Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Mare pacificum : les îles de la Manche, entre trêves de Dieu et pratiques de neutralisation (XVe-XIXe siècle)

Renaud Morieux

Texte intégral

  • 1 Victor Hugo, Les travailleurs de la mer. L’archipel de la Manche, Paris, Gallimard, 1980 (1re édit (...)
  • 2 The true interest of Jersey in all those critical emergencies, is to attend chiefly to the preserv (...)

« Les îles de la Manche sont des morceaux de France tombés dans la mer et ramassés par l’Angleterre. De là une nationalité complexe. Les Jersiais et les Guernesiais ne sont certainement pas anglais sans le vouloir, mais ils sont français sans le savoir. S’ils le savent, ils tiennent à l’oublier. Cela se voit un peu au français qu’ils parlent1. »
« Le véritable intérêt de Jersey, en ces urgences critiques, est surtout de veiller à la préservation de son commerce, de ses chartes, et de ses privilèges, et par sa neutralité, de facilement se concilier le camp qui se trouve finalement être le conquérant2. »

  • 3 Oxford English Dictionary on-line, juin 2008, art. « Neutrality » ; Alain Rey (dir.), Dictionnaire (...)
  • 4 Jean Froissart, Chroniques, 3e livre, t. 13 : 1386-1387, éd. Léon et Albert Mirot, Paris, Librairi (...)

1En français, dès les XIVe-XVe siècles, comme en anglais, à partir des XVe-XVIe siècles, les connotations du terme de neutralité sont proches3 : le mot, dérivé savant du latin neutralis, peut désigner une personne ou un groupe qui choisit de ne pas prendre part à une controverse ou à un conflit, et aussi une politique d’abstention. Dès la fin du Moyen Âge, on trouve ce mot pour évoquer des villes ou des rois qui refusent de prendre part à une guerre. Ainsi dans les Chroniques de Jean Froissart à la fin du XIVe siècle : « En ce temps, environ la Chandeleur, s’accoucha au lit le roy Pierre d’Arragon. Quand il vey que morir le convenoit, si fist venir en son present ses deux filz, Jehan l’aisné, et Martin, et leur dist : “Mes enfans, je vous laisse assez en bon point, et les besongnes de mon royaume toutes cleres. Du fait de l’Eglise, j’en ay toudis tenu la neutralité, si vueil que vous la tenez aussi, car c’est le plus sceur”4. »

  • 5 En droit anglais, deux catégories d’aliens sont différenciées, en fonction des rapports qu’entreti (...)

2On connaît le cas d’États ou de principautés neutres. Mais au sein d’un même ensemble politique, certaines communautés peuvent bénéficier d’exemptions à l’égard de la guerre menée par leur souverain, en faisant l’objet de conventions spécifiques, comme les pêcheurs, ou d’un statut d’exception, comme les marchands qui ont le statut d’alien friends5. En pratique, au cœur de la lutte armée, ces groupes entretiennent des relations avec « l’ennemi » stigmatisé dans la propagande, prolongeant des réseaux tissés pendant la paix. Il faut d’abord analyser les modalités concrètes de ces échanges. Qui en sont les protagonistes ? Quelles sont leurs stratégies et la géographie de leurs activités ? De quelle manière justifient-ils le fait de s’abstraire de l’effort de guerre ? Ce type de pratique pose aussi la question de la spécificité des relations entretenues par ces populations avec l’étranger et avec leur propre souverain. En effet, dans certains contextes, ces groupes privilégient les solidarités locales et régionales à la fidélité à l’État.

  • 6 Voir Anne-Marie FlambardHéricher/Véronique Gazeau (dir.), 1204, la Normandie entre Plantagenêts et (...)
  • 7 En anglais, le syntagme normanglorum apparaît dans une chronique du début du XIIe siècle, dont exi (...)
  • 8 Pour une critique de cette notion, voir François Crouzet, « The Second Hundred Years War : Some Re (...)

3À cet égard, les îles de la Manche constituent un remarquable observatoire, car elles se situent au cœur du processus de formation d’une frontière maritime qui sépare deux États-nations en construction, la France et l’Angleterre. À quelques encablures des côtes de France, Jersey, Guernesey, Sark, Aurigny et quelques autres îlots restent pourtant dans l’obédience du roi d’Angleterre après la perte de la Normandie par Jean sans Terre au profit de Philippe-Auguste, en 12046. De par leur histoire, dictée par des invasions successives, par leur bilinguisme, mais aussi par leurs activités propres, on peut considérer les habitants de ces îles comme des frontaliers. Leur appartenance nationale ne va pas de soi, comme le montre l’hésitation de la toponymie, qui parle des îles « Anglo-Normandes », « anglaises » ou encore des Channel Islands7. Entre la première guerre de Cent Ans des XIVe-XVe siècles, et ce qu’on a appelé, abusivement, la « seconde guerre de Cent Ans » franco-anglaise (1689-1815)8, les populations des îles de la Manche parviennent la plupart du temps à tirer leur épingle du jeu, en jouant constamment de la rivalité des deux États voisins. Au statut juridique complexe et incertain, elles restent âprement disputées tout au long du XVIIIe siècle.

  • 9 Louis Dermigny, « Escales, échelles et ports francs au moyen âge et aux temps modernes », Les gran (...)

4Dans un premier temps, à la fin du Moyen Âge, les îles de la Manche obtiennent des deux royaumes de France et d’Angleterre le statut de neutre. Toutefois, l’adoption de la réforme anglicane dans les îles, puis leur rôle dans les guerres récurrentes, rendent bientôt caduque cette situation et, à partir de la fin du XVIIe siècle, les insulaires sont censés être clairement ancrés dans le camp de l’Angleterre, comme nous verrons dans une première partie. Pourtant, ces populations continuent à commercer avec la France. Cette situation est bien « la consécration légale d’un fait de géohistoire9 », et s’appuie sur une rhétorique de légitimation, qui oscille entre la promesse d’une fidélité à l’Angleterre et la menace d’un rattachement à la France ; c’est ce que nous étudierons dans une deuxième partie. Dans les faits, la poursuite du commerce repose sur des pratiques de neutralisation ; l’exemple de la contrebande, qui prospère tout au long du XVIIIe siècle, le montrera en troisième partie.

L’axe Rome-Coutances : la neutralisation des îles, de l’histoire au mythe

5Appliqué aux îles Anglo-Normandes, le terme de neutralité est utilisé, au moins dès le XVIe siècle, d’une manière originale : il sert en réalité à qualifier un privilège de libre commerce en temps de guerre, obtenu de différentes puissances temporelles et spirituelles. La revendication d’un statut de « terre neutre », comme nous allons le voir, n’est qu’une extension de ce privilège. Trois séquences temporelles peuvent être identifiées.

La bulle papale de 1483

  • 10 Voir la lettre de Jean du Bellay au connétable de Montmorency, Londres, le 30 juin 1528 : « [...] (...)

6En 1528, Jean du Bellay, ambassadeur du roi de France en Angleterre, fait référence à des « privilèges [...] qui sont une façon de neutralité » que les sujets des îles auraient « de longtemps [...] obtenue des papes10 ».

  • 11 Le texte (latin) de la bulle est traduit en français dans Maurice de La Croix, Jersey. Ses antiqui (...)

7En réalité, le terme de neutralité n’apparaît pas dans le texte papal. Le 1er mars 1483, Sixte iv promulgue une bulle, à la suite d’une pétition du roi Edouard iv (roi de 1461 à 1483) et des habitants des îles, qui se plaignent des ravages occasionnés par les « larrons, pirates, brigands, corsaires et écumeurs de mer, ou malfaiteurs » qui pullulent dans la région, attaquant les bateaux de commerce, rançonnant les équipages, débarquant sur les côtes et pillant les églises11. Le pape décrète contre les coupables des peines « d’excommunication, d’anathème et de malédiction éternelle, et de confiscation de leurs biens ». La bulle mentionne aussi l’espace sur lequel porte cette interdiction : « Lesdits îles, ports, hâvres, et places maritimes éloignées desdites îles autant que la vue peut s’étendre. » Les insulaires ne sont pas seuls à bénéficier de cette protection apostolique : sont menacés tous ceux qui auront commis un forfait « contre les habitants d’icelles ou étrangers, en temps de guerre, de trêve, ou de paix ». Et l’on note qu’au-delà du clergé, qui doit bénéficier de la protection du pape, c’est la liberté de commerce entre les îles Anglo-Normandes et le continent qui est ainsi garantie.

  • 12 Nicolas Offenstadt, « Paix de Dieu et paix des hommes. L’action politique à la fin du Moyen-Âge »,(...)

8Pour comprendre ce recours à la papauté, il faut rappeler l’originalité du statut ecclésiastique des îles de la Manche vis-à-vis du reste des îles Britanniques. Après 1204, le duché de Normandie cesse de dépendre politiquement des Plantagenêts, pour passer dans l’orbite des Capétiens. Cependant, les paroisses des îles restent, comme avant, sous la tutelle de l’évêque de Coutances, dans le Cotentin. Ce dernier, pendant plusieurs siècles et conformément au Concile de Latran IV (1215), continue donc à jouer un rôle central dans l’encadrement des paroisses, envoyant ses délégués à Jersey, Guernesey ou Sark pour vérifier le comportement de ses ouailles et collecter la dîme. Du point de vue de la papauté et des puissances temporelles, la bulle s’inscrit dans la tradition des « trêves de Dieu », qui fait du pape « l’arbitre de la chrétienté » depuis le XIe siècle, et se perpétue tout au long de la guerre de Cent Ans12.

  • 13 Charles Le Quesne, A Constitutional History of Jersey, Londres, Longman & Co, 1856, p. 114 ; M. de(...)
  • 14 D’après C. Le Quesne, op. cit., p. 114.
  • 15 Ferdinand Brock Tupper, The History of Guernsey and Its Bailiwick ; with Occasional Notices of Jer (...)

9La bulle est amplement diffusée dans la chrétienté, et notamment sur le littoral de la Manche. Ordre est donné qu’elle soit affichée sur les portes des cathédrales et églises de Saint-Pierre de Rome, Canterbury, Londres, Nantes, Tréguier, et St Peter-Port de Guernesey. Les autorités politiques relaient l’initiative pontificale. En France, la bulle est publiée par ordre du roi Charles viii, le 12 août 1485, ainsi que dans le duché de Bretagne, par le duc François, en 149413. Au XVIe siècle, différents monarques anglais la confirment, comme Henri viii (1509-1547)14 ou Marie Tudor (1553-1554)15. Les lettres patentes signées par Henri VIII, le 6 février 1509, justifient ainsi la prolongation de cette garantie apostolique par la fidélité des insulaires envers leur souverain et leur contribution à la défense de l’Angleterre :

  • 16 Cité dans M. de La Croix, op. cit., p. 44.

