Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Suspendre le conflit : pratiques de neutralisation entre chrétiens et musulmans en Méditerranée (XVIe-XVIIe siècles)

Wolfgang Kaiser

Texte intégral

1Les grandes fresques brossées des relations entre musulmans et chrétiens en Méditerranée ont été souvent presque obnubilées par la confrontation violente, des croisades à la bataille de Lépante, en passant par la soi-disant Reconquista dans la péninsule Ibérique. Cette confrontation a été pensée comme constitutive d’une identité européo-chrétienne, ou encore opposée, d’une manière quelque peu idyllique, aux phases d’une coexistence plus ou moins harmonieuse entre les trois religions monothéistes dans la péninsule Ibérique.

  • 1 Wolfgang Kaiser, « Frictions profitables. L’économie de la rançon en Méditerranée occidentale (XVI(...)

2Que des pratiques de neutralisation et d’accommodement soient consubstantielles à une confrontation violente, qui n’a jamais été totale (au moins avant le XXe siècle, et encore), ce n’est d’abord qu’un constat réaliste, qui nous donne l’occasion de penser ensemble le conflit et les modalités de sa gestion. La petite guerre en Méditerranée aux XVIe et XVIIe siècles, celle de la course maritime et des harcèlements et razzias terrestres, constitue un contexte conflictuel propice à des interactions intenses entre ennemis potentiels. D’autant plus que ce sont rarement des confrontations binaires ; plus souvent, on trouve des constellations triangulaires, voire des configurations plus complexes qui incitent à envisager la suspension temporaire du conflit. Les frictions causées au commerce par une course visant à nuire économiquement à l’adversaire peuvent en même temps être profitables dans le cadre de l’économie de la rançon, c’est-à-dire du rachat de captifs, un secteur d’échange qui a besoin de lieux et pratiques de suspension des hostilités1.

  • 2 Évoquées dans une lettre du négociateur Augier Sorhainde au comte de Pontchartrain, Tunis, le 15 d (...)
  • 3 Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre. Consuls français au Maghreb (1700-18 (...)
  • 4 Voir par exemple Paul Masson, Histoire des établissements français dans les pays barbaresques, Par (...)

3Or, dans le contexte d’un conflit déterminé à ce point par la confrontation religieuse, les accommodements deviennent gênants. Du coup, certains aspects pourtant essentiels des accords entre les puissances européennes et les régences ottomanes du Maghreb sont relégués dans les clauses tenues secrètes, par exemple celles concernant les « rançons tacites » évoquées dans l’accord conclu entre la France et Tunis en 16912. D’autres accommodements font partie des us et coutumes de tradition orale et peuvent par ailleurs être interprétés différemment par les parties, comme ce fut le cas des dons considérés par les autorités maghrébines comme des tributs3. Cette interprétation persiste dans l’historiographie de l’époque coloniale : ainsi, celle-ci présente de façon quelque peu embarrassée les tributs payés aux chefs locaux par les gouverneurs de présides espagnols, le gouverneur génois de l’île de Tabarque ou les dirigeants du « Bastion de France » (construit au XVIe siècle sur la côte algérienne pour la pêche au corail), afin de limiter les conflits avec les populations locales et d’assurer l’approvisionnement des positions européennes4.

  • 5 Claude Liauzu, Passeurs de rives. Changements d’identité dans le Maghreb colonial, Paris, L’Harmat (...)
  • 6 Mercedes García-Arenal/Gérard Wiegers, Entre el Islam y Occidente : Los judíos magrebíes en la Eda (...)
  • 7 Emilio Sola/José de la Peña, Cervantes y la Berbería : Cervantes, mundo turco-berberisco y servici (...)
  • 8 Wolfgang Kaiser, Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de factions 1559-1 (...)

4On trouve des traces, dispersées ou indirectes, de ces accommodements dans les différentes formes d’échange et de rachat de captifs. Dans ces opérations, le trafic de biens de contrebande, en particulier celui des armes et du matériel de construction navale, est un élément crucial, présent dans les relations entre les puissances européennes, les régences ottomanes au Maghreb et le Maroc, et pratiqué par les Provinces-Unies, l’Angleterre et la France. On y emploie des spécialistes, des « passeurs de rives5 » comme Samuel Pallache6, les frères Gasparo Corso7 ou le Corse Tomaso Lencio8, sur lesquels nous reviendrons.

5Comment cette suspension du conflit fonctionne-t-elle concrètement ? Quels en sont les formes, les modalités, les lieux et les temps ? Comment communique-t-on, de la parole aux gestes, la disposition à l’accommodement ? Comment peut-on donner une pérennité à ces pratiques éphémères ? Et quels en sont les acteurs et protagonistes ?

Lieux éphémères

  • 9 Sinan Bassà s’appelait autrefois Scipione. Il serait issu d’une famille noble de Messine, d’origin (...)
  • 10 Avec celui d’un autre « Sinan Bassa dit le Juif », un « renégat » croate ou dalmate fait capitan-p (...)

6Le 20 septembre 1598, un général de la flotte ottomane adresse une lettre au vice-roi de Sicile, Bernardino de Cárdenas y Portugal. Ce capitaine de galère s’appelle « Sinan Bassà [Pacha] Cicala ». Enfant, il avait été capturé avec son père, élevé à Istanbul où il se convertit à l’Islam et devint d’abord Bassà e Generale, puis en 1580 grand vizir9. Réputé homme de guerre, il se fait connaître surtout par ses faits d’armes accomplis avec le corsaire Dragut ; il est aussi au nombre des personnages dont Brantôme brosse le portrait dans ses Vies des grands capitaines10.

  • 11 BNC, Fondo Nazionale II. IV. 310, fol. 185r-186v ; G. Valente, op. cit., p. 43.
  • 12 E tutti li uostri parenti di costi, et ancor’uoi ben sapete, che al tempo di Bali Bassa di bon mem (...)
  • 13 Romano Canosa et Isabella Colonnello, Spionaggio a Palermo. Aspetti della guerra segreta turcospag (...)

