Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Guerre et commerce : stratégies de neutralisation et d’accommodement dans le commerce atlantique entre Nantes et Bilbao durant les guerres entre les Valois et les Habsbourg et les guerres de Religion (vers 1530-1600)

Elizabeth Tingle
Traduction de Sandrine Picaud-Monnerat

Texte intégral

  • 1 Cité par Benjamin Vaurigaud, Éssai sur l’histoire des églises réformées de Bretagne, 1535-1808,(...)
  • 2 Ibid., t. 1, p. 134.

1En 1564, la communauté protestante de Nantes écrivit au roi Charles ix pour se plaindre de ce que les marchands catholiques de la ville étaient plus enclins à suivre les lois du roi d’Espagne que celles de France, alors qu’aucun bon sujet ne devait désobéir à son prince de crainte de déplaire à un souverain étranger1. Il faut dire qu’une querelle opposait à cette époque la communauté réformée aux bourgeois de Nantes à propos du site d’une future église protestante. Les huguenots affirmaient que, depuis l’édit d’Amboise de mars 1563, ils avaient légalement le droit de disposer d’une église dans les faubourgs de la ville ; ils avaient porté leur choix sur la maison d’un coreligionnaire située dans le quartier de la Fosse, le quartier portuaire de Nantes. Au nombre de leurs arguments contre cette implantation, les catholiques représentaient que les marchands espagnols faisaient beaucoup de commerce dans ce quartier, et qu’ils cesseraient leurs activités si la religion protestante y était pratiquée publiquement2. Ces habitants justifiaient donc leur position par l’argument du poids du commerce avec l’Espagne, principal pilier de l’économie nantaise. De fait, les historiens ont bien vu que les relations avec l’Espagne orientèrent de façon déterminante la politique du gouvernement de la ville tout au long du XVIe siècle. Surtout, ce lien joua un rôle dans la décision nantaise, prise en 1589, de soutenir la rébellion de la Ligue catholique contre la Couronne de France ; c’est ce lien qui explique que la ville resta dans l’opposition plus longtemps qu’aucune autre, jusqu’en 1598.

  • 3 Mack P. Holt, The French Wars of Religion 1562-1629, Cambridge, Cambridge UP, 1995, p. 106-109, su (...)

2Cependant, une étude serrée de la politique urbaine des autorités nantaises au XVIe siècle montre que l’importance du commerce avec l’Espagne se traduisit plus souvent par la recherche de mesures de neutralisation et d’accommodements avec les diverses autorités politiques, plutôt que par une véritable hostilité à l’égard du roi de France. Mack P. Holt a observé que, durant les guerres de Religion, l’un des points communs de toutes les villes fut leur volonté de rester neutres et d’éviter à la fois les prélèvements fiscaux et le logement de gens de guerre3. Il faut y ajouter la volonté de poursuivre leurs activités économiques, dont dépendaient les moyens d’existence de tous les habitants, riches ou pauvres, et dont la pérennité garantissait la paix sociale. C’est pourquoi les villes s’efforçaient de rester neutres au milieu des hostilités militaires, tout en s’accommodant de la présence de troupes sur leur sol. Tout cela supposait une politique prudente dans les relations avec les autorités officielles (le gouvernement royal ou ses agents militaires), ainsi qu’avec les pouvoirs locaux, les chefs militaires et les corsaires. L’avantage qu’avaient les villes à maintenir ces stratégies de neutralisation et d’arrangements varia en fonction de la composition de leurs propres institutions, en fonction de leurs pouvoirs et privilèges, et en fonction de la nature de leurs relations avec les organes du pouvoir étatique. Quand la Couronne était en position de force face aux villes, elle faisait office de médiateur pour l’obtention de concessions liées au commerce. Quand le pouvoir royal était faible, c’étaient les villes elles-mêmes qui décidaient des arrangements à faire avec les agents ennemis, parfois même en contradiction avec les intérêts de la Couronne.

3Le présent article se propose d’étudier le cas de Nantes, à travers les pratiques de neutralisation et les arrangements qu’adopta la ville pour maintenir son commerce maritime avec l’Espagne pendant les guerres du XVIe siècle. Le commerce avec l’Espagne était perçu comme le nerf de la vie économique de la ville ; il fut cependant affecté par les guerres entre les Habsbourg et les Valois des années 1521-1559, puis par les guerres de Religion en France de 1562 à 1598. Mais, en dépit des guerres qui sévirent de façon récurrente hors des murs de la ville, le commerce resta la priorité des Nantais. À cet effet, trois stratégies différentes se succédèrent au long de la période s’étalant de 1530 environ à 1600. Dans un premier temps, de 1530 environ à 1559 – c’est-à-dire pendant les guerres entre la France et les Habsbourg –, ce fut par des accords informels et des sauf-conduits négociés directement avec les parties en guerre que les marchands nantais tentèrent de parer aux menaces risquant de mettre en péril le commerce maritime. À partir de 1560, malgré les guerres de Religion qui menaçaient la France, les relations commerciales entre Nantes et l’Espagne s’inscrivirent dans le cadre de procédures plus formelles, à mesure que s’accrurent les contacts entre le gouvernement urbain et la Couronne de France, et à mesure que cette dernière augmenta sa domination sur la ville. Après 1580 l’autorité royale s’affaiblit dans l’Ouest de la France ; Nantes fut à nouveau forcée de recourir à des arrangements informels pour assurer sa sécurité, d’abord en négociant avec les chefs militaires locaux puis, vers la fin de la période considérée, avec la Couronne espagnole. Le maintien de l’intégrité du commerce fut peut-être même une des raisons pour lesquelles la ville se rallia à la rébellion de la Ligue catholique contre Henri III, en 1589.

4On montrera ici que les pratiques de neutralisation et autres arrangements furent d’importants moyens utilisés par la ville pour maintenir le commerce en période de guerre. Toutefois, le recours à ces arrangements fut aussi déterminé par les vicissitudes de l’autorité royale dans l’Ouest de la France. Durant les périodes où cette autorité s’affirma fortement, Nantes collabora avec la Couronne pour le maintien de ses réseaux commerciaux ; durant les périodes de faiblesse de l’autorité royale, la ville fut contrainte de s’en remettre à des arrangements avec les pouvoirs locaux. Après 1600, avec le retour de la paix et la restauration de l’autorité royale sous la dynastie des Bourbon, Nantes cessa de rechercher ce type d’arrangements.

Nantes et le commerce espagnol au XVIe siècle

  • 4 AM Nantes, GG 643 Culte.
  • 5 Henri Lapeyre, Une famille des marchands : les Ruiz, Paris/Bordeaux, Armand Colin, 1955, p. 164-16 (...)
  • 6 Pour faire le point des produits échangés, consulter : Jean Tanguy, Le commerce du port de Nantes (...)
  • 7 H. Lapeyre, op. cit., p. 584-590.
  • 8 Paul Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes 1530-1733 », Annales de Bretagne, 60, 1932-3 (...)
  • 9 H. Lapeyre, op. cit., p. 202.
  • 10 J. Tanguy, op. cit., p. 59-61. Pour des évaluations chiffrées concernant le négoce sur la Loire, c (...)
  • 11 Il existait à Nantes d’autres groupes de marchands que ceux qui commerçaient avec l’Espagne. On pe (...)
  • 12 D’après des chiffres de J. Tanguy, op. cit., p. 59-61.

5On a souvent relevé depuis le XVIe siècle les relations étroites que connurent Nantes et l’Espagne. En 1564, les bourgeois de la ville écrivirent au roi que le commerce avec l’Espagne ne pourvoyait « pas seullement [à] leur [des marchands] bien et fortune mais [à] la vie d’une infinite de pauvres gens qui sont entretenuz dud[it] trafic par le moien duquel ils4 sont secouru ». Henri Lapeyre soutient même que ce furent les marchands espagnols et italiens qui introduisirent la lettre de change à Nantes, comme à Rouen, pour faciliter un commerce de grande envergure5. Les Espagnols de Nantes faisaient surtout du commerce avec le pays basque, principalement avec Bilbao et les autres principaux ports de la côte septentrionale de l’Espagne. Bilbao servait de centre de redistribution pour la Castille, à travers Burgos et les foires de Medina del Campo6. Les produits d’exportation vers l’Espagne étaient surtout des textiles et, de façon moins systématique, des céréales. Les autres exportations importantes concernaient les livres des imprimeurs de Lyon, du papier produit à Thiers et des cartes à jouer provenant de Nantes. Nantes, à son tour, fonctionnait comme un centre de redistribution des marchandises espagnoles vers une grande partie de la France du Nord, à travers la vallée de la Loire et ses affluents d’une part, et les ports côtiers bretons d’autre part. Au palmarès des marchandises redistribuées par Nantes, on trouvait surtout le fer et l’acier, principales productions du pays basque ; mais aussi la laine, la cochenille, des confiseries, des oranges médicinales et quelques tissus de grande qualité. Nantes fut l’une des sept villes autorisées, à partir de 1559, à faire le commerce des « denrées » (c’est-à-dire des épices et des drogues médicinales)7. Nantes était de plus une ville étape pour les marchands espagnols et leurs marchandises en route pour la Flandre, Bruges et Anvers, d’où les produits étaient redistribués dans les régions de la Baltique et de la mer du Nord8. On assistait donc à un cabotage actif entre ces différentes régions. En 1569 par exemple, entre le carême et le mois de juillet, ce furent 25 navires nantais qui arrivèrent à Bilbao ; entre 1569 et 1575, on compta au moins un convoi par mois vers cette destination, de deux à quatre bateaux à chaque fois9. Bien sûr, ce n’était pas le seul type de commerce qui avait cours à Nantes. Les chiffres globaux du commerce de la ville montrent que, en volume, les principales marchandises qui transitaient par le port de Nantes étaient le vin et le sel10. Les premiers partenaires commerciaux de Nantes étaient des régions françaises, la vallée de la Loire, dont on a déjà parlé, et surtout la Bretagne11. Cependant, les contemporains soulignent l’importance de l’Espagne et, dans les faits, il est certain que les échanges avec ce pays s’accrurent au milieu du XVIe siècle ; dans les années 1550, le volume de ce commerce, mesuré en termes de cargaisons au départ de Nantes, représentait peut-être 10 % du total, et grimpa à 22 % dans les années 156012.