« Rappelant en notre mémoire combien fidèlement et constamment ledit peuple et communauté de nosdites Iles de Jersey, Guernesey et Aurigny, du diocèse de Coutances, ont préservé à nous et à nos ancêtres une vraie allégeance comme sujets, et combien de difficultés, de dangers et de pertes ils ont soutenu pour la sauveté de nosdites îles, et pour retenir la fidélité qu’ils doivent à nous et à notre Couronne d’Angleterre16. »

  • 17 F. B. Tupper, op. cit., p. 156.
  • 18 Bull of Pope Alexander vi transferring the Islands from the Diocese of Coutance in Normandy, to th (...)

10Avant même de se demander si cette bulle est respectée en pratique, il est clair que tant que le catholicisme est la religion des îles, les décisions de Rome gardent un sens. Mais tout change après la Réforme, qui vide la bulle du pape de sa substance, tandis que des huguenots fuyant la France déchirée par les guerres de religion affluent dans les îles Anglo-Normandes17. À partir de 1568, le diocèse de Winchester, dans le Hampshire, remplace Coutances, et exerce sa juridiction sur ces reliques du duché de Normandie18. La référence à leur statut particulier obtenu par l’intervention papale ne s’efface pourtant pas immédiatement, et subsiste pendant encore plus d’un siècle chez les souverains anglais.

Une liberté de commerce octroyée par les rois d’Angleterre (de la Réforme à 1689)

  • 19 Quamplurimis juribus, jurisdictionibus, privilegiis, immunitatibus, libertatibus, & franchisiis. L (...)
  • 20 Insulae praenominatae, ac loca maritima praedicta, in fide, obedientia, & servitio, tam nostri qua (...)

11Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, le privilège de libre commerce des îles est maintenu dans différents actes royaux, sans que le terme de neutralité n’apparaisse. Ainsi, Elisabeth Ière, dans une charte de 1561, confirme que ses sujets des îles de la Manche ont été, selon l’expression consacrée, depuis des temps immémoriaux, en possession « de nombreux droits, juridictions, privilèges, immunités, libertés19 ». Ces droits sont, là encore, une récompense des services constants et fidèles rendus au roi20. La charte reprend ensuite tous les éléments de la bulle papale, sans, évidemment, y faire allusion :

  • 21 [...] quod tempore Belli omnium Nationum Mercatores, & alii tam alienigeni quam indigeni, tam host (...)

« En temps de guerre les marchands de toutes les nations, qu’ils soient étrangers, nés ou non sur les îles, amis comme ennemis, doivent pouvoir librement, légalement, sans danger d’être punis, venir dans [...] lesdites îles [...] avec leurs bateaux, marchandises, ou passagers ; de même, pour éviter les tempêtes, ou pour pratiquer le libre commerce, échanges et trafic, et ensuite, en toute sécurité [...], y rester puis en partir [...] sans aucun danger, brutalité ou hostilité quelle qu’elle soit [...] ; et cela, non seulement au sein desdites îles et places maritimes, mais tout autour, à telle [...] distance des îles que [...] s’étend la vue de l’homme21. »

  • 22 That special and perpetual privilege of Truce or Freedom from hostilitie. John Selden, Of the Domi (...)
  • 23 At pleasure, into their Territorie by Sea: ibid.
  • 24 La propagande déforme évidemment l’histoire, car ce sont les Normands et Angevins qui ont pris pie (...)

12Comment comprendre que ces privilèges soient maintenus si longtemps après la rupture avec la Normandie ? La lecture du Mare Clausum du juriste John Selden, réponse anglaise au Mare Liberum d’Hugo Grotius (1609), nous fournit une première explication. D’après Selden, « ce privilège spécial et perpétuel de trêve ou de liberté vis-à-vis des hostilités22 » découle du dominium que détient le roi d’Angleterre sur la Manche. Ce privilège témoigne donc de la puissance maritime de monarques qui peuvent décréter une cessation d’hostilités « à leur guise, dans leur territoire par mer23 ». Les îles, fossiles d’une ancienne présence continentale de l’Angleterre, permettent de légitimer l’idée d’une souveraineté anglaise sur la Manche.24

  • 25 Ordre adressé aux sénéchaux et baillis de Morlaix, et au sieur de Boisyvon. L’ordre, daté du 20 ju (...)
  • 26 Le culte de Saint-Georges est célébré officiellement à partir de 1415. Froissart mentionne que le (...)
  • 27 Cité dans M. de La Croix, op. cit., p. 51.

13Au-delà des positions de principe, cette liberté de commerce fut-elle respectée dans les faits ? Au XVIe siècle, des prises en course sont, semble-t-il, annulées, car faites dans les parages de Jersey et Guernesey. En 1523, un navire de Guernesey, capturé par un corsaire de Morlaix, est ainsi relâché par ordre du comte de Laval, gouverneur de Bretagne25. L’argumentation du capitaine breton repose sur plusieurs éléments. D’abord, des signes lui permettent d’identifier la provenance du bateau : la barque « portant bandières ou estoient les croix rouges, pourquoi les prindrent, et ont amenés au Hâvre de Morlaix ». Il s’agit là de la croix de Saint-Georges, qui flotte au pavillon des navires anglais et anglo-normands depuis le Moyen Âge26. Puisque Guernesey « est de l’obéissance du Roy d’Angleterre », et que le bateau transportait des marchandises et des passagers anglais, le navire devrait donc être de bonne prise27. De son côté, le comte de Laval se réfère à la neutralité des îles :

  • 28 Cité dans ibid., p. 52-53. L’anecdote et la même citation se trouvent aussi dans Ph. Falle, op. ci (...)

« Et que néantmoins qu’ils soient des habitans de ladite Isle quelle jaizoit quelle soyt de l’obéissance du Roy d’Angleterre, est neutre de tout antiquité tant par raison de previlaiges & accordance dentre les Princes, que par Censures Apostoliques, et mesmement par ce que naguères a pleu au Roy notre Souverain Sire desclarer son vouler et intencion nestre quon leur eust fait guerre [...]. Par moyen de quoi, [...] est permins aulx subjets desdits deux Princes aller & marchander en ladite Isle réciproquement comme en Terre Neutre. [...] Le plessir du Roy notre Souverain Seigneur avoit este déclare lesdits insulaires et leurs biens ne seront de guerre, moyennant qu’ils feussent demeurez en Neutralité, et que durant la présente guerre, les subjetz dudit Seigneur y ont este marchandamment comme en Terre Neutre sans que ayons entendu que par les Angloys ou aultres on leur eust fait aucun ennuy en corps ne biens28. »

  • 29 Ibid., p. 53.

14Les Anglo-Normands l’emportent et, par décision comtale, seuls les Anglais et leurs possessions sont jugés de bonne prise, tandis que les Guernesiais sont relâchés. Que retenir de cet exemple ? On note d’abord que29 le comte de Laval n’applique pas strictement la bulle papale : seuls les insulaires bénéficient ici de la trêve, tandis que les Anglais et les navigateurs d’autres États sont traités en vertu du droit de la guerre. Il apparaît clairement que pour les autorités françaises, les populations des îles de la Manche ne sont pas des Anglais comme les autres. Quand disparaissent donc ces privilèges ? Sautons encore quelques décennies. En juin 1587, le Conseil privé est saisi d’une affaire opposant le bailli et les jurats de Guernesey au gouverneur de l’île, Sir Thomas Leighton. Ce dernier, qui a procédé à la saisie de quatre navires français et de leurs marchandises, refuse le verdict de la Cour royale de l’île, qui ordonne la relâche. Le Conseil privé consulte plusieurs juristes, dont le procureur général et le premier juge de l’Amirauté, et confirme la décision de libérer la prise avec l’argumentation suivante :

  • 30 Lettre adressée à Thomas Leighton, Greenwich, le 11 juin 1597, éditée dans : Acts of the Privy Cou (...)

« Tous les marchants étrangers ont été, de temps en temps, accueilli dans les îles de Jersey et Guernesey en sécurité, protégés de toute entrave à leurs vies, bateaux et biens ; [...] le bénéfice public que les deux couronnes d’Angleterre et de France ont reçu, en temps d’hostilités ou de malveillance, par la perpétuation de ces dites îles dans une sorte de neutralité, en servant de lieu [d’asile] commun pour les deux royaumes était suffisamment30 connu. »

  • 31 Veteri etenim regum Angliae privilegio perpetuae hic sunt quasi induciae et Gallis aliisque quamvi (...)
  • 32 Estienne Cleirac, Us et Coutumes de la Mer, Bordeaux, G. Millanges, 1647, p. 452.
  • 33 A freedom and liberty of trade in these islands and the seas adjacent, for merchants of all nation (...)

15Chez les juristes et antiquaires du XVIIe siècle, le statut particulier des îles est toujours mentionné. Dans la première édition, latine, du Britannia, William Camden (1551-1623) écrit : « D’après un ancien privilège des rois d’Angleterre, il existe une sorte de trêve perpétuelle ; et aussi violente que soit la guerre, les Français, et les autres, sont libres de venir ici pour commercer, et d’en repartir avec la même sûreté31. » En 1647, Étienne Cleirac y fait encore allusion32. Philip Falle (1656-1742) reprend la même idée en 1694 : « Une liberté de commerce dans ces îles et les mers environnantes, pour les marchands de toutes les nations, en temps de guerre33. comme en temps de paix » Selon les auteurs, cette liberté de commerce peut être formulée en utilisant une rhétorique variable. Ainsi chez Jean Poingdestre, bailli de Jersey, dans un manuscrit consacré à son île et datant de 1682, qui consacre un chapitre à ce qu’il appelle « le privilège de neutralité » :

  • 34 « Chap. Xj. Of the Priviledge of Neutrality », Caesaerea, or A Discourse of the Island of Jersey [ (...)

« Un privilège [...] selon lequel un ensemble d’îles détiennent et jouissent de la part de toutes les nations voisines du bénéfice d’une paix perpétuelle, non seulement dans leurs ports, mais aussi dans les mers environnantes, aussi loin que l’œil le plus aiguisé de l’homme puisse voir par le jour le plus clair ; où les plus grands ennemis, qui partout ailleurs s’attaqueraient, deviennent, dans l’étendue de ce privilège, de bons amis et commercent ensemble comme s’ils n’étaient pas en guerre. [...] C’est une paix perpétuelle, où aucune guerre ne peut se dérouler, plutôt qu’une trêve. Mais l’on peut l’appeler trêve, ou neutralité, ou lieu de refuge ; cela importe peu, tant que la chose est reconnue. [...] Quoique ces îles soient de l’obéissance du roi d’Angleterre, elles sont neutres de toute antiquité [...]. Ainsi les sujets et alliés des deux princes peuvent en toute sûreté se rendre dans ces îles, y trafiquer ensemble et dans les limites mentionnées, comme dans un pays34. neutre, sans se livrer à aucune sorte de guerre les uns contre les autres »

  • 35 Ibid., p. 59.
  • 36 En 1614, trois navires jersiais, capturés par des Français, sont libérés sur l’ordre du parlement (...)
  • 37 La seule édition française de l’ouvrage de Falle, publiée en 1757, note que la neutralité a subsis (...)