7Revenons aux faits, ou plutôt à la lettre. Sinan Bassa demandait dans sa lettre au vice-roi de bien vouloir lui permettre de rencontrer sa vieille mère Lucrezia Cicala, qui vivait à Messine11. Il ne l’avait pas vue depuis trente ou quarante ans ; or, elle était malade et près de mourir. Il se référait à un cas précédent, à savoir, le séjour de son frère à Istanbul, qui s’était passé sans problème, et, comme signe de bonne volonté, il fit transmettre sa lettre par un esclave chrétien affranchi pour l’occasion. Comment organiser la rencontre et, surtout, où ? Sinan Bassa propose de rencontrer sa mère dans un lieu connu par les capitaines des flottes adverses, le lieu où l’on érigeait l’étendard et faisait le rachat d’esclaves (il luogo doue [...] si alzavano Bandiere di fede [...] e riscattauan’ schiaui). Les capitaines de galères n’étaient pas les seuls à connaître les lieux. Dans une lettre parallèle adressée à sa mère, Sinan Bassà rappelle en effet à celle-ci que tous ses parents, et elle-même, connaissent ce lieu où l’on a effectué dans le passé des rachats d’esclaves12. Apparemment, la rencontre eut lieu quelque part entre Reggio di Calabria (ville que Sinan Bassà avait mise à sac) et Messine ; elle a été embellie par l’historiographie contemporaine13.

  • 14 AGS, Estado, leg. 1158, doc. 186 et 187 ; BAV, Urb. Lat. 1062, fol. 565r-566r, collection d’avvisi(...)
  • 15 Œuvres complètes de Pierre de Bourdeille, op. cit., t. 2, p. 63.

8Il s’agit d’un fait divers célèbre du XVIe siècle, rapporté et recopié dans des avvisi manuscrits qui circulaient dans l’espace euro-méditerranéen et qui ont été conservés à Simancas, au Vatican et à Florence (et il existe sans doute encore d’autres copies du récit)14. Ce genre de visite à la famille laissée sur l’autre rive de la Méditerranée n’avait rien d’exotique. Lorsque Brantôme, par exemple, parle du renégat calabrais Occhiali, il prétend avoir « veu le lieu et aucuns de ses parens qu’il venoit voir quelquefois, et leur faisoit du bien et du plaisir15 ». On pourrait dire qu’il s’agissait simplement de pratiques guerrières chevaleresques entre adversaires qui se respectaient, pratiques de la « bonne guerre » dont Brantôme ou Blaise de Monluc faisaient l’éloge un brin nostalgique au XVIe siècle.

  • 16 G. Valente, Vita di Occhialì, op. cit., p. 378-385, 502-503 ; id., Calabria, op. cit., passim.

9Si l’échange épistolaire courtois est peut-être exceptionnel, la pratique spécifique du rachat de captifs sur place ne l’est point. L’échange sur place et la libération de prisonniers de guerre moyennant rançon furent courants dans les guerres terrestres en Europe médiévale et moderne. On vit déjà ces pratiques se développer, par exemple, dans la péninsule Ibérique pendant la Reconquista, puis au XVIe siècle avec la guerre de harcèlement par des razzias terrestres. Dans les régions côtières, en Andalousie, en Sicile, en Calabre ou en Ligurie, la menace était très présente et a laissé des traces dans l’imaginaire, dans les histoires locales et les légendes. Ce sont des histoires de grottes et de tours où la population se cache, et d’un traître, ancien voisin renégat, qui y emmène les corsaires « barbaresques », etc. (en Calabre, on dit qu’un chat noir est un « espion barbaresque »)16.

  • 17 ASV, archiconf. Gonfalone, 1145 passim.

10Il ne faut pas sous-estimer l’ampleur du phénomène. On en trouve des reflets dans les sources concernant les rachats, comme celui auquel a donné lieu la razzia qui a raflé, le 9 mai 1588 à Castello di Patrica (États pontificaux), une bonne centaine des habitants du village, dont 54 personnes appartenant à quinze familles. C’est à travers leurs témoignages ou memoriali, notés dans un registre de l’archiconfrérie du Gonfalone à Rome, qu’on entrevoit comment les habitants des villages ont été soudainement arrachés à leurs activités quotidiennes : certains ont été surpris par les corsaires à l’embouchure du Tevere où ils faisaient la pêche, d’autres dans un cabanon près de Monte Circello (en Calabre) où ils étaient censés monter la garde, d’autres encore alors qu’ils étaient en train de garder des porcs ou des moutons ; des marins ont été surpris dans leur bateau avec lequel ils allaient chercher des châtaignes, etc.17.

  • 18 Francisco Andújar Castillo, « Los rescates de cautivos en las dos orillas del Mediterráneo y en el (...)
  • 19 Al’áfya (arabo-espagnol) ou ‘âfiyya (arabe classique) signifie pardon, grâce, vie sauve ; pedir al (...)
  • 20 in questa maniera co[n] tutto cio no[n] si puo trattare seno[n] co[n] qualche pouerino ma co[n] gl (...)
  • 21 F. Andújar Castillo, « Rescates de cautivos », op. cit.
  • 22 G. Valente, Vita di Occhiali, op. cit., p. 519 (alciato la bandera).

11Ces sources ne parlent guère des pratiques concrètes et des lieux du rachat des captifs ; c’est encore moins le cas des histoires et légendes locales. Dans la lettre évoquée, Sinan Bassà se réfère à un lieu qu’il ne nomme pas (là où l’on procédait au rachat de captifs) mais qui semble se trouver sur une sorte de mental map tacite des contemporains. Dans la région d’Almería, en Andalousie, la toponymie locale en garde des traces : il y a une torre de la Alafia, un muro de Alafia et une playa de Alafias dans les environs de la ville18. Le mot alafia est emprunté de l’arabe et désigne dans les deux langues un pardon ou une grâce19. Il renvoie ainsi à la conduite des corsaires maghrébins qui, aux dires des rédempteurs romains (dans ce cas précis, des pères capucins), auraient conçu la libération contre rançon non pas comme une simple affaire commerciale, mais comme un acte de grâce, et le montant élevé de la rançon comme un signe de reconnaissance de leur rang et de leur dignité20. L’expression hacer alafia désigne dans les sources la négociation, sur place, du rachat, par l’intermédiaire de marchands actifs dans le commerce avec la « Barbarie », souvent dans le commerce d’esclaves. Ces marchands fixaient le lieu et la date de la négociation, sur la plage, à la vue d’une tour des fortifications, ou dans la rade du port, etc. Cette pratique a laissé des traces dans les registres de notaires parce que les familles concernées ont dû contracter des dettes pour rassembler la rançon demandée. La négociation devait être préparée et supposait une communication intense entre les deux rives de la Méditerranée mais, sur les modalités de la négociation et de la libération, les accords restaient largement tacites. La négociation avait lieu au su et à la vue des autorités qui, elles aussi, se taisaient. Le silence gardé sur un savoir partagé permettait ce que Francisco Andújar a appelé une convivencia dentro del conflicto21. On trouve des pratiques analogues – mais sans nom – en Calabre où, en 1574, on hisse la bandiera à la Torre di Riace22.