  • 13 Alain Croix, « Deux notes sur Nantes », Annales de démographie historique, 30, 1970, p. 143-149, i (...)
  • 14 Paul Bois (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977, p. 121.
  • 15 Guy Saupin, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, Presses Universitair (...)
  • 16 A. Croix, op. cit., p. 147-148.
  • 17 H. Lapeyre, op. cit., p. 48-49, 51.

6La véritable importance du négoce avec l’Espagne tenait moins aux volumes échangés qu’à l’impact de ces échanges sur la société et la politique nantaises. Une colonie de marchands espagnols, avec leurs familles, était même établie dans la ville. Alain Croix a trouvé, dans les registres paroissiaux, des preuves de la présence d’environ 130 familles à Nantes au long du XVIe siècle13. Vers 1600, sur une population totale de 25 000 habitants, on comptait 800 à 1 000 « étrangers », surtout des Espagnols (plus quelques Portugais), presque tous implantés dans la paroisse portuaire de Saint-Nicolas, sur le quai de la Fosse et dans ses environs14. Les familles s’intégrèrent rapidement dans la population locale, et une large proportion de leurs membres finit même par faire partie des élites urbaines ; des Espagnols achetèrent des offices publics, notamment des offices de fermiers d’impôts15. Des membres de la famille Rocaz, par exemple, prirent à ferme les fouages (en Bretagne, impôt direct, levé par feu) de Vannes et de Cornouaille. Des membres de la même famille devinrent marguilliers de l’église Saint-Nicolas ; Julien de Mirande, autre représentant de cette communauté, devint chanoine de la collégiale Notre-Dame16. Les alliances matrimoniales avec des familles françaises étaient fréquentes. Un grand nombre de ces Espagnols devinrent français par lettres de naturalisation. La carrière d’André Ruiz offre un bon exemple de ces parcours de marchands espagnols à Nantes. On sait que, né à Medina del Campo, il arrive à Nantes avant 1537, pour apprendre le commerce dans la maison d’un marchand espagnol, peut-être Jean de La Presse. Les frères d’André Ruiz, Simon et Vitores, restent quant à eux au Nord de l’Espagne. Les activités d’André sont d’abord liées au commerce : il s’associe avec ses frères et avec des marchands espagnols de Nantes pour l’exportation de tissus, de livres et de papier vers le Nord de l’Espagne. Il devient ensuite commissionnaire pour le compte de marchands de Lyon, de Rouen et de Thiers, et exporte leurs marchandises vers les ports basques et vers Medina del Campo. Puis Ruiz se met à la finance : à partir de 1548, il prend à ferme l’octroi de la ville et perçoit ainsi les droits sur toutes les marchandises entrant à Nantes, ce que l’on appelait le « denier pour livre » ; à partir de 1565, il est fermier de la taxe douanière sur les biens qui sont débarqués ou embarqués au port de Nantes (taxe appelée « prévôté ») ; à la fin de sa vie, on le retrouve membre d’un consortium auquel a été adjugée la ferme des impôts indirects royaux dans la province de Bretagne, impôts appelés « l’impôt et billot » et levés sur les boissons alcoolisées. Ruiz acheta pour son fils un office royal, dota ses filles pour les marier à des notables espagnols et bretons, et acheta des propriétés à Nantes et aux environs17.

  • 18 Ibid., p. 50.
  • 19 Ibid., p. 50-55.

7Les immigrants espagnols atteignirent donc à Nantes un poids financier et politique qui dépassait leur proportion au sein de la population. La première génération remplit des offices socio-religieux, entra ainsi dans le cercle des élites urbaines et acquit de l’influence ; André Ruiz fut par exemple administrateur des hôpitaux de la ville en 1558-1559, et fit partie de la délégation des marchands pour l’élection des échevins de la ville en 156518. La deuxième génération continua l’ascension et s’inséra dans la partie supérieure des élites urbaines ; c’est ainsi qu’Yvon Rocaz devint maire de la ville dans les années 1560, et que Bonaventure de Compludo le fut en 1581-1582. L’assise financière et les fonctions administratives importantes auxquelles parvinrent les familles espagnoles leur permirent de nouer des contacts régionaux importants, ainsi que de jouer un rôle dans les affaires provinciales et même, parfois, dans les affaires royales. Le roi, constamment à court d’argent, trouvait auprès de ces groupes urbains l’aide dont il avait besoin, surtout lorsque ceux-ci se risquaient à assumer des charges liées à l’administration fiscale royale. Ainsi, le contrat qui autorisait André Ruiz à lever les droits de douane en Bretagne fut en même temps un moyen, pour le roi, de le faire participer aux emprunts royaux : en 1576-1579, Ruiz fut forcé d’avancer au roi 378 000 livres au titre de son contrat pour la ferme des douanes. La « récompense », c’était la prééminence sociale et politique que permettait ce genre de services. De fait, quand Charles ix vint à Nantes en 1565, le seul particulier auquel il rendit visite fut André Ruiz19. À côté des raisons économiques, des raisons sociales et culturelles expliquaient donc aussi l’importance des contacts avec l’Espagne septentrionale, et c’est pourquoi la ville chercha à les maintenir, quel que fût le contexte politique ou militaire. L’importance que revêtaient pour Nantes les relations commerciales avec l’Espagne infléchit les options politiques des élites de cette ville tout au long du XVIe siècle.

Les guerres entre les Habsbourg et les Valois, et la « Compagnie du sauf-conduit »

  • 20 A. Croix, op. cit., p. 147.

8Les guerres entre les Habsbourg et les Valois de la première moitié du XVIe siècle interférèrent fréquemment dans le commerce. Rappelons que ces guerres touchèrent la France, par intervalles, entre 1521 et 1559. À Nantes, il y eut des difficultés particulières dans les années précédant la paix de Crépy-en-Valois de 1544 ; on le mesure par la diminution du nombre des habitants espagnols, qui remonta après 154520. De nouvelles difficultés marquèrent les années allant de 1552 à la paix de Cateau-Cambrésis de 1559. Bien qu’une grande partie des opérations militaires eussent lieu en Italie et plus tard en Flandre, le golfe de Gascogne pouvait être dangereux pour la navigation ; en effet, les tensions entre la France et l’Espagne affectaient aussi les relations entre leurs villes portuaires respectives. De surcroît, l’Angleterre menaça d’intervenir à deux reprises, au milieu des années 1520 puis en 1544.

  • 21 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 287.

9Les marchands nantais étaient coutumiers, au moins depuis le siècle précédent, des accords bilatéraux entre la Bretagne et la Castille, ou entre les villes de Nantes et Bilbao elles-mêmes, pour contourner les difficultés militaires et politiques qui les opposaient à la Castille. En 1430 déjà, le duc Jean v de Bretagne avait conclu un traité avec le roi de Castille, traité renouvelé sept fois entre 1435 et 1483. Par ce traité, les deux princes s’étaient mis d’accord sur des réductions douanières, avaient révoqué les lettres de marque délivrées aux corsaires, et avaient autorisé l’implantation, à Nantes, d’un consul, procureur et receveur castillan, chargé de défendre les intérêts des Castillans qui commerçaient dans le duché de Bretagne21. Après le rattachement de la Bretagne à la France, le roi de France tint à maintenir ces avantages commerciaux. Il faut rappeler ici, en effet, que le mariage de la duchesse Anne de Bretagne avec le roi Charles viii en 1491, puis avec son successeur Louis xii en 1499, assura la tutelle de l’administration royale sur la province. Cette alliance fut consolidée par le mariage de Claude, fille d’Anne de Bretagne et de Louis XII, avec François Ier. L’Édit d’Union de 1532, conclu entre la Couronne et les états de Bretagne, définit les privilèges de la province et y imposa des limites à l’autorité royale. Désormais, pour les affaires économiques de la ville de Nantes, le roi devait cependant être consulté.

  • 22 Ibid., p. 288.
  • 23 Jean-Philippe Priotti, « Nantes et le commerce atlantique : les relations avec Bilbao au XVIe sièc (...)