16L’espace environnant les îles mérite bien d’être appelé « mare pacificum35 ». Mais dans ces différentes sources, on ne cite plus d’exemple concret après le début du XVIIe siècle36. En réalité, à cette époque, ce privilège a cessé d’exister37.

La fin de la liberté de commerce (à partir de 1689)

  • 38 Par décision du parlement, Guillaume, prince d’Orange, et son épouse Marie (fille du roi détrôné J (...)

17Dès le début de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, une déclaration de Guillaume et Marie38 du 14 mai 1689 interdit désormais tout commerce avec les ennemis du roi d’Angleterre. Un ordre du Conseil royal, daté du 8 août 1689, montre cependant l’hésitation sur l’attitude à adopter vis-à-vis des sujets anglo-normands :

  • 39 His Majesty in Council is this day pleased to declare that (being at this time strictly obliged in (...)

« Sa Majesté en conseil ce jour a le plaisir de déclarer que (étant actuellement strictement obligée, par ses traités avec les alliés et confédérés, d’interdire dans tous ses dominions le commerce et trafic quel qu’il soit avec la France), il ne pense pas convenable ni opportun de déroger à l’exécution de cet ordre vu la conjoncture extraordinaire du moment présent ; toutefois il n’est pas dans l’intention de Sa Majesté, en aucune manière, de révoquer ou de transgresser les quelconques privilèges qui auraient pu être accordés par ses royaux prédécesseurs aux habitants de ladite île de Guernesey39. »

18En effet, à partir de 1689, les corsaires jersiais et guernesiais participent massivement au conflit contre les navires de commerce français. Le principe de la liberté de commerce n’est plus alors qu’une coquille vide. Ce choix d’entrer dans la bataille aux côtés de l’Angleterre contre la France est le fruit d’un calcul des coûts et des gains de la neutralité par rapport à l’engagement armé, comme le note un commentateur, William Berry, au début du XIXe siècle :

  • 40 Since that period, the Island has betaken herself to arms against the common enemy, fitting out nu (...)

« Depuis cette période, l’île a décidé de s’armer contre l’ennemi commun, équipant de nombreux corsaires, qui ont, dans une certaine mesure, récompensé la perte de cette neutralité, par un afflux de richesses provenant de leurs captures, qui excédent probablement de beaucoup les bénéfices probables qui auraient pu résulter de sa continuation40. »

  • 41 John Patriarche Ahier, Tableaux historiques de la civilisation à Jersey : Résumé philosophique des (...)

19À quoi sert la référence au « principe de la neutralité » sur la longue durée, alors même qu’il a cessé d’être une réalité depuis près d’un siècle ? Comme l’exprime sans ambages John Patriarche Ahier au XIXe siècle, « le privilège de neutralité [...] n’a été qu’un moyen de plus usité par les monarques anglais pour conserver des droits à notre fidélité41 ». En effet, l’engagement aux côtés de l’Angleterre est conditionnel.

Normans into Englishmen ?

20Les îles Anglo-Normandes bénéficient d’un statut constitutionnel original vis-à-vis de la couronne anglaise puis britannique. La défense de leurs privilèges repose sur une argumentation stable dans la longue durée. En 1692, l’adresse des représentants de Jersey à Guillaume et Marie est exemplaire :

  • 42 We are Your Majesties ancient subjects; the remainder of that once goodly patrimony which your ren (...)

« Nous sommes les anciens sujets de Vos Majestés ; ce qui reste de ce patrimoine un temps considérable, que vos ancêtres renommés possédaient sur le continent voisin. [...] [Et ceci] bien que notre situation nous ait exposés à un ennemi formidable, qui, en l’espace de plus de six cents ans, a souvent projeté de nous envahir [...]. A quel point cela porterait préjudice à la sécurité et l’honneur de votre couronne, s’ils devaient devenir maîtres de cette île et des îles voisines [...]. En espérant que Vos Majestés croiront que, bien que nos langues soient françaises, notre cœur et nos épées sont réellement anglais42. »

21Trois idées s’entrelacent : les îles sont une tête de pont contre les menaces de la France, que les insulaires haïssent de tout leur cœur ; elles sont les buttes-témoins d’un passé glorieux, celui d’un duché de Normandie unifié ; l’amour et la fidélité des îles de la Manche vis-à-vis de la couronne d’Angleterre justifient leurs privilèges. Déconstruit, ce discours apparaît pétri de contradictions.

Les îles comme frontière

  • 43 Voir R. Morieux, op. cit., p. 127-129.
  • 44 Ibid. ; voir par ex., côté français, le mémoire de l’ingénieur cherbourgeois De Caux, le 1er févri (...)

22Dans un contexte de rivalité maritime exacerbée avec la France, les îles sont une barrière défensive de choix43. Jersey et Guernesey ont fait l’objet de multiples tentatives d’invasion françaises au cours des siècles, en raison de leur situation géostratégique. Situées au milieu d’un grand axe de communication commercial est-ouest, elles peuvent aussi bloquer les échanges entre la côte et l’arrière-pays français44. À partir de la montée des tensions franco-anglaises dans les années 1680, la proximité des côtes françaises devient la carte majeure dont disposent les insulaires pour obtenir des avantages de la couronne d’Angleterre, et l’argument est encore utilisé en plein cœur du XIXe siècle :

  • 45 J. P. Ahier, op. cit., p. 193.

« Chaque fois qu’une guerre a été imminente entre la France et l’Angleterre, nous avons vu nos privilèges, droits et libertés s’accroître par le fait seul de nos demandes, et sans avoir besoin de révoltes ou de menaces, ne l’oublions pas ; c’est là qu’est notre véritable force, c’est cette éventualité toujours suspendue qui nous rend fiers contre nos ennemis de France et forts de nos vieux privilèges contre les résistances de la couronne d’Angleterre45. »

23Comme l’amour de l’Angleterre, la haine de la France n’a donc rien d’évident.

L’amour raisonné de l’Angleterre

  • 46 Sur cette conception de l’identité, voir Roger Brubaker, « Au-delà de l’identité », Actes de la Re (...)
  • 47 Par opposition aux « co-Normands du continent » : J. P. Ahier, op. cit., p. 191.
  • 48 Ainsi en 1837: Since King John lost his Norman domnions in 1203, they have [...] retained their na (...)

24Comme tous les discours sur la nation, la construction de l’identité anglo-normande articule des éléments contradictoires. Les catégories ethnico-nationales sont fluides, évoluant en fonction des besoins de l’argumentation, mais comportent aussi une dose de téléologie et d’essentialisme46. Ainsi, les insulaires sont décrits, selon les périodes, comme Normands, « Normands de Jersey47 », Anglais, et l’on parle même d’une nationalité anglo-normande au XIXe siècle, alors que monte en puissance une rhétorique nationaliste48.

  • 49 Hereditary loyalty. Ibid., dédicace de l’éditeur, p. i.
  • 50 Le révérend Edouard Durell, qui l’édite en 1837, fait de Falle le « Homère » anglo-normand : ibid. (...)
  • 51 L’ouvrage de ce chapelain ordinaire du roi, membre des états de Jersey, est réédité en 1734, 1797 (...)
  • 52 We were as much Normans as the Normans themselves. But now the time was come when all these ties wh (...)
  • 53 A strong liking and inclination. Ibid., p. 26. La majeure partie des grandes familles jersiaises, t (...)
  • 54 Ph. Falle, op. cit., 1797, p. 68-70.

25Dans les histoires des îles Anglo-Normandes, la relation à la Grande-Bretagne est toujours interprétée comme la preuve d’une « loyauté héréditaire49 » des insulaires. Publié pour la première fois en 1694, An Account of the Isle of Jersey, de Philip Falle (1656-1742), qui reste une référence jusqu’au XIXe siècle50, en est une parfaite illustration, et la même démonstration est reprise dans toutes les éditions51. En premier lieu, pour prouver que l’amour de l’Angleterre est chevillé au corps des Anglo-Normands, il faut fournir un récit historique cohérent de la rupture avec la Normandie, devenue française. Cela ne va pas de soi, car la captation de l’héritage normand au seul profit des îles de la Manche est aussi une nécessité, pour revendiquer le maintien d’un statut exceptionnel vis-à-vis de l’Angleterre. Ainsi, sous Richard Ier Cœur-de-Lion (1189-1199), « [n]ous étions aussi normands que les Normands eux-mêmes. Mais à présent le temps était venu pour que tous ces liens qui nous unissaient à eux, et eux à nous, soient dissous, et les îles n’ont plus rien à faire avec la Normandie, sauf sous la forme de l’inimitié et de l’hostilité52 ». Tandis que les Normands abandonnent leur duc, les insulaires développent au contraire envers les Anglais « une affection et un penchant forts53 ». La même explication est utilisée lors de chacune des crises ultérieures. Ainsi, lors des guerres civiles anglaises du XVIIe siècle, Jersey choisit le camp du roi contre celui du Parlement, et l’on justifie cette décision par le loyalisme monarchique de la population locale54.

  • 55 John Herbert Le Patourel, The Medieval Administration of the Channel Islands 1199-1399, Londres, O (...)

26Mais l’histoire sert aussi à justifier le statut juridique exceptionnel des îles de la Manche. Celles-ci disposent en effet de leur propre droit coutumier, hérité de la coutume de Normandie, qui diffère de la common law en vigueur en Angleterre. Toute l’autonomie législative et judiciaire, incarnée par exemple dans les jurats, découle en fait de ces coutumes propres55. En fin de compte, ce qui fait la véritable originalité « nationale » des îles de la Manche, c’est leur autonomie juridique, comme l’exprime en 1837 le révérend Durell, dans l’appareil de notes qu’il a ajouté à la nouvelle édition de Philip Falle :

  • 56 The Island has preserved a kind of national existence as a loyal and distinct people, all which wou (...)

« L’île a préservé une sorte d’existence nationale en tant que peuple loyal et distinct, et tout serait perdu dès qu’on la ferait prendre part aux institutions de la Grande-Bretagne, peut-être en la forçant à partager le fardeau de ses taxes. [...] Espérons, en bon patriotes, que la Providence, dans sa sagesse, veillera à tout ordonner à l’avantage de notre chère terre natale56 »

  • 57 L’illustre juriste Edward Coke (1552-1634), grand théoricien de la common law, écrit dans ses Inst (...)