  • 23 Annastella Carrino/Biagio Salvemini, « Porti di campagna, porti di città. Traffici e insediamenti (...)
  • 24 Gilbert Buti, « Entre échanges de proximité et trafics lointains : le cabotage en Méditerranée aux (...)
  • 25 P. Masson, Histoire des établissements, op. cit.

12Ces suspensions temporaires des hostilités s’inscrivent dans une variété plus large de pratiques sur les côtes, qui renvoient aux fonctions économiques de la plage comme port éphémère, pour quelques semaines, à la saison de la récolte et de l’acheminement de produits ou de matières premières – des ports éphémères pour le cabotage intense de la Catalogne à la Calabre et aux Pouilles23. Les lieux et les rythmes temporels faisaient partie d’un savoir routinier des acteurs du cabotage qui n’avaient nullement besoin (et probablement n’en voyaient pas l’intérêt) de rendre explicite ce savoir partagé24. Cela vaut encore plus pour d’autres lieux tacites comme les calanques, en Sardaigne ou en Corse, où les pêcheurs de corail avaient l’habitude d’entreposer des caisses de corail subtilisées ou des objets de contrebande25.

  • 26 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 187r, le 15 février 1587.
  • 27 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 221v, le 20 avril 1588.
  • 28 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 173r, le 22 juillet 1587, 177v, le 22 juillet 1587, 181r, le 20 (...)

13Il ne s’agissait pas d’un local knowledge limité aux indigènes. Des acteurs éloignés connaissaient aussi ces lieux de rencontre, de négociation et d’échange. D’autre part, un autre lieu sans nom apparaît allusivement dans une affaire de rachat de captifs chrétiens à Alger dans les années 1580 : Livourne. On voit en effet à cette période le divan des janissaires à Alger réclamer la libération et le retour à Alger de « Turcs » captifs du grand-duc de Toscane avant d’autoriser, non seulement le départ des chrétiens rachetés par l’archiconfrérie du Gonfalone romain, mais aussi celui des rédempteurs d’Espagne26. Par des lettres envoyées de Livourne, dans lesquelles il se plaignaient de leur mauvais traitement, ces captifs « turcs » firent monter la pression et empoisonnèrent davantage le climat de la négociation27. Giacomo Branchi di Barletta, esclave et secrétaire du célèbre corsaire algérois Arnaut Mami (qui avait capturé Cervantes en 1575) fut envoyé en Italie pour localiser les captifs à Livourne et négocier avec le grand-duc28.

  • 29 Ce passage en août 1587 ha aportato molto rumore tra questi mori et il re subito con il Capitano A (...)
  • 30 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 181v, Alger, le 20 août 1587.
  • 31 Les rédempteurs proposent de fargli porre in terra a Maiorica e poi si trattara in Algieri, ou enc (...)

14Dans la correspondance des pères rédempteurs apparaît de façon éphémère un autre lieu potentiel pour l’échange de prisonniers : la rade d’Alger. Le passage d’une frégate toscane devant cette rade en août 1587 fit courir le bruit suivant lesquels les « Turcs » réclamés s’y trouvaient29. Deux galeotti algéroises bien armées poursuivirent les Toscans jusqu’à la volta de Maiorca et jusqu’à Tarragone, avant de faire demi-tour : ces Algérois ont-ils pensé qu’on libérerait les prisonniers « turcs » à la volta de Maiorca, dans une calanque des îles Baléares30 ? En effet, les rédempteurs d’Alger avaient proposé à leurs supérieurs à Rome d’« entreposer » les prisonniers musulmans loin d’Alger, soit à Majorque, soit dans l’île de Tabarque, afin de garder un moyen de pression et de pouvoir négocier en obtenant plus facilement des résultats31.

15Ces propositions font transparaître des ruses qui servaient à pallier l’absence de confiance dans ces échanges. Elles reposaient, dans le cas de la « mise à terre » des prisonniers à Majorque, sur le fonctionnement de communications denses et fiables sur des distances considérables. La solution alternative, c’est-à-dire le séjour des prisonniers à Tabarque, privilégiait la proximité et, surtout, s’inscrivait dans un cadre institutionnalisé, plus sûr.

Antichambres

16L’îlot de Tabarque, sur la côte nord-ouest de la Tunisie, faisait partie à l’époque de ce collier de petits ports qui servaient de refuge aux corsaires et étaient utilisés pour la pêche au corail. Tabarque avait l’avantage d’être bâti sur un rocher devant la côte et d’être ainsi bien protégé. Comme l’île de Djerba, Tabarque se trouvait au XVIe siècle dans une position un peu particulière. L’île fut occupée par les Espagnols dans le contexte de la conquête de La Goulette par Charles Quint, en 1535, qui permit à la dynastie des Hafsides, qui avait été chassée de Tunis l’année précédente par une flotte ottomane commandée par Barberousse, de retourner au pouvoir, sous la protection de l’empereur chrétien.

  • 32 P. Masson, Histoire des établissements, op. cit.
  • 33 Jean Pignon, Gênes et Tabarca au XVIIe siècle, Tunis, Publications de l’Université, 1980, p. 27.

17Contrairement à la légende de la cession de Tabarque aux Génois comme rançon pour le corsaire Dragut, il ne fut conclu en 1535 qu’un simple accord concernant une concession pour la pêche au corail. D’autres asientos furent obtenus par le vice-roi de Sicile, qui y installa une factorerie, d’abord sous la direction des Grimaldi, puis sous la direction des Lomellini de Gênes, asientos qui furent renouvelés jusqu’au début du XVIIIe siècle. Tabarque payait un tribut à Alger et surtout à Tunis, ainsi qu’aux tribus locales dont l’île dépendait pour son approvisionnement32. Les rapports étaient plus étroits et plus paisibles avec Tunis, où il y avait une forte présence de Génois, des « renégats » liguriens, dont Osta Moratto Genovese, le seul de ces renégats à avoir porté le titre de dey33.

  • 34 Sadok Boubaker, « Les trois Tabarques », conférence inédite donnée à l’université Paris 1-Sorbonne (...)

18Sur cet îlot vivaient au maximum 2 000 personnes dont, en saison, environ 300 corailleurs. Il y avait un gouverneur génois (le consul génois à Tunis était d’autre part aussi un Génois de Tabarque), et une petite garnison d’environ 60 à 70 soldats. Même en comptant sur sa position insulaire, sur son site (un rocher) et sur ses fortifications, la forteresse n’était guère défendable, et en effet, l’îlot de Tabarque sera conquis sans problème par les Tunisiens en juin 174134.