10Durant la première moitié du XVIe siècle, la Bretagne garda néanmoins une grande autonomie, et n’était peut-être pas au centre des intérêts royaux. Il faut dire aussi qu’au sein de la nouvelle organisation politique du royaume de France, Nantes apparaissait moins puissante qu’elle l’avait été dans les limites du duché. Avant 1565, il lui manquait un conseil municipal pour représenter ses intérêts auprès du gouvernement royal. Administrée par des officiers de justice royaux et par un « conseil des bourgeois » sans statut officiellement reconnu, elle manquait de poids politique. Par la suite, cependant, le commerce dépendit moins des actes des dirigeants royaux que d’accords bilatéraux entre les villes elles-mêmes. Au début du XVIe siècle, la municipalité de Bilbao autorisa une représentation des marchands de Nantes à faire partie de son bureau de commerce, la Universidad de mercaderes y maestros de navíos, et à participer aux délibérations de ce bureau. S’ensuivirent des privilèges commerciaux mutuels et une modération des prélèvements fiscaux pour les laines et les tissus22. Par exemple, les marchands de Bilbao purent se réjouir d’une baisse du « droit de prévôté » sur la laine exportée vers Nantes23.

11Les problèmes que pouvaient poser au commerce de la ville les guerres des Habsbourg dépendaient donc de décisions prises au niveau local. Durant les années 1520, il semble, même si les preuves en sont rares, que la navigation dans le golfe de Gascogne fut gravement entravée par les problèmes politiques et militaires, très probablement à cause des corsaires espagnols et anglais.

  • 24 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 286.
  • 25 J.-P. Priotti, op. cit., p. 268. Pour les années 1552-1561, il reste à Nantes, dans les papiers d’ (...)
  • 26 J.-P. Priotti, op. cit., p. 272.

12Les marchands nantais cherchèrent une solution à ces attaques par des arrangements informels avec les autorités militaires locales et l’obtention de sauf-conduits pour la navigation. Ils s’efforcèrent de réduire les effets de la guerre sur leurs transactions par des initiatives locales. Vers 1530, les colons espagnols et leurs associés nantais créèrent une association pour la taxation des bateaux en partance pour Bilbao : la Compañia de los Señores del Salvo Conducto. Sur l’origine et les fonctions de cette « Compagnie du sauf-conduit », les historiens divergent. Paul Jeulin soutient qu’une sorte d’association exista dès le début du XVIe siècle entre certains marchands, négociants et capitaines de navires, à la fois nantais et espagnols, résidant à Nantes ; tous faisaient également partie de la Universidad de mercaderes y maestros de navíos de Bilbao24. L’association en question semble avoir évolué en une association de sécurité mutuelle pendant la guerre. Jean-Philippe Priotti, de son côté, sur la base de son étude des lettres de Simon Ruiz de Medina del Campo, pense que la Compagnie du sauf-conduit accordait le monopole du commerce et, en période de guerre, assumait les négociations relatives aux sauf-conduits pour la navigation des navires de ses membres. Du fait de la guerre, les mouvements de navires marchands diminuèrent par exemple drastiquement en 1554-1555 et en 1557-1558. Durant ces périodes, on s’efforçait d’obtenir des sauf-conduits, qui paraissaient être le seul moyen de continuer le commerce25. Selon Priotti, cette stratégie eut un tel succès que les niveaux du commerce retrouvèrent rapidement ceux des années de paix 1549-155126.

  • 27 H. Lapeyre, op. cit., p. 229.
  • 28 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 290, 494 ; J.-P. Priotti, op. (...)
  • 29 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 494-495.
  • 30 Ibid., p. 315.

13La nature de la Compagnie du sauf-conduit changea suivant les circonstances. En temps de paix, c’était simplement une compagnie commerciale27. Il semble qu’elle ait cherché à maintenir un monopole de commerce avec Bilbao. Aucun marchand de Nantes ne pouvait commercer avec Bilbao, que ce fût à l’exportation ou à l’importation, sans faire partie de la compagnie et se soumettre à ses règles. Les bateaux étaient affrétés en commun et réservés aux Nantais et aux Espagnols qui étaient membres de l’association, et les membres payaient une taxe pour la jouissance de ce privilège. L’association entreprenait des démarches juridiques quand des intérêts commerciaux communs étaient en jeu et se faisait le porte-parole des marchands. On trouvait aussi à Nantes une confrérie de dévotion pour les résidents espagnols et leurs associés, qui entretenaient une chapelle dans le couvent franciscain28. Le facteur général des « Sieurs du sauf conduit » était en contact épistolaire avec la puissante organisation administrative qu’était le Consulat de la mer (Casa de la Contratación) à Bilbao. Ce Consulat était un tribunal judiciaire doté du monopole de toutes les causes relatives aux relations commerciales portuaires29. Durant les périodes de conflit dans le golfe de Gascogne, la Compagnie devenait une association de « sauf-conduit ». Dès les années 1530, quand des navires marchands quittaient Nantes pour Bilbao, leurs capitaines se voyaient remettre, par un consul de la nation espagnole ou un agent général prenant en charge l’affrètement à Nantes, un padrón ou notice d’embarquement, libellé en espagnol ; ce padrón devait être remis, à l’arrivée, au Consulat de Bilbao. Il est possible que les incertitudes liées à la guerre aient généralisé cette fonction de la Compagnie, par le biais de négociations avec les autorités portuaires et militaires du côté espagnol comme du côté français en vue d’obtenir des sauf-conduits pour la navigation, certainement grâce à une contribution pécuniaire à laquelle participaient les membres de l’association. Quand des navires arrivaient à Nantes en provenance de Bilbao, le capitaine prenait contact avec le consul de la compagnie avant de débarquer la cargaison. Les taxes à payer étaient calculées par le consul, et augmentées d’une contribution pour la confrérie30. La Compagnie resta une association privée, de structure rudimentaire, créée pour encadrer les relations avec Bilbao en temps de paix et en temps de guerre.

  • 31 Alain Croix, L’âge d’or de la Bretagne 1532-1675, Rennes, Ouest-France, 1993, p. 29.

14Si ces arrangements informels avec les autorités militaires locales furent possibles, ce fut en grande partie parce que le roi de France, pendant l’essentiel de la première moitié du XVIe siècle, exerça une surveillance limitée sur les provinces de l’Ouest de son royaume, signe d’un intérêt tout aussi limité. Mais, même si l’apogée des activités de la Compagnie du sauf-conduit date des années 1550, ses fonctions politiques – à l’opposé de ses fonctions commerciales – déclinèrent ensuite, lorsque Henri ii commença à asseoir plus nettement le pouvoir de l’administration royale en Bretagne et sur la ville de Nantes. À la fin de la décennie 1550, quatre institutions administraient la province pour le compte de la Couronne et la reliaient ainsi plus étroitement au pouvoir royal. La première de ces institutions était le gouvernement de la province ; le gouverneur était le principal représentant du roi en Bretagne. Au milieu du siècle, la commission de gouverneur était tenue par Jean de Brosse, duc d’Étampes, qui, en tant que comte de Penthièvre, était un seigneur important au nord de la province, lointain parent des anciens ducs de Bretagne par son arrière grand-mère31. Les gouverneurs exerçaient à cette époque un pouvoir de tutelle important sur la province et ses communautés urbaines ; ils transmettaient les ordres royaux, et recueillaient les remontrances destinées au roi. Les états de Bretagne constituent la deuxième des quatre institutions évoquées plus haut. Ils étaient réunis deux fois par an et comprenaient une proportion importante de Nantais parmi leurs membres. En 1554, un parlement souverain fut créé pour la région (troisième des quatre institutions de tutelle) ; l’une de ses sessions annuelles avait lieu à Nantes. Enfin, les évêques nommés à Nantes furent de plus en plus des membres de l’administration royale, tels Jean de Lorraine (1543-1550) et Charles de Bourbon (1550-1554). Dans ces circonstances, l’autorité royale sur la ville de Nantes s’affermit, ce qui eut des conséquences sur la politique commerciale en période de guerre au cours des trois décennies suivantes.

Le temps des guerres de Religion (1560-1580)

  • 32 A. Croix, « Deux notes sur Nantes », op. cit., p. 147 ; J.-P. Priotti, op. cit., p. 273.

15Les années allant de 1559 – conclusion du traité de Cateau-Cambrésis – à 1566 furent très bonnes pour le commerce entre Nantes et Bilbao. La colonie espagnole grossit rapidement, et les exportations en direction de32 Bilbao atteignirent leur sommet. Toutefois, après 1560, le commerce nantais fut entravé par les guerres civiles entre catholiques et protestants en France, ainsi que par les tensions avec l’Angleterre et par les répercussions de la révolte des Néerlandais après 1567. Tout au long de la période 15601580, donc, les Nantais durent chercher des arrangements pour assurer la sécurité de la navigation dans le golfe de Gascogne. Pendant cette période, ces arrangements, même s’ils furent négociés localement, furent contrôlés par la Couronne de France, qui, souvent, servit d’intermédiaire ; cette tutelle empêcha souvent les Nantais de procéder à leurs propres arrangements politiques et militaires locaux pour favoriser leur commerce.

  • 33 Philippe Hamon, « Une monarchie de la Renaissance », Joël Cornette (dir.), La monarchie entre Rena (...)
  • 34 William Farr Church, Constitutional Thought in Sixteenth-Century France. A Study in the Evolution (...)
  • 35 Penny Roberts, « Religious Pluralism in Practice: the Enforcement of the Edicts of Pacification », (...)
  • 36 Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerr (...)
  • 37 Barbara Diefendorf, Beneath the Cross. Catholics and Huguenots in Sixteenth-Century Paris, Oxford, (...)
  • 38 Michel Cassan, Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, (...)
  • 39 Jotham Parsons, « Governing Sixteenth-Century France : The Monetary Reforms of 1577 », French Hist (...)