27Et c’est la même raison qui explique que ces auteurs insistent tant sur l’appartenance des îles au duché de Normandie et non au royaume d’Angleterre57. À partir des années 1820, ces analyses se formulent en utilisant un idiome particulier. Ainsi chez le Jersiais John Patriarche Ahier, en 1852 52

  • 58 J. P. Ahier, op. cit., p. 171.

« Jersey est depuis longtemps une petite nation à part, qui ne relève ni de la France [...] ; ni de l’administration anglaise qui n’a rien à voir dans notre pays ; mais [...] nous sommes [...] les restes du duché de Normandie [...] ; nous n’avons pas été conquis comme le peuple anglais, nous sommes les anciens soldats du Conquérant, qui n’était que notre duc58. »

  • 59 Ibid., p. 191-192.
  • 60 Voir Claude Blanckaert, « Le système des races », Isabelle Poutrin (dir.), Le XIXe siècle. Science (...)
  • 61 Comme ailleurs en Europe, l’argumentaire nationaliste est alors libéral, et se dresse contre l’Éta (...)
  • 62 Clare A. Simmons, Reversing the Conquest : History and Myth in Nineteenth-century British Literatu (...)
  • 63 It is only in the Channel Islands that we are to seek for the remnant of that heroic race [...] ; (...)
  • 64 J. P. Ahier, op. cit., p. 196.

28Le même auteur écrit plus loin que, contrairement aux Anglais, « nous au contraire, nous étions de la race, de la famille de ces vainqueurs59 ». Au début du XIXe siècle, antiquaires, historiens et poètes, d’Augustin Thierry à Jules Michelet en passant par Walter Scott, redécouvrent en effet le lointain passé médiéval et s’intéressent à la question de la domination des Normands sur les Anglo-Saxons, pour savoir quelle « race » a donné son caractère à l’Angleterre. Les théories des races sont encore un mélange instable de traits psychologiques et physiognomoniques, de déterminisme spatial du milieu naturel, de considérations historiques autour de l’idée de tradition et d’héritage, et de considérations esthétiques60. Cette pensée ductile est mobilisée, dans les îles Anglo-Normandes, à l’appui d’une défense des pouvoirs locaux contre l’État anglais61. Elle permet ainsi de justifier par l’histoire la légitimité de ces privilèges éternels, à chaque fois qu’ils sont menacés. C’est en effet à la même époque que se formule, dans les îles Britanniques, le thème du « joug normand » (Norman Yoke), qui présente les Normands comme assimilés par l’esprit saxon62. En réponse à ces discours, certains écrivains « nationalistes » des îles de la Manche considèrent que « c’est seulement dans les îles Anglo-Normandes que nous devons chercher les vestiges de cette race héroïque [...] ; les insulaires, jusqu’à ce jour, conservent un caractère national, qui est aussi éloigné des Français, que des Anglais63 ». Pour d’autres au contraire, « le peuple de Jersey [se constitua] comme nation à part, ennemie des Français et des Normands, et amie des Anglais64 ».

La haine de la France

  • 65 Ainsi dans l’édition de 1837 de l’ouvrage de Ph. Falle : These Islands have existed unconnected, a (...)
  • 66 Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 298.
  • 67 Voir Michel de Certeau/Dominique Julia/Jacques Revel, Une politique de la langue. La Révolution fr (...)
  • 68 Victor Edward Durkacz, The Decline of the Celtic Languages : A Study of Linguistic and Cultural Co (...)
  • 69 Peter Heylin, Survey of the Estate of France, and of Some of the Adjoining Islands [...] The Secon (...)
  • 70 Howsoever the language which they speak is French, and that in their originall [sic], they either (...)

29Dans les écrits consacrés aux îles Anglo-Normandes, on retrouve les différents critères « objectifs » utilisés par la rhétorique nationaliste : la langue, le territoire, les coutumes, les activités économiques, ou encore la religion65. On connaît les limites de ces classifications. L’argumentaire nationaliste est normatif, et se soucie assez peu de la réalité qu’il décrit. Premier problème, la langue. L’idiome anglo-normand est bien plus proche du français que de l’anglais. Si, à partir du XVe siècle, « l’unité linguistique commençait à apparaître comme nécessaire aux nations66 », ce processus est lent. En France, même si l’ordonnance de Villers-Cotterêt (1539) impose l’usage du français dans les actes administratifs, les langues régionales sont encore parlées au début du XXe siècle67. Dans les îles Britanniques, des politiques d’anglicisation de la population des périphéries celtiques sont adoptées à partir du XVIIe et surtout du XVIIIe siècle. Il devient alors problématique que des sujets anglais ne parlent pas anglais, comme le montre la lutte engagée à l’école contre le gaélique, en Irlande, en Écosse ou au Pays de Galles68. Peter Heylin (1599-1662), qui a visité Guernesey en 1629, en tant que chapelain du duc de Danby69, a déjà conscience du problème, et tente de prouver la fidélité des insulaires à l’Angleterre malgré cette originalité irréductible : « Quoique le langage qu’ils parlent soit français, et qu’originellement, ils étaient soit de Normandie, soit de Bretagne ; ils ne peuvent supporter d’être considérés comme français, mais se nomment eux-mêmes du nom d’Anglo-Normands70. »

  • 71 AD Calvados, C 2459, pièce 6, fol. 1, Mémoire sur les îles anglo-normandes, 1748. Ce chiffre sembl (...)
  • 72 Voir Warren Candler Scoville, The Persecution of Huguenots and French economic development, 1680-1 (...)
  • 73 Si l’on suit la définition de Daniel Nordman, « Territoire », Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de (...)

30Au plan religieux, au lieu de creuser un fossé définitif avec la France catholique, la Réforme crée de nouveaux liens entre les îles et le continent, favorisant le brassage des populations. Un mémoire anonyme de 1748 note ainsi qu’« il peut y avoir sur [Jersey] 8 mille habitants de tout sexe, y compris les naturels du pays et réfugiés français, religionnaires, fraudeurs et mal facteurs71 ». En effet, à la fin du XVIIe siècle, la politique de répression des huguenots conduit nombre d’entre eux à gagner les îles Anglo-Normandes, sans pour autant abdiquer leurs relations avec la France voisine72. Ces îles ne constituent pas non plus une unité géographique cohérente, puisqu’elles sont un archipel, et ne partagent ni la même histoire, ni le même rapport à l’État central, ni le même nom. Elles ne sont donc pas un territoire73. Quant au « peuple » anglo-normand, on a vu que ses caractères distinctifs ne sont pas non plus évidents par rapport à la Normandie voisine.

  • 74 The powerful motive of mutual interest. Ph. Falle, op. cit., 1837, p. 277, n. 2.

31L’engagement des insulaires aux côtés de l’Angleterre est donc consolidé par « le puissant motif de l’intérêt mutuel74 », et ces relations doivent être lues sous l’angle de la négociation permanente. La fidélité est toujours présentée comme le résultat d’un choix : il est donc toujours possible d’opter pour l’autre camp. En pratique, comment ces arguments sont-ils mobilisés ?

Des discours aux pratiques de neutralisation : l’exemple de la contrebande

32La diplomatie anglaise est souvent en décalage avec les attitudes des populations, qui ne se considèrent pas toujours comme tenues par les décisions officielles. Les pratiques économiques transnationales des insulaires viennent en effet compliquer la donne.

Le combat pour les privilèges fiscaux

33Les îles bénéficient d’un régime fiscal spécial, fixé dans des chartes octroyées entre les règnes de Richard II (1377-1399) et Édouard iv (1461-1483). Les matières premières peuvent y être importées depuis l’Angleterre sans payer de droits, à condition que les îles utilisent ces produits pour leurs fabriques. Dans l’autre sens, elles peuvent exporter duty free les produits bruts et les produits manufacturés de leur sol. En revanche, la réexportation vers ou l’importation depuis l’étranger est taxée. Ces privilèges suscitent le trafic de biens prohibés dans deux directions, de la laine et du tabac vers la Normandie et la Bretagne, et de l’alcool vers les comtés de Hampshire, Devon ou Cornouailles, sur la côte sud de l’Angleterre.

  • 75 Voir John Brewer, The Sinews of Power. War, Money and the English State, 1688-1783, Londres, Unwin (...)
  • 76 Alan G. Jamieson, « The Channel Islands and Smuggling, 1680-1850 », id. (dir.), A People of the Se (...)
  • 77 Ibid., p. 197-198.
  • 78 Ibid., p. 204.
  • 79 NA, T 1/202, fol. 97, mémoire de J. Culliford, Surveyor of Southampton, écrit le 28 octobre 1714, (...)

34À mesure que l’État moderne se construit en Angleterre et harmonise son système de prélèvements75, ces privilèges fiscaux sont menacés. Depuis la fin du XVIIe siècle, la couronne tente ainsi de doter les îles d’une administration douanière semblable aux autres ports. À Jersey comme à Guernesey, les populations locales livrent un combat de plus d’un siècle contre ce projet76. En 1679, une loi nomme un officier des douanes permanent dans les îles Anglo-Normandes, pour appliquer la clause du Navigation Act qui veut que le trafic entre les îles et les colonies anglaises passe par le port anglais de Southampton. En 1688, les Jersiais envoient une pétition au roi d’Angleterre pour demander le retrait de ces officiers. Ni Jacques ii, ni Guillaume d’Orange, son successeur sur le trône, ne donnent suite à leurs demandes77. Vingt ans plus tard, en 1708, ce système douanier, pourtant peu étoffé, est démantelé, suite aux pétitions des habitants des îles78. La voie est officiellement ouverte pour que la contrebande batte son plein79.

35Pour comprendre cette volte-face, il faut rappeler que l’abolition de la liberté de commerce des îles, en 1689, a provoqué la naissance d’une activité florissante pour les insulaires, mais aussi très rentable pour l’État : la course. La Navy ne veut donc pas prendre le risque de voir basculer les îles du côté des Français. Mais le Trésor souffre aussi des échanges illicites massifs avec le continent. Ces tentatives en vue de concilier des objectifs contradictoires sont à l’arrière-plan de toute l’histoire de la contrebande. Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, les gouvernements anglais considèrent qu’il est plus bénéfique de tolérer la contrebande afin d’encourager les insulaires à faire la course contre le négoce ennemi. Ensuite, lorsque la course commence à perdre de son efficacité militaire et que les déficits publics deviennent inquiétants, la volonté de sanctionner plus sévèrement la contrebande est affirmée. La Révolution française ne change guère les données du problème.