  • 35 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 179r, Alger, le 20 août 1587.

19Or, pendant deux siècles, Tabarque servit de lieu de négociation privilégié. Le choix de ce lieu permettait d’épargner les 10 % à payer au pacha si la transaction avait lieu à Alger ou à Tunis ; de plus, à Tabarque, on n’était pas soumis au droit de la porte (droit d’entrée et de sortie). Surtout, on y était soustrait aux pressions et tensions qui rendaient les négociations difficiles, à Alger notamment, comme en témoigne la lettre des rédempteurs citée35.

  • 36 J. Pignon, Gênes et Tabarca, op. cit., p. 26 et document 18.

20Les maîtres d’esclaves chrétiens à Alger et à Tunis acceptaient d’envoyer leurs esclaves à Tabarque sous condition que le gouverneur génois leur fît parvenir la rançon convenue ou qu’il leur renvoyât leur esclave au bout d’un délai déterminé36. Dans les années 1580, les rédempteurs du Gonfalone romain firent acheminer à Tabarque, avec l’aide du corsaire algérois Arnaut Mami, les captifs chrétiens rachetés à Alger ; de là, ils attendaient un navire qui devait les ramener en chrétienté. D’autres, tel le Magistrato del riscatto génois pour les rachats ou la Santa Casa della Redentione napolitaine, donnèrent pour instruction à leurs rédempteurs d’aller directement à Tabarque et d’en faire leur centre opérationnel.

21L’îlot génois de Tabarque était donc un relais et une bourse d’informations, un lieu de rencontre et de négociation qui fonctionnait comme une sorte de salle d’attente ou comme une antichambre de l’Europe. Les adversaires devenus interlocuteurs avaient besoin de ces lieux à part, fondés sur un compromis tacite. Le statut de Tabarque a pourtant été laissé dans le flou ou a été interprété de manière contradictoire : la légende de la cession de l’île à Charles Quint après la conquête de Tunis en 1535, puis celle la cession de l’île par le même Charles Quint aux familles génoises des Grimaldi et des Lomellini, firent passer sous silence que le comptoir génois payait des tributs et que les vice-rois de Sicile avaient passé des asientos avec les autorités maghrébines. Tabarque servait, dans l’intérêt des différentes parties en cause, de lieu de l’entre-deux : non pas qu’il aurait été hors des relations de pouvoir ; il fut au contraire, d’un commun accord, comme soustrait au conflit, ce qui fit passer au second plan, deux siècles durant, le rapport de forces réel qui en aurait permis la conquête presque à tout moment.

  • 37 P. Masson, Histoire des établissements, op. cit.
  • 38 Beatriz Alonso Acero, Orán-Mazalquivir, 1589-1639 : una sociedad española en la frontera de Berber (...)
  • 39 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 266r, le 12 juillet 1589.
  • 40 W. Kaiser, « Missione impossibile », op. cit. ; ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 255r, le 28 mai (...)

22Le dey d’Alger exprima cette ambiguïté lorsqu’il pria en 1741 son homologue de Tunis de ne pas vendre l’îlot de Tabarque, et surtout pas aux Français (à la Compagnie royale d’Afrique), en disant qu’il avait lui-même déjà « une mauvaise dent dans sa mâchoire qu’il n’arrivait pas à s’arracher37 ». Il faisait allusion là au presidio espagnol d’Oran qu’on retrouve constamment dans les récits de captivité, y compris chez Cervantes, comme une des destinations des projets de fuite de captifs espagnols38. L’image de la « mauvaise dent » renvoie au danger de la contamination due à la porosité de ces lieux fortifiés, et à l’embarras créé par leur usage comme antichambre dans le commerce des captifs. Et il y avait d’autres « mauvaises dents ». Des fonctions analogues ont été remplies, dans une moindre mesure, par les installations pour la pêche au corail (le « Bastion de France ») gérées par la Compagnie du Corail au XVIe siècle, ou par la Compagnie Royale d’Afrique au XVIIIe siècle. Pendant la mission romaine à Alger dans les années 1580, une partie des captifs rachetés fut emmenée à Tabarque ; cette île fut proposée car elle offrait la maggior sicurtessa e cauttione39, mais les esclaves du ra’is Arnaut Mami furent livrés par lui au « Bastion de France40 ».

Concurrence et connivence

23Si les presidios espagnols étaient le résultat d’actions militaires, en quelque sorte le front de la Reconquista, les établissements génois ou français sur les côtes maghrébines pour la pêche du corail reposaient sur les concessions des autorités algéroises et tunisiennes. La destruction du « Bastion de France » au début du XVIIe siècle et la conquête du comptoir génois au XVIIIe siècle montrent la précarité de ces positions. La présence européenne reposait non seulement sur le paiement de tributs mais aussi sur le trafic de biens de contrebande, en particulier d’armes, qui était un élément crucial dans les relations entre les puissances européennes, les régences ottomanes au Maghreb et le sultanat du Maroc. Ce trafic fut pratiqué par les Provinces-Unies, l’Angleterre et la France à travers des « passeurs de rives » déjà évoqués et dont on trouve des traces indirectes dans des dénonciations par d’autres puissances.

  • 41 Sur ce condottiere, voir Michel Vergé-Francescchi/Antoine-Marie Graziani, Sampiero Corso, 1498-156 (...)
  • 42 Soutenu discrètement par le pouvoir royal, mais plutôt comme un « entrepreneur de la violence » tr (...)

24L’enchevêtrement entre les ambitions personnelles et les enjeux de la concurrence internationale apparaît clairement dans la carrière de Tomaso Lencio ou dans celle de Thomas Lenche. La concurrence intereuropéenne en Méditerranée vise en partie à s’assurer des terms of trade avantageux dans l’empire ottoman, au détriment des concurrents. Ainsi, le conflit autour de la Corse, qui opposa au milieu du XVIe siècle la France et la République de Gênes, visa en partie l’îlot de Tabarque génois. En 1564, après la paix de Cateau-Cambrésis (par laquelle la France avait cédé la Corse aux Génois), le condottiere Sampiero d’Ornano, dit Corso41, se lança dans une aventure militaire pour reconquérir l’île de Corse sur les Génois, avec des soutiens indirects42 : en 1564, la flotte d’Euldj Ali, maître d’Alger puis aussi de Tunis, s’arrêta dans la rade de Marseille et prit des vivres dans la ville. La Toscane donna des troupes, le roi de France du matériel et de l’argent.