16La politique urbaine nantaise du milieu du XVIe siècle fut marquée par un renforcement des structures officielles d’administration de la ville et de régulation du commerce, et par la systématisation des liens de ces institutions avec la Couronne. Contredisant l’image traditionnelle d’une déficience croissante de l’efficacité de l’autorité royale durant les guerres de Religion, de récentes études portant sur les communautés locales, en particulier sur des villes, ont montré que, malgré des difficultés administratives pratiques, on assista au milieu du XVIe siècle à un réel développement du pouvoir royal33. Par là continuait l’évolution vers la reconnaissance de l’autorité de la Couronne sur la législation, et vers la subordination directe de tous les sujets au roi par le biais de la loi34. Les récents travaux de Penny Roberts et d’Olivier Christin ont montré que l’action des commis royaux pour faire appliquer les édits de pacification après 1562 fut efficace35. Les édits de Moulins de 1566 et les réformes d’Henri iii de la fin des années 1570 témoignent d’une volonté de réforme, même si leur succès fut limité. Il semble qu’il y ait eu dans les villes, au moins avant 1580, des liens de plus en plus étroits entre les autorités royales et les autorités locales, et non un fossé croissant, comme on le croyait. Selon Laurent Bourquin, il ne faut pas voir uniquement dans les guerres de Religion une défection du pouvoir royal, car elles motivèrent la recherche de nouvelles solutions aux problèmes politiques36. L’autorité royale seconda celle des corps locaux, qui fut sérieusement remise en question par les guerres de Religion37. Dans son travail sur les villes du Limousin, Michel Cassan est arrivé à des conclusions similaires concernant le règne de Charles ix38. Jotham Parsons est aussi d’avis que l’autorité royale résista, et que le capital de loyauté et d’obéissance à la Couronne, comme source de la législation et garante du bien commun, resta immense dans le royaume39.

  • 40 Camille Mellinet, La commune et la milice de Nantes, 3 t., Nantes, Mellinet, 1836-1844, ici : t. 3 (...)
  • 41 Sur les statuts de la municipalité concernant la police, décembre 1564, voir : ibid., t. 3, p. 195 (...)
  • 42 Ibid., p. 47-48 ; P. Jeulin, L’évolution du port de Nantes, op. cit., p. 119.

17L’exemple de la ville de Nantes témoigne de ces processus. La création, par les édits de 1564, d’un conseil de la ville et d’un consulat de commerce, dominés par l’élite marchande locale, revêtit une grande importance pour la ville et ses relations avec la Couronne. Charles ix publia la même année des lettres patentes confirmant la création d’une municipalité. Les habitants avaient l’autorisation d’élire chaque année un maire et dix (puis six) échevins, et de nommer un « procureur des bourgeois, miseur » [trésorier] et clerc. Ces hommes devaient diriger un « bureau de ville », organe exécutif, tandis que des assemblées générales devaient représenter tous les corps de la ville40. À la nouvelle municipalité était dévolue la responsabilité de la police urbaine, dont la juridiction s’étendait aussi sur les poids et mesures, la production et la vente de marchandises, les marchés et le prix des produits alimentaires41. Cette réorganisation du gouvernement de la ville fut perçue par d’autres groupes dirigeants et privilégiés comme une victoire de la pression des marchands sur la Couronne42. Elle donnait à la ville un poids et une représentation politiques plus importants, à la fois au sein du royaume de France et dans les négociations de la cité avec les autorités du Nord de l’Espagne.

  • 43 G. Saupin, op. cit. p. 47.
  • 44 Ibid., p. 47.

18Charles IX prit acte de l’organisation réglementaire croissante du commerce en créant en avril 1564 à Nantes un consulat des marchands, comprenant un juge et deux consuls, élus chaque année. Les lettres patentes d’octobre 1565 confirmèrent que ce tribunal avait à « cognoistre de tout differends meuz entre marchands pour faict de marchandises43 ». Ces décisions de Charles ix ne constituaient qu’une partie d’un programme plus large de créations de consulats pour les marchands et faisaient suite à la création d’un semblable consulat à Paris, en novembre 1563. Selon Guy Saupin, les deux institutions, le conseil de ville et le consulat, représentaient à Nantes deux versants d’une même réforme. Le consulat était un tribunal de commerce auquel avaient accès tous les marchands qui fréquentaient cette place commerciale, qu’ils fussent français ou étrangers. Il était étroitement surveillé par la municipalité, auquel il était lié par ses membres et ses intérêts. La municipalité tenait la liste des marchands et des électeurs et contrôlait l’assemblée électorale ; les deux institutions participaient conjointement au développement du commerce et à la prospérité de la ville44.

  • 45 H. Lapeyre, op. cit., p. 385-88.

19À Nantes, entre 1560 et 1580, on considéra qu’une coopération entre la municipalité nouvellement créée et la Couronne était le meilleur moyen d’assurer la neutralisation du golfe de Gascogne. Cette stratégie fut plus ou moins heureuse, en fonction des circonstances. Nous citerons ici deux exemples de la coopération nouvelle qu’entretint Nantes avec la Couronne : les relations politiques avec le conseil de la ville de Bilbao et la réglementation concernant le commerce des céréales au milieu du siècle. Les relations entre Nantes et Bilbao souffrirent de tensions périodiques dans les années 1560 et 1570, suite aux mesures mercantilistes de la couronne d’Espagne. Au milieu du XVIe siècle, le gouvernement espagnol interdit l’exportation de ses devises. Les marchands étrangers qui apportaient leurs produits dans les ports espagnols se voyaient obligés de s’en retourner avec des denrées locales correspondant au montant de leurs profits, parce qu’ils n’avaient pas le droit de recevoir des espèces monétaires espagnoles. Les marchands de Nantes contournaient cette loi régulièrement, car les biens qu’ils emportaient à Bilbao étaient presque toujours d’une valeur supérieure à celle des biens qu’ils en rapportaient. La plupart des capitaines de navires quittaient l’Espagne en ayant illégalement des devises à leur bord. En 1566, les marchands de Nantes se plaignirent de mauvais traitements et de vexations subis à Bilbao, où un tribunal douanier les obligeait à rendre compte de la valeur de leurs importations et exportations, ainsi que de l’usage qu’ils faisaient des éventuelles devises espagnoles qui leur restaient. Les relations devinrent tellement tendues entre les marchands de Nantes et les autorités de Bilbao que le Nantais Mathurin Bizeul, qui était depuis longtemps agent de Simon Ruiz à Bilbao, refusa de rester plus longtemps dans cette ville. En 1578, les relations s’échauffèrent encore et aboutirent à l’emprisonnement de plusieurs Nantais à Bilbao. Le maire et le conseil de Nantes écrivirent à la municipalité de Bilbao, protestant contre le traitement infligé à leurs marchands, et rappelant les liens qui unissaient les deux villes et la bienveillance avec laquelle les Espagnols avaient toujours été reçus en France. Peu après, l’équipage d’un bateau nantais captura le neveu du juge des douanes fautif, et le ramena à Nantes comme otage. D’autre part, les Nantais menacèrent de mettre fin à leurs relations avec Bilbao et d’utiliser un autre port ; ils eurent certainement recours au port de Saint-Sébastien en 1579. Bien que les démarches locales fussent importantes dans ces querelles, Nantes, à bout de ressources, envoya une pétition aux états de Bretagne, qui demandèrent l’aide du roi ; Henri iii écrivit à plusieurs reprises à Philippe ii. Finalement, les prisonniers furent relâchés et le commerce reprit45.

  • 46 François André Isambert (dir.), Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusq (...)
  • 47 AM Nantes, FF 174, Police. Commerce des blés, 1514-1790 ; AM Nantes, FF 176, Police des grains, 15 (...)

20Le deuxième exemple de la coopération entre Nantes et la Couronne concerne les activités économiques du port de Nantes. Celles-ci permettaient au roi de France de disposer d’un moyen de pression, dans le cadre de ses relations souvent difficiles avec l’Espagne. La Couronne de France s’intéressait notamment beaucoup à l’exportation de grains depuis Nantes. Dans la France du XVIe siècle, en effet, le commerce des grains était politiquement très important. L’ordonnance de Blois de 1559 créa à Paris un « Bureau des blés » ; il était interdit d’exporter du grain sans une autorisation royale. Quelques années plus tard, en 1571, un édit fit des exportations de céréales un domaine réservé au roi46. Or, l’Espagne était un grand importateur de céréales panifiables car, presque chaque année, l’une ou l’autre de ses régions connaissait la sécheresse : Philippe ii sollicita par exemple l’aide française en 1568 et en 1578. En conséquence, les exportations pouvaient être utilisées comme un moyen d’influer sur l’Espagne : à de nombreuses reprises entre 1560 et 1580, le roi de France imposa un embargo sur les exportations de grains, ou bien autorisa seulement la vente de petites quantités, soumises à une autorisation spéciale pour les marchés espagnols ou portugais47. Ainsi, pour ce qui concernait ce produit, le commerce de Nantes était étroitement réglementé par les autorités royales ; le sujet fut souvent abordé, au milieu du XVIe siècle, dans la correspondance entre le gouvernement royal et le gouverneur de Bretagne.