  • 80 NA, T 1/715, fol. 404, J. Hume, officier des douanes à Douvres, à Charles Long Esq., secrétaire ad (...)
  • 81 NA, T 1/715, fol. 535, J. Hume à George Rose Esq., secrétaire du Treasury Board, le 5 mars 1793.
  • 82 A. G. Jamieson, op. cit., p. 209.

36En février 1793, les Lords Commissaires du Trésor envisagent de saisir tous les navires suspects à une certaine distance des îles, avant d’estimer qu’« il n’est pas judicieux d’adopter une telle mesure en ce moment80 ». Comment expliquer une pareille décision, alors que la guerre avec la France vient d’être déclarée, sinon par le souci de ménager les intérêts des insulaires qui équipent des corsaires ? La contradiction centrale du système mercantiliste des Navigation Acts n’est toujours pas résolue à la fin du XVIIIe siècle. Pendant la Révolution française, l’administration anglaise n’a pas de moyens légaux pour s’opposer à l’importation d’alcool français en Grande-Bretagne, qui pénètre en Angleterre à bord de navires neutres, par Jersey et Guernesey81. Finalement, le besoin d’argent se faisant pressant, l’ordre du Privy Council de 1767 est mis en œuvre par deux lois, de 1805 et 1807, qui mettent un terme au statut privilégié des îles et portent un coup fatal à la contrebande82.

  • 83 Ces documents sont rassemblés dans un « Dossier au nom de la couronne. Concernant l’établissement (...)
  • 84 Ibid., fol. 9-21.
  • 85 They are not satisfied with being treated as native Englishmen but under colour of their constitut (...)

37La persistance de ces pratiques s’explique par la fonction géostratégique des îles. Mais elle résulte sans doute aussi du succès de la rhétorique déployée par les insulaires pour conserver leurs privilèges. Après la guerre de Sept Ans, alors qu’on envisage à nouveau d’envoyer des douaniers dans les îles, une enquête sur la contrebande est lancée par les Lords Commissaires du Trésor. Les pièces justificatives remises au Conseil privé en 1766 permettent d’avoir un aperçu de l’ensemble des positions83. Dans le dossier de la procédure sont résumés la plupart des écrits faisant alors autorité, que nous avons mentionnés précédemment : les Institutes de Lord Coke, le Britannia de William Camden, l’History of Jersey de Philip Falle, mais aussi la Charte d’Elisabeth Ire, et toutes les lois concernant spécifiquement les îles Anglo-Normandes84. Ces textes servent de référence pour l’argumentation des uns et des autres. Un commentateur anonyme, favorable au projet, défend l’idée de mettre sur un pied d’égalité les insulaires et le reste de leurs compatriotes, mettant en doute l’attachement des premiers à l’Angleterre : « Ils ne sont pas satisfaits d’être traités comme des Anglais de naissance, mais sous couleur de leur constitution et de leurs chartes, érigent un droit à des privilèges, contradictoire avec les lois de la Grande-Bretagne, et auquel aucun Anglais ne prétendrait85. » Le reproche ici est très clair : l’utilisation d’un discours national est avant tout stratégique, et varie en fonction des intérêts du moment.

  • 86 BL, Add MS 36220, fol. 1, Reasons humbly offered to considerating the sending Custom Houses Office (...)
  • 87 Their natural enemy. Ibid., fol. 2.

38Face à ces critiques, les pétitions des insulaires renvoient à leurs chartes, en reprenant tous les éléments du préambule déjà mentionné pour vanter leur loyalisme et leur rôle dans la protection de l’Angleterre86. Un argument économique s’ajoute à cette démonstration. Plus les habitants de Guernesey et de Jersey seront riches, plus ils seront motivés pour équiper des corsaires et attaquer « [leur] ennemi naturel87 », la France. Mais la menace de changer d’affiliation étatique est à peine voilée. Dans ces discours, intérêt économique et sentiments nationaux vont de pair : que le premier soit menacé, et les seconds sont à leur tour remis en cause.

  • 88 Paul Monod, « Dangerous Merchandise : Smuggling, Jacobitism, and Commercial Culture in Southeast E (...)

39Derrière l’échange matériel se jouent aussi un échange symbolique et des interactions sociales. Fait social total, la contrebande ne se réduit pas à une transaction économique. Il est pourtant frappant de constater qu’à de rares exceptions près, le rapport entre ce commerce et les appartenances politiques ou religieuses — réelles ou fantasmées — des groupes qui le pratiquent n’a pas été abordé88. Au-delà des fantasmes qu’elles suscitent, les pratiques réelles des contrebandiers sont difficiles à connaître pour les administrateurs de l’État.

Gagner sur tous les tableaux

  • 89 Voir Renaud Morieux, « Diplomacy from Below and Belonging. Fishermen and Cross-Channel Relationshi (...)
  • 90 MAE, CP Angleterre, vol. 226, fol. 67-vo, Ordonnance du Roi pour la liberté de la pêche du poisson (...)
  • 91 MAE, CP Angleterre, vol. 226, fol. 67-vo, Ordonnance du Roi pour la liberté de la pêche du poisson (...)
  • 92 ANF, Marine B3 428, fol. 186-vo, Pétition au comte de Maurepas, le 10 décembre 1744.

40Pour les États, le premier problème est celui de la pluriactivité de ces populations. De plus, le commerce de contrebande ne respecte pas les frontières, et les réseaux économiques sont transnationaux. Un exemple révélateur est celui des conventions de liberté de la pêche, signées depuis le Moyen Âge entre la France et l’Angleterre en temps de guerre89. Ces accords, qui protègent les bateaux de pêche des déprédations des marines de guerre ou des corsaires, « depuis les Orcades jusqu’aux extremités de l’Angleterre, les îles de Jerzey et de Grenezey comprises90 », sont en réalité peu respectés. En effet, ces traités, qui sont renouvelés tout au long du XVIIIe siècle, ne définissent pas précisément les catégories professionnelles visées, tant chez les agresseurs que chez les victimes, ce qui laisse la porte ouverte à tous les abus. La protection accordée aux pêcheurs est ainsi mise à profit par les corsaires, qui naviguent dans des barques de pêche afin de piller les côtes en toute impunité91. Les liens tissés en temps de paix avec le continent ne se dissolvent pas pendant les conflits, et les pêcheurs anglo-normands détournent la liberté de la pêche pour pratiquer la contrebande avec la côte française. En 1744, les fermiers généraux se plaignent ainsi que « les bateaux pêcheurs de la côte de St. Malo sous le prétexte d’aller à la pêche poussent jusqu’à l’île de Chozé. Comme les Anglais se sont emparés de cette île, depuis qu’elle a été abandonnée des Français, il y a toute apparence, le but de ces pêcheurs n’est autre que de rapporter en France des ouvrages des manufactures anglaises, du tabac et des toiles peintes, au préjudice des réglements et de la déclaration de la guerre qui défend tout commerce avec l’Angleterre92 ».

  • 93 « A Proclamation for inviting smugglers to enter into His Majesty’s Service », The Gentleman’s Mag (...)
  • 94 Entrevue avec Stephen Theodore Jansen (Esquire), House of Commons Journal, 25, 1745, p. 102. Au mê (...)
  • 95 AD Calvados, C 2460, pièce 16, n.f., An., le 5 février 1756 ; Alfred Temple Patterson, The Other A (...)

41Ces exemples illustrent la logique d’instrumentalisation des accords étatiques par les populations locales. En outre, pendant les guerres, les gens de mer servent la France ou l’Angleterre au gré de leurs intérêts. La configuration géostratégique favorise évidemment, dans ce contexte, les Anglo-Normands, susceptibles de servir un camp puis l’autre sans s’aliéner les gouvernements. Les États eux-mêmes sont partie prenante de ce double jeu, en incitant ces populations à travestir leur identité quand l’intérêt national est en jeu. Ainsi, pendant chacun des conflits du XVIIIe siècle, des contrebandiers trafiquant entre les côtes françaises et anglaises sont employés comme espions par les deux camps. En 1744, la couronne d’Angleterre tente d’engager ces hommes dans la lutte contre la France, en échange d’un pardon93. Mais l’année suivante, une enquête de la Chambre des Communes révèle que les contrebandiers anglais sont « admis dans les ports français, pour y poursuivre leur commerce illicite, et donner à nos ennemis des indications sur la situation des affaires publiques94 ». Pendant tous les conflits suivants, les fraudeurs contribuent à la préparation des projets d’invasion des îles Anglo-Normandes ou du Sud de l’Angleterre95. Une fois encore, la contradiction est patente : une activité interdite et illicite est cependant tolérée quand la stratégie militaire le justifie. C’est la même logique, comme on l’a vu, qui conduit la monarchie anglaise à fermer les yeux sur la contrebande menée depuis les Channel Islands, dont les corsaires attaquent sans ménagement les navires français. Outre la catégorisation sociale, le problème est aussi celui de l’appartenance nationale des habitants de ces régions.

L’impossible identification nationale

  • 96 NA, SP 78/272, fol. 281, Comte de Guerchy à Lord Shelburne, le 21 mai 1767.
  • 97 NA, SP 78/272, fol. 285, « Copie du Procès Verbal des employés de la Patache du Havre du 9. Mars 1 (...)
  • 98 Ibid., fol. 285vo.

42Le 21 mai 1767, l’ambassadeur de France en Angleterre transmet un mémoire et plusieurs procès-verbaux au secrétaire d’État anglais pour les affaires étrangères, « concernant divers attentats commis sur les côtes de France par le capitaine et l’équipage d’un navire contrebandier Anglois96 ». Début mars, un bateau contrebandier, qui écume la baie du Mont Saint-Michel, a tiré sur une patache des douanes du Havre, blessant mortellement un des matelots. L’incident est narré en détail dans un procès-verbal rédigé par l’équipage de ce bateau. La goélette est commandée « par le nommé Gautier Soi disant de Gerzey97, ou Garnezey », et le bateau arbore les marques de la souveraineté anglaise : « Nous avons remarqué qu’il portoit une flame Angloise au haut de Son grand mât, et un Pavillon de la même nation au haut de son Mât de Mizaine98. » Lorsque la patache des douanes somme la goélette d’amener ses voiles et de l’informer sur son équipage, sa provenance et son chargement, la réponse fuse :

  • 99 Ibid., fol. 286-vo. Souligné dans le texte.