  • 43 R. Emmanuelli, op. cit., p. 292.
  • 44 AGS, Estado, 1393, Figueroa à Philippe ii, le 5 août 1564, cité par R. Emmanuelli, op. cit., p. 15 (...)
  • 45 L’envoyé espagnol à Gênes écrit en 1564 à Philippe II : Los foraxidos de Corcega entre los quales (...)
  • 46 Voir Paul Masson, Les compagnies de corail. Étude sur le commerce de Marseille au XVIe siècle et l (...)

25Dans cette aventure, le confident de Sampiero était un marchand marseillais originaire de Corse, Thomas Lenche, qui organisait le soutien logistique et apparaît comme la cheville ouvrière de l’entreprise. Il recruta les patrons de barque pour le transport de soldats italiens, envoya un courrier provençal à Milan avec des lettres de crédit pour acheter des arquebuses43. Lenche aurait même proposé d’attaquer, avec les « Barbaresques », les Génois à Tabarque et de solliciter le soutien militaire des Ottomans44. L’objectif était donc clairement de combattre les positions économiques des Génois dans la pêche au corail en Barbarie, et les observateurs contemporains n’en furent point dupes45. Ce fut en effet largement grâce aux monopoles accordés par la Sublime Porte pour la pêche du corail, et grâce aux autorisations royales pour l’exportation d’argent en espèces et de biens de contrebande, que les marchands marseillais réunis dans la « Compagnie du Corail » purent établir des relations commerciales avec Tunis et Alger et bâtir le « Bastion de France » sur la côte algérienne46.

L’art de se tenir mutuellement

  • 47 Beatriz Alonso Acero, Sultanes de Berbería en tierras de la cristianidad. Exilio musulmán, convers (...)
  • 48 ACCIM, J 1887 fol. 1v.

26Comment assurer, dans une telle situation, la pérennité des relations entre les deux rives de la Méditerranée ? Au titre des modalités institutionnalisées de la suspension du conflit, il faut relever la pratique ancienne de l’échange d’otages, ces derniers devant garantir le respect, par les parties impliquées, d’une trêve ou d’un accord de paix. On trouve la pratique des47, rehenes de manière récurrente dans les présides espagnols et les premiers accords au début du XVIIe siècle entre la France et les régences ottomanes de Tunis et d’Alger comprennent la désignation d’otages. Ainsi en est-il de l’accord négocié avec Tunis par le chevalier de Malte Jacques de Vincheguerre en 1616 : « Pour l’observation des articles et dudit trait led[it] S[ieu]r de Vincheguerre a donné son fils, le cappitaine Filandre, pour hostage et avec lui encores led[it] Bourlaquin pour l’accompagner, lequel, avec led[it] cappitaine Filandre, ont demeuré en hostage aud[it] Thunis pour le bien public et négoce depuis le 15 aoust 1616 jusques au vingt-cinq octobre de l’année 161748. »

  • 49 Hamza, officier du divan d’Alger, réside en fait quelque temps à Marseille, mais s’enfuit et retou (...)
  • 50 Wolfgang Kaiser, « Course et connivence en Méditerranée occidentale au XVIIe siècle : Autour du “M (...)

27L’accord conclu avec Alger en 1619 prévoyait que des chaoux algérois seraient retenus comme otages à Marseille, le consul français jouant le même rôle à Alger. Et suivant l’accord de 1628, le dey d’Alger ordonne à un officier du Divan de partir résider à Marseille pour assurer la paix conclue49. Les consuls ou vice-consuls, les rédempteurs et marchands résidents dans les ports maghrébins jouent en quelque sorte le rôle d’« otages naturels » et subissent dans les moments de crise des représailles, tout comme les chaoux d’Alger à Marseille au retour de la cour (après l’accord conclu le 21 mars 1619), qui seront parmi les victimes du « massacre des Turcs » (14 mars 1620)50.

  • 51 Stipulation reprise dans les « Articles » établis à Tunis en 1605, article viii : « Que les marcha (...)
  • 52 Klaas Heeringa, Bronnen to de geschiedenis van den Levantschen handel, s’Gravenhage, Nijhoff, 1910 (...)
  • 53 Le consul néerlandais à Alger, Wijnant de Keyser, doit accepter en 1616 un accord qui donne aux co (...)

28A travers ces incidents violents, on cherchait, au XVIIe siècle, d’autres modalités de « se tenir », de garantir ou de signaler la fiabilité de ses actes, qui se heurtaient cependant aux pratiques anciennes de la guerre. Les capitulations accordées par la Sublime Porte à la France en 1604 stipulaient par exemple que le pavillon français protégeait aussi la marchandise appartenant à un marchand d’un pays ennemi51, privilège accordé en 1612 aussi aux Provinces-Unies (élargi même aux effets de ses amis trouvés sur des navires de corsaires)52, ensuite à d’autres pays européens. Mais ce principe coexistait avec un autre, plus ancien, qui faisait de la marchandise ennemie trouvée sur un navire ami une bonne prise53.

  • 54 ACCIM, J 1887, lettre écrite par « le divan des genisseres de tunis a messieurs les consuls de ces (...)

29Surtout, ces accords ne résolvent pas le problème de l’interprétation des gestes (considérés le cas échéant comme hostiles) et celui des modalités des visites de navires. L’application de ces articles se heurtait aux vieilles coutumes et aux réflexes de la guerre de course, qui restaient très présents dans les pratiques. En 1621 par exemple, les Marseillais se plaignirent de la prise, par les Tunisiens, d’un vaisseau français venant d’Alexandrie. Le dey justifia la prise par le fait que les bâtiments tunisiens voulaient simplement vérifier « c’ils ont dedans leurs vaisseaux d’italyens ou byen facultes d’ennemis ou byen ci est entyerement aux fransois ». Or, à la tentative d’abordage, le vaisseau français aurait, dit-on, tiré des coups de canon sur les bâtiments tunisiens et les aurait ainsi contraints à user de la force. Mais les ra’is tunisiens auraient seulement pris les draps appartenant à un juif de Barcelone ; aucun Français n’aurait été fait esclave54. Approuvés par le dey, les ra’is avaient donc continué, dans les faits, d’appliquer le principe ancien concernant les biens ennemis trouvés sur un navire ami.

  • 55 Che li schiavi che pretendono far franzesis debbino essere mutati fuora del Regnio di Francia e pe (...)
  • 56 On reprend ici les développements de Wolfgang Kaiser, « Négocier la liberté. Missions diplomatique (...)