  • 48 H. Lapeyre, op. cit., p. 406.
  • 49 Ibid., p. 404.
  • 50 Ibid., p. 407.
  • 51 Jean Mathorez, « Notes sur les Espagnols et les Portugais à Nantes », Bulletin hispanique, 14-15, (...)

21Ce furent les bouleversements liés aux guerres de Religion en France et aux Pays-Bas qui causèrent aux Nantais les plus graves problèmes économiques, au milieu du XVIe siècle. Entre 1560 et 1580, le Sud de la Bretagne fut peu affecté par les opérations militaires. Des troupes traversaient la région, exigeant de la nourriture, des armes, de quoi se loger, et de l’argent ; mais elles restaient rarement longtemps. Il y eut parfois des raids de troupes calvinistes dans l’arrière-pays au sud de Nantes, entre la Loire et les marches poitevines de la Bretagne. Mais les effets principaux de la guerre furent économiques. D’abord, la guerre civile désorganisa la production agricole, ce qui posa aux marchands de Nantes des problèmes d’approvisionnement. En 1567-1569 par exemple, la seconde guerre de Religion provoqua l’arrêt de la production et du commerce des tissus dans la vallée de la Loire et dans les régions voisines48. En 1575, des corsaires de La Rochelle bloquèrent l’estuaire de la Loire, et les prix des marchandises, en particulier du sel, montèrent en flèche. Outre cette désorganisation du commerce agricole, la guerre amena la course en mer. Ce fut le cas dans la Manche lors des hostilités entre la France et l’Angleterre en 1562-1564 ; et les Anglais s’emparèrent de l’île de Houat, au large de la côte bretonne, ce qui perturba la route commerciale maritime entre Nantes et Bilbao49. Après que la guerre eut commencé aussi aux Pays-Bas, la course anglaise devint endémique jusqu’à la fin du siècle. Mais ce fut surtout la course des protestants de La Rochelle dans le golfe de Gascogne qui entrava le commerce maritime entre Nantes et Bilbao. En 1568 par exemple, Yvon Rocaz rapporte que le bateau d’un dénommé Colin Tranchet a été pris. En avril 1569, un bateau transportant des tissus depuis la région de Quimper vers l’Espagne fut également capturé ; en juillet, les corsaires rochelais bloquèrent l’estuaire de la Loire. En septembre encore, à 25 lieues des côtes espagnoles, des corsaires s’emparèrent de trois bateaux allant de Nantes à Bilbao50. À cette période, Emilio Fieschi et Fouquet de Altoritis contrôlaient l’embouchure de la Loire et rançonnaient tous les bateaux de marchands qui quittaient le port de Nantes51. Ainsi, à partir du milieu des années 1560, la navigation maritime fut en butte à une insécurité permanente.

  • 52 H. Lapeyre, op. cit., p. 413.
  • 53 Ibid., p. 417.
  • 54 N. Travers, op. cit., t. 2, p. 488.

22Face à cette situation, les appels à la Couronne s’ajoutèrent aux adaptations locales. La municipalité de Nantes se plaignit fréquemment au roi, mais avec peu de résultats, de la présence des corsaires à l’embouchure de la Loire. De même, les diplomates espagnols en appelèrent à plusieurs reprises au gouvernement royal en réclamant qu’il mît fin à la course52. Cependant, la monarchie française pouvait peu de chose contre les effets du conflit. La flotte royale ne pouvait qu’être gênante pour le commerce. En décembre 1572, pendant que les troupes du roi de France faisaient le siège de La Rochelle, deux bateaux qui revenaient de Bilbao vers Nantes furent pillés par des marins de la marine royale avant d’être autorisés à poursuivre leur voyage. En février 1573, le bateau de François Dagais, en route pour Bilbao, fut, de même, pillé par des forces catholiques53. À la fin de 1579, des galères royales accostèrent à Nantes ; les marins causèrent de tels ennuis que la municipalité demanda aux capitaines de la flotte d’empêcher leurs hommes d’entrer dans la ville avec des armes54.

  • 55 H. Lapeyre, op. cit., p. 202.
  • 56 Le commerce des Espagnols à Nantes ressemblait ainsi à celui des autres villes, comme Rouen, où la (...)
  • 57 G. K. Brunelle, op. cit., p. 41.
  • 58 J-P. Priotti, op. cit., p. 267.
  • 59 G. K. Brunelle, op. cit., p. 38-39.

23Les mesures de précaution prises au niveau local furent plus efficaces. En 1569-1570, les bateaux quittaient Nantes en général par groupes de deux, trois ou quatre, et, parfois, de petites flottes étaient rassemblées, allant jusqu’à onze bateaux. Les marchands de Nantes décidèrent de faire naviguer uniquement des bateaux armés, que le royaume fùt, ou non, officiellement en paix55. Mais, pour cette période, il n’existe jusqu’à présent aucune preuve de sauf-conduits ou d’accommodements locaux avec des forces militaires autres que celles du roi. La Compagnie du sauf-conduit continua à fonctionner, mais plutôt comme une société commerciale que comme un moyen de négocier des sauf-conduits. Il semble qu’elle recentra ses activités sur l’affrètement de navires en commun et sur la rémunération des participations à ce monopole commercial56. Le commerce était en effet surtout pratiqué sous la forme de voyages indépendants, financés par des participations et des prêts accordés par deux ou trois marchands, ces derniers recrutant d’autres investisseurs, même si l’organisation et le financement des voyages entre Nantes et Bilbao étaient censés relever de membres de la Compagnie57. Ce genre de financement, tout comme l’embarquement des marchandises à bord de différents vaisseaux, permettaient aux marchands d’éviter la concentration du capital. Par exemple, la part du marchand Simon Ruiz dans la cargaison d’un bateau allait de 2,5 % à 19 % du total des produits transportés58. Ces pratiques augmentaient en temps de guerre, car la dispersion des marchandises en plusieurs cargaisons réduisait le risque des pertes commerciales liées aux captures ou aux confiscations de navires59.

24Les difficultés nées de la guerre n’accrurent donc pas le nombre d’arrangements officieux conclus avec les autorités militaires locales. Au contraire, pendant les guerres de Religion qui précédèrent 1580, il y eut peu de négociations politiques indépendantes, ce qui montre que Nantes et sa région furent soumises à une plus forte tutelle de la part de la Couronne, et que ce fut principalement avec le roi que des arrangements furent trouvés. Bien qu’il fût parfois incapable d’assurer la sécurité sur le terrain, le roi fut, jusqu’en 1580, l’associé principal de Nantes, contrôlant la réglementation et les pratiques commerciales de la ville. Les Nantais s’adaptèrent de leur mieux, en changeant leurs pratiques de navigation et en comptant sur le roi pour maintenir l’ordre en dehors de périodes de guerre ouverte. Mais les années 1580 furent des années de ralentissement économique, marquées par la famine, la peste et la guerre, qui réduisirent le commerce. L’autorité de la Couronne sur l’Ouest de la France diminua, et l’élite marchande de Nantes fut à nouveau contrainte de pourvoir elle-même à sa sécurité.

La Ligue catholique et « l’option espagnole »

  • 60 AM Nantes, BB 21, fol. 30r-31v.
  • 61 Cela a été vu aussi pour Rouen et d’autres villes : G. K. Brunelle, op. cit., p. 25.
  • 62 AM Nantes, BB 20, fol. 454 r., Délibérations municipales, 1588-1589.
  • 63 H. Lapeyre, op. cit., p. 586.

25À partir de 1585, la guerre devint, pour Nantes et pour son commerce avec l’Espagne septentrionale, un problème beaucoup plus sérieux. La guerre sévissait dans la vallée de la Loire et en Poitou entre le roi et la Ligue catholique ; elle sévissait en mer entre les Espagnols et les Anglais ; enfin, la piraterie protestante continuait, depuis La Rochelle et depuis les ports du Sud-Ouest de l’Angleterre. Les habitants de Nantes craignaient pour leur vie, face aux armées huguenotes du Bas Poitou. Les propriétés que les élites possédaient dans la campagne furent dévastées, et les rebelles arrivèrent à 40 kilomètres seulement des portes de la ville. Tout cela eut pour conséquence une détérioration de l’économie nantaise. La région connut des récoltes désastreuses entre 1583 et 1587, et les crises de subsistances qui suivirent entraînèrent, par ricochet, une crise de la production manufacturière dans la ville. Les impôts militaires répétés ruinèrent les finances des couches aisées de la population urbaine, qui furent obligées de prêter de l’argent et des biens à la municipalité. En septembre 1588, l’institution d’un impôt de 30 000 livres sur l’évêché de Nantes se heurta à une résolution de la municipalité réclamant une exemption de tous prélèvements pour une durée de 20 ans, en raison de « la pauvreté et incomoditez de cette ville et pays nantais fouillé et travaillé tant des armés et troupes ennemyes que des catholiques »60. Comme le roi n’était plus capable d’assurer la sécurité du commerce, le trafic commercial diminua61. La guerre qui faisait rage en Anjou et dans le Poitou entraîna une diminution de la production de vin et de tissus, qui constituaient la base du négoce nantais. Le procureur syndic de Nantes rapporte en 1588, dans le registre municipal, « comme journellement les ennemys font courses et pilleryes et gastent autour de cette ville, ranczonnent le peuple, lèvent des taille et deniers ordinaires [...] et contraignent les refuzans entre aultres les pauvres paysans par emprisonnemens et longue captivité de leurs personnes, leurs beufz et bestails et aultres gaiges qu’ils enlèvent de force62 ». Le commerce fluvial et maritime fut désorganisé, du fait de la course au large de La Rochelle. Les lettres d’André Ruiz le Jeune attestent les désastreuses conséquences qu’eut la guerre sur le commerce ; les négociants en étoffes de La Ferté, qui étaient les principaux fournisseurs des marchands nantais, ne gardaient plus de marchandises en magasin mais les achetaient chaque semaine, en fonction des commandes qu’ils recevaient, et ils refusaient de vendre à crédit, à moins d’être sûrs du paiement63.