« Lesdits particuliers ne nous auroient répondu qu’en criant, Viens B. de gueux, Si tu en veux, tu vas en avoir, et passant à la portée du Pistolet de nôtre dite Patache, auroient mis le Chapeau bas en criant par trois fois en Langue françoise, Vive Le Roy, et nous auroient lâché leur bordée de tribord, composée de 3 Pièces de Canon [...] pourquoy nous avons démandé et crié avec nôtre Porte voix à l’Equipage s’il ne reconnoissoit pas le Pavillon françois que nous avions à la poupe de nôtre batteau, à quel dessein, s’ils étoient Anglois, ainsi que le dénotoit leurs Lumieres et Pavillon, ils avoient à nôtre égard usé de voyes de fait contre et au préjudice des intentions respectives des Puissances, que l’infraction par eux commise ne peut être considérée que comme une Action de Forban99. »

  • 100 NA, SP78/272, fol. 289, mémoire des fermiers généraux, s. d.
  • 101 Ibid., fol. 289vo.
  • 102 Ibid., fol. 289vo.
  • 103 Ibid., fol. 290vo ; NA, SP78/272, fol. 283, mémoire de Guerchy à Lord Shelburne, le 21 mai 1767 ; (...)

43Ces éléments contradictoires ne permettent pas d’identifier l’appartenance nationale des fraudeurs. L’usage de la langue française pour acclamer un roi qui peut être Georges iii ou Louis xv, le fait d’arborer un pavillon anglais et d’adopter un comportement hostile envers un navire de la douane française, tout cela en temps de paix, compliquent l’interprétation de l’événement. Un mémoire des fermiers généraux montre leur difficulté à classer Gauthier dans des catégories nationales simples. Ainsi, le capitaine est décrit comme « un François refugié à Jersey ou à Garnezey », qui commande « une Goelette armée à Gerzey », mais qui « depuis près de 18 mois n’a quitté les Côtes de Normandie que le tems nécessaire pour aller prendre aux Isles Anglois des chargemens de faux Sel et de faux Tabac100 ». L’identité de ses matelots n’est pas non plus connue, mais « on présume que l’Equipage est aussy pour la plûpart François101 ». Il commet ses méfaits dans la rade de Vierville, près d’Honfleur, où il descend souvent à terre. Son attitude envers les employés des Fermes n’est guère plus facile à déchiffrer, oscillant entre menaces et corruption102. Finalement, cet incident déclenche une requête officielle auprès de la couronne anglaise103.

44Bien que Gauthier et son équipage soient français, c’est la base d’ancrage de son navire qui est déterminante. À travers cet exemple, il est clair que définir les contrebandiers en termes de « nationalité » n’a guère de sens. Gauthier n’est pas un cas exceptionnel et peut même être considéré comme emblématique du jeu sur les appartenances nationales, dans lequel les Anglo-Normands sont passés maîtres.

45La construction d’une identité anglo-normande repose sur l’élaboration d’un récit historique cohérent, qui sert à préserver les privilèges obtenus de la part de l’Angleterre. Trois éléments contradictoires sont constitutifs de ce discours : le principe de neutralité, la liberté de commerce et la haine de la France. Or ces éléments ne rendent pas compte des pratiques économiques des populations, tout particulièrement à partir de la fin du XVIIe siècle. L’économie des îles est à la fois connectée à l’Angleterre et branchée sur le continent, et les insulaires font preuve d’une forte ambivalence entre les deux États pendant plusieurs siècles, y compris en temps de guerre.

46Malgré les discours incitant à la suppression de la contrebande, les deux États ont longtemps intérêt au maintien du statu quo. C’est moins parce que l’Angleterre est incapable de contrôler le système de prélèvement fiscal et de contrôler militairement cette région, certes proche de la France, qu’en raison d’un calcul comparatif des gains et des pertes escomptés si l’on perd le soutien des îles de la Manche. Leurs populations savent jouer de cet atout considérable pour obtenir des concessions et privilèges de la part des autorités étatiques.

47Si l’on continue à vouloir parler de confrontation franco-anglaise sur la longue durée, il faut bien comprendre que celle-ci ne consiste pas en une simple opposition de deux États et de deux nations séparées par une frontière naturelle bien dessinée. Au contraire, cette étude a montré la difficulté d’enfermer les populations des îles de la Manche d’un côté ou de l’autre. L’omniprésence du langage de la nation et la manipulation des signes de l’identification nationale n’ont rien de spécifique aux îles Anglo-Normandes. C’est, plus fondamentalement, une caractéristique des régions frontalières, qu’elles soient maritimes ou terrestres.

Notes

1 Victor Hugo, Les travailleurs de la mer. L’archipel de la Manche, Paris, Gallimard, 1980 (1re édition 1883), p. 42. Je remercie pour leurs commentaires Julian Hoppit, Jean-Pierre Jessenne, Fanny Madeline, Blaise Wilfert et Christian Windler.

2 The true interest of Jersey in all those critical emergencies, is to attend chiefly to the preservation of its Trade, its Charters, and its Privileges, and by its neutrality, to find no difficulty in counciliating afterwards which ever side may eventually happen to the conqueror. Philip Falle, An Account of the Island of Jersey, with an Appendix of Records, & c. by the Rev. Philip Falle. To which are Added, Notes and Illustrations, by the Rev. Edward Durell, M. A. Rector of St. Saviour, Jersey, Printed and Published by Richard Giffard, 1837, p. 342, n. 4.

3 Oxford English Dictionary on-line, juin 2008, art. « Neutrality » ; Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2006, art. « Neutralité ».

4 Jean Froissart, Chroniques, 3e livre, t. 13 : 1386-1387, éd. Léon et Albert Mirot, Paris, Librairie Klincksieck, 1957, p. 108.

5 En droit anglais, deux catégories d’aliens sont différenciées, en fonction des rapports qu’entretiennent leur État avec la couronne. Ce principe apparaît dans Magna Carta, en 1215. Les « étrangers amis » (alien friends) ne peuvent posséder de biens réels ni hériter, mais conservent certains droits civils. Les « étrangers ennemis » (alien enemies) peuvent être expulsés sans préavis par la couronne. Voir William Holdsworth, A History of English Law, t. 9, Londres, Methuen, 1982, p. 73, p. 94 ; Renaud Morieux, Une mer pour deux royaumes. La Manche, frontière franco-anglaise XVIIe-XVIIIe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 334-336.

6 Voir Anne-Marie FlambardHéricher/Véronique Gazeau (dir.), 1204, la Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, Caen, Publications du CRAHM, 2007.

7 En anglais, le syntagme normanglorum apparaît dans une chronique du début du XIIe siècle, dont existe une copie du XIIIe siècle. Toutefois, il semble que cette expression désigne moins une unité territoriale que le fait de deux peuples soumis au même roi : voir David Bates, « Normandy and England after 1066 », English Historical Review, 104, 1989, p. 851-880. Dans le catalogue de la British Library, le premier ouvrage imprimé à utiliser le mot dans le titre du livre date de 1767 : il s’agit des Anglo-Norman Antiquities d’Andrew Ducarel. En français, la référence la plus ancienne à ma connaissance est le livre de David Hoüard, Traité sur les coutumes anglo-normandes qui ont été publiées en Angleterre depuis le XIe jusqu’au XIVe siècle, Rouen, Le Boucher le jeune, 1776.

8 Pour une critique de cette notion, voir François Crouzet, « The Second Hundred Years War : Some Reflections », French History, 10, 1996, p. 432-450.

9 Louis Dermigny, « Escales, échelles et ports francs au moyen âge et aux temps modernes », Les grandes escales, 3e partie : Période contemporaine et synthèses générales, Bruxelles, Éditions de la Librairie encyclopédique, 1974, coll. « Recueils de la société Jean Bodin 34 », p. 213-644, ici : p. 599.

10 Voir la lettre de Jean du Bellay au connétable de Montmorency, Londres, le 30 juin 1528 : « [...] le roy [d ‘ Angleterre] et mondict seigneur le légat désirent que soit baillée delà une confirmacion ou manière de ratification des privillèges qu’ont les subjectz des ysles de Grenesay, qui sont une façon de neutralité, que de longtemps ilz ont obtenue des papes ». Éditée dans : Victor-Louis Bourrilly (dir.), Ambassades en Angleterre de Jean du Bellay, Paris, A. Picard et fils, 1905, p. 322. En traduction anglaise, ce texte est cité dans Edmund Toulmin Nicolle, « The Neutrality of the Channel Islands during the Fifteenth, Sixteenth, and Seventeenth Centuries », Journal of Comparative Legislation and International Law, 3e série, 2, 1920, p. 238-244, ici : p. 240. Ce bref article est le seul à traiter spécifiquement de la neutralité des îles, et présente l’intérêt de citer de nombreuses sources. Nous l’avons abondamment utilisé pour notre travail.

11 Le texte (latin) de la bulle est traduit en français dans Maurice de La Croix, Jersey. Ses antiquités, ses institutions, son histoire, 3 t., Jersey, C. Le Feuvre, 1861, ici : t. 3, p. 36-43. Toutes les citations sont tirées de cet ouvrage. La plupart des auteurs font de la bulle une simple confirmation d’un privilège de neutralité très ancien.

12 Nicolas Offenstadt, « Paix de Dieu et paix des hommes. L’action politique à la fin du Moyen-Âge », Politix, 15, 2002, p. 61-81, ici : p. 62-63. – C’est l’interprétation que propose Philip Morant en 1797 : « Quant au rôle du Pape dans cette affaire, il ne pouvait refuser sa protection à l’Église et au clergé de ces îles, et au continent voisin [...]. Ces éléments étant présentés au pape Sixte IV, il n’est guère étonnant qu’il ait fulminé contre tous ceux qui voudraient entraver la navigation vers et depuis ces îles, contre l’interruption des relations entre un pasteur et son troupeau, et en faisant manifestement tort à tant de personnes pieuses intéressées à la liberté de ces mers”. (Philip Falle, Caesarea: or an Account of Jersey [...] Began by Philip Falle. Continued by Philip Morant, Londres, Printed for Eglin and Pepys, 1797, p. 142 : As for the Pope’s part in this affair, he could not deny his protection to the church and church men in these islands, and the adjoining continent [...].These things being laid before Sixtus iv no wonder if he thundered as he did against all who should obstruct the navigation to and from these islands, to the cutting offthe intercourse betwixt a pastor and his stock, and to the manifest injury of so many religious persons concerned in the freedom of these seas).

13 Charles Le Quesne, A Constitutional History of Jersey, Londres, Longman & Co, 1856, p. 114 ; M. de La Croix, op. cit., p. 34, p. 49-50.

14 D’après C. Le Quesne, op. cit., p. 114.

15 Ferdinand Brock Tupper, The History of Guernsey and Its Bailiwick ; with Occasional Notices of Jersey, Guernsey, Le Lievre, 21876, p. 148.