30Le XVIIe siècle se présente donc comme une période d’apprentissage lent et douloureux, comme une période d’expérimentation de procédures de contrôle et d’identification des vaisseaux, des hommes et des marchandises. Des problèmes analogues à ceux de l’exemple évoqué concernent, dans ce monde méditerranéen mobile et plurilingue, le traitement des étrangers installés depuis longtemps dans un autre pays, qui sont assimilés aux ressortissants de ce pays55. C’est au critère de la « performance » au moment du contrôle qu’on juge souvent si l’on capture comme esclave la personne contrôlée56. L’asymétrie structurelle des relations et le refus de réciprocité constituent un problème de fond des relations entre les pays européens et les régences ottomanes au Maghreb à l’époque moderne.

  • 57 Accord secret négocié par le duc de Beaufort dans la rade de La Goulette en 1665, E. Plantet, Corr (...)

31Les rédemptions européennes obtiennent le droit de faire des recherches dans les bagnes au Maghreb et d’y publier des « bans » afin d’annoncer aux captifs dispersés une campagne de rachat prochaine. Le principe de réciprocité, arrêté par exemple dans un accord secret de la France avec le dey de Tunis en 1655, qui offre à des envoyés de Tunis une visite de contrôle en France, sur les galères et dans les bagnes de Marseille et de Toulon57, n’est cependant jamais vraiment accepté, surtout pas par les populations côtières, les capitaines de galères et les marins. Un autre négociateur français, Sanson Napollon, rencontre en 1627 de graves difficultés pour faire retrouver et racheter les musulmans sur les galères de Provence, la chiourme étant considérée comme la propriété des capitaines de galères. Le XVIIe siècle est rythmé par une série d’incidents fondés sur le refus de cette réciprocité et du modèle militaire – d’échange tête par tête – proposé par les autorités maghrébines.

32Suspendre momentanément le conflit était un acte concret, plus souple que le travail de distanciation qu’exigea l’évolution du droit maritime et du droit des gens, cette dernière se matérialisant, par exemple, par l’application du principe de la territorialité aux navires (protection de la totalité des marchandises et des personnes par le pavillon), ou par la substitution du contrôle des papiers des navires à celui des personnes et des balles de marchandises. Ainsi, malgré une institutionnalisation croissante des rapports entre les deux rives de la Méditerranée, par toute une série de trêves et d’accords, et malgré la réussite d’autres plaques tournantes comme Raguse et surtout Livourne, port franc et port neutre, le rôle des lieux de l’« entre-deux » resta présent dans les esprits, et les accommodements restèrent toujours essentiels pour la convivencia dentro del conflicto en Méditerranée à l’époque moderne.

Notes

1 Wolfgang Kaiser, « Frictions profitables. L’économie de la rançon en Méditerranée occidentale (XVIe-XVIIe siècles) », Simonetta Cavaciocchi (dir.), Ricchezza del mare. Ricchezza dal mare, secc. XIII-XVIII, 2 t., Florence, Le Monnier, 2006, ici : t. 2, p. 689-701.

2 Évoquées dans une lettre du négociateur Augier Sorhainde au comte de Pontchartrain, Tunis, le 15 décembre 1691 : « Ainsi la rançon tacite des 175 Français est réduite à 11 900 piastres que je suis convenu avec le Bey de lui donner sous main [...] ». Eugène Plantet, Correspondance des Beys de Tunis et de consuls de France avec la cour, 1577-1830, t. 1 : 1577-1700, Paris, Alcan, 1893, p. 457-458, no 490. La convention du 16 décembre 1691 prévoyait dans l’article 1 la libération des esclaves français « sans aucune rançon », ibid., p. 459, no 491.

3 Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre. Consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, Librairie Droz, 2002.

4 Voir par exemple Paul Masson, Histoire des établissements français dans les pays barbaresques, Paris, Hachette, 1903.

5 Claude Liauzu, Passeurs de rives. Changements d’identité dans le Maghreb colonial, Paris, L’Harmattan, 2000, cité par Anne Brogini, Malte, frontière de Chrétienté (1530-1670), Rome, École française de Rome, 2006, coll. « Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 325 », p. 374.

6 Mercedes García-Arenal/Gérard Wiegers, Entre el Islam y Occidente : Los judíos magrebíes en la Edad Moderna, 2e édition, Madrid, Casa de Velázquez, 2007 (1re édition : 1999 ; traduction anglaise : A Man of Three worlds : Samuel Pallache, a Moroccan Jew in Catholic and Protestant Europe, Baltimore/Londres, John Hopkins UP, 2003).

7 Emilio Sola/José de la Peña, Cervantes y la Berbería : Cervantes, mundo turco-berberisco y servicios

secretos en la época de Felipe II, México, Fondo de Cultura Económica, 1995.

8 Wolfgang Kaiser, Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de factions 1559-1596, Paris, Édition de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1992 ; id., « Les “hommes de crédit” dans les rachats des captifs provençaux, XVIe-XVIIe siècles », id. (dir.), Le commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des prisonniers en Méditerranée, XVe-XVIIe siècles, Rome, École française de Rome, 2008, coll. « Collection de l’École Française de Rome 416 », p. 291-319.

9 Sinan Bassà s’appelait autrefois Scipione. Il serait issu d’une famille noble de Messine, d’origine génoise : son père Vincenzo Cicala servit comme capitaine de galère dans la flotte d’Andrea Doria. Thomas Allison Kirk, Genoa and the Sea. Policy and Power in an Early Modern Maritime Republic, 1559-1684, Baltimore/Londres, John Hopkins UP, 2005, p. 76. Gustavo Valente, Vita di Occhialí. Da schiavo a re di Tunisi, Tripoli e Algeri, Milan/Varèse, Ceschina, 1960.

10 Avec celui d’un autre « Sinan Bassa dit le Juif », un « renégat » croate ou dalmate fait capitan-pacha par Suleiman le Magnifique, mort en 1554. Œuvres complètes de Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, t. 2 : Grands capitaines étrangers, grands capitaines françois, éd. Ludovic Lalanne, Paris, Renouard, 1866, p. 61, 64, 65, 70.

11 BNC, Fondo Nazionale II. IV. 310, fol. 185r-186v ; G. Valente, op. cit., p. 43.

12 E tutti li uostri parenti di costi, et ancor’uoi ben sapete, che al tempo di Bali Bassa di bon memoria in questo luogo si sono alzati Bandiere di fede [...] e si riscattavano schiavi. BNC, Fondo Nazionale II. IV. 310, fol. 185r-186v.