  • 64 N. Travers, op. cit., t. 3, p. 4-5.
  • 65 Charles Laronze, Essai sur le régime municipal en Bretagne pendant les guerres de Religion, Paris, (...)

26Le délabrement de l’autorité royale dans l’Ouest de la France après 1580 fut à la fois une cause et une conséquence des guerres ; sur le terrain, des chefs militaires en profitèrent pour s’approprier des droits régaliens. Le duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne, devant entretenir des armées, s’arrogea comme d’autres le droit de lever des impôts sur la campagne et des subsides sur Nantes, ces derniers sous la forme d’emprunts, en nature ou en argent, et tout cela au nom de l’autorité royale. Le gouverneur intervint également directement dans la politique urbaine. Les protestants furent expulsés de Nantes, et les privilèges de la ville étaient levés lorsque le duc de Mercœur entendait mettre en quartier un régiment chez les habitants. Théoriquement, après 1585, Mercœur tenait toujours son pouvoir du roi, mais tout se passait sur le terrain comme si l’armée qu’il dirigeait était la sienne. Les reproches de souffrances endurées du fait des difficultés économiques et de la guerre finirent toutefois par arriver jusqu’au roi Henri iii. À Nantes en tout cas, la misère économique et les désillusions politiques croissantes jouèrent un grand rôle dans les progrès de la Ligue catholique. Les mécontentements à l’égard de la monarchie s’accrurent après 1584. Les relations entre la Couronne et la Bretagne étaient tendues sur les questions de fiscalité, de vénalité des offices et sur les abus de l’administration royale. Les impôts royaux demeuraient élevés. Cette montée de l’insatisfaction à l’égard de l’administration royale fut patente par exemple lors des préparatifs, à Nantes, des États généraux de 1588. Pour aider à l’établissement du cahier de doléances de la ville, une boîte à suggestions fut placée dans l’église des carmélites. 58 propositions et 4 demandes moins importantes y furent déposées64. Les quatre requêtes principales furent les suivantes : que la religion catholique fût préservée ; que le roi s’occupât d’urgence de la réforme de la justice ; qu’il y ait une diminution de l’imposition de la province ; et que les privilèges de la municipalité fussent confirmés65. Après 1584, on assista aussi à une antipathie croissante contre l’hérésie protestante. On craignait que le protestant Henri de Navarre accédât au trône de France, et les déclarations de ce dernier en faveur de la tolérance à l’égard du catholicisme ne rassuraient pas ; on ne le croyait tout simplement pas. Du fait de la guerre contre les protestants du Poitou, et des attaques de ces derniers sur l’arrière-pays nantais et contre la navigation nantaise, les Nantais assimilaient l’hérésie à la guerre et à la ruine. En avril 1589, Nantes se révolta même contre le roi et rejoignit la Ligue, influencée en partie par la récente rébellion du gouverneur et de sa femme.

27La guerre et le déficit de l’autorité royale étaient deux choses différentes. Les Nantais répondirent au premier de ces deux problèmes en revenant aux pratiques mises en œuvre avant 1559, c’est-à-dire les sauf-conduits et les arrangements avec les agents militaires sur le terrain. Pour le deuxième problème, la ville se rapprocha de la Couronne espagnole, au moins en partie pour maintenir le commerce. Cette politique était dans le droit fil de la participation nantaise à la rébellion de la Ligue catholique contre Henri III et Henri IV. C’est ainsi que Nantes se retrouva étroitement impliquée jusqu’en 1598 dans la politique française de l’Espagne.

  • 66 H. Lapeyre, op. cit., p. 424, 427.
  • 67 Paul Parfouru (dir.), Une saisie de navires marchands anglais à Nantes en 1587, Rennes, Oberthur, (...)
  • 68 H. Lapeyre, op. cit., p. 230.
  • 69 Ibid., p. 432.

28Au début et au milieu des années 1580, alors que l’autorité royale faiblissait, il semble que les Nantais aient de plus en plus protégé la navigation commerciale par leurs propres moyens. Les marchands revinrent à un système de convois armés, comprenant au moins un bateau armé au sein de petites flottilles. En novembre 1584, quatre bateaux quittèrent Nantes, escortés du Saint-Jean-de-Luz, vaisseau de 200 tonneaux, armé. En 1586, les prises de navires furent rares. Les marchands négociaient des sauf-conduits avec les corsaires, à un prix qui semble avoir augmenté la sécurité de la navigation66. En 1587, des bateaux anglais furent capturés dans le port de Nantes67. Quoiqu’il y ait peu de preuves directes, il semble que la Compagnie du saufconduit recommença à agir comme une société d’aide mutuelle, achetant des sauf-conduits pour que les bateaux pussent naviguer en direction de Bilbao. En 1586, pour la première fois, un texte de la municipalité mentionne « les Messieurs de la Contractation », énumérant les membres de cette association68. Des sauf-conduits furent aussi délivrés, respectivement, pour des secteurs dominés par la Ligue et pour des secteurs sous obédience royale. Les échanges commerciaux avec des villes non ligueuses furent d’abord interdits, mais le commerce fut si vivement affecté par les hostilités que le duc de Mercœur négocia des accords avec Rennes et Laval pour le négoce des étoffes et du poisson69.

  • 70 Guy Saupin, Nantes au temps de l’Édit, La Crèche, Geste Éditions, 1998, p. 38.
  • 71 Louis Grégoire, La Ligue en Bretagne, Paris, Dumouil & Nantes, Géraud, 1856, p. 315.
  • 72 Gaston de Carné, Correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs Bretons avec l’Espagne, 2 t., Re (...)
  • 73 G. de Carné, op. cit., t. 1, p. xxxvi-xxxvii.
  • 74 G. Saupin, op. cit., p. 156, 159.

29Selon Guy Saupin, le désir de protéger le commerce et la représentation du roi d’Espagne comme l’incarnation du catholicisme jouèrent un rôle de poids dans l’adhésion de Nantes à la Ligue catholique70. Peu après le soulèvement de Nantes en faveur de la Ligue, la ville s’associa au duc de Mercœur dans sa demande d’aide auprès des Espagnols. En 1589, Mercœur demanda au roi Philippe II des hommes, des munitions et de l’argent pour soutenir le soulèvement de la Ligue, en contrepartie de l’usage des ports bretons par les Espagnols. En 1590, le secrétaire de Philippe II, Maldonado, entra en contact avec le duc de Mercœur et lui envoya une subvention de 20 000 écus. En octobre, des troupes espagnoles au nombre de 5 000 hommes débarquèrent à Saint-Nazaire, dans l’estuaire de la Loire. La flotte espagnole fit route en direction de l’embouchure du Blavet (rivière située plus au nord), où fut construite une base fortifiée, tandis que les troupes débarquées à Saint-Nazaire remontaient vers le nord par voie de terre, en direction de Blain puis d’Hennebont, via Nantes71. Après 1594, les relations entre Mercœur et l’Espagne entrèrent dans une nouvelle phase, et la ville de Nantes y fut étroitement associée. En novembre, avant le début des négociations avec les représentants d’Henri IV à Ancenis en vue d’une reddition, Mercœur demanda encore à l’Espagne des hommes et de l’argent et offrit de recommencer la guerre en Bretagne, de prendre en compte les droits de l’infante sur le duché de Bretagne et de céder aux Espagnols une forteresse dans l’Ouest72. Au mois de mai suivant, à Nantes, Mercœur prêta serment de ne pas conclure d’accord avec Henri IV sans le consentement de Philippe II73. À la fin de 1597, une flotte espagnole jeta l’ancre au Pellerin, dans l’estuaire de la Loire, et une délégation de la ville de Nantes vint en saluer les commandants74.

  • 75 N. Travers, op. cit., t. 3, p. 52.

30Il y eut ainsi davantage d’arrangements officiels avec les forces militaires étrangères qu’il n’y en avait jamais eu auparavant. Il y eut sans doute aussi des accords locaux avec des corsaires du golfe de Gascogne, mais les principaux arrangements furent conclus avec la Couronne espagnole et ses agents. Pour la ville de Nantes comme pour l’Espagne, le maintien de leurs relations bilatérales pendant les guerres les opposant à la monarchie française était vital, pour des raisons à la fois stratégiques et commerciales. Par la mer, la Bretagne faisait le lien entre l’Espagne et les Pays-Bas, et Nantes était utilisée comme une ville étape entre les deux régions. Il était vital pour l’Espagne de maintenir la neutralité de la Bretagne et de ses flottes, ainsi que de maintenir ouverte la route maritime entre ses territoires (Espagne et Pays-Bas), en particulier pendant la guerre dans les provinces néerlandaises. Garder une flotte et des troupes en Bretagne permettait à l’Espagne de contrôler à la fois le golfe de Gascogne et l’entrée dans la Manche, et donc permettait à ses bateaux de naviguer plus librement entre les Pays-Bas et la péninsule Ibérique. Tout au long de la guerre, un ambassadeur espagnol résida à Nantes pour y représenter les intérêts de Philippe II. Les Nantais eurent soin de maintenir de bonnes relations personnelles avec le roi d’Espagne. L’un des serviteurs de ce dernier, le clerc portugais Emmanuel Lobo Danrado, se vit remettre un doctorat honorifique en droit canon par l’Université de Nantes, fut naturalisé et reçut l’autorisation d’exercer son art partout en Bretagne75. La ville négocia avec les autorités espagnoles contre l’ennemi commun, la Couronne de France.