16 Cité dans M. de La Croix, op. cit., p. 44.

17 F. B. Tupper, op. cit., p. 156.

18 Bull of Pope Alexander vi transferring the Islands from the Diocese of Coutance in Normandy, to that of Winchester in England, en latin, dans William Berry, The History of the Island of Guernsey, Part of the Ancien Duchy of Normandy, from the Remotest Period of Antiquity to the Year 1814 [...], Londres, Longman & Co, 1815, p. 323-324. Voir Clifford Stephen Lloyd, « International politics and the establishment of presbyterianism in the Channel Islands : the Coutances connection », Journal of Ecclesiastical History, 50, 1999, p. 498-522.

19 Quamplurimis juribus, jurisdictionibus, privilegiis, immunitatibus, libertatibus, & franchisiis. Le texte original latin se trouve dans Ph. Falle, op. cit., 1837, p. 228-232, ici : p. 228. La traduction de cette charte en anglais se trouve dans W. Berry, op. cit., p. 324-327.

20 Insulae praenominatae, ac loca maritima praedicta, in fide, obedientia, & servitio, tam nostri quam eorundem Progenitorum nostrorum, constanter, fideliter, & inculpate perstiterunt, & perseveraverunt. Ph. Falle, op. cit., 1837, p. 228.

21 [...] quod tempore Belli omnium Nationum Mercatores, & alii tam alienigeni quam indigeni, tam hostes quam amici, libere, licite, & impune queant & possint dictam Insulam, & loca maritima, cum navibus, mercibus, & bonis suis, tam pro evitandis tempestatibus, quam pro aliis licitis suis negotiis inibi peragendis, adire, accedere, commeare, & frequentare, & libera commercia, negotiationes, ac rem mercatoriam ibidem exercere, ac tuto & secure commorari, inde recommeare ac redire toties quoties, absque damno, molestia, seu hostilitate quacunque, in rebus, mercibus, bonis, aut corporibus suis, idque non solum infra Insulam, loca maritima praedicta, ac praecinctum eorundem, verum etiam infra spatia undique ab eisdem distantia usque ad visum hominis, id est, quatenus visus oculi posset assequi. Ph. Falle, op. cit., 1837, p. 228. En janvier 1668, à la suite d’une pétition envoyée par les Guernesiais, Charles II ordonne aussi que l’on prépare une loi pour proroger la charte, qu’avait aussi confirmée son père : « Abstract of the Charter of Charles I confirmed by his son, Charles II », 6 janvier 1668, dans William Berry, ibid., p. 327.

22 That special and perpetual privilege of Truce or Freedom from hostilitie. John Selden, Of the Dominion, or Ownership of the Sea [...]. Written at first in latin, and entituled, Mare Clausum [...], Londres, William Du-Guard, 1652 (éd. Latine : 1635), p. 373.

23 At pleasure, into their Territorie by Sea: ibid.

24 La propagande déforme évidemment l’histoire, car ce sont les Normands et Angevins qui ont pris pied en Angleterre plutôt que le contraire.

25 Ordre adressé aux sénéchaux et baillis de Morlaix, et au sieur de Boisyvon. L’ordre, daté du 20 juin 1523, est intégralement reproduit dans M. de La Croix, op. cit., p. 51-54.

26 Le culte de Saint-Georges est célébré officiellement à partir de 1415. Froissart mentionne que le nom de Saint-Georges est invoqué, lors des batailles, par les Anglais au cours du XIVe siècle, et les soldats anglais portent la croix de Saint-Georges pendant les combats : Muriel C. McClendon, « A Moveable Feast : Saint George’s Day Celebrations and Religious Change in Early Modern England », Journal of British Studies, 38, 1999, p. 1-27.

27 Cité dans M. de La Croix, op. cit., p. 51.

28 Cité dans ibid., p. 52-53. L’anecdote et la même citation se trouvent aussi dans Ph. Falle, op. cit., 1837, p. 171 et appendice noix, p. 243.

29 Ibid., p. 53.

30 Lettre adressée à Thomas Leighton, Greenwich, le 11 juin 1597, éditée dans : Acts of the Privy Council of England, New Series, t. 15 : A. D. 1587-1588, Londres, Printed for Her Majesty’s Stationery Office, 1897, p. 129.

31 Veteri etenim regum Angliae privilegio perpetuae hic sunt quasi induciae et Gallis aliisque quamvis bellum exardescat, ultro citroque huc sine periculo venire et commercia secure exercere licet. William Camden, Britannia, sive Florentissimorum regnorum Angliae, Scotiae, Hiberniae et insularum adjacentium ex intima antiquitate chorographica descriptio, Londres, Impensis G. Bishop et J. Norton, 1607, p. 855. Voir l’édition critique bilingue (anglais-latin) de Dana F. Sutton, publiée sur le site internet de l’université de Birmingham (http://www.philological.bham.ac.uk/cambrit/isleslat.html#33).

32 Estienne Cleirac, Us et Coutumes de la Mer, Bordeaux, G. Millanges, 1647, p. 452.

33 A freedom and liberty of trade in these islands and the seas adjacent, for merchants of all nations, in time of war, as well as in time of peace. Philip Falle, An Account of the Isle of Jersey, The Greatest of those Islands that are now the only Remainder of the English Dominions in France, Londres, J. Newton, 1694, p. 207-208.

34 « Chap. Xj. Of the Priviledge of Neutrality », Caesaerea, or A Discourse of the Island of Jersey [1682], par le lieutenant-bailli Jean Poingdestre, édité par William Nicolle, Jersey, C. Le Feuvre, Imprimeur, 1889, p. 52, 56, 57.

35 Ibid., p. 59.

36 En 1614, trois navires jersiais, capturés par des Français, sont libérés sur l’ordre du parlement de Bretagne, qui décrète que ces îles « jouissaient du privilège de rester neutres pendant les guerres d’entre les deux royaumes » : ibid., p. 215. C’est le cas le plus tardif qui soit mentionné.

37 La seule édition française de l’ouvrage de Falle, publiée en 1757, note que la neutralité a subsisté jusqu’au règne de Louis XIV, mais plus « aujourd’hui » (Georges-Louis Le Rouge, Histoire détaillée des isles de Jersey et Guernesey, traduite de l’anglois [...], Paris, Chez la Veuve Delaguette, 1757, p. 169). L’éditeur de Falle, en 1837, considère quant à lui que la neutralité, « impraticable », « n’avait jamais vraiment été efficace » (p. 430, n. 182).

38 Par décision du parlement, Guillaume, prince d’Orange, et son épouse Marie (fille du roi détrôné Jacques II) devinrent souverains conjoints en février 1689, sous les titres respectifs de Guillaume III d’Angleterre et Marie II d’Angleterre.

39 His Majesty in Council is this day pleased to declare that (being at this time strictly obliged in his treaties with the allies and confederates to prohibit in all his dominions all trade and commerce whatsoever with France), he does not think fit or expedient to dispense with the execution of the said Order in this present and extraordinary juncture of time ; yet that it is not His Majesty’s intention in any manner whatever to revoke or infringe any privileges that may have been granted by his royal predecessors to the inhabitants of the said Island of Guernsey. Cité dans F. B. Tupper, op. cit., p. 133. D’après Tupper, l’erreur de ne citer que le privilège de Guernesey, en oubliant Jersey, remonte à Camden.

40 Since that period, the Island has betaken herself to arms against the common enemy, fitting out numerous privateers, which have in some measure recompensed the loss of this neutrality, by an influx of wealth from their captures, perhaps far exceeding the probable benefits that might have arisen from its continuance. W. Berry, op. cit., p. 234.

41 John Patriarche Ahier, Tableaux historiques de la civilisation à Jersey : Résumé philosophique des mœurs, lois et coutumes de l’Île, depuis les temps les plus reculés jusqu’à la moitié du dix-neuvième siècle, Jersey, C. Le Lièvre, 1852, p. 192.

42 We are Your Majesties ancient subjects; the remainder of that once goodly patrimony which your renowned progenitors had on the neighbouring continent. [...] though our situation exposed us to a formidable enemy, who, in the space of above six hundred years, has often projected to invade us [...]. How greatly it would prejudice the safety and honour of your crown, should they become masters of this and the adjoining islands. [...] Hoping Your Majesties will believe, that, though our tongues be French, our hearts and swords are truly English. Cité dans Ph. Falle, op. cit, 1694, p. 45-47.

43 Voir R. Morieux, op. cit., p. 127-129.

44 Ibid. ; voir par ex., côté français, le mémoire de l’ingénieur cherbourgeois De Caux, le 1er février 1734, SHD, 1M1085, fol. 22-24.

45 J. P. Ahier, op. cit., p. 193.

46 Sur cette conception de l’identité, voir Roger Brubaker, « Au-delà de l’identité », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 139, septembre 2001, p. 66-85 ; Renaud Morieux, op. cit., p. 213-273.

47 Par opposition aux « co-Normands du continent » : J. P. Ahier, op. cit., p. 191.

48 Ainsi en 1837: Since King John lost his Norman domnions in 1203, they have [...] retained their nationality (Ph. Falle, op. cit., 1837, p. 288, n. 24).

49 Hereditary loyalty. Ibid., dédicace de l’éditeur, p. i.

50 Le révérend Edouard Durell, qui l’édite en 1837, fait de Falle le « Homère » anglo-normand : ibid., préface de l’éditeur, p. iii.

51 L’ouvrage de ce chapelain ordinaire du roi, membre des états de Jersey, est réédité en 1734, 1797 et 1798, et encore en 1837. Il existe aussi une traduction française, datée de 1754.

52 We were as much Normans as the Normans themselves. But now the time was come when all these ties which united us to them, and them to us, must be dissolved, and the islands have nothing more to do with Normandy, unless in the way of ennemity and hostility. Ph. Falle, op. cit., 1797, p. 21.

53 A strong liking and inclination. Ibid., p. 26. La majeure partie des grandes familles jersiaises, tenancières d’aristocrates normands, choisissent le camp des Plantagenêts en 1204, ce qui engendre un immense transfert foncier : Judith Ann Everard/James Clarke Holt, Jersey 1204. The Forging of an Island Community, Londres, Thames & Hudson, 2004, p. 120-139.

54 Ph. Falle, op. cit., 1797, p. 68-70.

55 John Herbert Le Patourel, The Medieval Administration of the Channel Islands 1199-1399, Londres, Oxford UP, 1937, p. 105-117.

56 The Island has preserved a kind of national existence as a loyal and distinct people, all which would be lost as soon as they were made to share in the institutions of Great Britain, and perhaps compelled to share in the burder of its taxes. [...] Let us hope as good patriots, that Providence in its wisdom will order all for the advantage of our dear native land. Ph. Falle, op. cit., 1837, p. 426-427, n. 179.