13 Romano Canosa et Isabella Colonnello, Spionaggio a Palermo. Aspetti della guerra segreta turcospagnola in Mediterraneo nel Cinquecento, Palerme, Sellerio, 1991, p. 141. Paolo Gualtieri, Glorioso Trionfo over Leggendario di SS. Martiri di Calabria, Naples, Matteo Nuccio, 1630 ; P. Alberto Guglielmotti, La guerra dei pirati e la marina pontifica del 1500 al 1600, Florence, Le Monnier, 1876 ; Gustavo Valente, Calabria, Calabresi e Turcheschi nei secoli della pirateria (1400-1800), Chiaravalle, Edizioni Frama’s., 1975, p. 259-260.

14 AGS, Estado, leg. 1158, doc. 186 et 187 ; BAV, Urb. Lat. 1062, fol. 565r-566r, collection d’avvisi du duc d’Urbino ; BNC, Fondo Nazionale II. IV. 310, fol. 185r-186 v.

15 Œuvres complètes de Pierre de Bourdeille, op. cit., t. 2, p. 63.

16 G. Valente, Vita di Occhialì, op. cit., p. 378-385, 502-503 ; id., Calabria, op. cit., passim.

17 ASV, archiconf. Gonfalone, 1145 passim.

18 Francisco Andújar Castillo, « Los rescates de cautivos en las dos orillas del Mediterráneo y en el mar (alafias) en el siglo xvi », Wolfgang Kaiser (dir.), Le commerce des captifs, op. cit., p. 135-164.

19 Al’áfya (arabo-espagnol) ou ‘âfiyya (arabe classique) signifie pardon, grâce, vie sauve ; pedir alafia dans l’espagnol actuel – gracia, perdón, misericordia.

20 in questa maniera co[n] tutto cio no[n] si puo trattare seno[n] co[n] qualche pouerino ma co[n] gli grandi a pari di Arnaut Mami no[n] si tratta in questo modo p[er] che uogliono questi tali quando danno schiaui due cose, una che si riconosca p[er] gratia che lo lasciano per riscato (ancorche siino auidissimi dil dinaro) l’altra che si paghino molto bene e gran fauore ci fara il Cap[itan] o Arnaut se chiedendoglielo lo lasciara sopra alla parola, il che pero fara co[n] noi uolentieri, ma no[n] ne uorra almeno di ducento cinquanta scuti et sara buon pretio p[er] che hora gli sacerdoti sono saliti in tanto pretio che no[n] uogliono meno di 300 e 400 et 500 scuti, ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 240r. Voir Wolfgang Kaiser, « Una missione impossibile ? Riscatto e comunicazione nel Mediterraneo Occidentale (secoli XVI-XVII) », Quaderni Storici, 124/1, 2007, p. 19-41.

21 F. Andújar Castillo, « Rescates de cautivos », op. cit.

22 G. Valente, Vita di Occhiali, op. cit., p. 519 (alciato la bandera).

23 Annastella Carrino/Biagio Salvemini, « Porti di campagna, porti di città. Traffici e insediamenti del Regno di Napoli visti da Marsiglia (1710-1848) », Quaderni storici, 123/1, avril 2006, p. 209-254.

24 Gilbert Buti, « Entre échanges de proximité et trafics lointains : le cabotage en Méditerranée aux XVIIe et XVIIIe siècles », S. Cavaciocchi, op. cit., ici : t. 1, p. 287-316.

25 P. Masson, Histoire des établissements, op. cit.

26 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 187r, le 15 février 1587.

27 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 221v, le 20 avril 1588.

28 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 173r, le 22 juillet 1587, 177v, le 22 juillet 1587, 181r, le 20 août 1587.

29 Ce passage en août 1587 ha aportato molto rumore tra questi mori et il re subito con il Capitano Arnaut Mami la seguirno con due galeotte bene armate alla volta de Maiorica passandosi alla vista di Tarracona e sono ritornati senza pur haverla mirrati. ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 181v, Alger, le 20 août 1587.

30 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 181v, Alger, le 20 août 1587.

31 Les rédempteurs proposent de fargli porre in terra a Maiorica e poi si trattara in Algieri, ou encore de les lasciare o a Maiorina o a Tabarca, c’est-à-dire loin d’Alger, perche p[ar]lando essi in questi luoghi potremo qui negotiare e facilmente ottenere q[ue]llo chi sara per benefitio di questo negotio ma se vengano qui essi difficil cosa sara potere ottenere cosa alcuna che p[ar]lando essi prese[n]ti e fuori de servitù e a casa loro poco potranno currare le n[ost]re parole, ma stando abse[n]ti in potere n[os]tro [tache d’encre : ottenia] mo cio che vorremo. ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 179r, Alger, le 20 août 1587.

32 P. Masson, Histoire des établissements, op. cit.

33 Jean Pignon, Gênes et Tabarca au XVIIe siècle, Tunis, Publications de l’Université, 1980, p. 27.

34 Sadok Boubaker, « Les trois Tabarques », conférence inédite donnée à l’université Paris 1-Sorbonne, 2 avril 2007.

35 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 179r, Alger, le 20 août 1587.

36 J. Pignon, Gênes et Tabarca, op. cit., p. 26 et document 18.

37 P. Masson, Histoire des établissements, op. cit.

38 Beatriz Alonso Acero, Orán-Mazalquivir, 1589-1639 : una sociedad española en la frontera de Berbería, Madrid, CSIC, 2000 ; María Antonia Garcés, Cervantes in Algiers. A Captive’s Tale, Nashville, Vanderbilt UP, 2002.

39 ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 266r, le 12 juillet 1589.

40 W. Kaiser, « Missione impossibile », op. cit. ; ASV, arciconf. Gonfalone, 7, fol. 255r, le 28 mai 1589.

41 Sur ce condottiere, voir Michel Vergé-Francescchi/Antoine-Marie Graziani, Sampiero Corso, 1498-1567. Un mercenaire européen au XVIe siècle, Ajaccio, Éditions Alain Piazzola, 1999.

42 Soutenu discrètement par le pouvoir royal, mais plutôt comme un « entrepreneur de la violence » travaillant pour son propre compte, Sampiero Corso négocie avec Constantinople et part en mission à Alger. Il est étroitement surveillé par des agents génois et espagnols : sur le navire à Alger se trouve un informateur de Gênes, Giovanni Spinola. De Marseille, Gênes et l’Espagne sont aussitôt informés par un agent – double –, le marchand génois résidant à Marseille, Jean-François Paglaro (ASG, Secretorum 1/1556, le 27 mai 1562, cité par René Emmanuelli, Gênes et l’Espagne dans la guerre de Corse, 1559-1569, Paris, Picard, 1964, p. 108). Paglaro entretient aussi des relations discrètes avec les « Barbaresques », leur fournit clandestinement des armes et des vivres pour leurs navires (ASG, Secretorum 1/1556, cité par R. Emmanuelli, op. cit., p. 98-99). De nombreux exemples sont donnés par Antoine-Marie Graziani dans sa traduction et son commentaire de Filippini, Chronique de la Corse, 1560-1594, Ajaccio, Éditions Alain Piazzola, 1995.

