles, le 21 juillet 1746.

24 Ibid., pièce 91, lettre de Lucé, Namur, le 25 septembre 1746. Les subdélégués étaient des adjoints de l’intendant, installés dans les chefs-lieux des subdivisions de la généralité, appelées subdélégations.

25 Ibid. Tout cela est déjà accompli le 25 septembre à Namur, où Lucé est arrivé depuis seulement 24 heures.

26 Pour des détails sur l’organisation municipale en Flandre et dans les pays du Nord d’une manière générale, voir : Maurice Bordes, L’administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1972, p. 182-183 (pour les villages) ; p. 220-222 (pour les villes).

27 SHD, A1 3140, pièces 95 (lettre de Lucé) et 96 (texte du serment).

28 SHD, A1 3142, pièce 91, lettre de Lucé, Namur, le 25 septembre 1746.

29 SHD, A1 3143, pièce 92, lettre de Lucé, Namur, le 14 octobre 1746.

30 SHD, A1 3136, pièce 243, lettre de Lucé, le 1er avril 1746. Depuis la mort de l’empereur Charles VII en janvier 1745 puis l’élection de François de Lorraine à la dignité impériale (sept. 1745), Marie-Thérèse, femme de ce dernier, se trouvait impératrice et reine. Dans les textes français contemporains de la guerre cependant, elle est nommée seulement « reine de Hongrie », car les Français ne reconnaissaient pas François de Lorraine comme empereur.

31 SHD, A1 3136, pièce 305, lettre du Comte d’Argenson à Lucé, le 10 avril 1746.

32 SHD, A1 3144, pièce 89 (lettre de Lucé, Valenciennes, le 18 novembre 1746) et pièce 90 (lettre de Moreau de Séchelles à Lucé, le 3 octobre 1746).

33 SHD, A1 3201, pièce 201, lettre de Lucé, Valenciennes, le 17 juin 1747.

34 SHD, A1 3197, pièce 67 (janv. 1747, discussions pour l’exemption de redevances en argent des paysans d’une terre appartenant à une comtesse) ; ibid., pièce 204 (fév. 1747, échauffement de quelques esprits à Mons à propos d’impôts qui seraient trop élevés) ; A1 3206, pièce 220 (oct. 1747, un échevin pense avoir payé trop d’impôt).

35 SHD, A1 3140, pièce 38.

36 SHD, A1 3144, pièce 117, lettre de Lucé, le 26 novembre 1746.

37 SHD, A1 3201, pièce 221, lettre de Lucé, Valenciennes, le 19 juin 1747.

38 Archives cantonales vaudoises, fonds P Nelty de Beausobre, registre 2.2.6/13 : Notes sur mes services militaires (avril 1716 à février 1763), Bisseuil, 1763, 1 vol. ms de 240 p., p. 78.

39 SHD, A1 3255, pièce 231, lettre de Lucé, le 15 janvier 1747.

40 SHD, A1 3140, pièce 23, lettre de Lucé, Mons, le 5 août 1746.

41 SHD, A1 3185, pièce 22, lettre de Lucé, Valenciennes, le 3 novembre 1746.

42 SHD, A1 3207, pièce 232, lettre de Lucé, Valenciennes, le 12 décembre 1747.

43 SHD, A1 3259, pièce 229, lettre de Lucé, Valenciennes, le 8 avril 1747.

44 M. Marion, op. cit., article « sauf-conduit » : « [Les sauf-conduits] étaient nécessaires, par exemple, pour protéger contre leurs créanciers des gens vaquant à quelque service public ».

45 SHD, A1 3204, pièce 279, lettre de Lucé, Valenciennes, le 26 septembre 1747.

46 SHD, A1 3207, pièce 10, lettre de Lucé, Mons, le 1er novembre 1747.

47 L. Bély (dir.), op. cit., article « sauvegarde » ; M. Marion, op. cit., art. « sauvegarde » également.

48 Pour cette pratique à la fin du XVIIe siècle, voir surtout : George Satterfield, Princes, Posts and Partisans : The Army of Louis XIV and Partisan Warfare in the Netherlands (1673-78), Leiden, Brill, 2003, et aussi Jean Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 154.

49 E. Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, op. cit., p. 95.

50 Sandrine Picaud, « L’impact de la guerre sur la population locale au XVIIIe siècle », Les populations et les armées, Pully, Centre d’histoire et de prospective militaires, 2008, « Travaux d’histoire militaire et de polémologie 14 », p. 53-78.

51 SHD, A1 3145, pièce 119.

52 SHD, A1 3136, pièce 74.

53 Archives cantonales vaudoises, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/13 : Notes sur mes services militaires, op. cit., p. 70.

54 Ibid., p. 65-66.

55 SHD, A1 3137, pièce 194, lettre de Grassin, Rosselaar, le 11 mai 1746.

56 Ladislas Ignace de Bercheny (1689-1778), officier hongrois ayant levé un régiment de hussards pour le compte du roi de France en 1720. Il fut élevé à la dignité de maréchal de France en 1758. En 1746, il était inspecteur général des hussards de l’armée française.

57 SHD, A1 3146, pièce 70, p. 4, lettre du comte de Bercheny, le 11 mai 1746.

58 E. Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, op. cit., p. 155-156.

59 SHD, A1 3140, pièce 152, lettre de Maurice de Saxe, au camp de Viller, le 21 août 1746.

60 SHD, 1M 174 (1746), p. 103-104. Löwendal partit à Huy avec une force de 18 000 à 20 000 hommes. Cf. : Geschichte des Oesterreichischen Erbfolge Kriegs, von 1740 bis 1748, ein Versuch, Dresden, in der Waltherischen Hof Buchhandlung, 1787, t. 2, p. 260.

61 SHD, 1M 174 (1746), p. 103-104.

62 La neutralité de la principauté de Liège fut en fait constamment violée, dès les guerres du règne de Louis XIV. Cf. J.-P. Rorive, op. cit., p. 76.

63 Thomas-Auguste Le Roy de Grandmaison, La petite guerre, ou Traité du service des troupes légères en campagne, s. l., 1756. Pour les différents ex. cités, voir respectivement les pages 210, 257-258, 298-299.

64 « Souvenirs de campagne d’un soldat du régiment de Limousin (1741-1748) » [Souvenirs communiqués par le Cdt Marielle], Carnet de la Sabretache, 1902, 10e vol., p. 668-690 et p. 737-762 (ici p. 759).

65 Ibid., p. 752.

66 Ibid., p. 759-760.

67 E. Du Ranquet/A.-J. Teilhard de Chardin, op. cit., p. 91 (lettre de J.-A. Sablon du Corail depuis l’armée de Saxe, sous Courtrai, le 28 juin 1744).

68 Ibid., p. 134.

69 Il faut noter que si, lors des conférences de paix marquant la fin des conflits, les souverains procédaient à des échanges de territoires sans entrer dans le détail, des administrateurs locaux nommés commissaires aux limites étaient chargés d’appliquer sur le terrain les décisions. Certes, cette mission était souvent difficile, du fait des enclavements. Mais les limites des communautés, des seigneuries et châtellenies étaient bien connues, sur place, de façon coutumière. Voir : Lucien Bély, « Paix et société », Combattre, gouverner, écrire. Études réunies en l’honneur de Jean Chagniot, Paris, Economica, 2003, p. 73-92, ici p. 88-92.

Table des illustrations

Légende Théâtre de la guerre aux Pays-Bas (1744-1748). Extrait simplifié de la carte contenue au début de nombreux registres de la sous-série A1, par exemple A1 3135 (SHD). L’orthographe toponymique du XVIIIe siècle a été conservée
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search