  • 76 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 496.
  • 77 AM Nantes, EE 214, Ligue, 1586-1606.
  • 78 H. Lapeyre, op. cit., p. 433.

31La politique d’accommodements avec l’Espagne eut pour Nantes quelques résultats. Une partie du commerce put en effet continuer pendant la Ligue. Blé, poissons, tissus et livres continuèrent d’être exportés vers Bilbao, tandis que l’Espagne envoyait vers Nantes, entre autres, du fer, de la laine, des produits en cuir et des fruits76. Cela n’allait pas sans problèmes. Don Diego Brochero, commandant de la flotte espagnole qui aidait la Bretagne, suivait les ordres de Philippe ii qui lui enjoignaient de ne pas accepter ni respecter les sauf-conduits délivrés par le duc de Mercœur à des marchands partisans du roi de France. De leur côté, les états de Bretagne demandèrent à Philippe ii de pouvoir commercer librement dans le golfe de Gascogne. D’autre part, en 1595, une querelle s’éleva entre la municipalité de Nantes et le duc de Mercœur à propos du passage des marchands. À la suite d’une plainte concernant l’emprisonnement d’un marchand d’Orléans, Mercœur dut rendre compte de ses actes. Il écrivit à la municipalité qu’un certain Godefroy avait usé indûment d’un passeport, qui lui fut délivré lors de son passage à Nantes, pour traiter pernicieusement avec la Sainte Ligue, et que ce Godefroy aurait même tenté de débaucher des partisans de Mercœur. Le duc pria les Nantais de ne pas interpréter ses actes comme une attaque contre le commerce77. Il faut retenir surtout que la présence d’une flotte espagnole sur la côte bretonne jusqu’en 1597 contribua à la sécurité des communications maritimes avec la côte basque, et que les arrangements trouvés avec les autorités espagnoles permirent au commerce de se poursuivre, dans les deux sens, jusqu’à la fin de la guerre78.

  • 79 G. Saupin, op. cit., p. 156.
  • 80 H. Grégoire, op. cit., p. 302.
  • 81 Voir: Elizabeth Tingle, « Nantes and the Origins of the Catholic League of 1589 », Sixteenth Centu (...)

32Mais l’alliance espagnole des années de la Ligue n’était pas sérieuse. Ce fut seulement le dernier d’une série de moyens de pression par lesquels les Nantais voulaient maintenir leurs droits et leurs privilèges traditionnels au sein du royaume de France. Les Nantais ne souhaitaient pas, en effet, être officiellement rattachés à l’Espagne. Pierre Biré, historien à la cour du duc de Mercœur et juriste de la Ligue à Nantes, était opposé à l’idée d’un protectorat espagnol sur la Bretagne et, aux états généraux de la Ligue à Paris en 1593, la délégation bretonne se prononça contre la candidature de l’infante au trône de France79. En 1598, les Nantais s’effrayèrent de ce que Mercœur voulût placer des troupes espagnoles dans leur ville ; ce fut l’un des facteurs qui accélérèrent la reddition de Nantes à Henri IV80. Les élites nantaises ne souhaitaient pas devenir vassales du roi d’Espagne et, par-là même, perdre les privilèges considérables dont elles jouissaient au sein du royaume de France81. Les identités et la position politique des habitants de la ville étaient fermement ancrées dans le cadre légal et constitutionnel du royaume de France. Les arrangements avec l’Espagne qui marquèrent la période de la Ligue furent seulement pragmatiques : ils permirent aux Nantais de parvenir à un accord raisonnable avec une monarchie française catholique et, conjointement, de maintenir leurs relations commerciales avec Bilbao. Finalement, en 1598, ce ne fut pas à Philippe ii que Nantes se rendit, mais à Henri iv, car l’avenir de la ville et de la province était inscrit dans une monarchie française reconstituée.

  • 82 G. Saupin, op. cit., p. 21.
  • 83 Le mot « Contractation » était une adaptation française du mot espagnol « contratación », signifia (...)
  • 84 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 289.

33Après le traité de Vervins de 1598 entre la France et l’Espagne, les échanges commerciaux entre Nantes et Bilbao recommencèrent à croître en volume82. En 1601 fut créé un organisme officiel connu sous le nom de « Contractation ». Cette organisation comprenait 75 membres, y compris une femme, et 40 % de ces membres étaient espagnols ou descendants d’Espagnols83. C’était une institutionnalisation de la Compagnie du sauf-conduit dont nous avons précédemment parlé. Le registre des délibérations de cette guilde montre qu’elle était dirigée par un bureau comprenant un consul, un trésorier et un secrétaire ; au cours de l’assemblée générale annuelle, le 31 décembre, des élections pour l’année à venir étaient organisées et les officiers sortants présentaient les comptes financiers. La chapelle Notre-Dame d’Espagne continua à servir d’oratoire pour l’association84. Celle-ci était désormais officiellement une guilde ou confrérie de commerce, et non plus une association destinée à négocier la sécurité de passages en période de guerre.

34L’avènement des Bourbon au trône de France s’accompagna d’une organisation plus rigoureuse des institutions commerciales de la ville et d’un encadrement plus ferme des pratiques commerciales habituelles entre Nantes et Bilbao. Ce que la présente étude du cas nantais a montré, avant tout, c’est que la faiblesse du pouvoir royal sous-tendit les pratiques de neutralisation et les accommodements, et qu’elle en est donc la clef de compréhension, puisqu’elle força la ville et ses marchands à trouver des arrangements avec les agents militaires locaux pour protéger leur commerce. Quand le pouvoir royal fut plus fort, dans les rapports avec la ville, le roi étendit sa tutelle sur le commerce extérieur.

  • 85 Jean Bodin, Les Six Livres de la République, traduit en anglais par Richard Knolles, The Six Booke (...)
  • 86 Annette Finley-Croswhite, Henry iv and the Towns. The Pursuit of Legitimacy in French Urban Societ (...)

35Les marchands ne considéraient pas comme un avantage la liberté que les circonstances leur laissèrent de trouver leurs propres arrangements. Face à l’affaiblissement de l’autorité royale et à la fragmentation du royaume dans les années 1580 et 1590, une grande partie des élites, dans les provinces françaises, souhaitaient une royauté plus forte. En 1576, Jean Bodin rejeta la position constitutionnaliste qu’il avait adoptée précédemment et se posa en défenseur d’une monarchie forte, seule capable d’assurer l’ordre et la stabilité85. L’expérience de la guerre et du désordre conduisit finalement à la victoire d’Henri iv, qui « restaura l’efficacité du gouvernement, de telle sorte que celui-ci fut à nouveau l’expression de la volonté du monarque86 ». Une monarchie forte était un rempart contre toute agression et un garant du commerce et de la prospérité, à l’intérieur du royaume comme à l’étranger.

Notes

1 Cité par Benjamin Vaurigaud, Éssai sur l’histoire des églises réformées de Bretagne, 1535-1808, 3 t., Paris, Joël Cherbuliez, 1870-1871, t. 1, p. 137.

2 Ibid., t. 1, p. 134.

3 Mack P. Holt, The French Wars of Religion 1562-1629, Cambridge, Cambridge UP, 1995, p. 106-109, sur les rapports entre les villes et les États généraux à Blois en 1576.

4 AM Nantes, GG 643 Culte.

5 Henri Lapeyre, Une famille des marchands : les Ruiz, Paris/Bordeaux, Armand Colin, 1955, p. 164-165. De même, Rouen, en Normandie, servit d’intermédiaire et de ville étape entre les Pays-Bas et la péninsule Ibérique, tandis que, en parallèle, les produits français provenant de l’arrière-pays normand et de régions plus éloignées y étaient aussi canalisés ; il y avait à Rouen également une importante colonie de marchands espagnols. Voir : Gayle K. Brunelle, The New World Merchants of Rouen 1559-1630, Kirksville MO, Sixteenth Century Journal Publishers, 1991, p. 14-15.

6 Pour faire le point des produits échangés, consulter : Jean Tanguy, Le commerce du port de Nantes au milieu du X V Ie siècle, Paris, Armand Colin, 1956, notamment p. 20-55. En se basant sur les recettes des douanes de la Prévôté, l’auteur livre un état détaillé des types de produits qui transitaient par le port de Nantes.

7 H. Lapeyre, op. cit., p. 584-590.

8 Paul Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes 1530-1733 », Annales de Bretagne, 60, 1932-33, p. 284-331, 457-505, ici : p. 294-295.

9 H. Lapeyre, op. cit., p. 202.

10 J. Tanguy, op. cit., p. 59-61. Pour des évaluations chiffrées concernant le négoce sur la Loire, consulter : Paul Jeulin, L’évolution du port de Nantes. Organisation et trafic depuis les origines, Paris, PUF, 1929.