43 R. Emmanuelli, op. cit., p. 292.

44 AGS, Estado, 1393, Figueroa à Philippe ii, le 5 août 1564, cité par R. Emmanuelli, op. cit., p. 156-157.

45 L’envoyé espagnol à Gênes écrit en 1564 à Philippe II : Los foraxidos de Corcega entre los quales uno es Tomas Corso que provee de ordinario Argel de remos, polvora y xarçias y cosas de contrabande. AGS, Estado, leg. 1393, le 5 août 1564, cité par Fernand Braudel, Autour de la Méditerranée, Paris, Fallois, 1996, t. 1, p. 25. Et en 1567, l’envoyé génois serait intervenu auprès du dey de Tunis pour empêcher la restitution d’un navire, « donnant entendre que led[it] navire et marchandize appartiennent à Thomas Corsse marchant, habitant de Marseille ; lequel, par son dire [de l’envoyé génois] faict la guerre aux Gennevois à cause de l’ayde qu’il envoye à leurs rebelles que lesdits Gennevois ont à Jabarque [Tabarque] en Barbarie ». Dépêches de M. de Fourquevaux, ambassadeur du Roi Charles IX en Espagne, 1565-1572, éd. M. l’Abbé Célestin Douais, t. 1, Paris, Leroux, 1896, p. 268-269 (23 septembre 1567). Voir aussi l’accusation par l’ambassadeur espagnol auprès de Catherine de Médicis en 1560 dans Négociations, lettres et pièces relatives au règne de François ii, tirées du portefeuille de Sébastien de l’Aubespine, évêque de Limoges, éd. Louis Paris, Paris, Imprimerie Royale, 1841, p. 509-511.

46 Voir Paul Masson, Les compagnies de corail. Étude sur le commerce de Marseille au XVIe siècle et les origines de la colonisation française en Algérie-Tunisie, Paris, Fontemoing, 1907-1908 ; W. Kaiser, Marseille au temps des troubles, op. cit.

47 Beatriz Alonso Acero, Sultanes de Berbería en tierras de la cristianidad. Exilio musulmán, conversión y asimilación en la Monarquía hispánica (siglos XVI y XVII), Barcelone, Bellaterra, 2006, p. 40 et suiv.

48 ACCIM, J 1887 fol. 1v.

49 Hamza, officier du divan d’Alger, réside en fait quelque temps à Marseille, mais s’enfuit et retourne à Alger par crainte de subir le même sort que la députation algérienne de 1620, Eugène Plantet, Correspondance des deys d’Alger avec la cour de France, 1579-1833, t. 1 : 1579-1700, Paris, Alcan, 1889, p. 36.

50 Wolfgang Kaiser, « Course et connivence en Méditerranée occidentale au XVIIe siècle : Autour du “Massacre des turcs” à Marseille (14 mars 1620) », communication au colloque international La Tunisie et la Méditerranée occidentale à l’époque moderne : acteurs, enjeux et représentations, 9-11 février 2006, Université de La Manouba, Tunis (à paraître).

51 Stipulation reprise dans les « Articles » établis à Tunis en 1605, article viii : « Que les marchandises qui seront chargées à nolis sur vaisseaux françois appartenant aux ennemis du Grand Seigneur ne puissent estre prises sous couleur de dire qu’elles sont d’ennemis, ainsi qu’il a esté accordé par les dites Capitulations. » E. Plantet, Correspondance... Tunis, op. cit., p. 6-9. Cf. l’article des Capitulations de 1604 : « Art. 12 : Voulons et commandons que les marchandises qui seront chargées à nolis sur vaisseaux français, appartenant aux ennemis de notre Porte, ne puissent être prises sur couleur qu’elles sont des nos dits ennemis puis qu’ainsi est notre vouloir », cité d’après Domenico A. Azuni, Droit maritime de l’Europe, 2 t., Paris, Renouard, 1805, ici : t. 2, p. 206 (traduction de : Sistema universale dei principii del diritto marittimo dell’Europa, 2 t., Florence, Per Gaetano Cambiagi stamp. granducale, 1795 (2e édition augmentée : Trieste, Wage, 1796, traduction française : 2 t., Paris, Poncelin, 1797).

52 Klaas Heeringa, Bronnen to de geschiedenis van den Levantschen handel, s’Gravenhage, Nijhoff, 1910-1917, t. 10, p. 665-666. Gérard vanKrieken, Corsaires & marchands. Les relations entre Alger et les Pays-Bas, 1604-1830, Paris, Édition Bouchène, 2002 (éd. originale : 1999), p. 20.

53 Le consul néerlandais à Alger, Wijnant de Keyser, doit accepter en 1616 un accord qui donne aux corsaires le droit d’enlever des biens ennemis sur un navire ami et de faire prisonnier l’équipage qui s’y opposerait, K. Heeringa, op. cit., p. 691-692 ; G. van Krieken, op. cit., p. 21-22.

54 ACCIM, J 1887, lettre écrite par « le divan des genisseres de tunis a messieurs les consuls de ceste ville [de Marseille] », traduite le 20 septembre 1621 par Honoré Suffin, truchement royal à Marseille.

55 Che li schiavi che pretendono far franzesis debbino essere mutati fuora del Regnio di Francia e per il medesimo modo quelli spagnoli, italiani ho altre nattione maritate in Francia et mairitati non possino essere schiavi e saranno nel medesimo grado che franzesi. ACCIM, G 43 et J 1887, Articoli fatta qua in Tunis par il Signor Giacomi de Vinciguerra, Generale di Vasselli Armati per la Città di Marsilia, le 12 août 1616.

56 On reprend ici les développements de Wolfgang Kaiser, « Négocier la liberté. Missions diplomatiques françaises pour l’échange et le rachat des captifs avec le Maghreb au XVIIe siècle », Claudia Moatti (dir.), La mobilité des personnes en Méditerranée. Procédures de contrôle et documents d’identification, Rome, École Française de Rome, 2005, coll. « Collection de l’École Française de Rome 341 », p. 501-528.

57 Accord secret négocié par le duc de Beaufort dans la rade de La Goulette en 1665, E. Plantet, Correspondance... Tunis, op. cit., p. 191-192. Mémoires du chevalier d’Arvieux, éd. par le père Jean-Baptiste Labat, 5 t., Paris, Delespine, 1735, ici : t. 3, p. 541.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540