57 L’illustre juriste Edward Coke (1552-1634), grand théoricien de la common law, écrit dans ses Institutes of the Laws of England (1628) que the possession of these islands (being parcel of the dutchy of normandy) are a good seisin for the king of england of the whole dutchy. Cité dans Ph. Falle, op. cit., 1694, p. 55. On trouve la même citation chez Matthew Hale, History and Analysis of the Common Law of England, Stafford, J. Nutt, 1713, chap. 9, cité dans Ph. Falle, op. cit., 1797, p. 123. Même chose chez J. P. Ahier en 1852, op. cit., p. 192.

58 J. P. Ahier, op. cit., p. 171.

59 Ibid., p. 191-192.

60 Voir Claude Blanckaert, « Le système des races », Isabelle Poutrin (dir.), Le XIXe siècle. Science, politique et tradition, Berger-Levrault, 1995, p. 21-41 ; François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire.
Le cas Fustel de Coulanges, Paris, Seuil, 2001 (1ère édition : 1988).

61 Comme ailleurs en Europe, l’argumentaire nationaliste est alors libéral, et se dresse contre l’État tout-puissant : Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Seuil, 1999, p. 111.

62 Clare A. Simmons, Reversing the Conquest : History and Myth in Nineteenth-century British Literature, Londres/New Brunswick, Rutgers UP, 1990. Le terme d’assimilation est explicitement rejeté dans les histoires locales anglo-normandes. En 1797, l’édition de Falle parle d’une « adoption » par l’Angleterre (op. cit., p. 31).

63 It is only in the Channel Islands that we are to seek for the remnant of that heroic race [...] ; the Islanders, to this day, retain a national character, which is as far removed from the French, as it is from the English. Ph. Falle, op. cit., 1837, p. 285-286, n. 19. La rhétorique de l’identité nationale a aujourd’hui remplacé la race, mais le discours ne s’est guère modifié sur le fond. Voici comment s’exprime Sir Philip Bailhache, Bailli de Jersey, dans un ouvrage commandé par les états de Jersey pour célébrer le 800e anniversaire de la rupture avec la Normandie : The scholarly approach to the genesis of Jersey as a quasi-autonomous small nation state is a worthy addition to the bibliography of the island’s constitutional history. The character and resilience of an island people are forged by the past. [...] Its people rejoice in their heritage and assert their national identity : J. A. Everard et J. C. Holt, op. cit., avant-propos, p. 8.

64 J. P. Ahier, op. cit., p. 196.

65 Ainsi dans l’édition de 1837 de l’ouvrage de Ph. Falle : These Islands have existed unconnected, and generally in a state of hostility with the neighbouring Continent for 632 years, they have under British protection, retained their nationality, together with their constitution, their language, their usages and customs. (op. cit., p. 288, n. 24).

66 Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 298.

67 Voir Michel de Certeau/Dominique Julia/Jacques Revel, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois : l’enquête de Grégoire, Paris, Gallimard, 2002 (1e éd. : 1975) ; Jean-François Chanet, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier Montaigne, 1996.

68 Victor Edward Durkacz, The Decline of the Celtic Languages : A Study of Linguistic and Cultural Conflict in Scotland, Wales and Ireland from the Reformation to the Twentieth Century, Edimbourg, John Donald, 1983 ; Neil Davidson, The Origins of Scottish Nationhood, Londres, Pluto Press, 2000, p. 140-144 ; Charles W. J. Withers, Gaelic in Scotland, 1698-1981 : The Geographical History of a Language, Edimbourg, John Donald, 1984.

69 Peter Heylin, Survey of the Estate of France, and of Some of the Adjoining Islands [...] The Second Journey, containing a Survey of the Estates of the two Islands Guernzey and Jarsey, with the Isles Appending [...] The Sixth Book, Londres, Henry Seile, 1656, p. 300.

70 Howsoever the language which they speak is French, and that in their originall [sic], they either were of Normandy, or Britagne ; yet can they with no patience endure to be accounted French, but call themselves by the names of English-Normans. Ibid, p. 294.

71 AD Calvados, C 2459, pièce 6, fol. 1, Mémoire sur les îles anglo-normandes, 1748. Ce chiffre semble grandement sous-estimé. En 1694, Philip Falle évalue la population de Jersey entre 15 000 et 20 000 habitants : Ph. Falle, op. cit., 1694, p. 82. En 1764, le capitaine d’un sloop de la douane anglaise donne le chiffre de 30 000 habitants : BL, Add MS 36220, fol. 48.

72 Voir Warren Candler Scoville, The Persecution of Huguenots and French economic development, 1680-1720, Berkeley, California UP, 1960.

73 Si l’on suit la définition de Daniel Nordman, « Territoire », Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 2002 (1e éd. : 1996), p. 1204.

74 The powerful motive of mutual interest. Ph. Falle, op. cit., 1837, p. 277, n. 2.

75 Voir John Brewer, The Sinews of Power. War, Money and the English State, 1688-1783, Londres, Unwin Hyman, 1989 ; Michael Braddick, The Nerves of State : Taxation and the Financing of the English State, 1558-1714, Manchester, Manchester UP, 1996 ; William J. Ashworth, Customs and Excise. Trade, Production, and Consumption in England, 1650-1845, Oxford, Oxford UP, 2003.

76 Alan G. Jamieson, « The Channel Islands and Smuggling, 1680-1850 », id. (dir.), A People of the Sea. The Maritime History of the Channel Islands, Londres, Methuen, 1986, p. 195-219.

77 Ibid., p. 197-198.

78 Ibid., p. 204.

79 NA, T 1/202, fol. 97, mémoire de J. Culliford, Surveyor of Southampton, écrit le 28 octobre 1714, et annoté par les Commissioners of His Majesty’s Customs, le 26 mai 1716. Un projet de 1717 connaît le même destin : NA, T 1/211, fol. 159-163.

80 NA, T 1/715, fol. 404, J. Hume, officier des douanes à Douvres, à Charles Long Esq., secrétaire adjoint du Treasury Board, le 20 février 1793.

81 NA, T 1/715, fol. 535, J. Hume à George Rose Esq., secrétaire du Treasury Board, le 5 mars 1793.

82 A. G. Jamieson, op. cit., p. 209.

83 Ces documents sont rassemblés dans un « Dossier au nom de la couronne. Concernant l’établissement d’officiers à Guernesey, Jersey et Aurigny », constitué par un nommé Lichtfield pour être présenté au Comité des Lords du Conseil privé, qui se réunit à Whitehall le 19 juin 1766 : BL, Add MS 36220, fol. 1-49.

84 Ibid., fol. 9-21.

85 They are not satisfied with being treated as native Englishmen but under colour of their constitution & charters set up a right to privileges inconsistent with the laws of Great Britain, & to which no Englishman lays claims. BL, Add MS 36220, fol. 21, Observations, [1766]. On retrouve exactement la même critique chez l’Anglais William Berry, en 1815 : the fact is incontrovertible, that the natives of these Norman Isles do enjoy infinitely more privileges than his Majesty’s British-born subjects ; – in England, claiming, by the words of their charters, and being admitted in every respect, as Englishmen ; while the British subject is in these Islands excluded from the local privileges, as a foreigner : op. cit., p. 236-237.

86 BL, Add MS 36220, fol. 1, Reasons humbly offered to considerating the sending Custom Houses Officers to the Islands of Guernsey & Jersey, [1766].

87 Their natural enemy. Ibid., fol. 2.

88 Paul Monod, « Dangerous Merchandise : Smuggling, Jacobitism, and Commercial Culture in Southeast England, 1690-1760 », Journal of British Studies, 30, 1991, p. 150-182 ; R. Morieux, op. cit., p. 261-273.

89 Voir Renaud Morieux, « Diplomacy from Below and Belonging. Fishermen and Cross-Channel Relationships in the 18th Century », Past & Present, no 202, février 2009, p. 83-125. Au Moyen-Âge, le terme utilisé est généralement celui de « trêve pêcheresse ». Au XVIIIe siècle, les conventions officielles signées entre les États préfèrent le terme de « liberté de la pêche ». On trouve quelquefois, sous la plume des défenseurs des pêcheurs, le terme de « neutralité », par exemple dans un « Mémoire concernant la neutralité de la pêche du poisson frais sur toute l’étendue des côtes », daté du 25 septembre 1760, NA, ADM 97/107, fol. 36-42.

90 MAE, CP Angleterre, vol. 226, fol. 67-vo, Ordonnance du Roi pour la liberté de la pêche du poisson frais envers les pêcheurs des couronnes de France et d’Angleterre, 28 juin 1708. ANF, Marine, B2 222, fol. 729, Pontchartrain à Dartmouth, le 27 août 1710.

91 MAE, CP Angleterre, vol. 226, fol. 67-vo, Ordonnance du Roi pour la liberté de la pêche du poisson frais envers les pêcheurs des couronnes de France et d’Angleterre, 28 juin 1708. ANF, Marine, B2 222, fol. 729, Pontchartrain à Dartmouth, le 27 août 1710.

92 ANF, Marine B3 428, fol. 186-vo, Pétition au comte de Maurepas, le 10 décembre 1744.

93 « A Proclamation for inviting smugglers to enter into His Majesty’s Service », The Gentleman’s Magazine, and Historical Chronicle, 14, mai 1744, p. 277.

94 Entrevue avec Stephen Theodore Jansen (Esquire), House of Commons Journal, 25, 1745, p. 102. Au même moment, on accuse à Granville les fraudeurs anglais d’être des espions : ANF, Marine B3 428, fol. 47, lettre du marquis de Coetmen, le 17 juillet 1744.

95 AD Calvados, C 2460, pièce 16, n.f., An., le 5 février 1756 ; Alfred Temple Patterson, The Other Armada. The Franco-Spanish Attempt to invade Britain in 1779, Manchester, Manchester UP, 1960, p. 112-113 ; Ronald Wallace Avery, The Naval Protection of Britain’s Maritime Trade, 1793-1802, PhD inédit, université d’Oxford, 1983, p. 330.

96 NA, SP 78/272, fol. 281, Comte de Guerchy à Lord Shelburne, le 21 mai 1767.

97 NA, SP 78/272, fol. 285, « Copie du Procès Verbal des employés de la Patache du Havre du 9. Mars 1767 contre l’Équipage de la Goëlette armée ».

98 Ibid., fol. 285vo.

99 Ibid., fol. 286-vo. Souligné dans le texte.

100 NA, SP78/272, fol. 289, mémoire des fermiers généraux, s. d.

101 Ibid., fol. 289vo.

102 Ibid., fol. 289vo.

103 Ibid., fol. 290vo ; NA, SP78/272, fol. 283, mémoire de Guerchy à Lord Shelburne, le 21 mai 1767 ; ibid., fol. 312, Shelburne à Guerchy, le 16 juin 1767.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search