11 Il existait à Nantes d’autres groupes de marchands que ceux qui commerçaient avec l’Espagne. On peut citer par exemple la communauté des marchands qui fréquentaient la Loire et ses affluents, groupe important, composé en majorité de marchands indigènes. Cette communauté, fondée à la fin du XVe siècle, avait son siège à Orléans ; elle avait pour fonction de veiller à ce que le fleuve fût libre de tout obstacle, et à ce que les chemins de halage bordant la Loire et ses affluents fussent praticables. Elle agissait aussi comme un groupe d’intérêt et de commerce, doté de certains droits et privilèges légaux dans le cadre de ce commerce fluvial. Voir : H. Lapeyre, op. cit., p. 172.

12 D’après des chiffres de J. Tanguy, op. cit., p. 59-61.

13 Alain Croix, « Deux notes sur Nantes », Annales de démographie historique, 30, 1970, p. 143-149, ici : p. 147-148.

14 Paul Bois (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977, p. 121.

15 Guy Saupin, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1995, p. 277.

16 A. Croix, op. cit., p. 147-148.

17 H. Lapeyre, op. cit., p. 48-49, 51.

18 Ibid., p. 50.

19 Ibid., p. 50-55.

20 A. Croix, op. cit., p. 147.

21 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 287.

22 Ibid., p. 288.

23 Jean-Philippe Priotti, « Nantes et le commerce atlantique : les relations avec Bilbao au XVIe siècle », Annales de Bretagne, 100, 1993, p. 265-283, ici : p. 266.

24 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 286.

25 J.-P. Priotti, op. cit., p. 268. Pour les années 1552-1561, il reste à Nantes, dans les papiers d’André Ruiz, trois registres de marchandises qui furent envoyées à Bilbao sous les auspices de la Compagnie de sauf-conduit, et des compagnies pour lesquelles la Compagnie de sauf-conduit et ses membres agissaient comme agents : AM Nantes, HH 190, 191 et 192, « Livres des merchandises ».

26 J.-P. Priotti, op. cit., p. 272.

27 H. Lapeyre, op. cit., p. 229.

28 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 290, 494 ; J.-P. Priotti, op. cit., p. 266.

29 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 494-495.

30 Ibid., p. 315.

31 Alain Croix, L’âge d’or de la Bretagne 1532-1675, Rennes, Ouest-France, 1993, p. 29.

32 A. Croix, « Deux notes sur Nantes », op. cit., p. 147 ; J.-P. Priotti, op. cit., p. 273.

33 Philippe Hamon, « Une monarchie de la Renaissance », Joël Cornette (dir.), La monarchie entre Renaissance et Révolution 1515-1792, Paris, Seuil, 2000, p. 12-62, ici : p. 12. Pour un bilan historio-graphique concernant l’évolution de l’autorité royale au XVIe siècle, voir : Elizabeth Tingle, Authority and Society in Nantes during the French Wars of Religion 1558-1598, Manchester, Manchester UP, 2006, chap. 1.

34 William Farr Church, Constitutional Thought in Sixteenth-Century France. A Study in the Evolution of Ideas, Cambridge MA, Harvard UP, 1941, p. 1; Michael Braddick/John Walter (dir.), Negotiating Power in Early Modern Society, Cambridge, Cambridge UP, 2001, p. 14.

35 Penny Roberts, « Religious Pluralism in Practice: the Enforcement of the Edicts of Pacification », Keith Cameron/Mark Greengrass/Penny Roberts (dir.), The Adventure of Religious Pluralism in Early Modern France, Oxford (etc.), Peter Lang, p. 31-44; Olivier Christin, « From Repression to Pacification. French Royal Policy in the Face of Protestantism », Philip Benedict /Guido Marnef/Henk van Nierop/Marc Venard (dir.), Reformation, Revolt and Civil War in France and the Netherlands 1555-1585, Amsterdam, Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences, 1999, p. 201-214.

36 Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion (1560-1598), Paris, Belin, 2001, p. 236.

37 Barbara Diefendorf, Beneath the Cross. Catholics and Huguenots in Sixteenth-Century Paris, Oxford, Oxford UP, 1991, p. 173.

38 Michel Cassan, Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, Publisud, 1996.

39 Jotham Parsons, « Governing Sixteenth-Century France : The Monetary Reforms of 1577 », French Historical Studies, 26, 2003, p. 1-30, ici : p. 3.

40 Camille Mellinet, La commune et la milice de Nantes, 3 t., Nantes, Mellinet, 1836-1844, ici : t. 3, p. 153-154.

41 Sur les statuts de la municipalité concernant la police, décembre 1564, voir : ibid., t. 3, p. 195-99. De plus amples détails se trouvent dans : Abbé Nicolas Travers, Histoire civile, politique et religieuse de la ville de Nantes, 3 t., Nantes, Forest, 1837 [écrit vers 1750], ici : t. 2, p. 385 ; voir aussi Jacques Vailhen, Le conseil des bourgeois de Nantes, 3 t., thèse du doctorat, Université de Rennes, 1965, ici : t. 2, p. 77 ; G. Saupin, op. cit., p. 65, 83.

42 Ibid., p. 47-48 ; P. Jeulin, L’évolution du port de Nantes, op. cit., p. 119.

43 G. Saupin, op. cit. p. 47.

44 Ibid., p. 47.

45 H. Lapeyre, op. cit., p. 385-88.

46 François André Isambert (dir.), Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789, t. 14, Paris, Belin-Leprieur, 1829, p. 17.

47 AM Nantes, FF 174, Police. Commerce des blés, 1514-1790 ; AM Nantes, FF 176, Police des grains, 1570-1753.

48 H. Lapeyre, op. cit., p. 406.

49 Ibid., p. 404.

50 Ibid., p. 407.

51 Jean Mathorez, « Notes sur les Espagnols et les Portugais à Nantes », Bulletin hispanique, 14-15, 1912/13, p. 129-36, 383-407, ici : p. 403-404.

52 H. Lapeyre, op. cit., p. 413.

53 Ibid., p. 417.

54 N. Travers, op. cit., t. 2, p. 488.

55 H. Lapeyre, op. cit., p. 202.

56 Le commerce des Espagnols à Nantes ressemblait ainsi à celui des autres villes, comme Rouen, où la colonie espagnole ne se constitua jamais en corporations ou autres organismes formels. Voir : Christiane Demeulenaere-Douyère, « Les Espagnols et la société rouennaise au XVIe siècle », Études normandes, 3, 1981, p. 65-81, ici : p. 67.

57 G. K. Brunelle, op. cit., p. 41.

58 J-P. Priotti, op. cit., p. 267.

59 G. K. Brunelle, op. cit., p. 38-39.

60 AM Nantes, BB 21, fol. 30r-31v.

61 Cela a été vu aussi pour Rouen et d’autres villes : G. K. Brunelle, op. cit., p. 25.

62 AM Nantes, BB 20, fol. 454 r., Délibérations municipales, 1588-1589.

63 H. Lapeyre, op. cit., p. 586.

64 N. Travers, op. cit., t. 3, p. 4-5.

65 Charles Laronze, Essai sur le régime municipal en Bretagne pendant les guerres de Religion, Paris, Hachette, 1890, p. 162.

66 H. Lapeyre, op. cit., p. 424, 427.

67 Paul Parfouru (dir.), Une saisie de navires marchands anglais à Nantes en 1587, Rennes, Oberthur, 1893.

68 H. Lapeyre, op. cit., p. 230.

69 Ibid., p. 432.

70 Guy Saupin, Nantes au temps de l’Édit, La Crèche, Geste Éditions, 1998, p. 38.

71 Louis Grégoire, La Ligue en Bretagne, Paris, Dumouil & Nantes, Géraud, 1856, p. 315.

72 Gaston de Carné, Correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs Bretons avec l’Espagne, 2 t., Rennes, Plihon & Hervé, 1890, ici : t. 1, p. xxxi ; N. Travers, op. cit., t. 3, p. 77.

73 G. de Carné, op. cit., t. 1, p. xxxvi-xxxvii.

74 G. Saupin, op. cit., p. 156, 159.

75 N. Travers, op. cit., t. 3, p. 52.

76 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 496.

77 AM Nantes, EE 214, Ligue, 1586-1606.

78 H. Lapeyre, op. cit., p. 433.

79 G. Saupin, op. cit., p. 156.

80 H. Grégoire, op. cit., p. 302.

81 Voir: Elizabeth Tingle, « Nantes and the Origins of the Catholic League of 1589 », Sixteenth Century Journal, 33, 2002, p. 109-128.

82 G. Saupin, op. cit., p. 21.

83 Le mot « Contractation » était une adaptation française du mot espagnol « contratación », signifiant « commerce » ou « trafic de biens pouvant être vendus » : P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 326.

84 P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », op. cit., p. 289.

85 Jean Bodin, Les Six Livres de la République, traduit en anglais par Richard Knolles, The Six Bookes of a Commonweale, 1606, publié en fac-simile par Cambridge MA, Harvard UP, 1962 ; sujet débattu dans : W. F. Church, op. cit., p. 247-252.

86 Annette Finley-Croswhite, Henry iv and the Towns. The Pursuit of Legitimacy in French Urban Society, 1589-1610, Cambridge, Cambridge UP, 1999, p. 5: « restored the efficiency of government so that it was again responsive to the king’s will ».

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search